Power > Pretty Little Liars
Bonjour à toi !

Bienvenu sur le forum Legends of Xena, tu pourras y découvrir l'actualité concernant la série Xena, Charmed et Legend of the Seeker ! Ce forum est également un lieu de partage et de découverte. N'hésite pas à t'inscrire !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:25

CHAPITRE 23 :

La nuit commençait à tomber quand une femme fit entrer sa fille afin de préparer le dîner. L'enfant resta dans la même pièce que de sa mère, et joua avec son chien qui était son meilleur ami. Il lui montra des divers jouets en bois tout en lui expliquant à quoi cela servait. La femme qui était devant sa marmite, gardait le dos tourné pour ne pas montrer à sa fille, qu'elle était morte de rire devant les explication et les aboiements du chien, qui répondait à chaque fois que l'enfant commentait ce qu'il avait dans les mains. Elle se risqua à tourner la tête et ce qu'elle vit, la fit rire aux éclats. Le chien était couché et bougea la tête en aboyant devant la petite fille, qui lui tendait chaque jouets en racontant le principe de l'objet tout en lui demandant de répéter.

L'enfant devant les rires de sa mère, la regarda avec des yeux d'incompréhension et lui dit avec une moue renfrognée, que c'était pour mieux lui apprendre. Le chien se mit à aboyer pour affirmer les dires de l'enfant, chose qui n'aida pas la femme à ce calmer. C'était à ce moment précis que la porte de la maison, s'ouvrit pour laisser entrer un homme d'une trentaine d'année. Aussitôt que l'enfant vit ce dernier entrer, il se leva et se jeta sur lui avec tout l'amour qu'il pouvait lui porter.

L'homme attrapa la petite fille dans ses bras et la serra très fortement. Il était heureux de voir son enfant après une dure journée de travail. Sans poser l'enfant, l'homme se dirigea vers la jeune femme qui n'était autre que son épouse, et l'embrassa chaleureusement sous les protestations de l'enfant qui firent rire ses parents. Le chien s'approcha aussi son maître tout content de le voir.

Le reste de la soirée se passa dans la joie et la bonne humeur, avec l'enfant et le chien qui étaient les principaux acteurs de la petite comédie qui amusèrent beaucoup les parents. La petite fille expliqua à son père qu'elle essaya d'apprendre à son chien à parler, chose qui faisait rire l'homme. L'enfant était vraiment déçu, car à chaque fois qu'il demandait à l'animal de répéter ce qu'il disait, ce dernier ne sortait qu'un aboiement en guise de réponse. Le père avec beaucoup de tendresse et de patience, expliqua à sa fille que le chien même si il était très intelligent, il n'utilisait pas le même langage que les humains. Pendant tout le commentaire de son père, la petite fille resta très concentrée, et comprenait de plus en plus la raison du pourquoi elle n'arrivait pas à ses fins.

Une fois le repas finit, les parents emmenèrent leur fille dans sa chambre et la couchèrent. Tout les deux restèrent auprès de l'enfant en lui racontant une des histoires qu'elle adorait, qui était celle des guerrier. Tout le long du récit de son père, la petite fille écouta attentivement. La voix tendre de l'homme, lui faisait l'effet d'un somnifère. Elle lutta fortement contre le sommeil, mais ne pouvant résister plus, l'enfant finit par s'endormir profondément avec pour rêve une belle aventure de guerrier.

Nolan se réveilla en sursaut tout tremblant, haletant et remplit de sueur. Elle était complètement tétanisée. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine.

- Mais qu'est ce...

La jeune femme était incapable de dire un mot de tellement elle était sous le choc des images qu'elle venait de voir. Nolan ne savait pas d'où cela pouvait venir. En reprenant doucement ses esprits, elle ajusta ses yeux à la lumière du soleil qui c'était levé quelques heures plutôt. La jeune femme regarda tout autour d'elle et découvrit qu'elle était dans une chambre. Sans attendre Nolan posa les yeux sur le lit d'à coté et vit Léa endormit. Elle se leva immédiatement, mais sons corps n'ayant pas bouger depuis longtemps, la jeune femme perdit l'équilibre. Elle se rattrapa à son lit et recommença. Une fois solidement sur pied, Nolan s'approcha de la petite blonde et son cœur se serra devant le visage blessé de cette dernière. Elle remarqua que les hématomes étaient moins fraîche que la dernière fois. Devant cette vision, Nolan serra les poings en souvenir de ce qu'il c'était passé.

Son corps se dégourdissait petit à petit et la jeune femme put reprendre entièrement l'usage de ce dernier. Lentement Nolan déposa une main sur le front de la petite blonde et le lui caressa dans un geste rempli de remord.

- Je suis sincèrement désolée de ne pas avoir put te protéger. Dit la jeune femme brune tristement. J'aurai tellement voulu empêcher tout ça. Continua t-elle en repensant au massacre commis par son amie. J'aimerai tellement pouvoir remonter le temps et empêcher tout cela.

Tout en disant ses mots, Nolan laissa des larmes couler sur son visage. Elle n'arrivait pas à s'enlever de la tête tout ce qu'elle avait vu. La jeune femme laissa sa douleur passer silencieusement avant de pouvoir sortir.

Une fois calmée, Nolan essuya ses yeux et se dirigea à la porte, elle l'ouvrit doucement afin de savoir où elle se trouvait, car la chambre était différente du dernier village. La jeune femme passa la tête à travers l'encadrement et écouta se qu'il se passait. Elle entendait du monde dans la grande salle. Nolan tendit un peu plus l'oreille et reconnu les voix de Laura et d'Alexandre. Elle sortit lentement de la chambre en refermant sans un bruit la porte derrière elle. Nolan s'avança à pas de loup en direction de l'escalier et entendit une voix qui lui était familière en plus de ses deux amis.

Toujours avec méfiance, la jeune femme commença à descendre les marches et une fois arrivée à mi-chemin, elle baissa la tête et fut extrêmement surprise de découvrir que la fameuse voix était celle de Martine. Nolan laissa son regard voyager dans toute la salle, et trouva ses deux amis assirent à une table à quelque mètres du comptoir. Malgré la présence des autres clients, la salle était particulièrement silencieuse.

La jeune femme continua sa descente en faisant le moins de bruit possible et une fois arrivé en bas, elle regarda tout autour d'elle afin d'essayer de reconnaître les lieux. Quand elle passa toute la pièce en revu en elle put apercevoir Martine qui servait ses clients. Nolan écarquilla les yeux quand l'auberge qu'elle reconnaissait lui sauta au yeux. Elle réalisa enfin qu'elle était chez la femme. À ce moment-là, son cerveau se mit à s'embrouiller. Nolan essaya de se souvenir leur dernier arrêt en ce demandant s'ils étaient vraiment retourner à LOANNINA.

Ce fut un énorme frottement sur sa jambe qui la sortit de ses réflexions. La jeune femme baissa immédiatement les yeux pour y voir sont loup qui était plus qu'heureux de le voir sur pied. Sans attendre, Nolan se baissa et prit son animal dans les bras.

- Je suis désolée mon grand de t'avoir fait aussi peur. Tu as dû t'inquiéter, mais tout va bien maintenant. Lui dit la jeune femme.

Nolan leva d'un coup sa tête quand elle entendit un plateau tomber sur le sol. Elle tomba sur une Martine stoïque. Nolan se mit à sourire, car la tête que faisait la femme, lui faisait presque croire qu'elle était devenu un fantôme.

- Bonjour. Dit gentiment Nolan en continuant à caresser son animal.

Sans qu'elle ne comprenne de ce qu'il venait de lui arriver, Nolan se fit pratiquement soulever du sol quand l'aubergiste la prise dans ses bras dans une immense étreinte.

- Oh Nolan qu'est ce que je suis heureuse de te voir ! Cria t-elle de joie en laissant ses larmes de bonheur couler.

Alexandre et Laura qui avait entendu le plateau tombé, c'étaient retournés pour voir si l'aubergiste allait bien. Ils se statufièrent quand ils virent Nolan réveillée en bas des escalier. Doucement les deux jeunes gens quittèrent leur place et se dirigèrent vers leur amie en se demandant s'ils ne rêvèrent pas.

Quand Alexandre et Laura arrivèrent devant leur amie, tout les deux se mirent à trembler tremblèrent. Une fois que Martine avait enfin décidée de la poser, Nolan put enfin les apercevoir. Quand elle posa ses yeux sur ses deux amis, elle retint de nouveau un rire en voyant les têtes.

- Bonjours dit-elle une nouvelle fois à l'intention des deux jeunes gens.

Encore une fois la jeune femme brune se fait plaquer contre un petit corps tout tremblant. Laura qui ne put retenir plus longtemps ses émotions, se jeta dans les bras de Nolan et éclata en sanglots tellement elle était heureuse de la voir.

La jeune femme était complètement paniquée en entendant les pleures de la jeune femme. Quand elle leva les yeux sur Alexandre pour comprendre, Nolan resta bouche bée de voir ce dernier également en pleur.

- Mais qu'est ce qu'il se passe ? Demanda t-elle ne comprenant pas.

- Nous avons eu si peur pour toi que tu ne te réveille pas, que te voir débout nous donne un gros soulagement. Expliqua Alexandre en réussissant à contrôler sa voix.

- Je suis désolée. Dit Nolan en comprenant enfin la réaction de ses amis.

- Ne refait plus jamais ça. Dit Laura en larmes. Ne nous relaisse plus jamais tomber. Continua t-elle.

- Promis. Dit simplement Nolan toucher par le comportement de la petite brune.

La jeune femme brune resserra ses bras autour de Laura afin de l'aider à s'apaiser. Elle était si touchée, que Nolan eut un mal fou pour retenir la monter de larmes qui menaçait de tomber. Elle n'aurai jamais cru qu'en dehors de Léa, d'autres personnes allait tenir autant à elle. Nolan se montra vraiment très tendre avec Laura qui commençait à ce calmer.

Martine était vraiment émue par ce qu'il se passait et surtout par le comportement de sa petite protégée.

Une fois calmée, Laura se détacha de Nolan et se mit aux cotés d'Alexandre. Ce dernier sentit son cœur se réchauffer, quand il vit la jeune femme revenir à lui après l'étreinte affectif échanger. Il sourit à Nolan qui le regardait avec respect.

- Bon tu as s'en doute faim. Dit l'aubergiste histoire de faire tomber la pression.

- Une faim de loup. Répondit la jeune femme brune avant d'aller s’asseoir à la table ou se trouvait Alexandre et Laura quelques instant plutôt. Martine arriva avec un grand plateau où plusieurs plats étaient servit bien copieusement, et s'assit à la table avec les jeunes gens.

Nolan remercia gentiment la femme et commença à manger. Plusieurs fois, elle regarda Alexandre et Laura avec des yeux interrogateurs. Sous les multiples regards à répétition ses deux dernier commençaient à se sentir mal à l'aise.

- Il y a quelque chose qui ne va pas ? Demanda Alexandre nerveusement.

- Vous avez changé quelque chose sur vous, mais je n'arrive pas à voir quoi, car vous êtes différent. Expliqua le jeune homme.

- Les vêtements. Ils sont changer de vêtement. Dit Martine.

- Ah oui voilà la chose qui avait changer ! S'exclama joyeusement Nolan. Cela vous va bien même mieux qu'avant. Avoua t-elle.

Devant ce soudain compliment, les deux jeunes gens se mirent à rougir. Ils n'avaient pas l'habitude surtout Alexandre qui normalement se prenait des vannes de la part de son amie.

- M...merci. Dit ce dernier gêné.

Nolan ne dit rien de plus, mais elle sentait qu'il n'y avait pas que cela qui avait changer. Le regard que son rival lui lançait, était différent de ce qu'elle connaissait. La jeune femme brune finit par se dire que cela devait être le contre coup de la peur à son égard.

- Nolan, je sais que c'est maladroit de ma part de te demander ça, mais... Laura s'arrêta dans sa question, car elle ne savait vraiment pas si c'était le bon moment, mais elle mourrait d'envie de le savoir mais la peur d'énerver Nolan la fit douter.

- Oui qu'est ce qu'il y a ? Demanda gentiment la jeune femme brune.

Martine tout comme les deux jeunes gens, furent vraiment très surprise de voir Nolan aussi calme et gentille, alors qu'elle était si froide habituellement.

- Et bien... je voudrais savoir pour toi et Léa, enfin je... Encore une fois, Laura ne put dire un mot de plus. Elle ne voulait vraiment pas énerver son amie qui venait juste de se réveiller.

- Tu veux savoir ce qu'il c'est passer pour que Léa et moi soyons autant blessées. Finit Nolan en devinant le reste de la question.

La petite brune hocha timidement la tête.

- Je pense que c'est vous deux qui nous avez retrouvées, donc c'est normal que vous vous posiez des questions. Ben en faite. Commença la jeune femme entre ses boucher de son déjeuné. Nous nous sommes faites attaquées par le seigneur de guerre Baphein.

- C'était donc bien lui le responsable de vos blessure. Lâcha Alexandre en ayant enfin la réponse à l'une de ses questions. Mais qu'est ce qu'il c'est passer, car quand nous sommes venu vous chercher, nous l'avons trouvé mort avec ses hommes.

- Oui et ils ont été très sauvagement tué. Continua Laura. Qui les à tuer ? Toi ?

Devant ces questions, le regard de Nolan devint triste. Elle commença à jouer avec sa nourriture qui se trouva dans son assiette tout en baissant la tête de façon à cacher ses yeux.

Les deux jeunes gens ainsi que Martine furent surprit de la soudaine attitude de la jeune femme.

- Je... enfin pour... Nolan s'arrêta quand elle sentit sa voix se briser.

Le changement brutal du son n'échappa au trio qui regardèrent leur amie avec inquiétude.

- Nolan tu va bien ? Demanda Laura inquiète en posant une main sur le bras de la jeune femme.

- Pour la suite de...de ce qu'il c'est pa...passé je... Encore une fois Nolan ne put finir sa phrase tellement sa gorge se serrait en se remplissant de larme.

- Quand ils entendirent la voix se brisé et trembler de leur amie, Martine, Alexandre et Laura sentir une boule se former dans le gorge. Leurs cœurs loupèrent un battement quand ils virent des larmes tomber dans l'assiette de nourriture. Aucun d'eux ne purent voir les yeux de Nolan qu'elle avait caché après avoir baisser sa tête.

- Désolé. Dit la jeune femme en essuyant ses yeux. Pour la suite, il faudra attendre que Léa se réveille. Sans elle, je ne dirais rien pour ce qu'il c'est passé. Réussit elle à dire sans flancher. Je suis désolée de ne rien pouvoir vous dire, mais pour certaine chose je préfère attendre.

- Non ne t'inquiète pas, c'est normal, vous l'avez vécu toutes les deux, donc tu préfère attendre. Dit Alexandre compréhensif.

Malgré ce qu'il venait de dire, Alexandre sentait qu'il y avait quelque chose qui perturbait énormément Nolan au point de la faire pleurer. Il était sûr que cela avait un rapport avec Léa. Le jeune homme échangeait un rapide coup d’œil avec Laura qui hocha la tête en comprenant ce qu'il pensait. Martine était comme les deux jeunes gens, elle sentait que quelque chose de grave était arrivé au point de perturber Nolan, qui habituellement était quelqu'un de solide. Tout les trois se demandaient qu'était ce secret qui avait traumatisé la jeune femme.

- Et vous ? Demanda soudainement Nolan en sortant tout le monde de leurs pensées.

- Pardon ? Retourna Laura en revoyant les saphirs parfaitement normale.

Alexandre et l'aubergiste étaient vraiment impressionnés par la façon de comment la jeune femme pouvait changer d'humeur en quelques secondes.

- Oui vous que vous êtes t-il arrivé ? Demanda Nolan en montrant les blessures de ses amis.

Alexandre et Laura s'échangèrent une nouvelle fois un regard avant que le jeune homme châtain ne prenne la parole. Il expliqua tout en détail ce qu'il c'était passé depuis que Nolan et Léa c'étaient fait attaquer. Alexandre raconta à Nolan le faux sauvetage de cette fiancé morte depuis plusieurs jour, ainsi que les combat que Laura et lui durent faire dans cette fameuse grotte. Il expliqua aussi les pièges qui avaient également posé afin qu'ils se fasse tuer en passant par les ours et en finissant par la course poursuite qu'ils durent faire afin que Nolan et Léa eurent la vie sauve.

Alexandre expliqua également que toute cette histoire avait eut pour but, de tuer Nolan personnellement en profitant de son coma, et que les villageois avaient monté cette mascarade, pour que lui même et Laura soient éloignés de leur amis pour que les habitants aient le champ libre dans leur exécution. Alexandre raconta à Nolan que le médecin qui était censé les soigner, leur avait injecté un poison. Le jeune homme châtain raconta aussi que pour leur sauver la vie, lui et Laura n'eurent pas le choix, que d'aller dans le seul endroit où ils surent qu'aucune personne ne tenterais de les assassiner même si pour cela, il fallait revenir au point de départ.

Nolan écouta très attentivement le récit d' Alexandre. Extérieurement, elle resta très calme, mais intérieurement elle bouillait. La jeune femme fut vraiment épatée d'apprendre que Laura et son rival, avaient veillé sur elles pendant tout se temps, en les protégeant au péril de leur vie. Malgré leur retour en arrière et une perte considérable de temps pour Tamas, Nolan ne pouvait pas en vouloir à ses deux amis, car grâce à eux, elles étaient toujours en vie, surtout celle de Léa.

En pensant à la cause qui leur valurent leur retour chez Martine, une rage intenable commençait à se former en elle. Apprendre que ses villageois de malheur avaient été aussi lâche, en essayant de la tuer pendant qu'elle était sans défense la mettait hors d'elle. Ce qui la rendait encore plus folle de rage, c'était d'apprendre que les habitants avaient tenter de tuer Léa.

Après avoir finit son déjeuner dans le plus grand calme et sans dire un mot, Nolan se leva de sa chaise avant de sortir de L'auberge. Ses amis étaient très étonnés de la voir aussi si calme. Une fois dehors, la jeune femme brune alla dans l'étable, sella son cheval et l'emmena ensuite dehors afin de le monter. Puis d'un coup, la jeune femme fit avancer son animal dans un puissant galop.

Martine, Alexandre et Laura se précipitèrent à l'extérieur du bâtiment, quand ils entendirent un cheval partir dans un bruit sourd de sabot. Une fois dehors, le trio virent Nolan sur l'animal en se dirigeant hors de la ville à vive allure.

- Où vas t-elle ? Demanda Laura.

- Dire bonjour aux villageois. Répondit sérieusement Alexandre.

- Quoi mais c'est dangereux pour elle...

- Ne vous inquiétez pas, elle c'est ce qu'elle fait. Dit le jeune homme en coupant Martine. Et à vrai dire, je la comprend. J'aurai fait la même chose si je venais d'apprendre que l'on avait essayer de tuer la personne que j'aimais.

- Quoi tu veux dire qu'elle va pour venger Léa ?! Demanda Laura surprise.

- Oui, cela parait fou, mais c'est ce qu'elle va faire. Répondit Alexandre en souriant fièrement.

- C'est ahurissant de voir combien Nolan à changer. Dit Martine tout aussi surprise que la petite brune.

- Comment ça ? Demanda le jeune homme châtain.

- Quand je l'ai connu, Nolan aurai avant tout, pensée à se venger elle même et non pour Léa, même si elle la protégeait un peu. De voir Nolan aller là bas uniquement pour Léa ça fait vraiment étrange.

Alexandre ne disait rien, mais devait aussi admettre que sa rivale avait vraiment évoluée depuis qu'il la connaissait. Sans rajouter un mot de plus, il se tourna et alla vers sa table avec un sourire remplit de fierté pour son amie qu'il respectait par dessus tout.

Nolan chevauchait pendant plus d'une journée entière, en s'arrêtant de temps en temps pour ne pas que sa monture ne s'épuise trop vite. Elle fut rejointe par son loup qui courrait à ses cotés. Plus le village qu'elle convoitait se rapprochait, plus sa colère augmentait. Nolan n'arrivait pas à pardonner à ses gens qui avaient essayer de tuer Léa. Si ses derniers avaient essayer de la tuer, elle uniquement, Nolan n'aurait jamais laissée sa colère prendre le dessus, au point de la faire retourner dans ses lieux maudit. La jeune femme aurai tout simplement attendu qu'ils reviennent dans le coin pour le faire. Mais là non, c'était trop. Déjà que Léa était gravement blessée à cause de Baphein, alors savoir qu'elle était en prise de gens immonde, Nolan ne l'acceptait pas.

la jeune femme s'arrêta quand elle arriva à mi_chemin. Nolan se tourna vers son loup et lui demanda si ce dernier pouvait aller devant elle et trouver un autre passage pour arriver à son point. Nolan ne voulait pas y accéder par la porte principal, mais par l'arrière ou un autre coté, afin qu'elle ne se fasse pas repérer immédiatement.

Après un hochement de la tête, l'animal partit en courant en direction de la cible. Nolan descendit de son cheval et s'assit sur le sol après avoir l'avoir desceller. Elle l'emmena ensuite dans une petite rivière, qui coulait à leur coté et commença à lui passer de l'eau fraîche sur la robe pour que l'animal puisse se détendre. Ce dernier avait parcourut beaucoup de kilomètres en peut de temps, et Nolan ne voulait pas qu'il tombe de fatigue. À la suite de la douche froide, la jeune femme commença à masser les jambes du cheval afin de l'aider à se détendre d'avantage.

Une fois tout ceci fini, Nolan alla dans les bois et chassa un petit lapin. Elle le prépara et le fit cuir dans le feu qu'elle avait allumé quelque instant plutôt. La jeune femme avait ramassé quelques pommes qu'elle avait trouvé dans un vergé, et les donna au cheval qui les mangea avec bonheur. Dès que le repas fut rapidement mangé, Nolan s'allongea sur le sol et finit par s'endormir.

Elle se réveilla deux heures plus tard suite aux bruitages incessant des oiseaux, quand le soleil commençait à décliner. Nolan tendit l'oreille et comprit que ses animaux, lui rapportait un message de la part de son loups, qui avait trouver quelque chose. Sans attendre et en voyant le cheval en forme, la jeune femme remit tout l'équipement sur lui et partit au galop en direction du village, mais en prenant par l'Est en restant tout le temps dans la forêt.

La nuit était tombée depuis trois bonne heures quand Nolan arriva enfin à sa destination. Elle s'arrêta tout en restant dans la forêt et attendit. Quelques secondes après, le loup arriva doucement et se mit à grogner. Nolan descendit de sa monture qui resta en retrait et se mit à suivre son ami. Ce dernier le guida vers une entrée non gardée, située derrière le village. Chose qui étonna la jeune femme qui avait pourtant vu des hommes à l'entrée principale.

Sans se posé plus de question, Nolan avança discrètement contre la barricade en pierre qui protégeait ce maudit village, et scruta les environs pour être sûr que personnes ne puisse la voir. Le loup de son coté, avait mit tout comme son maîtresse ses sens en éveille, et surveillait les environs.

Nolan après être sûr qu'elle était vraiment le seule dans les environs, escalada la façade sans un bruit. Arrivée en haut, elle se mit accroupit avant de se laisser tomber à l'intérieur ensuite, la jeune femme se plaqua contre le mur d'une maison et attendit. Cette nuit là, la lune n'était pas de la partie, chose que Nolan aimait beaucoup. Toujours sans un bruit, elle escaladait la maison afin de se retrouver sur le toit et une fois en haut, elle s'abaissait.

Nolan sauta de toit en toit en faisant bien attention de ne pas se faire repérer. Elle fut rejoint par son loup quelques instant plutôt, et tout deux, cherchèrent la maison avec l'enseigne. Ils se couchèrent sur le ventre quand ils entendirent des villageois dans les rues. Nolan c'était mise de façon à ce que seul ses yeux dépassèrent du toit. elle pouvait ainsi voir deux hommes complètement ivres en criant et chantant de tout ce qu'il pouvait.

Nolan était particulièrement contrariée par cela, car le bruit que faisait ses deux hommes, allait finir par réveiller le reste des habitants chose qu'elle ne voulait pas. la jeune femme laissa donc ses yeux voyager dans le secteur à la recherche d'objet dur. Quand elle vit deux pots de fleur en terre cuite, avec l'aide de son pouvoir, elle les firent voler en direction des deux ivrognes. Ces derniers furent immédiatement assommé au contact violent de l'objet. La jeune femme attendit quelques instant, afin de s'assurer que le petit chahut n'ait pas réveillé les gens. Quand elle fut soulagée que non, Nolan se redressa et continua de passer de maison en maison à la recherche de celle qu'elle voulait.

La jeune femme continua son avancer. Quant elle arriva enfin sur le toit de la maison à l'emblème. Nolan se coucha complètement sur le ventre et attendit, quant elle entendit du bruit venant de sa gauche. Comme pour la première fois, Nolan laissa ses yeux dépasser et regarda ce qu'il se passait. Elle pouvait apercevoir l'aubergiste et deux jeunes hommes dans la petite rue qui était située à coté du commerce. La jeune femme ferma les yeux et se concentra sur son ouïe afin d'essayer d'entendre la discussion des trois hommes. Doucement les sons qui l'entourait, se faisaient de plus en plus bas jusqu'à ce plus aucun bruit ne réussissent à passer et petit-à-petit, seules les paroles des habitants percèrent se silence.

- Vous ne l'avez pas tuez ?! Raja l'aubergiste.

- Non désolé, nous ne sommes pas arrivés. Ses amis étaient bien trop rusés pour tomber dans notre piège. Répondit l'un des deux jeunes hommes.

- Vous savez que Baphein compte sur nous pour les tuer lui et sa copine. Gronda l'aubergiste.

- Oui nous en sommes conscient, mais que veux tu que nous fassions. Ils sont partit et nous ne savons même pas où ils sont aller. Expliqua le second jeunes hommes.

- Quelle barbe ! Il faut trouver un moyen. Ce foutu seigneur de guerre peux revenir d'un moment à l'autre et nous tuer pour le travail non fait. S'inquiéta l'aubergiste.

- Nous le savons bien, mais ce jeune homme appeler Alexandre, avait comprit tout ce qu'il se passait et de plus, si ce foutu loup ne les avaient pas accompagner, ils auraient été morts. Expliqua le premier jeune homme.

Devant ces mots, Nolan tourna la tête pour regarder son animal avec des yeux remplis de colère. Ce dernier baissa la tête en tournant les yeux.

- Nous réglerons ceci plus tard. Dit la jeune femme en comprenant que le loup avait risquer sa vie pour ses deux amis, ensuite, elle retourna son attention aux trois hommes.

- Mais pourtant dans la grotte, vous m'avez bien dit que ses deux imbéciles c'étaient fait prendre au piège dans la partie de la lave ? Demanda l'aubergiste sans trop comprendre.

- Oui mais l'animal est venu les sauver à ce moment là. Répondit le deuxième jeune homme.

- Attendez je ne comprend pas, je croyait que le loup avait été envoyer dans la lave. Demanda de nouveau l'aubergiste.

Nolan reporta une nouvel fois son attention à son animal, qui se baissait encore un peu plus et voulait qu'une chose, disparaître.

- Oui, mais le jeune homme à sauter dans le ravin et à sauver l'animal. Répondit le jeune homme.

- Quoi, mais je comprend rien. Qui à tuer les deux hommes ? Demanda encore une fois l'aubergiste.

- C'est la fille. Répondit le deuxième jeune homme.

- Quoi ! S'exclama l'aubergiste stupéfait.

Nolan reporta encore une fois son attention au loup, et comprit qu'Alexandre avait sauvez son animal, et que Laura l'avait également sauver en plus d'avoir tuer deux hommes. Hé bien j'en apprend beaucoup ce soir. Ce dit Nolan en se calmant.

- De ce que je dois comprendre, c'est toi qui à voulu les suivre et eux ton protéger. C'est ça ? Demanda la jeune femme à son animal.

Ce dernier secoua légèrement la queue en hochant doucement la tête.

- Vous en avez vraiment fait pendant mon absence. Dit Nolan en souriant avant de retourner auprès des trois hommes.

- Oui cette tigresse à tuer nos deux hommes sans aucune pitié. Expliqua le plus jeune.

- Hé vous pourriez me dire pourquoi n'êtes vous pas intervenu alors que vous les voyez faire. Demanda l'aubergiste en rage.

Les deux complices baissèrent leur tête et ne purent répondre à la question. Ils savaient qu'ils auraient du faire quelque chose à ce moment-là, mais la peur qu'ils avaient ressentit quand Laura avait attaqué les deux soldats, les avaient paralysé et ne put que fuir pour rester en vie. L'aubergiste voyant qu'il n'obtiendrais aucune réponse de la part de ses deux personnes, décida d'arrêter l'entre vu et d'aller se coucher. Il retourna chez lui en laissant les deux jeunes gens en plant.

Le plus jeune se tourna vers son frère et lui vit un regard désolé.

- Aller ce n'est pas grave, s'il n'est pas content du travail, il aurait dû le faire lui même au lieu de nous reprocher des choses. Dit ce dernier en le conduisant dans leur demeure.

Nolan resta très silencieuse et ne quitta pas les deux hommes du regard. Quand ces derniers arrivèrent devant la maison, la jeune femme constata avec bonheur que les deux jeunes gent en étaient les occupant. Nolan s'avança lentement jusqu'au bord du toit et attendit.

Ce fut au moment où les deux frères commencèrent à entrer à l'intérieur, que Nolan sauta instantanément en atterrissant sans un bruit. Elle se plaça rapidement derrière ses deux victimes et entra dans la maison en même temps qu'eux.

Nolan s'écarta vivement de la petite file et se mit sur le coté en profitant de l'obscurité des lieux pour se camoufler.

Le plus jeunes allèrent dans un coin de la pièce et alluma une bougie. Il se mit à crier et tout son corps se paralysa de peur, quand il se retourna. Inquiet son frère arriva rapidement vers lui et essaya de comprendre ce qu'il se passait. Le jeune homme ne put dire un mot. Le frère voyant que les yeux de son cadet étaient posés sur quelque chose, regarda dans la même direction et à ce moment précis, son cœur manqua un battement et son corps se paralysa.

Un gros bruit venant de l'étage se fit entendre. Le père des deux garçons ainsi que sa femme, arrivèrent à grande enjambé quand ils avaient entendu leur enfants crier. Arrivés en bas, les parents se pétrifièrent.

Une ombre très sombre était debout dans un coin de la pièce avec des yeux bleus intense.

Le père prit son courage et attrapa une épée qui était accrochée sur un porte manteau prêt de l'escalier et commença à s'avancer.

- Qui est tu ! Dit le père d'une voix ferme en ravalant sa peur.

L'ombre ne dit pas un mot, mais commença à bouger en direction de la porte d'entrée. L'homme eu un sursaut quand le mouvement commencèrent, mais ne se défila pas. Il devait protéger sa famille coûte que coûte.

- Marcus sort d'ici et va chercher les villageois ! Ordonna le père à son fils aîné. Lucius attrape ton épée et viens m'aider ! Continua t-il à l'intention de son jeune fils.

Ce dernier prit son courage à deux main pour se mettre debout, et se posta aux cotés de son père avec son arme à la main.

L'ombre arrêta ses mouvements et se mit à fixer les trois hommes. elle remarquait avec délice le plant qui était en train de se monter. Nolan se réjouissait de la peur qu'elle pouvait donner dans ce genre de moment. Quand elle entendit les ordre du chef de famille, la jeune femme s'arrêta et changea de tactique. Au départ Nolan voulait se mettre devant la porte pour les empêcher de sortir, mais voyant le courage que les occupants avait pour se défendre, cela lui donna d'autres idées plus machiavélique.

Le père donna l'ordre à son cadet de se mettre à ses cotés, afin de faire une barrière pour permettre à son frère de se glisser hors de la maison en profitant de leur corps comme bouclier. Une fois l'opération mise en place, les trois hommes se déplacèrent.

Nolan sentit une jouissance dans ce qui allait se passer et un sourire démoniaque s'afficha sur son visage.

Le trio virent le rictus se faire sur l'ombre, mais continuèrent leurs avancé malgré leur peur.

La jeune femme brune était de plus en plus heureuse, car elle allait obtenir la vengeance qu'elle voulait.

Marcus qui était à trois enjamber de la porte, se mit à courir le plus vite possible dans sa direction, mais un fois qu'il posa une main sur la poignée, son corps vola d'un coup en travers de la pièce pour atterrir lourdement sur les marches des escalier.

Le reste de la famille se figea devant ce qu'il venait de ce passer, et poussèrent un hurlement quand les deux épée des deux hommes s'arrachèrent des mains pour aller se planter de chaque coté de Marcus.

Tout les habitants étaient horrifiés par ce qu'il se passait. Ils eurent leur sang se glacer quand un rire ressemblant à celui d'un démon se faisait entendre. La mère commença à pleurer et se jeta dans les bras de son mari qui prit également ses deux fils dans les bras.

- Qu'est ce que vous nous voulez ?! Demanda le chef de famille en essayant de ne pas laisser sa peur prendre le dessus.

Nolan ne répondit pas et reprit sa marche pour se mettre devant la porte de sortie en bloquant tout accès. Elle regarda ses victimes de haut avec le plus diabolique des sourires.

Marcus n'osait plus bouger à cause des deux épées planter de chaque coté de son corps. Il ne comprenait pas ce qu'il lui était arrivé, mais il était tout aussi terrifié que sa mère et son petit frère. Ce dernier depuis que son arme lui avait été arracher des mains, n'osait plus faire un geste.

Nolan se régalait, car elle savait que de l'endroit d'où elle se tenait, seul ses yeux bleus étaient apparent et cela la ravivait de pouvoir savourer pleinement sa vengeance. La jeune femme regardait un par un les personnes en laissant bien son regard traîner. Ce qui l'attirait le plus, c'était les trois hommes. D'après le récit d'Alexandre et de ce qu'elle avait entendu avant d'entrée dans le demeure, ses derniers étaient les complices de cet aubergiste qui servait Baphein.

Nolan avait envie de vomir, elle comprenait que ses maudits villageois servaient ce seigneur de guerre, uniquement pour de l'argent et étaient prêt à tuer pour cela. La jeune femme brune ne pouvait pas admettre cela et décida de faire elle même sa justice.

- Vous n'auriez jamais dût essayer de me tuer. Dit-elle d'une voix extrêmement basse.

À ses mots, les propriétaires des lieux se virent blanchir.

- Vous n'auriez jamais du essayer de tuer mon amie. Continua Nolan avec une voix gravement dangereuse.

Les interlocuteur comprirent à la dernière phrase, qui était l'ombre et leur peur se multiplia.

- Jamais je ne vous le pardonnerais. Gronda Nolan d'une voix à faire pâlir un mort.

- A...attend. Commença le vieil homme. No...nous n'...n'avons qu...que... il était tellement paralysé par les yeux bleus qu'il n'arrivait pas à dire un mots.

- N'avez que quoi ?! Demanda méchamment Nolan.

- Nous n'avons qu'exécutés les ordre d'un seigneur de guerre ! Lâcha le plus jeune des fils.

- Et le seigneur de guerre ne s'appellerait pas Baphein par hasard ? Demanda Nolan.

- Si...si il nous à dit de te tuer toi et ton amie en échange de sécurité. Continua le jeune homme.

Nolan sortit pour la première fois des pénombre et se mit à la lumière de la bougie.

- Votre seigneur de guerre est mort ! Dit très froidement.

À ses mots les habitant sursautèrent et regardèrent avec terreur le jeune homme.

- Non impossible tu n'a pas pu faire ça, lui...

- Lui qui était si fort, à été tuer. Il reste encore son cadavre dans la forêt. Si cela vous amuse à y jeter un œil. Coupa sèchement Nolan.

- Mais alors qu'attend tu de nous , demanda Marcus.

- Moi, je ne sais pas, votre mort peut être. Répondit le jeune femme brune avec noirceur.

- Non attend ! Nous ne savions pas qu'il était mort. Dit le père.

- Votre seigneur est mort depuis plus d'une semaine ! Alors ne mentez pas ! Ragea Nolan.

La famille sentit un danger planer au dessus d'eux. Malheureusement ils n'étaient vraiment pas au courant de la mort de Baphein. Ils se mirent à sursauter, quant il entendirent les meuble en bois exploser. Ils regardèrent tous, la jeune femme avec horreur quand ils comprirent que c'était elle qui venait de faire cela.

- Je te jure que nous ne savions pas qu'il était mort, mais pour la survit de notre famille nous devions lui obéir.

Nolan arrêta ce qu'elle faisait et regarda tour à tout les habitant. Elle s'arrêta quand ses yeux se posèrent sur la mère. Cette dernière se mirent à trembler de peur en se demandant ce qu'il allait lui arriver.

Nolan affaissa les épaule et laissa un soupir de dégoût sortir. Elle se tourna alors et se mit en face de la porte de sortit et se dirigea vers elle. Arrivé à cette dernière, la jeune femme tourna la tête et regarda les membre de la famille.

- Si je vous recroise un jour, je vous tuerai sur le champ et sans aucune pitié. De toute façon si cela ne tenait qu'a moi, je raserai ce village maudit. Expliqua Nolan froidement.

- Mais alors, pourquoi ne pas le faire. Cracha l'un des deux fils en se mettant debout.

Nolan laissa un sourire glacial s'afficher sur son visage ce qui calma le jeune homme.

- Parce que tout simplement que la jeune femme que vous avez essayer de tuer, serai contre ceci. Répondit Nolan. Hé oui votre vie ne dépend uniquement d'elle. Pour le moment, elle est toujours inconsciente, mais je peux vous affirmer une chose, c'est que si elle ne se réveille pas, je reviendrai et je raserai votre village. Finit Nolan d'un regard noir.

Les mots glacèrent le sang des occupant qui commencèrent à prier leur dieux pour que la jeune femme se réveille.

Nolan passa la porte et avant de partir complètement, elle laissa ses dernier mots.

- Si mon amie se réveille et qu'elle me donne l'autorisation de vous tuer, je reviendrais le faire avec plaisir. Finit-elle avec un sourire machiavélique avant de repartir en direction de chez Martine.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:26

CHAPITRE 24

Nolan était sortie du village avec son loup et son cheval. Elle avait entrepris le chemin du retour afin de rejoindre ses amis. Pendant le trajet, le loup se mit à aboyer.

- Quoi, je ne pouvais pas tuer ses maudit villageois. Dit-elle pour se défendre.

Le loup se remit à aboyer une nouvelle fois.

- Léa n'aurait pas appréciée, et je dois t'avouer, que je n'en étais pas capable non plus. Ils ont juste eu peur et cela me convient parfaitement. Dit Nolan en souriant.

Le loup se mit à gémir de contentement et suivit sa maîtresse dans les pénombres de la nuit en direction de GREVANA. La jeune femme ne se rendait pas compte que la présence de la petite blonde à ses cotés, lui vidait petit-à-petit le cœur de toute la colère et la haine qu'elle avait accumulée depuis son plus jeune âge.

Le soleil commença à se montrer et toucha GREVANA de ses premiers rayons, quand Nolan arriva doucement sur les lieux. La jeune femme ralentit sa monture et la fit avancer au pas, quant-elle fut seulement qu'à une dizaine de kilomètres de la ville. Étrangement, Nolan se sentait légère. Son petit numéro dans le village, lui avait fait bien fou. Cela lui avait permit de commencer à tourner la page sur ce qu'il s'était passé. La jeune femme sentait qu'elle pourra reprendre les devant de leur objectif, l'esprit tranquille, quand Léa se réveillera. Il avança tranquillement tout en regardant avec bonheur le soleil se lever.

Tout le long de la route, Nolan pensait à Léa. Même si la jeune femme avait accepté ce que la petite blonde lui avait dit après le combat contre Baphein, Nolan avait beaucoup de mal à se faire à l'idée que son amie avait perdu son innocence en tuant aussi sauvagement ce seigneur de guerre et son armée. Nolan en avait gros au cœur en repensant à la scène. La jeune femme laissa ses larmes prendre le dessus. Elle revoyait la petite blonde tuer avec haine en faisant souffrir le seigneur de guerre.

Toutes ses visions étaient si dures, que Nolan finit par éclater en sanglots. Le loup qui était à ses cotés, fit immédiatement arrêter le cheval et monta dessus pour venir se coller à sa maîtresse. Nolan attrapa l'animal dans ses bras, et laissa ses pleures se faire plus violemment dans le pelage. Le loup posa sa tête contre l'épaule de la jeune femme, avant de mettre une patte sur son dos pour la blottir encore plus contre lui.

Dans ses larmes, Nolan laissa sortir sa frustration et son dégoût pour elle-même de ne pas avoir pu protéger Léa. La jeune femme n'arrivait pas à se pardonner de tout ce qui c'était passer dans la forêt. Nolan se maudissait d'avoir permis à la petite blonde de perdre sa pureté pour sa propre protection. La jeune femme haïssait le pouvoir qu'elle possédait, car c'était à cause de lui que tout ceci avait été fait. Sans cette chose, Manolis n'aurait jamais trouvé un poison qui permettait de la maîtriser. Sans lui, Baphein ne serait jamais aller dans son ancien château et elle n'aurait jamais connue Léa.

Plus ses pensées avancèrent, plus une rage incontrôlable, s'échappa dans ses pleures qui devenait de plus en plus violent. Nolan avait le cœur si serré, qu'elle mit sa main sur sa poitrine. De son bras libre, elle serra encore plus fortement le loup qui essaya de la consoler autant qu'il le pouvait.

D'un coup, Nolan s'écarta de son animal et une haine puissante s'empara d'elle.

- Tout de sa faute ! Cracha-t-elle.

Le loup sursauta à cette phrase et se mit à aboyer.

- Jamais je n'étais comme ça avant ! C'est depuis que j'ai rencontré cette maudite esclave que je suis devenu aussi faible. Dit Nolan en laissant sa rage sortir.

Le loup comprenant ce qu'allait faire sa maîtresse, se mit à grogner et montrer les dents. Nolan regarda froidement l'animal.

- Tu ne m'impressionnes pas ! J'aurai dû faire ce que j'avais décidé depuis le début ! Je vais tuer cette Léa qui m'a transformée en quelque chose que je déteste ! Sans elle, je n'aurai jamais endurer toutes ses choses ! Lâcha t-elle dans une colère noire.

Le loup toujours contre l'avis de sa maîtresse, se mit à la mordre. Nolan se mit à sursauter devant cette action et sans chercher à comprendre, elle donna un puissant revers dans le corps de l'animal. Ce dernier s'envola violemment hors du cheval pour atterrir lourdement contre un arbre.

Sans attendre, la jeune femme lança sa monture au triple galop en direction de GREVANA. Elle arriva une heure plus tard sur les lieux et sans prendre la peine d'arrêter l'animal, Nolan sauta sur le sol avant de se diriger vers l'auberge. La jeune femme arriva quelques instant après devant le commerce et fit exploser la porte.

Tous les clients de l'auberge se mirent à sursauter sous le choc. Alexandre, Laura et Martine qui étaient proche de la porte se prirent les débris dans la figure. Ils redressèrent immédiatement leurs tête et découvrirent Nolan au seuil de la porte. Martine commença à avoir peur car le regard de la jeune femme brune était aussi noir que la mort. Alexandre et Léa eurent leur sang se glacer devant les yeux bleus mortels.

Nolan se dirigea à pas rapide en direction de l'escalier qui menait aux chambres.

- Léa ! Cria Martine.

- Quoi ?! Dirent Alexandre et Laura en même temps.

- Elle va tuer Léa ! Continua l'aubergiste tremblante.

Alexandre ne prit pas le temps d'en demander plus qu'il se jeta sur Nolan pour l'arrêter. Cette dernière qui le sentit arriver, se retourna d'un coup et utilisa son pouvoir. La jeune femme fit voler avec force son rival. Alexandre toucha lourdement le mur qui était de l'autre bout de la pièce avant de s'effondrer semi-conscient. Laura se jeta à son tour sur Nolan, mais cette dernière lui fait subir le même sort. Une fois tranquille, la jeune femme reprit sa marche en direction de la chambre de Léa.

Martine se précipita auprès des deux victimes et les aida à se remettre debout.

- Mais qu'est ce qu'il lui arrive ? Demanda Laura effondrée.

- Elle veut tuer Léa. Pourquoi je ne sais pas. Répondit l'aubergiste.

- Mais comment....

- Comment je le sais ? Commença Martine en coupant Alexandre. Parce qu'avant de vous connaître et cela est la raison pour laquelle tu as rencontré Léa, Nolan avait essayé, de la tuer en lui reprochant de l'avoir transformée.

- Je ne comprends rien, mais il faut l'arrêter. Dit Alexandre une fois debout.

Laura étant d'accord avec lui, prit la tête de la course et suivit du jeune homme se mirent à poursuivre Nolan pour l'empêcher de commettre un acte qu'elle regretta plus tard.

Nolan arriva devant la porte de Léa et l'ouvrit d'un gros coup de pied. Elle entra sans ménagement dans la chambre. La jeune femme se statufia quand elle posa les yeux sur le lit en voyant ce dernier vide. Lentement, Nolan tourna sa tête et découvrit Léa debout à la fenêtre en train de regarder dehors.

La petite blonde qui avait entendu la violence de l'ouverture de la porte, comprit que c'était Nolan et les intentions de cette dernière. Elle tourna doucement sa tête et posa ses yeux dans ceux de la jeune femme.

Nolan commença à trembler de toute part. Elle était partagée entre le bonheur de voir sa jeune amie réveillée et l'envie de la tuer. La jeune femme écarquilla les yeux quand elle vit un doux sourire se former sur le visage de la petite blonde.

Léa ne le montra pas, mais elle était heureuse de revoir les yeux bleus qui lui avaient tant manquer. Son cœur se fit plus léger de voir que Nolan avait elle aussi survécu à cette bataille.

Laura et Alexandre suivit de Martine, arrivèrent en trombe dans la chambre et se figea quand ils découvrirent eux aussi Léa réveillée. Ils posèrent leurs yeux sur Nolan et vit que cette dernière c'était transformée en statue vivante.

Léa laissa son regard sur Nolan. Plus rien ne comptait en cet instant que son amie. Les autres c'étaient complètement effacés de sa vision. Elle attendait tranquillement le choix que Nolan allait faire. Pas une fois, la petite blonde ne montra un signe de crainte, bien au contraire, elle était parfaitement sereine.

Nolan se mit à trembler de plus en plus fortement. Des larmes se mirent à couler le long de ses joues et une grande peur s'installa en elle.

- Non. Lâcha pour elle-même. Je...

La jeune femme brune était terrorisée par tout ce qu'il passait. D'un coup, elle se précipita hors de la chambre en bousculant fortement ses trois amis. Sans s'arrêter, Nolan se rua à l'extérieur de l'auberge et partit hors du village en pleurs.

Léa se mit à soupirer doucement et suivit son amie du regard par la fenêtre. Elle sentit son cœur se serrer, mais ne montra pas sa tristesse. La jeune femme comprenait parfaitement la réaction de Nolan. Elle savait depuis le début de son combat avec son Baphein, que Nolan allait avoir envie de la tuer. La petite blonde ne blâma pas la jeune femme, car elle savait que Nolan ne maîtrisait pas complètement ses sentiments et tout ce qu'elle ressentait. Léa fut interrompue dans ses pensées par une petite brune qui lui sauta dans les bras.

Laura était si heureuse de voir son amie réveillée, qu'elle ne pouvait plus cacher son bonheur. Elle laissa ses larmes de joies couler dans les bras rassurant de la petite blonde.

Alexandre lui resta plus pudique et prit Léa uniquement dans ses bras sans laisser toutes ses émotions sortir.

C'était au tour de Martine de se jeter dans les bras de la jeune femme heureuse de la revoir debout. Léa était vraiment touchée par l'accueil de ses trois amis.

- Je suis désolée. Dit elle. Vous vous êtes inquiétés pour moi, mais je vais bien maintenant. Finit-elle avec un doux sourire.

- Tu as faim ? Demanda l'aubergiste.

- Très faim. Répondit Léa en rigolant.

La petite blonde accompagnée de ses amis, alla dans la salle principal. Martine alla rapidement dans les cuisines et prépara un bon repas. Léa était surprise de voir le tas de nourriture que la femme lui avait donnée. Elle se mit à manger de bon cœur sans dire un mot.

Alexandre tenta de lui poser des questions sur ce qu'il s'était passer avec le seigneur de guerre, mais une fois encore, il tomba sur une tombe. La jeune femme ne lui dit rien, mais son regard tout comme pour Nolan avant, devint triste.

Le trio se mirent à se regarder et se posèrent des questions silencieuses sur le comportement de Léa. Ils se demandaient pourquoi les deux jeunes femmes étaient autant silencieuses sur le combat avec le seigneur de guerre. Les trois amis se mirent à sursauter quand des larmes se mirent à couler des yeux de la petite blonde.

Léa agissait de la même manière que Nolan l'avait fait précédemment. Dans un soupir silencieux. Alexandre, Laura et Martine acceptèrent et respectèrent le silence. Ils espéraient que peut-être qu'un jour, ils auraient la réponse à cette question.

La petite blonde ne voulait rien dire. Avec la question qui lui avait été posée, elle comprit que Nolan n'avait rien dit non plus. Pour le moment, Léa n'était pas capable de dévoiler quoi que ce soit sur le fameux jour. Tout en remerciant Martine du repas, la jeune femme se leva et sortit de l'auberge.

Alexandre et Laura furent surpris du comportement de la jeune femme, car c'était l'identique de celui de Nolan.

Léa une fois sortit, se dirigea vers la maison du médecin. Tout en marchant, elle sortit une petite fléchette. La jeune femme la regarda avec colère avant de serrer son poing autour. Elle remit l'objet dans sa poche quand elle arriva devant la maison. Léa entra à l'intérieur et attendit. Elle pouvait entendre le médecin s'occuper d'une petite fille. Léa attendit une dizaine de minutes avant de voir le docteur sortir d'une pièce. Les deux clientes sortirent des lieux après avoir remercié l'homme.

Ce dernier se tourna auprès de Léa et fut vraiment surpris de la voir debout et en forme.

- Hé bien jeune demoiselle, c'est un plaisir de vous voir en position vertical. Dit l'homme avec un sourire.

- C'est grâce à vous et je vous en remercie. Répondit la jeune femme.

- Ce n'est pas moi qu'il faut remercier, mais vos deux amis c'est eux qui vous ont emmenées ici.

Léa ne dit rien et se mit légèrement à sourire.

- Alors jeune fille, que puis-je faire pour vous ? Vous avez encore mal quelque part ?

- Heu non, mais j'aimerai que vous m'aidiez. Répondit la petite blonde.

- Bien-sûr, en quoi pourrais-je vous être utile ? Demanda le médecin.

Léa sortit de sa poche la petite fléchette et la présenta à l'homme.

- J'aimerai que vous m'aidiez à trouver un antidote pour ce poison.

Le médecin prit l'objet dans sa main et une fois qu'il eut mit ses lunettes sur ses yeux, il la regarda attentivement.

- Ce produit ci, contrôle le pouvoir de Nolan et je voudrais avoir un contre. Expliqua Léa.

- Un produit qui contrôle le pouvoir de votre amie ? Demanda le médecin surpris.

- Oui c'est à cause de cela que nous nous sommes fait battre et j'aimerai avoir un antidote pour annuler les effets. Continua Léa.

- Qui détenait ceci ?

- Un seigneur de guerre, mais ce dernier est mort. Répondit la petite blonde.

- Mais si l'homme est mort ça ne sert plus à rien de trouver un antidote. Nolan est en sécurité non ?! Demanda le médecin sans trop comprendre.

- Non justement. Connaissant ce foutu tyran je suis sûr qu'il à parler de Nolan aux autres seigneurs de guerre du pays. Répondit la jeune femme un peu sèchement.

- Je vois, donc vous avez peur que cela se reproduise ? Demanda l'homme en comprenant petit-à-petit l'affaire.

- Oui, car la personne qui a c**çu ce poison, lui par-contre est toujours en vie. Expliqua la jeune femme.

- Je vois, si un seigneur de guerre met la main sur cet homme, le poison sera de nouveau fait et Nolan sera encore une fois en danger. Conclu le médecin.

- Exact. Alors, vous pouvez m'aider ? Demanda Léa avec supplice.

- Venez jeune fille, allons dans ma pièce spécial voir ce que nous pouvons en tirer de tout ceci. Répondit le médecin gentiment en invitant la jeune femme à entrer dans une pièce.

Léa suivit l'homme contente et tout deux, commencèrent leur recherche sur les différents composant du produit.

Nolan s'était réfugiée dans une clairière qui était située à côté du lac. Elle avait laissé toutes ses émotions sortir pendant plus d'une demi heure. La jeune femme se retrouvait maintenant assise sur le sol, adossée contre un tronc d'arbre mort à regarder l'horizon du lac. Un bruit venant de derrière elle se fit entendre. Nolan ne tourna pas la tête, car elle savait qui c'était.

- Je te demande pardon. Dit-elle à la présence qui était derrière elle cacher dans les buissons à l'abri de la lumière. Je suis vraiment un monstre de t'avoir fait ça à toi.

L'ombre sortit de sa cachette pour laisser apparaître le loup. Ce denier s'avança auprès de sa maîtresse et se plaça en face d'elle. L'animal pencha sa tête et la frotta contre celle de Nolan avec beaucoup d'affection. La jeune femme prit son ami dans ses bras en se multipliant d'excuses.

Le loup ne porta aucune rancune auprès de cette dernière, car il savait que Nolan avait perdu toute maîtrise de ses sentiments à ce moment-là. l'animal se blottit contre la jeune femme avec tout l'amour qu'il lui portait.

- Léa est réveillée. Dit Nolan timidement.

Le loup se redressa d'un coup devant cet aveu et se mit à aboyer.

- Moi aussi je suis contente de la voir enfin réveillée. Tu vois, rien que d'avoir posée mes yeux sur elle, toute ma colère c'est envolée. Je n'ai pas pu lui faire de mal.

L'animal était vraiment content de ce que la jeune femme venait de lui dire et le lui fait comprendre. Sans que Nolan ne comprenne ce qu'il se passe, le loup lui attrapa le bras entre ses crocs et la tira de toute ses force. L'action avait un telle violence, que Nolan se retrouva projetée dans le lac quand l'animal le relâcha.

La jeune femme qui se vit plonger la tête la première dans l'eau, la ressortit immédiatement et regarda son ami interdit. Ce dernier sautait dans tout les sens content de ce qu'il venait de faire. Nolan sentit son cœur se réchauffer quant-elle comprit l'action de son ami.

- Belle vengeance. Dit Nolan en rigolant. Mais crois pas que je vais en rester là. Dit-elle avec un regard malicieux.

Le loup comprit ce que sa maîtresse allait faire et se mit à courir pour lui échapper. Malheureusement pour lui, il n'eut pas le temps de faire un pas de plus que son corps se mit à voler. L'animal se vit tomber à son tour dans une belle germe d'eau dans le lac sous les rire de son ami.

Quand le loup remonta à la surface, il se jeta sur sa maîtresse et tout les deux, se mirent à jouer comme des enfants. L'amusement se poursuivit par le jeu du chat et de la souris. Chacun son tour faisait le chat. Tout deux gagnèrent quand il devait attraper l'autre. Nolan ne vit pas une grosse flaque d'eau qui était en face d'elle et tomba à plat ventre à l'intérieur quand elle se prit les pieds dans un gros caillou.

Le loup se rua immédiatement sur elle pour savoir si tout allait bien. Nolan ne bougea pas de sa place et se mit à rire. Quand elle réussit à se calmer, la jeune femme se mit debout et se regarda.

- Hé bien voilà j'ai tout gagné. Dit-elle en voyant son ventre et le reste de son corps recouvert de boue.

Nolan se mit à éclater de rire quand elle vit son reflet dans la marre d'eau et qu'elle vit que son visage aussi était recouvert de boue.

- Bon je crois qu'un bon bain ne serai pas de trop. Dit -la jeune femme avant de partir en direction de la ville. Quand elle arriva sur les lieux, Nolan se dirigea immédiatement vers l'auberge où elle entra tranquillement.

Nolan monta dans sa chambre en boudant sous les éclats de rire d'Alexandre et Laura. Martine de son coté se retenait, car elle ne voulait pas aggraver la situation. Une fois avoir pris des vêtements de rechange, La jeune femme brune partit dans la salle de bain où une baignoire en bois était placée. Nolan l'a remplie et entra dedans avec bonheur. Elle vit également le loup qui était lui aussi recouvert de boue entrer dans l'eau.

Une fois sa toilette et le nettoyage de ses vêtement de fait, Nolan s'habilla d'une chemise et d'un pantalon de toile blanc. Le loup se mit à aboyer devant l'apparence de sa maîtresse.

- Oui je sais je fais plus pensée à une paysanne qu'une guerrière. Dit la jeune femme en rigolant.

Nolan ne c'était pas rendu compte que depuis le réveille de Léa, toute sa bonne humeur d'avant le combat contre Baphein était revenu. La jeune femme sortit de sa chambre après avoir mis ses vêtements en cuirs sur la fenêtre qui était face au soleil. Elle alla dans la salle et fut accueilli pas des éclats de rire.

Nolan regardaient Alexandre et Laura avec un sourcil relevé et un sourire en coin.

- Tu vas travailler dans les champs ? Demanda Alexandre en se moquant.

- Et bien tu vois, je pense que cela va être ma nouvelle vocation. Répondit Nolan en entrant dans le jeu.

- Alors là, je viendrai voir ça, parce que ça vaudra vraiment le coup. Dit Laura.

- Tu n'as qu'as venir avec moi, je suis sûr que tu seras aussi bonne que moi dans ce domaine. Répondit Nolan en provoquant gentiment.

- Oh non merci, le métier de guerrière me vas beaucoup mieux. Répondit la petite brune en rigolant.

Martine regarda avec bonheur l'échange qui se passait. Elle était ravie de voir que la petite mésaventure avait été oubliée. Un truc la dérangea en ce qui concernait Nolan. Elle avait comme un goût de déjà vue de la voir habillée comme cela avec le loup à ses cotés.

La jeune femme brune s'arrêta de parler et se mit à sentir tout autour d'elle.

- Que t'arrive-t-il Nolan? Demanda Alexandre surpris du subit comportement de sa rivale.

- Tu as fait un gâteau ? Demanda Nolan à Martine.

- Oui, je viens tout juste de le sortir du four. Répondit l'aubergiste ravis.

- Oh intéressant. Dit Nolan avec un petit sourire.

- Cela voudrait t-il dire que tu en voudrais ? Demanda Laura en la démasquant.

- Pourquoi pas si vous me le proposé. Répondit fièrement Nolan.

- Hé ben tu ne perds pas de temps. Dit Alexandre en voyant que sa rival contrait les mots de Laura en les mettant en sa faveur.

- Ben quoi ? Elle propose j'accepte. Dit Nolan innocentement.

- Aller assied toi, je vais vous chercher une part à chacun. Proposa Martine en partant dans les cuisines.

Nolan regarda fièrement ses deux amis en leur montrant bien qu'elle avait une fois de plus gagnée.

Les deux jeunes gens se mirent à rire face au manque de modestie de leur amie.

- Oh faite, Léa n'est pas ici ? Demanda Nolan intrigué.

- Non elle est sorti après avoir manger et nous ne l'avons pas revue depuis. Répondit Alexandre.

- Elle est sûrement partit faire un tour. Dit la jeune femme brune sans se soucier plus.

- Sûrement, trois semaines sans bouger cela doit donner des fourmis dans les jambes. Dit Laura.

Nolan ne répondit pas, mais sourit uniquement. Les discussions s'arrêtèrent quand l'aubergiste arriva avec son plateau et des part de gâteaux dans les mains. Sans attendre les jeunes gens prirent leur part. Nolan après s'être servit, partit dans le fond de l'auberge pour aller dans la cour. Elle fut suivi par ses deux amis et l'aubergiste.

- Nous sommes bien mieux dehors à profiter du soleil. Dit Nolan.

Ses amis acquiescèrent et tout les trois s'assirent sur la marche qui se trouvait devant la porte d'entrée. L'aubergiste en fit tout autant.

Ils furent tous surprit de voir Nolan donner un morceau de gâteau à son loup.

- Ben quoi, lui aussi est tombé dans la marre, il faut le consoler aussi. Répondit naturellement la jeune femme.

Quand les mots de Nolan sortirent, Martine et elle se raidirent instantanément. Martine lâcha son morceau de gâteau et Nolan écarquilla les yeux. Alexandre et Laura firent des allers et retours entre les deux personnes et ne comprenait pas ce qu'il se passait. L'aubergiste ne dis rien, mais se leva de sa place et partit dans sa demeure pour aller s'enfermer dans les cuisines.

Le premier rêve que Nolan avait fait revient comme une flèche dans l'esprit de cette dernière. Elle se souvint de tout et de la fameuse phrase que le petite fille avait dit à sa maman.

- C'est la même phrase. Dit Nolan à haute voix.

- De quoi parle-tu ? Demanda Alexandre voulant comprendre.

- C'est la même phrase que mon rêve... Non ce n'est qu'une coïncidence. Répondit Nolan d'une voix tremblante.

Sans rien dire de plus la jeune femme brune se rua à l'intérieur de l'auberge et alla s'enfermer dans sa chambre. Elle alla se blottir dans un coin de la pièce assise sur le sol avec les genoux collé à sa poitrine. Le loup qui l'avait suivi, se coucha à ses pieds en se collant à elle.

Martine de son coté était devenu aussi tremblante qu'une feuille.

- Non c'est impossible tout ceci n'est qu'une coïncidence ce ne ce peut pas. Dit-elle d'une voix effrayée.

Alexandre et Laura qui était perplexe de la scène, rentrèrent à leur tour dans l'auberge en se posant beaucoup de question. Ils tombèrent nez à nez avec Léa.

- Hé bien vous en faites une tête. Dit cette dernière joyeusement.

- Léa ! Dit Laura en sursautant.

- Houa je ne savais pas que je faisais aussi peur. Dit la petite blonde en rigolant.

- Désolé, mais le comportement de Nolan et de Martine nous à peu perturbé. Répondit Alexandre.

- Que ce passe t-il ? Demanda la jeune femme blonde.

- Nous ne savons pas, nous mangions un morceau de gâteau dans la cour et Nolan a sortit une phrase qui les a rendu étrange et elles se sont enfuie dans l'auberge. Expliqua Laura.

- Bizarre ça. Dit Léa songeuse.

- Oui et on ne comprend vraiment pas ce qu'il s'est passé. Fini Alexandre

- Attendez, je vais allez voir ce n'est peut-être pas grave. Dit la petite blonde avant de partir en direction des cuisines.

Léa savait que quand Martine n'allait pas bien, elle s'enfermait dans les cuisines. Cela lui rappela sa façon de faire avec son maître. Elle aussi s'enfermait dans ses lieux qui la sécurisait. Arrivé à l'intérieur, la jeune femme découvrit l'aubergiste en pleur assise sur un sac de farine. Léa se précipita sur elle et la prise dans ses bras pour la consoler. Martine se laissa aller dans les bras de la jeune femme. Quant-elle fut calmée, l'aubergiste s'écarta.

- Que ce passe t-il ? Demanda Léa d'une voix douce.

- Nolan a dit une phrase qui m'a fait revenir dans le passer quand j'ai perdu mon enfant.

Léa sursauta à ces mots.

- Tu as un enfant ? Demanda la petite blonde surprise. Tu ne l'as jamais dis.

- Oui parce que c'est toujours douloureux pour moi d'en parler. C'est une petite fille. Petite, plus trop maintenant, elle doit avoir ton age à l'heure actuel.

- Comment ça elle doit avoir mais où être votre fille ? Demanda Léa sans comprendre.

- Elle s'est fait enlever il y a seize ans de ça. Répondit l'aubergiste tristement.

- Mais par qui ? Demanda Léa voulant en savoir d'avantage.

- Un homme, je ne sais pas qui et Nolan avait dit la même phrase que ma fille avait dit un jour. Mais ce n'est qu'une coïncidence n'est ce pas ? Répondit la femme en ce perdant dans ses souvenir.

- Oui sûrement. Dit Léa sans trop savoir répondre.

- Mais avec ce que Nolan à dit, je me suis replongée dans mon passer et cela a été vraiment dure. Expliqua Martine le cœur lourd.

Sans faire attention, l'aubergiste se mit à raconter une anecdote avec son fil. Dans son récit elle expliqua qu'elle possédait un chien, et que lui et l'enfant, passait toute leur journée à jouer ensemble. Martine raconta le jeu favori de sa fille et son animal était le jeu du chat et de la sourit. L'aubergiste expliqua également que le jour de la fameuse phrase, le petite fille était tombée dans une marre de tout son long et qu'elle s'était mise à pleurer suite à cela. Alors pour consoler son enfant, l'aubergiste avait donné un morceau de gâteau a la petite fille après l'avoir lavée. Elle raconta aussi, que l'enfant c'était mit dehors et avait donné un morceau de gâteau à son chien. Martine se mit à rire en repensant à cela. Elle expliqua à Léa qu'elle voulait gronder sa fille, mais cette dernière lui avait dit avec une moue timide, que le chien était aussi tombé dans la marre et qu'il fallait le consoler.

La petite blonde ne dit rien mais commençait à avoir des doutes en ce qui concernait Nolan et Martine. Elle relâcha l'aubergiste et parti hors de la cuisine après que la femme l'ait remerciée. Léa retourna auprès d'Alexandre et Laura. Elle leur demanda s'ils n'avaient pas vu où Nolan était parti. Quand la jeune femme eut la réponse négative, elle se dirigea dans la chambre de son amie.

- Si elle est comme moi, elle doit vouloir se protéger en reprenant ses anciennes habitudes. Dit-elle à elle-même.

La journée commença à s'achever quand Léa entra dans la chambre convoitée. Comme elle le pensait, la jeune femme retrouva Nolan dans sa chambre recroqueviller sur elle-même comme elle le faisait dans l'étable.

La petite blonde s'approcha doucement de son amie et une fois à sa hauteur, elle s'agenouilla pour l'avoir dans les yeux. Elle se sentit mal à l'aise de voir Nolan aussi triste. Léa s'aperçut que la jeune femme n'avait pas remarquée sa présence. La petite blonde leva donc sa main droite et la posa tendrement sur la joue de Nolan.

Cette dernière se mit à sursauter, quand elle sentit une peau chaude sur son visage. Nolan écarquilla les yeux quand elle vit la jeune femme blonde en face d'elle.

- Hé bien, tu es perdu dans tes pensée ce qui est plutôt rare chez toi. Dit gentiment Léa.

Nolan ne répondit pas et passa immédiatement ses bras autour du corps de la jeune femme. Elle posa sa tête contre la poitrine de la petite blonde en se collant autant qu'elle le pouvait contre elle. Léa se mit à rougir violemment devant l'action, mais referma ses bras autour de son amie en le serrant fortement. Malgré la situation, la petite blonde ne put empêcher son cœur battre la chamade.

- Où était tu ? Demanda Nolan d'une voix timide.

- J'étais avec le médecin, je voulais qu'il m'apprenne quelque truc. Désolée de t'avoir laissée seule. Tu ne m'en veux pas j'espère. Répondit tendrement Léa.

La jeune femme brune secoua doucement sa tête pour lui répondre. Léa commençait à retirer ses mains pour essayer de voir son amie dans les yeux.

- Non ne bouge pas s'il te plaît. Dit soudainement Nolan d'une voix tremblante en resserrant son étreinte. Je veux rester comme ça.

La petite blonde fut vraiment surprise de la réaction de son amie, mais accepta sa demande. Nolan sans que la petite blonde ne puisse la voir se mit à rougir fortement. Son cœur battait aussi fortement que celui de Léa qu'elle pouvait entendre. La petite blonde sentit les bras de la jeune femme brune se resserrer autour d'elle encore plus fortement, chose qui la fait rougir encore une fois.

Léa ne pouvant plus résister posa une main sur le derrière de la tête et la caressa tendrement. Ce mouvement fit battre le cœur des deux jeunes femmes encore plus fortement, la rougeur de leur visage était masquer par la couleur du soleil couchant. Les deux jeunes femmes restèrent ainsi sans dire un mot en laissant l'atmosphère ce charger d'émotion.

- Que c'est-il passé dans la cour, Alexandre et Laura s'inquiète pour toi. Demanda Léa doucement sans arrêter son geste.

- Mon rêve. Répondit Nolan en se blottissant encore plus dans les bras de son amie.

- Pardon, j'ai pas comprit. Dit la petite blonde en gardant le contrôle d'elle même tout en rougissant d'avantage devant le geste de Nolan.

- Mon rêve c'est la même phrase que mon rêve. Répondit la jeune femme brune.

- Tu as rêvé d'une phrase ? Demanda la jeune femme voulant approfondir.

Nolan hocha lentement sa tête en guise de réponse.

- Raconte-moi que ce passe t-il dans ce fameux rêve. Insista gentiment la petite blonde.

Nolan ne dit rien et se blottit encore plus contre la jeune femme. Chose qui commença à déstabiliser les deux jeunes femmes.

- Nolan raconte-moi ce qu'il se passe. Demanda une nouvelle fois Léa d'une voix douce en restant le plus calme possible.

Nolan se décida et raconta tout ce que son premier rêve contenait. Du jeu avec le chien jusqu'au gâteau. Elle lui expliqua aussi que la journée d'aujourd'hui c'était passée exactement pareil. Qu'elle avait jouée avec le loup de la même manière et que la partie du gâteau c'était déroulée de la même manière avec la fameuse phrase. « Lui aussi est tombé dans la marre il faut le consoler. »

Léa se raidit et écarquilla les yeux. « Oh bon sang !  » Se dit-elle en baissant les yeux sur Nolan. « Non c'est impossible ce n'est qu'une coïncidence. »

- Heu... j'ai promis à Alexandre et Laura de passer un peu de temps avec eux avant la nuit. Dit elle subitement en s'écartant de Nolan.

- Tu reviens après ? Demanda Nolan avec peur.

- Oui ne t'inquiète pas, je reviens promis, mais j'irai prendre ma douche avant.

Nolan accepta et resta dans son coin alors que Léa sortit de la chambre. « Non, non ce n'est pas possible. » Ce redit-elle. Sans attendre la petite blonde alla dans la salle de restaurant ou elle retrouva Alexandre et Laura.

- Venez avec moi, il faut que je vous parle. Dit-elle en faisant bien comprendre à ses deux amis que cela n'était pas discutable.


La jeune femme emmena les deux jeunes gens, prêt du lac loin des oreille et des regards indiscrets. La nuit avait commencer à tomber quand ils arrivèrent sur les lieux. Léa se tourna pour faire face à ses deux amis et les regardèrent sérieusement.

- Que t'arrive-t-il on dirait que quelque chose de grave vient d'arriver. Commença Alexandre inquiet.

- Désolée, mais je crois que le problème est bien plus que grave que je le pensais. Répondit Léa

- Que veut-tu dires ? tu as parler avec Nolan ? Demanda à son tour Laura.

- Oui et je suis presque sûr que Nolan et Martine sont de la même famille. Répondit la petite blonde.

- Quoi ?! S'exclama Alexandre et Laura en même temps.

- Oui cela vous surprend je le comprends, mais j'en ai conclu cela après avoir écouté leur deux récits. Expliqua Léa.

- Alors ils ont dit quoi ? Demanda Laura curieuse.

- La même chose. Martine a perdu sa fille il y a seize ans, car elle a été enlevé par un homme. Et le souvenir qu'elle m'a racontée tout à l'heure et bien c'est le rêve que Nolan viens de me raconter.

- Quoi c'est vrai ?! Demanda Alexandre.

- Oui, mais dans le rêve de Nolan c'était elle la petite fille alors que dans le récit de la Martine la jeune femme en question c'est elle.

- Attend comment peut tu affirmer que Nolan et Martine sont de la même famille ? Demanda Alexandre.

- Tu as déjà entendu Nolan parler de sa famille ? Moi non. Depuis que je la connaît pas une fois elle n'a parler de son père ou de sa mère et de plus Nolan n'est pas son vrai nom c'est moi qui le lui est donner. Elle ne sait même pas comment elle s'appelle. À vrai dire elle ne savait même pas ce que c'était qu'un prénom. Expliqua Léa.

Alexandre et Laura étaient stupéfaits de ce qu'ils venaient d'apprendre.

- Cela voudrait dire que Nolan et Martine sont mère et fille. Dit Alexandre abasourdit de ce qu'il venait d'apprendre.

- Et qu'ils ne le savent pas eux-même. Conclu Laura.

- Oui. C'est ce que je crois aussi, mais le truc, il faudrait en savoir un peu plus pour en être sûr. Continua Léa.

- Comment compte-tu faire pour connaître la vérité ? Demanda Alexandre intéressé.

- Ben je pensais que vous allier me donner un petit coup de main, car d'un, je suis prise par un autre projet et de deux, si je ne suis pas là Nolan se posera trop de question. Expliqua Léa.

- Oui cela se comprend. Tu peux compter sur moi. Dit Laura joyeusement.

- De même pour moi. Répondit Alexandre.

- Si nous avons raison et que Nolan et Martine son de la même famille nous aurions peut être une chance de connaître le vrai prénom de Nolan. Dit Laura très enthousiaste.

- Oui cela serai vraiment cool. Dit Alexandre à son tour.

Devant la joie non cacher de ses deux amis Léa se mit à sourire. Elle devait admettre que elle aussi était vraiment curieuse de connaître le vrai nom de Nolan.

- Bien il faut juste essayer de trouver des habitant qui connaisse Martine depuis toujours et qui puisse nous donner des détails sur la petite fille et l'homme qui l'a enlevée. Dit Léa.

- On s'en charge car Nolan ne nous surveille pas autant que toi. Répondit Laura.

- OK et quand vous trouverez la personne, prévenez-moi nous irons tout les trois. Dit Léa.

- D'accord. Dirent Alexandre et Laura à l'unissons.

- Bien retournons à l'auberge j'ai promis à Nolan de revenir auprès de lui rapidement. Conclu la petite blonde.

C'est dans un accord commun qu'ils repartirent tout les trois dans l'auberge. Avec leur nouvel objectif en tête. Découvrir l'histoire de Martine et de cette fameuse petite fille qui pourrait-être Nolan.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:26


CHAPITRE 25

Léa c'était réveillée aux aurores et était sortit de la chambre de Nolan sans faire un bruit. Elle avait rejoint cette dernière la veille et sous sa demande, la jeune femme avait accepté de passer la nuit avec elle.

Pendant qu'elle faisait sa mince toilette, Léa souriait pour elle-même. Elle ne comptait plus les nuits passées avec la jeune femme. Cela la déroutait malgré tout, car les sentiments qu'elle avait envers Nolan, grandissait de jour en jour, et le faite de dormir auprès d'elle commençait à se faire de plus en plus dure.

Léa ne voulait pas avouer ses sentiments à Nolan. Elle sentait que cette dernière n'était pas encore prête à les entendre et qu'elle ne saurait pas vraiment ce que cela voulait dire.

C'est le cœur un peu lourd que Léa sortit de la pièce et alla dans la maison du médecin. La veille Nolan lui avait demandée si la poursuite de Tamas était toujours d'actualités. La petite blonde lui avait répondu que oui, mais qu'elle ne savait pas quant-est-ce que le petit groupe allait reprendre les recherches. Léa voulait prendre du recul face à tout ceci. Depuis qu'elle avait failli mourir face à Baphein, elle voulait profiter du faite d'être retourner chez Martine, pour reprendre pied sur le monde réel.

La jeune femme ne voulait en aucun cas repartir de GREVANA sans l'antidote, car elle se doutait que Baphein avait dû parler du pouvoir de Nolan autres seigneurs de guerre. La petite blonde était certaine, que Tamas lui-même l'apprendrait et qu'il aurait lui aussi mit quelque chose au point. Non pas parce qu'il savait que leur petit groupe était à sa poursuite, mais parce que ce tyran voudrait obtenir la jeune femme et en faire sa machine de guerre.

Léa sortit de ses réflexion quand elle arriva chez le médecin. Ce dernier l'accueillit les bras ouvert et tout deux reprirent leur recherche sur le poison.

Nolan se leva une demi- plus tard. Elle s'était réveillée quand elle avait senti Léa se lever. La jeune femme avait discrètement demander à son loup de suivre la petite blonde. L'animal retourna dans la chambre et fit son petit rapport quand Nolan fut debout.

La jeune femme brune se posa des questions, du pourquoi son amie était sortie avant l'aube pour aller encore une fois chez le médecin. Tout cela l'intriguait énormément, mais ne voulant pas montrer son inquiétude, Nolan préféra ne rien dire et attendre que la jeune femme parle d'elle-même.

De leur côté au soleil levant, Alexandre et Laura une fois prêt, sortirent de l'auberge en veillant bien à ce que Nolan ne soit pas dans le coin. Ils commencèrent leur petite enquête concernant cette dernière et Martine. Les deux jeunes gens allèrent voir les commerçant qui étaient d'un âge égale à celui de l'aubergiste et leurs posèrent des questions.

Les deux amis se retrouvèrent bredouille, car aucune des personnes interrogée, ne leurs donnèrent une réponse valable. Alexandre eut alors l'idée de se séparer de Laura, pour qu'à eux deux, ils puissent recouvrirent une bonne partie de la rue principal. La ville était si grande que leur enquête allait mettre au moins trois jours. Sauf si la change décidait de leurs sourire en leurs permettant de trouver rapidement un habitant qui pourrais leur répondre, mais dans le cas contraire, ils resterons tout deux sans réponse.

Alexandre et Laura se demandèrent également, où est-ce que Léa était passée et qu'était cette chose de si importante pour ne pas être de la partie. Alors que les deux jeunes gens cherchèrent chacun de leur coté une personne qui pourrait leurs donner quelque indice sur le passé de Martine, Léa aidée du médecin qui avait fermé son cabinet pour la journée, continuait à chercher les différents composant.
Au bout de trois heures de recherche, elle s'effondra dans sa chaise abattue.

- Bon sang, nous n'arriverons jamais à trouvé la moindre petite chose qui pourrait nous dire avec quoi a été fait ce foutu poison. Râla la petite blonde.

- Je crois que tu baisses les bras un peu trop vite ma fille. Dit l'homme en arrivant prêt d'elle.

- Quoi vous avez trouvé ! S'exclama Léa surprise.

- Regardes, j'ai noté tout les composant que le poison possède. Répondit le médecin.

La jeune femme regarda l'homme interdit.

- Hé bien on va dire que je me suis beaucoup amusé cette nuit. Répondit l'homme amusé à la question muette de Léa.

- Mais alors vous n'avez pas dormit ?! Demanda Léa stupéfaite.

- Non en effet, mais je n'y arrivais pas de toute façon, car ce problème n'étant pas résolu, je ne pouvais penser a rien d'autre, donc, je me suis planché dessus et j'ai fini par trouver. Regarde.

Le médecin donna un parchemin où tout les composants du poison était inscrit dessus.

- Houa et ben il y en a autant ! S'exclama la petite blonde étonnée de la longueur de la liste.

- En faite en y réfléchissant bien cela est vraiment un jeu d'enfant de le fabriquer. Dit le médecin.

- À bon pourquoi ? Demanda Léa.

- Tout simplement que le produit est fait à base de plantes et de racines qui endort l'organisme. Expliqua l'homme.

- Mais alors nous allons pouvoir trouver l'antidote ?! Demanda la petite blonde avec espoir.

- C'est exact, donc, si tout ce passe bien et que si nous travaillons durement aujourd'hui ainsi que la journée de demain, l'antidote sera prêt dans la soirée. Finit l'homme avec un grand sourire.

Léa se jeta au cou du médecin en le remerciant chaleureusement. Puis tout deux se mirent au travail.

Nolan était sortie de l'auberge un peu avant l'heure dû déjeuner. Elle était un peu énervée, car cela faisait une journée et demi, qu'elle n'avait pas vu Léa. Même si le soir dernier la petite blonde était auprès d'elle, la jeune femme brune était frustrée de ne pas pouvoir passé un moment seul avec son amie. Elle voyait bien que Léa était vraiment différente depuis son réveil. Nolan se demandait si la perte de son innocence n'était pas lié à tout ceci. La jeune femme fut rejointe par son loup au moment où elle s'enfonça un peu plus dans la forêt.

De leur coté Alexandre et Laura n'arrivaient pas à trouvés quelqu'un qui pourrait les renseigner sur Martine.

Quand ils arrivèrent à l'auberge, ils furent extrêmement surpris de ne pas y voir Nolan ou Léa. Les deux jeunes gens demandèrent à Martine si elle-même ne les avait pas vu. Cette dernière leur répondit que non. Les deux amis s'assirent à une table et commandèrent le plat du jour. Quand leur festin furent arrivé, les deux jeunes compagnons, mangèrent avec plus ou moins d'appétit. Tout les deux pensaient à leur deux amies, mais surtout à Léa. C'était le deuxième jour où la jeune femme était absente.

Laura commençait vraiment à en avoir gros sur le cœur, car depuis le réveil de Nolan, cette dernière était partie aussitôt et de même pour Léa. La petite brune n'avait pas réussi à passer un seul moment avec elles sauf la veille, où Léa leur avait demandé d'enquêter sur Martine et Nolan.

Alexandre de son coté, se demandait si le comportement de la petite blonde n'avait pas un rapport avec ce qu'il s'était passé dans la forêt pendant le combat. Il voyaient bien que quand Léa c'était réveillée, la jeune femme s'était renfermée sur elle-même. Alexandre voulait absolument comprendre ce qu'il avait bien pu se passer avec le seigneur de guerre, car Léa avait énormément changée depuis ce fameux jour.

Alexandre et Laura sortirent de l'auberge une heure et demi plus tard, et repartirent tout les deux faire leur petite enquête. Ils se séparèrent et partirent chacun de leur coté. Ils interrogèrent de nouveau habitant qui eux ne leur dirent rien non plus. Soit parce qu'ils ne savaient rien soit parce que leur parler de cette histoire les ennuyait plus qu'autre chose.

Laura vagabondait dans les rue en se perdant dans ses pensée. Plus les heures passèrent et plus son esprit se tourna vers Alexandre. Elle avait remarqué que lui aussi était différent depuis le réveil de leur deux amies. Même s'ils étaient constamment ensemble, Laura voyait que le jeune homme n'avait plus la même attention et le même approche qu'il avait dans la grotte. « peut être que je me suis faite des idées en ce qui concerne Alexandre et qu'il ne m'aime pas. » Se dit elle. Sans qu'elle ne se rende compte de riens, ses pas la conduisaient tout droit vers l'objet de ses pensée. Ne le voyant pas arrivé en face d'elle, Laura lui rentra dedans.

La jeune femme sortit aussitôt de ses pensées et au moment où elle allait protester contre la personne, Laura se raidit quand elle réalisa enfin que c'était Alexandre en personne qui était en face d'elle.

- Ça va ? Demanda le jeune homme inquiet.

Laura ne répondit pas, mais son cœur se serra encore plus fort. Elle prit peur quand la petite brune sentit ses larmes monter aux yeux. Ne voulant pas le montrer au jeune homme, Laura trouva la seule solution de le lui cacher,c'était de s'enfuir loin de son ami.

Alexandre resta stoïque. Il avait vu les yeux de la jeune femme se remplient de terreur. Le jeune homme ne comprenait pas ce qu'il venait de se passer. C'était la première fois que son amie réagissait de la sorte vis-à-vis de lui. Sans rien dire, Alexandre partit en direction de la forêt le cœur lourd. Il savait que le réveil de Léa et Nolan allait changer leur rapport, mais il ne pensait pas que cela serait aussi douloureux. Le jeune homme ne savait vraiment plus quoi faire. Il voulait avouer ses sentiments à Laura, mais leur propre accord de ne rien faire par rapport à Nolan et Léa, leur interdisait et cela commençait vraiment à peser.

Laura qui c'était enfuit loin de son ami, arriva dans la forêt. Elle se retrouvait proche de la petite carrière où, elle et Alexandre c'étaient rejoint quand Nolan et Laura étaient entre la vie et la mort. La jeune femme avait couru si fortement, qu'elle se laissa tomber contre un tronc d'un gros arbre et posa son front contre l'écorce. Laura laissa alors sortir sa frustration dans un de violents pleur.

Étant plongée dans un état second, la petite brune ne sentit pas l'ombre venir se placer derrière elle. C'était une main timide qui c'était posée sur son épaule gauche, qui la sortit en sursaut de sa bulle. Laura tourna vivement la tête, et découvrit Nolan qui avait un regard vraiment inquiet. Sans dire un mot, la jeune femme se jeta dans les bras de son amie en la faisant tomber à la renverse. Elle laissa sa douleur sortir contre le corps inerte de Nolan.

Cette dernière ne put retenir son équilibre quand elle vit la jeune femme se jeter sur elle. Nolan se pétrifia. Elle ne comprenant pas ce qu'il se passait. La jeune femme brune sentit son cœur se serrer, quant-elle comprit que Laura était en pleurs. Pour la première fois, Nolan se sentait vraiment impuissante face à cette situation et ne savait vraiment pas quoi faire. Elle reprit doucement, le contrôle de son corps et passa ses bras autour de celui de Laura et la serra doucement.

La jeune femme sentant les bras sécurisant de Nolan autour d'elle se laissa aller. Les deux amies restèrent comme sans bouger le temps que les sanglots se dissipe. Laura se calmait doucement et quand la pression était enfin tombée, elle s'écarta de Nolan.

- Je...je suis désolée. Dit-elle en essuyant ses larmes.

- Que c'est-il passé ? Demanda Nolan inquiète.

Laura ne répondit pas et baissa la tête. Elle ne voulait pas dévoiler ses sentiments à Nolan. La jeune femme savait que la jeune femme allait comprendre et elle refusait de lui faire du mal à cause de cela. Nolan voyait bien que son amie avait quelque chose et qu'elle n'osait pas en parler. Doucement la jeune femme brune leva une main et la posa sur la joue de Laura pour essuyer les dernières larmes qui coulait avec son pouce, puis, elle la retira et la posa sur la poitrine de Laura à l'emplacement du cœur.

- Tu as mal ici et je ne sais pas pourquoi, mais la chose ou la personne qui t'a fait pleurer, est responsable de ta douleur qui est ici. Dit Nolan sérieusement en plongeant son regard dans celui de la jeune femme.

Laura sursauta quand elle vit que la jeune femme avait découvert l'endroit de son mal être. Elle baissa ses yeux et laissa de nouvelle larmes sortir.

- Je ne suis peut-être pas douée pour les sentiments et tout ce qui les côtoies, mais à force d'être avec vous, je sais maintenant à quel endroit viens la douleur et quand vous n'aller pas bien. Dit Nolan en retirant sa main. Et je suis loin d'être ignorante de tout.

Laura releva sa tête et posa ses yeux sur son amie. Elle voyait que dans le regard de Nolan, beaucoup de chose passait. Une envie d'apprendre, de comprendre et d'aider les gens. Elle pouvait également y voir de l'inquiétude vis-à-vis d'elle. Laura se mit à soupirer doucement et se cala contre le tronc de l'arbre en appuis sur le dos, avant de rapprocher ses genoux contre sa poitrine en les enlaçant de ses bras.

- Tu as vu juste, j'ai bien mal ici. Commença la jeune femme en posant son mentons sur ses genoux.

- Qu'est ce qu'il s'est passé ? Insista Nolan.

Laura resta un moment silencieuse. Elle réfléchissait de comment elle allait pouvoir expliquer la chose à son amie de façon à ce que cette dernière comprenne.

- Je suis amoureuse de quelqu'un, mais depuis quelque jours il est devenu plus distant. Expliqua la jeune femme peut sûr d'elle d'avoir réussit à ce faire comprendre.

Nolan sous la grande surprise de Laura, comprit les sens des mots et hocha simplement la tête pour lui montrer qu'elle avait toute son attention. Soulagée d'être écoutée sérieusement, la jeune femme expliqua en détail la situation à son amie, sans pour autant lui dévoiler le nom de la personne en question et le pacte qu'elle avait passé avec elle.

Nolan écouta attentivement tout ce que Laura lui disait et enregistrait entièrement tout ce qui sortait de la bouche de cette dernière. Plus les minutes passèrent et plus elle pouvait apercevoir le visage de la jeune femme se fermer. Nolan ne disait pas un mot à ce sujet, mais cela ne lui plaisait guère. Toujours dans le silence le plus total, la jeune femme se leva et tendit sa main à Laura afin de la mettre debout. Cette dernière était plutôt surprise du comportement ainsi que du regard de Nolan qui était extrêmement sérieux.

- Viens avec moi, il est temps de te faire changer les idées. Dit Nolan d'une voix neutre.

- Quoi ?! Fit Laura étonnée.

- Tu as besoin de retrouver de la joie et moi aussi, alors, laissons les personnes qui nous tourmente et qui nous font mal ici et allons-nous promener. Expliqua la jeune femme en mettant sa main sur son cœur.

- Attend une minutes, tu veux dires que toi aussi tu...

Laura c'était fait couper la parole par deux doigts posés sur sa bouche.

- L'important à l'heure actuelle ce n'est pas de connaître mes problème mais c'est de ce détendre. Dit Nolan d'un petit sourire.

Laura était vraiment sidérée du changement de comportement de Nolan. Devant les mots ainsi que l'action de cette dernière, elle ne put trouver un seul mots pour sa défense et ce laissa entraîner par Nolan, en lui attrapant sa main qui était toujours tendue.

La marche dura un peu plus d'une demi heure et le sentier qu'elles avaient empruntées, les conduisirent dans un petit village qui comptait une centaine de personnes. La petite brune était émerveillée par la décoration du village qui étaient fait de fleur et de ruban rose et blancs. Nolan était tout aussi surprise de découvrir le village aussi bien illuminé par toutes ses chose qui ornait les rues, ainsi que de voir des stands de plusieurs articles alimentaire, scruter la rue principale. La jeune femme était déjà venu quelque jour plus tôt mais l'ambiance de l'endroit, n'avait rien à voir. C'était bien en dessous de ce qu'elle avait devant elle. Les lieux étaient sombre et froid, alors que là, tout était si chaleureux qu'elle ne regrettait vraiment pas d'avoir emmener son amie ici.

Les deux amies voguait à travers les différents étalages et se mirent à acheter des provision pour leur prochain voyage. Nolan s’arrêta devant un stand où des parchemins étaient posés et se mit à les regarder. Tout en les prenant en main, la jeunes femme eut le souvenir d'en avoir déjà acheter il y a bien longtemps et décidèrent de les reposer. Les divers événement passé, lui avait complètement fait oublier l'objectif qu'elle s'était donnée au départ. Nolan laissa sortir un petit sourire lasse et s’éloigna de l'endroit pour aller rejoindre Laura qui était devant un étalage de viande. Elle fut agréablement surprise de voir que sa jeune amie l'accueillir avec un sourire radieux sur son visage. Nolan allait dire quelque chose quand un grand bruit se fit entendre au centre du village.

Sans attendre, les deux amies se jetèrent un furtif regard et se précipitèrent sur les lieux afin de savoir ce qu'il se passait. Elles restèrent figées quand elles vire un guerrier en pleins milieu de la place principale avec une jeune femme blessée entre ses mains.

- Vous n'êtes que des irresponsable ! Je vous avait donné une chance de vous racheter ! S'écria l'homme en colère.

Un monsieur d'un age assez avancé, s'approcha du chef de guerre et avant qu'il ne puisse dire la moindre phrase, il se reçu un puissant revers du point qu'il le fit valser à travers la place.

- Papa ! S'écria la jeune femme qui était entre les main du tyran.

- Je ne veux pas de vos excuses ! Les règles étaient pourtant simples ! Vous devez me donner une femme pour mon mariage et comme vous ne l'avez pas fait, je vous prend cette jeune fille. Dit l'homme en serrant fortement le bras de sa prisonnière.

- Non attendez, ne faite pas ça ! Supplia le vieil homme en se relevant. Ne prenez pas ma fille. Nous vous trouveront une autre mais pas ma fille promis.

- Comment ose tu me dire ce que j'ai à faire ! Cracha-t-il. Dit le seigneur de guerre avec rage

Sans en dire plus, le chef se débarrassa de la jeune femme qu'il avait dans les bras avec violence et se dirigea vers le père de cette dernière.

La foule qui était sur place était si silencieuse, que tout le monde put entendre le craquement du bras de la jeune femme sous la violence du geste qui avait atterrit contre le puits du village.

Le seigneur de guerre se dirigea de pied ferme vers le vieil homme tout en sortant son épée de son dos. Arrivé devant sa victime, l'homme lui donna un puissant coup de pied dans le ventre afin de le faire coucher au sol. Une fois le père de la jeune femme plié en deux sous la douleur, le chef brandit son arme et au moment où il l'abaissa avec violence afin de lui couper la tête, un bras puissant lui arrêta son mouvement. Le vieil homme qui avait fermé les yeux devant la sentence, les ouvrit et vit un mur noir devant lui.

Le guerrier senti son sang ce glacer quand une paire de yeux bleus le fixait dangereusement.

- Tu ne touchera pas à cet homme. Menaça le sauveur d'une voix grave.

Nolan c'était jetée entre les deux hommes en voyant l'inévitable. Elle n'avait pas acceptée que le guerrier frappe le malheureux et encore moins, qu'il eut lever la main sur la jeune femme.

Le briguant se reprit et libéra son bras prisonnier avec violence.

- Comment ose tu me parler ainsi ? Gronda le guerrier. Sache toute personne qui ont osé me défier sont morte. Menaça t-il.

Nolan ne dit rien, mais ne détourna pas son regard. Du coin de l’œil, elle pouvait apercevoir Laura se diriger rapidement auprès de la jeune femme. Malheureusement Nolan ne fut pas la seule à l'avoir vu, le guerrier se retourna furtivement avec rage. Il ne put faire un pas quand un puissant coup de pied le fit voler à travers la place.

- Tu ne touchera pas non plus à la jeune femme. Gronda Nolan.

L'homme se remis difficilement sur ses pieds. Il sursauta quand une goûte de sang tomba sur le sol. Le seigneur emmena rapidement une main auprès de ses lèvres et découvrit que celles ci était ouverte suite au coup de pieds.

Le tyran se mit complètement debout avec rage. Nolan de son coté, se rapprocha du guerrier et comprit qu'un combat ne pourrait pas être évité. La jeune femme ne comprenait pas non plus pourquoi elle s'était mêler de cette affaire, alors qu'elle ne connaissait aucunement l'histoire. Nolan jeta un rapide coup d’œil auprès de Laura qui lui fit un signe de tête afin de le rassurer qu'elle protégera la jeune femme.

Les habitant du village qui c'étaient regrouper depuis l'arriver du guerrier, depuis l’intervention de Nolan, n'avaient pas bougés et étaient restés muet. Ils étaient partagés entre le bonheur d'avoir enfin une personne pour les aider, mais aussi très apeurés à cause des répercutions que l'action allait donner par la suite.

Le guerrier se plaça devant Nolan avec toute sa rage dans les yeux. D'un coup, il brandit son épée et l'envoya sur la jeune femme. Cette dernière dans un rapide mouvement, sortie la sienne et la levant afin de stopper l'action du briguant. Sans attendre l'homme écarta son arme et la fit passer sur le flanc de Nolan qui sauta pour éviter la lame. Pendant cette action la jeune femme fit un coup de pied retourner qui envoya une nouvelle fois promener le guerrier qui atterrit très lourdement contre le mur d'une maison.

Sans attendre, Nolan se jeta sur l'homme et lui planta son épée dans l'épaule afin d'immobiliser le guerrier. Ce dernier se mit à hurler de douleur et lâcha son arme afin d'attraper celle de la jeune femme pour essayer de la retirer de son corps.

Nolan ne lâcha pas prise et força sur l'épée qui s'enfonça encore plus dans le membre. La douleur qui fut envoyée dans le corps du guerrier était si intense, que celui ci ne put tenir plus longtemps la lame de son adversaire.

La jeune femme regarda sa victime de haut tout en laissant apparaître un furtif sourire. Elle s'abaissa doucement afin de se trouver à la hauteur du briguant. Ce dernier osa lever les yeux et se mit à trembler de peur quand des saphir plus froid que la mort le dévisageait.

- Qu...que...que veux t...tu ? Demanda le guerrier de peur.

- Et toi, que veux tu ? Demanda Nolan en retournant la question.

- Je... La lame n'ayant pas quitter son corps, lui envoya des décharge de douleur insupportable. Je vi...viens ch...chercher m...mon dut, il me doivent de l'argent. Répondit l'homme ;

C'EST FAUT ! ! ! Hurla un des villageois.

Nolan tourna légèrement la tête pour voir qui venait de parler et fut surprise de voir que c'était la jeune femme qui était auprès de Laura.

Nous lui devons rien du tout ! Il vient chaque année nous voler et prendre une femme pour son propre plaisir ! Cracha la jeune femme.

D'un coup un cavalier arriva au triple galop dans le village en ce dirigeant vers le guerrier. Sans attendre Nolan s'écarta rapidement en sautant sur le sol afin d'éviter un coup d'épée qui aurai pu la décapiter. Le cavalier d'un puissant coup de pied, arracha l'épée qui était toujours plantée dans le bras du guerrier, et attrapa se dernier en ce penchant afin de la faire monter sur le cheval avant de faire demi tout et partir loin du village.

L'action à été si rapide, que personne ne put réagir. Nolan réalisa ce qu'il c'était passé, mais ce fut trop tard pour essayer de le rattraper. Elle se mit debout et récupéra son arme avec colère de s'être faite avoir comme un débutante. La jeune femme se dirigea ensuite auprès de Laura et de la villageoise.

- Vous aller bien. Demanda Nolan à la blessée.

- Oui merci je vais bien. Répondit la jeune femme avec un grand sourire remplit de gratitude.

Cette dernière se mit debout en se dégageant des bras de Laura et se précipita sur son père.

- Papa tu vas bien ?! Demanda-t-elle paniquée.

- Oui ma fille je vais bien. Répondit ce dernier en ce relevant. Qui êtes vous ? Demanda t-il à Nolan et Laura.

- Nous nous somme simplement de passage nous venons du village d'à côté Répondit Laura.

- Vous êtes fou ! Vous vous rendez compte de ce que vous venez de faire ! Gronda la blessée.

- Quoi mais nous...

- On ne vous a rien demander ! Cracha la jeune femme. Vous venez de nous condamner !

- Calme toi ma chérie. La coupa son père. Je vous remercie de nous avoir sauver, mais comme vous l'a dit ma fille, votre action était stupide.

- Quoi comment ça stupide ! Je vous sauve la vie et c'est comme cela que vous me remercier. S'emporta Nolan outrée par les propos.

- Mais que ce passe t-il ? Demanda Laura afin de calmer tout le monde.

- Comme je vous l'ai dit toute à l'heure, ce guerrier viens tout les ans se ravitailler en nourriture. Il nous vole et capture un fille même voir deux afin de satisfaire son envie. Malheureusement pour nous à cause de la sécheresse, nos cultures n'ont pas bien poussées et donc, ce bandit, vient tout les jours nous prendre nos maigre vivres et nos filles. Expliqua la jeune femme.

- Mais c'est ignoble de faire cela, mais pourquoi le laisser faire et que devienne ses jeunes femme ? Demanda la petite brune voulant en savoir d'avantage.

- Nous n'avons pas le choix, nous somme que des paysans pas des combattant, et en ce qui concerne les filles, hé bien je pense que vous aller le comprendre toutes seules si je vous dit qu'il en fait ses esclaves personnel.

À ses mot Nolan et Laura se raidir et comprirent la sentence de ses femmes.

- Il vit où ? Demanda Nolan.

Cette question étonna tout le monde ainsi que Laura.

Personne n'osèrent répondre, parce que le sujet du seigneur de guerre était vraiment tabou. Les villageois pensèrent que parler de lui leur apporterai malheur et destruction.

- D'après ce que l'on sait, il vit dans les montagnes qui se trouve à deux jour de cheval d'ici. Répondit la jeune femme blessée.

Les villageois ne dirent rien, mais dévisagèrent méchamment la jeune femme. Cette dernière savait qu'elle allait avoir des représailles après, mais elle ne pouvait plus rester muette. Malgré la danger qui guettait le village suite à l'intervention de Nolan, elle sentait au plus profond d'elle que cette dernière serai sûrement la sauveuse du village dont la voyante qu'elle avait consulter lui avait parler.

Laura regarda étrangement Nolan qui lui répondit par un signe de tête. Immédiatement la jeune femme comprit les intentions de son amie et afficha un sourire remplis de probation.

- Pourriez-vous nous en dire plus ? Demanda à son tour Laura.

- Que voulez vous savoir ? Demanda la jeune femme blessée.

Nolan s'approcha de cette dernière et lui attrapa le bras. Elle remarqua que ce dernier devenait de plus en plus violet.

- Il serai bon de soigner ça avant de continuer la conversation. Dit Nolan en faisant asseoir la blessée. Cette dernière regarda la jeune femme étrangement et se mirent à rougir quand les yeux bleus se noyèrent dans les siens. Nolan vit le visage de la jeune femme changer de couleur et se demandait pourquoi. Sachant qu'elle la regardait normalement.

Sans se rendre compte de quoi que se sois la jeune femme qui était hypnotiser par Nolan. Elle se laissa faire et s'assit sur le rebord du puits.

Les villageois ainsi que le père de la blessée se mirent sur leur garde en pensant que la jeune femme allait faire du mal à l'une des leurs au moment où Nolan sorti un poignard.

- Je ne vais pas lui faire de mal, mais je dois ouvrit la plaît afin que le sang sorte sinon cela s’infectera et vous seriez obliger de l’amputer. Dit Nolan.

Les mots prononcer de cette dernière fit blanchir la jeune femme et son père.

- Tu as une fracture et il faut la soigner tout de suite. Expliqua Nolan. Faite moi confiance je ne vous ferai aucun mal mais juste vous soigner. Finit-elle dans un timide sourire.

La jeune femme regarda Nolan droit dans les yeux et vit de la sincérité. Elle se mit à hocher de la tête afin de faire comprendre à sa sauveuse qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait.

- Emmenez la dans sa chambre. Intervint le père de la blessée. Vous serez plus à l'aise pour la soigner.

Oui et il n'y aura pas tout ses curieux autour de Nous. Répondit un peu froidement Nolan à l'intention des autres villageois.

La jeune femme brune ainsi que Laura, se fit emmener dans la maison du vieil homme qui les installa dans la pièce principale sous la demande de Nolan, afin de ne pas salir les draps de la blessée.

- Pourrais je avoir votre prénom ? Demanda cette dernière timidement.

- Nolan je me nomme Nolan.

- Et moi c'est Laura.

- Enchantée moi c'est Calandia et mon père c'est Pandion.

- Ravis de vous rencontrer. Dit le vieil homme en ramenant du thé.

Nolan ne dit rien de plus et se concentra sur sa tache. Elle était passée entre temps voir l'herboriste et avait prit de quoi soigner la jeune femme. Nolan passa la lame de son poignard sous une bougie pour la désinfecter et commença son opération. La jeune femme brune avait entaillé la blessure où une grande quantité de sang noir s'était écoulé. Elle avait ensuite prit, un torchon propre afin de nettoyer la plaie avec un produit qu'elle avait fait à base de plante, pour pouvoir désinfecter correctement la plaie.

Calandia serra fortement les dents, car malgré la délicatesse de la jeune femme, la douleur était vraiment insupportable. Elle faillit tourner de l’œil quand elle vit le sang couler de son bras et comprit ce que voulait dire Nolan pour l'amputation. Durant toute l'intervention, elle ne quitta pas sa soigneuse du regard. Calandia se sentait de plus en plus attirer par cette dernière.

Nolan sentait le regarde de sa patiente sur elle et se força pour ne pas la regarder. La jeune femme brune se demandait vraiment ce que Calandia lui voulait pour le regarder de la sorte. C'était la première fois pour Nolan d'être aussi dévisagée, surtout avec un regard remplis d'émotion. Malgré ceci, elle resta parfaitement concentrer sur sa tâche.

- Attention ça va faire mal. Avertit Nolan quand elle allait remettre l'os à sa place. La jeune femme brune mit un morceau de boit dans la bouche de Calandia et se concentra. Bien, je vais commencer, je te conseille de fermer les yeux afin que tu ne vois pas le temps passer. Dit-elle.

Laura et le père de la jeune femme tout comme cette dernière, la regardèrent étrangement, car c'était la première fois que quelqu'un disait de fermer les yeux pour cette action.

Nolan envoya un furtif regard auprès de Laura, qui comprit instantanément ce que son amie allait faire ainsi que la raison pour laquelle, elle demandait à Calandia de fermer les yeux. Sans attendre, Laura se retourna auprès de Pandion et l'invita à le suivre dans la cuisine afin de lui monter une nouvelle recette de thé. Ce dernier intéressé, suivit la jeune femme sans se poser de question.

Nolan se retrouvant enfin seule avec sa patiente et lui demanda une nouvelle fois de fermer les yeux. Cette dernière qui était tombée sous le charme de sa soigneuse, fit sans problème ce que la jeune femme lui demanda. Elle ferma les yeux et serra les dents.

Nolan vérifia que personne ne la regardait et une fois certaine que non, elle fixa intensément la plaie de la jeune femme et activa son pouvoir. En une fraction de seconde l'os se remit en place dans un léger craquement qui ne ce fut pas sans douleur.

La jeune femme ne pouvant pas retenir la douleur plus longtemps se mit à hurler. Pandion qui était dans la cuisine, arriva à toute hâte auprès de sa fille et se calma quand il vit qu'elle n'était blessée.

- Je suis désolée. Dit Nolan un peu embêtée.

- N...no...non c'est b...bon. Répondit Calandia en laissant la douleur passer.

- Ça vas ma chérie ? Demanda son père nerveusement.

- Oui papa ça va, elle m'a juste remit l'os dans son axe. Répondit la jeune femme en rassurant son père.

Une fois apaisé, ce dernier retourna auprès de Laura qui l'attendait patiemment. Nolan de son coté, regarda la jeune femme avec un peu de culpabilité.

- Ne t'inquiète pas tout va biens. La rassura Calandia. Mais je n'aurai pas jamais pensé, que la douleur aurai été si forte.

Nolan ne répondit pas, mais finissait son soin en refermant la plaie et bandant le bras tout en le repliant collé au corps de la patiente.

Une fois tout le soin fait Calandia était vraiment contente du travail de sa sauveuse. Tout était propre et soigner. Nolan rangea le tout et jeta le linge rempli de sang.

Laura et Pandio arrivèrent de la salle et tout le petit monde se mit autour de la table en buvant du thé.

Deux heures plus tard, Nolan et Laura sortirent de la maison avec les renseignement voulu. Elles apprirent que les femmes capturée par le guerrier, étaient toutes des jeunes filles âgé de seize dix-sept ans. Les deux amies apprirent également que plusieurs villageois, avaient été tués pour le simple bonheur de ce tyran. Elles comprirent que Calandia était la promise de ce guerrier, qui voulait en faire sa femme et que si cette dernière refusait, hé bien, le tyran brûlerai le village en entier et prendrai les enfants ainsi que les femmes pour en faire des esclaves et les vendre.

Devant tous ses aveux, Nolan se contenait pour ne pas hurler de rage. Elle avait simplement fait comprendre à Laura d'un simple regard, qu'elles devaient partir. Une fois en dehors du village. Nolan explosa et laissa son pouvoir prendre le dessus en faisant exploser arbre, rocher et tout ce qui lui tombait sous la main. Laura était vraiment terrifiée du pouvoir de son amie, mais elle était également surprise de voir que la jeune femme, n'avait pas toucher à un seul de ses cheveux.

- Bien ! Lâcha Nolan une fois calmée.

- De quoi tu parle ? Demanda Laura.

- Nous allons libérer ses femmes et éliminer ce gredin de cette terre. Répondit froidement Nolan.

Le regard que cette dernière avait posé sur la petite brune, était dure et très déterminer. Cette dernière ressentit les sentiments de son amie à cet instant et partageait le même avis qu'elle.

- Oui allons y . Dit Laura tout aussi déterminée.

Nolan laissa un sourire radieux apparaître sur son visage contente de voir que son amie partageait son envie.

Sans en dire plus les deux jeunes femmes, retournèrent à l'auberge de Martine afin d'aller prendre de quoi tenir pour leur petite expédition. Arrivées sur les lieux, elles entrèrent rapidement dans l'auberge et allèrent sans attendre dans leur chambre respectif afin de prendre ce dont elles avaient besoin. Alexandre qui les virent arriver sans s'arrêter, les suivirent à l'étage.

- Vous allez bien ? Demanda ce dernier et les voyant ressortir aussi vite qu'elles étaient entrées dans leur chambre.

- Oui. Répondit Nolan sans en dire plus.

Laura ne répondit pas et suivit la jeune femme brune qui avait prit le chemin de l'escalier. Alexandre voyant que la petite brune l'ignorait, l'attrapa par le bras afin de l'arrêter.

- Qu'est ce que tu as ? Demanda-t-il.

Laura refusa de le regarder et resta muette. Nolan compris alors que la personne dont parlait sa jeune amie quelque heures plutôt, c'était Alexandre. Sans savoir pourquoi, elle vint au secours de la jeune femme.

- Elle n'a rien, mais laisse nous, nous sommes presser. Dit Nolan froidement.

- Vous aller où armée jusqu'au dents ? Demanda Alexandre en voyant que ses deux amies avoir prit la totalité de leur armes.

- Cela ne te regarde pas ! Répondit sèchement Laura.

Alexandre sursauta au ton employer et sentit son cœur se serré devant le regard dur de la jeune femme. Nolan ne voulant pas attendre plus, reprit son chemin suivi de Laura. Alexandre voulant comprendre et savoir où est ce que les deux femmes allaient, se mit à les suivre. Les deux amies le sentit et Laura décida de prendre les devant avant que Nolan ne le fasse.

Part devant je m'occupe de lui et je te rejoint. Dit-elle discrètement à la jeune femme brune.

Cette dernière fit ce que son amie lui dit et s'engouffra dans l'étable. Laura se retourna et fit fasse à Alexandre.

- Qu'est ce que tu veux ?! Lança t-elle froidement.

- Je veux savoir pourquoi tu es aussi dure avec moi et où vous aller. Dit Alexandre déterminé.

- Où nous allons, cela ne te regarde pas et la raison pour laquelle je suis aussi dure avec toi, hé bien réfléchit et tu découvrira la réponse ! Dit la jeune femme en se retournant.

Alexandre n'ayant pas obtenu satisfaction, arrêta une nouvelle fois Laura en la retournant de force par l'épaule.

- Non c'est trop facile, nous sommes amis donc je doit être au courant de ce que vous faite.

- De quelle droit te permet tu de décider si oui ou non nous sommes obligées de te le dire. Comme tu le dit si bien, oui nous sommes amis, mais de simple amis donc je n'ai aucune raison de te dire où nous allons. Lâcha Laura les yeux remplis de larme et le cœur lourd.

Le cœur d'Alexandre manqua un battement, face à la colère de la jeune femme. Alexandre ne comprenait vraiment pas la raison pour laquelle son amie agissait de la sorte envers lui.

- Pourquoi... pourquoi est tu comme ça ? Tout à l'heure sur le marcher je l'ai vu, tu t'es enfui en me voyant, mais pourquoi je voudrais le comprendre.

- Cherche par toi même et tu aura la réponse, car là je n'ai vraiment pas le temps de t'expliquer une chose dont tu connaît déjà la réponse !

Suite à ses mots, Laura se rua dans l'étable afin de préparer son cheval. Alexandre qui l'avait suivit une nouvelle fois, la retourna encore et en guise de réponse, il se reçu une grosse gifle dans la figure qui le fit tomber sur le sol.

- Pourquoi à tu changer de comportement depuis que Léa est réveiller ! Moi qui pensait que nous avions passer un cap, mais à ce que je vois, tu t'est simplement servi de moi en attendant le réveille de Léa. Je ne suis pas sa remplaçante. Cria t-elle de rage en laissant ses larmes couler.

Sans attendre Laura alla auprès de son cheval et commença à le seller. Alexandre resta figé devant les mots et comprit enfin le comportement de la jeune femme, ainsi que la cause. Sans rien dire, il se releva et se dirigea vers Laura. Arrivé prêt d'elle avant même qu'elle n'est le temps de faire quoique se soit, en une fraction de seconde il posa sa main gauche sur l'épaule droite de la jeune femme et la retourna. Quand Laura fut en face de lui, Alexandre pencha d'un coup sa tête et déposa ses lèvres sur celles de la jeune femme qui ne put réagir face à cet assaut.

Laura cru que son cœur allait exploser tellement le geste était remplis de douceur. Elle se laissa peu à peu aller et rendit le baiser au jeune homme. La petite brune passa ses deux bras autour du cou d'Alexandre qui affermit son étreinte. Le baiser était délicat et remplis de sentiments. La jeune femme ne pouvait plus retenir ses larmes qui l'avait menacer depuis le début du baiser. Elle avait attendu ce moment depuis un si long moment qu'elle laissa toutes ses émotions passer dans le baiser et ses larmes.

Doucement les deux amants s'écartèrent légèrement de l'un et de l'autre. Tout deux étaient tremblant comme des feuilles. Ce moment passé était si intense, qu'il resta encore dans leur corps. D'un coup, une grosse explosion se fit entendre. Ils levèrent leur tête dans la direction et vit Nolan se mettre à cheval avec violence avec le box de l'animal tomber au sol en débris et morceaux de boit.

- Oh non ! Dit Laura dépitée. Qu'avons nous fais ?

Alexandre était dans le même état que son amie et ne put sortir un son.

Nolan une fois ses reine ajuster, fit avancer son cheval hors de l'étable sans un regard envers les deux jeune gens. Laura qui comprit ce que Nolan comptait faire, se mit à le poursuivre.

NOLAN ! ! ! NOLAN ATTEND ! ! ! s'écria la petite brun en voyant la jeune femme faire trotter sa monture.

Quand Laura arriva au niveau de la porte de l'étable suivit d'Alexandre, cette dernière se ferma avec violence. Les deux amis essayèrent de toutes leur forces d'ouvrir la porte, mais cette dernière était bloquée de l'extérieur par un abreuvoir.

Malgré les appel incessant, Nolan continua son chemin et pour ne pas les entendre, elle fit galoper son cheval et partit en direction de la montagne.

Martine qui était sortie pour étendre son linge, entendit des voix remplit de détresse venant de l'étable. Sans attendre, elle se précipita vers ce dernier et reconnu Alexandre et Laura.

- Attendez je vais vous sortir de là. Dit l'aubergiste en essayant de dégager la porte.

Malgré toute la bonne volonté du monde, Martine ne pouvait pas bouger l'abreuvoir à elle seule. Une petite voix venant de derrière, elle la fit souffler de bonheur.

- Léa viens m'aider vite ! Supplia Martine.

- Que ce passe t-il ? Demanda la jeune femme en se précipitant vers l'aubergiste.

- Laura et Alexandre son enfermé à l'intérieur et je n'arrive pas à bouger cette abreuvoir toute seule. Expliqua la femme.

- J'arrive ! Répondit rapidement la petite blonde en posant sur le sol ce qu'elle avait en main.

Après plusieurs minutes de courage mélanger à de la volonté, les deux femmes purent bouger l'abreuvoir, afin d'avoir suffisamment d'espace pour laisser la porte s'entrouvrir et y faire sortir les deux prisonniers.

Une fois dehors, les deux amis ne perde pas de temps et aida les deux femmes pour enlever complètement l'objet. Quand ceci fut fait, Laura retourna à l'étable afin de seller son cheval pour partir à la poursuite de Nolan. Quand elle arriva auprès de ça monture, son visage ce décomposa.

- Oh non, c'est pas possible. Dit Laura tristement en se laissant tomber à genoux.

- Laura, que ce passe t-il ? Demanda Alexandre en ce précipitant sur son amie pensant qu'elle était blessée.

La jeune femme ne dit rien, mais laissa ses larmes prendre le dessus. Léa et Martine qui arrivèrent peu après, posèrent la même question que le jeune homme quelques secondes plutôt. Laura encore une fois ne répondit pas, mais attrapa l'équipement du cheval et le montra à ses amis.

- Mais que c'est t-il passé ? Pourquoi la selle et le reste est en lambeau ? Demanda l'aubergiste.

Laura resta encore une fois silencieuse et regarda le jeune homme. Ce dernier comprit ce qu'il venait de se passer.

- Attend ne panique pas, il y en a d'autre. Dit-il en souriant.

Alexandre se figea quand il remarque que toute les affaires de l'étable était dans le même état. Tout était détruit et dans l'impossibilité de monter les chevaux. Le jeune homme regarda tristement son amie.

- Tout est de ma faute ! Cria cette dernière en frappant le sol de ses deux poings.

Alexandre se rua sur la jeune femme en arrêtant ses coups.

- Non Laura rien n'est de ta faute, rien n'est de ta faute. Dit le jeune homme en serrant la petite brune afin de la calmer.

Cette dernière arrêta de martyriser le sol, mais éclata en sanglot. « Pourquoi ai je laissé Alexandre m'embrasser devant Nolan. Je le savait qu'elle allait très mal le prendre. » Ce reprocha la jeune femme. « Je savait que cela allais le blessée. Mais qu'est ce qu'il m'a prit ? »

- Que ce passe t-il ? Demanda Léa ne comprenant pas. et où est Nolan.

Alexandre et Laura baissa leur tête de honte.

- Qu'est ce qu'il y a ? Demanda l'aubergiste de nouveau avec un voix douce.

Sans rien dire. Laura s'écarta des bras d'Alexandre et se pointa devant Léa le visage honteux en regardant le sol.

- No...Nolan est.... La jeune femme était tremblante comme une feuille. Elle se mit souffler pour essayer de faire partir son stresse.

Une fois plus calme, Laura se mit à raconter à Léa en détail tout ce qu'il c'était passé. Elle lui expliqua la discussion qu'elle avait eu avec Nolan, en passant par l'étape du village, ainsi que ce qu'il c'était passé entre elle et Alexandre.

D'un coup, une puissante gifle se posa sur la joue gauche de Laura qui la fit vaciller.

Martine et Alexandre resta bouche bée de l'action de Léa, elle habituellement si gentille.

- Bande d'imbécile ! Cria la petite blonde. Mais pourquoi ne réfléchissez vous jamais ! À votre avis si je n'ai jamais dévoilée mes sentiments ou même tenté quoi que ce sois envers Nolan, c'est pour le plaisir ? Je sais que Nolan a des difficultés pour exprimer ses sentiments.

- Léa je...

Non Laura tait toi ! Coupa violemment Léa. Vous me prenez pour une stupide ou quoi ?! Vous croyez aussi que je n'avais rien remarquer en ce qui concernait Nolan ?! Vous pensiez que je n'avait pas comprit ses sentiments à mon égard ?! La jeune femme était toute tremblante de colère et se tourna auprès d'Alexandre. Toi ! Tu crois que tu aurais pu avoir une chance avec moi ?! Tu te fais de douce illusion ! Mon amour ne vas que pour Nolan ! Jamais personne d'autre n'aura mon cœur. Cracha t-elle le cœur battant et les larmes au yeux.

Alexandre se figea et la vérité lui donna un puissant coup de poing dans le ventre.

Vous voyez ça ! Dit-Léa en montrant la fiole qu'elle détenait dans les mains. Ceci est l'antidote du poison qui contrôle Nolan. Bientôt plus personne ne pourra la contrôler et ce servir d'elle. Expliqua t-elle le regard noir et déterminer. Baphein à commit l'erreur d'avoir essayer de tuer Nolan dans la forêt. Le premier qui tentera quoi que ce sois sur elle ou qui lui fera du mal, je le tuerai sans hésité.

Les mots de la jeune femme bondit dans l'esprit d'Alexandre.

- Mais alors cela veut dire que...

Oui le seigneur de guerre et tout le reste de ses hommes, c'est moi qui les ai tuer. Ils ont essayer de me violer et d'éliminer Nolan. Je peux vous le dire qu'ils doivent le regretter amèrement maintenant. Expliqua la jeune femme avec un sourire sadique sur le visage.

Alexandre Laura et Martine se figèrent quand la figure douce de la petite blonde se transforma en un être froid et sans cœur. Était n'en revenait pas de ce qu'ils venaient d'entendre.

- Plus jamais je ne subirait et serai une victime et Nolan non plus. Dit la jeune femme la voix remplit de colère.

Léa reprit son visage calme et s'avança en direction d'Alexandre. Arriver devant lui, malgré la différence de taille, elle l'attrapa par le col de son vêtement.

Je ne veux plus jamais te revoir est ce bien clair. Commença t-elle d'une voix basse et dangereuse. Tu as assez fait de mal à Nolan comme cela. Depuis le début tu as tout fait pour la rendre jalouse.

- Mais Léa je...

- Assez ! Cria la jeune femme en le giflant violemment.

Léa relâcha Alexandre et se dirigea vers son propre cheval. Arriver devant lui, elle était surprise de découvrir que c'était le seul qui avait son matériel en parfaite état. Sans attendre elle sella l'animal et monta dessus.

- Léa attend ! S'écria Laura en se jetant sur la jeune femme. Je suis désolée pour tout ce qu'il c'est passer Alexandre n'est pas le seul responsable de tout ceci.

- C'est exact. Répondit froidement la petite blonde.

Les mots frappèrent le cœur de Laura qui le sentit se serrer.

- Tu es aussi responsable pour ce qu'il vient de se passer. Je te l'accorde que tu aura pu empêcher Alexandre de t'embrasser devant Nolan, mais tu n'est en aucun cas responsable de l'attitude d'Alexandre sur le fait qu'il à tout fait depuis le début, pour que je m'éloigne de Nolan. Dit-elle en contournant la jeune femme pour se diriger vers la sortie.

- Martine je reviendrai avec Nolan, je vous le promet. Dit la jeune femme une fois arriver devant elle.

L'aubergiste laissa un sourire apparaître et hocha la tête en guise de réponse.

- Au faite Alexandre ? Commença Léa.

- Oui ?

-Je trouve cela étrange qu'en l'espace d'une journée, tu sois tombé éperdument amoureux de Laura, alors que depuis le début, c'était moi que tu convoitait. Finit-elle avant de pousser son cheval au galop en direction de la sortie du village.

« Bande d'idiots. » Ce dit Léa. « Pourquoi n'avez vous pas attendu et pourquoi le faire devant Nolan. Tu la déteste au point de lui faire autant de mal Alexandre. Je regrette de t'avoir accepter parmi nous. » La jeune femme tout en se perdant dans ses pensée, prit le chemin que son amie avait emprunté plutôt. Cette histoire permit à Léa, de comprendre que Nolan possédait enfin des sentiments humains et qu'elle avait été blessée par le geste d'Alexandre et de Laura à cause de son manque de confiance dans ce domaine.

- Je dois le lui avouer. Je dois lui dire tout ce que j'ai sur le cœur. Dit-elle le cœur de plus en plus léger. Oui je doit lui avouer mes sentiments. Sur ses mots elle poussa son cheval au triple galop en espérant que son amie ne soit pas trop loin pour pouvoir la rattraper.

Nolan avait parcouru plus de la moitié du chemin. Pendant toute la première partie, son esprit était tourné vers le baiser échanger entre Alexandre et Laura. Elle n'arrêtait pas d'y repenser. La jeune femme se maudissait de ne pas pouvoir faire la même chose avec Léa et de ne pas pouvoir lui ouvrir son cœur. Quand Laura lui avait parler de ce qu'elle ressentait pour une certaine personne, au départ Nolan pensait que c'était envers elle-même, mais quand elle avait vu la réaction de la jeune femme devant Alexandre, Nolan avait comprit alors que la personne dont Laura était amoureuse, c'était de ce dernier. À ce moment là, Nolan commençait à ressentir de la jalousie et de la colère envers eux deux, car elle avait réalisé que si Alexandre était en faite lui aussi amoureux de la petite brune, aucun des deux n'aurait de mal à ce dire ce qu'ils ressentaient pour l'autre.

Quand les deux jeunes gens c'étaient disputés, Nolan avait comprit qu'ils c'étaient déjà avoué leur sentiments. Alors à ce moments-là, son cœur se serra d'avantage. La jeune femme était tombée par accident sur le baiser. N'entendant plus rien, cette dernière pensait que Laura était trop triste pour parler, alors Nolan c'était approchée de son amie pour pouvoir la consoler, mais ce qu'elle avait vu lui brisa le cœur. Le baiser des deux jeunes gens était si lourd à regarder, que toute sa frustration était sortie dans une colère noir. Nolan savait qu'Alexandre et Laura étaient conscient de sa présence, tout comme le faite qu'elle n'était pas capable d'avouer à qui que ce soit ce qu'elle avait sur le cœur. Alors s'embrasser en sa présence, c'était pour Nolan un affront et une trahison.

Nolan parcouru la dernière moitié du chemin en moins d'une heure et arriva à destination. Quand Nolan fut au pied de la montagne, où étaient emprisonnées les femmes du village, elle descendit de son cheval et lui ordonna de rester cacher dans la forêt jusqu'à son retour. .

Tout en restant près de l'animal, la jeune femme ajusta son épée à sa ceinture. Une fois qu'elle fut prête, Nolan s'approcha de la limite des buissons et regarda tout autour afin de voir si personne n'était dans les alentour. Quand elle remarqua que non, la jeune femme sortie de sa cachette et commença son avancer sur le chemin qui la conduisait jusqu'en haut de la montagne où devait ce trouver les jeunes filles captives.

La nuit commençait à tombée chose qui l'arrangeait particulièrement, car comme cela, Nolan pouvait s'approcher de l'entrée plus facilement. Tout en restant sur ses gardes, la jeune femme continua d'avancer tranquillement. Elle faisait bien attention de ne pas faire de bruit, car le silence de la nuit mélanger à la lourdeur de l'atmosphère, indiquerai facilement sa position au moindre faut pas.

Nolan commençait à sentir un mal être, parce que depuis son arrivée, elle n'avait rencontrée aucun obstacle, chose que la jeune femme n'aimait pas beaucoup.

- Étrange, tout ceci est bien trop facile, j'espère que je ne me suis pas trompé d'endroit. Dit-elle pour elle même.

Nolan s'arrêta d'un coup et sortit on épée. Elle sentit un grand danger tout autour d'elle. « Bon sang, je me suis fait repérer. » la jeune femme ne sachant pas d'où l'attaque allait venir, tourna vivement la tête de tout les coté.

Dans les feuillages d'un arbre, une sarbacane sortit légèrement en laissant apparaître uniquement le bout. Le plus silencieusement possible, elle visa le cou de Nolan, quand l'arme fut stabilisée, on souffla à l'intérieur et une petite fléchette en sortit à grande vitesse.

Le pic traversa l'air frais de la nuit dans un sifflement à peine auditive et alla se planter dans le cou de Nolan avant de tomber sur le sol. La jeune femme qui sentit une vive douleur, mit immédiatement sa main sur l'endroit et ne sentit aucun objet. Pensant que ce n'était qu'un simple insecte, la jeune femme n'y porta pas plus d'attention.

D'un coup, un groupe d'homme armée d'épée sortirent de derrière les rochers et commença à encerclé la jeune femme.

- Hé bien il y en a du monde. Dit Nolan d'une voix amusée.

- Je vois que cela t'amuse, mais tu ne rira pas longtemps. Répondit un des homme avant de se jeter sur Nolan.

Cette dernière évita de justesse la lame qui lui arrivait sur la droite. Profitant de sa position accroupit suite à son esquive, Nolan fit une balayette à son agresseur qui tomba à la renverse. Un autre adversaire arriva derrière la jeune femme en brandissant cette fois une hache. Nolan qui la sentit arriver, fit saut arrière qui lui permit de passer par dessus son agresseur. elle atterrit juste derrière l'homme et lui donna un puissant coup d'épée du coté tranchant au niveau de la dernière cote.

Nolan leva son épée à temps afin de parer le coup qui lui arrivait par dessus, mais malheureusement pour elle, la jeune femme sa force disparaître. Son adversaire qui s'en rendit compte, se mit à sourire victorieusement et lui décocha une puissante droite qui envoya Nolan à plusieurs mètre de lui.

La jeune femme se releva difficilement. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait. « Pourquoi mes forces m'abandonnent, mais que ce passe t-il ? » Ce demanda Nolan. Cette dernière n'eut pas le temps de se poser plus de question, qu'un gros coup de pied lui arriva dans le ventre en le faisant s'étaler sur le dos. Nolan se plia en deux de douleur. Par instinct, elle arriva à retenir un pied qui arriva rapidement au niveau de son visage mais ne put empêcher celui qui lui arrivait par la droite.

Ses bourreaux se mirent à plusieurs pour la frapper ne lui laissant aucune une seconde de répit. La colère de Nolan se faisait de plus en plus forte. Elle allait la faire exploser quand d'un coup la jeune femme se bloqua. « Non, non j...je ne peux plus utiliser mon pouvoir, mais... »Tout son corps se mit à trembler. Ses yeux étaient devenu aussi rond que des billes ou l'on pouvait clairement y voir de la terreur. « Non je ne peux plus l'utiliser ! »

D'un coup l'image de la piqûre lui revint en tête. Nolan se revoyait ressentir une petite douleur et se mettre la main dans le cou. « Oh non ! » Sa tête se tourna rapidement vers l'endroit ou elle à été piquée. Nolan essaya de se relever, en utilisant les dernière forces qui lui restait. La jeune femme réussit à se hisser sur ses jambes tremblante et se mit instinctivement en garde. Les adversaire qui la voyait faire ce mirent à rire à gorge d'éployé.

- Regardez-la, elle n'est même pas capable de se tenir debout correctement, alors comment compte t-elle se défendre maintenant. Allez finissons en !

Le groupe d'homme rua Nolan de coup de poing ainsi que de coup pied. Chose qui étonna cette dernière. La jeune femme ne comprenait pas pourquoi ses agresseurs n'utilisait pas leur armes. Nolan effaça rapidement cette question de sa mémoire et malgré les coups, elle commença à avancer en direction de sa première position là où elle avait sentit la piqûre. Les hommes avait arrêter leurs gestes et regardaient la jeune femme faire. Ils ne comprenaient pas ce que Nolan cherchait à faire.

- Laissons tomber ce genre de question continuons le temps que nous le pouvons encore avant qu'il n'arrive. Dit l'un des hommes.

Nolan tout en continuant à marcher, enregistra ce que l'homme avait dit. « Il ? Qui il ? Qui doit venir ? » La jeune femme ne put continuer son auto questionnement qu'un puissant coup de pied la fit tomber à terre. Sans attendre, Nolan ressaya de se remettre debout en essayant d'ignorer les assaut qui lui tombait dessus. Le coup qui lui arriva de derrière, fut d'une tel violence que Nolan ne put malheureusement plus se mettre debout.

Ce qui se passa par la suite, arrêta net l'agression des hommes qui resta inerte sur l'action. Nolan se mit à ramper, difficilement en direction de son objectif. Tout les hommes étaient impressionnés par le courage et la volonté de la jeune femme. Aucun d'eux ne savaient ce que Nolan voulait et ne purent que la laisser faire tout en admirant malgré tout son courage.

Quand Nolan arriva enfin sur les lieux, elle se mit à regarder tout autour d'elle à la recherche de la chose qui l'avait piquer en priant les dieux que ce ne soit qu'un simple insecte. Ses yeux se mirent à devenir d'un coup rond comme des billes et brillant de larmes. Nolan trouva ce qui l'avait piquer. En utilisant ses dernière forces, la jeune femme tendit son bras et attrapa la pointe sur le sol avant de l'apporter à ses yeux.

Son cœur se mit battre de toutes ses forces et des larmes de terreur coulèrent abondamment.

- Non non impossible.

Avant même que Nolan ne puisse dire autre chose, une grande ombre surgit juste derrière elle et lui envoya un puissant coup dans la nuque qui la fit s'évanouir.

- Bande d'idiot ! Voilà comment ont doit s'y prendre. Dit l'ombre mécontente. Que quelqu'un la prenne et l'emmène ! Ne soyez pas en retard le bateau lève l'ancre à l'aube.

- Oui chef !

C'est sur ses mots que les hommes prirent leurs chevaux qui étaient cachés dans les montagne et partir au galop en direction du sud ouest.

- Enfin je la tient. Avec elle, le monde est à ma porter. Fit l'ombre noir avant de partir à la suite de ses hommes avec une Nolan inconsciente attachée sur l'un des chevaux.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:27

CHAPITRE 26

Plus d'une heure de chevauché plus tard, Léa arriva aux pieds des montagnes. Tout comme Nolan l'avait fait précédemment, la jeune femme cacha son cheval dans les buissons. À cette instant, elle fut fort surprise de retrouver l'animal de son amie, caché au même endroit.

- Bien, je suis sur la bonne voie. Ce dit-elle.

Sans attendre plus, Léa sortir des feuillages et entreprit la marche qui allait la conduire jusqu'en haut. Durant toute son avancé, la jeune femme resta sur ses gardes afin d'agir à temps si un danger se présentait. Léa avançait sereinement tout en faisant attention de ne pas faire de bruit.

De gros nuages noir commençaient à apparaître dans le ciel. Cela n'aidait en rien la jeune femme qui se retrouvait avec encore moins de luminosité, mais malgré tout, cela avait quand même un aspect positif. L'obscurité complète dût aux nuages la cachait parfaitement bien.

Toute son marche se passa dans un silence de mort. Léa sursauta quand son pieds heurta quelque chose de métallique et que ce dernier alla percuter une grosse pierre. Instinctivement, la jeune femme se cacha derrière une plus grosse et attendit afin de voir si sa maladresse, n'avait pas alerter les mercenaires.

Léa attendit plus de cinq minutes cachée et quand elle fut sûr que personne ne l'avait entendu, elle sortit de son coin pour se diriger vers l'objet de sa frayeur. Quand la petite blonde arriva prêt de lui, à cause de l'obscurité complète, elle redonna un second coup de pied sur ce dernier. Cette fois encore, le bruit du métal dût au silence de plomb, raisonna clairement dans la montagne.

Tout en sursautant une nouvelle fois, Léa attrapa rapidement l'objet et se cacha derrière la grosse pierre qui était face à elle et attendit. Tout en restant cacher, la jeune femme jeta un œil sur ce qu'elle tenait. La nuit était si épaisse qu'elle avait beaucoup de mal à distinguer la chose. Tout ce qu'elle pouvait comprendre de sa trouvaille, c'était que cette dernière était une épée. Léa força son regard sur l'arme afin d'en voir les détails et quand un rayon de la lune traversa les gros nuages noir, son cœur s'arrêta.

La jeune femme reconnaissait larme. C'était celle de Nolan. « Mon dieux que lui est -il arrivé. » Ce dit elle en sentant dans tout son corps qu'un malheur était arrivé à son amie. Son auto questionnement s'arrêta quand la petite blonde entendit des pas et des voix arriver du haut de la montagne. Léa se recroquevilla et tendit l'oreille.

- Alors ça à marcher ? Demanda l'une des voix.

- Oui et nous n'avons pas eux à nous battre c'est génial. Répondit l'autre.

- Alors ou l'emmène t-elle ?

- Je ne sais pas trop, j'ai cru comprendre que le chef devait prendre un bateau pour aller à Rome.

- À Rome, mais pourquoi faire ?

- Et bien d'après les dires de certaine personnes, il veux tester les capacité de cette gamine et voir, si ce qu'on lui avait rapporter sur elle, était exact donc, pour le seigneur la meilleur solution est de la faire combattre contre des adversaires digne.

- Tu veux parler des gladiateurs ?

- Oui il n'y a pas plus puissant guerrier qu'eux. Enfin, le plus important c'est que le plant du seigneur ait marché cette fois ci.

- Oui tu as raison. Les habitant de l'autre village ne valait pas un clou, il l'ont laisser s'enfuir.

- Sans parler de Baphein, lui qui nous avait certifié de nous la ramener, quel nul.

- Ait un peu de respect pour ce maudit seigneur de guerre. C'est quand même grâce à lui que notre maître connaît l'existence d'une tel force.

- Oui tu as raison et c'est grâce à lui que notre chef sera le maître du monde.

- Bon aller, dépêchons nous. Il faut vite qu'on les rattrape sinon nous serions obligé de prendre un autre bateau.

- Oui.

Avant qu'ils ne puisse avancer plus, un bruit de pas se fit entendre.

- Qui est là ? Cria l'un des hommes en sortant son épée.

Aucune réponse ne leur virent, seul les bruit de pas et le son de l'orage qui commençait, se faisait entendre. Le deux hommes se mirent dos à dos arme en main. L'orage qui se trouvait juste au dessus d'eux, éclatait dans des puissant éclair. L'un des deux hommes se mit à trembler quant une silhouette sombre fut apparut sous la lumière de la foudre.

- Qui est tu ? Demanda t-il la peur au ventre.

Le second homme qui avait entre aperçu la silhouette se mit à coté de son ami et brandit son épée.

- Répond ! Qui est tu ? Dit-il à son tour.

Aucune réponse ne leur furent donné, seul les pas et le tonnerre raisonnait dans les montagne. Un éclair assez puissant éclata juste au-dessus et laissa en plus de la silhouette, deux billes verte apparaître. Ne sachant pas si la chose qui était devant eux était seul ou accompagner, les deux hommes ne purent que reculer afin d'attirer l'ennemi en haut de la montagne auprès de leur compagnon restant.

Doucement la pluie commençait à tomber et était accompagner par les éclair et le tonnerre. En une fraction, l'ombre qui marchait en direction des deux hommes, se jeta sur l'un des deux et lui coupa la tête avant de se jeter sur le second en lui planta son épée profondément dans l'épaule.

L'homme ne put malheureusement pas émettre un seul son de douleur, qu'une main ferme c'était posée sur sa bouche.

- Tu fait un geste ou prononce un son en dehors de ce que je veux, je te découpe en morceau. Lui dit l'ombre aux yeux émeraude d'une voix basse et dangereuse. Si tu as comprit hoche la tête.

L'homme voyant sa vie sur un fil fragile se mit à coopéré et hocha la tête.

- Bien, dit moi ou est ce qu'il emmène mon amie et qui est votre chef.

L'homme sursauta à la question et comprit que la personne en question était l'un des compagnons de Nolan. Il sentit d'un coup une puissante douleur à l'épaule et se retint de toute des forces pour ne pas hurler.

Ne voyant pas la réponse arriver rapidement, l'ombre noir qui n'était autre que Léa avait enfoncé de quelques centimètre sa lame.

- M...mo mon m...maître en...emmène to...ton am...ami à Ro...Rome à bo...bord d'...d'un bateau. Répondit difficilement le captif.

- Qui est ton maître ? Demanda Léa avec colère.

- T...Ta...ta...

- Non ! Ne me dit pas que ton Maître c'est Tamas ?! Demanda la jeune femme nerveusement.

- Hé ! Hé ! si c'est lui. Et maintenant tu compte faire quoi, ton amie est entre ses mains. Comment compte tu la sortir des griffes de ce tyran ? Demanda l'homme en se moquant.

- Comment connaît-il l'existence de ce pouvoir ? Demanda Léa avec rage.

- P...pourquoi me pose tu la question, sachant que tu étais là pour nous écouter. C'est Baphein qui à parler de Nolan à notre maître. Ce bon à rien, avait passer un accord avec Tamas il y a quelque mois de ça. Tout ce que Baphein voulait, c'était une jeune femme. Il avait promit à Tamas de lui capturer Nolan si en échange, Tamas lui laissait son ancienne esclave.

- Hé Tamas à accepter. Conclut la jeune femme.

Oui et depuis ce jour là, Tamas c'est intéressé à Nolan. Entre temps, un homme âgé c'était présenter à notre seigneur en lui expliquant qu'il était le médecin d'un ancien chef de guerre. Il nous avait même expliquer qu'il connaissait tout sur Nolan et comment l'arrêter.

- Hé que c'est t-il passé ensuite ? Demanda une Léa de plus en plus énervé.

C'est très simple, Tamas à accueillit à bras ouvert ce médecin et lui à permit de développer un produit qui permettrait à notre maître de contrôler Nolan pour en faire l'arme parfaite pour sa conquête du monde. Expliqua l'homme.

- Tout ce qu'il vous manquait c'était de la retrouver. Conclut Léa.

C'est exact, donc mon maître, à simplement engagé des habitants de chaque village du pays et leur expliquait ce qu'il devait faire en échange d'une grosse récompense.

Vous voulez dire que le village d'en bas...

Oui Nolan est tombée dans un piège sans retour. Demain elle sera en route pour Rome et si elle survit à ce que Tamas lui prépare, Nolan deviendra l'arme la plus puissante au monde qui permettra au seigneur d'être le maître du monde.

Tout le corps de Léa se mit à trembler. Dans un excès de rage, elle retira vivement l'épée avant de le planter avec violence dans le cœur de sa victime.

Qu...quoi qu...que tu...tu f...fa...fasse, t...to...ton a...am...amie es...est fi...fichu. Dit l'homme avant de s'effondrer mort.

Léa se mit à hurler dans le ciel remplit de pluie et libéra sa colère dans un violent sanglot. Elle frappa de toute ses forces, le cadavre qui était en dessous d'elle. Toute sa rage et sa colère passèrent dans ses poings et ses larmes. Dix minutes plus tard, la jeune femme enfin libéré de sa tension se calma. Elle était à bout de souffle et haletait fortement. L'orage et la pluie l'accompagnait. La petite blonde se laissa rouler sur le coté afin de se retrouver sur le dos. Elle ferma les yeux en appréciant la pluie lui tomber sur le visage.

Le silence de la nuit était redevenue à la normal. Seule les éclaires et le tonnerre raisonnait. La jeune femme ouvrit de nouveau les yeux et regardait la colère du ciel briller en une couleur blanche. Son regard devint de plus en plus déterminer et d'un coup elle se redressa.

- Je dois aller sauver Nolan.

Ce fut les seul mots qu'elle prononça avant de se mettre rapidement sur ses pieds. Léa arracha l'épée qui était dans le corps de l'homme et vola le fourreau de ce dernier avant de l'attacher sur son dos. Une fois l'arme bien à sa place, Léa se mit à courir de toute ses forces en direction de son cheval et quand elle arriva auprès de lui, elle sauta sur son dos sans s'arrêter, puis partie au triple galop en direction de l'auberge de Martine en emmenant la monture de Nolan avec elle.

Léa arriva une heure et demi plus tard sur les lieux. Elle ne prit pas la peine de ramener les chevaux dans l'étable et entra comme une furie dans l'auberge sous les yeux surprit de cette dernière et de ses deux amis. La jeune femme se rua dans sa chambre et prit ce qu'elle avait besoin ainsi que son bâton de combat. Quand elle eut ce dernier entre les mains, Léa le regarda attentivement. Au dernier moment elle se résigna de le prendre et décida de ce contenter uniquement de l'épée de Nolan. Quand elle fut enfin prête. La petite blonde descendit pour aller auprès de Martine.

- S'il ta plaît j'ai besoin de provision pour la route.

- Quoi mais que veux tu dire ? Tu t'en vas ? Demanda l'aubergiste surprise.

- Oui et c'est urgent. Répondit froidement la jeune femme.

Martine qui voyait le regard noir de Léa décida de ne pas argumenter et alla préparer ce dont la petite blonde lui avait demandée.

Alexandre et Laura se rapprochèrent rapidement de leur amie en lui demandant ce qu'il se passait.

Léa se mit à les dévisager avec un regard encore plus sombre. Face aux émeraudes aussi noir que la mort, les deux jeunes gens se mirent à sursauter. Ils remarquèrent tout les deux que leur amie portait du sang sur elle. Léa ne voyant aucune obligation de leur répondre, décida de les ignorer.

Quelque instant plus tard, l'aubergiste arriva avec un grand sac où plusieurs sorte de nourritures étaient rangée. Léa ne perdit pas de temps, elle attrapa froidement l'objet et le mit dans son sac avant de se diriger sans un mot vers la porte. Arrivée au seuil de cette dernière, la petite blonde se mit à siffler fortement et en quelque seconde, une grosse boule de poil arriva devant elle.

- J'ai besoin de ton aide. Dit la jeune femme à l'animal.

le loup se mit à aboyer en signe d'accord, puis sans rien dire de plus, Léa se rua sur son cheval et partit au galop hors de la ville avec le loup a ses cotés.

Alexandre, Laura et Martine comprirent que Nolan avait un problème. Sans prendre le temps de réfléchir, le jeune homme se rua à son tour hors de l'auberge. Il fut rapidement rejoint par Laura qui comprit les attentions de son amis.

Allons aider Léa. Je ne sais pas ce qu'il se passe, mais si elle demande au loup de l'aider, cela veut dire que quelque chose d'assez grave est arrivé à Nolan. Dit le jeune homme en s'arrêtant devant le cheval de cette dernière.

Sans rien dire de plus, Alexandre monta sur l'animal et tendit la main à Laura.

- Tu es prête à m'aider ? Demanda le jeune homme.

- Oui répondit Laura en acceptant la main de son ami qui l'aida de monter.

Une fois les deux jeunes gens sur le cheval, ils s'échangèrent un regard qui voulait tout dire.

- Ne vous inquiéter pas, nous vous ramènerons Nolan saine et sauve ! Cria Alexandre avant de lancer la monture au galop.

Les deux jeunes gens ne dirent plus un seul mot durant toute le chevauchée, mais eurent la même pensé. « C'est le moment de nous racheter de notre faute. »

Léa accompagnée du loup, chevaucha toute la nuit. Elle savait qu'elle avait plusieurs heures de différence par rapport à Tamas. La jeune femme n'en revenait pas, la personne qui dirigeait tout le monde afin de capturer Nolan, n'était autre que la personne qu'elles poursuivaient elles même. Léa se mit à sourire malgré de la situation, mais son sérieux reprit vite le dessus quand elle pensa à ce qui allait arriver à Nolan une fois à Rome.

La petite blonde se reprit rapidement et poussa son cheval à aller encore plus vite. Elle ressentait malgré tout du remord en repensant à son comportement auprès d'Alexandre et Laura. Elle aurai du leur dire ce qu'il se passait et leur demander de venir avec elle. La jeune femme savait très bien que seule à Rome, elle aurait beaucoup de mal pour sauver Nolan.

Le jour commença à ce pointé quand Tamas et ses hommes arrivèrent au port de DEMETRIAS. Le seigneur de guerre qui était un grand homme à la chevelure noir, descendit de son cheval et monta sur un bateau. L'équipage l'accueillit avec respect en une grande révérence. Ses hommes qui étaient partit dans les pleines avec lui, le suivirent rapidement avec Nolan toujours inconsciente.

- Mettez la dans la cale et attachez la solidement au fers ! Ordonna Tamas.

- À vos ordres !

- Une dernière chose, il faut qu'elle ait son injection au moins deux fois par jour et ce ne serai pas de trop de la lui faire maintenant. Dit ce dernier avant de partir dans sa cabine privé.

Sans attendre plus longtemps, les hommes emmenèrent Nolan dans la cale des prisonniers et l'attachèrent solidement à des fers. ces derniers étaient placés à ses mains, ses pied ainsi qu'autour de son cou. L'un des hommes arriva avec un petit objet pointu enduit de produit. Il transperça la peau de la jeune femme avec ceci. Le liquide qui était sur la pointe se mélangea au sang.

- Bien, voilà avec ça elle n'est plus un danger. Dit l'un des hommes.

- Allez, nous n'avons pas le temps pour tout ça. Notre maître à besoin de nous !

- Oui oui, mais nous avons bien le temps de souffler un peu. Ragea l'un des soldat.

- Une fois que nous aurions prit le large allez grouille toi ! Je n'ai pas tellement envie de voir la colère de Tamas.

- oui.

Une fois les hommes sortie de la cale et cette dernière plongée dans le noir à la fermeture de la porte, deux yeux bleus firent leur apparition. Nolan c'était réveillée pendant qu'on lui injectait le produit, mais n'avait rien montré afin qu'on la laisse en paix. Doucement la jeune femme fit le tour de ses membres avec sa tête et vit les chaînes qui la retenait. Elle leva une mains tremblante et la posa sur le fer qui était autour de son cou. C'était dans un soupir triste et lasse que Nolan laissa sa main retomber sur le sol.

- Me voila de nouveau au point de départ. Dit-elle tristement.

Doucement son cœur se serra et son esprit partit au delà du bateau. Doucement ses pensées se formèrent en une très belle jeune femme blonde aux yeux émeraudes et qui répondait au doux prénom de Léa.

Léa je suis si désolé. Dit le jeune homme laissant ses larmes prendre le dessus. Son cœur était si compresser qu'il avait du mal à respirer. Je te demande pardon, je n'ai pas réussit à devenir la personne bien que tu aurai souhaiter. Dit-il dans les pleurs. Tout son corps tremblait. Afin que personne ne sache qu'il était réveiller il laissa sa douleur et son amour pour Léa sortir dans des sanglot silencieux alors qu'il sentait le bateau bouger. Le bâtiment ou il était prisonnier commençait son déplacement vers la sortie du port qui afin de les conduire à Rome.

À quelques kilomètres de DEMETRIAS, Léa et le loup chevauchèrent à grande vitesse quand tout d'un coup, l'animal s'arrêta net.

- Qu'est ce que tu as ? Demanda Léa au loup en s'arrêtant à son tour.

L'animal se mit à aboyer méchamment avant de reprendre sa course. La jeune femme se mit à poursuivre le loup qui c'est mit à couper à travers une pleine en sortant de la forêt.

- Attend où est ce que tu vas ?! DEMETRIAS n'est pas par là ! S'écria la petite blonde.

Le loup ne ralentit pas, mais lui répondit par un grognement. La jeune femme capitula et décida de faire confiance au loup. Ce dernier arriva dans une autre forêt et prit sur la droite en arrivant. Léa ne comprenant pas vraiment ce que le loup essaya de faire, commença à avoir peur de ce qu'il allait se produire à la fin. Trois quart-heure de chevaucher plus tard et les deux amis sortirent enfin de la forêt pour se retrouver en face de l'entrée de DEMETRIAS.

- Mais... Léa était bouche bée de tout ceci. Elle regarda le loup interdite et se mit à éclater de rire malgré elle. Hé bien tu nous as fait passer par un raccourci et nous avons gagné plus de la moitié du temps initial. Bien allons sans perdre de temps au port.

La jeune femme et le loup avançait rapidement en direction du lieu dit. Arrivés devant ce dernier, ils trouvèrent une étable où ils purent mettre le cheval sous bonne garde. Léa paya l'homme et partit accompagner du loup en direction du port. Tout les regard se posèrent sur elle à cause de l'animal sauvage qui l'accompagnait.

Une fois arrivée sur les lieux, Léa chercha un commandant qui pourrait bien pouvoir l'emmener à Rome. Tout les navigateurs qu'elle croisait refusait à cause du loup. Elle regarda désespérément l'animal qui devint triste. La jeune femme était décidée de partir avec le loup et ne voulait en aucun cas le laisser ici. Elle rassura l'animal qui se reprit rapidement. Plus les recherches se prolongeait et plus le temps passé les éloignait du bateau de Tamas. Léa arriva au dernier embarcadère et avec chance ce dernier accepta l'animal à bord de son bateau. Au moment de payer le capitaine, la jeune femme se rendit compte qu'elle n'avait pas emporter assez d'argent avec elle.

Le payement du responsable de l'étable, lui avait prit plus de la moitié de son argent. Sans la somme complète, la jeune femme ne pouvait pas monter sur le bateau. Elle vit son dernier espoir s'envoler.

La petite blonde tourna les talons tristement avec le loup à ses cotés.

- Tu compte baisser les bras maintenant ! Lui dit une voix en bas de la passerelle.

Léa sursauta et regarda qui lui avait parler. Elle écarquilla les yeux quand et découvrit Alexandre et Laura en bas.

- Mais qu'est ce...

- Nous verrons ça plus tard. Il me semble que tu dois prendre un bateau non et nous aussi. Comme nous avons le compte voulu pour quatre personnes, autant voyager ensemble tu ne crois pas ? Lui dit Alexandre avec un sourire aux lèvres.

La jeune femme ne savait pas quoi pensée. Elle ne savait pas si elle devait rire, pleuré ou ce mettre en colère. C'était le tirage de sa main qui la sortie de ses pensées. Léa regarda le loup qui avait sa main entre ses crocs et quand ses yeux furent posés sur l'animal, ce dernier ce mit à aboyer.

Léa se mit à soupirer tout en souriant timidement et regarda Alexandre et Laura.

- Je veux bien que vous veniez, mais ne croyez pas que je vous ai pardonner pour autant.

- Non non, ne t'inquiète pas, même si tu as du mal à nous croire, Nolan est aussi notre amie et nous allons t'aider à la sortir de là. Répondit Laura.

- Peut-être, faite ce que vous voulez du moment que vous ne me déranger pas. répondit froidement Léa en se tournant vers le capitaine du bateau.

Alexandre et Laura se mirent à sourire de bon cœur en voyant que malgré la fierté de la petite blonde, elle était heureuse de les voir.

- Bon tu viens payer oui ! Dit sèchement Léa.

- Heu oui oui. Répondit Alexandre en se précipitant vers le capitaine et lui donnant la somme exact pour les quatre.

Léa qui était montée en première sur le pont, laissa un sourire radieux sur ses lèvres avec des larmes aux yeux. « Je suis si heureuse d'avoir de si bon ami. Merci les dieux de m'avoir fait rencontrer ses deux personnes. » Dit elle le cœur remplit de bonheur. Léa était certaine qu'avec Laura, Alexandre et le loup, plus personne ne pourra l'empêcher de sauver Nolan.

Peux de temps après le bateau largua ses amarres et tout le petit monde partir vers la haute mer en direction de Rome là où Nolan les attendaient.




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:28

CHAPITRE 27

Cela faisait une journée que Léa et ses amis avaient embarqué sur le navire qui les emmena à Rome. Cette nuit-là, la jeune femme avait beaucoup de mal à trouver le sommeil. Elle n'arrêtait pas de se tourner et retourner dans son lit. À bout de nerf, Léa se leva et sortit de sa cabine pour aller sur le pont. Une fois dessus, elle inspira profondément et se remplit du iode de la mer. Dans cette obscurité, l'eau était calme. La jeune femme se dirigea vers l'avant du bateau et alla s'accouder à la balustrade du bateau afin de profiter pleinement de l'air frais. Doucement ses pensées se mirent à voyager vers Nolan. Elle repensait à tous les moments passer avec elle.

- Tu n'arrives pas à dormir ? Lui demanda une voix venant de derrière.

Cette dernière fit sursauter violemment Léa chose qui faisait rire le propriétaire.

- Ça alors, je ne savais que j'étais à ce point là un monstre. Continua la personne en se plaçant à ses cotés.

- Alexandre ! S'écria Léa en revenant à la réalité.

- Hé bien tu en as mis du temps pour me reconnaître. Je suis si méconnaissable dans le noir. Fit le jeune homme avec une moue dépitée.

Léa se mit à rougir violemment et se détourna de lui en faisant face à l'eau.

- Tu m'as fait peur, j'étais perdu dans mes pensées. Répondit la jeune femme d'un ton mécontent.

- Je vois ça. Répondit Alexandre en rigolant.

Les deux jeunes gens laissèrent le silence prendre le dessus. Tout les deux pouvaient entendre les vagues se casser sur la coque du bateau dans un beau son. La nuit était si calme et sans aucun nuage. Léa jeta de rapide coup d'œil à son ami. Elle était terriblement nerveuse. La jeune femme ne comprenait pas pourquoi Alexandre restait encore auprès d'elle alors qu'elle avait été odieuse avec lui.

- Je...

- Je suis désolé. Dit Alexandre sans avoir entendu que Léa avait commencé parler.

Les mots du jeune homme surprit grandement la petite blonde qui se mit à le regarder.

- Je suis désolé, j'aurai du tout te dire en ce qui concernait Laura, mais je n'ai pas eu le courage de le faire. Commença Alexandre tristement.

- Non. Répondit la jeune femme en secouant la tête. Tu n'as pas à t'excuser. C'est à moi de le faire. Je te demande pardon de mon comportement de l'autre jour. Je n'aurai pas du agir de la sorte. Tu as le droit d'embrasser Laura je n'ai rien à dire. Dit Léa sereinement.


Alexandre fut réellement surpris de ce que venait de lui dire Léa. Il ne savait pas comment réagir.

- Je n'aurai pas du prendre parti de l'un ou de l'autre, j'aurai dus rester neutre et comprendre. Pour te dire la vérité, j'ai été jalouse de toi et Laura. Expliqua la petite blonde.

- Jalouse ?! Mais de quoi ? Fit Alexandre vraiment surprit.

- Vous deux, vous avez eux le courage de vous dire ce que vous ressentiez alors que moi, je n'y arrive pas. Je me retiens depuis le début de dévoiler mes sentiments à Nolan. Répondit la jeune femme les larmes aux yeux. Quand nous étions dans le village de Laura ce soir là, j'avais embrassé Nolan sur le coin de la lèvre et tout ce que j'avais réussi à faire après ça, c'était de m'enfuir, car j'avais peur de sa réaction. Pas qu'elle me fasse du mal, mais qu'elle le comprenne. Je sais que Nolan comprend toutes ses choses depuis bien longtemps.

- Je comprends maintenant. Dit simplement Alexandre.

- De quoi ? Demanda la petite blonde surprise.

- Je comprends pourquoi ce soir là tu étais en pleurs. Que je suis stupide, moi qui avais bêtement cru que Nolan t'avais fait du mal, alors que non. Mais dans l'histoire, c'est toi la plus stupide.

- Quoi comment ose-tu dire ça ! S'écria Léa en colère.

- Depuis le départ, Nolan à montrer ses sentiments à ton égard, mais la seule personne qui n'a rien remarqué, c'est toi. Regarde toutes les fois où nous nous sommes battu pour toi et qu'a chaque fois elle en sortait victorieuse. Nolan n'arrive pas à dire ce qu'elle ressent parce qu'elle ne l'avait jamais appris. Mais depuis le début, elle a tout fait pour te montrer ce qu'elle ressentait pour toi, mais toi tu n'as rien vu et rien comprit.

Léa ne savait pas quoi dire. La vérité qu'elle se refusait depuis bien longtemps, lui arrivait en pleine figure. Elle devait admettre que son ami avait raison.

- Qu...que dois-je faire alors ? Demanda Léa tristement.

- Tu aimes Nolan ?

- Quoi ? La jeune femme était surprise de la question poser.

- Je te demande si tu aimes Nolan ?

- Hé bien je... Léa se mit à rougir violemment. Je...je ne comprends pas pourquoi tu me poses cette question, alors que tu connais la réponse. Dit la petite blonde en essayant de s'échapper.

- Je ne veux pas le savoir de moi-même ! Je veux te l'entendre dire ! Répondit le jeune homme en haussant le ton.

Le changement brutal de comportement d'Alexandre fit sursauter Léa.

- Qui est tu, pour me dire ce-que j'ai à faire ou as dire ! Depuis le début tu as tout fait pour que Nolan et moi s'éloignent. Tu as tout fait pour que je sois qu'as toi ! S'emporta la jeune femme.

- Ce n'est pas ce que je t'ai demandé ! Aimes-u Nolan oui ou non ?! S'énerva le jeune homme. Pourquoi ne répond-tu pas à une simple question ? ! Aurai-tu peur de tes propres sentiments pour ne pas affronter la réalité ! Arrête de jouer l'enfant gâter et assumes ce-que tu ressens ! S'exclama Alexandre sévèrement.

Sans qu'il ne put voir ce qu'il lui arrive, le jeune homme se reçut une grosse gifle dans la figure, chose qui lui fit perdre l'équilibre. Il put malgré tout rester debout, grâce à ses réflexes. Alexandre avait attrapé la balustrade du bateau ce qui lui avait permis de ne pas tomber. Il posa un regard remplis de stupeur sur Léa et ses yeux s'écarquillèrent à ce moment-là.

La jeune femme était en pleure avec de la rage dans les yeux. Alexandre s'en voulait, il s'était rendu compte qu'il était aller trop loin cette fois-ci.

- Comment ose-tu me demander ça ! Tu sais que je l'aime ! Oui j'aime Nolan de tout mon cœur ! Je m'en veux de ne pas avoir pu empêcher son enlèvement ! Je suis si...si...

Envahi par ses émotions, Léa se laissa tomber sur le sol et éclata en sanglots. Alexandre soupira de bonheur. « Enfin, elle l'a enfin admit qu'elle l'aimait cela aura mis du temps, mais nous y somme arrivé ». Ce dit-il le jeune homme en s'approchant doucement de son ami et en s'accroupissant. C'était avec une main douce et tendre qu'il attrapa le visage de la jeune femme pour la forcer à le regarder.

- Au moment où Léa posa son regard sur Alexandre, elle se jeta dans ses bras et laissa passer sa douleur.

- J'ai peur, j'ai peur de ne plus la revoir. Je... Elle était tellement submergée par ses sentiments que la petite blonde ne pouvait en dire plus.

- Dit le lui. Commença Alexandre, qui surpris la jeune femme et fini par le regarder. Dit lui tout ce que tu ressens. Nolan et toi êtes faites l'une pour l'autre. Donne-toi du courage, et dit lui tout ce que tu as sur le cœur. N'aie pas peur de l'amour et de vos sentiments. Sois forte et bat toi pour vous deux. Ne te rends pas responsable de ce qui viens d'arriver. Tamas aurait d'une manière ou d'une autre, réussit à mettre la main sur Nolan. Vois le bon coté des choses sur ce qu'il vient de se passer.

- Que veux-tu dire ? Demanda Léa calmée.

- Toi et Nolan n'étiez pas justement à la poursuite de ce seigneur de guerre ?

- Si, mais je ne vois pas ce que tu veux dire ? Demanda la jeune femme un peu perdue.

À ses mots Alexandre se mit à rire doucement.

- Hé bien c'est très simple. Nous sauvons Nolan de ce tyran et avec son aide, nous tuons le seigneur de guerre et sauvons tes parents. Tu vois où je veux en venir ?

À ce moment la Léa eut une lueur d'espoir.

- Mais oui ! Cet enlèvement est en faite très bénéfique pour nous !

- C'est exact grâce à cela nous avons enfin trouver ce seigneur de malheur et vous pourrez enfin sauvez tes parents. Finit.

Léa reprit courage devant les mots prononcés. Elle s'écarta de son ami et s'essuya les yeux avant de se remettre debout. La jeune femme réalisa que les rôles c'étaient de nouveau inversé pour reprendre leur place initiale. Tamas avait repris son rôle de proie et le petit groupe celui du chasseur.

- Oui allons sauver Nolan et mes parents. Dit la petite blonde plus déterminer que jamais.

Alexandre qui c'était remis sur pied, se mit à sourire chaleureusement de revoir le courage et la bonne humeur sur le visage de la jeune femme. Sans rien dire de plus, il repartit dans sa cabine en faisant un simple signe de tête à Léa.

Pendant tout le trajet qui le conduisit à l'intérieur, son cœur s'était remplis de joie. Il était fier de lui, car il avait réussi à ouvrir les yeux à Léa en ce qui concernait Nolan.

Quant-il arriva devant sa cabine, il s'arrêta. Il se mit à réfléchir et fini par se détourner de sa porte pour aller en direction de celle qui se trouvait à coté. Une fois devant, son cœur se mit à battre la chamade. « Bon c'est bien beau de faire la morale aux autres, il faut que je le mette moi aussi en pratique ». Ce dit-il en rougissant légèrement.

Alexandre se mit à expirer et souffler silencieusement tout en prenant son courage à deux mains. Dès qu'il fut prêt, le jeune homme ouvrit doucement la porte de la cabine et se faufila à l'intérieur. Sans un bruit il se dirigea vers le lit ou dormait Laura. Arriver devant cette dernière, Alexandre resta devant et se mit à la contempler de bonheur.

La jeune femme qui sentit une présence auprès d'elle, grâce à son instinct développé, se réveilla d'un coup et pointa son poignard en direction de l'intrus.

- Calme-toi Laura ! C'est moi ! Dit précipitamment le jeune homme.

- Alexandre. Dit la jeune femme surprise.

Le garçon s'assit sur le lit sans dire un mot de plus. Il plongea son regard dans celui de son amie et sans que cette dernière ne sache ce qu'il lui arrive, Alexandre embrassa la jeune femme tendrement.

Laura qui était plus que surprise de la réaction du jeune homme ne réagissait pas durant quelque instant. Quand son cerveau revint enfin au présent, elle commença à répondre au baiser d'Alexandre. Ce dernier d'une main douce, attrapa le poignard qui se trouvait dans la main de la jeune femme et le lui retira. Ensuite, il appuya sur son propre corps pour faire coucher Laura sur son lit avant de les installer tout les deux confortablement. Tout ceci était fait dans un baiser tendre et remplis de passion où tout ce qui les entouraient s'éteignirent petit-à-petit.

Léa depuis le départ d'Alexandre, resta sur le pont à regarder l'océan reluisant sous la lune. Son esprit était parti en direction de Nolan et doucement, elle commença à s'endormir. Le capitaine du bateau qui avait l'œil sur elle depuis le début, arriva à temps et l'attrapa quand elle commença à s'effondrer. Il la prit dans ses bras et se mit à la regarder d'un œil protecteur. Sans dire un mot, l'homme la conduisit dans sa cabine où il la coucha avant de sortir de la pièce.

Quand le capitaine arriva prêt de ses quelques hommes qui était restés auprès de lui, il les rassura en leur expliquant que la jeune femme c'était simplement endormit debout. Une fois que les marins furent rassurés, tout le monde retournèrent à leur occupation.

La nuit était tombée depuis quelques heures quand le repas de la famille se finissait. La jeune femme aidée de son mari, rangeait la vaisselle. La petite fille et le chien s'étaient allongés à coté du poil non loin de ses parents. Tout deux étaient en train de jouer bien sagement quand d'un coup, la porte de la maison s'ouvrit avec fracas. Trois hommes armés d'épées entrèrent à l'intérieur et commencèrent à menacer la famille. Le mari attrapa sa femme et la mit immédiatement derrière lui et se dirigea sans attendre auprès de leur fille. Le chien qui sentit le danger arriver, se mit devant ses maîtres et commença à grogner en montrant les dents.

Cette action n'affola aucunement les trois hommes qui firent le tour de la pièce à la recherche de quelque chose. Ne voyant rien qui aurait pu les intéresser, ils tournèrent leur attention auprès de la femme et de l'enfant.

Les trois hommes n'étaient autre que des soldats d'un seigneur de guerre, qui venait dans le petit village afin de voler leurs récoltes et objets de valeur pour se faire un peu d'argent. Mais malheureusement, le village était trop pauvre pour leur donner satisfaction, alors ils eurent l'idée de prendre les femmes et les enfants pour en faire des esclaves et les vendre.

L'un des trois soldats commencèrent à s'approcher du couple, mais le chien se jeta sur l'homme afin de protéger ses maîtres. Malheureusement pour l'animal, ce dernier ce reçu un puissant coup d'épée qui lui transperça le pelage. Le chien tomba avec un corps sans vie sur le sol.

La petite fille malgré la protection de sa mère, avait réussie à voir ce qu'il s'était passé. Elle se mit à hurler de tristesse en voyant son meilleur ami se faire tuer sous ses yeux. Sans que sa mère ne comprenne ce qu'il venait de lui arriver, elle fut projetée en arrière avec violence et fit tomber par la même occasion sa fille. Sans attendre, l'enfant c'était relevé rapidement et se jeta en pleurs sur son chien. L'homme qui se trouvait toujours aux côtés de l'animal, se mit à sourire de toutes ses dents, car la petite fille qui voulait prendre pour la vendre, se jeta d'elle-même dans ses bras.

Il s'abaissa afin de prendre la petite, mais il se reçut un puissant coup de poing dans la figure chose qui le fit tituber. Le bandit reprit assez facilement son équilibre et quand il posa son regard remplis de haine sur la personne qui l'avait frappée. Il découvrit le père de l'enfant. L'homme qui détestait ce faire corriger, leva son épée sous les yeux de la petite fille qui regardait du premier rang, l'horrible spectacle qui se passait sous ses yeux. L'enfant regarda avec horreur, larme s'abaisser avec force sur le corps de son père en lui transperçant le creux de l'épaule, avant de s'enlever violemment pour finir de tout son long dans le ventre. Le chef de famille, jeta un dernier regard remplis de tristesse et d'excuse à sa fille qui regardait son père mourir sous ses yeux.

Le corps de la petite fille qui n'avait pas quitter son père du regard, se mit à se tendre avant de partir dans un puissant tremblement. Son regard se vida complètement d'émotion. La couleur bleu de ses yeux, avait complètement disparut. Seul un noir plus sombre que la mort avait fait place.

Ne voyant pas le visage de l'enfant, le soldat attrapa le bras de ce dernier et ordonna à un de ses compagnons d'aller chercher la femme. Quand le bandit allait faire demi-tour pour retourner vers la porte, la raideur du corps de l'enfant l'arrêta. Il ne comprenait pas pourquoi un petit corps comme l'avait la fille, pouvait être aussi dure.

L'homme la força à avancer en lui jurant des mots. Il ne voyait pas le regard de la petite fille qui était porté sur le second bandit qui arrivait auprès de sa mère.

- Ne touche pas à ma maman. Prononça la fille d'une voix à peine auditive.

- Qu'est ce que tu as dit ? Demanda le bandit qui la tenait toujours par le bras.

- Ne touche pas à ma maman. Prononça de nouveau l'enfant en voyant l'homme attraper sauvagement sa maman par le haut de sa robe.

Le soldat qui détenait toujours l'enfant, essaya de le forcer à bouger en le tirant de toutes ses forces, mais la petite fille ne bougea toujours pas. Perdant patience, l'homme envoyant un puissant revers de la droite dans la figure de l'enfant. L'homme se figea quand le petit corps ne bougea pas sous la violence du coup. Seul la tête était partie sur le coté.

Quand la petite fille redressa sa tête pour la remettre droite, le soldat remarqua un filet de sang qui s'échappa de sa bouche. L'homme se baissa afin d'avoir le regard de l'enfant dans son champ de vision. À ce moment-là, sans qu'il ne comprenne ce qu'il lui arrivait, son propre corps se mit à exploser en une puissante germe de sang et de boyaux.

Tout le monde se mit à sursauter. La jeune femme regarda sa fille qui était recouverte de sang du bandit. Les yeux de son enfant la figea et des larmes de peur se mirent à couler de ses yeux. Le bandit qui tenait toujours la mère entre ses mains, porta son attention auprès de la fille et devint pâle.

- Ne touche pas à ma maman. Redis la petite fille.

L'homme qui était auprès de la jeune femme, n'avait pas entendu les mots de l'enfant et ne bougea pas.

- NE TOUCHE PAS A MA MAMAN ! ! ! Se mit à hurler la petite fille de toute sa rage.

Le soldat qui était toujours auprès de sa mère, ne put entendre que ses derniers mots avant que l'épée de son compagnon ne se mette à voler dans sa direction pour lui couper la tête. Le corps s'écroula sans vie en entrainant la femme sur le sol qui se fit recouvrir elle aussi de sang.

Le dernier soldat sans chercher à comprendre, se jeta sur la petite fille afin de l'arrêter. Mais à ce moment-là, tous ses membres se mirent à exploser et il s'écroula en hurlant de douleur, avant que sa tête se mette à exploser à son tour.

La maison était redevenue silencieuse, mais c'était transformée malheureusement en un horrible bain de sang avec l'enfant debout et aussi droit qu'un piquet, au centre de la pièce. Il n'avait pas quitté sa mère des yeux. Cette dernière était allongée sur le sol. Elle ne pouvait pas imaginer que c'était sa fille qui avait créé cette boucherie. La jeune femme était tellement paralysée par la peur, qu'elle ne pouvait pas faire un geste et resta couchée sur le sol.

La petite fille revenait petit-à-petit à elle et au moment où elle allait découvrir les conséquences de son acte, un puissant coup lui arriva derrière la tête, et l'enfant s'écroula inconscient sur le sol recouvert de sang. Un homme brun vêtu d'une cape rouge, entra dans la maison avec de la colère et de la joie dans ses yeux.

- Prenez l'enfant et attacher solidement à mon cheval. Ordonna-t-il à un de ses hommes qui l'accompagnait.

- Bien chef. Répondit le soldat en se dirigeant vers l'enfant avant de le mettre sur son épaule et se diriger vers l'extérieur.

Le seigneur de guerre jeta un dernier coup d'œil à la maison et quand il remarqua que plus personne ne bougea, sortit lui aussi de la pièce. Il n'avait pas vu la femme qui était toujours vivante. Cette dernière qui était allongée sur le sol et recouverte de sang, était passée pour morte et eut la vie sauve grâce à cela. Elle vit avec un regard impuissant, sa fille se faire enlever sous ses yeux. Quand les bruit des chevaux disparurent, la jeune femme se leva difficilement et tout ce qu'elle vit était horreur. Elle ne put empêcher la nausée de monter. La mère se mit à vomir en envoyant le sang et les morceaux d'humains éparpillés de partout tout en recouvrant les murs, le sol et le plafond.

La jeune femme avait pris son courage à deux mains et c'était ressaisit. Elle était allée auprès de son mari et son chien tués froidement. Une fois auprès d'eux, elle avait alors éclaté en sanglot sur le corps de son mari. Cette nuit-là ce fut la plus horrible nuit de toute sa vie. La jeune femme en l'espace d'une heure avait perdu toute sa famille.

Nolan se réveilla d'un coup et tout son corps tremblait comme une feuille.

- Mais qu'est ce que...

C'était avec une main instable qui toucha ses yeux. Au contact de la peau, Nolan se mit à sursauter car elle y découvrit des larmes. La jeune femme n'arrivait pas à se calmer. Le rêve qu'elle venait de faire était le plus horrible. Nolan ne put essayer de chercher plus la signification de son rêve, qu'elle se prit un puissant coup de pied dans la figure qui fit voler sa tête en arrière.

- Qu'est ce qu'il te prend de hurler comme cela ! Cria un garde furieux. Laisse nous dormir en paix sinon la prochaine fois tu recevras une correction dont tu t'en souviendras.

Nolan ne bougea pas et laissa sa tête sur le coté. Elle savait qu'elle ne pouvait pas se défendre à cause du produit qui lui avait été injecté. La jeune femme laissa simplement ses larmes couler tout en serrant les dents.

Le soldat ravis de sa correction retourna dans sa couchette qui était située à côtés de la « prison » de la femme. Il ne vit pas le regard noir qui était porté sur lui.

Nolan se jura que si elle arrivait à se sortir de cette situation, elle ferait payer à cet homme tout ce qui lui à fait subir depuis le début. Quand l'homme se recoucha, la jeune femme détourna son regard et le posa sur le sol. Elle se mit à cracher sur le sol en libérant le sang qui c'était mélanger à sa salive suite au coup qui lui avait ouvert la lèvre.

Nolan était lassée de tout ce qu'il se passait. Doucement son esprit partit auprès de Léa. Pour la jeune femme, la petite blonde était la seule personne importante dans sa vie. Nolan avait enfin comprit qu'elle ne pouvait pas être loin de son amie et qu'étaient ses vrais sentiments. Depuis le début la jeune femme ne saisissait pas le sens du pourquoi, elle réagissait comme elle le faisait quand Alexandre s'approchait de trop près de Léa. Mais aujourd'hui, Nolan voyait le sens de ses actes et réalisa qu'elle était amoureuse de la jeune femme.

En pensant à cela, Nolan se mit à sourire. Elle se rendit compte qu'elle avait ressenti une grande jalousie quant-elle avait vu Alexandre et Laura s'embrasser. La jeune femme leur en voulait parce que les deux amants pouvaient et savait faire ce genre de chose, alors que elle-même, en était incapable. Sa confiance en elle dans ce domaine, n'était pas du tout avec elle et ça, Nolan le savait. La jeune femme remerciait malgré tout intérieurement ses deux amis pour lui avoir montré comment il fallait faire.

Nolan se fit une promesse, quelque soit l'issue finale de cette bataille, elle se promit d'avouer ses sentiments à Léa. Même si elle devait mourir, Nolan savait que son esprit ne serai pas en paix si elle ne lui avouait pas à Léa ce qu'elle ressentait pour elle. C'était sur ses pensées que Nolan s'endormit l'esprit remplis d'image de Léa.

Le jour se leva quand le bateau de Tamas arriva sur les terre de Rome. Le seigneur de guerre ordonna à ses hommes d'enfermer Nolan dans une cage et de dissimuler cette dernière dans une charrette afin que personne ne puisse la voir. Les soldats qui furent envoyés chercher la jeune femme, réveilla celle ci assez violemment avant de lui injecter une autre dose du produit, et de l'enfermer dans une cage recouverte de plusieurs fourrure. Ensuite, les hommes sortirent la cage du bateau et la posa sur une des charrettes qui était situé au bas du bateau. Une fois l'objet placé, les soldats refermèrent la charrette avec une grande toile noir.

Satisfait de ce que ses hommes avaient fait, Tamas monta sur son cheval blanc et commença à avancer en direction du grand Coliseum, entouré par sa garde spéciale. Il avança fièrement dans les rues bondées de la ville. Les passants s'écartèrent tous devant son passage. De la place principale, il pouvait apercevoir le Colisée qui surplombait la grande ville de Rome. Cela lui donna l'eau à la bouche de pouvoir enfin franchir les portes de cet endroit.

Une demi-heure plus tard, Tamas arriva sur les lieux. Il fit passer le cortège par l'arrière afin de mettre son précieux trésor à l'abri des regards. Quand ses hommes et le chariot arrivèrent à destination, le seigneur de guerre partit en direction du palais de l'empereur en emmenant trois gardes avec lui. Quant-il arriva à destination, il descendit de son cheval et se pointa devant la porte principale. L'homme se présenta à l'un des garde qui était situé devant la porte et demanda un entretient avec l'empereur. Les gardes n'ayant jamais vu Tamas, se méfièrent et quatre hommes l'encerclèrent pendant qu'un autre partit dans les appartements de l'empereur. Quand il eut l'autorisation d'entrée, le garde informa son maître qu'un seigneur de guerre voulait le voir.

Intrigué par cet homme, l'empereur accepta l'audience. Tamas fut alors conduit dans la salle principale du palais et retrouva l'empereur assis sur son trône avec plusieurs gardes à ses côtés. Une fois que le guerrier fut devant le chef de Rome, il s'agenouilla pour lui soumettre sa gratitude.

- Que puis-je faire pour vous seigneur de guerre de Grèce ? Demanda l'empereur.

- Je suis sincèrement désolé de vous déranger mon seigneur, mais je voudrais vous demander l'autorisation de pouvoir participer au tournoi des gladiateurs qui se produira dans trois jours. Expliqua Tamas.

- Vous voulez participer au tournoi, mais avez-vous un homme pour combattre ? Demanda l'empereur.

- Oui mon seigneur. J'ai le combattant le plus fort de Grèce et je voudrais en même temps évaluer ses capacités pendant ce tournoi ci cela était faisable bien-sûr. Répondit poliment le seigneur de guerre.

L'empereur ne répondit pas et se mit à réfléchir. Il fit signe à l'un de ses consultants pour qu'il puisse venir le rejoindre et quand ceci fut fait, les deux hommes se mirent à se parler entre eux.

Tamas qui avait toujours la tête baissée, attendit patiemment la réponse de l'empereur. Il en profita pour faire un rapide tour de la salle avec ses yeux. Cette dernière était immense. Une dizaine de colonne en granite sur deux lignes étaient disposée entre le trône et la porte. Ils étaient recouverts de rideaux rouge chaud. Le fond de la salle disposait de plusieurs bibliothèques où des milliers de parchemins étaient rangés. Le sol était fait d'une matière qu'il ne connaissait pas, mais reluisait comme un miroir. Et pour finir une grande table était posée à quelque mètres du trône qui lui était recouvert de bronze et d'or.

En voyant tout ceci, Tamas eu l'eau à la bouche et son corps se mit à trembler de bonheur. Le seigneur de guerre fut rapidement interrompu dans sa contemplation quand l'empereur reprit la parole.

- Bien vous pourrez participer au tournoi des gladiateurs. Je vais prévenir les organisateurs et les hommes de votre arrivé. On vous préparera une chambre à vous et vos hommes dans le bâtiment qui est situé à côté pour que vous puissiez vous détendre. Répondit l'empereur chaleureusement.

- Je vous remercie votre excellence. Répondit Tamas avant de se mettre debout.

- La Grèce est un puissant pays et j'ai hâte de voir de quoi est capable l'homme le plus fort de cette contré. Dit l'empereur avec de l'envie dans sa voix.

- Vous ne serez pas déçut mon seigneur. Finit le guerrier dans une révérence majestueuse.

Tamas se retourna et prit le chemin de la sortie. Il tourna légèrement la tête pour regarder l'empereur qui ne l'avait pas quitter des yeux et se mit à sourire d'un rictus machiavélique. « Trois jours. Dans trois jours ce trône m'appartiendra ». Se dit-il le cœur remplis de joie démoniaque.

Le seigneur de guerre arriva un petit quart-heure plus tard auprès de ses hommes qui gardaient Nolan. Le seigneur leurs ordonnèrent d'emmener la jeune femme dans la cellule qui lui était destinée. Il insista bien sur le faite qu'il devait y avoir impérativement deux gardes devant la porte afin de s'assurer la protection de Nolan, des autres concurrent et soldat au cas où les effets du produit commencerai à s'estomper.

Sans attendre, les gardes firent ce que leur maître leur ordonnèrent. Ils installèrent Nolan dans la cellule en l'attachant aux quatre membres ainsi qu'au cou par des chaînes. Tamas avait fait en sorte que la pièce ne reçoivent aucune lumière. Tout le petit manège du seigneur de guerre attira bien entendu l'attention des autres gladiateurs, des soldats ainsi que les esclaves qui travaillaient pour le Colisée.

Les cellules qui ressemblaient plus à des prisons qu'à des chambres, se situaient sous terre avec pour seules lumières, des torches, ainsi que la porte qui donnait à l'arène.

Quand Nolan fut « bien » installée, Tamas sortit, des cellules et regagna sa chambre qui était située comme le lui avait dit l'empereur, dans un grand bâtiment qui était construit juste à côté du Coliseum. L'homme se permit un peu de repos bien mériter et s'endormit avec pleins de choses en tête.

Nolan de son côtés, eut un gros coup de nostalgie, elle se retrouvait une nouvelle fois dans une cellule avec une porte blindée et dans le noir le plus complet. Elle laissa des larmes de tristesse couler sur ses joues. « Tout ça pour me retrouver encore une fois enfermée ». Se dit-elle lasse de tout ce qu'il se passait. Ne sachant pas exactement ce que le seigneur de guerre attendait d'elle et surtout pour ne pas penser, Nolan ferma ses yeux et laissa son esprit s'envoler encore une fois auprès de Léa qui lui permettait de rester encore et toujours debout.

Nolan ne savait pas qu'au moment où son âme était tourné vers la jeune femme, cette dernière se trouvait plus qu'à deux heures de Rome et qu'elle aussi avait son esprit à ses côtés.









Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:28

CHAPITRE 28

Le bateau qui transportait Léa, Alexandre et Laura arrivait à son tour aux portes de Rome. Par plus de sécurité, les trois amis avaient mis des capes de couleur brune sur eux afin de cacher leurs armes. Ils descendirent de l'embarcation et commencèrent à avancer dans les rue bondée de Rome. Quelque chose intriguait Léa, c'était comme un déjà vu pour elle. Le paysage, le Colisée en hauteur et la grande rue. Tout ceci ne lui était pas étranger bien au contraire, elle avait l'impression de tout connaître.

- Bien, on fait quoi maintenant ? Demanda Alexandre. Comment allons-nous trouver Nolan, la ville est immense.

- Oui et cela ne sera pas être évident. Je doute que les habitant de la ville sois au courant de quoi que se soit et que les gardes nous le dise bien gentiment. Continua Laura.

- Je sais et pour tout vous dire, je ne sais pas non plus comment nous allons procéder. Avoua la petite blonde. Allons en premier lieu dans cet établissement afin de manger quelque chose et boire. Proposa-t-elle.

- Oui tu as raison on ne fait rien de bien le ventre vide. Dit joyeusement Laura.

Ses deux amis se mit à rire voyant la jeune femme en pleine forme et non démoralisée par la situation. Les trois amis entrèrent dans une taverne. Ils furent vraiment très surpris de voir autant de monde dans un si petit endroit. Léa regarda rapidement l'intérieur et trouva une table vide. Elle y dirigea le reste de la troupe, et tous trois, s'y installèrent. Le petit groupe attendirent quelques minutes avant qu'une jeune femme d'une vingtaine d'année n'arrive pour prendre leur commande. Ils prirent tout les trois la même chose qui n'était autre que le plat du jour avec un pichet d'eau.

Alors que la serveuse était partie pour préparer la commande, Léa se mit à réfléchir car quelque chose l'intriguait et cela se lisait sur son visage.

- Que t'arrive-t-il ? Demanda Alexandre.

- Je ne sais pas, mais j'ai l'impression d'avoir oubliée quelque chose dans le bateau. Répondit la jeune femme embêtée.

- Ah bon, qu'est ce que cela pourrait bien être ? Nous avons tous, nos armes, le plan de la ville et nos capes pour couvrir le tout. Énuméra Laura.

- Je le sais bien et j'ai beau avoir fait aussi la liste de ce que nous avons, j'ai toujours l'impression d'oublier quelque chose. Répondit la petite blonde ennuyée de ne pas savoir.

- Mangeons d'abords, on réfléchit mieux le ventre plein. Dit Alexandre en voyant la serveuse arriver avec leur commande.

- Oui tu as raison. Dit Léa convaincu.

Le trio mangea de bon cœur leur repas. Mais malgré cela, Léa ne pouvait pas s'empêcher de réfléchir à ce qu'elle avait bien put oublier sur le bateau. Dès que le déjeuner fut pris, Alexandre paya la serveuse et tout le monde sortit de la taverne et commencèrent à vadrouiller dans la rue principale. Alexandre et Laura regardèrent leur amie qui était toujours songeuse.

- Tu n'as pas trouvé ? Demanda Laura.

- Non et ça m'énerve. Répondit la jeune femme dans une moue boudeuse.

Léa sursauta quant-un chien passa rapidement entre ses jambes. Alexandre et Laura se mirent à éclater de rire devant la peur de leur ami.

- Ne sois pas aussi stressée ce n'est qu'un chien. Dit Laura en rigolant.

- Oui je sais, ce n'est qu'un chien. Répéta la jeune femme en ce calmant. Un chien...redit-elle en regardant l'animal partir en courant. Un chien...

- Un problème avec le chien ? Demanda Alexandre.

- Le loup ! S'exclama Léa d'un coup.

- Quoi le loup ? Demanda Laura sans comprendre.

- Le loup nous l'avons oubliés dans le bateau ! Répondit précipitamment la petite blonde avant de se mettre à courir à vive allure en direction du bateau.

Le cerveau de Laura et d'Alexandre firent un bon à ce moment-là. Ils réalisèrent aussi l'oubli de l'animal, et suivirent rapidement leur amie.

Arrivée devant l'embarcation, Léa retrouva un loup plutôt de mauvaise humeur d'avoir été oublié et un capitaine également mécontent. La jeune femme se multiplia en excuse auprès des deux personnes. Une fois que tout ceci fut passé, Alexandre, Laura et Léa, reprirent le chemin de la grande rue accompagner du loup.

Léa avant d'entrée dans la rue principale, tourna dans une petite ruelle sous les yeux étonnés de ses amis.

- Mais pourquoi entre-tu là ? Demanda Laura.

- Si le loup reste à nos cotés, nous attirerons l'attention. Regardez toutes les personnes qui nous observait entre le port et ici.

- Oui tu as raison. Il faudrait qu'il nous suive tout en restant caché. Affirma Alexandre.

- C'est exact et c'est pour cette raison, que j'aimerais que tu passes par les toits si cela ne te dérange pas mon ami. Comme cela, tu auras toujours un œil sur nous et sur ce qu'il se passe. Expliqua Léa au loup.

Ce dernier aboya pour montrer son accord.

- Mais attend une minute, s'il passe par les toits, nous ne pourrions pas l'utiliser pour qu'il puisse pister Nolan. Dit Alexandre.

- Oui je le sais bien, mais c'est la seule solution en ce qui concerne le jour. Alors que pour la nuit, nous le ferons comme prévu. Avec l'obscurité, se sera plus simple de faire passer le loup pour un chien.

- Bien pensé. D'accord, faisons comme cela. Au moins se sera plus sûr. Finit Laura.

Tout le monde furent d'accord avec le plan dit. Le trio retournait dans la rue principale avec le loup qui les guettait et les suivait du haut des toits. Sachant qu'ils ne pourraient rien faire durant la journée, les trois amis décidèrent de faire le tour des stands, histoire de passer le temps plus vite. Les deux filles profitèrent de regarder les différents vêtements pendant qu'Alexandre était aux armes.

Alexandre, Laura et Léa, vagabondaient à travers les différents étalages et découvrirent de magnifiques articles. Alors qu'ils passèrent devant un stand de fruits et légumes, les jeunes gens tombèrent sur une discussion privée, entre deux marchants qui parlaient d'un convoi mener par un seigneur de guerre avec un gros chariot.

Les trois amis devant ces mots se regardèrent et hochèrent la tête en devinant que la discussion était basée sur Tamas et Nolan. Ils décidèrent de rester un peu plus longtemps sur le stand pour essayer d'en entendre un peu plus. Ils apprenaient que le convoi était passé il y a plus de deux de cela et c'était dirigé en direction du Colisée.

Ils ne purent en apprendre davantage, car sans que personne ne puisse la voire, une ombre noire arriva d'un coup. Cette dernière percuta violemment l'un des marchant en le faisant tomber lourdement sur le sol. Sans attendre l'agresseur se remis rapidement debout et s'enfuit à toute allure en emportant la bourse du marchant.

Ce dernier se mit à crier « au voleur » afin que quelqu'un puisse arrêter l'agresseur, mais malgré les cris, personne ne tenta de stopper le malfaiteur. Léa, Alexandre et Laura ayant mal au cœur pour l'homme, partirent rapidement à la poursuite du voleur. Malheureusement pour eux, l'individu était d'une extrême rapidité. Il slaloma entre les différents stands, en faisant tomber les vendeurs et passants, qui se trouvaient sur son chemin, avant de tourner dans une petite ruelle. Léa voyant qu'elle n'arriverait pas à le rattrapé, au moment où elle tourna dans la même ruelle que le voleur, la jeune femme se mit à sauter de mur en mur des maisons voisines et atterrit sur le toit.

Le loup qui était sur les lieux, rejoignit rapidement la jeune femme. Cette dernière sauta sans difficulté sur le dos de l'animal et tout se mirent à la poursuite du voleur. Alexandre et Laura qui avaient vu le manège de leur amie, ne purent courir plus tellement ils étaient abasourdis par l'action et perdirent de vue le voleur ainsi que la petite blonde.

Léa qui chevauchait le loup, était restée sur les toits afin de trouver le bon moment pour sauter sur le voleur. Ce dernier n'ayant pas vu le manège de sa poursuivante et ne voyant plus personne derrière lui, ralentit sa course. Il tourna sur la droite dans une autre ruelle. Contrairement à l'autre, celle-ci, était encore plus petite, et se terminait en impasse. Se sentant enfin en sécurité, le voleur s'arrêta. Quant-il était sur le point d'enlever la capuche de sa cape, une grosse ombre s'abattit sur lui de plein face, en le faisant tomber lourdement sur le dos.

Léa qui avait vu l'opportunité d'arrêter le malfrat, avait sauté du dos du loup et avait atterri comme elle le voulait, sur le bandit en le clouant sur le sol. Pour plus de sécurité, elle resta assise sur son ventre en lui bloquant les bras avec ses genoux.

- Bien maintenant voyons voir notre voleur à quoi il ressemble. Dit la jeune femme fièrement.

Le voleur qui c'était débattu pour essayer d'échapper à l'emprise de son bourreau, déclara forfait quand il se rendit compte que la jeune femme était plus résistante et s'avoua vaincu. Sans attendre Léa attrapa la capuche du voleur et la retira, car elle voulait savoir qui était l'auteur du vol avant de le remettre autorité. Quand la capuche fut retirée, Léa se statufia devant le visage du voleur.

- N...non c...ce n'e...n'est pas p...po...possible. Tout le corps de Léa se mit à trembler.

- Quoi qu'est ce que tu as ? Demanda le voleur d'une voix féminine.

- No...Nolan ! S'exclama la petite blonde d'une voix tremblante.

Léa était stupéfaite de découvrir que l'auteur du vol n'était autre que Nolan.

- Nolan tu...qu'est ce que tu fais ici ? Demanda la jeune femme ayant complètement perdu ses repères par le visage.

- Hé de quoi tu parles et comment ose-tu m'appeler de la sorte ?  ! Je ne sais pas qui est ce Nolan, mais moi je m'appelle Alma et non Nolan ! S'exclama l'otage fortement.

Le ton et le volume de la voix du voleur sortit Léa de son hypnose.

- Quoi tu n'es pas Nolan ? Demanda Léa avec stupeur.

- Pourquoi es-tu aussi choquée ? Cela pose t-il un problème que je m'appelle Alma ?

- Hein non, non bien sûr que non mais...

- Bon alors ! Que compte-tu faire maintenant que tu m'as attrapée ?

- Heu et bien je...

Léa était tellement déboussolée par le visage identique de celui de son amie, qu'elle ne pouvait réfléchir à la situation. Elle laissa son regard voyager sur toute la figure. Les yeux bleus, les traits du visage, la bouche, les cheveux noirs. Tout étaient semblable, même la couleur de la peau était aussi bronzé que celle de son amie.

- Bon alors ! S'exclama fortement Alma en perdant patience.

- Hein heu...oui oui excuse-moi. Dit rapidement Léa en libérant sa prisonnière.

Contre toute attente, cette dernière se releva, mais ne partit pas et resta auprès de la petite blonde. Tout en se dépoussiérant, la voleuse regarda Léa qui elle la fixait curieusement.

- Un problème ? Demanda-t-elle.

Léa ne répondit pas, mais son regard se baissa pour tomber sur la poitrine de la jeune femme. Ne sachant pas trop quoi penser et voulant être sûr que la personne qu'elle avait devant elle n'était pas son amie, la jeune femme toucha la poitrine de la voleuse avec un doigt. Son geste se reçu une gifle sur la main en guise de réponse.

- Hé pour qui tu te prends ! Gronda Alma en rougissant en cachant sa poitrine avec ses bras.

La petite blonde réalisa son geste et tout en rougissant violemment et se multiplia en excuse.

- Je te demande pardon, mais tu ressembles comme deux gouttes d'eau à mon amie.

- Et je présume que ton ami s'appelle Nolan et qu'il est un garçon vu comment tu ma toucher la poitrine. Dit la voleuse d'une moue boudeuse.

- Non c'est une fille aussi.

- Et tu as l'habitude de toucher la poitrine de ton amie ?

- Heu non mais je... Léa ne savait pas comment expliquer la raison de son geste. Tout ce qu'elle put faire c'était de rougir en cherchant ses mots.

- Bon alors ?! Quoi explique ! Dit Alma en perdant patience.

- Heu et bien je...je voulais voir la...la grosseur si c'était la même. Répondit Léa en rougissant furieusement.

À cet instant la petite blonde voulais se cacher tellement la situation était plus embarrassante.

- Alors satisfaite, ma poitrine est plus gosse que celle de ton amie ?

Non plus petite. Répondit Léa en enfonçant sa tête dans ses épaules avec un rouge vif en guise de couleur de peau.

Léa réalisait une chose sur Alma, contrairement à Nolan la seule chose qui les différenciait c'était la coupe de cheveux. Alma avait les cheveux longs alors que Nolan les avait cours.

- Bon alors, que compte-tu faire de moi ? Tu m'as attrapée non. Dit rapidement Alma vexée par la réponse en rougissant légèrement.

- Hein heu oui mais... Léa avec toute cette histoire, avait complètement perdu la raison de sa présence et en s'en souvenant, elle avait également perdu toute envie d'arrêter la jeune femme. Ce qui l'avait énormément étonnée, c'était que la voleuse ne c'était pas enfui, alors qu'elle aurait pu le faire au moment où Léa c'était levée.

- Pourquoi ne pas t'enfuir en m'assommant ou en me tuant. Enfin quelque chose comme cela.

- Pour qui tu me prends. Je suis peut-être une voleuse, mais je ne suis pas une meurtrière. Répondit Alma vexée.

- Mais alors, pourquoi rester alors que tu pourrais partir ? Demanda Léa sans comprendre l'attitude de la jeune femme.

- Tu m'as attrapée non alors je me rends. Répondit simplement Alma.

- Que... Léa était sans voix devant ce qu'elle venait d'apprendre.

- Bon alors ? Commença à s'impatienter la jeune femme.

- Oui, oui. Bien je pense que tu habites à Rome ? Demanda la petite blonde.

- Oui et j'en suis née. Répondit honnêtement Alma.

- Donc tu dois connaître la ville par cœur ? Poursuivit Léa.

- Oui pourquoi ? Demanda Alma ne voyant pas où voulait en venir la jeune femme.

- Bon voilà, je vais te faire une proposition, je ne te dénonce pas si tu m'aides. Commença Léa.

- T'aider à faire quoi ? Demanda Alma sans comprendre.

- C'est très simple. Mon amie qui s'appelle Nolan, c'est fait enlever par un seigneur de guerre qui est arrivé à Rome aujourd'hui, et j'aurai besoin de ton aide pour la retrouver. Donc si tu acceptes de m'aider, j'oublie ce qu'il vient de se passer. Expliqua Léa.

- Je dois juste t'aider à la trouver c'est cela ? Demanda Alma.

- Oui je te demande rien de plus. Répondit la petite blonde.

La jeune femme brune se mit à réfléchir. Elle posa ses yeux sur Léa et réalisa que c'était la première personne qui ne la violentait pas après un vol. Au contraire, elle était prête à lui rendre sa liberté en échange de son aide. « À ce que je vois de ses habilles, elle n'est pas de Rome. Sa façon de parler et autres, me fait plutôt penser à une Grecque, même si cette femme ressemble plus à une Romaine qu'une Grecque. Je pense que je pourrais me faire un super magot avec elle. En plus elle n'a pas l'air très intelligente, je pense qu'elle fera un parfait petit amusement en plus d'un entraînement. » Ce dit Alma en rigolant intérieurement.

- Très bien, je veux bien t'aider de toute façon, je fais rien de bien intéressant de mes journées, donc je pense que ça me changera.

- C'est vrai tu veux bien m'aider ? Demanda la petite blonde ravis.

- Oui je t'aiderai pour te remercier d'être aussi gentille avec moi. Répondit Alma en mettant un plan au point afin de voler sa nouvelle proie.

- Très bien suis moi. Finit Léa.

La petite blonde suivit d'Alma, sortit de la ruelle où elle retrouva Alexandre et Laura qui c'était transformés en statue vivante à la vue de la nouvelle venue.

- Nolan ! S'exclama les deux amants à l'unissons.

- Hé voilà c'est repartit. Non je n m'appelle pas Nolan, mais Alma ! Répondit la jeune femme vexée.

Alexandre et Laura se mirent à regarder Léa avec stupeur.

- Oui, je lui ai déjà posée plein de questions. Dit la jeune femme embarrassée.

- Mais attend, c'est Nolan tout cracher. On dirait sa jumelle. Chuchota Alexandre dans l'oreille de Léa.

- Comment ? C'est impossible ! Martine m'avait dit qu'elle avait eu qu'un enfant une fille. Et si mes soupçons son fondés et que Nolan est bien la fille de l'aubergiste, c'est impossible qu'Alma fasse partit de la même famille sinon Martine aurai mentionnée deux enfants et non un.

- Je ne sais pas, elle te l'avais bien cacher le coup de son enfant, alors qui nous dit qu'elle en a pas cacher un second. Dit Laura.

Les mots de ses amis firent penser Léa. Elle devait admettre qu'Alma était la jumelle de Nolan. Le contour du visage, les yeux bleus, les cheveux noirs, tout était identique, même la taille de la jeune femme. Je sens qu'une longue conversation avec Martine s'imposera au retour. Se dit la jeune femme.

- On verra cela plus tard. De toute façon à l'heure actuelle, le plus important est de sauver Nolan. Et en ce qui concerne Alma, nous verrons cela une fois Nolan libérer et surtout, si nous restons en vie. Dit Léa en coupant toute conversation sur le sujet.

Réalisant le plus important, les deux jeunes gens se rangèrent du coté de leur amie et attendirent.

- Bien Alma, j'aurai une question à te poser ? Commença Léa.

- Vas y je t'écoute. Répondit gentiment la jeune femme.

- Très bien, avant que tu ne commettes ton vol, les deux marchants que tu as attaqué, étaient train de parler d'un convois mené par un seigneur de guerre.

- Oui, ce matin un grand guerrier à l'allume remarquable est arrivé. Il avait une garde immense. Répondit la jeune femme joyeusement.

- Il paraît qu'il y avait un chariot avec eux. Continua la petite blonde.

- Oui et cela m'avait paru un peu étrange, sachant que c'était le seul. De là où j'étais, je ne voyais pas les détails, mais tout ce que je peux vous dire, c'est qu'il se dirigeait vers le Colisée.

- Le Colisée dit tu ?! C'est ce que les deux hommes ont dit. Intervint Alexandre.

- Oui et j'aimerai bien savoir pourquoi ils sont aller là-bas. Dit Léa à son tour.

- C'est simple, dans trois jours, il va y avoir un tournoi où des gladiateurs doivent s'affronter. Expliqua Alma.

- Un tournoi ? Répéta Laura.

- Oui il a été organisé pour l'anniversaire de l'empereur. Répondit Alma.

- C'est étrange. Dit soudainement Léa.

- Qu'est ce qui est étrange ? Demanda Alexandre.

- Hé bien, d'après la réputation de Tamas, ce dernier n'a jamais été intéressé par ce genre de spectacle. Au contraire, il a toujours fait en sorte de refusé les invitations des autres seigneur de guerre. Je me demande pourquoi il est venu à Rome pour faire ces jeux. Dit Léa intriguée.

- Je suis désolée de vous interrompre dans vos interrogations, mais je pense que nous devrions trouver un endroit pour parler tranquillement. Coupa Alma.

- Hein ?! Fit Alexandre.

- Elle a raison. Commença Léa.

- Oui nous sommes observés, vaut mieux quitter la rue principale et nous mettre dans un endroit plus calme. Expliqua Laura.

- Venez dans la taverne où je loge. Ils ont des chambres de libre et nous serons plus tranquille. Proposa Alma.

- D'accord. Merci, conduit nous. Accepta Léa.

Sans dire un mot de plus, Alma conduit ses nouveaux amis dans sa taverne. Pendant tout le long, les quatre jeunes gens sentirent trois présences qui était sur leur talon. Arrivés devant la taverne, ils entèrent dans la ruelle qui était située juste à côté et attendirent. Quelques instants plus tard, les poursuivant entrèrent à leur tout dans la ruelle mais furent attrapé par le col par trois personnes. Alexandre, Laura et à la grande surprise de tout le monde Alma, avaient pris les trois hommes et les avait plaqués face contre le mur en bloquant leur nuque avec leurs avant-bras.

- Qui êtes-vous et que nous voulez vous ? Demanda Léa mécontente.

Les trois hommes refusèrent de répondre et restèrent muets. Perdant patience, Alma fit retourner son homme, et lui envoya un gros coup de poing dans le ventre avant de continuer par une droite en pleine figure. Sous la force des deux coups, l'homme commença à s'effondrer, mais Alma l'empêcha de tomber, et l'attrapa ensuite par le col de son vêtement, pour le plaquer fortement contre le mur de la maison en le menaçant dangereusement avec un poignard.

- Elle t''a posé une question qu'est ce que vous voulez à nous suivre comme cela ? Demanda dangereusement la jeune femme.

Léa, Alexandre et Laura restèrent bouche bée sur l'action. Il n'en revenait pas de ce qu'il venait de se passer et surtout qu'Alma prenne son rôle si sérieusement au point de les aider pour tout. Voyant le ton et le regard froid de la jeune femme, l'homme prit peur et commença à parler.

- Je dé...désolée nous sommes que de simple serviteur, on nous a ordonné de vous suivre et de vous tuer.

- Qui vous as ordonné cela ? Demanda Alexandre.

- Un...un capitaine d'un bateau.

Les trois amis sursautèrent aux mots prononcé et comprirent que le capitaine en question était celui qui les avaient emmené à Rome.

- Il vous a dit pourquoi ? Demanda Léa.

- Non il nous as simplement payer pour le faire. Répondit l'homme.

- Décidément ce voyage aura bien des surprises. Dit Laura désabusée.

- Bien alors nous allons vous laisser la vie sauve si vous disparaissez de notre vue comprit. Dit Léa.

Les trois hochèrent leur tête en signe d'accord. Au moment où Alexandre, Laura et Alma relâchèrent leurs prisonniers, Léa attrapa celui qu'Alma détenait et le plaqua de nouveau contre le mur avec une force plus forte que celle de la précédente femme.

- Si je vous revois tourner autour de nous, je vous tuerai sans aucune pitié et sans aucune hésitation est ce clair ? Dit la petite blonde d'une voix profonde et meurtrière. L'homme pâlit sous le regard noir de la jeune femme et hocha la tête.

La jeune femme relâcha sa prise et les trois hommes partirent en courant hors de la vue des quatre jeunes gens.

Laura et Alexandre était stupéfait par rapport au comportement d'Alma, mais l'était d'autant plus pour celui de Léa. Pour la première fois depuis leur rencontre, tout les deux virent le coté sombre de la petite blonde. Aucun d'eux ne prononcèrent un mot, mais ils durent admettre, que la partie sombre de Léa leur faisaient plus peur que celle de Nolan. Sans rien dire de plus, Alma emmena les trois jeunes gens dans la taverne où ils prirent deux chambres. Une pour le couple et l'autre pour Léa. Le tavernier qui connaissait bien Alma et fit un prix pour les trois jeunes gens qui en furent vraiment ravis.

Quand tout trois eurent rangés leurs affaires dans leur chambre respectif, tout le petit monde accompagné d'Alma, se réunirent dans celle de Léa. Tous prirent place et commencèrent à discuter calmement.

- Bien, avant de continuer la conversation, si vous m'expliquiez qui est ce Tamas ? Demanda Alma.

- Voilà pour résumer, Tamas est le plus puissant seigneur de guerre de la Grèce. Il a tué de nombreux personnes et mis en esclavagismes d'autres. Expliqua Léa.

- Houa-il est devenu moins cool maintenant. Réalisa Alma. Et ce Tamas a enlevé votre amie, si je comprends bien.

- Oui et nous sommes ici comme tu le sais pour la libérer. Répondit Alexandre.

- Oui je comprends bien la situation, mais comment ce fait t-il que ce seigneur de guerre est enlevé votre amie, vous étiez dans la même ville que ce seigneur ? Demanda Alma curieusement.

Cette question devenait un peu délicate, car la réponse devait être donnée sans évoquer l'existence du pouvoir de Nolan et cela allait être plus délicat.

- Et bien Nolan était partie dans la forêt de la ville où nous étions, malheureusement pour nous, Tamas la trouvée et la capturée. Tamas à la réputation qui c'est paru vrai, de sortir de son palais une fois pas an à la recherche de nouveaux esclaves pour sa demeure et pour les vendre. Répondit Laura.

- D'accord en faite votre amie était là au mauvais endroit, au mauvais moment. Conclu Alma.

- Oui voilà c'est ça. Répondit Léa en remerciant silencieusement Laura de son ingéniosité.

Alma accepta la réponse, mais sentait que cela n'était pas la vérité. Elle avait comme une intuition quelque chose qui lui disait que les trois jeunes gens ne lui disait pas tout. Pour l'heure elle préférait ne rien dire et attendre.

- D'accord, donc si je résume bien. Tamas le seigneur de guerre a kidnappé votre amie, et est venu ici au Coliseum pour la faire participer au tournoi des gladiateurs. Dit Alma en comprenant la situation.

- En gros oui c'est cela. Mais comme Léa le disait, c'est plutôt étrange, car ce tyran n'est pas un adepte de ses festival. Dit Alexandre songeusement. Tu dis que dans trois jours c'est l'anniversaire de l'empereur ? Demanda Alexandre à Alma.

- Oui et tous les grands chefs et beau grade seront présent. Répondit la jeune femme.

- Et qui est au courant pour cela ? Demanda le jeune homme.

- Tout le monde. L'empereur à inviter les grands aristocrates du pays et des pays voisins. Expliqua Alma.

- Donc Tamas était au courant. Dit Laura en réfléchissant.

- Oui, mais ce que je ne comprends toujours pas, c'est pourquoi il est venu à Rome pour participer au tournoi. Dit Léa soucieuse.

- Peut être qu'il est venu pour l'empereur uniquement. Répondit Alma de façon innocente.

La jeune femme qui était en train de regarder dans sa sacoche pour voir ce qu'elle avait gagné dans la journée, releva la tête quand elle sentit trois paires d'yeux la dévisager.

- Quoi j'ai dit quelque chose de mal ? Demanda la jeune femme sans comprendre pourquoi elle était regardée de la sorte.

- Mais tu sais que ce n'est pas idiot ce que tu dis. Répondit Alexandre.

- Quoi comment ça, que veux-tu dire par là ? Demanda Léa voulant comprendre.

- C'est très simple. Nous savons tous que Tamas à la réputation d'aimer le pouvoir et qu'il ferait tout pour être le maître n'est-ce pas. Commença Alexandre.

- Et bien votre Tamas à beaucoup de réputation je trouve. Interrompit Alma naturellement.

La phrase de la jeune femme coupa net Alexandre. Aucun des trois amis ne purent dire quoi que ce soit tellement c'était dit avec une telle innocence.

- Heu...oui bon...ben hum... Comme je le disais. Reprit difficilement Alexandre. Notre cher seigneur de guerre adore le pouvoir. Et de ce que nous savons, Rome et son empereur détient l'une des plus grandes nations militaires. Je ne serai pas surpris tout comme Alma la dit, que Tamas est ici uniquement pour l'empereur lui-même. Je ne vois pas d'autre explication que celle-là. Finit-il.

- Mais attend pourquoi ce tyran viendrai ici pour l'empereur je ne comprends pas. Dit Laura.

- Réfléchis un peu, Tamas est venu ici pas pour le tournoi, mais pour profiter de cet évènement pour essayer de faire un coup d'État. Qui veux dire profiter de la foule pour tuer l'empereur afin de prendre sa place. Expliqua Alexandre.

- Quoi ! S'exclama Alma et Laura en même temps.

- Oui cela me paraît logique. Continua Léa et la capture de Nolan est tout à fait logique.

- Comment-ça logique explique-toi. Dit Laura pour approfondir les dires.

- C'est simple, Nolan est la parfaite personne pour faire quelque chose sans que personne ne le remarque. Dit Alexandre.

- Attendez, vous pouvez être plus claire je ne comprends pas ! Dit Alma.

- C'est très simple, le seigneur de guerre va utiliser Nolan pour tuer l'empereur si Tamas est bien ici pour lui.

Devant ses mots Alma tilta. Elle qui écoutait d'une seule oreille se concentra à la conversation et réalisa que la situation était bien plus grave qu'elle le pensait.

- Bien qu'allons-nous faire alors, il faut empêcher cela. Dit la jeune femme sérieusement.

Le comportement d'Alma surprit nos trois amis. Ils réalisèrent que cette dernière prenait maintenant leur histoire au sérieux. Léa se leva de son lit et alla à la fenêtre.

- Je ne sais pas et je ne sais même pas où est Nolan. Si seulement je pouvais savoir où est-ce qu'elle est, je pourrais trouver une solution, mais là, je n'en ai pas, et pour Tamas non plus nous ne savons rien. Dit la petite blonde désabusée.

- De toute façon nous n'avons pas le choix nous sommes obligés d'attendre la nuit pour la rechercher. Continua Alexandre.

- La nuit ? Pourquoi la nuit ? Ah oui pour ne pas vous faire repérer. Dit Alma.

- Pas seulement. Nous avons un compagnon qui pourra nous permettre de retrouver Nolan, mais il est un peu trop voyant donc nous sommes obligé d'attendre la nuit.

- Il est si monstrueux que cela votre ami pour ne pas le montrer en plein jour ? Demanda Alma en rigolant.

- Non c'est simplement un loup et s'il se balade avec nous, nous attirerons facilement l'attention autour de nous et nous pourrions, pas bouger comme on le voudrais. Expliqua Laura.

- Un loup houa c'est super ça ! S'exclama Alma enjouer.

- Il n'est pas à nous, mais à Nolan. Expliqua Léa.

- Je vois vous aller l'utiliser pour retrouver la piste de son maître. Conclut Alma.

- Exacte. Fit Alexandre.

- Nous pensons que Tamas à fait enfermer Nolan dans le Colisée et nous voulons être-sûr qu'elle soit bien là-bas. Continua Léa.

- Oui, mais les cellules du Colisée est immense donc avoir un pisteur nous fera gagner du temps et en ce qui concerne votre seigneur de guerre, je pense savoir où est-ce qu'il loge. Expliqua Alma.

- Quoi ! Où ça ! S'exclama Alexandre.

- Je pense qu'il doit être dans le bâtiment qui est situé juste à coté du Colisée c'est la que les maîtres des gladiateurs loge lors des combats. Répondit Alma.

- Très bien, maintenant il nous faut un plan quelque chose qui tienne la route. Dit Léa.

- Oui il nous faut quelque chose de stable. Qui nous permettra de sauver Nolan et l'empereur. Fit Laura.

- Pourquoi ne pas utiliser les même armes que ce Tamas. Proposa Alma.

- Que veux-tu dire par là ? Demanda Léa intéressée.

- Ce que je veux dire c'est simple. Ce tyran comme vous le pensiez va intervenir lors du tournoi, alors je me suis dit, que ce sera bien que nous le fassions aussi. Si nous agissons cette nuit, nous avons plus de chance de nous faire prendre que d'agir en plein jour. Répondit Alma.

- Tu nous suggères de rester ici sans rien faire durant les deux prochains jours ? Demanda Laura.

- Non je n'ai pas dit cela. Ce que je veux dire c'est nous devons profiter de ses deux jours enfin deux nuits, afin de faire déjà l'état des lieux, pour pouvoir agir sans que nous ayons de problème le jour J. expliqua Alma.

- Cela me paraît être une bonne idée. Dit Léa.

- Très bien, alors que propose-tu ? Demanda Alexandre intéressé.

- Voilà c'est simple, nous devons avant tout, connaitre le Coliseum sur le bout des doigts. Les entrées, les sorties ainsi que les places réservées à l'empereur et ses invités. Ensuite, nous devons savoir à quel endroit Tamas pourrait se mettre pour être aux premières loge, pour qu'il puisse voir tout ce qu'il se passera. Commença Alma.

- Oui je suis d'accord et la seule façon de le faire c'est en pleine nuit. Dit Léa.

- Exacte ensuite, nous devons connaitre aussi la liste des combats, pour savoir quand votre amie va intervenir et ça je sais où nous pourrons trouver la liste. Finit Alma.

- Pas mal ton idée. Intervint Alexandre.

- Oui je trouve cela assez intéressant. Fit Laura à son tour.

- Alors tout en gardant ton idée, je propose que nous fassions des équipes afin de couvrir tout le périmètre. Fit Alexandre.

- C'est de mon avis aussi. Continua Alma.

- Très bien alors que proposer vous ? Demanda Léa.

- Je verrais bien Alma avec toi Léa et Laura avec moi. Je ne dis pas cela parce que je sors avec Laura, mais en vue de la force de tout le monde, je trouve cela, équilibré. Dit Alexandre en rougissant légèrement.

- Je suis d'accord avec Alexandre. Intervint Laura avant que Léa ne parle. Alexandre est très fort, mais son agilité n'est pas sa tasse de thé donc je serai cette moitié là.

Exact et toi Léa, tu es aussi bien agile que forte physiquement, mais de ce que j'ai vue des coups qu'Alma à porter à cet homme, sa force physique fera un équilibre parfait avec la tienne. Sans compté sa qualité de voleuse, fait d'elle une personne assez compétente et aussi discrète que toi. Expliqua Alexandre.

- Cela me paraît assez bien comme équipe. Dit Alma. Je sens que cette histoire va me plaire.

- Très bien si tout le monde est d'accord avec tout ceci, nous commencerons à la tomber de la nuit. Personne à de réclamation ou d'objection ? Demanda Léa.

La petite groupe répondirent négativement à la phrase de la petite blonde.

- Bien alors nous pouvons commencer. Finit Léa en se dirigeant vers ses affaires.

Le petit groupe en attendant la tomber de la nuit, préparèrent leurs armes avec un moral d'acier. Alma de son coté s'étonna elle-même de son comportement. Alors qu'elle voulait les voler, elle c'était ranger d'elle-même de leur cotés et allait risquer sa vie sans aucune peur, pour sauver un chef de pays et une jeune femme dont elle ignorait tout, mais cela la remplissait de joie de pouvoir enfin être utile à quelqu'un. Ce qui l'amusait d'autant plus c'était de voir un petit bout de femme comme l'était Léa, être aux commandes de cet petite troupe. Elle rigolait intérieurement de voir que les deux autres personnes lui obéissait sans discuter.

Le soleil se coucha enfin sur Rome et laissa la place à un beau croissant de lune dans une nuit noir.

- Bien c'est partit. Dit Léa avant de sortir de la chambre suivit par ses trois compagnons afin de rejoindre le loup qui les attendaient à l'extérieur.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:29

CHAPITRE 29

La petite troupe était sortie de la taverne, en faisant bien attention que personnes ne les remarque. Pour plus de sécurité, ils décidèrent de passer par les petites rues. Grâce à Alma, nos trois amis purent atteindre le Coliseum sans difficulté, en évitant les gardes qui rodaient dans la ville. Arrivés devant l'objectif, comme convenu, le groupe se sépara en deux. D'un coté Alexandre et Laura qui se dirigèrent vers une des entrée afin de pouvoir pénétrer dans l'arène. De l'autre, Léa et Alma qui elles partirent en direction des cellules, afin d'obtenir la liste des participant ainsi que l'ordre de passage.

Alexandre et Laura contournèrent le Colisée. D'après leur nouvelle amie, l'entrée qui était située à l'ouest, était la moins gardée des quatre. La forme du bâtiment, leurs permettait de pouvoir se cacher à chaque fois qu'ils entendaient un bruit. Alexandre c'était rendu compte que pour pouvoir accéder à la porte de l'ouest, ils allaient devoir passer devant celle du nord qui était particulièrement bien surveillée.

Le jeune homme qui entendit des pas arriver dans leur direction, attrapa la main de Laura, et la plaqua contre le mur d'un creux du Colisée, en se mettant devant elle afin de la cacher. Pour plus de sécurité, il posa une main sur la bouche de la jeune femme et attendit.

Avant de partir pour leur excursion, Léa avait suggéré de porter des habilles noirs afin de pouvoir se dissimuler dans les ombres de la ville en cas de problème. Alexandre remercia silencieusement son amie d'avoir eu cette idée, car cela venait tout juste de leurs sauver la vie. Il allait bouger quand Laura le saisissait fortement en entourant ses bras autour de son corps et le colla contre elle.

Le jeune homme surpris, allait dire quelque chose, mais une main se posa rapidement sur bouche. Aussitôt le geste fait, il entendit un deuxième passage d'un autre garde, dans le sens inverse. Alexandre baissa alors ses yeux sur la jeune femme et la remercia silencieusement de l'avoir sauvée.

Laura lâcha Alexandre quant-elle fut sûr que plus personne n'arrivait.

- Ils doivent faire des rondes tout autour du bâtiment. Chuchota la jeune femme.

- Oui, je m'aperçois que cela ne sera pas une partie de plaisir. Alma aurait du nous le dire qu'il y avait des soldats mobile. Gronda le garçon.

- Peut-être qu'elle ne le savait pas, il faut trouver une solution pour entrer à l'intérieur sans se faire voir. Suggéra la jeune femme.

- Oui et si possible, sans devoir tuer sinon, c'est sûr que le plan sera fichu.

Les deux amants se turent quant-ils entendirent de nouveau des pas arriver dans leur direction. Ils étaient malgré tout heureux, que la lumière de la lune ne puisse pénétrer dans leur abris. Les jeunes gens attendirent un silence total, pour essayer de se décaler afin de voir se qu'il se passait depuis leur cachette. Chacun des deux avaient pris un coté et pouvait apercevoir un garde voyager entre la porte du Nord et de l'Ouest. Ils se plaquèrent une fois de plus contre le mur, quand les deux hommes firent demi-tour. Cela donna une idée à Alexandre et attendit le passage des soldats pour pouvoir en faire par à sa compagne.

- Nous allons compter afin de savoir combien de temps, ils mettent pour faire un aller et retour.

- Oui ça pourrait être une bonne idée mais tu comptes faire quoi ?

Alexandre pencha légèrement sa tête, et la tourna rapidement des deux cotés pour pouvoir voir la position des deux hommes. Il vit que ses derniers se trouvait à mi-chemin de chacune des portes, et en profita pour se pencher encore plus en arrière afin de lever sa tête.

- Nous allons escalader le mur quand, les gardes se croiseront devant nous. À ce moment-là, nous attendrons alors dix secondes afin d'avoir une marge de sécurité et il faudra ensuite, monter le plus rapidement possible à l'étage supérieur sans faire le moindre bruit. Expliqua le jeune homme.

- C'est une bonne idée. De toute façon nous n'avons pas le choix. Affirma Laura.

- Attention, ils font leur demi-tour. Nous allons leur laisser ce passage là pour savoir combien de temps ils mettent pour aller au bout. Cela nous donnera également le temps exact qu'il nous faudra afin d'atteindre le prochain creux.

Laura hocha de la tête en signe d'approbation. Les deux jeunes gens attendirent sagement le croisement des gardes. Au moment où ses derniers passèrent l'un à coté de l'autre, Alexandre se mit à compter. Il sortit sa tête en dehors de sa cachette et regarda l'un des hommes. Il la rentra rapidement quand la cible fut arrivée à destination avant de faire demi-tour.

- Bien nous aurons deux minutes pour atteindre le prochain renfoncement.

La jeune femme hocha de nouveau la tête, et les deux amants attendirent patiemment le moment pour agir. Deux minutes plus tard, les deux hommes passèrent devant eux. Les jeunes gens attendirent les dix secondes de sécurité et commencèrent leur escalade. Ils devaient impérativement atteindre leur but dans le laps de temps prévue sans pour autant se précipiter.

Alexandre et Laura utilisèrent les recoins et les statues qui entouraient le Colisée comme appui et arrivèrent dans les temps sur leur objectif. Ils attendirent de nouveau deux minutes et refirent le même manège. Tout le long, ils utilisèrent cette tactique et au bout de dix minutes, ils arrivèrent tout deux en haut du Colisée à l'abri des regards.

- Houa c'est haut. Fit Laura en regardant en bas.

- Oui je te l'accorde. Répondit Alexandre avec le même ressentit.

- Bon on fait quoi maintenant. Nous sommes en haut c'est bien, mais comment allons-nous faire pour descendre ? Demanda Laura en ne voyant rien qui pourrait les aider.

Alexandre se rendit compte lui aussi que l'intérieur du bâtiment était bien différent de l'extérieur. Il réalisa que tous les renfoncements qu'ils avaient croisés, n'étaient autre que les emplacements des bancs des différents étage et que tout était creux.

- Hé bien je pense que nous n'avons pas le choix. Il nous faut trouver un moyen de descendre de là, car si nous restons ici trop longtemps, les habitations voisine pourraient nous repérer facilement. Dit le jeune homme.

Un bruit étrange venant de loin attira d'un coup l'attention des jeunes gens. Sans attendre ils tournèrent leurs têtes dans la direction et virent au loin, de gros nuages noirs orageux arriver.

- Il ne manquait plus que cela. Ragea Alexandre.

- Non au contraire ! S'exclama Laura. Si l'orage arrive dans notre direction comme je le pense, ceci nous sera très utile. Le tonnerre ainsi que les éclairs pourraient couvrir nos bruit.

- Je te l'accord, mais cela nous sera utile pour la sortie uniquement, car je ne pense pas qu'ils seront là en deux minutes.

Alexandre et Laura se mirent à regarder tout autour d'eux afin de trouver un moyen de descendre dans les gradins, car le temps jouait contre eux à rester en haut.

De leur coté, Léa et Alma étaient cachées dans une petite rue qui donnait devant l'entrée des cellules. Trois gardes surveillaient la porte, et cela ennuyait la petite blonde, car elle voudrait pouvoir entrer à l'intérieur sans créer une agitation. Elle regardait un peu de partout afin de trouver quelque chose qui pourrait détourner l'attention des soldats. La jeune femme sursauta quand elle sentit une main se poser sur son bras. Elle tourna vivement la tête afin d'arrêter son agresseur mais réalisa assez vite que ce n'était autre qu'Alma.

- Ne me fais plus jamais peur comme cela. Gronda Léa en chuchotant.

- Désolée, je ne voulais pas te faire peur. Dit Alma en rigolant. Regarde sur la gauche, on dirait une écurie. Dit la jeune femme en le montrant du doigt.

Léa regarda dans la direction que sa nouvelle amie lui montra et d'un coup, une idée lui vint en tête.

- Il faudrait que l'on puisse entrer à l'intérieur afin de faire diversion en libérant les chevaux. Dit la petite blonde.

- Oui c'est ce que je pensais aussi. Fit Alma.

- Mais le problème, c'est pour y accéder. Nous sommes obligées de passer devant les gardes. Dit Léa accablée.

- Pas obligé. Intervint Alma avant de commencer à grimper sur le toit de la maison qui était à leur cotés.

- Mais qu'est ce que tu fais ? Demanda Léa.

- Ne bouge pas et regarde. Répondit la jeune femme amusée avant de disparaître.

Alma, était montée sans problème sur le toit. Grâce à la grosse masse de nuages noirs qui était arrivée et qui avait complètement recouverte la lune, cachait parfaitement bien la jeune femme. Cela lui permit de pouvoir bouger librement sans se faire voir. Aussi agile qu'un chat, elle sauta de toit en toit afin de contourner l'écurie. Une fois arrivée devant le bâtiment, Alma se coucha sur le ventre et se mit à ramper en direction de sa cible. De là où elle était, la jeune femme pouvait apercevoir Alexandre et Laura au-dessus du Colisée. Alma se maudissait intérieurement, car elle réalisait que le seul passage qui permettait d'y entrée c'était par les hauteur et elle avait totalement oublié de les prévenir que pour redescendre cela allait être plus dure. Elle savait que pour entrée par le haut, ceci serait très délicat. Elle se concentra de nouveau sur son objectif en se promettant d'aller aider les deux jeunes gens après.

Alma arriva facilement et sans aucun bruit au centre de l'écurie. Elle était heureuse de pouvoir constater qu'une ouverture était présente dans le toit. Sans attendre, Alma si rendait dans le plus grand silence. Arrivé au-dessus, elle glissa sa tête à l'intérieur et passa en revu le moindre recoin afin de trouver un signe de vie humaine. À son grand bonheur, seul les chevaux étaient présent. La jeune femme attrapa alors le bord du trou et laissa son corps tomber à l'intérieur dans une semi-roulade. Elle se retrouvait maintenant suspendu dans le vide avant de se laisser tomber.

Alma atterrissait gracieusement sur le haut d'un boxe et fini sa descente à coté d'un cheval. Ce dernier se mit à souffler mécontent d'avoir une invité.

- T'inquiète pas je ne suis que de passage. Répondit Alma. Mais si cela t'intéresse, je t'offre une petite balade nocturne. Proposa la jeune femme en ouvrant en grand la porte du boxe.

L'animal regarda Alma étrangement avant de franchir la porte. La jeune femme fit la même chose avec tout les autres boxes. Quand tous les chevaux furent libérés, Alma retourna auprès du premier qu'elle avait libéré.

- Je crois que tu ne vas pas aimer ce que je vais faire, mais pardonne-moi, c'est pour la bonne cause. Dit elle avant de donner une grosse claque sur l'arrière train de l'animal.

Ce dernier, suite au coup reçu, se cabra furieusement avant de partir aux triples galops en ouvrant violemment la porte d'entrée de l'écurie. Les autres animaux se mirent à le suivre. Alma après avoir lancer les animaux, se cacha rapidement dans l'un des boxe. Elle pouvait entendre l'agitation des gardes extérieur et se mit rire.

- Et ben voilà une bonne chose de faite. Maintenant la voie est libre.

Léa qui était toujours cachée, était bouche bée. Le spectacle qu'elle avait sous les yeux, étaient irréaliste.

- Elle a réussi. Se dit-elle stupéfaite.

La jeune femme sursauta quand elle entendit son prénom. Elle regarda dans la direction et vit Alma en train de bouger son bras en lui faisant signe de venir.

- Mais tu es folle de crier comme cela, on risquerait de nous repérer ! Gronda Léa abasourdit par le manque de discrétion de la jeune femme.

- T'inquiète pas, les soldats sont bien trop occupés à rattraper les chevaux de leurs maîtres pour faire attention à nous. Répondit Alma en rigolant. Bon allez, profitons de ça pour entrer. Finit-elle.

Léa ne savait pas quoi dire, mais accepta d'un hochement de la tête la proposition d'Alma.

- Ah oui avant que j'oublie. Fit cette dernière en se tournant vers le loup. Tu devrais aller sur le Colisée et aider Alexandre et Laura pour descendre, car sans toi, ils ne pourront pas atteindre leur but.

L'animal tourna la tête et regarda dans la direction que la jeune femme parlait, et vit le couple en difficulté. Il fit un signe de tête avant de partir rapidement auprès d'eux pour les aider.

- Il est vraiment bien éduqué ce loup, il comprend tout ce qu'on lui dit. Dit Alma amusée.

Oui, aller entre, nous n'avons pas le temps pour cela. La pressa Léa avant d'entrer dans les cellules suivit par une Alma vraiment très amusée par leur sortie nocturne.

De leur coté, Alexandre et Laura n'arrivaient toujours pas à trouver le moindre passage pour descendre. Cela, les énervaient de plus en plus, car ils pouvaient se faire repérer à tout moment. D'un coup, une grosse touffe de poil arriva auprès d'eux avec un enthousiasme à tout épreuve.

Le couple sursauta à la soudaine apparition, mais leur peur se transforma en joie. Ils se jetèrent sur le loup qui les accueillit généreusement. Alexandre comprit que c'était les filles qui le leur avaient envoyé.

- Bien ne perdons pas de temps. Je sais que ce que je vais te demander risquerai d'être assez difficile, mais peux-tu nous emmener dans l'arène tout les deux en même temps sur ton dos, demanda le jeune homme au loup.

Ce dernier accepta sans hésiter d'un hochement de la tête. Sans attendre les deux jeunes gens montèrent sur le dos de l'animal, et ce dernier malgré le poids qu'il avait sur lui, bougeait sans difficulté. Il fit rapidement le tour du Colisée tout en regardant s'il pouvait trouver quelque chose pour y atterrir. L'animal repéra un pilier qui était d'une assez bonne hauteur et sans attendre plus, sauta dessus avec ses deux amis solidement accrocher à son pelage. Quand il arriva dessus, le loup sauta de nouveau et atterrit sans difficulté sur les premiers gradins.

Alexandre et Laura descendirent du dos de l'animal avec bonheur d'être enfin à l'intérieur du Colisée. Tout deux pouvaient enfin commencer à chercher l'emplacement de l'empereur.

Léa et Alma avaient pénétré dans le couloir qui allait les emmener vers les cellules. Elles avancèrent dans le passage peu éclairé. Les deux jeunes femmes faisaient bien attention à ne pas faire de bruit, car elles ne savaient pas s'il y avait des gardiens ou non.

Quand les deux femmes arrivèrent au bout du couloir, elles s'accroupirent afin de se fondre dans l'obscurité du sol, et regardèrent ce qu'il leur était proposé.

Léa soupira de mécontentement, car elle découvrait que le couloir était fait en deux parties uniquement signaler par une arche en guise d'ouverture. Ce qui la rendait encore plus en rogne, c'était que  les deux morceaux du couloir, possédaient des portes de cellules de chaque coté. La petite blonde pouvait voir que les chambres étaient toute munis de simple barreaux et cela lui déplaisait particulièrement, car les participant les remarquerait immédiatement.

- Qu'allons-nous faire ? Demanda-t-elle en chuchotant.

- Je ne sais pas. Répondit Alma de la même manière. Mais nous n'avons pas le choix. Nous devons traverser pour atteindre la pièce des gardes.

- Mais elle se situe où cette salle ? Demanda Léa.

- Au bout du couloir en face. Répondit Alma sérieusement.

- Dis-moi, tu as l'air bien renseignée. Fit Léa surprise.

- Je t'expliquerai si tu le veux, mais une fois sortie. Répondit Alma en restant concentrée sur son objectif.

La petite blonde ne répondit pas à ces mots, mais se garda bien en tête ce que venait de lui dire la jeune femme et se promit de les lui faire rappeler.

- Bon la question est de savoir comment traverser. Fit Léa.

- Nous n'avons pas le choix, il faut prendre le risque de traverser. Avec un peu de chance, tout le monde est en train de dormir chose qui est fortement probable à cause de leur entraînement en vue du tournoi. Répondit Alma.

Léa réalisait que la jeune femme n'avait pas tord et voyant qu'il n'y avait pas d'autre solution, accepta la proposition d'Alma. Les deux jeunes femmes sortirent de la première partie du couloir pour entrée dans la seconde là où était disposé une dizaine d'autres de cellules. Chacun d'elles s'étaient mises de chaque coté du passage et avancèrent simultanément.

Les deux jeunes femmes passèrent sans encombre les portes. Comme l'avait bien supposée Alma, les participants étaient tous en train de dormir. Les deux partenaires travaillèrent ensemble. Elles surveillèrent chacune les cellules de l'autre afin d'avertir en cas de problèmes.

Léa se sentait étrange, car la présence d'Alma la rendait soudainement nostalgique. Elle avait l'impression d'avoir Nolan à ses cotés. La petite blonde se sentait tout autant en sécurité avec Alma qu'avec son amie. Elle était en train de se demander si Alma était vraiment la personne dont elle ce disait être et non Nolan.

Les deux jeunes femmes arrivèrent à la fin de la deuxième partie du couloir et atteignirent le dernier passage qui donnait à la salle des gardes. Au moment d'avancer dans ce périmètre, Léa attrapa d'un coup Alma par le bras et l'attira contre elle. La petite blonde mit instantanément une main sur la bouche de sa prise afin de l'empêcher de parler.

- Regarde chuchota Léa en montrant discrètement du doigt une porte.

Alma porta son attention sur ce que la jeune femme lui montra et écarquilla les yeux. Dans la dernière partie du couloir deux portes y était présente. Dont une qui ne possédait aucuns barreaux et qui était faite en métal. Contrairement aux autres, cette dernière était solidement gardés par deux soldats armés.

« Bon sang comment vas t-on faire pour passer. » Se dit intérieurement Léa. Cette dernière passait son regard entre la salle garder et leur objectif qui se trouvait juste devant.

Alma toujours entre les mains de Léa faisait la même chose que cette dernière. Elle savait que maintenant quoi qu'elles fassent, les deux filles allaient ce faire repérer. De plus, toutes deux ignoraient si la salle des gardes étaient occupée ou non. « Bon je crois que je ne vais pas avoir le choix, je vais être obligée de l'utiliser. » Ce dit Alma à son tour.

Sans bouger des bras de Léa, Alma se mit à regarder les deux gardes et se concentra. Doucement, ses derniers se mit à flotter dans les aires. Léa sursauta quand l'action commença, sans attendre elle baissa ses yeux sur la jeune femme qu'elle détenait encore, et ses yeux s'écarquillèrent, quant-elle s'aperçut que cette dernière fixait intensément les soldats. « Non ce n'est pas possible. » Son attention revins aux soldats, quand ses derniers se mirent à crier.

La petite blonde pouvait voir ses derniers se débattre sans qu'ils comprennent ce qui était en train de leur arriver. Alma les faisaient voler d'une bonne hauteur et les maintenant dans les airs. Elle priait fortement pour que son plant marche. Heureusement pour elle, ce qu'elle avait prévus arriva. La porte de la salle des gardes s'ouvrirent sous les cris des hommes, et trois soldats sortirent. Ils s'arrêtèrent net quant-ils découvrirent leurs compagnons dans les airs. Sans attendre, Alma projeta les deux hommes qu'elle détenait contre deux des soldats qui sous le choc de la collision, partirent en arrière à grande vitesse pour aller frapper lourdement le mur qui se trouvait en face de la porte, avant de tomber inconscient sur le sol. Les deux gardes qui avaient servis de projectile, avaient percuté le même mur de leur tête et gisaient assommés sur leurs compagnons.

Le dernier des soldats, ne put réagir qu'il alla lui aussi rejoindre à grande vitesse, ses amis en heurtant à son tour le même mur pour finir la pyramide humaine qu'Alma venait de créer.

Léa n'en revenait pas. Ce qu'elle venait de voir n'était autre que le pouvoir de Nolan. Tout le corps de la jeune femme se mit à trembler. Ses membres sans qu'elle ne s'en aperçoit, se détachèrent de sa prisonnière.

Cette dernière se sentant enfin libre, se rua immédiatement auprès de son œuvre et se réjouissait de ce qu'elle venait de faire.

- Hé Léa viens voir ! S'écria Alma ne se souciant plus du bruit qu'elle pouvait faire.

La jeune femme était surprise de ne recevoir aucune réponse. Elle leva la tête pour regarder Léa. Alma s'étonna de voir cette dernière marcher comme un zombie avec des yeux aussi rond que des billes.

- Léa, tout vas bien ? Demanda-t-elle inquiète.

Sans qu'elle ne sache ce qu'il lui arrivait, Alma se sentit plaquer contre le mur avec un poignard sous son cou.

- Hé ! Mais qu'est ce qu'il te prend ?! Demanda Alma paniquée.

- Qui est tu ?! Demanda Léa d'un voix ferme. Tu es sûr de ne pas être Nolan ?!

- Hé ! Mais calme toi ! Mais qu'est ce qu'il faut que je fasse pour te faire comprendre que je ne suis pas ta Nolan ! S'exclama Alma de plus en plus paniquée.

- Alors explique-moi comment ce fait-il que tu possèdes le même pouvoir qu'elle ? Demanda la petite blonde en forçant sur son poignard.

La demanda de la jeune femme fit sursauter Alma.

- Quoi ?! Ton amie possède-elle aussi un pouvoir ?

- Prouve-moi que tu n'es pas Nolan ! Ordonna Léa en ignorant la question posée.

- Quoi que je te le prouve mais comment ?! Demanda Alma affolée.

- J'en sais rien mais prouve le moi avant que je ne perde patience et que je décide de te tuer. Menaça très dangereusement la petite blonde.

Alma sentit un danger planer autour d'elle. Le regard de Léa était aussi noir que la mort. Ce qui n'aidait en rien la prisonnière paniquée. « Bon sang elle est sérieuse ! Elle va vraiment tuer ! Mais comment lui prouver que je ne suis pas sa Nolan ? Elle à pourtant fait le teste de la grosseur de mes seins qui sont plus petits que ceux de son amie. Même avec cela ça ne lui convient pas que faire. »

Léa ne savait pas quoi faire. La ressemblance d'Alma avec Nolan était terriblement déroutante pour elle. La jeune femme cru vraiment que c'était son amie qu'elle détenait et d'un coup, son esprit fut submergé par les images de la jeune femme. Sa colère se transforma en terreur quand ses yeux tombèrent sur les saphirs d'Alma.

La petite blonde relâcha sa prise instantanément et se recula. À cet instant, Léa cru vraiment qu'elle était en train de faire du mal à Nolan et sans qu'elle ne contrôle quoi que se soit, Léa éclata en sanglots.

Alma qui avait vu l'expression de la jeune femme changer se sentit vraiment mal à l'aise. Son cœur se serra quand Léa partit en pleure. Elle ne savait vraiment pas comment faire et surtout quoi dire. Alma se rendit compte que son physique déroutait énormément la jeune femme. « Je payerai cher pour savoir à quoi elle ressemble cette Nolan, et voir jusqu'à quel point, je lui ressemble. Alma voyant que Léa ne se calmait pas, décida de répondre à sa demande. Elle c'était souvenu qu'elle possédait une chose qui pourrait prouver à Léa qu'elle n'était pas « sa » Nolan mais bien Alma. « Vue que même avec ma poitrine cela ne lui suffit pas, je vais le lui montrer c'est la seule solution. » Ce dit la jeune femme en s'approchant de la petite blonde.

Léa qui était tombée à genoux sous la force de ses émotions, sursauta quant-elle sentit une main se poser sur son épaule. Quand elle leva la tête, elle tomba sur des bleus doux et remplis d'émotion.

- Regarde. Dit Alma simplement.

La jeune femme attrapa le haut de son vêtement et délicatement le retira pour laisser apparaître sa poitrine. Léa se mit à rougir devant l'action et ne put réagir tellement elle trouvait la situation improbable.

- Regarde. Commença Alma en se mettant à genoux. J'ai une tâche de naissance sur le sein gauche, c'est la seule chose que j'ai trouvée qui pourrait servir de preuve.

Léa regarda ce que la jeune femme lui dit, et vit qu'effectivement, Alma possédait une tache de naissance. La petite blonde se plongea donc dans ses souvenir à la recherche d'une tâche sur la poitrine de Nolan. La jeune femme avait beau fouiller, mais dans aucun moment, elle revoyait la jeune femme avec une tache de naissance sur sa poitrine. Léa se mit à soupirer tristement et baissa la tête de honte.

- Je te demande pardon. Dit-elle la voix tremblante.

Alma, laissa un sourire timide se dessiner et reposa sa main sur l'épaule de Léa.

- Ne sois pas désolée. Je ressemble autant que cela à cette Nolan ? Demanda la jeune femme.

- Tu es son miroir. Répondit la petite blonde en laissant couler ses larmes. De plus...

- De plus ? Fit Alma en insistant la jeune femme à continuer.

Tu...tu as le même pouvoir. Continua Léa la voix remplis de larmes. Tes yeux bleus, tes cheveux noirs, les traits fins de ton visage et ce pouvoir. Tout est identique. Finit-elle avant d'être submerger par ses pleurs.

« Une personne qui me ressemble avec le même pouvoir serai t-il possible que ce soit... » Alma sortit de son auto questionnement quand sa main se mit à vibrer. La jeune femme sentit son cœur se fendre quand le corps de Léa se mit à trembler. Alma dans un geste tendre, attrapa le visage de la petite blonde entre ses mains et le lui releva pour la forcer la regarder. Elle crut chavirer quand les émeraudes pourtant si clair étaient recouvert de larmes.

- Je réalise à quel point que d'être séparer de cette fille te fait beaucoup de mal. Je suis désolée que ma ressemblance te déstabilise, mais je te fais la promesse de t'aider à retrouver ton amie. Dit Alma en essuyant les larmes de la petite blonde dans un mouvement délicat.

Léa se perdit dans le regard profond de la jeune femme et sous la grande surprise de cette dernière, Léa se colla contre le corps d'Alma et se laissa aller. La jeune femme brune sursauta devant l'action, mais se ressaisissait rapidement. Elle entoura de ses bras le corps de Léa et l'aida à passer ce moment douloureux.

Alma pouvait laisser tranquillement la jeune femme agir à sa guise, car elle surveillait malgré la situation, l'entrée et savait aussi que s'il y avait un danger, elle pouvait utiliser son pouvoir à tout moment.

- Aller, prenons ce que nous avons besoin et retournons à la taverne afin d'élaborer un plan pour pouvoir sauver ton ami. Dit Alma quand elle sentit Léa se calmer.

Cette dernière hocha simplement de la tête pour répondre et suivit sa nouvelle amie jusqu'à la sortie, quand cette dernière attrapa la liste.

Dans la cellule à la porte blindée, se trouvait Nolan. Cette dernière qui avait entendu du bruit, n'avait pas porter plus d'attention à tout ceci, car pour elle c'était les soldats qui étaient encore ivres. La jeune femme savait que même si c'était des personnes qui auraient pu la sauver, elle-même ne pourrait faire un seul pas ou prononcer un mot. Son corps était si recouvert de bleus et d'hématomes, suite aux nombreux coups qu'elle avait reçut depuis son arrivé, que le simple fait de respirer lui envoya des décharge de douleur intense.

Le produit que Tamas détenait était si puissant qu'il rendait Nolan si faible, que cette dernière pouvait à peine faire un mouvement. Le seigneur de guerre était passé dans l'après midi après sa sieste et avait retrouvé la jeune femme dans sa cellule. Il avait frappé Nolan à coup de pied et à coup de point, puis il avait utilisé un fouet pour les finissions.

Le seigneur de guerre disait qu'il voulait préparer le corps de sa nouvelle esclave aux combats que cette dernière allait livrer. Quand il eut fini son apprentissage, Tamas avait donné l'arme à l'un de ses hommes et avait ordonné à ce dernier de continuer la formation du corps de Nolan dans les même circonstance tout en utilisant de temps à autre une épée.

Du milieu d'après-midi jusqu'à la nuit tombante, Nolan se reçu sans relâche des coups par trois hommes, qui se donnait à cœur joie d'exécuter les ordres de leur chef en rajoutant un petit plus. La jeune femme durant le temps passer entre les mains de ses bandits, se promit de leur faire payer si un jour elle venait à récupérer ses facultés.

En attendant ce jour qui pour Nolan ne viendrait sans doute jamais, elle laissa ses larmes couler sans relâche sur joue avec son esprit tourner vers la personne qu'elle aimait.

Nolan tout comme Léa, ne savait pas leur désire le plus profond, était uniquement séparer par une simple porte blindée.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:29

CHAPITRE 30

Deux heures plus tard, les deux équipes se retrouvèrent dans la chambre de Léa. Alexandre et Laura avaient rapporté leur découverte. Ils avaient trouvé l'emplacement de l'empereur et ses invités d'honneurs. Les deux jeunes gens, leurs expliquèrent également qu'ils avaient trouvés la zone idéal que Tamas utiliserait probablement. Laura expliqua qu'elle avait essayé cette place et avait découvert, que de ce siège ci, Tamas aurai une vue parfaite sur tout le stade et surtout sur les gradins de l'empereur. Alexandre avait rajouté que le lieu possédait une sortie proche.

- Comme ça il pourrait s'enfuir s'en difficulté quand l'heure se présentera. Fit Léa songeuse.

- C'est ce que l'on pense aussi. Fit Laura.

- Hé vous, qu'avez-vous trouvé ? Demanda Alexandre.

- Nous avons trouvé la liste des combattants ainsi que la liste de passage. Répondit Léa.

- Mais c'est parfait tout ça ! Nous allons pouvoir mettre un plan en place. Fit Alexandre enjoué.

- Oui et il nous reste une journée entière pour le faire. Fit Alma aussi enthousiaste que le jeune homme.

L'attitude de la jeune femme amusait vraiment les trois amis. Ils voyaient que rien ne la démoralisait malgré le danger qu'ils allaient affronter le jour J.

- Oh faite Léa, je te remercie de nous avoir envoyée le loup, car s'en lui, nous serons toujours au-dessus du Colisée à chercher une solution pour descendre. Dit Alexandre.

- Ce n'est pas moi qu'il faut remercier mais Alma c'est elle qui vous à envoyer l'animal à votre secours. Répondit Léa calmement en cachant son énervement.

- Oh et bien merci Alma. Sans ton aide on y serait encore. Remercia le jeune homme.

- Mais de rien et de plus, c'était de ma faute si vous avez été bloqués. J'avais oublié de vous dire comment était l'intérieur du Colisée, donc je vous devait bien cela. Répondit gentiment Alma.

- Hé vous, vous avez rencontré des difficultés pour pénétrer dans les cellules ? Demanda Laura.

- Non nous avons eu aucun problème pour y pénétrer et les cellules étaient vide de garde. Répondit Léa avant qu'Alma ne parle.

Cette dernière Fut extrêmement surprise de la réponse de Léa. « Mais pourquoi ne dit-elle pas la vérité ? » Se demanda la jeune femme.

- Quoi vous n'avez pas rencontrer de soldats ? Demanda Alexandre plus que surpris.

- Si bien sûr que si mais uniquement à l'extérieur, mais Alma les à fait fuir en libérant les chevaux qui se trouvait dans les écuries. Répondit la petite blonde en souriant. C'était assez drôle.

- Mince j'aurai bien voulu voir ça. Rien que d'imaginer les gardes courir après les animaux me rire. Dit Laura.

- Tu m'étonnes c'était génial de les voir tous affolés. Répondit Alma.

- D'accord je comprends mieux, la distraction d'Alma à fait partir tous les gardes qui se trouvait dans les cellules donc comme cela vous pouviez entrer à l'intérieur sans vous faire remarquer. Dit Alexandre.

- Oui voilà et cela nous à bien aidé, car nous avons évité de nous battre comme cela. Répondit Léa en rigolant intérieurement. 

Toutes les réponses donnée par Léa était faite en sorte qu'Alma ne puisse pas répondre.

Cette dernière se demandait vraiment pourquoi Léa mentait en cachant ce qu'il s'était vraiment passé. Elle c'était rendu compte que la jeune femme répondait plus vite qu'elle afin de l'empêcher de dire quoi que se soit. Mais la raison de ses actions intriguait fortement Alma.

- Bon nous avons une rude journée demain, alors il faudrait que l'on se repose un peu sinon nous ne tiendrons jamais. Fit brusquement Léa.

La nuit avait été remplis d'épreuves et d'émotions pour le monde. Alexandre, Laura et Alma se rendirent compte que la fatigue arrivait à grand pas et acceptèrent volontiers la proposition de Léa. Tout le monde partirent hors de la chambre de la jeune femme pour aller dans la leur.

Une fois seule, Léa alla à la fenêtre l'ouvrit et s'assit sur le rebord. Elle plia ses genoux qu'elle ramena contre sa poitrine avant de passer ses bras autour. Léa posa sa joue sur le haut de ses membre et regarda l'orage qui grondait. Son esprit était tourné auprès de Nolan. Même si tout le monde avait fait leur devoir, elle n'était pas satisfaite du tout. La jeune femme était remplie de colère et de frustration, car le loup aurait dû rester auprès d'elle pour pouvoir retrouver Nolan dans la prison. Mais au lieu de cela il était parti rejoindre Alexandre et Laura.

- Il ne me cause que des ennuis celui-là. Se dit elle. Pourquoi faut-il toujours que ce foutu Alexandre me foute des bâtons dans les roues quand il s'agit de Nolan.

Son cœur et son corps était aussi électrisant que l'orage qui grondait à l'extérieur. Elle mit sa main dans la poche et en sortit la petite fiole du remède et le regarda.

- Pourrais-je l'utiliser celui la ? Se demanda-t-elle en voyant que la situation l'échappait complètement.

Plus elle regardait l'orage éclater sur la ville de Rome, plus son corps se remplis de tension. D'un coup, elle partit de sa place et se dirigea vers la porte de sa chambre. Arrivée devant, elle l'ouvrit, sortit discrètement la tête et écouta. La taverne était si silencieuse que seul l'orage perçait. Sans faire de bruit, la jeune femme sortit de sa chambre et se dirigea en direction de celle d'Alma.

Quant-elle arriva devant, Léa posa délicatement sa tête contre la porte et colla son oreille. Elle attendit quelque instant afin de percevoir un son, mais malheureusement pour elle, la pièce était calme. Avec la plus grande délicatesse, Léa ouvrit la porte en faisant bien attention de ne pas faire un bruit. Quand elle eut assez d'espace pour pouvoir y passez sa tête, elle s'arrêta et regarda à l'intérieur. Le rythme de la respiration d'Alma indiquait à la petite blonde que cette dernière dormait. « Bon sang comment peut ton s'endormir aussi rapidement. Ça fait à peine dix minutes qu'elle est sortie de ma chambre. » Se dit Léa déconcerté. « Décidément c'est une personne fortement intéressante. » Pensa-t-elle en souriant.

Aussi agile et silencieuse qu'un chat, la petite blonde se faufila dans la chambre et referma la porte sans un bruit. C'était à pas de loup que Léa se dirigea vers le lit de la personne convoitée. C'était avec la plus grande délicatesse que Léa monta sur le lit pour se maintenir à califourchon sur la jeune femme.

Cette dernière sentant une présence ainsi qu'un poids sur elle, se réveilla immédiatement. Avant qu'Alma ne puisse prendre son poignard qui était caché sous son oreiller, une main puissante lui attrapa rapidement ses deux poignets en les mettant au-dessus de sa tête alors qu'une deuxième se mit aussitôt sur sa bouche pour l'empêcher de parler.

- Chut c'est moi, Léa. Dit la petite blonde d'un voix basse.

Alma qui était sortie d'un coup de son sommeil, reprit le sens de la réalité et malgré l'obscurité, elle réussit à reconnaître la silhouette de Léa en plus de sa voix. Alma hocha la tête afin de faire comprendre à la jeune femme qu'elle l'avait bien reconnut. La petite blonde voyant que son amie l'avait reconnue, la libéra mais resta assise sur elle.

- C'est une façon ça de réveillé les gens en les agressant. Râla Alma.

- Désolée, mais en arrivant dans ta chambre, j'ai vu ton arme. J'ai donc préféré prendre mes précautions et j'ai bien fait, car tu as eu la réaction que je m'attendais. Dit Léa d'un ton calme. Et si je n'avais pas agit de la sorte, tu m'aurais tuée.

Alma se mit à soupirer en voyant que la jeune femme remarquait vraiment tout.

- Très bien, maintenant pourrais-tu me dire la raison de ta visite je ne pense pas que c'était pour me voir faire ce numéro. Demanda Alma agacée.

- Non c'est exacte, j'ai besoin de ton aide. Commença Léa.

- Mon aide ? Mais pour faire quoi ? Demanda Alma intriguée.

- Je n'ai pas envie d'attendre le jour de la compétition pour agir.

- Attend ne me dit pas que tu veux faire quelque chose ce soir même ? Demanda Alma plus que surprise.

- Si, en plus nous avons tout le temps le jour n'arrivera pas avant cinq heures donc nous pouvons faire ce que nous voulons.

- Attends, attends. Je ne comprends pas. Que veux-tu faire ? Je croyais que tu voulais mettre un plan au point afin de libérer ton ami, c'est la raison pour laquelle nous somme sortit dans la soirée non ?! Demande Alma complètement hors course.

- Oui je sais, mais quand vous êtes partis j'y ai réfléchis et la situation ne me plais guère. Nous avons peut-être pris ce que nous étions aller chercher, mais la principale chose que je devais faire je n'ai pas pu. Répondit Léa frustrée.

- Et c'était quoi la chose que tu voulais faire ?

- Trouver Nolan dans les cellules grâce à l'aide du loup mais comme l'animal était parti aider Alexandre et Laura je n'ai pas put obtenir ce que je voulais.

- Donc si je comprends bien, tu voudrais retourner dans le Colisée afin de la trouver.

- Pas seulement, ce que j'ai également réalisé et je l'admets, même si nous arrivons à trouver Nolan nous avons un problème plus important, c'est Tamas. Je sais que même avec l'aide de Nolan nous ne pourrons pas venir à bout d'eux et le tuer ne m'aidera en rien. Dit Léa.

- Bon explique-toi plus clairement car je ne comprends rien.

- Bien. Pour faire simple et court, Nolan et moi avant que Tamas ne la capture, étions à sa poursuite afin de libéré mes parents que ce seigneur de guerre détient. Et si nous tuons Tamas, chose qui sera assez difficile, mais si par chance nous y arrivons je ne connaîtrais jamais l'endroit exact ou se trouve mes parents. Expliqua la jeune femme blonde.

- D'accord donc ce qu'il faut avant de le tuer c'est de le faire parler c'est ça. Conclut Alma.

- Oui mais ce n'est pas aussi simple que cela. Comme tu le sais, Nolan détient tout comme toi un pouvoir.

- Oui tu l'as mentionnée dans le Colisée. Suivit Alma.

- Très bien. Mais ce pouvoir, Tamas peut le maitriser. Avoua Léa.

Devant les mots prononcé Alma pâlit.

- Quoi il peut contrôler le pouvoir.  ? La peur au ventre.

- Oui et c'est pour cette raison qu'il faut changer notre façon de faire et piéger Tamas.

- Une minutes, comment Tamas peut contrôler le pouvoir ?

- Avec un produit. Le liquide avait été confectionné par l'ancien maitre de Nolan et c'est comme cela que Nolan était devenue une machine à tuer. Mais quand son maitre est mort, ce jour-là, il y avait le mien et c'est mon maitre qui a fait connaître l'existence de Nolan et de son pouvoir à Tamas. C'est à cause de grâce mon ancien maitre, qu'il a réussi à mettre la main sur le médecin qui avait fait le produit pour en élaboré un autre beaucoup plus puissant. De ce que j'ai appris, ce produit ci, coupe complètement le pouvoir et Nolan, est dans l'incapacité de bouger, car « le poison » paralyse plus ou moins le corps également.

Alma sentit une panique l'envahir. Elle commençait à remettre en question l'idée de vouloir aider Léa et ses amis. « Si un homme aussi dangereux détient un tel produit je suis faite comme un rat. »

Léa qui sentit Alma changée d'attitude, parla rapidement afin de la rassurer.

- Tu vois ça. Commença-t-elle en sortant la fiole de sa poche. Ceci est l'antidote du produit.

- Un antidote ! S'exclama Alma soulagée.

- Oui et je vais l'utiliser sur Nolan pour la remettre sur pied. D'après ce que le médecin qui m'a aidé à le faire m'as dit, les effets « du poison » disparaîtrait en dix minutes.

Alma une fois vraiment rassurée, oublia sa révision et commença à se concentrer sérieusement sur ce que la jeune femme voulait faire.

- Très bien explique-moi ton plan.

- C'est très simple, même avec l'aide de vos deux pouvoirs, nous n'arriverons jamais à capturer vivant Tamas, alors, j'ai pensée que l'on pourrait obtenir de l'aide de la part de l'empereur lui-même.

- De l'empereur ! S'exclama Alma plus fortement qu'elle ne l'aurait voulu.

- Chutttt.  ! Fit Léa en mettant rapidement sa main sur la bouche de la jeune femme.

- Oups désolée. Mais je ne comprends pas. Tu ne veux pas que tes amis nous entendent ? Demanda Alma en voyant le comportement de la petite blonde.

- Non je ne le veux pas. Je veux faire ça uniquement avec ton aide. Répondit Léa sérieusement.

- Mais pourquoi ? Il nous serais d'une aide précieuse. Demanda Alma ne comprenant pas l'attitude de la jeune femme à l'égard de ses amis.

- Certes, mais cela ne te plairait pas d'avoir le beau rôle pour une fois ? Et de plus, j'ai vraiment envie de sauver Nolan moi-même. Alexandre et bien gentil, mais il en fait trop et il m'énerve en ce moment. Répondit Léa en s'énervant légèrement.

- Il s'est passé quelque chose entre vous ? Demanda Alma voulant comprendre.

- On peut dire cela. Je te l'expliquerai un peu plus tard.

- Ok. Bon alors, tu veux l'aide de l'empereur, mais comment vas-tu faire ? Demanda Alma intriguée.

- Hé bien c'est là que tu vas m'aider si tu le veux bien. Je pense que tu connais le lieu ou il loge donc nous aurons qu'à y aller et lui parler. Répondit Léa.

- Attend tu veux aller dans son palais ce soir pour aller lui parler ? Demanda Alma stupéfaite.

- Ben oui pourquoi ? Répondit Léa naturellement.

- Mais comment vas-tu faire ? Je pense qu'il dort à cette heure ci et je doute que les gardes nous laisse entrée pour lui parler en plein milieu de la nuit. Pourquoi ne pas attendre demain ? Demanda Alma.

- Durant la journée c'est pas possible, sachant que Tamas sera surement en ville à vadrouiller et ils nous verra faire. Donc c'est impossible et sinon, je n'ai jamais dit que nous passerons par l'entrée principale. Répondit la jeune femme blonde.

- Quoi tu veux entrer par effraction dans le palais de l'empereur ? Demanda Alma surprise.

- Effraction non, mais en douce, oui.

- Appel ça comme tu veux, mais c'est de la folie et imagine que nous y arrivons que vas-tu lui dire ?

- Et bien c'est très simple, je vais lui dire les intentions de Tamas. C'est pour cela que cette nuit, il faut aller voir Nolan et l'empereur.

- Je ne comprends pas bien ce que tu as en tête, mais cette histoire m'a l'air passionnante. Dit Finalement Alma.

- Tu veux dire que tu vas m'aider ? Demanda Léa surprise.

- Ben oui, j'adore l'aventure et le danger. Et ce que tu me proposes, il n'y a rien de plus dangereux que cela. Donc je préfère faire ceci que de dormir bien sagement. Répondit Alma le regard remplit de détermination.

Léa se mit à sourire de bon cœur. Elle n'aurait jamais imaginé que la jeune femme allait accepter une mission aussi dangereuse où elles pourraient se faire tuer à tout moment pas la garde royale.

Léa descendit du lit en libérant complètement Alma. Cette dernière s'habilla rapidement de son pantalon et sa veste de cuir noir. Mais laissa ses armes sous les consigne de Léa qui avait dit que son pouvoir fera uniquement l'affaire.

Léa était fascinée par Alma. La mince lueur de la bougie que cette dernière avait allumée, faisait apparaître sa silhouette. La petite blonde en voyant Alma habiller avec ses habilles en cuire noir, voyait Nolan à travers cette femme. C'était étrange même très étrange pour Léa, car Nolan et Alma ne c'était jamais vu et pourtant leur façon de s'habiller était pratiquement semblable. Seule la coupe de cheveux les différenciait. Nolan avait les cheveux court alors qu'Alma les avaient longs.

- Un problème ? Demanda Alma en voyant Léa la fixer.

- Non, non désolée, ta ressemblance avec Nolan est vraiment troublante et je n'avais pas remarquer au départ que tu avais des habilles pratiquement identique.

- J'aimerai vraiment le rencontrer cette Nolan, car tu commences vraiment à m'intriguer. Fit Alma songeuse.

- Si tout marche bien, cette nuit tu la verras.

- Parfait je suis prête. Annonça Alma pour sortir Léa de sa contemplation.

- Bien allons-y alors. Dit cette dernière en se dirigeant vers la porte.

Les deux jeunes femmes sortirent de la pièce à pas de loup en faisant bien attention de ne pas faire de bruit pour ne pas alerter Alexandre et Laura. Alma se demandait vraiment ce qu'il avait bien put se passer entre eux trois pour que la jeune femme évince le couple. Elle ne cherchait pas à comprendre plus, car elle se retrouvait à la porte principale de la taverne.

Toujours sans un bruit, les deux jeunes femmes, sortirent du lieu et sous la direction d'Alma, elles partirent sur la droite en direction du palais de l'empereur. Pour éviter de se faire voir, les deux femmes passèrent à travers les ruelles de Rome. Alma profita de la marche tranquille pour pouvoir questionner Léa sur la chose qui lui tenait à cœur.

- Pourquoi à tu mentis à tes amis sur ce qu'il s'est passé dans les cellules ?

- Tout simplement parce qu'ils n'ont pas besoin de savoir que tu possèdes un pouvoir. Répondit sincèrement Léa.

- Mais pourquoi tu penses qu'il pourrait me faire du mal ?demanda Alma voulant comprendre la décision de la jeune femme.

- Non, mais comme je ne sais pas si après cette histoire tu resteras avec nous ou tu partiras, donc je préfère garder ceci secret pour le moment. Si tu décides de rester avec nous alors oui peut-être qu'a ce moment la je déciderais de leur en parler, mais pour l'heure, je garde cela pour moi. Répondit Léa en ne dévoilant pas toute la vérité.

Alma devant les mots de la jeune femme se mit à réfléchir. « Oui c'est vrai ça, que vais-je faire après. Devrai-je les suivre ou rester ici à Rome. » D'un coup, son objectif premier ainsi que la raison pour laquelle elle était restée auprès des jeunes gens, lui revins en tête. « C'est vrai aussi j'avais pour but de les voler mais... »Alma devait admettre que voler Léa lui était impossible, pourquoi elle ne le savait guère. Les deux autres cela ne lui poserait aucun problème et le ferais sans scrupule, mais pour Léa c'était autre chose. Elle ne pouvait pas. La petite blonde était la première personne à la respecter en tant qu'être humain. Même Alexandre quand il avait mis le plan en marche, avait bien préciser qu'elle était une voleuse alors que Léa non.

Alma se rendit compte que pour les quelques heures passer ensemble, elle commençait à s'attacher à Léa. Elle la respectait énormément et le faite de vouloir l'aidée, elle le faisait parce qu'elle en avait envie et non parce qu'elle y était obligé. Elle essaya de s'imaginer comment la vie pourrait se dérouler si elle restait auprès de Léa. Rien que le faite d'y pensée cela ne lui déplaisait pas. Mais pour l'heure elle décida de mettre cette pensée de cotés pour ce concentré sur leur objectif. La raison du mensonge de Léa, donnais une pointe de satisfaction à Alma même si elle savait que Léa ne lui disait pas toute la vérité. Pour elle c'était partager un secret avec la jeune femme. Une première pour la jeune femme brune qui n'avait jamais partager ce genre de chose avec qui que se soit.

La marche était redevenue silencieuse et les deux jeunes femmes arrivèrent au palais de l'empereur une demi-heure plus tard. Alma faisait passer Léa par l'arrière là où la garde était la moins présente. Arriver sur les lieux, elles se retrouvèrent devant un grand mur qui faisait pratiquement le tour du palais. Alma n'avait pas prévu ceci, elle avait oublié que la hauteur faisait pas loin de deux-mètres trente. Elle ragea en elle, car si elles l'escaladaient, les deux femmes se feraient rapidement repérer.

Léa voyant le comportement de sa jeune amie changer, se posta à ses cotés et posa une main tendre sur son épaule.

- Ne t'inquiète pas nous allons pouvoir monter sans se faire repérer et les arbres nous aidera à nous cacher. Dit-elle d'une voix calme.

- Mais comment ? Demanda Alma ayant perdu tout espoir.

- Garde espoir et regarde derrière toi. Dit Léa en devinant le mental de la jeune femme.

Alma se tourna et vit le loup derrière elle.

- Mais quand est ce...

- Il est avec nous depuis que nous sommes partis de la taverne. Il est tellement discret que tu ne l'as pas sentit. Dit Léa en souriant.

- Ça tu peux le dire. Dit Alma en souriant à son tour et d'un coup l'idée de Léa lui arriva en tête. Attends, tu as l'intention d'utiliser l'animal pour sauter sur le mur et aller dans les arbres c'est ça ?

- Exact c'est la meilleure solution pour le faire vite et bien. Répondit Léa avec toujours le sourire aux lèvres.

Léa était vraiment contente de sa partenaire. Elle savait qu'elle avait fait le bon choix de lui demander de l'aide à elle, car sa perspicacité ainsi que sa vision des chose faisait d'Alma une personne compétente dans ce genre de situation. Léa réalisait que la jeune femme était plus intelligente qu'Alexandre et plus agile que Laura. La petite blonde devait admettre que tout ceci n'était pas la raison principale de la présence d'Alma. Non la véritable cause de sa compagnie c'était que Léa avait l'impression d'être aux cotés de Nolan et cela la rassurait fortement. Léa se faisait violence pour ne pas prendre Alma pour Nolan.

Léa sortit rapidement de ses pensées quand le loup, lui donna un coup de tête contre sa main droite. La jeune femme sursauta et baissa rapidement son visage pour regarder l'animal.

- Oui, désolée on y va. Dit-elle en caressant le pelage doux. Monte la première sur son dos je passerai en second. Dit-elle à l'intention d'Alma.

- Quoi, tu es sûr ? Demanda cette dernière peu sur d'elle.

- Oui, comme cela tu pourras me prévenir s'il y a un danger. Ton instinct est plus éveillé que le mien, donc tu peux voir les obstacles bien avant moi. Expliqua la petite blonde.

Alma était ému, ce que venait de lui dire la jeune femme la toucha profondément. C'était la première fois qu'une personne avait aperçu ses qualités et qui lui faisait autant confiance. Sans rien dire et avec un simple hochement de la tête, la jeune femme grimpa sur le dos du loup.

Ce dernier prit un peu d'élan et sauta de tout son long sur le mur protecteur avant d'aller rapidement dans l'arbre le plus proche afin de cacher sa passagère. Une fois que cette dernière descendue, il en sortit pour aller chercher Léa avant de l'emmener à son tour aux cotés d'Alma.

L'arbre était suffisamment gros pour pouvoir loger les deux jeunes femmes. Ces dernières dans le plus grand silence, regardèrent tout autour d'elle afin de repérer les soldats. Elles en virent deux postés à la porte, un autre mobile qui faisait le tour du jardin.

- Bien comme prévus, il y a peu de gardien à l'arrière du bâtiment. Dit Léa en constatent qu'Alma avait raison.

- Oui, mais même s'ils ne sont que trois, cela risquerait d'être dure de passer. Tu as l'intention d'entrer par où ? Demanda Alma.

- Comme tout le monde par la porte. Dit simplement Léa.

- Quoi ? Mais tout à l'heure tu avais dit que tu rentrerais par effraction. Dit Alma sans plus rien comprendre.

- Non j'ai dit que je rentrerais en douce. Répondit Léa sérieusement.

- Oui bon appel cela comme tu veux, mais c'est la même chose. Dit Alma exaspérée.

Léa se mit à rire intérieurement. Elle ne comprenait pas pourquoi, mais la présence d'Alma lui donnait l'envie de s'amuser. Elle était contente, car jouer avec les mots marchait parfaitement avec Alma qui se faisait prendre. La jeune femme revint rapidement sérieuse et regarda son objectif.

- Je pensais pouvoir passer par les fenêtres, mais de ce que je peux voir, elles sont beaucoup trop haute. Même pour le loup cela reste impossible de les atteindre. Donc la meilleure solution c'est de passer par la porte. Expliqua Léa.

- Bien et comment compte-tu faire ? Car même si nous arrivons à entrer chose qui est peu probable, il reste encore à passer à travers les gardes qui se trouvent dans le palais. Dit Alma ne comprenant toujours pas ce que voulait faire la jeune femme.

- C'est exact, mais cela n'est pas un problème. Dit naturellement Léa en fouillant dans ses poches.

Quelques instants, plus tard la jeune femme en sortit une fiole ainsi que deux sarbacanes.

- Qu'est ce que c'est...

- Ça tu vois je l'ai élaborée avant de venir à Rome quand j'étais en train de chercher l'antidote. C'est un produit qui fait dormir quelqu'un pendant au moins deux bonnes heures. Répondit Léa en finissant la question.

- Houa ingénieux et tu comptes l'utiliser contre les gardes du palais. Dit Alma enjouée.

- Exact, à la base le produit avait été c**çu pour les soldats de Tamas, mais comme le plan à changer, je vais l'utiliser pour ceux de l'empereur.

- Bien jouer, comme cela nous n'aurons pas à nous battre et ça nous laissera deux heures pour trouver et parler à l'empereur. Conclut Alma impressionnée par la jeune femme.

Léa se mit à sourire en guise de réponse. « Elle est vraiment bien cette petite. Elle comprend tout d'un coup. » Se dit la jeune femme.

La petite blonde sans attendre donna l'une des sarbacanes à Alma ainsi qu'un petit sachet où était rangé les pics. Elle lui donna également la fiole qu'elle détenait dans les mains. Sans attendre, elle en sortit une seconde de sa poche, quand Alma commençait à se poser des questions.

- Bien nous allons pouvoir commencer. Je prends les deux hommes qui sont à la porte.

- Parfait j'avais celui qui était mobile dans ma ligne de mire. Dit Alma en prenant le plus difficile.

Une fois les hommes choisis les deux femmes trempèrent leurs pics dans le produit et l'introduisait dans leur armes. Léa en avait préparé un second afin de ne pas perdre de temps.

Dès que les deux jeunes femmes eurent leurs hommes en joue, elles soufflèrent fortement dans leur sarbacanes et les pics traversèrent l'air sans un son avant d'aller se loger dans le coup de leur victime. Léa sans attendre mit le second dans son armes et le projeta rapidement et ce dernier alla atteindre sa cible.

Les trois hommes sentir une petite piqure dans leur cou. Ils portèrent rapidement leurs mains à l'endroit, mais ne sentir rien. Aucun d'eux n'avaient remarqué que leurs compagnons avaient fait le même geste, et avait simplement pensée à un moustique. Car la période de l'année était propice à la présence de ses insectes.

Sous les instructions de Léa, les deux jeunes femmes entendirent une dizaine de minutes et quant-elles virent, les soldats s'effondrer, elles descendirent de leur perchoir, et s'avancèrent rapidement, mais sans un bruit, vers la porte. Léa l'ouvrit, et les deux femmes, entrèrent à l'intérieur pour commencer leur recherche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:29


CHAPITRE 31

Léa et Alma avaient pénétré dans le hall principal et c'étaient cachées derrière une grande statue qui représentait un dieu romain. La jeune femme blonde, laissa sa tête dépasser légèrement de son abris, et regardait tout autour d'elle afin de repérer d'autre gardes dans les environs. Quand elle remarqua qu'il n'y avait personne, Léa donna le signal à Alma d'avancer. Les deux jeunes femmes, commencèrent leur marche à travers le palais afin de trouver la chambre de l'empereur.

Elles avaient pris le couloir qui était situé à cotés de l'entrée. Les deux femmes faisaient bien attention de ne pas faire de bruit, car le palais était bien mieux gardé qu'autre chose dans Rome. Sans compté qu'il était si silencieux qu'un simple souffle pourrait se faire rapidement entendre.

C'était à pas de loup qu'elles avancèrent dans ce couloir sans fin. D'après les directives d'Alma, l'empereur logerait au second étage. Les deux femmes arrivèrent enfin au bout du couloir. À cet instant, Alma attrapa Léa par le bras et la colla à elle. Cette action inattendue, fit raidir la petite blonde qui se mit à rougir furieusement.

- Bouge pas ! Il y a deux gardes qui arrivent. Chuchota Alma en se concentrant sur eux.

Léa hocha simplement sa tête en guise de réponse. Elle n'en revenait pas de son propre comportement. Pourquoi rougissait t-elle ? Ce n'était autre qu'Alma et non Nolan. Mais pourtant, dès l'instant où son corps toucha celui de la jeune femme, elle se sentit autant en sécurité que si cela avait été Nolan.

Léa devait admettre qu'Alma la troublait. Sa ressemblance, lui faisait perdre ses moyens et quand Alma la touchait, la jeune femme blonde avait aussitôt l'impression que c'était Nolan. « Il faut que je me ressaisisse, sinon je risquerai de commettre un acte dont je me le pardonnerais jamais. » Ce dit elle en s'efforçant de reprendre le contrôle de ses émotion. Mais elle faillit tout perdre quand les yeux bleus d'Alma se posèrent sur elle.

Alma qui avait senti le corps de Léa se raidit à son contact, commençait à s'inquiéter et c'était mise à la regarder afin de savoir ce qu'il se passait.

La douceur des saphirs de la jeune femme brune, déroutait dangereusement Léa qui avec une grande force mentale n'avait pas réussit à se contrôler, elle aurait fini par se laisser aller dangereusement avec Alma. La petite blonde secoua sa tête afin de chasser ses mauvaises pensées. Cette action étonna grandement la jeune femme brune qui la regardait étrangement.

D'un signe de tête, Léa fit comprendre à Alma que tout allait bien. Sans en faire davantage, la petite blonde sortit sa sarbacane ainsi que le produit. Alma en voyant son amie faire, elle s'exécuta. Une fois leurs pics trempés dans le produit, elles visèrent silencieusement leurs cibles et dans un bel ensemble, les deux jeunes femmes soufflèrent rapidement dans leurs armes afin de libérer le petit objet qui alla se planter dans le cou des deux hommes.

D'un coup, une grosse touffe de poil arriva sans un bruit, pour aller à la rencontre des soldats afin d'amortir leur chute. Cette action empêcha une collision dure et sonore avec le sol en bloquant toute possibilité d'alerter les autres gardes. Les deux jeunes femmes lui en fut très reconnaissante. Sans attendre et aidée par l'animal, elles trainèrent les deux corps hors du couloir et les cachèrent dans des recoins sombres.

Léa savait qu'elles détenaient deux bonnes heures avant qu'ils ne se réveillent. Elle n'oublia pas ceux qui avaient déjà subit leur attaque quelques instants plutôt. La jeune femme fit activer leur recherche pour pouvoir profiter pleinement de leur temps qu'il leur resterait avec l'empereur.

Alma se rangea du côté de la jeune femme et la suivit sans protester avec le loup à ses cotés. Les deux amies entrèrent dans le couloir et partir sur la droite afin de pouvoir trouver les grands escaliers qui leur permettraient d'aller aux étages supérieurs.

Durant leur avancée, Léa et Alma avaient croisé une dizaine de soldats à qui elles faisaient subir le même sort qu'aux précédents. Au bout d'une bonne demi-heure de recherche, elles trouvèrent enfin le grand escalier. Sans attendre, les deux jeunes femmes entamèrent leur monté en faisant bien attention et en se partagent les tâche. Léa s'occupait de regarder vers le haut alors qu'Alma protégeait les arrières.

Une fois arrivée au sommet des marches du deuxième étage, elles s'arrêtèrent, car les deux jeunes femmes se retrouvèrent devant trois possibilités. Étrangement le niveau était particulièrement silencieux. Aucun signe de soldat ne se faisait sentir. Chose qui rendait les deux amies particulièrement nerveuses. Mais cela allait malgré tout les aider, car comme cela, elles allaient pouvoir prendre un peu de temps afin de retrouver la chambre de l'empereur.

Les deux jeunes femmes savaient qu'elle ne devait malgré tout pas trainer. Mais devant un choix si difficile, elles avaient beaucoup de mal à se décider. C'est le loup qui décida à leur place en partant le premier dans le couloir de gauche. Surprise, mais ne voulant pas faire de bruit, les deux femmes partirent à sa poursuite. L'animal s'arrêta et se retourna quand il arriva devant une immense porte.

- Hé bien je crois que notre ami vient de trouver ce que l'on cherchait. Chuchota Alma en souriant.

Léa laissa aussi son amusement apparaître sur son visage avant de reprendre son sérieux.

- Bien c'est l'heure de vérité. Dit-elle en soufflant le stresse qui commençait à monter.

- Oui soit il nous écoute, soit on finit dans les cachots. Finit Alma dans le même état que la jeune femme.

Dans un signe de tête simultané, Léa entreprit d'ouvrir délicatement la porte de la chambre. Par bonheur cette dernière ne grinça pas et les deux femmes suivit de l'animal, entrèrent pleinement dans la chambre sombre. Une fois la porte refermé avec la même douceur, les deux amies se dirigèrent vers le lit de l'empereur là où l'homme dormait à point fermé.

Une fois les deux femmes arrivées à son niveau, Léa entreprit de réveiller le chef du pays avec la plus grande prudence. D'une main tremblante, elle commença à secouer le corps étendu de l'homme. Ce geste ne donna aucune réaction de la part de la personne. La jeune blonde recommença son action en le secouant un peu plus fortement tout en l'appelant.

D'un coup, l'empereur se réveilla en sursaut et dans un rapide mouvement, attrapa son épée qui était située à sa tête de lit, et la brandit devant Léa avec la pointe contre sa gorge. Cette dernière se pétrifia durant quelques secondes avant de reprendre le contrôle de son corps.

- Comment osez-vous pénétrer dans le palais royal et réveiller l'empereur. Les assassins et les voleurs, je les fais crucifier ! Gronda violemment l'empereur.

- Non attendez empereur ! Nous ne sommes ni des assassins ni des voleuses. Nous sommes simplement venues pour vous parler ! Dit précipitamment Alma en voyant Léa en danger.

- Hé vous croyez que je vais vous croire ?! En général les personnes qui veulent me parler, me demande une audience et cela ce fait en pleine journée, et non pendant mon sommeil en rentrant en douce chez moi ! Dit l'homme en sortant de son lit sans pour autant détacher son arme de la gorge de Léa.

- Elles vous dit la vérité empereur. Si nous sommes venues vous voir durant votre sommeil, c'est justement pour ne pas nous faire prendre par certaines personnes qui sont en dehors du palais. Essaya cette dernière.

- Hé vous pensez que votre histoire tient la route ?! Bon allez, assez jouer ! GARDES ! S'écria l'homme.

- Non attendez ! Nous sommes venues vous prévenir de la traitrise d'un seigneur de guerre prénommé Tamas ! S'écria instantanément Alma.

D'un coup la fureur de l'empereur se changea en curiosité.

- Tamas avez-vous dit ? Et pourquoi me trahirait t-il alors qu'il est simplement venu participer aux jeux ?

- Justement ceci n'est qu'un leurre empereur. Tamas je le connais suffisamment pour vous dire qu'il ne s'intéresse en aucun cas à ces jeux. Répondit Léa.

- Ah oui, mais pourquoi serai t-il venu à Rome alors ? Demanda l'empereur d'une voix semi-amusée.

- Pour vous tuer empereur, c'est la raison de notre visite ce soir. Répondit Alma.

- Me tuer ? Dit l'empereur en rigolant. Mais c'est impossible. Dit t-il joyeusement, puis tout en écartant les bras, il continua. Je détiens la plus grande armée du monde. Son sourire s'effaça et laissa la colère prendre la place. Vous avez faillis me tromper avec votre histoire, mais ça ne prend pas. Dit l'homme amèrement.

Avant que les jeunes femmes ne puissent dire quoi que ce soit, la porte de la chambre s'ouvrit en grand et quatre soldats pénétrèrent dans la pièce.

- Mettez ses impertinentes aux cachots. Je verrai demain ce que je ferais d'elles. Ordonna l'empereur en colère.

- Non ! Empereur ! Écoutez-nous, nous n'avons pas fini. S'exclama Léa.

- Assez ! Emmenez-les hors de ma vue ! Ordonna durement l'homme.

Les quatre soldats attrapèrent les deux femmes et commencèrent à les emmener hors de la chambre.

- Tamas détient une armes dont vous ne pourrez jamais faire face, même avec un millier d'hommes ! Cria Léa !

Cette phrase interpela l'empereur qui devint d'un coup attentif à ce que disait la jeune femme.

Alma qui comprit de quoi parlait Léa suivit cette dernière.

- C'est vrai et je peux le prouver. Dit Alma sérieusement.

- Ah oui ?! Une arme dont aucun homme ne pourrait arrêter ? Je demande à voir. Fit l'empereur en faisant signe à ses hommes de relâcher Alma. Bien jeune fille, montre-moi ça et si tu dis vrai, je vous écouterais, mais si tu mens, je te tue, toi et ton amie ici dans cette pièce. Menaça l'empereur.

- Bien mon seigneur, alors je vais vous montrer. Commença Alma en s'écartant légèrement du soldat.

Alma fit le tour de la pièce avec son regard et tomba sur un vase d'un bonne grosseur et hauteur.

- Vous me voyez empereur, je ne bouge pas et mes mains sont vide. Dit la jeune femme en mettant ses membres en l'air. Maintenant regardez bien le vase rouge qui est à l'autre bout de la pièce.

Instinctivement, l'empereur s'exécuta et regarda l'objet en question. D'un coup le vase se mit à voler et à la seconde d'après, il explosa en mille morceaux. L'empereur ainsi que les soldats, se mirent à sursauter.

- Voilà de quoi Léa veut vous parler. Tamas détient une personne qui possède le même pouvoir que moi.

- Attendez, vous avez lancé un truc là ?! C'est impossible sinon. Demanda l'empereur sans voix.

- Non, empereur Alma n'a rien lancé du tout. Elle à un pouvoir qui lui permet de faire ceci, et Tamas, détient cette même chose, mais nous pouvons vous aider à l'arrêter. Répondit Léa.

L'empereur, ne savait pas quoi penser. C'était la première fois qu'il voyait un tel phénomène. Il demanda à ses hommes s'ils avaient vu Alma bouger ou faire un geste pour détruire le vase, mais ces derniers lui affirma que non.

- Vous nous croyez maintenant. Dit Alma sereinement.

L'empereur se mit à soupirer tout en réfléchissant. Trois autres soupire plus tard, il ordonna à ses hommes de relâcher les deux femmes et d'allumer les bougies de sa chambre. Une fois tout ceci fait, il invita les deux jeunes femmes à s'assoir dans son salon privé et une fois tout le monde bien assit, la discussion pouvait enfin commencer sérieusement.

- Bien, alors je vous écoute.

- Voilà nous allons faire simple, nous avons une amie qui s'appelle Nolan et qui détient ce fameux pouvoir. Tamas l'a enlevée avant de venir à Rome, et compte l'utiliser durant le tournoi, afin de vous tuer pour pouvoir monter sur le trône à votre place.

- Très bien, donc votre amie détient le même pouvoir que vous Alma. Dit l'empereur afin de mieux comprendre.

- Oui et Tamas veux l'utiliser comme arme. Répondit Alma.

- D'accord, mais pour votre amie, comment ce fait-il qu'elle ce soit fait capturer si elle détient un tel pouvoir ? Demanda l'homme afin de mieux concevoir le sujet.

Léa se mit à soupirer tristement et répondit.

- C'est simple, Tamas a réussi à concevoir un produit qui lui permet de la contrôler.

- Intéressant. Fit l'empereur pensivement.

- Mais pour ma part, je détiens l'antidote qui permettra de libérer mon amie.

- Je vois je vois. À tout bien réfléchir, la réputation de Tamas m'était parvenue aux oreilles et j'étais grandement surprit de le voir me demander une participation au tournoi. Dit l'empereur en réfléchissant.

- Oui, car d'après les rumeurs, Tamas déteste ce genre de manifestation. Dit Léa.

- C'est exacte. Il avait refusé plus d'une dizaine de fois quand je lui avais proposé de se joindre à nous. Dit l'empereur calmement. Bien,alors jeunes filles, pourquoi venez-vous me prévenir aux risques de vous faire tuer. Dit-il aux deux amies avant de se tourner vers Alma. Et pire, j'aurai très bien pu vous capturer à mon tour et de me servir de vous comme d'une arme. Finit l'empereur.

- Je n'ai pas peur de la mort où encore de me faire utiliser, surtout si c'est pour sauver une amie. Dit Alma avec sang froid.

- Oooh, j'aime ton regard et ta franchise. Tu es pleine de détermination j'aime ça. Dit l'empereur de plus en plus amusé par les deux jeunes femmes.

- Ce que l'on veut pour notre part, c'est libérer notre amie et rentrer chez nous. Fit Léa. Nolan est contre tout ça et je la connais suffisamment pour vous dire qu'elle sera de notre coté si notre plan fonctionne.

- Oh intéressant. Vous avez même mit un plan au point afin de libérer votre amie. Hé je suppose que je fais partit de votre plans. Fit l'empereur vraiment très amusé par le comportement des deux jeunes femmes.

Alma et Léa secouèrent leurs têtes un peu honteuses d'utiliser le chef de Rome pour leurs fins personnelles.

- Très bien jeune fille, j'accepte de faire partit de votre plan. Alors, je vous écoutes en plus, vous m'amusez énormément. Cela faisait longtemps que je n'avais pas passé un moment aussi agréable.

Les deux jeunes femmes se regardèrent surprises et ne purent empêcher leur joie se former sur leur visage.

- Merci empereur.

Sans attendre Léa expliqua ce qu'elle voulait faire. Elle voulait retourner le plan de Tamas contre lui-même et c'était la raison de leur présence. Au point de compromettre leur liberté. Léa prit le risque d'expliquer à l'empereur ce qu'elles avaient fait dans la soirée. En passant par leurs compagnons qui étaient entrés en douce dans le Colisée, afin de pouvoir trouver l'emplacement que Tamas pourrait probablement utiliser. La place parfaite où le seigneur de guerre pourrait tout voir sans être gêné. La jeune femme expliqua son intrusion avec l'aide d'Alma dans les cellules du Colisée pour pouvoir trouver la liste des participants ainsi que l'ordre de passage.

L'empereur durant le récit, était fasciné par ses deux petits bouts de femmes, qui avaient réussi à pénétrer dans le deuxième bâtiment le plus garder de Rome, sans ce faire prendre. Il ne disait rien et laissa parler la jeune femme blonde afin d'en apprendre encore plus sur le plan prévu.

Léa expliqua également que grâce à la liste, elle avait su quand Nolan allait passer. La jeune femme rapporta que l'évènement allait avoir lieu au quatrième combat. Léa expliqua également, qu'elle voudrait si cela était bien sûr possible, qu'un grand nombre de gardes de l'empereur se mettent en civile. Léa expliqua, qu'elle voulait que les soldats se placent dans les gradins tout autour de l'arène, dans des endroits différent, pour pouvoir couvrir le plus grand nombre d'angles et de sorties, afin d'empêcher la fuite du seigneur de guerre, quand le moment viendra. Car quant-il comprendra que son plan aura été découvert au moment où Nolan ne touchera pas à la cible prévue, le seigneur de guerre prendra immédiatement la fuite. Léa continua son explication en précisant bien que si tout se passait vraiment comme elle le pensait, l'empereur n'aura qu'à aller capturer Tamas lui-même et en faire ce qu'il voudra après.

L'empereur écouta attentivement le plan de la jeune femme. Il était vraiment très impressionné et devait admettre que la petite machination, était assez amusante et décida d'accepter.

- Je vous remercie mon seigneur, mais j'aurais une dernière requête à vous soumettre. Demanda poliment la jeune femme blonde.

- Vas-y mon enfant. Mais dit moi, avant d'écouter ta demande, pourrais-je avoir ton prénom. Celui de ton amie je l'ai appris grâce à toi, car tu l'avais appelée mais le tient je ne le connais pas. Dit gentiment le chef.

- Léa empereur. Je me nomme Léa.

- Oooh, Léa c'est un bien joli prénom, mais c'est romain cela, non ? Demanda l'empereur curieux qu'une Grecque possède un prénom romain.

Léa fut surprise de ce que l'homme venait de dire et ne sut quoi répondre.

- Mais c'est vrai, je ne l'avais pas remarquer. Léa c'est Romain. Fit Alma vraiment surprise.

- Dit moi jeune fille tes parents sont t-ils Grecs ?

À cette question Léa ne su quoi répondre. Elle avait été séparer de ses parents, assez jeune. Elle n'avait malheureusement plus beaucoup de souvenir et encore moins de savoir d'où ses parents pouvaient venir.

- Je ne sais pas. Ça fait des années que je n'ai pas vu mes parents et la dernière fois que je les ai vue j'avais cinq ans. Répondit Léa d'une voix semi-tremblante.

- Ah bon, mais que sont-il devenu ? Demanda l'empereur curieux du passé de la jeune femme.

Pour cette deuxième question, Léa devint triste chose qui n'échappa à l'empereur et Alma.

- Je suis désolé je pose des questions indiscrètes.

- Non, non mon seigneur. C'est simplement que je ne sais pas si mes parents sont toujours vivant et s'ils sont toujours au même endroit. Mais si c'était le cas pour les deux, c'est Tamas qui les détient.

- Comment ça, tu veux dire que tes parents sont esclaves de Tamas c'est bien ça ?! Demanda l'homme de plus en plus curieux.

La jeune femme blonde hocha simplement de la tête en guise de réponse.

- Et toi pourquoi tu n'es pas avec eux ?

La question suivante fit trembler Léa elle savait que d'une manière ou d'une autre la vérité allait se savoir sur ce qu'elle était vraiment. Elle se dit que quitte à être enfermée, elle préférait le faire là où Nolan était et décida de se jeter à l'eau. L'interrogation faite par l'empereur intéressait Alma, car elle aussi voulait savoir d'où Léa venait, car il y avait beaucoup de questions en suspend vis-à-vis de la jeune femme, et surtout l'histoire de son prénom qui était Romain, cela l'intriguait énormément.

Léa se mit alors à raconter à l'empereur ainsi qu'à Alma tout en détail sur elle, et sur ce qu'elle connaissait du passé de Nolan. Leurs vies d'esclaves auprès des deux horribles seigneurs de guerre, de ce qu'elles avaient vécu chacune de leur coté auprès de leurs maitres, leur fuite et la poursuite de Tamas afin de libérer ses parents.

Alma se retenait de pleurer. Tout ce que son amie racontait, la touchait particulièrement. Elle n'en revenait pas du parcourt fait pas Léa et que cette dernière puisse rester solide avec ce lourd passé.

Léa sentit une peur monter quant-elle vit la lueur du regard de l'empereur changer, quand ce dernier comprit que la jeune femme et Nolan étaient en faite, des anciennes esclave en fuite.

Durant tout le récit de la petite blonde, l'homme sentit une colère immense l'envahir. Pas à cause du faite que les deux jeunes femmes soient des esclaves en fuite, mais pour ce qu'elles avaient subi. Lui qui était un empereur loyal et droit même avec ses propres esclaves. L'homme ne tolérait pas, les violences corporelles de toutes sortes et encore moins faite sur une femme.

L'empereur se promit de faire subir à Tamas toutes les souffrances que Léa avait subit par sa faute. « Si ce maudit seigneur de guerre n'avait pas capturé cette famille, cette enfant n'aurait jamais vécu d'horrible moment. » Ce dit l'empereur. En voyant la jeune femme prendre peur, l'homme se radoucit en devinant qu'il était le responsable. Se sentant coupable de l'horrible voyage dans le temps que la jeune femme venait de faire, il décida de changer de sujet et de revenir sur la demande que Léa allait lui faite avant ce dérapage.

Cette dernière rassurée de voir que sont passé d'esclave ne lui sauta pas à la figure, décida d'accepter l'offre du chef et se lança.

- Voilà, je voudrais aller voir mon amie dans le Colisée ce soir même, afin de lui expliquer le plan prévu. Enfin ci cela était possible. Demanda Léa avec politesse.

- Ce soir ? Demanda l'empereur surprit.

- Oui ce soir c'est possible ? Demanda Léa avec appréhension.

L'homme se mit à réfléchir calmement tout en regardant les deux jeunes femmes qui étaient face de lui. « Pourquoi pas, cette jeune femme a été capturée pour des fins personnels et j'aime pas trop ça. De plus, ses deux jeunes femmes sont particulièrement gentille. » Se dit l'empereur.

- C'est d'accord. Pour plus de sécurité deux gardes vous accompagnerons. Fit l'homme en se levant.

- C'est vrai ! Merci infiniment mon seigneur. Dit joyeusement Léa en se levant à son tour.

L'empereur se mit à rire devant l'enthousiasme de la jeune femme, et conduisit les deux amies à la porte principale en demandant à deux de ses hommes de les accompagner au Colisée. Après un au-revoir chaleureux, Alma et Léa se dirigèrent en direction du bâtiment.

La marche était silencieuse, mais Alma décida de rompre tout ceci.

- Je suis désolée pour toi. Tu as vécu tellement de chose horrible que je n'arrive pas à me faire à l'idée que tu puisses être aussi gentille après tout ça. Dit tristement Alma.

- Merci, mais ce n'est pas moi qui en à subit le plus c'est Nolan.

- Ah oui ?! Fit Alma surprise.

- Oui son pouvoir lui a fait défaut un bon nombre de fois. Quand je l'ai connu comme je l'ai dit tout à l'heure, elle a été utilisée comme arme et ne connaissait rien de la vie. Depuis que je suis avec elle, et je ne te raconte pas qu'il m'a fallu bien du courage, car je lui ai appris ce que c'était les sentiments humains et autre. J'ai peut-être souffert physiquement et mentalement, mais Nolan en a souffert encore plus que moi. Expliqua Léa calmement.

- Hé bien, vous êtes si courageux toutes les deux, je n'en aurais pas fait autant. Dit Alma impressionnée.

- Je ne sais pas. Je me dis que tu caches beaucoup de chose en toi. De toute façon c'est normal nous nous connaissons que depuis peu, mais quelque chose me dit que tu as beaucoup souffert toi aussi. Dit Léa.

Alma restait bouche bée. Comment Léa avait-elle fait pour deviner ce qu'il se passait dans sa tête. Alma qui se croyait invulnérable et infranchissable, dût admettre que la jeune femme l'avait percé à jour. Ne sachant pas ce qu'elle allait faire après l'histoire de Tamas, Alma préféra ne rien dire et décida de ne plus poser de question sur le passé pour ne pas que le sien soit révéler, si elle devait un jour se séparer de Léa.

Le restant de la marche retourna dans un silence de plomb jusqu'à que ce dernier soit rompu par l'un des soldats quant-ils arrivèrent au Colisée. Les deux jeunes femmes retenaient un fou rire quand la scène avec les chevaux et les soldats qui gardaient la portes d'entrée, leur était revenue en tête. Les hommes se parlèrent entre-eux et quand ceux qui étaient devant l'entrée des cellules s'écartèrent afin de laisser entrer. Les deux jeunes femmes suivirent leurs escortes qui les emmenèrent en direction de la porte des gardes.

Alma à la vu de ses derniers, se retint de nouveau de rire en les voyant couvert de bleus au niveau du visage. Léa regardait la jeune femme du coin de l'œil amusé en se souvenant de ce que son amie leur avait fait subir. Quand les soldats s'arrêtèrent, devant une grosse porte blindé, Léa se raidit. « Non c'est pas possible... » Ce dit la jeune femme « nous sommes passé à coté. » Ne voulant pas montrer sa surprise aux hommes même si l'empereur lui-même était au courant, Léa resta calme et attendit. Les soldats qui gardaient la cellule de Nolan était les hommes de l'empereur qui avait pris le relais au homme de Tamas à la tombée de la nuit.

Par plus de sécurité, tous les soldats avait sortie leur épée avant que la porte ne s'ouvre.

- Mais pourquoi faite vous ça ? Elle n'est pas méchante. Dit Léa surprise du comportement.

- Ce n'est pas d'elle que nous nous méfions mais de Tamas, car s'il parvenait à savoir que vous êtes là, il vous tuera. Expliqua l'une des soldats.

- Oui l'empereur nous à bien avertit que rien ne devait vous arriver à toute les trois. Finit un autre.

Léa comprenant la situation, accepta et laissa les hommes agir à leur guise. Au signal de l'un d'eux, le garde qui se trouvait à coté de la porte blindée, passa sa clé dans la serrure et la tourna. Quand le signale de l'ouverture de la porte sonna, l'homme tira doucement la porte lourde. Cette dernière s'ouvrit dans un grincement sourd et quand elle fut suffisamment ouverte pour laisser un humain entrer, Léa se faufila seule à l'intérieur à la recherche de Nolan.





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:30

CHAPITRE 32

Léa était restée au seuil de la porte, pour pouvoir laisser ses yeux s'habituer à l'obscurité de la cellule quand ceci fut fait elle commença à entrer. Mais Alma l'arrêta avec une main posée sur son épaule. Surprise Léa se retourna.

- Tient prend cela. Tu vas en avoir besoin, car nous allons refermer la porte pour plus de sécurité. Dit-elle en lui donnant une torche.

Léa accepta le tout, puis, regarda Alma sortir de la cellule. La porte se referma lourdement dans un bruit sourd, avant de se verrouiller à double tour, et de laisser la jeune femme blonde seule dans cette grande pièce sombre.

Léa ne comprenait pas pourquoi elle se sentait aussi nerveuse et pourquoi son cœur battait aussi fortement. Elle ignorait si cela était, dût à la peur, ou à de l'excitation liée aux retrouvailles avec Nolan. Tout ce qu'elle savait, c'était que tout son corps, réclamait sa présence.

Afin de laisser son stress s'envoler, Léa ferma les yeux et souffla un grand coup. Une fois calmée, la jeune femme tenait fermement la torche dans sa main droite et se lança. Pour ne pas perdre de temps, Léa fit un tour sur elle-même avec beaucoup de lenteur afin de pouvoir repérer une masse sombre. Elle ne vit rien aux quatre coins de la pièce, par contre, une chose qui était au centre de la cellule l'interpella. C'était la première fois qu'elle voyait ce genre de chose dans un tel endroit. Une pierre d'une largeur de trois hommes et de quatre en ce qui concernait la hauteur était posée.

Léa se demandait comment elle avait fait pour ne pas la voir, alors que l'objet prenait pratiquement toute la pièce. C'était un bruit de métal venant de derrière la pierre qui arrêta son questionnement. Sans attendre, elle se dirigea vers la source du son avec le cœur battant fortement dans sa poitrine. Quant-elle arriva devant Nolan, Léa en voyant son état cru défaillir. La jeune femme brune était attachée aux quatre membres ainsi qu'au cou par des fers et de la même manière que dans l'écurie du château de Baphein. Avec sa tête baissée et tournée sur le coté, ainsi que ses bras lâche posés contre son corps, donnait l'impression qu'elle était morte. À travers la lumière jaunâtre de la torche, Léa pouvait voir les bleus et le sang qui recouvrait le corps de son amie.

La jeune blonde était comme statufiée devant cette vision d'horreur. Ce qu'elle remarqua également, c'était que Nolan avait les yeux fermés, malgré sa présence. Cela n'était pas normal et loin de ses habitudes. Ne pouvant plus supporter le corps meurtrie de la jeune femme brune, Léa s'écarta d'elle et repartit vers la porte blinder. Elle frappa dessus et quelque instant plus tard, cette dernière s'ouvrit et l'un des soldats de l'empereur se posta devant.

- Vous avez déjà fini ?! Vous avez fait vite. Dit l'homme étonné de revoir la jeune femme aussi rapidement.

- Heu non, mais j'aimerai un petit service. Serai t-il possible d'avoir de l'eau et du tissu s'il vous plait.

L'homme surpris de la demande, ne réagissait pas, mais suite à l'intervention d'Alma, il accorda la demande de la jeune femme et partit dans la salle des gardes. Il revint quelques minutes plus tard et donna le tout à Léa. Cette dernière remercia les deux personnes avant de repartir à l'intérieur de la cellule. Alma se mit à soupirer de contentement et aida le soldat à refermer la porte de la cellule.

Léa était arrivée auprès de Nolan quand la pièce était redevenue sombre. Elle remercia silencieusement Alma de lui avoir fourni la torche qu'elle posa sur le sol.

Elle faisait suivre les torchons et le bocal d'eau en les mettant sur sa droite avant de se mettre à genoux et de poser ses fesses sur les talons. Tout en faisant cela, Léa ne quitta pas le visage blessé de son amie. Elle lutta fortement contre une monté de larmes qui menaçait d'apparaître. La jeune femme ferma les yeux et se mit à expirer, puis, à souffler doucement dans un son à peine auditive, pour pouvoir reprendre le contrôle de ses émotion. Quant-elle y arriva, Léa les rouvrit et attrapa un bout de tissu. Elle le trempa dans l'eau fraîche qui était à ses cotés, et c'était dans un mouvement délicat, qu'elle le porta au visage de son amie.

Devant ce geste, Nolan sursauta violemment et ouvrit les yeux. La vision qu'elle avait, la transforma en une statue vivante. Léa, sa chère Léa était assise là, devant elle. Nolan n'arrivait pas à savoir si cela était un rêve ou la réalité. Elle leva une main tremblante et l'approcha doucement du visage de la jeune femme. En la voyant faire, Léa comprit que Nolan était en plein doute. La jeune blonde attrapa alors tendrement la main de son amie, et l'approcha de son propre visage. Tendrement, elle posa la paume contre sa joue. La jeune blonde pencha la tête afin d'affermir le toucher. Devant cette action, Léa ne put laisser ses yeux ouvert et les fermèrent afin de sentir, d'avantage la peau de son amie sur la sienne.

Nolan au contact se mit à sursauter.

- Tu...tu. L'émotion qui commençait à s'emparer d'elle, lui coupa complètement la parole et ne put sortir un mot de plus.

- Oui Nolan, je suis là. Je suis venu te chercher. Dit Léa d'une voix douce et chaleureuse.

Le son de la voix de la jeune blonde fit comprendre à Nolan que tout ceci était bien réel et non un rêve. Tout son corps se mit alors à trembler de bonheur. D'un coup, elle baissa sa tête et laissa ses larmes la submerger. Sentant le mouvement de son amie, Léa ouvrit ses yeux. Son cœur se serra à la vue des grosses larmes de Nolan.

- J'ai....j'ai prié tou...tout les...les jo...jour pou...pour pouvoir te...te v...voir. Commença Nolan entre ses sanglots. De...depuis que...que je...je me suis fait en...enlever, je...je n'ai pen...pensé qu'à toi. Je vou...voulais te...te revoir et je....ses pleures était si puissant qu'elle ne pouvait pas continuer à parler. Tout son corps tremblait au rythme de l'émotion qui la ravageait.

Léa avait le cœur si serrer, qu'elle était obligée de se mordre la lèvre pour ne pas partir en sanglot. Elle serra doucement la main de son amie afin de lui donner le courage de continuer. Nolan posa sa main libre sur son propre cœur. Les chaine qui la retenait était d'une assez bonne longueur et lui permettait malgré tout de bouger les membres.

- Grâ...grâce à...à t...toi, mo...mon cœur ba...bat, mon esprit est...est e...en paix.

Nolan s 'arrêta et se mit à souffler fortement afin de dissiper la tension qui la possédait. Une fois libérer, elle releva la tête et poursuivit le cœur plus léger.

- Je...je veux être avec toi. Passer ma vie à être auprès de toi. Durant toutes les séances de tortures de Tamas, mon esprit était constamment tourné vers toi. Mon cœur, mon corps et mon âme, sont restés en vie avec l'espoir de te voir, et te dire tout ce que j'avais sur le cœur. Depuis que nous nous rencontrer, il y a beaucoup de choses qui ont changés vis-à-vis de moi. Je prenais tout cela pour de la sorcellerie, mais je me trompais. Je me suis rendu compte qu'en faite c'était moi qui changeais. Grâce à toi, je connais maintenant ce que c'est qu'être un être humain avec des sentiments. Longtemps je me suis battu avec Alexandre pour toi, parce que je ne supportais pas quand il t'approchait de trop près. Je me suis toujours demander pourquoi, mais en faite la réponse est tellement simple, j'étais tout simplement jalouse de lui, car il arrivait à faire ce que moi je n'arrivais pas. J'ai longtemps pensé que la gentillesse, la douleur, la tristesse et surtout l'affection, était de la faiblesse, mais encore une fois je me trompais. Grâce à toi j'ai pu comprendre où était mes erreurs.

Nolan s'arrêta une nouvelle fois et se remit à souffler afin de libérer les toutes dernières tensions. Pour la première fois, depuis le début de son discourt, elle leva sa tête. Léa écarquilla les yeux quand elle vit les saphir remplient de larmes et briller de mille feux. Le regard de Nolan transmettait pour la première fois, tous les sentiments qu'elle avait pour la jeune femme.

- Maintenant j'arrête de me mentir sur ce que je ressens pour toi. J'ai toujours voulu ignorer ce que c'était, mais quand je l'ai compris, je n'ai pas su y mettre un mot. Mais depuis que je suis séparé de toi, j'ai enfin pu dire ce que c'était.

Nolan s'arrêta une autre fois et se mit à expirer puis souffler doucement afin de se donner du courage.

- Léa je...

Nolan put à peine commencer sa phrase, que de douce lèvres vinrent se poser sur les siennes. Devant l'action inattendue, elle ne sut quoi faire, car tout ceci était étranger pour elle. Mais cette fois ci au lieu de se poser des questions, Nolan décida de laisser les chose se faire naturellement.

Les tendres lèvres de Léa commencèrent à faire de doux vas et viens contre celle de Nolan qui étaient immobiles. Cette dernière voulant répondre au geste tendre, décida d'imiter son amie. Le baisé qui était très indécis au départ, continua dans une grande confiance. Les deux jeunes femmes laissèrent leurs sentiments prendre le dessus, et le baiser devint rapidement naturelle. Nolan un peu hésitante, posa ses mains au niveau de la taille de la jeune femme, qui elle, passa ses bras autour du cou de son amie.
Voulant donner plus d'assurance à Nolan, Léa se rapprocha d'elle et fini par la coller. Instinctivement, Nolan dans une étreinte naturelle, sera ses bras autour de la taille de la jeune femme, afin de sentir davantage le petit corps contre elle. Le baisé était parti dans un mouvement tendre et remplis de sérénité. Leur corps et leur âmes, petit-à-petit se rapprochèrent pour ne former plus qu'un. Afin d'approfondir un peu plus le baiser, les deux jeunes femmes inclinèrent leur tête et la fusion de leur deux êtres se firent à la perfection. Leurs gestes se faisaient dans une parfaite harmonie. Le monde tout autour d'elles s'effacèrent lentement et les deux nouvelles amantes partirent dans un monde inconnu où elles purent enfin découvrir le bonheur à l'état pur.

Tendrement et dans un bel ensemble, les deux jeunes femmes rompirent le baiser et s'écartèrent légèrement. Leurs cœurs battaient fortement dans leurs poitrines, et leurs corps se mirent à trembler légèrement. Aucune des deux ne purent empêcher le sourire radieux se dessiner sur le visage. Toutes les deux pouvaient voir la sérénité inscrit sur la figure de l'autre.

- Moi aussi je t'aime. Dit Léa dans une voix à peine auditive.

Devant ses mots, le cœur de Nolan manqua un battement. Une petite rougeur s'empara de ses joues et avant de reprendre les lèvres de la jeune femme contre les sienne, elle prononça ses derniers mots.

- Moi aussi je t'aime Léa.

Le baisé les renvoyèrent dans leur monde où leur amour commençait à se mettre en valeur. Contrairement à la première fois, ce dernier était encore plus doux et plus tendre. Aucune des deux jeunes femmes ne ressentaient de la peur ou de l'hésitation. Tout était naturelle.

Le baisé se finissait au bout de quelques instant. Sans dire un mot. Léa se détacha de Nolan et attrapa le morceau de tissus qui était tombé dans la bassine d'eau. Elle l'essora bien et entre-pris ce qu'elle était en train de faire. L'esprit apaisé, Nolan se laissa faire. Elle ferma les yeux pour apprécier la fraicheur de l'eau qui radoucissait son corps meurtri et brulant. La jeune femme faisait bien attention à ne pas faire de mal à son amie. C'était avec une grande tendresse qu'elle nettoya les plaie et le sang sécher. Au bout de dix minutes, Léa finissait ses soin et se mit à regarder Nolan avec amour et bonheur alors que celle ci, en faisait tout autant.

Aucune des deux ne voulait interrompre ce moment précieux, remplis de bonheur, mais elles savaient que le temps était compté. C'était Nolan qui décida de rompre ce moment, car elle était assez curieuse de savoir, comment la jeune femme avait fait pour venir dans la cellule.

Léa lui expliqua alors tout en détail. Depuis leur arriver à Rome et ce qu'ils avaient fait avec Alexandre et Laura dans la soirée. Elle expliqua aussi sa visite chez l'empereur et que c'était suite à cela qu'elle avait pu venir le voir.

Nolan était sans voix de voir comment la jeune femme c'était démener pour la retrouver afin de la sauver. Elle était également très impressionnée. D'entendre que ses amis avait réussi à comprendre les intentions de Tamas sans en avoir eu un seul écho.

Léa c'était mise à rougir devant l'étonnement de la jeune femme brune. Elle avait compris que sa façon d'agir l'avait particulièrement impressionnée. Nolan ressentait une forte estime envers la jeune femme blonde, car elle risquait sa propre vie pour elle. Léa voulait parler d'Alma à Nolan mais ne savait pas comment si prendre.

- Heu Nolan, je voudrais te parler de quelque chose.

- Oui de quoi ? Cette dernière était surprise de voir la jeune femme hésiter autant, alors qu'habituellement elle n'avait jamais de mal à parler.

- Hé bien voilà... Léa s'arrêta et se dit que la meilleure façon de parler d'Alma était encore de la montrer. Bon attend je reviens. Dit-elle avant de se lever pour se diriger vers la porte.

Nolan bouche bée de l'action inattendue de la jeune femme et ne put que hocher la tête en la regarder partir. Léa arrivée devant la sortie, elle frappa à la porte. Quelque minutes après, cette dernière s'ouvrit et la personne convoitée se présenta devant elle.

- Tu veux sortir ? Demanda Alma.

- Heu non pas encore, mais je voudrais que tu viennes avec moi. Je voudrais te présenter Nolan. Toi qui voulais la voir c'est l'occasion.

- Mais je croyais que tu voulais le voir toute seule. Dit Alma fort étonnée par la demande de Léa.

- Ce que nous devions nous dire, viens juste d'être fais, mais là, je vais mettre Nolan au courant du plan et comme tu fais partis de l'équipe, il est normal qu'elle te connaisse. Dit Léa en attrapant la main d'Alma et en la forçant à entrer. Nous avons presque finis. Dit-elle à l'un des gardes qui était derrière Alma.

Cette dernière sous les mots prononcés de la jeune femme ne su quoi dire. « Parti de l'équipe. » Se redit-elle. Alma répéta plusieurs fois la phrase dans la tête et trouva que cela sonnait juste et bien. Elle était vraiment amusée par Léa, qui ne lui avait pas vraiment laisser le choix de venir avec elle. C'était avec le sourire aux lèvres, que Alma se laissa trainer auprès de Nolan.

Arrivé devant celle ci, Alma se transforma en statue vivante. Nolan en fit tout autant. Les deux jeunes femmes se dévisagèrent mutuellement avec une lenteur jamais vu chez eux auparavant. Léa avait pressenti la réaction de ses deux amies et décida de ne rien dire.

- Bon sang ! Commença Alma. Je comprends pourquoi tu m'as prise pour elle, elle est mon reflet. Fit Alma abasourdit par la situation.

- Nolan je te présente Alma. C'est grâce à elle que j'ai pu venir ici et faire tout ce que nous avons fait ce soir. Dit Léa.

Nolan qui était toujours sous le choc de la ressemblance, ne put que hocher la tête. La réaction de la jeune femme, fit éclater de rire Alma.

- Je suis désolée mais la scène est vraiment délirante. Jamais je n'aurai pu croire qu'une personne puisse me ressembler de la sorte vous avez vraiment raison on dirait ma jumelle.

Nolan qui revint doucement sur terre laissa apparaître un sourire sur son visage, car l'attitude de la jeune femme l'amusait beaucoup. Elle ressentait en elle une grande joie de vivre et une volonté à toutes épreuves.

- Bon alors, de ce que j'ai compris, vous avez mis un plan au point pour le jour du combat, c'est bien ça ? Commença Nolan une fois débarrassée de ses trouble.

- Oui et tu vas en faire partit, enfin, on va dire que c'est toi qui auras le rôle principale dans l'histoire, si tu le veux bien. Répondit Léa.

- Je voudrais bien, mais je te rappelle que je ne peux plus l'utiliser et de plus, le produit est si puissant qu'il me coupe littéralement mes forces physiques. Dit Nolan tristement.

- Tu ne devrais pas sous-estimer la force de l'amour. Intervint Alma le sourire aux lèvres.

- Hein de quoi tu veux parler ? Demanda Nolan sans comprendre.

- Une certaine jeune fille c'est vraiment tuée à la tache pour toi. Dit simplement Alma amusée en regardant Léa.

Nolan ne comprenant pas ce que la jeune femme brune voulait dire, se mit à regarder elle aussi Léa. Cette dernière se mit à rougir violemment en sentant les deux regards sur elle et baissa la tête.

- Mais non, je ne me suis pas tuer à la tâche. Se défendit Léa comme une enfant qui a été puni.

Devant cette réponse Alma se mit à rire joyeusement et donna un petit coup de coude dans les côtes de Léa.

- Allé, ne fais pas ta timide et donne- lui. Dit Alma.

Léa fit une moue mécontente à l'intention d'Alma. Cette dernière suite à cela, se mit à rire encore plus. Nolan regardait le manège des deux jeunes femmes et ne put s'empêcher de sourire devant leur petit jeu. Elle réalisa que Léa en la présence d'Alma, était complètement différente qu'avec Alexandre et Laura. Elle remarqua que la jeune femme était particulière détendu et sereine. Nolan se rendit compte que la présence de la jeune femme brune était de bonne augure. Sans qu'elle ne sache pourquoi, alors qu'elle venait tout juste de la rencontrer, Nolan espérait fortement qu'Alma reste avec elles. Ce fut Léa qui la sortit de ses pensée en lui tendant une petite fiole. Elle la saisit doucement et la regarda avec incompréhension avant de reporter ses yeux sur son amie.

- Quand je me suis réveillée de l'agression de Baphein, je suis allée voir le médecin de la ville de Martine, et je lui ai demandé de m'aider à trouver un antidote pour le produit que l'on utilisait sur toi.

- Quoi tu veux dire que... Nolan devinant ce que son amie allait dire était sidéré pas ce qu'elle avait fait.

Léa hocha la tête.

- Oui c'est l'antidote. Il annule les effets du produit qui coupe ton truc.

- Mais comment à tu pus te procurer le poison ? Demanda Nolan abasourdit.

- C'est très simple. Lors du combat contre Baphein, j'avais ramassé l'aiguille qu'il avait utilisée pour t'immobiliser, et je l'ai utilisée afin de trouver le composant pour ainsi faire l'antidote. Avec le médecin, on s'était doutés que plusieurs seigneurs de guerres dont Tamas, allait essayer de mettre la main sur toi. Et nous avions aussi pensé, que le produit qu'il utiliserait sur toi, serai encore plus puissant que pour celui de Baphein. Donc, nous avons concocté un antidote puissant qui annule les effets du produit en dix minutes.

Nolan ne savait pas comment réagir. Elle voulait pleurer, rire et hurler de joie. Léa avait enfin trouver la chose qui lui permettrait d'être enfin invulnérable contre tout poison. Sans rien dire de plus, elle attrapa la jeune femme et la serra fortement contre elle en laissant des larmes de joie couler.

- Merci, merci beaucoup, tu me sauves la vie. Dit elle la voix remplit de reconnaissance.


- Je te le devais bien. Depuis tout ce temps où c'était toi, qui avais sauvée la mienne. Alors tu es d'accord pour faire partit de notre plans ? Demanda Léa quand Nolan s'écarta d'elle.

- Et comment. Dit Nolan avec détermination en essuyant ses larmes. Dit moi simplement ce que je dois faire.

Alma et Léa étaient vraiment heureuse d'avoir Nolan à leur côté.

- C'est très simple, il faudra que tu boives l'antidote avant de sortir de ta cellule. Je suis désolée pour toi, mais tu seras sans défense au début du combat.

Devant ses mots Nolan se mit à rire.

- Et bien c'est gentil, malgré cela je vais me faire taper dessus.

Léa se mit à rougir et devait réaliser que c'était vrai.

- Je suis désolée, dit-elle tristement.

- Non ne le sois pas, mais je trouve cela bien, car Tamas ne se doutera de rien. Dit Nolan joyeusement.

- C'est exact et de plus, le médecin m'as dit que tu sentiras le produit agir.

- Ok, donc, pendant une bonne dizaine de minutes, je vais me faire taper dessus et c'est quand j'aurai récupéré toutes mes facultés, que j'agirai. Et que veux-tu que je fasse ?

- C'est très simple, il faudra que tu joues avec ton adversaire avec ce que tu sais.

- Ohh je vois. Tu veux que je l'utilise, pour montrer à Tamas que je ne suis plus sans défense.

- Oui c'est ça. Fit Léa. Celle-ci était toujours aussi fascinée par la perspicacité de Nolan à comprendre rapidement les choses.

Alma était vraiment impressionnée par la clairvoyance de la jeune femme. Elle comprenait de plus en plus la raison de tant d'admiration de la part de ses amis.

- Je suis absolument certaine que quand il le verra, ce maudit seigneur de guerre voudra aussitôt s'enfuir pour t'échapper.

- Oui j'en ai bien peur. Dit Nolan et tu voudras que je l'arrête ?

- Pas totalement, car il réalisera que son plan aura été découvert, au moment où les gardes de l'empereur l'empêcherons de sortir. Connaissant Tamas, il ne se laissera pas faire facilement et je voudrais qu'à ce moment précis tu interviennes. Répondit Léa.

- Je comprends où tu veux en venir. Tu voudrais que je le désarme quand il sortira son épée c'est bien ça ? Demanda Nolan voulant être sûr d'avoir bien saisit le plan de la jeune femme.

- Oui c'est bien cela, affirma Léa avec un sourire.

- Bien et après que comptes-tu faire de Tamas, ce n'est pas pour retrouver tes parents que nous sommes partis à sa recherche ?

- Oui, oui, ça n'a pas changé. L'empereur m'autorise une audience avec Tamas justement pour connaître leur localité.

- Quoi tu as parler avec l'empereur ? Demanda Nolan plus que surprise.

- Oui et il nous a promis de laisser en vie ce seigneur de guerre le temps que l'on obtienne la réponse voulue. Répondu Léa un peu gênée.

- Pas mal. J'avoue que tu m'impressionnes. Je n'aurais jamais pensé que tu aurais été capable d'aller voir un homme aussi puissant que le chef de Rome. Fit Nolan.

- Je t'avais bien dit de ne pas sous-estimer le pouvoir de l'amour, intervint Alma fièrement.

Nolan comprit tout le sens des mots dit. Elle réalisa que Léa c'était plus que surpassée afin de le libérer et trouver ses parents. Elle ne le montra pas, mais Nolan était vraiment très fière de son amie. Puis pour ne pas laisser de blanc, elle continua.

- Bien, tu veux que j'intervienne durant l'interrogation de Tamas ?

- Oui je voudrais que tu le forces à parler, répondit la jeune femme sans en dire plus.

- Avec plaisir, répondit Nolan avec bonheur de pouvoir enfin rendre l'appareil à ce seigneur de guerre de malheur.

- Mais attention...

- Oui ne t'inquiète pas, la coupa Nolan, je ne le tuerais pas. Je laisserai ce bon vouloir à notre cher empereur. Mais je m'amuserais quand même un peu avec lui histoire qu'il me rembourse sa dette.

- Sans problème, répondit Léa.

Leur conversation fut interrompue par l'ouverture de la porte. L'un des gardes se posta dans l'entrée et signala aux deux jeunes femmes qu'il était temps de partir. Alma se mit immédiatement debout et après un salut envers Nolan, elle commença à partir. Arrivée au milieu de la pièce, elle fut fort surprise de voir Léa toujours à la même place.

- Tu ne viens pas ? Demanda-t-elle.

- Si, si j'arrive. Part devant je finis avec Nolan, répondit rapidement Léa.

Comprenant le besoin de son amie, Alma ne répondit pas et reprit sa route avec un sourire suffisant sur les lèvres.

Léa reporta son attention à Nolan.

- Ne t'inquiète pas, c'est bientôt fini, dit elle d'une voix douce.

- Je sais et te voir m'as fait le plus grand bien.

- Moi aussi, répondit Léa avant de déposer ses lèvres sur celles de Nolan.

La jeune femme brune répondit sans attendre au tendre baisé que lui offrais son amie. Afin de l'approfondir, elle posa une main sur sa nuque. Léa se laissa aller dans les bras de Nolan quand cette dernière entoura sa taille de son bras. Le baiser devint de plus en plus profond où tous leurs sentiments se mélangèrent.

Elles durent interrompre leur moment de bonheur quand Alma appela la jeune femme. Celle ci s'écarta de la jeune femme à contrecœur et se mit debout. Tout en bougeant, elle laissa une main sur le visage de Nolan.

- Bientôt, bientôt nous serons réunis, dit cette dernière en laissant apparaître pour la première fois de sa vie un tendre sourire.

Sous cette expression, Léa ne put contenir sa joie et sa stupeur. Elle imita l'attitude de son amie en laissant des larmes remplis d'émotion couler sur ses joues.

- Je t'aime, dit-elle d'une voix à peine auditive en caressant délicatement la joue de Nolan de son pouce.

- Moi aussi, chuchota Nolan en comprenant le sens puissant de ce mot.

La jeune femme se força à partir. Jusqu'à la dernière minute, elle laissa sa main sur le visage de son amie. Cette dernière avait penché la tête sur le coté afin de sentir le plus longtemps possible la main chaude et douce de la jeune femme. Au moment où le contact se rompit, Léa se précipita hors de la cellule le cœur lourd. Arrivée dehors, elle s'adossa à un mur et laissa ses larmes couler tout en soupirant.

Nolan, laissa-elle aussi sortir la douleur de la séparation dans des larmes silencieuse au moment où tout redevint sombre.

Alma sentant la souffrance de la jeune femme, s'approcha d'elle et lui posa une main remplis de compassion sur l'épaule. Les soldats, malgré l'état de la jeune blonde, les poussèrent à sortir hors du Colisée. Quand les deux jeunes femmes furent à l'air libre, les gardes les laissèrent au centre du village et partirent rejoindre le palais de l'empereur.

L'orage qui c'était fait entendre quelques heures plutôt, arriva enfin sur la ville. Ce fut sous de violent coup de tonnerre qu'il montra sa présence. Les deux jeunes femmes n'avait pas quittées leur place. Alma voyant la douleur de son amie s'accroitre, ne sut quoi faire. Elle essaya d'activer Léa quand la pluie commença à tomber. Malheureusement ses tentatives furent vaines, car la jeune femme ne bougea pas d'un pouce.

La pluie était d'une telle violence, qu'elle trempa les deux amies en quelques minutes. Malgré cela, Léa ne bougea pas. Elle laissa la pluie laver la douleur qu'elle ressentait. Ses cheveux trempés, ses yeux dans le vague, et son corps abattu, faisait de la peine à Alma. Celle ci ne savait pas quoi faire. Elle ressentait toute la douleur de la jeune femme.

D'un coup au moment où un éclaire puissant frappa le toit de l'église, Léa s'effondra dans un violent sanglot remplis de souffrance en se jetant dans les bras de son amie. La jeune femme avait mis tellement de force dans son action qu'Alma ne put tenir son équilibre. Elle se laissa tomber tout en amortissant leur chute de sa main gauche.

Alma comprenait parfaitement ce que pouvait ressentir sa jeune amie. Tout en la berçant, elle l'entoura de ses bras et l'aida à se libérer avec des gestes et des mots tendres. Léa se laissa aller dans ses bras sécurisant et se blottissait de plus en plus. Alma sursauta quand elle sentit le corps de la petite blonde se faire plus lourd. Elle baissa la tête et s'aperçut que la jeune femme c'était endormit.

- Il ne manquait plus que cela. Dit Alma amusée. Je n'aurais jamais pensée qu'elle aurait été capable de s'endormir dans un endroit pareil, et encore moins sous un orage.

Ne voulant pas qu'elle attrape froid, Alma tenait fermement le corps de Léa d'une main alors, que son autre se glissa sous les genoux. Une fois assurée qu'elle avait la jeune femme bien en main, Alma se redressa doucement en faisant bien attention à ne pas réveiller son fardeau. Quant-elle fut parfaitement droite avec son « paquet » bien solidement tenu, elle se dirigea vers la taverne.

Arrivée à l'intérieur, elle monta les escalier et alla dans la chambre de Léa. Avec beaucoup de difficulté, Alma réussit à pénétrer à l'intérieur. Sans perdre de temps, elle déposa la jeune femme sur le lit et alla rapidement dans sa chambre, afin d'aller prendre des serviettes. Alma fit un rapide aller et retour pour ne pas laisser les draps se faire tremper. Sans attendre, elle déshabilla Léa et entreprit de l'essuyer convenablement. Son travail fini, elle attrapa des vêtements secs qui était sur une chaise et habilla la jeune femme avant de la coucher définitivement. Alma se dirigea ensuite vers la sortie et au moment où elle ouvrit la porte, elle entendit Léa murmurer le prénom de Nolan dans son sommeil.

- Vivement que toute cette histoire se finisse pour qu'elles soient enfin réunit., se dit-elle le cœur lourd.

Sans rien dire de plus, Alma sortit complètement de la chambre et alla dans la sienne. Tout comme elle l'avait fait pour son amie, la jeune femme se changea avant de se mettre au lit. Alma avait beaucoup de mal à trouver le sommeil et c'était mise sur le dos avec les bras derrière la tête. La soirée avait été tellement remplis d'émotion, que tous ce qu'elle avait fait en compagnie de la jeune blonde, tournait dans son esprit. Sa rencontre avec Nolan l'avait particulièrement marquer. Elle se posait beaucoup de question. Pourquoi cette ressemblance ? Pourquoi ce pouvoir ? Elle avait remarqué que la jeune femme avait pratiquement, voir, le même âge qu'elle.

Quand d'un coup quelque chose lui revint en tête et se redressa d'un bon

- Ce pourrais t-il que...non c'est impossible...

Sans attendre, elle sortit du lit et se rhabilla avec des affaires propre. Elle se dirigea immédiatement vers la porte de sa chambre et au moment de l'ouvrir, elle se ravisa.

- Non je ne peux pas faire cela. Pas maintenant.

Alma était partagée entre l'envie d'aller réveiller Léa et de la laisser dormir. Elle fit alors les cents pas entre le lit et la porte en essayant de trouver une réponse. Son action sans qu'elle ne le sache, dura plusieurs heures et l'amena au matin. C'était les premiers rayons de Soleil qui lui fit reprendre le sens des réalités dans un beau sursaut.

- Bon sang, il fait déjà jour et je n'ai même pas dormit.

Elle réalisa aussi que l'orage était passé depuis longtemps. Le temps c'était arrêter pour elle, quand elle c'était mise à réfléchir. Elle alla vers la table afin de voir si ses habilles avaient finis de sécher. Elle remarqua avec déception que non. D'un coup un bruit venant du couloir attira son attention. Alma entendait deux voix et reconnu Alexandre et Laura. Sans attendre, elle se dirigea rapidement vers la porte et l'ouvrit sans ménagement. Les deux jeunes gens sursautèrent devant cette brutalité et sans qu'ils ne comprennent ce qu'ils leur arrivaient, Alma attrapa Alexandre par le bras et le tira violemment dans sa chambre. Une fois ce dernier à l'intérieur, elle en fit autant avec Laura.

Les deux jeunes se regardèrent plus que surpris avant de porter leur attention sur Alma qui refermait la porte.

- Heu salut. Fit Alexandre sans savoir quoi dire d'autre.

- Oui bonjour, désolée pour cette arrivée mais j'ai besoin de vous de toute urgence.

- Oui bien-sûr que ce passe t-il ? Demanda Laura.

- Voilà, hier soir j'ai vadrouillé dans la ville et je me suis fait prendre par l'orage, du coup mes habille son trempés. Je dois absolument partir, car un travail m'attend et comme vous pouvez le constater, avec mon pantalon et ma veste en toile, je ne vais pas pouvoir faire les choses correctement, dit-elle.

Alexandre regarda Alma d'un air amusé en voyant que cette dernière ressemblait plus à une paysanne qu'a une combattante et une voleuse.

Devant la façon dont le jeune homme la détaillait, Alma devinait ses pensées. Cela commençait à la mettre hors d'elle, mais préférait garder son sans-froid.

- Et que puis-je faire pour toi ? Demanda Alexandre.

- Cela vous ennuierais d'aller au marché et m'acheter des vêtements, pour que je puisse partir ? Demanda la jeune femme brune avec appréhension.

- Non pas du tout. Fit le jeune homme.

Soulagée, Alma donna une bourse au couple tout en leur indiquant ce qu'elle voulait. Une fois la commande passé, elle laissa les deux jeunes gens sortir.

Le couple partit en direction du marché main dans la main. Alexandre était particulièrement soucieux et cela n'échappa à Laura.

- Que t'arrive-t-il ? Demanda-t-elle.

- Je ne sais pas, quelque chose m'intrigue dans ce qu'elle nous a dit, je suis sûr que n'est pas la vérité. Répondit Alexandre pensivement.

- Qu'est ce que te faire dire ça ? Demanda Laura curieuse.

- Mon intuition et il me dit qu'elle nous cache quelque chose.

- Mais comment le savoir ?

- Je ne sais pas, mais de retour à la taverne je serai d'avis d'aller voir Léa, pour avoir une petite discussion sur Alma. Je ne la sens pas cette fille. Quelque chose me dit qu'elle n'est pas ce qu'elle prétend être.

- Elle serait quoi alors ? Demanda Laura.

- C'est ce que j'aimerai bien savoir. Pourquoi travailler alors qu'elle vole. Cela n'a aucun sens. Non je suis sûr que c'est pour autre chose, mais quoi ? Je l'ignore.

Ce fut sur cette question sans réponse que le couple arriva devant un étalage de vêtement.

De son coté, Alma restait sur ses gardes. Elle avait compris qu'Alexandre était d'une grande intelligence, et qu'il pourrait rapidement comprendre que tout ce qu'elle avait dit, n'était que pur mensonge. De toute façon elle n'avait pas le choix, car elle devait absolument garder secret la visite à Nolan. Et ce qu'elle sur le point de faire. Si le couple était mis au courant, il devinerait rapidement ce qu'Alma avait fait avec Léa durant la nuit. Par respect envers la jeune femme blonde, elle devait absolument ne rien dire.

Alors qu'il venait tout juste de partir. Alma sortit de sa chambre pour se diriger vers celle de Léa. Quand elle entendit les deux jeunes gens aller dans la rue, elle ouvrit la porte et se faufila dans la pièce. Elle avait de la peine pour Léa, mais elle devait absolument la réveiller. La jeune femme s'approcha du lit et dans un geste calme elle secoua Léa. À son grand bonheur, cette dernière se réveilla instantanément.

- Je suis désolée de te réveiller, mais il faut absolument que tu viennes avec moi, j'ai un truc à te montrer. Dit calmement Alma.

- Quoi, mais de quoi tu parles ? Demanda Léa à moitié endormit ce qui fit rire Alma.

- Aller réveilles-toi. De plus, tes deux amis le sont et s'ils te voient dormir en pleine journée, ils se poseront des questions.

Sur cette dernière phrase Léa s'éveilla d'un coup et réalisa que la jeune femme avait raison.

- Ils sont où ? Demanda Léa paniquée.

- Calme-toi, je les ai envoyée m'acheter des vêtements, car les miens sont mouillés.

- Oh bon sang, mes vêtements ! s'exclama Léa en se regardant.

- Ils sont sur la chaise, répondit Alma en se dirigeant vers eux.

À peine eu t-elle eut le temps de les prendre en mains, qu'ils lui furent arrachés des mains.

- Oh non ! Ils sont mouillés aussi, que vais-je bien pouvoir mettre ?! Dit Léa complètement paniquée. S'ils voient les vêtements comme cela, ils comprendront que je suis sortie.

- Oui surtout que je leur ai dit que j'étais sortit seule. Je n'aurais peut-être pas dût. Dit Alma d'une voix triste et coupable.

- Si, si tu as bien fais, mais maintenant il faut trouver un moyen de faire sécher rapidement mes affaires.

- Où alors en acheter de nouveau. Dit simplement Alma.

- Oui, mais comment alors qu'ils sont déjà parti en acheter pour toi. Je doute que tu puisses sortir avec ce que tu portes ? Dit Léa en montrant du doigt les habille qu'Alma portait. Et de plus, ils trouveront cela étrange que je porte de nouveau vêtement.

Cette dernière qui avait oubliée son propre achat devait admettre cette évidence. Elle devait absolument trouver une solution sinon leur escapade nocturne allait être découverte. D'un coup, Alma eut une idée.

- Il faut alors te cacher le temps que tes habille sèche et je sais où, dit-elle en attrapant Léa par le bras et en la trainant jusqu'à la porte.

- Mais où m'emmènes-tu ?

- Fais-moi confiance. Il faut faire vite avant qu'ils n'arrivent, répondit Alma sans rien rajouter de plus.

Comme une furie, elle descendit les marches rapidement. Léa n'arrivant pas à suivre et avait failli trébucher à plusieurs reprise. Elle rentra dans son amie au moment où cette dernière s'arrêta. Tout en se frottant le nez, Léa s'écarta pour connaître la raison de ce brusque arrêt, et fut fort surprise de voir qu'elle se trouvait devant le comptoir de la taverne.

Alma échangeait des mots que la jeune femme ne pouvait entendre et quelque instant plus tard, Léa se fit trainer derrière le comptoir dans une salle qui était réservé au patron.

- Bien tu m'attendras ici. Je viendrais te rejoindre une fois que je serais habillée, expliqua Alma.

- Mais...

- Mets tes vêtements sur la chaise qui est prêt du feu. Comme cela, ils ne mettront pas longtemps pour sécher, continua Alma sans faire attention à ce que Léa commençait à dire.

- Mais... attends, tu...

- Une dernière chose, ne fais surtout pas de bruit. Tu trouveras sur la table de quoi lire si tu veux tuer le temps, la coupa une autre fois Alma en se dirigeant vers la porte.

- Mais tu...

- C'est mon père, alors ne t'inquiète pas. Répondit-elle enfin à la question de Léa avant de partir.

- Son père....se redit Léa surprise, je comprends mieux pourquoi nous avons eu un prix sur nos chambres.

Malgré cela Léa était dérangée par ce qu'elle venait d'apprendre, Alma ne ressemblait en aucune façon au tavernier. Il était brun aux yeux gris et les trait de son visage était carré alors qu'elle avait les cheveux noirs, les yeux bleus et ses trait était plutôt fins. « Peut-être qu'elle ressemble à sa mère. » Ce dit elle. Cette pensée lui révéla l'image de Martine. « C'est étrange, l'aubergiste et Nolan se ressemble assez au niveau visage et Alma est le miroir de Nolan. Curieuse coïncidence. Je suis certaine que ses trois là on un lien entre eux. » Tout en se plongeant dans ses réflexions, Léa se dirigea vers la cheminée et déposa une deuxième chaise. La douceur du foyer l'apaisa et elle finit par s'endormir en se perdant dans ses pensées.











Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:30

CHAPITRE 33

Alma était retournée dans sa chambre et attendait tranquillement le couple. Ce dernier arrivait une demi heure plus tard. Il lui donna un pantalon, une veste, des botes ainsi que des protèges bras en cuire. Après l'avoir remercié chaleureusement, elle entreprit de s'habiller au moment où ils sortirent la pièce.

La jeune femme était plutôt satisfaite du choix des deux amants. Elle devait admettre qu'ils avaient plutôt bon goût et que tout allait parfaitement bien avec son caractère.

Une fois sortit de la chambre, Alexandre et Laura se dirigèrent vers celle de Léa. Le jeune homme toquait à la porte. Les deux jeunes gens furent étonnés de ne recevoir aucune réponse. S'inquiétant qu'elle soit malade ou autre, Alexandre ouvrit la porte et découvrir la pièce vide.

- Elle est sortie ? Demanda Laura.

J'en ai bien peur, mais tu sais comme moi que Léa est comme Nolan. Une fois réveillée, il faut qu'elle bouge sinon, elle se sent mal.

- Oui elle est surement en train de se balader dans la ville.

- Tu as sens doute raison. Et bien allons-y. Nous aurons peut-être une chance de la retrouver. Proposa Alexandre.

Sans attendre, les deux amants ressortirent de la taverne à la recherche de leur amie. Alma qui avait fini de s'habiller depuis un petit moment, c'était mise à la porte et avait écouté la conversation des jeunes gens. Elle était vraiment soulagée de constater que les petites habitudes de Léa ne donnait aucun soupçon. Sans attendre et tout en faisant bien attention que le couple ne revienne pas, elle sortit de la pièce et de la taverne. Comme elle se doutait, le couple était toujours devant le commerce à discuter entre eux.

- Te voilà enfin prête à partir ? Lui demanda Alexandre.

- Hé oui il faut bien. Aller, à plus on se revoit plus tard. Répondit Alma en partant en direction du marché.

Alexandre et Laura la suivirent du regard. Le comportement de la jeune femme les intriguait vraiment beaucoup surtout pour Alexandre. Ce dernier pour savoir si Alma leur avait bien mentit, décida de la suivre. Laura n'était pas du même goût que son amant mais devait admettre qu'elle était elle aussi curieuse de savoir ce qu'Alma manigançait, accompagna donc le jeune homme.

La jeune femme brune sentait la présence du couple derrière elle. « Mince, je vais devoir être obligée de faire tout un détour pour pouvoir rejoindre Léa. » Se dit-elle agacée d'être surveiller ainsi. Elle avait l'impression d'être un prisonnier en cavale. Alma avait malgré tout un atout, elle connaissait la ville par cœur. Sans attirer encore plus l'attention qu'elle ne l'avait déjà, elle activa doucement son pas et se mélangea à la foule du marché. Elle était aussi agile qu'un chat et passer entre les gens sans les bousculer, était un jeu d'enfant. Alors que pour Alexandre et Laura c'était une autre paire de manche. Il devait à chaque fois les écarter pour essayer de passer. Chose qui leur faisait perdre à chaque fois des précieuses secondes. Alma profita d'un convois qui arrivait du port, pour passer derrière lui afin de s'engager dans une ruelle qui se trouvait sur sa droite. Arrivée à l'intérieur, elle ne perdit pas de temps et se mit à courir aussi vite qu'elle le pouvait et rentra dans une autre. Elle passa de ruelle en ruelle. Ses dernières la conduisirent à l'arrière de la Taverne.

Alexandre et Laura avait vu la jeune femme passer derrière le convoi et entrer dans la rue, à ce moment-là, ils avaient activé leur pas, mais arriver à l'entrée, elle avait disparu. Chose qui énerva Alexandre.

- Bon sang on l'a perdu !

- Oui mais ce n'est pas grave. Dit Laura un peu soulagée.

- Quoi pourquoi tu dis ça.

Bon écoute je t'aime, tu la sais, mais ta façon de faire avec cette fille commence vraiment à m'énerver ! Qu'est ce qu'elle ta fais de mal pour que tu la détestes à ce point là ?! S'énerva Laura.

- Mais qu'est ce qu'il te prend d'un coup ? Demanda Alexandre ne comprenant pas le changement de comportement de son amie.

- Ce qu'il me prend c'est que tout ceci m'énerve ! Que tu veuilles la suivre parce qu'elle nous à fait quelque chose je le veux bien, mais là, ce n'est pas le cas alors, j'aimerai vraiment que tu répondes à ma question ! Qu'est ce qu'elle t'a fait pour que tu veuilles la suivre comme si c'était une meurtrière en fuite ?!

- Ben rien je trouve juste qu'elle n'est pas claire.

- Et c'est tout ! Mais bon sang ! Tu ne fais jamais confiance à personne où quoi ?! N'as tu aucune confiance en Léa pour avoir autant de soupçon sur Alma ?! S'énerva davantage Laura.

- Mais si j'ai confiance en Léa. Répondit le jeune homme avec évidence.

- Alors il est où le problème ?! Insista Laura en devinant les pensée de Laura.

- Mais il n'y a aucun problème. Se défendit Alexandre.

- Si, il y en a un et je vais te le dire ! Tu es toujours amoureux de Léa et cela te dérange qu'Alma soit constamment avec Léa, et que toutes les deux s'entende bien !

Devant cette vérité Alexandre se bloqua et ne put répondre à cela.

- C'est bien ce que je pensais. En faite je suis qu'une roue de secours pour toi. Tu n'as jamais eu le moindre sentiment à mon égard. Je suis simplement le substitue de Léa. Expliqua Laura d'un voix particulièrement calme.

Ne voulant pas exploser devant tout le monde et dire des chose qu'elle regretterait plus tard, Laura s'enfuit loin du jeune homme en partant en direction de la taverne. Ce dernier surpris par le comportement soudain se mit à la poursuivre.

Alma arriva s'en encombre derrière la taverne. Elle regarda bien autour d'elle et entra par la porte qui se trouvait en face d'elle. Une fois à l'intérieur, elle passa le couloir et entra dans la salle ou se trouvait Léa par la seconde porte. Alma se mit à rire pour elle-même quand elle découvrit la jeune femme endormit sur sa chaise. Doucement elle s'approcha d'elle et ce fut d'un doux geste qu'elle réveilla Léa. Comme pour la fois précédent, la jeune blonde se réveilla instantanément, mais cette fois ci en se multipliant d'excuse.

- Ne t'inquiète pas tu avais besoin de dormir. La rassura Alma.

- Oui. Dit Léa en se frottant le visage pour enlever le reste de sommeil. Tu es ici depuis longtemps ?

- Non je viens juste d'arriver, mais cela n'a pas été facile. Répondit Alma en prenant une chaise avant de la mettre devant le feu.

- Ah bon que c'est-il passé ? Demanda la jeune blonde intriguée.

- C'est très simple, commença Alma en s'asseyant sur la chaise avec le dossier en appuis contre sa poitrine et ses bras croisé dessus, tes deux amis mon prit en chasse.

- Quoi ? Fit Léa surprise.

- Oui je ne sais pas ce qu'ils leur sont passés par la tête, mais quand je suis sorti faignant de partir, ils se sont aussitôt mit à me suivre comme si j'étais rechercher, et je t'assure, que cela n'était pas agréable. Expliqua Alma avec une grimace.

- Bon sang d'Alexandre. Ragea Léa.

- Comment ça Alexandre ? Demanda Alma curieuse.

- Je suis sûr que c'est lui qui en as eut l'idée et franchement son comportement ne m'étonne pas.

- Ah bon il a déjà fait cela avant ?

- Non pas comme ça, mais Alexandre a été un peu odieux avec Nolan. Et je suis sûr qu'il te soupçonne de quelque chose parce que je suis proche de toi.

- Il serait jaloux à ce point là mais je croyais qu'il avait Laura.

- C'est ce que je pensais aussi, mais ce que tu viens de me dire me conforte dans ce que je me doutais depuis le départ. Il se sert uniquement d'elle afin de me rendre jalouse cela ne fait aucun plie. Expliqua Léa avec amertume.

- Mais c'est ignoble. Dit Alma complètement abasourdie par ce que la jeune femme lui apprenait.

- De toute façon, son changement radical de sentiment envers Laura, m'avait donnée quelque doute. Je ne trouvais pas cela naturelle. Il va me la payer. Gronda Léa. Laura je la respecte beaucoup et jouer avec elle comme cela, franchement j'aime pas trop.

- Oui mais je te rappelle qu'elle aussi m'a suivie.

Je n'en doute pas, mais je suis sûr que Alexandre y est pour quelque chose. Je suis certaine que Laura ta suivit simplement parce que lui le faisais. Je connais assez bien Laura pour te dire que jamais elle n'aurait de telles idées.

Voyant toute la confiance que Léa avait envers son amie, Alma décida d'en faire de même.

Leur conversation fut interrompue par des cris venant de la salle principale. Sans attendre les deux jeunes femmes se précipitèrent vers l'entrée de celle-ci. Elles s'arrêtèrent net quand elles reconnurent les voix du couple.

- Lâche-moi ! S'écria Laura quand Alexandre lui attrapa le bras. Je ne veux plus rien à faire avec toi !

- Attend laisse-moi t'expliquer. Essaya de se défendre le jeune homme.

- M'expliquer quoi ? Tu vas me dire que tu n'as plus de sentiment pour Léa.

- Mais oui ! Je n'en ai plus depuis longtemps, répondit Alexandre le cœur serré.

- Menteur ! Alors pourquoi agis-tu de la sorte avec Alma ?

- Je te l'ai dit tout à l'heure la raison...

- Non tu ne m'as rien dis du tout et tu la veux la vrai raison et bien je vais te la dire ! Comme je te l'ai déjà dit toute à l'heure tu es encore amoureux de Léa et tu ne supportes pas qu'elle soit aussi proche d'Alma, car tu es jaloux, de plus, pour toi tu ne vois en cette femme qu'une voleuse et une hors la loi.

- Mais non je...

- Tait toi ! Laisse-moi finir ! Depuis que nous l'avons rencontrée tu mentionnes uniquement le faite qu'elle soit une voleuse. Tu ne cherches pas à savoir s'il y a du bon en elle. Non toi le simple fait qu'elle est volée une chose au marché, tu la condamnes ! Expliqua Laura hors d'elle.

- Mais c'est ce qu'elle à fait.

- MAIS CE N'EST PAS CE QU'ELLE EST !  !  ! S'emporta Laura à bout de nerf.

Alexandre sursauta violemment devant le comportement soudain de la jeune femme.

- Alma est une fille bien, une fille généreuse et remplis de tendresse et d'attention. Tu oublies vite qu'elle nous à sauver la mise la nuit dernière !

- Mais non je ne l'ai pas oublié.

- Peu importe, moi j'en ai assez de ton comportement et d'être la remplaçante de Léa alors maintenant il ne va y avoir que deux choix possible et c'est non négociable.

- De quoi tu parles ?

- En faite non, tu n'as aucun choix, je veux que tu partes et que tu t'éloignes de nous pour toujours ! Ordonna Laura d'une voix ferme.

- Quoi ! Mais non.

- Vas t-en ! Je ne veux plus te voir tu as fait trop de mal à tout le monde. Je ne te supporte plus. Dit la jeune femme en essayant de contrôler sa voix tremblante.

Alexandre sous le choc n'arrivait pas à réfléchir.

- Non attend, tu ne peux pas faire ça nous somme ensemble. Je reconnais que ma façon d'agir montre tout le contraire, mais je t'aime et je tiens à toi. Se défendit Alexandre avec une voix brisée. Tout en parlant il s'approcha de la jeune femme et lui posa les mains sur les épaules. Laisse-moi une chance de me rattraper. Je te jure que je ferais plus attention à toi à l'avenir.

Laura s'en réfléchir écarta d'un coup ses deux bras afin de se libérer de l'emprise du jeune homme et lui envoya un coup de point dans la figure. Ce dernier sous le choc, partit en arrière et tomba lourdement sur le sol. Il posa instantanément sa main sur sa joue et regarda la jeune femme avec dépit. Il écarquilla les yeux quand elle attrapa son arc qui était dans son dos avant de l'armer d'une flèche.

- Laura attend, mais qu'est ce que tu fais ! Paniqua Alexandre quand le bout pointu le visa.

- Tu as intérêt de partir d'ici. Je te jure que je n'hésiterais pas à tirer. Je protègerais Léa Alma et Nolan de toi.

- Peut-être mais eux aussi ont leur mot à dire je te signale. Tu devrais leur demander leur avis. Contra le jeune homme tout en se mettant debout.

- Non, je regrette sur ce coup là, je ne leur laisserais pas le choix de choisir. C'est moi seule qui prend la décision. Répondit Laura en suivant le jeune homme avec son arme.

Le tavernier qui était parti dans les cuisines, après avoir entendu des cris, arriva dans la salle principale. Au moment où il allait passer la porte, Alma le saisit fermement et le recula avec force. Surpris il se retourna afin de protester. Léa mit immédiatement une main devant la bouche de l'homme pour l'empêcher de parler.

- Chut papa tais-toi. Chuchota Alma.

- Mais que ce passe t-il et à quoi vous jouez ? Demanda l'homme un peu agacé.

N'ayant aucune réponse de la part des deux jeunes femmes, il suivit leur regard et tomba sur le couple. Il devint blanc quand il vit Laura menacer Alexandre de son arc.

- Mais qu'est ce que vous faite, il faut les arrêter ! Chuchota le tavernier paniqué.

- Ne vous inquiétez pas, elle ne le tuera pas. Répondit Léa d'un ton qui faisait comprendre que la discussion était close.

Sans rien dire de plus, l'homme regarda la scène dans le plus grand silence, en priant que les clients n'arrivent pas dans la minutes qui suivait.

Alexandre devenait de plus en plus nerveux, le regard de Laura devenait sérieux et déterminer. Malgré le danger qui planait autour de lui, le jeune homme se résigna à partir.

- Laura, il faut en discuter avec Nolan et Léa. Tu ne peux pas décider seule. Je te rappelle que nous formons une équipe.

- Nous ?! S'exclama Laura ironiquement. Non, Léa, Nolan et moi formons une équipe. Toi, tu es simple un fouteur de trouble qui n'agis que pour son propre intérêt. Crois-tu franchement que tu as une simple chance d'être avec Léa ! Mais arrête de rêver. Jamais elle ne pourra sortir avec quelqu'un comme toi qui méprises les autre et qui s'arrête uniquement à la façade. Léa aime Nolan et cela est réciproque. Jamais tu ne pourras détruire cet amour qui est éternel. Et moi, dit-elle en tirant fortement sur la corde de l'arc. Je ne te laisserai plus jamais entraver et bafouer cet amour. Tu t'es jouer de moi tu as tout fait pour éloigner Léa de Nolan et pour finir tu négliges une fille qui est trop prêt de Léa.

Alexandre était au pied du mur. Il réalisait que Laura était sérieuse.

- Maintenant, commença Laura les larmes aux yeux. Vas-t-en ! Disparaît de notre vie !

Voyant que le jeune homme ne faisait aucun signe pour partir, Laura abaissa rapidement son arc et relâcha sa flèche. Celle ci alla se planter entre les deux pieds d'Alexandre qui se pétrifia. Sans attendre, Laura attrapa une autre flèche et l'arma.

- La prochaine fois c'est ton cœur que je vise, dit-elle la voix remplie de colère.

Léa était stupéfaite de ce que venait de faire son amie. Jamais elle ne l'aurait cru capable de tirer sur Alexandre. La jeune blonde savait que Laura était folle amoureuse du jeune homme. Elle savait que ce que vivait en ce moment la jeune femme était pire que de la torture et que cela lui en coutait d'agir de la sorte. Mais elle comprenait pourquoi son amie faisait cela. Léa porta une main sur sa poitrine à l'emplacement de son cœur et serra son habit autant qu'elle le pouvait. Elle se mordait la lèvre pour empêcher une montrer de larme.

Alexandre comprit que s'il restait, il se ferait tuer de sang froid et ne put qu'obéir à la demande de Laura. Sans dire un mot, il lui tourna le dos et sortit de la Taverne. Il ne vit pas les larmes couler sur les joues de la jeune femme. Cette dernière s'écroula sur le sol en pleurs quand le jeune homme partit. Sans attendre Léa se précipita sur Laura et la prit immédiatement dans les bras.

- Je...je suis dé...désolée. Dit Laura en se collant contre son amie.

- Ce n'est pas grave je comprends. Dit Léa en la berçant. C'est moi, qui suis désolée pour ce qu'il s'est passé. Je suis responsable du comportement d'Alexandre.

Laura secoua la tête et s'écarta de son amie pour la regarder dans les yeux.

- Non tu n'es responsable de rien, tu n'as pas à t'excuser d'être toi-même. Tu vois ce n'est pas vraiment à Alexandre que j'en veux le plus, mais à moi-même. Je m'en veux d'être tombée amoureuse d'un type pareil. Je le savais depuis le début qu'il n'avait aucuns sentiments à mon égard et qu'il se jouait de moi uniquement pour t'avoir.

- Il faut les bruler ses gars là. Dit Alma fièrement en se mettant à côté des filles tout en restant debout.

- Je te dois des excuses Alma. Dit soudainement Laura.

- Mais pourquoi ? Demanda la jeune femme sans comprendre.

- Si j'avais agi plutôt, j'aurai pu te protéger de lui au lieu de cela, je l'ai laissée faire et pire je l'ai accompagnée.

Alma se mit à rire tout en allant s'adosser à l'entre de la porte les bras croisé sur sa poitrine.

- Non ne t'inquiète pas. Tu n'as pas être désolée pour ce que tu n'as pas fait. On dit toujours que l'amour rend aveugle et tu en es la preuve. Alexandre c'est simplement servit de cette faiblesse pour faire ce qu'il voulait. Mais je te rassure que s'il continue son manège, je lui ferais subir le pire des châtiments. Dit elle tout en regardant dehors.

Sans rien dire à personne, elle remarqua une ombre s'enfuir au coin de l'habitacle. Elle se mit à sourire discrètement pour ne pas être vue et se mit à regarder Léa du coin de l'œil. Cette dernière fit un rapide hochement de la tête. Alma comprit alors que la jeune blonde avait aussi sentit la présence de l'intrus.

Aussitôt, Alma sortit de la taverne et partit à la poursuite de l'ombre. Elle monta rapidement sur le toit afin de retrouver le loup qui y était perché et monta sur son dos. Elle lui demanda de rattraper leur petit curieux aussi vite qu'il le pouvait. L'animal se mit immédiatement au pas de course et réussit rejoindre la cible. Quand il fut à son niveau, Alma sauta du dos du loup. Elle tomba de tout son poids sur le dos de leur espion avec les deux genoux en avant. Celui ci heurta lourdement le sol avec le visage. Il ne put crier de douleur car le choc avec les membres lui coupa littéralement le souffle. Sans attendre, Alma sortit son poignard et le plaça contre la gorge de son curieux en lui tenant la tête par les cheveux. Elle eut un rictus glacial quant-elle reconnue Alexandre.

- Alors mon petit gars, on espionne les conversations maintenant. Dit-elle d'une voix menaçante.

- Lâche-moi tu me fais mal ! Ordonna le jeune homme le souffle court.

- Oh non je ne te lâcherai pas et ici, c'est moi qui donne les ordres. Que nous veux tu ? Tu n'en as pas eu assez ? Dit Alma d'une voix dédaigneuse.

- Je veux parler à Laura et m'expliquer avec elle.

- Certainement pas mon gars, je t'interdis de t'approcher d'elle. Tu l'as suffisamment fait souffrir comme cela. Contrat la jeune femme d'un ton froid.

- Qu'est ce que tu en sais, tu ne nous connais pas ! Gronda Alexandre.

- Peut-être mais un homme digne de ce nom, ne ferait jamais pleurer une femme et surtout pas si celui ci est censé l'aimer. Mais toi tu es tout sauf un homme digne.

Alexandre essaya de se dégager mais la prise de la jeune femme était bien plus importante et ne put faire un geste. Afin de réussir à tenir sa victime, Alma utilisait son pouvoir. Même si elle détenait une grande force, Alexandre l'était plus qu'elle et le bloquer aurai été difficile.

- Et tu sais quoi, je me suis posé des questions à ton sujet. Je me demande si tu es vraiment celui que tu prétends être. Quelque chose me dit que tu joues un double jeu, pourquoi je n'en sais rien. Dit Alma curieusement d'une voix tranquille.

- Je n'ai rien à te dire, dit méchamment Alexandre. Tu comptes prendre racine sur moi où quoi ? Soit, tu me tues avec ton poignard de suite, soit tu me laisses partir. S'impatienta-t-il.

- Tu vois te tuer ne me gênerai pas au contraire, je pourrais enfin te faire avaler tes insultes à mon égard, mais il y en a une qui serai contre. Alors je te laisse partir pour cette fois ci, mais si je te revois trainer encore autour de nous, je t'élimine ! Avertit la jeune femme en appuyant sur son poignard pour faire comprendre à Alexandre qu'elle était sérieuse.

Ce dernier comprit le message et accepta immédiatement. Alma se releva aussitôt et libéra sa victime qui se mit lui aussi debout. Quand il posa sa main sur son cou afin de masser l'endroit ou l'arme était posé, il sursauta en santant un liquide chaud. Il porta sa main à ses yeux et vit du sang. Le jeune homme regarda immédiatement Alma qui le fixait avec un regard noir. Il comprit qu'il était passé tout prêt de la mort et qu'elle l'aurait tuée si sa réponse avait été négative.

- Maintenant je vais retourner auprès des filles. Dit Alma en se détournant. Ne crois pas que j'en ai fini avec toi. Où que tu sois je te retrouverais j'en fais le serment., finit-elle avant de sauter sur le toit pour rejoindre le loup qui l'attendait.

Alexandre la suivit des yeux jusqu'à ce qu'elle ne soit plus dans son champ de vision. Il se mit à souffler l'air qu'il avait inconsciemment retenu et partit en direction du port.

Alma arriva dans la taverne et fut fort surprise de ne pas y retrouver ses deux amies. Son père lui indiqua que les deux jeunes femmes était dans la pièce de derrière. Sans attendre, Alma alla les rejoindre. Au moment où elle arriva, Léa finissait de se changer.

- N'ayant plus Alexandre dans notre équipe, j'ai mis Laura au courant de tout ce que nous avons fait cette nuit.

Alma hocha de la tête en signe d'approbation et prit la dernière chaise et s'y assit avec le dossier contre sa poitrine et les bras croisé posé dessus.

- Je suis impressionnée par tout ce que vous avez fait et je suis également heureuse pour Léa d'avoir revu Nolan, même si j'avoue être jalouse de ne pas le faire, déclara Laura joyeusement.

- Ne t'inquiète pas tu la verras demain. Fit Léa en souriant.

Laura acquiesça vivement avec la tête.

- Je comprends mieux maintenant. Tu ne voulais rien dire parce que Alexandre était présent. Fit Alma en posant sa tête sur ses bras.

- Exactement, j'ai une grande confiance en Laura mais j'ai jamais put l'avoir envers lui. Répondit Léa en s'asseyant à son tour sur sa chaise.

- Je comprends et je partage ton avis. Dit Alma en regardant le feu.

Cette réflexion étonna grandement les deux jeunes femmes qui lui demandèrent de s'expliquer.

- Je ne sais pas comment vous l'expliquer, mais quelque chose me dérange en lui. Je le trouve trop gentil. J'ai l'impression qu'il n'est pas l'homme qu'il prétend être.

- Tu veux dire qu'il ferait un double jeu, demanda Léa intriguée.

- En quelque sorte, mais je n'arrive pas à définir la nature de sa motivation. C'est sûr que quand on le regarde, rien d'anormal ne laisse apparaître en lui, mais quelque chose me dit que tout est faut en apparence.

Laura ne savait pas quoi pensée, Alexandre avait à peut-prêt dit la même chose quand il avait parler d'Alma.

Léa se mit à réfléchir à la réflexion de la jeune femme. Elle se creusa la tête, mais elle n'arrivait pas à voir ce que pouvait troubler Alma à ce point. Elle essaya de se revisionner tous les moments passé avec le jeune homme. Malgré son énorme jalousie envers Nolan, il n'avait aucun mot ni aucun geste de déplacé. Au contraire, il était toujours volontaire pour aider et était le premier à vouloir défendre ses amis. Non elle ne voyait vraiment rien. Malgré tous ses bons souvenir, quelque chose en elle lui disait de ne pas négliger les propose d'Alma et de rester malgré tout sur ses gardes.

Alma en sortant de ses pensée, réalisa qu'elle avait envoyé les deux jeunes femmes en faire autant. Devant ce silence imposé, elle se mit à rire malgré elle. Léa et Laura se mirent à la regarder avec incompréhension.

- Je suis désolée, mais vous voir toutes les deux réfléchir si sérieusement à ce petit problème sans valeur me fait rire.

Les deux jeunes femmes se mirent à rougir et se mirent elle aussi à rire.

- Bon et si nous allions ? Demanda Alma.

- Allez où ? Fit Laura curieuse.

- Vous montrer quelque chose, répondit Alma en se mettant debout.

- Que veux-tu dire ? Demanda à son tour Léa voulant en savoir davantage.

- Ne soyez pas trop curieuse et venez. Fit Alma amusée en se dirigeant vers la porte.

Désireuse de connaître la chose dont celle ci parlait, Léa et Laura se mirent immédiatement à la suivre. Quand les trois filles sortirent de la taverne et par sécurité, Alma les firent passer à travers les petites rues. Léa devait admettre que si une personne ne connaissait pas Rome, elle pouvait se perdre rapidement dans ce labyrinthe. Alma ayant déjà attrapée Alexandre en train de les espionner, elle ne voulait pas prendre le risque qu'il les suive de nouveau. Le secret qu'elle détenait était si grand, qu'elle ne prenait aucun risque qu'il soit découvert, car si cela venait à se savoir, beaucoup pourrait l'utiliser pour des fins personnel et surtout mettre des vies en danger.

Tout en avançant vers le lieu qu'elle convoitait, Alma se mit a pensée à Nolan, elle se faisait peut-être des idées sur elle, mais elle voulait en avoir le cœur net. Tout ce qu'elle savait vis-à-vis de la jeune femme collait avec une légende de Rome. Et cela l'intriguait. De toute façon, elle se disait que dans peu de temps, elle allait enfin avoir les réponses à ses questions. Ses pensées, l'emmenèrent devant une cathédrale. Ses deux amies, surprise par le lieu, la regardèrent avec incompréhension. Malgré les paires d'yeux braqués sur elle, Alma resta concentrer sur son objectif.

- Venez. Dit elle simplement en entament la montée d'escalier qui se situait devant l'entrée.

- Arrivée devant, Alma prit une grande inspiration et poussa la grande porte en bois massif qui s'ouvrit avec un grincement. La cathédrale était si grande que le bruit de l'ouverture résonna. Avant d'entrer à l'intérieur, elle se retourna.

- Suivez-moi. Vous connaitrez bientôt le mystère de Rome.

Les deux jeunes femmes furent extrêmement surprises par les propos que tenait Alma. Chose qui poussa encore plus leur curiosité. Sans se faire prier, elles suivirent leur amie qui les conduit vers une autre porte qui était située au font de la cathédrale.

Léa et Laura étaient émerveillées par la beauté du lieu. Elle ne put malgré tout le contempler, car un petit homme sortit de la pièce après qu'Alma y ait frappée. Léa était hypnotisée par lui. La bonté et la douceur qui émanait de l'homme l'envoutait. Quand ce dernier se posa devant les trois jeunes femmes, il les salua avec tendresse. Sa petite taille, ses cheveux courts blancs, son regard gris et tendre ainsi que la douceur de son visage, faisait attendrissait les cœurs les plus froids.

- Bonjours Alma comment vas-tu ? Lui demanda-t-il d'une voix très douce.

- Bonjour mon père, j'aimerais aller dans les lieux interdits aux publics si cela était possible.

- Je vois que ce lieu te fascine toujours autant. Pourrais-je en avoir la raison cette fois-ci ? Demanda le père toujours aussi poliment avec un doux sourire sur son visage.

- Je voudrais montrer la plaque à mes amies. Répondit Alma avec autant de politesse que lui.

L'homme regarda Léa et Laura avant de reporter son attention à Alma.

- Tu sais que ses lieux sont interdit aux publics, seul l'empereur et les gardiens de ses lieux, ont la permission d'y pénétrer. Dit le père.

- Oui mon père, j'en suis parfaitement consciente, mais je vous jure que ci cela n'était pas important, je ne les emmènerais pas. Répondit Alma avec du supplice dans la voix.

L'homme regarda tour-à-tour les trois jeunes femmes qu'il avait devant lui. Il se déplaça et alla se poser devant Léa. Malgré la petite taille de l'homme, la jeune femme était impressionnée par ce dernier. Celui ci la dévisagea, et se mit aussitôt à sourire.

- Vous avez le cœur pure et vos actions sont bonne. La cause que vous défendez est juste, mais méfiez-vous. De gros nuages noirs vous entoure, vous et vos amis.

Devant ses propos Léa fut sans voix, elle regarda Alma afin d'obtenir un aide.

- Il a la capacité de lire dans le cœur des gens ainsi que dans le passé et l'avenir.

Léa hocha doucement la tête et retourna son attention auprès du petit homme.

- Que voulez-vous dire par rapport aux nuages noirs ?

- Je ne pourrais rien vous apporter de plus, car les nuages son trop épais. La seule chose que je peux vous dire, c'est qu'avec votre amie qui se trouve au Colisée, vous devez toutes les quatre rester unis, car vos forces se multiplierons et vous pourrez dissiper la masse noir qui vous entour. Gardez vos cœurs aussi pure et vous pourrez franchir tous les obstacles.

Laura tout comme Léa, était impressionnée par ce mystérieux homme. Il avait parlé de Nolan et avait réussi à savoir où elle était. Malgré cela, les trois jeunes femmes eurent une sueur froide le long de leurs colonne vertébrale. Les mots de l'homme les inquiétait. Qu'est ce que ses nuages noirs pouvait bien vouloir dire. Tous ce qu'elles purent comprendre dans tout ceci, c'était qu'un grand danger planait au-dessus d'elles quatre.

Alma saisit le sens de tout ceci par rapport à elle-même. C'était clair, elle devait rester avec Léa et Nolan. Pourquoi elle n'en savait guère, mais les mots du père lui fit prendre définitivement sa décision. Elle resterait pour toujours auprès de ses nouvelles amies. Elle sentit qu'elle allait avoir un rôle dans toute cette histoire surtout après la libération de Nolan et l'arrestation de Tamas. Étant assez curieuse de savoir ce qui allait se passer ensuite, cela la poussa également à rester auprès d'elles.

La jeune femme sortit de ses pensée quand le père les autorisèrent à entrer dans les lieux interdit au public. Avant d'y aller il retourna dans sa pièce échangea quelques mots avec une autre personne puis ressortit en fermant la porte. L'homme fit signe aux trois jeunes femmes de le suivre. Il les conduit vers un grand pilier en pierre qui était situé à l'apposé de leur position. Arrivé devant une grille en métal, il passa une grosse clé dans la serrure. Un déclic indiqua l'ouverture de cette dernière. Il tira sur la grille et laissa passer les trois jeunes femmes. Il enta à son tour et referma la grille à clé derrière lui et emboita leurs pas.

Quand tout le monde arriva en bas des marche, les trois jeunes femmes laissèrent le père passer devant et se mirent à la suivre. Tout ceci ce fut dans le plus grand silence. Le couloir n'était éclairé que par des torches. Malgré leur présence, l'atmosphère qui régnait dans ses lieux était assez pesante. Léa et Laura regardèrent partout, des parchemins ainsi que des tableaux était posés sur les deux pans de murs du couloir. Chaque tableau représentait une bataille avec les différents empereurs que Rome ait pu avoir. Les parchemins étaient simplement la description détaillée du déroulement de la bataille.

Le petit groupe passa devant plusieurs portes fermés. Arrivé au bout du couloir, le père s'arrêta devant une porte. Il sortit une deuxième clé qui était caché dans sa tunique. Il déverrouilla la serrure et un autre escalier descendant était présent. Une fois de plus, l'homme fit passer les jeunes femmes et les suivirent dès que la porte fut refermée à clé. Arrivé en bas, Léa et Laura se figea. La pièce était immense. Il y avait énormément de torches. La pièce était si bien éclairé qu'elle ne laissait aucune place pour un coin sombre. Les jeunes femmes firent le tour avec leurs yeux rien n'habillait cette pièce hormis une grosse gravure en pierre posée sur le sol. Elle était si grande que Léa se sentait petite à coté.

Intrigué par celle ci, elle s'y approcha. Il y avait des dessins de deux enfants, d'un homme et d'une femme. Le texte était en latin. Étrangement même si elle n'arrivait pas à déchiffrer, cette langue lui était particulièrement familière. Elle ne se plancha pas plus sur le sujet quand Alma se mit à ses cotés.

- C'est une légende qui réside depuis la nuit des temps sur Rome.

- Une légende ? Demanda Laura en s'approchant également.

- Oui si je vous est emmenée ici c'est justement pour vous parler de cette légende, mais je vais laisser le père vous la raconté, car il vous l'expliquera mieux que moi et surtout, il en connait tous les détails.

Léa et Laura se tournèrent vers l'homme qui s'avança vers elle et attendirent le début du récit.










Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:31

CHAPITRE 34

L'homme se plaça à coté de la gravure afin d'avoir les trois jeunes femmes en face de lui.

- Comme vous l'a dit votre amie, cette légende existe depuis la nuit des temps. Mars le dieu de la guerre fécondera une femme mortel. Elle mettra au monde des jumeaux. Tout deux obtiendront des pouvoir surhumain. D'un simple geste, ils pourront fendre la terre et déchirer le ciel. Chaque enfant possédera une partie du pouvoir de Mars. Ses enfants devront être séparés dès leur naissance. Le jour où les deux héritiers se réuniront, le dieu de la guerre descendra dans la monde des mortels. Alors les enfants se regrouperait autour de Mars et dirigeraient sa puissante armée qu'ils lanceront sur les mortels afin de remplacer leur monde de paix en monde de guerre et de sang.

- Mais c'est horrible. Fit Léa déconcerté par l'histoire.

- Ce n'est pas tout. Continua Alma. Il est dit aussi que pendant la fécondation, Minerve la déesse de la guerre interviendra et mettra une protection autour de ses enfants, et que le jour ou les deux jumeaux se réuniront, elle descendra également sur le monde des mortels afin de les protéger de Mars.

- Ce jour-là, reprit le père. Les deux enfants devront choisir entre Mars et Minerve, et que selon leur choix, ils devront affronter l'un des deux dieux et son armée. Finit-il en regardant la gravure.

- Houa et ben c'est une sacrée légende. Tout le monde la connait ? Demanda Laura curieuse.

- Oui tout le monde la connais, mais seul les personnes importantes eurent le droit de voir cette gravure. Répondit le père.

- Mais ci cette gravure existe cela voudrait dire que la légende est vrai. Fit Léa.

- Nous ne savons pas si cela est vrai ou non, mais tout ce que nous pouvons dire, c'est que cette gravure a été faite par Minerve elle-même afin de prévenir les mortels. Répondit Alma.

- Je suppose que les personnages représentés sur la gravure sont les deux dieux et les jumeaux. Fit Léa

- Oui ce son bien eux. Répondit le père.

Le petit groupe restait un petit moment dans la pièce à parler de la légende. Il retourna dans la cathédrale une heure plus tard. Les trois filles laissèrent le père aller à ses occupation et elles sortirent des lieux. Elles partirent en direction du marché toutes perdu dans leur pensées.

Durant le récit, Léa était intriguée par les noms des dieux. C'était étrange cela lui rappelait quelque chose, mais elle n'arrivait pas à savoir quoi. Alma la sortie de ses pensée quand elle proposa d'aller à la taverne afin de manger quelque chose. Laura et Léa acceptèrent volontiers, car leur estomac commençait à crier famine. Elles arrivèrent y arrivèrent dix minutes plus tard et s'assirent à une table dans le fond de la pièce. Alma demanda à son père de leur servir le plat du jour avec un pichet d'eau.

Léa était toujours perdue dans ses pensées. Elle n'avait pas remarqué les différents allés et venus du tavernier. Elle se remémorait la légende. Il y avait quelque chose qui la tracassait, elle en était certaine. Quand d'un coup une lueur s'illumina dans son esprit.

- Arès ! Lança-t-elle en faisant sursauter ses deux amies.

- Arès ? Qui est Arès ? Demanda Alma.

- Arès est le nom grec du seigneur de la guerre. Répondit Laura.

- D'accord. Fit Alma. Mais pourquoi cries-tu son nom ? Demanda-t-elle à Léa.

- Mars n'est autre que Arès et Minerve Athéna.

- Oui, mais je ne vois pas en quoi cela à un rapport avec la légende. Fit Alma.

- Les dieux de l'olympe ont pour habitude de venir assez souvent sur la Grèce et de parler au mortel. Expliqua Laura.

- Quoi ?! Fit Alma surprise.

- Oui et c'est pour cela que je me dis que cette légende est vrai. Je suis sûr que toi aussi tu y crois, sinon, tu ne nous l'aurais jamais fait connaître. Dit Léa.

Alma se mit à soupirer et avala un morceau de viande.

- Tu vois, il y a quelque temps, jamais je ne m'y étais vraiment intéressée. Commença Alma. Quand le père m'en avait parler il y plusieurs années de cela, je l'avais écoutée d'une oreille distraite. Car les blas blas de cet homme, m'ennuyait à mourir. Mais depuis hier soir, je me suis remise cette légende en tête.

- Depuis hier soir ? Demanda Léa intriguée.

- Oui.

- Mais à quel moment ? Demanda Laura.

- Quand nous sommes aller voir Nolan. Au début je n'avais pas trop pensé à ceci, mais quand nous sommes retournées dans nos chambre, je n'ai pas arrêter de pensée à elle et d'un coup cette légende m'es revenue d'un coup.

- Attend, que veux-tu dire par là ? Demanda Léa sentant une boule dans sa gorge se faire.

- Je ne sais pas trop à vrai dire, mais quand je me suis retrouvés face à Nolan, j'ai cru voir mon reflet. Elle est mon identique en tout point de vue et cela m'a beaucoup intriguer et fait penser à cette légende.

- Et si Nolan et toi étiez les enfants de cette légende. Fit d'un coup Laura.

Devant les paroles dites, Léa et Alma sursautèrent et regardèrent leur amie avec les yeux écarquillés.

- Non c'est impossible. Dit Alma. Je n'ai pas de sœur et je suis romaine. Je le serai si j'avais une sœur. C'est juste une coïncidence.

- Dans ce cas là, je trouve que la coïncidence est énorme. Vous êtes chacune le reflet de l'autre et comme par hasard vous possédez chacune un pouvoir. Je trouve cela quand même assez étrange. Et franchement, je ne trouve aucune ressemblance avec ton père. Dit Léa.

- Surement que j'ai tout de ma mère. Répondit Alma en commençant à paniquer.

- Et elle est où ta mère ? Je ne l'ai jamais vue. La seule famille que l'on connaisse de toi, c'est ton père. Tu ne peux pas dire qu'elle est dans une maison, car tu vis ici avec lui. Continua Laura.

- Sur ce coup là je lui donne raison, intervint Léa. Je me suis d'ailleurs posée la question, où est ta mère, car il est vrai que tu ne ressembles en aucune façon à ton père.

- Elle n'a pas de mère, dit subitement le tavernier en faisant sursauter les trois jeunes femmes.

- Papa ! S'exclama Alma.

- Je suis désolé de m''immiscer dans votre conversation, mais quand j'ai entendu tes amies te poser des questions sur ta mère, je n'ai pu rester à ma place.

- Elle est où alors ? Demanda Alma en voyant que pour la première fois son père parlait de ce sujet.

- Alma, je crois qu'il est temps que je te parle de certaine chose te concernant. Commença le tavernier en s'asseyant à la table. Je vais également vous en parler, continua-t-il à l'intention de Léa et Laura. Car je suis sûr que l'histoire pourrais vous donner les réponses, dit-il en faisant bien comprendre à tout le monde qu'il avait tout entendu. Tu n'en vois aucun inconvénient ma chérie ? Demanda-t-il à sa fille.

Alma fit signe de la tête que non et l'invita à poursuivre. Elle sentit une boule d'angoisse se former dans son estomac et patienta.

- Après ce que je vais te dire, je ne suis pas sûr que veuille encore me considérer comme ton père, mais je suis dans le devoir de le dire. Il y a vingt ans de ça, le père de la cathédrale m'avait appelé pour lui livrer un repas. Quand je suis arrivé auprès de lui, il m'invita et me raconta qu'un homme était entré dans la cathédrale avec un bébé dans les bras. Il me raconta que l'inconnue le suppliait de prendre soin de l'enfant. Au début le père n'avait pas vue son état, mais quand il porta un peu mieux son attention envers lui, il vit que l'homme était grièvement blesser et qu'il lui restait que quelques minutes à vivre. Celui ci avant de rendre l'âme avait réussi à dire quelques mots.

- Et quels étaient-ils demanda Léa intéressée.

- L'homme lui avait demandé de prendre soin de bébé et qu'il fallait à tout pris le protéger, car c'était le bébé de la prophétie

- De la prophétie ? Demanda Laura intrigué.

- Oui, le père ne comprenait pas ce que voulait dire l'homme, mais avant qu'il ne puisse le lui demander ce dernier mourut. Après m'avoir raconté cette histoire le père me tendit l'enfant et me demanda de la protéger, car c'était une petite fille. Au début je ne voulais pas, car mes moyens ne suffisaient pas pour faire vivre un enfant, mais le père me dit que si l'enfant restait vivre avec lui, il serait en danger, car des hommes important ainsi que l'empereur et autres seigneurs de guerre, passaient régulièrement dans la cathédrale.

Le tavernier s'arrêta pour boire une gorgé d'eau puis reprit.

- En voyant ce petit être dans mes bras et surtout sans défense, je me suis laissé convaincre et j'ai ramené cette enfant avec moi ici. Durant toutes ses années avec l'aide du père, nous avons tout fait pour mettre cette enfant en sécurité. En grandissant l'enfant faisait des trucs étonnant. Il pouvait bouger, détruire et faire encore pleins d'autre chose rien qu'en les regardant. Durant l'année des sept ans de la petite alors que le père dinait ici, l'enfant avait fait exploser la tasse du père. Quand ceci se produisit, j'étais mort de peur et j'avais aussitôt attraper la petite dans mes bras, en m'excusant pour ce qu'elle avait fait, tout en le suppliant de ne rien dire. Le père c'était mit à rire, car il trouvait cela assez amusant. Durant les années qui suivirent cet incident, le père et moi avions redoublés de vigilance en ce qui concernait la protection de la petite.

Quand l'homme eut fini de raconter cette histoire, il se mit à regarder Alma. Cette dernière était blanche et tremblante comme une feuille. Tout en écoutant, elle comprit que l'enfant en question c'était elle. Elle se leva brusquement avant que son père ne puisse reprendre la parole et monta à toute vitesse dans sa chambre. L'homme devint triste et commençait à culpabiliser. Une main douce et généreuse se posa sur son épaule ce qui lui fit tourner la tête.

- Ne vous inquiétez pas c'est le contre coup, dit Léa en ce levant. Je vais aller la voir et lui parler. Vous avez bien fait de le lui dire, elle devait le savoir. La seule erreur que vous avez commise c'est de le lui avoir caché durant toutes ses années, finit Léa avant de partir à son tour en direction des chambres.

La jeune blonde arriva devant la porte de la chambre de son amie. Elle allait l'ouvrir quand elle se bloqua au son des pleurs d'Alma. Léa se mit à soupirer et entra dans la chambre. Elle avait le cœur lourd en voyant la jeune femme couchée sur le lit avec la tête entre ses bras. Tout son corps était que tremblement. Sans dire un mot, Léa s'approcha de la jeune femme et s'assit doucement sur le lit.

Alma n'avait pas besoin de tourner la tête pour savoir qui était son visiteur. Elle se redressa d'un coup et se jeta dans les bras de Léa qui l'accueillit avec tendresse. La jeune blonde referma ses bras autour du corps ravager par les sanglots et commença à la bercer, tout en lui caressant les cheveux.

Alma se sentant protéger relâcha la pression qu'elle avait emmagasinée durant le récit de son père.

- Pourquoi...pourquoi m'avoir cachée la vérité durant toutes ses années ? Demanda-t-elle.

- Il pensait bien faire, son devoir était de te protéger. Je pense qu'il ne voulait pas te la dire de peur que cela te nuise. Répondit Alma.

- Il a raté son coup, car il ne m'a jamais protégée. Dit sèchement Alma en se redressant.

- Que veux-tu dire ? Demanda Léa.

- Connaissant l'existence de mon pouvoir, il m'avait interdit de l'utiliser. Il me disait toujours « N'utilise jamais ton pouvoir sinon les gens te ferons du mal ». Et je le lui avais promis de ne pas le faire. Un jour alors que j'étais partit me promener dans les bois qui se trouve derrière Rome, un groupe d'homme passa à coté de moi. L'un deux c'était approché et m'avait abordée en me disait qu'il me trouvait à son goût. Je l'avais ignorée et continuer son chemin, mais malheureusement, il ne voulait pas me lâcher. Lui et trois de ses amis me rattrapèrent. Je commençais à avoir peur quand l'un d'eux m'attrapa violemment le bras et me jeta à terre. Quand j'ai essayée de me relever, ses compagnons m'attrapèrent chacun un membre et me clouèrent sur place.

Alma arrêta son récit, car sa voix commença à se briser devant ses souvenir douloureux. Ne voulant pas s'arrêter et pour avoir plus de courage pour continuer, elle se blottit dans les bras de Léa. Cette dernière comprenant le besoin de son amie, la laissa faire et referma ses bras autour du corps.

- L'homme passa au-dessus de moi et commença à me toucher. J'ai voulu utiliser mon pouvoir pour me libérer, mais la promesse que j'avais faite à mon père, résonnait dans ma tête et je ne pus me dégager. Durant des heures je hurlais et pleurait pendant qu'à tour de rôle ses hommes me volait ma pureté. J'avais essayé de les mordre un bras pour libérer, mais je me recevais à chaque fois des coups dans la figure. Quand ils eurent finis, il m'avait laissé sur le sol dans un état lamentable. Quand je suis rentrée à la taverne, il faisait nuit. Mon père m'avait disputée parce qu'il était tard et qu'il avait besoin de moi pour le service. Finit-elle les larmes coulant sur son visage.

Léa ne savait pas quoi dire, elle avait vraiment mal pour son amie. Durant tout le récit, elle n'avait pu retenir les larmes qui étaient montés aux yeux. Elle resserra son étreinte autour du corps et posa sa tête sur le dessus du crane de son amie.

- Je suis si désolée que tu es dus subir ça. C'est la pire des torture qu'une femme puisse supporter. Dit-elle d'une voix à peine auditive. Et je me doute que ceci n'est pas uniquement la chose que tu as subi pour l'interdiction d'utiliser ton pouvoir.

Alma hocha simplement la tête en guise de réponse.

- Tu es en sureté maintenant plus personne ne te fera de mal. Viens avec nous, et ton pouvoir tu pourras l'utiliser comme bon te semble.

Cette phrase fit sursauter Alma qui se redressa pour regarder Léa dans les yeux.

- Tu es sérieuse ? Tu veux que je vienne avec vous ? Demanda-t-elle en n'étant pas certaine de ce qu'elle avait entendu.

- Oui je veux que tu viennes avec nous. Même si ton père t'aime vraiment beaucoup, il bloque ta liberté. Je comprends mieux pourquoi tu t'es mise à voler, tu voulais trouver quelque chose qui te permettait de te faire sentir vivante.

Alma hocha la tête lentement en étant bouche bée de voir que la jeune femme avait parfaitement comprit ses actions.

- Tu vois je suis comme Laura, je suis persuadée que toi et Nolan êtes les enfants de cette légende, dit-elle en essuyant la larme qui coulait sur le visage d'Alma. Et en ce qui concerne la femme mortel, je suis sûr de qui elle est.

- Si ce que toi et Laura dite est la vérité et que Nolan et moi sommes bien jumelles, comment savoir si nous sommes les enfants de cette légende ?

- Je pense que nous le serons une fois que Nolan sera libérée et que vous serez toutes les deux réunit. Répondit Léa.

- Demain. Tout se révèlera demain. Dit Alma en se calant de nouveau contre Léa.

- Oui demain sera le début d'un autre chapitre. Finit Léa en regardant par la fenêtre.

Alma et Léa se réveillèrent en sursaut quand plusieurs coups furent donnés à la porte. Déboussolées, elles regardèrent partout autour d'elle puis la fenêtre. Elles virent que le jour était toujours levé

- Qu'est ce qu'il se passe ? Demanda Alma en s'étirant.

- Alma c'est Laura tu n'aurais pas vue Léa.

- Hein si, si elle est ici entre ! Répondit Alma en se mettant debout.

Laura fit ce que lui autorisait son amie.

- Hé ben tu étais passé où ? Demanda-t-elle à Léa inquiète.

- Ben ici pourquoi ? Je n'ai pas bougé de là. La jeune blonde sans comprendre.

- Je me suis inquiétée. Hier quand tu es monté dans la chambre d'Alma, je suis partis faire un tour, histoire de vous laisser seules. Quand je suis revenue dans la soirée, je suis venu à la porte et comme je n'entendais aucun bruit, je me suis dit qu'Alma était en train de dormir donc, je suis allée à ta chambre, mais tu n'y étais pas. Je me suis dit que tu étais parti faire un tour, alors je suis aller me coucher. Ce matin, je suis retournée dans ta chambre, tu n'y étais toujours pas, et comme tes draps n'avaient pas bouger, j'ai alors commencé avoir peur qu'il te soit arrivé quelque chose. Expliqua la jeune femme brune sans laisser le temps à Léa de parler.

- Hier ? Non tu veux dire ce matin. Rectifia Léa sans comprendre.

- Non, non hier. Affirma Laura.

- Mais hier tu étais avec Alexandre.

- Non hier j'étais avec vous et c'est hier qu'Alexandre est partis. Mais qu'est ce qu'il se passe ? Tu ne te sens pas bien.  ? Demanda Laura en voyant Léa complètement déboussolée.

- C'est impossible que ce soit hier, parce que le jour est toujours là et la nuit n'est pas encore tombée.

- Je vous assure que si, ça fait au moins quatre heures que le soleil c'est levé. Répondit Laura.

Cette dernière se retenait de rire, car elle avait compris que pendant la discussion de la veille, Léa et Alma c'était endormit jusqu'à ce qu'elle vienne elle-même les réveiller.

- Bon attend, hier nous sommes arrivée à Rome nous avons rencontré Alma et durant la nuit, nous avons fait une petite virée dans les rue. Fit Léa en essayant de ce souvenir de ce qu'il s'était passé.

- Non ça c'était avant-hier. Hier j'ai viré Alexandre, nous sommes aller à la cathédrale et le père nous à raconter la légende, ensuite, nous somme revenues ici et le tavernier nous à expliquer la venu d'Alma. Tu es ensuite monté la voir quand elle c'était enfermée dans sa chambre, et d'après ce que je comprends, vous vous êtes endormis toutes les deux sans vous en rendre compte. Expliqua Laura en retenant difficilement un méchant fou rire qui était sur le point de sortir.

La tête d'incompréhension de Léa et d'Alma eurent raison d'elle. La jeune femme lâcha le tout dans une grosse crise de rire à en avoir mal au ventre.

- Attend tu veux dire qu'aujourd'hui est un autre jour ? Demanda Alma.

La question de la jeune femme n'aida en rien Laura pour la calmer.

- D'après ce que je comprends, l’aujourd'hui pour nous est le hier pour elle, et l’aujourd'hui pour elle est le lendemain pour nous. Résuma Léa sans trop comprendre.

L'explication de la jeune blonde acheva Laura qui en pleurait tellement la situation était surréaliste. Léa et Alma devant la crise de rire de leur amie qui était très communicative, partirent elle aussi en fou rire. Ce moment durant une bonne dizaine de minutes avant que tout redevienne calme.

Laura prit une grande inspiration et reprit son explication.

- Bon, pour faire simple, vous avez dormi depuis que vous êtes montées jusqu'à ce que je vienne vous réveiller. Et du coup le reste de la journée d'hier et la nuit, sont passé sans que vous ne vous en rendiez compte.

- Oh bon sang. Nous avons autant dormit que ça ? Fit Alma surprise.

Laura hocha la tête en signe de réponse.

- Ça ne m'étonne pas. Toi tu as fait une nuit blanche et moi j'ai dû dormir deux heures. Répondit Léa. Au moins une chose est sûr, pour le plan d'aujourd'hui, nous allons être en pleine forme.

- Mais oui au faite le combat est dans combien de temps.  ? S'inquiéta Alma.

- Rassurez-vous. Il nous reste trois heures avant le début du tournoi. C'est pour cela que je vous cherchait.

- Trois heures c'est bien suffisant, dit Léa en se levant. Bon je vais me laver et on se donne rendez-vous en bas dans une demi heure.

- Ok répondirent ses deux amis ensemble.

Laura et Alma attendirent sagement le retour de leur amie et quand celle ci arriva enfin, les trois jeunes femmes sortir de la taverne et prirent le chemin qui allait les conduire jusqu'au Colisée.



Le soleil montra ses premiers rayons quand Tamas avait finis de se préparer. Il avait dormi comme un bébé avec des rêves de conquête plein la tête. Ce matin-là, il était de bonne humeur, et c'était d'une allure détendue, qu'il alla dans le Colisée retrouver son esclave favorite. Durant ses derniers jours, il n'y était pas aller afin de pouvoir mettre ses plans au point. Il avait donc laisser à ses hommes, la liberté de continuer l'éducation de Nolan.

Quand le seigneur arriva devant la porte blindée, les gardes qui étaient poster devant, l'ouvrit avant qu'il n'est eut besoin de le demander. Le sourire qu'affichait l'homme était glacial, et quiconque oserait le contredire, se ferait tuer sur le champ. Ses gardes prenaient l'initiative de faire tout ce dont leur chef avait besoin sans que ce dernier ne puisse prononcer un mot. Le comportement de Tamas lui donnait encore plus d'autorité et de respect.

Une fois la porte ouverte, il entra dans la cellule et alla se mettre devant Nolan. Il était fort surpris de voir cette dernière parfaitement réveillée. Il constatait également que son corps était soigné et qu'elle ne possédait pratiquement plus aucune blessure.

- Gardes !

Deux soldats arrivèrent immédiatement et se posta derrière le seigneur.

- Qui l'a soignée ! Demanda celui ci en colère.

- Nous ne savons pas maître, elle était déjà comme cela hier. Répondit l'un des hommes avec peur.

- Et vous ne l'avez pas éduquée hier ?!

- Si bien-sûr. Nous avons fait tout ce que vous nous avez dit, mais je ne sais pas pourquoi, elle sait mise à obéir à tout ce qu'on lui avait demandé.

- Et elle ne sait pas plein ou même ne vous à pas regardée de travers ? Demanda Tamas surpris de ce qu'il venait d'apprendre.

- Non rien, elle acceptait tout ce qu'on lui avait demandé et elle a même tué un gladiateur lors de la séance d'entrainement. Elle a fait exactement tout ce que vous avez ordonné.

- C'est étrange. Aurait-elle enfin comprit qui j'étais et aurait-elle enfin décidé de devenir une bonne fille ?

- Je ne sais pas, donc en vue de son comportement, nous nous sommes dit qu'elle n'avait pas besoin d'être frappée au visage. Finit le soldat avec appréhension d'avoir pris une telle décision.

Tamas impressionné par la jeune femme. Il se mit à la dévisager des pieds à ma tête. Il devait admettre que si cette dernière c'était mise à obéir docilement, il n'y avait aucune raison de la tabasser. Le seigneur fut ravi de la pensée de ses hommes, car comme cela Nolan était en pleine forme pour le combat d'aujourd'hui.

Sous la grande surprise des soldats, le chef les remercia et leur demanda de prendre congé. Une fois qu'ils furent partis, l'homme retourna mon intention auprès de Nolan.

- Bien, jeune fille pour aujourd'hui, nous allons te laisser te reposer afin que tu sois en forme. Je vais simplement te tire ce que tu as à faire. Mes hommes t-ont certainement injecter le produit, mais sous mes instructions, ils en ont mis que très peu cette fois ci. Comme cela, tu auras tout ta force physique pour pouvoir te battre au corps à corps. De plus, si tout se passe comme prévue, tu gagneras et à ce moment-là, une partie de ton pouvoir reviendra et là, je veux que tu assassines l'empereur. Aussitôt fait, mes hommes se mettront autour de toi afin de te protéger et t'aider à t'enfuir, expliqua l'homme. Tu as compris ?

Nolan qui regardait Tamas depuis son arrivé, se mit à hocher de la tête sans dire un mot.

- Bien je te laisse à présent, je dois rejoindre les gradins afin de voir le début du spectacle. Je sens que je vais bien m'amuser moi, finit Tamas avant de partir.

Nolan durant tout le discours, avait réussi à garder une attitude neutre. Plus d'une fois elle avait retenu un rire, surtout quand Tamas était en train de lui expliquer son plan. Et quand ce dernier fut partis de sa cellule, Nolan prit la fiole de Léa dans sa main. Elle l'avait cachée dans la ceinture de son pantalon. Et quand elle l'eut devant les yeux, elle se mit à sourire.

- Oui Tamas, je sens que tu vas bien t'amuser et moi aussi d'ailleurs. J'ai attendu ce jour depuis que tu m'as capturée avec grande impatience. Léa patiente, bientôt nous serons réunis et pour de bon cette fois ci. Je te fais la promesse que plus jamais je ne serais loin de toi, dit-elle en serrant fortement la fiole contre son cœur.



Léa se figea quand des murmures lui parvint à l'oreille. Elle se mit à regarder tout autour d'elle et ne vit personne. Les mots qu'elle avait entendus, étaient dit avec une telle douceur, qu'elle réalisa que c'était sa bien aimée qui les avait prononcé. Malgré le faible son, elle put en comprendre chaque syllabe. Elle mit lors sa main sur son cœur et la pressa.

- Moi aussi je te fais la promesse de ne plus être loin de toi. Répondit-elle dans la même douceur avec un sourire timide.

Sans qu'elle s'en aperçoit, de fines larmes coulèrent sur ses joues.

- Léa tu vas bien ? Demanda Laura inquiète.

La jeune blonde sursauta et se mit à regarder ses amies, incrédule.

- Oui, oui je vais bien.

- Tu es sûr ? Insista Alma en essuyant une larme.

La jeune blonde fut extrêmement surprise par le liquide qui était sur le doit de la jeune femme.

- Mais je pleure ? Demanda-t-elle sans comprendre.

- Oui, c'est pour cela que nous nous sommes inquiétées. Tu t'es arrêtée de marcher d'un coup et quand on s'est retournées, tu pleurais. Tu es sûr que tout va bien ? Demanda Laura.

- Mais oui, je n'ai aucune raison de pleurer c'est simplement que j'ai entendu un murmure à ma gauche. Répondit Léa étonnée par son propre comportement.

- Un murmure ? Demanda Alma.

- Oui et c'était la voix de Nolan.

- La voix de Nolan, mais comment est ce possible alors qu'elle est enfermée ? Demanda Laura.

- Je le sais, moi non plus je n'ai pas trop comprit. Enfin passons. Allons-y il ne faut pas perdre de temps. Dit Léa en concluant la discussion.

- Oui répondirent ses deux amis à l'unisson en acceptant la décision.

Alors qu'elles reprirent leur marche, aucune des trois jeunes femmes ne virent la silhouette les observant debout sur un toit.

- J'espère avoir bien fait. Dit elle avant de disparaître.

Quand les trois amies arrivèrent enfin au Colisée, deux soldats de la garde de l'empereur se mirent en travers de leur chemin.

- Veuillez nous suivre. Ordonna l'un des hommes.

Les trois femmes se regardèrent sans trop comprendre.

- On peut savoir la raison objecta Alma.

- Vous avez le choix, soit vous nous suivez gentiment, soit nous vous forçons, mais dans les deux cas vous êtes obligées de venir. Dit l'homme sans prêter attention à la question posée.

- Très bien nous vous suivons. Répondit Léa en stoppant Alma d'un bras.

Les soldats hochèrent leur tête et emmenèrent les jeunes femmes à l'intérieur du Colisée en passant par la porte réserver à l'empereur. Arrivé dans une grande pièce qui pour Laura ressemblait à une salle de réception et les deux soldats partirent en les laissant seules.

- Mais que ce passe t-il ? Demanda Alma nerveuse.

- Je ne sais pas attendons. Répondit Léa en se dirigeant vers l'une des fenêtres.

De la où elle était, elle avait une vision complète de l'arène. Léa pouvait voir les gradins se remplirent. Elle fit le tour de l'arène avec ses yeux et découvrit la grosse grille où les gladiateurs allaient entrer. Sa contemplation fut interrompue par l'arriver de l'empereur. Sans attendre, la jeune blonde retourna auprès de ses amis et tout les trois saluèrent poliment l'homme.

- Bonjours mesdemoiselles. Je suis navré de vous avoir fait venir ici dans ses conditions, mais je ne voulais pas attirer l'attention des seigneurs de guerre. Expliqua l'empereur accompagner d'un agréable sourire.

- Vous nous avez fait peur, j'ai cru que vous alliez nous mettre au cachot, répondit Alma dans un gros soupir de soulagement.

Le comportement de la jeune femme fit rire l'empereur.

- J'aime toujours autant votre naturel, dit-il en mettant une main généreuse sur l'épaule de la jeune femme.

Cette dernière devant la sympathie de l'homme se mit à rougir.

- Bien mes enfants je vous est fait venir ici afin de vous placer dans un endroit loin des regards. J'ai pensé que Tamas vous connaissait Léa, et que s'il vous voyait, il commencerait à avoir des soupçons. Expliqua l'empereur.

- Vous avez raison, répondit Léa. Alors, vous comptez nous mettre où ?

- C'est très simple vous allez vous vous mette à côté des garde qui se trouve à la porte est. Répondit l'empereur.

- Attendez, fit Alma en se dirigeant vers la fenêtre. Mais c'est du même coté que Tamas. Fit-elle en regardant dehors.

- C'est exact et si vous vous mettez à cet endroit précis, Tamas ne vous verra pas. Et de plus, il sera tellement absorbé par le déroulement du tournoi qu'il ne cherchera pas à regarder qui est autour de lui.

- C'est bien pensé, mais comment allons-nous y aller ? Demanda Laura.

- Ne vous inquiéter par pour cela, j'ai tout prévu. Un des soldats qui vous a emmené ici, vous accompagnera, répondit l'empereur en se dirigeant vers la porte.

Il l'ouvrit et demanda à un esclave de venir. Ce dernier arriva avec des vêtements et les posa sur la table.

- Afin de vous fondre dans le paysage, j'ai pensé qu'il valait mieux vous changer et vous faire passer pour des romaines, expliqua l'homme en voyant les regards interdits des jeunes femmes.

- Attendez, il n'y a que deux habits pour femmes, fit Alma en tenant des robes.

- Oui parce que l'une d'entre vous se fera passer pour un soldat. Répondit l'empereur.

- Quoi ! Vous êtes sérieux ? Demanda de nouveau Alma avec peu enthousiaste.

Le naturel de la jeune femme plaisait beaucoup à l'empereur qui riait de bon cœur.

- De plus, je crois que tu vas être mécontente du choix de la personne qui vas jouer le soldat. Fit Léa en rigolant.

- Ah non, ne me dite pas que c'est moi qui vais me le coltiner. Fit la jeune femme brune avec une moue dépitée.

- Si, répondit Laura en rigolant.

Alma affaissa ses épaule complètement anéantis.

- Pourquoi faut-il toujours que se soit moi qui me tape les sales rôles.

- Je suis désolée, mais c'est toi qui es la plus grande d'entre nous. Dit Léa en se calmant.

Alma regarda tour à tour ses deux amis et devait admettre que les vêtements de soldat, aurait été bien trop grand pour elles et capitula.

L'empereur était sorti de la pièce afin de laisser les trois jeunes femmes se changer. Quant-il revint auprès d'elles après leurs appelles. Il fut impressionné.

Laura et Léa étaient habillées d'une tunique qui blousait au-dessus de leur taille attacher par une ceinture. Elles avaient passé par-dessus de la tunique, une longue robe appelée stola, dont le bas était brodé. Celle de Laura était de couleur bleu tirant sur le violet alors que celle de Léa était d'un vert émeraude.

L'empereur fut subjugué par la beauté de Léa. Cela ne faisait plus aucun doute sur la façon dont Léa portait le vêtement. La jeune femme était romaine. Sans compté le prénom qui l'était à cent pour cent.

Un bruit de métal attira son attention et l'homme se mit à sourire de bon cœur en voyant Alma porter l'uniforme militaire. Sous la cuirasse qui était composée de bandes de métal, maintenue à l'intérieur par des courroies de cuir très souple, elle portait une chemise en laine sans manche. Elle était chaussée de bottine consistant en une triple semelle en cuir. Deux courroies étaient attachées à la deuxième semelle et s'enroulait autour de la cheville et du mollet qui fixait les bottine au pied. Tout ceci fut accompagné d'une épée accrochée à la taille, d'un casque en bronze qui lui protégeait la nuque et les oreilles où elle avait soigneusement remonter ses cheveux afin de les cacher, d'un bouclier rond constitué de lattes en bois entre croisées et collées. Recouvertes de cuir et renforcé de métal et pour fini, elle portait un ceinturon avec un tablier composé de lanières de cuir décorées.

- Bien vous êtes toute magnifique. Dit-il sincèrement.

- Si vous le dite. Fit Alma mécontente de son déguisement.

- Dit toi que c'est pour la bonne cause. Fit Léa d'une voix compatissante.

- En plus tu es très belle comme cela. Dit Laura en s'approchant de son amie.

- Ah bon tu trouves ? Demanda Alma peu convaincu.

- Mais oui, cela te donne encore plus d'assurance. Allez viens nous n'avons plus le temps ça va commencer. Finit Laura en la poussant pour la faire sortir de la pièce.

Léa et l'empereur c'était mit à rire devant la scène. La jeune blonde avant de partir, c'était retourner auprès de l'homme et l'avait chaleureusement remercier avant de rejoindre ses deux amis qui se faisait conduire par le soldat à leur place prévue.

L'empereur n'avait pas quitter des yeux le petit trio. Il devait admettre que c'était des sacrées bout de femmes. Il était ravi de les avoir rencontrée. Sans attendre lui aussi partit rejoindre sa tribune.

Nolan, Léa, l'empereur ainsi que Laura et Alma eurent la même pensée. Le chapitre final allait enfin commencer.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:32

CHAPITRE 35

Les trois jeunes femmes ce furent installées comme l'avait dit l'empereur dans la zone EST. Léa et Laura c'étaient assissent sur les gradins qui se trouvaient aux pieds des remparts, au coté de la porte de sortie. Alma c'était placés entre deux soldats et faisait mine de monter la garde, avec sa main droite posée sur le pommeau de l'épée.

Pour plus de sureté, Léa et Laura avaient pris des éventails. Elles les avaient ouvertes en se donnant de l'air. Comme cela, leurs visages étaient cachés dans une attitude naturelle. Elles purent apercevoir l'empereur prendre place sur son trône. À ce moment-là, l'arène devinrent rapidement silencieuse. L'homme s'avança et commença à parler. Il fit un long discours de bienvenu tout en expliquant les règles des combats. Qui voulait dire que le combat s'achèvera si l'un des concurrents ne pouvait plus combattre ou bien était mort. Si par chance le vaincu était toujours en vie, alors c'était le public lui-même qui devrait choisir la sentence.

Une fois le discourt finit et avant de s'assoir, il déclara le tournoi ouvert. À ce moment précis, la grande grille s'ouvrit. Tous les concurrents entrèrent les un après les autre dans l'arène. Nolan fut l'avant-dernière à y pénétrer. Aussitôt à l'intérieur, elle leva la tête et chercha sa promise. Quand elle la trouva, Nolan fut fort surprise de la voir à quelque gradin de Tamas. Elle réussit à garder son expression neutre quand ses yeux croisèrent ceux de sa bien aimée.

Léa durant le passage des gladiateurs se sentait particulièrement nerveuse, elle attendait avec impatience l'arriver de la jeune femme. Quand celle-ci entra dans l'arène, son cœur se mit à battre la chamade. Elle se retenait de toutes ses force de ne pas sauter dans l'arène pour aller se blottir dans les bras de son amante. La jeune blonde réussit à contenir les larmes de joie qui montait. En voyant l'était physique de Nolan, Léa était vraiment heureuse que Tamas et ses hommes ne lui aient infligé aucune autre blessure. Elle la trouvait particulièrement en forme.

Tamas en voyant son esclave entrer, eu son cœur se remplir de joie. Il était impatient que son combat arrive, mais comme il se disait, la patience aura du bon et il voulait savourer son moment de gloire.

Laura furent vraiment heureuse de revoir Nolan. Elle lui avait énormément manquer et la voir en pleine forme, la remplissait de joie. Quant-elle avait remarqué, que Nolan regardait dans leur direction, elle avait tourné la tête et sentit le bonheur de Léa.

Au moment où Nolan avait pénétré dans l'arène, l'empereur s'étrangla avec son vin à la vue de cette dernière. La ressemblance avec Alma était si énorme qu'il crut au départ que c'était elle et commença à paniquer. Quand il avait vu la jeune femme à son poste entre ses deux hommes, l'empereur se calma. Il était troublé par Nolan.

- Bon sang on dirait des jumelles, pensa l'empereur.

- Pardon ? Lui demanda l'un de ses invité.

- Hein, eu non rien. Je pensais à voix haute, répondit l'empereur en s'apercevant qu'il avait prononcé les mots à voix haute.

Alma en revoyant Nolan, se mit à repenser à la légende. Elle n'arrivait pas s'enlever de la tête les paroles de Laura. Et si Nolan et toi étiez les enfants de cette légende. Elle avait beau essayer de se convaincre que non, mais sa ressemblance avec Nolan tel un miroir, lui prouvait le contraire. Sans parler de leurs pouvoirs qui était pratiquement identique d'après ce que Léa lui avait racontée. Pour avoir enfin la réponse à tout ceci, elle était obligé d'attendre la fin de cette mission. Alma se concentra alors sur l'arène en essayant de ne penser qu'à leur objectif.

Pendant un quart-d'heure les gladiateurs furent présenté à l'ensemble des spectateurs, ensuite ils regagnèrent leur lieu d'attente. Les combats se succédèrent. Les deux premiers furent finis assez rapidement alors que le troisième, dura plus de trois quart-d'heure.

Durant le combat qui se trouvait avant le sien, Nolan partit rapidement dans un coin et cinq minutes avant la fin du combat, elle avala l'antidote et cassa la fiole pour ne pas qu'elle soit vue. Quand son nom fut appelé, la jeune femme s'approcha rapidement en se mettant aux cotés de son adversaire qui faisait deux têtes de plus qu'elle. Malgré cela Nolan n'était pas du tout impressionnée. L'homme la regardait de haut et essaya de l'intimider en faisant de grand geste, mais remarqua que cela n'avait aucun impact sur notre amie.

Les deux adversaires entrèrent dans l'arène sous les applaudissements des spectateurs. À ce moment-là, Tamas, Léa, Alma, Laura et l'empereur se redressèrent sur leur siège et se concentrèrent sur le combat. Nolan était légèrement nerveuse, car son rôle était très important pour la survit de l'empereur. Elle fit rapidement le tour de l'arène à la recherche de l'empereur et des hommes de Tamas. Le plan de Léa était parfait, mais celui de Tamas l'était un peu plus que le sien. Car la jeune blonde n'avait pas prit en compte les hommes du seigneur de guerre. Nolan repéra l'un des hommes qui avait pris l'apparence d'un soldat de l'empereur. « J'en étais sûr. » Ce dit la jeune femme avec colère.

Du coin de l'œil, elle vit son adversaire la charger avec l'épée à la main. Elle esquiva facilement la larme qui lui arrivait au niveau du cou. Nolan décida de se concentrer sur le combat et qu'elle agirait en temps voulu pour sauver l'empereur. Sans attendre, elle sortit son épée et se mit en garde. Son adversaire s'arrêta dans son élan et se mit lui aussi dans la même position avec un sourire sadique sur les lèvres.

- Tu vas mourir jeune fille, dit -il fièrement.

- Au lieu de parler pour ne rien dire, vient plutôt m'attaquer. Répondit Nolan avec un sourire glacial.

Les paroles de Nolan mit le gladiateur en rage. Celui ci fonça rapidement sur la jeune femme et lança son épée en direction, de son crâne. Nolan para l'attaque en levant son épée, sans attendre, elle mit le plat de son pied sur le ventre de son adversaire et le poussa de toutes ses forces, puis, elle se jeta à son tour sur l'homme qui était déséquilibré. Celui voyant Nolan arriver rapidement, prit appuis sur ses deux jambes et lui envoya un revers dans la figure. La jeune femme ne put agir à temps et se prit la violence du coup de pleins fouet et alla s'étaler quelques mètres plus loin.

Nolan se releva difficilement. Elle se mit à cracher le sang qu'elle avait dans la bouche. Elle n'eut pas le temps de se relever que l'homme lui envoya un gros coup de pied dans le ventre. La violence du coup lui arracha un cri de douleur.

Léa se contenait pour ne par intervenir. « Saleté de poison ! Sans lui Nolan aurait toutes ses capacités. » Ragea-t-elle. Laura de son coté serra les dents et les point, elle voulait elle aussi entrer dans l'arène et massacré le gladiateur. Alma regardait l'adversaire de Nolan avec des yeux noir et remplis de haine. Elle ne comprenait pas elle-même pourquoi elle agissait de la sorte, mais de voir la jeune femme se faire battre était insupportable pour elle.

Nolan de ses deux mains, réussi à arrêter le pied du gladiateur qui lui arrivait en plein visage. « Tenir... je dois tenir jusqu'à ce que je récupère toutes mes capacités. » Se dit elle, en sentant l'antidote faire effet. La jeune femme usa de toutes ses forces pour se relever tout en repoussant le pied de l'homme qui donna de la pression.

- Tu crois que tu vas pouvoir te relever alors que ma puissance réside dans mes jambes. Dit le gladiateur fièrement.

Il ne faut jamais vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Dit Nolan en continuant à se lever.

Quand la jeune femme parvint à se mettre à genoux, elle se mit à crier de toutes ses forces et réussit à repousser le pied du gladiateur en lui faisant perdre l'équilibre. Profitant que son adversaire soit à terre, Nolan attrapa son épée et se remit en position de défense.

- Tu vas me le payer ! S'exclama le gladiateur fou de rage.

- Je te l'avais dit de ne pas crier victoire tout de suite je suis pleins de ressource.

Tamas savourait ce combat. Nolan malgré l'absence de sa force physique,e montrait toute sa qualité de combattre. Contrairement à ce qu'il voulait, il espérait que le combat dure plus longtemps afin de savourer ses instants.

Le public entier était sans voix devant la ténacité et la volonté de Nolan. D'un coup l'un des spectateurs se mit à applaudir et le reste le suivirent en criant le nom de la jeune femme. Tous les invités ainsi que le public soutenait Nolan.

Léa était émue de voir le public scandé le nom de sa bien aimée et la soutenir. Elle ne pouvait malheureusement pas les accompagner, car sinon elle se ferait remarquer. Elle se mit simplement à soutenir Nolan en son for intérieur. « Courage mon amour, je suis avec toi, il ne reste plus beaucoup de temps. Je t'aime. »

Nolan se figea quand un murmure lui parvint à l'oreille. À cause de cela, elle ne vit qu'au dernier moment l'épée de son adversaire qui lui arrivait par la droite. Elle eut juste le temps de se reculer afin de l'évité. Malgré cela, le pointu de la lame lui coupa la joue. Du coin de l'œil, Nolan vit le sang couler de la blessure chose qui l'a mis folle de rage. La jeune femme se jeta à vive allure sur son adversaire et lui envoya son épée en pleine figure. Le gladiateur surprit par le subit changement de comportement de son assaillant, eut à peine le temps de lever pour parée l'attaque. Dans son élan Nolan envoya un coup de pied tourner en plein visage de l'homme qui s'effondra sous la puissance du coup.

Nolan était essoufflée. En voyant son adversaire à terre et elle se mit à regarder dans la direction de Léa. Dans les murmures, elle avait compris les mots et reconnu la voix de la jeune femme. « Mais comment ? » Ce demanda-t-elle. Nolan ne put s'étendre sur le sujet plus longtemps quand le gladiateur se remit debout en lui envoyant l'épée au niveau de son corps. Nolan sauta aisément et évita l'attaque. Pendant son action Nolan en profita pour envoyer un autre coup de pied dans la figure de l'homme.

Nolan sursauta légèrement et ouvrit les mains avant de les regarder.

- Ma force., dit-elle. Ma force est vraiment en train de revenir.

La jeune femme était vraiment surprise de constater que l'antidote de Léa marchait à merveille sans attendre, elle leva les yeux et chercha un petit objet peut visible. Quand elle posa ses yeux sur une des statue qui entourait l'arène, Nolan fixa un des doigts. D'un coup celui ci explosa en milles morceaux. Les yeux écarquillés, la jeune femme regardait son travail. Elle s'aperçut que son pouvoir aussi lui revenait. « Encore quelques minutes et je serais enfin entière ». Ce dit-elle en se mettant en garde pour accueillir son adversaire qui la chargeait.

Une fois encore, Nolan évita les attaque de l'homme avec souplesse et agilité. Elle se laissa malgré tout frapper afin de ne pas donner des soupçons à Tamas.

Léa été plus qu'heureuse que son antidote fasse effet. La jeune femme pouvait voir que sa compagne récupérait de plus en plus ses facultés ainsi que son pouvoir. Elle se tourna auprès de ses amies, qui lui firent un signe de tête afin qu'elle comprenne que elles aussi avait vu le changement.

Contrairement à ses amies, Alma avait vue le pouvoir de Nolan s'activer. Et cela l'avait surprise. Même si elle était au courant de son existence, elle n'aurait jamais imaginer qu'il aurait été si puissant. Plus Nolan se régénérait et plus Alma sentait le pouvoir de jeune femme.

Au bout d'une demi-heure de combat. Nolan suite au coup qu'elle venait de se recevoir, se mit entièrement droite et lâcha son arme. Cette action surprit tout le monde. Sauf Léa, Laura, Alma et l'empereur. Tout les quatre se mirent aussitôt en condition et prêt à agir. C'était le signale qu'ils attendaient. Nolan était complétement régénéré et le phase final allait enfin pouvoir commencer.

Nolan qui était de profil vis-à-vis de Tamas, tourna uniquement la tête et le regarda. Ce dernier ne comprenait pas ce que la jeune femme faisait. Le gladiateur qui voyait son adversaire l'ignorer, se jeta sur elle de toute sa rage. Nolan tendit immédiatement sa main dans droite dans sa direction et le corps de l'homme se stoppa net. La jeune femme qui n'avait pas quittée le seigneur de guerre des yeux, se mit à sourire méchamment. D'un simple geste, elle fit voler son adversaire à l'autre bout de l'arène sous les yeux ébahi des spectateurs qui se turent devant l'action.

Tamas commença à se sentir nerveux. Ce qu'il venait de voir était tout sauf réel. Sa stupeur l'empêcha de bouger. Nolan sans bouger fit voler son épée et la mit devant elle au niveau de sa tête. Doucement l'objet se tourna et la lame se positionna en direction de l'emplacement de l'empereur.

Ce dernier voyant l'arme dangereusement pointé sur lui commença à avoir peur. Il se demandait si les jeunes femmes ne lui avait pas jouer un sale tour. Les personnes en question, commencèrent aussi à avoir peur. L'action de Nolan n'était pas prévu. Elle ne devait en aucun cas tuer l'empereur.

Tous les spectateurs et gladiateurs retirent leurs souffles dans l'attente de l'inévitable. Les soldats du chef de Rome se préparèrent à foncer sur la jeune femme. Celle ci senti tous les regards sur elle, mais ne s'arrêta pas pour autant. Son regard posé sur Tamas devenait de plus en plus glacial. Son sourire était pratiquement celui d'un démon.

D'un coup, toutes expressions disparurent pour ne laisser place qu'à la haine.

- Ton plan a échoué !  ! Cria Nolan avant de lancer l'arme en direction de l'empereur.

L'épée trancha l'air dans une rapidité qui était à peine visible à l'œil nu, avant de se loger dans le corps d'un garde en le transpercent froidement. Ce dernier mit immédiatement les mains sur l'arme, mais ce fut trop tard. Il s'effondra mort à coté de l'empereur. Durant sa chute le casque du soldat tomba et le visage d'un des hommes de Tamas fut découvert.

L'empereur qui c'était rapidement levé afin d'éviter le cadavre, passa son regard entre Nolan et le mort plusieurs fois. « Bon sang ! » Se dit l'empereur en réalisant que la jeune femme venait de lui sauver la vie. « Mais comment l'a-t-elle su alors qu'aucun de nous l'avions remarqué. » Sans attendre, le chef de Rome stoppa ses soldats.

Tamas se leva d'un bon et comme l'avait prédit Léa, réalisa que son plan avait été découvert. Il partit immédiatement en passant d'un gradin à un autre afin de retrouver rapidement la sortie. Il stoppa quand il vit plusieurs hommes l'encercler. « Bien sur les soldats était en civile. C'est pour ça que j'ai trouvé cela étrange de ne pas en avoir assez. » Ne cherchant pas à en savoir plus, Tamas prit le seul passage disponible, l'arène.

Ayant promis à Léa qu'il ne ferait rien de cruel. Nolan n'intervint pas de suite. Elle attendait de voir comment les hommes de l'empereur allaient faire pour arrêter ce tyran. Au moment où il vit un trou dans le public, Tamas s'y précipita, mais un puissant coup de pied lui arrivant dans l'estomac le stoppa en le faisant s'écrouler au sol. Sans attendre l'agresseur posa un pied sur le dos de Tamas avant de mettre la lame de son épée contre sa gorge.

- Tu bouges t'es mort. Dit la personne avec colère.

Tamas entendant une voix féminine, osa tourner la tête.

- Nolan ! S'écria l'homme paniqué.

- Non moi c'est Alma, mais je suis aussi dangereuse qu'elle. Répondit la jeune femme avec hargne.

L'action de la jeune femme permit aux soldats de l'empereur de venir capturer le seigneur de guerre. Elle s'écarta pour les laissés passés. Avant que les soldats n'embarquent le tyran, Alma se pencha afin d'avoir sa bouche proche de son oreille.

- Ne te réjouis pas trop vite, nous allons bientôt nous revoir. Fit-elle d'une voix extrêmement glaciale.

Sur ses derniers mots, les hommes emmenèrent Tamas dans les cachots. Alma se tourna et regarda fièrement l'empereur. Celui ci se mit à rire de l'attitude de la jeune femme et lui fit un signe de remerciement. Quelque chose attira leur attention à tout les deux et regardèrent ce que c'était.

Au moment où Tamas fut emmené, Léa se mit debout et se dirigea à grande vitesse vers l'arène. Elle passa à travers les gens en faisant attention de ne pas trébucher. Arrivée au bord, elle se mit à sauter sans réfléchir. Alma qui la vit faire activa rapidement son pouvoir. Même si Léa était agile et robuste, la hauteur de l'arène l'aurait tuée. Léa réalisa son imprudence quand elle sentit son corps se faire déposer sur le sable. Elle remercia silencieusement son amie et se précipita sur Nolan.

Celle ci qui avait aussi regarder Tamas partir, porta son attention au bout de l'arène, quand du coin de l'œil elle vit une petite blonde se faire déposer à l'intérieur. En reconnaissant sa douce, Nolan ne perdit pas de temps et parti en courant à la rencontre de la jeune femme. Les deux jeunes femmes se sautèrent mutuellement dans les bras dans une étreinte passionnée. Ne se souciant pas du monde qui les entourait, Toutes deux partirent dans un baisé doux en se perdant dans un bonheur immense.

Laura les regardait les larmes aux yeux. Elle était heureuse de les revoir enfin réunies après ce long moment. Alma tout comme l'empereur ne purent cacher leur bonheur. Ils laissèrent un sourire apparaître sur leurs visages avec la même penser. « On brave tous les dangers pour l'amour de sa vie. »

Quand les deux amantes rompirent leur baisé, elles réalisèrent enfin que tout le monde les regardèrent. Elles se mirent immédiatement à rougir. Toutes deux partirent de l'arène et entrèrent dans le lieu d'attente. Les deux jeunes femmes se mirent dans un endroit au calme loin des regards. Léa se colla contre Nolan qui la serra fortement contre son cœur.

- Je suis si heureuse d'être enfin avec toi, dit Léa la voix remplis d'émotion.

- Moi aussi je suis heureuse. Je n'avais jamais réaliser comment c'était aussi formidable de ressentir des sentiments. Dit Nolan le regard remplis d'amour.

Devant cet aveu, Léa redressa la tête et plongea son regard dans celui de Nolan. Cette dernière baissa la sienne et captura les douces lèvres de la jeune femme. Afin d'approfondir le baisé, la jeune blonde passa ses bras autour du cou de son amante. Les deux jeunes femmes s'embrassèrent dans une parfaite harmonie. Nolan un peu hésitante, caressa les lèvres de la jeune femme de sa langue afin de lui demander l'accès à la sienne. Le message fut accepté avec bonheur. De la sienne, Léa alla caresser celle de son amante. Leur baiser partit dans un ballait remplit d'amour et de passion.

Doucement le baisé se rompit. Nolan posa son front contre celui de la jeune femme et ferma les yeux.

- Je suis si heureuse, dit-elle simplement d'une voix tendre. Jamais ne n'aurait pensé vivre cela un jour.

- Moi non plus, répondit Léa.

- Je voulais te remercier. Dit Nolan.

- Pourquoi ? Demanda Léa surprise des mots.

- Ton encouragement m'avait redonné la force de me relever.

- Mon encouragement ? Demanda Léa sans comprendre.

- Oui, tu m'as bien encourager ? Demanda Nolan commençant à douter.

- Non je n'ai rien dit, répondit Léa en s'écartant légèrement de la jeune femme.

- Quoi, mais pourtant j'ai entendu ta voix dans un murmure. Dit Nolan stupéfaite.

- Je te jure que je n'ai rien. Dit la seule chose que j'ai faite, c'est d'avoir pensé.

- Tu es sur ?

- Oui, oui. Qu'est ce que tu as entendu ?

- Les murmures mon dit, « courage mon amour, je suis avec toi. Il ne reste plus beaucoup de temps. Je t'aime. »

Léa se figea.

- Qu'est que tu as ? Demanda Nolan en voyant la jeune femme blanchir.

- C'est mes mots...répondit Léa en tremblant.

- De quoi je n'ai pas entendu.

- Ce son mes mots c'est ce que j'avais pensée.

- Comment ça ? Je ne comprends pas.

- Cette phrase est ma phrase d'encouragement que j'ai dit dans ma tête.

- Quoi ?! Tu plaisantes ? Fit Nolan consternée.

- Non hélas. Oui je t'ai encouragée, mais pas à voix haute justement pour ne pas me faire remarquer.

- Mais qu'est ce que cela veut dire ?

- Je ne sais pas, mais il m'est arrive la même chose avant d'arrivé au Colisée. Dit Léa.

- Tu veux dire que tu as aussi entendu un murmure ? Demanda Nolan surprise.

- Oui, c'était ta voix et elle me disait. « Léa patiente bientôt nous serons réunis et pour de bon cette fois ci. Je te fais la promesse que plus jamais je ne serais loin de toi »

- Nolan à son tour se raidit et devin pâle.

- Ne me dis pas que tu as aussi pensé à ça ? Demanda Léa pratiquement tétanisée.

La jeune femme sous le choc ne put seulement hocher la tête.

- Mais comment ?

Les deux amantes ne purent prolonger leur discussion qu'Alma et Laura accompagner de deux soldats de l'empereur virent les rejoindre. Arriver devant le couple, les deux jeunes femmes commencèrent à se poser des questions envoyant ses dernières blanches comme linge.

- Hé bien vous avez vu un fantôme ou c'est vos retrouvailles qui vous mettent dans cet état ? Demanda Alma amusée.

- Ni l'un ni l'autre. Répondit Léa. Vous êtes venu pour que l'on aille voir Tamas, fit Léa toujours sous le choc de sa conversation avec Nolan.

- Oui c'est bien ça. Répondit Laura en regardant étrangement l'attitude de ses deux amies. Vous êtes sûr que vous allez bien ?

- Oui, oui ça va, on vous en parlera plus tard allons voir d'abords Tamas, répondit rapidement Léa en se reprenant.

Sans chercher à en savoir plus, les deux jeunes femmes se mirent à suivre le couple. Le petit groupe passa devant les citoyens de Rome très surpris de voir quatre jeunes femmes se faire arrêter. Ces dernières pouvait entendre les murmures des personnes chose qui amusa beaucoup Alma. Celle-ci voulait répondre à leur brouhaha, mais resta calme afin de ne pas attirer encore plus l'attention sur elles.

Après avoir traversé toute la rue principale, le cortège arriva devant le palais de l'empereur. Les hommes entrèrent à l'intérieur et prirent un passage qui était situé sur la gauche et emmenèrent les jeunes femmes dans les cachots en empruntant d'étroit escalier.

Quant-ils arrivèrent devant la porte d'une prison, les hommes s'écartèrent et laissèrent les jeunes devant alors que l'empereur les attendait patiemment.

- Avant toute choses, je voulais vous remercier. Si vous ne m'aviez pas prévenu de ce gredin allait faire, je serais mort à l'heure où je vous parles. Je vous en suis très reconnaissant ainsi que Rome, commença-t-il avant de porter son attention à Nolan. Jeune femme je vous suis redevable. Vous m'avez sauvée la vie.

- Ce n'est rien majesté je n'ai fait que mon devoir, répondit Nolan en faisant une rapide révérence.

- Je voulais savoir une chose comment avez-vous su que Tamas allait mettre un homme à mes cotés ?

Je ne le savais guère. Quand je suis entrée dans l'arène pour mon combat, j'ai rapidement fait le tour et je l'ai aperçu et c'est là que j'ai compris qu'un de vos hommes avait été tué par ce garde pour prendre sa place. Expliqua Nolan.

- Je dois avouer qu'au départ vous m'avez fait peur avec votre épée, mais quand j'ai vu l'homme à terre ensuite, j'ai compris la trahison.

- Je suis désolée de vous avoir fait peur, mais il fallait que je trompe Tamas au départ. Je suis sincèrement désolée de vous avoir offensé, répondit Nolan un peu gêner en baissant la tête.

- Ne le soyez pas ma fille, même si un court instant j'ai eu peur pour ma vie, je suis vraiment heureux de ton intervention. Merci, dit l'empereur en posant une main chaleureuse sur l'épaule de la jeune femme.

Cette dernière leva la tête et la hocha pour approuver.

Bien, je vous laisse en tête à tête avec ce traite. Avec mes hommes, nous allons rester près de la porte si cela devenait dangereux. Même si je me rends compte que cela ne servirait à rien. Dit-il en regardant Nolan et Alma.

Les deux jeunes femmes se mirent à sourire en comprenant le sous-entendu qui était lié à leur pouvoir. Sans les faire attendre plus, l'empereur ouvrit lui-même la porte du cachot et laissèrent les quatre amies entrer.

L'un des soldats plaça une torche à l'entrer de la cellule pour que les jeunes femmes puisse voir ce qu'il se passait à l'intérieur. Ce fut Léa qui prit la tête de la marche et se posta devant Tamas, qui était couché sur une planche en bois accrochée au mur qui servait de lit.

- Tien tient, mais voilà ma petite esclave favorite, dit le tyran en voyant Nolan se placer devant lui.

- Oui et elle n'est pas le seul à venir, fit Alma en se mettant devant la jeune femme.

Tamas en reconnaissant la jeune femme qui l'avait fait arrêter la regarda avec haine.

- Toi tu me le payeras un jour. Je peux te le jurer. Dit Tamas avec rage.

- Il faudrait d'abords que vous réussissiez à sortir d'ici et je doute que cela soit possible. Répondit Léa. Nous ne sommes pas venus ici pour écouter vos mesquineries, mais pour savoir où son mes parents.

- Vos parents ? Fit Tamas sans savoir de quoi parlait la jeune femme.

- Oui mes parent. Il dix ans vous et votre armé êtes venu dans notre village et avez capturé des personnes afin d'en faire des esclave et les vendre.

- Oooh et d'après ce que je comprends vous entiez une ? Demanda Tamas avec provocation.

- Là n'est pas la question ! Intervint Nolan. Elle vous a posé une question et répondez-lui ! Commença- t-elle à s'énerver.

- J'aimerai bien, mais je n'ai pas de souvenir de qui peut-être ses parents, sachant, que je ne me rappelais pas, d'avoir capturé cette jeune femme. Et je doute que je l'ai fait, sinon je l'aurai gardée à mon service tellement elle est mignonne, continua-t-il en approchant sa main du visage de Léa avec un sourire pervers.

Nolan contrat le geste du seigneur de guerre, par une puissante droite dans sa mâchoire. Celui ci posa rapidement une main sur la planche en bois afin de se retenir sous la force du geste.

- Je vous interdit de la toucher ! Cria Nolan le regard rempli de haine.

- Ooh mais on protège sa promise, dit l'homme en se redressant tout en essuyant le filet de sang qui sortait de sa bouche.

- Vous allez nous répondre oui ! Où sont ses parents ? S'impatienta Laura.

- Je vous l'ai dit, je ne vois pas de quoi vous me parler. J'en ai vu tellement des esclaves.

- Je doute que ceux-là, vous les ayez oubliés, car le jour où vous m'avez vendu à Baphein, mon père c'était interposé et vous l'avez violemment poignarder. Expliqua Léa la voix remplit de rancœur.

- Oooh, mais oui, je m'en souviens maintenant. Pff cet imbécile n'as même pas eut le courage de mourir. Dit Tamas en rigolant.

Alma perdant patience, attrapa l'homme par le col de son vêtement et le coula au mur qui était à sa droite.

- Vous trouvez ça amusants, de jouer avec la vie des gens et des sentiments des jeunes femme innocente. Moi pas alors, vous avez intérêt de nous répondre, car je vous le jure que je commence à perdre patience. Dit-elle le regard plein de haine.

Nolan était vraiment surprise de la réaction de la jeune femme. Elle ne s'attendait pas à ce qu'elle réagirait de la sorte alors, qu'elle ne connaissait Léa que depuis peu. Quand elle posa ses yeux sur sa compagne, Nolan vit que Léa n'était pas du tout surprise. Elle comprit donc, que ce n'était pas la première fois qu'Alma agissait comme cela.

- Je le sais que mon père n'est pas mort, je l'ai appris par la suite qu'il avait survécu à ses blessures. Fit Léa tremblante.

- Alors, vous allez nous répondre à la fin ? Où sont ses parents ?! S'énerva Laura.

Le seigneur de guerre fit mine de réfléchir à la question. Cette attitude eut raison de Nolan. Cette dernière activa son pouvoir et arracha l'homme des mains d'Alma. Celle-ci eut un cri de surprise quand l'homme passa en un éclair de ses main à un mètre du sol plaqué contre le mur où se trouvait son lit de fortune.

- Maintenant, tu vas répondre à nos questions ! Je sais que tu t'en rappelles et que tu sais où ils sont ! Tu as intérêt de me dire où se trouve ses parents, sinon je te jure que tu vas rapidement le regretter. Fit Nolan d'une voix meurtrière en abandonnant les politesses.

Tamas se mit à trembler quand il sentit la puissance de Nolan. Il prit doublement peur, quand les yeux de la jeunes femme se fit aussi noir que la mort. Une grande panique s'empara de lui, quand il sentit un déchirement se faire à la base de son cou.

N...non a...attends ! Commença l'homme dans un état second. Tout son corps tremblait comme une feuille, son teint devint aussi blanc qu'un linge et de grosses goutes de sueur coulèrent sur son visage.

- Il...ils sont d...dans mon....mon château, à...à X...Xentos à...à Lycie. Avoua-t-il quand le déchirement se fit encore plus fort.

- Hé bien voilà ce n'était pas si compliquer, dit Nolan en relâchant sa proie sans ménagement.

Tamas tomba lourdement sur la planche en bois qui se cassa sous l'impact.

- Sont-ils toujours en vie ? Demanda Léa.

Le tyran ne répondit pas et se contenta simplement de se masser le cou.

- Réponds ! S'énerva Nolan.

- Oui, oui ils...ils sont toujours en vie, répondit l'homme la peur au ventre.

- Bien, finit Nolan avant de se diriger vers la sortit.

Elle fut rapidement suivit par Alma et Laura. Quand les trois jeunes femmes remarquèrent que Léa ne les avaient pas suivit, elles se retournèrent.

- Léa, tu viens ? Demanda Nolan.

- Oui j'arrive, répondit la jeune femme avant de se tourner auprès du seigneur de guerre.

- Je ressens une immense haine envers vous, car vous m'avez volé mon enfance et mon innocence. Malgré tout cela, je vous en suis tout de même reconnaissante. Sans votre capture, je n'aurai jamais put rencontrer Nolan et mes amies.

En finissant ses mots elle se tourna pour rejoindre les jeunes femmes, mais avant de partir elle prononça ses derniers mots.

- Je ne souhaite pas votre mort, même si vous avez fait des choses horribles. J'espère simplement qu'un jour vous trouverez la paix.

Devant les paroles de la jeune femme, Tamas était particulièrement surprit. Il ne s'attendait pas à ce qu'une jeune femme dont il avait fait souffrir le martyre et séparer de ses parent, puisse lui dire de tels mots remplis. Ses derniers étaient remplis de peine et de pitié à son égard. Il la regarda partir avec un étrange sentiment au fond de lui. Il se retrouva une nouvelle fois avec lui-même quand la porte se referma et que la cellule devint sombre.

Durant toute la marche qui emmenait les jeunes femmes hors du palais, Léa n'avait prononcée un mot depuis sa sortie. Nolan et les jeunes femmes s'inquiétaient. Elles n'avaient pas entendu les paroles échangées et se demandèrent si la jeune blonde allait bien. Ce fut arrivé à l'extérieur baigner par le soleil, que Léa s'étira de tout son corps en affichant un sourire radieux.

- Et si nous allions libérer mes parents. Dit-elle en se tournant vers le petit groupe qui la regardait inquiète.

- Bonne idée, fit Nolan en s'approchant de sa compagne.

- Je te suis, continua Laura pleine d'énergie.

- Tu viens avec nous ? Demanda Léa à Alma.

Cette dernière sursauta devant la demande et regardait le trio avec des yeux remplis d'interrogation.

- Oui allez viens, ce serai moins drôle sans toi, dit Laura en s'approchant de la jeune femme.

- Vous êtes sûr de vouloir de moi ? Demanda Alma hésitante.

- Absolument. Répondit Laura avant tout le monde.

- Et toi Nolan tu le veux bien aussi ? Demanda Léa.

- Je n'en vois aucun inconvénient. Répondit la jeune femme aimablement.

- Tu vois, il n'y a aucun problème. Allez viens, insista Laura.

Le comportement de la jeune femme étonna grandement Alma. Elle voyait que contrairement aux autres membres du groupe, Laura était celle qui voulait le plus de sa compagnie. Remarquant qu'elle était acceptée par la troupe entière et qu'elle-même voulait rester avec elle, la jeune femme finit par accepter l'offre. Laura tellement heureuse par l'accord de son amie, se jeta inconsciemment dans ses bras. Quand elle réalisa son geste, elle s'écarta rapidement en rougissant tout ce qu'elle pouvait sous les rires de ses amies.

Avant de partir pour la taverne afin d'aller récupérer leur affaire, l'empereur leur proposa une embarcation. Il voulait remercie les jeunes femmes de lui avoir sauvé la vie et leur paya le voyage. Le petit groupe remercia chaleureusement l'empereur et partit vers la taverne. Il y arriva dix minutes plus tard, et chacune des femmes partirent dans leur chambre afin de rassembler leurs affaires respectives.

Nolan suivit Léa dans sa chambre, et s'assit sur le lit le temps que la jeune femme range ses vêtements.

- Dis-moi, il y a quelque chose qui me travaille depuis le début. Alexandre n'est plus avec vous ? Demanda-t-elle.

- Non, et à vrai dire, c'est mieux ainsi, répondit Léa.

- Que c'est-il passé ? Demanda Nolan surprise.

Hé bien il est aller trop loin, déjà pour ma part, j'en avais marre qu'il passe son temps à se mettre entre nous, en faisant tout pour que je m'éloigne de toi et de plus, il s'est servit de Laura pour essayer de me rendre jalouse.

- Quoi c'est pas vrai ?! Fit Nolan abasourdit.

- Si, de plus quand nous avons rencontrés Alma, d'après ce que nous avons entendu de Laura, il n'arrêtait pas de la soupçonner. En faite, il la détestait parce qu'elle s'entendait bien avec moi. Expliqua Léa.

- Je vois. Il en a profité que je ne sois pas là pour agir stupidement. Dit Nolan en réfléchissant.

- Oui, de toute façon je ne voulais plus le garder auprès de moi, car le dernier coup qu'il t'a fait dans l'écurie, franchement ça m'avait mise hors de moi. Dit Léa agacée.

- Je comprends. Donc de ce que j'en déduis qu'Alma prend la place d'Alexandre.

- En quelque sorte à la seule différence, c'est qu'Alma est bien plus gentille et intelligente que lui.

- Oui c'est ce que j'ai pu remarquer. Donc je me retrouve entourer par trois belles jeunes femmes. Mmh intéressent, plaisanta Nolan.

- Hé ! Fit Léa en tapant le bras de Nolan avec le sourire aux lèvres. Je ne te le permets pas. Dit-elle en s'asseyant sur les genoux de son amante.

Nolan se mit à rire devant la jalousie de la jeune femme et lui captura les lèvres. Leur baisé se prolongea quand leur langue se caressèrent dans un balai remplis d'amour et de passion. Elles furent interrompues par un frappement à la porte.

- Vous êtes prêtes ? Demanda Laura.

- Oui, oui on n'arrive ! Répondit Léa en se remettant debout. Et toi, ne crois pas que tu vas t'en tirer à si bon compte. Fit-elle plus doucement à l'intention de Nolan.

Celle ci se mit à rire de bon cœur devant la menace de sa bien aimée. Quelque minutes plus tard, elle et Léa sortirent de la chambre le sac en main, et rejoignirent Alma et Laura qui les attendait devant la sortie. Au moment où elles allèrent sortir, le tavernier arriva. Alma se tourna vers le la boule à la gorge.

- Je sais que tu ne veux plus me parler après ce que je t'ai raconté, mais sache une chose, pour moi tu es et restera toujours ma fille et quelque soit les circonstances. Je remercie les dieux de m'avoir donné une fille aussi gentille et généreuse que toi. Déclara l'homme avec la voix remplie d'amour.

Alma devant les mots de son père ne sut quoi répondre. Elle était sur le point de partir quand elle se ravisa et se jeta dans ses bras.

- Moi aussi je t'aime papa. Je suis heureuse et fière d'être ta fille, dit-elle la voix remplis d'émotion.

- Tu vas me manquer ma chérie. Dit l'homme en serrant fortement le corps de son enfant dans ses bras.

- Toi aussi tu vas me manquer papa, dit Alma en s'écartant de l'homme. Je ne t'oublierais jamais et je te fais la promesse de revenir te voir. Finit-elle en embrassent tendrement la joue du tavernier.

- Je l'espère bien. Répondit l'homme en essuyant les larmes qui commençaient à couler sur les joue de sa fille.

Alma ne voulant pas faire durer ce déchirant moment, s'échappa d'un coup des bras de son père et partit en courant hors de la taverne. Léa et Laura après un bref au-revoir, se mirent à poursuivre la jeune femme.

- Je vous la confis jeune fille. Prenez soin d'elle. Dit le tavernier à Nolan.

- Ne vous inquiétez pas, je prendrais soin d'elle, promit Nolan en serrant la main du tavernier avant de rejoindre les jeunes femmes.

Tout le petit monde avait embarqué sur le bateau qui allait les ramener en Grèce. Laura c'était mise à coté d'Alma, afin de la soutenir. Elle savait que certain départ était douloureux et que celui d'Alma en faisait partit.

Tu le reverras, je te le promets. Dit Laura en regardant Rome s'éloigner.

Je sais. Répondit Alma. J'ai cru le détester pour m'avoir caché la vérité, mais en faite cela à fait l'effet inverse. Je l'aime encore plus. Dit-elle en regardant aussi la ville se faire de plus en plus petite.

Laura passa son bras autour de la taille de la jeune femme afin de la réconforter. Cette dernière fut assez surprise du comportement de son amie, mais accepta l'étreint réconfortante qu'elle lui offrit. Laura était la première des deux jeunes femmes à avoir rattrapé Alma. Elle avait essayé tant bien que mal à la calmer et avait réussi avec beaucoup d'acharnement et de mots. Alma dut reconnaître que son amie était pleine de surprise. Entourer de ses nouvelles amies, Alma se sentit vraiment revivre. Malgré la séparation douloureuse avec son père, elle sentit que quelque chose de formidable allait se passer.

Nolan et Léa étaient allées sur le devant du bateau afin de regarder l'horizon de la fin de journée. Nolan c'était placer derrière sa compagne en la prenant dans ses bras.

- Enfin tout est finit, dit Léa.

- Oui. Dans quelques jours, tu vas pouvoir enfin retrouver tes parents, répondit Nolan.

- Oui et qu'est ce que nous allons faire après ? Demanda Léa.

- Je ne sais pas, nous aurons le choix. Peut-être aller se poser un moment chez Martine. En plus elle doit s'inquiéter. Répondit Nolan.

- Oui. Fit simplement Léa.

Afin de profiter pleinement du vent marin qui caressa sa peau, et les bras sécurisant de sa compagne, elle ferma les yeux. Nolan avait aussi fermé les yeux et avait posé sa joue contre la tête de sa douce. Toutes deux se sentaient en paix et en sécurité. Elles pouvaient enfin le dire, elles étaient devenu des jeunes femmes libres.

Ceci fut interrompu par l'arrivée mystérieuse d'un homme. Ce dernier était grand, avec la chevelure courte à la couleur corbeau. Un bouc de la même couleur habillait un visage dure au regard noir perçant. Ses habilles de la même tinte, était fait de cuir et il portait une épée à sa ceinture.

Nolan mit aussitôt Léa derrière elle.

- Qui êtes-vous ? Demanda Nolan méchamment.

L'homme ne répondit pas et regarda tout autour de lui. Il se mit à sourire quand Alma et Laura arrivèrent en courant.

- Qui êtes-vous ?! Demanda à son tour Alma.

L'homme ne prononça toujours pas un mot et regarda tour-à-tour Nolan et Alma.

- Nous avons vu une puissante lumière bleu provenant d'ici. C'est pour cela que nous sommes venue. Vous allez bien vous deux ? Demanda Laura.

- Oui tout va bien. Répondit Léa.

Les deux jeunes femmes se mirent aux cotés de leurs amies et toutes les quatre regardèrent cet étrange personnage au visage fermé d'émotion.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:32

CHAPITRE 36

L'homme se tenait toujours en face de nos quatre amies et n'avait pas bougé d'un millimètre. Il regarda uniquement Nolan et Alma. Ses yeux étaient si foncés, que les deux jeunes femmes crurent que l'homme pénétrait dans leur âmes. D'un coup ce dernier se mit à sourire en écartant les bras.

- Mes chers enfants, je n'aurai jamais cru que ce jour arriverai aussi vite. Dit t-il avec

Le groupe se mit à sursauter devant ses mots incompréhensifs.

- De quoi parler vous ? Demanda Nolan restant sur ses gardes.

- Je parle de votre réunification. Normalement elle aurait du être que dans trois ans, mais on dirait que le temps en a décidé autrement. Répondit l'homme content.

- Je ne comprends pas de quoi vous nous parlé. Fit Alma. Qui êtes-vous d'abords.

- Hum c'est plutôt gênant que vous ne me connaissiez par, moi qui supporte pas ne pas être reconnu. Répondit l'homme en se frottant le bouc pensivement. Enfin bon pour mes enfants je peux faire une exception à la règle. Je me présente. Je suis Arès dieux de la guerre. Fit-il dans une majestueuse révérence.

- Le dieu de la guerre ? Redit Nolan sans comprendre.

Léa, Alma et Laura devant cette présentation se figèrent et toutes les trois et eurent la légende revenir à grand pas dans leur cerveaux.

- Oui le dieu de la guerre et vous, vous êtes mes enfants.

Ce que redoutait le plus les filles arrivèrent. La vérité sur la légende venait d'éclater. Nolan et Alma comme l'avait soupçonné, Laura était bel et bien les enfants de la légende et les deux jeunes femmes étaient ses fameuses jumelles.

- Vos enfants ? Mais de quoi vous parlez je ne comprends pas ? Demanda Nolan n'étant pas au courant de cette fameuse légende.

- Nolan, hier nous sommes aller à la cathédrale et le père nous a raconté une histoire, commença Léa.

- Et qu'est ce qu'elle racontait ? Demanda Nolan en se tournant vers sa compagne.

La jeune femme se mit alors à raconter la légende dans le moindre détail. Durant tout le récit, le teint de Nolan vira au blanc. Quand elle se tue, un silence de plomb s'installa.

- Tu...tu veux dire que...

- Oui tu es l'un de ses enfant de la légende.

- Non c'est impossible. Dit Nolan en regardant le dieu.

- C'est ce que nous pensions, mais la présence d'Arès en face de nous nous prouve le contraire. Intervint Laura.

- Hé oui mes chers enfants, vous êtes bien les jumelles de cette soit disant légende et je suis votre père. Intervint Arès.

- Non ! Objecta Alma. Que je sois la sœur jumelle de Nolan je peux l'accepter, mais je n'accepterai jamais être la fille d'un dieu tel qu'Arès ! S'exclama la jeune femme en connaissant la réputation dévastatrice du dieu de la guerre.

- Ce sont les fait et tu ne peux rien changer. Répondit le dieu en rigolant.

- Si ! Léa ne vous à pas tout dit, il y a une partie de la légende dont elle n'a pas mentionnée ! S'écria Alma.

- Laquelle ? Demanda Nolan toujours sous le coup.

- Léa n'a pas mentionnée qu'Athéna était intervenue durant la fécondation.

- Quoi ?! Fit Arès et Nolan en même temps.

- Oui tu as parfaitement entendu Arès ! Athéna est intervenue alors que tu mettais tes substances dans le corps d'une femme. Elle nous à protéger de toi et c'est pour cela que Nolan et moi avons été séparer dès la naissance. Expliqua Alma. Et grâce à cette déesse nous avons le droit de choisir, soit de te suivre où te suivre toi.

- Non c'est impossible Athéna n'a pas put faire cela. ? Demanda Arès outré par ce qu'il entendait.

- Si elle la fait, et moi je choisis Athéna. Il est de question que je fasse équipe avec un individu qui veux détruire ce monde de paix pour le remplacer par de la guerre et du sang.

Arès comprit que Alma était catégorique et que rien ne lui ferais changer d'avis. « Enfoiré d'Athéna toujours à se mettre en travers ». Ce dit-il avant de se tourner auprès de Nolan qui encaissait difficilement ce qu'elle venait d'apprendre.

Nolan n'avait pas entendu les dernières phrase de la jeune femme. Alma ma sœur ? Arès mon père ? Non c'est impossible, ce répéta-t-elle sens cesse. Elle sursauta quand elle entendit Léa l'appeler fortement.

- Hein quoi ?

- Arès t'as posé une question.

- Oui laquelle ?

- Hé toi ma fille que choisi tu ? Athéna ou moi ?

- Heu... la question était tout aussi brutal que la vérité qu'elle venait d'apprendre à son sujet, que Nolan ne sut quoi répondre. Elle regarda ses amies les unes après les autres. Elle n'était plus dans la possibilité de réfléchir. Quand ses yeux se plongèrent dans ceux de Léa. Nolan vit une détresse indéfinissable sans les émeraudes. Elle sentit que sa compagne était morte de peur. « Un monde de guerre et de sang, non je ne peux pas. Pas après avoir traversé toutes ses épreuves pour être enfin avec Léa. Non je ne peux pas détruire ce que nous commençons à peine à construire. » Ce dit-elle le cœur lourd.

- Athéna. Fit Nolan d'une voix à peine auditive sans quitter les yeux de sa douce.

Pardon tu as dit quoi ? Demanda Arès. N'ayant rien entendu.

- Athéna, redit Nolan plus fortement en posant son regard sur le dieu de la guerre. Je choisis Athéna. Même si j'ai du mal à admettre que cette légende est bien réelle et que j'en fais partit, il est hors de question que je laisse un dieu gâcher tout ce que j'ai eu du mal à construire. Et comme l'a dit Alma tout à l'heure, je ne veux pas être au coté d'un être qui veux tuer le monde dans lequel on vit pour le remplacer par un monde de guerre et de sang. Je veux bien croire que celui dans lequel nous sommes est loin d'être parfait et que beaucoup d'hommes tuent sans raison, mais ce monde est le mien, et je ferais tout pour le protéger quitte à avoir le dieu de la guerre comme adversaire. Répondit Nolan fermement.

- Bande de... Au moment où Arès allait lever la main sur Nolan, une puissante lumière arriva d'un coup en se plaçant entre la jeune femme et le dieu.

- Je t'interdis de faire du mal à ses enfants. Dit une voix féminine.

Une belle femme à l'allure d'une guerrière et au cheveux châtains remplaçait la lumière.

- Athéna. Dit Arès d'un ton mesquin. Tu aimes toujours te mettre dans mes pattes.

- Ceci ne te concerne pas uniquement Arès, mais celle de la vie des mortels. Ton obsession de vouloir gouverner le monde des mortels est contradictoire à notre code. Dit Athéna avec autorité.

- J'en m'en fiche royalement du code. Répondit le dieu de la guerre froidement. Et ses gamines son mes enfants que tu le veuilles ou non. J'ai tous les droits, dit-il amèrement.

- Non Arès, depuis que j'ai protégé les embryons, tu n'as aucun droit sur elles. Elles sont les seules à choisir leurs propres destinés et elles l'ont fait. Tu es dans l'obligation d'accepter leur choix. Expliqua la déesse fermement.

- Très bien, commença Arès mécontent. Je te laisse cette victoire, mais sache que je n'ai pas dit mon dernier mot. J'ai peut-être perdu avec mes propres enfants, mais j'ai encore une carte à jouer. Dit il en se reculant. Nous nous reverrons sur les champs de bataille les enfants, finit-il avant de disparaître dans une leur bleu.

Une fois le dieu partit la déesse se tourna auprès des jeunes femmes et leur dédia un petit sourire coupable.

- Je suis désolée. J'aurai tellement voulu vous sauver de sa colère. Dit-elle en regardant Alma et Nolan.

- Vo...vous êtes vraiment Athéna la déesse de la guerre et de la sagesse ? Demanda Laura impressionnée par le charisme de la femme.

- Oui jeune fille, je suis bien Athéna. Répondit gentiment cette dernière.

- Alors c'est donc vrai, la légende je veux dire Nolan et Alma... commença Léa sans trop savoir comment placer ses mots.

- Oui Alma et Nolan sont bien jumelles et elles sont effectivement ses enfants.

Les deux jeunes femmes en question se mirent à se regarder. Elles se dévisagèrent comme si c'était la première fois qu'elles se voyaient.

- Je trouve cela plutôt cool d'avoir une sœur aussi beau et fort. Fit Alma comme ci cela était naturelle.

Les mots de la jeune femme fit rire tout le monde. Le naturel de cette jeune femme amusait vraiment ses amies. Nolan malgré la situation avait ri devant autant d'enthousiasme. Elle se rendit compte que cela ne posait aucun problème à Alma d'apprendre qu'elle était sa sœur.

- De toute façon, cela ne pouvait pas être autrement, continua Alma, que l'on se ressemble peut nous faire passer pour des sosies, mais nos pouvoir non. Ça fait un peu trop de ressemblance.

- Je suis d'accord avec toi, mais maintenant, je sais d'où ils viennent. Je connais maintenant le responsable à cause de qui j'ai autant souffert. Dit Nolan en ressentant de la haine pour le dieu de la guerre.

La jeune femme en apprenant la vérité sur son identité, comprit, que c'était à cause d'Arès qu'elle détenait un pouvoir qui lui portait malheur.

- Et leur mère alors, qui est la femme qu'Arès a fécondée ? Demanda Léa.

- Vous la connaissez très bien. Répondit Athéna gentiment.

- Non, fit Nolan en devinant qui était cette femme. Ne me dites pas que c'est...

- Si c'est l'aubergiste. Répondit la déesse en finissant la phrase de la jeune femme.

Ne pouvant plus supporter le poids de tous ses aveux, Nolan tomba lourdement sur le sol. Léa se précipita sur lui tout comme la déesse et ses amies.

- Nolan tu vas bien ? Demanda la jeune blonde paniquée.

- Martine, Martine est ma mère. Dit Nolan les larmes aux yeux. Hein tu as entendu, Martine est ma mère. Continua-t-elle en regardant son amante.

- Oui Nolan, Martine est ta mère. Affirma la jeune femme blonde les larmes coulant sur son visage en serrant sa compagne dans ses bras.

Alors que la nuit était tombée dans sur Rome, une silhouette noir s'approcha rapidement et sans un bruit du palais de l'empereur. Rapide comme l'éclair, elle passa derrière un garde et l'égorgea. Un soldat qui avait vu la scène, se précipita sur l'assassin, mais ce dernier sauta rapidement derrière l'homme et en un bref mouvement, lui trancha la gorge. Sans attendre, l'ombre alla à tour de rôle à chaque coin du palais et regarda discrètement pour voir si personne ne l'avait vu. Sur le coté droit, elle remarqua quatre soldats et cinq sur la gauche.

Tout en restant silencieuse, la silhouette prit le coté gauche et passa près de la végétation qui la camouflait parfaitement. Ses habits noirs et l'absence de la lune, la rendait invisible. Quand un garde mobile passa prêt de lui, dans un bref mouvement, l'assassin attrapa le garde par derrière en lui mettant une main sur sa bouche, l'autre sur son torse et le tira en arrière. Sans prendre le temps de s'arrêter, il fit tourner la tête à quatre-vingt-dix degrés et la nuque se brisa dans un craquement sourd.

La silhouette continua son carnage en tuant les soldats les uns après les autre dans un silence de mort. Une fois tous les hommes hors d'état de nuire, l'assassin passa par la porte principale et se faufila à l'intérieur sans un bruit. Tout en faisant bien attention à ce qu'il faisait, il se dirigea rapidement vers les escaliers qui allait l'emmener vers les cellules. Tout comme pour l'extérieur, il tua rapidement et sans un bruit, les soldats qui montaient la garde.

Il s'approcha du corps du dernier qu'il avait tué et lui prit les clés qu'il portait à la ceinture. Il alla aussitôt vers la cellule de Tamas et l'ouvrit. Ce dernier quant-il entendit la porte s'ouvrit, sursauta et se mit en garde.

- Venez dépêchez-vous ! Nous n'avons pas beaucoup de temps ! Dit l'assassin en envoyant les effets personnels du seigneur de guerre.

- Qui es tu ? Demanda celui ci intrigué de voir la personne le visage masqué.

- Je vous le dirais après avoir quitté Rome. Répondit la silhouette en surveillant l'entrée principale.

- Je suis prêt fit, le seigneur de guerre au bout de cinq minutes.

- Parfait, suivez-moi. Dit l'assassin

Tamas suivit rapidement l'assassin jusqu'à la sortie du palais. Ce dernier avait tué quatre autres gardes qui c'étaient interposés. Sans attendre, les deux brigands partirent au pas de course en direction du port.

- Un bateau nous attend et il faut partir vite avant que tout le palais ne donne l'alerte. Fit l'assassin en montant sur le bateau.

Aussitôt que Tamas fut monté dans l'embarcation, les amarres furent lâchées et le navire prit le large en direction de la Grèce.

Le seigneur de guerre suivit le mystérieux personnage dans sa cabine. Ce dernier invita l'homme à s'assoir et commença à se déshabiller en commençant pas enlever son masque pour mettre son visage, à découvert.

- Je me présente, je m'appelle Alexandre. Fit-il.

- Alexandre, redit Tamas afin d'assimiler le nom de la personne qui venait de le sauver. Comment savait tu, que j'étais enfermé et l'endroit exact. ?

- C'est simple, j'ai assisté au tournoi et à tout ce qu'il s'est passer ensuite, j'ai simplement suivit les gardes pour connaître le lieu où ils vont ont enfermé.

- Mais pour cela il fallait entrer dans le palais.

- C'est ce que j'ai fait. J'avais tué un garde et prit sa place, comme cela, j'ai pus savoir où vous étiez, et dans quelle cellule.

- Tu m'as l'air d'être un garçon particulièrement intelligent. Bien que veux-tu ? Je suppose que tu ne m'as pas fait évader pour rien. Demanda Tamas méfiant.

- C'est exact, je veux récupérer quelque chose qui m'appartient. Répondit Alexandre en s'asseyant à la table.

- Et que veux-tu ? Demanda le seigneur curieux.

- Une femme. Répondit simplement Alexandre.

La réponse du jeune homme fit éclater de rire Tamas.

- Quoi tu m'as fait évader pour que je te donne une femme ? Demanda Tamas outrée.

- Non ce n'est pas n'importe quelle femme. Elle s'appelle Léa et une femme du nom de Nolan la protège. Expliqua Alexandre.

Devant ses mots le regard de Tamas se fit plus dure.

- Nolan, mais c'est la fille qui à des pouvoirs.

- Oui c'est exact. J'ai essayé de les séparer, mais je n'y suis pas arrivé. Dit Alexandre contrarié. Si cette maudite Nolan n'avait pas ses satanés pouvoirs, j'aurai pus avoir Léa. Dit-il la voix remplis de haine.

- Pourquoi t'intéresses-tu autant à cette jeune femme ? Demanda le seigneur voulant comprendre.

- Tout simplement, parce que c'est la femme de la prophétie. Intervint une voix derrière eux.

Tamas et Alexandre sursautèrent et se mirent tout les deux en garde épée en main. Une lueur bleu apparut d'un coup pour laisser place au dieu de la guerre.

- Arès ! Fit Tamas surpris.

- Oh je vois que vous au moins vous me connaissez. Dit le dieu enjoué.

- Arès ! Le dieu de la guerre ? Demanda Alexandre étonné.

- Oui, tu ne me connais pas ? Demanda le dieu déçu.

- De nom et de votre réputation, mais je ne vous ai jamais vu en vrai. Répondit le jeune homme.

- Alors comment je suis en vrai ? Demanda fièrement le dieu.

- Mieux que je ne l'aurais espéré. Répondit Alexandre.

- Alors, que nous vaut la visite du dieu de la guerre ? Demanda Tamas.

- Et bien je vous ai entendu parler, j'ai trouvé votre discussion intéressante, donc je suis venu. Mais surtout, j'ai une proposition à vous faire, dit Arès en s'asseyant sur une chaise et en posant ses deux pieds croisés sur la table.

- Une proposition ? Redemanda Alexandre.

Oui, voyez-vous dans la journée, mes deux enfants ont refusés de s'allier à moi alors, en voyant comment toi, dit-il à l'intention d'Alexandre. Tu t'es débrouillé pour libéré le seigneur de guerre ici présent, je me suis dit que tu avais des prépositions pour le combat. Donc, si conquérir le monde vous attires, je vous donne une armée entière.

- Une armée pour conquérir le monde ? Demanda Tamas et Alexandre en même temps. ?

- Oui, mais pas n'importe quelle armée, la mienne. Répondit Arès en souriant. Alors êtes-vous intéressez ? Demanda le dieu patiemment.

- Oui cela pourrait être captivant. Répondit Tamas.

- De plus, avant de conquérir le monde, vous allez devoir affronter l'armée d'Athéna dirigée par Nolan justement. Dit Arès en appuyant bien sur la dernière phrase.

- Quoi Nolan à une armée ? Demanda Alexandre surprit.

- Pas tout de suite, mais oui elle va en avoir une armée qui sera créée pour anéantir la mienne. Répondit le dieu un peu mécontent.

Devant ses propos, Alexandre se mit à réfléchir.

- En acceptant tu pourras détruire ta rivale et récupérer ta douce. Ajouta le dieu à l'intention du jeune homme. De toute façon, tu es corrompu jusqu'à l'os. Tes intentions sont loin d'être bonne. Continua-il. Tu as trompé tout le monde en jouant le bon garçon sous tout rapport, dans le seul but d'avoir une femme qui ne veux pas de toi. Tu as joué avec les sentiments de cette petite brune. Sans compter que tu les as trahis plus d'une fois, en envoyant des parchemins à Baphien et Tamas pour leur donner vos positions afin qu'ils puissent capturer Nolan. Dévoila Arès avec un sourire mesquin.

- Quoi ? Alors c'était toi qui nous as envoyé ces parchemins ?

- C'est exact vous êtes bien Arès le dieu de la guerre vous avez tout comprit. Commença Alexandre d'un sourire machiavélique. Oui c'est bien moi qui vous ai envoyé les parchemins. Mais Nolan et Léa sont si stupides, qu'elles n'ont vu que du feu. Et me rapprocher d'eux en utilisant Laura, a été un jeu d'enfant.

- C'est quoi ton but, pourquoi absolument avoir Léa pour toi ? Demanda Arès curieux.

- Comme vous l'avez dit tout à l'heure, c'est la femme de la prophétie.

- C'est quoi cette prophétie ? Demanda Tamas.

- Dans Rome il y a une légende qui circule sur des jumeaux nés d'un mariage entre une mortelle et Arès.

- Pff ses imbéciles, ils ont pris cela pour une légende alors que c'était une prophétie. Ils sont nuls ses Romains. Fit Arès dégouté.

- Mais dans la légende, une partie n'as pas été dévoilée au romain.

- Et c'est quoi cette partie ? Demanda Tamas afin de comprendre.

- Elle raconte qu'une femme naitra quelque jour après la naissance des jumeaux et qu'elle devra porter l'enfant qui déterminera l'avenir du monde. Répondit Alexandre.

- En gros si le bébé se crée du coté d'Athéna, les mortel et le monde que nous connaissons aujourd'hui ne changera pas, mais s'il venait à se crée du coté d'Arès, le monde changera. La paix deviendra guerre et rien ne pourra changer cela. Expliqua Alexandre.

- Donc si je résume bien, le bébé selon la personne qui fécondera cette jeune femme, sera la clé du destin. Soit un monde de paix soit un monde guerre. Fit Tamas.

- Exactement, car ce bébé sera soit la réincarnation d'Athéna soit la mienne. Finit Arès en souriant.

- Qui veux dire, que quand le bébé naitra, l'un des coté sera privé de leur dieu et devra combattre l'autre sans avoir leur soutient. Finit Alexandre.

- Intéressant tout ça. Un monde où l'on se bat sens cesse. Fit Tamas pensivement.

- Comment connait tu cette partie de la légende ? Demanda Arès intrigué.

- Je l'ai lu dans un manuscrit qui était dans une grotte. Quand je l'ai fini de la lire, le papier avait soudainement brulé et tout en se désintégrant, le visage de la femme qui devra porter l'enfant, m'étais apparu dans la fumée. Répondit Alexandre.

- Bien, bien cela marche comme je l'avais prévu. Fit Arès pour lui-même.

- Pardon ? Demanda le jeune homme n'ayant pas entendu.

- Non rien alors que comptes-tu faire ? Demanda le dieu en détournant l'attention sur un autre sujet.

- La question ne se pose même pas. Je vous servirait jusqu'à ma mort. Répondit le jeune homme fièrement.

- Bien bonne réponse et toi Tamas, tu nous suis ?

Le seigneur de guerre hocha la tête avec un sourire satisfait sur les lèvres.

- Bien parfait, alors tout va enfin pouvoir commencer. Dit Arès d'en un rire sadique.

Athéna qui avait suivi Arès discrètement, s'éclipsa après avoir entendu leur conversation. Le rôle de Léa dans cette histoire n'était en aucun cas prévu. Elle ragea en elle de voir qu'Arès avait une fois de plus manigancé des plans sordides.

Sans attendre, elle retourna sur l'Olympe à la recherche d'Artémis. Quand elle la trouva, cette dernière était dans une pièce à écrire.

- Artémis, j'ai besoin de ton aide. Fit Athéna un peu sèchement.

- Et bien, que t'arrive-t-il tu m'as l'air bien remonter. Dit la déesse surprise par le comportement d'Athéna.

- Oui je voudrais que tu t'occupes d'une mortelle pour moi et que tu la protèges jusqu'au bout. Ordonna la déesse de la guerre.

- Holà, pour que tu me demandes ça, c'est qu'il doit se passer quelque chose de terrible. Fit Artémis de plus en plus surprise.

Oui Arès à encore fait des siennes. Commença Athéna en rage. Après avoir mis au monde ces jumelles, il a ensorcelé une jeune femme afin d'assouvir son désir de pouvoir.

- Mince, dit m'en plus. Dit Artémis intriguée.

- C'est très simple, cette jeune femme devra porter l'enfant qui déterminera le monde des mortels. Sois il sera de mon coté sois du sien.

- Décidément, Arès ne fait rien à la légère. Dit Artémis mécontente.

- Tien, je te montre toute sa conversation tu vas comprendre.

Athéna sorti une grande coupe remplie d'eau et la tendit à Artémis. Celle ci regarda intensément à l'intérieur. L'eau se changea d'un coup en image et la déesse put revoir toute la conversation d'Arès avec Alexandre et Tamas.

- Ta réincarnation et la sienne ?! Fit-elle en rigolant.

- Oui il se joue de ses gredins pour mieux les appâter. Dit Athéna blasée par les propose d'Arès. Alors, tu en penses quoi ?

- J'en pense qu'il est allé trop loin cette fois ci. Répondit Artémis en sentant une colère monter en elle.

- Peut-tu m'aider alors ?

- bien-sûr ne t'inquiète pas je protégerai cette petite. Tu as suffisamment à faire avec les jumelles. Dit la déesse en souriant.

- Merci Artémis je te revaudrais cela. Dit la déesse de la guerre avant de tourner les talons.

Artémis hocha la tête et laissa Athéna partir. « Bon sang il n'arrêtera jamais ses âneries. » Se dit-elle en pensant au plan d'Arès. « Il va trop loin cette fois-ci. » Tenant toujours la coupe en main, la déesse se mit à visionner le bateau où se trouvait Léa. Elle regardait la jeune femme. La douceur et la beauté de cette dernière la charma. « Comment peut-on impliquer une telle personne innocente. » Artémis après avoir vu le visage pure de Léa, eut encore plus envie de la protéger. « Non l'enfant n'ira pas du coté d'Arès. »


Elle posa l'objet sur une table et disparut après avoir claqué des doigts. La déesse avait atterri à coté du lit où dormait la jeune femme. Elle eut un petit sourire quand elle la vit blotti dans les bras de Nolan. Elle les trouvait si mignonne, quel sentit son cœur se réchauffer. Sans faire un bruit, elle passa une main sur Léa, et un voile brillant de couleur or se déposa sur la jeune femme avant de pénétrer son corps.

- Ni Arès, ni les hommes de son coté, ne pourront te féconder. Dit-elle avant de disparaître.

Léa se réveilla en sursaut. Nolan qui la sentit bondir se redressa d'un coup.

- Tu vas bien ? Demanda-t-elle inquiète.

- Oui j'ai juste eu l'impression que l'on me parlait. J'ai dû rêver. Excuse-moi. Dit elle en se collant dans les bras de sa compagne.

- Ce n'est pas grave, répondit Nolan en la serrant fortement contre elle.

Les deux amantes se rendormirent avec un sourire serein sur leur visage.

Artémis qui c'était mise en invisible à leurs yeux, resta un petit moment avant de repartir. Après tout c'est ma nièce, il est normal que je protège la femme qu'elle aime. Se dit-elle en repensant à Nolan.



FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Lun 19 Nov 2012 - 15:57

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Vend JEU SEIGNEUR DE GUERRE NEUF (sous blister)
» Seigneurs de Guerre (MB - 1992)
» Seigneurs de guerre
» [Lettres de Sang 2] Seigneur de Guerre
» Jeux MB - Space Crusade, HeroQuest et Seigneurs de Guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Power > Pretty Little Liars :: Le Flood :: Des Fics-
Sauter vers: