Power > Pretty Little Liars
Bonjour à toi !

Bienvenu sur le forum Legends of Xena, tu pourras y découvrir l'actualité concernant la série Xena, Charmed et Legend of the Seeker ! Ce forum est également un lieu de partage et de découverte. N'hésite pas à t'inscrire !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Ven 17 Fév 2012 - 15:11

Hey hey salut tout le monde allez juste pour le fun je m'amuse à vous mettre deux fic en même temps. j'espère qu'elle vous plaira celle la car elle n'est vraiment pas dans mon registre habituel et c'est un véritable défis que je suis en train de me lancer. Donc j'aimerai vraiment avoir vos impressions sur celle là.

en ce qui concerne les disclamers et bien toujours les mêmes.

les personnages me son propres même si l'apparence des persos ressemble beaucoup à nos deux héroïnes favorite.

sion en ce qui concerne la violence oui il y en a.

le sex je ne sais pas encore je ne me suis pas interressé pour le moment mais si il doit y en avoir rien de graphique rassuré vous.

bon voilà j'ai fait le tout des Bla blas. donc je vous laisse la découvrir. Bonne lecture. une dernière petite chose si en cour de route le titre change c'est normal car celui ci est provisoir et j'ai toujours rien trouver donc si vous avez des sujection je suis preneuse.





CHAPITRE 1

Ce jour là dans la ville de Thèbes en Grèce un seigneur de guerre arriva dans sa ville triomphant. Il venait de gagner une bataille et put agrandir son territoire. Tout les villageois l'acclamais. Ils étaient tous fière de ce dernier qui leur assurait richesse et protection. Arriver à son château il descendit de son beau cheval blanc et se dirigea vers l'entrée de sa demeure. Une fois en haut des escaliers il cria sa victoire au peuple qui l'acclamait ouvertement. Une fois à l'intérieur loin des regards de ses sujet il se tourna vers son lieutenant qui se tenait à sa droite.

- Mais le dans les sous-sol, je m'occuperai de lui plus tard. Dit-il doucement.

- Bien votre majesté. Répondit son lieutenant en faisant une douce révérence.

- Ah une dernière chose, ne lui donne pas à manger je le ferais moi même. Finit-il avec une voix légèrement froide.

- Comme vous voudrez. Dit l'homme avant de partir dans un couloir qui menait au cachot du château.

Le seigneur de guerre se nomma. Manolis il était grand et d'une carrure suffisante. Ses cheveux brun lui tomba sur les épaules. Son visage était dure avec une barbe de trois jours. Il pouvait tuer à mains nue un homme sans forcer.

Il parti dans ses quartier afin d'aller prendre un bain chaud. Une fois fait il descendit dans les cachots. Il s'était habiller de son armure de guerrier et de sa cape lui tombant au pied. Il se dirigea dans le couloir sombre avec pour seul éclairage des torches. Il pouvait sentir la mort et l'humidité envahir les lieux. Il se couvrit le nez afin de ne pas trop respirer les odeur nauséabonde. Il arriva devant une grande porte en métal garder par deux gardes.

- Laisser moi entrer ! Leur ordonna t-il.

Les deux garde le regarda avec des yeux remplis de stupeur mais exécuta l'ordre car ils ne voulurent pas affronter la colère du guerrier. L'un des garde ouvrit la porte et c'est à ce moment là qu'un truc énorme vola à travers la porte. Le seigneur regarda et vit le corps d'un de ses hommes décapiter et démembrer. Il se poussa légèrement pour laisser passer les restes du corps.

- Hé bien, il est plutôt en forme ce soir. Dit-il semi amusé.

Il entra dans la prison munie d'un petit bout de boit dans la main. La pièce était sombre et très humide. La lumière des torches percèrent à peine l'intérieur. Par sécurité les gardes s'éloignèrent de la porte en laissant seul le seigneur. Une fois dans la pièce ce dernier ne s'aventura pas plus, il resta assez proche de la porte au cas où tout se passerai mal pour lui. Il fit le tour des lieux avec son regard et ce qui vit le donna envie de vomir. Du sang recouvraient pratiquement la totalité des murs en pierre. Le sol était tout aussi rouge avec quelque boyaux humain.

- Je vois que tu t'es bien amuser pendant ses quelques heures. Dit-il en tournant la tête vers le fond.

Dans un coin loin de l'éclairage on pouvait distinguer une silhouette sombre recroqueviller sur elle même. On ne distinguait rien de la chose qui était coller au mur.

- Mais je voudrais avoir un entretient avec toi car lors de la bataille tu m'a un peu déçu. Continua t-il en s'avançant légèrement vers la masse sombre. Il s'arrêta d'un coup quand il entendit un grognement menaçant. Il força ses yeux à voir a travers l'obscurité et il vit des crocs blancs à côté de la grosse silhouette. Il reprit sa marche afin d'aller au coté de ce qu'il convoitait mais une grosse touffe de poile lui bloqua le passage en se mettant entre lui et la silhouette noir. C'était un loup noir, ce dernier était le gardien de la chose qui était derrière lui et ne laissait personne l'approcher.

- Tu peux toujours monter tes crocs sache que je n'ai pas peur de toi et que je peux te tuer quand je veux. Menaça le seigneur.

Malgré l'avertissement le loups ne bougea pas d'un pouce.

- Tu peux toujours te protéger de ton animal, mais sache que je ne tolère pas que l'on me désobéisse ! Gronda Manolis.

À ses mots deux yeux bleu glacial apparurent. Chose qui donna une sueur froide au seigneur de guerre.

- Ne crois pas que tu m'impressionne ! Bien au contraire je n'ai pas peur de toi ! Et je...

Il fut couper par la lévitation de son propre corps. Ce dernier se leva lentement et ses pieds ne touchèrent plus le sol. Doucement il sentit son coup se faire compresser et sa respiration se faire de plus en plus dure.

- J...je su...suis le mai...maitre d...de ses lieu tu ne.

Il s'arrêta de nouveau quand le bleu glacial se firent plus brillant et encore plus menaçant.

- O...ok, je...je te par...pardonne po...pour cette f...fois ci. Bredouilla Manolis en santant sa gorge se serré d'avantage et l'oxygène se faire plus dure.

Puis en un rien de temps il retomba au sol et la pression qu'il avait ressentit s'évanouit en un rien de temps. Il reprit peu-à-peu sa respiration tout en se frottant la gorge. Il réussit à se remettre debout avec un peu de difficulté et sans attendre il sortit de la pièce. Arriver à la porte il se retourna pour regarder l'ombre où les yeux s'était évanouit dans l'obscurité. Il attrapa un plateau ou de la nourriture était au dessus et le posa sur le sol.

- Que sa ne recommence pas ! Dit-il sèchement avant de refermer la porte à double tour.

Il se dirigea vers son palais où son lieutenant l'attendait.

- Alors comment ça c'est passer ? Demanda l'homme en voyant son chef blanc comme un linge.

Il devient de plus en plus instable. Répondit Manolis énerver.

- C'est mauvais signe cela. Fit le lieutenant.

- Très mauvais, il commence à ce rebeller si ça continue on ne pourra plus rien en faire. Annonça le seigneur un peu angoissé.

- Que faisons nous alors ? Demanda le soldat.

- Cela m'embêterai d'en arriver à là, mais si il devient trop dangereux, nous n'aurons pas le choix. Nous serons obliger de le tuer. Fit le chef froidement.

Sans rien dire de plus Manolis se dirigea dans ses quartiers afin de laisser descendre la pression. Il ne l'avait monter à personne mais c'était la première fois qu'il se vit mourir. Il savait que si il faisait un seul faut pas surtout avec les années qui passèrent il pourrait se faire tuer en un clin d'œil. Et cela le dérangeait particulièrement. Car son meilleure soldat était aussi son pire ennemis. Il savait que entre ses murs il avait l'arme la plus puissante au monde. Et qui se dernier venait à disparaître dans la nature. Peu de gens survivrait. Il se mit a réfléchir de comment il allait faire pour se faire obéir complètement de cette chose monstrueuse. Il fut interrompu par un frappement à sa porte. Il autorisa d'une voix non challengent le visiteur à entrer.

Ce dernier était petit et âgé d'une cinquantaine d'année. Les cheveux blanc avec une petite barbichette. Son visage était doux avec les marques des années dessiné sur sa peau.

- Je vous pris de bien vouloir m'excuser mon seigneur, mais ce que vous m'avez demander est enfin prêt.

Le visage de Manolis se mit à rayonner d'un coup et alla immédiatement auprès du vieil homme.

- Montre moi ça ! Ordonna t-il gentiment.

L'homme s'exécuta et tendit un fiole à seigneur.

- Nous venons tout juste de le finir, et il est prêt à l'emploi.

- Vous êtes sur que ça va marcher ? Demanda Manolis.

- Affirmatif aucune personne ne peux résister à cela et encore moins lui.

- Bien parfait nous allons le tester immédiatement.

Aussitôt dit, Manolis reparti pour les cachot et alla à la même porte de prison. Il prit son morceau de bois, prit une petite fléchette qu'il plongea dans le liquide avant de le mettre dans sa sarbacane. Ensuite il ordonna a ses gardes d'ouvrir la porte blinder chose qu'il font et sans laisser le temps à qui que se soit de parler il mit sa tige dans la bouge et visa la silhouette noir et souffla à l'intérieur. Il attendit et au bout de dix minutes après avoir entendu un grogne ment, il commença à avancer en direction de la masse noir. Cette dernière fit apparaître des yeux bleu encore plus glacial qu'il ne l'avait vu auparavant. Ceci le fit reculer légèrement. Encore une fois il sentit son corps se soulever mais quelque chose de différent était présent. Il ne ressentait plus la même force au contraire ses pieds était toujours au sol et la force disparaissait petit-à petit. Un sourire de vainqueur s'afficha sur son visage et quand la chose disparut entièrement, il se mit de toute sa hauteur devant le regard meurtrier qu'il avait devant lui et réussit à assommer le loup qui l'attaquait. Il se mit à rire de toute sa gorge.

- Je te l'avais dit qu'un jour j'aurai le dessus sur toi !

Sans attendre il ordonna à ses garde de capturer la silhouette et de l'attacher solidement par les bras et les jambes. Pour plus de sécurité, il attachèrent aussi l'animal endormi. La personne resta toujours dans les pénombres. Les soldat ne réussissent pas à voir à quoi il ressemblais. Même pendant les combats il étaient cacher seule le seigneur connaissait son visage. Tout ce qu'il savait c'est que c'était un être humain d'âgé de 20 ans. Une fois ce dernier attaché, ils sortirent de la pièce sous les ordres de leur chef, qui avait prit un fouet.

Le jeune garçon était conscient de se qu'il se passait, mais ne prononça pas un son. Manolis profita pleinement de se moment pour punir le jeune comme il se devait. Il lui infligea cinquante coup de fouet. Il était stupéfait de voir que le torturer ne se plaignait pas ni ne hurlait de douleur. Mais il ne vit pas les yeux bleu qui était toujours ouvert dans un regard remplit de haine.

La séance dura plus d'une heure. Quand le seigneur eut finit il sorti complètement des cachot et alla se coucher avec un sourire radieux sur ses lèvres.

- Enfin je tien le monde. Je peux le contrôler maintenant plus personne ne se mettra en travers de ma route. Se dit il avant de s'endormir.

Tout les jours Manolis alla dans le cachot pour continuer son dressage comme il le disait afin de se faire obéir par tout ses hommes et esclaves. Plusieurs jours passèrent et ce jour ci, il reçu la visite d'un autre seigneur de guerre. Ce dernier était accompagner d'une jeune esclave d'une vingtaine d'année. Les deux seigneurs de guerre allèrent dans la salle de réception afin de déjeuner. Manolis avait ordonner à l'esclave de partir hors de leur vue. Comme ce n'était pas la première fois que la jeune femme allèrent dans ce palais elle savait que les esclaves des seigneur de guerre inviter pouvait se balader librement dans la demeure du moment qu'il était de retour au moment de partir. Elle en fut ravis car c'était son seul moment de liberté. Elle fit le tour du château comme à son habitude et alla dans les jardins là où elle pouvait se ressourcer. C'était une très belle jeune femme. Elle avait de beau cheveux long blond. son visage était doux et soyeux et ses yeux était d'un vert émeraudes et sa silhouette était fine avec des muscles bien travailler malgré sa maigreur qui était cacher par une robe grise en toile et se nomma Léa.

Plusieurs heures passèrent quand elle retourna auprès de son maitre, mais elle se fit envoyer promener assez violemment à coup de poing quand elle vit que plusieurs invité en plus de son maitre. Le coup était d'une tel violence qui l'a fit voler à travers la pièce en lui ouvrant la lèvre. Elle partit de la salle les larmes au yeux. Une fois dehors elle se mit à respirer fortement afin de renflouer ses larmes. Une fois calmée, elle partit vagabonder dans le château. Elle en avait assez de voir les jardins qu'elle connaissait par cœur. Pendant toute sa marche elle pensait à une autre vie. Là où elle aurait put être heureuse. Ses pas la conduisit doucement vers les escaliers des cachots. Ce qui la sortie de ses pensées. Elle fut étonnée de ne jamais les avoir vu. Elle resta un moment devant les escaliers à savoir ce qu'elle allait faire. Pousser par sa curiosité, elle entama la descente qui l'emmena dans les pénombres de la prison du palais.

Arriver en bas, elle mit immédiatement sa main devant le nez, l'odeur était horriblement insupportable. Elle resta un moment sans bouger afin de s'habituer à l'odeur, une fois fait elle commença sa visite des sous sol. Elle trouvait étrange de ne pas croiser des gardes et la lumière des torches était si faible qu'elle ne voyait pratiquement rien. Elle arriva à un tournant et quand elle regarda à sa droite, elle découvrit une grosse porte de métal. Cette dernière était différente des autres, elle ne possédait aucun barreau, juste une petite fente qui permettait de voir à l'intérieur. Sa raison lui disait de ne pas s'approcher mais sa curiosité lui disait le contraire. Pousser encore une fois par cette dernière elle s'en approcha. Arriver à sa hauteur elle fut déçu d'être trop petite pour voir ce qu'il y avait à l'intérieur. Elle allait attraper une chaise qui se trouvait à coter quand sa main se fut saisir avec force.

Elle sursauta quand une voix grave l'interpela.

- Qu'est ce que tu fais ici esclave. Personne n'a le droit de pénétrer dans les cachots. Lui dit un des gardes.

- Je...Je suis désolée mon mon maitre est en réception et je...je me suis per...perdu. Bredouilla Léa de peur.

- Mais tu sais que tu es mignonne. Dit l'homme sans faire attention à l'excuse de la jeune femme.

- Je...je vais par...partir mon...mon maitre va s'in...s'inquiéter de ne pas me voir. Dit la jeune femme en se libérant de l'emprise du garde.

Léa se dirigea à pas rapide vers la sorti mais le soldat l'arrêta.

- Hé qui t'a dis de partir. Dit-il en lui attrapant le bras.

La jeune femme commença à avoir peur.

- Mon maitre...

- Ton maitre est occupé pour le moment et il ne sera pas disponible pendant un bon moment. La coupa l'homme. Mais moi par contre j'ai besoin de me divertir, et vu que tu es plutôt mignonne ça fera très bien l'affaire.

Une fois sa phrase terminer il tira de toute ses forces sur le bras de Léa en l'éjectant contre le mur qui était situer en face de la porte en fer. Le dos de la jeune, frappa lourdement la pierre et elle s'étala sur le sol. Elle se releva doucement avec des larmes aux yeux mélanger de douleur et de peur. Quand elle leva ses yeux, elle vit l'homme juste au dessus d'elle. Son corps était paralyser par la peur et refusait de lui obéir. Le soldat commença à poser ses mains sur le petit corps tremblant.

- Ne t'inquiète pas je ne te ferai pas de mal, je veux juste m'amuser avec toi. Dit-il d'une voix calmement dangereuse.

Doucement il approcha son visage de celui de la jeune femme qu'il tenait entre une de ses mains et au moment où ses lèvres effleura celle de la femme, la grosse porte en métal vola à travers le couloir. Le soldat se leva immédiatement et ne put faire un geste devant la silhouette noir qui était dans l'antre de la porte. Les torches sous la souffle de la porte s'éteignirent, seule deux furent encore allumer. Léa regarda aussi dans la même direction que le garde et sa peur se multiplia quand deux yeux bleu glacial apparurent. Doucement des pas lents et sourd se firent entendre dans le silence. L'ombre au yeux bleu se mit à avancer avec lenteur. Son regard était posé sur le soldats qui ne pouvait faire un seule geste tellement la peur le paralysa. La jeune femme était dans le même état que le garde. Tout deux virent les yeux bleu se faire de plus en plus proche. Le silence des cachot firent résonner les pas, de l'ombre qui s'approcha avec toujours autant de lenteur qui donna au son une résonance démoniaque.

Le bleu fixai dangereusement le garde. Ce dernier malgré la peur, il réussit d'une main tremblante à la poser sur son épée et quand l'ombre se tint devant lui à quelque centimètres, il l'attrapa mais il ne put la lever plus que sa tête s'arracha de son corps pour rouler plus loin dans le couloir sur le sol. Le corps s'effondra dans une giclé de sang.

Léa poussa un hurlement quand elle vit la tête de l'homme passer à quelque centimètres d'elle. Elle était tétaniser. Blottit contre le mur du couloir elle osa lever les yeux et elle tomba sur des yeux qui était d'un bleu cristallin. Elle ne pouvait empêcher ses larmes de peur de couler. L'ombre au yeux bleu se tenait devant elle et la fixa intensément. Malgré sa peur elle ne pouvait détacher son regard sur la couleur qui malgré les pénombre brillait fortement. Elle sursauta quand elle entendit un bruit de à ses pieds. Elle baissa les yeux et vit que quelque chose était entrain de se graver sur le sol de la prison. Elle laissa son regard sur la gravure et fut surprise du mot qui venait de s'inscrire.

Vas t-en tu es en danger ici.

Elle leva ses yeux et vit que les yeux bleu avait disparut et que l'ombre s'éloignait en se dirigeant vers la cellule sans porte avant de s'évanouir complètement dans les profondeur du cachot. Léa resta interdite un bon moment sur la phrase. Sans attendre, elle se leva immédiatement et sortit des cachots. Une fois en haut des escaliers elle se rua dans les jardin et s'assit dans l'herbe contre un arbre en s'adossant à ce dernier. Elle laissa sa peur et la pression sortir dans des larmes silencieuse. Elle ne put en faire plus quand son maitre vint la chercher parce qu'il partait. Elle alla le rejoindre sans demander son reste. Chose qui étonna grandement le seigneur de guerre qui vit pour la première fois Léa l'accompagner sans protester où autre. Sans rien dire il l'emmena hors du palais afin de rentrer chez lui.

En milieu d'après-midi, Manolis alla dans les cachot afin d'aller dresser son esclave. Quand il arriva au sous-sol, il se mit à vomir son déjeuner quand il découvrit son garde décapité horriblement. Il le va les yeux et découvrit que la porte blindé n'y était plus. Paniquer il se précipita vers l'entrée afin de voir si son objet y était toujours et fut surpris que oui. Il vit au loin une ombre replier sur elle même avec le loup à ses cotés. Son regard fut attirer par les gonds de la porte qui avait explosé. Il comprit alors que c'était son esclave qui l'avait fait voler. Pourquoi il ne voulait pas le savoir, mais il réagis d'un coup que le produit du vieil homme marchait à la perfection mais avait un défaut. C'est qu'il ne durait que quelque jour. Heureusement pour lui il avait emporter la fiole. Sans attendre, il prit une fléchette qu'il trempa dans le produit et l'envoya sur l'ombre à l'aide de la sarbacane. Après avoir entendu un grognement il se dirigea vers ce qu'il convoitait. Il fut encore plus surprit de voir l'animal toujours solidement attacher. Chose qu'il appréciait particulièrement, il attrapa la personne et l'attacha au fer qui se trouvait dans la pièce et repartit pour une séance de cinquante coup de fouet. D'un pour le punir d'avoir détruit la porte, deux pour avoir tuer un de ses gardes et trois pour continuer à lui faire comprendre qui était le maitre.

Cette fois ci encore, le jeune humain ne prononça aucun son suite à la douleur. Manolis ne vit toujours pas le regard porter sur lui, les yeux bleu devinrent de plus en plus meurtrier à chaque coup de fouet reçut. Une fois sa séance fini, Manolis se plaça devant le jeune sans le détacher.

- Je pense qu'avec tout ceci tu as comprit la leçon et j'espère que maintenant tu va m'obéir. Commença t-il fièrement. Parce que j'aurai un travail pour toi.

Les yeux bleu ne cillèrent pas et le fixait toujours avec autant de haine, chose que le seigneur ne fit pas attention.

- Demain nous devons aller à Arta en Thessalie car nous avons été invité par Baphein un seigneur de guerre puissant. Donc ce que je voudrais c'est que tu tue tout les villageois pendant la semaine au nom de ce chien. Comme ça le peuple de cette contré m'acclamera quand je tuerai cette homme. Pour eux je serai leur héros celui qui leur aura débarrasser se sanguinaire de la terre.

Il fixa les yeux bleu qui n'avait toujours pas monter un signe.

- Tu as compris ce que j'attends de toi ! S'énerva le seigneur.

Voyant que les bleu de réagissait toujours pas Manolis lui donna un puissant coup de poing dans le visage. Sous l'action la tête sombre se fit projeté sur le côté et un filet de sang sorti de sa bouche. Le seigneur sorti de la pièce avant d'avoir envie de le tuer, mais encore une fois il ne vit pas les yeux glaciaux se poser sur lui. Manolis ordonna à des garde qui venaient d'arriver de surveiller la chose qui était dans la prison. Il leur donna la fiole du produit au cas où se dernier venait à être intenable. Il sortit des cachots pour aller préparer ses affaires.

Le lendemain, le seigneur accompagné de ses soldats, partirent pour la Thessalie. Il avait une journée de cheval à faire. Tout le covoiturage était silencieux personne n'osa parler. De peur de déclencher la colère du seigneur de guerre qui était assez remonter. Quelque heures plutôt avant de monter à cheval, il avait retrouver ses gardes du cachot décapiter et démembrer. Cela l'avais particulièrement mit hors de lui, car quoi qu'il faisait ses hommes mourrait petit à petit. Le poison n'était pas assez efficace vu qu'il ne durait que quelque minutes. Mais il était malgré tout étonner que la chose au yeux bleu ne soit toujours pas parti. L'incident de la matinée l'avait vraiment mit hors de lui et il avait tuer quelque gardes afin de se défouler un peu.

Quelque part en Thessalie à Arta, le seigneur de guerre appeler Baphein prépara pour l'arriver de ses invités. Il était plutôt content de se que ses esclave et homme de main avait fait. La salle de réception était parfaitement préparer. La grande table avait été dresser avec des objets de valeur, bougies et autre. Il s'était lui même habiller de son armure doré qui laissait sa musculature apparaître et son 1 m85 lui donna un carrure impressionnante tout ceci était accompagner de sa belle cape rouge. Il avait mit ses cheveux blond en arrière pour laisser apparaître ses yeux noisette, sur une peau mates avec un bouc blond lui donnant un allure de jeune homme malgré ses quarante ans.

Baphein était un homme très respecter par ses sujet, mais comme tout seigneur de guerre il traitait ses esclaves avec aucune pitié que se soit homme femme ou enfant. Il se retrouva dans sa chambre et ordonna à un esclave de venir le rejoindre afin qu'il puisse lui dire ce qu'il voulait. Il attendit une dizaines de minutes avant d'entendre frapper à sa porte. Il donna l'autorisation d'entée et une jeune femme entra doucement. C'était Léa qui était son esclave personnel. Il lui ordonna de faire en sorte que pendant tout cette semaine tout devait impérativement bien se passer, il lui dit aussi que dès l'arriver de ses invités qu'elle devait se cacher. La beauté de la jeune femme attirait les regard des vieux pervers et il ne voulait pas la prêter. Léa était à lui et personne d'autre. Sur ses mots il l'attrapa et passa plus d'une heures à faire ses jeux pervers sur le corps de la jeune femme.

La jeune esclave sortit de la chambre épuisée, ses habilles était pratiquement déchiré. Son visage et une partie de son corps était recouvert d'hématome. Léa partie en direction des cuisines avec les larmes au yeux. Les garde qu'elle croisait la regardait avec méprit. Tous rêvèrent de la toucher mais ne pouvait pas. Elle arriva dans les cuisines où elle fut accueillit avec animosité par les autres esclaves. Elle partie dans le sellier afin de se libérer de sa colère et tout les émotions qu'elle pouvait contenir.

- Mon dieu aidez moi, j'en ai assez aidez moi à avoir une vie meilleure. Supplia t-elle entre ses pleures.

Doucement son esprit se mit à repenser aux yeux bleu qu'elle avait vu dans les cachots. Depuis qu'elle était rentrer au château elle ne pouvait pas quitter se regard de sa tête. Elle était à la fois paralyser par la froideur de ceci mais aussi intrigué à savoir qui était cette personne ou seul des bleu cristallin se faisait voir. Elle sorti de ses pensée quand elle entendit la voix de son maitre dans la cours du château. Poussé par la curiosité, Léa alla à la fenêtre du sellier qui donnait dans la cour et la elle put apercevoir le cortège de Manolis. Sans savoir pourquoi son cœur se mit à battre fortement et son corps se mit lui aussi à trembler légèrement. Sans faire un moindre bruit elle regarda par la fenêtre et fouilla de son regard sur tout les hommes mais ne vit pas ce qu'elle convoitait. Déçu elle s'écarta de la fenêtre, elle resta assez prêt pour pouvoir entendre ce que disait Baphein et Monalis. Quand les politesses furent finit, son maitre entra dans la château. Mais elle entendit l'autre seigneur de guerre parler doucement à ses gardes. Elle tendit l'oreille pour savoir ce qu'il se disait mais ne comprit pas les mots. Tout ce qu'elle put voir quand elle retourna à la fenêtre, c'était trois garde qui portait un étrange malle et qui l'emmenait dans les étables.

Elle se demandait se que pouvait contenir cette malle. Léa était d'une nature très curieuse, chose qui lui valut plusieurs ennuis avec son maitre et quelque hommes donc ce dernier ne fut pas au courant. Elle attendit que la cours se vida pour sortir du sellier. En faisant bien attention, elle prit le chemin des étable en regardant bien autour d'elle pour voir si personne ne l'avait vu. Elle arriva sur les lieux et se cacha derrière des meules de foin. Là où elle était positionné elle pouvait voir très clairement les garde de Monalis. Elle ne fit pas un bruit et écoutait ce qu'il se disait.

- Bon sang pourquoi faut-il que l'on se tape celui la. Râla un des gardes.

- Tait toi ! Si le seigneur t'entendait tu te ferais tuer. L'arrêta son compagnons.

- Oui je sais.

- Aller sortons le et attachons le solidement comme Monalis nous l'a ordonner.

Les soldats ouvrir la malle et sortit un corps inerte de cette dernière. Il le mit dans un box de chevaux et l'attacha solidement avec des fers. Léa était trop loin pour savoir ce qui avait été posé dans un box elle ne pouvait qu'entendre le bruit de ferraille qui s'enclencha. Une fois le travaille finit, les gardes sortirent de l'étable, et alla dans le château pour aller chercher de la nourriture.

Léa n'ayant pas entendu les dernière paroles des gardes sortit de sa cachette et se dirigea vers le box. Elle s'y approcha doucement, et quand elle arriva à l'entrée elle resta stoïque. Une jeune femme d'une vingtaine d'année était endormit allongée sur la paille. Elle était habillée d'un habille d'esclave avec une chemise et un pantalon en toile mais ce qui la surprit, c'est que la couleur eu lieu d'être grise était noir. Elle s'approcha d'elle lentement afin de ne pas l'a réveiller. Elle était à quelque mètre de la femme quand elle entendit les voix des gardes. Elle commença à paniquer. Elle n'avait aucune issue de secoure. Elle remarqua au dernier moment un passage au sol qui donna sur le box d'à coté. Elle se rua à l'intérieur et une fois dedans, elle se plaça contre le mur du font recroqueviller sur elle même en se faisant la plus petite possible et en priant de ne pas se faire voir.

Les soldats arrivèrent auprès de la jeune femme avec un plateau où de la nourriture et une carafe d'eau était posées. Ils furent surprit de voir que cette dernière était si jeune. Sans prendre le temps de la détailler, un des soldats attrapa la carafes et jeta le contenue sur le visage de la jeune femme. Cette dernière se réveilla en sursaut. des yeux bleu cristallin apparurent immédiatement. Ils étaient aussi froid que la mort. Les soldats eurent leurs sang de glacer dans le veine. Il commencèrent à pâlir quand le plateau commença à bouger tout seul. Un sourire de vainqueur se dessina sur leurs lèvres quand tout s'arrêta d'un coup. Les trois hommes se mirent à rire à gorge déployer.

Un des soldats s'approcha de la jeune femme et lui envoya un puissant coup de pied dans la figure. La victime se fit projetée en arrière contre le mur en bois qui se trouvait prêt d'elle.

- Alors on fait moins la maline maintenant. Lui dit le soldat en rigolant.

Le second soldat attrapa l'habille de la jeune femme par le devant et la souleva légèrement.

- Tu vois ton maitre n'est pas là et il nous a seulement ordonné de ne pas te tuer. Dit il en lui envoyant un puissant coup de poing dans la mâchoire.

La tête de la jeune femme parti en arrière mais la poigne de son bourreau était si forte que son corps resta immobile.

- Mais tu va payer pour la mort de nos ami. Dit-il avant de lâcher sa prise.

Les trois gardes ruèrent la jeune femme de coups de pied et de coups de poing. Cette dernière était couchée au sol et recevait les coups de tout les cotés. Pas une seule fois elle ne prononça un son de douleur. Elle garda seulement ses yeux ouvert en fixant un point dans le box. Les bleu devinrent de plus en plus meurtrier. Léa qui était à coté entendait tout ce qu'il se passait, elle ne pouvait pas retenir ses larmes de terreur. Elle avait pitié de la jeune femme. Elle ne comprenait pas pourquoi ses brutes lui faisait autant de mal. Le passage à tabac dura un peu plus d'une demi heure. Les gardes sortirent enfin de l'étable en fermant la porte derrière eux. Sachant que le diner des seigneurs de guerre allait commencer, ils partirent rejoindre le chef afin d'assurer sa sécurité.

Léa attendit une bonne demi heure avant de commencer à sortir de sa cachette. Elle sortit de la porte de son propre box et s'avança doucement auprès de celui de la jeune femme. Quand elle l'a vit, elle avait les larmes au yeux. Cette dernière était recouverte de sang et d'hématomes. Elle s'approcha d'elle avec douceur et remarqua que les yeux de cette dernière était fermé. Elle prit la carafe d'eau qui était sur le sol, sortit du box et alla au fond de l'étable. Elle l'a remplit d'eau et retourna auprès de la jeune femme. Elle s'approcha avec attention et se mit à genoux une fois qu'elle fut à ses côtés. Elle déchira le bas de sa jupe de toile et imbiba le tissu d'eau puis avec douceur, elle posa le tissu sur la visage de la femme. À se contact, cette dernière sursauta et ouvrit les yeux en attrapant le coup de Léa.

- Je...je ne vais pas te...te faire de mal. Bredouilla t-elle morte de peur.

Léa sursauta quand la carafe d'eau se mit à exploser à ses cotés et d'un coup, son corps vola à travers le box et atterrit contre le mur d'en face hors de lieu. Léa resta interdite devant ce qu'il venait de se passer. Elle regarda la jeune femme et tomba sur des yeux bleu glacial. Immédiatement elle reconnut les yeux du cachot. Tout son corps se mit à trembler de peur. Le regard de la femme était remplit de haine et était meurtrier. La peur l'a paralysa et ne pouvait faire aucun gestes. Seule des larmes de terreur coulèrent sur son visage. De toute ses forces elle réussit à faire bouger don corps et sans attendre, elle sortit rapidement de l'étable et se dirigea vers les cuisines.

La jeune femme une fois seul referma ses yeux bleu. un bruit venant de derrière elle se fit entendre, mais elle ne bougea pas quand elle reconnut les pas et l'odeur. Le loup qui était avec lui dans les cachots arriva, se coucha à ses côtés en se blottissant contre la jeune femme et tout deux s'endormirent.


Dernière édition par gaby la barde le Dim 18 Nov 2012 - 10:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Lun 20 Fév 2012 - 19:16

CHAPITRE 2

Le lendemain matin Léa se réveilla dans la salle des esclaves avant tout le monde. Cette nuit là elle avait très mal dormit. Elle n'arrêtait pas de repenser aux jeune garçon dans l'étable. Le bleu des yeux la hantais ainsi que l'action inexpliqué qui c'était passer. Elle avait peur de cette jeune femme mais elle était attirer par elle. Elle ne comprenait pas pourquoi elle était traitée comme un animal. Elle se dirigea vers les cuisines afin de préparer le petit déjeuner de son maitre. Quand celui ci fut fait, elle alla dans la chambre de son seigneur et déposa le plateau sur la table. Comme tout les jours, elle subissait des jeux sexuelles qui devenait de plus en plus violent. Quand elle sorti de la chambre, elle était en pleure. Les coups étant devenu plus fort, elle avait quelque plaies d'ouverte sur le visage. Elle passa comme tout les jours devant le regard haineux des gardes et des esclaves. Elle n'en pouvait plus, tout ceci était trop pour elle mais elle ne pouvait rien faire sinon elle se ferai tuer après avoir subit la pire des tortures. Elle se réfugia de nouveau dans le sellier assit par terre contre le mur en pierre afin de laisser sortir la douleur et la pression.

Son regard se posa sur un plateau vierge, elle regarda la nourriture qui était posée à ses côtés et se mit à réfléchir. Une fois ses pleures calmé, elle se mit debout et sorti un torchon propre qu'elle posa sur la table en bois. Elle y mit un morceau de pain avec quelque morceaux de viande ensuite, elle remplit une carafe de lait chaud puis, elle enveloppa tout ceci et le rangea soigneusement sous sa robe. Elle se dirigea ensuite vers la porte du sellier et l'ouvrit. Elle regarda autour d'elle afin de voir si personne n'était dans le coin. Quand elle remarqua que non, elle se dirigea vers l'étable. Elle ne savait pas pourquoi mais elle voulait revoir cette fille même si elle lui faisait peur. Elle arriva à l'intérieur de l'étable. Elle se cacha immédiatement derrière des meules de foins quand elle entendit des voix. Elle regarda à travers ceci et vit Manolis et ses hommes dans le box de la jeune femme.

Bien, ma fille j'espère que tu as compris ce que j'attends de toi. Nous commencerons dans une semaine car notre cher hôte nous à proposer de rester plus longtemps afin de peaufiner les préparatif d'un projet. Dit-il fièrement. Et dans trois jour tu commencera le massacre des villageois au nom du seigneur de guerre. Finit-il enjouer.

Vous pensez qu'elle vous obéira ? Demanda un des soldats.

Elle à plutôt intérêt sinon elle c'est ce qu'il l'attend et de plus, elle sait aussi que je peux la contrôler maintenant même si c'est à durée limité. Répondit Manolis froidement en regardant la jeune femme.

Cette dernière le fixa sans cligner des yeux, chose qui énerva le seigneur qui lui donna un puissant coup de pied dans le visage.

Ne me regarde pas comme ça ! Je suis ton maitre et tu me dois obéissance ! Comprit ! Dit Manolis avant de partir énerver suivit par ses hommes. Laisser la seule ! Ne lui donner pas à manger durant toute la semaine. Continua t-il en s'arrêtant devant la porte de l'étable. Je vais lui apprendre moi elle fait la dure on verra se qu'elle fera sans eau ni nourriture.

Une fois sorti, Manolis se dirigea avec ses hommes en direction du château devant l'entrée il s'arrêta de nouveau et se tourna encore une fois vers ses hommes.

Que personne aille la voir comprit ! Le premier que je vois dans l'étable avec elle je le tue sur le champs ! Moi seul ira la voir une fois par jour. Avertit Manolis.

- À vos ordres ! Répondirent les gardes.

Léa qui était toujours cachée avait attendu un petit moment avant de sortir de sa cachette. Elle se dirigea très lentement en direction du box de la jeune femme. Quand elle arriva devant, elle se figea quand cette dernière la fixa. Elle prit encore plus peur quand elle vit un loup coucher au coté de la jeune femme et qui l'a fixait aussi. Son regard se reporta sur la fille. Elle ressentait de la peine quand à la lumière du jour le visage de cette dernière était remplit d'hématomes, de sang et équimoses. Elle resta un moment sur place à se demander ce qu'elle allait faire. Doucement elle passa sa main sous sa jupe et attrapa le petit colis qui y était dissimuler. Ce geste donna un grognement de la part du loup chose qui l'a fit sursauter. Elle se figea quand le regard bleu devint encore plus glacial. Elle avait plus peur de la fille que du loup lui même. Elle luta contre sa peur et sorti le torchon de son habille et le tint fortement entre ses mains.

- Je...je ne sais pas si tu...tu as mangé a...alors je t...t'apporte un petit quelque chose. Dit -elle d'une vois tremblante.

Elle regarda la jeune femme qui ne bougea pas, ni ses paupière ni ses muscles ne firent un mouvement. C'était comme si que le corps était sans vie. Elle prit une grande inspiration et commença à faire un pas dans le box. Elle leva les yeux et vit que la jeune femme ne bougea toujours pas. Elle en fit un deuxième toujours pareil aucun signe, seul ses yeux l'a fixait intensément. Elle fit un troisième pas encore une fois aucune réaction. Elle en fit plusieurs et elle arriva devant la jeune femme qui ne l'avait pas quitter des yeux. Le loups avait les babines retrousser et grognait fortement.

- Je...je ne vo...vous fe...ferais pa...pas de mal. Bredouilla Léa.

Elle s'accroupit avec lenteur afin d'éviter les gestes brusque, puis doucement, elle posa le torchon sur la paille en face de la femme. Cette dernière ne bougea toujours pas. Elle l'a regarda fixement. Le bleu de ses yeux était toujours aussi meurtrier. Léa sentait le regard sur elle, et contrairement à ce qu'elle pensait, il y avait bien-sur de la peur dans ses ressentit mais une autre chose se mélangeait à eux et ne savait pas quoi. Doucement elle ouvrit le torchon et laissa apparaître de la nourriture.

- Re...regarde je t'ai apporter du pain et de la viande j'espère que tu aime. Dit la jeune femme avec un petit sourire. Je t'ai aussi apporter du lait, je me suis dis que pour le petit déjeuner c'est meilleure que de l'eau. Dit elle en rigolant légèrement.

Elle leva les yeux qu'elle avait baissé et les posa sur ceux de la jeune femme qui n'avait pas changer d'attitude. Elle porta son attention au loup qui était toujours en train de grogner.

- Je suis désolée, si j'avais su que tu étais là j'en aurai apporté plus. Dit elle avec un doux sourire.

Cette phrase calma légèrement le loup. Léa attrapa un morceau de viande et le tendit doucement à l'animal. Ce dernier se mit immédiatement sur ses pattes en grognant de toute sa voix avec les babines entièrement retroussée.

- Non je ne te ferai pas de mal je te le promet ce n'est qu'un morceau de viande. Dit le jeune femme en sursautant.

Déterminer à ne pas partir comme la nuit dernière, elle resta malgré les deux paires d'yeux très menaçant. Elle sentit une emprise sur son cou se faire, ce qui la fit sursauter et lâcher le morceau de viande. Elle posa ses yeux sur la jeune femme et des larmes de terreur s'échappèrent de ses yeux puis d'un coup, son corps comme la nuit dernière vola à travers le box pour atterrir lourdement contre le mur d'en face. Elle se leva légèrement et ses yeux tombèrent sur ceux de la jeune femme qui était encore plus meurtrier qu'avant. Son corps entier était paralysé par la peur, elle ne pouvait faire aucun geste. Quand d'un coup son propre corps se remit à volé à travers l'étable pour atterrir hors des lieux. Elle était coucher par terre face contre sol quand des sanglot de terreur la ravagea. Sans attendre et pour éviter de se faire voir elle se releva immédiatement et se dirigea là où elle était en sécurité dans le sellier. Arriver à l'intérieur elle laissa une nouvelle pression sortir.

Le reste de la matinée se passa comme tout les jours. Léa alla voir trois fois son maitre qui lui fit passer chaque moment les plus douleur de sa vie. Cette fois ci, elle sorti de la chambre du seigneur encore plus marquer qu'à son habitude. Au moment où alla se réfugier dans le sellier, des esclaves se ruèrent sur elle et lui passèrent un tabac. Ils étaient jaloux qu'elle est plus de droit qu'eux. Elle pouvait manger convenablement et avoir une couverture pour dormir. Ses corvées en dehors de la torture physique et moral était peu chargée. Malgré l'était physique de la jeune femme et de ce qu'elle subissait, ils s'en foutait complètement, cela faisait très longtemps que les autres esclaves voulaient la coincer. Tout ce qu'ils voyaient c'est qu'elle était traitée comme un princesse pour eux et cela les dérangeaient fortement. Après l'avoir tabassée, il l'a jetèrent dehors en lui disant qu'elle n'avait plus rien à faire dans les cuisines et qu'elle devait uniquement venir pour les repas du seigneur.

Léa était allongée sur le sol le visage en sang avec les larmes coulant abondamment. Elle devait partir rapidement de la cour avant que des gardes où autre seigneurs de guerre ne l'a voient. Car elle ne voulait pas subir encore plus de torture qu'elle n'avait avec son propre maitre. Elle ne savait pas où se cacher, n'importe où qu'elle allait, elle se faisait frapper et éjecter. Elle n'avait qu'un seul refuge mais là aussi elle n'était pas accepter. C'est des voix venant de sa droite qui l'obligea à ce décider. Luttant contre la douleur de son corps, elle se précipita dans l'étable. Une fois à l'intérieur, elle s'adossa à la porte et éclata en sanglot.

Elle était vraiment à bout. Tout ce qu'elle subissait était trop pour elle. Elle enviait les autres esclaves, même si leur travail était plus dure, ils n'endurait pas les douleurs physique qu'elle subissait. Elle leva la tête avec des yeux remplit de rage, se mit debout et se dirigea à pas décider vers le box de la femme. Quand elle se mit de toute sa hauteur devant l'entrée, elle se figea. Le regarde de cette dernière était toujours aussi glacial.

- Je ne sais pas qui tu es où ce que tu fais mais si tu ne veux pas de moi ici, tu devra me tuer car je ne bougerai pas ! Dit Léa d'une voix dure et déterminer. Je préfèrerai de loin me faire tuer par toi que continuer à subir toute ses choses. Finit-elle avant de s'effondrer en pleure dans le box de la jeune femme.

Cette dernière regarda Léa faire. Pendant toute le discours de la jeune femme jusqu'au moment où elle s'écroula sur le sol en pleur, elle ne bougea pas d'un cil. Elle fixa le visage ensanglanté de la petite blonde. Une chose étrange traversa son corps et quand Léa se mit à pleurer, elle sentit son cœur se serrer. Ni elle ni le loup ne montra une attitude menaçante. La jeune femme au yeux bleu se leva doucement. Le bruit de paille fit lever la tête de Léa qui fut surprise de voir enfin bouger la femme. Cette dernière l'a regarda fixement tout en se mettant debout. Quand elle fut sur ses deux pieds, les chaines qui l'a tenait explosèrent et tout ses membres furent enfin libérés.

Léa se redressa surprise de ce qu'il venait de se passer et se mit assise sur ses genoux. La jeune femme commença à avancer doucement en direction de Léa. Son regard était glacial et meurtrier.

- Vas y tue moi que l'on en finissent ! Tout le monde me rejette alors pourquoi pas toi ! Cracha la petite blonde à bout de nerf.

La jeune femme se plaça devant Léa et la regarda de haut. Les mots que venait de lui dire Léa lui traversa le cœur. Elle sentit dans sa voix la douleur et une envie de mourir pour être enfin libre.

- Je suis comme toi, un esclave au service de personnes ignoble qui détruit ma vie et qui l'a contrôle sans rien que je puisse faire ! Alors si tu pouvais enfin arrêter tout ceci en mettant fin à mes jours je... je...

Léa ne put finir sa phrase qu'elle repartit dans un orage de sanglots.

La jeune femme se baissa et s'accroupit tout en se mettant face à la petite blonde. Elle l'a regarda intensément. Léa qui senti le regard persan de la femme, redressa la tête et son regard fut capturer par des bleu cristallin. Cette dernière détacha ses yeux des vert émeraudes et les firent naviguer sur tout le visage de Léa. Doucement elle monta sa main droite et du bout de son index, elle attrapa une larme qui roulait sur la joue de Léa. Elle l'apporta à ses yeux et l'a regarda attentivement. Elle reporta son regard au visage de la petite blonde et vit que les larmes coulèrent toujours. elle rapprocha sa main sur le visage de la jeune femme et toucha une des blessures qui saignait. Ses yeux devinrent sombre quand elle comprit que le rouge était du sang.

Léa ne fit aucun geste et la laissa faire. Elle sentit de la douceur dans les gestes de la jeune femme. Malgré son regard meurtrier, elle n'avait aucun mouvement mortel. Au moment où elle allait dire quelque chose, son corps se mit à voler dans les aires pour atterrir dans les meules de foins qui se trouvait en hauteur. Léa allait protester quand un écrit sur le sol s'afficha.

Pas un mot sinon tu te fera tuer.

Surprise Léa passa uniquement la tête pour savoir ce qu'il ce passait et fut surprise de voir la jeune femme à sa place habituel avec les fers aux pieds et aux mains. Quelque secondes après un homme arriva dans l'étable. C'était Manolis qui entrait pour faire sa ronde quotidienne.

Et bien mon garçon je vois que nous sommes bien sage aujourd'hui la faim te radoucit on dirai bien. Dit fièrement le seigneur de voir son esclave doux comme un agneau.

Léa entendait ce que l'homme disait et cherchait avec ses yeux dans le box de la fille afin de savoir si elle avait touché à la nourriture qu'elle lui avait apportée. Elle ne put empêcher un sourire d'apparaitre sur son visage quand elle vit le torchon vide dans le box d'à côtés ainsi que la carafe de lait. Elle retourna son attention au seigneur de guerre.

- Alors mon petit tu vois si pendant toute la semaine tu es aussi gentille, je te promet qu'après le devoir tu aura le droit à un grand repas. Continua Manolis.

Le regard de la jeune femme était si pénétrant qu'il déstabilisa le seigneur

- bon je...je vais te laisser mais n'oublie pas le plans Dit se dernier en partant assez rapidement. Il savait que les effets du produit allait commencer à se dissiper et que si il devait rester plus longtemps, il se ferai tuer. Seul dans une pièce sombre la jeune femme ne ferai rien mais si il y as du monde elle tuait sans hésiter.

Une fois le seigneur sortit, un petit moment passèrent avant que le corps de Léa ne vol de nouveau pour atterrir devant la fille. Cette dernière regarda la jeune femme interdit.

- Mais comment ?

La fille l'a regarda droit dans les yeux et ne fit rien de plus. Léa sursauta quand elle entendit un bruit fort de métal. Elle regarda vers la jeune femme et vit les attaches qui la retenait exploser pour de bon. La libérant définitivement. Cette dernière se leva de sa place et s'avança vers la petite blonde. elle prit au passage la carafe d'eau que cette dernière avait apporté la veille avec le bout de tissu. elle reproduisit les même gestes que Léa avait fait le soir dernier et d'un geste doux elle passa le chiffon mouiller sur le visage de la jeune femme.

Au contact du tissu froid, Léa tressaillit en se tendant légèrement quand la jeune fille la toucha. Elle fut extrêmement surprise de voir la douceur que la femme pouvait avoir. Avec délicatesse cette dernière lui essuya le sang sécher et la souillure qui recouvrait la figure de Léa. La jeune femme avait posé une main sur la nuque de Léa afin d'avoir une bonne prise pour son nettoyage. Une fois le travail finit, elle reposa le tout sur la paille et regarda intensément le visage propre mais marquer de la jeune blonde. Quelque chose d'étrange se passa en elle. Son cœur se mit à battre fortement chose qui commença à la déranger. Elle regarda sur elle d'où cela pouvait venir.

Léa la regarda faire et ne comprenait pas ce qu'elle pouvait chercher. C'est quand elle vit les mains de la fille rester prêt de son propre cœur qu'elle comprit. Très lentement Léa approcha une des sienne en faisant bien attention à ne pas effrayer la jeune femme. Cette dernière qui vit la main de la jeune blonde s'approcher eu un mouvement de recul. Léa senti immédiatement une force lui saisir le cou.

- Non je ne te ferais pas de mal. Je veux juste te montrer. Dit elle sans montrer un signe de peur en laissant un sourire doux se former sur son visage.

Malgré la force sur son cou, Léa continua à avancer sa main vers le cœur de la jeune femme. La force ne s'enleva ni serra. Les bleu des yeux était malgré tout glacial. Léa avait vraiment très peur, car elle comprenait de plus en plus que tout ses truc étrange qu'elle avait vu depuis les cachots venait de la jeune femme. Sa main se posa sur la poitrine de la femme et elle la regarda tendrement. Cette dernière la regarda avec un expression étrange mélanger à de l'incompréhension. Ce changement de regard fit battre le cœur de Léa fortement. C'est la première fois que la jeune femme montra une autre émotion que de la haine dans ses yeux.

- C'est ton cœur. Dit Léa gentiment. C'est lui que tu sens ici. Dit elle en appuyant légèrement afin que la jeune femme comprenne.

Cette dernière regarda Léa en fronçant légèrement les sourcils avec un regard interrogateur. La petite blonde se mit à rire légèrement.

- C'est lui qui te permet de vivre et qui bat en fonction de tes émotions. Expliqua Léa tendrement.

Doucement la force qui retenait sa gorge se dissipa pour ne plus rien avoir.

- Regarde moi aussi je suis comme toi. Dit la jeune blonde en détachant sa main du corps de la fille

Avec délicatesse elle prit la main de cette dernière qui sursauta au contact. Encore une fois la prise sur son cou se refit sentir un peu plus fortement cette fois ci.

- Non je te promet que je ne te ferai pas de mal. Dit Léa calmement sans lâcher la main de la jeune femme.

Doucement elle approcha leur mains de son propre cœur, et les posèrent toute les deux avec celle de la femme contre sa poitrine. Cette dernière sursauta quand elle sentit le cœur de Léa sous sa paume.

- Tu vois, je suis pareil. C'est mon cœur qui bat tout comme le tien. Expliqua tendrement la blonde.

Doucement Léa lâcha la main de la fille tout en la regardant tendrement. La force de son cou s'envola d'un coup et la jeune femme pencha légèrement la tête sur le coté en regarda Léa. Cette dernière se mit à sourire franchement car le visage d'incompréhension de la fille l'amusait vraiment. Elle attrapa à son tour la carafe d'eau et imbiba un autre tissu qu'elle avait arraché de sa robe et commença à approcher celui ci du visage de la jeune femme.

Devant se geste la poigne se reforma sur le cou de Léa.

- Je ne te ferais pas de mal, laisse moi te nettoyer comme tu l'a fait pour moi. Dit elle patiemment en continuant son avancé.

La force était toujours la mais n'augmenta pas. C'est d'une main tremblante que Léa réussit pour la première fois à poser le chiffon sur le visage de la fille qui sursauta au contact froid.

- C'est rien c'est juste la fraicheur de l'eau. Expliqua Léa en santant la force se resserrer.

Doucement la petite blonde entama le même nettoyage que la femme lui avait fait. Cette dernière se laissa faire tout en restant sur ses gardes. Au fur et à mesure du nettoyage, Léa put apercevoir la beauté de la jeune femme. Elle avait les cheveux noir corbeau cours avec une frange arrivant sous ses yeux. Les traits de son visage était doux. Elle mesurait 1m 75. La forme de son corps était parfaitement dessiner avec des muscles bien sculpté sur tout le corps. Tout comme elle, il lui manquait quelque kilo. Sa peau était mate ce qui faisait ressortir le bleu des yeux.

Quand elle eut finit son petit travail, elle posa le tout sur la paille et se mit à regarder la jeune femme qui la fixait toujours. La force c'était complètement envoler durant la moitié du nettoyage.

- Pourquoi tu es ici ? Demanda Léa calmement en s'asseyant confortablement dans la paille.

Avant qu'elle ne puisse avoir une réponse, la jeune femme l'attrapa et la plaqua contre elle en lui mettant une main sur sa bouche. Léa la regarda avec des yeux surprit mais cette dernière lui fit signe avec son doigt de ne plus parler. La jeune blonde hocha la tête et attendit. Un silence de plomb s'installa dans l'étable. Léa entendait simplement les battement de son propre cœur et celui de la jeune femme. Elle se mit légèrement à rougir quand elle réalisa qu'elle était plaquée contre le corps de la femme. Elle se ressaisit rapidement quand elle entendit la porte de l'étable s'ouvrir et se mit à trembler fortement. Elle savait que si on l'a découvrait ici, elle se ferait tuer. Elle sentit le corps de la jeune femme se tendre à son maximum. Léa osa lever les yeux et tomba sur des bleu glacial qui regardait en direction de l'entrée du box.

Les voix qui était à l'entrée de l'étable ne bougea pas ce qui rendait Léa nerveuse. Elle n'avait pas le temps de partir car si elle faisait un moindre geste, elle les dévoilerai toutes les deux et de ce qu'elle a vu, aucune personne ne savait que la jeune femme était détachée. Elle sursauta légèrement quand elle entendit un bruit sur la paille. Elle baissa les yeux et vit une phrase se former.

Tu veux mourir mais partir ne serai ce pas plus simple.

Elle leva les yeux et vit que la jeune femme la regarda. Alors avec son doigt elle lui répondit en faisant le moins de bruit possible.

Je voudrais bien mais comment, je suis esclave ici.

À ses mots la jeune femme se raidit d'un coup. Elle venait enfin de comprendre que la jeune blonde vivait le même enfer qu'elle. Doucement elle lâcha Léa et lui fit comprendre de ne rien dire. La petite blonde acquiesça avec la tête. La jeune femme se redressa de toute sa hauteur et les voix qui était à l'entrée se tut à ce moment là. Léa surprise du silence ce redressa légèrement et se mit à vomir. Les corps des gardes avait exploser dans toute la pièce. La jeune femme se mit à regarder ses victimes avec des yeux meurtrier. Elle commença à avancer en direction de la sortie. Arrivée à la porte, elle s'arrêta et se retourna comme si qu'elle attendait quelque chose.

Léa était tellement tétaniser de l'action qu'elle ne vit pas le regard posé sur elle. Une nouvelle fois son corps se mit à voler pour se retrouver au coter de la jeune femme. Elle se figea quand le regard cristallin était plus que mortel. Cette dernière poussa la porte de la grange et commença à avancer d'un pat lent. Léa suivit la femme contre sa volonté. Plus elle avançait et plus elle réalisait que c'était la jeune femme qui contrôlait ses mouvement. Comment elle ne le savait pas ,mais elle savait une chose c'est qu'elle pouvait tuer ou faire des choses sans les toucher.

Le soleil était haut dans le ciel et pourtant la court du château était calme. Pas une âme qui vivante à l'horizon. La jeune femme fit le contour de la demeure afin de se retrouver devant l'entrée principal. Avant qu'elle ne contourne le dernier mur, Léa lui agrippa le bras et la retint. Cette action fit sursauter la fille qui agrippa fortement le cou de la jeune blonde.

- Non n'y va pas c'est trop dangereux. Dit Léa apeurée.

La jeune femme la regarda et vit quelque chose qu'elle n'avait encore jamais vu dans les yeux des autre personnes. Elle savait que c'était de la peur mais une peur qui lui était étranger. Doucement elle relâcha sa prise et libéra Léa qui poursuivit.

- Il y a une centaine de gardes au porte tu te fera tuer avant...

Un bruit sur le sol l'interrompit et elle baissa les yeux pour regarder une nouvelle phrase se former.

Qu'il y est un ou une centaine de gardes il ne me font pas peur.

- Mais pourquoi aller dans le château ? Pourquoi tu ne partirai pas maintenant avec ton loup c'est faisable. Dit-elle voulant absolument lui faire changer d'idée.

Tout simplement parce que j'ai un compte à régler avec eux et que je ne veux pas te laisser seule ici.

Cette dernière phrase surprit Léa qui ne trouva rien à dire. Pour être doublement sur que la jeune femme allait bien la suivre, la fille lui attrapa la main en plus de sa force et la traina. Toute deux arrivèrent devant la grande porte d'entrée. C'est devant cette dernière que la jeune femme lâcha la mains de la blonde. Elle baissa légèrement sa tête afin d'avoir ses yeux cachés par ses cheveux et d'un coup la grosse porte en bois explosa. Immédiatement les gardes qui étaient postés devant cette dernière se rua sur les envahisseur. Malheureusement pour eut, ils furent décapiter sans qu'ils ne puisse voir d'où cela venait.

Léa qui assistait à cela était horrifiée par le spectacle mais ne put partir car la femme la tenait dans sa force. Cette dernière avança d'un pat lent. Un groupe de gardes qui arrivèrent se firent tuer d'un coup par décapitation également. Malgré l'horrible scène qui se produisait devant elle, Léa senti un étrange sentiment se former en elle. De la protection. Plusieurs gardes essaya de l'attaquée mais furent immédiatement tué. Sans se rende compte, elle suivait d'elle même la jeune femme qui avait lâcher son emprise depuis l'entrée du château. Dans toutes les victimes que la femme faisait seul des soldats furent tuer. Les esclaves étaient simplement ligotés afin qu'ils n'alerte pas le reste du château. Léa comprit que la jeune femme ne tuai aucun innocent ce qu'il la rassurait malgré tout.

Elles arrivèrent devant la grande porte qui donna dans la salle du trône là où était la réception des seigneur de guerre. La jeune fille fit exploser la grande porte. Tout les seigneurs de guerre ainsi que les chef des troupes et garde sursautèrent à se moment là. Manolis. Devint blanc quand il vit son esclave se tenir debout au seuil de la porte. Tout les gardes se jetèrent sur la jeune femme. Le premier se vit voler à travers la pièce et atterrit tête la première contre le mur situer en face de lui et mourut sur le coup. Un autre qui arrivait par la droite se fit démembrer avant d'être planter par sa propre épée. Les autre gardes s'arrêtèrent net dans leur lancer. La jeune femme tourna sa tête et la posa sur la table. Aucun seigneurs de guerre n'avaient pas bougés. La jeune femme se dirigea lentement vers la table. Léa resta dans l'entrée de la porte afin de ne pas se faire voir par son maitre. La fille arriva au meuble, fit voler un des seigneur de guerre hors de sa chaise et utilisa celle ci pour monter sur la table. Elle se redressa de toute sa hauteur et dévisagea un-par-un tout les hommes qui étaient autour. Doucement elle avança sans cligner des yeux. Un silence de mort c'était installé depuis qu'elle était montée sur la table.

Un seigneur de guerre eu le malheur de vouloir l'arrêter. Sa tête s'arracha de son corps pour rouler plusieurs mètres plus loin. De cette action les autres hommes qui voulurent riposter ne firent plus aucun mouvement. La jeune femme arriva devant son maitre qui était assit à coté de celui de Léa. Elle regarda Manolis de haut avec un regard glacial. Manolis discrètement se mit à fouiller dans ses poches à la recherche de la fiole mais se paralysa quand il vit cette dernière flotter dans les air et exploser. Un bruit de bois se fit entendre juste devant lui, il baissa la tête pour y voir une inscription se faire.

Tu va mourir.

La peur fut tellement intense qu'il en tomba de sa chaise. Il profita de cette action pour se mettre immédiatement debout et se ruer vers la sortie. Malheureusement pour lui, il ne put l'atteindre. Son corps se mit à voler au dessus du sol. Plusieurs craquement de bois se fit entendre. Tous regardèrent dans la direction du bruit et vit deux gros morceaux de bois flotter dans les airs. D'un coup, le plus gros morceau s'enfonça dans le sol en faisant éclater le carrelage et le second vint se positionner sur l'autre pour former une croix. De gros clou s'enfoncèrent dans le boit afin qu'ils reste collés l'un à l'autre. Manolis qui s'entait sa sentence arriver, se mit à supplier son esclave de tout ce qu'il pouvait. Des larmes de terreur se mirent à couler sur son visage. Puis d'un coup son corps se plaqua contre la croix. Toutes les épées des seigneurs de guerre se mirent à voler sans qu'ils ne puissent les retenir. En un éclaires les armes volèrent en direction du maitre de la jeune femme pour se planter dans son corps. Malheureusement pour Manolis les coups n'étaient pas assez fort pour le tuer.

Léa qui assistait à la scène, c'était effondrée sur le sol tellement le spectacle était horrible. Elle avait vraiment peur de la jeune femme. Elle tuai sans pitié. Léa voulait partir loin de tout ça mais son corps refusait de bouger. Pas à cause de la jeune femme mais à cause de sa propre peur. Elle entendait les cris de torture que la fille faisait subir au chef de guerre. Même en ayant les oreilles boucher, elle entendait les hurlements.

Tout devint plus ou moins silencieux. Manolis était au bord de la mort. Les autres seigneurs de guerre étaient tout aussi paralysés par la peur qu'ils ne firent aucun mouvement. Une voix que personne ne connaissait se fit entendre.

- Pendant des années j'ai été ton esclave personnel, ton esclave de corps, ton esclave qui te servait à te faire passer tes nerfs. J'ai obéis à tout tes ordres subit tes sévices sans jamais me plaindre. Dit la voix extrêmement basse.

Tout le monde regardèrent d'où venait la voix. Léa et Manolis fut extrêmement surprit de voir la jeune femme se mettre à parler.

Tu...tu pa...parle. Bredouilla le seigneur de guerre.

La jeune femme ne répondit pas et enfonça un peu plus les épées dans le corps de son maitre. Ce dernier se mit à hurler et son corps se retrouva mort suspendu au épées après avoir sentit une puissante douleur dans sa poitrine. La jeune femme avait fait exploser le cœur de Manolis. La femme se tourna vers Baphein. Ce dernier sentit son cœur s'arrêter quand les bleu plus froid que la mort se posèrent sur lui. La jeune femme s'abaissa légèrement afin d'avoir le visage de l'homme en face d'elle.

- J'ai tué la personne que je convoitait depuis des années, alors maintenant je vais partir avec la jeune femme qui est à la porte. Avertit d'une voix dangereuse la jeune femme.

Baphein qui s'aperçut que son esclave était la riposta immédiatement.

- Il est hors de question !

Avant qu'il ne puisse en dire plus une force immense lui attrapa le cou et commença à lui serrer. Doucement il sentit sa tête se détacher de son corps.

- D'a...d'accord tu...tu peux partir av...avec elle. Dit-il sans attendre.

- Ce n'était pas une demande je vais le faire. Elle ne vous appartient pas ! Dit-elle en lâchant sa prise sur le seigneur de guerre.

Sans rien dire de plus, elle descendit de la table et parti en direction de la porte là où était Léa. Cette dernière n'avait rien entendu à cause de la distance et fut surprit quand la fille lui attrapa la main en l'emmenant dans le couloir qui les conduisit hors du palais. Arrivé dehors elle s'arrêta et se mit à regarder de tout les cotés.

- Qu'est ce que tu cherche ? Demanda Léa surprise.

La jeune femme ne répondit pas mais reprit sa marche quand elle vit ce qu'elle voulait. elle alla dans la direction de l'étable et s'arrêta devant un cheval brun qui était déjà scellé. Sans attendre elle monta dessus et ne donna pas la liberté à Léa de choisir qu'elle l'a fit voler pour la faire atterrir derrière elle. elle donna un petit coup de sifflet et d'un coup le loup arriva. Et sans attendre plus ils partirent tous les trois hors du château en direction de la forêt.

( à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Lun 27 Fév 2012 - 12:14

CHAPITRE 3.

Plusieurs de chevaucher plus tard, la jeune femme et Léa arrivèrent dans une clairière. Cette dernière était toujours située en Thessalie mais assez loin du château de Baphein. La femme arrêta le cheval, descendit en se tourna vers Léa.

- Tu es libre à présent, tu peux aller où bon te semble. Dit-elle froidement.

- Attend une minute. Répondit la jeune blonde outrée. Tu viens de me faire enfuir du château pour me laisser seule ?! Demanda-t-elle en descendant de cheval.

- C'est pas ce que tu voulais être libre ?! C'est mieux que mourir non ! Dit la femme avec évidence.

- Ah non ! Ça ne marche pas comme ça ! Où veut tu que j'aille seule ?! S'exclama Léa révolté.

- Ben où tu veux. Répondit naturellement la jeune femme en partant dans les bois.

- Mais où va tu ? Lui demanda Léa.

- Je ne sais pas encore mais loin et toi tu fais ce que tu veux. Répondit la femme s'en s'arrêter.

Léa était stupéfaite du comportement de la jeune femme. Elle n'en revenait pas de ce qu'elle faisait. Contrariée du comportement délaisser qu'elle lui portait, Léa attrapa les reines du cheval et se mit à suivre la jeune femme. Cette dernière qui entendit les pas, s'arrêta et se retourna.

- Mais qu'est ce que tu fais ? Demanda t-elle surprise.

- Tu m'a dis que je pouvais aller où je voulais donc je viens avec toi. Répondit la jeune blonde vexée.

Le regard de la jeune femme se fit légèrement glacial devant cette phrase.

- Oh ne croit pas m'impressionner avec ton regard. Même si je sais que tu peux tuer sans bouger un pouce, je ne changerai pas d'avis je reste avec toi ! Lâcha Léa déterminée.

La femme regarda la petite blonde et vit quelque chose d'autre qu'il n'avait encore jamais vu dans le regard de son maitre ou gardes. Elle regarda son loup qui était à ses cotés et vit que ce dernier ne montra aucun signe d'agressivité. Elle détailla entièrement Léa des pieds à la tête et remarqua qu'elle était plus petite et plus fragile qu'elle. Les blessures que cette dernière avait sur le visage, lui fit rappeler le moment où elle avait vu des larmes couler sur les joues. À cette pensée elle sentit son cœur se serrer ce qui la fit sursauter. Elle commença une nouvelle fois à chercher d'où cela venait.

- C'est ton cœur. Dit gentiment Léa.

- Mon cœur ? Lui demanda la jeune femme sans comprendre.

- Oui comme je te l'ai expliqué, ton cœur agit en fonction de ce que tu ressent. Expliqua la petite blonde avec un sourire.

- Ressent ?! Demanda de nouveau la femme.

- Oui une émotion ! Des sentiments ! Dit Léa comme une évidence.

- Je ne comprend pas, c'est quoi une émotion et des sentiments ? Demanda le jeune femme.

À ses mots Léa se figea.

- Tu ne sais pas ce que c'est ? Demanda la blonde surprise.

- Non. Répondit la femme d'une voix neutre.

- Voilà une raison de plus pourquoi je dois rester avec toi afin de t'apprendre ce genre de chose. Dit Léa profitant de l'opportunité.

La dernière phrase de la jeune blonde intéressa beaucoup la jeune femme qui finit par accepter la compagnie de Léa. Sans rien dire de plus, elles avancèrent toutes les deux dans les profondeur de la forêt. Léa se posait pleins de question au sujet de la jeune femme. Comment ce faisait-il qu'elle ne connaisse pas les sentiments ni même la présence de son propre cœur. La réaction de la femme vis-à-vis des larmes l'avait beaucoup surprise. Elle ne disait rien de plus mais il y avait quelque chose qu'il l'intriguait par dessus tout et osa rompre le silence.

- Je peux te poser une question ? Demanda t-elle doucement.

- Oui. Répondit calmement la jeune femme.

- C'est quoi ton prénom ?

À ses mots la jeune femme s'arrêta et regarda Léa comme si une deuxième tête lui avait poussé.

- Un prénom c'est quoi ? Demanda t-elle sans comprendre.

- Quoi tu veux dire que tu n'a pas de prénom ?! S'exclama Léa stupéfaite.

- Je en sais pas ce que sais. Répondit la jeune femme comme une évidence.

- Bon alors, un prénom c'est un mot que l'on donne à un personne quand on veux lui parler. En général c'est nos parents qui le font. Tu vois moi mon prénom c'est Léa et c'est comme cela que les gens m'appelle quand ils veulent me parler. Expliqua la petite blonde.

- D'accord, je comprend donc si je veux te parler je dois t'appeler Léa. Répondit la jeune femme un peu comme un robot.

- Oui et toi ton maitre t'appelait comment pour te parler ?

La jeune femme se mit à réfléchir en essayant de se souvenir des mots que son maitre utilisait quand il lui parlait et se souvint d'un mot qui sortait tout le temps.

- L'esclave. Dit-elle naturellement.

- Houai bon c'est pas tellement cool comme prénom. Ça te dérange si je t'en trouve un ? Demanda aisément Léa.

- Non pas du tout. Finit la jeune femme sans trop prêter attention à ce que lui disait Léa avant de reprendre sa marche.

Pendant plus d'une demi heure, Léa se creusa la tête afin de trouver un prénom à sa jeune amie. En ses quelques questions, elle comprit que cette dernière ne connaissait pratiquement rien de ce qui était humain et cela lui serra le cœur. Elle repensa à ce que la jeune femme avait dit avant de tuer son maitre. Qu'elle avait été un esclave pour tout. Léa en était presque sur que la chose que sa nouvelle amie contrôlait était responsable de son esclavagisme. Elle devint triste en repensant à tout ça car cela lui fit comprendre qu'elles deux avaient subit les même choses à un degré différent. Léa ne c'était pas rendu compte qu'elle avait arrêté de marcher pendant ses pensées ni même que des larmes avait commencer à couler. C'est un doigt sur sa joue qui la sortit de ses pensées.

- Tu avais la même chose dans l'étable. Dit la jeune femme en regardant la larme sur son doigt.

- Ce n'est rien c'est que je repensait à ce qu'il c'était passer au château et ça m'a rendu un peu triste. Répondit la petite blonde avec un petit sourire.

- Triste ? Demanda de nouveau la jeune femme sans comprendre le sens du mot.

Léa se mit à réfléchir pour savoir comment elle allait lui expliquer la chose mais avait beaucoup de mal à y mettre des mots. Elle fut sauvée par le gargouillement de son ventre ce qui la fit rougir.

- J'ai faim. Dit elle en rigolant devant les yeux interrogateur de la femme.

- Ah ben attend, je vais aller chercher un truc à manger. Dit cette dernière en partant avec son loup.

Léa fut heureuse que la femme sache ce que ça voulait dire manger. La jeune femme et l'animal revinrent quelque minutes plus tard avec trois lapin en main. Sans attendre, Léa fit un feu pendant que la jeune femme s'occupait des lapins. Une fois le repas prêt, toute deux mangèrent dans un silence bienfaisant. Quand Léa le rompit.

- Nolan !

- Quoi ?! Demanda la jeune femme un peu perdu.

Nolan pour ton prénom tu en pense quoi, ça va aussi bien pour les hommes que pour les femmes ?

La jeune femme se mit à réfléchir un peu et trouva se mot assez sympathique et accepta.

- Ben voilà, Nolan je suis Léa et je suis enchantée de te connaître. Dit elle avec un merveilleux sourire sur les lèvres.

- Heu oui heu moi c'est... Nolan et je suis également enchantée de te connaître aussi. Dit la jeune femme pas très sur de lui et des mots utilisé.

Léa se mit à rire devant le manque de confiance de la jeune femme. Cette dernière ne comprenait pas trop la réaction de Léa mais s'abstient de le lui demander. Une fois leur repas finit, elles éteignirent le feu et reprirent la route. La nuit commença à tomber et cela inquiétait beaucoup la petite blonde qui devait être réaliste. Les nuit était assez fraiche et comment elles étaient habillées tout les deux, elles auraient vraiment très froid la nuit.

- Il faut que l'on trouve un abris et que demain nous trouvions de nouveau vêtement. Dit Léa.

- Pourquoi mes vêtements vont bien. Dit Nolan surprise.

- Oui mais nous sommes reconnaissable à des kilomètres avec ce que nous portons et les gens verrons tout de suite que nous sommes des esclaves, donc pour bouger plus librement il serai bien de changer. Expliqua la petite blonde avec évidence.

La jeune femme se mit à réfléchir et devait admettre que sa jeune amie avait raison. Elles continuèrent à avancer un peu plus en profondeur et par chance, elles tombèrent sur un petit village avec une dizaine d'habitants. elles la regardèrent depuis la forêt et se concertait pour savoir ce qu'elles allaient faire.

- Nous allons attendre que la nuit soit complètement tombée pour y pénétrer. Dit Nolan en s'adossant à un arbre assit par terre.

- Mais qu'est ce... Commença Léa surprise de l'action de son amie.

- Ben quoi, c'est pas parce que je ne sais rien en ce qui concerne les sentiments où autre que je ne sais rien sur autre chose. Répondit naturellement Nolan.

- Tu veux dire que tu l'a déjà fais tout ça ? Demanda la petite blonde encore plus surprise de la réponse de son amie.

- Quand j'étais esclave auprès de mon maitre, il m'a apprit à me débrouiller seule au cas où je me retrouverait séparer de lui. Il m'avait apprit à chasser à survivre et comment entrer dans un village sans se faire voir avec pleins d'autre chose dans ce genre. Expliqua la jeune femme.

- Mais il ne t'a jamais apprit à aimer. Dit tristement Léa.

- Tu vois le mot aimer je ne le connais pas, à part la haine, la guerre et les tueries c'est tout ce que je connais et c'est comme ça que j'ai été élevée. Commença la jeune femme brune.

- Mais pourquoi tu ne parlais pas ? Même Manolis était surprit d'entendre ta voix. Demanda la petite blonde.

- Parce que je n'en voyait pas l'utilité. À part tuer et me faire frapper, pourquoi parler. Alors j'ai joué les muette pendant de longue années. Je savais que mon maitre avait peur de moi à cause de ce truc que j'ai alors le faite de ne rien dire, cela donnait encore plus de frayeur et comme ça je pouvais avoir un petit peu de liberté. Expliqua Nolan d'une voix fermée.

- Je comprend, mais il y a un truc que je ne comprend pas. Poursuivit Léa.

- Laquelle ?! Demanda la jeune femme.

- C'est ton attitude envers moi. Les deux première fois tu m'a violentée et la, tu me parle comme si de rien était. Expliqua la petite blonde un peu perdu.

- Pour tout te dire je ne le sais pas moi même, je pense que c'est le liquide qui coule de tes yeux et les blessures rouge de ton visage qui m'a fait quelque chose là. Expliqua Nolan en mettant sa main sur son propre cœur. Et aussi, j'ai vu que tu étais différente des autres. Même si je t'ai repoussée deux fois, j'ai senti que tu n'avais pas de violence dans tes mots et gestes et la dernière raison, je ne voulais pas qu'il t'arrive quelque chose. Dit-elle en regardant la ville.

Comment ça ? Demanda Léa voulant comprendre.

- Je ne sais pas, quand je t'ai vu la première fois dans les cachots, tes yeux étaient brillant et remplit de liquide. Tu me regardait différemment de tout ce que j'ai put croiser. Tu ne m'a pas regardée en temps que monstre. Je ne serai pas t'expliquer ce que ça me faisait car je suis incapable de te l'expliquer, tout ce que je peux te dire, c'est que j'ai ressentit de la souffrance et une envie de mourir ce matin venant de ta voix. C'est à ce moment là que j'ai comprit que tu étais toi aussi une esclave.

Léa ne put rien dire devant l'aveu. Dans un sens elle non plus elle ne savait pas pourquoi elle c'était senti attirer par cette fille qui était vraiment dangereuse. Encore maintenant elle n'a pas comprit pourquoi ce matin elle était allée dans l'étable.

- Prépare toi on va y aller. Dit Nolan en se mettant accroupit.

- Comment tu peux être sur que l'on se fera pas prendre et tu sais ce que nous allons faire ? Demanda Léa perdu.

- Oui, déjà nous allons prendre des vêtements afin de se changer et ensuite trouver un endroit chaud où dormir. Répondit la jeune femme.

Et tu sais où ? Demanda de nouveau la petite blonde.

- Viens tu verra. Dis Nolan en attrapant la main de la jeune femme en l'a trainant derrière elle. Doucement, elle la fit passer le long des arbres afin de bien se fondre dans le paysage. Arrivée à une distance où elle pouvait voir le village complet, elle s'arrêta.

- Tu reste ici je vais y aller seule. Chuchota t-elle.

- Quoi mais non ! Protesta la jeune femme de la même manière.

- Tu l'a dis toi même, nos vêtements sont trop voyant et l'on se fera repérer immédiatement et de plus, les miens son noir donc je pourrais facilement me fondre que toi non. Dit Nolan en montrant les vêtements gris de son amie.

Devant cette évidence Léa capitula et la laissa faire mais au moment où Nolan allait partir elle la retint par la main chose qui fit sursauter la jeune femme et se tourner violemment.

- Ne tue personne s'il te plait. Demanda t-elle d'une voix timide.

La voix et le regard de la petite blonde calma Nolan.

- Je ne vois pas pourquoi, du moment qu'ils n'essayent pas de le faire. Répondit-elle avant de partir rapidement.

Nolan avança en direction du village en restant baissée afin de ne pas faire voir son visage et arriva facilement à l'entrée du village. Pratiquement tout les habitants étaient entrée chez eux. Seul quelques hommes bourrés restèrent à faire du bruit. Elle ne prit pas attention aux habitants qui était dehors et commença à entrer dans le village en faisant bien attention à ne pas faire de bruit. Même si elle passait silencieusement, elle restait quand même à découvert, chose qu'il l'ennuyait particulièrement. Elle regarda bien autour d'elle et en s'aidant des pots de fleurs qui se trouvait à ses cotés, elle réussit à sauter assez haut afin d'agripper le bord du toit. Sans se fatiguer, elle se hissa facilement dessus puis s'abaissa afin de ne pas être vu.

À pat de loup, elle avança et sauta de toit en toit. elle regarda dans toute les maison à travers les fenêtre en se penchant légèrement dans le vide mais rien ne lui plut dans ce qu'elle voyait. Elle passa au dessus d'un toit où une fenêtre donnait sur ce dernier. Doucement elle s'y approcha et là elle vit une sorte de chambre complètement vide malgré la lumière. Elle regarda à l'intérieur et vit une étagère avec des vêtements à l'intérieur. Sans bouger de sa place, elle se mit à regarder les affaires et doucement ses derniers se mirent à voler. Elle fit passer plusieurs haut et bas en revu et vit une sorte de jupe de couleur noir avec un petit haut beige. D'après ce qu'elle voyait, elle remarqua que les vêtements était à peut près de la taille de Léa. Quand elle fut d'accord avec elle même, les affaires volèrent rapidement en direction de la fenêtre qui s'ouvrit toute seule et les vêtements se posa à coté d'elle avant que les habilles pour hommes se mirent à leur tour à voler. Elle vit un pantalon marron et une chemise de couleur blanc. elle fit un peu la moue car c'était les seul couleur qu'il y avait sur l'étagère. Sans se poser plus de question, une fois de plus les vêtements volèrent dans sa direction et se posèrent sur les autres.

Doucement la fenêtre se referma sans un bruit et Nolan reparti dans le sens inverse afin de retrouver Léa. Cette dernière attendit sagement sur les lieux avec une angoisse à l'estomac. Elle avait peur que la jeune femme se mette à tuer les villageois. La scène avec Manolis la hantait toujours. Elle n'avait put quitter du regard l'agonie de l'homme, même si il méritait de mourir. Pour elle la façon comment cela à été fait, c'était ignoble. Malgré cela, elle ne pouvait pas quitter la jeune femme. Elle devait se l'avouer, cette dernière lui avait sauvée la vie à trois reprise. Ce n'était pas tout, quelque chose d'autre la retenait auprès de cette jeune femme mais quoi, elle ne le savait pas. Elle sorti violemment de ses pensées quand une mains lui toucha l'épaule. Elle se mit à crié de peur.

- C'est moi ! Lui dit Nolan un peu paniquée de la réaction de la jeune femme.

- Bon sang tu m'a fais peur. Préviens la prochaine fois. Gronda la petite blonde en mettant une main sur sa poitrine.

- Tient. Dit la femme en lui tendant les vêtements. Je n'ai trouvé que ça pour le moment. On en trouvera d'autre demain.

Léa prit les vêtements et parti dans un buissons afin de ce changer. Les deux nouveaux amie furent changer en quelques minutes.

- Bien maintenant pour la nuit, j'ai trouvée. Il y a une auberge dans le village. nous allons même pouvoir manger. Dit Nolan en enterrant leur vêtements d'esclave.

- Je voudrai bien mais nous n'avons pas d'argent. Dit Léa comme une évidence.

- Ne t'en fait pas pour ça. Dit la jeune femme en se mettant debout. Faut simplement faire comme si de rien était et tu verra que tout ce passera bien. Finit-elle d'une voix neutre.

À ses mots elle monta sur le cheval et tendit la mains à la petite blonde pour l'inviter à monter.

- Mais comment tu va faire ? Continua de questionné la jeune femme sans prendre l'invitation.

Un peu agacé, Nolan regarda Léa et d'un coup cette dernière sentit son corps se soulever dans les airs et se poser en douceur derrière la jeune femme. Ce dernière ce retourna quand elle entendit son amie grogner. Elle haussa les épaules et se mit dans le sens de la marche.

- Comme ça tu peux toujours poser tes questions sans que l'on soit obliger d'attendre.

Léa était stupéfaite de cette faite remise en place gentiment. Nolan demanda à son loup de rester dans la forêt et de ne pas bouger. Chose que l'animal fit en partant dans les profondeur des lieux.

- Il est toujours avec toi ? Demanda la jeune femme curieuse.

- Il est toujours près te moi sans pour autant se montrer. Répondit Nolan simplement.

Cette dernière fit avancer le cheval en direction de l'entrée du village dans un pas tranquille. Les deux amies arrivèrent devant l'auberge quelques minutes plus tard. Nolan aida Léa à descendre et l'a suivit aussitôt.

- Si tu as peur de faire un bourde le mieux c'est de me laisser faire. Dit la jeune femme gentiment.

La petite blonde hocha simplement la tête et toutes les deux entrèrent dans les lieux. Tout les regards se portèrent sur elles quand elle fut à l'intérieur. Sans prêter attention au curieux, Nolan se dirigea vers l'aubergiste. Ce dernier la regarda avec méfiance.

- Je voudrais une chambre pour la nuit avec deux lits si possible. Demanda la femme tranquillement.

- Tu as de quoi payer ?! Car des petits c** dans votre genre j'en vois tout les jours. Répondit l'aubergiste non amical.

- Oui bien sur regarder. Répondit la jeune femme en sortant de l'argent de sa poche.

Léa ne le montra pas mais était stupéfaite de voir la poignée de pièces que son amie détenait en main.

- Bien c'est bon alors. Dit l'aubergiste d'une voix plus douce. Vous voulez diner aussi ? Demanda t-il.

- Oui si c'est possible malgré l'heure tardive. Accepta Nolan.

- Pas de souci, prenez une table, je vous prépare une chambre et un repas. Dit l'homme en partant dans les cuisines.

Nolan prit la main de son amie et l'emmena dans un coin de l'auberge loin des oreilles. Les discutions avait reprit quand l'aubergiste était parti dans la cuisine mais Nolan et Léa se rendirent compte que les yeux étaient braquer sur eux.

- Qu'est ce qu'ils ont ? Demanda Léa un peu gêner de tout ses yeux sur elle.

- Il n'ont pas l'habitude de voir des jeunes se balader comme on le fait, laisse les faire ils se lasserons bien avant nous. Répondit la jeune femme indifférente.

- Tu as raison. Répondit Léa en portant son attention au jeune homme. Mais dit moi...

- Je t'expliquerai ça une fois que l'on sera dans la chambre ici c'est impossible. La coupa Nolan sachant la question de la jeune femme.

L'aubergiste arriva avec la clé de la chambre en main.

- Voici votre chambre est au deuxième étage au fond à droite.

- Bien je vous remercie. Répondit Nolan.

- Bien mes jeunes gens. Commença aimablement l'homme. Que voulez vous manger ce soir.

- Je ne sais pas vous proposé quoi ? Demanda Léa avec un doux sourire.

- Le plat du jour un ragout d'agneau avec des pommes de terre. Répondit l'aubergiste.

- Cela me convient parfaitement. Dit la jeune femme.

- De même pour moi. Fit Nolan calmement.

Une fois l'homme parti les deux amies restèrent silencieux. Ce silence se brisa quand l'aubergiste arriva avec la commande.

- Je vous apporte quoi en boisson ? Demanda gracieusement l'homme.

- De l'eau pour moi. Répondit la jeune femme.

- Pareil. Dit simplement le garçon.

Les deux jeunes femmes étaient tellement affamée qu'elles se retenaient de manger comme des goinfre. Ne voulant pas se faire prendre elles prirent leur temps d'avaler leur repart.

- On fait quoi maintenant ? Demanda Léa.

- Comment ça ? Retourna la question Nolan.

- Oui ben nous sommes dehors maintenant mais qu'allons nous faire ? Où aller ? Expliqua la jeune femme.

- Je ne sais pas, toi où est ce que tu a envie d'aller ? Demanda la jeune homme.

- Moi heu... La question dérouta Léa. Elle ne s'attendait pas à ce qu'un jour on lui pose cette question. Je ne sais pas enfin je... En essayant de répondre son visage se fit triste et des larmes lui virent au yeux.

- Tu as encore de l'eau dans les yeux. Lui dit Nolan d'une voix intrigué.

Cette phrase fit rire la jeune blonde malgré elle.

- Oui parce que je repense à mes parents. Répondit elle en essuyant les larmes qui commençait à couler. Je voudrais revoir mes parents. Avoua t-elle sincèrement. Ça fait plus de dix ans que j'ai été enlevée d'eux et ils me manque beaucoup.

- Tu les aimes beaucoup ? Demanda le jeune homme voulant comprendre les sentiments qui parcourait le corps de Léa.

- Oui, c'est mes parents. Les êtres que j'aime le plus au monde et ne plus les voir, ça me serre le cœur et... Elle ne put finir sa phrase tellement la douleur fut intense et laissa ses pleures prendre le dessus.

Nolan leva sa main droite et l'approcha du visage de son ami et avec son index essuya une larmes qui coulait du visage.

- C'est sa être triste ? C'est quand ton cœur se serre et que tu as envie d'explosé et que tes yeux libers un liquide ? Demanda t-elle pas trop sur.

- Oui c'est en quelque sorte ça et le liquide sont des larmes. Expliqua Léa en souriant malgré elle devant l'ignorance de son amie.

- Des larmes. Répéta Nolan afin de l'enregistrer.

- Tu n'avais jamais vu sa avant ? Demanda tranquillement la petite blonde.

- Non les larmes ne coulent pas chez moi et le cœur qui se sert non plus. Expliqua la jeune femme naturellement.

- Parce que tu n'a pas été aimée comme il le fallait. Dit Léa franchement.

C'est l'aubergiste avec les verres et la carafe d'eau qui rompit la conversation. Il posa les objets sur la table et parti aussitôt. Les deux jeunes gens finirent leur diner et montèrent dans leur chambre. Pour quelqu'un de riche ou de classe moyenne, il trouverai les lieux délabrés mais pour elles c'était un véritable palace. Totalement euphorique, Léa se jeta de tout son poids sur le lit en rigolant de bon cœur tellement elle était heureuse de pouvoir enfin dormir dans un vrai lit. Elle s'amusa à bondir sur le lit comme une enfant avant de se laisser tomber complètement sur le lit de toute sa longueur.

- Ah que ça fait du bien. Dit-elle en redressant légèrement la tête afin de voir Nolan.

Elle resta stoïque devant ce qu'elle venait de voir. Elle n'était pas sur mais elle jurait avoir vu un léger sourire sur le visage de la femme. Cette dernière avait assisté à la scène de la jeune blonde sans bouger de sa place. La voir faire lui donna une chose qu'elle ne connaissait pas. Elle sentit son corps se réchauffer et un bien être s'installa. Quand Léa ce mit à la regarder, elle reprit le contrôle et son visage sérieux. Nolan s'installa à sur le lit voisin et s'y allongea elle aussi. Elle devait l'admettre qu'un vrai lit pour la première fois depuis plusieurs années c'était vraiment un paradis.

- Alors ? Demanda Léa en se mettant sur le coter avec sa main en appuie soutenant sa tête.

- J'avoue c'est quand même mieux que les cachots. Répondit Nolan d'une voix neutre.

Cette phrase fit sourire la jeune femme.

- Dit moi, tu peux m'expliquer comment tu as eu toute cet argent ? Demanda la petite blonde intriguée.

- Il n'était pas à moi. Répondit la jeune femme calmement.

- Comment ça tu l'a volée ? Demanda la petite blonde stupéfaite.

- Je ne dirai pas ça comme ça. Répondit Nolan sans pour autant donner la vrai réponse. Bon comme nous allons faire un bout de chemin ensemble, tu dois savoir une chose à mon sujet. Tu l'a pratiquement vu d'ailleurs. Commença la jeune femme.

- Tu parle des choses étrange qu'il m'arrive et de ce qu'il c'est passer au château ? Demanda Léa.

- Oui, tout ce que tu as vu et subi, c'est moi qui les produit. Comment je n'en sais rien. Tout ce que je sais, c'est que je peux faire des choses avec mon esprit. Expliqua Nolan tranquillement.

- Comme bouger des objet, corps et tout ce que tu veux ? Demanda Léa curieuse.

Oui, je peux faire ce que je veux, bouger, détruire enfin tout quoi et la raison de l'argent de ce soir est très simple. J'ai simplement prit avec cette chose qui est en moi les pièces qui était dans la caisse de l'aubergiste. Raconta la jeune femme comme si cela était naturelle.

Léa était stupéfaite et comprit ce que son amie avait fait.

- Attend tu veux dire que...

Oui, je l'ai payée avec son propre argent. Répondit Nolan en regardant la jeune femme à la fin de son explication.

Elle fut surprit de ne pas voir de dégout dans le regard de la jeune blonde. Au contraire, il y avait un sorte d'admiration et autre chose qu'elle n'arrivait pas à définir.

- Tu ne me prend pas pour un monstre ? Demanda t-elle avec hésitation.

- Non pourquoi ? Demanda Léa surprise de la question. Tu es née avec ça, ce n'est pas de ta faute. J'avoue que cette chose me fais peur car tu fais des truc horrible avec. Mais tu es loin d'être un monstre. Expliqua sincèrement la petite blonde.

Les phrases de Léa fit battre le cœur de Nolan en la réchauffa de l'intérieur. Cette fois ci ayant comprit d'où cela venait, elle ne bougea pas mais ce demandait pourquoi cela se produisait. Sans le savoir, les deux amies avaient plongé leurs regard dans l'autre. Pour la première fois le bleu cristallin n'était pas froid mais plutôt chaud. Doucement les deux amies s'endormirent les yeux dans les yeux avec un bien être et une confiance qui commença à s'installer entre elles deux.

( à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Mango
The Dark Harpy ¤ Le Créateur
avatar

- Scripts : 10082
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans un monde pure sans problèmes
Points : 10677
Image :

MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Lun 27 Fév 2012 - 16:57

Alors la j'accroche totalement à tes personnages ! l'histoire est totalement superbe pour le moment ! continue je veux la suite !!!!

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
http://legends-xena.forumgratuit.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Jeu 1 Mar 2012 - 12:36

Coucou pareil pour cette fic deux chapitre à la suite.

CHAPITRE 4

Le lendemain matin Léa se réveilla de bonne humeur et bien reposée. Quand elle ouvrit les yeux elle fut surprise de voir Nolan parfaitement réveillée.

- Tu n'as pas dormi ? Demanda-t-elle un peu inquiète.

Cette dernière ne répondit pas. Elle était recroquevillée sur elle même en étant assise sur le lit. Léa la regarda attentivement et remarqua qu'elle était dans la même position que quand elle l'avait vue dans l'étable. Ayant de la peine pour elle, la petite blonde se leva et alla sur le lit voisin en s'asseyant et d'un main douce, elle la posa sur l'épaule de Nolan. Chose qu'elle regrettera pas la suite. Au contact, son corps se fait éjecter dans le fond de la pièce, ensuite elle sentit une puissante emprise sur son cou qui commença à faire l'étouffer. Elle sentit sa tête commencer à bouger toute seule.

- Arrête c'est moi ! Cria t-elle en santant ce qu'il allait lui arriver. Nolan ! Arrête !

Léa se rendit compte que la jeune femme dormait toujours malgré ses yeux ouvert. En dépit de ses cris, la pressions se fit de plus en plus forte et elle commença à sentir un déchirement se faire à la base de son cou.

- NOLAAAAAN ! Hurla t-elle.

C'est à se moment là que la jeune femme se mit à sursauter. Le déchirement cessa mais la pression était toujours bien présente.

- Nolan je t'en supplie réveille toi ! Continua d'appeler la jeune femme qui avait de moins en moins d'aire en laissant ses larmes couler.

La femme qui avait tourné la tête au hurlement, lâcha complètement sa prise quand les larmes coulèrent. Léa qui était au moins à un mètre du sol, tomba lourdement sur le sol. Elle porta immédiatement sa main à son cou en le massant. Elle laissa échapper des toux tout en essayant de reprendre sa respiration. Sans qu'elle ne sache pourquoi Nolan se précipita sur la jeune femme.

- Tu va bien ?! Demanda t-elle un peu paniquée.

- Ne t'approche pas ! Le contrat violemment Léa à l'approche de la jeune femme.

Cette dernière au mots et au ton employé, s'arrêta net en se figeant. Léa réussit à se mettre debout avec beaucoup de difficulté. Une fois sur pied elle se dirigea vers la porte sans porter un regard à Nolan et sorti de la chambre. Une fois dehors la petite blonde sorti complètement de l'auberge afin de respirer l'air frais du matin. Elle s'assit sur un petit banc qui était à coté de l'entrée de la demeure et reprit doucement une respiration normal tout en se massant la gorge. Elle laissa ses larmes de terreur sortirent. Elle était à deux doigt de se faire tuer sauvagement par la femme et cela la terrorisait. Elle n'avait pas peur de la jeune femme mais du pouvoir de cette dernière oui. Ainsi que les yeux qui l'avait fixait il était d'un bleu glacial.

Nolan était restée dans la chambre et n'avait pas bougée de sa place. Elle était toujours statufiée devant le regard le ton et la phrase employée. Elle sentit son coeur se serrer. Le regard remplit de terreur de la jeune femme l'avait frapper de plein fouet. Elle ne comprenait pas pourquoi Léa avait réagit de la sorte. Elle n'était pas consciente de ce qu'elle venait de faire alors qu'elle dormait.

- Elle aussi. Chuchota t-elle tristement pour elle même.

Elle sursauta pour sa propre réaction tout en écarquillant les yeux elle toucha son corps.

- Mais qu'est ce qu'il m'arrive ? C'est quoi cette sensation étrange ?

Même si elle touchait son corps, elle n'arrivait pas à faire partir la chose qui compressait son coeur. D'un coup la phrase de Léa qui avait été dis au diner lui revint en tête. « C'est quand ton coeur se serre et que tu as envie d'exploser. C'est ça être triste. »

- C'est donc ça être triste. Dit-elle en découvrant pour la première fois ce sentiments assez dérangeant.

Elle comprit que ses émotions là était dû au comportement de Léa. D'un coup, tout son corps se mit à se tendre et une pression puissante l'envahie.

- Non je ne veux pas ressentir tout ça ! C'est de sa faute à elle il faut que je m'en débarrasse sinon je ne serais plus moi même ! Dit-elle d'une voix glacial et meurtrière.

Elle sortit rapidement de la chambre à la recherche de la jeune femme. Elle alla voir l'aubergiste pour lui demander si il n'avait pas vue Léa. Ce dernier mort de peur face à des yeux bleus meurtrier lui répondit qu'elle était sorti il y a peu de temps. Sans attendre plus, Nolan sortit de l'auberge et commença à chercher la jeune femme. Une colère immense l'avait envahie. elle la chercha dans tout le village. Chaque habitant partait en courant devant le passage de Nolan si sombre. Elle arriva à une petite ruelle et là, elle entendit une voix de femme et sans regarder, elle sut que c'était Léa. elle entra dans la rue et vit deux hommes baraqués qui était entrain de rire devant Léa qui était coucher à terre. Nolan planta ses yeux sur la petite blonde prêt à la tuer mais ce qu'elle vit la figea. La jeune femme était recroqueviller sur elle même avec des plaies ouverte sur le visage et le corps avec une grosse trainer de sang qui s'échappait de dessous sa jupe. À cette vision elle entra dans un colère noir en frappant violemment le mur qui était à coté d'elle. Cette action fit sursauter les deux hommes. Ses derniers se mirent à tremble de tout le corps quand ils virent les yeux bleus démoniaque. Lentement Nolan s'approcha des trois personnes avec une démarche à faire pâlir la mort elle même il baissa la tête. Plus elle entra dans rue qui était sombre plus sa peau se voilait pour ne laisser que la couleur des yeux apparaître sous sa frange.

Elle fixa dangereusement les deux hommes qui commencèrent à reculer. Léa était paralysée par la peur. À cause de son corps meurtrie, elle ne put bouger face aux démons au yeux bleus. Nolan arriva devant les deux hommes et sans ciller des paupières. Elle les dévisagea tour-à-tour. Un bruit sur le sol se fit entendre. Les deux hommes et Léa regardèrent dans cette direction et virent un mot se former.

Vous allez mourir aujourd'hui.

Avant que les deux hommes ne puisse dire quoi que se soit, l'un des deux se mit à exploser et le deuxième se fit arracher la tête qui roula quelque mètre plus loin. Léa était paralysée par la peur devant les bleus cristallin qui la fixait intensément. Sans rien dire, Nolan se baissa passa un bras autour des épaules et sous les genoux de la jeune femme. Elle l'a souleva comme si elle faisait le poids d'une plume. Cette action surprit énormément Léa qui leva sa tête afin de voir les yeux de sa sauveuse, mais elle vit que cette dernière les avait cacher derrière sa frange. Elle sursauta quand l'emprise des bras se resserra plus pour la coller contre le corps fort de la femme. Se sentant enfin en sécurité, la petite blonde se blotti encore plus dans cette étreinte. Léa ne le vit pas mais Nolan à travers ses cheveux la regardait. Cette dernière se rendit compte qu'elle ne pouvait pas la tuer. De l'avoir vu à terre et d'avoir comprit le supplice que ses deux hommes lui avait fait faire, l'avait réveillée. Elle c'était rendu compte qu'elle tenait à elle même si cela ne faisait pas longtemps qu'elle se connaissait. Elle s'aperçut également que la jeune femme était extrêmement fragile avec un coeur pur.

Tout en gardant Léa dans ses bras, Nolan sorti de la ruelle et se dirigea vers l'auberge. Tous les villageois qu'elle croisait, étaient pétrifiés de peur. Les gens pouvaient voir à travers les cheveux corbeau, les yeux bleus glacial. Pendant tout sa marche Nolan tenait fermement la jeune femme en faisant bien comprendre au gens qu'il ne fallait surtout par la toucher. Elle arriva devant l'auberge et sans lâcher la petite blonde, elle monta sur le cheval qui était attaché à l'entrée puis elle le fit galoper le plus loin possible de se village maudit.

Elle chevaucha pendant plusieurs heures sans interruption. Le soleil était haut dans le ciel quand elle arriva dans une grande ville. Elle tenait toujours Léa dans ses bras. Elle s'arrêta en haut d'un colline qui donnait sur l'entrée de la ville et baissa les yeux. Elle remarqua que Léa c'était endormit. Se sentant vraiment en sécurité cette dernière avait succomber au sommeil en relâchant la pression de son sévices avec les deux hommes. Nolan regarda attentivement le visage détendu de la jeune femme. Elle ne put s'empêcher de la trouver belle. Une autre sensation l'envahie mais cette fois ci, elle la trouva agréable et ne voulait pas savoir la raison. Poussée par une force qu'elle ne pouvait maitriser, elle leva sa main droite et d'un geste doux, elle poussa les cheveux blond qui couvrait le doux visage de Léa. En faisant ceci elle toucha involontairement la peau de la petite blonde ce qui la fit sursauter. Elle se rendit compte que le toucher était vraiment doux et agréable.

Elle sursauta de nouveau et retira de suite sa main quand elle vit Léa bouger. Cette dernière ne se réveilla pas mais se blottit encore plus dans les bras de la jeune femme. Léa qui sentit un doux geste s'enfonça un peu plus dans son sommeil.

Nolan n'essayant rien faire de plus, fit avancer le cheval et entra dans la ville. Les lieux étaient grand. Pleins de magasins et d'auberges envahissaient les rues. Elle alla dans une des auberge qu'elle pensait être calme. Une fois le cheval à l'arrêt, elle en descendit en tenant toujours sa jeune amie endormit dans les bras. Elle entra dans le bâtiment sous les yeux étonnés des clients et l'aubergiste étaient tous surprit de l'attitude. Sans se préoccupé des regard des gens, Nolan se dirigea vers le propriétaire des lieux qui était une femme d'une cinquantaine d'années.

Cette dernière vit immédiatement l'état de Léa et se précipita sur Nolan qui recula d'un bond.

- Ne vous approchez pas ! S'écria la jeune femme.

- Veuillez m'excusez. Je ne voulais pas vous effrayer mais votre amie est dans un salle état. Dit l'aubergiste tristement.

- Ne vous approchez pas d'elle ! Ordonna Nolan avec un voix particulièrement froide.

La femme tomba sur les yeux de la jeune femme et commença à pâlir quand les yeux bleu se firent très menaçant.

- Je...je ne veux pas lui faire de mal je...

- Je ne vous demande rien ! Je suis ici pour vous prendre une chambre ! Dit la femme d'un ton ferme.

- Ou...oui bi...bien sur avec deux lits ou un lit ? Demanda l'aubergiste en retournant derrière son comptoir.

- Deux lit ! Répondit Nolan toujours aussi froidement.

L'aubergiste se retourna pour attraper une clé de chambre, senti une sueur froide passer sur sa colonne vertébrale. Elle sentait le regard persan sur elle et cela la fit trembler.

- Vou...vous de...devriez voi...voir un mé...médecin pou..pour vo...votre amie. Bredouilla la femme.

À ses mots Nolan se tendit.

- Un médecin ? Redemanda t-elle avec un ton plus radouci.

- Oui quelqu'un pour soigner votre amie. Ses blessures son sérieuse et si vous ne la soignée pas elle, cela pourrai s'aggraver. Expliqua la femme plus rassurée.

La jeune femme regarda la petite blonde ensuite l'aubergiste. Elle fit plusieurs aller retour et regarda la vieille femme avec des yeux d'incompréhension.

- Tu ne sais pas ce que c'est qu'un médecin ? Demanda l'aubergiste surprise.

Nolan secoua la tête et attendit quelque chose. Elle se recula avec méfiance quand la vieille femme se remit à ses cotés. Elle entendit des rires venant de la salle avant qu'elle ne tourne la tête, la propriétaire des lieux haussa le ton.

- Qu'est ce qu'il vous fait rire bande d'imbéciles ! Si vous n'avez rien de mieux à faire sortez ! Ordonna l'aubergiste avec un ton très autoritaire.

Nolan regarda la femme bizarrement. C'était la première fois que quelqu'un prenait sa défense. Cette action la fit se détendre encore plus. elle regarda la femme qui avait posé les yeux sur elle. elle vit que cette dernière avec un regard doux et qu'elle ne montrait aucun signe de négativité. Une autre chose l'interpela sur cette femme quoi elle ne pouvait le dire.

- Viens ma fille, je vais vous conduire dans votre chambre. Proposa gentiment l'aubergiste.

Elle passa devant Nolan et s'engagea dans les escaliers à la deuxième marche, elle s'arrêta et vit que sa cliente ne l'avait pas suivit.

- Viens nous allons coucher ton amie. Dit elle avec un doux sourire.

Toujours un peu méfiant Nolan s'avança auprès de la femme et la suivit dans les escaliers. Cette dernière la conduisit dans une chambre qui était assez petite et bien accueillante. Sans attendre Nolan déposa son fardeau sur l'un des lits. L'aubergiste vit mieux les blessures de Léa au moment ou la jeune femme l'installa. Elle eut un haut le coeur quand elle découvrit les sang séché qu'elle avait entre ses jambes et comprit ce qu'il c'était passé.

- Oh mon dieu c'est horrible. Dit tristement la femme.

- Il était deux. Dit Nolan en regardant son ami. Je suis arriver trop tard. Finit-elle tristement à son tour.

Elle sursauta à sa propre voix et mit sa main devant sa bouche.

- Que t'arrive t-il ma fille ? Demanda l'aubergiste étonnée de la réaction.

- Je ne sais pas, c'est étrange on dirait que ma voix à changée. Répondit Nolan en cherchant quelque chose.

- Changée comment ça ? Demanda la femme sans comprendre.

- Je ne sais pas j'ai sentit un truc étrange ici. Dit la brune en posant sa main sur son coeur. Et ma voix n'était pas la même.

- Tu as ressentit de la peine et de la culpabilité. Expliqua l'aubergiste.

- C'est quoi ça ? Demanda Nolan en ne comprenant pas le sens du mot.

L'aubergiste regarda la jeune femme comme si elle venait d'une autre planète. Elle ne fit aucun commentaire mais ressentait de la pitié pour ses deux jeunes.

- Aller viens, nous allons chercher un médecin pour qu'il puisse soigner ton ami. Dit-elle.

Nolan ne savait pas quoi faire. Elle voulait partir avec l'aubergiste mais ne voulait pas laisser son amie seule.

- Si tu as peur qu'il lui arrive quelque chose, on ferme la porte à clé. Proposa la femme.

Nolan réfléchit à cette solution et accepta à une condition qu'elle garde la clé. Une fois fait et la clé dans sa poche, elle suivit la femme qui la conduisit à deux maison plus loin. Ils entrèrent tous les deux à l'intérieur et l'aubergiste parla avec un homme d'une soixantaine d'année. Quand Nolan vit que le médecin était un homme devint sombre.

- Il est hors de question qu'un homme la touche ! S'exclama t-elle méchamment.

Le regard bleu était devenu meurtrier et glacial comme la mort. Le médecin et l'aubergiste se figèrent devant les yeux de la jeune femme.

- Je ne vais pas lui faire de mal. Je vais juste soigner ses blessures. Répondit l'homme.

Le médecin se leva doucement malgré sa peur et se dirigea vers Nolan. Au moment où il allait poser une main sur la femme, il sentit une puissante force lui saisir le cou.

- Ne me toucher pas ! Gronda violemment Nolan. Et vous ne toucherez pas mon amie. Dit-elle d'une voix extrêmement grave.

Le médecin paniqua complètement, son souffle commença à se faire petit. L'aubergiste assistait à la scène impuissante. Les deux personnes ne comprenait pas du tout ce qu'il se passait. L'atmosphère se fit de plus en plus sombre et froide.

- Je...je ne vai... L'homme fut incapable de parler tellement la force lui serra la gorge.

Les yeux de Nolan devenait de plus en plus sombre. L'aubergiste était tout aussi paniquée que le médecin. Elle savait que ce qui arrivait à l'homme, celà avait un rapport avec la brune.

- Tu restera avec ton amie et le médecin si tu veux ! Dit précipitamment cette dernière.

Cette phrase stoppa net la force. Nolan posa les yeux sur l'aubergiste. Cette dernière se mit à reculer devant les bleu transperçant.

- T...tu res...restera av...avec eux si tu...tu veux. Com...comme ça tu pou...pourra protéger t...ton a...amie. Bredouilla la femme.

La force qui tenait la gorge du médecin parti d'un coup en ne laissant aucune trace.

- Bien ! Dit la jeune femme. Mais si vous vous avisé de faire du mal à Léa, je vous tue sur le champ. Menaça t-elle avant de sortir de la pièce.

Le médecin remercia gracieusement l'aubergiste de lui avoir sauvez la vie.

- C'est rien docteur, vous allez bien ? Demanda la femme en aidant le médecin à se relever.

- Oui ça va, juste mal à la gorge mais ça va aller. Répondit l'homme en se massant la gorge. Mais que c'est-il passé ? J'ai essayer de le toucher et la, j'ai sentit ma gorge se serrer. Continua t-il en reprenant tout doucement son souffle.

- Je ne serai pas le dire mais je suis sur que cela à un rapport avec le jeune homme. Expliqua l'aubergiste en santant une sueur froide lui parcourir le corps.

Plus aucune parole ne sortirent, seule un frisson les parcoururent à la pensé de ceci. Sans attendre plus l'homme et la femme rejoignirent Nolan qui les attendaient dans la chambre.

Quand le médecin entra, il se mit à trembler quand il tomba sur les yeux bleus intense. Nolan était à l'autre bout de la pièce contre la fenêtre et de la où était était placée, elle pouvait voir sa jeune amie et le médecin. Elle avait mit une chaise à coté du lit de façon à ce que l'homme soit face à elle. Le médecin s'assit dessus et s'exécuta à sa tache. L'aubergiste était restée avec eux. Durant tout les soins, personnes ne parla de peur de se faire tuer. Plusieurs fois les yeux bleu devinrent dangereux. Pendant l'activité, Léa poussa des petits grognement de douleur à cause du produit que le médecin mettait et plus d'une fois l'homme cru sa mort approcher. Les soins durèrent plus d'une heure. Quand tout ceci fut enfin finit, l'homme sortit rapidement de la pièce ne voulant pas rester une minute de plus avec Nolan. Cette dernière quand elle se retrouva seule avec son ami, quitta sa place et se rapprocha de la jeune femme qui dormait toujours.

Elle prit la place du médecin et regarda Léa. Sans qu'elle ne se rende compte de quoi que se soit, ses yeux devinrent doux. elle regarda toute les blessures soignés et devait admettre que l'homme avait fait du bon travail. elle sorti de sa contemplation quand on frappa à la porte. elle se leva de sa chaise et alla ouvrir la porte. elle vit l'aubergiste devant la porte avec un plateau en main.

- Je pense que tu dois avoir faim. Dit la femme gentiment avec un petit sourire. Elle fut soulagée de voir que le regard de la jeune femme avait changé et était redevenu normal.

- Merci. Répondit Nolan en libérant la femme.

- Comment va t-elle ? Demanda la propriétaire.

- Elle ne sais toujours pas réveillé. Dit la jeune femme en invitant l'aubergiste à entrer.

Cette dernière accepta avec gratitude.

- Au faite de m'appelle Martine. Se présenta l'aubergiste.

- Moi heu c'est... Elle se mit à réfléchir un peu afin de se souvenir du prénom que Léa lui avait donner. Moi c'est Nolan. Répondit-elle sur d'elle.

- Très jolie prénom. Complimenta l'aubergiste.

Martine s'installa sur le lit de Nolan pendant que cette dernière reprit sa place sur la chaise.

- Vous n'êtes pas de la régions ? Demanda Martine.

- Non et à vrai dire nous n'avons pas de chez nous. Répondit la jeune femme en regardant son amie.

- Tu pourrai m'expliquer, je ne comprend pas ce que tu veux dire. Demanda la femme curieuse.

Nolan regarda Martine en la dévisagea entièrement et répondit.

- Nous n'avons pas maison ni de famille nous sommes que toutes les deux.

L'aubergiste regarda la femme avec des yeux tristes.

- C'est pour cela que tu est aussi agressif ? Demanda Martine avec peur que sa question est offensée la jeune femme.

- Agressif ? Demanda Nolan tranquillement sans comprendre.

- Oui comme ce qu'il c'est passer chez le docteur toute à l'heure. Continua l'aubergiste avec crainte.

- Depuis que suis tout petit et de ce que je sais pour Léa c'est la même chose nous avons été torturées et frappées. Répondit normalement Nolan.

- Je comprend mieux alors. Dit la femme. Vous n'avez pas de famille rien ? Insista t-elle.

- D'après ce que Léa m'a dit elle aurait des parents quelque part dans le pays mais elle ignore où et pour moi non j'ai rien. Répondit la jeune femme sans quitter la petite blonde des yeux.

- Bien voilà ce que nous allons faire. Dit l'aubergiste en se relevant. Je te propose toi et ton ami de rester ici le temps que tout les deux repreniez des forces. Parce qu'a vous voir, on dirait que vous n'avez pas mangées depuis des mois. Pendant ce temps, vous pourrez vous reposer et aussi changer de vêtement. Comme ça vous aurez l'esprit bien tranquille pour savoir ce que vous aller faire par la suite. Proposa la femme.

Nolan regarda Martine et chercha un once de mensonge dans ses mots mais ne vit rien du tout. Au contraire elle ne ressentit que de la sincérité et accepta alors la proposition.

La femme sorti de la chambre et laissa les deux amies seule. Elle ne savait pas pourquoi elle faisait cela mais quelque chose l'intrigua au niveau de la brune. La chose qui c'était passée dans la maison du médecin, ne lui était pas étranger mais elle n'arrivait pas à savoir pourquoi de plus, la maigreur de ses deux jeunes femmes lui fit beaucoup de peine et voulait les aider.

Le lendemain matin, Nolan se réveilla en sursaut quand elle entendit des hurlements à ses côtés. elle tourna immédiatement sa tête et vit Léa endormit mais qui criait en battant des bras. Elle était complètement paniquée et ne savait pas quoi faire. elle sortit de son lit et alla prêt de la petite blonde en essaya de l'appeler et vit que cela ne marcha pas. Léa était toujours dans l'emprise de son cauchemar. Nolan ne savait vraiment pas quoi faire, la seule chose qu'il lui vint en tête c'était d'appeler Martine. Elle sortit en courant de la chambre et revint quelque minutes après avec une aubergiste qui volait presque à chaque pas. Quand elle lui présenta la jeune femme agité, Martine alla immédiatement auprès de la petite blonde et la prit dans ses bras tout en la berçant. Nolan regarda attentivement ce que la femme faisait et vit que doucement Léa se calma.

- Tu vois ma fille tu dois faire comme ceci ci un jour cela se reproduit. Expliqua Martine avec un doux sourire.

Nolan regarda l'aubergiste avec un regard penaud. Martine se retenait de rire devant le regard enfantin de la jeune femme. Elle reposa doucement la petite blonde dans le lit quand cette dernière fut complètement calmée. Elle sortit de la chambre en laissant Nolan seule avec son amie. Une fois la porte refermer Martine baissa la tête et son regard se fit triste. Elle se rendit compte que la jeune femme ne savait rien des gestes simple et humain. Elle avait vraiment de la peine pour elle. Elle se souvenait aussi des questions que Nolan lui avait posée quand elle avait parlé d'agressivité et de culpabilité, ainsi que la réaction de la jeune femme qu'elle avait eu à sa propre voix. l'aubergiste se rendit compte que même pour les sentiments et tout sorte d'émotion, Nolan ne savait pas non plus ce que tout cela voulait dire. Elle se demanda comment la jeune femme avait été élevée. La seule chose qu'elle pouvait voir dans son regard, c'était de la haine et de la froideur. Aucune gentillesse et de bonté ne passa à travers.

- Elle a dut souffrir cette petite pour qu'elle réagisse de cette façon. Se dit elle en retournant dans les cuisines.

Nolan resta plusieurs heures au chevet de la petite blonde qui ne s'était toujours pas réveillée. Elle sentit quelque chose d'étrange en elle qui la dérangeait beaucoup. Son coeur se serra et sentit une sorte de boule se faire dans sa gorge. Comme à son habitude, elle chercha ce que cela voulait dire. Elle savait que cela avait un rapport avec la petite blonde. Nolan commença à s'énerver car elle n'aimait vraiment pas ce qui lui arrivait. Elle regarda Léa et une colère l'envahit avec des yeux devant subitement sombre. Elle attrapa le cou de la petite blonde et commença à le serrer. Elle s'arrêta net quand elle vit une larme couler sur la joue de cette dernière. Nolan lâcha d'un coup la gorge et recula comme si quelque chose la terrifiait et parti précipitamment hors de la chambre en se ruant à l'extérieur de l'auberge. Elle monta sur son cheval et chevaucha hors de la ville en direction de la forêt. Elle poussa sa monture à son maximum et quand elle fut assez loin de toute vie humaine, elle descendit de l'animal et tout ce qui était autour d'elle se mit à exploser. Arbres, pierres, rochers et feuillages. Tout fut réduit en miette.

- Mais qu'est ce qu'il m'arrive bon sang ! C'est quoi cette chose qui est en moi ? Pourquoi je n'arrive pas à la tuer ? Ce serai plus simple ! Raja t-elle.

Nolan se laissa tomber à terre et mit sa tête entre ses bras qui était posés sur ses genoux. Elle repensait à tout ce qui lui était arrivée depuis qu'elle avait entendu la petite blonde dans les cachots ce jour là. Elle n'a jamais su pourquoi elle avait réagis de la sorte. elle avait entendu la voix de Léa de sa prison ainsi que celle du garde. La voix suppliante et remplit de peur de la petite blonde lui avait fait quelque chose ce jour là. Quoi elle n'en savait rien mais elle ne put laisser cet homme faire du mal à la jeune femme. Elle s'était approchée de sa porte et à travers la petite ouverture, elle avait assisté à toute la scène. Quand elle eut vu le visage du garde s'approcher de celui de la petite blonde, une colère immense l'avait envahit. Elle avait comprit ce que l'homme cherchait à faire et cela elle ne pouvait l'accepter. Une fois qu'elle l'avait tué, son regard c'était posé sur Léa et une étrange sensation l'avait envahit. Une chaleur bienfaisante était passée dans tout son corps. Les doux émeraudes qui la regardait, étaient remplit de pleins de choses. Elle vit que la jeune femme avait peur mais elle avait n'avait pas baissée les yeux pour autant, au contraire, Léa les laissait sur elle.

Même dans l'étable, Nolan avait sentit quelque chose de différent chez sa jeune amie. Par deux fois, elle était venu gentiment. Pas une seule fois, Léa ne l'avait regarder ou c'était comporter de façon déplacer avec elle. La petite blonde à toujours été douce et malgré ce qu'elle lui avait fait, Léa restait auprès d'elle. Nolan sentait que depuis qu'elle avait croisé son regard avec Léa que quelque chose changeait en elle. À des moments c'était chaud et agréable et à d'autre, c'était froid compressant et vraiment dérangeant. Elle se mit aussi à repenser à la réaction de la jeune femme, quand elles étaient entrées pour la premier fois dans la chambre de l'auberge du village. Nolan avait assisté au bonheur complet de Léa. En la voyant faire, elle avait vraiment sentit une sensation agréable se former. Une chaleur douce et apaisante l'avait envahit. Elle avait même sentit ses lèvres s'étirer tout seule chose qu'il l'avait vraiment surprit. Nolan remarqua aussi que la jeune femme n'avait pas peur de lui parler sèchement comme elle l'avait fait la veille au matin. Pour ceci elle n'a pas comprit pourquoi Léa avait réagit de la sorte et avait remarquer que ce jour là les yeux de la jeune femme étaient remplit de terreur et de colère et ceci lui avait serrée le coeur.

Elle ne comprenait pas pourquoi. Toute ses choses lui arrivait depuis qu'elle avait Léa auprès d'elle alors qu'avec son maitre elle n'avait jamais ressentit ceci et que le comportement de la jeune blonde était vraiment différent de celui de son maitre qui n'arrêtait pas de le frapper. Elles se mit à penser pendant plusieurs heures.

- Comment pourrai je savoir ce qu'il m'arrive ? Ce demanda-t-elle.

Elle fut interrompu dans ses pensées par l'arrivé de son loup qui se posta juste à coté d'elle.

- Comment va tu mon grand ? Lui demanda-t-elle.

L'animal se mit à grogner légèrement et se blotti contre son maitre.

- Tu sais ce qu'il m'arrive en ce moment, je ne comprend pas ce qu'il se passe dans mon corps et pourquoi je n'arrive pas à tuer cette fille qui me donne tout ceci. Dit-elle agacée.

Le loup s'assit sur ses deux pattes arrière et regarda sa maitresse avant d'aboyer.

- Comment ça c'est normal ? Demanda Nolan surprit du comportement de son ami.

Le loup se mit de nouveau à grogner.

La femme regarda son animal étrangement et tourna la tête.

- Je ne sais pas si c'est humain ou normal d'avoir ça mais c'est dérangeant. Je ne sais pas ce que c'est que des sentiments.

Agacé de ne pas être aidée de son animal, Nolan remonta sur le cheval et prit le chemin qui la ramena dans la ville. Elle attacha le cheval et entra dans l'auberge. Elle tomba sur Martine qui l'accueillit avec un doux sourire.

- Tu va bien ? Lui demanda-t-elle. Tu es parti comme une furie je me suis inquiétée. Dit elle tendrement.

- Inquiéter ? Demanda Nolan sans comprendre le sens du mot.

La femme la regarda avec des yeux triste et l'invita à venir dans les cuisines. Curieux de savoir ce que lui voulait l'aubergiste, Nolan l'a suivit. Arrivée à l'intérieur Martine lui fit signe de s'assoir.

- Dit moi Nolan, j'ai remarqué des choses et j'aimerai en parler calmement avec toi. Commença t-elle.

Le jeune femme resta sur ses gardes. Elle n'aimait pas du tout comment la femme lui parlait et la regarda en l'initiant à continuer.

- C'est pas évident à dire mais j'ai vu que tu ne connaissait pas les bases d'un être humain. Commença Martine un peu gênée.

- Que voulez vous dire. Je sais parler, manger, dormir et tout ce qu'un humain fait. Répondit naturellement Nolan.

La réponse de la jeune femme fit rire l'aubergiste.

- Pas ce genre de chose, je te parle des petites intentions comme pour ce qu'il c'est passé ce matin avec ton amie et pour les petites questions que tu pose devant certain mot. Tu vois, un humain ne fait pas uniquement parler, dormir, manger ou autre. Il donne des sentiments, des petites attention quand les personnes son triste ou ont besoin de tendresse. Expliqua L'aubergiste.

- Je ne comprend pas de quoi vous parler. Dit Nolan complètement perdu.

- C'est pour cela que je t'en parle. Je ne sais pas qui t'a élevée mais il à oublier de t'enseigner les choses les plus importante de la vie. Dit Martine avec peine.

- Les choses importante de la vie ? Demanda Nolan sans rien comprendre.

- Oui comme avoir des sentiments par exemple. Répondit l'aubergiste simplement.

- Des sentiments ?! Continua Nolan de plus en plus perdu.

- Oui c'est des choses qui nous contrôle, comme la colère, la tristesse, la joie, l'amour. Tu vois ce que je veux dire ? Répondit la femme avec patience.

Nolan secoua la tête devant ses mots étranger.

- Quand tu regarde ton amie que ressent tu ? Demanda Martine voulant trouver un exemple pour lui faire comprendre.

La jeune femme se mit à réfléchir et repensa à ces choses agréable et désagréable qu'elle avait en elle.

- Je ne sais pas ce qu'il se passe, il y a des moment ou mon coeur. Dit elle en posant sa mains sur ce dernier. Il bat fort. Je ressent aussi une pression en moi qui est vraiment dérangeant. Expliqua Nolan pas trop sur d'elle.

- À qu'elle moment tu ressent ce genre de chose ? Demanda Martine intéressée.

- Hier matin quand Léa ma parler durement et m'a regarder avec un drôle de regard. Mon coeur c'est serrer et un sorte de boule c'est former dans ma gorge.

- C'est de la tristesse ça. Tu as été blessée du comportement de ton amie. Expliqua Martine.

Nolan écarquilla les yeux devant les mots.

- Alors c'est ça que l'on ressent quand on est triste ? Demanda-t-elle voulant comprendre.

- Oui c'est cela. Tu as plusieurs façon de le ressentir, mais c'est la forme la plus courante avec des larmes qui coulent de tes yeux. Expliqua calmement l'aubergiste.

- J'ai vu ce liquide que vous appeler larmes sortir des yeux de Léa. Répondit la brune en comprenant doucement les choses.

- Hé ça ta fait quoi quand tu les as vu ? Demanda Martine voulant faire comprendre les chose à la jeune femme.

- Je n'ai pas aimée, mon coeur c'est serré. Expliqua cette dernière.

- Cela s'appelle avoir de la peine. Dit l'aubergiste.

- De la peine ? Demanda de nouveau la jeune femme sans comprendre le mot.

- Oui c'est quand tu vois une personne que tu aime beaucoup et qui est triste. Tu es toi aussi triste pour cette personne. Expliqua Martine avec douceur.

Nolan sentit quelque chose d'étrange se former en elle une sensation de bien être passa dans son corps.

- Je ressent quelque chose de bien en moi. Dit-elle voulant comprendre.

- Ça s'appelle de la joie. C'est quand tu es contente de quelque chose. Répondit la femme gentiment.

- La joie. Répéta t-elle pour se le rappeler.

- Avant que je ne parte vous avez dit une chose. Vous avez parler de la culpabilité.

- Oui cela se manifeste à peut prêt comme la tristesse mais c'est encore différent. C'est un sentiment de colère ou de haine contre soit même de ne pas avoir put faire quelque chose à un certain moment. Chose que tu as ressentit quand tu disait de ne pas être arrivée à temps pour sauver ton amie. Tu as aussi l'inquiétude comme sentiment. Répondit Martine.

- L'inquiétude ? Demanda Nolan devant ce nouveau mot.

- Oui, c'est quand par exemple ton amie qui dort toujours et qui ne se réveille pas, ça te donne une boule dans l'estomac avec ton coeur qui se serre. C'est une sorte de peur que tu as envers les personnes que tu aime. Expliqua l'aubergiste en faisant bien attention a ce que la jeune femme comprenne ce qu'elle disait.

Pendant tout le discourt avec Martine, Nolan commença à comprendre ce qu'il lui arrivait doucement. Elle se souvint de se que son loup lui avait dit. Que c'était normal de ressentir ce genre de chose.

- Donc tout ce qu'il m'arrive depuis que je connais Léa c'est normal ? Demanda Nolan voulant être sur.

- Oui parce que tu ne le sais peut être pas, c'est que tu aime beaucoup cette jeune femme. l'amour ou l'amitié est la forme des sentiments le plus beau que l'on puisse avoir. Car cette sensation t'envahis complètement dans une douce chaleur. Ton coeur se met à battre rapidement quand tu es prêt de la personne que tu as choisi. Tu veux toujours être avec elle. Comme ta réaction avec le médecin. Tu aime beaucoup Léa au point de la protéger. Dit Martine gentiment.

- C'est donc ça avoir des sentiments. Réalisa enfin la jeune femme.

Elle posa son regard sur Martine qui la regardait chaleureusement. Elle fut vraiment étonnée de voir qu'en dehors de Léa une autre personne la regarda avec un regard autre que celui où la peur ou la haine. Elle comprit que ce qu'elle ressentait était bon parce que son corps était chaud de l'intérieur. Elle sorti de la cuisine après avoir remercier la femme et se dirigea vers sa chambre. Quand elle entra, elle fut surprit de voir la petite blonde réveillée. Encore une fois, elle sentit un sentiments nouveau qui lui réchauffa le coeur. Elle ne savait pas mettre un mot dessus. et alla vers la jeune femme sans se poser plus de question.

- Tu va bien. Demanda-t-elle gentiment.

Le ton de sa voix la fit sursauter mais se souvenait que tout était normal.

Léa ne dit rien et détourna son regard. Elle se souvenait toujours de ce fameux matin où elle avait faillit perdre la vie. Nolan ne comprenait pas le comportement de son amie et se figea quand elle vit des larmes couler des joues de cette dernière.

- Qu'est ce que tu as ? Pourquoi tu ne me parle pas ? Demanda-t-elle blessée.

- Pourquoi ! Tu me demanda pourquoi ?! Répondit sèchement Léa en regardant froidement la jeune femme.

Cette dernière sursauta devant l'attitude de la petite blonde. Un colère l'envahit mais elle se contrôla pour ne pas faire voler la jeune femme.

- Tu as faillit me tuer voilà pourquoi ! Cracha Léa en larme.

Cette phrase figea Nolan qui sentit sa colère partir en flèche.

- Quoi comment ça quand ?! Demanda t-elle paniquée.

- Hier matin ! Dans la chambre du village ! Tu ne t'en souvient pas ! Lâcha sèchement Léa.

- Mais non ! Je dormais c'est toi qui m'a réveillée en hurlant mon prénom. Répondit Nolan affolée.

Léa resta stoïque.

- Quoi comment ça ? Demanda-t-elle pas très sur d'avoir comprit.

- Je me suis réveillée en entendant mon prénom et là tu es partie en pleure avec des yeux remplit de colère sans que je sache pourquoi. Expliqua la jeune brune.

- Tu veux me faire croire que tu dormais quand tu était à deux doigt de m'arracher la tête ! S'exclama Léa à bout de nerf.

- Quoi j'ai fais ça ?! Demanda Nolan horrifié.

Léa réalisa que ce que disait le jeune homme était la pure vérité. Sans qu'elle ne sache pourquoi, elle parti en sanglot. Nolan ne savait pas quoi faire devant la jeune femme en pleure. Elle comprit enfin elle aussi la réaction de la jeune femme ce matin là. Elle avait faillit tuer la seule personne qui l'acceptait malgré cette chose qu'elle avait en elle. Doucement elle se souvenait de ce que Martine avait fait quand Léa avait fait son cauchemar. elle s'assit délicatement sur le lit et passa ses bras autour du corps tremblant en la collant contre elle. Son geste était extrêmement maladroit et elle était raide comme un piquet.

Devant cette action Léa se raidit en rougissant violemment. Elle sentit la maladresse de la jeune femme mais malgré cela, elle se sentit bien et en sécurité. Sans réfléchir elle passa ses bras autour du corps de Nolan et la serra contre elle.

Nolan sursauta quand elle sentit les bras de la jeune femme autour d'elle et un truc qu'elle ne comprenait pas se fit. Une chaleur intense envahie son visage et son corps avec son coeur qui se mit à battre rapidement. Léa qui sentit le sursaut s'écarta légèrement de Nolan sans quitter ses bras et sourit franchement devant la rougeur de cette dernière qui était aussi rouge qu'une tomate.

- Tu es pardonnée. Dit elle avec le sourire au lèvres.

- Pardonné ? Demanda Nolan.

- Pardonner ou demander pardon, c'est quand une personne te fait quelque chose de mal où toi qui fais quelque chose de mal ou que tu fais mal involontairement. Tu pardonne la personne qui t'en à fais ou toi tu demande pardon à la personne à qui tu en as fais. Comme par exemple pour l'autre matin, je sais que tu ne l'a pas fait exprès donc là tu demande pardon et moi je te pardonne.

- Pardonner d'accord. Dit Nolan en hochant la tête tout en enregistrant ce que son amie venait de lui dire.

- Tu as plusieurs mots pour cela comme je m'excuse, je te demande, pardon ou encore je suis désolée. Finit Léa où alors des petits geste comme cela. Finit-elle en rougissant.

Nolan regarda la petite blonde avec un regard vraiment doux. Elle commença à accepter tout ses changement qu'il se passait en elle en se disant que c'était normal. Un frappement à la porte les interrompit. Léa donna l'autorisation d'entrée et vit une femme d'une cinquantaine d'année entrer.

- Ah mademoiselle vous être réveiller. Je suis vraiment contente cela m'inquiétait beaucoup. Je suis désolée de vous déranger mais je voulais vous demander si un bon bain bien chaud vous ferait envie. Dit Martine avec un sourire au lèvres.

Elle ne fit aucun commentaire mais voyant les deux jeunes femmes être dans les bras de l'un et de l'autre lui réchauffa le coeur.

Léa plus que ravit de sa proposition sauta de joie et se rua hors de la chambre en direction de la salle que lui avait indiquée Martine. Cette dernière se mit à rire devant la joie de la jeune femme et tourna les talons pour sortir. Elle s'arrêta au seuil de la porte et regarda Nolan qui arrivait vers elle.

- Alors contente de la revoir debout ?

- Oui. Répondit la jeune femme d'une voix neutre.

- Avec un sourire tu serai deux fois plus belle. Dit Martine avant de partir de la chambre en rigolant.

Nolan resta interdite devant ses mots qu'elle ne comprenait pas. Elle chercha sur elle même ce que la femme lui avait dit et ne vit pas de quoi elle parlait. Sans se poser plus de question, elle descendit et parti elle aussi dans la salle qui servait de salle de bain. Les deux amie furent chacune dans une salle voisine et profitèrent pleinement de l'eau chaude qui leur firent le plus grand bien en se laissant aller à la douceur du liquide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Jeu 1 Mar 2012 - 12:37

CHAPITRE 5

Deux jours plus tard Martine décida d'emmener les deux jeunes gens faire les boutique afin de leur payer de nouveau vêtement. Ce qu'elles avaient sur elles ne lui convenait pas et n'allaient pas non plus avec leur personnalité. Elle laissa Léa vagabonder dans les étalages de la ville afin qu'elle choisisse ce qu'elle voulait le temps qu'elle même s'occupa de Nolan. Cette dernière ne comprenant pas ce que la femme lui voulait, la suivit docilement. Elles entrèrent dans un magasin où des habilles en cuire étaient rangés sur des étagères en bois. La jeune femme tour-à-tour le meuble et les cases. Elle remarqua à son grand bonheur que pratiquement tout les habilles étaient en noir. Chose qu'elle aima particulièrement. Martine resta avec le vendeur en laissant faire la jeune femme. Quelque minutes plus tard cette dernière prit un pantalon en cuir et un gilet en cuire avec fermeture. Elle alla dans une pièce que lui indiqua le vendeur pour qu'elle puisse se changer. Quand elle sortit du lieux quelque minutes plus tard, Martine resta inerte devant Nolan. Les habilles qu'elle avait choisi lui allait parfaitement bien. Le pantalon était semi moulant et ne la gênait pas dans ses gestes. Le gilet était collé à sa peau comme un t-shirt sans manche. Elle avait également prit des protèges bras qui lui montait jusqu'au coudes. Le vendeur lui fit essayer des bottes tout aussi en cuire. Nolan les essaya et vit qu'elle était particulièrement à l'aise à l'intérieur.

Martine lui conseilla de mettre une chemise sous son gilet, mais la jeune femme refusa. N'ayant pas l'habitude d'avoir trop de vêtement sur elle, elle avait peur de se sentir compressée avec tout pleins de truc sur son corps. Martine paya le vendeur et toutes les deux sortirent de la petite boutique. Au moment où elles passèrent la porte, elle tombèrent sur Léa. Martine resta stoïque devant la jeune femme. Nolan elle sentit son coeur battre très fort. La petite blonde se retrouva elle aussi figée devant la jeune brune. Sans le savoir elles avaient eu la même idée. Léa c'était également habillée en cuire. Avec un pantalon qui lui collait à la peau avec une veste en cuire qui était également collé et qui cachait sa poitrine. Elle avait mit des protèges aux avant-bras allant au milieu de ses derniers. Elle avait également prit des bottes qui allèrent jusqu'au genoux et qui passèrent sur le pantalon. Elle avait aussi mit un petit collier en cuire qui faisait tout le tour coller à sa peau tout ceci était de couleur bordeaux très foncé.

Les deux jeunes gens se regardèrent intensément. Sans qu'elles le sache elles se trouvaient mutuellement belle. Martine assistait à la scène avec un regard appréciateur mais une chose la gênait sur Léa et l'invita à la suivre. Les deux amies se mirent à suivre la femme avec pleins de question en tête. Quand elles arrivèrent devant une petite boutique. Avec beaucoup de difficulté Martine réussit à faire attendre Nolan dehors qui protestait. Cette dernière qui avait fini par capituler, faisait les cents pas à l'extérieur en bougonnant tout ce qu'elle pouvait. Les passant qui la croisait s'écartait rapidement car les yeux bleus étaient particulièrement glacial. Nolan n'aimait pas laisser la jeune femme toute seule mais elle avait finit par accepter la demande insistante de Martine à cause de Léa qui lui avait demandée gentiment d'attendre.

Du genre pas patient du tout Nolan commença à faire exploser des morceaux de bois et pots de fleurs. À bout elle allait entrer dans la boutique quand la porte de cette dernière s'ouvrit. Elle resta interdit devant sa jeune amie qui était apparut sur le seuil de la porte. Cette dernière avait ses cheveux de coupés. Sa nouvelle coupe rendait Léa encore plus belle qu'elle ne l'était déjà et mélangé à ses habilles cela lui donnait une toute autre allure. Nolan encore une fois sentit son visage bruler et son coeur battre rapidement. Léa regardait son amie dans le même état et était aussi rouge qu'elle. Les yeux bleus était si pénétrant que la petite blonde en était gênée. Le regard était pas froid du tout, il montrait de l'admiration. Une autre émotion que la petite blonde n'avait jamais vu dans ce regard persan. Martine apparut à son tour à la porte et regarda les deux amis avec tendresse. Elle était vraiment fière de ce qu'elle venait de faire.

- Allez les enfant si on allait manger un morceau. Proposa la femme.

Sans prononcer un mots, les deux amies hochèrent leur tête et se mirent à suivre l'aubergiste. Cette dernière se retenait de rire devant les yeux d'enfant que les deux jeunes gens faisait. De toute la marche, elles n'osèrent se regarder. Ni Léa ni Nolan ne comprenait ce qu'il leur arrivait. Pourquoi leur coeur battait aussi fortement et surtout pourquoi elles n'arrivèrent pas à se regarder pourtant c'était pas une chose difficile. Doucement la pression se dissipa pendant le déjeuner et elles purent enfin reprendre leur attitude normal.

Elles mangèrent toutes les trois dans une belle harmonie quand un homme entra précipitamment dans l'auberge.

- Hé bien mon gars que t'arrive t-il ? Demanda Martine en se dirigeant vers l'homme.

- Des...des mercenaires... ils arrives. Dit-il à bout de souffle.

À ses mots l'aubergiste se raidit.

- Il faut prévenir tout le monde.

- C'est trop tard ils sont déjà dans la ville !

- Que ce passa t-il ? Demanda Léa intriguée en arrivant prêt des deux personnes.

- Plusieurs fois par an, un guerrier dont personne ne connait son visage envois des hommes et attaque notre ville. Il nous volent notre nourriture et tout ce que l'on a besoin pour vivre... commença Martine.

- Ce...ce n'est pas tout... Poursuivit l'homme. Il tue les habitants et prend les femmes et les enfants pour en faire des esclaves à son service.

D'un coup Martine se précipita sur les deux jeunes gens et leur attrapa leur mains.

Venez vite ! Ils arrive ! Si les gardes vous trouve ici vous serez enlever aussi.

Sur le cou de la surprise, ni Nolan ni Léa ne réagit. C'est une fois arrivées dans la cuisine que Léa la questionna.

- Je n'ai pas le temps de parler entrée dans ce tunnel ! S'activa la femme en ouvrant une trappe sous le four à bois. Il vous conduira dans la forêt là où vous serez en sécurité. Finit-elle la peur au ventre.

- Mais non et vous ! Protesta la petite blonde.

- Si tu veux sauvez ton amie c'est maintenant qu'il faut le faire ! Dit Martine sèchement en regardant fixement Nolan qui la regardait froidement.

Cette dernière sursauta au ton et à la phrase employée.

- Si vous restez ici, elle se fera tuée ou sera une esclave.

La dernière phrase fit tilt dans le cerveau de la jeune femme qui comprit que si elles ne prenaient pas ce tunnel son amie allait subir encore des choses horribles. Toujours sans dire un mots. Elle attrapa la main de la petite blonde et la traina dans le tunnel qui était devenu subitement sombre du faite de la fermeture de la trappe.

Léa tira tant qu'elle pouvait pour se dégager de la main de Nolan mais cette dernière resserra encore plus sa prise. D'un coup elle plaqua sa jeune ami contre le mur et lui mit une main sur sa bouche. Léa se figea ,elle avait peur d'avoir dépassé les limites et que cette dernière ne la tue. Mais elle sentit quelque chose approcher à son oreille.

- Ne fait pas de bruit, ils sont au dessus. Lui chuchota Nolan.

La petite blonde leva les yeux et vit qu'elles étaient encore sous l'auberge. Elle pouvait voir de la lumière à travers le plancher. Doucement elle hocha la tête pour lui faire comprendre qu'elle avait entendu. Elle sentit le corps de Nolan se tendre quand elle entendit des pas lourd se faire au dessus d'eux. Doucement elle sentit son propre corps s'abaisser avec celui de la jeune femme par dessus le sien. Elle se mit à rougir quand Nolan se colla complètement contre elle. Cette dernière utilisa la couleur de ses vêtements pour les camoufler encore plus. Un petit bruit sur le sol se fit entendre et Léa regarda dans sa direction pour voir un mot apparaître.

Il faut continuer à avancer en restant accroupit et en faisant le moins de bruit possible.

La petite blonde acquiesça et Nolan la lâcha. Toutes deux se mirent à marcher à quatre patte dans les profondeurs du tunnel. Léa n'aimait pas cette situation de devoir s'enfuir alors que Martine et les autres gens de la ville allait se faire prendre. Elle ne pouvait pas imaginer que l'on fasse du mal à l'aubergiste qui à été vraiment gentille avec elles. Nolan sentit l'inquiétude de son ami mais ne dit rien et la força à avancer.

Elles arrivèrent une demi heure plus tard en dehors du tunnel comme convenu dans la forêt. Léa une fois dehors se rua en direction de la ville mais fut arrêter par la jeune femme qui lui avait attrapé la main.

- Lâche moi ! Il faut les aider ! Gronda la jeune blonde.

D'un coup le corps de Léa se fit violemment plaquer contre le tronc d'un arbre à un mètre du sol. Nolan regarda la jeune femme avec des yeux meurtrier.

- Dit encore une chose où fait un geste et je te tue sur le champ comprit ! Dit-elle d'une voix extrêmement glacial.

Tout le corps entier de Léa se mit à trembler de peur. Aucun son ne put s'en sortir. Le regard glacial que lui lança son amie lui coupa tout sortie de voix possible. Elle laissa ses larmes de terreur sortir. Cette dernière à la vue du liquide relâcha immédiatement la petite blonde qui tomba lourdement sur le sol en se tenant la gorge. Léa releva aussitôt la tête et tomba sur un regard extrêmement noir. Tout doucement la jeune femme se baissa afin de se trouver à sa hauteur et lui prit la gorge entre sa main droite. Léa sentit une panique monter en elle quand le bleus persan la traversa.

- Tu...tue moi si...si tu veux mais...

Elle s'arrêta quand elle sentit la main se serrer d'avantage.

- Mais quoi ! Que va tu faire contre moi ? Tu es faible. Dit Nolan d'une voix base qui ressemblait pratiquement à un chuchotement.

- Mo...moi au moins j'ai...j'ai un coeur ! Cracha Léa en essayant de lutter contre sa peur.

À ses mots Nolan sursauta et lâcha la gorge de la jeune femme. Léa ne voulant pas se soumettre au jeune homme se leva immédiatement.

- Moi je sais aimer et si pour toi le sort des autres te fais rien sache que pour moi si. Continua la petite blonde d'une voix déterminée.

Encore une fois elle se fait plaquer contre le tronc d'arbre avec la force mystérieuse.

- Que va tu faire ?! Tue moi si cela te chante mais le résulta restera le même ! Tu restera toujours quelqu'un qui ne sera jamais aimer ! Lâcha méchamment Léa.

- Tait toi ! Lui ordonna Nolan dangereusement.

- Non je ne me tairai pas devant toi !

À ses mots elle sentit un étirement puissant dans son bras et elle se mit à hurler de douleur. Nolan venait de lui briser le bras gauche. Léa lutta contre la douleur des larmes l'accompagnèrent.

- Tu crois que tu peux me dire ce que tu veux et faire ce que tu veux ? Menaça vraiment méchamment la jeune brune.

- Je je...

Léa avait beaucoup de mal à parler à cause de la douleur.

- JE NE SUIS PAS TON ESCLAVE ! ! ! lui hurla t-elle avec rage.

Ses mots firent pâlir Nolan qui lâcha immédiatement sa prisonnière. Sans qu'elle ne sache pourquoi, son propre corps se mit à trembler et son coeur se serra fortement. Léa avec beaucoup de difficultés, réussit à se mettre debout et tout en se tenant son bras blessé, elle commença à marcher en direction de la ville sans un regard pour Nolan qu'elle laissa derrière elle. La douleur était si intense qu'elle avait beaucoup de mal à la contenir. Doucement elle arriva vers l'entrée de la ville. Elle pouvait apercevoir de l'agitation dans les rues de la ville. Des deux grosse caravanes étaient posées en pleins milieux tirées par deux chevaux chacune. Elle pouvait apercevoir également des hommes malmener des femmes et des enfants en les forcent à entrer dans les caravanes. Elle se cacha derrière le mur de la première maison de la ville et s'accroupit. De là où elle était, elle pouvait apercevoir tout ce qu'il se passait.

Elle regarda tout autour d'elle et chercha quelque chose qui pourrait l'aider. Elle savait qu'elle était faible physiquement et qu'elle ne savait pas se battre mais imaginer que des femmes et des enfants étaient capturés pour qu'ils subisse ce qu'elle avait subit. Non il était hors de question de faire cela. Ses yeux firent le tour des environs et ne vit rien qui pouvait l'aider à combattre ses brutes. Elle devait être honnête envers elle même seule, elle ne pouvait rien faire seul. Son regard passa sur les caravane et remarqua que ses dernières n'était pas surveillée. Seule quelque hommes venait pour jeter leur victime à l'intérieur, sans ça rien d'autre. C'est alors qu'elle eut une idée. Elle regarda bien attentivement autour d'elle pour voir si personne ne la voyait quand elle vit que non, elle commença à s'aventurer en direction des deux caravanes avec la plus grande discrétion. Elle se cacha de temps à autre quand des gardes arrivèrent dans la rue et continua sa marche. Elle eu juste le temps d'arriver devant son objectif et de se cacher sous l'une des caravane que trois garde arrivèrent avec chacun une femme et un enfant dans les mains.

Elle mit une main devant sa bouche pour retenir un gémissement de douleur quand elle se coucha un peu trop fortement sur son bras blesser. Seul des larmes de douleur coulèrent sur son visage. Elle remercia silencieusement son maître de lui avoir apprit la discrétion car cela lui servait beaucoup en cette instant présent. Elle attendit que les hommes partent et se mit à ramper dans le plus grand silence afin de se retrouver entre les chevaux et l'emplacement du cocher. Avec la plus grande délicatesse, elle attrapa les attachent qui reliait les animaux à la caravane et les défit en faisant bien attention à ne pas les laisser tomber. Quand elle eut finit avec la première, elle en fit de même avec la seconde. Une fois son travail finit malgré son handicap, elle regarda fièrement ce qu'elle avait fait. Si cela fonctionnait comme cela devrait être, quand les chevaux commenceront à partir, les attaches se déferont complètement et les caravanes resterons sur place avec les animaux partit.

Malheureusement pour Léa, elle ne put sortir de dessous car les gardes qui venait de sortirent avec leur nouvelle victimes restèrent planter au côtés des chariots. Toujours aussi discrètement, elle resta à sa place en priant de toute des forces que personnes ne la remarque. Plusieurs heures passèrent quand elle vit enfin tout les soldats se diriger vers les deux caravanes et comme elle l'avait prévu, les chevaux partirent à tout allure en laissant les deux caravanes plantés sur le sol. Des grognement se firent entendre. Les gardes étaient fout de rage quand ils comprirent ce qu'ils c'étaient passer. Ils cherchèrent de partout ce qui avait put faire cette chose quand un des hommes se mit à genoux pour regarder les sangles et c'est à ce moment là que Léa se fit découvrir à son grand malheur.

Deux gardes l'attrapèrent non chaleureusement et la mire debout. Un grand homme habiller en cuire s'approcha d'elle.

- Alors ma petite on sabote notre travaille. Dit-il avec un grand sourire en prenant le visage de la jeune femme entre le pouce et l'index de sa mains droite.

Léa prise de panique ne put firent un geste où sortir un son.

- Mais dis moi, tu es mignonne toi je suis sur que notre chef s'amuserait beaucoup avec toi si il t'avait dans son service. Continua t-il avec un sourire carnassier sur le visage. Mettez la avec les autres je m'occuperai d'elle après ! Ordonna t-il a ses hommes.

Léa se fit jeter comme une mal-propre par les hommes dans l'une des caravanes. Puis quelque instant plus tard après avoir récupéré des chevaux de la ville, le groupe d'hommes partirent hors des lieux avec leur deux chariots remplit de futur esclave. La jeune femme était effondrée et pleurait tout ce qu'elle avait. En plus d'avoir mal elle se retrouvait une nouvelle fois en chemin pour être une fois de plus esclave. Elle se maudissait d'avoir été si imprudente. Elle ne savait pas pourquoi mais sa pensée alla vers Nolan qui devait être loin à l'heure qu'il était.

Ça faisait plusieurs heures que le convois avança. Plusieurs fois les hommes s'étaient arrêtés afin de manger et boire. Léa pendant tout le voyage regarda les femmes et les enfants qui étaient avec elle. Tous avait la tête baissé où pleurait. La jeune femme avait vraiment de la peine pour eux car elle savait ce qu'il les attendait. Étant à coté de la sortie, elle regarda la lune qui était montée deux heures plutôt et ses pensées allèrent vers ses parents et se souvenait de la première fois où elle fut enlevée par un groupe d'homme semblable à ceux qui étaient avec eux.

- Papa, maman je vous aime. Chuchota t-elle à la lune.

Personne ne vit la grosse ombre passer à vive allure à travers les bois qui se trouvait à coté de la route. Cette dernière avançait rapidement entre les arbres avec une adresse surhumaine. Quand d'un coup elle tomba en pleins milieu de la route à plusieurs kilomètre du convois. Les hommes qui riait de chose et d'autre ne vit pas l'ombre en pleins milieu de la route c'est quand ils furent à un mètre d'elle qu'ils stoppèrent net leur chevaux. Tout les gardes se mirent à regarder l'ombre qui était postée devant eux. Personne ne prononça un mot et virent que l'ombre ne bougea pas.

- Qui est là ! Cria l'un des hommes en se levant de son siège.

- Fait attention c'est peut être un animal sauvage. Lui dit doucement un de ses amis.

- Oui ben animal ou pas il faut que ça dégage ! S'exclama le soldat.

Le cocher descendit complètement du chariot prit une lanterne à bougie qui y était accrochée et s'avança en direction de l'ombre qui n'avait toujours pas bougée. Le garde se sentait mal à l'aise, la nuit était si sombre et malgré la pleine lune cela ne suffisait pas pour éclairer suffisamment la route. Pas sécurité l'homme sorti son épée de son fourreau et la plaça devant lui tout en avançant. Plus il s'approcha de l'ombre et plus celle ci ce matérialisa en humain.

- Hé toi ! Dégage de là tu nous empêche de passer ! Ordonna t-il en constatent qu'effectivement c'était bien un être humain. Mais la lumière de la bougie ne fut pas assez puissante pour lui dire si c'était un homme où une femme. Quand il fut assez prêt de la personne, il plaça la lampe juste devant le visage de celle ci et c'est à ce moment là que des yeux bleus glacial apparurent et ce fut la seule chose qu'il put voir avant que sa tête ne vole pour atterrir dans le premier chariot à coter de ses ami. Ses dernier se mirent à hurler de terreur et sans attendre ils se jetèrent sur les yeux bleus meurtrier.

Tout les prisonniers entendirent les gardes hurler et se demandèrent tous ce qu'il se passèrent car les cris était mélanger de cris de douleur à des cris de terreur. Dans la seconde caravane une petite blonde s'était subitement mise debout et avait mit sa main valide sur son propre coeur.

- Nolan. Dit elle avec soulagement le sourire au lèvres.

Elle se mit à regarder les femmes et les enfants qui la fixait étrangement dû à son geste et elle se mit à sourire de tout son coeur.

- Nous sommes sauver ! Dit elle le coeur battant à tout rompre.

Soudainement plus aucun bruit ne se fit entendre. Tout les prisonniers commencèrent-à chuchoter en se demandant ce qu'il avait bien put se passer. Ils était également apeuré par les hurlement de terreur des gardes. Dans le silence de mort de la nuit, ils entendirent des pas se faire aux coté de leur caravanes. Doucement toute les femmes prirent les enfants dans leur bras en se blottissant le plus possible à l'avant des chariot en se serrant les une contre les autres. Léa était la seule à ne pas bouger malgré les pas froid qui se dirigeait vers sa caravane.

D'un coup la porte qui était à ses cotés, explosa pour laisser apparaître des yeux bleus glacial. Toutes les femmes se turent à ce moment là et se mirent à trembler avec les enfants qui ne pouvait pas quitter les yeux bleus meurtrier. Léa regarda intensément son ami qui était à l'extérieur et sans qu'elle ne comprenne sa propre réaction elle se jeta dans les bras de Nolan qui tomba en arrière sous le coup de la surprise.

Elle allait malmener la jeune femme quand elle s'arrêta en entendant des sanglots contre son corps. Elle vit que tout le corps de la petite blonde tremblait comme une feuille et elle sentit également cette dernière se coller contre elle. Nolan resta figée devant l'attitude de son amie et ne savait pas quoi faire. Elle était mélangée par la haine et la peine. Doucement, elle passa ses bras autour du petit corps comme elle l'avait fait dans la chambre. À se contact, les bras de Léa qui était autour de son corps se serra encore plus et cette dernière lâcha toute la pression de peur qu'elle avait eut dans des bras sécurisant de la jeune femme.

Les femmes regardèrent avec incompréhension la scène qui se déroulait devant-elles. Elles commencèrent à se détendre légèrement quand elle comprit que la personne était une amie d'une des prisonnière. Quand Léa se calma un sursaut lui vint et elle se dégagea rapidement des bras de Nolan. Elle se souvenait de ce qu'elle lui avait fait et elle se mit rapidement debout en s'écartant le plus possible de la femme.

Cette dernière ne comprit pas le subit changement d'attitude de la jeune blonde et se remit debout tout en la regardant étrangement.

- C'est pas parce que tu viens de me sauver que j'ai oublier ce que tu m'a fais ! Cracha Léa en colère.

Nolan ne dit rien et porta son attention au bras blessé de son amie. Sans rien dire elle s'approcha de la jeune femme qui commença à reculer de peur. Léa fut bloquée par la caravane qui était derrière elle. Elle regarda Nolan avec une terreur dans les yeux quand elle la vit s'approcher de plus en plus d'elle avec un regard glacial. Tout son corps se mit à trembler quand Nolan s'arrêta et commença à approcher sa main d'elle. Quand le membre fut proche d'elle dans un mouvement d'inconscience elle donna un grosse gifle à la mains de la femme.

- Ne me touche pas ! S'écria t-elle.

Les femmes dans la caravanes recommencèrent à prendre peur quand elle vit ce qu'il se passait. Nolan sursauta au geste violant de la jeune blonde et son regard se fit encore plus glacial. Toujours sans un mot, elle reprit son avancé de la main jusqu'à ce qu'elle réussissent à attraper le bras blessé de sa jeune amie. Léa était terrorisée de ce que la jeune femme allait faire et ne pouvait plus bouger un muscle tellement les bleus furent transperçant. Nolan mit son autre main dans une poche de son pantalon et en retira un tissu assez long. Elle baissa son regard qui était posé sur les émeraudes sur la membre qu'elle détenait.

D'un coup Léa sentit un craquement et une puissante douleur qui la fit hurler de douleur en tombant à terre. Nolan l'accompagna au sol et toujours sans lâcher le bras, elle commença à bander le membre blessé. Malgré la douleur Léa se figea devant ce que faisait son ami. Cette dernière avait remit en place l'os qui était cassé à l'aide de son truc. Une fois le bras bandé, elle sorti un autre morceau de tissu et colla le membre blessé contre la poitrine de Léa et fit une sorte d'écharpe avec avec pour que ce dernier ne bouge pas. Une fois son soin fait, Nolan se leva et pris la jeune femme dans ses bras. Cette dernière était mélanger par la peur, le pardon, la reconnaissance et l'incompréhension. Doucement Nolan se dirigea vers la première caravane et déposa son fardeau sur le siège du cocher.

Ensuite, elle alla au deuxième chariot et attrapa les reines des chevaux afin de les attacher à l'arrière de la première. Une fois tout ceci fait, elle alla au premier et s'assit au coté de son amie qui la regardait avec beaucoup de question dans les yeux. Nolan ne dit toujours pas un mot, prit les reines des chevaux et fit avancer les animaux en retournant en direction de la ville avec les deux chariot en main.

Le convoi arriva à la ville au bout de quelque heures. Martine qui entendit des chevaux, sortit immédiatement de son auberge et fut bouche bée devant les deux caravanes qui étaient parti dans l'après-midi. Le reste des villageois sortirent eux aussi pour savoir ce qu'il se passait. Au moment où les chariots s'arrêtèrent les femmes qui étaient dans le second sortirent précipitamment de l'intérieur et allèrent se réfugier dans les bras de leur familles respective qui furent folle de joie de revoir les femmes et les enfants saint et sauf. Les villageois allèrent ouvrir au prisonniers qui étaient dans le premier chariot et eut aussi se rua vers leur hommes et familles respective.

Martine elle de son côté était heureuse de voir toute les femmes et les enfants sauf. Elle alla vers les cavaliers qui avaient sauvé et ramené les prisonniers et fut extrêmement surprise de découvrir Nolan et Léa.

- Mais...

- Ne chercher pas à comprendre. Le plus important c'est que tout le monde soit en vie. Dit Léa en descendant du chariot.

Elle fut accueillit par des bras qui la serra fort.

- Oh mes enfants, je ne sais pas comment vous remercier. De ce que vous avez fait et je ne veux même pas le savoir. Dit l'aubergiste reconnaissante les larmes aux yeux.

Cette dernière tenait très fortement la petite blonde dans ses bras heureuse de voir que les deux jeunes gens n'avait rien. Elle sursauta quand elle entendit cette dernière gémir. Elle écarta rapidement Léa et remarqua que cette dernière avait le bras bandé.

- Oh mon dieu que t'es t-il arrivé ?! Demanda-t-elle paniquée.

- Ce n'est rien juste un petit accident rien de grave, je suis mal tombée sur le bras et du coup je me le suis juste cassée. Mentit Léa.

- Tu appel cela rien de grave ! aller entre à l'intérieur que je vous prépare un petit quelque chose à manger. Dit Martine avec un grand sourire au lèvres.

Léa parti dans les lieux d'un pas pressé. Elle ne remarqua pas les yeux bleus surprit qu'il la regardait. Martine arriva près de Nolan et l'invita à le suivre. Cette dernière perdu dans les dernières paroles de la petite blonde n'entendit pas la femme lui parler. Elle avait sursauté quand Léa avait mentit sur les raison de sa blessure. Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait fait cela. La brune sortit de ses pensées un peu brutalement quand pour la sixième fois l'aubergiste l'appela.

- Tu viens manger quelque chose ? Lui demanda-t-elle avec un sourire.

Nolan ne répondit pas et descendit du chariot pour se diriger dans l'habita sous les yeux étonner de la femme.

- Qu'est ce qu'il lui prend ? Se demanda-t-elle sans comprendre.

Nolan arriva dans l'auberge et ses yeux tombèrent sur la petite blonde qui était assise au comptoir du bars. Cette dernière qui avait tourné la tête quand elle entendit une personne arriver, la détourna violemment quand elle vit la jeune femme. Cette dernière la regarda froidement et se dirigea à grande vitesse vers la jeune femme et d'un coup elle l'attrapa et la plaqua contre le mur qui se trouvait derrière elle.

- Hé ben vas y tue moi ! Si cela te permet d'aller mieux fini le travail que tu n'a pas put finir dans la forêt ! Cracha Léa.

Le regard de Nolan se fit vraiment très meurtrier et elle serra sa main autour de la gorge de la jeune femme.

- Depuis que je te connais il se passe des truc en moi que je n'ai jamais eu avant et cela me déplait au plus haut point ! Je ne sais pas quelle magie tu fait sur moi sache que je n'aime pas ça ! Gronda froidement Nolan.

- Tu crois que je te jette un sort mais faut arrêter de rêver ! S'énerva la jeune femme en maitrisant sa propre peur.

- Alors qu'est ce que tu fait ! Cria le jeune homme.

Martine qui arriva à ce moment là était pétrifiée devant la scène qu'il se passa devant ses yeux. Elle se rua sur Nolan pour l'arrêter mais son corps se fit projeter sur une des tables qui se trouvait proche de la brune.

- Ne bougez pas si vous ne voulez pas mourir. Avertit méchamment Nolan.

L'aubergiste était tellement pétrifiée par le regard glacial qu'elle ne put dire un mots ou faire un geste.

- Tu vois il est là ton problème ! S'exclama Léa. Contrairement à toi moi j'ai un coeur et je n'agresse où ne tue personne quand ils ne sont pas d'accord avec moi !

- Oui mais moi je ne suis pas toi et je n'ai pas besoin de sentiments où de personne avec moi pour vivre ! Dit violemment Nolan en resserrant de plus en plus son étreinte autour du cou.

- Tue moi si ça te chante ! Mais moi au moins même si je meure de tes mains, je suis heureuse de savoir que je suis capable d'aimer de comprendre les gens et d'avoir de la pitié pour eu ! Toi tu n'a rien ! Même si tu es libre physiquement tu est toujours dans ta prison et tu restera toujours esclave de ta haine ! Lui cracha Léa.

À ses mots Nolan sursauta et écarquilla les yeux. Les émeraudes lui brulait de l'intérieur. Léa n'avait pas quittée les bleus depuis le début et les fixèrent intensément sans bouger un cil.

- Je regrette une chose, c'est d'être descendu dans ses foutus cachot et d'avoir eu pitié de toi ! Finit Léa en laissant ses larmes prendre le dessus.

À la vue des larmes, Nolan relâcha immédiatement sa prisonnière. Cette dernière tomba lourdement sur le sol en se tenant la gorge suivit d'une canne de toux. Elle réussit à se mettre debout difficilement et sans rien dire, elle se mit à courir de toute ses forces hors de l'auberge, elle sauta sur leur cheval qui était dans l'étable et partit au triple galop hors de la ville dans la nuit noir. Nolan de son côté resta un moment sans bouger avec les phrases de Léa en suspend. Sans rien dire, il monta à l'étage et alla s'enfermer dans sa chambre.

Martine qui n'avait pas bougée de l'endroit où l'avait envoyée le garçon, regarda impuissante la scène qui se déroula sous ses yeux. Elle ne comprenait pas ce qu'il avait put se passer pour que les deux amies explose mais une chose l'intrigua beaucoup sur Nolan, ce n'était pas la première fois qu'elle se faisait mal mener de la sorte. Elle n'arrivait toujours pas à remettre le pourquoi du comment, elle avait déjà eu à faire à cette force maléfique dans le passé mais elle ne souvenait pas d'où.

Cette nuit là tout était calme. Même les animaux nocturne ne fit aucun bruit. La seule chose que l'on pouvait entendre c'était les sabots d'un cheval poussé à grande vitesse avec une petite blonde dessus. Cette dernière depuis qu'elle était partit de la ville ne s'était pas arrêter une seule fois. Ses larmes coulèrent abondamment sur ses joues sans pouvoir les arrêter. Elle regrettait d'avoir fais confiance a Nolan et d'avoir pensée être enfin libre un jour, même si elle ne vivait plus chez son maitre, elle était quand même prisonnière de cette femme qui était toujours rompre à la tuer dès qu'elle disait quelque chose qu'il ne plaisait pas. Elle poussa le cheval à fond et partie dans les pénombre de la nuit sans savoir où elle allait.

( à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Mar 2012 - 13:50

CHAPITRE 6

Le soleil monta doucement dans le ciel ce matin là. Nolan était postée à la fenêtre de sa chambre et n'avait pas dormi de la nuit. Elle n'arrêtait pas de repenser aux phrases de Léa qui lui était entrées dans le cœur comme un bon coup de poignard. Elle revoyait sens cesse les yeux brulant remplit de larme de la jeune femme. Elle pensait qu'une fois la petite blonde parti, elle allait pouvoir redevenir ce qu'elle était mais vit que non. Un manque s'installa en elle sans qu'elle ne sache pourquoi. Elle ne put s'empêcher de se demander où était Léa, elle se demanda même pourquoi elle l'avait fait enfuir de ce château alors qu'elle aurait très bien put la laisser à son propre sort. Même pour ça, elle n'avait aucune réponse. Elle laissa son regard se perdre sur la forêt. Son cœur se serra quand le visage de la petite blonde apparut dans son esprit. Elle lutta pour ne pas y faire attention mais en fut incapable. C'est la faim qui la sortit de toute ses pensées. Elle descendit de sa chambre et alla dans la salle de restaurant où était Martine. Cette dernière qui la vit arriver eut une légère réticence à son approche. Elle n'osait pas lui parler de peur de se faire éjecter comme la veille. Elle fut surprise de voir la jeune femme s'assoir à une table sans dire un mot. Elle remarqua aussi qu'elle avait la tête baissée et le regard perdu.

N'écoutant pas ce que son cerveau lui disait, Martine alla auprès de la femme d'un pas lent et quand elle fut proche d'elle, elle s'assit à ses cotés en faisant bien attention de ne pas l'effrayer. Elle ne la quitta pas des yeux au cas où cette dernière monterai un signe malsain. Une fois assise, elle posa ses mains sur la table et la regarda sans rien dire. Nolan qui avait sentit la femme se mettre à ses cotés ne prit pas la peine de la regarder et tourna la tête en direction de la fenêtre et regarda l'extérieur.

- Retrouve la. Dit Martine gentiment.

Nolan ne répondit pas à cette phrase et regarda toujours à l'extérieur.

- Je ne sais pas ce qu'il c'est passer entre vous pour que vous en arriviez là mais, tu dois la retrouver. Insista l'aubergiste calmement.

- Hé pourquoi ferai je ça ? Demanda froidement la jeune femme.

- Parce que tu es triste sans elle.

À cette phrase Nolan se leva d'un bon et agrippa la gorge de l'aubergiste tout en la plaquant contre une poutre en bois qui était à leur coté.

- Je ne suis pas triste et je n'ai pas besoin d'elle.

Martine était terrifier car la prise était vraiment très puissante mais ne le montra pas.

- Alors pourquoi je t'ai entendu faire les cents pas cette nuit et que tu as des cernes ? Expliqua la femme déterminée.

- Je n'ai aucun sentiments envers qui que se soit ! Gronda méchamment la jeune femme.

- Alors pourquoi est tu partie sauvez tout ses gens ?! S'exclama Martine en sentant sa gorge se serrer.

À ses mots Nolan se figea et écarquilla les yeux en se souvenant de ce qu'elle avait fait. Quand elle avait cassé le bras de Léa, elle l'avait vu partir en direction de la ville sans bouger. Elle s'était mise à la suivre quand cette dernière était entrée dans les lieux. Elle s'était cachée derrière un mur de maison et avait vu le manège de son amie. Nolan avait particulièrement été impressionné du plant. elle ne lâcha pas du regard la petite blonde jusqu'au moment où cette dernière se fit prendre et jeter dans la dernière caravane. À ce moment là, la brune se détourna pour aller dans la forêt en se disant qu'elle l'avait chercher, mais quand elle vit le convoi partir son cœur se serra. Ne voulant rien admettre de ses sentiments, elle continua sa marche à l'endroit voulu. Quand son loup arriva, elle monta sur ce dernier et tout les deux allèrent dans les profondeur de la forêt. La nuit était tombée depuis longtemps quand ils c'étaient posés dans une clairière, le loup chassa de la nourriture et une fois prêt ils mangèrent en silence. Nolan avait beaucoup de mal à avaler la nourriture. Toute ses pensée allèrent vers la petite blonde. D'un coup, elle se leva en jetant son diner et regarda son animal. Ce dernier avait lever la tête devant l'action et Nolan sans rien dire monta sur le loup qui parti précipitamment à travers les arbres à la poursuite des caravane.

Quand l'anima l'avait rattrapé, il poussa sa course et la jeune femme sauta de son dos pour atterrir devant le convois quelque mètre plus loin. Elle ne put s'empêcher de tuer les hommes qui avait enlevé son amie. Elle se souvenait qu'après avoir fait sauter la porte de la deuxième caravane, elle avait été soulagée et qu'une grosse chaleur l'avait envahie quand elle avait revu son amie seine et sauve.

En sortant tout doucement de son souvenir, elle reposa l'aubergiste qui ne bougea pas d'un millimètre. Elle baissa la tête et se mit à regarder le sol. Quelque chose se serra au fond d'elle et encore une fois cela la dérangeait.

- Non je refuse ! Elle m'a jetée un sort où je ne sais quoi ! Gronda la jeune femme en levant la tête pour regarder Martine.

- Un sort ?! Demanda cette dernière un peu perdu.

- Oui mon cœur n'arrête pas de battre, je me sens un coup bien, un coup pas bien. Expliqua t-elle.

- Tu sais ce que c'est au fond de toi et ce n'est pas Léa qui t'a fait ça. Répondit l'aubergiste.

- Non je refuse d'avoir des sentiments c'est désagréable.

- C'est humain ma fille. C'est tout ce qu'il y a de plus normal chez un homme où une femme. Expliqua l'aubergiste attristé.

Oui et ben j'ai pas envie d'être humain ! S'écria Nolan avant de partir de la salle en trombe en se dirigeant dans sa chambre.

Arrivée à l'intérieur, elle s'allongea sur son lit et se mit à regarder au plafond. Elle était à bout de nerf, elle ne comprenait pas ce que tout le monde lui voulait avec les sentiments. Elle avait vécu depuis toujours sans et cela lui convenait parfaitement. Elle se plongea dans ses pensées et doucement, l'image de Léa lui vint en tête. Elle la revoyait en train de rire le premier jour de leur liberté et à sauter comme une folle sur le lit. Elle la revoyait également avec les yeux remplit de larmes. Toute ses images tourna lentement dans son esprit. Énervée de ceci elle se tourna violemment en se mettant sur le coté et ferma les yeux.

- Non je refuse de ressentir tout cela. Dit-elle avant de succomber au sommeil.

Léa après de longue heures de chevaucher, c'était réfugiée dans une ancienne étable ou demeurait encore de la paille. Tout ce qu'il lui fallu pour passer une nuit au chaud ainsi que de nourrir sa monture. Ce matin là, elle se réveilla vraiment mal. Tout son esprit était blessée. Elle s'était attachée à un être qui tuai sans aucun remord. Elle regrettait vraiment de l'avoir rencontrée et d'avoir eu pitié de Nolan. Elle se leva de son lit de fortune et regarda tout autour d'elle. Au loin, elle repéra un petit tonneau. Elle s'y approcha et fut extrêmement heureuse de voir qu'il y avait de l'eau à l'intérieur. Elle en profita pour se passer un coup sur la figure et une fois bien réveillée, elle se dirigea vers son cheval. Elle regarda bien si ce dernier était apte à bouger et constata que oui. Sans perdre de temps, elle monta sur l'animal et le dirigea vers les pleines. Deux heures plus tard elle arriva sur une colline qui était située à la frontière de la Thessalie et d'Épie. Elle s'aventura sur les pleines en regardant tout autour d'elle et en s'imprégnant de la nature sauvage que lui offrait cette compté.

Elle avança aux pat afin de ne pas trop fatiguer son cheval. Elle repéra au loin une ville qui était Grévana et s'y dirigea tranquillement. Arrivée à cette dernière, elle descendit de sa monture et entra dans les lieux à pieds en tenant l'animal par les reines. Elle marcha sans se presser et regarda tout les marchants qui étaient dans la rue principal à vendre de nombreux objet. Elle s'arrêta à plusieurs étalage et trouva beaucoup d'objet fascinant. Elle s'aventura un peu plus dans la ville et sur sa gauche elle repéra un marchant d'arme. Elle s'arrêta devant et commença à se poser des questions. Plus par curiosité qu'autre chose, elle s'y dirigea et attacha son cheval à l'emplacement prévu qui était posté juste devant la boutique puis entra. Elle fut accueillit chaleureusement par un homme d'une quarantaine d'année qui fut vraiment surprit de voir une femme aussi jeune dans les lieux.

- Bonjour mademoiselle, que puis je faire pour vous ? Demanda le marchant poliment.

Appréciant l'amabilité et la politesses de son hôte, Léa lui fit un grand sourire et le salua à son tour.

- Bonjour monsieur et bien je voudrais voir ce que vous avez en armes.

- C'est pour vous où votre conjoins ? Demanda l'homme.

- Non c'est pour, moi même si je ne sais pas trop comment utiliser ce genre de chose, mais j'aimerai avoir un truc qui me permet de me protéger.

- Oui bien sur alors suivez moi.

Le marchant entraina la jeune femme dans les étalage d'arme tranchant. Il lui fit la liste de ce qu'il avait. Couteaux, haches, poignards et épées, de toute sorte. Léa regarda tout ce qui était devant ses yeux et ne savait pas le quel choisir. Elle ne voulait pas tuer et encore moins se faire tuer. Elle savait que malheureusement que dans ce monde la violence était au plus haut. Alors elle mit un bon moment avant de ce décidé avant de prendre un poignard et un bâton de combat. Elle sortie de sa poche une petite bourse où des pièces si trouvait. Quand elle s'était couchée la veille, elle l'avait trouvée dans sa poche. Elle c'était demandée d'où cela pouvait venir car elle n'avait pas travaillée pour cela où même personne ne le lui avait donner. Elle c'était mise à réfléchir et c'est là qu'elle pensa à Nolan. De toute les personnes c'était la seul à être capable de prendre et ranger les choses sans que personne ne la remarque. Elle sentit son cœur se serrer quand elle regarda la bourse car elle sentit que au fond du démons qui était à la surface, Nolan avait un coeur.

Léa le regarda étrangement chose qui fait rire l'homme.

- Je dis ça car vous ne m'avez l'air pas faite pour le combat et encore moins capable de vous en servir.

- Je l'admet mais j'ai besoin de me protéger.

- Hé bien je vous présente quelqu'un qui pourra vous apprendre au moins les bases.

- Mais je n'ai pas assez d'argent pour vous payer.

- Ne vous inquiéter pas cela je le fais de bon cœur car ce serai dommage qu'une si jolie fille tombe entre les griffes de bandits. Finit le marchant.

Léa se mit à réfléchir à la proposition et se dit pourquoi pas. Elle accepta l'offre de l'homme qui l'emmena hors de sa boutique dans une petite maison. Il l'a fit entrer et la présenta à un jeune garçon qui n'était autre que son fils. Ce dernier était assez grand. Il faisait 1m80 et d'une carrure assez forte. Il avait les cheveux châtain avec des yeux noisettes. Les traits de son visage était tendre et un doux sourire l'accompagnait.

- Bien mademoiselle je vous présente mon fils, il s'appelle Alexandre quand à moi je suis Pascal. Dit l'homme en montrant le garçon.

- Bonjour je suis enchantée de vous connaître moi je suis Léa. Se présenta la petite blonde en serrant la main des deux hommes.

- Alex, cette jeune demoiselle voudrais apprendre l'art du combat ça te dérangerait de lui donner quelque court ? Demanda Pascal.

- Non ce serai un grand plaisir. Dit le jeune homme en se levant.

- Bien dans ce cas, je vous laisse, moi je retourne à la boutique. Dit le marchant en repartant. Oh faite ! Continua t-il en se retournant vers Léa. Il à vous le cheval brun ?

- Oui désolée je vais le ramener afin qu'il ne dérange pas. S'excusa la petite blonde.

- Oh non, non, il ne dérange pas mais ramenez le plutôt ici, nous avons une étable il sera mieux que en pleine rue. Dit Pascal en partant

- Oui merci. Finit la jeune femme.

Une fois les deux jeunes gens seule, ils partirent tout les deux afin d'aller prendre l'animal. Pendant la marche, Alex posa des question sur Léa afin d'apprendre à mieux la connaître. Elle répondait sincèrement sauf quand il s'agissait de l'endroit où elle venait. Pour ceci, elle n'en dit pas trop ni pas assez, suffisamment pour ne pas attirer la curiosité du garçon. Une fois la monture ramener auprès de l'habitacle, le jeune garçon emmena Léa derrière la grange et commença à lui donner quelque court de self défense. Il ne la faisait pas forcé voyant qu'elle était blessée au bras. La séance s'arrêta à la tomber de la nuit. Pascal revint de sa boutique, quelque temps après et proposa à la jeune femme de rester chez eux le temps que sa leçon ne fut pas terminée. Il n'avait sentit aucun danger venant de la petite blonde bien au contraire il la trouvait trop gentille et trop douce pour survivre dans ce monde pleins de danger de plus avec sa blessure il savait qu'elle était une proie facile pour les bandits.

Léa accepta avec politesse et fut vraiment ravis de voir que ses hôtes étaient vraiment aimable et gentil. Elle fut installée dans une des chambres d'ami. Après un bon repas, elle se coucha avec son corps remplit de courbature. Son bras blessé la faisait également souffrir. Elle ne leur avait rien dit sur la raison de sa blessure afin de ne pas avoir des réponse à donner à cela. Elle avait simplement prit sur elle et avait fait comme que ce n'était pas grave sans montrer un seul instant un signe de souffrance sur son visage. Elle fut extrêmement heureuse de s'allonger enfin. Son lit étant juste à coté de la fenêtre, elle avait la vue du ciel étoilé sous ses yeux avec la pleine lune brillant de tout son éclat. Doucement elle repensa à Nolan. Malgré ce qu'elle lui avait fait, elle ne pouvait pas s'empêcher d'avoir toute ses pensées pour elle. Son cœur se serra quand le visage de la jeune femme apparut dans son esprit. C'est ainsi qu'elle finit par s'endormir épuisé avec les bleus persan en pensées.

Nolan de son coté c'était elle aussi mise à regarder la lune assit sur le rebord de la fenêtre. elle ne comprit pas pourquoi elle n'était pas parti de la ville alors qu'elle se retrouvai enfin seule. elle laissa son regard se perdre devant l'astre nocturne et laissa ses pensée prendre le dessus. Un doux visage se forma dans son esprit. elle repensa encore une fois au chaste moment passé avec la jeune femme. Tout en repensant au rire, au sourire et à la tristesse que la petite blonde lui avait fait partager. Elle sentit en elle quelque chose d'inhabituel. Un manque. Elle ne savait pas d'où cela pouvait venir. Ne voulant pas descendre et demander à Martine, elle resta avec son mal être. Elle repensa aussi au moment où Léa fut partit. Elle se remémora toute la scène. Son cœur ce serra à ce moment là et pour la première fois, elle ne s'énerva pas. Sans savoir pourquoi, elle voulait garder cette chose qui était en elle. Nolan resta postée à la fenêtre qui laissa passé les rayon bleuâtre de l'astre nocturne. Elle se força malgré tout à ne pas pensé à la petite blonde, mais échoua.

Quoi qu'elle put faire, le visage de Léa la hantais, surtout quand les doux émeraudes étaient remplis de larmes au moment où elle voulait la tuer. Depuis qu'elle avait posé ses yeux sur cette jeune femme, elle fut incapable de la tuer. Elle commença même a ressentir du remord par rapport au moment où elle avait brisé le bras de Léa ainsi qu'à l'action qui c'était produit dans l'auberge la veille. Elle ne comprenait pas pourquoi elle ressentait tout ceci. Elle regarda la lune tristement. Nolan serra sa main sur sa poitrine là où était l'emplacement de son cœur et serra fortement les dents. Elle commença vraiment à sentir un mal être se former en elle ainsi qu'un gros vide. Pour la toute première fois depuis sa rencontre avec la petite blonde et la découverte des sentiments, elle ne fit rien pour les faire partir. Ce qui l'étonna encore plus, c'est qu'elle ne ressentait ni haine ni énervement. Sa gorge se serra et ses lèvres se mirent à trembler. Un hurlement de loup se mit à retentir d'un coup dans la forêt qui entourait la ville chose qui la fit sursauter. Sans attendre, elle prit ses affaires et sortit de sa chambre. Quand elle arriva en bas des escaliers, elle se retrouva nez-à-nez avec Martine qui la regarda avec un doux sourire.

- Tu commence à devenir humain. Dit elle sans rien rajouter de plus.

Nolan ne dit rien et passa à côté de la femme sans un regard et sortit. elle laissa un léger sourire sortir sans que l'aubergiste ne le voit et partit en courant en direction de la forêt. Martine c'était mise au seuil de la porte et regarda sa petite protéger partir disparaître dans les pénombres.

- Va la retrouver ma fille. Dit elle pour elle même en laissant la douce brise emporter ses paroles dans la direction de la jeune femme.

Nolan continua sa course pour se retrouver au milieu de la forêt. Elle s'arrêta en restant debout tout en regardant devant elle. Soudain, un bruit venant de sa droite se fit entendre mais la jeune femme ne fit aucun geste, car elle reconnaissait le son des pas. Quand la chose fut à ses cotés cachée derrière un buisson, la jeune femme ferma les yeux et prit une grande inspiration.

- Emmène moi jusqu'à elle. Dit-elle sans regarder la présence.

Hé d'un bond, elle sauta dans les aires et fut posée sur le dos du loups qui avait également sauté dans les aire au même moment. L'animal prit alors la direction du nord-ouest en emmenant son amie sur son dos avec l'astre lunaire les accompagnant dans leur chevauché sauvage à travers les arbres.

Léa se réveilla doucement entourée par les premiers rayons chaud du soleil qui passèrent à travers les vitres de la chambre. Elle se redressa lentement et regarda par la fenêtre afin d'admirer l'astre monter dans le ciel azur. Elle laissa son regard se perdre dans la lumière non violente. Doucement le visage de Nolan se matérialisa dans son esprit et une douce larme chaude roula sur sa joue. Malgré ce qu'elle lui avait fait ainsi que la peur qu'elle ressentait à l'égard de la jeune femme, elle commença à ressentir du remord d'être parti de la sorte, mais sa peur lui interdisait d'y retourner. C'est un bruit venant de l'extérieur de la chambre qui la sortie de ses pensées. Sans attendre, elle quitta son lit et s'habilla. C'est quand elle prit le tissu qui lui servait de support pour son bras blessé, que son cœur se serra.

- Pourquoi ? Pourquoi ne puis je pas la haïr ? Ce dit elle un peu frustrée.

Sans rien dire de plus, elle finit d'attacher le tissu en le mettant comme une écharpe et posa son bras dessus, ensuite elle sortie de la chambre pour aller dans la pièce qui servait de cuisine et de pièce principal. Une fois arrivée, elle fut accueillit chaleureusement par Alexandre et son père qui ce dernier finissait de se préparer afin d'aller à sa boutique pour l'ouverture. Une fois Pascal partit, Alexandre resta seul avec la jeune femme et tout deux prirent le petit jeuner ensemble. Quand le repas fut finit et que toutes la vaisselle et affaires fut lavées et rangées, Alexandre emmena Léa chez le médecin afin qu'il puisse examiné bien attentivement la blessure du bras de la petite blonde.

L'osculation dura une heure et les deux nouveaux amis avaient prit le chemin du retour. Le médecin fut extrêmement abasourdit de constater que l'os c'était pratiquement ressoudé. Léa elle aussi surprise, se souvenait du jour où Nolan l'avait sauver des marchant d'esclave car c'était également le même jour ou la jeune femme lui avait fait sa blessure. Elle se souvenait que la femme lui avait fait craquer une nouvelle fois le bras et lui avait également fait boire une boisson assez amer pendant le chemin du retour. Elle sursauta à cette pensée et comprit immédiatement que le craquement avait été pour but de lui faire remettre l'os en place et que la boisson était en quelque sorte une potion de guérison. Elle remarque aussi que pendant tout l'osculation du médecin elle ressentait à peine la douleur. Est ce de la magie ou autre chose ? Néanmoins, elle savait que Nolan l'avait soigné ce jour là. C'est Alexandre qui la sortie de ses pensées.

- Alors maintenant que tu es quasiment guérit et que c'est moins grave que nous le pension, tu vas pouvoir commencer sérieusement à t'entrainer.

Avant que Léa puisse répondre, un cris féminin venant de devant eux se fit entendre. La petite blonde porta son attention dans la direction du son et remarqua quatre briguant malmener une petite fille d'une dizaine d'années. Sans réfléchir, la jeune femme se rua sur les bandit et donna un gros coup d'épaules dans le dos du bandit qui était en face d'elle. Cette action eu pour effet de faire détourner l'attention des malfrats sur elle.

- Hé bien ma mignonne, on veut s'amuser aussi ? Dit l'un des hommes qui avait l'air d'être le chef.

- Oui j'aimerai beaucoup me joindre à vous. Dit une voix venant de derrière Léa. Cette dernière sursauta et se souvenait qu'elle avait complètement oublier son accompagnateur.

Alexandre se mit aux côtés de la petite blonde avec un bâton de combat entre les mains.

- Lâchez cette petite fille ! Ordonna le jeune homme d'un ton menaçant.

- Oh, hé tu crois que nous allons t'obéir. Dit l'homme en rigolant.

Il n'eut pas le temps de s'extasier plus qu'il se prit un gros coup de bâton dans la figure. Il tomba lourdement sur le sol sous l'effet de la surprise.

- Attend tu vas voir ! Dit-il en se relevant tout en essuyant le filet de sans qui coulait de sa bouche.

Une fois remis sur pieds, le briguant se jeta sur Alexandre et un combat acharné commença. Léa profita que les trois autres hommes soit assez occupés à regarder leur chef se battre pour prendre la petite fille par la main en l'entrainant le plus loin possible. Entre les coups donné et reçu, le chef de la bande remarqua le manège de la petite blonde et ordonna à ses hommes d'aller récupérer l'enfant ainsi que la jeune femme sous les yeux impuissant d'Alexandre qui avait beaucoup de mal à se débarrasser de son adversaire.

Léa courut aussi vite qu'elle le pouvait, mais elle remarqua que les trois hommes étaient parti à sa poursuite et la rattrapait rapidement. Au moment où elle tourner dans une petite ruelle, la petite fille trébucha et tomba lourdement sur le sol. La petite blonde fit un rapide volt face pour récupérer l'enfant mais vit que cette dernière c'était écorcher le genoux. Elle n'eut pas le temps de la prendre dans ses bras qu'elle se fit encerclé par les trois hommes qui étaient assez nerveux et avant qu'elle ne comprenne ce qui lui arrivait, elle se prit un puissant coup de poing dans la figure chose qui la fit voler à quelques mètre.

Léa se releva avec difficulté, quand elle fut à peine remise sur ses pied, un deuxième coup de pieds cette fois ci atterrit dans son ventre avec force et elle s'étala sur le sol de tout son corps le visage contre le sol. Elle se retenait de toute ses force de ne pas laisser ses larmes de douleur de sortir. Malgré ses yeux fermer, elle sentit les trois hommes l'entourer.

- Alors on veut jouer les héroïnes ?! Demanda l'un des hommes.

- Tu aurai mieux fait de rester dans ton coin cela t'aurai évitée des ennuis. Dit un autre.

La petite blonde resta allongé sur le sol. Elle était frustrée de ne pas être assez forte pour pouvoir défendre les personnes qui en avait besoin. L'enfant qui se trouvait au coté de Léa était en pleur et se serra le plus possible contre le corps de la petite blonde tellement elle avait peur. La jeune femme assistait impuissante au mouvement de la petite fille. D'un coup, un bruit de bois se fit entendre. Léa ouvrit les yeux et remarqua un bâton de combat différent de celui qu'avait Alexandre posé juste à coté d'elle.

Sans chercher à comprendre elle le saisit d'un main droite et se releva en s'aidant de l'arme. Elle chancela durant l'ascension. Les trois hommes la regarda faire et riait de bon cœur tout en ce moquant. La petite blonde ne fit pas attention aux moquerie des bandit et une fois solide sur ses pieds, elle posa sa deuxième main sur l'objet et sans savoir pourquoi elle se mit en garde avec ses yeux remplit de détermination.

- Hé bien, je vois que l'on veut faire les gros dure. Dit l'un des hommes en rigolant.

Ne me sous estimez pas ! Gronda sèchement Léa avec un regard qui devenait de plus en plus noir. Je suis peut être qu'un femme avec peu d'expérience dans le domaine du combat, mais je sais me défendre. Continua t-elle en bleffant. « Il faut absolument que je gagne du temps jusqu'à l'arrivé d'Alexandre. » Se dit elle.

Les trois hommes se mirent tout autour de la jeune femme. Cette dernière était morte de peur et lutta de toute ses forces pour ne pas que les briguant le remarque. Elle regarda tour-à-tour les bandits et se demandait qui allait frapper en premier. C'est quand qu'elle tourna sa tête pour regarder l'homme qui se trouvait derrière elle qu'elle vit avec sa vision latéral le bandit de droite lancer son point en direction de son visage.

Sans comprendre pourquoi, le bâton se mit à bouger tout seul en entrainant les deux mains de Léa. Le mouvement de l'arme était si rapide qu'en une seconde l'extrémité proche de sa main droite frappa violemment le visage de l'homme qui vola à quelques mètres d'elle. Elle ne put contempler sa surprise plus longtemps qu'un deuxième ennemis se jeta sur elle. Par pur reflex, la petite blonde se retourna rapidement et une fois de plus le bâton se mit à bouger tout seul en envoyant un bon coup dans le ventre de l'homme suivit d'un lourd coup dans le visage lui brisant l'arcade. Le briguant s'effondra de tout son poids sonner. Le dernier se rua sur Léa de tout son corps. Encore une fois, elle esquiva un coup de poing qui lui arrivait en pleins visage par pure reflex et tout comme pour les deux autres, le bâton s'activa et en trois coup puissant l'homme s'écroula sur le sol. Un dans le ventre, et deux dans le visage avant de le faire valser contre le mur d'une maison.

Léa était estomaquée et dévisagea l'arme.

- Mais qu'est ce... Non ce n'est pas possible.

Elle fut coupée par les trois bandit qui s'étaient relevés avant de se jeter sur la jeune femme furieux avec leur visage en sang. Encore une fois le bâton s'activa et une lutte acharné commença. Des coups d'une extrême puissance frappa toute les partie du corps des hommes. Léa ne se rendit pas compte mais pendant le combat la force mystérieuse que détenait le bâton avait disparut depuis un petit et moment et qu'elle combattait elle même les ennemis. C'est au but d'une demi heure que le combat se finit enfin avec la petite blonde au centre des trois hommes étaler sur le sol inconscient. Elle était à bout de souffle et regarda tour-à-tour les briguant évanouis et d'un coup elle réalisa que la force de l'arme avait disparut.

Elle regarda sérieusement le bâton qu'elle détenait fermement dans les mains et son cœur se mit à battre fortement.

- Non c'est impossible. Dit-elle pour elle même.

- Qu'est ce qui est impossible ? Lui demanda une voix masculine derrière elle en la sortant prématurément de sa contemplation.

Elle tourna la tête surprise et vit Alexandre à coté d'elle. Ce dernier se plaça à coté d'elle avec un sourire joyeux sur les lèvres.

- Qu'est ce qu'il te fait sourire ? Demanda Léa sans comprendre.

- Oh rien juste ton combat avec ses trois loubard. Tu les as étalée en un rien de temps je ne savais pas que tu savais te battre. Lui dit le jeune homme fièrement.

La petite blonde n'eut pas le temps de répondre qu'une petite fille lui sauta dans les bras.

- Merci madame merci beaucoup ! Lui dit l'enfant en pleurant.

Léa se baissa pour être à la hauteur de la fillette et déposa une main sur la joue de cette dernière.

- Tu n'as pas à me remercie je suis vraiment contente que tu n'es rien.

La petite fille se jeta au cou de la jeune femme et pleura tout ce qu'elle pouvait tellement elle avait eu peur. Ses larmes étaient mélangées de peur et la joie d'être sauvée. Léa sentait son cœur se serrer devant les émotions de la petite fille. Elle tourna la tête et regarda Alexandre.

- Hé toi ton homme ?! Demanda-t-elle surprise de voir le jeune hommes avec quelque hématomes.

- Oh et bien il va dormir pendant un petit moment je pense. Répondit Alexandre en montrant du pouce le bandit allonger sur le sol derrière lui.

La petite blonde regarda derrière le jeune homme et vit que le briguant était hors combat chose qui la fit sourire. Elle sursauta quand elle entendit des applaudissement. Quand elle tourna la tête elle vit les villageois l'acclamer de se qu'elle avait fait. Une femme un peu plus âgé qu'elle arriva en courant et se jeta dans ses bras.

- Merci, merci mademoiselle ! Dit la femme en pleure. Vous avez sauvez ma petite fille.

La petite blonde était gênée de toute ses remerciement.

- Mais non ne me remercier pas j'ai rien fait de...

- Ne sois pas trop modeste Léa, je t'ai vu te battre contre ses bandit et franchement tu as été vraiment formidable. Lui dit Alexandre en lui posant une main sur son épaule.

Léa ne savait pas quoi faire, devait-elle parler de cette force mystérieuse du bâton ou devait-elle le garder pour elle. C'est le regard tendre et joyeux de la petite fille qui trancha. Elle préféra tout garder pour elle et y réfléchir sérieusement à cela plus tard. La mère de l'enfant invita Léa et Alexandre dans sa maison afin de les soigner et leur préparer quelques petits mets. Quelques habitants les accompagnèrent. Tous le petit monde partirent dans les profondeurs de la ville dans la joie et la bonne humeur. Léa s'arrêta net à un moment et se mit à regarder derrière elle.

- Qu'est ce qu'il t'arrive ? Demanda Alexandre inquiet. Un autre ennemis.

La petite blonde regarda de partout mais ne voyait rien.

- Non, j'ai du rêver.

- Oui surement aller. Finit le jeune homme en l'entrainant par les épaules dans le convois mener par la petite fille.

Léa ne dit rien mais était sur qu'elle était observée, elle tourna discrètement la tête tout en marchant et regarda dans les environs. « Quelqu'un m'observait j'en suis sur mais qui ? » Elle remit sa tête dans le sens de la marche et suivit sans rien dire.

( à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 25 Mar 2012 - 19:10

Ahhhhhh non je veux la suite s'il te plait

J'adore ta fic, j'aime beaucoup Nolan.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 25 Mar 2012 - 20:52

coucou sous une demande je vous poste pour ce soir le chapitre suivant.

CHAPITRE 6


Le soleil monta doucement dans le ciel ce matin là. Nolan était postée à la fenêtre de sa chambre et n'avait pas dormi de la nuit. Elle n'arrêtait pas de repenser aux phrases de Léa qui lui était entrées dans le cœur comme un bon coup de poignard. Elle revoyait sens cesse les yeux brulant remplit de larme de la jeune femme. Elle pensait qu'une fois la petite blonde parti, elle allait pouvoir redevenir ce qu'elle était mais vit que non. Un manque s'installa en elle sans qu'elle ne sache pourquoi. Elle ne put s'empêcher de se demander où était Léa, elle se demanda même pourquoi elle l'avait fait enfuir de ce château alors qu'elle aurait très bien put la laisser à son propre sort. Même pour ça, elle n'avait aucune réponse. Elle laissa son regard se perdre sur la forêt. Son cœur se serra quand le visage de la petite blonde apparut dans son esprit. Elle lutta pour ne pas y faire attention mais en fut incapable. C'est la faim qui la sortit de toute ses pensées. Elle descendit de sa chambre et alla dans la salle de restaurant où était Martine. Cette dernière qui la vit arriver eut une légère réticence à son approche. Elle n'osait pas lui parler de peur de se faire éjecter comme la veille. Elle fut surprise de voir la jeune femme s'assoir à une table sans dire un mot. Elle remarqua aussi qu'elle avait la tête baissée et le regard perdu.

N'écoutant pas ce que son cerveau lui disait, Martine alla auprès de la femme d'un pas lent et quand elle fut proche d'elle, elle s'assit à ses cotés en faisant bien attention de ne pas l'effrayer. Elle ne la quitta pas des yeux au cas où cette dernière monterai un signe malsain. Une fois assise, elle posa ses mains sur la table et la regarda sans rien dire. Nolan qui avait sentit la femme se mettre à ses cotés ne prit pas la peine de la regarder et tourna la tête en direction de la fenêtre et regarda l'extérieur.

- Retrouve la. Dit Martine gentiment.

Nolan ne répondit pas à cette phrase et regarda toujours à l'extérieur.

- Je ne sais pas ce qu'il c'est passer entre vous pour que vous en arriviez là mais, tu dois la retrouver. Insista l'aubergiste calmement.

- Hé pourquoi ferai je ça ? Demanda froidement la jeune femme.

- Parce que tu es triste sans elle.

À cette phrase Nolan se leva d'un bon et agrippa la gorge de l'aubergiste tout en la plaquant contre une poutre en bois qui était à leur coté.

- Je ne suis pas triste et je n'ai pas besoin d'elle.

Martine était terrifier car la prise était vraiment très puissante mais ne le montra pas.

- Alors pourquoi je t'ai entendu faire les cents pas cette nuit et que tu as des cernes ? Expliqua la femme déterminée.

- Je n'ai aucun sentiments envers qui que se soit ! Gronda méchamment la jeune femme.

- Alors pourquoi est tu partie sauvez tout ses gens ?! S'exclama Martine en sentant sa gorge se serrer.

À ses mots Nolan se figea et écarquilla les yeux en se souvenant de ce qu'elle avait fait. Quand elle avait cassé le bras de Léa, elle l'avait vu partir en direction de la ville sans bouger. Elle s'était mise à la suivre quand cette dernière était entrée dans les lieux. Elle s'était cachée derrière un mur de maison et avait vu le manège de son amie. Nolan avait particulièrement été impressionné du plant. elle ne lâcha pas du regard la petite blonde jusqu'au moment où cette dernière se fit prendre et jeter dans la dernière caravane. À ce moment là, la brune se détourna pour aller dans la forêt en se disant qu'elle l'avait chercher, mais quand elle vit le convoi partir son cœur se serra. Ne voulant rien admettre de ses sentiments, elle continua sa marche à l'endroit voulu. Quand son loup arriva, elle monta sur ce dernier et tout les deux allèrent dans les profondeur de la forêt. La nuit était tombée depuis longtemps quand ils c'étaient posés dans une clairière, le loup chassa de la nourriture et une fois prêt ils mangèrent en silence. Nolan avait beaucoup de mal à avaler la nourriture. Toute ses pensée allèrent vers la petite blonde. D'un coup, elle se leva en jetant son diner et regarda son animal. Ce dernier avait lever la tête devant l'action et Nolan sans rien dire monta sur le loup qui parti précipitamment à travers les arbres à la poursuite des caravane.

Quand l'anima l'avait rattrapé, il poussa sa course et la jeune femme sauta de son dos pour atterrir devant le convois quelque mètre plus loin. Elle ne put s'empêcher de tuer les hommes qui avait enlevé son amie. Elle se souvenait qu'après avoir fait sauter la porte de la deuxième caravane, elle avait été soulagée et qu'une grosse chaleur l'avait envahie quand elle avait revu son amie seine et sauve.

En sortant tout doucement de son souvenir, elle reposa l'aubergiste qui ne bougea pas d'un millimètre. Elle baissa la tête et se mit à regarder le sol. Quelque chose se serra au fond d'elle et encore une fois cela la dérangeait.

- Non je refuse ! Elle m'a jetée un sort où je ne sais quoi ! Gronda la jeune femme en levant la tête pour regarder Martine.

- Un sort ?! Demanda cette dernière un peu perdu.

- Oui mon cœur n'arrête pas de battre, je me sens un coup bien, un coup pas bien. Expliqua t-elle.

- Tu sais ce que c'est au fond de toi et ce n'est pas Léa qui t'a fait ça. Répondit l'aubergiste.

- Non je refuse d'avoir des sentiments c'est désagréable.

- C'est humain ma fille. C'est tout ce qu'il y a de plus normal chez un homme où une femme. Expliqua l'aubergiste attristé.

Oui et ben j'ai pas envie d'être humain ! S'écria Nolan avant de partir de la salle en trombe en se dirigeant dans sa chambre.

Arrivée à l'intérieur, elle s'allongea sur son lit et se mit à regarder au plafond. Elle était à bout de nerf, elle ne comprenait pas ce que tout le monde lui voulait avec les sentiments. Elle avait vécu depuis toujours sans et cela lui convenait parfaitement. Elle se plongea dans ses pensées et doucement, l'image de Léa lui vint en tête. Elle la revoyait en train de rire le premier jour de leur liberté et à sauter comme une folle sur le lit. Elle la revoyait également avec les yeux remplit de larmes. Toute ses images tourna lentement dans son esprit. Énervée de ceci elle se tourna violemment en se mettant sur le coté et ferma les yeux.

- Non je refuse de ressentir tout cela. Dit-elle avant de succomber au sommeil.

Léa après de longue heures de chevaucher, c'était réfugiée dans une ancienne étable ou demeurait encore de la paille. Tout ce qu'il lui fallu pour passer une nuit au chaud ainsi que de nourrir sa monture. Ce matin là, elle se réveilla vraiment mal. Tout son esprit était blessée. Elle s'était attachée à un être qui tuai sans aucun remord. Elle regrettait vraiment de l'avoir rencontrée et d'avoir eu pitié de Nolan. Elle se leva de son lit de fortune et regarda tout autour d'elle. Au loin, elle repéra un petit tonneau. Elle s'y approcha et fut extrêmement heureuse de voir qu'il y avait de l'eau à l'intérieur. Elle en profita pour se passer un coup sur la figure et une fois bien réveillée, elle se dirigea vers son cheval. Elle regarda bien si ce dernier était apte à bouger et constata que oui. Sans perdre de temps, elle monta sur l'animal et le dirigea vers les pleines. Deux heures plus tard elle arriva sur une colline qui était située à la frontière de la Thessalie et d'Épie. Elle s'aventura sur les pleines en regardant tout autour d'elle et en s'imprégnant de la nature sauvage que lui offrait cette compté.

Elle avança aux pat afin de ne pas trop fatiguer son cheval. Elle repéra au loin une ville qui était Grévana et s'y dirigea tranquillement. Arrivée à cette dernière, elle descendit de sa monture et entra dans les lieux à pieds en tenant l'animal par les reines. Elle marcha sans se presser et regarda tout les marchants qui étaient dans la rue principal à vendre de nombreux objet. Elle s'arrêta à plusieurs étalage et trouva beaucoup d'objet fascinant. Elle s'aventura un peu plus dans la ville et sur sa gauche elle repéra un marchant d'arme. Elle s'arrêta devant et commença à se poser des questions. Plus par curiosité qu'autre chose, elle s'y dirigea et attacha son cheval à l'emplacement prévu qui était posté juste devant la boutique puis entra. Elle fut accueillit chaleureusement par un homme d'une quarantaine d'année qui fut vraiment surprit de voir une femme aussi jeune dans les lieux.

- Bonjour mademoiselle, que puis je faire pour vous ? Demanda le marchant poliment.

Appréciant l'amabilité et la politesses de son hôte, Léa lui fit un grand sourire et le salua à son tour.

- Bonjour monsieur et bien je voudrais voir ce que vous avez en armes.

- C'est pour vous où votre conjoins ? Demanda l'homme.

- Non c'est pour, moi même si je ne sais pas trop comment utiliser ce genre de chose, mais j'aimerai avoir un truc qui me permet de me protéger.

- Oui bien sur alors suivez moi.

Le marchant entraina la jeune femme dans les étalage d'arme tranchant. Il lui fit la liste de ce qu'il avait. Couteaux, haches, poignards et épées, de toute sorte. Léa regarda tout ce qui était devant ses yeux et ne savait pas le quel choisir. Elle ne voulait pas tuer et encore moins se faire tuer. Elle savait que malheureusement que dans ce monde la violence était au plus haut. Alors elle mit un bon moment avant de ce décidé avant de prendre un poignard et un bâton de combat. Elle sortie de sa poche une petite bourse où des pièces si trouvait. Quand elle s'était couchée la veille, elle l'avait trouvée dans sa poche. Elle c'était demandée d'où cela pouvait venir car elle n'avait pas travaillée pour cela où même personne ne le lui avait donner. Elle c'était mise à réfléchir et c'est là qu'elle pensa à Nolan. De toute les personnes c'était la seul à être capable de prendre et ranger les choses sans que personne ne la remarque. Elle sentit son cœur se serrer quand elle regarda la bourse car elle sentit que au fond du démons qui était à la surface, Nolan avait un coeur.

Léa le regarda étrangement chose qui fait rire l'homme.

- Je dis ça car vous ne m'avez l'air pas faite pour le combat et encore moins capable de vous en servir.

- Je l'admet mais j'ai besoin de me protéger.

- Hé bien je vous présente quelqu'un qui pourra vous apprendre au moins les bases.

- Mais je n'ai pas assez d'argent pour vous payer.

- Ne vous inquiéter pas cela je le fais de bon cœur car ce serai dommage qu'une si jolie fille tombe entre les griffes de bandits. Finit le marchant.

Léa se mit à réfléchir à la proposition et se dit pourquoi pas. Elle accepta l'offre de l'homme qui l'emmena hors de sa boutique dans une petite maison. Il l'a fit entrer et la présenta à un jeune garçon qui n'était autre que son fils. Ce dernier était assez grand. Il faisait 1m80 et d'une carrure assez forte. Il avait les cheveux châtain avec des yeux noisettes. Les traits de son visage était tendre et un doux sourire l'accompagnait.

- Bien mademoiselle je vous présente mon fils, il s'appelle Alexandre quand à moi je suis Pascal. Dit l'homme en montrant le garçon.

- Bonjour je suis enchantée de vous connaître moi je suis Léa. Se présenta la petite blonde en serrant la main des deux hommes.

- Alex, cette jeune demoiselle voudrais apprendre l'art du combat ça te dérangerait de lui donner quelque court ? Demanda Pascal.

- Non ce serai un grand plaisir. Dit le jeune homme en se levant.

- Bien dans ce cas, je vous laisse, moi je retourne à la boutique. Dit le marchant en repartant. Oh faite ! Continua t-il en se retournant vers Léa. Il à vous le cheval brun ?

- Oui désolée je vais le ramener afin qu'il ne dérange pas. S'excusa la petite blonde.

- Oh non, non, il ne dérange pas mais ramenez le plutôt ici, nous avons une étable il sera mieux que en pleine rue. Dit Pascal en partant

- Oui merci. Finit la jeune femme.

Une fois les deux jeunes gens seule, ils partirent tout les deux afin d'aller prendre l'animal. Pendant la marche, Alex posa des question sur Léa afin d'apprendre à mieux la connaître. Elle répondait sincèrement sauf quand il s'agissait de l'endroit où elle venait. Pour ceci, elle n'en dit pas trop ni pas assez, suffisamment pour ne pas attirer la curiosité du garçon. Une fois la monture ramener auprès de l'habitacle, le jeune garçon emmena Léa derrière la grange et commença à lui donner quelque court de self défense. Il ne la faisait pas forcé voyant qu'elle était blessée au bras. La séance s'arrêta à la tomber de la nuit. Pascal revint de sa boutique, quelque temps après et proposa à la jeune femme de rester chez eux le temps que sa leçon ne fut pas terminée. Il n'avait sentit aucun danger venant de la petite blonde bien au contraire il la trouvait trop gentille et trop douce pour survivre dans ce monde pleins de danger de plus avec sa blessure il savait qu'elle était une proie facile pour les bandits.

Léa accepta avec politesse et fut vraiment ravis de voir que ses hôtes étaient vraiment aimable et gentil. Elle fut installée dans une des chambres d'ami. Après un bon repas, elle se coucha avec son corps remplit de courbature. Son bras blessé la faisait également souffrir. Elle ne leur avait rien dit sur la raison de sa blessure afin de ne pas avoir des réponse à donner à cela. Elle avait simplement prit sur elle et avait fait comme que ce n'était pas grave sans montrer un seul instant un signe de souffrance sur son visage. Elle fut extrêmement heureuse de s'allonger enfin. Son lit étant juste à coté de la fenêtre, elle avait la vue du ciel étoilé sous ses yeux avec la pleine lune brillant de tout son éclat. Doucement elle repensa à Nolan. Malgré ce qu'elle lui avait fait, elle ne pouvait pas s'empêcher d'avoir toute ses pensées pour elle. Son cœur se serra quand le visage de la jeune femme apparut dans son esprit. C'est ainsi qu'elle finit par s'endormir épuisé avec les bleus persan en pensées.

Nolan de son coté c'était elle aussi mise à regarder la lune assit sur le rebord de la fenêtre. elle ne comprit pas pourquoi elle n'était pas parti de la ville alors qu'elle se retrouvai enfin seule. elle laissa son regard se perdre devant l'astre nocturne et laissa ses pensée prendre le dessus. Un doux visage se forma dans son esprit. elle repensa encore une fois au chaste moment passé avec la jeune femme. Tout en repensant au rire, au sourire et à la tristesse que la petite blonde lui avait fait partager. Elle sentit en elle quelque chose d'inhabituel. Un manque. Elle ne savait pas d'où cela pouvait venir. Ne voulant pas descendre et demander à Martine, elle resta avec son mal être. Elle repensa aussi au moment où Léa fut partit. Elle se remémora toute la scène. Son cœur ce serra à ce moment là et pour la première fois, elle ne s'énerva pas. Sans savoir pourquoi, elle voulait garder cette chose qui était en elle. Nolan resta postée à la fenêtre qui laissa passé les rayon bleuâtre de l'astre nocturne. Elle se força malgré tout à ne pas pensé à la petite blonde, mais échoua.

Quoi qu'elle put faire, le visage de Léa la hantais, surtout quand les doux émeraudes étaient remplis de larmes au moment où elle voulait la tuer. Depuis qu'elle avait posé ses yeux sur cette jeune femme, elle fut incapable de la tuer. Elle commença même a ressentir du remord par rapport au moment où elle avait brisé le bras de Léa ainsi qu'à l'action qui c'était produit dans l'auberge la veille. Elle ne comprenait pas pourquoi elle ressentait tout ceci. Elle regarda la lune tristement. Nolan serra sa main sur sa poitrine là où était l'emplacement de son cœur et serra fortement les dents. Elle commença vraiment à sentir un mal être se former en elle ainsi qu'un gros vide. Pour la toute première fois depuis sa rencontre avec la petite blonde et la découverte des sentiments, elle ne fit rien pour les faire partir. Ce qui l'étonna encore plus, c'est qu'elle ne ressentait ni haine ni énervement. Sa gorge se serra et ses lèvres se mirent à trembler. Un hurlement de loup se mit à retentir d'un coup dans la forêt qui entourait la ville chose qui la fit sursauter. Sans attendre, elle prit ses affaires et sortit de sa chambre. Quand elle arriva en bas des escaliers, elle se retrouva nez-à-nez avec Martine qui la regarda avec un doux sourire.

- Tu commence à devenir humain. Dit elle sans rien rajouter de plus.

Nolan ne dit rien et passa à côté de la femme sans un regard et sortit. elle laissa un léger sourire sortir sans que l'aubergiste ne le voit et partit en courant en direction de la forêt. Martine c'était mise au seuil de la porte et regarda sa petite protéger partir disparaître dans les pénombres.

- Va la retrouver ma fille. Dit elle pour elle même en laissant la douce brise emporter ses paroles dans la direction de la jeune femme.

Nolan continua sa course pour se retrouver au milieu de la forêt. Elle s'arrêta en restant debout tout en regardant devant elle. Soudain, un bruit venant de sa droite se fit entendre mais la jeune femme ne fit aucun geste, car elle reconnaissait le son des pas. Quand la chose fut à ses cotés cachée derrière un buisson, la jeune femme ferma les yeux et prit une grande inspiration.

- Emmène moi jusqu'à elle. Dit-elle sans regarder la présence.

Hé d'un bond, elle sauta dans les aires et fut posée sur le dos du loups qui avait également sauté dans les aire au même moment. L'animal prit alors la direction du nord-ouest en emmenant son amie sur son dos avec l'astre lunaire les accompagnant dans leur chevauché sauvage à travers les arbres.

Léa se réveilla doucement entourée par les premiers rayons chaud du soleil qui passèrent à travers les vitres de la chambre. Elle se redressa lentement et regarda par la fenêtre afin d'admirer l'astre monter dans le ciel azur. Elle laissa son regard se perdre dans la lumière non violente. Doucement le visage de Nolan se matérialisa dans son esprit et une douce larme chaude roula sur sa joue. Malgré ce qu'elle lui avait fait ainsi que la peur qu'elle ressentait à l'égard de la jeune femme, elle commença à ressentir du remord d'être parti de la sorte, mais sa peur lui interdisait d'y retourner. C'est un bruit venant de l'extérieur de la chambre qui la sortie de ses pensées. Sans attendre, elle quitta son lit et s'habilla. C'est quand elle prit le tissu qui lui servait de support pour son bras blessé, que son cœur se serra.

- Pourquoi ? Pourquoi ne puis je pas la haïr ? Ce dit elle un peu frustrée.

Sans rien dire de plus, elle finit d'attacher le tissu en le mettant comme une écharpe et posa son bras dessus, ensuite elle sortie de la chambre pour aller dans la pièce qui servait de cuisine et de pièce principal. Une fois arrivée, elle fut accueillit chaleureusement par Alexandre et son père qui ce dernier finissait de se préparer afin d'aller à sa boutique pour l'ouverture. Une fois Pascal partit, Alexandre resta seul avec la jeune femme et tout deux prirent le petit jeuner ensemble. Quand le repas fut finit et que toutes la vaisselle et affaires fut lavées et rangées, Alexandre emmena Léa chez le médecin afin qu'il puisse examiné bien attentivement la blessure du bras de la petite blonde.

L'osculation dura une heure et les deux nouveaux amis avaient prit le chemin du retour. Le médecin fut extrêmement abasourdit de constater que l'os c'était pratiquement ressoudé. Léa elle aussi surprise, se souvenait du jour où Nolan l'avait sauver des marchant d'esclave car c'était également le même jour ou la jeune femme lui avait fait sa blessure. Elle se souvenait que la femme lui avait fait craquer une nouvelle fois le bras et lui avait également fait boire une boisson assez amer pendant le chemin du retour. Elle sursauta à cette pensée et comprit immédiatement que le craquement avait été pour but de lui faire remettre l'os en place et que la boisson était en quelque sorte une potion de guérison. Elle remarque aussi que pendant tout l'osculation du médecin elle ressentait à peine la douleur. Est ce de la magie ou autre chose ? Néanmoins, elle savait que Nolan l'avait soigné ce jour là. C'est Alexandre qui la sortie de ses pensées.

- Alors maintenant que tu es quasiment guérit et que c'est moins grave que nous le pension, tu vas pouvoir commencer sérieusement à t'entrainer.

Avant que Léa puisse répondre, un cris féminin venant de devant eux se fit entendre. La petite blonde porta son attention dans la direction du son et remarqua quatre briguant malmener une petite fille d'une dizaine d'années. Sans réfléchir, la jeune femme se rua sur les bandit et donna un gros coup d'épaules dans le dos du bandit qui était en face d'elle. Cette action eu pour effet de faire détourner l'attention des malfrats sur elle.

- Hé bien ma mignonne, on veut s'amuser aussi ? Dit l'un des hommes qui avait l'air d'être le chef.

- Oui j'aimerai beaucoup me joindre à vous. Dit une voix venant de derrière Léa. Cette dernière sursauta et se souvenait qu'elle avait complètement oublier son accompagnateur.

Alexandre se mit aux côtés de la petite blonde avec un bâton de combat entre les mains.

- Lâchez cette petite fille ! Ordonna le jeune homme d'un ton menaçant.

- Oh, hé tu crois que nous allons t'obéir. Dit l'homme en rigolant.

Il n'eut pas le temps de s'extasier plus qu'il se prit un gros coup de bâton dans la figure. Il tomba lourdement sur le sol sous l'effet de la surprise.

- Attend tu vas voir ! Dit-il en se relevant tout en essuyant le filet de sans qui coulait de sa bouche.

Une fois remis sur pieds, le briguant se jeta sur Alexandre et un combat acharné commença. Léa profita que les trois autres hommes soit assez occupés à regarder leur chef se battre pour prendre la petite fille par la main en l'entrainant le plus loin possible. Entre les coups donné et reçu, le chef de la bande remarqua le manège de la petite blonde et ordonna à ses hommes d'aller récupérer l'enfant ainsi que la jeune femme sous les yeux impuissant d'Alexandre qui avait beaucoup de mal à se débarrasser de son adversaire.

Léa courut aussi vite qu'elle le pouvait, mais elle remarqua que les trois hommes étaient parti à sa poursuite et la rattrapait rapidement. Au moment où elle tourner dans une petite ruelle, la petite fille trébucha et tomba lourdement sur le sol. La petite blonde fit un rapide volt face pour récupérer l'enfant mais vit que cette dernière c'était écorcher le genoux. Elle n'eut pas le temps de la prendre dans ses bras qu'elle se fit encerclé par les trois hommes qui étaient assez nerveux et avant qu'elle ne comprenne ce qui lui arrivait, elle se prit un puissant coup de poing dans la figure chose qui la fit voler à quelques mètre.

Léa se releva avec difficulté, quand elle fut à peine remise sur ses pied, un deuxième coup de pieds cette fois ci atterrit dans son ventre avec force et elle s'étala sur le sol de tout son corps le visage contre le sol. Elle se retenait de toute ses force de ne pas laisser ses larmes de douleur de sortir. Malgré ses yeux fermer, elle sentit les trois hommes l'entourer.

- Alors on veut jouer les héroïnes ?! Demanda l'un des hommes.

- Tu aurai mieux fait de rester dans ton coin cela t'aurai évitée des ennuis. Dit un autre.

La petite blonde resta allongé sur le sol. Elle était frustrée de ne pas être assez forte pour pouvoir défendre les personnes qui en avait besoin. L'enfant qui se trouvait au coté de Léa était en pleur et se serra le plus possible contre le corps de la petite blonde tellement elle avait peur. La jeune femme assistait impuissante au mouvement de la petite fille. D'un coup, un bruit de bois se fit entendre. Léa ouvrit les yeux et remarqua un bâton de combat différent de celui qu'avait Alexandre posé juste à coté d'elle.

Sans chercher à comprendre elle le saisit d'un main droite et se releva en s'aidant de l'arme. Elle chancela durant l'ascension. Les trois hommes la regarda faire et riait de bon cœur tout en ce moquant. La petite blonde ne fit pas attention aux moquerie des bandit et une fois solide sur ses pieds, elle posa sa deuxième main sur l'objet et sans savoir pourquoi elle se mit en garde avec ses yeux remplit de détermination.

- Hé bien, je vois que l'on veut faire les gros dure. Dit l'un des hommes en rigolant.

Ne me sous estimez pas ! Gronda sèchement Léa avec un regard qui devenait de plus en plus noir. Je suis peut être qu'un femme avec peu d'expérience dans le domaine du combat, mais je sais me défendre. Continua t-elle en bleffant. « Il faut absolument que je gagne du temps jusqu'à l'arrivé d'Alexandre. » Se dit elle.

Les trois hommes se mirent tout autour de la jeune femme. Cette dernière était morte de peur et lutta de toute ses forces pour ne pas que les briguant le remarque. Elle regarda tour-à-tour les bandits et se demandait qui allait frapper en premier. C'est quand qu'elle tourna sa tête pour regarder l'homme qui se trouvait derrière elle qu'elle vit avec sa vision latéral le bandit de droite lancer son point en direction de son visage.

Sans comprendre pourquoi, le bâton se mit à bouger tout seul en entrainant les deux mains de Léa. Le mouvement de l'arme était si rapide qu'en une seconde l'extrémité proche de sa main droite frappa violemment le visage de l'homme qui vola à quelques mètres d'elle. Elle ne put contempler sa surprise plus longtemps qu'un deuxième ennemis se jeta sur elle. Par pur reflex, la petite blonde se retourna rapidement et une fois de plus le bâton se mit à bouger tout seul en envoyant un bon coup dans le ventre de l'homme suivit d'un lourd coup dans le visage lui brisant l'arcade. Le briguant s'effondra de tout son poids sonner. Le dernier se rua sur Léa de tout son corps. Encore une fois, elle esquiva un coup de poing qui lui arrivait en pleins visage par pure reflex et tout comme pour les deux autres, le bâton s'activa et en trois coup puissant l'homme s'écroula sur le sol. Un dans le ventre, et deux dans le visage avant de le faire valser contre le mur d'une maison.

Léa était estomaquée et dévisagea l'arme.

- Mais qu'est ce... Non ce n'est pas possible.

Elle fut coupée par les trois bandit qui s'étaient relevés avant de se jeter sur la jeune femme furieux avec leur visage en sang. Encore une fois le bâton s'activa et une lutte acharné commença. Des coups d'une extrême puissance frappa toute les partie du corps des hommes. Léa ne se rendit pas compte mais pendant le combat la force mystérieuse que détenait le bâton avait disparut depuis un petit et moment et qu'elle combattait elle même les ennemis. C'est au but d'une demi heure que le combat se finit enfin avec la petite blonde au centre des trois hommes étaler sur le sol inconscient. Elle était à bout de souffle et regarda tour-à-tour les briguant évanouis et d'un coup elle réalisa que la force de l'arme avait disparut.

Elle regarda sérieusement le bâton qu'elle détenait fermement dans les mains et son cœur se mit à battre fortement.

- Non c'est impossible. Dit-elle pour elle même.

- Qu'est ce qui est impossible ? Lui demanda une voix masculine derrière elle en la sortant prématurément de sa contemplation.

Elle tourna la tête surprise et vit Alexandre à coté d'elle. Ce dernier se plaça à coté d'elle avec un sourire joyeux sur les lèvres.

- Qu'est ce qu'il te fait sourire ? Demanda Léa sans comprendre.

- Oh rien juste ton combat avec ses trois loubard. Tu les as étalée en un rien de temps je ne savais pas que tu savais te battre. Lui dit le jeune homme fièrement.

La petite blonde n'eut pas le temps de répondre qu'une petite fille lui sauta dans les bras.

- Merci madame merci beaucoup ! Lui dit l'enfant en pleurant.

Léa se baissa pour être à la hauteur de la fillette et déposa une main sur la joue de cette dernière.

- Tu n'as pas à me remercie je suis vraiment contente que tu n'es rien.

La petite fille se jeta au cou de la jeune femme et pleura tout ce qu'elle pouvait tellement elle avait eu peur. Ses larmes étaient mélangées de peur et la joie d'être sauvée. Léa sentait son cœur se serrer devant les émotions de la petite fille. Elle tourna la tête et regarda Alexandre.

- Hé toi ton homme ?! Demanda-t-elle surprise de voir le jeune hommes avec quelque hématomes.

- Oh et bien il va dormir pendant un petit moment je pense. Répondit Alexandre en montrant du pouce le bandit allonger sur le sol derrière lui.

La petite blonde regarda derrière le jeune homme et vit que le briguant était hors combat chose qui la fit sourire. Elle sursauta quand elle entendit des applaudissement. Quand elle tourna la tête elle vit les villageois l'acclamer de se qu'elle avait fait. Une femme un peu plus âgé qu'elle arriva en courant et se jeta dans ses bras.

- Merci, merci mademoiselle ! Dit la femme en pleure. Vous avez sauvez ma petite fille.

La petite blonde était gênée de toute ses remerciement.

- Mais non ne me remercier pas j'ai rien fait de...

- Ne sois pas trop modeste Léa, je t'ai vu te battre contre ses bandit et franchement tu as été vraiment formidable. Lui dit Alexandre en lui posant une main sur son épaule.

Léa ne savait pas quoi faire, devait-elle parler de cette force mystérieuse du bâton ou devait-elle le garder pour elle. C'est le regard tendre et joyeux de la petite fille qui trancha. Elle préféra tout garder pour elle et y réfléchir sérieusement à cela plus tard. La mère de l'enfant invita Léa et Alexandre dans sa maison afin de les soigner et leur préparer quelques petits mets. Quelques habitants les accompagnèrent. Tous le petit monde partirent dans les profondeurs de la ville dans la joie et la bonne humeur. Léa s'arrêta net à un moment et se mit à regarder derrière elle.

- Qu'est ce qu'il t'arrive ? Demanda Alexandre inquiet. Un autre ennemis.

La petite blonde regarda de partout mais ne voyait rien.

- Non, j'ai du rêver.

- Oui surement aller. Finit le jeune homme en l'entrainant par les épaules dans le convois mener par la petite fille.

Léa ne dit rien mais était sur qu'elle était observée, elle tourna discrètement la tête tout en marchant et regarda dans les environs. « Quelqu'un m'observait j'en suis sur mais qui ? » Elle remit sa tête dans le sens de la marche et suivit sans rien dire.

( à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 22 Avr 2012 - 12:47

CHAPITRE 7

Plusieurs jours passèrent depuis l'incident avec la petite fille et les briguant. Le bras de Léa était complètement guérir et elle s'entrainait matin, midi et soir. Alexandre était vraiment très impressionné de la vitesse à laquelle la petite blonde apprenait. Il savait qu'au stade où elle en était, elle pouvait se défendre contre des petits bandits. Il était également un peu frustré, car depuis son combat contre les trois hommes, Léa n'avait pas voulut parler de ce combat. Elle l'ignorait totalement et cela l'ennuyait beaucoup parce qu'il voulait comprendre d'où venait la force qu'elle avait détenue ce jour-là. Car pendant tout l'apprentissage, il n'avait pas ressentit cette fameuse force. C'était une simple débutante avec peu d'énergie. Il ne pouvait pas faire comme ci que ce qu'il s'était passé n'était rien car il l'avait vue se battre du début à la fin. Il voudrait vraiment comprendre ce qu'il s'était passé ce jour-là mais avec une petite blonde muette cela était assez difficile.

Le soleil était haut dans le ciel et il faisait tellement chaud qu'Alexandre décida d'arrêter l'entrainement pour aujourd'hui. Étant en pleins milieux de l'été, les chaleurs insoutenables de la journée ne leurs permirent pas de s'entrainer. Car ils auraient été rapidement déshydraté alors le jeune homme instaura les séances d'entrainement tôt le matin avant les grosses chaleurs.

La petite blonde soulagée que l'entrainement se finisse enfin, prit son cheval et parti seul dans le petit bois qui était à côté de la ville. Alexandre lui avait proposé de l'accompagner mais elle avait refusé gentiment car elle voulait rester seule. Après une demi-heure de marche, elle s'arrêta dans une petite crique qui était entourée d'arbres et de végétations surplombée par un grand lac brillant sous l'éclat du soleil. Elle enleva la selle ainsi que la bride du cheval afin que ce dernier puisse se dégourdir les jambes. Elle fut ravie de constater que l'animal resta dans les alentours. Depuis leur fuite de la ville de Martine, Léa passa beaucoup de temps avec l'étalon et petit à petit une grande amitié se forma.

La petite blonde étant en nage profita du lac pour aller se baigner afin de se rafraichir. Elle resta longtemps à l'intérieur et une fois bien détendu, elle sortit de l'eau et remit ses habilles de cuire qu'elle avait lavé. Elle fut heureuse de voir que le soleil les avaient fait rapidement sécher. Elle se rhabilla aussitôt et s'assit sur le sol, adossée à un arbre qui était en face du lac. Elle laissa son regard se perdre sur l'eau quand son estomac réclama son dût. Elle tourna la tête et vit que son sac était trop loin pour qu'elle puisse l'attraper uniquement sans bouger. Déçu, elle se leva et une fois à coté de ce qu'elle convoitait, ses yeux tombèrent sur le bâton de combat qu'elle avait utilisé pour combattre les trois ennemis. Elle le prit dans ses mains et le regarda.

Depuis ce fameux jour, elle ne put se débarrasser de cette arme. Pourquoi elle n'en savait rien, tout ce qu'elle savait c'est que la force qui l'avait possédé ne lui était pas inconnu. Pour elle c'était impossible que ce soit Nolan qui aurait pu faire ça surtout pas après ce qu'il s'était passé en eux deux. D'un coup elle sentit quelque chose l'observer. Elle se mit immédiatement debout avec l'arme dans ses mains. Elle tourna la tête dans toutes les directions afin de chercher d'où la chose qui la regardait pouvait venir. Malheureusement elle ne vit rien. Elle se sentait vraiment nerveuse car la pression posée sur elle était vraiment intense, jamais elle n'avait ressentie ceci depuis le jour de son combat. C'était exactement la même sensation que ce jour-là.

La personne, l'animal où l'autre chose qui la regardait, ne faisait pas un pas en restant toujours à la même distance et cela ennuyait beaucoup la jeune femme qui ne savait pas si c'était un ami ou un ennemi. Ne voulant pas en savoir plus, elle rappela son cheval qui arriva immédiatement. Elle le sella et au moment où elle allait monter dessus, elle entendit un gros bruit venant d'un buisson poster à sa gauche. Sans attendre, elle reprit le bâton de combat qu'elle avait posé et se plaqua contre le cheval en position de défense. Elle pouvait bien voir les feuillages bouger. La tension était à son comble. Si c'était un ennemi puissant elle savait qu'elle n'avait aucune chance.

- Qui est là ?! Osa-t-elle demander.

Aucune réponse ne lui parvint seule une silhouette sortit des feuillages, Léa sentit son cœur battre fort dans sa poitrine, mais elle se calma quand elle vit un homme d'une cinquantaine d'année recouvert de blessures se poser devant elle. Ce dernier leva doucement une main et avant qu'il ne puisse dire quoi que ce soit, il s'effondra sur le sol. Léa se jeta immédiatement sur l'homme et le prit dans ses bras. Elle ressentit de la peine pour lui en voyant toutes les blessures faites par des épées et qui recouvraient pratiquement la totalité de son corps. La petite blonde sentit son cœur se serrer quand elle se rendit compte que le blessé allait mourir.

- S...sauvez ma... ma fe...femme et...et ma... ma fille. Bredouilla-t-il.

- Qu'est ce qu'il vous est arrivé. Demanda peiné Léa.

- Ils m'ont pris ce que j'avais de plus cher et j'ai pas put les sauver. Réussit à dire l'homme d'un trait.

- Qui il ? Demanda la petite blonde.

- Mal Malandros. C'e...c'est le plu...plus pui...puissant du...du pays, faite at...attention à...à vous. Il...il a pr...prit ma...ma fe...femme et...et m...ma fi...fille po...pour en...en faire d...des es...esclaves et il...

L'homme ne put finir sa phrase tellement la douleur était intense mais Léa comprit ce qu'il s'était passé.

- Fa...faite at...attention, le...le cha...château es...est gar...gardé par...par u...une cen...centaine de...de gardes.

- Où est ce château ? Demanda la jeune femme le cœur gros.

- Su...sur l...la co...colline à u...une jour...journée de...de cheval d' i...d'ici. S'il...s'il vo...vous pla...plais, sau...sauvez ma fe...femme et mo...mon enfant... Dit-il dans son dernier souffle avant de s'effondrer mort dans les bras de la petite blonde.

La jeune femme regarda le visage douloureux de l'homme. Elle se demandait pourquoi elle lui avait posé autant de question. Elle leva sa tête et regarda l'eau.

- Qu'est ce que je peux faire, je sais à peine me défendre peut être qu'Alexandre...

Elle baissa la tête et posa les yeux sur le corps inerte qu'elle avait encore dans ses bras. Ce qu'elle vit lui serra franchement le cœur. Une larme roula sur la joue du corps sans vie. Sans rien dire de plus, elle prit pleins de bois et entoura l'homme de ceci puis, elle alluma le bucher de fortune qu'elle avait fait et se perdit dans ses pensées. Depuis qu'elle était enlevée de ses parents et faite esclave, elle avait toujours rêvée d'une autre vie où elle était forte en aidant les gens. Ce que l'homme lui avait dit l'avait touchée. « Le château est à une journée de cheval d'ici. » Pensa-t-elle. Elle se détourna du bucher qui brulait et se dirigea vers l'animal qui l'attendait. Arrivée à lui, elle monta dessus. Elle regarda intensément le bucher et d'un coup, elle attrapa les reine et lança le cheval à pleine vitesse hors du domaine de la ville. Au moment où elle fit galoper l'animal, elle ne vit pas une silhouette tapis dans l'ombre des arbres et se mettre à sa poursuite.

Léa traversa plusieurs bois, pleines et collines. Elle c'était arrêtée dans une ville afin de prendre de quoi manger ainsi que se reposer et repartit sur sa route. Cela faisait pratiquement plus d'une demi journée qu'elle chevaucha à travers le paysage sauvage. Le soleil était haut dans le ciel quand elle aperçut au loin son objectif. Elle entra dans une forêt qui était un peu à l'écart du château. Elle descendit de cheval et demanda à ce dernier de rester en retrait chose qu'il fait sans attendre. Pour plus de sécurité, elle monta dans un arbre en choisissant celui qui était assez haut afin d'avoir ca cible bien en vue.

Elle s'installa sur une branche assez grosse et sillonna les alentours. Elle vit que le château était protégé par des remparts haut de plus de cinq mètres, ses derniers étaient surveillés par plusieurs gardes fixe et mobile ensuite, elle regarda à l'intérieur et repéra quatre gardes à l'entrée principale. Un dans une grosse tour et trois autres qui étaient mobile.

- Bon sang dans quoi je me suis embarquée. Encore une fois elle avait agi sans réfléchir en suivant que son cœur. Les supplices de l'homme l'avait tellement pénétrée qu'elle ne pouvait aller à contre sens de ce que lui avait dit son cœur aux mots de cette pauvre victime. Mais au fond d'elle, elle voulait le faire même si c'était dangereux et qu'elle avait peu de change de rester en vie mais, elle avait depuis toute petite, une soif d'aventure que même ses parents devait faire attention pour ne pas qu'elle se blesse. En y réfléchissant attentivement, elle se rendit compte que c'était une des raisons qui la poussé à suivre Nolan en plus de sa liberté.

La jeune femme resta longtemps dans son arbre et attendit la tombée de la nuit pour agir. Durant toute la journée, elle essaya de repérer l'endroit où les esclaves étaient posés mais, elle ne vit rien et comprit que tout était à l'intérieur du château et qu'elle n'avait pas le choix d'y entrer pour les libérer. La nuit arriva enfin et au grand bonheur de Léa la lune n'était pas de la partie ce soir là. Doucement elle descendit de son perchoir et se dirigea dans le plus grand silence en direction du château. Elle était à quelques mètres des lieux quand elle s'arrêta cacher derrière un buisson. Grâce à ses habille qui étaient noir, elle pouvait facilement se camoufler dans les pénombres. Elle ne remarqua pas l'ombre qui la suivait à quelque mètres d'elle et qui c'était également cachée derrière un buisson.

La jeune femme regarda attentivement les alentours et s'aperçut que l'entrée du château était vraiment trop bien gardée. Elle regarda de partout par où elle pouvait entrer et voyait que cela serait vraiment compliqué. En plus avec la nuit noir et les gros nuages obscurs qui arrivait cela assombrissait encore plus et diminuait la vision. Seul quelques torche était allumée au porte des remparts. Elle laissa ses yeux voguer et elle repéra quelque chose de brillant au loin qui touchait le mur du rempart. Elle se concentra dessus et vit avec surprise que c'était de l'eau. « Avec un peu de chance cela passerait sous les remparts. » Se dit-elle. Elle s'aperçut que l'endroit n'était pas surveillée et ne voyant pas d'autre endroit où aller, elle se dirigea sans plus attendre avec toutes les précautions du monde vers l'endroit convoité. Elle y arriva sans difficulté et comme elle l'espérait, l'eau passa effectivement sous les murs. Elle pouvait y voir de la lumière à travers. Elle entra avec douceur à l'intérieur, une fois son corps entier dans l'eau, elle laissa sa tête plonger en prenant une grande inspiration. Malgré l'obscurité et son regard flou, elle put voir la lumière des torches et les suivit. Elle arriva de l'autre côté sans encombre et sortit immédiatement de l'eau en se cachant derrière un buisson en faisant bien attention de regarder autour d'elle afin de ne pas avoir été vu.

L'ombre noir qui l'avait suivie prit le même chemin qu'elle et se laissa glisser dans l'eau et rejoignit l'autre coté mais resta dans l'eau tout en laissant uniquement ses yeux apparaître afin de pouvoir voir ce qu'il se passait et de là où elle était, elle pouvait avoir la petite blonde dans son champ de vision.

Léa avança un peu plus quand le garde le plus proche se tourna pour marcher en direction du château. Ce dernier faisait des aller et retour entre le bâtiment et les remparts pour scruter le secteur Est de la partie du jardin. La petite blonde faisait bien attention de le suivre sans faire un geste brusque. Au moment où ce dernier allait se retourner pour faire machine arrière, elle se planqua dans un gros buisson sans un bruit et attendit qu'il passe afin de pouvoir continuer son avancée pour aller derrière le château. Quand elle obtint ce qu'elle voulait tout en faisant attention de ne pas se faire repérer, elle courut aussi vite qu'elle le pouvait derrière le château. Arrivée à son objectif elle fut extrêmement surprise de voir qu'aucun garde n'était présent. Elle regarda tout autour d'elle et ne vit rien. Aucun entrée possible elle fut déçu de voir que la seule façon de pénétrer dans le château c'est par la grande porte.

Elle allait faire demi tour quand ses yeux tombèrent sur une fenêtre d'ouverte au deuxième étage. Elle se mit à réfléchir et prit sa décision. Elle inspira profondément et commença à escalader la façade arrière du château. Ce dernier étant fait avec de grosse pierre, la jeune femme se servait des jointures vide pour l'ascension. L'ombre noir qui continuait à la suivre c'était blotti contre le mur du château en faisant bien attention a ne pas être vu par la petite blonde et la regarda faire.

Arrivée à la fenêtre, Léa entra sans difficultés et se retrouva dans une chambre. Elle traversa la pièce à l'aveugle, elle était proche du lit et d'une table. Au moment où elle passa à coté de cette dernière, son pied se raccrocha au pied et le vase qui se situait sur la table tomba au sol. Cette action eut pour effet de réveiller en sursaut l'occupant de la chambre. Ce dernier alluma immédiatement sa lampe à pétrole et la dirigea vers Léa qui se fit découvrir.

Cette dernière par peur attrapa son bâton qui était accroché dans son dos et donna un puissant coup dans le visage du malheureux qui tomba sonné couché dans son lit.

- Je suis désolée. Dit la petite blonde gênée.

Elle prit immédiatement la lampe qui était tombée au sol avant qu'elle mette le feu et la plaça sur la table de chevet en l'éteignant. Elle attendit un petit moment et constata avec bonheur que ce petit incident n'avait éveillé la méfiance de personne. Sans attendre plus longtemps, elle se dirigea vers la sortie, ouvrit la porte et vit que personnes n'était dans le couloir alors, elle sortit rapidement des lieux en fermant bien la porte derrière elle et se dirigea avec la plus grande discrétion vers les escaliers.

L'ombre noir qui la suivit depuis le début, arriva aussi dans la chambre de la personne, elle trébucha également mais sur le vase qui était tombé sur le sol. Encore une fois ceci réveilla l'occupant qui pour la seconde fois alluma la lampe et la dirigea vers la personne, mais elle n'eut pas le temps de voir qui c'est qu'elle se reçoit un gros coup de point dans la figure et se retrouve une deuxième fois assommée dans son lit. L'ombre fit la même chose que la petite blonde en attrapant la lampe pour ne pas qu'elle brule tout et l'éteignit avant de prendre le chemin qu'avait emprunté Léa. Elle resta au seuil de la porte qu'elle avait entre-ouverte et regarda la jeune femme qui était plaquée contre le mur dans les pénombres du château et attendit.

Léa arriva doucement prêt des escaliers qui la conduira au deuxième étages. Avant de s'y lancer, elle regarda de partout pour voir si personne ne l'avait repéré mais fut soulagée que non. Doucement elle entama la descente dans le long escalier sombre. Elle avança marche par marche, dans la position d'un crabe afin d'avoir toutes les issues dans son champ de mire. Elle arriva au deuxième étage et vit que personnes n'étaient présent alors elle s'engagea pour le premier étage. Sa descente se fit dans la même position. Elle fut de plus en plus nerveuse, car elle trouvait vraiment cela étrange qu'elle n'ait vu personne et que le château soit si mal gardé.

Quand elle arriva au premier étage, malheureusement elle se trouva nez à nez avec deux gardes qui arrivèrent pour faire leur ronde dans les étages. Sans attendre ces derniers se lança sur la petite blonde qui mit en pratique ce qu'elle avait appris par Alexandre. Les deux soldats qui avaient sortie leur épées essaya de donner des coups aux points vitaux de la jeune femme mais cette dernière réussit à parer tous les coups donner avec son bâton qu'elle tenait fermement dans ses mains. Pendant son entrainement elle avait également apprit à être agile et vive. Elle réussit plus d'une fois à échapper à la dernière minute des coups mortelle.

Mais malheureusement pour elle, le bruit du combat alerta les autres gardes qui se ruèrent dans la bagarre. Ils étaient cinq contre la jeune femme. Elle avait beau savoir se défendre, elle n'était pas assez expérimentée pour pouvoir les affronter tous. Malgré ce qu'elle avait appris et même avec deux gardes, elle n'arrivait pas à les toucher. Elle se maudissait d'avoir été si imprudente et de ne pas avoir écouté sa raison. Un des soldats brandit son arme et l'abattu sur la jeune femme qui réussit, à éviter un coup mortelle mais ne put malheureusement pas empêcher la lame lui entailler son épaule nue.

Chose qui la déstabilisa. L'un des gardes profita de cette action pour donner un bon coup de poing dans le visage de Léa qui s'étala contre la rambarde de l'escalier et tomba au sol. Un autre homme lança alors son épée pour la tuer. La petite blonde vit l'arme s'abattre sur elle et savait qu'elle n'avait pas le temps de l'arrêter. Elle ferma les yeux alors en acceptant la fin. « J'aurai essayé. » Se dit elle. Mais d'un coup, un bruit de bois et un cris d'homme se fit entendre. Cette action fit ouvrir les yeux de Léa qui vit une silhouette noir juste devant elle en la protégeant de son corps avec le garde qui voulait la tuer coucher sur le sol en se tenant le visage.

- Qu'est ce que tu attends ! Attrape ton arme et viens m'aider. Dit une voix familière.

- Nolan ! Dit Léa surprise.

- On verra cela plus tard, à nous deux cela sera faisable de se débarrasser d'eux et de continuer. Dit la jeune femme brune sans se retourner.

La petite blonde était totalement sous le choc, elle sentit une puissante chaleur l'envahir et une détermination à tout épreuve prendre le dessus. Sans attendre plus, elle saisit son bâton et se mit rapidement debout en se mettant au coté de son amie, avant de se mettre dos à elle à cause des gardes qui les entouraient. Les soldats se ruèrent tous sur les deux amies et dans un bel ensemble ses dernières ripostaient avec agilité, en donnant des coups de bâton dans toutes les parties du corps. En les envoyant valser à plusieurs reprise. Deux gardes combattaient Nolan qui para avec facilité les attaques des épées. Léa n'était pas en reste non plus et arrivait pour la première fois à contrer les attaques tout en les touchants. La présence de la jeune femme lui a suffi pour lui permettre d'avoir confiance. Les deux amies réussirent à malmener les cinq soldats qui étaient vraiment très surprit de se faire déjouer aussi facilement par des jeunes femmes.

Nolan tellement occupée par ses deux adversaires qui commençaient à augmenter leur rythme d'attaque ne vit pas arriver l'épée qui se lança dans la direction de son cœur, mais au moment où elle l'a senti, un bâton d'une extrême violence frappa très lourdement l'épée pour enchainer par des coups encore plus puissant dans le ventre le visage et la nuque de l'homme qui tomba inconscient par terre. La jeune femme brune regarda avec surprise Léa qui venait de lui sauver la vie. Cette dernière ne dit rien mais fit un gros sourire à son amie. La petite blonde écarquilla quand le coin de la lèvre de Nolan s'étira pour laisser apparaître un petit sourire.

- Hé si nous passions aux choses sérieuses ? Proposa Nolan.

- Avec plaisir. Répondit Léa avec détermination.

- Vous croyez pouvoir nous battre ?! Riposta l'un des gardes.

Aucune réponse de leur est donnée seule deux paires d'yeux sombres répondirent avant de laisser parler leur corps. Les bâtons de combat furent activés dans une extrême violence et les quatre autres hommes suivirent rapidement leurs compagnons en ne laissant que Nolan et Léa debout aux milieux de ce petit monde.

Les deux amies furent un peu essoufflées et regardèrent leur victime sur le sol. La petite blonde fut plus que surprise de constater que les hommes de Nolan étaient toujours vivant ainsi de voir qu'à aucun moment cette dernière, n'avait utilisé son pouvoir. Elle se tourna pour lui faire face. À ce moment-là sans le savoir, la jeune femme brune en avait fait tout autant et toutes deux se dévisagèrent. Léa ne savait pas quoi faire ni pensée. Nolan de son coté avait les mêmes sensations. Elle ne savait pas si elle allait être acceptée par la jeune femme blonde qu'elle avait malmenée. Elle c'était promise que si elle l'acceptait de nouveau, plus jamais elle ne lui ferait de mal et que si elle était énervée encore énervée à cause de ce que Léa lui faisait ressentir, elle irait passer ses nerfs ailleurs. Car elle ne voulait plus et surtout ne pouvait plus être loin de sa jeune amie.

Léa regarda la jeune femme. Son cœur battait la chamade, elle ne savait pas quoi faire la savoir auprès d'elle la rendait vraiment heureuse mais elle avait quand même peur de ce qu'elle pouvait faire. Quelque chose d'étranger à Léa était posé sur Nolan. La petite blonde regarda les yeux bleus et vit qu'une lueur vraiment étrangère à son habitude c'était installée. Elle baissa la tête et ferma les yeux en posant ses deux mains sur son cœur. Elle ne put empêcher ses larmes de couler. Nolan le vit et sentit un mal être se faire en elle.

- Je...

Elle ne put en dire plus qu'elle se fit capturer par des petits bras qui l'enlaça contre un petit corps tremblant.

- Ne refait plus jamais ça. Dit Léa avec une petite voix.

- Plus jamais je te le promets. Dit la jeune femme brune en entourant le corps de la petite blonde. Elle baissa sa tête et la posa sur l'épaule de son amie. Je...je te de...demande par pardon. Dit-elle avec beaucoup de difficulté tellement ses mots furent inconnu pour elle.

Léa surprise laissa ses larmes couler de bon cœur et hocha simplement sa tête. Malgré les lieux et la situation, les deux amies restèrent dans les bras de l'une et de l'autre heureuse de s'être enfin retrouvées. Nolan s'écarta doucement de son amie et la regarda avec un telle douceur que le cœur que Léa en loupa un battement. Avec douceur elle essuya les larmes de la jeune femme.

- Je ne veux plus revoir ça sur ton visage. Dit-elle gentiment.

Léa prit la main de Nolan et la serra fort contre son cœur et sourit de tout don être.

- Hé si nous finissions le pourquoi tu es ici ? Proposa la jeune femme brune.

- Oh mais oui j'avais oublié ! Dit Léa en s'écartant rapidement de son amie.

C'est à ce moment- là que les deux jeunes gens réalisèrent enfin de ce qu'elles venaient de faire et se mirent à rougir violemment en s'écartant rapidement de l'autre. Toutes deux furent vraiment heureuse que ce soit la nuit pour que l'autre ne puisse pas la voir.

- Bon il...il faut aller dans les cachots. Je pense que c'est là qu'ils ont mis les esclaves. Expliqua la petite blonde en reprenant ses esprits.

- Oui surement, allons-y. Finit Nolan avant de prendre la tête de la marche.

Les deux amies furent ravies de voir que leurs bagarres n'avait pas alertée plus d'hommes. Elles prirent les escaliers qui les conduisirent au rez-de-chausser. À peine eurent frôlé le sol, qu'elles entendirent des soldats arriver. Nolan se plaqua contre le renfoncement de l'escalier en plaquant la jeune femme contre elle. Sans faire un moindre bruit, elles attendirent que les gardes passent. Mais malheureusement pour elles, les hommes restèrent juste devant les escaliers en le leur laissant pas une chance de sortir de leur cachettes. Pour plus de malchance, les trois soldats qui étaient postés devant l'escalier qui était placé en face de la grande porte, furent rejoint par cinq autres hommes. Les deux amies restèrent plus d'une demi-heure dans leur cachette à attendre que les soldats partent mais ses derniers n'avaient pas du tout l'intention de bouger de leur emplacement.

Nolan commença à perdre patience et une idée lui vint en tête. Léa vit le changement d'attitude de son amie et la regarda étrangement. Elle tira légèrement sur son vêtement afin de lui attirer l'attention. La jeune femme brune regarda la petite blonde et vit les questions dans le regard émeraude. Elle baissa la tête de façon à ce que sa bouche soit proche de l'oreille de Léa.

- Je vais leur faire une petite surprise. Regarde,je suis sûr que cela te plaira beaucoup. Chuchota -t-elle d'une vois semi-amusée.

Ne comprenant pas ce qu'elle allait faire, Léa attendit. Nolan regarda tout ce qui était à l'apporté de ses yeux et vit avec bonheur quelques armes accrochées au mur face à elle en plus des rideaux sur les fenêtres. Sans attendre à l'aide de son pouvoir, elle décrocha un des gros rideaux qui tomba au sol. Cela eut pour effet d'attirer l'attention des garde qui s'approcha du tissu étonnés que ce dernier se soit décroché. Sans chercher à comprendre plus, ils se mirent à deux pour attraper le rideau qui était trop grand pour un homme seul. Au moment où ils se baissèrent pour prendre leur bien, Nolan décrocha deux épées qui étaient accrochées aux murs et planta le bout pointu dans les fesses des deux hommes qui se mirent à crier tout en sortant immédiatement leur armes.

Ils se mirent en garde, mais devinrent pâle quand ils virent les deux épées flotter dans les aires. Les autres gardes virent les rejoindre quand Léa et Nolan les entendirent déglutir, la petite blonde se retenait de rire. Elle avait enfin comprit le petit jeu de son amie. Nolan fit reculer les deux épées de façons à ce qu'elle puisse avoir les hommes en vue et que Léa puisse s'amuser un peu plus. Les hommes n'étant pas trop impressionnés, s'approchèrent des deux épées et dans l'obscurité, ils ne virent pas que ses deux dernières flottèrent dans les aires. Ils pensèrent que c'était deux intrus habillés de noir. Ils commencèrent alors un combat contre les épées. Nolan s'amusa comme une folle en malmenant les hommes. Pour pimenter la chose, elle fit voler le rideau en le déplaçant prêt des soldats. Ses derniers restèrent tétanisé devant « l'apparition ». Voulant finir le travail rapidement, Nolan fit voler une des torches qui étaient accrochée au mur qui se situait à coté des soldats en la faisant atterrir devant les huit hommes en éclairant un partie du couloir.

Les gardes virent alors que les épées flottèrent toute seule dans les aires. Pensant que c'était un fantôme, ils partirent en courant hors du château. Léa retenait un fou rire devant l'attitude idiote des soldats. Nolan ne perdit pas de temps et se précipita dans le couloir « hantée » en entrainant sa jeune amie. Ce couloir était l'accès aux cachots. Léa suivit avec facilité la jeune femme brune et se mit malgré tout à rire. L'action avait été trop forte pour elle. Nolan ne pouvait pas lui en vouloir de rire sachant qu'elle en était responsable. Elle fut heureuse de ré-entendre la jeune femme blonde rigoler. C'était l'une des premières excuses de son action. Elle ne savait pas pourquoi, mais elle voulait l'entendre rire et fut vraiment ravie de constater que son petit numéro avait bien marché.

Elles arrivèrent enfin devant l'entrée des cachots. Les deux amies se mirent de chaque côtés de la porte avec leur bâton de combat en main. En un signe de tête la jeune femme brune ouvrit doucement la porte en bois. Un silence de plomb envahit les lieux. Seul le bruit des goutes d'eau raisonnait avec quelques sons de chaîne. Léa était vraiment nerveuse tout comme Nolan. L'entrée leur rappelait le cachot du château de la jeune femme brune.

- Allez après ça, tout est fini. Dit Léa en prenant courage.

Nolan ne dit rien et prit la main de la jeune femme avant de commencer à leur marche. La descente était longue. Les escaliers étaient également très raide. Elles avaient vraiment l'impression de descendre dans les entrailles de la terre. Sans qu'elles ne sachent pourquoi, elles sentirent le vent au bout des marches. Ce dernier était glacial, chose qui donnèrent un mal être à nos deux amies. Elles arrivèrent enfin au bout des marches et tombèrent sur un long couloir avec pleins de cellules avec des barreaux de fer. Avant d'entamer la marche dans le long couloir, Nolan attrapa une torche, et toutes les deux commencèrent leur avancée en faisant bien attention de ne pas faire de bruit. Léa n'était vraiment pas rassurée du tout. Par simple reflex, elle s'agrippa au bras de Nolan qui sursauta. Cette dernière baissa les yeux et vit son amie morte de peur. Elle ne fit rien et continua son avancé en laissant la petite blonde faire.

Son cœur battait vraiment la chamade, rien que sentir les mains sur sa peau, lui donnait vraiment des sensations étranges. Elle aimait vraiment ressentir cela. Elle était vraiment contente d'être revenu auprès de son amie, car avec cette dernière, elle se sentait vivante et vraiment autre chose qu'une simple arme. Elle ne savait pas comment le décrire. Elle voyait beaucoup de chose dans les yeux de la petite blonde quand elle la regardait. Pas une fois, elle n'a vu de la haine et méchanceté. Même au tout départ quand elle était enchainée dans l'étable, jamais Léa n'eut un geste mauvais. Rien que de la douceur et cela lui faisait vraiment du bien. Doucement Nolan commençait à comprendre qu'elle pouvait faire autre chose que tuer les gens. C'est pour cela que pour ce petit travail, elle avait décidé de ne pas utiliser une fois ses pouvoirs contre les soldats afin de voir ce que cela lui faisait.

Elle se rendit compte que cela était vraiment bien, de ne pas tuer les gens. C'est Léa qui lui avait fait comprendre cela. Nolan vit que son amie avait raison. Tuer n'arrangeait pas les chose bien au contraire, mais c'était si difficile pour elle alors qu'elle avait été éduquée uniquement en tant qu'arme pour tuer les gens. Doucement grâce à la petite blonde, Nolan apprenait vraiment les vrai sens des mots même si cela ne lui plaisait pas des fois.

Les deux amies passèrent devant les cellules et virent qu'elles étaient toutes remplit d'hommes, de femmes et d'enfants. Elles avaient vraiment mal aux cœurs pour eux. Elles arrivèrent enfin au bout du couloir et Nolan passèrent juste la tête afin de voir ce qu'il y avait. Elle découvrit une grande pièce sans personne à l'intérieur avec une table au centre et quelque tabouret en bois. Elle se dirigea en emmenant son amie avec elle avec méfiance. Arrivée dans la pièce, elle remarqua que effectivement elle était vide.

- Bien tous les esclaves et prisonniers sont là. Nous faisons quoi maintenant ? Demanda Nolan.

- Il faudrait pouvoir les faire évader d'ici. Répondit Léa en regardant la pièce.

- Oui mais comment ? Dit la jeune femme brune en réfléchissant. Déjà je peux condamner la porte d'entrée des escaliers. Continua-t-elle en se dirigeant vers le couloir.

Une fois qu'elle eut la porte dans sa ligne de mire, elle la fixa fortement et d'un coup, un bruit de métal se firent entendre.

- Qu'est ce que tu as fait ? Demanda Léa surprise.

- J'ai fermé la porte à clé et j'ai cassé la serrure, comme ça, personne ne pourra entrer et comme elle est en métal, ils ne peuvent pas la défoncer avec leur haches où épées.

- Mais c'est génial ! Cela nous laisse du temps pour réfléchir et mettre notre plan au point ! S'exclama la jeune femme.

- Exactement. Affirma Nolan.

Toutes les deux se mirent à inspecter la salle du font en comble afin de voir s'il n'y avait pas une autre sortie et vit que non. Seule une petite grille sur le bas du mur qui se trouvait en face de l'entrée y posait. Nolan regarda et vit qu'il y avait un passage mais c'était trop sombre pour savoir où cela pouvait emmener. Léa vit son amie, devant la grille et alla le rejoindre.

- Tu as trouvé un moyen de nous faire sortir d'ici ? Demanda-t-elle.

- Oui peut être mais pour cela, il faudrait ouvrir cette grille et aller voir. Répondit Nolan tranquillement.

La petite blonde regarda attentivement la grille et vit que l'on ne pouvait pas l'enlever à la main.

- Tu-pense que...

Nolan ne dit rien et tourna la tête pour regarder la jeune femme. C'est à ce moment-là, que la grille explosa en faisant un gros trou dans le mur. Les cachots se trouvant sous terre, le bruit de l'explosion ne se fit pas entendre.

- Un jeu d'enfant. Dit la femme fièrement.

Léa se mit à sourire devant le manque de modestie de son amie.

- Bon, maintenant il faut savoir où cela va nous emmener. Dit la petite blonde sérieusement.

Nolan ne dit rien et entra dans le trou.

- Mais...

- Reste ici, je vais aller voir. T'inquiète pas tu es en sécurité ici. La coupa la jeune femme brune.

- Oui mais toi. Léa regarda Nolan avec un peu de peur dans les yeux.

- Je reviens promis. Dit cette dernière touchée par la nouvelle émotion qu'elle perçut dans les émeraudes.

Léa hocha simplement la tête et la regarda partir en mettant ses mains contre son cœur. « Mon Dieu protégez la. » Pria-t-elle en silence.

Nolan avança dans le trou en faisant bien attention où elle mettait les mains. Le passage étant très étroit, elle ne pouvait pas se tenir debout et devait obligatoirement marcher à quatre-pattes. L'obscurité était tellement épaisse qu'elle donnait l'impression que rien ne pouvait la traverser. Le silence de plomb devenait de plus en plus lourd, Nolan s'arrêta net quand elle entendit un bruit proche d'elle. Elle regarda de partout se demandant d'où cela pouvait venir. Elle tendit l'oreille et se concentra afin de savoir qui ou quoi faisait ce bruit. Elle sursauta quand elle se rendit compte que le bruit venait d'elle-même. Elle posa la main à l'endroit où il était produit et s'aperçut que c'était son cœur. Pour la première fois de sa vie, elle entendait le battement de son propre cœur et pouvait le sentir bouger dans sa poitrine.

Elle resta interdite. Cette chose lui fit penser à Léa et de la première fois où la jeune femme lui avait fait découvrir l'existence de cette chose étrange.

- Pourquoi je l'entends et pourquoi bat-il aussi fort ? Se demanda-t-elle voulant comprendre.

Elle se reprit quand une nouvelle fois elle repensa à son amie.

- Il ne faut pas que je traine trop et que je la laisse seule. Dit-elle pour elle-même avant de reprendre sa marche.

Son avancée se faisait dans le plus grand silence, elle était quand même un peu nerveux de se retrouver seule dans ce tunnel. Quelques minutes de marche plus tard, elle sentit de l'air frais et comprit qu'elle arrivait à la sortie. Effectivement cinq minutes après, elle arriva dans une sorte de forêt où le passage donnait sur un lac. Elle regarda les alentours et vit qu'il n'avait pas le choix si elles voulaient faire évader les prisonniers, elles étaient obligées de le faire pendant la nuit. Sachant que le soleil c'était couché deux heures plutôt, il leur restait encore plusieurs heures avant que ce dernier ne se lève et cela permettrait à tout le monde de partir sans difficulté cette nuit-là.

Ne voulant pas laisser son amie seule trop longtemps, elle prit le chemin du retour et une quinzaine de minutes plus tard, elle était retournée auprès de Léa qui lâcha un soupir de soulagement silencieux de la revoir saine et sauve.

- Bien c'est le seul endroit pour les faire partir et surtout pour que nous ayons le temps de s'éloigner d'ici. Expliqua Nolan.

- Bien parfait. Fit Léa vraiment ravit.

La jeune femme brune tout en allant vers les cellules, expliqua à Léa ce qu'elle avait vu. Arrivée près de la première, Léa appela les prisonniers qui se réveillèrent tous en sursaut. La jeune femme eut beaucoup de mal à les calmer. Une fois qu'elle réussit, elle prit la parole.

- Bien écoutez-moi, de savoir le pourquoi du comment cela ne vous regarde pas mais il y a une sortie qui vous attend dans la salle des gardes. Prenez là, elle vous emmènera dans la forêt, et une fois dehors, partez le plus rapidement possible sans vous retourner. Expliqua-t-elle calmement.

Tous les esclaves et prisonniers comprirent la chose et comme leurs avait dit la jeune femme, ils ne firent aucun commentaire sur la raison de leur présence en ses lieux. Une par une, Nolan fit exploser les portes des cellules en libérant les prisonniers qui se ruèrent immédiatement à l'endroit prévu. Une demi heure plus tard tous les prisonniers furent libérés et pratiquement tous dans le tunnel. Quand le dernier esclave fut entré dans le passage, Nolan fit passer la petite blonde avant elle mais au moment où cette dernière allait entrer à l'intérieur, la jeune femme brune l'attrapa d'un coup et la plaqua contre elle.

- Mais qu'est...

Léa ne put dire un son que tout le château se mit à trembler.

- Qu'est ce qu'il se passe ? Demanda la petite blonde.

- Je ne sais pas. Répondit Nolan inquiet.

Les deux amies virent le passage s'écrouler sous leur yeux. Tous les murs tremblèrent dans tout les sens avec des bruits de grosse explosion.

- Bon sang, je crois que des ennemis de notre bon seigneur de guerre sont en train de l'attaquer. Répondit nerveusement Nolan.

- Oh non ! S'exclama la petite blonde.

Attend viens ! Dit la jeune femme en attrapant la main de son amie en la trainant derrière elle. Nolan se mit à courir aussi vite qu'elle le pouvait en direction de la porte d'entrée. Même si elle est fermée à clé avec son pouvoir, elle pouvait la faire exploser rapidement. « Le bruit attira surement les gardes mais je doute qu'il fasse attention à nous durant l'attaque. » Se dit elle. Arrivée en haut des escaliers comme elle le pensait, la porte vola sans aucun problème, mais malheureusement une puissante explosions les font retourner avec violence à cause du souffle en bas des cachots.

Nolan et Léa se redressèrent avec difficultés. Une seconde explosion se fit entendre et là le tremblement se fit deux fois plus fort et le plafond commença à s'effriter. Sans chercher à comprendre la jeune femme brune attrapa le bras de la petite blonde et l'entraina dans la salle des gardes et se blotti contre le mur. Elle plaqua la jeune femme contre elle et la serra fortement. Léa comprit également ce qui allait se produire et se blotti dans les bras de son amie.

- Je suis désolée. Dit-elle tristement.

- Pourquoi ? Demanda Nolan surprit.

- De t'avoir entrainée dans cette histoire qui ne me concernait pas en plus. Dit-elle en laissant ses larmes couler.

Nolan attrapa le visage de la jeune femme et le leva afin de plonger ses yeux saphirs dans les doux émeraudes.

- L'homme t'a demandée de sauver sa femme et sa fille. Tu as simplement exécutée la dernière requête d'un mari et d'un père mourant. Dit-elle tendrement.

- Quoi mais alors...

- Oui depuis plus d'une semaine je suis près de toi sans que tu ne m'aies vu. Expliqua Nolan gentiment.

- Alors c'est toi que j'ai sentis m'observer pendant tout ce temps ? Demanda Léa en commençant enfin à comprendre tous ses trucs étranges.

Nolan hocha la tête sans rien dire. Léa écarquilla les yeux et comprit alors pour le bâton.

- Ça veut dire que pour le combat...

- Pendant le combat contre ses trois bandits c'est effectivement moi qui t'ait envoyé le bâton de combat et qui avait contrôlé l'arme. Expliqua la jeune femme brune.

Léa ne savait pas quoi dire seule des larmes coulaient. Elle ne savait pas si elle devait être triste ou heureuse. Nolan essuya les larmes qui roulaient sur les joues de son amie avec ses deux pouces.

- C'est tellement injuste... Commença la petite blonde.

Mais Nolan posa un doigt sur la bouche de Léa et la regarda intensément en plongeant dans les eaux pures des yeux de son amie qui se perdit aussi dans les bleus cristallins. C'est en restant bras dans les bras et yeux dans les yeux qu'elles attendirent l'inévitable.

Les esclaves avaient tous réussit à sortir du tunnel et pouvaient voir de là où ils étaient la destruction complète du château qui s'effondra lentement sous une pluie glaciale et dans un puissant bruit sourd, toute la structure de la demeure s'écroula comme un vulgaire château de carte remuant terre et poussière dans cette nuit glacée d'été.

( à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:15

CHAPITRE 8

Martine se réveilla en sursaut et remplit de sueur. Elle regarda par la fenêtre et vit que le jour commençait à pointer le bout de son nez. Elle était toute tremblante.

- Qu'elle rêve horrible. Se dit elle.

Malgré cela, elle se sentait vraiment étrange comme si que quelque chose en elle était en train de disparaître.

- Je n'aime pas ça.

Sans attendre, elle se leva s'habilla puis descendit dans l'auberge et se prépara un café. Une fois fait, elle s'installa sur une table et regarda le soleil montrer ses tout premiers rayons Malgré tout cela, elle n'était pas à l'aise, elle ressentait comme un mauvais pressentiment. D'un coup elle se leva et posa violemment sa tasse sur la table et sortit en courant de l'auberge et alla dans le magasin d'en face là où se trouvait un de ses plus vieux ami. Elle entra en trombe dans la demeure sous les yeux étonné de l'homme.

- Hé bien que t'arrive t-il ? Ce n'est pas dans tes habitudes d'entrer chez les gens sans frapper. Dit-il.

- Je suis désolée mais je peux te demander quelque chose ?

- Oui bien sur.

Martine dévisagea son ami pour être sur qu'il ne lui mentait pas. C'était un petit monsieur d'une soixantaine d'année, trapu et d'une petite taille avec les cheveux grisâtre ainsi que les trais du visage doux où était bien marqué les années de travail.

- Je peux te confier l'auberge ? Demanda-t-elle très sérieusement.

- Holà, oui effectivement ça ne va pas. Pour partir en laissant la chose la plus importante à tes yeux. Dit l'homme plus que surprit.

- Je dois effectivement partir et c'est urgent puis je compté sur toi pour l'auberge ? Demanda Martine avec un regard déterminé.

- Oui bien-sûr pas de souci. Répondit le vieil homme en souriant.

- Bien merci. Dit l'aubergiste en se retournant en partant. Arrivée au seuil de la porte elle s'arrêta. C'est tout ce qu'il me reste depuis que l'on m'a enlever mon enfant. finit-elle simplement avant de refermer la porte derrière elle en laissant son ami.

- Depuis toute ses années, elle n'a toujours pas fait le deuil de son enfant. Dit une voix féminine derrière l'homme qui était autre que sa femme.

- Non et je la comprend, le petit avait six mois quand il à été enlevé et elle s'en veux de ne pas avoir put protéger sa chair et je ne crois pas qu'elle puisse le faire un jour. Expliqua l'homme.

- Tu pense que c'est pour cela qu'elle c'était occupé de ses deux jeunes gens ? Demanda la femme.

- Oui j'en suis sur. Finit l'homme en regardant son amie entrer dans l'auberge.

Martine entra dans sa demeure et fit un sac en prenant quelques affaires, prit son cheval, l'attela à un chariot et partit en prenant la direction du nord-ouest sans connaître la raison mais elle savait qu'elle devait se rendre dans cette direction.

Dans la maison de Pascal, Alexandre faisait les cent pas en commençant à s'énerver.

- Calme toi Alex, Léa à surement une bonne raison de ne pas être venu hier soir elle nous l'expliquera quand elle rentera. Essaya de le calmer son père.

- C'est pas ça papa, je m'inquiète pour elle. J'espère qu'il ne lui est rien arrivé. Dit-il en s'énervant encore plus. Raaa je n'aurais pas dût la laisser seule j'aurai et aller avec elle. S'accusa le jeune homme.

- Ne dis pas de bêtises, je suis sur qu'elle va bien patiente mon grand. Calme toi c'est pas en t'énervant qu'elle reviendra rapidement. Dit l'homme.

Alexandre vit que son père avait raison et ce calma mais resta nerveux malgré tout. En voyant le manège de son fils, Pascal le regarda étrangement car c'était la première fois qu'il voyait son enfant de la sorte et surtout envers une femme. C'est à ce moment là que son cerveau fait tilt.

- Tu l'aime ! S'exclama l'homme.

- Quoi ! S'écria Alexandre en devenant rouge comme une tomate.

- Tu aime cette jeune fille pas vrai ? Jamais tu as agis de la sorte et encore moins envers les femmes car tu ne t'intéressait jamais à l'amour.

Le jeune homme démasqué se replia sur lui même en rougissant tout ce qu'il pouvait. D'un coup, il se fait saisir par deux bras puissant.

- Oh mon fils que je suis heureux tu as enfin trouver la perle rare. Dit-il en le lâchant. Allez il faut fêtez ça.

Sans que Alexandre ne puisse dire quoi que ce soit son père sorti une bouteille de vin de deux verres et tout deux trinquèrent au sentiments.

Quelque part à Épic à une journée de cheval de Grévana, une fumée grise sortait des ruines de l'ancien château du seigneur de guerre Malandros. Un loup suivit d'un cheval se dirigèrent vers les décombres, les deux animaux s'arrêtèrent à un emplacement et commencèrent à gratter les murs en morceaux qui étaient étalés un peu de partout. Le cheval tapait avec ses sabots sur les pierres et réussissait à enlever quelque roches du tas. Le loups de son coté avec des griffes retiraient une-à-une les reste du château. Tout deux travaillaient dans un bel ensemble.

Ils s'arrêtèrent et s'éloignèrent rapidement de l'endroit quand les décombres commencèrent à bouger. Toute les ruines se mirent à trembler fortement et d'un coup, des restes de murs et débris volèrent dans le ciel. Les deux animaux se précipitèrent alors à l'endroit où ceci c'était produit et retrouvèrent avec bonheur leurs deux maitresses saine et sauve. Nolan et Léa étaient assise par terre à bout de souffle. Lors de l'explosion la jeune femme brune avait utilisé son pouvoir pour retenir les morceaux des murs qui leur tombèrent dessus. Grâce à cela les gros morceaux de pierres c'était entassées tout autour des deux jeune femmes en formant une cage protectrice et aucune des deux amis ne furent blessées.

Nolan et Léa levèrent leur tête pour voir leur compagnons respectif qui étaient heureux de les retrouver. La jeune femme blonde laissa un grand sourire apparaître et Nolan ne put empêcher un petit sourire apparaître, elle tellement était contente de voir que leurs deux amis ne les avaient pas abandonné. Avec l'aide des deux animaux, les deux jeunes gens sortirent de leur prison de pierres et une fois à l'air libre, elles respirèrent avec soulagement et bonheur l'oxygène pur qui commencèrent à leurs manquer. Elles s'assirent sur l'herbe fraiche et regardèrent pour la première fois les dégâts que l'explosion avait fait.

- Mon dieu c'est triste de voir que tout est détruit. Dit Léa peinée.

Nolan regarda tristement son amie et admit qu'elle avait raison. Les adversaires du seigneur de guerre avait lâchement attaqué ce dernier pendant son sommeil. Elle regardait aussi le grabuge que cette action avait faite et sentit son cœur se serrer.

- Il y a des êtres immondes dans cette vie qui n'hésite pas à tuer pour avoir le pouvoir où être le meilleur. Dit calmement la jeune femme brune.

La petite blonde surprise des mots de son amie le regarda bouche bée.

- Je sais que je ne devrai pas dire cela, mais à la différence d'eux, je n'ai jamais tuée qui que se soit pour mon plaisir et encore moins des innocents. Argumenta Nolan.

- Mais lui n'était pas innocent, il faisait du trafique d'esclaves. La reprit la jeune femme.

- Je sais bien, mais la personne qui l'a attaqué, n'était pas loyale. Mon maitre même si il était la pire des ordures, il m'avait appris une des règles les plus importante des combat. Ne jamais attaquer quelqu'un sans défense et qui à le dos tourné. Parce c'est pas glorieux de gagner un combat de la sorte. Expliqua Nolan sérieusement en regardant les ruines. Mais après il peux y avoir des exceptions. Continua t-elle.

- Que veux tu dire par exceptions ? Demanda Léa voulant comprendre.

- Si la vie d'une personne chère est vraiment en danger et que tu n'a pas le choix que de tuer quelqu'un par derrière afin de la sauver, et bien cet acte est permit. Répondit la jeune femme brune en regardant toujours face à elle.

Léa se mit à rougir légèrement car dans l'explication, elle avait comprit de quoi Nolan voulait parler et se souvenait que cette action c'était produit le jour de leur libération, quand cette dernière avait décapité les deux hommes dans l'étable. Elle baissa les yeux tout en rougissant un tout petit peu plus et un sourire se dessina sur son visage.

- Merci. Dit-elle simplement.

Surprit du mot la jeune femme brune regarda son amie. Cette dernière avait toujours la tête et les yeux baissés avec ses deux mains posées sur son propre cœur. Le sourire qu'elle affichait était si doux que Nolan se sentit pratiquement envoutée. Même si son amie ne la regardait pas, elle avait comprit que ce tendre sourire lui était destiné. Son regard se fit très tendre et son regard se mit à briller avant de reporter son attention aux ruine. Pour laisser se dessiner un petit sourire à son tour à l'intention de la jeune femme qui ne le vit mais le sentit.

Une douce brise se leva et accompagna ce moment tendre qui se passait entre les deux amies. Alors qu'elle continuait à regarder les ruines, Nolan sentit son regard attirer par quelque chose aux milieux des décombres. Intriguer elle se leva.

- Qu'est ce qu'il y à ? Demanda Léa surprise en redressant sa tête pour la regarder.

- Je ne sais pas, il y a quelque chose d'étrange au milieux des débris. Répondit Nolan en montrant du doigt ce qu'elle voyait.

La petite blonde suivit la direction indiquer par son amie et vit elle aussi la chose qui était posé sur un des murs effondrés. Elle se leva à son tour et dans un accord silencieux, les deux jeunes gens se dirigèrent vers la chose qui les intriguaient. Elles firent bien attention de ne pas trébucher sur les pierres. Elles eurent plusieurs haut de cœur quand elles rencontrèrent des morceaux d'humains arraché de leur corps. Arrivées à l'endroit voulut, elles trouvèrent une médaille ronde en fer accrochée à un cordon de cuire avec un insigne dessus. La jeune femme brune regarda attentivement l'insigne. Ce dernier représentait un corbeau avec une épée en fond.

- Étrange cette insigne me dit quelque chose. Dit-elle.

- Fait voir. Demanda Léa voulait elle aussi voir de quoi parlait la jeune femme.

Nolan le donna à la petite blonde. Quand cette dernière le prit dans les mains tout son corps se mirent à trembler. La femme le remarqua.

- Que t'arrive t-il, tu connais ? Demanda t-elle un peu inquiète de l'attitude de son amie.

Ce symbole je le connais, c'est le signe d'un grand seigneur de guerre, Tamas... Commença Léa.

Nolan ne dit rien mais ce demandait comment cette jeune femme qui n'avait eut qu'une vie d'esclave pouvait savoir ceci.

- Je le sais car c'est cet homme qui m'a enlevée à mes parent et qui à commencer à me faire esclave avant qu'il ne me vende à mon ancien maître et il s'appelle Tamas. Expliqua Léa.

Elle se mit à regarder Nolan qui ne l'avait pas quitter des yeux. Cette dernière sentait de la colère se former en elle en entendant que la jeune femme à été enlevée de sa famille pour devenir une esclave. Elle ne savait pas pourquoi mais cela lui était impensable que quelqu'un puisse faire du mal à son amie.

- Si il est venu ici pour tuer le seigneur de guerre de cette contré, cela veux dire qu'il est toujours en vie. Dit Léa.

Oui cela me paraît logique. Répondit Nolan naturellement.

Non ce que je veux dire. Mon maitre m'avait rapportée il y a trois ans de ça, que ce seigneur de guerre était mort tué par l'un de ses hommes, mais en vue de ce médaillons qui est son emblème, en sachant que lui seul le porte cela veux dire...

- Que soit la mort avait été inventée de toute pièce, soit il à survécu à ce meurtre. Finit Nolan.

- Oui et si vraiment il est en vie... Léa s'arrêta et serra son point là où est placé le bijoux en serra les dents.

Nolan vit le changement d'humeur de son amie, chose qu'elle n'aimait pas du tout.

- Si il est en vie cela veux dire quoi ? Demanda-t-elle en l'invitant à continuer.

- Hein oui pardon. Dit Léa en sursautant. Cela veut dire que lui seul sais où sont mes parents.

Cette phrase fit sursauter Nolan qui regarda la petite blonde étrangement.

- Mes parents ont été capturés par cet homme un mois après moi et ont été placés dans les même secteur de travail que moi. Mais quand je fut vendu ce jour là, nous avons été séparés et j'ai appris par mon maitre plusieurs mois après que mes parents avaient été vendu par Tamas à un autre chef mais je ne sais pas à qui. Expliqua Léa.

- Donc si tu veux retrouver tes parents et surtout savoir si ils sont toujours en vie, la seule personne qui pourrait te donner cette information, c'est Tamas en personne c'est ça ? Continua Nolan.

- Oui c'est ça.

- Ok donc pour avoir l'information, il nous faut partir à la poursuite de ce maudit seigneur de guerre. Dit Nolan sérieusement.

Quoi mais... Léa était plus que surprise des propos de son amie et ne s'y attendait vraiment pas.

- C'est faisable mais à mon avis il doit être un peu loin et vu notre état je déconseille d'aller sa poursuite pour le moment. Expliqua la jeune femme brune.

- Oui je suis d'accord, tu propose quoi alors ? Demanda la petite blonde intrigué.

- Je serai d'avis de retourner dans la ville où tu es en se moment et de nous reposer pour bien récupéré de cette nuit et après nous aviserons sur place. Expliqua Nolan.

Léa d'accord avec son amie ainsi qu'accompagner par cette dernière retourna auprès de son cheval et le monta. Elle tendit sa main à la jeune femme brune en l'invitant à monter avec elle. Celle ci hésita. Elle ne savait pas trop quoi faire. C'est son loup qui décida pour elle en la poussant légèrement. Cette action donna l'effet qu'involontairement Nolan mit sa mains en avant pour ne pas tomber et captura celle de la jeune femme blonde qui attendait. Elle lança un regard noir à son animal qui faisait mine de rien. Nolan dut s'avouer vaincu et monta derrière la jeune femme qui fit avancer aussitôt le cheval dans la direction de la ville.

Martine arriva à Grévana deux jours plus tard. Elle mit son cheval dans l'étable en payant l'homme qui s'occupait des cheveux d'étranger et alla en direction de l'auberge de la ville. Là elle questionna l'aubergiste afin de savoir si il ne connaissait pas deux jeune gens qu'elle décrivait. Ce dernier l'envoya à l'armurerie car la description de la jeune fille correspondait à cette fameuse jeune femme qui était arrivée quelques lunes plutôt mais concernant l'autre jeune femme, il n'avait aucun renseignement. Martine se dirigea alors en direction du lieux dit. Arrivée devant celui ci, elle y entra et tomba sur le marchant qui n'était autre que Pascal. Ce dernier affirma qu'il connaissait la jeune femme blonde et lui indiquait qu'il l'hébergeait pendant que cette dernière finisse son entrainement.

L'aubergiste surprise d'apprendre que Léa c'était lancée dans l'art du combat suivit l'homme qui l'invita chez lui afin d'attendre la jeune femme. Elle fit la connaissance d'Alexandre qui lui se présenta en tant que maitre d'arme de la petite blonde. Les deux hommes expliquèrent à Martine que Léa avait disparut depuis trois jours et qu'ils n'avaient aucune nouvelle d'elle. En ce qui concernait la jeune femme brune, ils ne l'avaient jamais vu ici.

Martine était désespérée, elle ne savait pas pourquoi mais elle sentait que quelque chose était arrivé au deux jeunes femmes et que sa place était auprès d'elles. Pascal lui proposa de rester chez lui pour l'attendre car il était persuadé que la petite blonde allait revenir.

Nolan et Léa arrivèrent toutes les deux à la ville. Pendant tout le voyage, elles avaient décidées en accord en communs de prendre leur temps afin d'essayer de se reposer le plus possible en faisant plusieurs arrêts. Leur petit plans fonctionna parfaitement bien car arrivée à leur destination, elles n'étaient plus du tout fatiguées avec deux bonnes nuit passé sans aucun ennuis. Pratiquement arrivées au porte de la ville, Léa arrêta son cheval chose qui étonna la jeune femme brune.

- Que t'arrive t-il ? Demanda Nolan un peu inquiète.

- Que va t-il se passer maintenant, va tu partir ? Demanda tristement Léa.

La question surprit énormément Nolan qui ne sut quoi répondre.

- Je suis hébergée par des gens gentil mais toi, tu va aller où ? Demanda de nouveau la jeune femme toujours aussi tristement.

Nolan qui n'était pas très douée pour consoler ou réconforter les gens ne savait pas quoi faire, mais pour la première fois, elle voulut suivre son instinct. Elle posa ses deux mains sur les épaules de la jeune femme blonde pour la forcé à la regarder. Chose qui fonctionna immédiatement tellement cette dernière était bouche bée du geste tendre de la femme.

- Je ne partirai pas, je resterai auprès de toi. J'ai fais une promesse de ne plus jamais te faire de mal et de ne plus jamais te laisser seul. Pourquoi j'en ai aucune idée, mais tu es la première personne qui vois en moi autre chose qu'un monstre et cela me fait vraiment du bien. En ce qui concerne le logement, même si je ne suis pas sous le même toi que toi pour la nuit, nous avons les journées à passer ensemble et de plus, cela n'est juste qu'une question de temps avant que nous repartions toutes les deux à la poursuite de Tamas et là, nous serons entièrement réunit.

C'était la première fois que Nolan utilisait des mots gentil et tendre. Les propos de la jeune femme brune allèrent droit dans le cœur de la petite blonde qui sentit son corps trembler et son cœur battre la chamade. Nolan était elle aussi très surprise de ce qu'elle avait dit. Jamais elle n'avait prononcée de tels mots. Elle se rendit compte que plus les jours passer avec Léa avait vraiment quelque chose de positif, même si à des moments les sentiments étaient vraiment désagréable. Elle devait admettre qu'elle avait aussi un bien être qu'il aimait beaucoup.

Léa était vraiment rassuré par les mots de Nolan et sans rien dire de plus reprit la marche pour entrer dans la ville. Elle prit le chemin qui les conduisirent vers l'habitacle de Pascal.

Martine qui était dans la salle qui faisait cuisine et pièce principale lisait un parchemin histoire de se changer les idées. Elle sursauta quand elle entendit un hennissement. Alexandre qui l'avait également entendu, sortit en trombe de sa chambre et tout comme Martine se dirigea à la fenêtre pour voir arrivé Léa sur son cheval. Les deux n'avaient pas remarqués qu'elle était accompagnée et sortirent à toute vitesse de la maison pour aller accueillir la jeune femme tellement qu'ils étaient heureux de la voir.

Léa et Nolan furent extrêmement surprise de voir Martine chez l'habitant.

- Martine ?! S'exclama la petite blonde.

- Oh ma chérie que je suis contente de te voir, tu ne peux pas savoir. Dit cette dernière en arrivant à coté de la jeune fille. Nolan ! S'exclama t-elle quand elle vit la jeune femme derrière Léa.

Alexandre s'arrêta net quand il entendit le prénom et regarda avec précaution ce que l'aubergiste venait d'appeler. Il vit lui aussi la jeune femme derrière la petite blonde. Et sentit une pointe de jalousie se former en lui.

Les deux amies descendirent de l'animal et furent accueillit chaleureusement par Martine qui les serra tour-à-tour fortement dans ses bras.

- Oh mes enfants, je me suis vraiment inquiétée pour vous, vous ne pouvez pas savoir tellement j'avais eu peur. Dit-elle les larmes au yeux.

- Mais qu'est ce que tu fais ici ? Demanda Nolan elle aussi surprit.

- J'ai fait un cauchemar il y a deux jours où vous mourriez toutes les deux. J'ai pris peur donc je suis venu me rassurer. Expliqua t-elle.

Nolan et Léa se regardèrent et comprirent que le cauchemar coïncidait au moment où le château avait explosé mais préférais ne rien dire sur ça afin de ne pas l'inquiéter d'avantage.

Léa remarqua enfin Alexandre et alla à sa rencontre en s'excusant d'être partit sans rien dire. Ce dernier content de la revoir lui pardonna aussitôt. La jeune femme profita de ce moment afin de présenter Nolan au jeune homme.

- Enchanté de te connaître. Dit Alexandre en tendant sa main à Nolan.

Cette dernière le lui rendit et au moment où les deux mains furent serrées, les deux jeunes gens se dévisagèrent. Ni l'un ni l'autre ne détachèrent le regard. Une drôle de tension commença à s'installer entre eux deux. Léa et Martine commencèrent à se sentir mal à l'aise et eurent l'impression de voir des éclaires sortir dans les deux yeux de Nolan et Alexandre. C'est Léa qui les interrompit en invitant Nolan à entrer dans la maison afin de se poser un peu. Cette dernière accepta et suivit la petite blonde.

Martine et Alexandre allèrent aussi dans la maison en restant derrière les deux amies. Alexandre regardait froidement Nolan. Cette dernière qui le sentit tourna légèrement la tête et lança un regard noir à Alexandre.

- Je ne te la laisserai pas aussi facilement. Dit silencieusement Alexandre à Nolan.

- Tu n'es pas assez fort pour moi. Répondit aussi silencieusement Nolan.

Léa ne dit rien mais regardait accablée ses deux amis du coins de l'œil. « Je sens que cela ne sera pas facile avec eux deux. » Se dit-elle fatiguer sans se douter de rien.

Martine de son coté ne dit rien mais rigolait intérieurement en comprenant le manège des deux jeunes gens et fut vraiment surprise de comprendre que Nolan commençait à avoir des sentiments amoureux envers la petite blonde. « Je sens que je vais bien m'amuser moi. » Se dit elle.




















Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:17

CHAPITRE 9


Dans la maison de Pascal on pouvait entre des cris de l'extérieur. Le père était entré à la fin de la journée et fut vraiment heureux de revoir Léa. Tout comme les autres, il fut surprit de voir cette dernière avec quelques hématomes sur le visage ainsi que de voir Nolan. Quand la jeune femme fit les présentations il fut vraiment contente de rencontrer l'amie de la petite blonde. Chose qui déplaisait fortement à Alexandre.

Ce dernier se mit en colère quand Pascal proposa à Nolan de rester chez lui. Martine et Léa étaient surprise du comportement d'Alexandre. Ce dernier ne voulant pas se mettre la petite blonde à dos, expliqua alors que la maison était vraiment petite et qu'elle ne pouvait pas accueillir une personne de plus car toute les chambres étaient déjà prise. Ne voyant pas la véritable raison Léa accepta cette excuse. Martine de son coté, ne dit rien mais comprit la véritable intention du jeune homme chose qui lui déplaisait particulièrement. Elle regarda Nolan qui n'avait rien dit depuis le début. « Qu'est ce que tu va faire mon grand. » Se dit elle.

- Je sais qu'il n'y a plus de place mais nous ne pouvons pas la laisser dormir dehors. Dit gentiment Pascal.

- Il y a un auberge dans la ville, ce sera plus simple et comme ça elle aura également son indépendance. Répondit plus calmement Alexandre en regardant Nolan avec un sourire vainqueur.

- Oui c'est vrai car a chambre où dorme Léa et Martine est trop petite pour une troisième personne et avec toi c'est impossible. Avoua le père. Je suis désolé ma fille de ne pas pouvoir t'accueillir avec nous. Dit-il embêter à Nolan.

- Non ce n'est pas grave je comprend. Répondit-froidement Nolan.

Léa sentait son cœur se serrer. Elle savait que c'était la décision de départ que cette dernière aille à l'auberge mais elle ne pouvait pas admettre de l'avoir loin d'elle. Elle sursauta quand son ami se leva.

- Tu vas où ?

- À l'auberge afin de me détendre un peu. Répondit Nolan en se dirigeant vers la sortie.

- Oui tu as raison et ne t'inquiète pour Léa je hurmph...

Alexandre ne put dire un mot de plus qu'il se retrouva avec une pomme dans la bouche. Léa, Martine et Pascal écarquillèrent les yeux devant l'action qui venait de se passer. Nolan ayant eut marre d'entendre Alexandre parler pour ne rien dire, au lieu de perdre son sang-froid en utilisant son pouvoir, elle préféra le faire taire en lui bouchant la bouche avec une pomme qui se trouva sur la table. Une fois lui avoir mit le fruit dans la bouche, elle se positionna devant lui en s'adossant à la table et approchant son visage de son rival de façon à ce que leur visage sois nez-à-nez.

- Tu as quelque chose à rajouter ? Demanda Nolan avec un regard noir.

Alexandre secoua la tête autant qu'il le pouvait. Les yeux de Nolan le terrifiait.

- Tu es sur ? Insista cette dernière.

Alexandre hocha vivement la tête afin de se faire comprendre.

- Bien. Dans ce cas là je vais vous laisser. Dit la jeune femme brune avant de retourner à la porte. Une fois cette dernière d'ouverte et au seuil, Nolan s'arrêta et se tourna légèrement afin de pouvoir regarder Alexandre qui avait toujours le fruit dans la bouche. Finalement je ne vais pas aller à l'auberge. Je vais simplement m'installer dans l'étable. Finit-elle avant de sortir en fermant la porte.

Léa était contente des propos de son amie, même si cette dernière ne dormait pas dans la maison, elle restait dans la propriété et cela rassurait vraiment beaucoup la petite blonde. Alexandre lui par-contre, bouillait de l'intérieur il n'admettait pas de s'être fait malmener par une femme et qu'elle soit un peu plus jeune que lui. « Elle va me le payer. si elle croit avoir gagner contre moi, elle se met le doigt dans l'œil. » Se dit il avec rage.

Martine retenait un gros fou rire devant l'action enfantin de Nolan qui avait pourtant admirablement bien marcher. « Je vois qu'elle commence à vraiment devenir humaine. Quand à Pascal qui ne comprenait rien du tout à ce qu'il se passait préférait ne rien dire.

Nolan marcha calmement en direction de l'étable et ne comprenait pas elle même le comportement qu'elle avait eu envers Alexandre. Elle sentait comme un danger de venant celui ci. Lequel elle ne le savait pas encore, tout ce qu'elle pouvait dire, c'est que cet homme sera plus d'une fois sur son chemin.

La nuit commença à tomber quand tout le petit monde alla dans sa chambre respective. Léa par contre, en ressortit pratiquement aussitôt qu'elle était rentrée et se dirigea vers la porte d'entrée. Elle tomba sur Alexandre qui retournait dans sa chambre après s'être fait une tasse de thé et qui fut fort étonné de tomber lui aussi sur la petite blonde.

- Que fait tu encore debout ? Demanda le jeune homme intrigué.

- Je vais voir Nolan. Répondit Léa innocentement.

- Elle doit dormir à l'heure qu'il est. Tu ne devrais pas aller la déranger. Expliqua Alexandre voulant faire changer d'avis la jeune femme.

- Oui surement. Répondit un peu tristement Léa.

Alexandre sentit une première victoire arriver quand il vit la main de la jeune femme se défaire de la poignée de la porte.

- Aller, viens te coucher tu la verra demain. Enchaina t-il en profitant de l'occasion pour lui passer un bras autour des épaules.

À sa grande surprise Léa le repousse gentiment et se retourna près de la porte.

- J'ai envie d'aller vérifier moi même. Dit-elle en ouvrant la porte et sortant en laissant Alexandre seul comme un imbécile avec sa tasse à la main.

Énervé, ce dernier referma la porte et parti dans sa chambre à grande enjambée. « Bon sang, je sans qu'elle va être un danger cette Nolan. Il faut vraiment que je m'en méfie. Elle sera plus d'une fois sur mon chemin en me mettant des bâtons dans les roues celle-là. Ce dit-il en entrant dans sa chambre.

La jeune femme prit le chemin de l'étable qui était juste à coté et entra en faisant attention de ne pas faire de bruit au cas où son amie dormirait. Elle referma la porte afin de ne pas laisser la fraicheur de la nuit pénétrer trop rapidement. Elle resta un moment vers la porte afin que ses yeux s'habituent à l'obscurité de l'étable. Une fois fait, elle commença à avancer doucement en regardant bien autour d'elle pour voir si elle ne voyait pas la jeune femme brune dans le coin. Elle regarda dans chaque boxe et recoin des lieux mais ne la vit pas. Son cœur se serra de déception quand elle se rendit compte que son amie était en faite bien partie dans l'auberge comme c'était convenue. C'est le cœur lourd qu'elle prit le chemin de la sortie. Elle arriva vers la porte et s'apprêta à l'ouvrir, quand elle entendit un bruit de paille venant de dessus d'elle. Elle leva les yeux et tomba sur la jeune femme qui était à l'étage en train de la regarder.

- Nolan ! S'exclama t-elle joyeusement.

La jeune femme brune ne répondit pas et la regarda avec un visage impassible.

- Je pensais pas que tu serai ici. Je croyais que tu étais aller à l'auberge. Dit Léa embarrassée.

- Qu'est ce que tu fais ici ? Demanda Nolan froidement.

Le ton employé de la jeune femme brune fit sursauter Léa qui sentit son cœur se brisé.

- Je...je voulais te voir. Répondit la petite blonde tristement.

Nolan regardait le visage de son amie s'assombrir et sentit son cœur battre. Elle ne le montrait pas, mais elle était vraiment heureuse de voir la jeune femme ici et savoir qu'elle la cherchait, cela lui réchauffait vraiment le cœur.

- Je...je vais te laisser si je te dérange. Dit la petite blonde accablée en ouvrant la porte de l'étable.

- Non attend ! Fit rapidement Nolan en sautant de son perchoir.

Une fois sur le sol, en un éclair elle se plaça derrière la jeune femme blonde et referma la porte en la faisant caquer.

- Non ne part pas, reste avec moi. Dit la jeune femme brune d'une voix beaucoup plus douce.

Le cœur de Léa battait à tout rompre, le corps de Nolan était collé au sien. Elle n'osait plus bouger. « Mais qu'est ce qu'il m'arrive ? Pourquoi suis je dans cet état quand elle est si proche ? » Se demanda-t-elle intérieurement. Nolan était dans le même état que son amie. Elle non plus ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait. Quand elle était très près de la petite blonde, tout son corps ce mettait à trembler et son cœur battre rapidement. Elle avait l'impression que son cœur allait sortir de sa poitrine. Elle avait une sensation complètement différente de ce qu'elle avait ressentit jusqu'à maintenant. Elle ne savait pas mettre un mot sur le nouveau sentiments qui commençait à naitre en elle.

- Allez viens, mettons nous en haut. Nous serons plus à l'abri. Proposa Nolan gentiment.

Léa accepta son invitation et suivit la jeune femme dans le grenier là où était stokée la paille et le foin. Les deux amies s'installèrent confortable sur le petit nid que Nolan c'était préparée. Comme si qu'elle avait devinée les intentions de le jeune femme, elle avait préparé la place pour deux personnes. Les deux amies reposèrent toutes les deux sur le dos en regardant le plafond. Nolan avait placée ses mains derrière la tête alors que Léa avait elle mit les siennes sur son ventre.

- Pour Tamas, nous aurons la réponse de savoir par où il est passé d'ici deux jours. Commença Nolan.

- Ah bon mais comment le sais tu ? Demanda Léa surprise.

- Mon loup est entrain d'essayer de trouver la piste de ce bandit et j'ai confiance en lui et je sais qu'il trouvera.

- Ce serai vraiment génial ça. Dit la petite blonde ravi.

- Oui, il nous dira par où il est passé et après il nous indiquera le chemin au fur et à mesure de la route. Finit Nolan.

- C'est vraiment bien. Dit Léa. Avant de se redresser sur un coude afin d'avoir la jeune femme brune dans les yeux.

Cette dernière regarda surprise de ce que son ami faisait et se mit à rougir quand elle réalisa que la petite blonde était vraiment proche d'elle.

- Pourquoi m'aide tu ? Demanda Léa.

Nolan regarda le visage tendre de son amie et laissa apparaître un léger sourire se dessiner.

- Je ne sais pas. Au début c'était pour te rendre ta liberté pour éviter que tu ne te tue mais maintenant, je crois que c'est pas ce que j'ai envie de le faire. Répondit-elle sincèrement puis, elle enleva sa main droite de dessous sa tête et posa son index sur le visage de Léa juste en dessous de ses yeux. Et parce que j'ai plus envie de voir ce liquide que tu appel larme sortir de tes yeux.

La jeune femme était vraiment touchée par le geste et les mots de Nolan. Elle se rendit compte que plus les jours avançait et surtout depuis ce fameux soir où elle était parti en la lâchant, plus Nolan devenait de plus en plus humaine en utilisant de plus en plus ses sentiments. Ne pouvant résister plus longtemps, elle posa sa tête sur le torse de Nolan qui sursauta devant l'action de la jeune femme.

La jeune femme brune perdit encore plus pied quand elle sentit le petit bras se poser sur son ventre en l'entourant. Son cœur battait très fortement et tout son corps tremblait. Elle ne savait vraiment pas ce qu'il lui arrivait. Elle commença vraiment à paniquer. Nolan se rendit compte que ce qu'il se passait en elle, n'était pas mauvais mais elle ne comprenait pas. Sans savoir pourquoi, elle savait que si elle parlait de cela quelque chose allait se casser alors, elle préféra ne rien dire et suivre son intuition. Nolan posa sa main droite sur le bras de la jeune femme blonde qui l'entoura et posa son bras gauche sur le reste du corps.

Léa sentit son corps partir quand les membres de la femme se posèrent sur elle. Son cœur battait très rapidement au point qu'elle cru qu'il allait s'arrêter à tout moment. Elle ne comprenait pas ce qu'il lui avait prit de faire ceci mais, elle savait que si elle bougeait quelque chose allait ce casser alors, elle préféra ne rien dire et de simplement fermer les yeux en laissant Morphée la capturer. Nolan se sentant vraiment bien pour la toute première fois de sa vie, ferma les yeux et partie rejoindre son amie dans le pays des rêves. Toutes les deux restèrent dans les bras de l'une et de l'autre durant toute la nuit sans que rien ni personnes ne les dérangent.

Le lendemain matin Nolan se réveilla avec le soleil. Elle ouvrit doucement les yeux et découvrit Léa face à elle. Elle fut surprit de voir que toutes les deux avaient bougé dans la nuit en se serrant encore plus. Léa était dans ses bras collé à elle avec son front posé sur sa poitrine. Elle remarqua qu'elle même avait enveloppé le petit corps de manière protectrice. Sans faire de bruit et en faisant attention de ne pas la réveiller, elle se redressa légèrement et regarda la profil endormi de la jeune femme blonde. Elle ne put s'empêcher de remarquer la beauté de la jeune femme et comprenait pourquoi elle avait été faite esclave. Cette pensées resta en suspend. Il y avait quelque chose qu'il la dérangeait dans ceci. Quoi, elle ne le savait pas mais, elle était sûr que la jeune femme ne le lui avait pas tout dit au sujet de ce qu'elle faisait comme travail au château.

Elle se rendit également compte que de tous les autres esclaves, c'était la seule qu'elle avait vu et qui pouvait se promener dans le château sans prendre une correction. Elle se promit de lui demander ce qu'il c'était vraiment passé ce jour là quand elle était arrivée avec pleins de blessures ouverte de partout. Nolan se rappela également que à chaque fois que Léa venait la voir, elle avait de plus en plus d'hématomes. Elle avait également remarquée que ses blessures n'étaient pas faite uniquement au visage mais sur tout le reste du corps.

Et ses cauchemars qu'elle fait régulièrement, elle était sûr que tout ceci avait un liens avec ce qu'on lui faisait subir. Elle regarda le visage de son amie et commençait vraiment à ressentir de la haine mais envers elle même. Elle se demandait comment avait-elle fait pour lui faire autant de mal alors que la petite blonde était si douce et gentille avec elle depuis le début. Jamais elle ne lui avait fait du mal, même si elle se fâchait pour des choses, pas une fois Léa à été cruel envers elle. Alors qu'elle même, l'avait été. Tout ça parce que la jeune femme blonde était différente des autres et que pas une fois elle ne l'avait repoussée. Nolan regarda son amie avec beaucoup de douceur, elle se redressa légèrement sur le coude gauche et approcha la main droite du visage de Léa. Elle avait fait le mouvement si lentement que la jeune femme ne se réveilla pas. La jeune femme brune allait poser sa main sur la peau de la petite blonde quand la porte de l'étable s'ouvrit brusquement. Nolan retira immédiatement sa main et sorti rapidement de sa couche avec la chance de ne pas avoir réveiller Léa et en un rien de temps, elle sauta hors du grenier et atterri sur ses pied devant Alexandre qui sursauta surprit de se retrouver nez-à-nez avec sa rival.

- Qu'est ce que tu veux ? Demanda froidement Nolan.

- Je hum, je cherche Léa. Répondit Alexandre en reprenant son calme.

- Pourquoi faire ? Lui demanda une nouvelle fois Nolan froidement.

- Cela ne te regarde pas ! Répondit Alexandre aussi froidement que sa rival.

Les deux jeunes gens se dévisagèrent avec des yeux sombres. Alexandre commençait à se sentir de plus en plus mal à l'aise quand les yeux bleus se firent de plus en plus sombres.

- Que tu cherche Léa ne me dérange pas mais que tu vienne me réveiller uniquement pour cela sache que je n'aime pas beaucoup cela. Dit Nolan d'un voix très menaçante.

- Je...je suis vraiment désolé je ne pensait pas que...

Alexandre ne put finir sa phrase qu'il se senti soulever dans les aires. Nolan attrapa ce dernier par le col de sa chemise ainsi que par la ceinture de son pantalon et le souleva comme si qu'il faisait le poids d'un plume.

- Nolan attend ! Qu'est ce que tu fais pose moi par terre ! Cria Alexandre mort de peur.

- Si tu veux chercher Léa va le faire dehors ! Gronda méchamment Nolan avant de jeter son fardeau hors de l'étable en le faisant atterrir dans l'abreuvoir des chevaux qui se trouvait à l'extérieur. Aussitôt fait, Nolan referma la porte derrière elle et se colla à elle. Elle pouvait entendre Alexandre jurer tout ce qu'il pouvait chose qui l'amusait vraiment beaucoup.

- Qu'est ce qu'il se passe ? Lui demanda une petite voix endormit.

- Hein oh rien, juste un animal qui faisait trop de bruit. Répondit Nolan d'une voix neutre.

- Ah d'accord. Répondit Léa en regardant Nolan étrangement en se posant des questions sur le comportement serin de son amie.

Cette dernière haussa les épaules et alla vers le cheval de la jeune femme comme si de rien était. Alexandre sortit de l'abreuvoir tremper jusqu'aux os, il râla de bon cœur contre Nolan en le traitant de tout les noms d'oiseaux qu'il pouvait. Il entra rapidement dans la maison sous les yeux étonnés de Pascal et Martine.

- Ben qu'est ce qu'il t'arrive tu es tremper ? Tu n'a pas trouvé Léa ? Demanda le père tout penaud.

- Non ! Répondit sèchement Alexandre avant de s'enfermer dans sa chambre.

Martine retenait un méchant fou rire qui menaçait dangereusement de sortir. « Lui il a croisé Nolan, ne jamais aller la réveiller surtout si Léa est à ses cotés. » Dit elle vraiment fièrement.

Nolan et Léa arrivèrent tout deux peut de temps après dans la maison afin d'aller prendre leur petit déjeuner. Le repas se passa dans le calme sauf qu'Alexandre regardait Nolan avec un regard haineux. La petite blonde s'en rendait compte et se demanda ce qu'il se passait, car elle voyait son amie rester impassible devant les yeux noir. Alexandre cherchait une idée afin d'obtenir les faveur de la jeune femme pour la journée mais avec Nolan, il se rendit compte que cela serai assez compliquer. Il se mit à réfléchir sérieusement quand d'un coup une idée lui vint en tête.

- Léa ? Commença t-il.

- Oui qu'est ce qu'il y à Alexandre ? Demanda la jeune femme d'une voix douce.

Nolan sursauta quand son rival appela la petite blonde et se mit à regarder le jeune homme d'un regard méchant.

- Ben en fait comme pendant trois jours tu était absente, je me suis dit qu'aujourd'hui tu pourrais peut-être rattraper ton retard de ton entrainement. Expliqua Alexandre.

- Oui c'est vrai je suis désolée et en plus aujourd'hui il à l'air de vouloir faire moins chaud. Répondit Léa sans savoir.

- Oui c'est pour cela que l'on pourrait peut-être s'entrainer pendant une bonne partie de la journée en commençant après le petit déjeuner. Finit Alexandre d'un air innocent.

- D'accord pas de souci. Dit Léa en se mettant debout. Je vais aller chercher le bâton et on peut si mettre. Finit-elle en partant dans sa chambre.

Alexandre lança un gros sourire de vainqueur à Nolan qui le fusillait du regard d'avoir perdu la manche.

- Hé oui mon ami, elle sera bientôt à moi. Dit silencieusement Alexandre à Nolan.

- Tu peux toujours rêver je ne perdrai pas contre toi. Répondit silencieusement la jeune femme brun.

Léa qui était revenu entre temps regarda tour-à-tour deux les jeunes gens qui se dévisageaient, sans comprendre ce qu'il se passait. Martine éclata de rire à ce moment là, elle ne pouvait plus se retenir tellement la situation était trop pour elle. Le trois la regardèrent avec un regard d'incompréhension mais elle ne dit rien et sorti de la maison en laissant pleins de point d'interrogation en suspend dans la pièce.

Quelque instant plus-tard, Léa et Alexandre commencèrent leur entrainement quotidien sur le terrain vierge qui était situé derrière la maison. Nolan était restée au grand malheur de son rival. Elle avait peut-être perdu cette partie, mais il était hors de question que ce maudit Alexandre reste seul avec son amie. Pendant l'entrainement Nolan s'était installée contre un arbre avec ses mains derrière la tête et ne lâcha pas du regard la jeune femme. Alexandre le remarqua et cela le dérangeait particulièrement. À un moment Léa fit un faux mouvement et trébucha. Alexandre étant le plus proche, la rattrapa avant qu'elle ne tombe lourdement sur le sol. Nolan qui s'était également levée, arriva quelques secondes après.

- Tu va bien ? Demanda la jeune femme brune inquiète.

- Mais oui elle va bien et toi humfr...

Alexandre qui commença à répondre ne peut dire un mot de plus qu'il se retrouva avec une pomme dans la bouche.

- Je ne t'ai pas parlée à toi. Dit sèchement Nolan.

Léa qui était en train de se remettre debout n'avait pas vu ce que la jeune femme brune avait fait.

- Tu vas bien ? Redemanda Nolan inquiète en aidant son amie à se lever.

- Ou...oui je vais bien rassure toi. Répondit-elle avait un doux sourire et quand elle se tourna vers Alexandre elle fut très surprise. Mais Alexandre, pourquoi tu mange une pomme ? C'est l'heure de la pause ? Demanda t-elle n'ayant pas vu le geste de Nolan.

Alexandre regarda la jeune femme avec un tête d'ahurie avec le fruit dans la bouche et affaissa ses épaules découragé de voir que Léa n'avait pas assistée à l'action.

- Oui si tu veux on s'arrête dix minutes. Dit-il en souriant pour masqué sa colère.

- D'accord. Dit la petite blonde en souriant.

Cette dernière alla vers le puits afin de se désaltérer. Alexandre attendit que Léa soit assez loin et se tourna vers Nolan.

- Bon sang à quoi tu joue ?! Demanda t-il énervé.

- Je peux te retourner la question tu n'es pas obligé de la collé si prêt pour lui apprendre à combattre. Répliqua Nolan de la même manière.

- Si je veux bien lui apprendre, il y a des moments ou je suis obligé afin de lui montrer la position qu'elle doit prendre. Contra Alexandre d'un ton sec.

- Elle est loin d'être stupide ! Tu peux le lui montrer en faisant toi même la position. Expliqua Nolan de la même manière.

Il n'eurent pas le temps de continuer leur confrontation que le sujet de la dispute arriva.

- Nolan, Alexandre, vous aller bien ? Demanda naïvement Léa ne voyant rien.

- Oui tout va bien. Répondit Nolan en se détournant d'Alexandre pour reprendre sa position. Auprès de l'arbre. « Qu'est ce qu'il m'énerve un jour je me le ferai. » Se dit-elle intérieurement.

Alexandre suivit la jeune femme brune d'un regard remplit de colère. Qu'est ce qu'elle m'énerve un jour je me la ferai. Se dit-il également. Léa qui ne comprenait vraiment rien du tout, regardait tour-à-tour les deux jeunes gens en essayant de comprendre. Martine qui était dans la cour à étendre le linge s'amusait vraiment de tout ce petit jeu entre les deux rivaux. Elle trouva qu'Alexandre était une bonne chose pour Nolan, car il lui permettait de canaliser sa colère en lui permettant aussi de la faire devenir de plus en plus humaine. Elle était même étonnée de voir sa petit protégée se battre pour la petite blonde alors qu'elle ne savait pas elle même ce qu'elle ressentait.

L'aubergiste était vraiment amusée de voir comment Nolan arrivait à arrêter les paroles d'Alexandre. Même elle n'aurait jamais pensée à utiliser une pomme pour faire taire quelqu'un de trop bruyant. Ce qui l'amusait également, c'était de voir la pauvre Léa au milieux de cette petite guerre et qui ne voyait vraiment rien sur les sentiments des deux rivaux. Martine regarda Nolan qui était en train de regarder son amie combattre sans bouger. Elle était un peu triste pour elle de la voir comme ça sans rien faire. D'un coup une idée lui virent en tête et elle se dirigea vers la jeune femme brune. Elle fit le tour afin de ne pas déranger les deux jeunes qui s'entrainait et s'installa auprès de Nolan qui la salua en la voyant s'assoir à coté d'elle.

- J'ai peut-être une idée pour que tu puisse faire plaisir à Léa. Chuchota t-elle à la jeune femme.

Cette phrase attira l'attention de Nolan et fut vraiment intéressée.

- Explique, qu'est ce que c'est. Chuchota la jeune femme.

- Fait lui un cadeau. Répondit l'aubergiste.

- Comment ça ? Demanda Nolan sans trop comprendre.

- Offre lui quelque chose qui lui serra utile tous les jours ou presque et qu'elle ne se séparera jamais. Expliqua Martine.

- Quelque chose dont elle pourrait toujours avec soit et qui lui sera utile. Redit Nolan en réfléchissant tout en regardant la petite blonde. Elle se mit à rougir légèrement quand cette dernière lui fit un doux sourire. Elle continua toujours à réfléchir quand d'un coup elle trouva l'objet.

- Tu as trouver ? Demanda Martine en voyant sa petite protégée réagir à quelque chose.

- Oui je crois, peut tu m'emmener en ville ? Demanda Nolan.

- Hein ? Oui bien sûr. Répondit l'aubergiste surprise de la demande.

Sans rien dire de plus la jeune femme brune se leva et parti en direction de la maison suivit par Martine. Alexandre qui voyait sa rival partir interpréta mal l'action de Nolan et fut vraiment ravit de se retrouver seul avec Léa. Cette dernière par contre sentit son cœur se serrer quand elle vit son amie partir. « Bon sang ! Mais qu'est ce qu'il m'arrive ? Pourquoi j'agis comme ça depuis quelque temps ? Elle ne part pas pour toujours. » Se sermonna t-elle. La jeune femme évita de justesse un coup qui aurai pu lui être fatal à la dernière minute.

- Hé ben Léa on rêve. Dit Alexandre étonné de la maladresse de la petite blonde.

- Désolée, aller on reprend. Dit-elle ne voulant pas donner d'explication. Elle chassa Nolan de son esprit et l'entrainement reprit.

Alexandre était vraiment ravit de voir que la jeune femme avait fait d'immense progrès depuis son arrivée. Il put remarquer qu'elle était vraiment capable de se débrouiller seule avec son bâton de combat. Aussi bien en défense qu'en attaque. Il était vraiment fière de lui car il savait que cela c'était grâce à lui uniquement.

Ni lui ni Léa ne se doutait que en faite la vrai force qui permit à la jeune femme de progresser rapidement en l'espace d'une journée, était la présence de Nolan. Cette dernière se doutait encore moins que la force qui permettait de faire avancer Léa était sa seul présence. Nolan et Martine étaient arrivées dans le centre ville et vagabondaient dans la rue principal. L'aubergiste se demandait où la jeune femme allait, car elle n'avait rien dit de tout le trajet. l'aubergiste était vraiment contente de se retrouver avec sa petite protégée, car cela lui rappelait sa rencontre avec les deux jeunes femmes et des moments passés ensemble quand elle les avaient emmenées faire les magasins pour leur acheter leurs vêtements. Elle sortit de ses pensées quand la jeune femme s'arrêta devant l'armurerie.

- Mais qu'est ce... Commença la femme surprise.

- Viens et tu le saura. Dit simplement Nolan.

Cette dernière entra dans la boutique suivit de Martine. Une fois à l'intérieur, elle fut surprise de voir que c'était Pascal le gérant du magasin.

- Oui ma fille, je suis le propriétaire de ses lieux. Dit gentiment l'homme.

Ne lui faisant ni chaud ni froid, Nolan partit à la recherche de ce qu'elle voulait en laissant l'homme avec sa phrase en suspend.

- Oui, elle est assez distante. Dit Martine gêné de l'action de sa jeune amie. Elle vit malheureusement que Nolan n'avait pas changé à ce niveau là toujours aussi froide avec les gens en dehors de Léa et elle même.

- Non ne vous inquiéter pas je comprend. La rassura Pascal.

Nolan fit le tour des lieux et tomba sur ce qu'elle voulait. Elle était devant une étagère ou étaient exposés des bâtons de combat en tout genre. Elle les regardait les uns après les autre afin de prendre celui qu'elle voulait. Elle passa chaque armes au peigne fin. Elle ne voulait vraiment pas faire d'erreur. Son regard se posa sur un bâton de couleur noir avec chaque bout entouré d'un cordage rouge.

Pascal arriva à ce moment là et sorti l'arme.

- Ce bâton à était fait dans un matériaux spéciaux. Qui est le bois de fer. C'est un bois extrêmement solide et la duré est sans limite. Il y a un tube fin de métal au centre afin que l'arme ne se casse pas en combat très intense. Déjà que le bois en lui même est très dure et très difficile à casser, alors en plus de la barre métallique qu'il se trouve à l'intérieur cela fait de lui l'un des bâtons de combat les plus solide du monde. Par contre il est un petit peu plus lourd que les normaux à cause du métal. Expliqua l'homme.

Nolan prit l'arme que le vendeur lui tendit et le regarda attentivement. Elle sentit également le poids et vit qu'il n'était pas aussi lourd. Elle le testa afin de voir si ce dernier était vraiment maniable.

- Mais tu sais utilisé des armes ? Demanda Martine en voyant Nolan faire pivoter le bâton à grande vitesse en le faisant bouger dans tout les sens comme si qu'elle attaquait un ennemis.

- Mon maître m'avait appris à utiliser différentes armes si jamais je devait en avoir besoin même si je m'en suis jamais servit. Répondit Nolan. Très bien je vous le prend. Dit-elle à Pascal. Et je vais également vous prendre ceci. Finit-elle en prenant un épée de taille moyenne sur une des étagères.

- Oui bien-sur. Répondit Pascal. Permet moi dans ce cas là de t'offrir ceci. Dit-il en sortant un fourreau pour l'épée et une ceinture afin que la jeune femme puisse l'attacher à la taille.

- Merci mais je voudrai savoir si vous avez un bracelet en fer aussi ? Demanda la jeune femme.

- Un bracelet en fer ? Demanda Martine et pascal en même temps.

- Oui je voudrais avoir un truc en fer qui fasse la même taille que mon protège avant-bras droit. Expliqua Nolan.

Le marchant se mit à réfléchir et se souvenait qu'il avait quelque chose dans ce genre.

- Je pourrais avoir cela. Attend ici je vais aller voir dans la réserve. Dit Pascal avant de partir.

- Nolan que ce passe t-il ? Le bâton de combat je pense bien qu'il est pour Léa mais l'épée et le protège c'est pourquoi ? Demanda Martine intriguée.

- Je ne vais pas vous le cacher. D'ici quelque jours, Léa et moi nous allons partir à la recherche d'un seigneur de guerre.

- Quoi mais vous êtes folles ! S'exclama l'aubergiste affolée.

- Non, Léa à quelque chose à faire avec cet homme et je lui est promis de l'aider à accomplir ce qu'elle veut faire et si je veux pouvoir la protéger, il faut que moi aussi je devienne un peu plus forte. Expliqua Nolan calmement.

- Voilà j'ai trouvé ce que tu voulais. Dit Pascal en arrivant entre temps avec quelques habilles de fer.

- Mais attend c'est de la folie de partir toutes les deux comme ça ! Dit Martine vraiment très inquiète sans faire attention au retour du marchant.

- Je ne sais pas si c'est de la folie mais Léa à besoin de retrouver ce seigneur de guerre et je le lui est promit de plus, je ne sais pas pour Léa mais je pense qu'elle sera du même avis que moi, mais rester dans un endroit à ne rien faire, c'est ennuyant. Finit la jeune femme brune.

- Mais Nolan.

- Nous avons été enfermées toute notre vie alors que maintenant nous pouvons être enfin libre, nous avons besoin de voir beaucoup de chose ! S'emporta le jeune femme afin de faire taire l'aubergiste.

- Je sais pas de quoi vous parler mais suivre un seigneur de guerre comme ça c'est plutôt risqué. Intervint Pascal.

- Vous ! Je ne vous est rien demander ! Contrat Nolan ne supportant pas que l'on ce mêle de ses affaires. Je vous prend tout ce que vous avez ramener et je part. Dit sèchement le jeune femme en laissant une bourse avant de prendre les armes et sortir du magasin afin d'éviter de s'énerver plus.

- Hé ! Tu ne me parle pas comme ça veut tu ?! Gronda Pascal en attrapant Nolan par le bras quand cette dernière était sur le seuil de la porte.

À ce moment là la jeune femme tourna la tête et ses yeux bleus furent d'une extrême brillance en devenant aussi noir que la mort.

- Nolan arrête ! Cria Martine de peur pour Pascal.

Elle n'eut pas le temps d'arrêter la jeune femme que le marchant se retrouva expulsé violemment contre le mur de son magasin qui se trouvait à l'opposé de la porte. Son corps était suspendu dans les airs en ne touchant plus le sol. Pascal sonné, se reprit d'un coup quand il vit qu'il était plaqué contre le mur à un mettre du plancher.

- Mais qu'est ce...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase que son corps se mit de nouveau à bouger en chutant lourdement sur les étagères où étaient exposées les armes tranchantes. L'homme sentit son dos se tasser et une puissante douleur dans la colonne vertébrale. Martine se jeta immédiatement sur le marchant. Ce dernier était conscient mais ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait.

- Pascal vous aller bien ?! Demanda l'aubergiste très inquiète.

- J'ai mal au dos mais ça va. Répondit l'homme. Mais qu'est ce qu'il...

Il ne put finir sa phrase quand il vit quatre épées flotter dans les aires et se tourner pour avoir le tranchant des armes face à lui. Martine qui les vit également se mit à trembler de peur et se retrouvait une nouvelle fois impuissante face à Nolan qui avait les yeux aussi noir que la mort. D'un coup les épées se mirent à voler à pleine vitesse dans la direction de Pascal et Martine qui fermèrent leurs yeux en se protégeant leurs têtes de leur bras.

- Ne me retouchez plus jamais. Dit Nolan d'une vois meurtrière avant de disparaître dans la rue.

L'homme et l'aubergiste ne sentant rien ouvrir les yeux et se mirent à sursauter fortement quand ils virent les épées s'être plantées tout autour du marchant au niveau de son bas ventre. Pascal était tétanisé. Il n'osait plus faire un geste, Martine avait tout aussi peur mais ayant déjà eu affaire à la jeune femme, elle avait apprit à maitriser un peu sa peur.

- Qu...qu'est ce qu'il c'est pa...passer ne...ne me dite pas que...que. Bredouilla Pascal.

- Vous connaissez la réponse j'en ai bien peur. Répondit l'aubergiste peinée.

- Mais qui...qui es...est il ? Bégaya l'homme.

- Je ne connais pas son histoire, je sais juste qu'une chose est en elle et est dévastatrice qui agit en fonction de ses émotions et de sa colère.

- Mais comment peut on laisser quelqu'un comme ça en liberté ! Fit Pascal stupéfait de ce qu'il entendait.

- Je ne sais pas mais je peux vous dire une chose vous êtes le premier qui reste en vie après avoir vue ses yeux là. Dit tristement Martine.

- Quoi ?! S'exclama l'homme.

Martine ne pouvait vraiment pas répondre à Pascal car elle ne savait pas d'où venait les deux jeunes gens. Elle n'avait jamais osée demander leur histoire. Ne voulant pas provoqué la colère de Nolan en posant des questions trop indiscrète elle préféra ne rien dire et attendre.

- Nolan à ce truc qui fait vraiment peur, mais c'est une jeune femme vraiment bien. Dit l'aubergiste avec espoir.

- Non ! Je ne veux pas de ça chez moi ! Il faut qu'elle parte immédiatement ! Dit l'homme en colère en se relevant.

- Vous ne voulez pas essayer, de la connaître un peu avant. Tenta Martine de le convaincre.

- Non ! Je ne veux rien savoir du tout ! Je ne sais pas ci cette chose est en elle ou non et à vrai dire je ne veux rien savoir, mais savoir une personne pire que le diable sous mon toit, il est hors de question ! Expliqua le marchant en sortant de son magasin pour se diriger vers son habitable.

Nolan arriva calmement dans la propriété de Pascal et Alexandre. Léa la vit arriver et en fut vraiment ravit. Elle la vit également chargé et fut vraiment surprise. Elle fut deux fois plus surprise quand elle vit le père d'Alexandre courir après Nolan en lui criant dessus. Elle et Alexandre se précipitèrent tout les deux vers Pascal et la jeune brune pour comprendre ce qu'il ce passait ils furent rejoint par Martine.

- Papa ! Qu'est ce qu'il se passe ? Demanda Alexandre.

- Nolan ça va ? Demanda Léa.

- Il se passe que je ne veux plus de ce démons ici ! Elle dégage avec toute ses affaires ! Cracha Pascal.

- Quoi mais pourquoi ?! Demanda Léa surprise. Nolan que c'est t-il passé ?! Demanda-t-elle affolée.

- Il c'est passé que c'est un démon cette fille Cria la père.

Léa sursauta à ses mots et comprit immédiatement ce qu'il c'était passé.

- Un démon ? Demanda Alexandre ne comprenant pas.

- Non ! Attendez monsieur ce n'est pas un démon ! S'exclama Léa en défendant Nolan.

- Ah oui alors comment m'explique tu que ce fameux truc m'a fait voler dans tout mon magasin et qu'il à plantée plusieurs épée autour de mon corps et ne ment pas, car Martine était là ! Cracha Pascal hors de lui.

- Qu'elle truc ? Demanda Alexandre.

- Non monsieur ce n'est pas un démon ! Si elle a fait cela c'est qu'elle avait une bonne raison ! Nolan ne ferai jamais rien si on ne la provoque pas ! S'emporta Léa.

- Ah mais bien-sûr ! maintenant cela va être de ma faute. Contrat amèrement Pascal.

- Je n'ai pas dis cela mais expliquer moi ce qu'il c'est passé, il dois y avoir une erreur. Continua Léa en se calment.

- Non laisse tomber Léa. Dit Nolan tranquillement.

- Mais Nolan. Léa sentit son coeur se serré.

- Tu l'a entendu, je suis un démon alors laisse tomber. Je vais faire ce qu'il dit. Je vais partir cela sera plus simple. Dit la jeune femme brune en se détournant pour aller dans l'étable.

Léa sursauta quand elle cru voir quelque chose sur le visage de son amie. Elle reporta son attention à Pascal et le regarda furieusement.

- Tu as beau me regarder comme cela Léa mais je ne changerai pas d'avis ! Je ne comprend pas pourquoi tu reste avec une fille dangereuse ! Elle est pire qu'un démon c'est un monstre et...

Il ne put en dire plus qu'une puissante puissante gifle atterrit sur sa joue. Martine Alexandre et Pascal ne put rien dire tellement la surprise du geste était grande.

- NOLAN N'EST PAS UN MONSTRE ! ! ! VOUS NE SAVEZ RIEN DE ELLE COMMENT OSEZ VOUS LA JUGER DE LA SORTE ! ! ! Hurla Léa de rage. Contrairement à ce que l'on pense Nolan à un cœur et si elle fait des choses, c'est qu'on l'a obligatoirement provoqué ! Je le sais car j'ai moi même affrontée son truc et malgré cela je lui dois la vie ! Finit-elle avant de partir en courant à la poursuite de son amie.

Les trois personnes ne purent rien dire tellement ils furent sous le choc de la colère de la jeune femme si calme habituellement. Léa entra dans l'étable et trouva son amie en train de faire un sac en mettant ce qu'elle avait besoin dedans.

- Tu ne devrais pas rester avec moi, je suis un monstre. Dit Nolan d'une voix étrange.

Léa ne dit rien et s'avança vers son amie. Doucement quand elle fut proche d'elle et s'arrêta.

- Tu n'es pas un monstre loin de là tu as encore du mal avec le genre humain et cela ce comprend. Je suis sur qu'il t-a fait quelque chose pour que tu agisse de cette façon, alors explique moi ce qu'il c'est passé.

- Martine était en train d'essayer de me persuader de ne pas partir à la recherche du seigneur de guerre et lui il ait intervenu dans la discussion. Commença Nolan en essayant de contrôler sa voix.

- Je vois Martine à commencer à t'énerver en essayant encore de te dire ce que tu avais à faire. Dit gentiment Léa.

Nolan hocha la tête et poursuivit.

- J'ai payé Pascal en lui disant que la conversation ne le concernait pas et comme je ne voulais pas m'énerver contre Martine j'ai préféré partir. Continua la jeune femme brune.

Je comprend tu lui as surement parler un peu durement, à Pascal mais qu'a t-il fait ? Demanda Léa tendrement en l'invitant à poursuivre.

- Il m'a attrapée par le bras et là je n'ai pas put me maitriser. Finit Nolan en commençant à trembler.

- D'accord tout s'explique. Il n'a pas apprécié de ce faire mettre en place et voulant te corriger, il ta toucher. Quel idiot ! C'était la dernière chose à ne pas faire te toucher quand tu es en colère. Fit Léa en se soupirant.

- J'ai essayer de me contrôler mais j'ai pas put. Dit Nolan avec une voix tremblante.

Léa surprise, posa une main sur l'épaule de la jeune femme et la fit se tourner, mais cette dernière tourna vivement la tête à ce moment là de façon à cacher son visage.

La petite blonde se figea quand elle vit quelque chose de brillant sur le visage de son amie.

Nolan mais...

Léa tendit l'autre main et la posa sur le visage de Nolan, celle ci attrapa la main de Léa et la bloqua.

- Non Léa ne fait pas ça. Dit Nolan avec une voix cassée et encore plus tremblante.

- Nolan, tu es loin d'être un monstre, je sais que cela ne te rassura peut-être pas ce que je vais te dire mais Pascal est vivant tu ne l'a pas tué. Dit tendrement Léa.

Mais je n'ai pas put... Nolan ne put finir sa phrase tellement sa voix se brisa. Elle serra les dents.

Léa sentit le corps de la jeune femme trembler et comprit ce qu'il se passait, son cœur se serra fortement et une boule dans la gorge se forma.

- Nolan regarde moi. Demanda-t-elle calmement.

La jeune femme brune secoua sa tête de négation.

- S'il te plait. Insista la petite blonde en caressant doucement la visage de la femme de son pouce.

Cette dernière luttai fortement contre l'envie de faire ce que la jeune femme blonde lui demandait.

- Je viens avec toi. Je ne te laisserai pas seule. Tu es peut être un monstre, un démon au yeux des autres mais pour moi non. Tu es mon amie et une personne qui m'est chère et il hors de question que je te laisse seul. Avoua Léa.

Nolan enleva sa main de celle de la jeune femme et cette dernière tourna doucement le visage et sentit son cœur s'arrêter quand elle vit des larmes couler des yeux bleus.

- Nous resterons tout les deux rien que toi et moi. Je ne laisserai personne dire de toi que tu es un monstre. Dit Léa dans un sourire extrêmement doux.

Nolan se tourna légèrement et attrapa le bâton de combat et le tendit à Léa.

- C'est pour toi. Dit elle d'une voix remplit de larmes.

Léa regarda la jeune femme brune avec des yeux écarquillés son coeur battait si fort qu'elle cru qu'elle allait mourir tellement elle était heureuse et toucher de voir la gentillesse de Nolan.

- Je suis allé là-bas pour t'offrir cela et je n'ai semé que le chaos. Finit Nolan en éclatant en sanglot.

Doucement Léa s'approcha de son amie et la prit dans ses bras. Pour la première fois de sa vie Nolan se sentit enfin en sécurité et laissa ses larmes couler dans les bras sécurisant de la jeune femme en la serrant fortement dans ses bras pour pouvoir sentir d'avantage la sécurité. Doucement les deux amies se laissèrent tomber au sol.

- Je te remercie je le garderai précieusement comme un objet de valeur. Dit la petite blonde en laissant couler ses larmes touchée par le cadeau et l'état de son amie.

Léa serra son étreinte aussi fort qu'elle le pouvait autour du corps de Nolan qui se laissa aller dans ses petits bras remplit de douceur et de promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:18

CHAPITRE 10

Plusieurs jour plus tard dans un campement au milieu d'une petite clairière, un feu de bois était éteint. On pouvait y voir trois couchage tout autour de celui ci. Quand les premiers rayons de soleil arrivèrent sur les lieux, un des occupant se réveilla et se leva, alla vers le petit lac qui était situé tout près, retira ses vêtements et plongea dans l'eau fraiche. Une deuxième personne avec une petite tête blonde se réveilla peut de temps après. Elle s'étira de tout son corps avant de se lever.

Léa regarda en direction de la couche de Nolan et vit cette dernière déjà levée. Pensant que son amie était partie pour la chasse, elle partit en direction du lac afin de se rafraichir elle aussi. Arrivé au bord de l'eau, elle commença à se déshabiller sans remarquer les vêtements sur le sol. Elle s'arrêta net quand elle entendit du bruit venant du lac. Elle regarda dans la direction et elle vit Nolan sortir la tête de l'eau dans une grosse germe. Elle se mit à rougir violemment quand elle remarqua que cette dernière était nue. Sans attendre elle se tourna afin de ne pas la regarder.

- Bonjours Léa bien dormi. Dit la jeune femme brune gentiment.

- Oui oui merci. Répondit la petite blonde gêné.

- L'eau est vraiment bonne tu veux venir ? Proposa Nolan tout naturellement.

- Heu non non je...j'irai après. Dit Léa rougissant de plus en plus. Je...je vais aller plus...plus loin. Finit-elle avant de partir en courant.

- Mais qu'est ce qu'elle à ? Se demanda Nolan avec une tête penaude ne comprenant pas la réaction de son amie.

Léa s'arrêta quelques mètres plus loin le cœur battant à tout rompre. Elle s'adossa à un arbre afin de se calmer. La vision du corps de la jeune femme était encore très clair dans sa tête. Sans attendre elle ôta tous ses vêtements et plongea dans l'eau fraiche qui lui fit un grand bien. Elle se baigna en essayant le plus possible de ne pas pensée à son ami. Elle s'abaissa d'un coup dans l'eau en mettant ses mains deux bras autour de sa poitrine quand elle vit son amie sur la berge en train de la regarder.

- Mais qu'est ce que tu fais ! Cria t-elle rouge comme une tomate.

- Ben je t'attend. Répondit Nolan naturellement.

- Non vas t-en ! Dit Léa en jetant tout ce qu'elle avait sous la main sur la jeune femme brune en essayant de cacher le plus possible sa poitrine avec un bras.

Voyant les missiles de cailloux, terres et bois arriver sur elle, Nolan se mit à courir rapidement hors de l'endroit où était la jeune femme. Elle s'arrêta quand elle fut vraiment loin des projectiles et ne voulant pas énerver encore plus son amie, elle prit le chemin du campement.

- Mais qu'est ce qu'il lui prend j'ai rien fait de mal. Se dit-elle toute penaude en se frottant l'arrière de la tête.

Léa resta dans son eau n'osant plus sortir.

- Mais bon sang il va falloir que je lui apprenne aussi ce coté là. Dit-elle pour elle même en rougissant.

Elle s'approcha doucement de la berge en faisant bien attention à ce que Nolan ne soit pas dans le coin et une fois rassurée que non, elle se rhabilla rapidement avant de retourner au campement. Quand elle y arriva, elle trouva son amie essayant de refaire démarrer le feu. Elle se mit a rougir tout en se rapprochant d'elle. Cette dernière qui la sentit arriver, se retourna et la regarda étrangement.

- Ça ne vas pas. Demanda-t-elle.

- Si si ça va. Répondit Léa en évitant de regarder son amie.

Léa sursauta quand elle sentit une main sur elle.

- Mais qu'est ce que tu fait ? Demanda-t-elle voyant son amie très proche la main sur le col de sa veste de cuir.

- Tu es encore toute mouillée, tu devrai enlever tes vêtements. Dit Nolan gentiment en tirant sur l'habille.

- Je les garde si j'en ai envie ! Vas plutôt aller chasser le petit déjeuner ! Cria la jeune femme en lui envoyant les ustensiles de cuisine dans la figure.

Nolan prenant peur s'enfuit en courant pour évité tout ce qui lui tombait dessus.

- Mais qu'est ce qu'elle à ? la jeune femme brune ne comprenait vraiment pas ce que c'était l'intimité. Malgré les projectiles lancer à deux reprise, Nolan ne ressentit aucun énervement et alla faire ce que son amie lui avait demandée.

Léa avait le cœur qui battait si fort qu'elle crut qu'il allait s'arrêter. Elle ne pouvait pas en vouloir à son amie. Elle était si innocente dans ce domaine.

Quelques instant plus tard alors que le soleil était déjà bien levé, Nolan était revenu avec deux lapins qu'elle avait soigneusement dépecée et vidée. Léa les avait fait cuire et il ne manquait plus qu'a les manger. La petite blonde et Nolan tournèrent toutes les deux leurs têtes vers le troisième occupant et virent que ce dernier dormait toujours. Elles s'approchèrent de lui et le regardèrent.

- Bon sang il ne c'est même pas réveillé malgré le raffut. Dit Léa surprise.

Nolan le regarda indifférent s'accroupit et commença à tâter la personne avec son doigt à travers la couverture.

- Qu'est ce que tu fais ? Demanda Léa intriguer par le geste de la jeune femme.

Cette dernière leva la tête et pour la première fois laissa apparaître un grand sourire mais celui ci était carnassier.

Léa surprise la regarda avec de grand yeux, mais se reprit immédiatement quand elle comprit ce que son amie allait faire.

- Non tu ne vas pas osé .

La jeune femme brune ne dit rien et comme si de rien était, elle souleva le corps endormit sans aucun effort en le mettant au dessus de sa tête, elle se tourna ensuite afin d'avoir le lac en face d'elle et de toute ses forces, elle lança le corps endormit dans le lac en criant.

- LE PETIT DÉJEUNER EST PRÊT !

Le corps jeté dans l'eau ressortit d'un coup en suffocant. C'était Alexandre. Ce dernier toussa tout ce qu'il pouvait en faisant ressortir l'eau de ses poumons. Une fois avoir reprit ses esprits, il se jeta sur Nolan sachant que c'était cette dernière qui l'avait jeter à l'eau.

- Mais tu es malade tu humph...

- Il ne put en dire plus qu'il se prit une cuisse de lapin dans la bouche.

- Mange avant que sa ne refroidisse ! Dit Nolan d'un ton impassible.

Alexandre sentait son sang bouillir dans ses veines mais préférais ne rien dire et manger le repas fait par Léa. Cette dernière vit l'action et ne su pas quoi dire. Pendant tout le petit déjeuner elle c'était sentit mal à l'aise. Alexandre envoyait des yeux tueur à Nolan qui ignora complètement son interlocuteur. La petite blonde malgré la tension devait admettre que cela l'amusait de voir Nolan sous un autre jour et cela lui faisait vraiment de bien.

Une fois que tout fut mangé, lavé et rangé, le trio montèrent sur leur chevaux respectif et reprirent leur route. Léa était entre ses deux amis et sentait vraiment comme un malaise. les deux jeunes gens se jetèrent constamment des regard noirs. Léa se demandait vraiment si c'était une bonne idée d'avoir accepté Alexandre avec elles.

Trois jours plutôt, dans la propriété de Pascal, Nolan était sortit de l'étable et se dirigea vers la sortie. Martine, Pascal et Alexandre étaient tous surpris de voir que Léa suivait son amie.

- Mais Léa c'est pas toi que j'ai viré. Dit le père embêté.

- Vous virez Nolan, donc je pars avec elle. Répliqua sèchement la petite blonde.

- Léa pourquoi tu pars avec lui tu n'es pas bien ? Demanda Alexandre ne voulant pas voir la jeune femme partir.

- Si je suis bien, mais comme ton père ne veux pas de mon amie ici je ne reste pas. Nolan et moi depuis le début nous sommes ensemble et il est hors de question que je la laisse. Donc, vous la virée, je pars avec elle et personne ne me fera changer d'avis. Dit-elle en se dirigeant vers l'enclos où était son cheval.

Elle prit son animal et le sella. Une fois fait elle le monta et se dirigea vers Nolan qui l'attendait. Quand elle fut à ses cotés, elle tendit sa main afin que la jeune femme puisse monter derrière elle.

- Martine si nous devons nous revoir se sera dans votre auberge mais pas ici. Avertit la petite blonde en colère.

- Quoi c'est comme ça que tu me remercie ! S'exclama le père énervé de l'attitude de Léa.

- La prochaine fois ne vous mêlez pas des affaires des autres et ne toucher pas les gens sans aucune raison ! Lâcha la jeune femme énervé.

Pascal resta stoïque devant ce que la petite blonde disait.

- Si vous étiez resté sage dans votre coin sans vous mêler de la conversation de Nolan et Martine, jamais Nolan ne vous aurez fais de mal.

- Quoi tu ose...

- C'ÉTAIT LÉGITIME SA RÉACTION ALORS TAISEZ VOUS ! ! ! hurla la petite blonde de colère.

Tout le monde y comprit Nolan, sursauta devant l'énervement de Léa. La jeune femme brune était touchée par la défense de son amie. Personne ne l'avait protégée de la sorte avant elle. Martine se rangea du coté de ses deux petites protégée et admettait que si Pascal n'avait rien dit Nolan ne l'aurai jamais envoyée sur les roses et tout ceci aurai put être évité.

- Vous allez où ? Demanda cette dernière.

- Pour le moment dans un endroit où personne ne sera là pour juger Nolan. Répondit sèchement Léa avant de faire avancer son cheval dans la direction de la sortie du village.

Les deux amies chevauchèrent d'un pas assuré pour s'éloigner le plus rapidement de ce lieux maudit. Quelque instant plus tard, elles entendirent un bruit de galops venant dans leur direction. Elles s'arrêtèrent et attendirent pour voir qui venait. Elles furent plus que surprise de voir Alexandre arriver au galop avec deux chevaux.

- Alexandre que fait tu ici ? Demanda Léa.

- J'ai comprit que mon père avait eu tord et je ne veux pas rester dans un lieux si ennuyeux. Je ne sais pas où vous allez, mais je suis sur que cela regorge d'aventure alors si vous voulez bien de moi je voudrais venir avec vous. Expliqua calmement le jeune homme.

Léa et Nolan se regardèrent et se posèrent une question silencieuse, puis regardèrent de nouveau Alexandre qui attendait avec un peu d'appréhension.

- Si tu veux, du moment que tu ne nous gêne pas. Répondit Nolan sous la grande surprise de tout le monde et c'est ainsi que le petit trio partirent loin de la ville en s'aventurant dans la nature.

C'est l'arrêt brutal de Nolan qui sorti Léa de son retour dans le passé. Il fait signe à ses deux compagnons de ne pas faire un bruit.

- Que ce passe t-il ? Demanda la jeune femme.

- Écoute. Chuchota la jeune femme brune.

La petite blonde et Alexandre se turent et tendirent l'oreille afin d'entendre ce dont Nolan parlait. Léa entendit au loin des cris et un bruit qui ressemblait à un combat. Alexandre lui aussi entendit les sons.

- Approchons nous des lieux en ne faisant pas de bruit. Dit Nolan en descendant de son cheval.

Les deux autres limitèrent et tout les trois s'aventurèrent doucement vers les sons sans un bruit. Arrivés prêt du lieu, ils se cachèrent derrière un buisson et regardèrent. Ils virent quatre bandits malmener une caravane ou étaient deux hommes, une femme et trois enfants âgés d'une dizaine d'années.

- Les lâches ! Chuchota Léa en voyant la scène.

- Il faudrait qu'on les prennes par deux cotés histoires de protéger la femme et les enfants. Proposa Nolan.

- Quoi mais vous n'allez quand même pas attaquer ses bandits ! Ils sont deux fois plus grand que nous. Objecta Alexandre en chuchotant.

- Tu peux partir si tu as peur on ne te retient pas. Contrat la jeune femme brune.

- Quoi ?! S'exclama Alexandre vexé de s'être fait mettre en place.

- Tait toi ! Ils vont nous entendre. Gronda Nolan. Alors Léa tu en pense quoi ?

- Je trouve que c'est une excellente idée. Affirma la jeune femme.

- Bien dans ce cas la je vais prendre par la droite. Continua le jeune femme brune.

- D'accord je vais les prendre par la gauche alors. Dit la petite blonde en se préparant.

- Tu peux attaquer par le centre si tu n'a pas trop peur. Dit Nolan en provoquant Alexandre.

Avant que ce dernier ne puisse dire quoi que ce soit, les deux amies partirent chacune de leur coté en encerclant les bandits. Ne voulant pas perdre la face devant Léa, Alexandre prit le chemin de face et au signal de Nolan, les trois jeunes gens sortirent de leur cachettes. Nolan sauta et atterrit au milieu de deux bandits qui combattaient les deux hommes. Quand t-à Léa et Alexandre, ils s'occupèrent eux de ceux qui étaient auprès de la femmes et des enfants.

Nolan esquiva tout les coup d'épées que lui lançait les deux hommes. Ces derniers changèrent de tactique et se mirent de chaque coté de la jeune femme et en même temps, ils brandirent leur armes. Nolan se baissa au moment ou les épées s'affaissèrent sur elle et tout en étant accroupit, lança son bâton droit en donnant un puissant coup dans le ventre de l'homme qui était devant elle. Tout en se relevant, elle donna un lourd coup dans le visage de celui de derrière qui vola. Les deux bandits n'ayant pas lâcher pour autant leur armes, se mirent immédiatement sur leur pieds et se rejeta sur la jeune femme brune avec violence. Ils mirent tellement de puissance que le bâton de combat ne fut pas assez efficace. Nolan commençant vraiment à perdre patiente. Elle sauta au moment où les bandits lui foncèrent dessus et pendant son élévation, elle jeta son arme plus loin, elle sorti son épée de son fourreau et se mit en garde quand les deux hommes lui firent face.

Léa de son coté s'en sortait particulièrement bien, malgré le poids de son bâton de combat, elle esquiva les coups d'épées donnés par son ennemis. Elle s'abaissa quand la lame arriva sur sa gauche et profita de sa position pour faire une balayette à son adversaire qui trébucha. Elle profita de se moment pour lui assigner plusieurs coups dans le ventre et un autre dans le visage en le faisant valser plus loin. Ce dernier se releva immédiatement et repartit en direction de la jeune femme blonde qui sauta pour éviter un coup dangereux. Tout en sautant elle, elle tenta un saut périlleux qui réussit à merveille et en tenant fermement son bâton en parallèle, elle le fit aplatir sur le haut de la tête de l'homme qui leva son épée pour paré le coup. La jeune femme lança à ce moment là un puissant coup de coude dans le visage de ce dernier qui s 'écroula de douleur. Avant de se relever.

Léa était vraiment fière de son bâton. Car c'était Nolan qui le lui avait offert dans l'étable avant de partir de chez Pascal. Elle en fut vraiment très surprise que la jeune femme lui est offert une tel chose et elle se promit de le garder pour toujours auprès d'elle en prenant vraiment soin. Pendant ses trois jours, elle s'était entrainée avec son amie et Alexandre afin de s'habituer à la lourdeur de l'arme qui était plus lourd qu'un bâton normal à cause du métal à l'intérieur. Elle fut encore plus ravit de voir qu'elle ne sentait pratiquement plus le poids.

Elle sorti rapidement de ses pensées quand son ennemis arrivait sur elle à grande enjambée. Elle sursauta quand elle vit Alexandre à ses côtés se battre avec son propre ennemis.

- Mais qu'est ce...

- Ben je me suis dis que ce serai plus amusant d'avoir deux ennemis à battre en même temps. Répondit Alexandre gentiment. Et se serai embêtant que tu te fasse blesser par ses loubard. Dit-il avec un doux sourire pour la jeune femme.

Cette dernière n'était pas du tout du même avis et ignora le jeune homme pour continuer à combattre son ennemi. Alexandre ne put rien faire de plus alors que le sien arriva rapidement. Il évita facilement les coups que lui assignait le bandit. Il s'abaissa pour éviter un coup dans la figure et profita pour lancer un grand coup du bout de son épée dans le ventre du bandit qui se baissa de douleur. Il enchaina par une droite, une gauche avant de finir par un puissant uppercut. Le bandits vola à plusieurs mettre de lui sonné. Voyant qu'il avait fini avec son homme, il alla aider la jeune femme.

Nolan s'en sortait vraiment très bien. Elle avait déjà mit un de ses deux hommes hors combat. Elle allait finir avec son deuxième quand elle vit Alexandre aller vers Léa. Elle esquiva un coup qui aurai pu lui être mortel en se baissant, elle se releva de tout son corps en envoyant un coup de pied retourner dans la figure de son ennemi qui alla s'écrouler inconscient à coté de son collègue. Nolan une fois sur ses deux pieds, planta son épée dans le sol en mettant la lame sous un caillou. Elle donna un petit coup sec dans le manche, ce qui eut pour effet de faire voler l'objet qui était d'une assez grosse taille. Et d'un coup, elle brandit son épée et frappa lourdement la roche qui vola à toute vitesse en direction d'Alexandre. Ce dernier sentit quelque chose arriver sur lui et au moment où il tourna la tête pour regarder ce que c'était, le caillou le frappa en pleins visage et il tomba inconscient sur le sol.

Léa qui c'était débarrassée sans encombre de son ennemis, se retourna pour voir si ses deux amis allaient bien et découvrit Alexandre évanouit sur le sol avec la marque du cailloux sur le front. Ne comprenant pas, elle tourna son attention vers Nolan. Cette dernière regardait le ciel l'air de rien avec son épée sur l'épaule. Elle ne put se poser plus de question que les occupant du chariot les rejoignirent pour les remercies avec joies.

Nolan avait rejoint son amie et était elle aussi remerciée avec gratitude. N'ayant pas l'habitude, elle était vraiment gênée et ne savait pas quoi dire. Léa avait vraiment de la peine pour elle en la voyant vraiment mal à l'aise et l'aida. Elles découvrirent que les gens qu'elles avaient aidées, était une petite famille qui partait s'installer dans la campagne. En guise de remerciement, la femme du chariot leurs donnèrent des provisions pour manger. Le mari aider de Nolan, remit le chariot droit avant que la famille ne reprirent leur route tout en remerciant encore une fois Nolan et Léa. Une fois retrouvées seule, les deux amies regardèrent les bandits gisant sur le sol.

- Bon qu'est ce que l'on fait d'eux ? Demanda Léa.

- Attend j'ai une idée. Dit Nolan en souriant sadiquement.

Léa était vraiment surprise de voir combien la jeune femme avait changer. Même si c'était des sourires un peu méchant, elle avait apprit à le faire. Elle resta stoïque devant ce qu'elle voyait. Nolan attachait les quatre hommes à un arbre avec une grande corde et leur mit à chacun une pomme dans la bouche. Léa la regarda interdite quand elle se retourna pour revenir vers elle.

- Ben comme ça il ne feront pas peur au animaux à leur réveille. Dit la jeune femme brune tout naturellement en haussant les épaules.

La petite blonde ne put s'empêcher de rire devant l'attitude enfantin de son amie. Nolan qui l'avait dépassée, la regarda étrangement ne comprenant pas pourquoi la petite blonde rigolait.

- Désolée mais c'est ta façon de faire qui m'amuse.

Nolan ne dit rien mais détourna la tête, tout en se dirigeant vers Alexandre et sans que la jeune femme ne le voit, elle laissa apparaître un sourire gentil sur son visage. Elle aimait vraiment entendre la jeune femme rire. Elle avait remarqué qu'en faisant des petits gestes aussi simple et amusant même pour elle même, donnait l'effet espéré. Arrivé à Alexandre Nolan regarda son œuvre sur le visage de l'inconscient avec fierté. Elle s'abaissa et le regarda franchement.

- Qu'est ce qu'il lui est-il arrivé ? Demanda Léa en s'approchant.

- Je ne sais pas, dire qu'il se prenait pour un dure et regarde un simple coup et il s'évanouit. Répondit Nolan d'une voix neutre.

- Il à dût se prendre un sacré coup pour qu'il est une si grosse marque sur le front.

- Oh il s'en remettra. Finit Nolan en souriant intérieurement. Bon il faut le réveiller pour continuer.

- Oui tien. Dit Léa en tendant une gourde d'eau.

- Non pas la peine. Répondit la jeune femme brune.

Léa regarda Nolan avec pleins de question dans les yeux. Cette dernière donna un petit coup sur la blessure faite par la pierre à Alexandre. Celui ci ce réveilla en sursaut à cause de la douleur et se tint la tête.

- Mais tu es folle ça fait mal ! Cria le jeune homme.

- Oh ne fait pas l'enfant, c'est rien ça. Dit d'une voix indifférente Nolan en se levant.

- Quoi ?! Alexandre se leva à son tour en s'énervant.

- Calme toi ! Gronda Léa.

- Quoi mais c'est elle qui...

- Allez viens je vais te soigner. Le coupa la petite blonde en le trainant vers leurs affaires. Elle le força à s'assoir sur une grosse pierre et commença à nettoyer la plaie qui c'était un peu ouverte.

- Tu aurais put te faire plus mal, fait attention la prochaine fois. Dit Léa d'une voix un peu autoritaire.

- Oui. Répondit Alexandre honteux.

- Ben oui, tu devrais faire attention quand même. Se moqua Nolan.

À ses mots Alexandre détourna les yeux et regarda Nolan avec un regard noir. Cette dernière qui était debout adossée à un arbre avec les deux mains derrière la tête sentit Alexandre, elle tourna légèrement la tête et lui lança un sourire sadique avec des yeux extrêmement froid.

- Tu va me le payer. Dit silencieusement Alexandre en serrant les dents et les points.

- Je t'attend. Répondit Nolan sans changer son expression facial.

- Tu as dis quelque chose ? Demanda Léa à Nolan.

- Hein non non. Répondit celle ci en partant de son arbre. Bon je vais ramener les chevaux. Finit-elle en s'éloignant.

La jeune femme blonde regarda son amie avec un regard interrogateur.

Les trois jeunes gens avaient reprit leur route et se dirigèrent vers Apollonia. Ils chevauchèrent toute la journée. Quand le soleil commença à descendre dans le ciel, ils décidèrent de s'arrêter en trouvant un petit coin protégé par des végétaux assez dense. Après avoir desseller leur chevaux, ils partirent chacun à leur occupation afin d'établir un bon campement. Alexandre s'occupa de faire du feu, Nolan lui se chargea de la chasse quand à Léa elle s'occupa du repas. Chacun d'entre eux avaient placé leur propre couchage. Quand Nolan allait pour poser le sien, elle vit qu'Alexandre avait déjà installer ses couvertures juste à coté de celui de Léa. Elle sentit son cœur se serrer et pour ne rien montrer à la jeune femme, elle posa ses affaires à l'opposé.

Léa fut un peu surprit de l'action de son amie, mais ne dit rien pensant qu'elle préférait avoir un peu d'intimité. Alexandre sentit une première victoire, il ne le montra pas non plus mais souriait de bon cœur à l'intérieur de lui et alla préparer le feu pendant que Nolan était partit chasser un animal pour le repas. Léa en attendant la chasse, alla prêt du petit cour d'eau qui était proche d'eux et se posa sur une grosse pierre en regardant le soleil se coucher. Elle était vraiment heureuse. Malgré la tension entre ses deux amis, elle était auprès de Nolan et cela lui suffisait. Elle sortit de sa pensée quand l'objet de ses dernière arriva. Elle se mit à rougir légèrement quand elle posa ses yeux sur Nolan.

- La chasse à été bonne ? Demanda Léa en chassant sa gêne.

- Oui j'ai prit quelques poissons dans le ruisseau. Répondit gentiment Nolan.

- Oh ça c'est une bonne idée. Affirma la jeune femme.

La jeune femme brune s'assit à coté de son amie et regarda elle aussi le soleil se coucher.

- C'est vraiment beau. Dit-il doucement.

Léa regarda le femme à ses cotés vraiment surprise des mots employés. Elle pouvait voir le visage apaisé de son amie. Les marques tendu qu'elle avait à leur rencontre c'était complètement effacée depuis qu'elles s'étaient retrouvées. Elle détourna sa tête et regarda de nouveau le soleil et se mit à sourire.

- Oui c'est vraiment beau. Affirma t-elle. J'ai jamais pu voir un spectacle aussi beau avec mon maitre. Continua t-elle.

C'est au tour de Nolan de regarder la jeune femme après les mots dit. Elle aussi remarqua les traits de tension qui avait disparut de son amie depuis leurs retrouvailles. Elle ne pouvait pas s'empêcher de trouver la petite blonde vraiment belle. La couleur rouge du soleil couchant donnait au tint de la jeune femme une couleur rosé qui faisait ressortir ses yeux émeraudes. Nolan sentait vraiment un bien être en elle et était vraiment détendu. Elle se mit à rougir légèrement quand Léa la regarda après avoir sentit le regard cristallins posé sur elle. Les deux amies se regardèrent sans dire un mots. Leur cœurs battirent fortement. C'est Léa qui rompit le regard en retournant au soleil.

- C'est sur la mer que c'est le plus beau. Dit-elle tendrement.

- La mer ? Demanda Nolan ne comprenant pas de quoi parlait la jeune femme.

- Oui c'est un immense étendu d'eau qui ne s'épuise jamais. Le goût est salé mais tellement beau. Expliqua Léa.

- Tu connais ? Demanda la jeune femme brune intrigué.

- Oui, avant mon enlèvement et comme nous habitions juste à coté, mes parents m'y emmenait souvent pour que je puisse m'amuser et je passais des heures à jouer avec eux dans l'eau. Raconta la petite blonde.

- Ça doit-être bien. Dit Nolan intéressée.

- Nous irons si tu veux. Proposa Léa en regardant son amie.

- Pourquoi pas. Répondit la jeune femme brune en laissant un coin de lèvre former un petit sourire tout en la regardant.

Léa rendit le sourire à son amie. C'est Alexandre par son arrivé qui interrompit ce moment bienfaisant.

- Léa le feu est prêt si tu veux. Dit-il d'une voix calme.

- Ah d'accord j'arrive. Répondit la jeune femme en se levant.

Quand la jeune femme fut éloignée, Alexandre regarda Nolan avec un regard de vainqueur pour montrer à cette dernière qu'il avait encore marqué un point. La jeune femme brune détourna la tête en ignorant complètement son rival. Ce dernier piqué à vif, sentit son sang bouillir. Il parti rejoindre Léa avant de vouloir en mettre une dans la figure de Nolan. Pendant ton éloignement, il ne vit pas le regard plus que noir qui était posé sur lui. Peu de temps après l'arrivé d'Alexandre auprès de Léa au grand malheur de ce dernier, Nolan arriva tranquillement en continuant d'ignorer le regard menaçant de son rival. Elle s'assit sur la pierre qui était au pied de sa couche et commença à tailler quelque chose dans un morceau de bois qu'elle avait récupéré avec son poignard.

Léa parlait avec Alexandre de tout et de rien tout en préparant le diner. Nolan faisait bien attention au comportement du jeune homme châtain. Elle veillait à ce que ce dernier n'est pas de gestes déplacé. Alexandre savait que pour attirer la jeune femme, il devait être doux et gentil avec elle et que la force ne marcherai pas. Alors il restait vraiment lui même vis-à-vis de la petite blonde. Une fois le repas prêt, tout les trois mangèrent calmement autour du feu. Les conversations se passèrent très bien. Plusieurs fois Nolan se mélangeait aux discussion à la grande joie de Léa. Le soleil était déjà couché et avait fait place à la lune quand le diner ce finissait. La petite blonde partit avec Alexandre pour laver la vaisselle en laissant Nolan à son occupation.

Un bruit de feuillage se fit entendre juste à coté de la jeune femme brune. Elle ne fit aucun geste car elle reconnaissait les pas qui s'approchait. C'était son loup qui arrivait prêt d'elle en lui donnant un objet.

- Tient tient intéressant cela. Dit Nolan en regardant ce qu'elle avait dans la mains. C'était le même pendentif que celui qu'elle avait trouvé avec la petite blonde au château. Donc cela veux dire qu'il est passé dans le coin. Tu sais par où il est passé ? Demanda t-elle à son animal.

Ce dernier montra avec son nez la direction du nord.

- Bien c'est exactement par là bas que nous allons justement. Et tu as put suivre leur piste après ?

Le loups se mit à gémir de déception et Nolan comprit que son ami avait perdu leur trace.

- Ce n'est pas grâce c'est peut-être mieux ainsi. Finit-elle en caressant son animal pour le rassurer.

Ce dernier parti immédiatement quand il sentit, Léa et Alexandre revenir du court d'eau. Nolan cacha l'objet dans une de ses poches et retourna à son bout de bois afin de ne laisser aucun truc suspect se faire. Les trois amis se couchèrent peut de temps après et s'endormir rapidement.

Pendant la nuit, Alexandre se mit à hurler en réveillant Nolan et Léa.

- Que t'arrive t-il ? Demanda Léa paniquer.

- Quelque chose m'a mordu ! Cria Alexandre.

Nolan ne bougea pas de sa place. Elle sentit quelque chose monter en elle. C'était une chose de bien mais ne sachant pas que c'était un éclat de rire qui voulait sortir, elle préféra retenir la chose qui menaçait fortement de sortir. Elle regarda avec des yeux amusé son rival en pleine panique. Ce dernier se leva immédiatement et un serpent tomba de sa couche. Léa qui avait une peur bleue de ce reptile s'éloigna rapidement en se collant à Nolan. Cette dernière se leva et attrapa l'animal en le jetant un peu plus loin.

- Oh c'est pas une petite bête qui va manger la grosse. Dit Nolan d'une voix accablée à l'intention du jeune homme.

- Hé c'est peut être vénéneux cette chose ! Paniqua Alexandre.

- Mais non, il était inoffensif celui là. Répondit Nolan sans compassion.

La jeune femme brune retourna sur sa couche où se trouvait toujours Léa.

- Tu n'a plus rien à craindre, il n'est plus là. Dit gentiment Nolan en essayant de rassurer la jeune femme.

Cette dernière était terrorisée et hocha la tête doucement en ce calmant sous les mots doux de son amie.

Je...je peux re...rester a...avec to...toi cet...cette nu...nuit. Bredouilla t-elle tétanisée.

Nolan regarda surprise sa jeune amie et comprit aussitôt qu'elle avait peur des serpent. « Zut je ne voulais pas lui faire peur. » Se dit-elle.

Voyant que la jeune femme ne changerai pas d'avis, elle l'accepta au grand désespoir d'Alexandre. Qui lui par sécurité s'éloigna de sa place pour aller à l'autre bout en ce couchant tout en ronchonnant contre sa rival silencieusement.

Nolan n'aurait jamais pensée que son plant aurai prit une tels tournures. Elle avait attendu qu'Alexandre s'endorme pour lui faire payer pour le couchage et de ce qu'il avait fait quand elle était seule avec Léa. Elle avait prit un serpent inoffensif et l'avait glissé tout ça grâce à son pouvoir dans la couverture d'Alexandre mais elle ne savait pas que Léa avait peur de cet animal. Elle était quand même contente d'avoir la jeune femme auprès d'elle même si ce n'était pas le but de l'action.

Cette dernière depuis qu'elle avait vu le serpent, elle n'arrivait pas à dormir. Elle se redressa et s'assit sur la couverture. Cette action eu pour effet de réveiller une nouvel fois Nolan.

- Ça vas ? Demanda cette dernière un peu inquiète.

- Oh je t'ai réveillée pardon. S'excusa la jeune femme confuse.

- Non ce n'est rien ne t'inquiète pas, que t'arrive t-il ? Demanda Nolan.

- Je n'arrive pas à dormir quand je ferme les yeux je vois le serpent. Expliqua Léa.

Nolan se sentait vraiment mal car elle était responsable de l'état de la jeune femme. Elle se mit à réfléchir ce qu'elle pouvait faire pour la rassurer et se racheter sans qu'elle le sache. Elle eut d'un coup l'idée et se lança pensant que cela marcherai. Elle se redressa et s'assit elle aussi en s'adossant à la pierre située derrière elles. Léa sursauta quand elle sentit une main se poser sur son épaule droite et le fut encore plus quand elle sentit son corps se faire tirer en arrière pour atterrir contre le corps de la jeune femme brune. Elle se mit à rougir tout ce qu'elle pouvait avec un cœur battant la chamade. Nolan était dans le même état mais n'avait trouvée que cette idée en pensant qu'elle réussirait à rassurer la petite blonde. Elle passa son bras autour du corps de la jeune femme et la serra contre elle.

Léa ne savait plus quoi faire, c'était la première fois que son amie réagissait de la sorte. Mais elle devait admettre qu'elle se sentait vraiment en sécurité. Elle se décontracta et se laissa aller contre ce corps sécurisant. Elle baissa la tête et tout en rougissant laissa sortir un doux sourire.

- Merci. Dit-elle simplement.

Nolan ne dit et comprit que son action avait réussit en sentant le petit corps se détendre. Les deux amies restèrent un moment sans rien dire. Nolan cherchait un truc qui permettrait à la jeune femme blonde de penser à autre chose et elle trouva. Elle mit sa mains dans sa poche libre là où était placé l'objet et le sortit.

- Tient regarde. Dit-elle gentiment en montrant le collier à Léa.

- Mais où tu l'a trouvé ? Demanda la jeune femme surprise.

- C'est mon loup qui me l'a emmenée quand vous étiez parti au ruisseau. Expliqua Nolan. Nous sommes sur la bonne piste. Dit-elle contente.

- On dirait oui, et il l'a trouver où ? Demanda de nouveau la petite blonde.

- D'après ce qu'il m'a dit, Tamas c'est dirigé vers le nord mais malheureusement il à perdu sa trace par là bas. Raconta la jeune femme brune.

- Cela veux dire que nous nous dirigions dans cette direction depuis le début, mais si il a perdu sa trace, comment allons nous faire pour le retrouver. Demanda la jeune femme blonde un peu inquiète.

- Je pense que nous serions obligé à ce moment là de demander aux personnes que nous croiserons et de chercher des informations dans les villes et villages. Répondit Nolan.

- Tu pense que nous arriverons à trouver Tamas ? Demanda Léa peu sur d'elle.

- Oui, nous le retrouverons ne t'inquiète pas et de plus, je trouve que se sera plus amusant de chercher aussi par nous même. Expliqua Nolan.

- Oui tu as raison parce que comme ça on pourrais vraiment vivre une grande aventure en rencontrant pleins de gens. Argumenta la petite blonde le cœur léger.

Nolan hocha la tête de consentement et la leva pour regarder la lune. Elle sentit sa jeune amie caler sa tête dans le creux de son cou en la collant à son visage. Elles restèrent comme ça sans rien dire de plus. Nolan baissa la tête quand elle sentit la jeune femme s'endormir et fut heureuse d'avoir réparée son erreur. Elle tourna la tête quand elle vit Alexandre se lever. Sans attendre, Nolan à l'aide de son pouvoir envoya la poêle de cuisson dans la figure de son rival qui retomba évanouit sur sa couche sans avoir rien comprit ce qu'il se passait. Nolan regarda son amie tendrement avant de poser elle aussi sa joue sur le haut de la chevelure blonde avant de rejoindre la jeune femme dans les bras de Morphée.












Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:18

CHAPITRE 11

Cela faisait plus de trois heures que le soleil était déjà levé. Nos trois amis avaient reprit leur route en direction de la ville convoitée deux heures plutôt. Ils marchèrent dans le plus grand silence avec Nolan en tête. Léa qui se trouvait derrière lui tournait fréquemment sa tête afin de regarder Alexandre qui se trouvait en dernière position. Elle se posait pleins de questions sur le coquard qu'avait ce dernier. Alexandre c'était levé avec un gros mal de crâne et ne se souvenait pas du tout de ce qu'il c'était passé pendant la nuit. Il était surprit d'avoir trouvé la poêle de cuisson juste à coté de sa tête.

Il avait demandé à Léa si elle avait vu quelque chose qui lui affirma que non et lui indiqua que Nolan n'avait rien vu non plus car elle était avec elle. Sans rien dire Alexandre questionna la jeune femme brune avec ses yeux et il reçu de l'indifférence de la part de cette dernière en guise de réponse. Du coup, Léa et Alexandre ce demandaient comment l'objet avait bien put atterrir sur la couche et comment celui ci avait fait pour ce faire mal. Nolan qui était en tête, était vraiment fier de ce qu'elle avait fait. Elle ne s'était pas rendu compte qu'elle avait tapé aussi fort mais cela lui avait permit de passer une nuit tranquille avec sa jeune amie.

Plusieurs jours passèrent et le trio arrivèrent enfin à APOLLONIA. Ils descendirent de leurs chevaux avant de pénétrer dans la ville. Ils restèrent tous groupés et avancèrent tranquillement. Ils regardèrent de partout et furent vraiment surprit de voir la ville très animée avec pleins d'étalages de divers marchants et produits de chaque côté de la rue principale accompagné de promeneurs matinaux. Léa s'approcha d'un stand où était exposé différents objets qui allait des bijoux artisanal aux vêtements. Nolan et Alexandre c'étaient arrêtés eux aussi et la laissait faire. La petite blonde était vraiment fascinée par les petits bijoux fait mains. Elle les regardaient avec grande attention en les prenants comme si ils allaient se brisé. Le marchant était content de voir une jeune fille aussi sensible à ses créations. Il lui fit découvrit d'autres bijoux fait avec des petites pierres précieuse qu'il avait taillé lui même en leur donnant différentes formes. Il lui montra également des bijoux en cuir où des dents d'animaux on été sculptés pour faire de divers symboles.

- Alors tu as trouvé quelque chose qui te convenait ? Demanda une personne en s'approchant de la jeune femme.

Surprise cette dernière se retourna et vit Nolan derrière elle.

- C'est tellement beau que je ne sais pas quoi prendre. Répondit-elle en souriant avec deux colliers en main.

Léa était vraiment heureuse car la jeune femme brune ce prenait vraiment au jeu et l'aida à se trouver un bijou.

- Mais et Alexandre il est parti où ? Demanda-t-elle subitement en se rendant enfin compte que seule Nolan était avec elle.

- Oh lui il est derrière à garder les chevaux. Répondit naturellement la jeune femme brune en regardant les colliers qu'elle avait en mains.

Léa tourna sa tête et aperçu un Alexandre accablé rouge de rage avec les reines des chevaux en mains.

- Roo Nolan, tu aurai pu le laisser venir. Rouspéta gentiment la jeune femme en souriant devant la tête dépité d'Alexandre en se retournant.

- Non il est très bien là où il est. Répondit Nolan d'une voix renfrognée.

Léa se mit à rire doucement devant le visage grognon de son amie.

- Ben quoi, ça ne lui fait pas de mal de se rendre utile des fois. Continua Nolan d'une voix faussement autoritaire.

- Dit plutôt que tu es dérangé de l'avoir avec nous. Dit Léa amusée.

Nolan se mit à rougir violemment et reposa ce qu'elle avait dans les mains avant de partir dans la foule. Léa se mit à rire devant l'attitude gênée de son amie et se mit à lui courir après en s'excusant auprès du marchant. Quand elle rattrapa la jeune femme, elle lui passa son bras autour du sien et colla sa tête contre son épaule. Nolan sursauta à se moment là et baissa la tête avec les sourcils froncé.

- J'aime quand tu te montre comme ça. Cela prouve que tu as un cœur. Dit Léa en fermant les yeux tout en appréciant le contact.

Nolan se détendit et regarda son amie avec des yeux doux et ferma les yeux en laissant un sourire apparaitre sur son visage. Alexandre qui était quelque pas des deux amies était rouge de rage de voir la jeune femme collé autant sa rival.

Les trois amis arrivèrent devant une auberge et décidèrent de s'y arrêter afin de se poser un peu. Nolan choisit une table qui était loin de l'entrée dans un recoin de la pièce. Elle se mit de façon à pouvoir avoir la salle entière dans son champ de vision. Une fois que tout le monde fut assit, elle partit vers l'aubergiste afin de passer la commandant. Tout en attendant son bien, elle en profita pour demander au propriétaire des lieux quelques renseignements sur le seigneur de guerre Tamas. L'aubergiste sursauta quand il entendit le nom. Nolan lui expliqua qu'elle n'était pas du tout l'une de ses hommes mais pour une raison personnel elle était à sa recherche. L'aubergiste se mit à réfléchir et après avoir fait promettre à Nolan de ne pas avoir d'ennuis il lui raconta ce qu'il savait. La jeune femme étant satisfait ce qu'elle venait s'apprendre, paya généreusement l'homme ravi et repartit vers la table auprès de ses amis.

- Bien, Tamas est effectivement bien passé par ici et c'est dirigé vers l'est. Raconta Nolan en s'asseyant après avoir donné les boissons.

- Attendez une minutes qu'est ce que Tamas à avoir dans l'histoire ? Demanda Alexandre intrigué.

- Je sais que nous ne t'avons rien dis jusqu'à maintenant car nous ne pension pas que tu viendrai avec nous. Commença Léa.

- Mais comme tu fait partie du voyage, sache que nous sommes à la poursuite de Tamas. Continua Nolan.

- Quoi ?! S'écria Alexandre.

Nolan mit aussitôt sa mains sur la bouche de son rival afin de le faire taire.

- Tait toi si tu ne veux pas mourir ! Menaça dangereusement la jeune femme avec un regard extrêmement froid.

Alexandre prit peur des yeux bleus et hocha la tête afin de faire comprendre à Nolan qu'il ne dirait rien. Cette dernière retira sa main et se rassit. Discrètement elle fit le tour de la salle avec ses yeux afin de voir si personne ne les avait entendu. Une fois rassurée que non, Léa poursuivit.

- Oui nous poursuivons Tamas afin de retrouver mes parents. Expliqua la jeune femme.

- Tu veux dire que tes parents on été capturés par ce seigneur de guerre ? Demanda Alexandre devenu intéressé par la chose.

- Oui et c'est pour cela que nous somme à la poursuite de ce bandit afin de savoir où sont les parents de Léa. Continua Nolan en buvant une gorgé de sa boisson.

- Je comprend votre quête mais Tamas c'est l'un des seigneur de guerre les plus dangereux de ce pays. Dit Alexandre sérieusement.

- Nous le savons bien mais si nous voulons retrouver mes parents, je n'ai pas le choix que de le retrouver lui aussi. Dit Léa déterminée.

- C'est pour ça que maintenant tu va nous dire si oui ou non tu compte rester avec nous car si c'est oui, sache que ce ne sera pas une partie de plaisir et que l'on risque de se faire tuer à tout moments, mais par contre si tu refuse, part immédiatement. Avertit sérieusement Nolan.

- Je viens ! Répondit Alexandre plus que déterminé. J'ai toujours rêvé de partir à l'aventure même si celle ci est plus que dangereuse.

Léa se mit à sourire contente de voir que leur nouveau compagnons n'était pas du genre à fuir. Nolan lui laissant discrètement apparaître une sourire en coin de lèvre.

- De tout façon, je ne vais pas laisser Léa seule avec humph....

Alexandre ne put finir sa phrase qu'il se retrouva avec une pomme dans la bouge.

- Tu as quelque chose à rajouter ? Demanda Nolan avec un sourcil relevé.

Alexandre secoua doucement la tête de négation en regardant Nolan avec un goute de sueur sur le visage. Léa regardait l'étrange échange entre ses deux amis et se mit à rire. Nolan baissa légèrement sa tête et ferma ses yeux tout en laissant un petit sourire apparaître sur son visage alors qu'Alexandre, regarda la jeune femme blonde avec des yeux remplit d'incompréhension avec sa pomme dans la bouche.

- Donc tu disait que Tamas était passé dans le coin. Dit Léa en reprenant la conversation.

- Oui il y a deux jours de cela et il se serait dirigé vers le nord avec son armée. Répondit Nolan en reprenant son verre à la main.

- Donc si j'ai bien comprit, maintenant notre destination est le nord mais, comment va t-on savoir par où il est passé ? Demanda Alexandre en retirant le fruit de sa bouge tout en la mangeant inconsciemment.

- Déjà si cela fait deux jours qu'il est passé ici, cela voudrait dire qu'il est toujours dans la région mais ce que je ne comprend pas, c'est pourquoi mon loup a perdu sa trace. Dit Nolan un peu contrariée.

- Peut être qu'il est passé par un endroit où même les animaux ne peuvent pas les pister. Expliqua Léa.

- Tu as un loup toi ?! Encore une nouvelle que j'apprends. Dit indifférent Alexandre en mangeant la pomme.

- Oui mais qu'est ce qu'il pourrait empêcher un animal de suivre la trace d'une proie ? Répondit Nolan à la jeune femme sans prendre compte de la remarque du jeune homme châtain.

- Hé si il était passé par l'eau. Dit naturellement Alexandre.

Nolan et Léa se mirent à regarder étrangement ce dernier.

- Ben oui, même petite qu'elle soit, l'eau enlève toute traces de passage et odeur. Expliqua Alexandre devant les regard interdit.

- Mais oui ! S'exclama Léa. Il a dû passer par un court d'eau afin de ne pas laisser de traces pour ne pas que ses propres ennemis ne le poursuive. Finit-elle logiquement.

- Oui et ce serai la raison du pourquoi mon loup n'a pas put suivre son odeur. Dit Nolan en comprenant.

- Oui car l'eau efface tout odeur. Finit Léa. Merci Alexandre tu nous as été d'une grande aide. Remercia gracieusement la petite blonde.

Alexandre se mit à rougir devant les mots de la jeune femme et se mit à rire doucement en prenant son verre à la main. Nolan se leva à se moment là afin d'aller chercher une autre boisson pour elle. Au moment où elle passa prêt d'Alexandre, elle donna un rapide petit coup de coude sur l'arrière du crane de son rival. Ce dernier qui allait boire au geste, se prit le verre qu'il levait dans les dents. Léa qui n'avait rien vu le geste de la jeune femme brune regarda Alexandre avec des questions dans les yeux.

- C'est rien j'ai trébuché. Expliqua celui ci en s'essuyant le visage avant de porter son attention à Nolan qui partait en direction du comptoir.

Cette dernière ignora complètement son rival qui s'énerva encore plus. « Un jour je la mettrai en morceau. » Se dit Alexandre. Il profita que Nolan fut partit pour sortir un petit paquet qu'il posa devant Léa en rougissant. Cette dernière regarda l'objet sur la table et regarda ensuite Alexandre.

- C'e...c'est pour toi je...j'avais envie de te faire plaisir. Expliqua Alexandre timidement.

- Merci. Répondit la jeune femme en prenant le paquet dans les mains. Elle était vraiment attendrit par le geste. Quand elle déballa le cadeau, elle y découvrit un petit collier en cuir avec une dent d'animal où était peint un soleil couchant. Merci cela me touche beaucoup. Dit la jeune femme en rougissant touchée par le geste.

Alexandre lui était rouge comme une tomate, il était vraiment content que son cadeau plaise. Nolan se contrôlait de toute ses forces de ne pas envoyer Alexandre en enfer. Du comptoir, elle avait vu ce qu'il c'était passé et une immense colère monta en elle. Au moment où elle vit la jeune femme prête à mettre le collier, un petit groupe de quatre hommes entrèrent dans l'auberge et commencèrent à tout casser en malmenant les clients.

Sans attendre et voulant passer ses nerf, la jeune femme brune se précipita immédiatement sur les bandits. elle fut aussitôt rejointe par la petite blonde et Alexandre. Nolan attrapa le premier hommes et lui assigna plusieurs coup dans le ventre et dans le visage en déchargeant sa colère sur le pauvre homme avec le manche de son épée. Ce dernier tomba inconscient sur le sol. Léa de son côté, frappa sans difficulté celui qu'elle avait choisit avec son bâton de combat. Elle sauta par-dessus son adversaires et lui donna un puissant coup de pied qui le fit voler au centre de la pièce. Nolan qui vit l'homme voltiger profita de se moment pour le faire voler encore plus loin à l'aide de son pouvoir et le fit atterrir sur leur propre table.

Léa était stupéfaite de ce qu'elle venait de faire, elle ne s'était pas rendu compte que Nolan avait prit le relais dans l'envol du bandit. Alexandre lui aussi resta bouche bée par ce que la jeune femme venait de faire. N'étant pas au courant du pouvoir de Nolan, il ne se douta de rien. Il évita de justesse un coup lui arrivant par la droite en s'écartant rapidement avant de pivoter sur lui même pour se retrouver derrière son bandit afin de donner un gros coup de coude dans la nuque de l'homme qui s'évanouit immédiatement. Le dernier bandit se jeta sur Alexandre en brandissant son arme.

Nolan profita de se moment pour attraper un verre qui se trouvait par terre avec le bout de son épée ensuite, elle le fit voler dans les airs avec un puissant coup de poignée et quand l'objet se trouvait à la bonne hauteur, elle le frappa de toute ses forces avec le plat de sa lame. Le verre parti à pleine puissance en direction du visage d'Alexandre qui se le prit en pleins front avant de tomber lui aussi inconscient sur le sol. Les verres étant fait de terre cuite étaient vraiment très dure et très résistant.

Léa qui n'avait rien vu de ce que Nolan avait fait, resta interdite tout comme le bandit qui regarda son adversaire tomber dans les pommes. La petite blonde profita du faite que l'homme soit déconcentré par Alexandre pour lui donner trois coups dans le visage et un dans le menton en le faisant atterrir lourdement contre le mur qui se trouvait derrière. Le bandit était un peu sonné mais toujours conscient et au moment où il allait se relever, il se reçut un gros coup de manche d'épée sur le haut de son crane qui le fit s'évanouir aussi.

Léa regarda le responsable de cet acte et vit Nolan l'épée sur l'épaule en train de regarder le bandit avec un air totalement innocent. Ce qui la fit rire. La jeune femme brune s'éloigna de l'homme et se dirigea vers son rival en rangeant son épée. Une fois à sa hauteur, elle s'abaissa et le regarda d'un air dégouté.

- Il est vraiment fragile ce petit. Dit-elle avec une voix dépitée. Elle toucha sa victime avec son index histoire de voir si elle était toujours vivante.

- Qu'est ce qu'il c'est passé ? Demanda Léa voulant comprendre.

- Je ne sais pas. Répondit Nolan l'air de rien.

Ils furent interrompu par les acclamations des clients et de l'aubergiste.

- Merci mille fois mes enfants. Dit ce dernier en serrant la main de la jeune femme. Vous pouvez me demander tout ce que vous voulez tout vous sera offert en guise de remerciements. Dit-il vraiment heureux.

- Merci beaucoup, mais ce n'est pas la peine de vous donner autant de peine. Répondit Léa gênée.

- Mais si ! Mais si ! Je vous dois bien cela. Allez tourner général. Proposa l'aubergiste en retournant à son comptoir.

Nolan se releva et aida son amie à porter Alexandre et allèrent en direction de leur table. Elles posèrent leur fardeau sur une des chaises et remit la table droite. Les bandit étaient emmenés par quelques clients à des gardes afin qu'ils les jettes en prison. Léa une fois que tout fut remit en place, s'assit sur sa chaise. Ses yeux se posèrent sur le collier qu'Alexandre lui avait offert et vit que ce dernier était cassé à cause du bandit.

- Mince qu'est ce que je vais lui dire. C'est de ma faute si il est cassé. Dit-elle un peu honteuse.

- Oh ne t'inquiète pas il s'en remettra. Le plus important c'est que personne soit blessé. Répondit Nolan indifférente.

Je sais bien mais...

- Je sais que les cadeaux te touche mais crois tu mettre ceci à ton cou ? La coupa Nolan en prenant le collier dans les mains. Non franchement si il t'offre un truc comme cela c'est qu'il ne connait pas tes gouts. Dit-elle d'un aire vraiment dégoutée.

- Ah oui parce que toi tu les connais peut-être. Contra Léa avec un regard amusé.

- Hein, heu oui enfin hum. Si je devait t'offrir un cadeau, je ne t'offrirait certainement pas une dent d'animal avec un couché de soleil peint dessus. C'est trop offensant. Répondit Nolan en rougissant.

- Ah non et tu m'offrirait quoi ? Demanda la jeune femme en s'amusant à provoquer son amie.

Hé bien je... Nolan était complètement déboussolée par les questions de la jeune femme. Elle n'avait jamais eu à faire à ce genre de situation. Si...si je devait t'offrir quelque chose comme un collier par exemple et bien je... Elle prit une grande inspiration afin de calmer son rythme cardiaque qui s'affolait de plus en plus. ...Je t'offrirait un objet qui te...te représente. Réussit-elle à dire en finissant aussi rouge qu'une tomate.

Léa ne dit rien et était touchée par le comportement de son amie. Elle se leva afin d'aller passer une nouvelle commande et au moment où elle passa à coté de la jeune femme brune, elle s'abaissa et déposa un tendre baisé sur la joue de cette dernière.

- J'ai pas besoin de cadeau car mon plus beau cadeau que le ciel à put m'offrir c'est toi. Dit-elle doucement au creux de son oreille avant de s'éloigner.

Nolan resta interdite devant ce qu'il venait de ce passer et posa une main sur sa joue. Doucement, elle tourna sa tête pour regarder sa jeune amie partir. Elle sentit son cœur battre la chamade en se santant rougir les mots de la petite blonde entra au plus profond de son coeur. Elle resta vraiment interdite devant l'action. Entre-temps, Alexandre c'était réveillé et regarda Nolan avec des yeux remplit de question devant le visage de cette dernière. N'ayant rien vu de ce que la petite blonde avait fait, il se demanda pourquoi Nolan était aussi rouge en restant aussi immobile qu'une statue.

Un peu plus tard, nos trois amis étaient sortis de l'auberge et avaient tout les trois décidés de rester cette nuit dans la ville avant de repartir. Ils furent contraint d'accepter l'invitation tellement insistante de l'aubergiste. Après avoir cédés, ils mirent leur chevaux dans l'étable où ils payèrent l'écuyer pour s'occuper d'eux. Ils partirent ensuite en ville et se mirent à vagabonder dans les rues tout en regardant les étalages où divers articles assez variés étaient posés. Léa profita pour faire le pleins de provisions pour leur futur campement. Nolan lui profita pour acheter un poignard et une pierre à poncer pour son épée. Alexandre lui alla à la recherche de nouveau vêtements. Ceux qu'il avait le faisait trop ressembler à un paysan et cela ne lui convenait pas. Il voulait quelque chose d'assez souple afin de ne pas le gêner dans ses mouvements pour les combats. Il se prit un pantalon de cuir marron foncé avec un haut en tissus noir et des bottes noir. Content de ce qu'il avait acheter, il partit voir les autres étalages.

Nolan resta longtemps à chercher quelque chose qui pourrait l'intéresser. Elle tomba sur un marchant qui vendait des parchemins vierges et des plumes. Elle les regarda très attentivement en les prenant dans les mains afin de sentir la texture sous ses doigts. Le marchant fut très surprit de voir la jeune femme prendre le plus grand soin dans son choix.

- Connaisseuse ? Demanda t-il.

- On peut dire ça comme ça. Répondit Nolan indifférente.

Cette dernière prit un des parchemin et le déplia afin de voir si la feuille était en bonne état et sans aucun défauts.

- Je vois que vous faites attention aux petits détails. Lui dit le vendeur.

- Il faut bien si on veux faire quelque chose d'acceptable. Répondit Nolan toujours aussi indifférente.

Le vendeur était vraiment surprit de voir une jeune femme aussi froide dans ses réponses alors qu'elle était vraiment très attentionnée dans ce qu'elle faisait. Il tourna la tête quand il vit arriver une cliente et l'accueillit gentiment.

- Tu était là ? Dit la cliente d'une voix douce.

Nolan ne se retourna pas car elle avait reconnu Léa.

- Tien, tu t'intéresse au parchemins. Demanda cette dernière un peu surprise.

- Oui, j'en avait tout le temps dans ma cellule et j'aimerai en avoir un pour les long soir. Répondit gentiment Nolan en restant sur parchemins.

- Oh et tu fait quoi dessus ? Demanda Léa curieuse d'en apprendre plus sur son amie.

Nolan tourna la tête et leva un sourcil tout en laissant apparaître un léger sourire.

- Tu le verra en temps voulu jeune fille. Dit-elle en posant son index sur le bout du nez de son amie qui se mit à rougir légèrement devant le geste affectif. Je vous prend celui ci. Dit-elle à l'intention du marchant. Pouvez-vous m'en mettre trois autres de plus ? Demanda t-elle.

- Oui bien sur jeune fille. Répondit l'homme en sortant trois parchemins d'un de ses sacs avant de les donner a Nolan qui les prit tout en le payant.

- Aller tu viens ? Proposa Nolan à son amie qui le suivit immédiatement. Mon maître m'avait apprit à lire et à écrire afin que je sache me débrouiller pour les missions. Expliqua t-elle calmement.

- C'est une des seules bonne choses qu'il t'ai apprit. Répondit Léa tristement.

Nolan surprit du ton employé, s'arrêta et regarda son amie.

- Oui car il t'a peut être apprit à écrire et à lire, mais il t'a jamais apprit ce que c'était d'aimer une personne, ni même d'être aimée et encore moins t'apprendre ce que c'était que recevoir de l'affection. En disant cela, Léa sentait son cœur se serrer. Elle avait énormément de peine pour son amie. Elle savait que contrairement à Nolan, elle avait eu plus de chance dans ce domaine là, car avant d'être enlevée de sa famille, elle avait reçu tout ses sentiments de la part de ses parents et de savoir que Nolan n'avait rien eu de tel, la rendait vraiment très triste et ne put empêcher des larmes de couler.

Nolan sentit son cœur se réchauffé et comprit que la jeune femme partageait sa peine. Contrairement à Léa, elle n'arrivait pas à montrer ce qu'elle ressentait. Mais en voyant la petite blonde comprendre ce qu'elle ressentait, cela la touchait profondément. Elle leva sa main droite et la posa sur la joue de son amie. Cette dernière sursauta au geste et posa ses yeux sur son amie et là, son cœur manqua un gros battement. Nolan était en train de lui sourire franchement et tendrement avec une énorme affection dans les yeux. Jamais Léa n'avait vu son amie de la sorte.

- Nolan. Dit-elle d'une voix tremblante.

- Je sais que je n'ai jamais apprit cela par mon maitre, mais c'est toi qui me l'apprend et je t'en remercie. Te voir ainsi me touche profondément car tu comprend ce que je ressens. Jamais je ne pourrais te rendre ce que tu fais pour moi. Tu m'a rendu la vie et ça je ne l'oublierai jamais. Dit-elle avant d'avancer sa tête et de déposé à son tour un baisé sur le front de Léa. Cette dernière se mit à rougir violemment et son cœur se mit à battre à toute vitesse.

- Hé si nous retournions auprès d'Alexandre, il va finir par se poser des questions. Dit Nolan en pensant pour la première fois à son rival tout en reprenant sa marche.

- Non ! Dit la jeune femme en attrapant le bras de son amie pour l'arrêter.

Cette dernière surprise tourna légèrement sa tête et vit la petite blonde accrochée à elle avec la tête baissée.

- Non je ne veux pas aller le voir tout de suite, je veux rester seule avec toi. Dit Léa laissant ses larmes couler tout en s'accrochant fermement au bras.

Nolan ne dit rien et regarda sa jeune amie tendrement en souriant.

- Si tu veux. Dit-elle en acceptant la requête de la jeune femme. Viens allons dans un endroit plus calme. Proposa t-elle.

Léa hocha la tête et suivit son amie sans la lâcher. Elle ne savait pas pourquoi mais depuis qu'elle avait vu l'expression remplit d'attachement et de douceur, elle voulait rester à cette instant présent uniquement avec Nolan. Les larmes qui coulèrent de ses yeux étaient plus des larmes de bonheur qu'autre chose. Elle avait affrontée Nolan dans tous ses aspects dangereux. Pas une seule fois elle ne c'était montrée tendre en montrant un seul sentiments. Le sourire qu'elle venait de lui faire quelque seconde plutôt, lui restera dans sa mémoire jusqu'à sa mort. Elle tenait le bras de Nolan avec ses deux mains et le serra avec beaucoup d'affection.

Nolan le senti et en fut vraiment heureuse. Elle ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait mais la demande de la petite blonde l'avait rendu plus heureuse qu'elle ne l'avait jamais été. Elle aussi voulait passer un moment seule avec son amie sans que personne ne les déranges. Les deux amies savaient que la présence d'Alexandre même si il était gentil, ne leur laisserai plus ou pratiquement plus aucun moment à elles deux. Nolan emmena Léa vers un petit lac qui était situé un tout petit peu plus loin de la ville dans un endroit où elles pouvaient enfin se retrouver toutes les deux. À ce moments-là, ni elle ni Léa ne voulaient se soucier de ce qu'Alexandre devenait et ne pensait vraiment qu'à elles.

Le lendemain matin les trois amis c'étaient réunis dans l'étable et préparèrent leur chevaux. Nolan et Léa eurent le droit à une tonne de questions de la part d'Alexandre car elles n'étaient pas rentrées de la nuit et ce dernier inquiet, leur firent subir un véritable interrogatoire. Pendant plus de dix minutes le jeunes homme, n'arrêta pas de parler en leur faisant une petite moral. Léa gêner se multiplia en excuse alors que Nolan faisait l'indifférente. Mais cette dernière commençant à s'énerver devant le moulin à paroles et lui lança une pomme dans la bouche histoire de le faire taire.

- Tu as autre chose à rajouter ? Demanda Nolan en le regardant de travers avec un sourcil relevé.

Alexandre surprit et senti les ennuis arrivé si il l'ouvrait encore, se mit à secouer la tête doucement. Léa elle resta sans bouger en regardant la jeune femme brune avec un petit sourire gêné.

- Bien si tu n'a rien d'autre à dire nous partons. Finit Nolan en se mettant en selle.

Léa ne voulant pas rajouter de l'huile sur le feu, imita son amie et monta sur son propre cheval. Alexandre lui monta également sur le sien et une fois sur la selle, il retira la pomme de sa bouche et commença à la manger. « Mais d'où sort-elle toute ses pommes elle ? » Se demanda-t-il en regardant le pantalon de sa rival. « Pourtant elle n'a pas de poche assez profonde pour la masquer. »

- Tu as quelque chose à dire ? Demanda Nolan avec méfiance.

- Heu non non. Je me disait juste que la pomme à très bon goût. Répondit rapidement Alexandre avec un sourire faussement ravit.

- Je préfère. Dit Nolan avant de lancer son cheval au pas en direction de la sortie de la ville.

Léa regarda avec amusement l'échange entre ses deux amis. Le convois mené par Nolan fit le contour de la ville en se dirigeant vers le Nord en suivant les traces de Tamas. Une demi heures plus tard, ils tombèrent sur une rivière. Cette dernière était peu profonde et assez large pour faire contenir une armée entière.

- Donc voilà par où ils sont passé. Dit Léa en descendant de son cheval pour s'approcher l'eau.

- Oui et ils ont surement du remonter la rivière pendant un long moment afin d'avoir assez de kilomètre entre eux et les poursuivant. Dit Nolan en rejoignant sa jeune amie. Et cela fait effectivement au moins trois jours qu'ils sont passé par là car les traces son encore trop visible. Finit-elle en montrant les marques faites par des sabots.

- Alors nous faisons quoi ? Demanda Alexandre qui c'était lui aussi approché.

- Soit nous prenons nous aussi le court d'eau en essayant de savoir à quel moment ils ont prit la terre ferme, soit nous longeons la rivière en se mettant de chaque coté des rives en scrutant le sol en espérant trouver une petite emprunte. Proposa Nolan.

- Oui mais à faire cela on risquerai de prendre beaucoup trop de temps et de le laisser nous distancer. Dit Alexandre.

- C'est un risque à prendre. Dit Nolan un réfléchissant. Mais malheureusement je crois que nous n'avons pas le choix car sans l'aide de son odeur où autre, nous ne pourrons pas le trouver et surtout il nous à déjà distancer. Expliqua t-il.

- C'est mieux ainsi. Intervint Léa sous les regard surprit de ses deux amis. Plus nous avons un certain écart avec Tamas et plus nous avons de chance de trouver son repère et rester en vie. Argumenta t-elle.

- Oui tu as certainement raison. Avoua Alexandre.

D'un coup Nolan se redressa et sortit son épée.

- Que t'arrive t-il ? Demanda Alexandre.

- Nous sommes observés. Répondit Léa qui avait agit en même temps que son amie.

Se fiant à ses deux amis, Alexandre sortit aussi son épée et le petit groupe se mirent dos à dos en couvrant tout les les angles.

- Ils sont plusieurs. Dit Nolan avec nervosité.

Alexandre et Léa étaient tout aussi nerveux et attendirent tout comme leur amie. Ne sachant pas par quel endroit l'attaque allait se produire, ils restèrent tout les trois en cercle sans bouger d'un pouce. Quand d'un coup un groupe d'hommes sortit de derrière les arbres du bois qui se situait à coté de la rivière et se mirent à entourer les trois jeunes gens.

- Hé bien, qu'est ce que nous avons là. Dit l'un des hommes une épée à la main.

- Qu'est ce que vous nous voulez ! Lâcha Alexandre.

- Oh mais pleins de choses. Répondit l'homme. Déjà vous allez nous suivre auprès de notre chef. Finit-il en regardant avec appétit la jeune femme.

Nolan qui s'en aperçut se jeta immédiatement sur l'homme.

- NOLAN ATTENTION ! ! ! Hurla Léa.

Cette dernière s'arrêta aux cris et échappa grâce à cela de justesse à une flèche qui se planta dans le sol juste devant ses pieds. Elle regarda avec rage l'ennemi qui se mit à rigoler.

- Hé oui ma fille vous êtes cernés et si vous tentez quoi que ce soit sur nous, nous vous ferons pleins de trous dans vos petits corps. Dit ce dernier le sourire au lèvres.

Nolan commençait à perdre son sang froid, elle allait utiliser les grand moyens afin de se débarrasser d'eux quand Léa intervint.

- Nolan non ! Ne fait pas ça ! L'arrêta Léa en devinant ce qu'elle allait faire.

La jeune femme brune regarda son ami avec colère, elle ne comprenait pas pourquoi elle l'arrêta. Alexandre se demandait pourquoi Léa avait dit ses mots et dans quel but. Nolan serra au maximum le manche de son épée en serrant fortement ses dents.

- Non Nolan s'il te plais, ne fait pas ça ! Cria de nouveau Léa d'une voix ferme.

La jeune femme brune ferma les yeux et tout son corps se mit à trembler. Elle voulait réduire en pièce ses hommes mais les mots de son amie l'arrêta et la mettait vraiment dans une situation qu'elle n'avait jamais eut. Elle laissa d'un coup son corps se détendre et lâcha son épée à ses pieds.

- Très bien nous allons vous suivre. Dit-elle en retenant la colère qu'il avait en elle.

- Bien nous voilà enfin raisonnable. Dit l'homme en ramassant l'épée de Nolan.

Les autres bandits prirent les armes de Léa et Alexandre et le petit groupe se firent emmener dans un sentier au milieux des arbres. Avec un Nolan qui bouillait en elle, un Alexandre nerveux et une Léa extrêmement calme mais avec un regard froid et déterminé.









Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:19


CHAPITRE 12

Il faisait nuit quand les trois amis arrivèrent dans le camps des bandits. Ils se firent attacher autour d'un poteau dans une tante qui servait de prisons. Nolan se maitrisait fortement pour garder la rage qu'elle avait en elle. Elle ne comprenait pas pourquoi Léa l'avait arrêtée alors qu'elle aurait put leur éviter se traitement et sans pour autant les tuer. Alexandre regardait les ennemis avec un regard noir.

- Vous ne vous en tirerez pas comme ça ! Menaça t-il.

- Ah oui ? Mais pour le moment c'est vous qui êtes prisonniers alors si vous ne voulez pas mourir tout de suite, je vous conseil de vous faire tout petit. Avertit un des gardes.

Ce dernier porta son attention à la jeune femme et s'approcha d'elle. Une fois en face, il s'accroupit et tint son visage entre ses doigts.

- Ce serai dommage d'abimer un si jolie petit visage. Dit-il en souriant méchamment.

Alexandre et Nolan virent leur sang bouillir en eux. La jeune femme brune voulut qu'une chose, faire exploser la tête de cet homme.

- Non ! Lâcha violemment Léa une fois encore.

Nolan sous la nouvelle demande ne fit rien mais se promit que si les hommes touchèrent à la jeune femme, elle réduirait en bouillit tout le camp malgré le désaccord de la jeune femme.

- Oh mais je vois que tu es quelqu'un de très autoritaire. Dit le bandit agréablement surprit. Et j'aime ça. Dit-il en approchant son visage de celui de la jeune femme.

- Je ne crois pas, car si je doit appartenir à quelqu'un ce n'est surement pas à vous mais à votre chef. Répondit sèchement la jeune femme avec le sourire au lèvres.

- Quoi ! S'exclama l'homme surprit.

- Oui un bon chef se doit de tester la marchandise avant ses propres hommes car si il la trouve à son goût, il se la garde pour lui seul et dans le cas contraire, il la donne à ses soldats. Mais en attendant aucun hommes ne peut y toucher sous peine de se faire tuer. Lâcha t-elle avec un sourire fière et un regard déterminé.

- Tu as l'air de t'y connaître on dirait. Dit l'homme vraiment surprit.

Malgré l'explication de la jeune femme, le soldat l'ignora et recommença ce qu'il était en train de faire. Alexandre et Nolan étaient fous furieux, ils essayèrent de se détacher pour de sauter à la gorge de cet homme afin de l'arrêter.

- Ne bougez pas ! Ordonna Léa à l'intention de ses compagnons devinant ce qu'ils étaient en train de faire.

- Non ça suffit Léa tu crois...

- STOP ! Cria Léa en coupant Nolan brusquement.

Cette dernière sursauta et sentit son cœur manquer un battement sur le ton et la façon dont sa jeune amie lui avait parlé.

- Oh oooh. hé bien hé bien, on ne ce laisse pas marcher sur les pieds à ce que je vois. C'est plutôt intéressant pour une jeune femme voyageant avec ses brutes.

Il se reçut un gros cracha dans la figure en réponse. Le soldat sursauta et se releva d'un coup. Il regarda haineusement Léa qui le regardait de bas avec un regard extrêmement froid.

- Tu vas me le payer garce. Dit-il.

Il donna un puissant revers de la main dans le visage de la jeune femme. La tête de cette dernière partit violemment sur le coté. Vexé de l'action précédente de Léa, le soldat sortit de la tante furieux en laissant les trois jeunes gens seuls. Il ne vit pas le regard meurtrier que la petite blonde lui lança. Cette dernière tourna légèrement la tête sur la gauche tout en la laissant baisser avec un filet de sang sorti du coin de sa lèvre afin de ne pas montrer son visage à ses amis.

- C'est maintenant que tout vas commencer. Dit-elle avec un sourire de vainqueur.

- Léa tu peux nous expliquer à quoi tu joue ! Gronda Alexandre.

Nolan préférait se taire afin de canaliser sa colère contre l'homme et son amie.

- Faites moi confiance. Dit la jeune femme en regardant l'extérieur.

Nolan et Alexandre furent surprit de la réponse et s'échangèrent un regard d'incompréhension.

- Nolan si tu es vraiment aussi intelligente que je le pense, tu comprendra tout à l'heure pourquoi je t'ai demandée de ne pas intervenir pour le moment.

Depuis qu'ils c'étaient fait capturer, la jeune femme brune regarda pour la première fois très attentivement Léa et tomba sur des émeraudes plus que déterminés qui la fixait. Toute sa colère disparut au mots prononcés et au regard. D'un coup, un éclair s'activa dans son esprit et comprit aussitôt.

- J'ai compris. Dit Nolan en regardant la jeune femme avec un regard complice.

- C'est bien beau d'avoir comprit mais moi j'ai rien comprit du tout. Vous pourriez m'expliquer ? Demanda Alexandre largué.

- T'inquiète pas tu comprendra en temps voulu. Répondit Léa.

- Oui et en plus tu es tellement lents qu'il nous faudrait toute la nuit pour que ça entre bien dans ton cerveau. Se moqua Nolan.

- Quoi ! Comment ose tu ! S'exclama Alexandre offensé.

- Ben oui vu qu'à chaque fois tu t'évanouis pour un rien lors d'un combat, comment veux tu que tu comprenne ce qu'il se passe. Continua Nolan d'une voix moqueuse.

- Oui et ben toi tu te fais bien remettre en place par une fille alors c'est pas mieux. Contrat Alexandre.

- Quoi ! Répondit Nolan en entrant dans le jeux de son rival.

- Oui parfaitement ! Tu te dis être forte et tout mais il suffit que Léa te dise quelque chose pour que tu devienne douce comme un agneau.

- Tu vas voir qui est l'agneau une fois que je serai détachée. Gronda Nolan.

Les deux rivaux s'arrêtèrent quand ils entendirent un éclats de rire juste à coté d'eux. Léa était morte de rire de voir ses deux amis se chamailler ainsi.

- Vous faites un beau couple on ne vous l'avait pas dit. Se moqua à son tour la jeune femme.

Nolan et Alexandre se mirent à rougir violemment devant les propos. Ils se regardèrent tout les deux et une autre partie de chamaillerie redémarrèrent sous les éclats de rire de la jeune femme qui interrompit une fois de plus les deux jeunes gens qui finirent par tourner leur tête dans un moue boudeuse devant les moquerie de la petite blonde. Nolan regarda tendrement son amie rire et laissa un sourire apparaître. « Elle est vraiment belle quand elle rigole. » Se dit-elle. Elle se mit à rougir violemment sur ses pensées.

Tout le monde se ressaisit immédiatement quand ils entendirent des pat juste devant l'entrée de la tante. Le soldat de tout à l'heure entra et sortit un poignard. Il se dirigea vers la jeune femme et une fois placé derrière elle, il coupa ses liens. Pendant l'action Léa regarda du coin de l'œil Nolan. « C'est maintenant que tout commence. » Lui dit elle silencieusement. La jeune femme brune hocha la tête en comprenant. Le soldat se leva et agrippa le bras de la petite blonde en la trainant à l'extérieur de la tente.

Le garde la conduisit dans une autre plus grande et la poussa fortement pour la faire entrer. Léa atterrit devant une table où un homme y était accoudé. Ce dernier était d'une carrure assez importante. Avec un visage dure et peu amical accompagner de deux petit yeux noisette. Sa chevelure était noir corbeau et court. Il ordonna à son guerrier de sortir et de le laisse seul avec elle. Le garde après une salutation sortit des lieux et Léa se retrouva seule avec l'homme assit à la table.

- Bonjour jeune demoiselle je m'appelle Andréas et je suis le chef de cette armée. Se présenta t-il.

- Je m'appelle Léa. Dit-elle simplement.

- Oh un jolie prénom sur un si jolie fille. Dit-il en ce levant. Alors mes gardes m'ont apporté que vous et vos deux amis étaient prêt de la rivière.

- Oui c'est exacte nous étions arrêter pour nous reposer un peu. Mentit-elle.

- J'aimerai bien vous croire, mais ils ont trouvé ceci dans vos affaires. Dit l'homme en posant le médaillons de Tamas sur la table. Ils m'ont dit qu'il l'avait trouvés sur vous.

- C'est exact, je l'ai trouvé dans les ruine d'un château qui appartenait à un seigneur de guerre peut-être que vous connaissez il s'appelle Malandros.

- Malandros dites vous. Oui j'en ai entendu parler. Il c'est fait tuer.

- Oui et c'est là bas que j'ai trouvé cette objet.

Andreas regarda attentivement la petite blonde afin de chercher une once de mensonge dans les propos de la jeune femme et ne vit que de la vérité.

- Bien je vais vous croire. Venez. Dit-il en l'invitant à s'assoir à la table. Il prit deux verres et une carafe qui contenait du vin. Alors nous allons parler sérieusement. Continua t-il en servant le liquide dans les deux objets avant d'en donner un à la jeune femme. Alors que faite vous ici prêt de la rivière vous deviez savoir qu'elle m'appartient.

- Non nous n'en savons rien.

- Alors pourquoi êtes vous arrêtés à cet endroit précis ? Demanda Andréas.

- Si vous voulez savoir la vérité nous somme à la recherche d'un seigneur de guerre qui est passé dans le coin il n'y a pas très longtemps.

- Ah oui ? Demanda l'homme subitement intéressé. Et qui est ce ? Demanda-t-il tranquillement.

- Il s'appelle Tamas. Répondit calmement Léa.

Andréas faillit s'étouffer avec la gorgée de son vin et se mit à rire.

- Vous croyez que des enfants de votre calibre aurait une chance de trouver Tamas et puis admettons que vous y arriviez, vous ne feriez jamais le poids face à lui.

- Peut-être, mais il ne faut pas nous sous-estimer parce que nous sommes jeunes. Répondit la jeune femme déterminée.

Andréas regarda franchement la jeune femme et remarqua qu'elle avait du tempérament.

- Tu me plais jeune fille. Viens je vais te montrer quelque chose. Dit l'homme en ce levant tout en arrêtant le vouvoiement .

Léa surprise le regarda faire et vit qu'il se dirigea vers une table qui se situait en profondeur de la tente.

- Viens je ne vais pas te faire de mal.

Léa tout en restant sur ses gardes, se dirigea vers le chef et tomba sur une carte du pays qui était posée sur la table.

- Regarde, nous sommes ici. Dit l'homme en montrant du doigt leur emplacement sur la carte. Tamas lui si j'en crois à ce que l'on raconte, vit à XANTOS en LYCIE.

- Houa ça fait loin ! Réalisa la jeune femme.

- Oui mais en ce moment d'après ce que j'ai vu et le médaillons, il est sortit de sa demeure et voyage dans le pays. Commença Andréas.

- Oui et nous savons aussi qu'il est passé par ici il y a peut de temps de cela. Dit Léa.

Le chef dévisagea la jeune femme et se posa des questions.

- Pourquoi le suivez vous ? Demanda t-il intéressé.

- Pour retrouver mes parents. Répondit sincèrement la petite blonde. Et je ferais tout pour cela même si je dois y laisser ma vie. Expliqua t-elle le regard déterminé.

L'homme se mit à rire doucement chose qui surprit Léa.

- Tu m'amuse vraiment et je peux lire dans tes yeux la sincérité. Bien alors écoute moi. Tamas est du genre prévenant et est très méfiant. Il sait qu'il a beaucoup d'ennemis qui essaye de l'abattre. C'est pour cela qu'il utilise toujours à un moment donner, plusieurs passages qui efface ses traces. Il laisse aussi des hommes à l'arrière pour tuer ceux qui sont trop proche de lui.

- Que voulez vous dire ? Demanda la jeune femme.

- Ce que je veux dire, c'est que si toi et tes amis voulez vraiment attraper Tamas, c'est de ne pas suivre ses traces mais d'essayer de le devancer car tous ceux qui voulait le tuer, on tous périt en l'affrontant ou en essayant et cela quelque soit la force de l'adversaire donc le mieux pour vous, c'est encore d'aller directement à XANTOS par un autre chemin et l'attendre. Car un moment ou un autre, il revient toujours à son château.

- Mais pourquoi est-il sorti de chez lui ? Vous sous-entendez que ce n'est pas dans ses habitudes.

- C'est vrai qu'il ne sort que très peu, pratiquement deux fois par an et pour une simple raison. Commença t-il.

- Hé je pourrais la connaître ? Insista Léa.

- Bien sur, il sort de chez lui et fait le tour du pays afin de capturer des gens pour en faire des esclaves et les revendre à de riche donateur.

- Du trafic d'humain ! Lâcha la jeune femme stupéfaite.

- Exactement. Répondit l'homme sincèrement.

Mais pourquoi me dites vous tout cela ? Nous sommes pourtant étranger et je suis votre prisonnière. Demanda Léa voulant comprendre.

- Non plus maintenant, car tu ne me semble pas dangereuse. Dit-il en s'approchant de la jeune femme.

Il attrapa le visage de cette dernière par le menton avec sa main droite. Léa commença à se sentir mal à l'aise et pratiquement en danger. Le comportement de l'homme ne lui plaisait pas du tout. Elle se souvenait de ce qu'elle avait dit au soldat dans la tante et s'attendait au pire. Andréas regarda attentivement le doux visage avec un regard extrêmement sérieux.

- Qui vous à fait cette blessure ? Demanda-t-il en parlant du bleu qu'elle avait sur la joue et du sang sécher sur la lèvre.

- C'est un de vos soldat qui n'a pas apprécié que je lui repousse ses avances. Répondit franchement Léa.

Elle se dit que si elle devait passer entre les bras d'Andréas elle n'avait rien à perdre de dire la vérité. Au grand étonnement de la petite blonde, le chef relâcha la jeune femme et s'éloigna d'elle en passant derrière.

- Viens avec moi. Dit ce dernier en se dirigeant vers la sortie de l'abri.

Léa ne bougea pas, elle ne savait vraiment pas quoi penser de cet homme qui ne montra aucun signe agressif.

- Viens je ne te ferais pas de mal et il me semble que vous avez des amis prisonniers. Continua t-il en essayant de la rassurer.

La petite blonde hocha légèrement la tête et se mit à suivre Andréas qui sortit complètement de la tente. Elle le suivit en direction de celle où était Nolan et Alexandre. Elle se demandait si la jeune femme brune avait commencé. C'est en arrivant l'entrée de la tente qu'elle eut sa réponse. Ses deux amis étaient assit sur le sol entourés par des soldats inconscient. Andréas regarda ses hommes tour-à-tour vraiment très étonné de ce qu'il voyait. Il porta son attention au deux prisonniers et ils tombèrent sur des yeux méchant. Surtout un regard bleu qui était d'une extrême froideur chose qui commençait à lui faire peur. Léa entra immédiatement dans la tente sous les regards surprit de ses deux amis voyant que cette dernière n'avait rien en dehors de la blessures faite pas le soldats.

- Ne vous inquiétez pas, il n'est pas aussi mauvais que nous le pension au contraire. Dit la jeune femme en essayant de rassurer ses deux compagnons.

- Je me présente, je m'appelle Andréas et votre amie m'a racontée votre présence ici et je lui fais confiance. Je suis désolé de m'être montré aussi grossier mais je devait m'assurer que vous ne représentiez aucun danger.

- Si Léa vous fait confiance, je veux bien le faire aussi et je comprend votre réaction je pense que j'aurais réagis de la sorte. Répondit amicalement Alexandre en se présentant.

Nolan ne dit rien et regarda toujours aussi froidement le chef. Même si elle avait confiance en Léa, elle ne pouvait pas le faire avec cet homme et voulais voir par la suite si elle le pouvait. Elle regarda sa jeune amie qui posa ses yeux sur elle à ce moment là et comprit que contrairement à ce qu'Alexandre croyait, Léa n'avait pas non plus confiance en cet Andréas. Elle se leva à son tour et se mit à coté de la petite blonde.

- Où est le soldat qui vous à emmené Léa ? Demanda sèchement Nolan.

- Il doit être dans le camp. Répondit le chef. Venez sous ma tente je vous le fait venir. Continua t-il.

- Oui parce que je voudrais lui signaler que les liens qui devait nous retenir, n'était pas assez solide car ils son lâcher d'un coup. Dit Alexandre sans se douter que c'était sa rival la responsable de leur liberté.

En entendant ses mots, la petite blonde regarda du coin de l'œil son amie qui hocha discrètement la tête. Elle se mit à sourire quand elle vit que le plant avait commencé à se mettre en action.

Les trois compagnons suivirent Andréas qui retournèrent dans son abris. Une fois à l'intérieur, il les invita à s'assoir tout en demandant à un de ses hommes d'aller chercher le fameux soldat tout en lui précisent bien qu'il devait aussi soigner les autres qui étaient dans la tente prison.

- Hé bien mes jeunes vous êtes quand même assez fort pour avoir mit six hommes à vous tout seul au tapis. Dit le chef à l'intention de Nolan et Alexandre.

- Il n'était pas fort du tout. Répondit froidement Nolan.

Le chef regarda la jeune femme et vit plusieurs chose passer à travers les yeux bleus. Il sentit de la colère voir de la haine tout en ayant une envie de protection. « Je pense que je devrais me méfier de celle là. Elle n'a pas l'air d'être aussi gentille que ses deux compagnons. » Se dit il un peu nerveusement. Il sursauta quand Nolan lui fit un sourire menaçant en coin de lèvres accompagné par un regard pratiquement meurtrier. « Oui je ne sais pas pourquoi mais je suis sur qu'elle serait capable de me tuer d'un simple regard. »

Léa savait parfaitement ce que Nolan faisait et la laissa faire. Elle se doutait aussi de la raison pour laquelle elle avait demandé la présence du soldat. Ayant eut les informations qu'elle désirait, la petite blonde laissa maintenant son amie agir à sa guise.

Quelques minutes plus tard, le soldats convoité arriva dans la tente et se posa devant son chef en garde à vous et attendit.

- Bien le voilà ma fille. Dit Andréa à l'intention de Nolan.

Le soldat surprit par les paroles de son supérieur, osa regarder à qui il parlait et commença à pâlir quand il vit que les prisonniers étaient devenu les invités du chef. Il n'eut pas le temps de penser plus, qu'il se reçut un puissant coup de poing dans la figure. Il se fit projeter en arrière avec une grande puissance mais son corps s'arrêta net et se mit à flotter dans les airs. Alexandre, Andréas et le soldats étaient bouche bée de voir cela. Léa se leva de sa place et se mit à coté de son amie.

- Ne lui fait pas trop de mal. Dit-elle à Nolan avec un petit sourire sadique.

- Ne t'inquiète pas, juste ce qu'il faut pour lui faire comprendre. Répondit cette dernière de la même manière.

Alexandre regarda l'échange se faire et commença à ce poser des questions tout comme les deux autres personnes. Le soldat se mit à chuter très lourdement sur le sol en le frappant de tout son poids de face. Nolan se jeta en saut périlleux à grande vitesse à ce moments-là sur son adversaire tout en retournant le corps de l'homme sur le dos pour atterrit très fortement sur le ventre avec les genoux pliés. Elle utilisa ce dernier comme tremplins pour repartir en salto arrière.

Le soldat se mit à hurler de douleur. Andréas commençait à se sentir vraiment mal. Le passage à tabac de son garde le paralysait. Il sentait une telle rage menant de Nolan que tout son sang se glaça.

Le soldat se releva très difficilement. Il était fou de rage, il se lança tête baisser sur la jeune femme brune qui c'était redressée et au moment où il allait la frapper, son corps se bloqua et son poignet fit un tour complet sur lui même. Le soldat se mit à hurler de plus belle. Alexandre était complètement tétanisé, il avait encore vu le corps de l'homme bouger tout seul ainsi que son poignet faire un tour complet sans que personne ne l'ai touché. Il posa ses yeux sur Nolan et son sang se glaça. Les yeux bleus étaient devenu très sombre pratiquement noir. Une aura noir se dégagea de sa rival ce qui le fit trembler de peur. Il posa ensuite les yeux sur Léa et remarqua que celle ci n'avait pas peur du tout et regardait tout aussi froidement le soldat.

La petite blonde ne faisait rien pour arrêter Nolan et la laissa vraiment faire. Elle connaissait son amie et savait jusqu'où elle allait aller. Elle ne voulait pas ressentir de la pitié pour ce soldat qui avait tentez des trucs salace sur elle. « Plus jamais, plus jamais je ne revivrais ceci. » Se promit elle.

Le soldat se reprit en luttant fortement contre la douleur et se jeta encore une fois sur Nolan. Cette dernière chopa le cou de son adversaire avec son pouvoir et le fit lever très lentement.

- Mais qu'est ce que c'est que ce truc depuis le début. Se mit à crié le pauvre homme.

Andréas tellement tétanisé parce qu'il se passait tout comme Alexandre ne put lui répondre. Le corps du soldat une fois qu'il fut à un mètre du sol, se mit à avancer tout seul en direction de Nolan et quand il fut à quelque centimètre d'elle, il s'arrêta. L'homme mit immédiatement ses mains sur son cou, quand il sentit une grosse pressions se faire.

- Mais qu'est ce... Dit-il de nouveau avec la gorge serrée et en commençant à manquer d'air.

- Tu touche encore une fois à Léa je te jure que je n'aurais pas de pitié pour toi et que tu ira nourrir les vers. Dit Nolan avec une fois extrêmement meurtrière.

Alexandre, Andréas et le soldat comprirent à ce moments-là que le responsable de ce truc mystérieux n'était autre que Nolan.

- Est ce que tu a bien comprise ? Demanda la jeune femme brune encore plus froidement.

Au silence, Nolan commença à faire bouger la tête du soldat.

- Nolan non pas ça. Intervint enfin Léa.

Le soldat sentit sa tête se détacher très lentement de son corps et prit une grosse peur.

- O...oui j...je n...ne la t...toucherai p...plus pr...promit. Dit le garde avec grande difficulté.

C'est à ce moments-là que toute pression s'évanouit en un rien de temps et que son corps tomba lourdement sur le sol. Il passa une main sur son cou en le massant fermement afin d'aider l'air à passer. Il devin pâle quand Nolan s'accroupit devant lui et le regarda dangereusement.

- Si je te vois tourner autour d'elle, personne ne pourra te sauver et tu connaitre un sort qui sera bien pire que la mort. Menaça cette dernière d'une voix meurtrière.

Tétanisé, le soldat hocha simplement la tête et partit en courant hors de la tente. Nolan se redressa et se tourna pour regarder sa jeune amie qui la regardait également. Elle se mit à rougir quand les émeraudes furent doux accompagnées d'un tendre sourire.

- Je n'allais pas le tuer mais juste lui faire peur. Dit la jeune femme brune en regardant le plafond avec une moue gênée qu'elle essaya de cacher.

Léa tourna son attention à Alexandre et Andréas qui étaient blancs comme un linge. Elle souriait à l'intention de se dernier car le petit numéro de Nolan avait fait comprendre à Andréas qu'elle était bien plus dangereuse qu'il ne l'aurait soupçonné. Par contre elle était un peu gênée par rapport à Alexandre. Elle savait que maintenant elle et Nolan ne pourrait plus cacher le pouvoir à cette dernière et qu'il fallait le mettre au courant.

Elle s'approcha doucement du jeune homme et lui posa une main sur l'épaule pour le faire sortir de sa léthargie. Ceci marcha et Alexandre regarda Léa avec des yeux remplient de peur.

- C'est de...de ç...ça qu...que mo...mon père parlait. Dit-il horrifié.

- Je suis désolée de t'avoir cachée la vérité mais pour la sécurité de Nolan, il le fallait. Comme tu fais partie de notre équipe, tu es en droit de savoir. Nolan a quelque chose dépendant de sa volonté en elle. Ce truc ce manifeste violemment en fonction de ses humeurs et ses ressentit. Ton père si il a eu à faire à cette chose, c'est qu'il à provoqué Nolan.

- Que veux tu dire ?

- Nolan ne s'en sert que quand elle se sent en danger ou encore quand elle n'a pas le choix. Nolan est prisonnière de ses émotions et ne les contrôle pas. Quand un danger même pour un truc minime est proche, elle s'en sert et peut tuer les personnes qui la nuise.

- Mais là, elle ne l'a pas fait parce qu'elle à été en danger mais...

- Oui tu as tout comprit, si une personne qui lui est chère est aussi attaquée, elle l'utilise. Mais ne t'inquiète pas elle t'a acceptée parmi nous sinon elle te l'aurai fait subir depuis longtemps. Dit Léa en rassurant son ami.

Ce dernier regarda Nolan. C'est quoi ce qu'il à en lui ? Demanda curieusement Alexandre.

- Nous n'en savons pas non plus, mais je peux te dire que cette chose, m'a sauvée plus d'une fois la vie. Tout le monde tout comme tu la entendu par ton père, la considère comme un monstre ou un démon mais elle est loin de l'être. C'est juste une personne qui à besoin d'apprendre à aimer et être aimer.

- Tu pense que la clé qui permettrait de contrôler cette chose serai les sentiments ? Demanda Alexandre.

- J'en suis sûr. Tu vois même si elle et a ça qu'elle peut tuer à tout moment, je me sens en sécurité avec elle. Finit Léa avant de repartir auprès de Nolan.

Elle laissa Alexandre seul avec ses réflexions. « Oui elle à raison. malgré notre rivalité pour Léa, je dois admettre que moi aussi je me sens en sécurité avec Nolan. » S'avoua ce dernier. « Connaissant mon père, je pense qu'effectivement il a provoqué ou agressé Nolan à ça façon pour qu'elle réagisse aussi violemment envers mon lui. Car depuis que je suis avec Léa et Nolan, cette dernière ne m'a jamais agressée violemment. »

Alexandre ce ressaisissait et alla lui aussi auprès de Nolan avec sa peur disparut. En plus de Léa, il voulait rester avec ses deux nouvelles amies afin d'en savoir un peu plus sur Nolan. Car il la trouvait si mystérieuse et il voulait en savoir plus. Il se demandait également d'où venait ses deux amies car il ne connaissait rien sur leur passé des deux. Quand il avait questionné la petite blonde, dans les réponses de cette dernière lui donnait, il sentit qu'elle lui cachait quelque chose. Elle n'avait que brièvement dit le lieux d'où elle venait. En dehors de savoir qu'elle venait de THESSALIE il ne savait rien d'autre.

Une fois les trois amis réunit, ils se tournèrent auprès d'Andréas qui n'avait toujours pas bougé de sa place. Celui ci revenait doucement à la réalité. Quand il reprit enfin pied, il vit que les trois jeune gens le regardait tranquillement. Il regarda les yeux bleus et il y vit plus rien. Toute la haine qui si était installée, avait complètement disparut.

- Cela vous dérange que nous restions ici pour la nuit. Demanda gentiment Léa.

- Heu n...non non. bien sur que non. Prenez la tente qui sert pour les prisonniers. Répondit Andréas encore un peu déconcerté.

Merci. Dit la petite blonde avant de partir avec ses deux amis.

Arrivés à leur lieux d'habitation provisoire, le trio s'assirent sur le sol. Quelques secondes plus tard, des lit de camps furent emmenés par des gardes accompagner par de la nourriture. Tout les soldats qui entrèrent dans la tente tremblaient de peur après avoir entendu ce qu'il c'était passé pour le compagnon. Ils ne voulurent pas subir le même sort. Alors pendant leur venu, ils ne regardèrent à aucun moment la jeune femme.

Andréas fut le dernier à venir les voir afin de s'assurer que tout allait bien. Gentiment les trois amis répondirent que oui et le chef partit dans sa tente. Nolan et Léa qui c'étaient assise sur un des lit ne firent aucun gestes ni prononcèrent une paroles mais attendirent. Alexandre se demanda pourquoi autant de silence mais ayant son estomac réclamant, il prit un morceau de viande qui était sur le plateau. Au moment où il allait le manger cette dernière se mit à exploser. Il se mit à sursauter de peur et regarda Nolan en comprenant que ce truc bizarre venait d'elle.

- Ne la mange pas. Dit cette dernière en chuchotant.

Alexandre allait dire quelque chose mais la force se mit sur sa bouche lui empêchant de l'ouvrir.

- Ne fait pas de bruit.

Le jeune homme regarda sa rivale avec pleins de question, il s'en posa d'autant plus quand il vit la petite blonde vers l'entrée de la tente. « Mais depuis quand elle à bougé. » Se demanda-t-il.

Cette dernière c'était accroupit et regardait discrètement dehors à travers l'ouverture. Elle pouvait voir des mouvements devant la tente d'Andréas. Plusieurs soldats firent des allés et retours.

- Ça bouge à l'extérieur. Dit-elle doucement.

- Tu pense à ce que je pense ? Demanda Nolan.

- Oui, ton petit numéro à beaucoup intéressé notre hôte. Répondit Léa.

- Que voulez vous dire ? Demanda Alexandre pouvant enfin parler.

- Andréas est entrain de préparer une attaque contre nous cette nuit. Répondit la petite blonde.

- Quoi vous n'êtes pas sérieuse ?

- Très sérieuse. Répondit Nolan en se mettant au coté de la jeune femme pour regarder elle aussi ce qu'il se passait. Et je peux même te dire que cela se fera bientôt. Continua t-elle.

- Oui et c'est pour cela qu'ils ont mit des herbes à endormir dans la nourriture. Expliqua Léa.

- Quoi attendez vous voulez dire qu'ils ont empoissonné la nourriture ? Demanda Alexandre avec angoisse.

- Oui et si Nolan ne t'avait pas arrêté, tu serai en train de dormir à l'heure qu'il est. Répondit sérieusement Léa.

Alexandre resta bouche bée devant les mots. Sa rivale venait de lui sauver la vie sans qu'il ne le sache.

- Alors que faisons nous ? Demanda Nolan.

Léa était vraiment surprise de voir son amie lui laisser prendre les décisions. Cette dernière avait vraiment aimé le plant mit au point par la petite blonde même si elle ne l'avait pas comprise au départ. Le but de cette capture avait simplement eut pour but de collecter des informations sur Tamas. Comme Andréas et ses hommes étaient à l'endroit ou avait disparu ce dernier, elle comprit que la jeune femme avait soupçonné Andréas d'avoir des informations le concernant et Nolan eu la confirmation quand le chef et Léa les avait retrouvés quelques heures plutôt dans la tente.

- Il faudrait que nous partions d'ici, mais pour cela il va falloir faire une sorte de diversion. Répondit la petite blonde en regardant Nolan avec un sourire amusé.

Celle ci comprit ce que la jeune femme attendait d'elle se mit également a sourire.

- Très bien alors c'est partie.

Alexandre curieux de savoir ce qu'il allait se passer, se mit lui aussi au coté de ses deux amies et attendit. Nolan scruta le camp afin de voir ce qu'elle pourrait utiliser pour faire diversion. Quand elle trouva, elle laissa apparaître un sourire et se mit à rire intérieurement en sachant que cela amusera beaucoup la petite blonde.

Les soldats qui étaient en train de se préparer, se mirent à sursauter quand des bûches flamboyante se mirent à flotter dans les aires en allant dans leur direction. Quand ils comprirent que personne ne les touchèrent, ils se mirent à hurler puis à courir dans tout les sens afin d'essayer de fuir les bûches volante qui les poursuivaient. Alexandre regardait avec stupeur de ce que Nolan pouvait faire. Léa se mit elle à rigoler. son amie faisait la même chose que dans le château. Les bûches des feux de camps volèrent de partout et quelques unes atterrirent sur les toit des tentes qui commençaient à prendre feux. Nolan s'amusait beaucoup à faire courir les soldats dans tout les sens. Elle mit une bûche à la poursuite d'Andréas qui était sortit de son abris afin de comprendre ce qu'il se passait. Alexandre rejoignit Léa dans son rire et tout deux rirent de bon cœur devant le jeu enfantin de Nolan.

Léa quand elle remarqua une ouverture pour se faufiler dans le camps, se lança alors à l'extérieur suivit par ses deux amis. Nolan continua son petit jeu en forçant les hommes à s'éloigner de leur position. Andréas se rendit compte que ce genre de truc lui était familier mais ne pouvant pas se défaire de sa bûche, il se mit tout comme ses soldats à courir afin de se sauvez la vie. Nolan profita pour lancer une bûche sur la tente du chef de guerre. Quand les trois amis furent arrivés à l'emplacement des chevaux, sans perdre un seul instant, ils montèrent sur leur animaux respectif et partirent au triple galop loin du camps.

La distance fut trop grande pour Nolan et le pouvoir s'arrêta net. Andréas se précipita vers la tente ou devait se trouver les trois jeunes gens et la découvrit entièrement vide.

- Bon sang ils m'ont roulé. PARTEZ IMMEDIATEMENT À LEUR POURSUITE ET RAMENEZ MOI LA JEUNE FILLE AUX CHEVEUX NOIR EN VIE ! ! ! Ordonna t-il fou de rage.

Le trio réussirent à sortir des bois sans difficulté et Nolan qui avait prit la tête se rua vers la rivière suivit de ses amis et chevaucha à travers l'eau.

- Nolan ! Cria Léa.

Cette dernière ce retourna et vit les soldats derrière eux. « Bon sang ! Ils sont rapide. » se dit-elle. Les trois amis poussèrent leur chevaux au maximum. Tout en chevauchant, Nolan faisait exploser les grosses branches des arbres en faisant des petits barrage afin de stopper leurs poursuivants. Ceci marchait et pour les quelques hommes qui réussirent à passer, elle leur lança de grosse pierre dans la figure en plus de branche d'arbre. Réussissant enfin à leur échapper, le petit trio poursuivirent leur route tout en restant dans l'eau. Plus d'une heure de chevaucher plus tard, Nolan repéra au loin les traces de Tamas et cela lui donna une idées. Avec son pouvoir elle enfonça un peu plus les traces déjà faites pour les faire paraître plus fraiche en créant d'autre tout en les aspergeant d'eau. Une fois son travail accomplit le trio dépassèrent les traces en continuant tout droit et s'enfoncèrent dans la forêt qui se trouvait en face d'eux.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:19

CHAPITRE 13

Il faisait nuit noir quand et nos trois amis étaient cachés derrière des buissons avec leurs sens bien en éveille. Ils faisaient bien attention au moindre bruit étranger à la forêt. Alexandre surveillait toute la partie sud sur un large périmètre. Léa veillait sur la partie ouest quand à Nolan, elle gardait la partie nord. Quand à la partie Est, un gros arbre la protégeait tout en cachant nos trois amis. Aucun d'entre eux ne firent un son et étaient très attentifs à ce qu'il se passait.

La lune n'étant pas de la partie ce soir là et dans l'obscurité, elle pourrait prendre à tout moment un simple civil pour un homme d'Andréas et le tuer par mégarde. Ne voulant pas prendre le risque de tuer un innocent, elle décida de ne pas utiliser son pouvoir et cela la rendait vraiment nerveuse car elle n'avait jamais été aussi démunie que ce soir là.

Elle n'en voulait pas à Léa car son plant était vraiment parfait même si cette dernière n'avait pas pensée à une éventuelle fuite comme ce soir là. malgré cela, Nolan ne pouvait pas s'empêcher de penser que si la jeune femme l'avait laisser faire, ils ne se seraient pas retrouvés dans une telle situation. Elle sursauta quand quelque chose se posa sur son bras et tourna vivement la tête pour voir Léa proche d'elle.

- Mais...

- Alexandre à finit par s'endormir d'épuisement et je pense qu'il sont loin maintenant. Dit doucement la petite.

La jeune femme brune tourna la tête pour regarder son rival et vit ce dernier assit la tête entre ses bras avec une respiration lente. Elle comprit qu'effectivement le garçon dormait. Elle reporta son attention à la jeune femme. Cette dernière la regardait avec des yeux triste remplient de culpabilité.

- Je te demande pardon si je t'avais laisser faire depuis le début, nous ne serons pas ici à essayer de survivre. Dit-elle d'une voix douce et triste. Je nous ai tous mis en danger.

Nolan regarda son amie droit dans les yeux et vit de la sincérité dans ce regard. Elle se mit à soupirer doucement en affaissant ses épaules puis elle mit son dos contre l'arbre qui se trouvait à ses coté, et s'assit en mettant ses bras sur ses genoux repliés.

- Non tu as cru bien faire. Je dois t'avouer que ton plans était vraiment bien et que cela m'avait impressionnées même si maintenant, nous sommes obligé de veiller toute la nuit pour être sur que mon propre plans pour les éloignés est bien marché. Je dois avouer que grâce à toi, nous sommes sur la bonne voie pour aller vers Tamas.

- Tu as été découvert à cause de moi et maintenant Andréas te veux pour lui. Dit la jeune femme les larmes au yeux.

- Tu la remarqué toi aussi ? Demanda la jeune femme brune surprise d'une voix triste. De toute façon, le temps que j'aurai ce truc en moi, je serai toujours poursuivit par des seigneurs de guerre ou guerriers afin de faire de moi leur arme. Mon maître m'avait protéger de tout ceci en m'enfermant dans ce cachot loin des yeux de tout le monde et même de ses propres soldats. La liberté c'est bien mais à t-elle été vraiment la meilleure chose pour moi ? Dit-elle tristement en regardant le sol tout en jouant avec un bâton en faisant des dessins sur le sol.

- Mais pourquoi tu dis ça ? Demanda Léa la peur au ventre comprenant que son amie regretta d'être partit.

- Parce ce que je me rend compte que n'importe où que j'aille en utilisant cette chose en moi, je serai toujours une cible pour tout le monde, oui je pourrais me débarrasser d'eux sans aucun souci grâce à cela mais c'est pas une vie. Expliqua Nolan en laissant son regard sur le sol. C'est cela que les dieux on choisi pour moi ? Une vie à toujours fuir.

- Je ne sais pas ce que la vie ta réservé mais tout ce que je sais, c'est que si tu n'étais pas là et que je ne t'avais pas rencontrée, je serais toujours dans ce château avec Baphein. Je ne sais pas ce que tu as vécu et ce que tu ressent mais je ne pourrais jamais te remercier assez pour ce que tu as fais pour moi.

Léa laissa une larme couler sur son visage. Elle posa ses deux mains sur le bras de son amie et mit son menton sur ses propres membre croisé. Nolan malgré les pénombres, remarqua la goute d'eau qui sorti des émeraudes de la jeune femme.

- Que c'est il passé là-bas. Demanda tendrement la Nolan. Devant cette question, elle sentit le corps de la petite blonde trembler ainsi que d'autre larmes couler sur la peau de son bras gauche.

- Ta...Tamas m'avait fait enlever de mes parents alors que je n'avais que cinq ans. Je lui servait de... Léa sentit une boule dans la gorge se faire. Elle revoyait toute la scène de tout ce qu'il se passait. Je...je lui servait d'esclave personnel pendant plus de six ans... Elle laissa ses larmes couler fortement au souvenir de ses moments douloureux.

Nolan sentit une pure haine envahir son corps devant les mots de la jeune femme. Mais ne voulant pas l'interrompre afin de mieux comprendre elle se canalisa et resta très calme.

- Tout les jours, j'allais le voir sous sa demande et il s'amusait avec moi en utilisant divers objet et en variant ses plaisirs. Quand il m'a vendu à un autre seigneur de guerre, j'ai été vraiment heureuse en me disant que tout ceci serai enfin fini et que je serai traiter comme tout les autres esclaves enfin libre de cette torture mais je m'étais lourdement trompée. Baphein m'avait trouvée à son goût comme il me le disait tout les jours. Dit elle la voix tremblante. Elle s'arrêta quand toute les tortures physique que lui faisait le seigneur de guerre remonta lentement dans son esprit. Elle serra le bras de Nolan avec force pour contrôler ses émotions mais elle n'y arriva pas et éclata en sanglot. I...il...il a...a...a fait de...de moi so...son es...esclave de...de corps.

Nolan se raidit et écarquilla les yeux devant ses aveux. Un goût de bille monta dans sa bouche. Tout son corps se mit à trembler elle comprit enfin pourquoi la jeune femme voulait tant mourir. Les blessures qu'elle avait ainsi que l'insistance de rester auprès d'elle quand elles étaient encore au château. Nolan lutta fortement pour ne pas se mettre à vomir et sans qu'elle le sache, elle laissa couler également ses larmes.

- Plus j'allais le voir à ça demande et plus il était brutal. Plus d'une fois par jour, il me faisait appeler pour se distraire pas une fois j'ai eu un moment de liberté entre lui et les autres esclave qui étaient jaloux de me voir si peut travailler mais ses derniers, ignoraient tout de ce que je vivait. Dit elle la voix remplit de larmes.

Elle ne put dire un mot de plus qu'elle se fait saisir par des bras fort et plaquer contre un corps puissant. Nolan serra ses bras aussi fortement qu'elle le pouvait autour du petit corps et posa son menton sur l'épaule de la petite blonde.

- Je te demande pardon. Dit-elle la voix remplit de larmes qui fit sursauter Léa. Je te demande pardon pour tout le mal que j'ai put te faire. Je le regrette sincèrement. Si je m'était rendu compte depuis le début du cauchemar que tu vivait, jamais je ne t'aurai fait autant souffrir. Continua t-elle en laissant ses larmes couler.

Léa ému par la déclaration de son amie tout en étant toujours sous le choc de ce qu'elle venait de dire, éclata dans un orage de sanglot en se blottissant fortement dans les bras de son amie.

- Je te promet de te protéger de tout mon corps et que plus personne ne te fera du mal. Dit Nolan la voix remplis de larme. elle laissa parler son coeur pour la première fois et laissa ses émotions sortir.

Léa s'écarta légèrement de son amie et la regarda droit dans les yeux. Les bleus et les émeraudes se mélangèrent pour ne faire plus qu'un. Une forte attirance ce forma alors à ce moment là. Léa leva doucement sa main et la posa délicatement sur la joue de la jeune femme brune et enleva les larmes qui coulait. Cette dernière allait en faire tout autant quand la petite blonde attrapa sa main et l'arrêta. Les deux amies firent voyager leur yeux sur le visage de l'autre. Léa s'approcha doucement de Nolan et posa sa tête contre le torse de cette dernière en agrippant la veste en cuir.

- Ne me laisse pas, ne m'abandonne pas, reste auprès de moi. Dit-elle avant de s'endormir dans les bras sécurisant de la jeune femme brune.

Celle ci passa un bras autour du petit corps et l'autre autour des épaules en la serrant fortement.

- Jamais, jamais je ne t'abandonnerais je te le promet. Dit-elle avant de rejoindre sa jeune amie au pays des songes.

Alexandre qui avait sa tête cachée par ses bras, ne dormait pas. Il avait put entendre toute la conversation de ses deux amies qui ne l'avaient pas remarquée. L'histoire de la jeune femme blonde l'avait profondément touché. Il avait laissé sortir des larmes de douleur pour la conteuse. Il ne comprenait pas comment pouvait t-on faire du mal à Léa qui était si gentille. Malgré sa jalousie, il devait admettre que la jeune femme avait plus besoin de Nolan en ce moment même que de lui même. Il fit lui aussi une promesse silencieuse. De toujours protéger la jeune femme et de ne jamais lui faire de mal.

Le jour commença à ce lever et doucement Léa se faisait tirer de son sommeille par les doux rayons de soleil. Elle s'étira légèrement et fut surprise de ne trouver qu'Alexandre toujours endormit. Elle se demanda où pouvait être Nolan. Elle se redressa et alla en direction de la rivière. En voyant son amie partit après avoir passé une nuit sans aucun problèmes, elle comprit que les ennuis étaient passés. Elle tomba sur la jeune femme brune qui était en train de se laver la figure à la rivière. Elle la rejoignit et fut accueillit par un doux sourire qui la fit légèrement sourire. Elle entra ses pieds dans l'eau et imita le geste de son amie.

Toute deux se rafraichissait dans un silence bienfaisant. La petite blonde regardait son amie à travers les rinçages et se mit à sourire. Voyant la tentation trop lourde, elle ne put s'empêcher d'envoyer une grosse germe d'eau sur la jeune femme qui sursauta en la regardant avec un air d'ahurie chose qui fit rire la petite blonde et qui profita de l'état de surprise de son amie pour recommencer.

Nolan voyant sa jeune amie rire et en voyant qu'elle se faisait également malmener gentiment par elle, entra dans le jeu et une grosse bataille d'eau commencèrent entre les deux jeunes femmes. Sans le faire exprès pendant les lancer d'eau, Léa lança un poisson dans la figure de Nolan qui en était bouche bée. La petite blonde éclata de rire tout en sentant le châtiment qui allait suivre, se mit à s'enfuir en courant tout en continuant à rigoler. Prit par le jeu Nolan se lança à la poursuite de Léa et sous la grande surprise de celle ci, elle entendit pour la première fois cette dernière rire au éclat. Le choc fut tellement grand qu'elle avait inconsciemment ralentit sa course. Nolan qui arrivait rapidement sur la jeune femme ne put ralentir et lui rentra dedans de bon coeur et toutes deux tombèrent dans la rivière peux profonde.

Nolan se redressa sur ses bras et genoux en ne comprenant rien de ce qu'il venait de se passer. Elle baissa la tête en voyant la jeune femme sous elle morte de rire. Elle ne put s'empêcher de l'accompagner dans son euphorie. Toutes deux riraient de bon coeur sans se soucier de ce qu'il se passait autour. Quand elles furent enfin calmée aucune des deux ne bougèrent de leur place. Elles se mirent à se regarder profondément. La petite blonde se redressa légèrement sur ses coudes. Leur visages n'étaient cas quelques centimètres de l'autre. Leur regard se fit plus profond. Nolan ne savait pas quoi faire tout comme Léa. Elle se sentit irrésistiblement attirée par les lèvres de cette dernière. Doucement elle baissa sa tête en direction de celle ci. Son coeur battait à tout rompre, tellement il frappait fort dans sa poitrine elle cru qu'il allait s'arrêter. Léa était dans le même état que son amie et ne savait pas non plus quoi faire et décida aussi de laisser aller ses sentiments en remontant lentement son visage.

Un bruit d'eau venant de derrière Nolan se fit entendre. Sans attendre les deux amies se séparèrent à la vitesse de la lumière. Nolan se retrouva sur la berge en train de sculpté son morceau de bois pendant que Léa restait dans l'eau en finissant son nettoyage. Toutes deux étaient rouge comme des tomates et n'osaient pas se regarder et encore moins regarder d'où le bruit venait.

C'est une voix familière qui leur indiquait qui était l'auteur du bruit d'eau. Alexandre qui c'était levé et qui était à moitié endormit, c'était mit dans la rivière afin de se réveiller complètement. Il ne vit pas ce qu'il c'était passé entre les deux amies et quand il arriva prêt d'elles, il se posa pleins de question devant l'attitude de ces dernières qui se trouvaient à l'opposé de l'autre avec une tête de coupable tout en rougissant. Il ne comprenait rien du tout et aucune des deux filles ne l'aidaient à comprendre.

Plusieurs heures plus tard, le trio avait reprit leur route en se dirigeant dans les profondeur de la forêt afin d'essayer de trouver un chemin qui pourrait les conduire sur la route qui les mèneraient à Tamas. Durant toute la marche, Nolan et Léa ne c'étaient pas adressée une seule fois la parole. Elles restèrent le plus éloignée possible de l'une et de l'autre. Alexandre qui ne comprenait vraiment pas ce qu'il se passait, ce demandait ce qu'il avait bien put se passer entre elles deux pour qu'elles agissent de la sorte.

Nolan tourna discrètement sa tête et regarda Léa du coin de l'oeil. Cette dernière leva la sienne et quand ses yeux tombèrent sur la jeune femme brune, elle la baissa à grande vitesse rouge comme une tomate. Nolan avait agit de la même façon en tournant rapidement sa tête tout aussi rouge. Leur deux coeur battaient la chamade. Elles ne comprenait pas ce qu'il c'était passé dans la rivière et comprirent encore moins ce qu'elles étaient sur le point de faire. Pourquoi cette subite attirance l'une envers l'autre.

La marche resta très calme. Seul les bruit de la forêt raisonnait sous les bruits des fers des chevaux. Alexandre ne pouvant plus supporter ce lourd silence ralentit sa monture afin de se retrouver à la hauteur de Léa une fois celle ci rejointe, il commença à lui parler de tout et de rien. La jeune femme appréciant la compagnie de son ami se plongea dans la discussion. Le garçon raconta un anecdote qui lui était arrivé étant petit chose qui fit rire la petite blonde.

Nolan qui entendit Léa rire tourna la tête et fronça les sourcils quand elle remarqua son rival très proche de la jeune femme. Cela lui déplaisait au plus haut point. Elle attrapa sa gourde d'eau et dans un geste vif, elle la lança en direction du visage de ce dernier.

- Attention Alexandre ! S'écria Léa en voyant l'objet arriver rapidement sur le jeune homme.

Ce dernier tourna la tête pour voir de quoi parlait son amie et ce reçu à ce moment là , la gourde en pleine figure et tomba de son cheval sous le choc. Léa arrêta immédiatement son cheval et se précipita sur Alexandre.

- Tu va bien ? Demanda-t-elle inquiète.

- Ou...oui j'ai la tête dure. Répondit le jeune homme en se redressant.

La petite blonde se retenait de rire devant le visage d'Alexandre. L'objet avait fait une grosse marque sur le centre de la figure de ce dernier qui tourna violemment sa tête pour regarder sa rival.

- Ça t'amuse de faire ça ?! Cria t-il.

Léa ne comprenant pas pourquoi Alexandre s'en prenait à Nolan, regarda cette dernière qui avait passé ses bras derrière sa tête et regarda le ciel d'une allure totalement innocente. Elle comprit enfin qu'elle était la responsable de cet acte.

Alexandre se dirigea fou de rage sur sa rival et l'attrapa par le col de sa veste et la fit descendre de son cheval.

- Tu va voir comment je corrige les prétentieuses comme toi.

L'action ne fit ni chaud ni froid à Nolan qui regardait à coté.

Léa arriva à ce moment la et attrapa le bras d'Alexandre en le faisant s'éloigner de la jeune femme brune.

- Mais ça ne va pas de t'en prendre à elle comme ça ! Elle ne t'a rien fait à ce que je sache !

- Quoi mais c'est elle qui...

- Non je ne veux rien savoir. Viens avec moi que je te soigne. Dit la petite blonde en colère en tirant sur le bras d'Alexandre. Ce dernier regarda avec rage Nolan qui lui fit un grand sourire de vainqueur avec des yeux très froid.

La jeune femme brune remonta sur son cheval et attendit que sa jeune amie finisse avec son rival. Quand les soins furent finit, Léa et Alexandre remontèrent sur leur monture respectives et le trio reprirent leur route. La petite blonde fit avancer son cheval plus rapidement pour se retrouver aux cotés de Nolan en laissant le jeune homme derrière.

- Pourquoi tu as fait ça ? Demanda-t-elle intriguer.

Nolan regarda la jeune femme surprise.

- Oui je sais que c'est toi qui lui a envoyé la gourde dans la figure et j'aimerai savoir pourquoi ? Tu ne l'aime vraiment pas au point de le ridiculisé ? Demanda Léa strictement.

Nolan baissa tristement la tête et se sentit légèrement honteuse.

- Non c'est pas ça. Répondit-elle d'une voix timide de façon à ce que seule la petite blonde entende.

- C'est quoi alors ? Je veux bien croire que d'avoir quelqu'un autre avec nous cela te sois insupportable mais Alexandre ne t'a rien fait alors explique moi. Demanda la jeune femme en radoucissant le ton.

- Je... Nolan commençait à devenir rouge et sentit son coeur battre très fortement dans sa poitrine. Elle posa une main sur son torse et la serra en l'empoignant. Je...Nolan était incapable de sortir un mot. Elle n'arrivait pas à mettre un nom sur le sentiments qui était tout nouveau pour elle et resta enfin de compte muette.

Léa sentit de la peine pour son amie en voyant cette dernière se battre contre elle même afin de chercher ce qu'elle avait à dire. Le regard de Nolan devenait de plus en plus triste et cela la touchait particulièrement. Elle savait que quelque chose poussait la jeune femme brune à agir de la sorte mais elle non plus ne savait pas ce que c'était. Depuis leur rencontre, Nolan n'avait jamais agis de la sorte avec les gens qu'elle côtoyait. Léa se demandait pourquoi Alexandre et pourquoi lui seul faisait agir Nolan de cette façon. Elle se mit à rire en repensant à la tête de leur pauvre compagnons au moment où il c'était prit la gourde dans la figure.

Nolan regardait la jeune femme étrangement.

- Je repense à la tête qu'il faisait quand tu la toucher. Franchement tu aurais pu trouver quelque chose de moins dure. Dit elle en souriant de bon coeur.

Les mots et l'attitude de la petite blonde détendit Nolan qui sentit le gros poids sur son estomac partir en fumée. Elle se laissa aller à la joie de la jeune femme et lui sourit doucement. Léa se mit à sourire généreusement devant le regard doux de son amie.

- Allez n'y pensons plus. Dit Léa en lui lançant un petit clin d'œil.

Pendant le reste de la marche, Léa resta auprès de Nolan. Elle était vraiment surprise du comportement de cette dernière. Elle se doutait que ce n'était pas de la haine ou de la colère que ce celle ci avait envers Alexandre c'était autre chose. Quoi, elle ne le savait pas. Elle pouvait affirmer cela, car pas seule une fois Nolan avait utilisé son fameux pouvoir envers Alexandre. Elle se contentait simplement de lui faire manger un peu violemment les pommes et d'après ce qu'elle avait vu, lui envoyer des truc dans la figure. Cette dernière pensée la ramena au deux combats quand Alexandre c'était prit des truc dans la figure et qu'il c'était évanouie suite à ça. Elle réalisa enfin que la responsable était Nolan.

Elle ne comprenait vraiment pas pourquoi, la jeune femme brune se contentait de faire ceci au lieux de le tuer comme elle le faisait habituellement. « Non il y a quelque chose la dessous. Nolan apprécie Alexandre sinon elle ne ferait pas se genre de chose. Une chose la pousse à agir de la sorte mais quoi j'aimerai bien le savoir. » Se dit-elle. Elle remarqua aussi qu'Alexandre de son coté agissait bizarrement avec Nolan. Les deux jeunes gens n'arrêtèrent pas de se lancer des regards remplit de défis. Malgré ses réflexions elle ne trouva aucune réponse à cela.

Le trio entendirent un cris au loin. Ils se précipitèrent pour voir ce qu'il se passèrent et au moment où ils furent proche des lieux, un cavalier s'enfuit à tout allure en emportant un objet enveloppé dans des draps avec lui. Alexandre ne réfléchit pas et se lança à la poursuite du gars pendant que Nolan et Léa arrivèrent auprès d'une jeune femme qui était couchée au sol.

Les deux amies descendirent de leur monture et allèrent auprès de la femme et la petite blonde la fit s'assoir.

- Que vous arrive t-il ? Demanda Nolan.

- Ce cavalier il ma prit mon bébé. Répondit la jeune femme pleine de détresse.

Léa et Nolan se raidir immédiatement. La jeune femme brune se leva immédiatement et remonta sur son cheval en le poussant au triple galop dans la direction que le voleur avait prise. Elle savait qu'Alexandre c'était mit à sa poursuite, mais elle voulait y aller aussi au cas où ce dernier tomberai dans un piège où rencontrerai des difficultés.

Alexandre qui se trouvait derrière le voleur, chevaucha à grande foulé mais malgré les effort fournit par son animal, il se rendit compte que celui du bandit était plus rapide. Il commença à comprendre qu'il se ferait rapidement distancer. Il décida d'adopté pour une autre stratégie. Il fit passer son cheval par la forêt en coupant à travers les arbres. Le chemin monta légèrement. Il voyait que la route raccourcissait la distance et qu'elle formait un virage avec un grand précipice qui séparait les deux route. Il sut alors qu'il pourrait avoir l'homme à cet endroit précis car le coude du chemin donnait sur celui du bandit. Il galopa avec facilité puis arrivé prêt du tournant de la route, il sauta de son cheval au galop quand le voleur arriva et profita de la hauteur de son propre chemin par rapport à celle de son ennemis. Il pria les dieux pour ne pas tomber dans le fossé afin que son plant réussisse. À son grand bonheur, il tomba sur l'homme dans le virage les deux poings en avant. Le timing fut parfait. L'action fit tomber le bandit de sa monture entrainant Alexandre dans sa chute.

Ce dernier se releva immédiatement et prit la chose que le voleur avait capturé mais au moment où il le saisit, il se prit une grosse droite dans la figure qui le fit perdre son équilibre. Le voleur profita de ce moment pour lui envoyer plusieurs coups de poing. Le jeune homme tenait fermement son fardeau contre lui et ne pouvait pas se défendre. Quand il l'avait attrapé, il avait comprit que la chose volé était un bébé. Le bandit profita de sa supériorité pour frapper son adversaire sur chaque parie de son corps. Doucement il fit approcher Alexandre du ravin qui se trouvait juste derrière. Alexandre arrivait à esquiver plusieurs coup, mais celui qui lui arriva en pleine figure le fit voler à la renverse et tomba en chute libre dans le vide.

Le bandit se précipita sur son cheval sans perdre de temps et le lança au triple galop en jurant tout ce qu'il pouvait. Il ne put faire que quelques mètres alors que son corps se mit à exploser en plusieurs morceau en retombant sur toute la route. La cheval du voleur lui continua seul sa route sans cavalier. Alexandre, avait réussit à échappé à la mort en s'accrochant à la paroi de la falaise avec sa mains gauche. De son bras droit, il tenait fermement le bébé qui pleurait tout ce qu'il pouvait.

- Me voilà dans de beau drap maintenant. Comment je vais faire pour me sortir de là ?

Il ne put penser plus longtemps quand il senti le bébé glisser. Apeuré, il baissa rapidement sa tête et voyait que l'enfant était entrain de tomber hors du tissu qui le couvrait. « Oh non pas ça ! » Il serra au maximum son bras de façon à essayer de retenir le bébé. Malgré ses efforts, l'enfant se détacha complètement de son étreinte et tomba dans le vide. Sans réfléchir, Alexandre lâcha sa prise et tomba lui aussi en chute libre les bras en avant pour essayer de rattraper le bébé. Il réussit à le reprendre dans ses bras et sans attendre, il posa sa main gauche sur la falaise et s'en servit comme de frein en luttant contre la douleur. La chute était si rapide qu'il voyait le sol arriver à grande vitesse. Il agrippa encore plus fortement la roche qui était devenu une vrai lame de couteau sous sa peau tendre en lui arrachant toute la peau. Il ferma les yeux en sachant que l'inévitable allait ce passer. À deux mètre du sol son corps s'arrêta net. Il ouvrit les yeux et tourna vivement la tête pour regarder en l'air et découvrit Nolan suspendu elle aussi à la falaise de sa main gauche et le retenant de sa droite.

- Nolan ! S'exclama de joie Alexandre.

- Tu fais jamais les choses comme tout le monde toi. Répondit la jeune femme en souriant.

- Qu'est ce que tu veux j'ai toujours aimé l'originalité. Plaisanta Alexandre.

Nolan ne dit rien à cela et se mit à sourire.

- Monte sur mon dos je vous remonte tout les deux.

- Quoi mais...

- D'une main tu ne pourra pas le faire si tu dois tenir le bébé. Expliqua Nolan.

Alexandre voyant que sa rival n'avait pas tord accepta. Avec l'aide de cette dernière, il grimpa sur son dos et une fois bien installer, il passa ses bras autour du cou en coinçant soigneusement l'enfant entre le dos de Nolan et son propre ventre en le protégeant. Le jeune femme qui sentit son ami bien stable, commença son ascension. Elle escaladait la falaise avec malgré tout quelques difficultés. Alexandre ne le vit pas mais à chaque prise Nolan serra ses dents pour lutter contre la douleur de ses mains. Le jeune homme châtain fut attiré par quelque chose sur la roche et regarda. Il écarquilla les yeux quand il vit deux trainer de sang en plus de la sienne. Il comprit alors que Nolan c'était jetée dans le vide pour le sauver et avait aussi utilisé ses mains comme freins.

La jeune brune monta très lentement. En plus de ses blessures dans ses mains, le poids d'Alexandre ne l'aida pas. Elle n'avait pas put utiliser son pouvoir pour retenir ce dernier car la chute fut trop rapide et la porter trop grande. Nolan agrippa une prise et au moment où elle se hissa, cette dernière céda et les deux amis chutèrent une nouvelle fois dans le vide. Nolan réussit à ralentir une nouvelle fois leur chutes grâce à ses mains et put attraper une grosse prise au dernier moment. Elle lutta fortement contre la douleur qui devenait insupportable.

- Laisse moi. Prend le bébé et laisse moi. Tu ne pourra jamais y arriver. Dit Alexandre voyant les grimaces de Nolan.

- La ferme ! Cria cette dernière. Même si cela doit prendre plusieurs heures, tu remontera avec moi ! Il est hors de question que je te laisse mourir ici ! Tu m'a bien comprise ! Cracha t-elle. Je ne veux pas gagner Léa aussi facilement ! Finit-elle en reprenant sa remonter.

Alexandre resta bouche bée, malgré la situation, il voyait que son amie avait toujours en tête la jeune femme et leur rivalité. Il vit également qu'en dépit des apparence, la jeune femme brune tenait à lui.

- Merci. Répondit simplement Alexandre.

- Tu me remerciera plus tard, nous ne sommes pas encore sortit de se foutu problème. Contra un peu froidement Nolan.

Alexandre ne dit rien et sourit devant l'attitude cachée de son amie. Nolan ne voulait en aucun cas montrer ses sentiments envers Alexandre. Elle avait accepté ce dernier en tant qu'ami et le respectait beaucoup malgré les nombreuse petite torture qu'elle lui faisait vivre. Quand elle avait vu ce dernier tomber dans le ravin, cela l'avait mise hors d'elle et avait tué sauvagement le bandit puis c'était jetée dans le vide en ne pensant qu'à une chose sauver son ami rien de plus. La monter fut vraiment très difficile, plus d'une fois ils chutèrent à cause des mauvaises prises. Les blessures de Nolan s'aggravèrent de plus en plus. Alexandre s'inquiétait de plus en plus. Car la sueur qui coulait du visage de son amie se faisait vraiment abondamment chose qui était rare chez Nolan.

Il essaya de retenir le plus possible son poids afin d'aider au maximum sa sauveuse. Cette dernière commençait à ne plus sentir ses mains tellement la douleur fut à son combles. Ses genoux qui avaient également prit, la faisait également souffrir. Toutes ses forces étaient quasiment partie. Elle était sur le point d'abandonner alors qu'il ne lui restait que quelques mètre mais l'image de Léa lui vint en tête. Ceci lui redonna de l'énergie et elle finit de monter la dernière distance.

Une fois en haut et enfin complètement sur la route, Nolan s'écroula sur le ventre à bout de souffle sur le sol. Alexandre s'écarta de la jeune femme en prenant le bébé dans ses bras et s'assit sur le sol tout en regardant son amie.

- Merci. Redit t-il je n'oublierai jamais ce que tu viens de faire.

Nolan se tourna et se positionna sur le dos et regardait son rival qui s'occupait du bébé

- No...non ne...ne me remercie pa...pas. Répondit Nolan en manque d'air. Mai...mais j...je te pr...préviens j...je ne fe...ferais pa...pas ç...ça to...tout l...les jours. Continua t-elle en récupérant doucement.

- Rassure toi je ne te le demanderai pas. Répondit Alexandre en souriant.

Nolan ferma les yeux et laissa un petit sourire sortir à l'intention de son ami. Les deux jeune gens restèrent tout les deux dans un silence bienfaisant en laissant le vent qui venait de se lever passer sur eux dans un doux toucher. Seule les petits bruitage du bébé étaient entendu.

- Je vais ramener l'enfant à sa maman. Dit Alexandre en se redressant.

- Oui vas y je reste encore un peu ici. Fit Nolan en manque de force.

- Oui repose toi tu la mérité je reviendrai te chercher.

- Tu as intérêt sinon ça va barder. Dit Nolan en plaisantant.

T'inquiète pas je ne veux pas gagner aussi facilement Léa. Répondit Alexandre en tendant sa mains à Nolan.

Cette dernière regarda le membre devant elle et leva les yeux pour voir Alexandre sourire avec détermination et respect. Elle soupira de contentement et leva sa main pour attraper celle de son rival. Le poignée fut serrée dans un pure geste de respect et d'amitié. Alexandre partit aussitôt et laissa sa rival allongée sur la route seule. Cette dernière regarda son ami partir et quand il disparut, elle mit sa tête droite et regarda la ciel bleu qui était accompagner de nuage blancs. Elle ferma les yeux afin de pouvoir se reposer encore un peu et s'endormit sans se rendre compte de rien.

Elle se fit réveiller brutalement quelques secondes après par un gros coup de pied dans la figure. D'instinct elle se mit immédiatement sur pied et vit quatre hommes autour d'elle.

- Alors ma grande on dort en pleine route. Dit l'un des hommes. C'est pas bien de nous avoir volé notre bien. Continua t-il.

À ses mots, Nolan comprit que ses bandits étaient les complices de l'autre. Étant à bout de forces, elle ne put éviter une gros coup de poing qui lui arrivait dans la figure et se le prit de pleins fouet. Un deuxième homme enchaina avec coup de pied dans son estomac. La jeune femme tomba lourdement sur le sol avec la lèvre ouverte. Elle se redressa difficilement en se mettant à quatre pattes, son corps était très douloureux. Un des hommes profita de la faiblesse de la femme pour lui envoyer un autre coup de pied dans le ventre suivit d'un puissant coup dans la figure qu'il l'envoya à l'opposé de la route en roulé-boulé pour atterrir sur le ventre. Nolan était à bout de souffle, ses brutes ne lui laissait pas un moment de répit. Ils la tabassaient sans lui laisser la moindre chance de se défendre en profitant de la faiblesse de leur victime.

Alexandre qui avait ramener l'enfant à la jeune femme était repartie accompagner de cette dernière et Léa en direction de Nolan. Quand le trio arrivèrent sur place, ils furent horrifier de voir la jeune femme se faire battre par quatre hommes sans pouvoir faire un geste pour se défendre. Alexandre allait se jeter dans la bagarre tout comme Léa mais cette dernière s'arrêta net tout en bloquant l'avancer du jeune homme. Ce dernier surprit regarda Léa pour comprendre.

- Non ne bouge pas sinon tu te fera tuer. Dit elle le regard un peu apeuré.

Alexandre ne comprenant pas regarda en direction de sa rivale et écarquilla les yeux. Nolan recevait des coup dans tout les sens. Pendant tout le passage à tabac, sa colère monta doucement en elle quand d'un coup les quatre bandit volèrent comme de simple feuille d'arbre et retombèrent lourdement sur le sol. Ils se redressèrent surprit de se qu'il venait de subir et quand ils posèrent leur yeux sur Nolan, une peur immense les envahirent. Cette dernière se mit doucement debout avec son visage recouvert de sang. Ses cheveux noir étaient devenu aussi sombre que la mort et dessous ils purent voir des yeux bleus briller dans un aspect plus que glacial. Nolan laissa sa tête baisser et ne laissai que ses yeux apparaître sous ses cheveux corbeau. Elle avança doucement dans un pas lent. Toute la nature avait cessé de bouger et seul un silence pire que la mort s'installa.

La résonance des pas ainsi que la démarche de Nolan sur la route était semblable à celle d'un démon. Les quatre bandits étaient capturés par les yeux bleus qui les pénétraient jusque dans leurs âme. Alexandre qui ne vit pas le visage de son amie, ressentait tout comme la femme avec son bébé, un changement de température et sentit un vent glacial entourer Nolan. Tout deux commencèrent à avoir peur de la jeune femme. Cette dernière avançait d'un pas qui devenait de plus en plus lent. Les quatre bandit malgré leur peur réussissent à se mettre debout et sortirent leur épées en les mettant devant eux comme bouclier.

- C'est la dernière chose qu'ils auraient du faire. Dit Léa.

- Quoi ? Demanda Alexandre voulant comprendre. Il fut extrêmement surprit de voir la petite blonde ne pas trembler devant Nolan.

Cette dernière ne répondit pas et laissa Alexandre voir par lui même. Le premier bandit se jeta sur un Nolan remplit de haine. Il ne put faire un pas que ses bras se firent arracher de son corps avant d'être suivit par sa tête. Les trois autre hommes se mirent à trembler de peur et l'un d'entre eux malgré les avertissement de ses amis. Se jeta lui aussi sur Nolan. Ses pieds furent couper net et tomba en hurlant de douleur. Il hurla encore plus quand il sentit ses membre se faire arracher lentement les uns après les autres avant de mourir décapité. Alexandre se mit à vomir devant cet horrible spectacle. La femme qui les accompagnait laissa ses larmes de terreur couler.

- Co...com... Commença la femme sans pouvoir sortir un autre mot.

Léa ne dit rien et regarda son amie faire.

- Si nous bougeons alors qu'elle est dans cet état, nous nous ferions tuer. Le mieux c'est de ne rien dire et rien faire même si cela est horrible à voir. Au pire, ci ça vous est trop insupportable fermer les yeux. Dit elle un peu froidement.

Alexandre ne comprenait pas pourquoi la petite blonde pouvait rester aussi calme et sereine devant se spectacle.

Les deux autres bandits se mirent à hurler de terreur et prirent immédiatement la fuite. Mais malheureusement pour eux, ils ne purent faire un pas de plus que leurs têtes s'arrachèrent sans difficulté de le corps et roulèrent sur la route avant de tomber dans le ravin en laissant leur corps sans vie à se vider de leurs sang sur la route.

Une fois que les bandits furent tués, Léa se mit en marche pour rejoindre Nolan. Alexandre lui attrapa le bras pour l'arrêter ne voulant pas qu'elle se fasse tuer mais il se reçu une grosse claque sur la main qui le repoussa violemment en guise de réponse avec des émeraudes noir. Alexandre était statufié devant ses yeux. Ne pouvant faire un geste, il laissa sa jeune amie faire. La femme au bébé s'approcha d'Alexandre en lui demandant si tout allait bien et prit elle aussi peur pour la petite blonde.

Léa s'approcha doucement de Nolan. Celle ci n'avait pas bougée d'un pouce de son emplacement et resta droite comme un piquet avec le corps entier complètement tendu. Arriver prêt de Nolan, la petite blonde leva sa main droite et avant qu'elle ne put la toucher, Nolan se retourna violemment et une prise puissante se fit autour du cou de Léa. Cette dernière tressaillit en voyant les bleus glaciaux brillant comme du cristal. Pour la première fois depuis qu'ils avaient rejoint le combat, Alexandre et la femme virent les yeux bleus et furent paralysés par la peur tellement ils étaient glaciaux. Léa malgré sa peur, garda son calme et plongea son regard dans ceux de Nolan qui la regardait. Ses émeraudes étaient dure et déterminées. La force se fit de plus en plus forte en lui faisant pratiquement manquer d'air.

- Nolan, c'est Léa est ce que tu m'entend ? Demanda la jeune femme d'une voix sûr.

La force s'arrêta mais ne se défit pas.

- Je sais que tu ne veux pas me faire de mal, réveille toi tout est fini. Il n'y a plus de danger. Continua la petite blonde en gardant de l'assurance dans sa voix.

Doucement elle radoucit son regard et le fit tendre avec un sourire timide.

- Plus personne ne te fera de mal, tu peux arrêter. Finit-elle avec la voix la plus doucement possible.

À ce moment précis, Nolan sursauta et ses yeux redevinrent normaux. Elles écarquilla les yeux quand elle se rendit compte qu'elle tenait la gorge de la jeune femme blonde avec son pouvoir. Elle la lâcha immédiatement et une peur s'empara d'elle. Tout son corps se mit à trembler et elle s'écroula en larme sur Léa. Cette dernière réussit à amortir la chute en se laissant tomber assise.

- C'est fini tout est fini il n'y a plus de danger. Dit-elle en caressant tendrement les cheveux de son amie.

Cette dernière lâcha la pression sortir dans les bras rassurant de la petite blonde. Elle s'en voulait d'avoir attraper la jeune femme.

- Je...je su...suis dé...désolé je...je...

- Chuuut. Calme toi. Regarde je suis toujours en vie et tu ne m'as rien fait. La coupa Léa tendrement en serrant ses bras autour du corps tremblant de Nolan.

- Je m'étais promise de ne plus te faire de mal et là j'ai...j'ai... Elle ne put en dire plus tellement ses pleures prirent le dessus.

- Nolan tu ne m'as rien fais, c'est moi qui est pris le risque, mais il fallait que tu sorte de cette chose. Expliqua la jeune femme. Malgré ta perte de conscience, tu étais quelque part dans ce corps et je savais qu'avec ma voix tu retrouverais le chemin.

Nolan se blotti autant qu'elle le pouvait dans les bras de la jeune femme cherchant réconfort et sécurité. C'était la deuxième fois que Léa voyait son amie dans cet état là. Elle comprenait que le truc qu'elle possédait la rongeait au plus profond d'elle et lui faisait plus de mal qu'autre chose. Elle ne savait pas comment l'aider à faire partir cette douleur. La voir dans cet état là lui serra vraiment le coeur et laissa ses larmes couler pour la douleur de son amie.

Alexandre et la femme au bébé regardèrent la scène avec beaucoup d'émotion. Ils comprirent que Nolan n'était pas maitresse de ce qu'elle faisait. La peur envers Nolan avait complètement disparut pour laisser la place à la peine. Ils restèrent à l'écart afin de laisser les deux jeunes amies ensemble. Tellement épuisée par tout ce qu'il venait de ce passer depuis qu'elle c'était mise à la poursuite d'Alexandre, Nolan s'endormit dans les bras de Léa. Cette dernière demanda au jeune homme châtain de venir l'aider. Celui ci prit sa rivale sur le dos et tout le petit monde repartirent vers le chariot de la jeune femme au bébé qui les invitèrent pour les remercier à les suivre dans son petit village qui se trouvait à quelques kilomètres du lieux. Léa et Alexandre acceptèrent avec joie et ils suivirent la jeune femme. Le jeune homme avait attaché les trois chevaux au chariot et s'installa au coté de la femme. Léa elle resta auprès de Nolan et nettoya les blessures le coeur serrer de voir le visage recouvert de sang.









Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:20

CHAPITRE 14.

Ça faisait deux jours que nos trois amis étaient logés chez la femme au bébé. Cette dernière se nommait Agnès, elle était pas plus vieille que Léa. Ses longs cheveux bouclés blonds tombèrent sur chacune de ses épaules avec une frange assez longue qui allait de chaque coté de son visage. Ce dernier avait des traits fins et tendre, il possédait de magnifique yeux noir, accompagné d'un doux sourire.

Elle habitait dans un petit village qui comptait une centaine de personnes. Sa maison était petite et ne possédait que deux pièces. Une chambre qui abritait trois lits et une grande salle qui servait pour tout. Dans celle ci, avait fait faire une chambre en mezzanine où elle avait fait installer Nolan. Cette dernière durant la première nuit, avait eu une grosse montée de fièvre. Léa et Alexandre restèrent à ses petits soins avec beaucoup d'inquiétude. La petite blonde avait expliqué à Alexandre et Agnès que quand Nolan était vraiment en danger, elle perdait complètement le contrôle d'elle même et se débarrassait de ceux qui l'avait attaquée, exactement de la même manière que sur la route avec les bandits. Elle leur expliquait aussi que tout ceci était indépendant de la volonté de la jeune femme brune et qu'elle se retrouvait à ce moment là dans un état de semi conscience.

Alexandre qui connaissait déjà l'existence du pouvoir fut ravit d'en apprendre un peu plus à son sujet et certaine réponses aux questions qu'il se posait, arrivèrent doucement. Quand à Agnès, malgré la peur qu'elle avait ressentit lors du combat, comprit la chose et ne considéra pas la jeune femme brune comme un monstre mais plutôt comme l'une des personne qui avait sauvé son enfant.

Léa s'était éclipsée afin d'aller se promener dans le village histoire de se détendre un peu. Depuis que Nolan était tombée malade, elle n'avait pratiquement pas dormit. Elle profita du beau temps pour vagabonder dans le village et faire quelques achats. Les habitants la dévisagèrent. C'était la première fois qu'ils voyaient une inconnu sur les lieux et surtout habillée toute en cuir mais la gaité de la jeune femme, les rassura et ils lui servait ce qu'elle demandait. Pendant toute ses courses, Léa sentit que quelqu'un la suivait et cela la dérangeait particulièrement. Pendant toute sa promenade, elle faisait mine de rien. Elle passa dans une petite ruelle et au moment où l'inconnu y entra aussi afin de la suivre, elle le plaqua fortement contre un mur en mettant son bâton sous la gorge de ce dernier.

La petite blonde écarquilla les yeux quand elle découvrit que c'était une jeune femme qui était sur ses traces. Cette dernière avait les cheveux brun et court avec des yeux noisette cachés sous une frange épaisse. Les traits de son visage étaient tendre et elle possédait une silhouette de 1m63 bien musclé dans un habille de semi guerrière composé d'un pantalon noir en cuire et d'une chemise de tissu, le tout attachés par une ceinture ou reposait une épée. Léa pouvait également voir que dans le dos de la jeune femme un carquois vide reposait.

- Qu'est ce que tu me veux ? Gronda la petite blonde. Tu ne savais pas que c'était impoli de suivre les gens de la sorte.

- Tu m'a vue ? Demanda la prisonnière surprise.

- On va dire que tu n'est pas très discrète. Répondit Léa amusé en relâchant sa victime. Qu'est ce que tu me veux ? Redemanda t-elle.

- Ben je t'ai vu te promener dans le village et en voyant tes habilles tout en cuir ainsi que ton arme, je me suis dit que tu était une guerrière. Répondit calmement la jeune femme.

- Et si c'était le cas ça, changerai quoi ? Demanda Léa en poussant sa curiosité Léa.

- Voudrais tu m'emmène avec toi ? Demanda joyeusement la jeune femme.

- Quoi tu plaisante ? S'exclama la petite blonde.

- Mais non ! Je m'ennuie à mourir ici il se passe jamais rien de bien. Répondit la jeune femme un peu tristement.

- Et alors ? Fit Léa peu intéressée.

- Ben alors je rêve d'aventure, de partir sur la route afin de vivre beaucoup de chose passionnante. Expliqua la jeune femme avec pleins d'enthousiasme.

- Ça ce n'est pas mon problème. Répondit froidement Léa en sortant de la petite rue.

- Aller ! Ne me dit pas que tu vis pas de tel choses avec le comportement que tu as ? Insista la jeune femme.

- Je suis désolée mais je ne suis pas intéressée. Finit la petite blonde en essayant de se défaire de la jeune femme.

Mais malheureusement pour elle ce fut peine perdu, la jeune femme la suivait toujours chose qui commençait à lui faire perdre patience.

- Tu n'as pas quelqu'un d'autre à aller embêter, où rejoindre tes parents par exemple. Dit Léa agacé.

- Mes parents son morts. Répondit tristement la jeune femme.

Les mots glacèrent le sang de la petite blonde qui s'arrêta et se retourna pour voir le visage de la jeune femme s'assombrir.

- Ils ont été tuer par un seigneur de guerre il y a quatre ans et depuis je vis toute seule ici dans l'espoir de rencontrer quelqu'un qui puisse me libéré de ce village maudit. Expliqua cette dernière les larmes au yeux.

Léa regarda la jeune femme à ses cotés et sentit son coeur se serrer. Elle se mit à soupirer doucement et se tourna complètement pour faire lui faire face.

- C'est quoi ton nom ? Demanda t-elle plus gentiment.

- Laura ! S'exclama la jeune femme joyeusement.

- Et tu as quel âge ?

- Je viens tout juste d'avoir 18 ans. Répondit de nouveau Laura en sentant son coeur battre de joie.

- Bien Laura, voilà ce que nous allons faire. Je veux bien t'accepter avec nous mais simplement en essai mais si tu fais quelque chose de travers, je te renvois immédiatement dans le village tu m'a bien comprise. Expliqua fermement la jeune femme blonde.

- Merci ! Merci beaucoup ! S'exclama Laura de joie en sautant dans les bras de Léa qui se mit à sourire.

- Tu as bien comprit, un faux pas et tu rentre. Avertit durement la petite blonde.

- Oui promit, je ne ferais rien qui pourrait te déranger. Répondit sincèrement la jeune femme.

- Très bien, aller viens que je te présente à mes deux compagnons. Dit Léa en entrainant sa nouvelle amie.

- Tu veux dire que tu n'est pas toute seule ? Demanda Laura encore plus ravis.

Elle reçu un petit sourire en guise de réponse. Elle suivit le coeur remplit de joie sa nouvelle tutrice. Léa arriva chez Agnès et laissa enter Laura avant de refermer la porte derrière. Elle présenta sa nouvelle trouvaille à Alexandre qui fut vraiment très surprit de voir la petite brune. Il l'accueillit chaleureusement après que Léa lui ait expliquer la raison.

- Je te présenterai Nolan quand elle ira mieux. Dit la petite blonde à Laura.

Cette dernière accepta avec plaisir. Agnès qui connaissait bien cette petite, fut vraiment heureuse de voir qu'enfin des personnes censés l'accepte. Elle c'était beaucoup occupée de Laura à la mort de ses parents et priait tout les jours pour que la jeune femme croise enfin des gens bien et qui pourrait s'occuper d'elle. Son vœu fut exaucé grâce à Léa. Malgré le coté sombre de Nolan, Agnès savait qu'avec ses jeunes gens Laura n'aurait aucun problèmes et serait vraiment très bien protéger.

La nuit était déjà tombée quand Agnès aidée de Léa avait préparé à diner. Le petit monde en plus de Laura mangeait de bon coeur dans une bonne ambiance. La petite blonde mangea rapidement et une fois fini, elle posa son assiette dans le bac de lavage. Elle prit un bol en bois et le remplit de potage qu'elle avait spécialement préparé pour Nolan. Laura regardait ce que faisait sa nouvelle amie avec beaucoup de question dans les yeux.

- Nolan est malade et elle va lui apporter à manger c'est pour cela qu'elle à manger aussi rapidement. Expliqua Alexandre.

La jeune femme continua à manger ravit une fois avoir comprit.

Léa après avoir finit de remplit le bol, prit une cuillère en bois et monta les escaliers. Le plafond étant bas, elle dut se baisser pour atteindre le lit sans pied posé sur le planché où reposait son amie. Arrivée à celui ci, elle s'assit sur le sol et sourit quand elle vit deux yeux bleus la regarder. Elle posa le bol par terre et prit un chiffon qu'elle plongea dans la bassine remplit d'eau fraiche qui se trouvait à coté. Elle l'essora bien et passa le tissu sur le visage de son amie pour enlever la sueur. Elle était contente de voir que les blessures que Nolan avait au visage commençait à cicatriser. Elle était un peu plus inquiète en ce qui concernait celle des mains, car elle voyait qu'elles allaient mettre du temps à ce refermer et que Nolan ne pourra pas les utiliser avant un bon moment. Elle fit une grimace à cette pensée en devinant la suite des évènements une fois que la blessée sera rétablit.

Elle aida Nolan à s'assoir et un fois fait, elle prit le bol en main et commença à donner à manger à son amie. Cette dernière mangea sans rien dire et rougissait légèrement en voyant la jeune femme être aux petits soins pour elle. Jamais elle n'avait subit un tel traitement et cela la touchait beaucoup. Elle savait que son amie ne dormait pratiquement pas et restait auprès d'elle pour la veiller. Nolan se promit de lui rendre l'appareil quand elle le pourra. Quand le repas fut donné, Léa se tourna pour partir afin d'aller chercher une tisane pour aider la jeune femme brune à dormir.

- Pourquoi ? Demanda cette dernière.

Léa surprise de la question arrêta son avancer et regarda Nolan.

- Pourquoi fait tu tout ça pour moi ? Demanda cette dernière avec le regard sérieux. Depuis que tu m'a vu dans ce boxe, tu n'arrête pas de prendre soin de moi malgré le mal que je t'ai fais. Pourquoi fait tu tout ça alors que je ne t'ai apporter que de la peur et de la tristesse depuis le début ? Demanda-t-elle pour connaître enfin la raison.

Je pourrais te retourner la question. Pourquoi as tu changé de comportement ce jour ci dans le boxe alors que depuis le départ tu m'envoyait valser sans aucune pitié ? Je pourrais aussi te demander pourquoi tu m'a fais m'évader de ce château alors que je n'étais rien pour toi qu'une simple esclave tout comme toi ? Je pourrais également te demander pourquoi m'a tu accepter auprès de toi une fois que nous nous sommes retrouver seule ? Pourquoi m'a tu secourut quand les deux hommes m'avaient agressée alors que tu aurais bien put me laisser à mon triste sort ? Dit-elle avant de partir ne voulant pas répondre tout de suite à la réponse de son amie.

Elle descendit de l'escalier et passa à cotés des trois personnes qui étaient toujours à la table en train de parler de tout et rien.

- Parce que j'ai sentis que tu était malheureuse et que ton envie de mourir était énorme ! Lâcha une voix en direction des escaliers.

Ils tournèrent tous leur tête pour apercevoir Nolan sans force s'appuyant à la rambarde. Léa écarquilla les yeux devant les bleus sérieux.

- Quand je t'ai vu la première fois, j'ai cru que toi aussi tu voulais me faire du mal comme les soldats mais à chaque fois que je te repoussait, tu revenait toujours aussi gentille alors que je n'ai jamais été tendre avec toi. Tu m'a montrée quelque chose que je n'avais jamais eu de la part d'un des hommes où de mon maitre. Dit Nolan avant de perdre l'équilibre. Non ne bouge pas ! S'exclama t-elle en voyant Léa se précipité sur elle pour l'aider.

Alexandre Agnès et Laura c'étaient tut devant les mots de la jeune femme brune et ils regardèrent la petite blonde qui resta interdite plus par les mots que Nolan avait dit que par son ordre.

- Quand tu es venu ce jour là comme je te l'ai déjà dis, tu était recouverte de blessures et j'ai vu dans tes yeux, une envie de mourir qui allait bien au delà de ce que je pensait. Tu voulais une liberté que l'on t'avais volée. Tu m'a apprit ce que c'était que d'avoir un coeur, d'avoir des sentiments même si je ne les connais pas encore tous. Si je t'ai aidée à t'enfuir c'est parce que le désespoir qui sortait de tes yeux, était si grand que je ne pouvait pas rester de marbre même si je ne savait pas du tout ce que cela voulait dire avoir des sentiments.

Léa avait les larmes au yeux tellement ce que son amie lui disait la touchait énormément. Le trio regardait l'échange et ne restait pas insensible au mots prononcés. Ils ne savait pas de quoi Nolan parlait mais Agnès et Laura comprirent une chose c'est que ses deux personnes avait un lourd passé derrière elles. Alexandre lui comprenait un peu plus en plus de la conversation qu'il avait entendu l'autre soir, il commençait à voir tout les mystères qui tournaient autour de ses deux amies s'éclaircir.

- Hé quand tu m'a dit que tu étais tout comme moi une esclave au service de ses tyrans, je n'ai pas réfléchis. Comme je te l'ai dit le premier jour au lieu de mourir, pourquoi ne pas partir et en voyant que tu était terrorisée à cause de Baphein, j'ai voulu mettre en pratique ce que je t'avait dit en t'offrant ce qui t'était le plus cher à tes yeux, ta liberté. Continua Nolan sérieusement.

Les trois personnes sursautèrent en entendant que Nolan et Léa étaient toutes deux des esclaves en fuite. Alexandre venait d'éclaircir encore un mystère avec ce qu'il venait d'entendre.

- Mais quand je repense à tout ce que je t'ai fais je me rend compte que je suis pire que ton maitre et le mien. Finit-elle tristement.

- Non ! Ne dit pas ça ! La contra Léa. J'ai ma part de responsabilité dans cette histoire aussi.

- Non détrompe toi. Coupa à son tour Nolan. Tu n'y est pour rien. Je t'en ai voulut au point de vouloir te tuer car je pensait que tu m'avait jetée un sort. Commença t-elle en laissant sortir un sourire. Mais je me rend compte maintenant que non tu n'avait rien fais. Tu as simplement éveillé quelque chose qui était déjà en moi même si cela est désagréable parfois, je dois l'accepter. Dit-elle en posant sa main sur son propre coeur. C'est pour tout cela et pour me faire pardonner de tout le mal que j'ai put te faire, que je veux t'aider à retrouver tes parents. Finit-elle les yeux brillants remplit d'émotions.

Léa marcha vers Nolan et se colla à elle en mettant sa tête contre sa poitrine en laissant ses larmes couler.

- Merci, je remercie les dieux de m'avoir guidée jusqu'à toi. Dit-elle doucement afin que seule son amie l'entende. Ensuite, elle aida cette dernière à remonter et à se coucher.

Alexandre sentit de la jalousie quand il vit la petite blonde dans les bras de sa rivale. Il laissa malgré tout un sourire se faire en voyant cette touchante scène. Agnès et Laura étaient également émues par cet échange. Pour le peut qu'elles avaient entendu, elles comprirent que les deux jeunes femmes avaient vraiment souffert et que même si elles étaient des esclaves en fuites, elles avaient le droit à une vie de liberté et ne firent aucun commentaire sur ça.

Léa qui avait finit de recouvrir la jeune femme ne bougea pas et l'observait. Nolan se rassit et regarda elle aussi sérieusement la petite blonde. Cette dernière regarda intensément son amie sans dire un mot. Elle se redressa doucement en s'approchant de la jeune femme brune. Léa tendit son visage et déposa ses lèvres sur la joue de Nolan à la jointure de la lèvres. Elle resta un long moment comme cela sans bouger. La position qu'elle avait, permit à sa frange de cacher la totalité de ses yeux. Nolan avait les yeux grand ouvert et le coeur battant la chamade. Elle n'osait plus faire un geste. Lentement Léa s'écarta de quelques centimètre et resta comme ça sans bouger en gardant toujours ses yeux cachés.

- Voilà pourquoi en ce qui me concerne. Dit-elle avant de se tourner complètement et de partir rapidement.

Arrivée en bas des escaliers, elle sortit à grande vitesse de la maison en courant de toute ses forces dans la nuit la tête baisser et le coeur battant la chamade avec le visage aussi rouge que possible. Elle entra dans le petit bois qui se trouvait à coté. Dans sa course, elle ne vit pas la racine d'un arbre qui était sortie de terre et se prit les pieds dedans en tombant de toute sa longueur sur le ventre. Elle ne bougeait pas d'un centimètre et cacha son visage ente ses bras. Elle leva légèrement la tête pour laisser uniquement ses yeux sortir. Ses derniers brillèrent de mille feux et la lumière de la lune les rendaient encore plus lumineux.

- Mais qu'est ce qu'il m'arrive ? Pourquoi je suis toujours aussi déroutée quand elle est avec moi ? Pourquoi ai je eu une forte envie de l'embrasser ? Serai je tombée amoureuse d'elle ? Elle laissa son coeur parler en se posant toute ses questions à voix haute en pensant que quelqu'un puisse lui réponde. Mais seul le silence était présent sans aucun mots qui pourrait l'aider à comprendre.

Nolan de son cotés avait la tête baissé et une main posée sur la jointure de ses lèvres. Son coeur martelait fortement dans sa poitrine et était tout aussi rouge. Elle n'écouta pas Alexandre qui lui posa pleins de questions afin de connaître la raison de la fuite de la jeune femme blonde tellement elle était plongée dans ses pensées à essayer de comprendre ce que c'était que ce sentiments si fort qu'elle avait à chaque fois qu'elle était auprès de Léa. Elle commençait à en avoir marre d'entendre Alexandre gindre qu'elle finit par le faire voler hors de la mezzanine. Ce dernier tomba lourdement sur la table. Agnès et Laura qui était en train de ranger sursautèrent et allèrent immédiatement vers le jeune homme.

- Tu va bien ? Demanda Agnès.

- Oui oui je vais bien ne t'inquiète pas. Répondit Alexandre un peu sonné.

- Qu'est ce qu'il c'est passer ? Demanda Laura.

- Rien, juste que Nolan est fatiguer c'est tout mais je vous jure qu'il répondra. Si elle a osé faire quelque chose à Léa je la...

- Elle n'a rien fait ! S'exclama une voix famillière à la porte.

Le trio tournèrent leurs têtes et virent Léa au seuil de la porte.

- Mais pourquoi tu la défends toujours ? Gronda Alexandre.

- Je ne la défends pas ! C'est la vérité ! Elle n'a rien fait alors ne t'en prend pas à elle ! Si elle t'a virée de la haut, c'est que tu as surement dut l'énerver avec toutes tes questions sans intérêt ! Dit Léa agacée avant d'aller dans la pièce qui servait de chambre.

Plusieurs jours passèrent depuis l'échange, Nolan c'était complètement remise et avait été officiellement présentée à Laura qu'elle accepta sans aucun problème chose qui énerva un peu Alexandre qui constata que les décisions finales devait passer par elle. Léa faisait quelques séances d'entrainement avec Laura afin de savoir si cette dernière était performante et cela lui permettait également de s'améliorer encore plus. Alexandre qui les supervisait, devait admettre qu'il n'avait plus rien à apprendre à la petite blonde car elle se battait comme un vrai guerrière.

Ni Nolan ni Léa ne reparlèrent de ce qu'il c'était passé dans la mezzanine. Elles se comportaient normalement l'une envers l'autre sans avoir aucun rapprochement ni détachement. Le trio expliquèrent à la nouvelle venue leur but. Cette dernière était particulièrement ravit d'entendre que ses nouveaux amis faisaient une aventure aussi passionnante. Une fois que tout le petit groupe eurent finit de rassembler leur affaires, ils remercièrent gracieusement Agnès et reprirent leur route en direction de LYCIE. N'ayant pas de cheval pour le moment, Laura était montée derrière Léa. Cette dernière devait admettre que la bonne humeur de la nouvelle compagne donnait vraiment de la gaité dans leur petit groupe.

La petite troupe chevauchait pendant plusieurs jours. Ni Nolan ni Léa parlèrent. Seule Laura et Alexandre comblaient le vide laisser par les deux amies. Le groupe s'était arrêté dans un petit village afin de faire le pleins de provision ainsi qu'acheter un cheval pour Laura. Une fois tout ceci fait, il avait reprit la route vers l'Est afin d'essayer de trouver un indice du passage de Tamas. Durant les journées passée, les quatre amis profitèrent tous des petites pause pour s'entrainer d'avantage. Alexandre n'ayant plus rien à apprendre à Léa, se consacra entièrement à Laura. La petite blonde de son coté, finissait de s'habituer au poids de son arme. Nolan s'était éloignée du groupe afin de s'entrainer tranquillement sans personnes. Leur entrainement respectifs ayant prit fin, le groupe se rejoignit afin d'établir le campement dans une clairière au milieux des bois.

Laura s'habitua rapidement à la façon de vivre du trio et se trouva également une tache qui était de faire monter le campement le temps que la chasse, le feu et le repas se fasse. Léa était ravit de voir que leur nouvelle venue était pleine de volonté et le fut d'autant plus quand elle constata qu'elle avait fait le bon choix en l'acceptant. Le repas fut rapidement prêt. Alexandre et Laura étaient arrivés à l'appel de Léa mais il manquait Nolan. Ces deux derniers se demandèrent où elle était passée et qu'est ce qu'elle avait car ils la trouvait vraiment étrange depuis qu'ils étaient partie de chez Agnès. La petite blonde sentit son coeur se serrer, elle se sentait responsable de l'était mental de son amie. Elle se leva sous les yeux surpris des deux jeunes gens et leur demanda de commencer à manger sans elles.

Elle partit sans laisser le temps à ses deux amis de parler. Elle se mit à courir à travers les bois. Elle s'arrêta net quand elle entendit un son qui ressemblait à de la musique. Elle tendit l'oreille pour savoir d'où cela pouvait venir et réalisa que ça venait des profondeurs des bois. Elle se dirigea vers le son en marchant calmement afin de ne pas effrayer le responsable. Plus elle s'approchait et plus le bruit devin distinct. Elle comprit que c'était de la musique jouer par un sorte de flûte. Elle marcha dans la direction envoutée par la mélodie à la fois belle et triste. La personne qui jouait laissait sortir toute ses émotions. Léa arriva aux pieds d'un arbre et s'y arrêta car la musique était très proche. Elle leva la tête en voyant que le son venait des branches et resta bouche bée quand elle découvrit Nolan. Elle s'appuya dos contre le tronc et ferma les yeux afin d'écouter la merveilleuse mélodie jouer par son amie.

Son esprit était transporté dans un doux voyage. Sans qu'elle se rende compte elle laissa échappé une larme tellement le son était si doux et la tristesse qui en sortait était si forte qu'elle ne pouvait lutter contre l'envie de pleurer. Elle était tellement plongée dans la musique qu'elle ne se rendit pas compte que Nolan avait arrêter de jouer. Doucement son esprit revint à la réalité et elle ouvrit enfin les yeux quand elle n'entendit plus rien. Elle leva immédiatement la tête et tomba sur des yeux bleus qui la regardait de son perchoir. Elle se mit à rougir violemment et se mit à courir pour fuir la jeune femme brune. Cette dernière sauta rapidement et une fois les deux pieds au sol et étant plus rapide que Léa, elle l'empêcha de faire un pat de plus en la retenant par la main.

- Non ne part pas ! S'exclama t-elle.

Léa ne put faire un pas de plus au moment où la main de Nolan prit la sienne. Tout son corps tremblait. Ses yeux brillèrent de milles feu et elle rougissait violemment.

- Ne part pas s'il te plais reste. Redit Nolan d'un voix douce.

La petite blonde malgré sa main prise, tournait le dos à la jeune femme mais sous la délicate demande, elle se détendit tout en mettant droite sans pour autant se retourner. Nolan lâcha la main de la jeune femme et baissa la tête.

- Je...

Nolan n'arrivait pas à trouver ses mots, elle posa sa main sur son propre coeur. Ses yeux se firent triste et brillant tout en rougissant.

- Je...je ne sais pas ce qu'il c'est passé l'autre soir. Je t'avouerai que cela me perturbe beaucoup car je ne sais pas ce que cela veux dire et je...

- Je te demande pardon ! Lâcha Léa en la coupant.

Nolan releva brusquement la tête tout en écarquillant les yeux. Elle ne s'attendait pas à des excuses de la part de la jeune femme et surtout elle ne comprenait pas ce qu'elle avait put faire de mal pour en demander.

- Je n'aurais jamais du faire ce que j'ai fais. Commença Léa en serrant les dents. J'ai simplement profiter de ta faiblesse. Dit elle avec une voix cassé.

Nolan ne comprenait vraiment pas de quoi Léa voulait parler car son amie n'avait vraiment rien fait de mal. Nolan voulait juste comprendre ce qu'il c'était passé et pourquoi son coeur battait si fort quand elle était à coté de la jeune femme. Elle voulais aussi comprendre pourquoi elle n'arrivait pas à supporter qu'Alexandre soit proche de Léa et surtout ce que voulait dire ses lèvres contre sa joue.

- Je sais que tu ne comprend pas tout ce que ceci veux dire. Je ne sais pas si toi aussi tu as ce que j'ai. J'ai simplement profité de ton ignorance pour faire ce que je voulais. Dit Léa la voix tremblante.

- Mais qu'est ce que tu m'as fait pour que tu me demande pardon ? Qu'est ce que tu as fait de mal je ne comprend pas ? Demanda Nolan la voix remplit de supplice.

- Je te demande pardon parce que je t'ai fais est ignoble et que je n'aurais jamais du le faire. Répondit Léa avec une voix remplit de larme.

Nolan se rendit compte que Léa commençait à pleurer. Doucement elle s'avança prêt d'elle et attrapa son épaule gauche de sa main droite et la fit pivoté doucement. Elle se statufia quand elle vit les yeux remplit de larmes de la jeune femme. Cette dernière s'écarta rapidement de son amie et se tourna de nouveau en collant son front contre le tronc d'arbre où était logée Nolan quelques instant avant. Elle laissa ses larmes couler en serrant fortement l'écorce de ce dernier entre ses mains.

- Léa. Dit Nolan d'une voix triste.

- Tu...tu viens tout juste d'apprendre ce que c'était l'amitié. Je n'ai pas le droit de te porter autre chose et je...

Nolan la coupa en la retourna un peu plus fortement afin de la voir dans les yeux.

- J'ai fais quelque chose de mal ? Demanda t-elle en se méprenant sur les larmes de la jeune femme.

- Non c'est pas toi c'est moi. Répondit la petite blonde avec un sourire triste. Toi tu n'as rien fait de mal.

- Mais qu'est ce que tu as fais ? Je ne comprend vraiment pas pourquoi tu me demande pardon ? Tu n'as rien fais de mal tu ne m'as pas frappée ni insultée. Tu m'a juste...

Elle s'arrêta quand la vision de la chose qu'elle comprenait le moins du monde apparut dans son esprit. Elle se revoit assise sur le lit de la mezzanine avec la petite blonde déposé ses lèvres sur le coins de sa bouche et comprit que c'était cela qui rendait mal son amie au point de la faire pleurer. Elle se mit à soupirer et regarda sérieusement la jeune femme. Cette dernière regarda Nolan en voyant que la lueur de ses yeux avait changer.

- Je suis vraiment impardonnable excuse moi, je n'aurais pas du faire ça. Dit elle en baissant les yeux de honte.

Nolan ne dit rien et approcha sa tête de celle de Léa. Elle la pencha légèrement sur le coté et sans que la petite blonde ne comprenne ce qu'il lui arrive, elle déposa ses lèvres sur la joue de Léa à la jointure des lèvres. Nolan refit le même schéma que Léa quelques jours plutôt. La jeune femme blonde laissa ses yeux grands ouvert avec le coeur battant à tout rompre et rougissant de tout ce qu'elle pouvait. Nolan resta un long moment comme ça sous le soleil couchant. Elle s'écarta doucement des lèvres de Léa. Elle était aussi rouge que son amie avec le coeur tambourinant dans sa poitrine.

Quand elle fut redressée, elle regarda tendrement la jeune femme qui la regardait avec les yeux brillant sans rien pouvoir dire.

Nous sommes quittes maintenant. Dit Nolan en souriant tendrement accompagné d'un clin d'oeil. Tu as peux être profiter de ma faiblesse et moi j'en ai fait tout autant à l'instant. Dit-elle avec un sourire et regard semi amusé. Je ne sais pas trop ce que cela veux dire mais maintenant tu n'as plus à t'en faire pour cela. Finit-elle.

Léa comprit ce que la jeune femme avait fait et se jeta dans ses bras en se blottissant fortement.

- Merci . Dit elle en souriant tout en laissant ses larmes couler.

Nolan la serra de toute ses forces contre elle en guise de réponse. Les deux amies retournèrent auprès de leur compagnons le coeur léger. Le soit disant petit incident étant réglé, toute les questions qui entaient Léa et Nolan s'évanouirent. Alexandre et Laura regardèrent les deux amies arriver le visage serins. Ils se demandaient ce qui à bien put se passer dans les bois. Nolan après avoir manger alla dans le lac qui était à proximité et profita pour se baigner à la fraicheur de la nuit.

Elle fut rejoint par Alexandre pas très amical.

- Qu'est ce que tu as fais ?! Demanda-t-il.

- De quoi tu parle ? Demanda Nolan sans comprendre.

- Léa était toute sombre et là, elle revient toute joyeuse. Qu'as tu fais pour la rendre aussi heureuse ?

- Cela ne te regarde pas. Répondit Nolan en sortant rapidement de l'eau voyant qu'elle ne pourra pas être tranquille.

- Ah non tu ne va pas fuir. Contrat Alexandre déterminé à avoir une réponse.

- La jeune femme brune ne se souciant pas de ce que son rival disait rejoignit les deux femmes auprès du feu.

- Tu es déjà de retour ? Demanda Léa surprise.

- Tu as fais vite ! Continua Laura.

- Oui un animal trop bruyant m'empêche d'être tranquille. Répondit Nolan semi lassée.

- Qui ose tu traiter d'animal ! Gronda Alexandre en attrapant la veste de sa rivale.

- Toi. Répondit fièrement Nolan avec un petit rictus.

- Mais arrêtez tout les deux ! S'interposa Laura.

- Non laisse. Contra Léa.

- Mais pourquoi ? Il vont se faire mal. Dit la petite brune inquiète.

- Non t'inquiète pas. Répondit la jeune femme blonde en regardant les étoiles couchée sur sa couche. C'est tout les soir la même histoire tu prendra vite l'habitude. Finit-elle lassée.

Laura étonnée regarda les deux jeunes gens se chamailler quand d'un coup Nolan attrapa le corps d'Alexandre et l'envoya de bon coeur dans l'eau en un magnifique vol plané.

- Les animaux trop bruyant on les beignes cela les calmes. Finit Nolan en se tournant les sourire aux lèvres avant de se coucher aussi.

- Tu vois. Dit Léa en souriant à Laura.

Cette dernière était bouche bée et hocha lentement la tête en regardant Alexandre dans le lacs. Celui ci resta dans l'eau avec simplement le nez et les yeux à l'extérieur.

- Un jour je l'aurai. Dit-il en faisant des bulles avec sa bouche.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:21

CHAPITRE 15.

Deux jours plus tard, pendant l'heure du déjeuner, Laura regardait tour-à-tour Alexandre et Nolan. Elle sentait que quelque chose se passait entre eux et se demandait quoi. Le petit manège qui opposait les deux jeunes gens était loin d'être anodins. Elle remarqua à plusieurs reprise qu'ils se battaient plus où moins pour être le plus prêt possible de Léa. Elle regardait aussi le comportement la petite blonde mais ne vit rien en ce qui la concerne. Elle pouvait également voir les regard noirs que se lançait Nolan et Alexandre quand Léa parlait avec l'un où avec l'autre et c'est à ce moment là qu'un déclic se forma dans son esprit. « Mais bien sur ils sont tout les deux amoureux de Léa. » Se dit elle le sourire au lèvres. Après le repas de finit, elle vit Nolan partir dans la végétation. Elle se demanda ce qu'elle allait faire.

- Elle est parti faire des provisions pour la route. Lui expliqua Léa quand elle comprit les questions que sa jeune amie se posaient.

Laura sourit à la petite blonde en signe de réponse et sans rien demander à personne, elle se leva et partit à la poursuite de Nolan sous les yeux surprit de Léa et d'Alexandre. La petite brune n'eut pas trop de mal à trouver sa cible qui fut également plus que surprise de la voir à ses cotés.

- Je te demande pardon de débarquer comme cela, mais j'ai une question à te poser. Dit la jeune femme sérieusement.

- Oui je t'écoute. Dit Nolan en mangeant des fruits des bois.

- Tu es amoureuse de Léa n'est ce pas. Dit la jeune femme sans prendre de gants.

Nolan regarda Laura comme si une deuxième tête lui avait poussée.

- Qu'est ce que c'est que tomber amoureux ? Ça ce mange ? Demanda Nolan ne comprenant rien.

Laura le regarda avec une tête d'ahurie. Mais d'où elle sort elle ? Se demanda-t-elle.

- Heu non non, être amoureux c'est avoir des sentiments pour une personne et c'est différent de l'amitié.

- D'accord mais c'est quoi l'amitié ? Demanda de nouveau Nolan complètement à coté de la plaque.

Laura la regarda avec des yeux rond et se demandait si la jeune femme brune ne plaisantait pas. Nolan regardait la petite brune avec pleins de questions dans les yeux quand elle vit la jeune femme un peu découragée.

- Qu'est ce qu'il y a tu ne te sens pas bien ? Demanda la jeune femme brune un peu penaude.

- Heu si si je vais bien. Répondit rapidement Laura.

Cette dernière croisa ses bras et les colla contre sa poitrine tout en abaissant sa tête histoire de se mettre à réfléchir un peu. « Bon alors comment lui expliquer la chose. Si j'avais su qu'elle ne connaissait rien en matière d'amour et d'amitié je ne me serai jamais lancée dans ce genre de discussion. » Se dit elle en fermant les yeux afin de se concentrer d'avantage.

Nolan regarda bêtement la jeune femme et se demanda ce qu'elle avait. Elle se mit à lui tourner autour de comprendre pourquoi elle avait cette position. Tout en faisant son manège, elle la toucha avec son index afin de voir si elle bougeait encore. Laura sentait ce que lui faisait la jeune femme et commençait à perdre sa concentration ainsi que sa patience. Nolan commençait à la rendre folle de rage en tournant autour d'elle comme si elle était une bête curieuse.

- Tu vas arrêter ton cirque ! Cria la petite brune. Tu ne vois pas que j'essaye de réfléchir.

Nolan se mit à sursauter devant le ton employer et la regardait comme une enfant punit.

- Mais pourquoi tu t'énerve j'ai rien fais de mal. Dit-elle d'un ton timide.

- Non je sais que tu n'a rien fais de mal mais te sentir tourner autour de moi et me toucher, me déconcentre alors assied toi et laisse moi réfléchir afin que je puisse t'expliquer. Répondit Laura agacée.

Sans savoir pourquoi Nolan fit exactement ce que la petite brune lui demanda et s'assit en tailleur sans faire un seul gestes ni son. Elle attendit patiemment que Laura eut finit. Cette dernière après avoir à peut prêt trouvé les mots, s'assit à son tour en face de la jeune femme brune en soupirant.

- Bon alors, je vais t'expliquer car d'après ton comportement, tu es vraiment ignorante de ce mot. Léa ta certainement parler de sentiments.

- Oui elle ma parler de la joie, de la tristesse et de la colère. Répondit calmement Nolan.

- Bien alors l'amitié c'est un sentiment de bonheur où tout ce que tu viens de dire, peut être mélanger à la seule différence, c'est que tu aime être au coté de la personne tout en voulant la protéger et que cette personne est très importante pour toi.

- Oui c'est ce que je ressens pour Léa mais il y a un truc de plus mais je n'arrive pas à savoir quoi. Expliqua la jeune femme brune.

Donc maintenant je vais t'expliquer ce que c'est que l'amour. Commença Laura. L'amour c'est un sentiment encore plus fort que l'amitié. Tu veux toujours être auprès de la personne qui est cher à ton cœur. Tu ne peux pas être séparé d'elle. Quand elle est proche de toi, tu a le cœur qui bat rapidement. Tu rougit tout le temps. Ton corps se met à trembler et tu as une folle envie de l'embrasser.

- Oui voilà c'est tout ça que je ressent pour Léa. S'exclama naturellement Nolan vraiment heureuse de pouvoir mettre un mot sur ce qu'elle ressent. Alors cela veux dire que j'ai de l'amour pour Léa ?

- Oui si tu ressens tout cela oui tu es amoureuse d'elle. Finit Laura en ayant enfin la réponse à sa grande question.

- Aaah je me sens plus légère de savoir tout ça. Dit la jeune femme brune en se levant.

- Ben cela ne te fais pas plus d'effet que ça ? Demanda Laura stupéfaite de la réaction de son amie.

Ben non pourquoi il faudrait ? Demanda Nolan ne comprenant pas le sens de la phrase.

La petite brune se laissa tomber sur le dos complètement anéantit. « Elle n'a vraiment rien comprit. » Elle se releva quand la jeune femme brune lui tendit la main et la suivit vraiment abattu jusqu'au campement. Elle se rendit compte que Nolan ne savait vraiment rien au sujet des sentiments et que pour la chose la plus importante au monde, cela ne l'avait pas plus touchée que cela. « Je me suis peut-être trompée en fin de compte. Ce n'est surement que de la rivalité autre que pour l'amour. » Se dit en elle repensant aux actions de Nolan et d'Alexandre. La jeune femme brune regardait sans comprendre le visage déçu de Laura. Elle ne comprenait pas pourquoi cette dernière était aussi abattu. Elles étaient pratiquement arrivées au campement quand Nolan s'arrêta.

Laura la regarda étrangement en voyant le visage remplit de question de la jeune femme.

- Que t'arrive t-il ?

- Heu ça veux dire quoi embrasser ? Demanda Nolan tout naturellement.

À cette question Laura se mit à rougir violemment et reprit sa marche sans rien dire de plus. « Mais d'où elle sort elle ! Non mais franchement. » Se dit elle.

Léa et Alexandre regardèrent tous les deux une Laura arriver aussi rouge qu'une tomate avec une Nolan remplit d'incompréhension sur le visage. Ils firent des allés et retour avec leur yeux entre les deux jeunes femmes sans trop savoir ce qu'il se passait.

- Qu'est ce qu'il se passe ? Demanda Léa.

- Rien ! Répondit sèchement Laura gênée en s'essayant à coté de ses affaires.

Comme un accord silencieux, Alexandre et Léa allèrent chacun voir Laura et Nolan. La petite blonde s'occupait de la jeune femme et Alexandre de sa rival. Léa n'arrivait à rien avec sa jeune amie qui restait muette sur ce qu'il venait de ce passer. Elle se dit qu'Alexandre aura peut-être plus de chance avec Nolan. Ce dernier avait emmené sa rival un peu plus loin et lui demanda ce qu'il se passait. La jeune femme brune répondit naïvement aux questions posées. Alexandre se mit lui aussi à rougir et partit rapidement loin de Nolan quand cette dernière lui posa la même question. « Qu'est ce qu'embrasser voulait dire. »

Léa regarda son ami revenir à grande enjambée histoire de finir son sac assez rapidement. Alexandre et Laura étaient rouge comme des pivoines et ne savaient pas quoi dire. La question était si gênante qu'ils ne pouvaient pas y répondre. Léa alla elle aussi auprès de Nolan et reposa les mêmes question qu'Alexandre et elle aussi finit comme ses trois compagnons rouge. Le petit groupe c'était remit sur leurs chevaux devant une Nolan qui comprenait rien à ce qu'il se passait. Elle avait elle aussi grimpée sur son cheval et avait prise la tête du petit groupe en restant seule à l'avant. Ses trois amis étaient dans l'incapacité de lui répondre surtout Léa qui avait déjà eut pourtant eu plus où moins l'expérience avec Nolan même. En ce qui concernait Alexandre et Laura, ils ne purent répondre à la question car ils n'avaient justement jamais eu d'expérience. ils connaissaient le geste mais de là à l'expliquer, ils en furent incapable.

Nolan mangeait un morceau de pain avec de la viande dans un bon état d'esprit. Elle était vraiment très fière d'elle d'avoir mit le doute dans le cerveau de tout le monde. Personne et encore moins Léa ne savait qu'elle avait tout apprise en ce qui concernait l'amitié et l'amour auprès de Martine chez le père d'Alexandre. Elle aimait jouer les ignorantes pour qu'on la laisse tranquille avec tout ce qui concernait les sentiment. Elle savait qu'elle avait échangé un chaste baiser avec Léa. En repensant à cela, elle c'était mise à rougir légèrement et sentait son cœur battre plus rapidement. Elle leva sa main droite et la posa sa bouche. Malgré les jours passés, elle pouvait toujours ressentir la douceur des lèvres de la petite blonde.

Nolan l'avait embrassée l'autre soir afin de faire comprendre à Léa que ce qu'elle avait fait chez Agnès ce n'était pas méchant bien au contraire, surtout qu'elle avait vraiment appréciée ce moment au point de vouloir le refaire. Elle savait très bien qu'avec Alexandre et maintenant Laura, les moments de solitude avec son amie ce ferait vraiment très rare. Alors quand les instant ce présenterons elle voudrait vraiment en profiter aux maximum. Elle savait aussi que Laura lui demanderait plus d'une fois ses véritable sentiments envers Léa mais elle ne dirait rien. Elle se promit de ne rien dire à personnes et de dévoiler ses sentiments uniquement à la personne concerné au moment venu. Elle préférait avant de se jeter à l'eau, attendre que toute cette histoire avec Tamas soit plus où moins finit.

Nolan sortit d'un coup de ses pensées et tourna vivement la tête. Ses trois amis qui la voyaient faire, la regardaient avec angoisse.

- Que ce passe t-il Nolan ? Demanda Léa.

- Chut. Répondit cette dernière en ce concentrant. Elle fronça les sourcils quand elle entendit des bruits au loin. Sans attendre, elle descendit de son cheval et s'accroupit en posant une main sur le sol. Merde ! Dit-elle.

- Nolan que se passe t-il ? Demanda Alexandre en rejoignant son amie en courant suivit des deux jeunes femmes.

- Il faut se cacher vite et dans les arbres si possible. Répondit Nolan la voix et le visage extrêmement sérieux.

- Mais...

Léa ne put rien dire de plus qu'elle se fit saisir par deux bras fort et en un clin d'œil. Elle se sentit quitter le sol pour atterrir sur une branche d'un arbre collé à un corps puissant avec une main devant sa bouche. Nolan n'avait pas laissée le temps à ses amis de poser plus de question qu'elle avait attrapé la petite blonde dans ses bras pour sauter dans l'arbre le plus proche. Tout en faisant cela, elle utilisa son pouvoir pour lancer Laura dans les bras d'Alexandre ensuite elle fit voler ce dernier en le faisant atterrir dans le même arbre qu'elles sur quelques branches plus haut. Ensuite elle fit enfuir les chevaux le plus loin possible.

- Plus un mots et plus un geste. Ordonna t-elle avec une voix extrêmement sérieuse.

Léa regarda Nolan et vit qu'elle était vraiment nerveuse. Elle pouvait y voir de la sueur froide couler de son visage. Elle se demandait ce qui pouvait la rendre aussi tendu au point de lui faire presque peur. À la vue de Nolan, Léa sentit son cœur battre rapidement et commençait à ressentir de la peur. Elle baissa ses yeux afin de regarder ce qui pouvait se passer en bas car amie n'avait pas quittée la pleine des yeux. Alexandre et Laura sentit eu aussi une angoisse monter. Ils ne firent aucun gestes ni aucun son et attendirent. Tout comme Léa et Nolan ils se mirent à regarder en bas tout en attendant de voir ce qui allait ce passer.

Ils devinrent de plus en plus nerveux tout comme Léa quand ils sentirent les arbres trembler. Un bruit sourd venant du sud se fit entendre. Les trois amis se mirent à regarder Nolan qui avait les dents serrées et le regard sérieux. Ses sourcils étaient froncés aux maximum. La petite blonde pouvait sentir le corps de son amie trembler. Elle sursauta légèrement quand les bras de la jeune femme brune se serra d'avantage autour d'elle. La petite blonde regarda de nouveau en bas et vit au loin une grosse fumé de poussière voler. « Mais qu'est ce que c'est que ça ? » Se demanda-t-elle de plus en plus nerveuse. L'arbre sur lequel était perché le petit groupe, tremblait de plus en plus. Tous pouvaient à présent entendre le bruit des sabot d'une centaine de chevaux.

Plus les cavaliers approchaient plus la terre et les arbres tremblaient. Ils n'était plus qu'à quelques kilomètres du petit groupe et ses derniers purent enfin les apercevoir. Alexandre sentit de la sueur froide parcourir son corps. Laura tout comme Léa commençait à avoir peur. Malgré la présence de Nolan, la petite blonde qui sentit cette dernière être vraiment très nerveuse ne pouvait s'empêcher d'être effrayée. L'armée qui était maintenant visible n'était plus qu'à quelques mètres des arbres et au grand malheur de nos amis, le chef fit arrêter les soldats juste en dessous de leur cachette et leurs ordonna également d'établir le campement ici. Malgré le milieu de la journée, il voulait faire reposer les chevaux. Léa et Nolan se raidirent au son de la voix du chef de guerre. Ils eurent comme une impression de déjà entendu. Alexandre et Laura qui virent les visages de leur amis changer en devenant pâle regarda attentivement en bas en cherchant la cause de ceci.

Léa se mit à trembler de tout son corps quand le chef retira son casque pour laisser apparaître le visage de Baphein. Nolan sentit une puissante haine monté en elle et sa crainte se fonder. Elle teint fortement son amie dans ses bras afin d'essayer de la rassurer. Cela ne marcha pas. Tout le corps de la petite blonde était entré dans un orage de tremblement. Léa était paralysée par la vue de son ancien maitre.

Pour elle tout était fini. La liberté, ses moments passer avec Nolan et ses deux amis. Tout était fichu. Nolan essaya tant bien que mal de la calmer silencieusement mais sans succès. Alexandre comprit même si il ne savait pas le quel, que le chef de guerre avait un lien avec Nolan et Léa et qu'il était le responsable de l'état actuel de ses deux amies. Il essaya lui aussi de calmer Laura qui était morte de peur à cause de l'armée même.

Il porta son attention à Nolan et fut surprit de voir cette dernière le regarder très sérieusement. Dans un signe de tête la jeune femme lui montra les arbres puis les filles en finissant par eux même. Alexandre se mit à réfléchir avec tout ce qui lui à été montré. Nolan regarda avec espoir son ami en priant pour qu'il comprenne ce qu'elle à voulu dire.

Alexandre tilta et comprit le plans de sa rivale. Nolan déchira avec l'aide de son pouvoir une manche de la veste d'Alexandre et la fit voler dans sa direction avant de la saisir. Alexandre fut vraiment très surprit de voir ce que Nolan était en train de faire. Laura n'en croyait pas ses yeux. Elle venait de voir le vêtement se déchirer puis voler en direction de Nolan. Elle sursauta quand elle entendit une nouvelle fois l'habille d'Alexandre se déchirer. Tout comme ce dernier, elle porta son attention à la veste pour voir la deuxième manche se déchirer et se posé dans la main du propriétaire. Celui ci regarda Nolan sans trop comprendre et vit que cette dernière mettait le tissus sur la bouche de Léa. Sans attendre, il en fit autant pour Laura. Les deux femmes se demandèrent ce que les deux jeunes gens faisaient. Ces derniers mirent chacun une mains sur la bouche de leur filles respective pour ne pas qu'elle émette un son. Celles ci sans trop comprendre acceptèrent.

Dans un bel ensemble et toujours aussi silencieusement, Nolan et Alexandre prirent les deux femmes dans leur bras et les firent passer sur leur dos. Celle ci s'agrippèrent fortement à eux et une fois qu'elles furent bien installées, les deux jeunes gens se mirent doucement debout. Nolan regarda Alexandre qui lui fit un signe de tête. « Bien à moi de jouer maintenant. Je n'ai pas le droit à l'erreur. » Se dit Nolan en s'encourageant puis au signal silencieux de cette dernière, les deux amis sautèrent de toute leur longueur sur les branches des arbres voisins. Ils atterrirent sans aucun souci et attendirent dans le plus grand silence afin de voir si cela n'avait pas attiré l'attention des hommes. Assuré que non, ils se relancèrent sur l'arbre suivant mais cette fois ci, la distance était beaucoup trop grande pour qu'ils atterrissent sur les branches. Alexandre commença à paniquer, quand d'un coup il sentit son pied toucher quelque chose de dure. Il baissa la tête et vit une grosse branche d'arbre couper et sans attendre, il prit appui sur cette dernière et réussit tout comme Nolan à atteindre l'arbre.

Pendant plus d'une demi heure, les deux rivaux sautèrent d'arbre en arbre afin de s'éloigner le plus possible de Baphein et de ses hommes. Malheureusement pour eux, la dernière branche sur laquelle ils avaient atterrit se cassèrent sous leur poids et ils tombèrent lourdement à plat ventre sur le sol. Dans leur malchance, ils furent heureux de constater qu'ils étaient assez loin du chef de guerre pour se faire repérer. Une fois au sol, les deux filles s'écartèrent rapidement de leur « sauveur » en s'inquiétant pour eux.

- Nolan tu vas bien ? Demanda Léa après avoir retiré le tissus de sa bouche.

- Alexandre ça va ? Demanda également Laura.

- Aoutch quelle chute. Dit Nolan en se redressant tout en se massant la tête.

- Tu la dis, mais au moins nous somme loin d'eux. Répondit Alexandre en se retournant pour s'assoir sur le sol.

- Vous nous avez fait peur, vous êtes sur que vous aller bien ? Vous êtes tombés de haut quand même. Dit Léa vraiment inquiète.

- Oui oui ne t'inquiète pas tout vas bien nous sommes solide. Répondit Alexandre.

Nolan regarda en l'air et vit qu'effectivement ils auraient put se faire mal avec une chute d'au moins cinq mètres. Elle regarda son amie et lui sourit simplement en guise de réponde. Cette dernière le lui renvoi soulagé qu'elle n'ait rien.

Un bruit de craquement se fit entendre à coté d'eux. Tout les quatre se mirent à se regarder. Un deuxième craquement raisonna quand d'un coup le sol se mit à bouger.

- Oh non ! Dit simplement Nolan.

Avant que quelqu'un ne puisse dire quoi que ce soit, le sol se déchira d'un coup en faisant un gros trous tout en faisant chuter nos amis à l'intérieur. Nolan et Alexandre attrapèrent une des deux femmes pendant leur chute et les serra contre eux. Nolan fit de gros yeux quand elle se rendit compte qu'elle avait attrapé Laura à la place de Léa. Alexandre lui par contre était tout joyeux de pouvoir enfin tenir la petite blonde dans ses bras et regardait fièrement sa rivale qui lui envoyait un regard de tueuse. Léa était vraiment très surprise d'être dans les bras d'Alexandre et non dans ceux de Nolan. Elle se mit à déglutir quand elle vit le regard sombre que cette dernière avait. Laura de son coté, était tellement terrorisée par la chute, ce qu'elle ne voyait pas la manège des deux rivaux.

Nolan n'était pas du tout d'accord avec la situation actuel. Malgré le danger et la chute qui commençait à être interminable, elle s'aida de la roche qui était située à sa droite pour s'en servir de tremplin. Elle se propulsa de toute ses forces en direction d'Alexandre. Cela eut pour effet de lui rentrer dedans et pendant la percussion, elle profita pour échanger rapidement les deux filles. Alexandre à cause du choc de sa rivale ne s'aperçut de rien au moment l'interversion. Il sursauta quand il sentit que le poids de la jeune femme qu'il tenait en main n'était pas le même. Il regarda son doux fardeau et s'aperçut qu'il avait changer. Il regarda immédiatement Nolan qui lui fit un grand sourire de vainqueur.

- Tricheuse ! Lui cria Alexandre.

- Hé ! Hé ! faut être plus malin mon grand. Dit Nolan en tenant fermement Léa.

Cette dernière était bouche bée de ce qu'il venait de ce passer. Le petit manège de la jeune femme brune lui fit complètement oublier sa peur.

- Hé dite ! Cela ne vous ennuierait pas de vous battre pour Léa plus tard ! Cria Laura en voyant le sol arriver à grande vitesse.

Ses mots firent baisser la tête des trois amis qui se rendirent enfin compte du danger. Surtout pour Nolan et Alexandre. Quelques secondes plus tard nos quatre amis percutèrent le sol en une grosse germe d'eau. Le petit groupe se retrouvèrent sous l'eau et se regardèrent tous bêtement en se demandant ce qu'il se passait. Sans attendre, ils remontèrent à la surface bouche bée.

- Mais... Ne put en dire plus Léa.

Ils se mirent à regarder tout autour d'eux sans pour autant sortir de l'eau et virent qu'ils étaient tombés dans une grotte souterraine. Nolan regarda en l'air et vit le trou vraiment petit.

- Houa et ben nous avons fais une sacrée chute. Dit-elle avant de se diriger accompagner de ses amis sur le bord de l'eau pour ensuite sortir afin de se retrouver devant une ouverture. Tous se mirent debout et regardait la roche qui était autour d'eux.

- Nous ne pouvons pas escalader la paroi pour sortir. Dit Alexandre en voyant les roche remplis d'algue humide.

- Alors qu'est ce que l'on fait ? Demanda Léa inquiète.

- Ben nous n'avons pas le choix que d'entrée dans cet unique tunnel afin de trouver une sortie. Répondit naturellement Nolan.

- De toute façon nous n'avons plus le choix ! Si deux imbécile avait essayé d'attraper la paroi pour nous freiner au lieux de ce battre comme des enfants pour une fille, nous aurions put sortir en escaladant. Dit Laura fâchée.

Cette phrase fit rougir violemment les trois fautifs. Nolan tourna la tête fièrement tout en rougissant afin de ne pas montrer sa gêne. Alexandre et Léa baissèrent leur tête honteusement. La petite blonde savait qu'elle n'avait rien à ce reprocher, mais l'attitude que Nolan avait eu pendant la chute, lui avait fait battre son cœur encore plus fort que d'habitude. Elle commençait grâce à Laura à comprendre le comportement que la jeune femme brune avait depuis qu'elle avait rencontrer Alexandre. Elle leva les yeux et les posa sur Nolan qui avait la tête levé avec les bras derrière jouant les innocente. Son cœur battait très fortement quand elle vit la rougeur de cette dernière. Malgré sa fierté Nolan ne pouvait pas masquer sa gêne. Les yeux émeraudes de Léa se mirent à brillé fortement et une pointe de joie se forma dans son corps. Elle ne put empêcher un sourire remplit de bonheur se faire sur son visage.

Nolan sentit le regard de la petite blonde posé sur elle et pencha légèrement sa tête tout en la tournant afin de pouvoir avoir la jeune femme dans ses yeux. Elle se mit à rougir un peu plus quand le sourire de cette dernière la réchauffa. Elle enleva ses mains de derrière la tête et les rentra dans ses poches tout en baissant la tête en faisant un petit sourire timide tout en prenant une position et expression penaude. Elle comprit que Léa l'avait enfin démasquée.

- Bon aller faut essayer de trouver une sortie. Dit sèchement Laura agacé de ce petit moment romantique.

Alexandre n'avait pas vu le visage de Léa et ne se soucia pas plus du comportement de Nolan. Cette dernière aux mots de la petite brune, se ressaisit immédiatement et s'avança pour se poster devant l'entrée.

- Bien allons y. Dit-elle en ouvrant la marche suivit par ses trois amis.

La grotte était vraiment très sombre rien ne l'éclairait. Nos jeunes amis marchèrent lentement en restant regroupés. Léa était très nerveuse, l'obscurité de la grotte était si intense que cela rendait l'endroit lugubre. Elle essaya tant bien que mal de garder son sang froid mais ne pouvant pas tenir plus longtemps, elle attrapa le bras de Nolan en le tenant fortement tout en se collant à elle. Cette dernière qui sentit le membre passer autour du sien, baissa la tête de surprise et vit sa jeune amie apeurée. Elle se mit à sourire légèrement et la remise droite afin d'essayer de voir ce qui y avait devant eux.

Laura avait réagit de la même manière avec Alexandre qui lui, avait passer son bras droit autour des épaules de la jeune femme afin d'essayer de la rassurer un peu plus. L'avancé ce passa dans le plus grand silence. Ils arrivèrent quelques minutes plus tard à un croisement avec deux chemins. L'un menaient à gauche et l'autre à droite. Ils ne purent voir l'extrémité des deux direction tellement l'intérieur était encore plus sombre. Nolan regarda tour-à-tour chaque entrée afin de choisir lequel ils allaient prendre. Ses compagnons firent la même chose mais aucun des quatre ne purent donner un avis.

Alexandre s'approcha de sa rivale pour pouvoir lui parler quand il percuta une chose au sol avec son pied. L'objet bougea et fit le bruit de bois. Sans attendre, il baissa les yeux et vit une sorte de torche. Il la ramassa pour s'assurer que cela était bien ce qu'il voyait et fut content de constater que c'était bien l'objet de ses pensées. Nolan qui c'était retournée au son, s'approcha de son ami et regarda l'objet dans les mains de ce dernier.

- Sauvé ! S'exclama t-il joyeusement.

La jeune femme brune mit une mains dans la sacoche qui était accrochée à sa taille et en sortit deux silex. Sans attendre, elle frotta les deux pierres l'une contre l'autre et des petites étincelle en jaillirent pour atterrirent sur le bout de corde avant de l'enflammer. Ses trois compagnons soupirèrent de bonheur d'avoir enfin trouver de quoi s'éclairer. Malgré cela, le problème du choix du passage restait le même. Aucune des quatre personnes n'arrivaient à ce décider sur l'entrée à prendre.

- Hé si nous votons. Proposa Léa.

- Oui pourquoi pas. Affirma Laura. Comme cela, nous ne serons plus obligé de nous la tête pour savoir quelle route prendre.

Nolan et Alexandre acceptèrent l'idée de la petite blonde. Mais au moment des votes, le problème restait le même car personnes ne savais quelle direction prendre. Ils s'assirent tous sur le sol en rond et se mirent à réfléchir. Normalement une décision qui serait facile à prendre devint un vrai casse tête pour eux. Tous étaient indécis dans le choix à faire. Quand soudain Alexandre eut une idée.

- Voilà ce que nous allons faire. Un de nous se bandera les yeux et on le fera tourner et au signal de ce dernier on prendra la route devant laquelle il sera. Expliqua t-il.

Ses trois compagnons se mirent à réfléchir et virent que c'était la seule solution alors il acceptèrent. Ils firent un feuille-papier-ciseaux afin de trouver le volontaire. C'est Laura qui gagna la partie et qui se vit avoir les yeux bandés. Nolan la fit tourner et quand cette dernière dit « stop » elle arrêta et le petit groupe se dirigea vers le chemin de droite. Ils avancèrent sur cette route en entrant dans les profondeur de la grotte sans savoir où ils allaient et si il y avait du danger.








Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:21

CHAPITRE 16

Nolan toujours en tête du cortège avança avec précaution. Léa qui était toujours accrochée à son bras, était de plus en plus inquiète et sa peur s'accentua car aucune sortie où quelques chose qui pour leur indiquer ne fut trouvée. Alexandre lui de son coté était tout aussi nerveux mais essaya autant que possible de rassurer Laura qui, elle était morte de peur. Le peut de lumière qu'offrait la torche ne permit pas de voir au delà des un mètres. Ils avancèrent vraiment à l'aveugle dans ce sinistre tunnel. Ils arrivèrent devant un nouveau croisement où deux choix leur furent permit. Soit continuer tout droit soit prendre sur la gauche. Nolan se retourna afin d'essayer d'avoir l'avis de chacun de ses amis mais comme pour la fois précédente tout le monde furent incapable de choisir.

Fatigué de tout cela, Alexandre s'assit sur le sol afin de se reposé un peu. Cela faisait plus de deux heures qu'ils marchèrent sans avoir fait de pose. Nolan ne dit rien et comprenait parfaitement bien que dans les circonstances dans lesquelles ils se trouvèrent, entre la pression et l'ambiance les fatiguait rapidement et le laissa faire. Très vite Alexandre fut rejoint par Laura et Léa qui elles aussi voulaient se détendre un peu. Seule Nolan resta debout à essayer de trouver une solution. Elle ne pouvait en aucun cas utiliser son pouvoir. Elle n'était pas sûr de la solidité de la roche et si celle ci était fragile, elle pourraient les enterrer et elle ne voulait pas prendre le risque. Elle soupira tristement en se rendant compte que dans cette situation son pouvoir n'était d'aucune utilité.

Léa qui entendit son amie soupirer, se leva et s'approcha doucement d'elle en posant une main sur son dos tout en se mettant sur le coté. Nolan qui la sentit tourna la tête et laissa un petit sourire apparaître.

- Qu'est ce qu'il ne vas pas ? Demanda doucement la petite blonde.

- Je me rend compte que mon pouvoir à des limites et que je ne peux pas nous sortir de là avec lui. Expliqua Nolan tristement.

- Ce n'est pas grave. Tu en fais déjà beaucoup grâce à lui et ne t'inquiète pas. Nous nous en sortirons même sans lui. Dit gentiment Léa accompagnée d'un doux sourire.

Nolan lui rendit son sourire en se sentant mieux et rassurée. La présence et les mots de son amie l'apaisait.

- Elle à raison Nolan. Lui dit subitement Alexandre.

La jeune femme brune regarda son rival surprise.

- Ton pouvoir est très puissant et il fait peur par fois mais je suis vraiment heureux que tu l'aies car grâce à lui, nous avons échappé plus d'une fois à la mort et de plus, il ne faut pas que tu te sente coupable parce que nous ne pouvons pas sortir d'ici avec lui. Nous sommes une équipe et ce n'est pas à toi de tout faire. Dit le jeune homme sérieusement.

- Il à raison, nous allons sortir d'ici avec l'aide de tout le monde. Nous avons peut-être peur mais nous sommes tous courageux et pleins de volonté alors, à nous aussi de te prouver que tu peux avoir confiance en nous. Continua Laura. Ça ne fait que très peux de temps que je suis avec vous mais je tiens beaucoup à vous tous donc, je veux moi aussi prouver ma valeur et te prouver à toi Nolan que tu peux compter sur moi dans les cas comme celui ci. Fini-elle en se levant également avec une voix remplit de détermination.

- Elle à raison. Nous nous appuyons trop sur toi maintenant, à nous de te montrer ce que nous sommes capable de faire. S'exclama de nouveau Alexandre remonté à bloc en se mettant lui également debout.

Nolan ne savait pas quoi dire les mots de ses amis la touchèrent profondément. Jamais elle n'avait été aussi appréciée et reconnu comme quelqu'un d'humain. Malgré ses petites querelles avec Alexandre, elle se rendit compte qu'une grande amitié c'était formé entre eux deux. Elle fut encore plus touchée part rapport à Laura qui montra une grande estime et une grande fierté à être en sa compagnie alors qu'elle n'était avec qu'eux que depuis quelques jours. Sans se rendre compte ses yeux se remplirent de larmes.

- Tu vois que tu n'es pas un monstre mais quelqu'un de bien et d'humain. Lui dit tendrement Léa.

Nolan tourna la tête et posa ses yeux sur les émeraudes qui brillèrent de reconnaissance. elle laissa un sourire timide remplit de remerciement ce faire en laissant ses larmes de joie couler. Elle comprit enfin grâce aux personnes qui l'entourait, ce que c'était le bien-être et la joie. La petite blonde la prit dans ses bras afin de laisser les émotions de son amie sortir dans une chaleureuse étreinte. Alexandre même si il ressentait un petite jalousie par rapport au geste de la jeune femme, regarda tendrement sa rivale avec bonheur de voir les émotions les submerger. « Oui Léa à raison. Nolan n'est pas un monstre juste une personne qui ne contrôle pas ses émotions. Je comprend enfin pourquoi elle ne peut pas la lâcher. » Se dit-il en repensant à ce qu'il c'était passé avec son père. « Papa tu n'es vraiment qu'une ordure d'avoir agit de la sorte. » Finit-il.

Un quart-d'heure plus tard, Nolan c'était complètement remise et le petit groupe avait reprit sa marche. Tous avancèrent dans le plus grand silence. Ils avaient décidé de prendre le chemin qui continuait tout droit. Aucun d'entre eux ne c'étaient rendu compte que leur propre mots envers Nolan les avaient tous redonnés du courage. Léa avait elle aussi reprit confiance. Pendant la marche, Alexandre marcha sur une sorte de cailloux qui fit un déclic. Ni lui ni ses amis entendirent le petit bruit. Ils continuèrent à avancer sans se rendre compte de rien. Nolan s'arrêta net quand elle entendit un gros bruit sourd venant de derrière eux. Elle se tourna immédiatement et regarda le fond avec impression.

- Que ce passe t-il ? Demanda Laura inquiète en voyant son amie nerveuse.

- Écoutez. Dit-elle simplement.

Ses trois compagnons firent ce qu'elle leur demandait et tous écarquillèrent les yeux au même moment.

- C'est quoi ce bruit ? Demanda Alexandre nerveusement.

- J'en sais rien mais cela ne me dit rien de bon. Répondit Nolan.

- Je suis d'accord avec toi et en plus, cela se rapproche. Dit Léa de plus en plus inquiète.

Ils ne purent rien dire de plus quand ils virent enfin ce qu'il leur fonçait dessus. C'était une énorme pierre ronde qui roulait rapidement dans leur direction. Ils se mirent tous à hurler de peur et prirent leur jambes à leur cou en partant rapidement dans les profondeur du tunnel.

- Mais bon sang c'est quoi ça ! Cria Alexandre.

- Ça ne se vois pas ! C'est une grosse boule en pierre qui nous fonce dessus. Répondit Nolan naturellement.

- Appel moi imbécile pendant que tu y es ! Je l'ai bien remarquer que c'était une grosse boule en pierre. Contrat le jeune homme frustré de la réponse de sa rivale.

- Et ben alors imbécile, pourquoi tu pose la question ? Demanda Nolan.

- Comment ose tu me traiter de la sorte ? Contra Alexandre mécontent du nom employé.

- C'est bien toi qui ma demander de t'appeler imbécile non ? Répondit naturellement Nolan.

- Vous avez finit oui ! Ce n'est pas le moment de vous disputer ! S'écria Léa en voyant le danger se faire de plus en plus proche.

- C'est pas possible vous ne vous arrêtez jamais ?! Continua Laura.

Nolan et Alexandre se turent comme des enfants punit et se mirent à réfléchir afin de se sortir de cette mauvaise passe. Ils devaient l'admettre, ils pouvaient courir encore plus vite mais ne voulant pas laisser les deux filles à la traine, ils restèrent à leur niveau. Quand soudain un éclair éclatèrent dans le cerveau au même moment.

Les deux filles qui virent une lueur se faire dans les yeux de leur deux amis commencèrent à avoir un mauvais pressentiment. « Au non ça va recommencer ». Se dirent elle en même temps.

Nolan et Alexandre s'échangèrent un regard rempli de rivalité car ils eurent la même idée. Prendre de nouveau les filles dans leurs bras mais le problème qu'il se posait, c'était Léa.

- Je ne te la laisserais pas cette fois ci ! Dit silencieusement Alexandre.

- C'est ce que l'on verra. Répondit Nolan dans un grand sourire sadique.

Léa en plus du danger commençait vraiment à ce sentir mal à l'aise entre les deux jeunes gens. Quand tout ,d'un coup elle sentit son corps se faire soulever pour atterrir dans les bras de Nolan.

- Tricheuse ! Tu as utilisé ton pouvoir ! S'exclama Alexandre.

- Hé hé tout les coup son permit mon pauvre. Dit fièrement Nolan.

Alexandre sans attendre attrapa une fois de plus Laura et la colla contre lui.

- Tu va voir ! Avertit Alexandre.

- Essaye de m'attraper déjà ! Finit Nolan en accélérant le pas.

La foulé des deux rivaux se firent plus rapide et ils purent laisser une certaine distance entre la boule qui continuait à avancer et eux.

Léa et Laura soupirèrent toutes les deux de voir leurs deux amis se battre pour une fille au lieux de s'inquiéter du danger. Laura devait se l'avouer, elle s'amusait beaucoup de voir ses deux amis se battre pour Léa. Cette dernière avait le cœur battant la chamade dans sa poitrine en voyant Nolan agir de la sorte, car la rivalité des deux jeunes gens augmentait de plus en plus et surtout depuis qu'elle était au courant de leur petite bataille.

Alexandre avait rattraper Nolan et c'était mit à ses côtés. Plus d'une fois il tenta d'échanger les filles mais la jeune femme brune ne le laissa pas faire. Léa ne comprenait pas ce qu'il se passait et s'agrippait fortement à son amie quand cette dernière sauta pour esquiver les attaques d'Alexandre.

- Pas assez rapide. Provoqua Nolan.

- Regardez ! S'écria Laura en montrant du doigt ce qu'elle voyait.

Ses trois amis regardèrent devant eux et virent enfin de la lumière au bout. Sans attendre les deux rivaux augmentèrent leur foulée. Ils pouvaient enfin voir des arbres et des roches qui ressemblaient à des montagnes. Ils se mirent à paniquer quand la route se mirent de plus en plus en pente. Malgré leur rapidité, la boule se rapprochèrent d'eux très rapidement à cause de la descente. Ils arrivèrent enfin au bout du tunnel et c'était à ce moment là, qu'ils se mirent à sauter le plus haut possible pour laisser la grosse boule passer à cet instant sous eux.

- Sauvé ! Dit Alexandre joyeusement.

- Tu es sur ?! Lui dit Nolan en ce moquant.

À ses mots le jeune homme châtain regarda son amie qui lui fit signe de regarder en bas chose qu'il fait. Il devint pâle quand il se rendit compte qu'ils étaient à plus de deux kilomètres du sol et que le chemin donnait sur un fossé.

- Oh non ! Dit Alexandre avant de rejoindre son amie dans la puissante chute libre.

Les deux jeunes gens tinrent fermement leur fardeau contre eux en regardant le sol se rapprocher rapidement. Les deux filles s'étaient toutes deux blottit contre leur amis en cachant leur tête dans le creux de leurs cous. Nolan resta concentrée et attendait le bon moment pour agir. Alexandre regarda sa rivale afin d'essayer de voir si elle avait une idée mais quand il vit le regard sérieux de cette dernière, il comprit qu'elle allait faire quelque chose. Il ne pouvait faire qu'une chose attendre et lui faire confiance.

Le sol ainsi que la cime des arbres de la forêt qui se trouvaient en dessous, se rapprocha très rapidement et quand ses derniers furent à la hauteur de Nolan, celle ci utilisa son pouvoir pour faire pencher les arbres en un même centre afin qu'ils puissent s'en servirent de frein pour leur chutes. Alexandre et Nolan protégèrent au mieux les deux filles et se prirent toutes les branches sur toute les parties de leur corps. Arrivés au milieux des arbres, Nolan cassa de nombreuse branches de tailles moyenne et les rassemblèrent en un point pour former une sorte de plate forme. Elle prit rapidement des végétaux ainsi que des branches feuillus souple qu'elle arracha du sol et des arbres pour les entasser afin de faire un énorme coussins.

Alexandre était bouche bée de ce que venait de faire Nolan. Tout ceci avait été fait avec une tel vitesse qu'il n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait. En une fraction de seconde, un gros rembourrage d'arbuste et de tout ce qu'il put être utilisé, furent formés. Les rivaux tombèrent dans l'amortit improvisé en se mettant sur le dos afin de protéger les filles. Ces dernières qui n'avaient rien vu de ce qu'il se passait, quand elle ne se sentirent plus tomber, elles ouvrirent leur yeux et regardèrent tout autour d'elles surprise d'être encore vivante.

- Ne bougez pas. Leur dit une voix fatiguée.

Léa baissa immédiatement sa tête quand elle reconnut Nolan et vit cette dernière allongée avec les yeux fermés. Laura regardait aussi la jeune femme brune en se demandant ce qu'il se passait.

- Attendez avant de descendre. Leur dit de nouveau Nolan.

- Mais...

- Chut ne dit rien. Dit Alexandre en coupant Léa.

Alexandre avait parfaitement comprit ce que faisait Nolan et savait qu'elle avait besoin de concentration car leur vie était uniquement entre ses mains. Même si ils avaient atterrit dans le coussin improvisé, le danger n'était toujours pas écarté. Ils étaient à plus de cent mètres du sol et que si quelqu'un chutait de cette hauteur en mourrait. Nolan se concentrait le plus possible pour faire descendre leur plate forme sans que les branches ne s'éparpille.

Les filles se rendirent compte elles aussi ce que Nolan faisait quand elle sentir le coussin de fortune descendre doucement. Tout ce passa pour le mieux, le mouvement se faisait dans un geste lents et tranquille. Nolan ne pouvait pas augmenter la puissance car cela ferait exploser les branche. En faisant cela, elle s'épuisait énormément car elle devait concentrer son pouvoir sur plusieurs point au lieux d'un seul. Léa qui avait attraper la mains de son amie, la serra fortement en priant que tout ceci marche. Le sol se rapprochèrent de plus en plus au grand bonheur de tout le monde.

Alexandre et Laura prièrent eut aussi afin que Nolan réussissent sans pour autant qu'elle ne se tue elle même. L'action dura plus d'une heure. Quand ils furent à un mètre du sol, ils sautèrent de la plate forme. Le petit groupe s'était étalé sur le sol afin de laisser la pression tomber en laissant le calme envahir les lieux. Malheureusement pour les filles cela ne dura pas longtemps quand Alexandre reprit ses rivalités avec Nolan au sujet de Léa. Cette dernière était vraiment accablée tout comme Laura qui voyaient que le danger ne les avait pas plus touchés que cela. Les deux filles se lancèrent un regard complice et dans un bel ensemble, elle se jetèrent sur les deux jeunes gens et quelques minutes plus tard, on retrouvaient ses deux derniers attachés à un arbre avec une pomme dans la bouche.

- Bien maintenant je pense que nous pourrions enfin avoir la paix pendant un bon moment. Dit Laura en se frottant les mains.

Nolan et Alexandre étaient complètement abasourdit de ce qu'il venait de se passer et regardait les deux filles avec une tête d'ahurie. La jeune femme brune pas contente de ce qu'elle venait de subir, se tourna auprès d'Alexandre et lui cria dessus autant qu'elle le pouvait avec sa pomme dans la bouche. Le jeune homme châtain lui en faisant tout autant afin de se défendre. Accablée, de voir que même attacher à un arbre ne les arrêtaient pas, les filles se mirent à soupirer et partirent un peu plus à l'écart afin de voir où elles avaient atterrit. Elle arrivèrent prêt d'un clairière où un petit court d'eau passait.

- Où somme nous ? Demanda Léa ne reconnaissant pas l'endroit.

- Regarde il y a une petite colline là-bas allons voir. Répondit Laura en montrant un petit bout de pleins hors des arbres.

Léa suivit la petite brune et toutes deux arrivèrent sur les lieux et ce qu'elles virent les firent tomber à genoux.

- C'est pas possible. Dit Laura accablée.

De là où les deux filles étaient, elles pouvaient voir les falaises tout autour d'elles former un cercle géant.

- Nous sommes dans un trou. Dit Léa sans espoir. Comment allons nous faire pour sortir d'ici ? Demanda-t-elle tristement.

Laura regarda tout autour d'elle et était elle aussi lassée de ce qu'elle voyait.

- Je vais aller voir plus loin si il n'y a pas une sortie. Tu veux venir ? Proposa Laura.

Léa qui avait baissé sa tête de déception la secoua de négation. La petite brune se sentait vraiment mal et ne savait pas quoi faire. Elle préféra partir en laissant son amie seule avec ses pensées. La petite blonde était vraiment déconcertée. Le faite de ce retrouver dans un trou avec des falaise haut de plus de deux kilomètres la vidait complètement.

- Nous sortirons tous d'ici vivant ne t'inquiète pas. Lui dit une voix derrière elle.

Léa sursauta aux mots et au son qui n'était pas ceux de Laura. Elle se retourna et fut surprise de trouver Nolan.

- Mais...

- Tu croyais franchement que vos attaches me retiendrais. Dit-elle amusée avec un sourcil relevé tout en montrant la corde déchirée.

Léa se mit à rire devant le regard fière de son amie.

- Oui j'avais oublié que ce genre de chose ne marchait pas sur toi. Dit elle en retrouvant le sourire.

- Hé oui, mais c'était bien tenté je dois l'admettre. Qu'est ce que tu veux je suis la plus forte . Dit Nolan fièrement en s'asseyant au cotés de la jeune femme.

Cette dernière se mit à rire devant le manque de modestie de son amie.

- Tu sais, nous sommes tombés dans ce trou mais nous pourrons y en sortir. N'oublie pas que nous avons un objectif à atteindre et c'est pas un petit truc de ce genre qui nous arrêtera. Je t'ai fais la promesse que plus rien ni personne ne te fera du mal et je la tiendrais. Dit Nolan gentiment en regardant les falaises.

Léa était toujours étonné du pouvoir que cette dernière avait sur elle. Rien qu'avec sa présence, elle savait lui redonner courage.

- Oui tu as raison. Dit-elle en souriant.

- Mais nous pourrons profiter d'être ici afin de nous reposé car ses derniers jours, ce n'était pas trop ça. Continua Nolan en se mettant debout en tendant sa main à Léa.

Cette dernière acquiesça de la tête avant de prendre la main de son amie qui l'aida à se relever. Nolan tira un peu trop fortement sur le bras de Léa qui perdit l'équilibre en tombant contre son corps. Par instinct la jeune femme brune ferma ses bras autours de la petite blonde afin de la stabilisé.

Léa et Nolan eurent une décharge parcourir leur corps. Leur yeux se mirent à briller tout en laissant une rougeur monter aux joues. Leurs corps se mirent à trembler. Elle avaient les yeux grand ouvert et n'osaient plus bouger. Léa se sentait vraiment bien dans cette étreinte et se laissa doucement aller en se blottissant le plus possible contre le corps de Nolan. Cette dernière qui ressentait la même chose que son amie, resserra ses bras en la rapprochant le plus possible contre elle.

Nolan sentait quelque chose se passer en elle mais n'arrivait pas à définir ce que c'était. Cette chose grandissait de plus en plus et de jour en jour. Elle savait que cela appartenait à l'amour mais Martine ne lui avait pas tout expliquée de ce que l'on pouvait réellement ressentir. Elle s'écarta doucement de sa jeune amie mais la garda dans ses bras.

Léa qui sentit la jeune femme bouger, redressa la tête et tombèrent sur des yeux bleus plus brillant que jamais. Ils étaient remplit d'une telle douceur et de plusieurs sentiments que cela les rendaient vraiment magique. Le soleil qui était devenu rouge à cause de sa descente, faisait briller les yeux dans une couleur intense. Léa se plongea dans les eaux cristallines du regard de Nolan. Cette dernière se noya dans les doux émeraudes qui brillèrent d'une douce couleur sous le soleil couchant.

Doucement Nolan retira son bras droit du corps de son amie et le leva doucement. Sans trop savoir ce qu'elle faisait, elle posa sa mains sur la joue de la jeune femme. Elle la caressa tendrement de son pouce. Son cœur battait fortement dans sa poitrine. Ne sachant vraiment pas ce qu'elle faisait, préférait suivre uniquement son instinct.

Léa cru partir quand elle sentit l'immense douceur dans la caresse de la jeune femme. Jamais personne ne l'avait touchée comme cela. Elle était comme paralysé et hypnotisée sous le regard tendre. Nolan fit doucement descendre sa main et posa son index et son pouce sur le menton de la petite blonde. Léa sentit sa gorge se dessécher et son souffle se faire court. Son cœur tambourinait si fort dans sa poitrine qu'elle cru qu'elle allait faire une crise cardiaque. Durant son esclavagisme toute les personnes qui avait abusé d'elle l'avait attrapée de la sorte avec violence alors que là, elle découvrait elle aussi ce que c'était vraiment que la douceur.

Nolan cru que son cœur allait sortir de sa poitrine tellement il martelait fort. Elle regarda doucement le visage de son amie avec des yeux remplient de tendresse et pour la première fois, elle laissa apparaître ses sentiments profond. Elle était attirée par les lèvres douces et pleine de la petite blonde. Doucement, elle pencha sa tête en l'inclinant sur le coté. Léa qui lut les sentiments de son amie à travers ses yeux, sentit son corps frémir. Tout comme Nolan, elle était attirée par les lèvres de cette dernière. Doucement, elle inclina également sa tête sur le coté et la leva lentement. Une douce brise se leva à ce moment là. Les yeux des deux femmes se fermèrent délicatement et toutes deux ce laissèrent aller dans cette douce atmosphère remplit d'amour.

- Léa ! Cria une voix venant de coté.

Les deux amies sursautèrent fortement à la voix et s'écarta en une seconde.

- Léa ! J'ai trouvé une cascade avec un petit lac au loin. S'écria Laura heureuse de sa découverte.

Elle s'arrêta avec des yeux interrogateur quand elle vit Nolan et Léa assissent l'une à coté de l'autre rouge comme des pivoines en regardant chacune de leur coté.

- Vous allez bien ? Demanda-t-elle intriguée.

- Oui oui tout va bien n'est ce pas Nolan. Répondit rapidement Léa avec un rire gêné.

- Oui oui tout va bien. Répondit rapidement cette dernière de la même façon.

- Vous êtes sur ? Insista la petite brune. Je vous trouve bien bizarre.

- Non non tout va bien. Nous étions juste en train de voir comment nous allons sortir d'ici. Répondit rapidement Léa en se mettant debout pour faire face à son amie. Alors tu as trouvé une cascade ? Enchaina t-elle afin de changer la conversation.

- Oui elle est à quelques minutes de marche tu veux venir la voir ? Répondit Laura se doutant de rien.

- Oui bien sur allons y. Tu viens Nolan ? Proposa Léa avec des yeux remplient de supplice.

Oui oui je viens. Répondirent cette dernière en comprenant.

Pendant toute la marche Laura parlait de bon cœur avec Léa qui l'écoutait attentivement. Nolan lui de son coté était restée un peu en retrait. Elle repensait à ce qu'il allait se passer avant que Laura n'arrive. Elle se mettait à rougir légèrement et un sourire timide se dessina. Plus les jours passèrent et plus elle se rendait vraiment compte qu'elle était de plus en plus amoureuse de la petite blonde. Elle était malgré tout un peu frustrée que Laura n'arrive à ce moments-là. Elle ne pouvait pas lui en vouloir non plus car elle savait qu'elle allait revenir d'un moment à l'autre auprès de son amie. Nolan réalisa également que le faite qu'elles furent interrompu n'était pas une si mauvaise chose. En ne sachant pas réellement ce qu'elle éprouvait pour Léa et ne connaissant pas non plus les sentiments de la jeune femme, elle ne voulait pas faire quelque chose qui les sépareraient pour toujours car elle ne le supporterait pas.

Léa de son coté malgré sa discussion avec Laura pensait la même chose que Nolan. Elle non plus ne connaissait pas les sentiments profond de cette dernière et n'osait pas lui avouer les siens car elle même n'était pas sur de ce qu'elle éprouvait réellement. Elle ne devait pas nier son attirance pour son amie mais elle se demandait si c'était vraiment de l'amour ou une très forte attirance du faites que cette dernière l'avait sauvée de son esclavagisme. De plus, même si elle avait apprit dans la grotte que Nolan rivalisait avec Alexandre pour l'avoir, cela ne pouvait pas prouver que la jeune femme brune le faisait par pure amour ou par jalousie du faites qu'elles étaient constamment toutes les deux ensemble sans personne.

La question que les deux jeunes femmes se posèrent furent la même. « Est ce que je l'aime vraiment ? » Pourtant aucune des deux ne pouvaient rejeter les sensations qu'elles avaient ressentit au moment où le baisé allaient se faire. Toute deux étaient complètement perdu dans leur sentiments et ne purent se dire vraiment ce que c'était. Léa pourtant qui connaissait les émotions, se retrouvait vraiment sans protection face à ce qu'il lui arrivait depuis leurs retrouvailles dans le château.

Nolan et Léa qui c'étaient perdu dans leur pensées n'avait pas remarquer que Laura avait cessé de parler. Cette dernière qui avait sentit l'absence des deux femmes se tut et regardait ses deux amies avec pleins de questions dans les yeux. Depuis qu'elle les avait rejointe sur la colline, elle remarqua qu'elles se conduisaient vraiment étrangement. Les deux amies réalisèrent enfin que le silence avait fait place, se mirent à regarder la petite brune et virent les yeux étrange que cette dernière leurs envoyait. Nolan et Léa qui comprirent que leur amie se posaient pleins de question s'échangèrent un rapide regard. Elles baissèrent aussitôt leurs têtes rouge comme des tomates. Laura était vraiment accablé de voir le manège des deux jeunes femmes. Ces dernières furent sauvées par l'arrivée à la cascade car cela détournait rapidement l'attention à Laura et purent espérer se détendre un peu histoire d'oublier l'action passé.

Nolan et Léa furent vraiment émerveillées par ce qu'elles virent. Une cascade faisant toute la hauteur de la falaise avec un petit lac entouré d'arbustes au fleurs de plusieurs couleurs. Au bord de l'eau une sorte de plage était faite avec de l'herbe tendre et fraiche. Ils pouvaient entendre les oiseaux chanter dans les arbres qui trônait sur les lieux. Les bruits des petits mammifères allant se coucher résonnait dans une mélodie reposante.

- C'est magnifique. Dit Léa charmée.

- Oui affirma. Nolan séduite par l'endroit.

- Je savais que cela vous plairait. Dit Laura ravit que sa trouvaille plaise.

- Nous pourrons faire notre campement ici. Proposa Léa.

- Je trouve que c'est une bonne idée comme cela, nous aurons de quoi manger et se baigner à porter de main. Fit la jeune femme brune convaincu.

- Bien parfait. Je vais aller chercher Alexandre et je... Laura s'arrêta dans sa phrase et se mit à regarder Nolan d'une façon très étrange.

- Qu'est ce qu'il y a ? demanda cette dernière gêné d'être fixé de la sorte.

- Je ne l'avais pas réalisé avant mais comment ce fait il que tu sois ici avec nous. Léa ne t'avais pas attaché comme Alexandre ? Demanda Laura.

Nolan regarda la jeune femme avec amusement. elle s'approcha lentement d'elle avec une allure prédatrice. Laura commençait à se sentir mal à l'aise car le regard était si intense qu'elle commença à avoir peur. Elle commença à reculer quand elle vit Nolan s'avancer.

Cette dernière ne relâcha pas sa démarche et continua à faire reculer sa victime. Étant derrière elle depuis le début de la marche, elle profita de ceci pour la conduire doucement sans l'alerté en direction du lac. Elle assombrissait ses yeux exprès pour que sa jeune amie sois prisonnière de son regard. Cela marchait à la perfection. Laura se fit capturer par les bleus intense de Nolan et tomba dans son piège. Léa qui connaissait les intentions de son amie garda au maximum son sérieux. Laura essaya de chercher du soutient auprès de la petite blonde et interpréta mal le calme de cette dernière en croyant qu'elle aussi était apeurée par Nolan.

Cette dernière continua son avancé et au moment où elle remarqua que Laura était au bord de l'eau, elle tapa fortement le sol avec son pied chose qui fit sursauter la petite brune. Nolan laissa un large sourire carnassier apparaître sur son visage avant d'avancer sa mains en direction du visage de la jeune femme. Cette dernière se mit à trembler de peur pensant que la jeune femme brune allait lui faire du mal. Celle ci ferma son point et ne laissa que son index et son majeur de tendu qu'elle posa sur le front de la petite brune.

- Vous n'êtes pas assez forte pour moi. Dit-elle avant de pousser de ses deux doigts la tête de Laura.

Cette dernière sentit son corps partir en arrière et sans qu'elle ne comprenne ce qu'il se passe, son corps entra dans l'eau dans une grosse germe d'eau. Elle remonta rapidement à la surface après avoir reprit ses esprit et elle regardait bouche bée son amie qui la fixait avec un sourire remplit de fierté. Nolan s'accroupit afin de ne pas la regarder de haut et lui fit un magnifique sourire de vainqueur.

- Sache que ça c'était pour nous avoir interrompu tout à l'heure et que rien ni personne ne pourrait me garder attacher et qu'aucune corde même de fer ne sera capable de me retenir. Dit-elle gentiment avec un sourire.

Laura sentit son sang se glacer et son corps se paralyser. Le sourire que faisait Nolan était ci glacial qu'elle en prit peur. Léa s'approcha de ses deux amies avec le sourire au lèvres en ce retenant de rire. Une nouvelle fois, elle avait vu une nouvelle facette de Nolan. Elle remarqua que Laura était complètement tombée dans le piège de la jeune femme. Elle se mit à sursauter quand elle entendit un son inhabituel venant de Nolan. Elle prit peur quand elle vit le corps de celle-ci ce mettre à trembler et se précipita sur elle. Léa s'arrêta net quand elle entendit un puissant éclat de rire qui sortit de son amie à ce moment là. Nolan ne pouvait plus retenir le rire qu'elle gardait depuis le début. Les deux filles restèrent bouche bée d'entendre la jeune femme rire de bon cœur. Léa ne put empêcher ses larmes de bonheur de couler. Nolan n'en pouvait plus de voir la tête d'ahurie de Laura.

- Sé...sérieux s...si t...tu vo...voyait ta...ta tê...tête. Dit-elle entre ses rires.

Léa regarda la petite brune et se mit elle aussi à rire. Laura de son cotés se mit à regarder tour-à-tour les deux jeunes femmes et ne comprenait pas ce qu'il venait de ce passer quand d'un coup son cerveau tilta.

- Non ! Ne me dis pas que tu m'a fait marcher depuis le début pour... Commença Laura.

- Si. Répondit Nolan avant de repartir dans son fou rire.

Laura furieuse d'avoir marcher dans le petit jeu de son amie, se mit immédiatement debout et commença à arroser cette dernière qui sursauta avant de partir en courant poursuivit par Laura.

- Attend tu va voir tu vas me le payer ! Gronda la petite brune.

- Attrape moi avant. Répondit Nolan en rigolant tout en évitant les bras de Laura quand elle était sur le point de l'attraper.

Léa n'en revenait pas. Nolan était en train de jouer avec la petite brune et rigolait de bon cœur. Malheureusement pour elle, son amie revenait vers elle et sans qu'elle non plus ne comprenne ce qu'il se passe, la jeune femme brune la prise dans ses bras.

- Nolan ! S'écria la petite blonde surprise.

Cette dernière courait avec son fardeau dans les bras en évitant à chaque fois les tentatives de Laura.

- Toi aussi tu va me payer ce que tu m'a fais toute à l'heure. Dit-elle avec un gros sourire aux lèvres.

- Non tu ne vas pas oser ! Dit Léa en commençant à rire.

Elle se reçu toujours le même sourire en guise de réponse avant que Nolan ne la jette dans le lac. La petite blonde atterrit dans l'eau accompagné d'un petit cris strident. Elle ressortit de l'eau immédiatement et se mit elle aussi à poursuivre son amie. Le trio rigolèrent de bon cœur dans leurs petit jeu. Nolan pour échapper à ses deux poursuivantes sauta au dernier moment et se réfugia dans un arbre.

- Tricheuse ! Gronda joyeusement les deux filles en même temps.

- Hé hé tout les coups son permit mes filles. Répondit fièrement Nolan le sourire aux lèvres.

Léa et Laura se regroupèrent et essaya de trouver une astuce pour gagner. Elle devait faire vite car le soleil était plus là et la nuit arrivait rapidement. Léa trouva une idée et en parla à son amie discrètement. Nolan qui voyait le manège des deux filles se posa des questions. Elles s'en posa d'autant plus quand elle vit ces dernières aller prêt du lac. Elle regarda ce qu'elles faisaient mais leurs comportement n'étaient plus du tout celui du jeu. elle vit que Léa avait prit un truc sur le sol et qu'elle le montrait à Laura. Elle remarqua également que cette dernière était intriguée par ce que la petite blonde lui montrait. Curieuse de savoir ce que Léa avait trouvé, elle descendit de son perchoir et s'approcha des deux filles.

- Qu'est ce que vous avez trouvé ? Demanda Nolan intéressée.

- Cela ne te regarde pas. Répondit sérieusement Léa.

Les deux filles se tournèrent et firent fasse à l'eau pour empêcher la jeune femme de regarder. Cette dernière déterminé à savoir ce qu'elles avaient trouvé, contourna les filles et se mirent face à elle.

- Aller montrer moi ce que vous avez trouver ! Supplia presque Nolan.

Les deux filles qui avaient leurs têtes baissés s'échangèrent un rapide regard remplit de complicité.

- Bien si tu veux voir regarde. Répondit Léa en ouvrant doucement ses mains.

Nolan était impatiente de voir leur trouvaille qui ne se soucia de rien.

- Maintenant ! Cria Laura.

Les deux filles qui étaient accroupies poussèrent fortement sur leurs jambes en mettant leur deux bras en avant et poussèrent Nolan en arrière qui tomba à la renverse dans le lac accompagner des deux filles. Cette dernière surprise de l'action ne put se défendre et se fit engloutir par l'eau avec ses deux amies sur elle. Quand elle remonta à la surface, elle fut accueillit par deux fous rire. Elle regarda bouche bée les deux filles morte de rire.

- T...tu vi...viens d...de t...te fa...faire av...avoir. Dit Léa entre ses rires.

- Mais votre...

- C'était un cailloux. Le coupa Laura en rigolant.

Nolan regarda dans la main de la petite blonde et réalisa qu'elle venait de tomber la tête la première dans le piège des deux filles. Elle se reçut un germe d'eau dans la figure et vit que c'était la petite blonde qui la lui avait envoyée. Elle s'en reçu une autre de la part de Laura qui était comme son amie morte de rire. Nolan se prit au jeu et une grosse bataille d'eau sous la pleine lune levant commença accompagner de fou rire. L'amusement dura une bonne demi heure avant que tout ce finisse avec nos trois amies à bout de souffle allongées dans l'herbe. elles regardèrent la lune qui était juste au dessus d'elles dans un silence bienfaisant.

- Ça fait du bien. Dit doucement Laura en rompant le calme.

- Oui en plus la nuit est douce et agréable. Dit Nolan.

- Hé bien te voilà romantique Nolan. Se moqua gentiment Léa.

Nolan attrapa une poignée d'herbe et la lança sur la petite blonde en guise de réponse. Cette dernière se mit à rire devant l'attitude gênée de son amie. Celle ci se mit à sourire doucement. Le silence reprit place autour des jeunes femmes qui se mirent à se plonger dans leurs pensées respectives. Elles pouvaient entendre les animaux nocturne faire leur vie à coté d'elles. Elles se sentait vraiment bien et apaisés quand tout d'un coup le trio se redressa rapidement en position assise avant de se regarder les yeux écarquillés.

- ALEXANDRE ! Hurlèrent t-elles en cœur.

Sans attendre, elles se mirent immédiatement debout et partirent au près du jeune homme châtain qu'elles avaient complètement oublié. Elles arrivèrent dix minutes plus tard auprès de leur ami et se mirent tous à éclater de rire devant la tête de ce dernier qui était à vrai dire très mécontent d'avoir été attaché toute la journée avec une pomme dans la bouche.

Laura et Léa le détachèrent rapidement et se multiplièrent en excuses alors que Nolan était plié en deux. Les excuses des filles avaient beaucoup de mal à être cru à cause de cette dernière qui leur communiquait ses rire. Elles se retenait de toutes leur force pour ne pas imiter Nolan. Alexandre après avoir été détaché se mit à boudé sur le comportement de ses amies qui n'avait aucune compassion à son égard.

D...désolée Alexandre mais no...nous étions per...perdu et no...nous avons eu du...du mal à re...retrouver no...notre che...chemin. Bredouilla Léa en se retenant de rire.

Nolan et Laura acceptèrent ce petit mensonge afin d'éviter d'aggraver la chose.

- Mais vous êtes trempé ! S'exclama le jeune homme châtain.

- Oui parce que en faite en revenant ici nous sommes passer par un endroit et nous somme tombé dans un lac. Expliqua Nolan en reprenant son calme.

- Oui et comme il fait nuit nous n'avons rien vu. Finit Laura.

- D'accord, bon je veux bien vous pardonner je pensais que vous m'aviez oublier et que vous vous amusiez sans moi. Dit Alexandre calmement.

- Non, nous ne sommes pas comme ça. Commença Nolan en prenant une voix responsable. Nous n'aurions jamais oublier un des notre juste pour aller nous amuser. Franchement cela ne serai pas correct. Finit-elle avant de se retourner et faire une grimace aux filles qui se retenait de rire.

- Oui Nolan à raison jamais nous ne pourrons t'oublier, tu es trop important dans le groupe. Fit Laura en alourdissant les dire de Nolan.

- Bien je préfère ça alors votre cascade est-elle loin d'ici ? Demanda Alexandre en changeant de sujet.

- Non non juste à coté tu veux aller voir ? Proposa Léa acceptant avec joie le changement de sujet.

- Avec plaisir. Répondit le jeune homme châtain.

- Bien parfait allons-y. Finit Nolan avant de prendre la tête du groupe.

Le petit groupe marcha tranquillement. Léa qui avait rejoint Nolan se retenait de rire devant toute cette histoire elle et Laura était dans le même état que leur amie. Elles se firent juste une promesse silencieuse de faire attention à ne pas parler de la bataille d'eau. Alexandre ne fit pas attention aux états de ses amies et suivait tranquillement ses dernières en appréciant le paysage sous les éclats de la lune. Léa elle était vraiment heureuse car la Nolan d'aujourd'hui était devenue complètement humaine. Elle savait rire, jouer, pleurer et surtout aimer et cela, lui remplissait le cœur de joie de constater tout ceci. Nolan de son côté était fière d'avoir ses trois amis auprès d'elle car grâce à eux et surtout grâce à Léa, elle pouvait enfin savoir ce que voulait dire la joie, le jeux et toutes ses chose qui rendait la vie heureuse. Elle remercia intérieurement la petite blonde car sans sa connaissance, elle n'aurait jamais put vivre de telles choses.

Laura était à coté d'Alexandre. Elle était contente d'avoir rencontrée la petite blonde et ses amis. Depuis qu'elle était à leur coté, elle ne se sentait plus seule. C'était comme avoir une famille et malgré le peut de temps passer avec eux, elle voyait qu'elle était acceptée par tout le monde et surtout par la plus difficile. Elle était heureuse d'avoir put s'amuser avec Nolan car elle put constater par elle même que malgré les apparences, c'était quelqu'un de bien, de gentille et qui avait un grand cœur.

Le petit groupe sans que personnes ne c'étaient rendu compte de quoi que ce soit, c'était tous soudés les uns aux autres et avaient formé une barrière que personnes ne pourraient casser. Ils avaient tous un objectif trouver Tamas et sauvez les parents de Léa après être sortit de ces lieux.

Quand ils arrivèrent à la cascade, Alexandre en tomba amoureux et tout le monde montèrent le campement. Chacun s'activait à sa tâche. Quand Nolan revint avec sa pêche, elle déposa les poissons auprès de Léa et repartit en direction de la cascade. Arrivée auprès de l'eau, elle fut surprise de voir Alexandre arriver.

- Léa se demandait ce que tu avais pour repartir aussi rapidement. Expliqua ce dernier.

Nolan hocha la tête en guise de réponse et pour accepter son ami auprès de lui.

- Quand je suis aller pêcher, j'ai vu des roches assez étrange le long de la cascade regarde.

Alexandre regarda ce que sa rivale parlait et vit effectivement que les pierres étaient différentes des autres.

- Mais on dirait une sortes d'escaliers. Dit ce dernier surprit.

- Oui elle ne sont pas collées les unes aux autres comme de vrai marche mais elle sont suffisamment espacées pour pouvoir les escalader.

- C'est étrange que nous ne les voyons pas de là où nous sommes ? Dit Alexandre intrigué.

- Oui même moi je ne les avaient pas vu de notre campement. C'est quand je m'était mise à l'écart que je les ai remarquée.

- Ce qui veux dire qu'il n'y a que de la vu de coté qu'elles sont visible.

- Exact, alors qu'est ce que l'on fait ? nous grimpons tout les deux pour voir ce qu'il y a ou bien nous attendons et nous en parlons au filles avant ? Demanda Nolan pour avoir l'avis de son ami.

- Oui pas facile. Tu sais quoi je serai d'avis d'attendre demain car la le repas sera prêt d'une minutes à l'autre. Commença à expliquer Alexandre. Demains on se réveille tout les deux de bonne heure voir à l'aube et nous allons voir ce qu'il se passe en haut avant de le dire quoi que ce soit.

- Oui tu as raison comme ça pas d'inquiétude auprès des filles et on verra mieux avec le levé du jour. Avoua Nolan.

- Oui et de plus comme ça on ne leur donne pas de faut espoir si ce n'est pas une sortie. Continua Alexandre.

- Oui tu as raison faisons ça. Affirma la jeune femme.

Les deux amis s'étant mit d'accord sur l'action repartit vers le campement. Nolan avait attrapé une anguille qu'elle trouva dans le lac afin de trouver une excuse à Léa pour ne pas qu'elle s'inquiète. Une fois retourner auprès des filles, sa pêche sous sa grande surprise fut vraiment accueillit avec joie de la part de Laura qui adorait les anguille. Les deux rivaux s'assirent à coté des filles et tout les quatre se mirent à manger dans le grand silence avant de se coucher. Nolan et Alexandre avaient leurs esprits fixés sur leur objectif du lendemain et prièrent en silence que ces marches soient leur porte de sortie.











Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:21

CHAPITRE 17

Le lendemain Nolan et Alexandre se réveillèrent avant l'aube. Ils s'éloignèrent de leur campement en faisant bien attention à ne pas réveiller les deux filles. Ils allèrent à grande allure au niveau de la cascade et une fois à coté de celle ci, ils se mirent à la regarder.

- Bien nous y voilà. Prions pour que cela soit notre porte de sortie. Fit Alexandre un peu nerveux.

Nolan ne répondit pas mais fit juste une signe de tête pour approuver les dires de son ami. Ils attendirent que l'aube se pointe et quand ce fut fait, ils commencèrent tout deux à escalader la cascade. La montée n'était pas sans difficultés. La roche étant humide, ils avaient beaucoup de mal à garder leur appuis sur la matière. Nolan était en tête. Elle permettait à Alexandre de voir où est ce qu'il pouvait poser ses mains sans glisser. Alexandre était quand même nerveux. Malgré son adresse et sa forte équilibre, il avait beaucoup de mal à être stable. Nolan ne le montra pas mais elle était identique à son rival. Les deux amis avaient décidé de prendre leur temps pour monter mais ils devaient malgré tout ne pas être trop lent de façon à ce qu'il soit en haut avant que le soleil ne soit complètement levé et que ce dernier ne réveille les deux filles.

Alexandre attrapa la prise que son amie avait prise plus haut mais il la posa sur de la mousse qui le fit glisser. Nolan qui le vit faire réagit immédiatement en le saisissant de sa main droite avant que son rival ne tombe en chute libre.

- Mais quel boulet. Dit Nolan accablée.

- Désolé mais faut bien un peu d'animation de temps en temps. Répondit Alexandre en plaisantant.

La phrase vit sourire la jeune femme brune qui commençait à sentir sa main gauche se défaire de la roche à cause des mousses glissante. Sans attendre, Alexandre rattrapa la falaise pour que son amie puisse reprendre un bon équilibre. Une fois fais, les deux jeunes gens reprirent leur montée avec prudence. Chaque prises étaient agrippées avec force afin de garder le plus adhérence possible. Celle que Nolan captura était remplit de mousse, cette dernière hésita fortement à la prendre mais ne voyant aucune autre plus saine, elle ce décida malgré tout à la capturer. Une fois sa main droite dessus, elle testa son adhésion et une fois convaincu du contact, elle se hissa mais malheureusement cette dernière n'était pas solide du tout et se détacha du mur en la faisant chuter. Alexandre qui se trouvait juste derrière Nolan l'attrapa au vol par le bras droit en se maintenant fermement à la paroi.

- Mais quel boulet. Dit ce dernier amusé.

- Désolée comme tu l'a dis, il faut bien un peu d'animation. Répondit Nolan fièrement.

Alexandre se mit à rire devant la tranquillité de la jeune femme avant de l'aider à rejoindre la roche. Une fois fait, les deux amis reprirent leur ascension. Ils arrivèrent une demi-heure plus tard au moment où le soleil montra ses premiers rayons. La dernière ligne droite c'était faite sans aucun incident et les deux jeunes gens en furent vraiment ravit. Ils c'étaient étalés sur le sol afin de reprendre leurs souffles et de laisser la pressions sortir.

- Hé ben voilà, ce n'était pas si compliquer. Dit Nolan tout naturellement.

- Tu la dis, à part quelques glissades, tout c'est bien passé. Répondit Alexandre de la même manière.

Sans plus attendre tout en restant allongés, les deux jeunes gens tournèrent leurs têtes et purent apercevoir une route et une forêt. Ils la regardèrent attentivement avec des yeux remplient de questions. Comme dans un miroir, les deux amis se redressèrent et s'assirent en tailleur tout en regardant la forêt. Ils se regardèrent ensuite toujours symétriquement avant de reporter leur attention au bois. Ils se décomposèrent simultanément.

- C'est la forêt d'où l'on viens. Dirent-ils découragés dans un bel ensemble.

- Toujours identiquement, ils se laissèrent tomber sur le sol qui était recouvert d'herbe et regardèrent le ciel dégagé. Sans bouger leurs têtes, ils se regardèrent du coin de l'œil et se mirent à rire devant la situation.

- Bon sang, moi qui pensait que cette satanée grotte nous aurait éloigné de cette forêt. Dit Nolan en se calmant.

- Houai moi aussi mais dans un sens ce n'est pas plus mal car comme ça, nous pourrons reprendre notre route en sachant où nous allons. Répondit Alexandre.

- Tu as raison. Dit Nolan en se remettant debout. Bon, maintenant il nous faut ramener les filles ici. Continua t-elle en se dirigeant vers le bord de la cascade.

- Oui et comment allons nous procéder ? Demanda Alexandre.

La jeune femme brun se mit à réfléchir à la question. De là où elle se trouvait, elle pouvait apercevoir ses deux amies qui se réveillèrent doucement.

- Je pense qu'une deuxième escalade ne sera pas la bienvenue ? Demanda Nolan en devinant la réponse.

- Oh que non une fois ça suffit. Je n'ai pas tellement envie de recommencer mais malheureusement nous n'avons pas le choix pour les faire monter. Répondit Alexandre découragé.

Nolan se mit à le regarder avec un sourcil relevé et un sourire remplit de fierté.

- Attend ne me dit pas que...

- Regarde. Répondit simplement la jeune femme sans changer l'expression de son visage.

À ses mots Nolan ferma les yeux et se concentra. Elle visualisa l'emplacement des filles dans sa tête et quand elle sentit l'esprit de chacune, elle activa son pouvoir. Léa et Laura qui étaient en train de parler afin de savoir si l'une ou l'autre avaient vu les deux rivaux, sentirent leur corps se soulever. Elles sursautèrent toutes les deux en ce demandant ce qu'il se passèrent. Léa se calma et comprit que ce phénomène était dû à Nolan. Elle expliqua à sa jeune amie de ne pas s'affoler et d'attendre.

Alexandre lui de son coté resta particulièrement silencieux afin de ne pas déconcentrer sa rivale. Cette dernière était extrêmement calme et faisait marcher son pouvoir sans aucun problème. Quand elle eut approcher ses deux amies de la cascade, la partie la plus difficile allait commencer.

Léa se demandait ce que la jeune femme était en train de faire et pourquoi elle les approchait de la cascade. Elle se posa plus de question quand elle sentit son corps voler le long de l'eau. Laura de son coté malgré l'avertissement de la petite blonde, n'était pas du tout rassurée quand elle vit son corps voler doucement en pique.

Nolan faisait bien attention à ce que ses deux amie reste parallèles et assez éloignées de la roche pour ne pas qu'elles se blessent. La jeune femme réussit sans difficulté à les faire atterrir à leur cotés. Léa et Laura regardèrent les deux jeunes gens avec des yeux interdit.

- Nous avons eu la flemme de redescendre pour venir vous chercher. Dit Nolan l'air de rien en mettant ses deux bras derrière la tête.

- Mais...

- Hé oui comme vous pouvez le constater, nous somme de retour dans la forêt. Répondit Alexandre avant que Laura ne pose sa question.

- Attendez une minute, comment saviez vous que l'on pouvait sortir par ici ? Demanda Léa ne comprenant toujours pas ce qu'il venait de leur arriver.

- C'est très simple. Hier soir j'ai vue que l'on pouvait grimper à la cascade. Après en avoir parler à Alexandre, nous nous sommes mis tout les deux d'accord pour le faire ce matin. Répondit naturellement Nolan.

- Vous voulez dire que vous étiez au courant de cette sortie depuis hier soir et vous nous avez rien dit ! Commença à s'énerver Laura.

- Hé oh on se calme ! Dit sèchement Nolan. Nous ne le savions pas nous même qu'il y avait une sortie ! Nous avons préférer ne rien vous dire ci la cascade nous menait sur une mauvaise piste. Finit-elle agacée.

- Je suis d'accord que vous ne le saviez pas si c'était faisable mais vous auriez put nous en parler de ce que vous avez trouver. Dit calmement Léa.

- Assez ! Cria Nolan.

Au moment où cette dernière s'exclama une pierre qui était posée à coté d'eux explosa.

- Qu'est ce que vous voulez à la fin ! Nous vous sortons d'ici et vous trouvez un moyen de ne pas être contente à cause d'une simple formalité ! S'emporta la jeune femme brune. Je regrette de vous avoir fait monter ! J'aurai mieux fait de vous laisser moisir dans ce trou ! Finit-elle avant de partir comme une furie dans la forêt.

Les deux filles sursautèrent au ton et aux derniers mots employés. Elles se sentirent honteuse de leur réaction.

- C'est vrai pourquoi chipoter sur une futilité pareil. Elle vous à sauvée alors qu'elle aurait très bien put vous laisser dans ce trou alors que nous même en étions sortit. C'est Nolan en premier qui à trouver l'idée de faire ceci afin que vous ne soyez par déçu ci c'était une impasse. Dit Calmement Alexandre.

Léa se redressa d'un coup et partit elle aussi dans la forêt en courant.

- Léa où vas-tu ?! S'exclama Alexandre.

- Laisse la faire. Intervint Laura.

- Mais je...

- Tu as beau être amoureux de Léa et être le rival de Nolan mais il y a quelque chose que tu ne pourra jamais remplacer. C'est l'affection que Léa à envers lui. Dit la petite blonde calmement.

Alexandre se mit à regarder tristement Laura et baissa la tête.

- Oui je sais et je sais aussi que jamais elle ne sera amoureuse de moi malgré mes efforts. Dit-il d'une voix douce.

- Quoi mais...

- Tu crois que je suis aveugle. Les deux seule qui ne voient rien c'est elles même. Elles sont constamment en train de se poser des questions sur le ressentit alors que la réponse est toute simple. Dit le jeune homme en coupant Laura.

- Mais alors pourquoi te bas tu pour Léa ? Demanda la jeune femme intriguée.

- Pourquoi? Simplement pour Nolan réagisse enfin et qu'elle comprenne ses véritables sentiments envers Léa. Depuis le début de l'aventure, il n'y a que dans la grotte où elle a véritablement montrée ce qu'elle ressentait en se battant corps et âme pour garder Léa. Expliqua Alexandre tranquillement.

- Ça je l'ai vue c'est ce qu'il nous à valu ce petit séjour dans les ténèbres.

- Oui. Répondit Alexandre en rigolant. Même si Léa à comprit que Nolan était jalouse de moi, elle ne comprend pas qu'elle même est amoureuse de Nolan et surtout elle ne comprend pas les vrai sentiments de Nolan.

- Pourquoi est tu venu ci ce n'est pas pour l'avoir ? Demanda Laura curieusement.

- C'est pour les aider et parce que je me sens bien auprès d'eux. Malgré le coté noir de Nolan, je me sens en sécurité avec ses deux là.

- Oui je comprend mais alors, que vas-tu faire maintenant que tu sais que tu ne vas pas avoir Léa ?

- Continuer à me battre pour Léa afin que Nolan se réveille enfin et lui avoue ses sentiments. Je l'ai comprit depuis un moment que je ne gagnerai pas alors je veux simplement être la personne qui les aides à se réunir. Répondit sincèrement Alexandre.

- Tu sais que tu es quelqu'un avec un grand cœur. Dit Laura avec un doux sourire.

- Je...je ne sais pas si j'ai un grand cœur mais je ne peux pas laisser ses deux imbéciles gâcher quelque chose qui pourrait être merveilleux à cause de leurs questions stupides. Répondit Alexandre en rougissant devant le sourire de son amie.

Léa avait arrêté de courir et se mit à chercher Nolan de partout. Elle marchait doucement de peur de la rater. Elle n'osait pas crier ou appeler car elle ne savait pas si l'armée de son ancien maitre était encore proche de la forêt ou non. Elle se sentait vraiment honteuse d'avoir agit de la sorte. « Nolan a raison. Pourquoi poser des questions aussi stupide alors qu'elle nous à sauvé la vie encore une fois. Décidément je ferais tout de travers. » Ce dit-elle le cœur serré. Elle contourna un arbre et commençait s'enfoncer dans des buisson quand une main se posa sur sa bouche et un bras la colla contre un corps. Prise de panique elle commença à se débattre.

- Chut chut c'est moi. Lui chuchota une voix familière.

Quand elle leva les yeux pour voir son agresseur, elle vit les bleus cristallins de Nolan posé sur elle et cela la détendit complétement.

- Ne fait pas un bruit. Dit la jeune femme brune toujours en chuchotant avant de retirer sa main de la bouche de la petite blonde.

- Qu'est ce qu'il se passe ? Demanda cette dernière d'une voix basse.

- Regarde. Répondit Nolan de la même manière en montrant quelque chose du doigt à travers la forêt.

Léa regarda ce que lui montrait son amie et sentit son sang se glacer quand elle vit l'armée de Baphein à quelques mètre d'eux.

- Je crois que notre chute d'hier les a alarmés et ils sont en train de nous chercher. Expliqua Nolan en montrant tout les soldats fouillant les buissons. Il faut partir vite d'ici sinon on se fera prendre et ce n'est pas le moment.

Léa hocha la tête et se mit à suivre la jeune femme sans faire de bruit. C'est dans un pas rapide et silencieux que les deux amies retournèrent auprès de Laura et Alexandre.

- Il faut partir vite ! Ne discuter par et suivez moi ! Ordonna Nolan avant de commencer à longer la falaise.

- Qu'est ce qu'il se passe ? Demanda Alexandre nerveux.

- Baphein est toujours dans la forêt et il nous cherche notre chute les a alertés. Répondit la jeune femme brune sans arrêter son avancée.

- Mais pourquoi nous ne les affrontons pas se serai plus simple et avec toi tout sera facilement expédier. Dit Alexandre ne comprenant pas pourquoi Nolan fuyait devant ce seigneur de guerre alors qu'elle pouvait le battre sans souci avec son pouvoir.

- Tout simplement parce que Léa n'est pas assez forte pour l'affronter. Répondit la jeune femme brune.

Les mots prononcés firent sursauter Léa et Alexandre. Laura n'étant pas au courant de toute l'histoire essaya de comprendre.

- Promis on te racontera tout en détail vu que tu fais partit de l'équipe. Répondit Nolan à Laura. Et je répondrais à toute vos questions après mais pour le moment, partons rapidement. Finit-elle à l'intention de tout le monde.

Sans rien dire de plus, le petit groupe essaya de contourner l'armée sans se faire remarquer. Ils échappèrent aux soldats qui les avaient malgré tout repérés à mainte reprise. Ils coururent aussi vite que possible. Les hommes qui les avaient vu, firent rapidement leur rapport à leur chef qui s'empressa de les pourchasser. Les quatre amis arrivèrent au campement de Baphein. Nolan et Alexandre s'empressèrent d'assommer les soldats qui se trouvaient sur les lieux avant de partir à grande vitesse sur les plaines. Ils pouvaient entendre les cris de guerre des hommes qui les pourchassaient.

Le petit groupe avait beaucoup de mal à distancer leurs poursuivant. Ils virent avec horreur que plusieurs d'entre eux étaient montés sur leur chevaux et leur arrivèrent dessus au grand galop. Léa voyait la fin du voyage se faire. Tout son corps se mirent à trembler et une peur immense s'installa en elle. Nolan qui le sentit lui attrapa la main.

- Jamais je ne te laisserais y retourner. Lâcha t-elle avec un regard remplit de détermination.

Léa tomba sur des bleus extrêmement sérieux.

- Et si il faut que je change mes plans pour empêcher cela, je le ferais. Finit Nolan avant de reporter son attention à la route.

La petite blonde se calma aux mots prononcés. Ces derniers eurent l'effet d'une vague qui balaya toute sa peur. Léa reprit confiance en elle ainsi qu'envers son amie et continua à courir sans pour autant lui lâcher la main. Alexandre de son côté scruta les environs en essayant de trouver quelque chose qui pourrait les aidés quand au loin il remarque leurs chevaux qu'ils avaient fait fuir la veille.

- Nolan les chevaux sont là ! S'écria t-il.

- Quoi ?! Où ça ?! Demanda cette dernière en regardant son rival.

- Sur la droite prêt des grosse pierres ! Répondit le jeune homme châtain en les montrant du doigts.

Nolan regarda dans la direction indiquée et vit effectivement leurs montures en haut de la colline. Elle fut surprise de les voir ici et non dans la forêt comme elle l'avait espérée. Sans attendre, les quatre amis commencèrent à monter sur la colline pour aller prendre les animaux. Les cavaliers qui les poursuivirent changèrent au même moment leur direction. Ils n'étaient qu'à quelques mètres d'eux. Nolan les voyant arriver trop rapidement utilisa son pouvoir pour arracher les grosses pierres du sol en les lançant sur les soldats. Ses derniers voyant le danger approcher, firent immédiatement demi tour afin d'échapper au piège. Cette action permit à nos amis d'atteindre facilement leurs montures. Ils ne perdirent pas de temps. Ils montèrent chacun sur leurs chevaux respectif et se mirent au triple galops pour essayer d'échapper à leurs bourreaux. Une grosse touffe de poil se joignit à eux en se mettant à la hauteur de Nolan.

- J'aurai dût m'en douter que tu y étais pour quelque chose. Dit cette dernière en voyant son loup à ses cotés.

Laura et Alexandre furent très étonnés de voir un tel animal avec eux et de constater que Nolan le connaissait. Ils ne se posèrent pas plus de questions quand ils virent les cavaliers se remettre à les poursuivre. Nolan se sentit très nerveuse quand elle remarqua Baphein en tête de course. Ce dernier n'avait toujours pas vu la tête des personnes qu'il poursuivait et ne savait pas que c'était son esclave favorite.

Léa malgré Nolan sentit son sang se glacer quand elle vit son maitre derrière elle. Nolan se sentait vraiment impuissante face à une Léa terrorisée. « Bon sang rien ne marchera comme je l'ai prévu. » Ragea t-elle. « Il n'y a qu'une solution à faire pour y arriver. » Après ses dernières pensés, Nolan sauta de son cheval au galops et atterrit sur le dos du loup qui la réceptionna à ce moments-là.

- Continuez jusqu'à la prochaine ville ! Je vous rejoins après ! Dit Nolan avant de partir en direction des soldats.

- Nolan ! Cria Alexandre et Laura en même temps.

- Vous avez entendu ce qu'elle vient de dire alors allons y ! S'exclama fermement Léa la peur au ventre.

Ses deux amis ne dirent rien de plus et suivirent la petite blonde en jetant un dernier regard à Nolan qui s'éloignait à grande vitesse.

Cette dernière sortit son épée et se pencha en avant et colla son torse au dos de l'animal. Baphein qui vit le loups arriver, se concentra sur ce qu'il portait et vit qu'il s'agissait d'une femme armée. Sans attendre, il sortit sa propre épée et fonça sur elle. Au moment où il fut à la hauteur de son adversaire, il se mit à blanchir quand il reconnut la jeune femme au pouvoir démoniaque.

Nolan c'était redressée à ce moment là et se mit à sourire. Son regard tout comme son expression, était remplit d'une envie meurtrière. Arrivée devant le seigneur de guerre, elle sauta de nouveau hors du dos de son animal et atterrit aux milieux des soldats. Tous s'arrêtèrent. Baphein tourna son cheval et fit fasse à la jeune femme. Les yeux de cette dernière devenait de plus en plus sombre et brillant. Le chef était paralysé et ne savait pas quoi faire. Il ne put arrêter l'un de ses hommes qui se jeta sur Nolan.

La jeune femme évita avec facilité l'épée qui lui arrivait droit dessus. Sans attendre, elle envoya la sienne dans la gorge de l'homme en l'enfonça profondément sans aucune pitié. Elle la retira ensuite violemment en tranchant le reste du cou dans une giclé de sang. N'attendant pas que les soldat n'attaquent, Nolan se jeta sur eux comme un vrai démon. Elle coupa la tête de l'un d'entre eux avant de s'abaisser pour éviter une coup d'épée lui venant de derrière. Pendant son action Nolan se retourna et fourcha les jambes du malheureux avant de lui sauter dessus en lui planta son épée dans la figure. La jeune femme fit un salto arrière pour échapper à son deuxième attaquant et tout en atterrissant sur lui, elle lui enfonça l'épée par le haut au niveau de la colonne vertébral avant d'arracher la moitié du dos pour la faire sortir. Les autres soldats entèrent eux aussi dans le combat. Deux hommes se jetèrent sur Nolan l'épée en main. Malheureusement ils ne purent faire plus quand ils sentirent leurs quatre membres s'arracher d'un coup. Des puissant jets de sang interminable furent accompagnés de hurlement de terreur avant qu'ils ne perdre leur tête qui s'envolèrent à plusieurs mètres de leur corps.

Baphein était dans l'impossibilité de bouger. Ce qu'il voyait était de l'horreur à l'état pure. Il pouvait voir la jeune femme prendre plaisir à ce qu'elle faisait. Le seigneur de guerre essaya malgré tout d'arrêter ses propre hommes mais ces derniers ne l'écoutèrent pas à cause de la colère qu'ils avaient en eux. Les soldats se jetèrent cette fois ci à plusieurs sur Nolan, mais cette dernière sauta au moment où le cercle former par les soldats fut proche.

Elle fit un saut périlleux avant et atterrit debout sur les épaules d'un des hommes. Sans attendre, Nolan descendit rapidement de son perchoir humain et se mit au centre et en un éclaire, elle planta tout les hommes mais sans pour autant les tuer. Une fois ces derniers affaiblit, la jeune femme coupa rapidement la tête de l'un d'eux. Elle se retourna vivement pour trancher la gorge d'un second. Toujours avec la même vitesse, Nolan planta celui qui était derrière elle en pleins cœur avant de ressortir son épée en coupant la cage thoracique de sa victime. Elle poursuivit son action par un autre coupage de tête avant de finir par le dernier en lui sautant dessus et lui faire entrer entièrement sa lame dans gorge par la bouche.

Le reste des soldats s'arrêtèrent et se mirent tous à trembler devant la boucherie qu'ils virent. Ils se mirent à ressentir pour la première fois depuis le début du combat de la peur. Ils avaient un démon en face d'eux. La seule solution qu'ils purent faire pour échapper à tout ceci c'était de fuir. Malheureusement pour eux, Nolan ne leur laissèrent pas l'occasion de le faire. La jeune femme les firent voler à l'aide de son pouvoir et tout les corps se mirent à exploser dans une pluie de sang d'os et de boyaux.

Le seigneur de guerre était pétrifié. Son adversaire venait de tuer à elle seul ses cent-cinquante soldats en moins de dix minutes. Il ne c'était pas rendu compte que des larmes froides perlèrent sur son visage devant l'image d'horreur qu'il avait en face de lui. Nolan était debout recouvert de sang l'épée à la main en contemplant avec bonheur son travail.

Le chef sentit son corps se glacer quand le démon aux yeux bleus se mit à le regarder. Il sentit son corps se soulever et sans qu'il ne comprennent ce qu'il se passe, il se retrouva couché à terre. Quand il reprit ses esprit, il leva les yeux et son teint devin blanc comme un linge.

Nolan l'avait placer juste devant lui avec son épée posée sur sa propre épaule et le regardait de haut. Ses yeux étaient devenus clair pratiquement transparent. Ils brillèrent fortement. Baphein avec le peut de contrôle qu'il lui restait, après avoir réussit à se mettre assit, essaya de reculer mais à chaque glissade en arrière, Nolan faisait un pas. Cette dernière descendit son arme et posa la lame sur le menton de sa victime. Le seigneur de guerre était en pleine panique et sentait sa mort arriver. La jeune femme fit descendre sa larme les long du torse de l'homme. Celui ci essaya une nouvelle fois de bouger mais en fut dans l'impossibilité de le faire. Son corps refusait de lui obéir. Il leva les yeux sur son bourreau et ce qu'il vit faillit le tuer sur place. Nolan le regardait avec des yeux remplient de haine et son sourire n'était plus du tout humain.

- Tu crois quand même pas que je vais te laisser partir aussi facilement. Dit la jeune femme d'une voix extrêmement basse.

- P...pi...pitié ne...ne me tu...

Nolan posa sa lame sur la bouche du seigneur de guerre pour le faire taire.

Je ne t'ai pas demander de l'ouvrir.

Une fois ses mots dit, la jeune femme remit son épée sur le haut du corps de l'homme et la fit descendre au niveaux de la taille. Elle regarda Baphein et se mit à sourire violemment. En un coup de poignet, elle arracha les vêtements qui recouvrait la torse pour le laisser nue.

- Tu es horrible. Dit-elle dégoutée. Nolan poursuivit son chemin en mettant la lame sur la partie intime de l'homme. Alors on aime jouer avec ça n'est ce pas. Dit-elle avec haine. Doucement elle enfonça sa lame à travers le pantalon de cuir.

Le seigneur de guerre ne pouvait rien faire, il était tétanisé devant ce qu'il ce passait. Il commençait à sentir la lame sur son sexe. Tout son corps n'était que tremblement et sueur. Il laissait ses larmes couler sur ses joues quand il sentit la pointe en métal se planter dans la peau de sa partie intime.

- Qu'est ce qu'il ne va pas ? Demanda Nolan d'une voix dangereusement basse. Tu n'aime pas quand on te la touche ? Insista t-elle en enfonçant encore plus son épée dans l'organe. Pourtant il me semble que tu aime ça surtout quand c'est pour jouer avec une belle jeune fille innocente. Dit-elle toujours aussi calmement. Ah oui je sais ce que tu aime, c'est pas ça ! Commença t-elle à dire. D'un geste vif, Nolan donna un puissant revers du poing dans le visage du seigneur de guerre qui s'étala sur le sol. Non toi ce que tu préfère c'est la violence. Dit Nolan en attrapant le vêtement déchirer se l'homme avant de lui envoyer un gros coup de genoux dans le ventre.

Baphein se tordit de douleur sous les coups donnés. Il se mit à hurler de toute ses forces quand Nolan sauta genoux serrés sur son sexe avec violence. Cette dernière ne lui laissa pas le temps de ressentir sa douleur qu'elle s'assit sur le ventre en déchargeant sur le visage à coups de poing la haine qu'elle lui portait. La figure de l'homme était en sang quand Nolan s'arrêta. Elle avait fait en sorte de ne rien casser et de le laisser en vie. Elle lui attrapa le col de son vêtement déchirer à deux mains et lui approcha le visage du sien.

Je suis au courant de tout ce que toi et tes hommes avait fait à Léa. Même si j'ai une envie folle de te massacrer comme je viens de le faire pour tes guerriers, je ne te tuerai pas. Retourne chez toi et prépare toi car un jour, nous reviendrons te voir et prie les dieux que pour ce jour là, ta mort soit rapide et sans douleur. Si je te revois avant que je ne l'ai décidé, je te ferais subir la pire des tortures que la mort à coté tu la trouvera vraiment douce. Dit-elle avant de lâcher sa victime pour de bon.

Nolan se leva définitivement et partit en direction de la forêt où se trouvait le campement de Baphein. Arrivée à ce dernier, elle prit tout son temps. Elle alluma un feu et fit chauffer une grosse marmite d'eau. Pendant ce temps, la jeune femme profita de faire le tour des lieux. Elle croisa les soldats qu'elle avait assommée et se mit à rire doucement quand elle les virent toujours inconscient. « Et bien nous avons frapper fort. » Dit-elle. Alexandre et elle les avaient attachèrent à un arbre et leur avaient mit une pomme dans la bouche histoire que les hommes ne parle pas. « J'adore ce fruit. » dit-elle fier de lui.

Après s'être occupé de cela, Nolan vadrouilla dans le camp. Elle trouva de la nourriture qu'elle mit dans un grand sac. Elle trouva également des armes qu'elle prit aussi. Ensuite la jeune femme vit quelques vêtements qu'elle mit dans le sac. Il y avait un ensemble de guerrier en cuire brun. « Cela plairait surement à Alexandre. » Dit-elle en le mettant dans son sac. Une fois ses petite course de faites, Nolan retourna auprès de la marmite et vit que l'eau était à bonne température. Avec son pouvoir, elle la fit voler et versa le contenu dans un grand bac situé dans la tante du seigneur de guerre. Une fois fait, la jeune femme ôta tout ses vêtements et entra avec bonheur dans l'eau chaude et commença à nettoyer tout le sang qui la recouvrait. Elle profita de l'occasion pour laver également ses vêtements et son arme.

Sa toilette finit, Nolan se rhabilla et prit le sac qu'elle avait fait. Son loup qui l'avait attendu, la rejoint et la fit monter sur son dos avant de partir en direction de la ville voisine pour aller retrouver ses amis. Pendant la marche, Nolan était descendu du dos de son animal et avança tranquillement avec celui ci à ses cotés. Elle était en train de manger un morceau de pain avec de la viande qu'elle avait prise au seigneur de guerre. Alors qu'elle se restaurait tranquillement la jeune femme repensa à ce qu'elle avait fait aux pauvres soldats. Elle s'arrêta de marcher ainsi que de manger et s'assit sur le sol tristement. Le loup surprit par l'action de sa maitresse se colla à elle.

- Tu vois mon grand, les gens ont vraiment raison je suis un monstre. Pas une seule fois je n'ai sentis de la pitié pour ses pauvres soldats alors que je sais parfaitement que la plus part d'entre eux n'avaient rien fait à Léa mais c'était plus fort que moi, les savoir au service de cet ignoble chef de guerre, je n'ai pas put contrôler ma haine. Je ne comprend pas pourquoi je suis comme ça, pourquoi j'ai toute cette colère et pourquoi elle grandit à chaque fois que quelque chose de mal arrive à Léa.

Le loup se coucha sur le sol et posa sa tête sur le genoux de Nolan tout en gémissant comprenant la peine de sa maitresse. Cette dernière caressa tendrement le pelage de l'animal en laissant sortir sa peine par de chaudes larmes. Elle s'allongea sur le sol et se mit à regarder le ciel qui était parsemé de nuages blancs. Doucement ses yeux se fermèrent et elle finit par s'endormir dans l'herbe fraiche.

Une jeune femme d'une vingtaine d'année était en train d'étendre son linge sur des fils attachés à deux poteaux en bois. Pas loin d'elle, une petit fille de quatre ans était en train de s'amuser avec un chien dans la cour. Tout deux s'amusait au chat et à la souris en inversant les rôles à chaque fois. Cette fois ci c'était la petit fille qui devait attraper l'animal. Elle courrait aussi vite qu'elle le pouvait. Malgré ses petites jambes, l'enfant arrivait assez bien à suivre le chien mais dans sa lancer, il ne vit pas la flaque d'eau que la pluie avait laisser quelques heures plutôt. Il se prit les pieds dans un petit cailloux et tomba de tout son long dans la flaque. La jeune femme qui entendit son enfant se mettre à pleurer, se précipita sur lui et se retint de rire quand elle vit ce dernier recouvert de boue.

La petit fille était tombée à plat vendre dans la flaque et seul le devant de son corps était mouillé ainsi que son visage. Mécontent de sa mésaventure, la fillette se réfugia dans les bras de sa maman qui l'essuya avec délicatesse. Une fois que le premier nettoyage fut fait, la jeune femme emmena sa fille dans la maison afin de la laver complètement. Après avoir été lavée et ses vêtements changés, la petit fille suivit sa maman dans la cuisine qui lui donna un petit bout de gâteau histoire que la petite mésaventure se fasse oublier rapidement. La petit fille ravit de sa gourmandise, oublia effectivement ce qu'il venait de ce passé. Elle retourna auprès de son chien et partagea le morceau de gâteau avec lui au grand bonheur des deux. La jeune femme regarda son enfant semi fâchée et semi amusée de voir sa fille agir de la sorte. La petit fille en guise d'excuse lui avait dit que le chien était aussi tombé dans la marre et qu'il fallait le consoler. Devant cette petite histoire, la jeune femme se mit à rire et rejoignit son enfant en mangeant elle aussi sa propre part de gâteau.

Nolan se réveilla d'un coup et resta figée. Tout son corps c'était mit à trembler et une sueur abondante coulait le long de son visage. Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. Ses lèvres se mirent aussi à trembler et elle fut incapable de sortir un moindre son. Le loup qui c'était lui aussi endormit se réveilla en sursaut et se frotta à sa maitresse afin d'essayer de l'apaiser.

- Je...mais qu'est ce...

la jeune femme n'arrivait pas à savoir d'où ses images pouvait venir. Elle se leva immédiatement et demanda à son loup de partir rapidement afin de retourner le plus vite possible auprès de ses amis. Ce dernier ce leva également et au moment où Nolan fut assit sur son dos l'animal s'élança alors que la nuit était pratiquement tombée.




















Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:22

CHAPITRE 18

Nolan retrouva facilement la ville où ses amis avaient trouvés refuge grâce au flaire du loup. La nuit était tombée depuis plusieurs heures quand elle arriva sur les lieux. Sans attendre la jeune femme se dirigea vers l'auberge en espèrent que les jeunes gens y était installés. Elle était vraiment contente d'apprendre qu'effectivement l'aubergiste avait loué deux chambres aux personnes que Nolan avait décrite. Le propriétaire lui proposa une chambre mais la jeune femme déclina l'offre en lui expliquant qu'elle était avec eux afin de ne pas avoir plus de réponse à donner.

Nolan paya les deux chambres en donnant un peu plus qu'il ne le fallait. L'aubergiste accepta la somme ravit et laissa la jeune femme agir à sa guise. Cette dernière monta à l'étage et passa devant les portes de chambre. Elle s'arrêta devant celle des deux filles. Nolan se mit à hésiter d'entrer, mais à cet instant présent la jeune femme brune voulait être auprès de son amie. Ce qui la rendit indécise c'était que Léa, n'était pas seul dans la pièce. Elle resta un long moment devant la porte avec la main figée sur la poignée de porte. C'était les images de son rêve qui venait d'apparaitre qui la décida.

Nolan abaissa lentement la poignée en faisant aucun bruit. Quand elle entendit le petit son qui lui indiqua que la porte était ouverte, la jeune femme brune la poussa délicatement et fut heureuse qu'elle ne grince Nolan arrêta son mouvement quand l'espace fut assez grand pour la laisser pénétrer dans la pièce.

Une fois à l'intérieur, Elle referma la porte de la même que pour l'ouverture. La jeune femme brune resta un petit moment devant l'entrée, pour que ses yeux puisse s'habituer à l'obscurité. Quand ceci fut fait, elle s'avança entre les deux lits et les regarda l'un après l'autre pour trouver la personne convoité. Nolan prit un petit moment pour bien les distinguer car elle ne voulait pas se tromper. C'était quand la lune qui apparaissait de derrière les nuages, qu'elle put trouver sa jeune amie. Léa était couchée dans le lit à coté de la fenêtre.

Sans plus attendre Nolan se mit à ses côtés et la regarda tendrement. Elle s'accroupit doucement et d'une main délicate, la jeune femme commença à caresser le haut du visage de Léa. Cette dernière se mit à sursauter au toucher et ouvrit d'un coup les yeux. Nolan anticipa l'action de son amie et lui mit la main gauche sur sa bouche.

- Chut c'est moi. Chuchota t-elle.

- Nolan . Dit Léa de la même manière heureuse de la voir.

- Faut pas réveiller Laura. L'avertit la jeune homme.

Léa hocha la tête et regarda étrangement son amie. Elle sentait que quelque chose était différent, mais quoi elle ne le savait pas.

- Tu vas bien ? Lui demanda-t-elle.

- Désolée de te réveiller. J'avais envie de te voir avant d'aller me coucher. Répondit Nolan en essayant d'ignorer la question. Je... enfin tu...

Nolan commençait à devenir rouge comme une tomate avec le cœur battant à tout rompre. Elle serra et desserra ses poings tellement elle était nerveuse.

- Qu'est ce que tu as ? Demanda Léa d'une voix douce.

- Heu je... enfin est ce que je... Elle n'arrivait pas à finir sa phrase tellement sa demande était si inhabituelle pour elle. Tu...

Léa voyait bien que la jeune femme était différente de d'habitude. Elle ne pouvait malheureusement pas l'aider ne sachant pas ce qu'elle voulait lui demander. Nolan commença à s'énerver contre elle même, car elle était incapable de demander un truc aussi facile et banal. Enfin c'était ce qu'elle croyait. Le jeune femme brune inspira fortement et lâcha toute l'air dans ses poumons en se vidant par la même occasion de son stresse.

- Je... enfin est ce que je... Nolan s'arrêta de nouveau en essayant de calmer son rythme cardiaque qui s'affolait de plus en plus. La rougeur de son visage était si écarlate, qu'elle était heureuse que se soit la nuit, car cela ne se voyait pas. La jeune femme brune ne comprenait pas pourquoi elle n'arrivait pas à demander ce qu'elle voulait, alors qu'habituellement, elle n'avait rencontrer aucune difficulté dans ce domaine.

Nolan se remit doucement debout et regarda sa jeune amie. Cette dernière s'était assise en attendant patiemment que son la jeune femme brune parle. Voyant qu'aucun mot n'arrivait à sortir convenablement, Nolan préféra agir en pensant que cela serai plus simple. Cette fois encore, elle fut dans l'impossibilité de bouger.

La jeune femme brune ferma les yeux et inspira une nouvelle fois. Quand elle les rouvrit, elle vit son amie lui sourire tendrement. Nolan lui en fut très reconnaissante d'être aussi patiente. La jeune femme brune se décida enfin et se jeta à l'eau, car elle ne pouvait plus attendre. Elle avait trop besoin de Léa. Nolan posa ses deux mains de chaque coté de la petite blonde qui écarquilla les yeux. Cette dernière sentit son cœur s'emballer, car le visage de son amie n'était qu'à quelques centimètres du sien en plus d'être encerclé par ses bras puissant.

Nolan cru qu'elle allait s'évanouir. Elle n'aurais jamais pensée que tout ceci aurait plus dure que de combattre un adversaire. Ne voulant pas perdre son courage ni son action, la jeune femme brune monta doucement sur le lit et se retrouva à califourchon sur la petite blonde.

Léa santait son corps trembler et sa gorge devint de plus en plus sèche. Cette fois ci c'était elle qui était incapable de sortir un mot. Nolan se baissa lentement et posa sa tête sur la poitrine de la jeune femme. Elle décala le bas de son corps en le posant sur le lit. Nolan laissa le haut de son torse sur le ventre de la petite blonde et l'entoura de son bras droit. Léa sentit son cœur tambouriner autant qu'il le pouvait. L'action de son amie la dérouta entièrement et ne savait pas quoi faire. Nolan se détendit lentement en se sentant enfin en sécurité.

La petite blonde ressemblait à une statue vivante et n'osait plus faire un geste. C'était le tremblement du corps de Nolan qui la ressaisissait. Doucement Léa baissa sa tête et vit quelque chose de brillant sur la joue de cette dernier. Elle réalisa que son amie était en train de pleurer, quand elle sentit des goutes tomber sur son ventre. Sans plus attendre, la jeune femme passa ses bras autour du corps de Nolan en la serrant le plus fortement possible. Elle lui caressa tendrement le front et le haut de sa tête tout en la berçant délicatement. Quand elle sentit les membres de son amie se fermer autour d'elle, Nolan enfouit sa tête un peu plus contre le corps et éclata en sanglots.

Léa ne savait pas quoi faire ou dire. Elle se demandait ce qui avait bien put se passer dehors pour que Nolan soit dans cet état. C'était la deuxième fois que Léa la voyait ainsi. C'était avec le cœur serrer, qu'elle essaya de la réconforter le mieux qu'elle le pouvait.

- Nolan qu'est ce qu'il se passe ? Demanda-t-elle tendrement.

La jeune femme brune ne lui répondit pas et se colla encore plus contre elle. Léa comprit une chose c'était qu'à cet instant présent, Nolan avait tout simplement besoin de ses bras. La petite blonde réalisa que la demande que son amie essaya de faire depuis le début, c'était ceci. Elle posa sa tête contre celle de Nolan en respectant son silence et ferma les yeux en la gardant fermement dans ses bras. Léa laissa sortir un soupir de soulagement quand elle entendit la respiration calme et soutenu de Nolan. Elle comprit qu'elle c'était endormit et partit doucement la rejoignit au pays de Morphée.

Le lendemain matin Léa se réveilla en santant quelque chose était différent de la veille. Elle ouvrit les yeux et remarqua que Nolan n'était plus avec elle. Elle fit le tour de la pièce avec ses yeux et vit que seule Laura allongée dans son lit. La jeune femme se leva immédiatement et sortit de sa chambre pour aller dans celle d'Alexandre.

- Bonjour Léa bien dormit ? Demanda ce dernier en lui ouvrant la porte.

- Oui merci. Dit moi, tu n'aurai pas vu Nolan ? Demanda la petite blonde un peu stressée.

- Heu non. Elle est ici ? Demanda Alexandre surprit- .

- Hein heu oui, elle est arrivée hier soir et... Léa se mit à rougir devant la question. Elle ne savait pas quoi répondre, car elle voulait pas révéler que Nolan avait passé la nuit avec elle. Je...je l'ai vu hi hier soir et je.

Alexandre devant le bredouillage de Léa, comprit la raison du mal être de sa jeune amie et décida de l'aider.

- Oh ne t'inquiète pas pour Nolan. Elle doit surement être en train de se promener dans le village. Dit Alexandre simplement. Tu devrais aller en ville, tu verra je suis sur que tu la trouvera sans soucis.

Léa remercia intérieurement le jeune homme de l'avoir aidé sans poser aucune question. Sans attendre, elle le salua poliment et partit rapidement hors de l'auberge afin d'essayer de trouver son amie. À peine fut elle sortit, que la petite blonde entendit un petit aboiement venant de sa droite. Elle tourna la tête et vit le loup de Nolan dans le recoin d'une ruelle. Ce dernier aboya de nouveau pour la faire venir auprès de lui.

Léa se dirigea comme l'animal l'avait espéré dans sa direction. Quand elle fut à côté de lui, le loup recula et s'enfonça un peu plus dans la rue. Surprise et surtout ne comprenant pas ce que l'animal lui voulait, la jeune femme n'osa pas avancer. Le loup la voyant hésiter, se remit à aboyer. Prenant son courage à deux main et voulant vraiment savoir ce que le compagnons de son ami lui voulait, Léa entra dans la ruelle et alla rejoindre l'animal.

Ce dernier se tourna en se mettant dos à la jeune femme et lui montra son dos avec son museau. Léa le regarda avec des yeux remplis de questions et quand elle vit qu'il insistait, elle rompit le silence.

- Tu veux que je monte sur ton dos ? Demanda-t-elle pas très sur.

Le loup hocha la tête. Pousser par sa curiosité, Léa monta sur le dos et c'est à ce moment-là que l'animal parti par les toit en direction de l'extérieur du village.

- Mais où m'emmène tu ? Demanda Léa voulant comprendre.

Le loup se mit à aboyer en guise de réponse. La petite blonde se mit à rire intérieurement. « Comment pourrait je comprendre ce qu'il me dit, je ne parle pas loup. » Elle décida d'attendre de voir où la chevaucher allait l'emmener. L'animal entra dans le petit bois qui était situé à côté du village. Il s'engagea dans un sentier où pullulait de multiple végétations en tout genre, tout aussi dense les uns que les autre. Ils cachèrent un petite clairière qui était protégée des rayons de soleil par de grosses branches d'arbres.

Malgré l'épaisseur des feuilles, l'endroit était malgré tout très bien éclairé. Le loups s'arrêta à cet endroit précis et Léa comprit que c'était le point d'arrivé. Elle descendit du dos de l'animal et regarda tout autour. Elle ne vit rien d'autre que de la verdure entourée par les végétaux. La jeune femme tourna sur elle même en appréciant les lieux, mais elle ne comprenait toujours pas pourquoi le loup l'avait emmener ici. Léa fut encore plus surprise quand ce dernier avait disparut au moment où elle se retourna pour le lui demander.

- Super, il est parti en m'abandonnant ici. Pfff heureusement que le village n'est pas très loin.

Agacée d'avoir été trainer pour rien dans un endroit sans importance, la petite blonde prit le chemin que l'animal avait utilisé quelque instant plutôt afin de retourner auprès de ses amis.

- Non attend ! Lui dit une voix derrière elle.

La petite blonde sursauta et se retourna pour voir Nolan descendre d'un arbre en se postant devant elle.

- Ne part pas. Lui dit-elle gentiment.

Léa regarda son amie étrangement avec pleins de question dans les yeux. Cette dernière la regarda avec pleins d'appréhension et tendit sa main droite.

- Viens. Dit simplement Nolan avec une boule dans la gorge.

La petite blonde ne savait pas quoi faire. Elle savait qu'elle pouvait avoir confiance en Nolan, mais elle sentait quelque chose de différent qui émanait de son amie et cela la mettait inconsciemment sur ses gardes. La jeune femme le sentit et cela la peinait. Elle essaya d'ignorer le mal-être de son amie et garda sa main tendu tout en lui faisant un tendre sourire.

Léa tendit une main un peu hésitante et la déposa dans celle de la jeune femme brune. Cette dernière saisit immédiatement le membre et tira légèrement dessus tout en se tournant. Nolan emmena sa jeune amie un peu plus loin dans la végétation. Elle passa plusieurs sentiers et arriva dans une autre clairière un petit peu plus grande que celle d'avant.

Nolan s'arrêta et lâcha la jeune femme. Celle ci écarquilla les yeux devant ce qu'elle voyait. Un drap était posé sur le sol avec plusieurs petit plats et bols contenant de la nourriture en tout genre. En plus de cela, l'endroit avait une magnifique vue sur le paysage composé de plusieurs arbres et arbuste de plusieurs couleurs. Ils entouraient un petit lac qui était éclairé et chauffé par le soleil. Nolan regarda timidement son amie qui posa ses yeux sur elle après avoir contempler ce lieux qu'elle trouva sublime. La jeune femme brune sentit son cœur battre la chamade quand les émeraude étaient aussi brillant que le soleil.

- Mais qu'est ce...

Elle ne put finir sa phrase tellement elle était émerveillée. Nolan comme une enfant timide, baissa la tête et regarda le sol tout en rougissant. Elle mit ses mains derrière son dos et bougea nerveusement ses doigts.

- C'...c'est une sur...surprise qu...que je vou...voulais te fai...faire, car Je...je voulais t...te re...remercier po...pour ce...cette nuit et je... Elle prit une grande inspiration et souffla doucement afin de faire partir tout le stresse. Je... ça f...fait de...deux mois qu...que no...nous nous co...connaissons et je... je vo...voulais le...le marquer en...

Nolan ne put finir sa phrase, car une petite blonde se jeta dans ses bras.

- Merci d'être entrée dans me vie. Dit la jeune femme toucher par son amie.

Ce qui rendait Léa heureuse, ce n'était pas la surprise elle même, mais que Nolan c'était souvenu du jour de leur rencontre et qu'elle avait elle aussi comptée le temps passé ensemble. Nolan remercia intérieurement Léa de l'avoir secourut de ses explications. Elle passa ses bras autour du corps de la jeune femme et la serra doucement contre elle. La petite blonde apprécia ce moment et ce colla encore plus contre Nolan. Elles restèrent un long moment comme ceci sans faire un geste ou dire un mot. Les deux amies laissèrent l'ambiance bienfaisante s'installer. C'est les grognement de l'estomac de Léa qui rompit le silence.

La jeune femme se mit à rougir violemment ce qui fit rire Nolan qui l'emmena sur le drap. Léa était subjuguée par ce qu'elle voyait. Son amie avait tout fait elle même. Nolan avait cueillit des fruits des bois ainsi que des bais. Elle avait également prit des olives qu'elle avait acheté dans le village en plus des morceaux de viande qu'elle avait demander à l'aubergiste de cuire. Nolan avait également réussit à trouver des fraises et du miel. Elle avait tout installé et ne manquait plus qu'à les manger. Les deux amies commencèrent leur petit repas de fortune sous la douce brise qui venait de se lever.

Léa était comblée. La nourriture qu'elle avalait était d'une qualité bien supérieur à ce qu'elle avait mangé jusqu'à maintenant. Elle ne pouvait dire si c'était réellement les aliment qui était très goûtu où simplement le faite que se soit Nolan qui avait tout fait qui pour elle les rendait meilleur.

Tout ce qu'elle pouvait dire, c'était que ce moment passé avec la jeune femme brune allait rester dans sa mémoire pour toujours. La viande était tendre, les fruits étaient d'une telle douceur que tout passèrent bien. Pendant tout le repas les deux amies parlèrent avec bonheur de tout et de rien. Léa était vraiment heureuse de voir les progrès que Nolan avait fait durant tout se temps passer ensemble. Elle s'intéressait à tout et donnait le meilleur d'elle même pour ressembler à un vrai être humain.

Léa tout en parlant tendit sa main droite pour attraper un fraise. Elle sursauta quand elle sentit que la chose qu'elle avait saisit n'était pas un fruit. La petite blonde baissa les yeux et vit qu'elle tenait la main de Nolan. Cette dernière qui avait fait la même chose se raidit aussi au contact. Elle baissa sa tête pour s'apercevoir qu'elle avait également attrapée la main de sa jeune amie.

Doucement les deux jeunes femmes se mirent à se regarder avec des yeux remplient de timidité en devenant de plus en plus rouge. Elles lâchèrent rapidement leur trésors en s'excusant mutuellement. Les deux amies c'étaient pratiquement tournées le dos, gêné de l'action. Nolan sentait son cœur marteler comme un fou. Elle pouvait encore ressentir la présence de la peau de la jeune femme sur son membre qui le brulait presque. Léa était dans le même état que son amie. Le reste du repas se passa dans le plus grand silence. Chacune d'elles pouvaient pratiquement entendre les battements de cœur de l'autre. Nolan jeta quelques petits coup d'œil discret à Léa. Elle voulait faire quelque chose, mais elle n'était pas vraiment sur d'elle et surtout, elle ne savait pas comment il fallait si prendre.

Jusqu'à la fin du repas, Nolan se posa pleins de question sur ce qu'elle voulait faire, ainsi que sur les conséquence que cela pourrait engendrer après. Elle c'était levée afin de se détendre un peu, car rester assit pendant plus d'une heure à ne rien faire, était loin de ses habitudes et son corps le lui fit ressentir. Nolan marcha un peu pour se dégourdir les jambes. Tout en faisant ceci, elle laissa son regard se poser sur le dos de la Léa qui commençait à ranger les affaires. Elle s'arrêta de bouger et continua à la fixer. La petite blonde qui rangeait les affaires sentit les yeux bleus sur elle et se figea. Le regard intense commença à la déstabiliser. Elle sursauta quand elle entendit les pas reprendre tout en se dirigeant vers elle.

Léa serra le pot qui contenait de l'eau entre ses mains et attendit. Son cœur battait de plus en plus fort quand les pas se firent de plus en plus proche. Nolan s'arrêta quand elle se trouva derrière la petite blonde. Son propre cœur s'agitait comme un fou et tout son corps se mit à trembler. Sa gorge commença à devenir de plus en plus sèche et une goute de sueur coula le long de son visage. La jeune femme brune n'avait aucun idée de ce qu'elle faisait, mais ne pouvant plus contenir ce qu'il y avait en elle, Nolan laissa son corps la guider sans savoir où est ce que tout ceci allait l'emmener.

Léa serra de plus en plus ce qu'elle détenait au point d'avoir les doigts blanchirent. Elle se tétanisa quand elle sentit son amie s'agenouiller derrière elle. Nolan avait les mains qui tremblaient. Elle ne savait pas ce qu'elle faisait. Tout ceci était nouveau pour lui. La jeune femme brune était indécise dans ce qu'elle voulait faire. Devait-elle continuer ou bien arrêter ? Elle ne le savait pas. Son cœur lui disait d'aller jusqu'au bout, mais une autre chose lui disait de ne pas le faire maintenant. C'était la première fois que Nolan se posait autant de questions avec autant d'hésitation sur ce qu'elle devait faire. Alors qu'habituellement, la jeune femme agissait sans s'en poser une seule, mais aujourd'hui, Nolan se retrouva une fois de plus à lutter contre elle même en plus des deux voix qui se contredisait.

Doucement, Nolan leva ses deux mains qui tremblaient comme une feuille et commença à les rapprocher de Léa qui était dans un états second. Cette dernière ne pouvait faire un seul geste. Tout son corps tremblait au rythme de son cœur. Elle sentait le mouvement de son amie se faire. Sa gorge était devenue complètement sèche, sa tête bourdonnait au point qu'elle ne savait plus si tout ceci était bien réelle ou un simple rêve.

Nolan arrêta de se poser des questions et laissa son cœur agir pour la première fois quitte à avoir des conséquence négative après. Elle reprit le contrôle de ses émotions et ses tremblement cessèrent pour de bon. Ce fut dans un grand courage, qu'elle exécuta ce qu'elle voulait depuis plusieurs semaines. Sans que la petite blonde ne comprenne ce qu'il lui arrive, des bras fort passèrent autour de ses épaules. Tout en serrant le corps de la jeune femme, Nolan l'attira contre elle et l'enlaça très fortement.

Léa se figea quand son dos se colla contre la poitrine de la jeune femme. Tout ce passa au ralentit pour elle. Sans qu'elle ne se rendent compte de rien, ses mains lâchèrent le pots d'eau et ce dernier tomba sur le sol en se cassant. La brise qui s'était levée pendant le repas, souffla un petit peu plus fort. Léa avait les yeux grand ouvert et brillant de mille feux. Son cœur battait aussi fort qu'il le pouvait.

Nolan qui la sentit raide ne bougea pas au contraire, elle affermit sa prise et posa sa tête contre l'épaule de la jeune femme en se blottissant le plus possible. Léa ne savait plus quoi penser, mais malgré ses nombreuses questions qui défilèrent dans son esprit, elle laissa son corps se détendre. Doucement la petite blonde leva ses deux mains et les posèrent sur les bras de son amie en les bloquant dans une tendre étreinte. Lentement elle inclina sa tête sur le coté afin de la coller contre celle de Nolan qui serra encore plus ses membres.

Dans un bel ensemble, les deux amies relevèrent leurs têtes et plongèrent leur regard dans celui de l'autre. Leurs yeux brillèrent fortement et leurs cœurs battirent à l'unissions. L'attirance qui c'était installée sur la colline, devenait de plus en plus forte en cet instant présent. Les deux amies laissèrent leur sentiments prendre le dessus en ne pensant à rien.

Elles s'arrêtèrent d'un coup avec leur corps raide comme des piquets. Le regard de Nolan se faisait de plus en plus froid alors que celui de Léa laissèrent passer de la crainte. Tout les sens de la jeune femme brune c'étaient mis en alerte. Le corps de la jeune blonde commençait à trembler. Instinctivement, elle se blottit contre Nolan. Cette dernière resserra son étreinte qui se transforma en un geste protecteur. Plus les minutes passèrent plus une angoisse s'installa entre les deux femmes.

- Nous sommes encerclés. Dit Nolan en chuchotant.

- Oui ils sont au moins une dizaine. Répondit Léa de la même manière.

La jeune femme brune hocha la tête en guise de réponse et laissa tout ses instinct se mettre en éveille. La petite blonde de son coté laissa la nervosité prendre doucement le dessus. Elle aussi commença à laisser ses instincts se réveiller. Dans l'ombre d'un arbre, on pouvait apercevoir un petit morceau de bois possédant un trou à l'intérieur. Doucement une silhouette sombre qui détenait l'objet, visa la nuque de Nolan et quand elle fut bien stable, elle souffla fortement dans le morceau de boit. Une petite fléchette en sortit rapidement pour aller se loger dans la nuque de la jeune femme.

Cette dernière se mit à sursauter en santant la piqure dans son cou. Elle posa immédiatement sa main droite sur sa nuque et retira sans attendre l'objet qui était planté. Une fois en main, Nolan l'apporta à ses yeux et là, elle se mit à écarquiller les yeux tout en commençant à trembler en voyant un liquide sur l'objet. Léa qui la sentit s'écarte d'elle et se retourna. Son cœur manqua un battement quand elle posa ses yeux sur son amie qui avait un regard terrorisé. Elle porta son attention sur l'objet que la jeune femme brune détenait.

- C'e...c'est... Nolan était incapable de répondre à la question muette. Elle avait comprit que le produit était celui que son ancien maitre utilisait pour la contrôler.

Elle porta son attention sur la petite blonde. Doucement son regard et son sourire se fit triste. Léa sursauta devant l'expression qui était pourtant étranger à Nolan. Petit à petit cette dernière commença à s'écrouler avec tout son corps pratiquement paralysé. La jeune blonde rattrapa Nolan au dernier moment avant qu'elle ne touche le sol sans comprendre ce qu'il lui arrivait. Elle ne put poser de question que le groupe d'hommes qui les encerclèrent, sortirent des bois épées en avant. Léa sursauta en les voyant et serra au maximum le corps de son amie. Cette dernière était malgré tout conscient de ce qu'il se passait. Nolan sentit la petite blonde se mettre à trembler quand un pas plus lourd se fit entendre. Léa se pétrifia quand le chef des soldats se montra à eux et qui n'était autre que son ancien maitre Baphein.

- Tient tient mais en voilà une bonne surprise. Dit ce dernier

Nolan se raidit aussi en reconnaissant la voix du seigneur de guerre. Elle essaya tant bien que mal de se redresser mais en fut incapable. Le produit qui était sur la fléchette était beaucoup plus puissant de ce qu'elle avait connu auparavant et lui bloquait pratiquement son corps. Nolan pouvait seulement relever la tête et tomba sur une Léa blanche comme un linge. Le seigneur de guerre commença à s'avancer vers les deux amies en souriant de toute ses dents. Il profita de la faiblesse de Nolan et de la paralysie causée par la peur de Léa pour se mettre derrière la jeune femme avant de s'agenouiller.

- Tu vois quand tu es parti, je me suis mit à ta recherche. Franchement, je n'aurai jamais cru que tu serai avec ce monstre toi qui est si pure. Dit-il d'une voix enjouée tout en caressant les cheveux de la petite blonde.

Léa était dans un état second. Son pire cauchemar était devant elle. Des larmes de terreur se mirent à couler de ses yeux. Le toucher du chef était si intense et glacial que tout son corps tremblait fortement. Nolan regardait impuissante le geste de Baphein. Malgré la haine qui s'était installer en elle, la jeune femme brune ne pouvait malheureusement plus utilisé son pouvoir qui était bloqué par le produit. Elle laissa ses yeux se remplirent de larmes de rage.

Doucement le seigneur de guerre approcha son visage de Léa et le frotta dans un geste lents et remplit de perversité. Tout en faisant cela, il lui arracha la fermeture de sa veste laissant entre voir sa poitrine généreuse. La jeune femme se mit à sursauter et lâcha un cri de peur devant l'action.

- Tu sais que tu m'a manqué, aucune autre esclave avait tes tallent pour me procurer les plaisir que tu m'offrait. Dit-il d'une voix démoniaque.

Léa baissa ses yeux en larmes remplit de supplice et regarda Nolan. Celle ci ce maudissait de rien pouvoir faire pour aider la personne qui lui était cher à son cœur. La jeune femme brune serra les dents et les points avec le peut de force qu'elle possédait et ferma ses yeux pour ne plus regarder Léa qui lui demandait une aide qui lui était incapable de donner.

Le seigneur de guerre commença à toucher certaine zone sensible de la jeune femme tout en levant la tête pour regarder ses hommes.

Attraper ce démon et tuer le ! Ordonna t-il.

Deux hommes s'exécutèrent immédiatement et arrachèrent violemment Nolan des bras de Léa. Cette dernière était en pleure et essaya de la retenir mais en vain. Le seigneur de guerre retenait la petite blonde fortement contre lui alors que les soldats entrainait Nolan un peu plus à l'écart en restant malgré tout dans le champ de vision de leur chef et de la petite blonde.

Tu vois sale monstre, quand tu t'es enfuit avec ma chérie, j'ai demander aux soldats de ton maitre comment ce dernier avait t-il fait pour réussir à garder un démon comme toi dans ses cachots. Commença t-il avec un sourire glacial. Tous m'ont répondu que Manolis avait quelque chose qui lui permettait de te contrôler. Alors, cela m'a donner une idée mais oui pourquoi pas alors, avec les anciens soldat de ce chien, je suis aller dans son domaine et là j'ai rencontrer un vieil homme. Il s'arrêta et regarda avec joie Nolan qui l'écoutait. Il était heureux de voir le regard de terreur s'afficher sur le visage de sa prisonnière. Cet homme m'a expliquer en détail ce qu'il se passait et tu veux savoir une chose. Reprit-il. J'ai donné toute la liberté à mon nouvel ami pour qu'il me fabrique un nouveau produit encore plus puissant que le précédent. Tout comme l'ancien, le défaut reste la durée mais malgré, tout la puissance des effets est véritablement ingénieux et de ce que je vois, il te bloque entièrement. Le vieil homme m'a affirmé que ce nouveau produit durait une demi journée donc, j'ai tout mon temps pour te faire payer ton humiliation du château. Finit-il en rigolant.

- Non arrêtez ! ! Supplia Léa.

Ne t'inquiète pas ton ami souffrira pas beaucoup. Dit l'homme en caressant la jeune femme.

Léa se raidit de plus en plus en santant les mains sales et vicieuses voyager le long de son corps. La peur l'empêcha de bouger. Baphein profita avec bonheur de ce moment là et prit plaisir à ressentir la peau douce de la jeune femme sous ses doigts. Il prit tout son temps afin d'apprécier ce moment qu'il avait tant attendu depuis le départ de Léa. Malgré son envie de vomir suite au toucher de l'homme, la petite blonde ne quitta pas Nolan des yeux. Le seigneur de guerre s'en rendit compte et sans rien dire, il la retourna violemment et la poussa afin de la coucher sur le sol.

La jeune femme se pétrifia et ne put faire un seul geste. Sa peur avait redoublé de force quand ses yeux c'était posés sur son ancien maitre et qu'elle put y voir la sentence qu'il lui réservait. Tout son corps tremblait et ses larmes coulèrent abondamment. Elle priait les dieux de la libéré. À cet instant présent, elle ne voulait qu'une chose c'était mourir pour ne plus subir de nouveau toute ses choses. Elle supplia l'homme de la laisser partir.

- Oh non tu es à moi et à personne d'autre. Je t'ai acheter pour cela. Dit ce dernier de plus en plus assoiffé de plaisir.

Baphein prit son temps pour redécouvrir une partie du corps de la jeune femme. Commençant à perdre un peu patience, il affirma plus son toucher en ne se souciant plus de l'état d'âme de la jeune femme. Les gestes devinrent de plus en plus violent chose qui fit sortir des cris de douleur à Léa qui commençait à se débattre. L'homme resserra sa prise pour bloquer la petite blonde. Vaincu par la force de son ancien maitre Léa ne put faire qu'une seule chose c'était de tourner la tête et regarder avec des yeux remplis de supplice Nolan qui était en train de se faire frapper violemment un peu plus loin.

Cette dernière pendant son agression imita sa jeune amie et la regarda également. Nolan avait ses yeux remplit de supplice, mais ils étaient destinés pour la jeune femme qui commençait à subir la pire des tortures. Nolan avait tourner sa tête vers Léa quand elle avait entendu la petite blonde crié de douleur et ne put retenir ses larmes de dégout envers elle même de ne pas pouvoir l'aider. La jeune femme brune avait plus mal pour ce que son amie vivait que de ce qu'elle subissait elle même. À chaque hurlement de la jeune femme son cœur se brisait. Nolan se mit elle aussi à prier les dieux pour qu'ils viennent en aide à la personne qu'elle aimait le plus au monde, la seule personne qui lui avait donnée une nouvelle vie. Plus d'une fois Nolan avait essayé de se dégager de ses bourreaux afin de rejoindre la jeune femme mais en fut incapable. Elle écarquilla les yeux quand elle vit Baphein donner une puissante droite dans le visage de Léa suivit de plusieurs autre coups de poing.

Le seigneur de guerre était entré en fureur quand il vit sa victime regarder le démon avec des yeux remplis de sentiment en plus de la peur et de la supplice. Il ne supporta pas que la jeune femme regarda une autre personne que lui. Afin de lui montrer qu'il était toujours son maitre, Baphein la frappa avec toute sa rage. Léa se mit à crier sous les coup puissant. Le corps de Léa cessa de bouger et resta inerte sur le sol. Baphein se mit à sursauter en pensant qu'il avait tué son jouet. Il posa rapidement sa tête sur la poitrine de la jeune femme et écouta afin de déceler un battement de cœur. Il soupira de soulagement quand il entendit ce dernier battre.

De la où elle était, Nolan cru que la jeune femme était morte et se mit à hurler de rage en laissant ses larmes couler abondamment. Elle cessa alors de ce débattre face aux assaut des gardes. La jeune femme brune voulait qu'une seule chose, mourir afin de rejoindre la jeune femme dans l'autre monde. Durant tout les coups qu'elle recevait, Nolan ne quitta pas Léa des yeux. Sa haine envers le seigneur de guerre avait redoublé de force quand elle vit se dernier continuer ses jeux pervers. Nolan regarda avec impuissance Baphein qui était à deux doigt de commencer son action qui salira une fois de plus à jamais le corps de la jeune femme.

Le seigneur de guerre leva la tête et fit un signe de cette dernière à ses hommes pour leur donner l'ordre d'en finir une bonne fois pour toute avec Nolan. Sans attendre, il reporta son attention au corps inconscient de la jeune femme. Il se cala confortablement afin de se faire plaisir. Baphein ne remarqua pas les émeraudes s'entrouvrir et se tourner vers Nolan qui était allongée sur le sol sans force avec une épée brandissant au dessus de lui. Tout les moments passé avec la jeune femme brune défilèrent dans l'esprit de Léa ainsi que toute les fois où son amie l'avait sauvée. Lentement elle reporta son attention sur le chef de guerre et commença à le détailler. Léa vit l'épée qu'il avait dans son fourreau attacher à sa ceinture. À ce moment là son entrainement passé avec Alexandre lui revint en tête. « Non plus jamais, plus jamais je ne subirais. » Se dit-elle.

Doucement elle serra ses poings et une puissante force commença à l'envahir. D'un coup au moment où Baphein regarda son pantalon pour le défaire, Léa se redressa avec violence en envoyant sa tête contre celle du seigneur de guerre dans un puissant coup de boule. Baphein se mit à hurler de douleur tout en se mettant debout. Il se tenait le nez qui avait craqué sous l'impact. Sans attendre Léa se mit immédiatement debout et attrapa l'épée de son ancien maitre. Ce dernier regardait sa jeune esclave interdit. Il ne put faire un geste de plus qu'il se reçut un puissant coup de pied retourner dans le visage qui le fit valser.

Les huit hommes qui étaient restés dans leur coin, se jetèrent sur la petite blonde épée en main. À ce moment là, le cerveau de Léa commença à se brouiller et une puissante rage l'envahit. Elle esquiva le premier coup d'épée dans un beau contournement avant de planter son arme dans le dos de l'homme. Sans attendre, la jeune femme la retira et la jeta dans la poitrine d'un des soldats qui se trouvait en face d'elle qui tomba raide mort. Elle se précipita immédiatement sur ce dernier et arrache sans ménagement l'épée pour l'enfoncer dans le cœur de celui qui se trouvait derrière. Léa s'abaissa pour éviter un coup venant du flanc droit et fit une balayette à son agresseur qui tomba sur le dos avant de se relever et lui enfoncer la lame entièrement dans le torse.

Une fois de plus, Léa arracha sans ménagement l'épée du corps sans vie avant de transpercer la figure du suivant. Elle retira son arme de tout son long en coupant le visage de son adversaire en deux. La petite blonde sauta rapidement pour éviter deux coups d'épées. Quand elle retomba sur le sol solidement sur ses pieds, Léa sauta de nouveau en direction de l'homme qui se trouvait en face d'elle. Tout en profitant de cette action, la jeune femme empoigna le manche de l'épée à deux mains et l'abaissa d'un coup quand elle arriva sur sa victime en le transperçant par la tête. Sans attendre, Léa retira violemment l'épée avant de la lancer fortement en direction de l'homme se trouvant derrière elle. Léa sauta pour esquiver l'attaque du dernier soldat. Elle atterrit sur l'homme qu'elle venait de tuer afin d'arracher violemment l'épée de son corps avant de donner le coup fatal au soldat qui se jeta sur elle tête baisser. La petite blonde lui transperça la poitrine avant de lui couper la tête après lui avoir arracher la moitié du torse avec le coté de sa lame. Le corps sans vie du soldat s'effondra à ses pieds. Elle était consciente de qu'elle faisait et ne ressentait aucun remord face à son acte.

Nolan regarda la petite blonde avec de la terreur dans les yeux. C'était la première fois qu'elle la voyait agir de la sorte et tuer. La vision de la jeune femme recouverte de sang de ses ennemis lui donna la nausée. Baphein était tout aussi terrifié de voir la violence avec laquelle ses hommes furent tués. Il avait l'impression de revoir Nolan lors de leur dernière rencontre. Sans se rendre compte, le seigneur de guerre commença à trembler de peur. Il se ressaisit rapidement en se souvenant de qui il avait en face de lui et se dit simplement que ses hommes étaient nul.

Les deux soldats qui était auprès de Nolan ne bougea plus et commença à avoir peur quand ils virent la jeune femme se diriger vers eux.

Léa c'était lentement tournée vers les deux gardes qui détenaient son amie et se dirigea vers eux dans un pas lents et serin. Elle les regardait tour à tour avec de la haine dans les yeux. L'image de Nolan avec l'épée au dessus d'elle l'avait fait sortir de ses gond et une immense haine noir c'était installée. Ses émeraudes était devenu sombre et brillait d'une lueur meurtrière. Léa tenait fermement son épée dans sa main droite. Elle se retourna violemment en lançant son poing gauche de revers quand elle sentit le seigneur de guerre ce jeter sur elle.

Ce dernier se prit la puissance du coup en pleins visage. Son nez craqua une deuxième fois plus violemment chose qui finit par le casser. Baphein s'écroula sur le sol en se tenant le visage à deux mains tellement la douleur était intense. Quand il réussit à la maitriser, il leva les yeux pour regarder son esclave. L'homme se pétrifia quand cette dernière le regarda de haut la lame de l'épée sur son épaule avec un sourire à glacer le sang. Il reprit peu à peu confiance en lui et posa lentement sa main droite sur sa jambe droite au niveau du haut de sa botte. Le seigneur passa ensuite les doigts à l'intérieur, mais il ne put faire un geste de plus qu'il se prit un puissant coup de pied dans le visage.

Léa avait anticipé l'action de son ancien maitre et lui envoya son pied droit dans la figure. Aussitôt elle s'abaissa à vive allure et coinça violemment les deux bras sous ses genoux. Sans attendre, Léa sortit ce que sa victime convoitait. Elle se mit à sourire méchamment quand elle découvrit que c'était un poignard avant de reporter son regard sur l'homme avec haine. Sans le quitter des yeux, Léa dirigea sa main droite sur la jambe gauche de sa victime, et sortit la seconde arme qui était cachée dans la botte. La petite blonde lâcha au même moment son épée afin de prendre dans chaque mains les deux poignards. Elle envoya avec toute sa rage un puissant coup de poing dans le visage de l'homme en visant une nouvelle fois son nez.

L'action fit tordre encore plus de douleur Baphein. N'attendant pas que la douleur se calme, Léa attrapa les deux bras de sa victime et les écarta afin de les positionna en croix. Elle serra les armes qu'elle tenait dans ses mains et les planta avec violence dans celle du seigneur de guerre. Le châtiment était si insoutenable que l'homme se mit à hurler de toute ses force. Léa resta un petit moment assise sur l'homme afin d'être sur que ce dernier ne pouvait plus se relever. Quand elle fut rassurée que non, la petite blonde se mit debout et tourna les talons pour se diriger vers Nolan.

Cette dernière regarda avec horreur ce que sa jeune amie était en train de faire. La jeune femme brune ne pouvait malheureusement rien dire sachant qu'elle-même faisait bien pire quand elle se laissait aller par la haine, mais voir une femme si douce et si pure que Léa faire toute ses atrocités, c'était vraiment quelque chose de très douloureux et insupportable aux yeux de Nolan.

Les deux hommes qui s'occupaient de la jeune femme brune se jetaient sur Léa. Cette dernière esquiva un coup qui aurait put lui être fatal avec un magnifique retourner baisser. Cela permit à la petite blonde de contourner son adversaire avant de lui planter la lame de son épée dans le corps. Rapidement Léa tourna l'arme à quarante-cinq degré tout en la laissant dans le ventre de sa victime ensuite, elle la fit remonter avec violence en coupant l'homme en deux quand le tranchant de sa lame était vers le haut.

Le dernier soldat arrêta immédiatement sa course et prit la fuite. Léa ne le voyait pas de cette façon. Elle se jeta sur l'homme à grande vitesse et lui planta son arme dans le dos. Dans la même foulé, la jeune femme prit la tête de l'homme entre ses deux main et lui fit faire un demi tour pour lui briser la nuque. Une fois le corps inerte, Léa se leva en arrachant l'épée du cadavre. Elle regarda tout autour d'elle afin de s'assurer que le seigneur de guerre soit le dernier. Quand elle eut confirmation, la petite blonde se dirigea vers lui avec des yeux aussi noir que la mort.

Ce dernier qui était bloqué par les poignards, laissa sa peur prendre le dessus en sachant pertinemment que son destin était sellé. Léa une fois arrivée à la hauteur de sa victime, elle la regarda comme un déchet qu'il faut se débarrasser. La jeune femme se réjouissait de voir la peur qu'elle provoquait à l'homme qui lui avait volé sa vie. Sans le savoir, Léa reproduisit les mêmes gestes que Nolan avait fait quand elle avait croisé Baphein. La petite blonde planta lentement la pointe de la lame dans les parties intimes du chef. Ce dernier lâcha un gémissement de douleur, car cette fois ci le geste était plus dure.

- Alors mon bon maitre, qu'est ce que cela fait de se faire battre par son esclave favorite ? Demanda Léa froidement en parlant pour la première depuis le début du combat.

- Tu va mourir garce ! Je te jure que je vais te faire souffrir et que...

Le seigneur de guerre ne put dire un mot de plus. Il se mit à hurler de douleur au moment où la lame transperça sans ménagement son sexe. Léa aux mots prononcés par Baphein, laissa sortir la haine qu'elle avait accumulé durant toute ses années contre son ancien maitre. Elle lui planta l'instrument qui l'avait torturée pendant très longtemps de son épée avec plaisir

- Je doute que pour le moment tu sois capable de faire quoi que ce soit dans ton état. Dit-elle avec bonheur.

Les hurlements redoublèrent de force quand Léa faisait tourner la lame sans la retirer.

- Plus jamais je ne subirais ! Plus jamais je ne serais ton esclave et ton objet de torture ! Cracha t-elle en continuant son supplice. Tu as commis des erreurs et c'est cela qui ta amené à ta perte. Dit elle d'une voix remplit de haine.

- Q...qu...qu'est c...ce ? Bredouilla Baphein dans sa douleur.

- D'une part, tu m'as sous-estimée parce qu'autrefois j'étais une femme sans défense ta deuxième erreurs est tu as gardé cet état d'esprit sans te méfié de moi. Commença t-elle en continuant à faire tourner sa lame. Franchement, crois tu que je me suis tournée les pouces depuis ma fuite ? Non je me suis entrainée pour ne plus subir. Ta troisième erreurs est que tu as profité de ma peur pour essayer de me torturer comme tu la souvent fait. Elle s'arrêta pour entendre crié sa victime qui se tordait de douleur sous ses sévices.

- Je doit admettre que quand tu t'est montrer, j'ai laisser ma peur m'envahir en oubliant tout ce que j'avais appris depuis que je suis libre. Reprit elle avec un sourire à glacer le sang. Mais vois tu et c'est ce qui à été la pire de tes erreurs, tu t'es attaqué à la personne qui m'a redonnée le goût de vivre et c'est cela qui m'a redonnée de la force pour t'arrêter.

Léa retira violemment l'épée des parties intimes ce qui enleva un hurlement de douleur au chef de guerre.

Et cela m'a fait remonter toute la haine que j'ai envers toi ! Dit elle avec de la rage dans la voix.

PLUS JAMAIS TU NE FERA DE MAL AUX PERSONNES QUE J'AIME ! ! ! Hurla t-elle en plantant de tout son poids la lame de son épée dans le corps de Baphein.

L'homme se mit à hurler de douleur, car le coup ne le tua pas malgré ses organes vitaux de transpercé. Léa ne prononça plus un seul mot et continua à enfoncer la lame avec lenteur. Elle prenait bien soin de faire hurler le seigneur de guerre à la mort. La torture dura plus de cinq minute avant que Baphein cesse de bouger dans un corps sans vie.










Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:22

CHAPITRE 19

Le vent se leva sur ce début d'après-midi. Les cheveux blonds recouverts de sang volèrent au rythme du souffle. Léa regarda avec un regard froid, et un cœur extrêmement léger le cadavre de son ancien maitre. Elle tourna doucement sa tête, et posa son regard sur Nolan qui était toujours à terre en train de la regarder. Sans se soucier plus du mort à ses pieds, la jeune femme blonde alla rapidement auprès de son amie. Arrivée prêt d'elle, Léa s'arrêta avec surprise de voir le regard horrifier de Nolan. Elle s'abaissa afin d'être à sa hauteur et tendit une main douce pour la poser sur sa joue. Son cœur manqua un gros battement, quand les yeux bleus se remplirent de larmes.

Nolan n'en pouvait plus de cette situation, pas une fois elle put venir en aide à son amie, alors que Léa avait besoin d'elle. La jeune femme brune avait assisté à la perte de la pureté de la petite blonde sans rien pouvoir faire. Pendant que Léa se battait contre les soldats, Nolan avait comprit que la jeune femme se battait plus pour la sauver elle que pour elle-même. La jeune femme brune ne l'acceptait pas, car elle se sentait vraiment responsable du massacre dont la petite blonde était responsable. Nolan ne put retenir ses larmes de frustration et de honte.

- J...je te demande pardon. Dit cette dernière complètement anéantis, et tête baissée en essayant de se mettre à genoux.

- Non ! S'écria Léa en se jetant au sol comprenant la raison des excuses. Ne t'excuse pas tu n'y es pour rien.

- T...tu a...as per...perdu t...ta pu...pureté à...à cause...

- J'ai rien perdu à cause de toi. La coupa Léa d'une voix tremblante. Si je me suis battue, c'est en effet pour toi, mais aussi pour me libérer. Baphein m'a trop torturée durant toutes ses années, que ma haine envers lui a fini par prendre le dessus. C'est plutôt moi qui devrai non pas m'excuser, mais plutôt te remercier de m'avoir donnée la force de me relever, et de faire ce que je rêvais de faire depuis tout ce temps. Expliqua-t-elle les larmes aux yeux.

Nolan ne savait pas comment prendre cette révélation. Elle était contente que son amie sois enfin libre, mais elle était quand même horrifiée, de voir comment cette jeune femme aussi gentille avait fait pour l'obtenir. La petite blonde attrapa le visage de Nolan entre ses mains et essuya les larmes qui coulaient avec ses pouces.

- Tu sais. Continua Léa en sortant la jeune femme de ses pensées. Chaque être humain à une part de sombre en lui. Aucune personne n'est totalement gentille ou totalement méchante. Même si je déteste tué, mon envie de le faire pour Baphein, était plus forte que n'importe quoi. J'étais consciente de ce que je faisais. Je savais aussi que cela pourrait peut-être avoir des conséquences pour le futur, mais maintenant, je peux dire une chose, c'est que toi et moi, nous sommes entièrement libre.

Durant les explications de Léa, Nolan commença à se rendre compte que son amie avait raison. Personne était pure, et elle comprit que ce qui l'avait le plus traumatisé, c'était de voir la jeune femme capable d'utiliser une telle violence pour arriver à ses fin. Nolan remarqua également, que Léa n'était pas si différentes qu'elle à la seule exception, que la jeune femme, ne possédait pas de pouvoir. La sauvagerie du massacre de la petite blonde, lui fit vraiment rappeler la personne que Nolan était, quand son corps était également remplit de haine, quand elle tuait sans pitié. Dans ce monde cruel, dans lequel elles vivaient toutes les deux, Nolan devait admettre que ce genre de comportement, était l'un des seul moyen pour se libérer des hommes aussi cruel que l'était son ancien maitre et Baphein.

Le visage de Léa qui avait reprit sa douceur habituelle, calma Nolan, et toutes les peurs de cette dernière, partirent doucement, quand les douces mains de la jeune femme, se posèrent autour de sa tête. Nolan regarda la petite blonde avec beaucoup d'émotions dans les yeux. La jeune femme brune ne pouvait pas nier, que si Léa n'avait rien fait, elles auraient été morte toutes les deux. Lentement un nouveau sentiment que Nolan ne connaissait pas se forma en elle. La jeune femme brune ressentait de l'admiration envers la petite blonde, et remarqua que depuis qu'elle était à ses côtés, Léa avait prit beaucoup d'assurance. Nolan devait également admettre, que les heures d'entrainement avec Alexandre, avait transformé Léa pour en faire une femme forte, et distingué.

Aider de son amie, Nolan se redressa sur ses genoux, mais au moment où elle était sur le point de commencer à se mettre debout, une puissante douleur lui traversa le creux de l'épaule droit, et une partie de la poitrine. Nolan s'écroula tout en mettant sa main gauche sur l'endroit douloureux. Elle tourna la tête pour y découvrir une flèche plantée. La jeune femme brune posa ses yeux sur Léa et se figea. Elle vit avec horreur, la petite blonde effondrée sur le sol avec également une flèche plantée dans sa poitrine au niveau du cœur.

Léa tout comme Nolan, attrapa l'arme dans sa main, et malgré la douleur ainsi que les conséquences qui allaient suivre, elle tira de toutes ses forces sur la flèche afin de la retirer de son corps.

Les deux amies se tordaient de douleur, et en plus d'être épuisées par leur affrontement avec le seigneur de guerre, elles furent incapable de se relever. Elles entendirent des pas se rapprocher d'elles. Avec difficulté, les deux amies tournèrent leurs têtes dans la direction, et découvrirent un soldat de Baphein, qui s'avançait fièrement vers elles. Une fois à leur hauteur, l'homme donna un puissant coup de pied dans le visage de Léa avant de lui en donner un autre dans le ventre.

L'homme était fou de rage, il avait assisté au combat de la petite blonde, et ne pouvait pas admettre la mort de son chef et ses amis. La jeune femme hurlait de douleur sous les coups furieux du soldat qui s'en donna à cœur joie.

- Tu vas me le payer sale garce ! Je vais finir le travail à la place de mon maitre et vous tuer toutes les deux. Dit-il en continuant à frapper Léa dans le visage, et le ventre, Sans oublier de taper la blessure qu'il venait de faire avec son arc.

Nolan regardait encore une fois impuissante la scène. Le produit que le seigneur de guerre lui avait injecté, était plus puissant que l'autre et l'épuisait totalement. Elle se rendit également compte que la durée était bien plus longue. Nolan regardait avec rage le soldat.

L'homme s'arrêta et laissa le corps de la jeune femme pratiquement inerte sur le sol. Il la contourna, et lui attrapa les épaules, en la redressant afin de la mettre en position assise. Le soldat passa ensuite ses deux mains autour de la tête de la petite blonde. Cette dernière était pratiquement consciente malgré la douleur, et les coups qui l'avaient pratiquement tuer. Son cœur se mit à battre la chamade, et son corps trembler, quand elle sentit les mains autour de son visage. À ce moment-là, Léa sut ce qu'il allait se passer. Lentement ses yeux se posaient sur Nolan qui ne l'avait pas quitter des yeux, et laissa ses larmes couler dans un sourire triste.

La jeune femme brune qui était allongée sur le coté, sentit aussi l'inévitable. Elle se mit également à trembler en laissant ses larmes couler de nouveau. Nolan commença à tendre avec le peux de force qui lui restait, sa main en direction de la jeune femme.

Le soldat qui la vit faire, et donna un puissant coup de pied dans la mâchoire de Nolan pour l'arrêter. Cette dernière se fit projeter en arrière, avant de finir face contre terre les bras en avant. Une fois ceci fait, l'homme reporta son attention à la jeune femme et agrippa fermement la tête.

- Je ne te laisserai pas le plaisir de dire un dernier mot. Finit-il avant de sourire de victoire.

Au moment où le soldat allait tourner la tête de Léa pour lui briser le cou, une grosse masse noir lui tomba lourdement sur le dos. Sans attendre, de puissant crocs attrapèrent sa nuque et la fit pivoter en un beau craquement. La mâchoire relâcha sa prise qui tomba raide mort sur le sol.

Nolan et Léa qui avaient entendu un grognement suivit du bruit d'un craquement, levèrent leurs têtes avec le peu de force qu'il leur restait, et découvrirent le loup debout sur sa victime. Nolan et Léa se mirent à sourire chaleureusement en le remercia silencieusement. L'animal se frotta immédiatement à sa maîtresse en essayant de la mettre debout. Quand il vit qu'il n'y arrivait pas, le loup allait vers Léa, et fit la même chose. Une fois de plus, cela ne fonctionnait pas. L'animal commençait à paniquer en tournant autour des deux humaines. En plus de la perte importante de sang suite à leurs blessures, les deux jeunes femmes ne pouvaient pratiquement plus faire un seul geste

Léa qui c'était effondrée sur le côté au sauvetage de l'animal, réussit malgré la difficulté, à se mettre sur le ventre, puis avec le reste de forces qui lui restait dans les bras, elle commença à ramper en direction de Nolan. Cette dernière qui entendit son amie bouger, leva la tête et l'imita. Tout en avançant, les deux amies tendirent leurs mains. Quand elles furent de l'une en face de l'autre, tout en tremblant, Nolan mit sa main dans celle de Léa, et les deux femmes, entre-lassèrent leurs doigts tout en se souriant tendrement avant de perdre connaissance.

Le loup qui les vit s'évanouir, partit immédiatement en direction du village au triple galop. Quand il arriva à ce dernier, l'animal ne prit pas la peine de se cacher et entra de front à l'intérieur. Les habitants qui le virent, se mirent à hurler de peur tout en courant dans tout les sens pour le fuir. Le loup arriva dans l'auberge, et entra. Sans attendre, il sauta sur la table la plus proche, et commença à scruter les lieux à la recherche de quelque chose. L'aubergiste tout comme les clients, se mit à crier de peur tout en sortant des armes pour se défendre contre l'animal sauvage.

Alexandre sortit de sa chambre en se demandant la raison de tout ce raffut. Laura qui était également sortit, regarda le jeune homme avec pleins de questions dans les yeux. Afin d'avoir les réponses, les deux amis descendirent les escaliers, et quand ils furent au milieu, les deux jeunes gens s'arrêtèrent en découvrant un gros loup noir sur une table avec des hommes armés autour de lui.

Le loup qui vit Alexandre et Laura, se jeta immédiatement sur eux. Chose qui donna un gros sursaut à ces derniers qui commencèrent à avoir peur de l'animal sauvage. Celui ci attrapa la manche de la veste d'Alexandre et commença à tirer dessus. Laura était effrayée pour le jeune homme, tout comme le reste de l'auberge qui n'osait pas attaquer l'animal, de peur de faire mal au garçon.

Alexandre qui avait peur, se calma quand il sentit que le loup ne montrait pas d'agressivité mais une autre chose. Il regarda l'animal avec beaucoup de question dans les yeux, car le comportement de ce dernier était bien loin de ce qu'il connaissait. D'un coup un souvenir lui remonta en tête. Alexandre se souvenait de la conversation qu'il avait eux avec Nolan et Léa. Ce jour-là, il avait apprit que sa rivale possédait un loup noir.

- Nolan ! Dit-il à voix haute.

- Pardon ? Demanda Laura sans comprendre.

- Tu appartiens à Nolan pas vrai ? Demanda Alexandre à l'animal.

Ce dernier lâcha l'habit qu'il détenait et hocha légèrement la tête.

- Tu connais ce loup ? Demanda Laura.

- Non c'est la première fois que je le vois, mais il appartient à Nolan.

- Nolan à un loup ?! Redemanda la jeune femme plus que surprise de l'aveu.

- Oui, et en règle général l'animal ne viens jamais dans les villages, et reste toujours dans les forêts. Répondit Alexandre en se souvenant de la discussion.

- C'est vrai ?

- Oui, mais il doit se passer quelque chose pour qu'il sorte, et qu'il vienne devant nous au risque de se faire tuer.

- Ce loup est à vous ? Demanda furieusement l'aubergiste.

- Pas à moi, mais à une amie, et ne vous inquiétez pas, il ne vous fera pas de mal.

J'en ai rien à faire qu'il soit gentil ou non ! C'est un animal dangereux qui n'a rien à faire ici ! Alors qu'il parte sinon nous le tuons !

Alexandre ignora complètement les avertissements de l'aubergiste, et garda son attention auprès du loup.

- Il est arrivé quelque chose à Nolan pas vrai ? Demanda-t-il.

L'animal hocha encore une fois la tête. C'est à ce moment-là, qu'Alexandre sortit de l'auberge en courant en direction de la sortie du village suivit de Laura et du loup.

- Emmène-moi à l'endroit ! Ordonna le jeune homme au loup qui c'était mit en tête de la course.

L'animal partit dans la forêt et emmena les deux jeunes gens auprès de son maitre. Quand Alexandre et Laura arrivèrent sur les lieux, ils crurent que leur cœur allaient s'arrêter. Ils découvrirent leurs deux amies en sang, et inconscientes. Sans attendre plus, Alexandre aidé de Laura, fit monter Nolan sur le dos du loup avant de prendre Léa dans ses bras. Les deux jeunes gens repartirent immédiatement au village afin de trouver un médecin qui pourrait soigner leurs deux amies.

Pendant toute la marche rapide, Alexandre repassa dans sa tête les soldats mort avec sauvagerie. Il garda son calme tout comme Laura, mais tout deux voulurent pleurer. De voir les deux jeunes femmes recouverte de sang leur brisèrent le cœur. Durant leur avancer vers le village, Alexandre et Laura, se demandèrent ce qui avait bien put se passer pour avoir autant de sang sur les victimes, que sur leurs amies. Ils furent interrompus dans leur questions quand ils arrivèrent dans le village.

Encore une fois, la vue du loup fit prendre peur aux habitants, mais cette fois ci, ils ne partirent pas comme la première fois. Ils furent plutôt curieux, et surprit de constater que ce dernier, était accompagné de deux humains. Les villageois étaient également surpris de voir l'animal transporter une personne sur son dos.

Alexandre et Laura ne se soucièrent guère des regards interrogateur porter sur eux, et se dirigèrent malgré les avertissements faite plus tôt à l'auberge. Quand ils furent à l'intérieur, le patron réagit immédiatement sans faire attention aux deux blesser, et se jeta sur Alexandre pour le faire partir.

Laura se mit à se moments-là entre son ami, et l'aubergiste, et le dévisagea méchamment.

- Alors écoutez-moi bien le vieux. Le loup est peut-être un animal sauvage, mais je vous ferait constater qu'il nous appartient et de plus, nous détenons deux personnes gravement blessées qui sont en plus nos amies. Cracha la jeune femme énervée.

Devant ses brusques paroles, l'aubergiste sursauta, et porta pour la première fois, son attention à Nolan, et Léa qui continuait à perdre leur sang. Sans attendre, il fit monter les deux blessées dans une chambre en ordonnant à un client d'aller chercher le médecin de toute urgence. Une fois que les deux jeunes femmes furent installées dans la chambre de Léa, Alexandre accompagné de Laura, et de L'aubergiste, commencèrent leurs premiers soins tout en les nettoyants.

Quelques minutes plus tard, le médecin arriva. Aidé des premiers secouriste, soigna les deux blesser. Il referma les blessures de flèche avec des point de suture et replaça l'épaule de Nolan qui c'était déboitée durant son agression. Le médecin avait également recousu l'arcade de Léa qui avait ouverte par Baphein.

Les soins durèrent plus d'une heures. Quand se fut fini, le docteur et ses assistant de fortune, sortirent de la chambre avant de se diriger vers la salle. Arrivé dans les lieux, ils se mirent devant le comptoir et derrière pour l'aubergiste.

- Bien même si vous m'avez bien aidé à les soigner, et je vous en remercie, car seul je n'y serais pas arrivé. Je dois vous dire ce qu'il en est.

Alexandre et Laura donnèrent toute leur attention a l'homme.

- Dans l'état où se trouve vos deux amies, je ne suis pas certain qu'elles survivent à leur blessure. Elles ont perdu beaucoup trop de sang. Je suis désolé. Dit le médecin accablé.

Laura éclata en sanglot suite à l'aveu. Alexandre la prit immédiatement dans ses bras, et laissa lui aussi ses larmes couler. Il regarda le médecin avec compassion, en voyant ce dernier vraiment mal à l'aise. Sans en dire plus, l'homme se retira de l'auberge le cœur gros, de ne pas pouvoir en faire plus pour sauver les deux jeunes femmes. Alexandre essaya tant bien que mal de calmer Laura. L'aubergiste de son côté, resta silencieux malgré la présence du loup qui était resté auprès du jeune homme.

Ce dernier attrapa le visage de son amie entre ses mains de façon à ce que cette dernière le regarde. Quand Alexandre eut les yeux de la petite brune dans les siens, il se mit à lui sourire chaleureusement.

- Laura écoute-moi. Je sais que la nouvelle est vraiment très dure à entendre, mais je suis sûr que le médecin se trompe. Même si cela doit prendre du temps, je sais que Nolan et Léa resterons en vie. Elles ont vécu des choses bien pire que cela. Ait confiance en elles. Je suis sûr que Nolan et Léa, ne nous abandonnerons pas. C'est à nous de nous occuper d'elle maintenant.

La jeune femme écouta attentivement ce qu'Alexandre disait, et les mots la calmèrent doucement. Quand les mains du jeune homme la lâchèrent, elle essuya ses larmes du revers de la main.

- Oui à nous de les protéger et de faire en sorte qu'elle se réveille. Dit-elle avec détermination.

- Oui le temps que leur cœur battent encore, rien n'est perdu il y a encore un espoir. Alors, ne baissons pas les bras, et donnons tous ce que nous avons, pour faire en sorte, que les mots du médecin, ne deviennent pas réels.

- Oui ! Dit Laura en souriant.

- Tu es d'accord avec nous ? Demanda Alexandre au loup.

Ce dernier se mit à aboyer en guise d'accord, et tout les trois, remontèrent dans la chambre des blessées et passèrent une bonne partie de la nuit avec elles.

Le lendemain matin, Alexandre et Laura, sortirent de l'auberge pour aller faire quelques courses, afin de faire le plein au moment de repartir. Ils passèrent devant plusieurs étalages, et prirent ce qu'ils avaient besoin. Laura fut attirée par un petit groupe de trois hommes agités, dont un, qui était plié en deux. Poussée par sa curiosité, elle s'y approcha et découvrit que la personne qui était recourbée, était un vieux monsieur très fatigué avec quelques hématomes sur le visage.

- Qu'est ce qu'il s'est passé ? Ne put s'empêcher de demander la jeune femme.

- Un groupe de gens nous ont attaqué, et frappé ont notre père. Ils ont enlevé ma belle-sœur ainsi que le peut d'argent que nous possédions. Commença à expliquer l'un des jeunes garçons qui soutenait le vieux monsieur.

- Mais c'est horrible ! Lâcha Laura stupéfaite.

- Nous ne pouvons malheureusement rien faire pour elle, ils sont bien trop fort pour nous. Continua le jeune garçon tristement.

- Je m'en veux tellement de ne pas être aussi fort qu'autrefois. Dit le vieux monsieur anéantis en se maudissant.

- Non ne parle pas comme cela père. Tu n'y es pour rien. C'est plutôt à moi de m'en vouloir de ne pas avoir su protéger la femme que j'aime. Dit le deuxième jeune homme.

Laura écouta le récit de tout le monde tristement. Elle n'arrivait pas à comprendre comment on pouvait enlever des gens de la sorte. Laura sursauta quand une main se posa sur son épaule. Elle tourna vivement la tête pour découvrir Alexandre. Ce dernier affichait un doux sourire qui s'effaça instantanément pour laisser apparaître un regard interrogateur.

- Mon mariage était programmé pour la semaine prochaine, mais maintenant que ses bandits détiennent ma future femme, il ne se fera jamais. Dit le fils ainé accablé.

- Arrêter de dire cela, pourquoi ne partez-vous pas à la recherche de la jeune femme ? Demanda Laura stupéfaite de voir que la future famille de la fiancée, ne bougeait pas un seul doigt pour la sauver.

- Nous ne pouvons rien faire face à eux. Ses hommes sont bien trop fort pour nous. Plus d'une fois nous avons tenté de nous opposé contre les vols commit dans notre village, mais à chaque fois, un villageois a été tué. Regardez l'état de mon père alors qu'il n'avait rien fait. Répondit le futur marié.

- Vous n'êtes que des lâches ! Cracha la jeune femme énervée.

Laura calme-toi. Tenta Alexandre.

- Non je ne me calmerais pas ! Ses imbéciles préfère laisser cette jeune femme entre les mains des bandits, qui pourrais lui faire n'importe quoi même la tuer ! Tout ça parce qu'ils ont peur de mourir. Cracha la petite brune hors d'elle avant de se tourner vers le futur marié. Toi, tu te dis aimer ta fiancé, mais tu montres tout le contraire ! Tu n'es même pas capable de risquer ta propre vie pour la personne que tu aimes ! Tout ça pour garder la tienne intacte !

Pendant ses paroles, Laura laissa des larmes de colère couler. Elle repensait à Nolan et Léa. Sans qu'elle ne comprenne pourquoi Laura était sûr que les deux femmes s'étaient défendu mutuellement au point d'être à présent entre la vie et la mort. La jeune femme était hors d'elle de voir ses deux jeunes hommes ne rien faire, alors qu'ils étaient assez fort pour tenter quelque chose.

Pendant le discourt de Laura, Alexandre se mit à regarder un peu de partout et quelque chose attira son attention. Un drôle d'emblème qui représentait une épée rouverte de lierre, était accroché au-dessus de la porte de la maison, qui se trouvait derrière les trois membres de la famille. « Sans doute leur marque. » Ce dit-il sans chercher plus loin.

Sans rien dire de plus, Laura quitta les lieux sous les yeux des autres villageois qui s'étaient arrêtés, et regroupés devant sa colère. Sans prêter attention au regard surprit des habitant, la jeune femme alla dans l'auberge et déposa ses courses dans la chambre d'Alexandre. Ensuite, elle mit son épée à sa ceinture ainsi que son arc, et ses flèche dans son dos. Quand elle fut prête, Laura sortit de la chambre et tomba nez à nez avec Alexandre à l'ouverture de la porte.

- N'essayes pas de m'en empêcher ! Si ses abrutis ne sont pas assez courageux pour sauver cette jeune femme, je le ferais moi-même ! Dit-elle énervée.

- Ne t'inquiète pas, je n'allais pas t'arrêter, mais plutôt te proposer de t'accompagner. Dit le jeune homme avec un sourire et un regard remplit de fierté pour son amie.

Laura sentit son cœur se faire plus léger en entendant les mots du jeune homme. Elle acquiesça d'un hochement de la tête et quand Alexandre fut armée de son épée, tout les deux sortirent de l'auberge. Ils furent arrêtés par le loup qui s'était posté devant la porte. L'animal fixait intensément les deux amis, avant de leur tourner le dos tout en laissant sa tête tourner vers eux, et se mit à aboyer légèrement.

Alexandre comprit ce que l'animal voulait faire.

- Aller, viens avec nous chasser du gibier afin de sauver une belle princesse.

Le loup hocha de la tête et suivit de ses deux compagnons de fortune. Ils partirent tout les trois hors du village, sous les yeux étonnés de l'aubergiste et des villageois. Ils étaient vraiment surprit de voir des jeunes gens qui avaient réussi à apprivoiser un tel animal sauvage qu'était le loup. Ils se demandèrent également pourquoi Alexandre et Laura prenaient cette histoire tellement à cœur, alors qu'ils n'étaient pas de ce village.

Alexandre Laura et le loup une fois les portes passée, partirent en direction de la forêt. Arrivés au centre, ils s'arrêtèrent et commencèrent à se poser des questions, pour savoir comment allaient t-ils faire pour retrouver la jeune femme, sachant qu'ils n'avaient aucun indices physique la concernant.

Les deux jeunes gens n'avaient encore moins de détails concernant les bandits et si ces derniers avaient une cachète. Laura était tellement énervée contre la belle famille de la jeune femme, qu'elle avait oubliée de demander les détails. Tout comme Alexandre qui avait pensée à calmer son amie, avait également oublier de se renseigner. Le loup qui était à leurs côtés, les regardait tour-à-tour, puis il s'assit en attendant patiemment que les deux amis daignent faire attention à lui.

Alexandre et Laura étaient parti chacun dans leur pensée en essayant de trouver une solution. Ils cherchaient quelque chose qui leurs permettraient d'avoir une petite trace des bandits. Quand d'un coup, un éclair passa en même temps dans leur esprits, et dans un sursaut commun, ils baissèrent dans un bel ensemble leurs têtes, et regardèrent l'animal qui les fixait tranquillement.

- Mais oui elle est là la solution ! S'écria ravit Laura.

- Oui c'est clair pourquoi ne pas y avoir pensé plutôt. Continua dans le même enthousiasme Alexandre.

Ce dernier se baissa afin d'être à la hauteur du loup et lui passa un bras autour du corps.

- Je pense que tu vas devoir jouer un grand rôle dans cette l'histoire. Cela te dérangerait de retourner au village, et d'essayer de trouver un objet où l'odeur de la fiancé y est imprégné ? Demanda Alexandre.

Laura était amusée de voir le jeune homme parler à l'animal comme si ce dernier était un humain. Le loup hocha la tête de compréhension et partit aussitôt après qu'Alexandre lui ait demandé d'être vraiment discret.

En attendant le retour de l'animal, Alexandre et Laura s'assirent sur le sol. Aucun des deux ne parlèrent. Ils laissèrent le vent qui venait de se lever, caresser tendrement leurs peaux dans une délicieuse odeur de fleurs sauvage.

- Tu penses que c'est ces bandits qui ont attaqué Nolan et Léa ? Demanda tristement Laura afin de rompre le silence.

- Non, ce ne sont pas eux. Quand nous sommes allés les récupérer, j'ai fait un rapide tour avec mes yeux pour voir leurs adversaires, et j'ai vu que c'était le seigneur de guerre Baphein.

- Quoi, mais comment a-t-il su que Léa était ici ?

- Je ne sais pas. Peut-être qu'il l'ignorait et qu'au début, il recherchait uniquement Nolan. Mais ce qui me titille un peu, c'est de la façon dont lui et ses hommes sont mort. Il y avait une telle sauvagerie dans les coups qu'ils ont reçus que j'ai directement pensé à Nolan.

- Nolan ! Mais pourquoi elle.

À cause de ce qu'elle a en elle, mais je me suis vite dit que c'était impossible, car les corps étaient pratiquement entier. Les coups portés ont été faite que par une épée. De plus, ce qui m'intrigue également c'est l'état de Nolan et de Léa. Toutes les deux étaient à moitié morte quand nous somme aller les récupérer, et peu de personnes ne sont capable de mettre Nolan dans cet état. Expliqua Alexandre.

- Tu penses qu'il c'est passé quoi ? Demanda Laura intéressée.

- Je ne sais pas, mais une chose est sur, c'est que le pouvoir de Nolan a été maitrisé comment je l'ignore, mais c'est la seule explication possible.

Tu es sûr ?

- Oui car connaissant Nolan, jamais elle n'aurait laissé Léa se faire frapper de la sorte, au point qu'elle se retrouve aujourd’hui entre la vie et la mort. Nolan tient trop à Léa pour que quelque chose lui arrive. Argumenta Alexandre.

- Donc si on en comprend ton raisonnement, Nolan aurai été maitrisée avant même que Léa et le combat avec les soldats ne commence. Conclu Laura.

- Oui c'est la seule explication possible, car la haine de Nolan aurai tuée toute l'armée, dans un immense bain de sang. Affirma le jeune homme.

- Alors ce qui veut dire, c'est que les hommes et le seigneur furent tués après par quelqu'un d'assez fort pour se faire onze hommes à lui seul. Dit la petite brune.

- C'est ce que je pense.

- Mais dans ce cas là, pourquoi la personne qui est venu à leur secoure, les a laissé pour mort dans la forêt ?

- C'est la question à laquelle je me pose. Je pense que nous aurons la réponse quand Nolan et Léa se réveillerons. Finit Alexandre.

Le silence se réinstalla entre eux deux. Laura était un peu nerveuse, c'était la première fois qu'elle se retrouvait vraiment seule avec Alexandre. Elle était contente, car elle se sentait vraiment bien en sa présence. La jeune femme sentait qu'elle pouvait déplacer des montagnes avec lui à ses cotés. Elle savait également que malgré ce qu'il lui avait dit, Alexandre était attiré par Léa. La petite brune ne pouvait vraiment pas en vouloir à Léa, car elle devait également admettre que cette jeune femme était belle et gentille. Laura ressentait malgré tout une petite jalousie, car elle aimerait vraiment qu'Alexandre se mette à la regarder de la même façon que pour la petite blonde.

- Je...C'est la première fois que n...nous, nous re...retrouvons s...seul t...tout les de...deux. Bredouilla t Laura en rougissant fortement.

Les mots firent tourner la tête d'Alexandre qui regarda la jeune femme avec des yeux surprit. Il se mit à sourire devant la rougeur du visage de Laura.

- Oui c'est vrai et je trouve cela plutôt cool. Répondit Alexandre calmement.

La jeune femme ne put retenir le sourire qui se dessina franchement. Ses yeux se mirent à briller et son cœur battre fort.

- C'est juste un peu dommage qu'il nous faut sauver une femme, pour enfin nous retrouver en tête-à-tête. Continua le jeune homme.

Ce dernier ne le montra pas, et réussi à bien masquer sa rougeur. Il était dans le même état que sa jeune amie. Alexandre commençait à se rendre compte qu'il s'attachait de plus en plus à Laura, et le faite de se retrouver tout les deux, lui fit vraiment plaisir.

- Oui mais on aura peut-être d'autres occasions par la suite. Tenta la petite brune avec appréhension.

- Oui j'espère. Répondit simplement Alexandre.

Le silence reprit de nouveau sa place, mais il fut interrompu par l'arrivé du loup. Alexandre et Laura se mirent immédiatement debout afin de l'accueillirent.

- Alors tu as réussi à trouver quelque chose ? Demanda la jeune femme avec espoir.

L'animal se mit à aboyer en guise de réponse et se mit en face de l'Est tout en continuant à japper.

Comme s'il comprenait ce que disait le loup, Alexandre lui demanda de les conduire à l'endroit.

Sans attendre, l'animal se mit à courir dans la direction où il s'était mit, poursuivit par ses deux nouveaux amis. Ils coururent tout les trois sans s'arrêter jusqu'à l'entrée d'une grotte. Cette dernière était camouflée par de gros arbres aux feuillages bien danse.

- Bien, donc d'après ce que tu c'est et l'odeur que tu as réussi à prendre, la jeune femme serai prisonnière ici ? Demanda Alexandre pour être sûr afin de ne pas faire de bêtises.

L'animal hocha sa tête, et les deux amis commencèrent à se préparer afin de savoir comment ils allèrent faire, pour entrer à l'intérieur sans se faire remarquer. Car aucun des trois ne savaient le nombre exact des bandits ni même leurs positions. La grotte à la première apparence était assez grande, et les hommes pouvait être de partout. Aussi bien proche qu'éloigné de l'entrée.

Alexandre et Laura essayèrent d'établir une stratégie. Ils savaient que même si le plus gros de la troupe se trouvaient dans les profondeurs des lieux, il y aurait obligatoirement des hommes à l'entrée afin de la protéger.

Une fois le petit plan mit en place, Laura monta dans un arbre et se cacha dans les branche. Elle était vraiment contente que les feuilles soient aussi touffu, car cela lui permettait de bien la camoufler. La jeune femme était à une bonne hauteur, car elle avait de cette façon l'entrée de la grotte dans son champ de vision. Pendant que Laura se prépare sur son perchoir, Alexandre s'approcha doucement de l'abri en se cachant lui aussi dans des buissons épais, et sortie son épée. Tout ceci fut fait sans le moindre bruit.

À son tour, le loup alla de l'autre côté de la grotte, et se cacha également dans de la végétation en se mettant à plat ventre, et regarda également l'entrée.

Laura une fois prête, attendit que son ami et l'animal en fasse tout autant. Quand elle vit que tout était prêt, la jeune femme prit son arc en main et sorti une flèche de son carquois. Doucement Laura plaça l'extrémité sur la corde et la tira au maximum tout en visant l'entrée de la grotte. Elle prit bien son temps afin de ne pas se louper. Quand la jeune femme eut sa cible en alignement avec sa flèche, elle relâcha d'un coup cette dernière, qui partit rapidement en une belle ligne droite avant de se planter dans le sol juste devant l'entrée.

Une fois l'arme lancée, Laura se plaqua contre le tronc de l'arbre et attendit. Alexandre et le loup en firent tout autant. Au moment où la flèche toucha le sol, ils mirent tout les trois leur sens en alerte, et sans faire le moindre bruit, ils attendirent de voir ce qui allait se passer.

Le temps s'écoula lentement, et au bout d'une dizaine de minutes en voyant que rien ne se passait, Laura sauta d'arbre en arbre pour aller dans un autre qui se trouvait pratiquement en face de la grotte. Dès qu'elle trouva sa place, la jeune femme reproduisit le même schéma. Une fois sa flèche relâchée, cette dernière alla se planter dans la grotte à la limite de l'entrée, et comme précédemment, la petite brune se plaqua contre le tronc et attendit.

Encore une fois rien ne se produisit. Cela rendait Alexandre et Laura très nerveux. Ils ne comprenaient pas pourquoi, les bandits ne sortaient pas alors que la provocation était bien visible. Ils commencèrent à se demander si le loup ne c'était pas trompé.

La petite brune bougea de nouveau de sa place, et alla dans l'arbre qui se trouvait à coté et qui était vraiment en face de l'entrée. Cette fois ci, Laura prit la branche qui était en continuité avec la grotte. De la où elle était, la jeune femme pouvait entre-voir l'intérieur. Malheureusement la distance, et la noirceur de la grotte, étaient trop importante pour lui permettre de voir correctement.

Encore une fois, Laura sorti une flèche de son carquois et la plaça sur son arc. Elle tira fortement sur le cordage, et contrairement aux fois précédentes, la petite brune, visa l'intérieur des lieux en mettant larme à hauteur d'homme. Quand elle trouva sa cible qui était une grosse pierre, la petite brune lâcha la flèche qui transperça l'air dans un sifflement avant de percuté lourdement la roche.

Cette fois encore Laura se plaqua contre le tronc de son arbre et attendit calmement. Alexandre de son coté resta dans son coin sans bouger et resta toujours sur ses gardes. Il commença à être neveux quand du mouvement se fit entendre dans la grotte. Le jeune homme agrippa fortement son épée au point d'avoir les bouts des doigts blanchir.

Le loup commença à avoir le poil qui hérissait, car lui aussi entendit les sons qui sortaient de la grotte. Il baissa entièrement ses oreilles et attendit. Ayant une ouïe bien plus développée que ses deux nouveaux amis, l'animal pouvaient entendre les pas ainsi que les paroles venant de l'intérieur.

Laura de son coté grâce à sa position, pouvait voir du mouvement dans la grotte. Elle ajusta son regard afin de se focaliser uniquement sur l'entrée. Elle pouvait voir deux hommes s'avancer. Doucement elle accrocha son arc dans son dos et sortit son épée.

Les trois amis attendirent avec le plus grand silence que les bandits sortent de la grotte. Quand les deux hommes furent à l'extérieur afin de savoir d'où pouvait venir la flèche qu'il détenait, Alexandre et le loup se jetèrent sur eux. L'animal tua celui qui se trouvait proche de lui alors que le jeune homme, transperça uniquement l'épaule du deuxième en se jetant sur lui.

Alexandre mit immédiatement sa main sur la bouche du voleur, quand ce dernier se retrouva coucher sur le dos, afin d'étouffer les cris pour qu'ils n’avertissent pas les autres. Le jeune homme mit ensuite son genou au niveau de la gorge de son ennemis et pressa légèrement le Larynx afin de tenir son prisonnier en alerte.

- Très bien, je vais retirer ma main de ta bouche, mais si tu parles, je te tues. Tu m'as bien compris ? Avertit froidement Alexandre.

Le bandit hocha lentement sa tête avec ses yeux remplient de peur. Il lutta contre la douleur de son épaule, et quand la main de son bourreau fut retirée, il parla.

- Que me veux-tu ?

- C'est très simple, je suis à la recherche d'une jeune femme que vous auriez enlevée dans village aujourd'hui.

- Je vois c'est les villageois qui t'envoie ? Demanda haineusement l'homme.

- Non, ses crétins sont tellement mort de peur, qu'ils préfèrent laisser l'un des leurs mourir, pour sauver leur peau. Donc en comprenant tes dires, la jeune femme est bien ici. Affirma Alexandre.

- Ça change quoi de le savoir, et de toute façon même si tu me tues, sache que mes compagnons te ferons mordre la poussière après afin de me venger. Cracha le bandit.

- Alors là je doute tu vois, pas qu'il me fasse mordre la poussière, mais qu'il te venge, car les petits bandits dans ton genre, je les connais. Vous ne valez pas mieux que ses foutus villageois vous fuyez à la moindre faiblesse. Répondit le jeune homme méchamment.

- Certes, mais tu ne repartiras jamais de cette grotte vivant.

- Où est la jeune fille ? Demanda Alexandre fermement.

- Tu crois que je vais te le dire, tu en sais beaucoup trop. Se moqua le bandit.

Alexandre commença à perdre patience, et pressa encore plus la gorge de l'homme avec son genou. Ce dernier sentit son cou se faire presser,et commença à paniquer.

- Répond sinon je continue. Dit Alexandre en s'énervant de plus en plus.

- El...elle e...est a...au f...fond d...de la...la gr...grotte. Bredouilla l'homme en manque d'air.

Le jeune homme se releva à ce moment-là et reprit son épée en main. Il commençait à se diriger vers la grotte quand il fut rejoint par Laura et le loup.

- Tu...tu a...as tort d...de m...me fa...faire c...confiance. Lui dit le bandit en reprenant son souffle.

- Ah bon et pourquoi cela ? Demanda la jeune femme.

- Parce que je pourrais très bien mentir. Dit l'homme en rigolant.

À ce moment-là, Alexandre perdit son sang froid, et attrapa la tête de l'homme en la faisant pivoter à quatre-vingt-dix degrés en lui brisant la nuque. Il relâcha ensuite sa victime sans vie sans aucune pitié.

- Mais qu'est ce...

- Je sais, mais nous n'avons pas le choix si nous voulons sortir la jeune femme d'ici vivante. La coupa Alexandre. De plus, je pense qu'il a raison. Ses compagnons doivent être assez fort, alors si nous voulons survivre à cette histoire, il faudra les tuer sinon c'est nous qui allons l'être. Dit-il avec un peu de culpabilité dans les yeux. Te sent tu capables de la faire ? De toute façon même si tu ne le peux pas, assomme les. Cela sera parfait, et je m'occuperais de leur sort après. Finit le jeune homme.

Laura ne dit rien et réalisa qu'elle était vraiment dans le monde de la guerre. Elle savait aussi qu'en quittant son village, ce genre de situation allait se produire. Jamais la jeune femme n'avait pris la vie un homme. C'était vraiment nouveau pour elle de devoir agir de la sorte. Laura choisit la deuxième option de son ami. Les assommer.

La jeune femme reprit confiance car elle ne pouvait certainement pas reculer alors que c'est elle qui avait décidé de venir. Laura sursauta quand elle sentit une main se poser sur son épaule. Elle leva la tête pour tomber sur des yeux noisette tendre.

- Ne t'inquiète pas tout se passera bien. Dit Alexandre gentiment.

La petite brune hocha la tête en laissant apparaître un timide sourire. Une fois la pression descendue, les trois amis commencèrent leur avancée dans la grotte qui était vraiment très sombre.













Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:23

CHAPITRE 20 :

Le petit groupe avançait lentement dans les profondeurs de la grotte. Cette dernière était parsemée de plusieurs chemins. Grâce à des torche que les bandits avaient installée, Alexandre, Laura et le loup ne furent pas dans le noir et pouvait voir où ils mettaient leurs pieds. Les trois amis avaient emprunté le chemin qui se trouvait en face de l'entrée. Ils suivirent l'odeur de la prisonnière qui avait été détectée par l'animal. Au moment où les jeunes gens arrivèrent à un petit tournant, Alexandre attrapa le bras de Laura, et la plaqua contre lui tout en lui mettant une main devant la bouche.

- Chut il y a deux hommes dans le couloir. Ne fait surtout pas de bruit. Chuchota le jeune homme.

La petite brune hocha la tête, et se dégagea de l'emprise de son ami quant-il la relâcha. Alexandre se plaqua immédiatement contre la paroi, et pencha sa tête très lentement. Il pouvait les apercevoir, et remarqua que les deux hommes leur tournèrent le dos. Sans attendre le jeune homme tourna la tête et regarda Laura.

La jeune femme comprit ce que le garçon attendait d'elle. Laura rangea son épée sans un bruit dans son fourreau, et sorti son arc avec une flèche. Le plus silencieusement possible, la petite brune visa tout en restant contre le mur, l'homme de gauche au niveau de son cœur. Le loup de son coté, s'avança vers celui de droite et au claquement de doigt d'Alexandre, Laura relâcha sa flèche en même temps que l'animal se jeta sur son adversaire.

Les deux voleurs tombèrent sans vie dans un petit bruit sourd. La petite brune rangea son arme pour reprendre son épée en main, puis les deux amis allèrent rejoindre le loup. Tout les trois continuèrent leurs expéditions de sauvetage avec encore plus de prudence. La vue des deux gardes leurs avaient fait comprendre qu'ils étaient sur le bon chemin. Le trio marchait avec une extrême prudence. Les jeunes gens ainsi que le loup regardèrent de temps en temps derrière eux afin de s'assurer de ne pas avoir été suivit. Ils arrivèrent à une autre croisement, les deux amis laissèrent l'animal chercher la direction par laquelle les bandits avaient pris. Le loup s'arrêta devant l'allée de droite, et commença à y pénétrer accompagner de ses deux humains.

Alexandre commençait à devenir de plus en lus nerveux, car tout ceci était bien trop facile pour lui. Laura et le loup sentirent l'état d'âme du jeune homme, et se mirent un peu plus sur leurs gardes. L'avancé se passa toujours sans encombre. Une fois de plus, ils tombèrent sur des gardes qui leur tournèrent le dos. Comme pour la première fois, le loup et Laura firent un beau duo en tuant en même temps, les deux hommes avec un seul coup. La jeune femme réalisa enfin, qu'elle venait de tuer pour la deuxième fois un homme sans ressentir la moindre remord.

Cela prouve que tu es destinée à être une redoutable guerrière. Lui chuchota Alexandre avec un doux sourire.

Ce petit compliment, envoya une pointe de fierté dans le cœur de la petite brune, qui comprit que sa vie, n'était vraiment pas faite pour la passer dans ce petit village, mais à parcourir le monde. Tout en rendant le sourire, Laura rangea son arme sur son dos. Comme Alexandre, elle remarqua que son stock de flèche était en train de diminuer. Il ne lui en restait seulement dix. La jeune femme se promit qu'une fois cette histoire finie, elle s'en fabriquerait d'autre.

Les trois amis continuèrent leur avancé. Sans que personne ne puisse l'entendre et le voir, Le loup marcha sur une sorte d'interrupteur qui était recouvert de terre sur le sol. D'un coup, Alexandre sentit une violente douleur lui transpercer l'épaule droite. Il en tomba à genoux et mit immédiatement sa main sur sa blessure. Le jeune homme tourna rapidement la tête pour savoir ce qui avait provoquée cela et découvrit une flèche plantée.

Laura et le loup se précipitèrent paniqués sur lui.

- Ne vous inquiétez pas ce n'est pas grave. Dit Alexandre en arrachant l'arme de son bras.

Laura eu un sursaut en voyant le sang s'écouler de la blessure.

- C'est impressionnant je te l'accorde, mais rien de grave. La preuve, je ne sens pratiquement plus la douleur. Dit le garçon pour essayer de rassurer son amie.

La petite brune ne voulais rien dire mais le visage pâle de son ami lui prouvait le contraire.

Le loup commença à lécher la plaie ouverte du jeune homme, afin d'arrêter le sang. Alexandre caressa l'animal avec affection avant de le remercier. Il arracha ensuite le bas de sa chemise et essaya de bander son épaule avec.

- Attend je vais t'aider. Dit Laura en prenant le bout de vêtement.

La petite brune prit le tissu et s'exécuta avec précaution. Pendant toute l'action, Alexandre regarda la jeune femme avec beaucoup d'admiration. Malgré la peur qu'elle avait ressentie au moment où il était tombé, pas une fois elle n'avait paniquée. Laura était restée vraiment très calme.

Alexandre regarda la jeune femme pendant tout le soin. Il ne pouvait pas lâcher le visage doux de cette personne. Plus les heures passèrent, plus le garçon était attiré par cette petite brune. Alexandre pouvait également sentir et apprécier la douceur des mains de cette dernière. Son cœur commençait à battre fortement. Sans qu'il ne se rende compte de rien, son regard devint de plus en plus doux. Laura se sentant observé, leva la tête pour tomber sur des yeux brillants remplient de reconnaissance. Troubler par l'expression du visage de son ami, la jeune femme baissa aussitôt sa tête tout en rougissant.

- C...cela devrait tenir pendant un moment. Dit Laura en ayant fini, le cœur battant.

Alexandre regarda le bandage de fortune faite par son amie et fut impressionné de la délicatesse du travail.

- Merci beaucoup. Tu es vraiment douée pour faire les soins. Dit le jeune homme tendrement.

- J'ai simplement l'habitude de le faire, alors c'est pas très difficile. Répondit Laura encore plus rouge.

Alexandre ne dit rien de plus, et se contenta de la regarder. Il n'arrivait pas à quitter la jeune femme des yeux, qui leva sa tête avant de plonger ses douces noisettes dans les siennes.

Ils détachèrent d'un coup leur regard de l'autre, quant-ils entendirent un grognement venant du loup. Sans attendre, Alexandre et Laura se mirent debout épée en main. L'animal se serra contre eux tout en se mettant devant. Ce dernier avait le dos rond et tous les poils hérissés. Le jeune homme en voyant la réaction de l'animal, avait compris que le danger qui arrivait, était très fort. Il serra fortement son épée et laissa tous ses instincts en éveille.

Laura de son coté, imita son ami et resta parfaitement concentrée. Plus la chose qui était au loin dans le couloir avançait, plus le loup grognait. Les deux jeunes gens virent l'animal commencer à faire des pas en arrière. Sans chercher à comprendre, ils firent la même chose que lui. Tout les trois reculèrent en devenant de plus en plus nerveux quand la chose s'approchait rapidement. Un grognement très sourd et non amical se fit entendre.

Le loup avait les babines retroussées au maximum, la tête baisser et les oreilles complètement couchées en arrière. Alexandre se mit en position de défense tout comme Laura et attendait la chose qui était proche d'eux. Aucun des trois ne purent reculer plus à cause d'un mur qui leur bloquait la route.

- Bon sang un cul de sac. Grogna Alexandre.

Les trois amis ne pouvait plus reculer et encore moins avancer. C'était dans le tournant du chemin, qu'ils virent l'ombre de la chose, et découvrirent qu'il s'agissait d'un gros ours. Quand ce dernier se montra au grand jour, les trois amis sursautèrent quand ils s'aperçurent qu'un deuxième l'accompagnait.

Les deux gros animaux se mirent devant les trois compagnons en les regardant fixement. Ils se mirent tout les deux sur leur pattes arrière en grognant de tout ce qu'il pouvait. À cause de la grotte, les cris raisonnèrent fortement en faisant pratiquement trembler la roche. Alexandre et Laura sentirent une peur monter en eux. Ils réalisèrent rapidement que pour réussir à s'échapper de cette situation, ils n'avaient vraiment pas le choix. Les deux jeunes gens devait impérativement tuer les deux animaux. Ils pensèrent également au loup qu'il devait obligatoirement protéger. Même si l'animal était venu de lui-même, ce dernier devait sortir coute que coute de cette histoire sein et sauf, sinon Nolan le leur ferais payer très cher.

Les deux amis ne purent réfléchir plus longtemps, car les deux ours se mirent à leur foncer dessus. Les animaux envoyèrent leurs grosses pattes avant sur le trio en les faisant valser dans le petit recoin de la grotte.

À l'endroit ou ils furent toucher par les griffes, une partie de leur peau arrachèrent. Sans attendre Alexandre et Laura se relevèrent immédiatement, et se jetèrent à leur tour sur les deux gros ours, épée en avant. Chacun des deux prirent un animal. Ils esquivèrent leur deuxième coup de pattes qui leur étaient destinée en se baissant, puis en prenant appuis sur leurs jambes, les deux jeunes gens se propulsèrent en direction de la gorge de leur adversaire. Malheureusement pour eux les deux ours se levèrent à ce moment-là et les deux amis ne purent que planter leurs larmes dans la poitrine.

La peau des animaux était si dure que les lames n'atteignirent pas les points vitaux. Les ours profitèrent de ce moment, pour redonner un autre coup de griffe à leur adversaire, et les fait voler contre le mur qui se trouvait en face d'eux.

Alexandre et Laura luttèrent contre la douleur de leur nouvelle blessure faite au niveau du ventre. Ils se relevèrent avec beaucoup de difficulté. Les coups portés les avaient énormément épuisés, sans compté la douleur de leur corps blessé. Tout deux avaient un bras et le ventre de blessés avec du sang s'écoulant. Les deux jeunes gens une fois debout, eurent leurs jambes tremblantes à cause des chocs contre la roche. Aucun des deux n'avaient l'intention d'abandonner. Ils s'étaient promit de sauver la jeune femme, et de revenir vivant auprès de Nolan et de Léa. Avant de se lancer tête baisser à la rencontre des deux ours, les deux amis se lancèrent un dernier regard remplit de confiance et de détermination.

Le loup lui de son coté avait essayé plus d'un fois de se mêler à la partie, mais à chaque fois, Laura ou Alexandre l'en empêchait en se mettant devant lui afin de la protéger des deux ours. Cette fois ci encore, il se jeta sur l'un des deux animaux, mais fut attrapé au vole par les pattes arrière, et envoyer derrière les deux humains qui ne voulaient en aucun cas voir l'animal se faire blesser. Le loup montra à chaque fois les crocs envers ses deux amis, mais en voyant que ses derniers ne pas vouloir changer d'avis, il accepta cette défaite et se mit en retrait afin de ne pas déranger les deux jeunes gens.

Ses derniers arrivèrent à grande vitesse sur les deux ours et esquivèrent toutes les tentatives de leur adversaire. Alexandre et Laura prirent leur animal respectif, et s'aperçurent que leurs épées était toujours plantées dans le corps des ours. Ils sautèrent de tout leur poids, sur leur adversaire en utilisant les murs comme tremplin pour atterrir sur leur armes. Une fois ses dernières tenues fermement dans leur deux mains, les jeunes gens appuyèrent de toute leur force dessus, ce qui permit aux épées de s'enfoncer complètement dans le corps des ours en leur transperçant le cœur.

Les deux ours se mirent à hurler de douleur tout en attrapant les deux amis avec leur pattes, avant de les envoyer de tout le poids une nouvelle fois contre le mur d'en face. Quand leurs corps avait atterris sur le sol, et sans prendre le temps de lutter contre la douleur, Alexandre et Laura avaient relevé leurs torses. Ils avaient attendu de voir ce qu'il allait se passer en suite. Tout les deux regardaient les deux victimes agoniser avant de s'écouler dans un corps sans vie.

Quand les animaux c'étaient écroulés sur le sol, Alexandre et Laura en faisaient tout autant afin de pouvoir reprendre leur souffle. Ils s'étaient mit en même temps sur le dos et respirèrent fortement. Le loup s'approchait doucement d'eux tout en grognant de mécontentement.

- Je suis désolé, mais s'il t'arrivait quelque chose, ton maitre ne nous le pardonnerais jamais. Dit Alexandre dans un sourire compatissant.

L'animal réagissait à ses mots et se calmait en comprenant. Doucement le jeune homme se redressa, et se mit en position assit avec le dos appuyé contre le mur. Il regarda l'étendu des dégâts sur le corps de Laura, en plus du sien. Malgré la quantité de sang qui s'écoulait, Alexandre pouvait voir que leurs blessures étaient superficiel. Il pouvait voir que la jeune femme avait également la lèvre d'ouverte en plus du dessus de l'arcade.

- Hé bien, cela met plutôt en forme ce genre de petit combat. Plaisanta Laura en voyant aussi les blessures faite.

- Tu l'as dit. Répondit Alexandre en souriant.

- Mais il sorte d'où ses ours ? Demanda la jeune femme intriguée.

- Je suis sûr qu'ils ont été envoyer par les bandits. Répondit Alexandre.

- Quoi ? Mais alors cela voudrait dire qu'ils sont au courant pour notre arrivée !

- Oui j'en suis sûr et la flèche que j'ai reçue, en fait partie.

- Hé bien nous qui pensions faire le plus discrètement possible c'est raté. Dit la jeune femme dégoutée.

- Je ne sais pas je penserais plus à autre chose. Contrat le garçon.

- À quoi ? Demanda Laura intriguée.

- Je ne sais pas, mais quelque chose me dis qu'ils ont été mis au courant de notre arrivé, avant même que nous quittions le village. Répondit le jeune homme.

- Un traitre ? Demanda Laura avec intuition.

- Oui cela m'en a tout l'air. Bon continuons, et sauvons cette jeune femme si elle existe bien. Finit Alexandre en se mettant debout.

- Ouep. Dit Laura en se levant également.

Ils prirent tout les deux leurs épées qui étaient toujours dans le corps des deux ours, et une fois rangées dans leur fourreaux, les deux amis revinrent sur le pas avec le loup à leur coté. Alexandre s'arrêta à l'endroit où il s'était pris la flèche dans le bras, et commença à chercher quelque chose. Il fouilla le lieu sous les yeux étonnés de ses deux amis. Sans rien dire le jeune homme passa l'endroit au peigne fin. Quand il frotta le sol avec sa main, le garçon sentit quelque chose qui n'avait rien à voir avec le reste de la grotte. Sans attendre Alexandre balaya la terre sur ce qu'il avait sentis et découvrit un interrupteur.

- Hé bien voilà. Dit-il en se tournant vers la jeune femme et le loup. Regardez, voilà ce qui a provoqué la flèche et regardez ça. Dit-il en montrant une ouverture dans la roche qui se trouvait en face de lui.

- Mais attend tu veux dire que...

- Oui l'un de nous a marché sur cette chose, ce qui a enclenché un mécanisme, qui a activé la flèche et qui a provoqué l'ouverture de la cachette des deux ours. Dit-il en se relevant.

- Mais pourquoi ses animaux nous on suivit ? Demanda Laura sans comprendre.

- C'est très simple, à cause du sang. La flèche est partie d'un endroit ou personne ne pouvait l'arrêter et les ours, n'ont eu cas suivre l'odeur du sang pour nous retrouver. Expliqua Alexandre.

- Mais attend. Qu'est ce que cela veut dire ? Tu penses que tout ceci a été mis en place pour nous ? Demanda Laura avec un doute dans la voix.

- Non je ne le pense pas. Les bandits ont dû mettre ce piège en place bien avant, au cas ou un rôdeur viendrait perturber leur tranquillité. Répondit Alexandre.

- Je comprends. Donc cela voudrait dire que nous aurons encore d'autre piège pendant notre avancer.

- J'en suis certain, et je pense que ses bandits ont choisi cette grotte, à cause des nombreux chemins qui la parcourt. En faite, si tu ne connais pas cet endroit, tu peux vraiment te perdre dans ce labyrinthe. Expliqua le jeune homme.

- Mais il y a un truc que je ne comprends pas, pourquoi l'odeur de la jeune femme nous à guider dans cette direction ? Demanda la jeune femme intriguée.

- Je pense que comme je te l'ai dit, un ou plusieurs villageois sont ami avec ses bandits. Ils les ont surement mit au courant de notre arrivée. Comme ils ont vu le loup être avec nous, ils se sont doutés que nous allions l'utiliser afin de retrouver la jeune femme. Expliqua Alexandre.

-Donc ils ont fait en sorte de mettre l'odeur de la fiancé de partout afin de perturbé l'odorat de notre ami. Dit Laura en continuant l'argumentation.

- C'est ce que je pense aussi. Ils vont tout faire pour nous empêcher de les atteindre. Cela me fait dire, que s'ils utilisent ce genre de procédé au lieu de nous affronter directement, ça veut dire qu'ils ne sont pas aussi fort qu'ils voudraient bien le faire croire. Mais restons malgré tout sur nos garde si jamais, ils le sont vraiment. Finit Alexandre.

- Oui.

Le trio reprit la route et une demi-heure plus tard, ils arrivèrent à un croisement. Cette fois-ci, les jeunes gens ne pouvaient plus compter sur l'odorat du loup qui était franchement faussé. Ils purent uniquement compter que sur leur instinct afin de trouver la bonne voie. Alexandre Laura et le loup devaient choisir entre le chemin qui se trouvait sur leur droite et celui d'en face. Ils se mirent à réfléchir sérieusement afin de ne pas se tromper une fois de plus.

- Bon cela ne sert à rien de perdre trop de temps à réfléchir alors que d'une manière où d'un autre nous devrons affronter leurs pièges. Dit Alexandre en prenant le chemin de droite.

Étant du même avis que lui Laura et le loup le suivirent en restant sur leur gardes. Même si l'odorat du loup ne pouvait plus pister la prisonnière, son instinct pouvait leur permettre de voir le danger arriver, avant qu'il ne leur tombe dessus. Les deux jeunes gens continuèrent à marcher dans le plus grand silence, tout en restant bien groupés. Cette fois ci, ils passèrent le chemin sans encombre, avant de retomber sur un autre croisement avec trois possibilités.

Là encore ils se mirent à réfléchir et c'est Laura, qui choisi le chemin de gauche. Pendant toute l'avancée, une odeur de soufre se fit ressentir. Alexandre était vraiment nerveux, ceci ne lui plaisait guère. Plus le trio avançait, plus une chaleur intense s'installa. Le loup à cause de son pelage, avait de plus en plus de mal à respirer, car la température devenait de moins en moins supportable. Alexandre qui le vit, demanda à l'animal de repartir dehors. Mais ce dernier protesta si fortement que le jeune homme fut obligé de capituler. Le garçon tout comme Laura, était en sueur. De grosse goute coulèrent de leur visage.

- C'est une sacrée fournaise qu'est ce qu'il se passe ? Demanda Laura inquiète.

- Je ne sais pas, mais cela ne me dit rien de bon.

Malgré son impression, tout deux décidèrent de continuer dans cette direction. Ils arrivèrent au bout du chemin et écarquillèrent leurs yeux quand ils virent une impasse. Cette dernière était munie d'un gros fossé avec de la lave en ébullition au fond. Le trio allait faire demi tour, quand deux hommes se planta devant eux épées en main.

- Je vois, même si nous avions décidé de faire demi tour, nous n'aurions pas put à cause d'eux. Dit Alexandre avec un sourire nerveux.

- Exact, et pour vous, votre voyage s'arrête ici. Dit l'un des deux hommes.

- Ne nous sous-estimez pas ! Cracha Laura en sortant son épée pour se mettre en garde.

Alexandre imita son amie. Il fut particulièrement fier de voir que cette dernière n'était pas du tout impressionnée par les deux bandits.

- Très bien, et si nous arrêtions les bla-bla pour aller directement au fait ? Proposa le deuxième homme.

- Avec plaisir. Dit la jeune femme en se jetant sur le premier. Elle lança son épée en direction du visage de son adversaire qui para l'attaque aisément. Laura se baissa afin d'éviter le contre de l'homme qui visait également sa tête.

Alexandre de son coté para la lame de son bandit qui lui arrivait par la droite. Il répondait par un puissant coup d'épée en l'envoyant au-dessus de la tête de l'homme. Ce dernier leva son arme afin d'arrêter l'assaut et envoya un coup de pied dans le ventre du jeune homme. Ce dernier l'esquiva avec facilité en sautant avant d'atterrir fermement sur ses deux pieds. Alexandre envoya un beau coup de pied retourner en plein dans la mâchoire de son adversaire ce qui avait pour effet de l'envoyer valser.

Laura de son coté para tous les coups que son homme lui donna. Ce dernier passa son épée au-dessus d'elle. La jeune femme leva aussitôt son épée afin d'arrêter l'attaque. Elle profita de ce moment pour lancer un puissant coup de pied dans le ventre de son adversaire, qui ne put l'éviter et qui en tomba à la renverse. Laura tira parti de cet instant pour se jeter sur lui épée en avant, mais l'homme se redressa légèrement et lui fit une balayette. La jeune femme chuta dans sa course. Elle leva de justesse son épée pour parée l'attaque de son adversaire qui lui arrivait droit dessus. Tout en restant au sol, Laura colla son pied contre le bas ventre du bandit et de toute ses force, elle le poussa afin de lui faire perdre l'équilibre. Pendant que l'homme essaya de ne rester debout, Laura en profita pour se remettre sur pied en position défensive.

Alexandre de son coté, réussissait à esquiver plusieurs attaques adverses en se déportant sur les cotés. Il profita d'un moment d'inattention de son bandit pour lui assainit un coup d'épée dans le corps. Malheureusement pour lui son attaque toucha uniquement le bras droit de l'homme qui c'était déporté au dernier moment. Sans attendre, le jeune homme lança plusieurs assauts à son adversaire qui para à chaque fois.

La chaleur était si insupportable, qu'elle affaiblissait encore plus nos deux amis. En plus de leur corps déjà blessé et fatigué du combat contre les ours, la fournaise de la lave les rendait pratiquement sans défense. Les deux jeunes gens pouvaient également s'apercevoir que leurs adversaires étaient très bien habitué à cette chaleur, car ils n'en étaient aucunement affecté. C'est à ce moments-là qu'Alexandre se rendit compte que les deux bandits n'étaient pas à fond dans le combat.

- Bon sang. Dit-il en réalisant ce qu'il se passait.

À ses mots, Laura tourna vivement la tête pour regarder Alexandre. Le bandit profita de cet instant pour transpercer d'un coup d'épée, l'épaule gauche de la jeune femme avant de lui donner un puissant coup de poing dans la mâchoire, qui la fit voler et atterrir aux bords du ravin.

- LAURA !  !  ! Hurla Alexandre en voyant sa jeune amie partir en direction du fossé.

Le jeune homme se calma quand il la voyait tomber à la limite en restant sur la terre ferme. Cet instant lui couta cher. Son adversaire imita son compagnon et lui planta sa lame dans le coté droit de son ventre avant de lui envoyer lui aussi un gros coup de point. Alexandre se tordit de douleur quand larme entra dans son corps avant de se sentir expulser par une puissante droite pour atterrir au coté de la petite brune.

- Bon sang que ça fait mal. Dit-il en tenant sa blessure.

- Je te l'accorde. Répondit Laura en se tenant l'épaule. Mais qu'est ce qu'il t'a pris de parler tout à l'heure.

- Je...je suis désolé c'est de ma faute si tu t'es fait blesser. Commença-t-il tristement. Ses deux fils de chien ne se battent pas à fond depuis le début. Lâcha-t-il avec colère.

- Quoi comment ça ?

- Ils sont tout les deux habitués à la chaleur de la lave alors que nous non. Ils font exprès de ne pas se battre à fond, afin de nous laisser nous épuiser rapidement à cause de la température. Et d'après ce que je constate, ils réussissent.

- Bravo je vois que tu es vraiment intelligent. Dit l'un des bandits en frappant dans ses mains. Tu as réussi à analyser ceci en cinq minutes de combat. Je te félicite car les autres adversaires ne l'avait jamais remarqué et en sont malheureusement mort.

- Vous ne vous battez loyalement ! Cracha Laura.

- Qui a dit qu'un combat devait être loyal, du moment que l'on gagne. Répondit le deuxième homme.

- Espère d'enfoiré. Dit Alexandre en se relevant.

Une fois sur pied, le jeune homme se jeta avec rage sur son adversaire. Il força ce dernier à se battre sérieusement, car il avait également comprit que si les deux hommes ne le faisait pas, c'était pour ne pas s'épuiser. Alexandre mit de la force dans ses coups. Son adversaire commençait à avoir beaucoup de mal à garder son calme et commença à entrer de plus en plus dans la rage du jeune homme.

- Non arrête ! Ne rentre pas dans son jeu. Cria le deuxième bandit à son ami en devinant les intentions d'Alexandre.

- La ferme ! C'est moi qui m'occupe de toi ! Cracha Laura en imitant le jeune homme.

Elle frappa aussi son adversaire avec des coups lourd. Les deux amis réussissent enfin à faire combattre les deux bandits sérieusement. Mais cela leur couta leur force qui partirent rapidement.

Le loup qui vit ses deux amis sur le point de perdre le combat, décida malgré les conséquences de se lancer dans la bataille. Il se jeta sur le dos du bandit qui combattait Alexandre. Ce dernier se mit à hurler quand il sentit les crocs se planter dans son dos. C'est avec rage que l'homme attrapa le pelage de l'animal. Quand il réussit à faire lâcher ce dernier qui lui avait arraché une bonne partie de la peau, le bandit le lança de toute ses force dans le fossé.

Alexandre voyant avec horreur le loup entrer dans le trou, se jeta sans réfléchir aussi dans le vide avec les deux mains en avant. Il fut heureux d'avoir eu un bon réflex, car cela lui avait permis d'attraper la peau du cou du loup par la main droite et de se raccrocher à la paroi par la gauche.

Laura qui avait vu cette scène avec terreur, avait laissé sa rage prendre le dessus. Son adversaire qui était sur le point de lui envoyer un coup d'épée par le dessus de sa tête, se reçu la lame de l'épée de la jeune femme en plein cœur, Laura coupa en deux ce dernier au moment où elle retira sa lame avec violence.

Le bandit qui avait jeté le loup dans le vide, c'était rapproché du bord. Alexandre qui devinait les intentions de l'homme, se remplissait de terreur car il ne pouvait malheureusement pas se défendre. Ce dernier jouissait de voir la peur se lire dans les yeux de sa victime. Le cri qu'il avait entendu ne le déconcentrait pas, car il pensait que c'était la jeune femme qui venait de se faire tuer. Le bandit serra fortement le manche de son épée entre ses deux mains, avant de les lever le plus haut possible. C'était avec jouissance, qu'il abaissa de toutes ses forces l'arme en direction du visage d'Alexandre qui ne pouvait rien évité.

Ce dernier en acceptant son sort, avait fermé les yeux en baissant sa tête. Le jeune homme les rouvrit quelques instants plus tard avec étonnement, car rien ne c'était passé. Il leva sa tête pour voir son bandit le corps tremblant, avec le corps transpercé par une lame.

Laura qui avait vu ce que l'homme allait faire, se jeta sur lui sans réfléchir et lui enfonça lourdement son épée dans le corps par le dos.

- Tu ne feras jamais de mal à Alexandre. Dit-elle la voix remplis de haine.

La petite brune retira d'un coup son arme du corps de l'homme qui se retourna tout tremblant. Il porta son attention à son ami et vit que la personne qui avait été tuée, n'était autre que ce dernier et non la jeune femme. Du sang commençait à couler de sa bouche. Ne pouvant plus tenir son épée, le bandit la lâcha et porta ses mains à la blessure mortel qui avait été faite.

- N...non, i...im...impossible.

- Vas mourir en enfer ! Lâcha Laura avant de le pousser violemment dans le ravin. Elle regarda sans expression la chute de son adversaire qui se finissait dans la lave en fusion.

Alexandre avait regardé l'action avec beaucoup de surprise. Il ne s'attendait pas à ce que la jeune femme régisse de la sorte. Le jeune homme découvrit une nouvelle facette de son amie, et comprit qu'elle pouvait devenir vraiment violente pour sauver ses amis. Alexandre ne s'en plaignait pas, car cela lui avait permis de rester en vie. Il se mit à sourire quand cette dernière s'accroupit en lui tendant la main.

- Passe-moi le loup et accroche-toi aussi longtemps que tu le peux, pour que je puisse te remonter après. Dit la jeune femme.

Alexandre avec le peux de force qu'il lui restait, avait réussi à tendre le loup à son amie qui l'avait attrapée sans problème avant de le poser sur le sol. La chaleur des roches ainsi que la lave, eut raison d'Alexandre qui ne put tenir plus sa prise. Laura réagit immédiatement, et réussit à attraper le bras du garçon en se penchant au maximum avant que ce dernier ne fasse une chute libre.

Alexandre soupira de contentement puis en utilisant ses dernières forces, il aida Laura dans sa propre ascension. Cette dernière était déterminée à remonter le jeune homme et malgré son épuisement, elle ne lâcha en aucun cas ce dernier. La petite brune remercia silencieusement ce dernier de l'aider dans sa tâche. Quand Alexandre fut de retour sur la terre ferme, les deux amis se laissèrent tomber sur le sol une nouvelle fois à bout de souffle.

- N...nou...nous ne de...devrions pa...pas res...rester i...ici. Dit Laura en reprenant son souffle.

- Tu...tu as r...rai...raison. Finit Alexandre de la même manière.

En usant de leur réserve d'énergie, les deux amis se remirent debout, et s'éloignèrent le plus possible des lieux. Pendant toute leurs marche, ils se tenaient aux murs tout en titubant. Le loup qui était resté à leurs côtés, veillait à ce qu'aucun des deux ne s'écroule. Il était plus que reconnaissant envers les deux humains qui venaient de lui sauver la vie. À son tour, l'animal faisait en sorte qu'eux deux le reste également en gardant ses sens bien en éveille.

Quand ils furent assez éloignés de la chaleur, les deux amis se laissèrent tomber au sol en profitant aisément de la fraicheur de la grotte. Ils s'étaient tout les deux assit l'un en face de l'autre. Les deux jeunes gens se regardèrent sans dire un mot. Seule leur halètement se faisait entendre. Alexandre posa ses yeux sur le corps de la jeune femme, et vit que celui ci avait reçu un méchant coup d'épée. Sans prendre le temps de ce reposé, le jeune homme arracha un autre morceau de sa chemise avant de s'approcher doucement de Laura pour commencer à nettoyer la plait avant de la bander.

La petite brune fut vraiment surprise du geste de son ami et le regarda avec beaucoup d'émotion dans les yeux. C'était la première fois qu'Alexandre était si proche d'elle et qu'il s'occupait d'elle de la sorte. Laura ne put empêcher son cœur de battre fortement dans sa poitrine. Quand elle vit Alexandre finir son travail, la jeune femme posa ses yeux sur la blessure que son ami avait et s'aperçut qu'elle était plus sérieuse que la sienne.

Le jeune homme qui voyait les yeux de son amie étaient attirés par son corps, regardait ce qu'elle voyait et découvrit sa blessure. Il leva les yeux en les posant sur la petite brune qui le regardait. Sans dire un mot, Alexandre enleva complètement sa chemise et la donna à Laura qui commença à en faire des lambeaux. Une fois finit, la jeune femme les assemblaient pour en faire un long bandage. Quand son travail était terminé, la petite brune prit le dernier morceau de tissu qu'elle avait mise de coté et commença à nettoyer la plaie qui était sur le coté droit du ventre du jeune homme.

Avec la plus grande délicatesse, Laura passa autour de l'entaille afin d'enlever la terre. Elle sentit Alexandre avoir des spasmes de douleur et s'excusa de lui faire mal.

- Non ne t'excuse pas. Dit tendrement ce dernier. C'est pas toi mais les petits cailloux qui font mal. Dit-il avec le plus doux des regards.

- Je vais faire plus attention quand je les retirais. Répondit la jeune femme le cœur battant fortement.

Sans rien dire de plus, Laura retourna à son travail. Les mouvements étaient faits avec telle douceur, qu'Alexandre ne sentit plus les petits corps étrangers lui faire mal, et se laissa faire avec grand bonheur. Le jeune homme sentit lui aussi son cœur battre fort et un étrange sentiment s'installa en lui. Il baissa la tête pour regarder la jeune femme qui le soignait et se sentit rougir, quand il se rendit compte qu'une puissante attirance pour cette dernière était en train de se faire.

Laura sentit le regard posé sur elle, mais ne se laissa pas déconcentrer. Les sentiments qu'elle commençait à avoir pour le jeune homme grandirent de plus en plus. La petite brune savait que c'était de l'amour qu'elle avait pour lui et rien d'autre.

Une fois que le nettoyage était fini, Laura attrapa le tissus et commença à bander le ventre en faisant bien attention à ne pas faire de mal à son ami.

Ce moments-là était si intense pour les deux jeunes gens car, à cause du bandage, les deux corps étaient pratiquement collés l'un à l'autre. Alexandre luttait de toutes ses forces pour ne pas prendre la jeune femme dans ses bras. Laura de son coté en faisait tout autant. L'action dura quelques minutes avant que tout redevienne silencieux.

Les deux amis ainsi que le loup avaient décidé de rester ici un moment afin de reprendre des forces. Tout les trois savaient qu'ils ne pourraient pas en reprendre avec de la nourriture où de l'eau et que la seule façon de la faire, c'était de se reposer. Le trio ne savait pas depuis combien de temps ils étaient dans cette grotte. Tout ce qu'ils pouvaient dire, c'était que leurs corps réclamaient un repose bien mérité.

Alexandre qui avait collé sa tête contre le mur avec les yeux fermé, sentit sa voisine devenir de plus en plus nerveuse.

- Que t'arrive-t-il ? Demanda ce dernier un peu inquiet.

- J'arrive pas à fermer les yeux. Un ennemi peut nous attaquer à tout moment. Cette grotte me donne vraiment mal à l'aise.

Alexandre se mit à soupirer doucement tout en souriant. Il se leva et sous la grande surprise de la jeune femme, le garçon passa derrière elle en la forçant à avancer avant de se rassoir en la collant à lui. Laura ne savait pas quoi faire. Son cœur se mit à battre très fortement et tout son visage devinrent rouge. Le jeune homme était dans le même état que sa jeune amie, mais il se devait de la protéger et il n'avait trouvé que cette solution.

- Comme ça tu seras protégée et tu pourras te reposer un moment. Dit Alexandre tendrement. Et si tu as peur que l'on soit attaquer, le loup est là pour nous avertir du danger. De plus, je suis également là et je ne laisserai personne te faire du mal. Finit-il en espérant d'avoir réussi à calmer la jeune femme.

Cette dernière face aux mots se détendit et hocha la tête. Laura était tellement bien contre le corps du jeune homme, qu'elle avait peur de parler en pensant que cela casserait quelque chose. Se sentant enfin en sécurité en plus d'être vraiment épuisé, la jeune femme ferma les yeux pour partir dans le pays des songes.

Alexandre passa ses bras autour du petit corps en le collant tendrement contre le sien. Il se mit à sourire quand il sentit la jeune femme se blottir inconsciemment dans ses bras pendant son sommeil. Lentement, Alexandre posa sa tête sur le haut de la chevelure brune, avant de fermer les yeux pour aller rejoindre sa jeune amie dans le pays des songes.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:23

CHAPITRE 21

Alexandre se réveilla doucement. Malgré son estomac qui grondait, il se sentait plus en forme que la veille. Il baissa la tête pour voir la jeune femme qui dormait toujours dans ses bras. La tentation étant trop forte qu'il ne put résister plus longtemps. Il leva et posa sa main sur le fond de la petite brune. Le jeune homme commença à le caresser tendrement. Alexandre sursauta et la retira rapidement quand les yeux de Laura s'ouvrir dans deux grosses billes rondes. Son cœur se mit à battre la chamade et aucun son d'excuse ne put sortir.

Le contact de la peau du jeune homme fit sortir Laura de son sommeil. Elle avait ouvert les yeux en pensant qu'elle était toujours dans son rêve et réalisa que non. Son cœur s'emballa et elle non plus ne put émettre un son tellement la situation était déroutante.

Alexandre réussit à se calmer et reposa sa main sur le visage de la jeune femme en la caressant doucement.

- Finissons cette affaire et nous pourrons nous occuper de nous plus librement après. Dit-il tendrement en rougissant légèrement.

- Oui. Put simplement dire Laura en fermant les yeux pour apprécier ce doux geste.

Elle aussi rougissait légèrement et ne put cacher le petit sourire qui se manifesta. Quand la jeune femme ouvrit les yeux, son cœur manqua un battement quand elle vit le regard d'Alexandre briller de mille feux. Ce dernier avait fini par ce l'avouer il, était tombé amoureux de Laura et son attirance pour cette jeune femme allait bien au-delà de ce qu'il avait ressentit pour Léa jusqu'à maintenant.

En ce mettant tout les deux d'accord pour leur retour, ils se levèrent et commencèrent à marcher avec le loup à leur coté, qui avait monter la garde durant leur temps de sommeil. Malgré leur manque de nourriture, leur corps c'étaient suffisamment reposé et c'était celui qui se trouvait en face d'eux. Ils avancèrent en restant toujours sur leurs gardes. Les deux amis savaient qu'ils ne pouvaient se blesser d'avantage même si celles qu'ils avaient étaient non mortel.

Alexandre s'arrêta à mit chemin ce qui força ses compagnons à l'attendre.

- Qu'est ce que tu as ? Demanda Laura.

- Regarde. Dit le jeune homme en montrant un emblème sur le mur.

Laura regarda attentivement et ne comprenait pas.

- Oui il est beau, mais à part une épée recouverte de lierre, je ne vois pas en quoi cela serai quelque chose d'important.

- Au contraire. La contra Alexandre. Cet emblème était au-dessus de la porte que je pense être, la maison du fameux fiancé.

- Quoi !

- Oui. Pendant que tu disait ce que tu pensait à lui et à sa famille, j'ai regardé un peu de partout et je suis tomber sur ça. J'avais pas trop chercher à comprendre à ce moments-là, mais en y repensant, il n'y avait que cette maison ci qui possédait un emblème.

- Mais alors cela voudrais dire que...

- Que soit c'est l'un des membres de cette famille, qui à fait enlever cette fameuse femme, soit, toute cette histoire est fausse.

- Mais si cette histoire est fausse cela voudrais dire quoi ?

- Je ne sais pas, mais tout ça ne me plaît pas des masses. Tu sais quoi ? En vue de ceci, je me dis que c'est vraiment le bon chemin. Allons jusqu'au bout et nous verrons ce qu'il va se passer après.

- Oui dépêchons nous. Finit Laura.

Le trio accélérèrent leurs pat. Ils arrivèrent dans une sorte de grande salle une demi-heure plus tard. Ils furent extrêmement surpris de voir cette dernière complètement vide avec un feu éteint au milieu.

- Mais qu'est ce qu'il se passe ici ? Commença Laura nerveusement.

- Je ne sais pas mais j'ai un très mauvais pressentiment. Répondit Alexandre.

Le petit groupe avança lentement en regardant bien tout autour d'eux, afin de ne pas se faire tuer ou attaquer. Ils regardèrent de chaque côté des lieux. Alexandre alla vers le foyer mort et attrapa une bûche pour la mettre sous son nez pour la sentir.

- Il n'y a pas longtemps qu'il fut éteint. Dit-il en reposant l'objet à sa place.

- Regarde ! Dit Laura en se précipitant sur le sol.

- Quoi ?! Demanda le jeune homme en s'approchant de la jeune femme.

- Ça ! Répondit cette dernière en lui tendant une lettre.

Un parchemin avec l'emblème de la famille inscrit dessus. en plus de cela, les deux jeune gens découvrirent des goutte de sang un peu éparpillé.

- Mais qu'est ce que cela veux dire ? Dit Alexandre sans comprendre.

D'un coup un gros bruit se fit entendre et une grosse cage tomba du plafond avec une femme morte en décomposition à l'intérieur.

- Bon sang ! Cria Laura sur le point de vomir à cause de l'odeur du cadavre.

- Elle est morte depuis plusieurs jours. Dit Alexandre en la regardant. Et je pense que c'est elle, la fameuse fiancé regarde. Dit-il en attrapant un le collier que la morte détenait.

Laura se pencha pour regarder et vit le même emblème dessiner dessus.

- Mais alors pourquoi avoir inventé tout cette histoire ? Demanda t-elle.

Alexandre se mit à réfléchir quelque instant.

- Je ne sais pas, mais il y a quelque chose que nous avons et qui intéresse beaucoup cette famille. Bon sang ! Il faut partir immédiatement. Finit-il avant de se mettre à courir en direction de la sortie.

- Mais qu'est ce qu'il se passe ? Demanda Laura voulant comprendre le subit changement de comportement.

- Je te l'expliquerai après, pour le moment il faut retourner au plus vite au village. Répondit le jeune homme à l'intention de Laura. Peut-on monter sur ton dos ? Nous irions plus vite comme ça. Demanda-t-il à l'intention du loup.

Ce dernier ce mit à aboyer en guise d'approbation et sans attendre, Alexandre prit Laura dans ses bras, et sauta sur le dos du loup qui parti au triple galop en reprenant le chemin inverse. L'animal courait aussi vite qu'il le pouvait. Il avait réussit à tout mémoriser durant toute l'allée, et ce fut un jeu d'enfant pour lui de ressortir de la grotte. Une fois enfin dehors, c'est avait stupeur que les deux humains virent le lever du soleil.

- Bon sang ! Nous avons passé une journée entière dans cette foutu grotte pour rien. Raja Laura en descendant des bras d'Alexandre qui avait remis les pieds à terre.

- Nous n'avons pas le temps pour cela ! Aller viens ! Dit ce dernier en attrapant la main de la jeune femme pour la traîner derrière lui.

- Mais qu'est ce qu'il se passe ? Demanda de nouveau Laura voulant comprendre.

- Si je ne me plante pas, Nolan est en danger ! Dit-il en se précipitant vers le village qui était juste à coté.

Le trio y entrèrent sans arrêter leur course et se précipitèrent vers l'auberge. Alexandre ne prit pas le temps de se calmer, et ouvrit la porte avec Violence. Le patron et les premiers clients sursautèrent sous la violence de l'ouverture. Alexandre ne s'arrêta pas pour autant malgré les protestations de l'aubergiste, et monta quatre à quatre les marches qui le conduisaient dans la chambre où dormait Nolan et Léa. Il ouvrit une fois de plus la porte avec violence, et ce jeta sur Nolan en sortant son épée afin de parer un coup de lame qui allait s'abattre sur la jeune femme brune.

- J'avais vu juste. Dit Alexandre en gardant l'équilibre. Mais je ne vous laisserai pas faire ! Finit-il en poussant l'agresseur par le ventre avec le pied.

L'homme qui avait le visage caché, réussit à reprendre son équilibre et se jeta sur Alexandre. Ce dernier para le coup d'épée avant d'envoyer un coup de point du gauche au niveau des cotes de l'agresseur avant de le finir par un puissant coup de pied dans le visage. Celui ci s'écoula inconscient sur le sol.

Alexandre ne perdit pas de temps et attrapa Nolan en la mettant directement sur son épaule.

- Attrape Léa on se tire ! Ordonna la jeune homme.

Laura ne cherchant pas à comprendre, et fit exactement ce que son ami dit en mettant la petite blonde sur son épaule, de la même manière que lui. Alexandre envoya un gros coup de pied dans le visage de l'agresseur qui était en train de se lever puis partit sans attendre hors de la chambre avec la jeune femme.

Ils descendirent de nouveau quatre à quatre les marches et une fois arrivés dans la salle principale, ils ne prirent pas le temps de s'arrêter et se précipitèrent dehors. Le loup arriva avec les chevaux de tout le monde. Alexandre et Laura montèrent rapidement sur leur monture et partirent au triple galop.

L'agresseur qui c'était relevé entre temps, se mit à les poursuivre en volant le cheval d'une jeune femme. Alexandre et Laura le vit.

- Bon sang c'est pas possible mais qu'est ce qu'il nous veux ? Ragea la jeune femme.

- Ils veulent tuer Nolan ! Répondit en toute hâtes Alexandre.

- Mais pourquoi ?! Demanda de nouveau Laura stupéfaite de la réponse.

- Je ne sais pas, mais je suis sûr que tout ceci à un liens entre le seigneur de guerre et son pouvoir. Répondit le jeune homme.

Laura commençait à en avoir marre de toute cette histoire. Elle remarqua que leur poursuivant les rattrapèrent de plus en plus. Perdant complètement son sang froid, la jeune femme attrapa son arc et une flèche. Elle tourna son corps pour être pratiquement en face de l'agresseur, et le visa après avoir armé la pointe. Quand elle réussit à obtenir une bonne stabilité sur son cheval alors que ce dernier galopait, Laura lâcha avec bonheur la flèche qui traversa les airs dans un beau sifflement, avant d'aller se loger dans le cœur de l'agresseur.

Laura rangea sans attendre son arme sur son dos et reprit sa position initial. Elle se mit à rougir quand elle vit Alexandre la regarder complètement surpris.

- Ben quoi au moins comme ça il ne nous suivra plus. Dit elle en haussant les épaules avec une petite rougeur qui montait sur ses joues.

Le jeune homme ne put s'empêcher de rire devant le visage innocent de la jeune femme.

Les deux amis firent galoper encore plus vite leur chevaux. Cela faisait plus d'une heure qu'ils chevauchait à travers les pleines de la Grèce avec leurs deux blessées sur leurs genoux. Ils ralentirent la course pour la faire devenir une marche lente et calme.

- Bon, nous faisons quoi maintenant, et où allons nous ? Demanda Laura.

- Je ne sais pas, mais nous devons trouver un médecin de toute urgence, car j'ai peur que celui du village n'est pratiquement rien fait de plus. Répondit Alexandre tout en réfléchissant à ce nouveau problème.

- Ou allons nous alors ? Demanda de nouveau la petite brune.

- Nous ne sommes pas très loin de GREVENA qui n'est pas loin de LOANNINA ma ville natal. De toute façon nous n'avons pas le choix car la Macédoine est trop dangereuse pour nous avec tous ses seigneurs de guerre qui commence à être à la poursuite de Nolan. Répondit Alexandre.

- Tu veux y aller ? Mais cela nous emmènera à l'opposé de leur destination. Objecta Laura.

- Je suis conscient que cela vas nous faire faire machine arrière, mais nous n'avons pas le choix. Même si mon père ne veux plus de Nolan sous son toit, nous pourrions peut-être et avec un peu de chance, demander à Martine si elle y est toujours sinon, on priera les dieux pour que nos deux amis reste en vie le temps que l'on arrive dans la ville de l'aubergiste. Expliqua le garçon.

- Qui est cette Martine ? Demanda la jeune femme curieuse.

- C'est une femme qui d'après ce que j'ai entendu, c'est occupée de Nolan et de Léa pendant un temps. Elle les considèrent comme ses propres enfants et si mon père ne veux vraiment pas de Nolan chose qui est sûr, il nous faudra aller chez cette femme pour les soigner. Continua le jeune homme un peu nerveusement.

- Nous n'avons qu'à essayer d'aller directement chez cette femme, au lieu de couper par ta ville si tu es certain que ton père n'acceptera pas Nolan. Proposa Laura.

- Oui tu as raison faisons ça. Approuva le jeune homme.

- Cela nous prendra combien de jour de cheval ? Demanda la petite brune.

- Si nous galopons toute la journée en se reposant uniquement, le soir je pense qu'en deux jours nous pourrons y arriver. car il faudra nous soigner aussi. J'ai remarquer que tes blessures faite par l'épée et les griffes de l'ours c'étaient rouvertes. Dit Alexandre avec de l'inquiétude dans la voix.

- Les tiennes aussi surtout celle que tu as au ventre.

- Bien voilà ce que l'on vas faire. En coupant à travers la forêt que tu vois en face de nous, je pense que cela nous fera gagner du temps et avec un peu de chance, nous arriverons demain si nous galopons toute la nuit. Proposa Alexandre.

- Oui j'espère que les chevaux tiendrons le coups. S'inquiéta la jeune femme.

- J'espère aussi, sinon je pense que nous serions obligé de demander de l'aide à notre ami le loup encore une fois. Dit le jeune homme en regardant l'animal.

- Ce dernier se mit à aboyer en entendant la proposition.

- Je crois qu'il est d'accord avec cela. Dit Laura en souriant.

- Oui. Répondit Alexandre en rigolant.

Sans attendre et en priant fortement les dieux, les deux amis poussèrent leurs montures aux triple galop en coupant par la forêt.

Cela faisait plus d'une demi journée qu'ils chevauchèrent à une vitesse endiablé en espérant arriver le plus vite possible à GREVENA. L'état de leur deux amies les inquiétaient beaucoup, car elle se dégradait de plus en plus. Une montée de fière commençait à se faire sentir.

- Alexandre, Léa ne va pas bien du tout ! Elle transpire très fortement et sa respiration se fait de plus en plus dure. Expliqua Laura paniquée.

- C'est la même chose pour Nolan, fait chier ! Allez les chevaux ! ne nous laissez pas tomber ! nous avons besoin de vous ! Bon sang si mon père n'avait pas été aussi stupide, cela aurai été plus simple. Ragea Alexandre.

- Mais pourquoi ne pas aller à l'auberge sans passer par lui ? Demanda Laura.

- Pour la simple et bonne raison, qu'il a sûrement prévenue toute la ville du pouvoir de Nolan et qu'une fois que l'on aura mit les pieds sur les lieux,les habitants en voyant Nolan blessée, se donnerons à cœur joie de vouloir la supprimer. Si mon père n'était pas du genre à se plaindre de partout oui je l'aurai emmenée sans souci mais malheureusement nous ne pouvons pas.

- Mais il est horrible ! désolée de parler de lui comme cela mais...

- Non tu as raison c'est un être ignoble et je me demande comment j'ai fait pour rester auprès de lui tout ce temps. Il m'a fallu l'arriver de Nolan et de Léa pour que j'ouvre enfin les yeux et pourtant, ce n'est pas la première fois qu'il agit de la sorte j'aurai du croire Léa depuis le début au lieux de douter comme je l'ai fait. Expliqua Alexandre honteusement.

- Arrête de te sentir coupable de cela, le plus important maintenant c'est d'arriver à GREVENA avant que nos deux amies ne meurent. Répond Laura en essayant de le rassurer.

- Oui. Finit le jeune homme mieux.

Les deux jeunes gens poussèrent encore plus leur chevaux qui étaient lancer à une allure folle. Même eux sentit qui ne pouvaient pas ralentir leur course sinon leur maître pouvait mourir.

Pendant la chevaucher, Alexandre envoya une gourde vide au loup qui l'attrapa au vol avant de partir à une source d'eau qui était proche. Après avoir remplit le récipient, l'animal reprit sa route et réussi à rattraper le jeune homme avant de lui renvoyer la gourde. Aussitôt en main, Alexandre prit un morceau de tissu et l'imbiba du liquide frais avant de le déposer sur le visage brûlant de Nolan qui commençait à lutter contre la douleur. Le jeune homme envoya la gourde à Laura qui fit la même chose que lui sur Léa.

Aucun des deux jeunes gens ne prononça un mot, mais leurs propres blessures qui s'étaient rouverte commencèrent à saigner fortement. Ils luttèrent tout les deux contre l'épuisement et leur propre douleur, mais sans émettre un seul son afin de ne pas inquiéter l'autre. Pour les deux amis le plus important à l'heure actuel, était de sauver leur deux compagnons qui était à deux doigt de mourir dans leur bras.

La nuit commençait à tomber quand Alexandre et Laura arrivèrent au milieu de la forêt. Grâce à la douleur de leur blessures, ils ne purent fermer les yeux. Les chevaux malgré leurs épuisement, n'avait aucunement l'intention de ralentirent leur courses. Au contraire, ils l'accéléraient d'eux même. Le loup de son coté, c'était mit entre les deux montures de ses nouveaux amis et les surveillait du coin de l'œil. Il laissa tout ses sens en éveille en cas de danger. Depuis qu'ils avaient quitter la ville maudite, les trois compagnons ne croisèrent aucun adversaire et eurent aucun ennuis jusqu'à présent.

Alexandre et Laura prièrent encore une fois les dieux pour que cela reste ainsi. Ils avaient recouvert les deux blesser des couvertures de couchage afin qu'ils n'attrapent pas froid. La sueur de la fière mélangée au froid de la nuit, pourrait les faire tomber malade rapidement. Les deux jeunes gens lutèrent également contre leur propre froid. Surtout le jeune homme qui avait transformé sa chemise en bandage de soin.

Malgré la fatigue, le froid et la perte considérable de leur forces, les cavaliers tenaient fermement les deux blessées contre eux en les protégeant de la température fraîche de la nuit. La Lune était leur seule source de lumière, chose qui les obligeaient à rester très concentrés.

Les montures comme les cavaliers n'avaient aucunement envie de s'arrêter, ils savaient que le temps étaient compté. La forêt entière était silencieuse et laissait uniquement les fers des chevaux raisonner dans la vie nocturne

Alexandre et Laura sortirent enfin de la forêt au levé du soleil et comme le jeune homme l'avait prédit, ils se retrouvait au sommet d'une colline avec la ville de GREVENA en contre bas. Toujours sans s'arrêter, les deux jeunes gens foncèrent le plus vite possible dans sa direction. Ils prirent le chemin qui les firent arriver une demi-heure plus tard. Toujours en restant au galop, tout en faisant peur au premier citadins, Alexandre et Laura passèrent les portes, et sous les protestations des marchant, ils se faufilèrent entre les étalages sans s'arrêter. Arrivés devant l'auberge, les chevaux s'arrêtèrent net.

Alexandre et Laura se tinrent fortement à l'arrêt brutal de leur montures. Sans attendre, ils en descendirent rapidement avec leur blessée dans les bras, et toujours sans la moindre délicatesse, Alexandre donna un gros coup de pied dans la porte qui s'ouvrir avec fracas.

Cette fois-ci encore, l'aubergiste et les premiers client, sursautèrent devant le bruit. Martine allait protester, mais quand elle reconnu Alexandre, elle prit peur quand elle vit ce dernier blanc comme un linge et recouvert de blessure. Elle s'approcha immédiatement de lui sans faire attention à Nolan qu'il détenait. .

- Martine s'il vous plais, nous avons besoin d'un médecin de toute urgence Nolan et Léa vont mourir si nous ne les soignons pas immédiatement. Dit Alexandre d'une voix remplit de supplice.

L'aubergiste faillit s'évanouir quand elle vit l'état de la jeune femme brune. Mais elle devint encore plus pale, quand la vision de Léa pratiquement défiguré lui sauta au yeux au moment où Laura arriva avec elle dans les bras.

Sans prendre le temps de les contempler plus, Martine fit monter les deux blessées dans des chambres et envoya un client chercher le médecin en lui expliqua que c'était très urgent.

Alexandre et Laura mirent leur deux amies dans une même chambre. Le médecin arriva quelques minutes plus tard et commença ses soins . Martine, Alexandre et Laura sortirent de la chambre pour laisser l'homme faire son travail. Ils s'installèrent autour du comptoir où la femme proposa aux deux jeunes gens une boisson bien chaude. Ce qui fut accepté avec grand plaisir.

Une fois la commande servit, Martine questionna Alexandre et Laura qui avait été présenter à la femme. Le jeune homme ne pouvait pas dire ce qu'il c'était passé en ce qui concernait Nolan et Léa ne sachant pas lui même la raison.

- Il va falloir attendre leur réveil pour connaître toute l'histoire. Dit simplement le jeune homme.

- Hé vous ? Demanda Martine en désignant les deux jeunes gens. Que vous êtes il arrivé ?

- Ah nous et bien nous somme tombés dans un piège par que les habitant de la ville où Nolan et Léa ont été blessées.

- Quoi mais qu'est ce qu'il c'est passé ? Demanda l'aubergiste intrigué.

- Hé bien c'est simple, ils nous ont fait croire qu'une jeune femme avaient été enlevée par des bandits. Alors nous pensions bien faire, nous somme partit à la recherche de cette dernière. Commença Laura en buvant sa boisson.

- Et quand nous somme arrivés sur les lieux plusieurs pièges nous attendaient et comme vous pouvez le constate,r nous somme tomber dedans. Continua Alexandre.

- Mais pourquoi vous ont ils fait ça ? Demanda Martine pour comprendre.

- Pour tuer Nolan. Pour qu'elle raison, nous en savons rien, mais je suis persuadé que ce piège, est lié à son pouvoir et au seigneur de guerre que nous avons croisé. Répondit Alexandre.

- Un seigneur de guerre ? Demanda de nouveau l'aubergiste.

- Oui d'après ce que nous avons comprit, c'était l'ancien maître de Léa.

- Oh mon dieu ! Mais alors cela voudrais dire que c'est lui le responsable de son état ainsi que celui de Nolan ? Demanda Martine inquiète.

- Je ne sais pas, car quand nous avons récupérer ce dernier était mort avec quelque hommes à lui. Donc je trouve aussi cette histoire étrange. Répondit Alexandre.

- Mais pour vous, la jeune femme que vous deviez sauvez, c'était vrai, elle à bien été capturé ? Demanda Martine pour en savoir plus.

- Oh pour cela oui elle était bien capturée, mais elle était déjà morte depuis au moins quatre jour quand nous l'avions trouvé, et c'est comme cela que j'ai comprit le piège. Expliqua le jeune homme.

- Ah bon ? Fit l'aubergiste voyant la perspicacité d'Alexandre.

- Oui. Les villageois ont su que Nolan était entre le vie et la mort, donc, ils nous ont volontairement éloigné d'elle en espérant que leur mascarade nous tue afin de pouvoir s'en occuper tranquillement. Continua Alexandre.

- Mais à ce que je vois leur plant on échouer car Nolan est toujours vivante. Comprit la femme.

- Oui mais malheureusement, elle est gravement blessée. Dit Alexandre tristement.

- Ne te sens pas coupable de cela, tu l'a emmené ici et je peux te garantir que notre médecin est l'un des meilleurs de la Grèce. Dit Martine avant d'écarquiller les yeux devant la blessure qu'Alexandre possédait au ventre. Par les dieux tu pers ton sang. Réalisa t-elle enfin.

Ce dernier qui avait complètement oublié l'entaille en cause de la non douleur, baissa les yeux pour voir qu'effectivement le bandage était recouvert de sang et que ce dernier était passer au travers.

L'aubergiste vit que la jeune fille brune était dans le même état que le garçon. Sans attendre, elle prit deux torchons qu'elle déposa sur les plais.

- Aller vous reposer. Je vous enverrais le médecin une fois qu'il descendra. Dit l'aubergiste.

- Je suis désolée, mais je refuse je n'irai pas me coucher le tant que je ne serais pas pour Nolan et Léa. Contrat brutalement Laura.

C'était à ce moments-là que le médecin descendit de la chambre avant de venir s’asseoir auprès du trio.

- Alors docteur comment vont -ils ? Demanda impatiemment Alexandre.

- Elles sont vraiment très faible, mais vous venez de les emmener à temps. Expliqua l'homme.

- Alors cela veux dire que...

- Oui ils s'en sortirons ils leur faut juste du grand repos. Répondit le médecin à la place de Laura.

Le trio se mirent à souffler de soulagement.

- Mais dite moi, qui à soigner ses jeunes gens ? Demanda l'homme.

- Un médecin d'un village pourquoi ? Demanda Laura.

- Et bien parce qu'elles avaient toutes les deux du poison.

- Quoi ?! S'exclamèrent horrifiés Alexandre, Martine et Laura en même temps.

- Mais rassurez-vous, elles vont s'en sortir. J'ai put extraire la totalité du poison et je leur ai donné un antidote. Le poison était fait par quelqu'un qui ne s'y connaît pas, donc c'était facile de découvrir les symptômes. Enfin, elles vont rester en vie et cela grâce à vous. Dit le médecin à l'intention des deux jeunes gens.

C'est à la fin de la phrase qu'Alexandre s'effondra inconscient sur le sol. Laura et Martine se jetèrent sur lui, mais le médecin fut plus rapide. Ce dernier vit la blessure du ventre ainsi que la pâleur du visage.

- Et bien, si ont m'avait dit que j'allais avoir des grand blessés aujourd'hui, je n'y aurai jamais cru. Dit le médecin en soupirant.

Aidé par Martine et Laura, l'homme le monta dans une chambre. Une fois encore, il s’exécuta à sa profession. Ce fut d'une main de maître, que le médecin referma la plaie de l'abdomen, ainsi que celle qui furent faite pas les griffe de l'ours. Une fois tout ceci fait, l'homme se tourna auprès de Laura et la força à s’asseoir pour qu'elle aussi se face soigner.

Quand il eut complètement fini, il fit coucher la jeune femme dans le lit voisin en voyant cette dernière plus fatiguer qu'un mort. Il eut bien raison car la petite brune s'endormit une fois que le drap fut sur elle.

Le médecin sortit de la chambre et alla voir Martine en la rassurant que pour Alexandre et Laura qu'une bonne journée ainsi qu'une bonne nuit de sommeil, tout rentrera dans l'ordre pour eux deux. L'aubergiste soupira de soulagement et remercia le médecin avant de le laisser partir.

Le reste de la journée se passa comme à son habitude avec seulement quatre jeune gens à surveiller pendant leur sommeil.












Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   Dim 18 Nov 2012 - 10:24

CHAPITRE 22

Après une journée et une nuit entière de sommeil, Alexandre se réveilla complètement remit. Il s'étira comme un gros chat paresseux et se redressa. Il tourna la tête pour apercevoir Laura qui dormait toujours profondément. Le jeune homme se mit à sourire à la vue du visage paisible de cette dernière. Sans un bruit, il se leva et sortit de la chambre avant d'aller se prendre un bon bain chaud. Une fois sa toilette de faite, Alexandre alla rejoindre Nolan et Léa afin de s'assurer que ses deux amies allèrent bien. Il resta un petit moment avec elles. Il veilla à ce que tout ce passa bien. Quand il fut rassurer il sortit de la pièce et descendit afin de rejoindre Martine.

Cette dernière le voyant arriver, l'accueillit avec un grand sourire en lui proposant un bon café bien chaud. Chose que le garçon accepta avec grand plaisir en lui rendant son rictus. Tout deux se mirent à parler de tout et de rien, histoire de se connaître un peu mieux. L'aubergiste lui demanda pourquoi il avait choisi de venir ici au lieu d'aller dans la ville de son père.

Alexandre lui expliqua qu'en effet la ville de Pascal était la plus proche, mais cela mettrait une fois de plus la vie de Nolan en danger à cause de son paternel. Martine comprit la raison et accepta les explication. Elle en fut même touchée que le jeune homme avait pensé à elle avant son propre père. Alexandre lui expliqua aussi que si il avait préférer venir ici, c'était qu'il savait qu'avec elle, Nolan et Léa aurai été acceptée et que aurait été Nolan bien traitée avec elle . L'aubergiste était vraiment stupéfaite des mots utilisés par le jeune homme.

Elle découvrit en ce garçon un cœur généreux et une bonté déconcertante. Et pour le peu de ce qu'elle à vu, elle peut en juger que Nolan et Léa, c'était fait un précieux ami en la personne d'Alexandre.

Le petit duo fut rejoins par Laura quelque temps après qui s'assit à coté d'Alexandre. Elle commanda une boisson chaude à Martine qui la lui servit avec joie. Le jeune homme regarda son amie avec inquiétude. Cette dernière n'avait pas le visage remplit de sa bonne humeur habituel.

- Quelque chose ne va pas ? Demanda t-il.

- J'ai peur, j'ai peur que Nolan et Léa ne se réveille pas. Répondit la jeune femme.

- Ne t'inquiète pas le médecin à dis qu'elles était hors de danger. Dit l'aubergiste en déposant la boisson sur le comptoir. Tu sais nos deux amies sont beaucoup plus solide qu'elles en ont l'air.

- Je le sais bien, mais je ne peux pas m'empêcher de me dire que si nous avions été auprès d'elle à ce moments-là, nous aurions put faire quelque chose. Continua la petite brune tristement.

- Laura, personne n'avait prédit ce qu'il allait ce passer ne te rend pas coupable de ça. Vous les avez retrouvées et sortit de ce maudit village. Tu leur a sauvée la vie tout comme Alexandre. Sans vous, elles serait morte. Expliqua l'aubergiste.

- Non c'est faux ! S'exprima Laura les larmes aux yeux. Ce n'est pas nous qui les a sauvées, c'est le loup ! Sans lui nous n'aurions jamais sut que Nolan et Laura étaient gravement blessée et sans lui, elles serait morte sans que l'on sache rien. Finit la jeune femme avant de fondre en larmes.

- Le loup ? Demanda Martine.

- Oui Nolan à un loup et c'est lui qui est venu nous prévenir pour elles. Expliqua Alexandre en prenant la petite brune en pleurs dans ses bras. Laura écoute moi. Commença t-il à dire à l'intention de son amie. Je te l'accorde que c'est grâce au loup que nous avons put les sauver la première fois, mais la seconde, c'est nous et surtout toi, quand tu nous a débarrassé de se poursuiveur qui avait essayer de tuer Nolan. Je suis bien d'accord que nous n'avons pratiquement rien fait dans cette histoire, mais si tu n'avais pas été là, je n'aurais jamais put emmener nos amies ici seul.

- Alexandre à raison ma grande. Continua Martine et désolée de te contredire jeune homme, mais vous avez fait énormément pour elles. Vous leurs avez sauver la vie au péril de la vôtre et franchement, pas beaucoup de personnes auraient fait ce que vous venez de faire. Elles sont en vie toutes les deux et ça, c'est grâce à vous deux et à ce loup. Finit-elle le sourire au lèvres.

Laura regarda l'aubergiste et vit que cette dernière était vraiment confiante en ce qui concernait l'état de santé de ses amies. Elle se laissa convaincre par les mots de la femme ainsi que de ceux du jeune homme. Une fois ses émotions passés, la petite brune se redressa et commença à boire sa boissons avec un cœur un peu plus léger. Elle savait que ce dernier sera enfin libre quand elle reverra les yeux ouvert des deux jeunes femme.

Une fois sa tasse vidée, Laura descendit de son tabouret et sortit de l'auberge sous les yeux attristés de Martine et Alexandre qui ne savait pas quoi faire pour lui remonter le morale. Elle se mit à vagabonder dans la ville pour essayer de penser à autre chose, mais elle n'y arriva pas. Pendant toute sa balade et sans qu'elle ne se rende compte de rien, ses larmes coulèrent. Laura n'arrivait pas à s'enlever de la tête l'image de Léa et Nolan recouvertes de sang sur le sol. Au moment où elle était arrivée avec Alexandre suite aux appels du loup. Elle crut à ce moments-là qu'elle allait avoir une attaque. Les corps de ses deux amies étaient remplit de coup et de sang. Allongés sur le sol sans faire un seul mouvement. Laura cru à ce moment-là que les deux femmes étaient morte. Cela ne dura que quelque secondes avant avant de voir clairement la respiration bouger lentement des corps inertes.

Quand Laura avait tenu pour la première fois la petite blonde blessée dans ses bras, elle c'était retenue de toute ses forces pour ne pas hurler de rage et d'éclater en sanglot. Limage de la jeune femme en sang contre elle, était vraiment très douloureuse. Perdu dans ses pensées, elle ne vit pas que ses pas l'avait conduit loin des marchants et qui l'avaient emmenée vers le bord d'un lac qui se trouvait à coté. Quand elle reprit conscience du monde réel, elle vit qu'elle était au bord de l'eau. Sans trop se préoccuper de son déplacement, Laura fit le tour d'elle même afin de voir ce qui l'entourait et vit un arbre sur sa droite ainsi qu'un buisson sur sa gauche. Tout deux entouraient un tronc sec posé en face du lac.

Un peu fatigué d'avoir les images de ses amies blessée en tête, la jeune femme s'assit sur la souche et se mit à regarder l'eau qui étincelait à la lumière du soleil. Doucement ses yeux se perdit dans l'horizon et de nouvelles larmes firent leur apparition. Une fois de plus, elle voyagea dans ses douloureux souvenir. Laura sursauta quand elle sentit quelque chose lui toucher la jambe. Elle baissa immédiatement la tête pour voir le loup se frotter à elle.

- Hé bien mon tout beau on se balade ? Demanda-t-elle en essuyant ses larmes.

L'animal posa ses deux pattes sur les genoux de la jeune femme et se frotta à elle.

- Tu t'inquiète toi aussi ne t'inquiète pas ta maîtresse va bien. Dit elle en laissant sa douleur reprendre le dessus.

Le loup qui le sentit la regarda tristement.

- Je sais que j'ai pas le droit de te dire cela, car je m'inquiète vraiment beaucoup pour elles aussi.

L'animal lui lécha les larmes qui roulait sur ses joues avant de blottir sa tête contre celle de la jeune femme. Cette dernière passa ses bras autour du corps de son nouvel ami et laissa la pressions tomber dans un violant sanglots.

- Je...je n'ai p...plus per...personne. Si...si je...je les pe...perd j...je se...serais se...seul au monde. Lâcha t-elle entres ses pleures.

Le loup qui comprenait ses sentiments, se blotti encore plus contre elle avec espoir de la calmer. Son regard se tourna quand il vit Alexandre arriver. Ce dernier s'avança vers la petite brune avec le cœur lourd. Il comprenait lui aussi ce que ressentait la jeune femme. Il passa doucement à coté de son amie pour se mettre accroupit devant elle. Le loup s'écarta à se moments-là.

Laura qui n'avait pas entendu le jeune homme arriver, ne comprenait pas la réaction de l'animal et quand ses yeux tombèrent sur Alexandre, tout son corps se mit à trembler. Ce dernier attrapa la jeune femme dans ses bras et la colla contre lui pour que son orage passe.

- Elles s'en sortirons je te le jure. Dit Alexandre en caressant tendrement le haut de la tête de son amie. Elle savent que nous avons besoins d'elles. Il faut simplement que tu crois en elles et en leur guérisons.

- Je...je le sais, mais c'est dure. Dit Laura en s'écartant de son ami.

- Je sais que c'est dure, mais il faut essayer d'être fort pour elles. Continua tendrement le jeune homme en essuyant les larmes qui coulait avec ses deux pouces.

- C'est vraiment stupide de ma part d'être dans cet état là alors que je ne les connais que depuis peu.

- Non ça ne l'est pas. Je te comprend, car ce sont des personnes auprès de qui on s'attache très vite et même si Nolan à un caractère bien à elle, c'est quelqu'un de formidable tout comme toi. Expliqua Alexandre en rougissant légèrement.

Les derniers mots du jeune homme fit rougir violemment la petite brune qui ne put s'empêcher de rire.

- Je ne suis pas sûr d'être si formidable que ça. Je suis simplement une personne normal. Se défendit Laura.

- Peut-être, mais une personne qui est sensible avec un cœur et en vue de ta réaction, tu es une personne qui s'attache vite au gens. C'est une qualité qui nous permet de compter sur toi à tout moment. Ta réaction d'aujourd'hui est tout à fait normal, en plus d'avoir peur pour Nolan et Léa, tu as la pressions de ses derniers jours qui retombe.

Laura ne dit rien et écouta son ami parler. Les mots qu'il sortait était si fortement dit, que cela lui entra profondément dans le cœur.

- Mais qu'est ce que l'on peut faire pour nos amies ?

- Rien malheureusement, juste attendre et croire en elles. Finit Alexandre avec un sourire tendre.

Alexandre tourna la tête pour regarder le lac, car un petit bruit venant de se dernier l'avait percuté.

- Regarde. Dit-il à Laura.

Cette dernière leva les yeux et vit un couple de cygnes blanc avec leurs petits partir au large des eaux.

- Ils sont beau. Dit la jeune femme émerveiller par ce qu'elle voyait.

Laura se leva doucement de sa place et s'avança vers l'eau afin de mieux voir les animaux nager avec élégance. Alexandre s'assit sur le sol en s'adossant contre le tronc d'arbre sec et regardait avec tendresse la petite brune. Le loup qui était toujours avec eux, se coucha aux cotés du jeune homme et regarda lui aussi la jeune femme.

Cette dernière laissa son regard sur le couple d'oiseau. Son cœur se réchauffa petit-à-petit à la vue de ses derniers. Elle laissa la douce brise qui se leva caresser son visage tout en faisant disparaître les dernières larmes qui s'écoulait.

Laura mit sa tête sur le coté et regarda le jeune homme qui ne l'avait pas quitter des yeux. Sans rien dire, elle se tourna complètement pour faire face à lui. La jeune femme s'avança dans sa direction et quand elle fut en face d'Alexandre, elle se baissa.

Le jeune homme sentit son cœur battre fort, mais ne bougea pas et laissa son amie faire. Son cœur manqua un battement quand cette dernière se mit entre ses jambes en collant son dos à son torse en se blottissant fortement à lui. Doucement Alexandre entoura le petit corps de ses bras et en la rapprochant encore plus.

Le loup se leva de sa place et se mit sur le tronc d'arbre derrière Alexandre en se couchant. Ce dernier avait lever sa tête pour laisser l'animal prendre son aise et une fois fait, il la posa doucement sur le flancs de ce dernier.

Tout les trois se laissèrent bercer par la brise douce, les bruit des animaux du lac et des alentours. Doucement leurs yeux se fermèrent et ils partirent tout les trois dans les bras de Morphée avec l'esprit plus serein.

C'était Martine qui vint les réveillés, cette dernière qui les cherchait pour l'heure du déjeuné, avait finit par les trouver dans la petite crique du lac. Quand elle s'était approchée d'eux, la femme eut le cœur chaud de voir le magnifique tableaux qui se dessinait devant elle. L'aubergiste avait eu un sursaut quand elle avait vu le loup, mais se calma quand se dernier avait lever la tête à son arrivé. Elle c'était souvenu que c'était le fameux animal que les deux jeunes gens avaient parler au petit déjeuné.

Alexandre et Laura se réveillèrent doucement et firent un gentil sourire à la femme avant de la suivre pour le repas. Pas une fois ils avaient sentit de la gène quand cette dernière les avait découvert dans les bras de l'un et de l'autre. Même au réveille, quand ils se sont vu, cela étaient tout à fait normal pour eux.

Arrivés dans l'auberge, ils prirent place aux coté de la femme et tout les trois, mangèrent avec bonheur. Martine avait rapidement préparer un gros plat pour le loup, qu'elle invita joyeusement auprès d'eux. Ce dernier était surprit d'être accepté par un humain autre que le groupe et c'est avec bonheur, qu'il mangea ce que l'aubergiste lui avait donner.

Martine fut vraiment heureuse de voir un tel animal sauvage, être aussi docile. Cela lui rappela Nolan quand elle l'avait rencontrer. Sauvage mais domptable. Elle regarda avec un regard chaleureux les deux jeunes gens manger avec appétit. Martine se doutait que ses derniers n'avaient pratiquement rien manger depuis quelques jours. Elle était aussi contente de voir Alexandre éprit de Laura, car elle était sur que Léa resterait pour Nolan. L'aubergiste devait aussi admettre que le jeune homme châtain faisait un bien meilleure couple avec la petite brune qu'avec Léa.

Une fois le déjeuné finit, elle proposa aux deux jeunes gens de les emmener faire les magasin histoire qu'il se trouve de nouveau habille.

Alexandre et Laura se regardèrent et devait admettre que leurs vêtements étaient complètement déchirés suite au combat contre les ours. C'était avec le sourire aux lèvres, qu'ils acceptèrent la proposition de la femme.

Tout les trois partirent en ville et commença à voguer à travers les étalages. Alexandre et Laura étaient vraiment stupéfait de voir autant d'articles sur les présentoirs. De là où ils venaient, ils n'en avait pas autant. Ils regardèrent avec bonheur tout ce que leur proposaient les marchants.

Martine regardait discrètement les deux jeunes gens et souriait pour elle même, quand elle remarqua que ses derniers ce baladaient main dans la main sans qu'ils ne se rendent compte de rien.

Laura lâcha Alexandre quand ils passèrent devant un étalage de vêtement qui l'attirait particulièrement. Elle y découvrait des pantalons de cuir ainsi que des vestes qui faisaient guerrière. La jeune femme passa tour-à-tour les habilles et en prit quelques-uns dans les mains. Elle choisit un pantalon de cuir noir un peu large de façon à ce que le tissu ne colle pas à sa peau. Elle regarda ensuite les hauts et en faisant passer quelques autres en revu, elle vit un haut noir allant au niveau de son nombril. L'habille avait des manches courtes qui descendait en dessous de ses épaules, qui laissait par des trous le haut de ses dernière nue. Elle trouva également des protèges avant-bras qui montait jusqu'aux coudes. Elle choisit également un paires de bottes en cuire qui allait jusqu'aux genoux.

Une fois ses articles choisi, Laura alla derrière un rideau et se changea. Après qu'elle ait mit ses nouveaux vêtements, elle sortit et montra le résultat à Alexandre et Martine qui fut vraiment sous le charme de la jeune femme.

Le jeune homme se mit à rougir et tomba encore plus amoureux de la petite brune. Les habilles qu'elle portait, la rendait encore plus jolie qu'il ne l'avait espérer, car ils faisaient ressortit son coté guerrière. Alexandre laissa apparaître un sourire heureux sur son visage.

Laura se mit à rougir légèrement et fit sourire timide devant les yeux brillants d'admiration du jeune homme.

Martine se délectait de ce petit manège qu'elle trouvait très touchant. Tout comme le marchant qui souriait de bon cœur à la vue du petit couple.

La petite brune paya le vendeur et la petite troupe continuèrent leur balade à travers divers marchandise. Une fois encore, les deux jeunes gens se tinrent la main sans qu'ils ne le virent.

C'est Alexandre cette fois ci qui s'arrêta en lâchant son ami devant un autre étalage ou des habilles de guerrier étaient posés. Il les regardait tour-à-tour et prit son temps afin de bien choisir. Le jeune homme prit un pantalon de cuir noir avec un gilet marron sans manches. Il choisit des bottes de couleur noir qui arrivait au niveau de ses mollets ainsi que des protège poignet. Lui aussi après avoir choisit ce qu'il voulait, alla se changer derrière un rideau et une fois sortit, cette fois ci c'était Laura qui reste bouche bée en rougissant.

Le haut faisait ressortir le coté protecteur ainsi que les muscles bien dessinés qui étaient nu sous l'habille. Contrairement à la chemise qu'il portait, avec se haut ci, il faisait plus jeune homme en effaçant complètement le coté paysan. Le pantalon en cuir en plus des bottes et des protèges poignet, faisaient ressortir son petit coté guerrier qu'il cachait.

Alexandre rougissait devant le regard admirateur de la jeune femme et laissa à son tour un petit sourire timide apparaître. Il paya le vendeur et le trio partirent dans leur exploration.

Tout en parlant de tout et de rien avec Martine, les deux jeunes gens s'arrêtèrent en même temps quand ils passèrent devant une armurerie. Ils se tournèrent vers l'aubergiste en lui demandant si cela ne la dérangeait pas si ils allaient voir à l'intérieur. La femme accepta volontiers et savais que cette fois ci avec ses deux personnes, il n'y aurait aucun incident. Alexandre et Laura entèrent dans le magasin tout content et une fois à l'intérieur, ils se mirent à chercher ce qu'ils voulaient.

Alexandre s'arrêta devant des épées. Il voulait changer la sienne qui était très vieille et devenait de moins en moins efficace. Le jeune homme les passèrent toutes en revu et quand il trouva celle qui lui plaisait, il la prit en main pour la testa afin de voir si elle pourrait lui convenir. Quand il fit quelques mouvement, Alexandre se rendit compte qu'elle était un peu lourde. Il continua et voyant qu'il pourrait la prendre bien main avec le temps, décida de choisir. Le poids de l'arme allait faire un très belle atout quand il aura apprit à la maîtriser. Il prit en plus de l'épée, un fourreau et une ceinture pour qu'il puisse l'accrocher à sa hanche gauche.

Laura de son coté, c'était placée devant les arcs. Elle les regards bien attentivement. La jeune femme voulait aussi changer d'arme. Elle faisait bien attention à la corde en testant sa rigidité. Elle en trouva un qui était fait en boit d'érable. Le vendeur lui proposa d'aller l'essayer dans la court afin qu'elle sache vraiment ci l'arme lui convenait. Sans attendre, Laura alla à l'endroit indiquer puis en prenant une flèche que l'homme lui donna, elle tira sur la cible qui était à deux cent mètre d'elle. Laura était satisfaite de l'arc mais pas de la flèche. Elle retourna donc dans le magasin et demanda au vendeur les différente armes qui pourrait convenir pour son arc.

L'homme la conduisit un peu plus à l'écart dans le magasin et lui montra ce qu'il avait. La jeune femme les passèrent en revu et prit des flèches qui étaient faites à partir d'un cornouiller pour le fût, ainsi que des plumes d'oie pour la queue et du plomb pour la tête. Le bois était assez épais et surtout très solide résistant parfaitement à l'eau. Laura retourna à sa cible et l'utilisa. Quand elle lâcha sa flèche, cette dernière mit pratiquement une demi-seconde pour se loger dans la cible.

Satisfaite de son arme, Laura retourna à l'intérieur et posa l'arc sur le comptoir du vendeur en lui disant qu'elle aimerai avoir une centaine de flèche.

L'homme la regarda avec de gros yeux, mais lui servit ce qu'elle avait demander. Une fois leur article acheter et en main, Alexandre et Laura sortirent de l'armurerie heureux de leur trouvaille.

Martine leur proposa un verre à l'auberge pour fêter le renouveau chose qu'ils acceptèrent sans aucun souci.

Arrivé à l'habitat, les deux jeunes gens montèrent leur armes dans leur chambre avant de descendre rejoindre la femme qui leur avait servit une bonne boissons bien fraîche. Ils finirent la journée auprès de Martine en l'aidant avec ses clients.

Une fois la nuit tombée, les deux amis dirent bonsoir à leur hôte et montèrent dans leur chambre afin d'aller de coucher. Arriver à cette dernière, ils se regardèrent tout les deux afin de savoir si cette nuit encore ils allèrent la passer ensemble ou séparément, mais en voyant les deux lits séparé, ils se dirent que cela serait bête d'utiliser une deuxième chambre. Laura ressortit de la pièce et alla se prendre un bon bain chaud.

Pendant ce temps Alexandre c'était allongé sur le lit et se mit à réfléchir à la jeune femme et de tout ce qui était entrain de se passer entre eux deux. Il savait qu'il était tombé amoureux d'elle, mais le jeune homme n'aurait jamais cru l'être aussi fortement. Leur petite aventure dans la grotte, lui avait vraiment fait comprendre combien il était attaché à elle et lui avait permit de lui ouvrir les yeux sur ce qu'il ressentait.

Malgré tout cela et leur forte rapprochement, Alexandre ne pouvait pas s'empêcher de se dire que de franchir le pas maintenant pourrait tous changer par la suite. Il ne se sentait pas capable de commencer quoi que se soit alors que leur deux amies étaient toujours inconsciente. Le jeune homme savait que les sentiments qu'il avait envers la petite brune, n'était en aucun cas liés à Nolan et Léa.

Alexandre tourna la tête pour regarder la lune à travers la fenêtre de sa chambre, et priait une fois de plus les dieux pour qu'ils leur laissent leurs deux amies en vie. Le jeune homme leur demandèrent aussi de veiller sur Laura, qui était devenu extrêmement fragile depuis. Doucement les journées passer avec les deux blessées, remontèrent lentement dans son esprit. Tout en revoyant les bon moments passé en leur compagnie, les fous rire, sa rivalité avec Nolan, les combats et sans oublier la fois où cette dernière lui avait sauvé la vie avec l'histoire du bébé. Alexandre laissa ses larmes monter aux yeux avant qu'elles s'écoulent doucement le long de ses joues.

C'était la première fois que le jeune homme laissait enfin ses émotions sortir. Lui aussi avait peur que ses deux amies ne se réveille pas. Il était prêt à laisser sa propre vie pour que celle de Nolan et de Léa le reste. Alexandre serra son poing qui était posé sur son cœur et serra les dents quand les larmes devenaient plus grosse avant de partir en sanglot.

Laura de son coté pendant qu'elle était en train de se détendre dans l'eau chaude elle c'était elle aussi mise à pensé au jeune homme. Sans le savoir la jeune femme avait eu les même chose en tête. La partie de la grotte, lui avait également fait comprendre le sens de ses sentiments. Elle était maintenant sur que c'était un amour très fort pour son ami. Laura non plus ne voulait pas franchir le pas qui les séparaient. Elle ne pouvait pas imaginer passer la barrière alors que Nolan et Léa était dans un état instable. La jeune femme savait également que s'il passèrent la frontière, leur relation ne serai pas franche, car leur état d'esprit étant incertain à cause de l'attente interminable, qu'ils ne pourraient pas construire quelque chose de sûr.

La petite brune leva la tête et se mit à regarder la lune qu'elle voyait de la fenêtre qui était en hauteur. Elle se mit elle aussi à prier les dieux afin qu'ils ne leur prenne pas les deux blessées tout de suite. La jeune femme posa sa main sur sa poitrine et la serra de toute ses forces en sentant une forte monter de larme. Doucement les moments passés avec le petit groupe s'installa dans son esprit. Laura pouvait revoir les chamailleries entres les Nolan et Alexandre en plus de celle où elle même essaya par tout les moyens de les arrêter. Elle revit le moment passer dans la forêt de la grotte ou tout les quatre avaient passer une magnifique soirée à rire.

Plus ses souvenir remontèrent à la surface plus ses larmes redoublèrent de force avant de partir dans un violent sanglot ou elle laissa échapper sa peur. La jeune femme pria de nouveau les dieux en leur demandant de lui prendre sa vie en échange de celle de ses amies. Depuis des années, Laura avait prié pour rencontrer des gens qu'il l'accepterait et quand ce fut le cas, elle était à deux doigt de les perdre et cela elle ne pouvait pas l'accepter.

La chambre était sombre quand Laura était revenu, elle pouvait apercevoir Alexandre allongé sur son lit regardant le ciel étoilée. La jeune femme s'approcha doucement de lui avec le cœur toujours aussi triste.

Alexandre qui sentit la petite brune auprès de lui, tourna la tête et dans les pénombre de la nuit, il pouvait apercevoir ses joues briller grâce à la lueur de l'astre nocturne.

Laura remarqua aussi que les yeux de son ami, étaient aussi humide que les siens. Sans un mots les deux amis, comprirent que chacun d'eux avait laisser leur tristesse prendre le dessus.

Le jeune homme ne dis rien, mais se redressa légèrement en attrapant la main de la petite brune et la tira vers lui. Cette dernière se laissa faire et quand elle toucha le bord du lit avec ses genoux, elle grimpa sur le lit pour aller se blottir dans les bras protecteur d'Alexandre qui la serra fortement contre lui. Tout les deux retournèrent à leur première contemplation qui n'était autre que la lune avant de laisser une nouvelle vague de larmes silencieuse.

Doucement et par épuisement, les deux amis se laissèrent aller au sommeil qui les accueillit les bras ouvert en refermant cette douloureuse journée sous la triste lumière de la lune.







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
NOLAN : LA POURSUITE DU SEIGNEUR DE GUERRE. [ TERMINÉE ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vend JEU SEIGNEUR DE GUERRE NEUF (sous blister)
» Seigneurs de Guerre (MB - 1992)
» Seigneurs de guerre
» [Lettres de Sang 2] Seigneur de Guerre
» Jeux MB - Space Crusade, HeroQuest et Seigneurs de Guerre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Power > Pretty Little Liars :: Le Flood :: Des Fics-
Sauter vers: