Power > Pretty Little Liars
Bonjour à toi !

Bienvenu sur le forum Legends of Xena, tu pourras y découvrir l'actualité concernant la série Xena, Charmed et Legend of the Seeker ! Ce forum est également un lieu de partage et de découverte. N'hésite pas à t'inscrire !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [TERMINEE] La Roulade!! ^^

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   Dim 18 Mar 2012 - 14:01

Hello!!

Me voici de retour avec une autre petite fic. Je voulait continuer Missandra, mais ma muse en a décider autrement. Alors en attendent Missandra 2, je vous met une petite uber assez sympa.

Avertissement: dans cette fic, il est question de canabis. Je tiens a précisé que le canabis c'est mal. Mad . Je ne l'est évoquer que pour ma fic et je ne cautionne pas son usage. De même pour l'alcool qui n'est évoquer que pour ajouter quelques scènes éssentiel au déroulement de l'histoire.

Disclamers:

Les personnages de Xena et Gabrielle ne m'appartienne pas même si elles n'apparaisse pas vraiment dans cette histoite. En revanche, les deux héroïnes m'appartienne pleinement.

Pas de sexe ni trop de violence dans cette fic.

Bonne lecture et n'hésiter pas à me faire des commentaires (bon ou mauvais d'ailleur.)

La roulade !! ^^

-'' Je n'irais pas !!!''

-'' Clara, tu as suffisamment profiter de la fortune familliale !!''

-'' Foutaise !!''

-'' Ou tu part deux mois chez ta tante, ou je te coupe les vivres et tu devra te trouver un travail !!''

-'' Moi ? Travailler ? Alors ça jamais !!!''

-'' Si tu veut manger, il le faudra bien.''

-'' Va te faire...''

-'' Je t'interdit ma petite !!''

-'' Et puis d'abord, je suis sur que maman n'est pas d'accord.''

-'' C'est elle qui en à eu l'idée !!''

-'' Et combien de temps je doit passer à Milan ?''

-'' Tu ne vas pas à Milan !! Ce serai trop doux pour toi !! Tu vas chez la sœur de ta mère !!''

La jeune femme mit un moment avant de réalisée où son beaux-père voulait l'envoyé. Puis elle pris un air dégoûté.

-'' Tu ne va pas m'envoyer là-bas !!! Pas chez ces bouseux !!!!!!! Je te l'interdit !!''

-'' Qui est tu pour m'interdire quoi que ce soit gamine ? Tu ne reviendras pas à la maison avant d’apprendre ce qu'est la valeur du travail.''

-'' J'ai vingt ans d'abord !! Je fait ce qui me plaît. Et si je n'est pas envie d'aller voire les bouseux, je n'irais pas !!''

-'' Comme il te plaira ma petite. Mais j'ai déjà clôturé ton compte et annulé tes cartes bancaires. Autrement-dit, tu n'a plus un sous en poche. Cela t'apprendras à dilapidé ma fortune pour tes orgies.''

Clara rougit fortement et baissa la tête à cette déclaration.

-'' Tous le monde est au courant à propos des fêtes romaines que tu organise.''

-'' Bien, je vais préparé ma valise. Mais je te préviens que dans deux mois, je reviens quoi qu'il arrive.''

-'' Tu pourras revenir bien avant si tu montre un peu plus de respect pour les gens qui t'entoures.''

-'' Bien, alors à dans pas longtemps.''

**

Clara se mit donc en route pour chez sa tante. Elle dut prendre le train puisque son beau-père avait refuser qu'elle prenne la limousine. Durant les cinq heures de train qui l’amènerai à destination, elle rumina la conversation qui l'avait menée là.

' C'est dégueulasse ce qu'il a fait !!! Et puis comment a-t-il sut pour mes orgies ? Et dire qu'il m'a prit un billet en deuxième classe !! N'a-t-il donc aucun respect pour moi ? Il faut absolument que j'en parle à Cindy !! Merde, c'est vrai qu'il m'a confisquer mon portable !! Situation désespéré, moyen désespéré.'

Elle se tourna vers son voisin, un homme d'âge moyen avec un début de calvitie et portant un complet bleu nuit et le regarda d'un œil aguicheur.

-'' Bonjour. J'ai un petit problème : j'ai oublier mon portable, pourriez-vous me prêtée le votre s'il vous plaît ? C'est pour un appel métropolitain.''

L'homme fixa ses yeux bleu intense et fut un instant ébloui, puis il sortit son portable de sa poche intérieur.

-'' Bien sur, je vous en prix mademoiselle.''

-'' Merci.''

Elle composa le numéro de sa meilleur amie de tête et porta le combiner à son oreille. Ne percevant aucune tonalité, elle s’aperçut qu'il n'y avait pas de réseau.

-'' Mais où donc m'emmène ce maudit train !! Il n'y a même pas moyen d'avoir une barre !!''

-'' C'est la première fois que vous prenez le train mademoiselle ?'' Entreprit son voisin.

-'' Oui, et alors ?''

-'' Ne savez-vous donc pas que le réseau férrovier traverse des zones non couverte ?''

-'' Sachez, monsieur, qu'ayant déjà visiter plus d'une vingtaine de pays, je connais des zones qui ne seront probablement jamais couverte par le moindre réseau téléphonique. Ce qui m'inquiète surtout, c'est d'avoir du réseau là où je vais.''

L'homme se rapprocha imperceptiblement d'elle et la fixa une nouvelle fois dans les yeux.

-'' Même si vous aviez du réseau, vous n'avez pas de portable. Donc la question ne se pose même pas. En revanche, si vous le voulez, je peut vous guider si vous ne connaissez pas la région.''

Et l'homme posa une main sur la cuisse de Clara. La réaction de cette dernière ne se fit pas attendre : elle le gifla avec une telle force, que tous les passagers à proximités se retournèrent pour voir ce qui ce passer.

-'' PERVERS ! Vous n'avez donc pas honte ?''

Elle pris ses affaires et quitta le wagon. Dans le suivant, elle vit un contrôleur et alla à sa rencontre.

-'' Excusez-moi monsieur le contrôleur.''

Le contrôleur se retourna. Il s'agissait d'une femme en faite, qui n'avait par l'air d'être particulièrement heureuse de faire ce métier. Clara se sentit idiote et rougit.

-'' Hum... Pardon. Je vient vous signalez qu'il y a un homme dans l'autre wagon qui se touche la braguette en regardant des enfants. Place quarante-deux.''

-''Très bien madame, je vais aller le voir.''

-'' A oui et excusez-moi encore, mais pourriez-vous me dire quand nous arrivons ?''

-'' Nous arrivons au terminus dans dix minutes. L'heure d'arriver est marquer sur votre billet.''

-'' Sérieux ? Je n'ai pas l'habitude du train c'est pour ça.''

-'' Ça se voit. Et maintenant, si vous permettez.''

La contrôleuse partit et Clara remonta tous le train pour s'éloigner le plus de l'homme car elle savait que s'il la voyait, elle allait encore avoir des problèmes.

' C'est bien fait pour ce pervers. Sous prétexte qu'on leur fait du charme pour obtenir quelque chose, il faudrait leur faire des faveurs sexuelles. Il aurait était un riche héritier ou bien un jeune prince arabe, pourquoi pas. Mais là, un veille homme dégarnie, rencontré dans un train en route pour mon enfer personnel, ça non merci !!'

Comme prévu, le train s’arrêta dix minutes plus tard dans une petite gare de campagne. Clara se précipita hors de la gare pour être sur de ne pas être suivi par l'homme. Ne voyant personne qui l'attendait, elle se cacha derrière un buisson pour attendre que tous le monde soit partit. Elle vit l'homme monter à l'arrière d'une mercedès noir.

Une fois l'homme partit, elle revint sur le bord de la route, s'assit sur un muret et attendit.

Ce ne fut qu'une heure plus tard, alors que la nuit tombait, qu'elle vit enfin une veille citroën s’arrêtait devant elle. Une femme au cheveux noir en sortit et lui souria.

' C'est incroyable à quelle point elle peut ressembler à maman !'

-'' Bonsoir Clara !! Je suis Mélissa, ta tante. C'est dingue comment tu a grandi. La dernière fois que je t' es vu, tu était dans les bras de ta mère à réclamer le biberons.'

Clara dévisagea un instant sa tante. Elle était vêtue d'une veille robe bleu délaver et d'une chemisier plus jaune que blanc.

-'' Tu est en retard. Ça fait une heure que je t'attend !! J'aurais très bien pu me faire attaquer par une bête sauvage !''

-'' Excuse-moi, j'ai était retardé par un troupeau de vache qui bloquait la route. Et ne t'inquiète pas, les plus gros animaux évitent les chemins de fer.''

-'' Un troupeau de vache ? Sur la route ? Tu te paye ma tête c'est ça ?''

Elle regarda sa tante avec dédain.

-'' Tu n'est plus à Paris ma grande. Aller, monte. Il ne vaut mieux pas traîner dans le coin la nuit, sinon on risque de ce faire attaquer par des crocodiles à dents de lion.''

-'' Hiiiiiiiiiii !!!''

Clara cria et alla se réfugier derrière sa tante.

-'' Mais que fait la limousine ?''

-'' De quoi parle-tu ?''

Clara regarda la citroën et sembla enfin comprendre.

-'' Tu ne crois quand-même pas que je vais monter dans ce tas de féraille !!! On est plus dans les années trente ma veille faut te réveiller !!''

Mélissa la regarda fixement et lui parla calmement, ce qui lui était difficile :

-'' A ta guise. Je repasserais demain pour voir si tu est encore vivante.''

-'' Ça va j'ai compris. Allons, dépêche-toi, je n'ai pas envie de me faire attaquer par... Comment tu les appelles déjà ? A oui des crocodiles à dents de lion.''

Clara monta donc dans la voiture et laissa le soin à sa tante de mettre sa valise gutchi à l'arrière. Clara prit peur lorsque la voiture démarra, car le moteur ronfla, et elle s'accrocha à la poignée de toutes ses forces. Sa tante se tourna vers elle et lui dit en souriant :

-'' Tu ne va pas t'envoler ne t'inquiète pas. A oui à ce propos, les crocodiles à dent de lion, ça n'existe pas. D’ailleurs, il n'y a pas de crocodiles du tous dans la région. Et puis ne t'avais-je pas dit que les gros animaux ne s'approchaient pas des chemins de fer ?''

Clara ne pris même pas la peine de regardé sa tante car elle était trop occupé à regardé la route avec effrois.

**

Il faisait nuit quand elles arrivèrent chez Mélissa. Clara sortit de la voiture et se dirigea vers la porte faiblement éclairé par un spot. Elle entendit un raclement de gorge et retourna pour voir sa tante à l'arrière de la voiture.

-'' Tu ne crois quand même pas que je vais prendre ta valise, je ne suis pas ton valet. D'ailleurs ça m'étonne que tu n'en ai emportée qu'une.''

Clara la regarda d'un aire boudeur.

-'' Mon beaux-père m'a presque tous confisquer. Ce qui est dans cette valise et tous ce qu'il me reste.''

-'' Et bien si c'est tous ce qu'il te reste, je t'en pris.''

Mélissa ouvrit les portes et désigna le sac de Clara. Celle-ci souffla tel une gamine et alla le prendre. Puis elle tituba jusqu'à la porte d'entrée que sa tante venait d'ouvrir.

Elle pénétra dans une grande pièce éclairait par une grande cheminée. Soudain, une forme noir courut jusqu'à elle et lui sauta dessus. Elle tomba en arrière et on lui lécha le visage.

-'' Au secours, aider-moi !!''

-'' Riri !!''

-'' La forme noir se dégagea et Clara pus se relever.''

-'' Je te présente Riri, le chien de la famille. Il est un peut brusque mais il est adorable.'' Lui dit sa tante.

Clara ne dit rien. Elle ignora le chien et posa son sac sur une grande table en chêne. Elle observa la pièce et dut reconnaître qu'elle avait du charme. Prés de la cheminée, il y avait plusieurs fauteuils. Un escalier qui mener à une obscurité insondable se dissimuler dans un coin. De grandes armoires étaient poser contre les murs et une lourde porte entrebâiller laisser échapper un raid lumière, éclairant faiblement quelques portraits accrochaient au mur.

-'' Je vais te montré ta chambre. Tu pourra y installé tes affaires avant de manger.''

Clara suivi sa tante sans dire le moindre mots. Elle était fatiguer et déprimer. Elles montèrent par l'escalier obscur et se retrouvèrent au premier étage. Mélissa alluma et un petit couloir avec quatre porte apparut.

-'' Voilà ta chambre.''

Mélissa poussa la première porte sur sa gauche.

-'' C'est la salle de jeu de Tristan, ton cousin. Il a accepter de te la prêté le temps de ton séjour. Tu ne le verra pas ce soir, il dort chez une amie.''

Clara suivi sa tante dans la pièce. Elle failli faire une réflexion sur le manque de place : un petit lit et une armoire occuper presque tous l'espace, mais elle était bien trop lasse pour ça.

-'' Prend le temps de t'installer, je t'appellerai quand on passera à table.''

Mélissa regarda sa nièce avec une certaine inquiétude dans le regard puis la laissa seul. Clara défit sa valise et mit le peu d'habits qu'elle avait dans l’armoire : deux jeans moulants, un short beige signer Jean-Paul Gauthier, quelques hauts provenant des boutiques de luxes et sa collection de ceintures dolcé gabana qu'elle avait réussi à sauver du rafle de son beau-père.

Elle posa également sa veste de cuir ultra chic, puis ouvrit le petit rideau de la petite fenêtre. Elle ne vit rien au-dehors bien sur et cela ne fit que la déprimer d'avantage. Poussant un profond soupir, elle descendit rejoindre sa tante. Cependant, alors qu'elle descendait, elle entendit la voix d'un homme dans le salon : son oncle probablement. Elle s’arrêta dans la pénombre de l'escalier pour écouter ce qu'il disait.

-'' Je suis sur qu'elle se plaira avec nous.'' Disait l'homme.

-'' Je l'espère. Elle m'inquiète un peu. Elle n'a rien dit depuis qu'elle est à la maison.''

-'' Laisse-lui du temps. Elle s’habituera.''

-'' Je vais aller la cherché pour manger. Et je te préviens, ne fait pas trop de commentaire, elle est très superficiel.''

-'' Compte sur moi mon criquet.''

-'' A oui, et ne m'appelle pas comme ça en sa présence s'il te plaît.''

Clara fit semblant d'être juste en train de descendre l'escalier. Elle fit un vague signe de tête à son oncle pour le salué et s'assit à la place que lui désigné sa tante. Son oncle lui fit un sourire encourageant et lui parla sans complexe :

-'' Salut fifille, j'espère que tu a fait bon voyage. Je suis Henry. Je sais que tu ne te souviens pas de moi, mais moi je me souviens de toi. Tu réclamait souvent pour jouer avec les brebis.''

-'' Ça remonte à loin tous ça, je ne me souvient de rien, alors s'il vous plaît tous les deux, cessé de me parler du passé.''

Durant tous le repas, personne ne parla plus.

Directement après, Clara monta se couché. Elle se glissa toute habiller dans les draps froid et dut luter contre les larmes une bonne partit de la nuit avant de sombré dans un sommeil agiter.

**

Au petit matin, elle fut réveiller par des cris et des aboiements. Elle se leva péniblement et regarda par la fenêtre. Elle vit un garçon d'une dizaine d'années et Riri qui jouer dans un petit jardin. Elle essaya d’ouvrir la fenêtre pour les faire cessé mais elle n'y parvins pas et décida de se lever. Elle alla dans la salle de bain pour prendre une douche. Elle constata qu'il n'y avait pas de verrou et bloqua la porte avec un tabouret. Elle fit couler l'eau chaude et commença a se frotter lentement.

Elle avait fini ses ablutions et tendit le bras pour attraper une serviette quand tout à coup la porte s’ouvrit en grand, faisait valser le tabouret. Le jeune garçon qu'elle avait vu dans le jardin se tenait pentoi sur le pas de porte.

-'' Ya !! Excuse-moi, je croyais que c'était libre.''

Et il repartit aussi vite qu'il était revenu, en oubliant de refermé la porte. Clara, rouge comme une pivoine, la ferma tout en hurlant :

-'' Pervers !!''

Une fois sèche et habiller, elle descendit l'escalier et vit le garçon assit à la table.

-'' Mais qui est tu ?''

-'' Je suis ton cousin bien sur !!!''

-'' C'est toi qui empeste comme ça ?''

-'' Pourquoi crois-tu que je voulait me laver ? J'ai passer toute la nuit à aider une jument à mettre bas !''

-'' Je croyais que tu était chez une amie !''

-'' C'est le cas. Maintenant que la salle de bain et libre, je vais aller me laver. Mes parents sont au marcher alors si tu a faim, va dans la cuisine et fouille dans les placards.''

-'' Je ne fouille jamais dans des placards qui ne sont pas à moi. J'accepte que tu me prépare mon petit déjeuner.''

-'' Eu... Maman m'a dit qu'il fallait que tu te débrouille toute seul. Et puis, ce n'est plus l'heure du petit déjeuner. Il est trois heure de l'après midi !''

-'' Quoi déjà !!''

-'' Bon je te laisse cousine !!''

-'' Tu ne va pas me laisser toute seul quand même ! Je vais vite me faire chi... Eu de m'embêter.''

Tristan la regarda écrouler de rire face à son dérisoire effort de parler poliment devant lui et lui dit entre deux hoquets :

-'' Si tu as peur de 't’embêter' comme tu dit, tu peut toujours aller promener Riri.''

Clara regarda sur le fauteuil que Tristan désigner et y vit le chien qui la regardé avec envie en secouant la queue. Elle se retourna pour protesté mais son cousin avait disparu.

-'' Aller, mieux vaut sortir plutôt que de resté dans cette maison qui empeste la veille fumé.''

Elle sortit sur le pas de la porte avec le chien sur ses tallons. Une route passer devant la maison et ne voyant rien de chaque côté, elle décida de partir sur la gauche. Il n'y avait aucune voiture et bientôt lasser de la route crevassé, elle vit un petit sentier qui passé entre deux champ. Elle siffla Riri, qui vint en courent vers elle, et s'y engagea.

Cela faisait dix minute qu'elle marché et n'ayant pas l'habitude de marché dans l'herbe elle commencer à avoir mal au pied. Au moment ou elle aller faire demi-tour, Riri renifla quelque chose et partis en courent.

-'' Revient Riri, j'ai les mêmes à la maison !!''

Et Clara partit ainsi à sa recherche.

' Alors la c'est le pompon !! Si je perd leur chien il vont me condamné à traire des vaches ou peut-être même me jeter dans un puits !! Après tout on ne sait pas de quoi sont capable ces obscurantistes. Et dire que maman et née ici !! Comment quelqu'un d'aussi raffinée qu'elle à put vivre ici ? Le temps et gris, tout et humide et il fait vraiment froid !!! Comment vais-je faire pour tenir deux mois ici ? Bon aller, ne te décourage pas. Je n'es qu'a encaisser sans bronché et peut-être qu'on me laissera partir dans quelques jours.'

Après avoir marché pendant quelques minutes, sa volonté de retrouvé le chien commençai à diminuer à chaque pas. Elle aller rebrousser chemin quand elle entendit fredonner. Elle regarda sur la gauche et vit quelqu'un assit contre un arbre à l'entrée d'un champ.

' Un autochtone !! Peut-être a-t-il vu Riri.'

-'' Excusez-moi. S'il vous plaît monsieur.''

-'' Un monsieur. Où ça ?''

La personne se leva et se retourna pour faire fasse à Clara. Cette dernière se senti une fois de plus ridicule en constatant qu'il s'agissait d'une jeune femme.

' Mais que m'arrive-t-il ? En ce moment je confond les genres. Mais c'est normal. Ce sont ses cheveux court qui mon trompé. Je ne vais pas passer pour une débile en face d'une paysanne, il ne manquerais plus que ça !'

Clara regarda la jeune femme de haut.

-'' Excuse-moi, aurais-tu vu mon chien ? Il est noir avec les pattes blanches.''

Face au regard hautain de Clara, la jeune femme la fixa de ses yeux vert avec un regard dur et lui répondit sur le même ton.

-'' Tu doit être la nièce de Mélissa. Je te savais parisienne mais pas imbus de toi-même à ce point-là. Déjà ce n'est pas ton chien, c'est celui de Tristan. Ensuite, il est las-bas. Il à dut sentir les vaches et il est venu naturellement. Il ne c'était pas perdu. Il connaît le coin par cœur. C'est bon, tu peut repartir d'où tu vient la parisienne. On ne veut pas de toi ici.''

Clara fut déstabilisé par les paroles de la jeune femme. Mais ne se démonta pas pour autant.

-'' Je ne savais pas qu'il livré le sarcasme avec la tenu de paysanne. Ne t'inquiète pas, je ne resterai pas longtemps dans ce pays de bouseux et d'inculte.''

C'est à ce moment précis que Riri revint vers Clara. Mais il sentit une belle bouse juste devant elle et y gratta avec tellement de vigueur que Clara se retrouva très vite couverte de matière fécale.

La jeune femme s'écroula au sol de rire.

-'' Et maintenant, c'est qui la bouseuse ?''

-'' C'est toi.''

Crasseuse pour crasseuse, Clara pris un beau morceau de bouse et lui envoya en pleine figure.

Et cela ce termina comme cela devait se terminer : en une belle bataille de bouse de vache.

Au bout d'un moment, épuisé, Clara s'écroula sur l'herbe et la bataille prix fin. Elle se tourna vers la jeune femme.

-'' C'est bon, tu a gagné, c'est moi la bouseuse. Au faite, comment t'appelle-tu ?''

-'' J'aime le parfum de la victoire.''

-'' La c'est plutôt l'odeur de la merde, mais bon chacun son truc.''

-'' Ne me cherche pas la parisienne.''

-'' Ne me cherche pas la paysanne.''

Elles se fixèrent un moment, puis Clara se releva et prit la direction du chemin.

-'' Et ne t'en va pas. Qu'est ce qu'il y a, tu ne supporte pas qu'on t'appelle la parisienne ?''

-'' Ce que je ne supporte pas, c'est qu'on ne réponde pas au question que je pose.''

-'' Dit-moi ton nom et je te dirais le mien.''

-'' Je m'appelle Clara.''

-'' Et moi je suis... Cache-toi.''

-'' Aller c'est ça continue de te foutre de ma gu...''

-'' Non vient.''

La jeun femme attrapa Clara par le bras et la plaqua derrière le muret du champ. Peut après, Clara entendit un bruit de moteur. Une fois le bruit passé, elle se releva.

-'' Pourquoi a-t-il fallu qu'on se cache ?''

-'' Parce qu'il vaut mieux pour notre intégrité physique que la personne qui vient de passé ne sache pas qu'on l'a vu dans le coin.''

-'' Mais nous n'avons rien vu.''

-'' Justement. Aller vient, je vais t'aider a te débarbouiller parce que si tu rentre dans cette état chez elle, Mélissa va te tuer.''

L'inconnu l'emmena jusqu'à l'abreuvoir et commença elle-même à se débarbouiller.

-'' Mais tu est vraiment dégueulasse !!! C'est comme si une vache te baver dessus !!''

-'' Pour l'instant la plus crado des deux c'est toi ! Oh et puis je ne te force à rien, tu n'a qu'a te débrouiller toute seul.''

Et l'inconnu la planta là. Clara fini tout de même par se débarrassé de la plus grande partit de la bouse dans l’abreuvoir. Puis elle récupéra Riri qui était en train de se frotter joyeusement dans une bouse et rentra chez sa tante.

Quand elle ouvrit la porte d'entrée et que sa tante la vit toute mouillé et encore pleine de bouse, elle éclata de rire et Clara se senti humilier. Et alla s’asseoir dans le jardin le temps de se calmer puisqu'elle avait prit la décision de se tenir tranquille. Sa tante la rejoignit peut après et s'assit à coter d'elle.

-'' Excuse-moi d'avoir ris, mais tu aurais vu ta tête ! Aller ne boude pas, ce n'était pas méchant. Et puis d'abord, comment à tu fait pour être recouverte de bouse ?''

-'' C'est à cause d'une paysanne et de Riri. Il m'a éclabousser de bouse et l'inconnue m'a traiter de bouseuse alors je lui en est envoyer et on a fini par se battre a coup de bouse.''

-'' Quelle inconnue ?''

-'' Elle n'a pas voulu me dire son nom. C'est une petite blonde au cheveux court et au yeux bien vert.''

-'' Elle s'appelle Joséphine. Mais je te conseille de ne pas l’appeler comme ça devant elle. Il vaut mieux l’appelait Jo. Et elle n'est pas du genre à cherché la bagard. Tu a bien du l'insulter d'une façon ou d'une autre pour que ça se termine de cette façon.''

-'' Ce n'est pas important. Ce qui l'est en revanche, c'est que tu m'aide à me débarrassé de cette merde parce qu'elle va finir par ruiné mon pull Celvin Clide.''

-'' OK. Reste là je reviens.''

Clara la vit rentrés dans la grange et en ressortir avec un tuyau d'arrosage qu'elle brancha à l'arriver d'eau.

-'' Pas le tuyau !!!''

-'' Tu ne rentrera pas chez moi comme ça t'es prévenu. Allons, laisse-toi faire. Ça ne prendra qu'un moment.''

Riri eu lui aussi droit a un lavage de poil en règle. Le soir, après manger, Clara était si épuisé qu'a peine coucher elle s'endormit.

**



Dernière édition par malvinas23 le Dim 25 Mar 2012 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   Mar 20 Mar 2012 - 12:41

Malgrès le manque de com, je poste tout de même la suite:


Elle fut réveiller le lendemain par sa tante.

-'' Allons, il est temps que tu te réveille.''

-'' Humm. Il fait encore nuit.''

-'' Justement, tu va aider ton oncle à la ferme.''

Clara se leva d'un coup.

-'' Il n'en est pas question.''

-'' Il faut bien payer ta croûte. On te nourri alors il est normal que tu nous donne une compensation. Je te laisse cinq minute pour t'habiller. Je t'attend en bas.''

Clara descendit en bottines et en jeans. Elle s'assit d'un air ronchon à la table et commença à manger. Son oncle entra à ce moment là et il s'assit en face d'elle.

-'' Salut fifille !!''

-'' Ne m'appelle pas comme ça.''

-'' Comme tu veut princesse. Je vais te donner une tenu mieux adapter pour aujourd’hui.''

-'' Pourquoi tu n'aime pas ma tenu ?''

-'' Si tu ne veut pas abîmé ta tenu ultra chic, je te conseil de mettre ceci.''

Il alla vers une des armoires et en sortit un bleu de travail ainsi qu'une paire de botte.

-'' Fait pas cette tête là fifille. On croirai que tu est constipé.''

-'' Je... ne mettrai jamais cette... guenille !''

-'' Comme tu veut. Je te les laisses sur le fauteuil au cas ou. Il est temps d'y aller. Les bêtes vont s'impatienter.''

-'' Les bêtes ?''

-'' Oui, tu va m'aider à les nourrirent et à changer leur paille.''

-'' Ce sera facile. Pas besoins de tes guenilles.''

-'' Alors est partit.''

Après avoir marché trois fois dans des excréments, elle alla finalement se changer. Elle passa la matinée a travailler durement et quand son, oncle lui annonça qu'il était l'heure de manger, elle était si affamée qu'elle fut la première à table.

-'' Tristan n'est pas là ?''

-'' Il va arriver, il était l'école.'' Lui répondit sa tante.

En effet, il arriva cinq minutes plus tard tout exciter.

-'' On a parlé des chevaux ce matin à l'école. Le maître à dit que dans quelques semaines nous irions voir une course hippique !!''

-'' J'ai l’impression que tu aime bien les chevaux.'' Lui dit Clara.

-'' Oui beaucoup. C'est grâce à Jo. C'est elle qui m'a fait monter sur un cheval quand j'avais six ans. Depuis je ne m'en lasse plus.''

-'' A oui Jo.''

-'' Tu l'a connait ?''

-'' Je ne l'aime pas trop.''

-'' Elle est mon amie !! Tu devrai apprendre à la connaître. Elle est vraiment super.''

-'' Oui c'est ça ! Super pour une paysanne.''

-'' C'est ptète bien une paysanne comme tu l'appelle. Mais il n'empêche qu'elle au moins elle est sympa avec moi.''

-'' Arrêté tous les deux. Clara tu te comporte vraiment comme une enfant.'' Intervint Mélissa.

-'' C'est lui qui à commencer !!''

-'' Clara ! Je serai toi je prendrais de forces parce que cette après-midi nous allons aider un voisins. Il y a eu une tempête il y a deux semaines et son bois a besoin d'être déblayer.'' Lui dit son oncle.

-'' Ben voyons !! Bûcheronne !! Il ne manquer plus que ça !''

**

Henry et Clara partirent en 4x4 juste après manger et roulèrent pendant une vingtaine de minutes avant de s’arrêter au bord d'un sous-bois. Plusieurs personnes étaient déjà là et Clara n’eut aucun mal à reconnaître Jo.

-'' Ne me dit pas qu'il va falloir que je travaille avec elle !!''

-'' Oh que si. Et je commence à en avoir marre de t'entendre dire du mal d'elle. Si tu ne fait pas un effort pour te contrôlé, je renvoie chez ton beaux-père.''

-'' OK c'est bon j'ai compris tait-toi et marche.''

Ils descendirent et Clara fit semblant de ne pas voire Jo. Un homme d'une trentaine d'année s'approcha d’eux avec un grand sourire.

-'' On attendais plus que vous. J'ai fait appelle à Jo. Plus il y a de main et plus ça iras vite.''

Henry s'approcha de son ami et lui chuchota quelque chose à l'oreille.

-'' Très bien. Les filles, ce matin nous avons commencer à couper des arbres de l'autre coter du bois. Vous n'avez qu'a y aller et faire des petit tas de bûche qu'on viendra chercher plus tard.''

-'' Ça marche mon pote !!'' Dit Jo avec entrain et elle se mit en route.

Clara regarda son oncle d'un air désespéré et celui-ci lui lança un regard bien senti. Résigné, elle suivi Jo en grommelant.

Elles marchèrent un temps en silence puis Ce fut Clara qui le rompit.

-'' Es-tu bergère ou bûcheronne ?''

-'' Les deux. En faite disons que je suis multi-usage.''

Clara ricana.

-'' Oh toute suite des allusions salace.''

-'' C'est pas moi qui l'es dit !!''

-'' Et tu te crois intelligente ? En faite j'aide un peu tous le monde dans le coin. S'il les gens on besoin de moi pour quelque chose que je peut faire, je suis là.''

-'' C'est un travail ça, femme à tous faire ?''

-'' Non bien sur. C'est du travail au noir. Mais bon l'essentiel c'est que je puisse manger et que je puisse... Non rien du tous.''

-'' Ben si dit le.''

-'' Pas question. Déjà parce que je te connais assez et ensuite parce le peu de ce je sais de toi ne me donne pas trop envie de me confier à toi.''

-'' Oh et puis je te demander ça par politesse.''

-'' Tu est poli maintenant ? Laisse moi rire.''

-'' Laisse moi tranquille. Faisons ce qu'il y a faire et ensuite faisons en sorte de ne plus nous croisé.''

-'' Crois-moi, si j'avais su que tu serai là, j'aurais refuser de venir.''

-'' Et moi si j'avais su jamais je ne serai sortit de la maison pour promenai ce stupide chien.''

-'' Ce chien n'est pas stupide, c'est toi qui l'es !!''

-'' Tu me dit ça pour me pousser à bout c'est ça ?''

-'' Tu est vraiment égocentrique. Tu crois que tout tourne autour de toi.''

-'' Plutôt l'impression que c'est toi qui a un problème avec moi.''

Jo la regarda un instant bizarrement puis ricana.

-'' C'est ce que je disais, tu est une égocentrique.''

-'' M'oui, c'est ça.''

-'' Allons, mettons nous au travail, on ne me paye pas pour rien.''

-'' Attend là, tu ne crois tous de même pas que je vais porté ceci ? Ça te plaît peut-être d'avoir des mains de lavandière mais pas moi !!''

-'' Tu ne crois quand même pas que je vais faire tous le travail ?''

-'' Et pourquoi pas ? On te paye pour ça non ?''

-'' Ou tu m'aide, ou je vais prévenir ton oncle et tu repartira par le train ce soir !!''

-'' C'est bon, ça va je vais t'aider !! et ne sourir pas comme ça !! C'est uniquement pour moi que je le fais.''

-'' Tu apprend plus vite que je ne l'aurais jamais cru. Aller, c'est parti.''

Elles travaillèrent pendant deux heures, puis Clara laissa tomber une bûche et se mit à geindre :

-'' J'en peut plus il faut que je fasse une pause.''

-'' OK.''

Et Jo sorti un thermos de café.

Clara la regarda boire avec envie et Jo fit semblant de ne pas la voire. Clara lutta un moment contre le froid puis n'y tenant plus, elle s'approcha timidement de Jo et lui demanda :

-'' Tu en aurais assez pour moi ?''

-'' Tu n'a pas dit le mots magique !''

-'' S'il te plaît.''

Jo la regarda et étouffa un rire. Elle lui tendit la tasse ou elle venais de boire.

-'' J'en ai but la moitier et je te gardé l'autre ne t'en fait pas. Tu verrai tête quand tu demande quelque chose, c'est trop mignon.''

Clara releva vivement la tête.

-'' Jveut dire... eu tu ressemble à une gamine.''

-'' Humm, j'avais compris je ne suis pas totalement idiote.''

-'' Ne me regarde pas comme ça et bois. Je n'ai pas la galle ne t'en fait pas. Et dépêche-toi. J'aimerais qu'on finisse rapidement, j'ai des choses à faire après.''

-'' Et tu a quoi à faire après ?''

-'' Je t'es déjà dit que je n'avais aucune envie de me confier à toi.''

-'' OK.''

-'' Quoi, c'est tous ?''

-'' Oui. Quoi ?''

-'' Non, rien. Finissons.''

**

Ce ne fut que trois heures plus tard et beaucoup de bûche déplacer, que les filles eurent fini le travaille demander. Jo voyait Clara qui depuis un moment faisait la grimace.

-'' Pourquoi tu n'arrête pas de faire cette tête là ?''

-'' Et pourquoi cela te regarderait-il ?''

-'' Tu sais, tu n'est pas toujours obliger de rembarré les gens quand il veulent t'aider.''

Clara lui tendit son doigt sous le nez.

-'' J'ai une écharde qui me fait mal. Je n'arrive pas à l'enlever et si ça continue, je vais perdre mon doigt !''

-'' Ne t'inquiète pas, tu ne risque pas de perdre ton doigt sauf si elle ne ressort jamais. Je suis sur que Mélissa à une pince à épiler. Elle pourra te l'enlever.''

-'' Non. Je ne veut pas attendre plus longtemps. Elle me fait un mal de chien. S'il te plaît.''

Jo lui sourias vraiment pour la première fois et lui attrapa le doigt.

-'' Ce 's'il te plaît' vaut bien que je t'aide.''

Jo approcha sa bouche prés du doigt de Clara et cette dernière le retira vivement.

-'' Mais qu'est ce que tu fait ?''

-'' Je n'est pas de pince à épiler sur moi excuse-moi. Je n'est que mes dents. Ne t'en fait pas, je ne vais pas te mordre. Bien que je suis sur que tu doit aimer ça.''

-'' Si c'est pour te moquer de moi c'est pas la peine.''

-'' Excuse-moi c'était trop tentant. Aller, laisse-toi faire, ça ne prendra qu'un moment.''

Jo repris son opération. Clara avait les doigt gelés, et lorsque Jo posa sa bouche sur sa peau engourdi, elle ressenti une vive chaleur, presque qu'une brûlure, qui lui fit monter immédiatement le rouge au joues.

-'' Voilà !! Tu voit, tu n'a rien sentit.''

-'' Ben si. Tu m'a brûlé.''

Jo la regarda avec des yeux rond comme des soucoupes.

-'' Je t'es quoi ?''

-'' Tu a les lèvres si chaudes qu'elles m'ont brûlées le doigt.''

Ce fut au tour de Jo de rougir, mais Clara ne remarqua rien puisqu'elle fixer son doigt bizarrement.

-'' C'est normal que tu est eu cette sensation de brûlure. Sans gants en fin d'hivers ici, on attrape vite froid au main.''

-'' Vous avez bientôt terminer les filles ?''

Elles se retournèrent en sursaut. Elles n'avait pas entendu Henry arriver.

-'' C'est fini. Nous allions justement rentrée.'' Dit Jo.

-'' Tu veut manger avec nous ce soir Jo ?'' Demanda Henry.

-'' Merci pour l'invitation Henry. Mais ce sera pour une prochaine fois.''

-'' Dans ce cas-là je t'invite pour dans deux semaines. Ce sera l'anniversaire de Mélissa et elle invite des amis pour l'occasion.''

-'' J'accepte.''

-'' Bien. Entre temps tu passe quand tu veut à la maison bien sur. Tu est la bienvenu, n'oublie pas. Clara, nos devons y aller sinon nous allons être en retard pour le dîner.''

Clara s'approcha de Jo avec les yeux baisser.

-'' Merci pour l’écharde. Tu est peut-être moins nul que ce que je croyais.''

-'' Merci pour ce compliment. Enfin si ç'en ai un. Moi aussi je me suis trompé sur un point. Tu ne ressemble pas à une gamine mais plutôt à une princesse en détresse. Peut-être à bientôt.''

-'' Oui ba ça on verra.''

Et Clara lui tourna le dos et partit. Elle avait un grand sourire sur les lèvres que Jo ne pouvais pas voir bien sur.

' Finalement cette Jo n'est pas si désagréable que ça. Bon ça reste une paysanne bien sur. Mais elle est assez agréable. Et puis si je dois tenir deux mois ici, autant avoir quelqu'un avec qui je m'entende bien.'

Jo aussi souriait. Elle avait était sincère : Clara ressemblait vraiment à une princesse en détresse.

' Elle n'est pas si désagréable cette parisienne. Ça se voit qu'elle manque d'expérience dans la vie mais elle à une sacrée volonté. Et puis elle est bien jolie aussi. Ahh mais qu'est ce que je raconte. Il ne faut pas que je pense à sa. Il ne manquerais plus que ça : m'enticher d'une parisienne. En plus elle est hétéro alors inutile de cherché les ennuis.'

**
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   Mar 20 Mar 2012 - 19:28

J'aime ta fic hate de lire la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Euraka
Amazone
Amazone
avatar

- Scripts : 1057
Féminin Age : 27
Date d'inscription : 18/12/2010
Localisation : Dans l'oublie
Points : 1076
Image :

MessageSujet: Re: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   Mar 20 Mar 2012 - 20:46

Ah ! j'aime beaucoup ta façon d'écrire les choses ! Je préfère Clara^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   Mer 21 Mar 2012 - 11:13

hello je vens de lire ta fic j'adore, surtout le personnage de clara, j'ai hate de voir l'évolution des choses. Hâte de connaitre la suite Wink continue comme ça bravo
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   Mer 21 Mar 2012 - 13:40

Merci pour vos com ça fait du bien ^^

Henry s’arrêta au milieu du trajet qui devait les ramenaient au chaud. Il stoppa devant une petite maison en bord de route.

-'' J'en ai pas pour longtemps. J'ai promis à Mélissa de ramener de la roulade.''

-'' C'est quoi de la roulade ?''

-'' Tu verra.''

-'' A oui au faite, qu'a tu dit à ton ami toute à l'heure ?''

-'' Je lui est juste dit qu'il te mette avec Jo.''

-'' Je n'en reviens pas. Tous cela était donc préméditer !!''

-'' Peut-être mais maintenant je sens que ça ce passe un peu mieux entre vous deux. Mai si j'ai fait ça, c'est uniquement pour Tristan. Cela le rendais triste que tu ne t'entende pas bien avec elle. Bon aller j'y vais.''

-'' Oui et bien tu ferai mieux de te dépêché parce que j'ai froid moi.''

-'' A vos ordre chef.'' Répondit Henry avec un sourire moqueur.

Ce la faisait dix minutes que Henry avait passer la porte de la maison et Clara commencer à s’impatienter.

Au moment même où elle allait sortir du 4x4, une voiture passa sur la route. Henry avait ses phares allumée et Clara put voire le conducteur. Il s'agissait du pervers qui était dans le train. Prise de panique, et ne voulant pas qu'il la vois, elle sauta à terre et se cogna la tête sur quelque chose de dur qu'elle ne put identifier.

C'est dans la même position qu'Henry la retrouva cinq minutes plus tard.

-'' Tu vas bien Clara ?'' Lui demanda-t-il.

Elle se releva et la tête lui tourna.

-'' Oui ça va. J'avais fait tomber mon portable. Tu sens l’alcool. Tu n'a pas honte d'aller te bourré la gueule pendant que ta nièce attend dans le froid à la merci du premier venu. Et en plus ta femme qui t'attend à la maison avec un bon repas sur la table !! Tu me dégoûte !!''

-'' La vache, ta tête. Tu t'es ouvert le front. Je t’emmène chez le toubib.''

Clara porta la main à son front et constata qu'elle avait beaucoup saigner.

-'' Oh ça va laisser une marque c'est horrible !! Et non tu ne vas pas conduire tu est ivre !!''

-'' Non je ne suis pas ivre. J'ai juste bu un petit verre qu'on m'a offert. Je ne suis pas idiot. Et en plus j'ai prévenu Mélissa que je serai en retard. De plus la voiture était fermé à clé, donc il n'y avais aucun risque qu'il t'arrive quoique ce soit. Maintenant laisse moi t’emmener voir le médecin.''

-'' Bon d'accord mais je te jure que je vais le dire à ma tante.''

-'' OK.''

**

Henry l'emmena directement au domicile personnel du médecin. Pendant que le dit médecin préparé son matériel, Clara chuchota dans l'oreille de son oncle.

-'' J'espère pour toi que ce n'est pas un vétérinaire sinon tu vas m'entendre.''

Cette remarque fit sourire Henry. Clara ou droit à deux point de suture puis ils rentrèrent enfin. A peine eurent-il franchi la porte que Mélissa leur sauta dessus et pris Clara dans ses bras.

-'' Je tellement contente que tu aille bien. Le médecin m'a appeler pour me prévenir.''

Clara la regarda avec de gros yeux. Elle n'avais pas l'habitude qu'on s'inquiète pour elle.

-'' Eu... oui je vais bien. Mais Henry non.''

Mélissa regarda son mari qui semblais être comme d'habitude.

-'' Il à bu.''

-'' Mélissa, tu veut bien lui expliquer.''

-'' C'est une tradition de fromage.''

-'' Alors soit je comprend plus rien, soit la coupure à fait plus de dégâts que ce je croyais.''

-'' La roulade, c'est du fromage. Et la tradition veut que celui qui vient en cherché doit boire un verre. C'est pour renforcer les liens d'amitiers. Henry n'est pas alcoolique rassure-toi. En plus le verre qui est servi est moins alcooliser que du vin.''

Clara se retourna vers Henry avec une petite mine. Je suis désolée.''

-'' Allons c'est déjà oublier. Tu veut goûter au fromage ?'' Lui demanda Henry avec un grand sourire.

Clara eu un haut le cœur et se dirigea vers l'escalier.

-'' Non merci j'ai déjà dit je ne manger rien d'origine animal. De plus je suis fatiguer. A demain.''

-'' Si tu à besoins de quoique ce soit, ou que tu ne te sent pas bien, n'hésite pas à venir nous réveiller.'' Lui dit Mélissa.

-'' Oui, oui d'accord.''

Clara pris une bonne douche bien mériter. Son oncle avait poser un verrou suite à 'l'accident'. Elle pris soin de ne pas toucher à ses points de suture. Une fois sèche et prête à aller se coucher, elle se regarda dans le miroir et constata qu'elle avait vraiment une tête à faire peur, ce qui ne lui était jamais arriver.

Quand elle s'allongea dans son lit, sa tête lui fit mal et elle dut se résoudre a s'endormir assise. Elle fit un cauchemar où apparaissait le pervers et aussi d'un cheval beige.

Un drôle de bruit la réveilla en sursaut. Quelqu'un gratter à sa fenêtre. Elles se leva lentement. Son cœur battait à tous rompre. Elle écarta le rideau et failli pousser un cris. Mais elle s’aperçut au dernier moment que c'était Jo qui était derrière. Clara ouvrir la fenêtre tous doucement pour ne pas réveiller le reste de la maison.

-'' Je peut savoir ce que tu fiche ici ?''

-'' Je te le dirai si tu me laisse entré parce que la tiens en équilibre sur du lierre et il est à deux doigt de se rompre.''

-'' Mais comment tu a fait pour monter ?''

-'' Laisse moi entré ou je vais me cassé la gueule.''

-'' OK.''

Une fois entré, Jo se laissa choir sur le lit comme si elle était chez elle.

-'' Et ben dit donc faut pas te gêner.'' Lui dit Clara.

-'' Excuse-moi mais si tu m'avais laisser entré plus tôt je n'en serais pas là.''

-'' Bon alors, tu vas te décider à me dire ce qui t'amène à cette heure tardive et dans ma chambre en plus ?''

-'' En faite, j'ai appris pour ton front. Je me suis inquiété et ne pouvant attendre demain pour savoir si tu aller bien, j'ai décider de venir constater pas moi-même. Et si je suis passer par ta fenêtre, c'est pour ne pas réveiller tous le monde.''

-'' Woua. Eu... Tu t’inquiète pour moi ? Mais comme c'est mignon. Je crois que tu prend cette histoire de princesse en détresse un peu trop au sérieux. Et puis d'abord, comment à tu sut ce qu'il m'était arriver ?''

-'' Le vétérinaire et passer pour le poulain et il me l'a dit. Tu sait dans le coin, les ragots voyage plus vite que la parole.''

-'' Un vétérinaire. Je le savais. Henry va m'entendre demain. ?''

-'' Alors, tu vas bien, je suis quand même passer pour savoir ça. Et puis d'abord, comment tu as fait pour te faire ceci ?''

-'' Tu promet de te pas te moquer de moi ?''

-'' Promis.''

-'' Je me suis cachée.''

-'' Mais tu t'es cachée de quoi ?''

-'' Dans le train, je suis tombé sur un gars un peu trop collant, si tu voit ce que je veut dire. Pour qu'il me lâche j'ai fait croire a un contrôleur qu'il était pédophile. Et ce soir, pendant que j'attendais mon oncle, il est passer en voiture. Je ne voulait pas qu'il me voit alors j'ai plongée et voilà.''

-'' Et il ressemblais à quoi ce gars ?''

-'' Un type dégarnie en costume.''

-'' A ba merde alors. Ce type et un trafiquant de drogue. C'est à cause de lui qu'hier on a dut ce caché.''

Clara pâlit à cette déclaration.

-'' Comment ce fait-il qu'un trafiquant de drogue habite dans ce coin paumé ?''

-'' Il n'y habite pas. Et c'est justement parce que c'est un coin tranquille qu'il est ici. Il ne risque pas de se faire contrôler par les gendarmes. Tu n'a pas choisi la bonne personne pour faire une blague.''

-'' Je suis morte !''

-'' Mais non. Je ne pense pas qu'il t'es vu. Et même si c'était le cas, il n'a que peut de chance de te retrouver.''

-'' J'espère que tu dit vrai.''

Jo posa un doigt délicat sur le front à Clara et celle-ci eu un frison qu'elle ne put identifier.

-'' Une fois guérie, tu n'aura qu'une toute petite cicatrice qui disparaîtra d'ici quelque années. Je vais te laisser te reposer. Je te voit plus tard.''

-'' Non Jo attend.''

-'' Quoi ?''

-'' Eu... j'ai un peu peur après ce que tu m'a dit. Ça t'embêterai de passer la nuit avec moi.''

-'' Ma petit princesse en détresse !''

-'' C'est ton devoir je te signale !! C'est toi qui me raconte des histoires qui font peur.''

-'' Ce sont de vrai histoire et si je te l'es ais raconter c'est pour que tu te rend un compte que t'es action on toujours des conséquences.''

-'' C'est bon j'ai compris. Alors, ça ne te dérange pas.''

Jo la regarda un instant alors qu'elle faisait une mou adorable et elle craqua.

-'' Bon d'accord. Mais je vais dormir où ? Il n'y a qu'un seul lit.''

-'' A oui, je n'avais pas pensée à ça. Ba, je suppose que si on se tasse un peu, on pourra dormir dans le même lit.''

-'' A eu... OK.''

Elles s’installèrent et durent se coller l'une à l'autre pour pouvoir tenir. Juste avant de sombré dans le sommeil, Clara chuchota à l'oreille de Jo :

-'' Merci d'être resté. On pourrais devenir facilement amies.''

-'' Oui, on pourrais. Bonne nuit princesse.''

-'' Bonne nuit mon chevalier.''

Et elles s'endormirent avec un sourire sur les lèvres.

**

Au matin, Clara ressentie un vide qu'elle ne compris qu'en ouvrant les yeux : Jo était partit.

' Elle aurait au moins put me le réveiller. Quelle ingrate !!'

Elle pensait ça, mais au fond d'elle même elle avait était heureuse d'avoir passé la nuit avec elle. Elle s'était senti en sécurité. D'ailleurs, à bien s'en souvenir, elle n'avait jamais dormis aussi bien. Sauf peut-être sous l'effet du cannabis.

Du fait de sa blessure, elle fut dispenser de travail toute la semaine. Cela la soulagea. Mais en même temps elle s'ennuyer. Il lui manquer quelque chose et elle ne savais pas quoi. Ce vide qu'elle avait ressenti toute la semaine fut comblé lorsque Jo fit son apparition le dimanche matin. Clara prenait l'air dans le jardin. Elle s'était allongé dans l'herbe et elle prenait le soleil quand une ombre passa devant.

-'' Tu fait bronzette ?''

Clara se releva vivement.

-'' Pourquoi est-tu partit l'autre matin sans même me réveiller ?''

-'' Excuse-moi. Mais je me suis réveiller tard et j'avais du travail à faire. Mais tu voit je suis revenu.''

-'' Oui. Mais pour combien de temps ?''

-'' Quoi ?''

-'' Eu... Non rien.''

-'' Ça te dit de te promener avec moi ?''

Clara se releva vivement et lui fit un grand sourire.

-'' Oui, on va où ?''

-'' Si tu est patiente, après la messe tu le saura.''

-'' Après la messe ?''

-'' Oui je vais à la messe du village tous les dimanches.''

-'' Alors tu est croyante ?''

-'' Non. Je vais à la messe parce que cela me permet de méditer. J'en ai besoin.''

-'' Je peut comprendre ton besoin de méditer. Une fois je suis aller en inde pour faire un petit séjour dans un temple pour apprendre la méditation.''

-'' Tu n'est pas obliger d'aller à l'autre bout du monde pour méditer. Tu voit j'y arrive à a peine dix minutes de chez moi.''

-'' La messe fini à quelle heure ?''

-'' Tu n'a cas venir si tu veut.''

-'' Eu... non-merci mais j'ai du mal avec l'église.''

-'' Et pourquoi ça ?''

-'' Parce que certaines de leurs valeurs ne sont pas les miennes.''

-'' M'oui, ça ce défend. Dans ce cas tu n'a qu'a m'attendre devant l'église.''

-'' Mais je vais attrapé froid à t'attendre.''

-'' On annonce un redoux pour la fin de matinée. Ça devrai aller.''

-'' Bon d'accord.''

-'' Alors à toute à l'heure ma belle. A oui, pour aller jusqu'au village, prend sur la droite quand tu sort de la maison.''

Clara donc attendre Jo au village. Elle n'y était jamais aller et le trouva charmant. Son centre consister en une petite place qui border l'église. Un grand arbre e trouver en son centre. Clara s'assit sous cette arbre et se mit à regardé ses branches. Elle admira le mouvement que donner la légère brise au branche encore nue à cette saison.

Sa rêverie fut rompu par la sonnerie des cloches de l'église. La porte s'ouvrit en grand et quelque personne sortir de la mess. Jo fut la dernière à sortir de l'édifice et c'est à ce moment précis qu'un rayon de soleil perça les nuages et fit un halo lumineux autour d'elle. Clara bloqua totalement sur la vision et senti son cœur battre la chamade. Jo croisa son regarde et là Clara cru que son cœur aller exploser. Puis tous fut terminer : un éclair zébra le ciel et le tonnerre gronda. Apeuré, Clara courra jusqu'à Jo.

-'' Ne t'inquiète pas, l'orage ne va pas te manger.''

-'' Mais on va se retrouver sous l'averse.''

-'' Pas de balade aujourd'hui, tant pis. Aller viens, suis moi. Je connais un raccourci pour rentré chez toi.''

Elles se mirent en route, et une fois sorti du village, prirent un chemin sur la gauche de la route. Au bout de quelques minutes, elles arrivèrent en vu de ruines.''

-'' Qu'est ce que c'est ?''

-'' C'est l'ancien monastère. Mais nous allons l'éviter. Il y a plein de crevasse dans le coin. Alors si...''

Elle nu pas le tant de finir sa phrase que tout à coup Jo disparu dans un craquement assourdissant. Elle tomba dans une crevasse qui c'était ouverte sous elle et Clara y tomba également car elle s'approcha trop prés du bord.

Par chance elle tomba sous un cousins d'herbes sèche. Elle aller bien. Mais ce n'était pas le cas de Jo qui gisée inconsciente. Clara s'approcha d'elle en tremblant.

-'' Jo !! Oh Jo réveille-toi s'il te plaît. Jo tu me fait peur. Jo réveille-toi. Aller réveille-toi !!''

Par désespoir elle lui tapa violemment la poitrine et Jo pris une profonde inspiration et ouvrit les yeux.

Elles ne le dirent pas, mais tous cela leur parut familier. Elles se relevèrent péniblement.

-'' Il faut qu'on sorte de là !!'' Commença à paniquer Clara.

Jo regarda en haut et dédaigna de la tête.

-'' Vu la hauteur sous plafond, ce n'est pas possible. Essayons plutôt par là.'' Elle désigna un tunnel lugubre.

-'' Non merci je n'ai pas envie de me faire attaquer par un vampire.'' Répliqua Clara.

-'' Tu n'a qu'a me tenir la main si tu as peur.''

Clara ne se fit pas prier. Elle attrapa vigoureusement la main de Jo et ne la lâcha plus.

-'' Pas trop fort non-plus. Il serai dommage que tu me brise les doigts, j'en ai trop besoin.''

Clara ne releva pas l'allusion et elles se mirent en route. Au bout d'un certain temps passer dans l'obscurité, elles commencèrent à distinguer des formes. Elles arrivèrent bientôt dans une vaste pièce ou le soleil filtré à travers des fenêtres rondes.

-'' Bingo, nous sommes sous le vieux moulin du père Porcher. On va pouvoir sortir de là.'' Indiqua Jo.

-'' Tu as vu ? On dirais des tableaux.''

Jo se retourna et vit plein de tableau et autres objets qui selon elles avait plus leurs place dans un musée que dans la cave d'un vieux moulin abandonné.

-'' C'est étrange, je me demande ce que ça peut bien faire ici.''

-'' Ça à peut-être un rapport avec le trafiquant, regarde.''

Clara tenait à bout de bras un sachet remplis de poudre blanche.

-'' Merde alors, je crois bien que nous somme arriver tous droit dans son repère. Vite, dépêchons-nous de sortir de là avant qu'il ne vienne. Remet ce truc où tu l'a trouver. Je n'ai pas envie qu'il sache que quelqu'un a découvert sa planque.''

Elles remontèrent par un escalier étriqué puis sortirent enfin. L'orage s'était calmer et il ne pleuvait presque plus.

Elles coururent jusqu’à un bosquet et s'y cachèrent.

-'' Je crois que c'est bon. Personne ne nous à vu.''

-'' Je l'espère. Sinon nous sommes mortes !''

-'' Mais non t'inquiète. Aller, et si on rentrée ?''

-'' Oui parce que je suis frigorifier.''

-'' Tu aurais-du me le dire plus tôt. Tiens, voilà ma veste.''

Jo lui donna sa petite veste et Clara la mit immédiatement sur ses épaules.

Elles arrivèrent peu de temps après devant chez Mélissa. Clara rendit la veste à Jo mais celle-ci refusa.

-'' Je sais qu'elle est un peu petite pour toi, mais j'ai vu que tu n'en avais pas alors je te la donne. Sinon tu va finir par attrapé froid.''

-'' Merci, c'est bien la première fois qu'on m'offre quelque chose d'utile. Bon sinon, on fait quoi pour ce qu'on à vu ? Il va falloir qu'on téléphone aux gendarmes.''

-'' Ou on ne peut rien dire du tout.''

-'' J'espère que tu plaisante !''

-'' Non !! je n'ai pas envie de voire les gendarmes ici. C'est le seul coin tranquille qui reste en France et je n'ai pas envie de le souiller !''

-'' Mais il est déjà souiller !! Tu ne peut pas fermé les yeux sur se qu'on à vu !! Cet enfoiré et non seulement un trafiquant d'art ce qui est déjà un grand crime selon moi, mais en plus il deal !! C'est vraiment inacceptable !''

-'' Et c'est toi qui dit ça !! Toi est une junkie !! Laisse-moi rire. En plus si des gens comme lui n'exister pas tu ne pourrais pas te drogué !!''

-'' Comment tu la su ?''

-'' Je ne suis pas née de la dernière pluie !! Ce n'est pas parce que j'ai dix-huit ans et que j'habite loin de tout que je suis idiote !! Quand j'ai dormis avec toi l'autre soir, ça sentait le cannabis à plein nez. Alors tu n'a pas me donner de leçon. Si jamais tu appelle les gendarmes ou si tu en parle à quelqu'un, je ferai en sorte tu reparte à paris !''

Elle partit en laissant Clara sous le choc de la déclaration.

' Elle est d'humeur très changeante. Un moment elle me traite de princesse en détresse et après elle veut me faire avoir des ennuis. Oh je ne la comprend pas. Et dire que je commencer à vraiment l'apprécier. Peut-être même plus que je ne me l'avoue. AHHH mais qu'est ce que je raconte ? Je ne suis pas lesbienne !!'

Puis elle rentra au chaud.

-'' Tu vas bien Clara ? Tu fait une drôle de tête.'' Lui demanda Mélissa.

-'' Si,si ça va.'' Lui répondit vaguement Clara.

-'' Tu a une nouvelle veste ?''

-'' Eu... Oui, c'est Jo qui me l'a prêté. On étaient partit se promener quand l'orage à éclater.''

-'' A bon, toi tu est partit te promener avec Jo ? Et dire qu'au début vous ne pouviez pas vous sentir.''

-'' Je monte me reposer.''

-'' Tu n'a pas as faim ?''

-'' Non je suis épuisé.''

-'' Dans ce cas je te dit à ce soir.''

Clara monta et s'allongea dans son lit.

' Mais pourquoi je n'ai rien dit. Bon c'est vrai que je n'ai guère envie de rentré chez moi mais j'aurais bien trouvé un moyen. Il faut que je trouve une façon de me réconcilier avec elle. Je ne sais pas pourquoi, mais quand elle n'est pas là, j'ai l’impression qu'il me manque quelque chose. AHHH, je divague vraiment. Je vais dormir, ça iras mieux demain comme on dit.'
**
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   Dim 25 Mar 2012 - 13:27

Elle passa la semaine à aider son oncle dans les divers travaux de la ferme. Elle commencer à s’habituer a la vie à la campagne. Elle avait de moins en moins de mal à effectuer les tâches qu'on lui demander. De plus les jours se réchauffer peu à peu ce qui la rendait moins dépressive qu'elle ne l'aurais jamais cru. Malgré une humeur plus légère, elle ne se sentait pas tout à fait bien. Elle regrettait ce qui c'était passé entre elle et Jo. Tous les soirs, au moment de se couché, elle prenait la veste que lui avait donner Jo et elle plongait son nez dedans. Elle ne l'avais pas porté alors l'odeur de Jo était imprégner dans le tissu.

Une semaine passa ainsi. Puis, le soir de la fête d'anniversaire de Mélissa, juste avant que les invités n'arrives, Clara vit passer énormément de voitures de gendarmes alors qu'elle étendait du linge une lessive au-dehors.

' Voilà qui est curieux, Ça fait deux semaines que je suis là et c'est la première fois que je vois des gendarmes. Oh non, il doivent avoir découvert la planque. J'espère que Jo ne sera pas au courant. Sinon elle va croire que c'est moi et je vais devoir repartir. Peu importe, de tout façon je n’ai pas que ça à penser, les inviter vont arriver et il faut que j'aille m'habiller.'

En effet, les inviter arrivèrent peu après. Jo aussi vint et quand elle arriva, la première chose qu'elle demanda à Mélissa, après lui avoir souhaiter bon anniversaire bien sur, fut de lui demander où était Clara.

-'' Elle est monté s'habiller. Ça fait un moment d'ailleurs. Je me demande ce qu'elle fabrique. Je te voit plus tard, je dois aller voir les autres.''

Jo était en train de déguster son troisième verre de vodka lorsque Clara fit son apparition. Et qu'elle apparition !! Elle descendit les escaliers avec tout la grâce d'une déesse grecque pensa Jo. Elle avait mit un de ses jeans moulant avec un haut sans manche bleu, ce qui faisait ressortir ses yeux d'avantages.

Lorsque Clara vit Jo, elle failli manquer une marche. Elle avait totalement oublier qu'elle devait venir et cela la déstabilisa. Ayant peur de se retrouver face à elle, Clara partit en direction de la cuisine ou elle se cacha une partie de la soirée.

Jo voulu la rejoindre, mais elle fut intercepté par certain des invités et dut discuter avec eux.

Au milieu de la soirée, Henry trouva sa nièce dans la cuisine et lui pria de venir danser avec lui. Malgré son refus, il l'attrapa et la mit sur son épaule. Il l'emmena sur la piste de danse de fortune, emménagé au milieu de salon, sous les rires des invités.

-'' A oui, tu veut jouer à ça ? Très bien alors accroche-toi.''

Et elle se mit a danser sur un air de musque latine. Jo la regarda faire et sentit quelque chose dans son estomac et elle savait que ça n'avais rien avoir avec tous l'alcool qu'elle avait ingurgité.

Clara dansa si bien que bientôt tous le monde se mit a vouloir danser comme elle. La piste fut bientôt pleine et Clara s'échappa pour aller reprendre son souffle dehors.

Elle était seule, enfin croyais l'être car Jo l'avait suivi.

-'' Tu prend l'air ma petite princesse ?''

-'' Jo !! Tu m'a fait peur !!''

-'' Je ne voulait pas pardon.''

-'' Et tu est ivre en plus !!''

-'' Je ne boit pas souvent et je crois que j'ai dépasser ma dose limite. Mais je vais bien. En faite, je voulait te parler.''

-'' Je n'ai rien fait !! Ils ont du trouver la planque tous seule.''

-'' Je ne voulait pas te parlé de ça. Mais je tiens à te rassuré, je sais que ce n'est pas toi qui as prévenus les gendarmes. Parce que c'est moi qui l'es fait.''

-'' Mais pourtant tu n'avais pas dit que tu ne voulait pas perdre ton petit coin de paradis ?''

-'' Ça ne vaut pas le coup. Et puis, après l'enquête, il repartirons et ça redeviendras tranquille. Je suis désolée de t'avoir criée dessus.''

-'' Alors c'est réglé, il ont arrêter le pervers ?''

-'' Eu... non. Les gendarmes ne l'on pas retrouvé. Alors ne sort pas seule.''

-'' Alors, tu voulait me parlé de quoi ?''

-'' Eu... Et ben.... Eu.''

-'' Et bien tu va te décider ?''

-'' C'est pas si facile que ça !!''

-'' Tu sais ce qu'on dit, quand on à quelque chose de difficile a dire, il faut le dire vite. Comme quand on arrache un pansement, sa fait moins mal.''

-'' Oui mais c'est loin d'être quelque chose de douloureux.''

Jo regarda intensément Clara dans les yeux. Cette dernière se rapprocha du visage de Jo.

-'' Pas douloureux ? Je l'espère.''

Et Clara posa ses lèvres sur celle de Jo. Leur baiser s'intensifia lorsque Jo glissa sa langue entre les lèvres de Clara. Elles s'embrassèrent jusqu'à ce qu'elles manquent d'air.

-'' Woua, je ne penser pas que ce serai aussi intense.'' Dit Clara.

-'' Oui comme tu dit. Bon je crois que je vais aller dormir moi.''

-'' Pardon ?''

-'' Il se fait tard et je ne veut pas gâché ce moment si parfait. Je te voit demain ma princesse.''

-'' A demain mon chevalier.''

Et elles se quittèrent avec un doux baiser.

**

Le lendemain après-midi, Jo fit son apparition comme toujours quand on l'attendais le moins. Là ce fut lorsque Henry essayer d'apprendre à Clara comment traire une vache. Elle avait faire comme le montrais son oncle, elle n'y arriver pas.

-'' Je savais que tu n'était pas douer mais pas à ce point là !''

-'' Jo !! Clara se précipita pour la prendre dans ses bras puis au dernier moment elle se souvint de la présence de son oncle. Celui-ci se sentit de trop.

-'' Jo, tu veut bien me remplacer s'il te plaît ? Je doit aller aider Mélissa pour la tonte.''

-'' Pas de souci.''

Avant de passer la porte de la grange, Henry les regarda en souriant.

-'' Je suis si contente de te revoir c'est dingue !!'' Dit Clara avec un grand sourire.

Jo s'approcha d'elle, mit une main derrière sa tête et l'embrassa à pleine bouche.

-''Moi aussi je suis contente de te revoir. Même si ça fait seulement quelques heures que nous nous sommes quitter.''

-'' Alors, tu me montre ta méthode pour traire une vache ? Henry m'a dit qu'il fallait tirée puis pressé, mais je n'y arrive pas. Tu me conseil quoi ?''

-'' Je te conseil la méthode du double pressage. C'est peut-être plus long, mais tu obtiendra plus de lait.''

Clara essaya et réussi. Puis, elle regarda Jo bizarrement. Une vague image d'un autre temps passa furtivement devant ses yeux et disparu comme un mauvais songe.

-'' Clara tu va bien ? Tu fait une drôle de tête.''

-'' Il ne t'ai jamais arriver que tu est l'impression d'avoir déjà fait quelque chose alors que c'est la première fois ?''

-'' Tu parle de l'effet déjà vu ? Non je ne pense pas avoir déjà vécu ça.''

-'' Et bien moi ça m'arrive souvent en ce moment. Bref, que vient donc tu faire au milieu des vaches ? Je sais que tu aime ça mais...''

-'' Et c'est pas sympa. En faite je venais te voir. Ça te dit de voire mon si précieux secret ?''

-'' Je croyais que tu ne voulait pas me le montrer ?''

-'' C'est différent maintenant. Alors, accepte-tu de venir avec moi ?''

-'' Mais comment refuser une telle offre. '' Répondit Clara avec un grand sourire.

Elles marchèrent pendant plus d'une heure, puis Jo se rapprocha de Clara avec un sourire coquin.

-'' On arrive. A-tu confiance en moi ?''

-'' Pas trop mais ça devrais aller.'' Répondit Clara un clin-d'œil et Jo manqua un battement de cœur.

-'' Alors accepter-tu de porté ce bandeau ?''

Jo sortit un jolie foulard orange et le place délicatement sur les yeux de Clara. Elle l'a mena doucement jusqu'à l'entré d'un jardin, puis elle lui enleva.

-'' Quel est cet endroit ?'' Demanda Clara.

-'' Tu est ici dans mon domaine.''

-'' Tu veut dire que même la maison et à toi ?''

-'' Bien sur. Oh ce n'est pas un palace puisqu'il n'y a que quatre murs et un toit. Mais j'espère qu'avec l'argent que je vais gagner je vais pouvoir la reconstruire entièrement.''

-'' Et que fait-tu poussait ?''

-'' Du safran. C'est une épice qui vaut chère tu sait. Ce sera mon petit gagne pain une fois ma maison construite. Alors, tu aime ?''

Jo attendais impatiemment la réponse de Clara.

-'' C'est un endroit merveilleux. J'aime beaucoup.''

Jo la pris dans ses bras et au moment ou elle aller l'embrasser, le tonnerre gronda tous proche. Avant même qu'elles ai put réagir, une monumental averse se mit à tomber du ciel.

-'' Clara aide-moi à couvrir les plantations !!''

Et Jo se précipita avec Clara sur ses talons. Il leur fallu une dizaine de minutes le temps de tous couvrir et lorsqu'elle eurent fini, elles étaient trempé jusqu'à l'os. Jo entraîna Clara à l'intérieur de la maison. Elle était vide à l'exception d'une énorme pierre plate au centre de la pièce.

-'' Je vais faire du feu. Enlève tes vêtements et sèche-toi avec ces peaux de moutons avant d'attrapé la mort.''

Jo lui tendit les peau de bêtes et alla jusqu'à une cheminer où elle y entassa du petit bois et des bûches. Quand elle eut fini d'allumer le feu, elle se retourna et la vision qu'elle eut failli lui faire avoir une crise cardiaque : Clara tout mouillé nu dans des peaux de bête.

-'' On t'a jamais dit que tu portait bien la fourrure ?''

-'' Si, mais ne générale, ce sont des peaux de visons que je porte. Tu devrai enlever tes vêtements toi aussi.''

Jo se dévêtit elle-même dans un coin sombre de la maison.

Clara ne vit les choses que furtivement à cause de la faible lueur du feu, mais le peu qu'elle entraperçus lui donna une faim qu'elle ne qu'elle ne soupçonner pas. Elle ne montra rien cependant car elle ne savais rien du sexe entre deux femmes et avait un peu peur.

-'' Tu veut manger un bout ?'' Dit Jo après avoir revêtit des peaux.

Clara sortit de sa contemplation.

-'' Eu... oui j'ai grand faim.''

-'' Dans ce cas j'espère que tu aime la roulade. Je n'ai que ça à manger.''

-'' Je ne mange rien d'origine animal. Combien de fois va-t-il falloir que je le dise ?''

-'' A moi tu ne me l'avais jamais dit. Je n'est que ça donc si tu n'en veut pas, je ne peut pas t'y forcée.''

-'' Bon, D'accord.''

Jo lui tendit donc un morceaux de fromage sur un bout de pain. Clara en mangea un morceaux.

-'' Mais c'est super bon !!''

-'' Je savais que tu allai aimer ça.''

-'' C'est bizarre, mais j'ai l'impression qu'il n'y a pas que du fromage dedans. De quoi est-il fait ?''

-'' Je suppose que je peut te le dire à toi. Il est fait de lait de vache et de brebis. Plus l'ingrédient secret bien sur.''

-'' Ben aller, dit-moi quelle est cette ingrédient secret !''

-'' Le safran bien sur !''

-'' Je me disait aussi.''

-'' C'est pour ça que j'en fait poussé, le producteur de la roulade et un très bon client.''

Elles s’installèrent sur la pierre et mangèrent un temps en silence tout en regardent pensivement le feu. Puis Clara lui posa une question qui lui brûlé les lèvres depuis longtemps.

-'' D'où vient-tu au juste ?''

Jo releva vivement la tête et la regarda avec méfiance.

-'' Comment à tu sut que je n'était pas d'ici ?''

-'' Déjà parce que tu ne parle jamais de ton passé, et ensuite parce que tu n'a pas l'accent d'ici.''

-'' A merde, ça se voit tant que ça ?''

-'' Ce n'est parce que je fais partit de la haute que je vois rien. Pourquoi voulait-tu me cachée que tu n'était pas d'ici ?''

-'' Tous simplement parce que tu est de la haute !! Mon père était riche et moi aussi a une époque je faisait partit de la haute. Quand il est mort, tous l'argent qu'il avait gagné à servit à payer ses dettes et ses employée. Au finale il ne m'avais léguée que ce bout de terrain au fin fond du trou du cul de la France. J'avais seize ans et j'étais comme toi, je ne savais rien de la vie. J'ai fait les papiers nécessaire pour devenir jeune majeur et je suis venu ici puisque c'était tous ce qu'il me resté. Je me suis fait plusieurs amis et il m'ont aider comme ils le pouvaient, c'est a dire qu'il m'ont offert du travaille. Quand je t'es vu, ça 'a fait un choc parce que j'ai eu l'impression de me revoir et j'ai très c'est un souvenir qui m'est assez douloureux. J'étais décider à partir le temps que tu fasse ton dut. Mais il c'est passer quelque chose que je n'avais pas prévu : je suis tomber sous ton charme. J'ai bien essayer de te fuir, mais je ne pouvais pas. D’ailleurs c'est étrange, j'ai comme l'impression de te connaître. Tu m'a demander tout à l''heure si je n'avais jamais connu cette effet de déjà vu et je t'ai mentis. Je ne voulais pas que tu prenne peur.''

Il fallu du temps à Clara pour faire le trie de tous ce qu'elle venait de lui dire.

-'' Woua. Comment ce fait-il que je ne t'es jamais vu si tu fait faisait partit de la même clic que moi ?''

-'' J'ai passer beaucoup de temps chez mes tantes en Grèce. Je n'ai pas souvent mit les pied à Paris. Alors, tu n'est pas effrayer par ce je t'es dit ?''

-'' Comment le pourrai-je, alors même que je ressent la même chose à ton égard. Moi aussi j'ai l'impression de t'avoir déjà rencontré. Et c'est encore plus frappant parce que je peut te le dire sans complexe : je ne suis vraiment pas lesbienne. Pourtant, je ressent une très grand attirance à ton égard. Je ne peut pas avoir les idée claire en ta présence car je n'est qu'une pensée qui me vienne à l'esprit : T'enlever tous tes habits pour voir et toucher ce qui se trouve en dessous...''

(Censurée ^^)

**

Deux semaines passèrent et un dimanche matin, alors que Clara venais tous juste de quitter Jo après une nuit très charnel, Mélissa lui annonça une grande nouvelle selon elle.

-'' J'ai téléphoner à ton beau-père. Je lui est dit que tu faisait un travail remarquable. Il accepte que tu rentre. J'ai pris un billet pour demain matin.''

-'' Yesssss. Je vais enfin pouvoir retrouver mes vêtements, mon duplexe et mes voyages au bout du monde !!!''

Et la elle eu un choc.

-'' Mais je vais devoir vous quitter. Je vais devoir quitter Tristan, Henry et toi. Je vais devoir quitter Jo. Oh non. Je vais devoir lui annoncer que je part.''

-'' Oui j'ai bien vu que vous étiez devenu très amie toute les deux. Tu pourra toujours venir de temps en temps et tous pourra l'inviter. Et ne tant fait pas, Henry est partit la prévenir que tu partée. Puisque tu ne sera plus là, il aura besoins d'elle pour emmener les moutons dans les pâturages.''

-'' Henry est partit pour.... Oh non.''

Clara partit de la maison en courent. Elle savait qu'elle était au champ du vieux père Sanguin. Il lui fallu quinze bonne minutes de course pour y arriver. A bout de souffle, elle la trouver assise au milieu du prés. Elle s'approcha doucement d'elle et lui posa une main sur l'épaule. Jo se retourna et Clara vit qu'elle avait pleuré.

-'' Oh Jo ne pleure pas.''

-'' Je ne pleure pas. J'ai un truc dans l’œil. Pourquoi serai-je triste de ton départ alors même que nous savions toutes les deux que cela aller arriver à un moment ou a un autre.''

-'' Pourquoi faudrait-il que ça ce finisse comme ça entre-nous ? Tu pourrai venir vivre à Paris avec moi !!''

-'' Mais je ne veut pas quitter ce j'ai mit tant de mal à construire. Je te demanderais bien de rester, mais je sais que c'est inutile. Une fille comme toi n'a pas sa place à la campagne.''

-'' Une fille comme moi ? Je suis trop bourge c'est ça ? Une inadapté sociale ? Si c'est ce que tu pense, nous n'avons rien à faire ensembles et je crois que le destin le savais. Adieu Joséphine.''

Clara partit furieuse en laissant Jo pantelante au milieu du prés. Clara quand à elle pleuré tellement qu'elle ne savais même pas ou elle aller. Elle finis par s'écrouler et à pleuré sans fin.

Puis, quand elle eu pleuré de trous sons saoul, elle rentra en traînant les pieds. Parce que la nuit était en train de tombé, elle vit de loin les gyrophares bien avant d'arriver chez sa tante. Une dizaine de voiture de la gendarmerie était garé devant la maison.

Clara rentra en trombe et vit sa tante et son oncle assis à la table et deux gendarmes qui prenait leurs déposition.

-'' Mélissa !! Qu'est ce qui se passe ?''

Sa tante se leva et alla la prendre dans ses bras.

-'' C'est Tristan. Il s'est fait enlever. Aujourd'hui, il y avait une sortit à l'école pour aller voir une course hippique. En ne le voyant pas revenir, j'ai téléphoner à son école. Je penser qu'ils avaient du retard. Mais en faite, le maître ne l'a pas vu de la journée !!''

Et elle s’effondra dans les bras de Clara. A ce moment là, un gendarme entra.

-'' Capitaine, il y a un changement. Une jeune femme et entré dans les ruines. Nous n'avons pas put la retenir.''

Le gendarme qui se trouver prés de Henry se leva.

-'' Quelle est son signalement ?''

-'' C'est une petite blonde au cheveux court.''

Le capitaine se retourna vers Henry.

-'' Vous la connaissez ?''

-'' C'est une amie de la famille. Elle s'appelle Jo. Elle à dut apprendre pour Tristan et à voulut le sauver.''

-'' Voilà qui ne va pas arranger le travaille de nos hommes. Si dans quinze minutes elle n'est pas ressortit, nous allons donner l'assaut.''

Mélissa se tourna vers Clara.

-'' Tu sait pourquoi...''

Mais Clara étai partit sans faire de bruit. Dès qu'elle avait entendu la description du gendarme, elle s'était éclipser. Elle remonta le sentier derrière la maison et il ne lui fallu pas longtemps pour retrouver les ruines : les gendarmes avait dresser un périmètre tout autour. Mais chaque barrière peut-être facilement franchise. Clara attendit donc la faille : elle se dissimula dans la pénombre naissante et passa entre deux buisson quand les gendarmes regardé ailleurs.

Elle savait très bien où le ravisseur s'était caché : sous la tour. Elle s'y glissa silencieusement. Elle vit au fonds de la pièce Jo qui avait avait pris Tristan dans ses bras et tentée de le rassurée. Le ravisseur était prés du mur et regardé au dehors grâce à trou. Elle se cacha derrière une grosse pierre à l'entré de la pièce sans bruit. Elle ne savais pas pourquoi elle était là. Une seule chose avait motiver sa décision : deux personnes qu'elle aimer étaient en danger et il fallait qu'elle les sauvent.

Seulement, maintenant qu'elle était là, elle ne savais pas du tous comment elle aller faire. Déjà parce que le ravisseur était armée d'un pistolet, et ensuite parce qu'elle n'avais jamais su se battre. Il ne lui resté qu'une seul option : la négociation.

Elle sortit de sa cachette et commença à parler alors même que personne ne l'avait vu.

-'' Pourquoi ?''

Le ravisseur se retourna vivement et pointa son arme sur elle. Clara n’eut même pas peur. Seul la vie de Tristan et de Jo importé pour elle a ce moment précis.

-'' Mais qu'est ce que tu fous là toi ? Mais je te reconnais : tu était dans le train. C'est de ta faute si j'ai eu des ennuis. Jusqu'à présent, personne n'avais fait gaffe a moi, puis il a fallu que tu arrive et on s'est mit à enquêter sur ma personne. C'est ainsi qu'il on trouver ma planque. Et c'est également la raison pour laquelle nous sommes réuni ici. Il a fallu qu'il me trouve ce matin, alors que je quitter la région. Heureusement, j'ai trouver ce gamin sur mon chemin. Je voulait m'en servir d’otage puis cette ravissante personne et arriver.''

Il désigna Jo. Cette dernière la regardé avec du désespoir dans les yeux. Clara voulait tous faire pour que les choses s'arrange car elle ne supporté pas de la voir souffrir. Elle mit donc fin au discours du pervers.

-'' Libère les, et je serai ton otage bien obéissant.''

-'' Mais pourquoi je les libérés ? Je vous est tous les trois. Allons, vient donc t’asseoir à coter d'eux.''

-'' Tu ne crois quand même pas que tu vas t'en tirée comme ça ?''

Clara fit un signe discret à Jo pour qu'elle mette Tristan à l'abrit en désignant une pierre tous proche d'eux. Le ravisseur approcha son visage de celui de Clara.

-'' Pourquoi-pas ? De plus j'ai dans l'idée d'utilisé le gamin pour nous sortir tous les trois de la. Je ne vais pas laisser s'échapper deux belles plantes comme ça.''

Et il commença a lui mettre une mains au fesse.

-'' Dans ce cas je dirais que tu est suicidaire.''

Et Clara lui donna un coup de boule qui le fit chanceler. Elle en profita pour lui envoyer son genoux dans son héritage familial. Le croyant hors de combats, elle se tourna vers Jo et Tristan. Mais il se releva bien vite et voulu l’abattre. Ce fut le regard effrayer de Jo qui la sauva. Clara se baissa et la balle lui siffla prés de l'oreille droite. Elle lui sauta dessus mais il l'évita. Elle se retrouva à terre. Il l'a mit en joue.

-'' Cette fois je ne te raterais pas.''

Sur le point de mourir, Clara ferma les yeux. Elle entraperçus un regards bleu semblable au siens, mais appartenant à une autre époque. Elle n'entendis qu'une phrase, mais qui fut déterminante :

-'' Si tu l'aime, relève-toi et bats-toi. Ne l'abandonne pas une nouvelle fois.''

Elle rouvris les yeux, et tous ce passa au ralentis : le ravisseur tira, elle vit la balle lui arriver dessus et l'évita. Elle se releva d'un coup de rein et dans une fureur qui n'était pas la sienne, elle le désarma d'un coup de pied et lui mit ses mains autour de sa gorge.

-'' Tu vas mourir saloperie. Tu à peur n'est ce pas ? Crois-moi, tu n'a pas fini de souffrir la où je t’envoie.''

Et elle resserra son étaux mortelle. Il commencer à suffoquée et à viré au bleu. Elle aller l'achevé, mais la voix de Jo la fit revenir à la réalité.

-'' Clara non !!!''

Elle relâcha sa prise et sembla revenir à elle. Le ravisseur quand à lui c'était évanoui.

-'' Que vient il de ce passer ?'' Demanda Clara.

Elle était déboussolée. Jo s'approcha d'elle et la pris dans ses bras. A ce moment là, des gendarmes arrivèrent en courent dans la cave. Il baissèrent leur armes quand il vire la scène.

Mélissa et Henry furent soulagée de revoir leur fils en vie. Mélissa s'approcha de Clara et la pris dans ses bras.

-'' Merci d'avoir sauver mon seul enfant.''

-'' Eu... de rien.''

Jo pris Clara a part, pendant que Henry, Mélissa et Tristan faisait un gros câlin.

-'' Je croyait que tu ne savais pas te battre ? Comment à tu réussis à éviter la balle ?''

-'' Je ne sais pas trop moi-même. J'ai eu l’impression d'être comme posséder. Je pense que le karma n'est pas pour rien dans le faite que nous soyons encore envie.''

-'' Le karma ? Aurais-tu eu la visite d'une ancêtre par hasard ?''

-'' Tu as tous deviner.''

-'' Tu sait, j'ai bien réfléchis à notre situation, et je tenait à te dire que je ne te retiendrais pas. J'ai pris conscience que tu était bien trop attaché à ta vie parisienne.''

Clara fit une drôle de tête.

-'' Oui, peut-être.''

Un gendarmes arriva à ce moment là et Jo disparut.

-'' Mademoiselle, si vous voulez bien m'accompagner, je vais prendre votre déposition.''

-'' Bien-sur.''

**

Clara pris un nouveau billet pour rentré chez elle. Elle fit ses adieux à sa famille et se rendit à la gare. Lorsque le train arriva, Jo fit une fois plus son apparition inattendu.

-'' Je ne voulait pas manquer ton départ.''

-'' Merci d'être venu.''

-'' Bien. Ce fut un plaisir de te connaître la parisienne.''

-'' De même pour moi la paysanne.''

Elle se firent un dernier bisou et Clara monta dans le train. Jo resta sur le quai jusqu'à ce que le train et disparu dans un virage. Elle aller partir, quand soudain, elle entendit le train freiner. Au bout de quelques secondes, elle vit Clara courir jusqu'à elle. Jo se mit elle aussi à courir à sa rencontre.

-'' Je ne peut pas partir.'' Dit Clara avec les larmes au yeux.

-'' Pourquoi ?''

-'' Parce que je ne peut vivre sans toi.''

Jo lui mit les mains derrière la tête et approcha sa bouche de la sienne. Elles allaient s'embrasser, mais une voix tonitruante leur fit tourner la tête. Il s'agissait de la contrôleuse qui venait vers elles en courent.

-'' Eu Jo, j'espère que tu court vite !!''


FIN

Revenir en haut Aller en bas
Mango
The Dark Harpy ¤ Le Créateur
avatar

- Scripts : 10082
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans un monde pure sans problèmes
Points : 10677
Image :

MessageSujet: Re: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   Dim 25 Mar 2012 - 14:32

Ha ! j'ai adoré ton histoire ! les personnages sont vraiment super

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
http://legends-xena.forumgratuit.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   Dim 25 Mar 2012 - 17:14

Je suis contente de voir que tu as réussi à la terminer, elle était super mais tu le savais déjà.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [TERMINEE] La Roulade!! ^^   

Revenir en haut Aller en bas
 
[TERMINEE] La Roulade!! ^^
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Roulade de soles aux crevettes
» Les 52e Hunger Games - Marthy - FICTION TERMINEE
» roulade marbrée au poulet
» Roulade de filet de porc farcie
» RCV211 konica terminee!!!!le 9 avril!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Power > Pretty Little Liars :: Le Flood :: Des Fics-
Sauter vers: