Power > Pretty Little Liars
Bonjour à toi !

Bienvenu sur le forum Legends of Xena, tu pourras y découvrir l'actualité concernant la série Xena, Charmed et Legend of the Seeker ! Ce forum est également un lieu de partage et de découverte. N'hésite pas à t'inscrire !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LE PONTON [ TERMINEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: LE PONTON [ TERMINEE]   Mer 8 Fév 2012 - 18:27

Bonjour à tous. Voilà, je vous mets ma deuxième fiction. Si vous aimez les pure histoires d'amour c'est par ici. J'espère que vous aimerez la lire autant que j'ai eu pour la créer.

En ce qui concerne les disclamerS c'est toujours les mêmes.

Violence. Nada rien.

Sex. Rien de graphique.

Allez à vous et bonne lecture.


LE PONTON
[size=21]CHAPITRE 1

Elle roulait pendant des heures en traversant tout les États Unis d'est en Ouest, il était 11heure quand elle arriva sur les terre de Los Angeles par l'avenue de la plage. Elle gara sa voiture sur un grand parking situer au centre de l'avenue, elle en descendit et se posa sur le remblai qui peuplait le lieu. Elle laissa son regard voguer sur l'immense plage qui s'étendait sur plusieurs kilomètre, elle passa lentement ses yeux sur le sables doré qui ce trouvait en dessous passant sous un grand ponton en bois. Ce dernier mesurait deux kilomètre de long s'enfonçant dans l'océan avec sept mètre de larges, où l'on y trouvait des vacancier, des promeneurs ainsi que des pêcheurs. Elle s'y aventura sous la douce brise marine et les rayon du soleil qui fit ressortir sa belle chevelure courte blonde, elle se posta au bout du ponton et laissa ses beau yeux émeraude se perdre sur l'horizon d'une mer calme et brillante causé par l'astre.

Ce dernier monta doucement dans un ciel sans nuage, luisant parfaitement la surface de l'océan pacifique qui submergeait la grande plage de Los-Angeles avec sa grande avenue qui s'étendait sur plusieurs kilomètre d'est en ouest en portant son nom. Quelques sportif matinal couraient sur le remblai ainsi que sur la plage profitant de la température des 7h, les patrons des cafés et brasseries qui peuplaient l'avenue ouvraient un par un leur commerce aux grand bonheur des promeneur matinal. L'océan donnait au premier surfeur de magnifique rouleau à dompter qui s'écrasait sur le sable fin chauffant doucement à la chaleur de l'astre qui dominait le monde, avec quelque familles descendu pour que les enfants puisse s'amuser dans la douceur du matin. Toute la plage était parsemé de plusieurs postes de secoure à tout les deux cent mètre afin d'assuré la sécurité la plus total des baigneurs et autres. Enfin tout au bout on y trouve le grand ponton en bois trônant en bout de remblais en donnant au plus curieux une vue remarquable sur toute l'étendu sauvage du pacifique. C'est du haut de ses 1m65 qu'elle le contempla. Petit à petit cette jeune femme qui répondait au prénom de Julia s'enferma dans une bulle qu'elle fabriqua.

À quelque mètre du ponton un groupe de filles faisaient une partie de beach volley, les deux équipes étaient formées de trois personnes, parmi elles une jeune femme se distinguait des autres. Elle se nommait Olivia, elle mesurant 1m80 avec de magnifique cheveux long couleur corbeau qu'elle attachait en queue de cheval, ses beau yeux bleu saphir était souligné par une frange coupé net, ses trais fin était rehaussé de pommette saillante, ses lèvres pulpeuse et charnel donnait a cette créature de rêve un coté mystique. Son corps était parfaitement bien sculpté avec des muscles dessinés montrant qu'il travaillait assez souvent. C'était elle qui était charger de servir pour marquer le point de la victoire.

« Allez Olivia montre nous ce que tu as dans le ventre ! » Lui dit une jeune femme dans l'équipe adverse.

Cette dernière se prénommait Sarah elle mesurait 1m75, elle avait les cheveux châtains et son visage possédait des trais dessinant nettement le contour en un ensemble semi sévère avec de grand yeux noisette et un petit regard strict. Les deux filles se connaissait depuis la maternelle et depuis leur première rencontre elles ne ce sont jamais quitter, toujours l'une avec l'autre.

« Prête Sarah je te promet que je ne te ménagerais pas. » La préviens la grande femme avec un sourire mesquin.

« J'espère bien sinon sa ne vaux pas le coup de jouer. » Répondit la jeune femme en acceptant la provocation.

La brune lança le ballon en l'air avant de le frapper lourdement de la paume de sa main afin de le faire passer de l'autre coter du filet, immédiatement Sarah le réceptionne et le passa à sa coéquipière qui fit circuler la balle dans son propre terrain avant de le placer bien au dessus du filet pour que Sarah avec un belle détente puisse frappé le ballon dans un beau smash, il fut à son tour récupéré par Olivia qui le lança derrière elle pour que sa propre coéquipière la récupère. Celle ci le replaça également devant le filet pour que la grande femme puisse le frapper, chose qu'elle fait immédiatement quand le ballon fut juste au dessus d'elle. Sarah arriva à la réception mais la force que son amie avait donner dans son toucher était tellement puissante qu'elle ne put maitriser la balle et cette dernière s'envola loin derrière après avoir percuter les mains de Sarah qui partie en arrière suite à choc.

« Hé bien voilà nous avons gagné. » Dit Olivia d'une voix légèrement supérieur en se moquant de son amie.

« Ouai ben la championne au lieux de te venté va plutôt chercher le ballon qui à atterrit et je ne sais pas comment sur le ponton. » Objecta la jeune femme Châtain.

« Hé vas y toi c'est toi qui l'a envoyé là-bas. » Protesta la grande femme.

« Ma très chère amie, il me semble que quelqu'un ici à mit un peut trop de force dans sa frappe ce qui à produit mon incapacité de le contrôler. » Expliqua Sarah n'ayant pas envie d'aller le prendre.

« Pas de ma faute si tu n'as pas de force. » Se moqua Olivia.

« Serte mais c'est de la tienne s'y il est aller se loger sur ce foutu ponton alors va le chercher. » Se défendit Sarah.

Les reste des filles acquiesça l'avis de cette dernière et Olivia dût s'avouer vaincu, c'est en grognant qu'elle se dirigea vers le grand ponton après avoir remis son t-shirt et bermuda. Elle remonta sur le remblai afin d'accéder à ce dernier, elle repéra le ballon qui avait roulé jusqu'au bout, c'est d'un pat lent et tranquille qu'elle alla dans sa direction. Elle arriva enfin à se dernier quand elle remarqua qu'il y avait quelqu'un juste à coter debout lui tournant le dos. Ne voulant pas déranger elle fit attention de ne pas faire de bruit, elle allait se baisser afin de prendre son objet quand elle se laissa tenter. Elle posa ses yeux sur le profil et remarqua que la personne était une femme avec un très beau profil ce dernier était doux et délicat avec une teinte de peau rosé ainsi que de soyeux cheveux cour blond laissant une frange tomber sur son front. Olivia se trouvant un peu indiscrète reporta son attention sur le ballon et le prit en main. Au moment où elle allait se redresser elle remarqua une goute tomber sur le plancher sec du ponton. Elle la regarda attentivement puis leva la tête afin de voir si c'était de la pluie mais vit que le ciel était parfaitement dégagé elle reporta son attention au plancher quand une deuxième goutte tomba, alors elle se permit de lever la tête en la penchant légèrement pour voir la un peu mieux la jeune femme à ses coter et vit des larmes couler sur ses joues.

Cette vision lui serra le cœur, elle se redressa doucement avec le ballon à la main puis elle recula sans un bruit avant de remettre l'objet par terre. elle lui donna un petit coup de pied pour qu'il touche la jeune femme afin de lui attirer son attention. L'action marcha parfaitement au moment où la balle percuta les chevilles de la jeune femme blonde cette dernière se retourna. Olivia resta complètement submergé par la beauté, elle avait des yeux d'un vert émeraude qui rendait aux trait de son visage encore plus de douceur.

« Je...je suis désolée il m'a échappé des mains. « Dit Olivia en essayant de revenir à la réalité.

« Ce n'est pas grave. » Répondit Julia avec une douceur dans la voix qui envouta la grande femme.

« Vous allez bien ? » Demanda cette dernière en voyant les larmes couler.

« Oui je vais bien ne vous inquiétez pas. » Répondit la petite blonde dans un semblant de sourire avant de retourner à sa contemplation. De grosses larmes envahirent à nouveau ses yeux avant de couler sur ses joues.

« Hé ! » Dit Olivia en posant une main sur l'épaule de la jeune femme. « Vous êtes sur que vous allez bien ? » Demanda-t-elle d'une voix douce.

Julia tourna sa tête pour répondre mais elle ne put sortir un mot et s'effondra en larme. La grande femme ne comprenant vraiment pas son propre geste, elle la prise directement dans ses bras et commença à la bercer doucement le temps que la petite blonde se calme. Quand ceci fut fait Julia s'écarta des bras de la grande femme.

« Je...je suis dé désolée. » Dit elle la voix remplit de larmes.

« Non ne vous excusez pas. » Répondit Olivia pleine de compassion.

La petite blonde s'éloigna complètement de la grande femme et prit le chemin de la sortie.

« Je vous remercie. Je vous souhaite une bonne journée, j'ai des choses à faire et je vous demande pardon encore une fois. » Dit elle dans un très léger sourire.

« Heu oui merci, vous aussi bonne journée à vous. » Répondit Olivia un peut déconcerter.

Julia parti au delà du remblais sous les yeux de la grande femme qui ne quitta pas sa silhouette avant que celle ci de disparaisse derrière le muret, puis cette dernière prit pour de bon son ballon dans ses mains et alla rejoindre ses amies qui l'attendaient avec impatience.

« Hé bien ma grande tu en as mis du temps c'était qui cette personne à qui tu parlais ? » Demanda Sarah.

« Hein ! Heu personne, juste quelqu'un qui me demandait des renseignements. » Mentit elle pour garder secret sa vrai rencontre, mais malheureusement elle se fit plaquer au sol par sa meilleure amie qui se jeta sur elle avant de s'assoir en lui bloquant les bras.

« Tu mens ! » Dit Sarah avec un gros sourire au lèvres.

« Quoi ?! Non je ne mens pas. » Niait la grande femme.

« Tu es tomber sous le charme de cette personne, tu as des signe qui ne trompe pas ! » Expliqua Sarah fière de l'avoir démasqué. « Tu as les yeux qui brille suivit d'une petite rougeur qui est bien dessiner sur tes joues. »

Olivia ne put rien dire pour sa défense et du tout avouer à sa meilleure amie.

« Et comment s'appelle cette charmante jeune femme ? » Demanda Sarah vraiment intéressé de voir enfin une personne faire battre le cœur froid de son amie.

« Hein et bien heu... »

« Quoi ?! Tu ne le lui as pas demandé ?! » Sarah était stupéfaite que la grande femme est pas pensé à demander la chose la plus importante.

Olivia un peu honteuse de ne pas avoir demander le prénom de la petite blonde secoua la tête en guise de négation puis dans un geste simple elle souleva son amie qui était assise sur elle et la posa sur le sable comme si c'était une plume avant de se relever.

« Bon moi j'y vais, ma mère m'attend. » Dit Olivia en se redressant.

« Quoi déjà ! Reste déjeuner avec nous pour une fois. » Dit Sarah un peut déçu.

« Non désolée je ne l'ai pas prévenue et de plus j'ai envie de passer ma journée avec elle. » Expliqua la grande femme en prenant son sac à dos. « Bon à plus les filles. » Finit elle en levant sa main pour les saluer avant de partir elle aussi sur le remblai.

Il était 11 heure quand Julia sorti de l'agent immobilière où elle venait d'acheter un appartement, elle se dirigea vers se dernier qui était situer sur le remblai mais à l'opposé du grand ponton de bois. Elle gara sa voiture dans le parking de la résidence, prit ses bagages et monta au dixième étage de l'immeuble avec l'ascenseur puis arriva devant sa nouvelle demeure. Elle entra à l'intérieur et remarqua que effectivement les ancien propriétaire comme le lui avait dit l'agent avait vendu les meubles en même temps que le lieux. Elle en fut extrêmement reconnaissante, comme cela elle n'avait pas à passer plusieurs jours à la recherche des meubles. La porte d'entrée donna directement sur un grand salon, habiller d'un grand canapé en cuir situer au milieu de la pièce avec deux fauteuil, en face de ses dernier trônait un grand écran plant avec une fausse cheminée en dessous. Sur chaque coter de celle ci on y trouvait deux grand meuble, un qui servait de bibliothèque et l'autre de range CD et DVD. Sur la droite du canapé un grande baie vitré avec un balcon donnant une vue magnifique sur l'océan. À la continuer du salon se plaçait la cuisine américaine séparé part un simple petit muret où une tablette était accroché. Derrière ce dernier une table de taille moyenne avec six chaise était placer au centre avec les appareils électroménager l'entourant. En face de la porte d'entrée on y trouvait un petit couloir qui nous emmena dans la salle de bain qui se trouvait sur la droite ainsi que la chambre sur la gauche. Cette dernière était d'une taille assez grande avec un grand lit qui trônait en plein milieu de la pièce entouré d'un bureau, d'une commode et armoire posé contre trois mur de la pièce, le dernier était habillé d'une grande baie vitré qui donnait sur le balcon en offrant la même vue magnifique sur l'océan pacifique que lui procurait celui du salon.

Elle posa son blouson sur le canapé et se dirigea vers la cuisine afin de se préparer un café qu'elle venait tout juste d'acheter, ensuite elle prit sa tasse remplit du liquide noir et alla sur le balcon pour se posant sur une chaise qui était posé. Elle regarda l'océan qu'elle pouvait apercevoir à travers la vitre qui faisait office de mur. Son regard se plongea au loin dans l'horizon en se déconnectant petit à petit du monde réel. Doucement de douces larmes s'échappa de ses yeux en roulant sur ses douce joues, elle buvait des gorgés comme une vrai automate avant de laisser sa tasse s'écraser au sol en plusieurs éclat et de partir dans un violant sanglot.

Olivia arriva chez elle pour l'heure du déjeuner. Sa maison était grande avec un rez de chausser où l'on pouvait y trouver le salon salle à manger qui était placée à la droite de l'entrée. Il était habiller d'un grand canapé d'angle en cuire placer en plein milieu de la pièce avec un grand écran plat au dessus, d'une cheminée où se trouvait à sa droite un grand meuble qui servait de bibliothèque et qui arrivait à une grande baie vitrée donnant sur le devant de la maison. Sur la gauche de la cheminée une chaine hifi était posé avec une grande table à manger qui était placé en face d'une porte fenêtre donnant sur le jardin. Les sol était recouvert de deux grand tapis de couleur rouge foncer. Les mur était habiller d'une tapisserie de couleur jaune foncé tirant sur l'or. Puis à la gauche de l'entrée séparé par un petit mur on entrait dans une grande cuisine avec au fond une cuisinière et les appareils électroménager, au centre de la pièce une table de taille moyenne, les mur étaient tapissé de papier peint avec des motif marins. Sur chaque coter des murs trois placard de rangement était attacher en hauteur. En face de la porte d'entrée on voyait un escalier qui menait directement à trois chambres. Celle d'Olivia se trouvait tout au bout du couloir à coté de la salle de bain. Elle était simple la décoration se résumait à une planche de surf accrocher au mur et quelque tableau photographique de l'océan pacifique, sur un mur peint en blanc, la pièce disposait d'un petit balcon qui donnait sur un grand jardin, avec de magnifique arbustes et plantes fleurie qui faisait la joie de sa mère. Il y avait un petit bassin d'eau avec des poisson rouge.

Quand elle arriva elle posa ses affaires dans sa chambre et descendit rejoindre sa mère pour déjeuner. Le repas se passa tranquillement comme à son habitude mais la femme sentait que sa fille n'était pas comme à son habitude et commença à la questionner. Olivia savait qu'elle ne pouvait rien cacher à sa mère car elle devinait toujours ce qu'il n'allais pas. C'était une femme de 1m66 d'un carrure normal les cheveux brun et les yeux noisette avec un doux regard et des trait de visage très fin et répondait au prénom de Christine. La grande femme adorait sa mère depuis la mort de son père elles devinrent encore plus proche qu'elles ne l'étaient déjà et se racontaient tout. Quand sa mère commença à lui posé des questions sur son attitude plutôt rêveuse, elle savait immédiatement qu'elle ne pourrait pas échappé à l'interrogatoire qui allait suivre. Mais elle savait que si elle ne disait rien maintenant se serai encore pire après donc elle était coincé, pourtant cela ne la gênait aucunement car elle savait aussi que sa mère était vraiment de bon conseil et qu'elle l'épaulait quelque soit son choix ou son mode de vit. Quand elle lui avait annoncé son homosexualité Christine l'avait très bien prit et l'avait vraiment aidé à passer avec aisance ce délicat moment et aussi par ce que sa mère était d'une nature très curieuse, à s'inquiéter pratiquement pour un rien Olivia se promit de tout lui raconter pour ne pas avoir de problème par la suite.

Après le petit interrogatoire le déjeuner se finissait et les deux femme rangèrent la vaisselle, Christine partie dans son jardin une fois fini et Olivia ressortit de chez pour se balader afin de digérer tranquillement et de profiter de sa solitude, la rue de chez donna sur la grande avenue principal qui rejoignit l'avenue de la plage. Arriver à celle ci elle marcha le long du remblai d'un pat tranquille, elle regarda les vacancier de ce début de Juillet envahir la plage. Son regard fit le tour de la plage et tomba sur le grand ponton en bois qu'elle voyait au loin, elle s'arrêta quand elle remarqua une personne au bout de celui ci. Sans comprendre son cœur se mit à battre un peu plus fort. « Arrête Olivia ! C'était qu'une rencontre fortuite rien de plus. » Se sermonna t-elle intérieurement. Poussée par un mince espoir ses pat la conduisit devant. « Bien, qu'es ce que je fais maintenant ? Mais pourquoi je suis ici moi ? » Elle ne savait pas pourquoi elle était venu prêt de se ponton qu'elle n'avait jamais prêter la moindre grande importance. Elle regardait la personne qui était au bout et n'arrivait pas à distingué la silhouette ni la couleur des cheveux à cause d'un truc qu'elle portait sur la tête. « Bon soit j'y vais soit je fais demi tour, mais faut que je me décide car faire le pied de grue sa ne me vas pas du tout. »

C'est quand le vent qui se mit à soufflé en enlevant la chose que la personne au bout du ponton avait sur la tête dévoilant une chevelure blonde qu'elle se décida d'avancer. « Bon sang, elle vas me prendre pour une sorte de perverse à la suivre comme cela. » Plus elle avançait sur le plancher en bois plus son cœur battait fort,ses membres qui commencèrent à trembler. Elle ne comprenait vraiment pas ce qu'il lui arrivait, personne ne lui avait fait autant d'effet que cette petite blonde et le faite de l'avoir vu pleuré lui avait fait quelque chose en elle sans pouvoir le décrire mais cela la toucha vraiment profondément. Elle n'avait pas aimé voir des larmes couler sur un si beau visage et encore moins de les voir sortirent de ses yeux émeraude qu'elle ne pouvait oublier. Arriver prêt de la petite blonde elle se posa à coter d'elle et allait parler quand cette dernière la regarda quand elle se plaça à coté d'elle.

« Bonjour. » Lui dit la jeune femme avec un grand sourire.

Olivia était plus que déçu la petite blonde n'était pas la femme de se matin, elle rendit le bonjour tout aussi poliment mais senti un gros malaise se former en elle. Ne voulant pas montrer sa frustration à la jeune femme à coté elle s'assit au bout en laissant tomber ses jambes dans le vide. Sa voisine lui demanda quelque renseignement sur les choses à faire dans le coins une fois que la grande le lui avait indiquer elle parti rejoindre son mari qui l'attendait un peu plus en retrait. Olivia se retrouva seule avec ses pensées, son cœur se serra doucement tellement elle était déçu que se ne soit pas la petite blonde. Elle laissa aller son regard au loin en se perdant dans ses pensées. Quand une voix féminine la sorti de ses pensée.

« Tient qu'es ce que tu fais ici ? » Lui demanda une voix féminine en la faisant sursauter.

« Sarah ! » S'exclama Olivia surprise. « Tu m'as fait peur. »

« C'est que je vois. » Lui répondit la jeune femme. « C'est étrange de te trouver sur ce ponton, toi qui depuis le début ne t'intéressait guère à lui. »

« J'avais envie de changer pour une fois et je voulais prendre un peu l'air. »

« Tu ne serai pas entrain d'attendre avec espoir une certaine personne par hasard ? » Lui demanda son amie en la taquinant.

Cette petite phrase fait légèrement rougir la grande femme qui se défendit immédiatement.

« Non pas du tout ! Je suis simplement venu me balader c'est tout et puis après je fais ce que je veux, j'ai aucun compte à te rendre. » Dit elle froidement et elle prit le chemin du retour et parti du ponton en laissant Sarah seule.

Cette dernière alla rejoindre ses amies qui étaient sur la plage un peu plus loin et qui l'attendaient. Arrivé à elles la jeune femme se posa un peu sèchement sur le sable. Les filles la regardèrent étonner de son comportement.

« Bon sang c'est qui cette fille ? » Dit Sarah énervé.

« De quoi tu parle ? » Lui demanda une de ses amies.

« L'autre petite blonde a qui Olivia à parler. » Expliqua la jeune femme en s'énervant d'avantage.

« Tu la revue ? » Lui une autre fille.

« Non mais elle ne voulait pas me le dire, pourtant je suis sur que Olivia est venue sur ce foutu ponton afin de voir si cette blonde était là. Car depuis sa naissance jamais elle n'a mit les pieds sur ce ponton, elle n'avait jamais eu le moindre intérêt pour lui et comme par hasard depuis qu'elle à rencontré cette fille elle y va. »

« Je ne sais pas mais si cela est vraiment du à cette femme cela fait beaucoup d'effet à notre chère Olivia. » Argumenta une autre de ses amies.

« Ouai ben faudrait pas qu'elle revienne celle la Olivia est à moi et à personne d'autre pigé ! » S'exclama méchamment la jeune femme.

« Ben qu'es ce que tu vas faire alors ? » Lui demanda une de ses amie.

« Rien pour le moment sachant que nous ne savons rien sur elle et de plus elle l'a vue qu'hier mais c'est à surveiller comprit. » Ordonna Sarah.

Ses amies hochèrent la tête en même temps puis tout le monde partirent de la plage pour rentrer dans le demeure respectif.

Olivia qui était parti du ponton alla se promener en ville, avec ses pensées remplit de la jeune femme blonde qu'elle avait vue le matin, elle ne comprenait pas pourquoi une simple rencontre fortuite la rendait aussi nerveuse. Son cœur était à deux doigt d'exploser quand le vent avait retirer le chapeau de la femme sur le le pont mais il c'était serrer fortement quand elle avait vue que ce n'était pas elle. Même à l'heure actuelle elle le sentait battre un peu plus que la normal rien que du faite de pensée à cette jeune fille. Au déjeuner sa mère lui avait simplement poser des question sur son comportement afin de savoir ce qui lui donnait le sourire, elle le lui avait expliquer de la vive rencontre avec la jeune femme blonde et le fameux échange mais aucune des deux femmes ne put explique l'attitude. Doucement elle se dirigea vers un restaurant là où sa mère travaillait et était la propriétaire, cette dernière y travaillait de temps en temps quand il y avait besoin de mains d'œuvre de plus. Arrivé devant Olivia passa par l'arrière et la trouva dans la cour en train de ranger produit qu'on lui avait livrer, voulant se détendre un peu elle donna un coup de main à sa mère ce qui l'emmena en fin de soirée pratiquement à l'ouverture. Les deux femmes laissèrent le chef et le reste du personnel se débrouiller seul et partirent chez elles, pendant que Christine préparait le diner la grande femme parti prendre sa douche et pendant tout se temps ses pensées retournèrent vers la petite blonde, elle souhaitait pouvoir revoir cette belle jeune femme qui hantait ses pensées afin de comprendre ce qui lui arrivait.

De son coté Julia sortit de son appartement et parti se promener sur le remblai afin de profiter des derniers rayon de soleil, elle le longea et arrivait doucement au grand ponton en bois au moment où l'astre solaire commençait à se coucher dans l'océan en une lumière rouge oranger, colorant le ciel sombre d'un magnifique violet avec les première étoiles apparaissant. Quand elle fut au bout du ponton elle s'assit sur le sol laissant ses jambes pendre dans le vide, une douce brise lui caressa le visage et les membres supérieur, elle admirait le soleil rouge s'enfonçant dans la mer. Encore une fois sans qu'elle ne se rende compte de quoi que se sois de fine larmes sortirent de ses yeux et se mirent à rouler sur ses joues, lentement son cœur se serra dans sa poitrine et son corps se mit à trembler. Elle retint de toute ses forces un gros sanglot qui menaçait de sortir mais la pression étant trop forte elle lâcha la grosse boule qu'elle avait dans la gorge et partit dans un puissant sanglot.

Elle se calma quand le soleil fut complètement coucher et se mit debout quand tout était plus calme, elle se tourna et quand elle fit face au remblai elle aperçut de loin une jeune femme d'une assez grande taille avec de long cheveux brun debout contre le muret à regarder l'horizon. Son cœur se mit à battre un peu plus fort dans sa poitrine, elle se mit à avancer en direction de l'endroit où se tenait cette jeune femme en espérant secrètement que ce soit celle qu'elle avait vue dans la matinée, elle avança doucement en forçant ses pat de ne pas accélérer arrivé pratiquement au même niveau que la femme brune elle fut complètement déçu que se ne sois pas celle de ce matin. Elle continua sa route en reprenant le chemin de son immeuble avec une boule dans l'estomac. « J'aurai du lui demander son prénom avant de partir. J'ai été bête. » Se dit elle mais elle se ravisa en réalisant que sa aurait été une perte de temps car elle ne la reverra plus. Arrivée dans son appartement elle prit une douche et pendant tout ce temps elle pensa à sa belle brune qu'elle avait rencontré. Puis le diner fait elle se coucha épuisé et s'endormit avec ses pensées remplit mystérieuse fille du ponton.

Olivia avait fini de diner et après avoir aider sa mère pour la vaisselle se mit à lire mais abandonna immédiatement car elle n'arrivait pas à se concentrer, elle revoyait sans cesse l'image de la petite blonde en train de pleuré dans sa tête. Elle se demandait ce qu'il avait put lui arriver car en plus des larmes elle avait remarquer que le sourire qu'elle lui avait fait n'était pas un sourire joyeux et même ses yeux reflétait quelque chose qu'elle n'arrivait pas à déchiffrer. Tout en pensant à la jeune femme elle se coucha. Et les deux femmes s'endormirent avec leur pensées remplit de la mystérieuse fille du ponton.

Le lendemain comme tout les matins Olivia se leva à 7h, elle s'habilla en tenu de sport, avec un short noir et un débardeur de la même couleur, elle accrocha son MP3 qu'elle avait soigneusement glisser dans une petit pochette à la ceinture, ensuite elle coiffa ses grand cheveux en queue de cheval laissant sa frange tomber sur son front puis elle rejoignit sa mère dans la cuisine pour boire une tasse de café. Après avoir but le liquide elle fit une bise à sa mère et sorti de chez elle dans un footing soutenue en direction de la plage.

Julia se leva également de bonne heure, s'habilla en jeans bleu avec un t-shirt à manche courte de couleur bleu foncer elle prit son sac à mains qu'elle mit en bandoulière et alla à la brasserie qui se trouvait juste à coter de son immeuble elle commanda un petit déjeuner copieux. La veille elle était tellement fatiguer et dérouter qu'elle n'avait acheter que quelque bricole histoire de diner et de boire du café. Elle se posa sur la terrasse du café afin de profiter des premier rayons pas trop chaud du soleil, qui se reflétait dans l'océan calme en le faisant briller de tout son éclat. Elle mangea avec appétit toute sa commande, elle commanda un grand café afin de profiter encore un peu de se moment de calme. Étrangement elle se santait plus calme que la veille même si son cœur demeurait toujours aussi serrer, elle savait que ses larmes pouvait refaire surface à n'importe qu'elle moment, elle sentait que pour le moment elle pouvait les contrôler. Plus sereinement elle se mit à faire voyager son regard sur la plage qui se trouvait de l'autre coter de la route.

Olivia de son coter arriva sur le remblai dans une fouler soutenu et tranquille, elle alla sur la plage et se mit à courir de tout son long en partant en direction du grand ponton en bois. Arrivée à se dernier elle fit demi-tour pour courir les trois kilomètre de sable en restant sur la sable sec. Tout en écoutant son MP3 elle se mit à pensées à sa petite blonde, elle traversa toute la plage puis arriver au deuxième bout elle fit demi tour afin de retrouver l'entrée qu'elle avait utilisé pour descendre qui se trouvait à mi-distance quand d'un coup elle sentit quelque chose d'étrange, elle se mit à regarder tout autour d'elle mais ne vit rien. Elle se sentait fixer chose qu'elle n'aimait pas et fit le tour de la plage avec ses yeux tout en tournant sur elle même mais rien à faire impossible de trouver la personne qui la fixait, elle décida alors détendre son regard au delà de la plage et de le monter sur le remblais mais toujours rien elle ne voyait personne la regarder. Cela commençait à l'agacer fortement elle se déplaça et alla en direction de l'eau afin d'avoir un champ de vision plus large arriver à un distance où elle pouvait voir également les magasins et café qui se trouvait de l'autre coter de la route elle fouilla de son regard la personne car la sensation d'être observer était toujours là et devenait de plus en plus insistant. Elle passa sur toute les terrasse quand elle s'arrêta sur une table qui était situer plus en retrait avec une jeune femme blonde. Immédiatement son cœur se mit à battre malgré la distance où elle ne pouvait distinguer le visage de la personne elle savait sans comprendre pourquoi que c'était sa jeune blonde qui était là à la fixer. À son tout elle se mit également à la fixer.

Julia qui faisait naviguer son regard sur les passant et sportif tomba sur une grande femme brune à se moment la son cœur fit un bond dans sa poitrine, elle aussi sans savoir pourquoi était sur que c'était la grande femme brune qu'elle avait vue la veille. Elle avait assister à la scène avec le petit garçon et était incapable de détourner son regard. Elle avait également remarquer que la jeune femme avait sentit son regard et la cherchait en temps normal elle serai parti mais la non elle ne pouvait quitter ses yeux de la grande silhouette qui venait de la trouver. Mais elle reprit vite pied et se leva de sa chaise paya le serveur et partit dans la petite rue qui se trouvait à coter en disparaissant rapidement de la vue d'Olivia. Cette dernière sentit son cœur se serrer quand elle vit la petite blonde se lever et partir, elle voulait presque lui courir après mais elle se retint de toute ses forces. Complètement déconcentrer en plus d'avoir perdu la motivation de courir elle remonta sur la remblai en marchant et alla d'un pat tranquille en direction du restaurant de sa mère afin de partir avec elle dans leur maison pour le déjeuner. Christine prépara tranquillement le repas quand elle remarqua sa fille assisse dans le canapé en lisant un livre mais elle voyait que cette dernière n'était pas du tout concentrer.

« À quoi tu pense ? » Lui demanda-t-elle.

« Pardon ? » Lui demanda Olivia en sortant de ses pensées.

« Je te demande à quoi tu pensais car je vois que tu lis sans vraiment lire. »

« Je pensais à cette fille. » Répondit honnêtement la grande femme. « Je l'ai vue se matin. »

« C'est vrai ! Et bien toi qui pensais ne plus jamais la revoir. » Dit joyeusement Christine.

« Oui mais c'était de loin, on vas dire que c'est elle qui à attirer mon attention à me fixer. » Expliqua la jeune femme.

« Hooo elle te fixait ? »

« Oui enfin je crois, tout ce que je peux dire c'est que quand j'ai regarder dans sa direction elle est parti quelque minute après et la sensation d'être observer avait totalement disparut. »

« Ah oui c'est étrange effectivement c'est elle qui t'observait. »

« Enfin je vais pas me faire d'idée si tout ceci est faux. »

« Oui tu as raison bon allez viens le repas est prêt. »

Les deux femmes se mirent à table et déjeunèrent en parlant de tout et de rien, quand ce fut fini et la vaisselle ranger Olivia prit son vélo et parti en direction de la plage avec un planche de surf accrocher au vélo ainsi que le matériel nécessaire. Quand elle arriva à l'endroit où elle se mettait à la plage habituellement, elle s'aperçut qu'elle n'avait pas acheter de boisson ni de quoi grignoter elle reprit son vélo et alla au supermarché le plus proche.

Julia après être parti dans la petite rue elle la remonta et arriva dans une autre qui déboucha sur la rue principal, elle marcha quelque mètre et s'arrêta dans un fast-food pour déjeuner elle prit un menu simple avec sandwich boisson et barquette de frite. Son repas fini elle retourna à son immeuble monta rapidement chez elle afin de prendre les papiers de sa voiture et alla prendre cette dernière et parti en direction du supermarché le plus proche. Elle entra à l'intérieur et fit le tour du magasin en prenant tout ce qu'elle avait besoin, et en sorti une heure après avec deux gros sac dans les mains. C'est arriver à sa voiture qu'un véhicule complètement fou arriva en trombe dans le parking il passa juste à coter d'elle en la frôlant ce qui à pour effet de la faire tomber elle mit ses deux mains en avant tout en lâchant ses sac afin d'amortir la chute elle se rappa les deux paumes ainsi qu'un de ses genoux.

« Bon sang il sont complètement malade dans cette ville. » grogna t-elle.

« Vous allez bien mademoiselle ! » Lui dit une voix inquiète derrière elle.

« Oui ça vas ! » Répondit elle un peu énerver sans se retourner. « Les gens ils sont vraiment dangereux franchement ! » Continua t-elle en lâchant sa colère sur la personne.

« Je suis bien d'accord avec vous. Laissez moi vous aidez à vous relever. » Lui proposa la personne en s'accroupissant derrière elle tout en posant ses mains sur les épaule afin de l'aider à la relever.

Julia se laissa faire malgré la colère elle se retourna afin de remercier la personne qui était venu à son aide mais elle se figea quand elle se trouva nez à nez avec cette personne qui n'était autre que Olivia qui elle aussi c'était raidit quand la petite blonde c'était retourner. Leur deux cœur malgré elle battait la chamade et sans contrôler la moindre chose l'émeraude se plongea dans le saphir et les deux femme partir dans un monde jamais exploré leur âme s'attirèrent petit à petit. Plus aucun son ne passa les regard des autre passant ne se fit plus voir leur voix ne se fit non plus entendre seul un monde nouveau prenait place petit à petit entre les deux femmes. Mais c'est la douleur des mains et du genoux qui ramena Julia à la réalité. Olivia qui sorti elle aussi de sa transe regarda ce qui fit grimacer la jeune femme et vit ses trois membres blesser.

« Attendez laisser moi vous aider, j'ai de quoi vous soigner en urgence dans mon sac. » Dit elle en retirant son sac à dos.

« Non c'est bon ça vas aller mais je vous remercie d'avance. » Répondit un peu froidement Julia en se baissant afin de ramasser ses article éparpiller sur le sol sans faire attention au sang qui s'écoulait de ses blessures.

« S'il vous plait il faut au moins arrêter le sang. » Insista la grande femme en l'attrapant par le bras. « Les courses peuvent attendre mais il faut soigner pour ne pas que cela s'infecte. » Continua t-elle d'une voix douce.

Julia quand elle se senti attraper par le bras se retourna pour contester encore plus fortement mais elle tomba sur deux yeux bleu remplit de douceur qui la fit céder malgré elle. « Je suis bien d'accord avec vous mais je ne peux pas laisser les produit par terre ça vas déranger ou être détruit par les voitures. »

Olivia se dirigea vers la voiture de la jeune femme ouvrit la porte du conducteur attrapa lui bras gauche et la fit assoir sur le siège. « Ne bouger pas de la je vais vous ramasser vos affaire et vous vous n'aurez qu'a prendre se mouchoir et le mettre sur vos paume afin d'essayer d'arrêter le sang et après je viens vous soigner. » Elle posa un mouchoir en tissu sur les genoux de la petite blonde et parti ramasser les courses sans laisser le temps à Julia de protester. Cinq minute après elle retourna auprès de la blesser avec les article dans les deux sac elle les déposa dans le coffre et alla au niveau de la petite blonde qui l'attendait à sa grande surprise bien calmement.

« Vous avez été rapide. » Lui dit gentiment Julia.

« Vous trouvez ? » S'étonna Olivia.

« Oui j'aurai mit cinq minutes de plus il y avait pas mal d'affaire. » Expliqua Julia avec un léger sourire.

Olivia sourit également mais remarqua encore une fois que le sourire n'était pas joyeux puis sans rien dire elle prit le mouchoir des mains de la petite blonde, attrapa son sac à dos et sorti sa trousse de premier secoure d'où elle sortit des compresses et du désinfectant, elle attrapa ensuite la main de la petite blonde. Au contact de la peau une décharge électrique passa dans tout son corps et son cœur se mit à battre la chamade. Elle réussit malgré tout à contrôler le tremblement qui menaçait de sortir à tout moment, elle était déboussolé de sentir une peau aussi douce que l'était le visage et la voix de la propriétaire. Elle ne leva pas les yeux qu'elle avait poser sur les mains afin de ne pas montrer son trouble, doucement elle reprit le contrôle de son esprit et commença à nettoyer la plaie avec la compresse qu'elle avait badigeonné de désinfectant. Elle passa délicatement sur chaque endroit en faisant bien attention à ne pas faire mal à sa patiente. Cette dernière au contact de la main d'Olivia senti un gros frisson parcourir son corps, son cœur se mit à tambouriner dans sa poitrine, incapable de résister elle posa ses yeux sur la grande femme et ne la quitta pas des yeux durant tout les soins, elle priait le ciel pour que cela dure le plus longtemps possible la douceur de la peau de sa secouriste lui fit oublier le monde qui l'entourait. Elle revint brutalement à la réalité quand cette dernière avait fini, elle était très déçu mais réussit à le cacher.

« Voilà j'espère que sa ne s'infectera pas. » Dit Olivia en rangeant ses affaires.

« Merci beaucoup. » Répondit simplement Julia en détournant son regard pour le poser sur ses blessures soigné.

Olivia ne dit rien quand elle finit de ranger ses affaires elle se mit debout afin de mettre son sac sur son dos pour se préparer à partir. Julia se mit également debout afin de mettre ses courses dans le coffre et de remercier poliment la grande femme.

« Bon et bien je vous remercie de votre aide. » Dit elle doucement.

« Mais de rien j'ai été ravis de vous revoir. » Accepta gentiment Olivia.

« Moi aussi je suis désolée mais je dois y aller. » S'excusa Julia en étant un peu frustrer de devoir partir.

« D'accord moi aussi j'ai des choses à faire. » Dit Olivia simplement.

Après s'être saluer les deux filles se séparèrent, Julia monta dans sa voiture le temps que la grande femme se dirigea en direction de son vélo qu'elle avait jeter au sol et monta dessus réajusta un peu mieux son sac et parti en direction de l'entrée du magasin. Julia elle avait enclenché la marche arrière et avait reculer de sa place de parking puis se mit dans le bon sens et commença à avancer quand elle remarqua la jeune femme brune en face d'elle. Elle avança au pat tout en réfléchissant pas encore pas cette fois ci. Se dit elle en appuyant sur l'accélérateur afin de se retrouver au coter d'Olivia en la forçant à s'arrêter.

« Julia je me nome Julia Jonson. » Dit elle nerveusement.

Olivia était vraiment surprise de cette subite apparition mais était heureuse. « Olivia Parker. » Dit elle en tendant sa mains afin de seller la présentation.

Chose qui fut accepter sans problème puis les deux filles se séparèrent pour de bon en partant chacune de leur coté avec un petit sourire au lèvres et un cœur remplit de baume d'avoir enfin put connaître le prénom de la personne qui commençait à envahir les pensées avec un léger espoir de la revoir.



[/size]


Dernière édition par gaby la barde le Dim 18 Nov 2012 - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mango
The Dark Harpy ¤ Le Créateur
avatar

- Scripts : 10082
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans un monde pure sans problèmes
Points : 10677
Image :

MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 12 Fév 2012 - 15:22

Ah je sens que je vais aimer la suite !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
http://legends-xena.forumgratuit.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Lun 13 Fév 2012 - 10:51

Si tu savais Mango... cette fic est plus que magnifique elle est sublime I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Mar 14 Fév 2012 - 12:27

Coucou bon mon chapitre étant trop long pour le mettre en une seule fois je vous le met en deux chose qui m'ennuie bcp enfin du moment que vous puissiez la lire donc je vous souhaite une bonne lecture et merci pour vos encouragement.



CHAPITRE 2

Julia rentra dans son appartement, elle rangea ses achats dans leurs endroit respectif, elle se permit de manger un petit truc, puis elle se mit sur son balcon une fois tout ceci fini elle s'appuya contre et regarda l'océan. Elle adorait l'admirer pour car c'était de cette façon qu'elle arrivait à s'échapper pendant quelque minutes, mais ce jour là ceci ne fonctionnait pas, son regard se rapprocha doucement de la plage et tomba sur les gros rouleau qu'offrait l'océan. Elle apercevait malgré la distance des surfeurs les chevauchant et d'un coup cette vision la ramena au parking du supermarché et se souvenait qu'elle avait vue une planche de surf sur le vélo d'Olivia. Elle y pensa pendant un long moment, après s'être posé plusieurs questions et quelques hésitation plus tard elle décida de sortir de chez elle et se mit à longer le remblai arrivé à mi-chemin elle alla sur la plage et continua sa promenade les pieds dans l'eau.
Olivia elle arriva sur les coups des quinze heures, chose qui étonna énormément Sarah qui d'habitude c'était elle qui arrivait en dernière.
« Et bien tu es en retard ma grande d'habitude tu es la première. »
« Oui désolée j'avais des courses à faire. »
« Oui je vois cela. » Dit Sarah en montrant le sac dans la main de son amie.
« Il 'y avait beaucoup de monde donc voilà désolée pour le retard. » Mentit Olivia ne voulant pas se justifier.
« Non ce n'est pas grave mais cela ma fait bizarre d'arriver la première. » Dit Sarah sans se faire attention.
Olivia ne répondit pas et posa ses affaires sur le sable, elle enleva ses habilles afin de se retrouver en maillot de bain, elle sorti sa combinaison de plonger et l'enfila.
« Quoi tu vas aller surfer alors que tu viens à peine d'arriver ! » S'exclama la jeune femme frustré.
« Ben oui tu le vois bien non. » Répondit la grande femme d'un ton neutre.
« Mais je n'ai pas eu le temps de profiter de toi. »
« Et bien tu le fera après. » Dit Olivia d'un ton plus froid.
« Tu le fais exprès n'es ce pas ? » Demanda Sarah en s'énervant.
« Non tu le sais pourtant, qu'à chaque fois que j'arrive je vais dans l'eau. » Lui dit la grande femme agacé.
« Oui je le sais mais tu pourrais au moins rester un peu avec moi avant d'y aller.. » Continua la jeune femme avec espoir.
« Après ! » Répondit la brune d'un ton sec. « Et si tu y tient vraiment viens dans l'eau avec moi. » Lui proposa t-elle.
« Non tu sais que je n'aime pas ce sport. » Répondit Sarah fâché.
Olivia fini de préparer sa planche sans rien dire, elle enduit le dessus de la planche avec du Wax (La wax : enduit constitué de paraffine qui permet une meilleure adhérence sur la planche) une fois ceci fait elle attacha son pied droit avec le cordon de la planche et prit cette dernière sous le bras droit avant de se tourner pour regarder Sarah.
« Hé ben tant pis pour toi ! On se vois tout à l'heure. » Dit elle d'un ton neutre avant de partir tranquillement en direction de l'eau laissant son amie complètement stupéfaite d'avoir été répondu de la sorte.
« Bon sang, toujours son foutu surf ! Elle ne peux pas faire autre chose que sa ?! En pensée au gens qui n'en font pas ! » Dit elle en râlent à voix haute pour elle même.
Olivia malgré la distance avais entendu ce que venait de dire sa meilleure amie et se jura de le lui faire payer en restant le plus longtemps possible dans l'eau. Arriver à celle ci, elle s'enfonça dans la mer en passant à travers les vagues. Quand l'océan lui arriva au niveau de la taille elle monta sur sa planche en se couchant sur le ventre et commença à ramer avec ses deux bras afin d'aller le plus loin possible. Les vagues qu'elle traversa s'écrasa sur elle, certaine par la force du courant et du cassage la fit reculer et d'autre qui était assez calme fut passé sans aucun problème. Arriver à l'endroit voulut, elle s'arrêta et s'assit sur sa planche pour attendre l'arriver des vagues, car une fois son but atteint ce fut le calme plat. Elle se laissa bercer par les remous causé par l'océan tout en scrutant l'horizon afin de pouvoir apercevoir le nouvel assaut de vagues, chose qui se montra immédiatement elle se recoucha sur sa planche et commença à ramer quand un rouleau commençait à se former, son mouvement était soutenu, plus la vague devenait haute plus ses gestes devenaient rapide afin de pouvoir prendre la vague comme elle le voulait, quand cette dernière fut assez haute et juste au dessous d'elle en commençant à la faire glisser elle se mit immédiatement debout sans le moindre effort.
Elle chevaucha le monstre comme elle les appelaient avec un tel facilité que l'on dirait qu'elle volait, avec la force de ses jambes elle appuya sur la coter droit de planche pour donner un mouvement de rotation ce qui à pour effet de faire tourner la vague et de la faire monter au dessus du rouleau et d'un bref appuyer de la jambe gauche elle replaça la planche dans la descente de la vague. pendant pratique tout le long elle fit de beau slalom en faisant monter et descendre la planche sur la vague, elle s'amusa également à faire tourner sa planche afin d'entrer dans le tube du rouleau avant de la faire sortir en la remettant dans le bon sens. Arriver pratiquement a mi-distance de la plage elle se laissa tomber dans l'eau afin de laisser le monstre se finir sur le sable, elle remonta sur la planche et retourna au large là où naissait les vagues. Pendant plus de deux heures elle essaya de dompter les rouleau que l'océan lui prêtait, elle était heureuse rien plus les vagues était grosse et forte plus elle jouissait de la sensation que lui procurait le surf. Elle était assisse sur sa planche au large à attendre le nouveau lot de vague, qui arriva une nouvelle fois, la première elle la laissa passer quand elle vit un autre surfeur commencer à la prendre et le code des surfeur est que si une personne commence à prendre un rouleau avant toi tu dois la laisser si ce dernier est prêt de toi, donc elle prit la seconde vague et une fois encore elle chevaucha avec aisance ce monstre des mer avec le bonheur s'inscrivant sur son visage, quand une drôle de sensation la dérangea, elle avait déjà ressenti cette impression, sans réfléchir elle tourna sa tête et posa ses yeux sur la plage situer au loin, elle remarqua une petite tête blonde qui était sur le sable les pieds dans l'eau en train de la fixer. Elle perdit complètement sa concentration et tomba dans l'eau sans espoir de se reprendre.
Quand elle remonta à la surface elle regarda en direction de la plage, elle se concentra pour mieux voir à cause de la distance la personne qui était responsable de sa chute et remarqua que c'était Julia qui était sur la plage en train de la regarder. Sans réfléchir elle monta sur sa planche en se couchant dessus et prit la première vague qui passait afin de lui permettre de se rapprocher du bord de l'eau, quand le niveau de la mer fut au niveau de ses hanches elle se laissa glisser dans l'eau et parcouru le reste de la distance qui la séparait de la petite blonde à pied, sans s'apercevoir qu'elle avait le sourire au lèvres.
« Superbe chevauché. » Lui dit gentiment Julia.
« Merci beaucoup. » Lui répondit la grande femme de la même manière.
« J'admire les personnes qui son capable de dompter ses monstres. » Dit la petite blonde avec admiration.
Cette phrase fait rire Olivia, ce qui donna des yeux interrogateur à Julia.
« Désolée mais vous entendre dire les monstres en parlant des vagues, me fait rire car c'est comme cela que je les appelles aussi. » Expliqua Olivia avec un grand sourire.
La jeune femme ne dis rien sourit très légèrement.
« Alors vous vous baladez ? » Demanda Olivia pour lancer une conversation.
« Oui je me promenait en trempant mes pieds dans l'eau quand j'ai vue des surfeurs et par curiosité je suis venu les voir. » Répondit elle sans vouloir donner la vrai raison de sa venue.
« Alors le spectacle vous plais ? » Demanda la grande femme par curiosité.
« Beaucoup, même si je n'ai jamais surfé de ma vie, j'adore se sport et je trouve qu'il faut vraiment avoir de la force et de l'adresse pour faire ceci, tout le monde ne peux pas surfez sur de tel vagues. » Expliqua Julia en répondant clairement à la question.
« Oui je suis d'accord avec vous, mais je suis contente que cela vous plaise. » Dit Olivia ravie de voir que Julia aimai le sport qu'elle pratiquait. « Si vous voulez je pourrais vous apprendre à surfer. » Proposa t-elle accompagner d'un doux sourire.
« Se sera avec plaisir.. » Répondit Julia ravi sans pour autant le montrer.
« Sa vous dirait de se posé se sera mieux pour parler à moins que vous ayez des choses à faire ? » demanda Olivia avec une petite appréhension de refus.
« Non, non je n'ai rien à faire je suis en vacance j'ai tout mon temps, donc cela ne me dérange pas de me poser et surtout sa me permet de me reposer un petit peu. » Répondit Julia calmement.
« Bien allons sur le sable sec nous serons mieux pour parler vous ne croyez pas ? » Finit la grande femme.
Julia hocha simplement la tête avec un léger sourire avant d'avancer en direction du sable sec, suivit par Olivia qui encore une fois remarque que les sourires de la jeune femme était vraiment sans joie, cela la tracassait vraiment. Malgré cela elle était heureuse de revoir la petite blonde et de pouvoir enfin avoir un moment pour parler avec elle afin de faire sérieusement sa connaissance. Une fois l'endroit choisi Julia s'assit sur le sable chaud tout en regardant Olivia planter sa planche dans le sol et enlever le haut de sa combinaison avant de s'assoir prêt d'elle. Aucune des deux filles n'osa entamer la conversation elle étaient toutes les deux nerveuse de se retrouver cote à cote. Elles n'arrivait vraiment pas à comprendre ce qu'ils leurs arrivaient, leur comportement étaient ceux de deux ado au premier rendez vous, même si ce n'était pas le cas pour elle. Julia osa se lancer afin de détendre l'atmosphère.
« Tu surf depuis longtemps ? » Demanda-t-elle pour en savoir également un peu plus sur cette jeune femme brune.
« Depuis que j'ai 10 ans j'avais commencer avec les petites vagues qui se trouvaient pratiquement au bord de l'eau jusqu'à ce que je prenne plus d'assurance ensuite petit à petit je me suis éloigner du bord afin d'essayer de dompter les plus grosses, pour être franche je ne suis pas rester au petites vagues longtemps car ce n'était pas assez amusant pour moi. » Expliqua Olivia.
« Ça se vois que vous chercher toujours à repousser vos limites, vous devez être une personne assez compétitif. Plus la difficulté est grande et plus cela vous plaît. » Argumenta Julia.
« Oui c'est exacte. » Dit Olivia contente de la perspicacité de la petite blonde. « Je peux vous poser une question si cela ne vous dérange pas ? » Demanda-t-elle nerveusement.
« Oui à une seule condition. » Répondit sérieusement Julia.
« Holà sa dépend ce que vous voulez. » Dit la grande femme en stressant.
« Que vous me tutoyer sinon je ne répond à aucune question. » Expliqua la jeune femme un peu amusé.
« Ah oui bien sûr, pas de souci. » Répondit la brune soulager. « Tu n'es pas de la région n'es ce pas. » demanda t-elle.
« Ça se voit à se point là ? » Demanda Julia surprise.
« Juste ton accent il n'est d'ici. » Expliqua Olivia un peu gêné.
Julia ne dit rien mais fait encore un léger sourire et tourna sa tête afin de regarder la mer. « C'est exact je ne suis pas d'ici je suis de la la ville de charlotte en Caroline du Nord. » Répondit elle les yeux dans le vague.
« Ah d'accord... »
« Et toi tu as toujours vécu ici ? » La coupa Julia en sentant une autre question arrivé chose qui fut interpeler par Olivia.
« Oui je suis né ici. » Répondit elle sans chercher à comprendre.
« Oh c'est bien, c'est une belle ville je ne suis qu'ici que depuis hier et franchement je la trouve bien. La plage est absolument magnifique tout comme la ville. » Expliqua la petite blonde.
« Je te l'accorde je ne me vois pas habiter ailleurs qu'ici. »Affirma la grande femme.
« Sinon tu fais quoi dans la vie. » Demanda Olivia voulant en apprendre encore plus.
« Je suis professeur des écoles j'enseigne à des enfants de CM1 et CM2. « Répondit tranquillement la jeune femme en reposant ses yeux sur Olivia.
« Pas mal c'est super comme métier. » Les enfants on de la chance de t'avoir comme maîtresse. » Dit cette dernière en n'ayant pas le temps de retenir sa dernière phrase.
Chose qui fait rougir Julia. « Je ne sais pas. » Dit elle complètement gêner en détournant son regard pour l'abaisser sur le sable. « Je ne sais pas si ils ont de la chance, mais je fais mon travail comme je le peux en aidant le plus possible les élèves. » Puis elle releva ses yeux afin de les poser sur Olivia. « Et toi tu fais quoi. »
Le cœur de cette dernière manqua un battement quand des yeux brillant et remplit de douceur se posa sur elle, avec la rougeur sur ses joues cela faisait ressortir le vert émeraude et la rendait encore plus belle à ses yeux. « Moi ? Je suis entraineur de natation dans un lycée. » Répondit elle un peu déconcerté.
« Je vois que nous avons un métier similaire. » Dit la jeune femme.
Olivia ne dit rien hocha simplement la tête avec un sourire dans le coin. Elle ne c'était pas rendu compte que le regard que le lui avait lancer Julia l'avait fait rougir, cette dernière l'avait remarquer et en fut toucher, la rougeur rendait au trait du visage de la grande femme une douceur très peux montrer en plus du sourire cela la rendait magnifique au yeux de Julia qui se laissa hypnotiser par le saphir qui la captura et l'emmena dans un monde qu'elle commençait à découvrir. Olivia qui se fit elle aussi prendre par les yeux émeraude s'envola également dans un monde que seule Julia réussissait à l'envoyer. Plus aucun son, plus aucun mouvement ne passait à travers la bulle que les deux filles commencèrent à crée. Seule l'émeraude et le saphir comptait. Quand d'un coup une jeune femme châtain se jeta sur Olivia en l'entourant de ses bras.
« Je suis désolée Olivia, j'aurai jamais du te parler comme je l'ai fais. » Lui dit la voix de la personne.
Cette action à pour effet de sortir les deux filles hors de le monde afin de la ramener dans la réalité. Olivia ne comprenant pas ce qu'il se passait tourna sa tête et vit que c'était Sarah qui c'était agrippé à elle. Julia de son coter sentit une boule se former dans son estomac. « Mais qu'es ce que je suis idiote. » Se dit elle intérieurement en regardant les deux filles.
« Bon je dois y allez j'ai des choses à faire. » Dit Julia en se mettant debout.
« Quoi mais je croyais que tu étais libre. » Dit Olivia étonné.
« Oui mais je viens de me souvenir que je devais passer à l'agence posé des papiers pour mon appartement. » Dit elle en fermant son visage de tout expression. « Allez à plus. » Dit elle froidement avant de partir.
Olivia était rester stoïque de voir le soudain changement de comportement de la petite blonde et se mit immédiatement debout en se dégageant d'un coup sec de l'étreinte de Sarah.
« Mais bon sang à quoi tu joue là ?! » Lui dit elle énervé.
« Je voulais m'excuser pour mon comportement de toute à l'heure il n'y as pas de quoi en faire un drame. »
« Pas faire un drame ?! Tu t'es jeter sur moi comme si tu étais ma petite amie ! »
« C'est vrai ?! J'en suis complètement désolée je ne m'en suis pas rendu compte c'est pas grave et je... elle s'arrêta quand d'un cou elle fit des aller et retour entre la petite blonde qui partait et sa meilleure amie. Non ne me dis pas que c'est la jeune femme d'hier matin ? »
« Si c'est elle et après tu m'agace sérieusement. »
« Je suis vraiment désolée je pensais que c'était une simple personne. »
Olivia trop énerver pour répondre préféra partir, elle prit sa planche de surf et partie en direction de ses affaires, attrapa ce qui lui appartenait et prit la direction de la sorti.
« Attend Olivia je suis sincèrement désolée ! » La supplia Sarah en lui attrapant le bras.
La grande femme dégagea brutalement son bras des mains de la jeune et femme et la poussa violemment en la faisant tomber sur le sol. « Arrête je sais que tu l'a fais exprès toi et tes crises de jalousie je les connais par cœur, à chaque fois qu'une fille arrive dans ma vie tu me fais toujours le même cinéma. Ne me fais pas croire que tu ne la pas fais exprès de me sauter dessus comme tu la fais. »
« Si je t'assure je ne l'avais pas vue. » se défendit Sarah
« Raaa sa suffit je m'en vais, on se reverra quand je l'aurai décidé et quand tu arrêtera. » Dit Olivia en partant sans laisser la moindre chance à Sarah de parler.
Julia traversa la plage en direction de chez elle l'esprit complètement déconnecté. « Mais bon sang que je suis stupide comme si qu'une fille pareil était célibataire, faut vraiment que j'arrête de me faire des films. » Se sermonna t-elle. Elle marchait au ralenti tout en pensant à la grande brune. Avant de retrouver cette dernière dans l'eau elle avait traversé toute la plage à rythme soutenu, avec un espoir de revoir Olivia, chose qui se produisit à son grand bonheur quand elle se mit à la hauteur des surfeurs. Ensuite elle chercha avec son regard la présence de la grande femme dans l'eau et la repéra immédiatement, elle était fasciné pas la grâce de celle ci sur sa planche, glissant avec élégance sur les vagues en remarquant également la puissance qu'elle avait dans les jambe pour contrôler la planche. Au moment où Olivia avait poser les yeux sur elle son propre cœur c'était mit à battre la chamade, elle se sentait comme une enfant devant des cadeaux le matin de noël mais tout s'effondra quand elle vit cette fille au cheveux châtain se jeter sur la grande femme en la prenant dans ses bras. C'est la tête remplit de frustration qu'elle rentra chez elle.
Olivia de son coter arriva dans sa maison sous les yeux étonné de sa mère de la voir rentrer de bonne heure.
« Ne cherche pas à comprendre Sarah à encore fait des siennes. »
« Encore ?! « Demanda Christine le ton las. « Raconte moi ce qu'elle à fait. »
« Et bien c'est très simple j'étais entrain de parle à Julia et elle est arriver comme à son habitude et la fait fuir. » Expliqua Olivia énervé.
« Julia ? « Demanda sa mère ne comprenant pas de qui elle parlait.
« Ah oui la petite blonde que j'ai rencontrer hier matin je l'ai revu aujourd'hui et je connais son prénom elle s'appelle Julia. »
« Hooo c'est un très jolie prénom. » Affirma Christine avec un petit sourire satisfait.
Olivia ne dit rien mais souriait simplement en hochant sa tête pour approuver les dires de sa mère.
« Je n'arrête pas de te le dire Olivia fait attention à Sarah elle te fera à chaque fois le même coup, prend du recul avec elle. »
« Oui mais elle sait où je me met sur la plage. » dit la grande femme d'un ton las.
« Et bien change de coin sans rien lui dire la plage est vraiment très grande que je doute qu'elle te retrouve aussi facilement. » expliqua sa mère.
« Tu as raison c'est pas une mauvaise idée. » Confirma Olivia en réfléchissant. « Mais j'espère que Julia ne nous a pas prit pour un couple. » Dit elle plus pour elle même.
Christine ne répliqua pas, mais s'apercevait que cette Julia était en train de faire changer sa fille et que elle aussi payerai cher pour la connaître car personne jusqu'à maintenant avait réussit à lui faire donner de l'importance envers une personne que se sois hommes où femme elle gardait toujours une certaine distance et ce souciait peu des gens. Son coter sauvage était tellement fort que pratiquement personne était capable de l'approcher alors que là un simple jeune fille cassa toutes les barrières qu'elle c'était construite durant des années et Christine voulais rencontrer cette petite blonde afin de la remercier chaleureusement.
Ce matin la Julia se réveilla en sueur et tremblante comme une feuille avec de grosse larmes coulant sur son visage, ainsi que les martèlement de son cœur dans sa poitrine. Elle regarda son réveille qui indiquait 7h30 du matin, toujours sur le coup de son cauchemar elle resta quelque minutes dans son lits afin de se calmer, quand se fut fait elle se leva et alla prendre une douche bien chaude ce qui finissait d'enlever toute la tension et s'habilla d'un débardeur et d'un paréo de couleur vert anis ensuite elle alla dans sa cuisine prendre un petit déjeuner copieux, après manger elle prépara ses affaires afin de descendre à la plage sur les coup des 9h pour profiter de la douceur matinal, elle mit dans son sac deux serviettes de plage ainsi qu'une bouteille d'eau et deux romans puis elle sorti de chez elle et alla sur le sable qui se trouvait en bas de son immeuble. Elle installa une serviette sur le sable et la deuxième contre le muret du remblai afin de pouvoir s'adosser tranquillement, puis elle enleva son t-shirt et laissa simplement son paréo enfin elle s'installa sur sa serviette et prit un de ses bouquin et commença à la lire.
Olivia elle c'était lever à 7h comment tout les matins, s'habilla et rejoignit sa mère pour boire son café, quand ceci fut fait elle sorti de chez elle mit ses écouteurs de son MP3 et parti en petite fouler en direction de la plage, elle passa tranquillement devant les commerces sous un soleil doux accompagner de température agréable. Elle arriva au niveau de la plage et continua sa course sur la sable sec comme à son habitude en commençant à se diriger en direction du ponton puis en faisant le sens inverse arrivé à celui ci. Elle traversa les trois kilomètre de plage dans une allure soutenue au rythme de la musique elle était arriver à l'autre bout de la plage quand elle fit demi tour dans un beau demi-cercle. Elle avait fait 500 mètre quand une petite fille déboula d'un coup devant elle. La vitesse de la petite fille mélanger à la sienne, était tel qu'elle ne pouvait l'éviter, afin d'empêcher une collision qui pourrait faire du mal à l'enfant la seule solution qu'elle avait trouvé c'était de se faire tomber à la renverse, chose qu'elle fit et la confrontation s'évita in-extrémiste. Elle se laissa chuter en se retenant avec ses mains afin d'amortir sa chute en atterrissant assise sur le sable. La petite fille qui fut tout aussi surpris qu'elle s'arrêta net et se mit à la regarder, ses parents arrivèrent quelque seconde après en grondant leur enfant en lui disant qu'il devait regarder où il allait puis ils s'excusèrent auprès de la grande femme qui accepta avec un grand sourire puis ils repartirent avec leur enfant en direction de l'eau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Mar 14 Fév 2012 - 12:27

Olivia resta assissent sur le sable tout en reprenant doucement son souffle, elle suivit la famille des yeux avec un petit sourire, puis elle se leva et enleva le sable qui colla à sa peau. Bon et bien je crois que encore aujourd'hui je ne vais pas réussir à faire mon circuit complet. Se dit elle, à chaque fois qu'elle s'arrêta dans son footing elle était dans l'incapacité de reprendre la course car sa concentration partait immédiatement, d'un regard paresseux elle fit rapidement le tour de la plage et remarqua une petite tête blonde assise sur une serviette adosser au muret du remblai. Malgré la tête baisser de la personne elle la reconnaissait sans aucun souci. Elle se mit à sourire sans pouvoir s'en empêcher elle hésita plusieurs fois mais ce décida à aller la voir, d'un pas semi assuré elle s'avança en direction de Julia qui était tellement plonger dans sa lecture qu'elle ne senti pas Olivia arriver et se positionner devant elle sans lui cacher la lumière du soleil. Cette dernière prit une grande inspiration silencieuse et se jeta à l'eau, son cœur battait la chamade tellement elle était contente de revoir la jeune femme.
« La lecture est bonne ? » Lança Olivia calmement en arrivant à contrôler sa nervosité.
Julia se mit à sursauter quand elle entendit une voix qui lui parlait. Olivia ! S'exclama t-elle surprise. « Tu m'as fais peur. » Continua t-elle en abaissant son livre pour la regarder dans les yeux.
« Je voix sa. » répondit la grande femme amusé.
« Tu fais ton footing matinal ? » Demanda la petite blonde.
« Hein comment tu sais que j'ai courut. » Demanda Olivia surprise sans faire attention à la tenue qu'elle portait ainsi qu'à sa sueur.
« Ah cause de ta tenue je ne pense pas que c'est une tenue pour bronzer ou faire les magasin et encore moins le lieux. » Répondit Julia en la titillant un peu.
Un peu honteuse Olivia se mit à rougir légèrement. « Oui effectivement tu as raison désolée je ne suis pas bien réveillé. » Répondit elle en acceptant la taquinerie de la jeune femme.
« Je vois sa ». continua la petite blonde. « Tu veux t'assoir ? » Demanda t-elle naturellement.
« Avec plaisir. » Olivia était vraiment contente que la petite fille la stoppe. « Tu lis quoi ? » Demanda t-elle en montrant le livre du doigt.
« Ambre, c'est une histoire d'une petite orpheline. » Répondit la jeune femme.
« Oh sa doit être intéressant. » Dit Olivia honnêtement.
« Oui j'aime beaucoup faut simplement aimer ce genre d'histoire où il n'y as ni guerre ni coup de feu juste une histoire simple et humoristique. » Expliqua Julia.
« J'aime assez. » Répondit la grande femme en souriant.
Julia lui rendit son sourire mais en étant comme à son habitude sans joie. « Tu descend à la plage cette après-midi ? » Lui demanda t-elle.
Cette question fit bondir le cœur d'Olivia. « Heu oui certainement je ne sais pas encore. »
« Ah d'accord. » Répondit la petite blonde avec une petite boule dans la gorge. « Mais je suis en train de pensée tu devrais pas trop rester ici, si ta copine nous voyais ensemble elle ne serai pas contente. » Dit elle avec peur en repensant à la fille châtain qui c'était jeter au cou de la grande femme.
« Ma copine ?! » Demanda Olivia sans comprendre.
« Oui la fille d'hier. » Expliqua Julia.
« Haaa elle ! Mais ce n'est pas ma copine. » Répondit la brune sérieusement. « C'est juste ma meilleure amie qui en fait beaucoup trop j'avoue mais ce n'est pas ma copine. » Expliqua t-elle sans trop savoir pourquoi elle le faisait.
Julia senti la petite boule s'enlever à l'annonce faite par la grande femme. « Oh je suis désolée je suis indiscrète. »
« Non, non tu n'as pas à t'excuser, je comprend ta réaction car le comportement qu'elle a envers moi des fois me donne aussi l'impression d'être en couple avec elle. » Expliqua Olivia en regardant avec douceur la petite blonde qu'elle trouvait de plus en plus belle. « Je voulais te poser une question hier mais Sarah c'est comme sa que ma meilleure amie se nomme, nous à interrompu. »
« Oui bien sur vas y je t'écoute. » Dit tranquillement Julia.
« Et bien voilà je sais que c'est pas très poli mais je voudrais savoir ton âge. » Demanda la brune un peu gêné.
« J'ai 27 ans et toi ? » La petite blonde retourna la question.
« 28 ans. » Répondit elle avant de continuer.« Tu es venu dans la région pourquoi pour rejoindre tes parents ? » Demanda Olivia en s'intéressant de plus en plus à la jeune femme.
À cette question Julia se renferma sur elle même elle secoua la tête. « Non je suis venu seule, j'en avais marre de la ville où je vivais j'avais besoin d'espace et d'une nouvelle ville et vie. »
« Ah d'accord, c'est bien sa de pouvoir voyager. » Dit la grande femme en remarquant clairement le changement sur le visage de la petite blonde.
« Et toi tu vis ici ? » Demanda aussitôt Julia ne laissant pas le temps à la brune de placer la moindre phrase.
« Oui je vis avec ma mère. » Répondit Olivia qui se posa de plus en plus de question sur le comportement soudain de la jeune femme. Cette dernière phrase serra la cœur de Julia qui ne montra rien et laissa paraître simplement un visage absent de tout émotion, Olivia consulta son portable et remarqua qu'il était onze heure trente.
« Houa il faut que j'y aille j'ai une demi heure pour rentrer avant de me faire taper sur les doigts. » Dit elle en souriant. « Ma mère ne supporte pas le retard. » Continua t-elle en voyant les yeux interrogateur de Julia.
Cette dernière ne dit rien et hocha simplement la tête.
« Tu sera la tout à l'heure ? » Demanda Olivia.
« Je ne sais peut être oui. » Répondit Julia avec un ton de voix bas.
« Bien d'accord alors je passerai dans ce cas à toute à l'heure alors. » Salua la grande brune avant de partir en en direction du remblai.
Julia qui se retrouva toute seule laissa ses larmes envahir ses yeux elle c'était retenue de toute ses forces depuis un moment afin de ne rien montrer, même à l'heure actuelle elle se retenait afin de ne pas partir en sanglots, les derniers mots échanger l'avait mise dans un état qu'elle ne put retenir l'orage qui menaçait depuis la deuxième question d'Olivia de sortir. Ne pouvant garder plus longtemps la tension elle lâcha tout dans un énorme sanglot, elle se fut immédiatement prise dans des bras puissants qui la berçait doucement. Sans lever la tête elle reconnut les bras qui l'avait déjà serré la première fois sur le ponton, en se sentant en sécurité elle lâcha se qu'elle avait en elle. Tellement la pression était forte elle agrippa le débardeur avec ses mains et le serra de toute ses forces, tout son corps tremblait sous l'orage ce qui fit également trembler le corps d'Olivia. Cette dernière avait traversé la route quand elle c'était rendu compte qu'elle avait oublier son MP3 qu'elle avait poser sur la serviette de plage de Julia, elle avait donc fait demi-tour et quand elle était arriver auprès de Julia cette dernière ne l'avait pas vue et partit dans un violent sanglot. Alors la grande femme prit immédiatement la petite blonde dans ses bras afin de la laisser se calmer doucement. Quand les sanglots se dissipèrent Julia s'écarta des bras d'Olivia et baissa la tête honteusement.
« Je...je suis désolée. » Dit elle la voix tremblante.
« Non, ne le sois pas. » Répondit la grande femme d'une voix douce. « Personne n'a à s'excuser de pleurer. Je me demande simplement ce qui peut te mettre dans cette état. »
« La fatigue je ne dors bien, je fais pleins de cauchemars. » Répondit la petite blonde.
Olivia n'était du tout convaincu mais ne disait rien elle attendit que sa nouvelle amie se calme pour prendre son Mp3 et se remettre debout.
« Ça va aller ? » Demanda t-elle inquiète.
Julia hocha la tête. « Oui ne t'en fais pas ça va aller. » Répondit franchement la jeune femme.
Olivia ne voulait pas repartir le temps qu'elle n'était pas sur de la réponse mais devait malgré tout partir, elle salua une deuxième fois Julia et partie en direction de chez elle avec une petite culpabilité de laisser la petite blonde dans l'état dans le quel cette dernière se trouvait. Mais bon sang qu'es ce qu'il me prend de m'en faire pour un inconnue jamais je ne m'étais soucié d'une personne comme elle ? Et encore moins la prendre dans mes bras dès le premier jours. Mais qu'es ce qu'il m'arrive ? Elle se questionna pendant longtemps sans avoir aucun réponse. Mais elle devait se l'avouer la petite blonde ne lui était du tout indifférente bien au contraire plus elle la voyait et plus elle voulait être auprès d'elle et encore plus maintenant avec les réaction que cette dernière avait. Cela laissa un mystère planer autour de cette jeune femme qui intriguait au plus haut point Olivia. C'est avec toutes ses questions et raisonnement qu'elle arriva chez elle juste à l'heure pour le déjeuné.
Julia regarda la grande femme partir, puis quand elle se retrouva une nouvelle fois seule elle posa son regard sur l'océan, de fines larmes se mirent une nouvelle fois à couler, pleins d'image de ses cauchemars venait la hanter, ainsi que des images de la ville où elle vivait avant, encore une fois un sanglot menaçais de sortir mais pour empêcher cela elle se mit debout et se dirigea vers l'eau après avoir enlever son paréo, arriver à la hauteur de celle ci elle mit ses pieds dans la mer et laissa les petite vaguelettes lui caresser les chevilles. Ah si seulement vous étiez là vous pourriez peut être me conseiller sur mes ressentit, je suis un peu perdu si seulement... elle ne put finir sa phrase qu'elle se fit surprendre par un autre sanglots qu'elle laissa sortir sans aucune retenue. Elle se calma quelque minutes plus tard, l'orage était passer mais ses larmes coulait toute seule, sans qu'elle réussissent à les arrêter, elle essuyait celle qui roulait sur ses joues mais de nouvelles venait les remplacer elle céda pour de bon à les laisser faire ce qu'elle voulait, elle resta longtemps à regarder l'horizon quand une vague assez grosse la surprend en l'éclaboussant de tout son long. Trouvant l'eau à température agréable elle ne cherche pas à comprendre et plongea avec aisance à l'intérieur.
Olivia avait finit de déjeuné une fois le rangement fini elle prit son sac de plage ainsi que son vélo et alla en direction de la plage là où était situer Julia, ses jambes pédalait d'elle même à vive allure, elle était pressée de retrouver sa petite blonde, la matinée était bien trop courte à son goût elle priait aussi fort qu'elle le pouvait que sa jeune amie y soit encore. Son souhait fut exaucé et c'est avec un grand bonheur qu'elle vit les affaires de la jeune femme toujours sur le sable, elle alla sur la plage et déposa les siennes un tout petit peu plus loin de celle de la petite blonde afin de ne pas l'encombré, elle était malgré tout surprise de ne pas la trouver sur le sable, avec la chaleur et le beau soleil elle devina que cette dernière était aller dans l'eau. Elle avait vu juste, en regardant en direction de celle ci elle vit une petite tête blonde s'amuser avec les vagues, sans prendre le temps de se dévêtir elle alla à l'endroit convoité et regardait avec affection Julia s'amuser. Encore une fois elle remarqua que cette dernière ne donnait aucun signe de joie apparaître sur son visage et cela l'intriguait vraiment de plus en plus, elle payerait cher pour en connaître la raison.
Julia pendant sa baignade santait que les vagues devenait de plus en plus gros afin de libéré toute la tension elle décida de ne pensé à rien et de se détendre avec les vagues elle s'amusait à plonger quand ces dernière arrivèrent sur elle et se laissa emporter par la force près du bord elle fit ceci un long moment. Tellement prise dans son amusement qu'elle ne vit pas la grande femme debout sur le bord de l'eau qui la regardait et c'est au bout d'un certain temps qu'elle se sentit observer elle tourna la tête alors qu'elle était dos à la plage pour voir qui la regardait mais une grosse vague la frappa d'un coup et se retrouva sous l'eau, la courant n'étant pas trop fort elle remonta immédiatement à la surface mais elle se fait surprendre par une deuxième qui arriva peu de temps après. Tout en étant dans l'eau elle se retourna afin de remonter et faire face à la plage. Elle regarda enfin sur le bord de l'eau qui pouvait la fixer et elle vit Olivia debout sur le bord de l'eau les mains dans les poches de son short, tellement heureuse de la voir qu'elle ne put retenir un vrai grand sourire se former sur son visage, elle n'était pas très loin du bord de l'eau ce qui permit à la grande femme de voir pour la première fois un beau sourire illuminer le beau visage de la petite blonde, et son cœur se mit à battre aussi fort qui le pouvait tout en santant une chaleur monter en elle, comme si que ce sourire la réchauffait depuis les entrailles de son corps. Elle ne put elle non plus retenir le sien et le lui rendit.
La petite blonde s'avança d'un pas assuré auprès d'Olivia avec le cœur battant la chamade et un bien être l'envahir complètement.
« Tu es venu ! » Dit elle en arrivant à sa hauteur.
« Oui j'étais pas sûr que tu sois encore ici, j'ai quand même tenté. » Expliqua Olivia contente.
« Tu as bien fais. » Répondit Julia avec les yeux brillant. « Tu viens te baigner l'eau est vraiment bonne. » Lui proposa t-elle.
« Oui avec plaisir je vais enlever mes vêtements et j'arrive. » Accepta la grande femme avec bonheur.
« Tu t'es mise où ? «
« Je me suis mise prêt de la douche là-bas. » Répondit Olivia en lui montrant l'emplacement qui se trouvait à trois serviette de celle de sa jeune amie.
« Tu n'as qu'à rapprocher tes affaires des miennes se sera plus simple. » L'invita Julia.
Olivia hocha simplement la tête avec un grand sourire avant de retourner à ses affaires afin de les mettre à coter de celle de la petite blonde une fois fait elle se mit en maillot de bain et alla rejoindre la jeune femme dans l'eau avec bonheur. Les filles s'amusèrent comme des enfants avec les vagues plus d'une fois Julia ce fit surprendre par les grosse vagues ce qui amusait beaucoup Olivia, la petite blonde ne disait rien mais préparait sa petite vengeance et au moment où une grosse vague arrivait avec un assez grosse puissance, Julia l'avait remarquer avant la grande femme et lui détourna son attention en lui parlant de chose et d'autre tout en veillant à ce qu'elle ne se retourne pas sachant que cette dernière ce trouvait dos à l'horizon et ce fut au moment où la vague allait les percuter que la petite blonde plongea d'un coup dans l'eau laissant Olivia se la prendre de pleins fouet et l'emmener vers le bord de plage. Quand cette dernière remonta à la surface elle se fit accueillir par une petite blonde morte de rire derrière elle, et la tête d'ahurie que faisait la brune ne faisait que empiré le fou rire. Ce qui se transforma en rire communicatif.
« Tu veux joué à ça. » Menaçait gentiment Olivia.
« Si c'est pour revoir la tête que tu faisais oui franchement la je suis partante. » Répondit Julia une fois calmer.
« Ah oui ! » La grande femme s'approcha dangereusement de la petite blonde avec un sourire de prédateur sur le visage.
« Non Olivia tu reste où tu es. » Se défendit Julia en commençant à reculer en voyant celle ci s'approcher doucement.
« Quoi, je ne fais rien j'ai juste envie de m'amuser. » Répondit Olivia d'une voix prédatrice.
« Oui mais la je crois qu'il est temps de sortir de l'eau tu crois pas ? » Dit la petite blonde en essayant de négocier.
Olivia ne répondit pas et continua à avancer prise dans le petit jeu les deux filles ne virent pas la grosse vague qui était de très grande taille avec énormément de puissance elle les percuta avec une telle violence qu'elle les engloutit immédiatement elle les rapprocha pratiquement vers le bord de plage avec de l'eau leur arrivant au niveau des hanches. Les deux filles se mirent debout avec le souffle court, mais elle n'eut pas le temps de se reprendre qu'une deuxième vagues encore plus puissante les frappèrent, cette fois ci Olivia la vit arriver contrairement à Julia et instinctivement elle voulut attraper la petite blonde dans ses bras pour la protéger mais n'eut pas le temps et la vague les avalèrent. le courant qui était deux fois plus fort que la précédente les déposèrent sur le bord. Les deux filles se retrouvèrent allonger sur le sable à bout de souffle, Olivia qui était sur le dos se redressa vivement et se tourna vers la jeune femme qui était également allongé à coté d'elle inquiète.
« Julia ! Tu vas bien ?! » Demanda t-elle avec un peu de peur dans sa voix.
« Ou...oui je vais bien rassure toi. » Répondit Julia en reprenant son souffle.
Olivia ne quitta pas la petite blonde des yeux et plongea son regard dans les siens. Cette dernière se trouva capturé par les deux saphir qui étaient remplit de douceur, le monde extérieur commençait à ne plus les atteindre, les bruit et les mouvements s'effacèrent petit à petit, leur cœur commencèrent à battre de plus en plus fort dans leurs poitrine, doucement Olivia s'adossa sur son bras gauche ce qui les rapprochèrent l'une de l'autre. Julia sentait son corps se mettre à trembler, les vaguelettes venait caresser leurs jambes, dans une parfait mouvement leur yeux brillèrent aussi fortement que les étoiles dans la nuit, le corps de la petite blonde se mit à bouger de lui même sa mains droite se leva délicatement et se posa avec douceur sur le joue de la grande femme qui ferma les yeux au contact. Elle passa son bras droit par dessus le corps de la jeune femme et s'y appuya. Elle rouvrit les yeux et le mélange des émeraude dans les saphirs les firent voyager dans un monde où leur âmes commencèrent à se connaître.
C'est une plus grosse vague qui les sortit de leur hypnose, Julia retira immédiatement sa mains de la joue d'Olivia et cette dernière en fit de même avec la sienne, mais elles restèrent quand même dans la même position avec les yeux écarquiller le cœur battant la chamade et leurs corps tremblant, elles ne comprenait pas ce qu'il leur arrivait. Leur membre avaient bouger d'eux même et aucun des deux n'avait résisté.
« Nous devrions peut être sortir de l'eau le courant et les vagues deviennent plus dangereuse. » Dit Julia en rougissant.
« Oui tu as raison. » Affirma Olivia en rougissant légèrement tout en reprenant ses esprits.
Les deux filles se mirent debout et alla à leur affaires dans un grand silence. Elles se posèrent sur leur serviettes respective, aucune des deux n'osait se regarder, mais elles sentaient malgré tout un bien être se former et elles souriaient intérieurement. Aucune des deux n'avaient sentit une tel sensation auprès d'une autre personne.
« Il es pas mal cet emplacement. » Dit Olivia pour rompre le silence qui devenait de plus en plus pesant.
« Oui et ce n'est pas très loin de chez moi donc sa me convient parfaitement il n'y as pas beaucoup de monde et c'est un peu loin des commerces, comme sa je suis tranquille. » Expliqua Julia.
« Ah bon tu habite à côté ? »
« Juste au dessus c'est l'immeuble qui se trouve juste derrière. » Répondit elle simplement en montrant le bâtiment en question.
Olivia ne dit rien mais était contente que la jeune femme lui face cette confidence.
« Tu n'as pas emporter ta planche de surf ? « Lui demanda Julia un peu surprise de ne pas voir l'accessoire.
« Hein ? Heu non, je ne savais pas trop ce que j'allais faire aujourd'hui et comme je ne savait pas non plus si tu allais être la j'ai préféré ne pas la prendre au cas où je te trouverai afin de pouvoir rester avec toi au lieu de te laisser planter sur la plage pendant que je m'amuse. » Elle ne put retenir sa dernière phrase et se figea.
Julia se mit à rougir immédiatement et baissa la tête avec un léger sourire.
« Hé bien au moins on ne peut pas dire que tu n'es pas franche. » Dit elle.
« Je...je suis désolée je... » Olivia était gêner elle ne savait plus quoi dire pour se rattraper.
Non ne le sois pas tu dis ce que tu pense et j'aime les gens francs. La rassura la petite blonde en lui faisant un sourire.
La grande femme remarqua que les sourires qu'elle lui faisait n'était pas comme celui qu'elle avait reçu à son arriver ils étaient tous redevenu sans joie, ce qui lui serra un peu le cœur elle aurai aimer revoir ce superbe sourire qu'elle avait eu le droit mais devait faire avec ce qu'elle lui faisait. « Peut être qu'un jour je comprendrais ou serait la raison de ceci. » Espérait elle intérieurement.
Le reste de la journée se passa dans une bonne humeur avec tout la tension de ce qu'il c'était passer sur le bord de l'eau envoler comme ci que rien ne c'était passé. Les deux filles commencèrent à se connaître de plus en plus, en parlant de tout et de rien. Olivia remarqua que quelque sujet était volontairement éviter comme le sujet de famille vis à vis de la petite blonde mais ne releva pas et se dit que comme elle était en vacance elle ne voulait pas en parler.
Il était 18 heure quand elles décidèrent de remonter de la plage après avoir ranger leurs affaire de leurs sacs respectif, elle se dirigèrent sur le remblai, puis se saluèrent. Olivia parti prendre son vélo alors que Julia elle se dirigeai vers son immeuble. Mais cette dernière s'arrêta immédiatement et se tourna vers sa nouvelle amie.
« Tu veux venir boire un café à la maison ? » Proposa t-elle en voulant profiter encore de la présence de la grande femme qu'elle n'avait aucunement envie de lâcher.
Olivia qui elle de son coté ressentait également la même chose accepta avec grand plaisir l'invitation de la petite blonde. C'est ainsi que les deux filles partirent côte à côte en direction de l'immeuble convoité. Arrivé devant Olivia attache son vélo dans l'endroit approprié et suivit la jeune femme à l'intérieur, elles attendirent l'ascenseur qui arriva quelque secondes plus tard. Ce dernier était assez grand et pouvait contenir huit personne, Julia appuya sur le bouton qui indiquait le dixième étage. Pendant toute la monter aucun des deux filles ne parlèrent elles était toute deux très nerveuse de se retrouver seule dans un endroit plus où moins étroit et c'est dans le silence le plus complet qu'elles arrivèrent au dernier étage de l'immeuble devant la porte d'entrée de l'appartement de la petite blonde qui ouvrit sa porte et fit entrée la grande femme en première. Cette dernière regarda avec admiration la clarté ainsi que la propreté du lieux. Tout était ranger à la perfection sans avoir une seul chose qui dépasse aucune poussière aussi bien sur le sol que sur les étagères ne se trouvait. Julia invita la grande femme à passer au salon mais cette dernière préféra se mettre sur le balcon afin de profiter encore plus des rayons du soleil qui commença à descendre doucement sur l'horizon.
Julia elle alla dans sa cuisine et prépara le café, elle versa le liquide fraichement fait dans deux tasse qu'elle disposait sur un plateau accompagné d'une petite assiette de petits biscuits sec ainsi que sucrière et du petit pot de crème. Une fois tout ceci bien installer sur le plateau elle le prit et se dirigea sur le balcon où elle avait installer la veille une petite table basse ainsi que deux chaise de plage. La hauteur de ses derniers étaient tel qu'il n'était pas très haut de façon à ne pas se faire voir et grâce à la vitre du balcon elles pouvait encore profiter de la vue que leurs offrait l'océan pacifique. La vitre était si net que Olivia cru au départ qu'il n'y en avait pas. Quand elle vit la jeune femme arriver avec le plateau elle se proposa de l'aidée chose qui fut refuser très poliment. Elle dût se résigner à uniquement s'assoir et se faire servir chose qu'elle n'avait pas l'habitude. Chez Sarah si elle voulait quelque chose elle devait ce le faire elle même chez d'autre amie c'était la même chose aucune de ses amie ne la considérait vraiment comme une invité même si c'était plus que cela alors de voir la petite blonde avoir ce comportement vraiment serviable lui faisait vraiment bizarre.
« C'est vraiment beau chez toi. » Dit Olivia pour rompre le silence.
« Je te remercie je n'ai rien acheter enfin ce que je veux dire les meubles étaient comprit dans l'achat de l'appartement. » Expliqua Julia.
« Tu es propriétaire de cet appartement ? » Demanda la grande femme surprise par l'âge de la jeune femme.
« Oui je l'ai acheter quand je suis arrivé, on vas dire que j'ai les moyens pour cela. » Répondit la petite blonde simplement.
Olivia ne dit rien de plus, elle pensait qu'elle venait certainement d'une famille riche. « Si c'est le cas elle ne donne pas l'impression. » Se dit elle de voir l'attitude simple de Julia.
Olivia se remit debout et s'appuya sur le bord du balcon avec sa tasse à la main. Elle but une gorgé et contempla avec aisance la vaste étendu d'eau qui se trouvait juste devant elle. À chaque fois qu'elle regardait l'océan c'était comme ci qu'elle le voyait pour la première fois.
« Je suis arrivée ici pour des raison personnel mais j'ai pas trouver plus bel endroit que celui là. » Dit Julia en se plaçant à coté d'elle.
« Je sais, même si je suis née ici je ne pourrais jamais quitter cet endroit, l'eau, le sable, tout est un paradis sur terre pour moi. Quand je suis en présence de l'eau je me sens vivante et libre comme si que tout m'était possible. » Expliqua Olivia.
« Un peu comme si que l'on était les maîtres du monde ? »
Oui l'océan est indomptable, il est libre, pouvant changer d'humeur à chaque minutes quand il en a envie. Personne ne peut prévoir sa réaction, il peux être calme pendant toute une journée et la minute suivante devenir furieux à tout détruire. C'est exactement ce que je ressens quand je suis avec lui, et quand je réussi à me faire accepter par l'élément le plus dévastateur du monde cela me donne une puissance infini et l'impression d'être le maître. Expliqua Olivia joyeusement.
« Tu l'aime sa se vois. » Dit la petite blonde.
« Ah bon ?! » Demanda la grande femme rougissant un peu de s'être laisser aller.
« Oui quand tu en parle tes yeux brillent, sans parler uniquement de cela, tes paroles sorte du plus profond de ton cœur et tu donne vie à l'océan. » Répondit tranquillement la jeune femme toucher par la petite rougeur sur le visage de sa voisine.
« Je ne m'en suis jamais rendu compte mais c'est vrai je l'aime beaucoup j'y passerai ma vie auprès de lui. »
« Pour moi il n'est qu'une source de libération. » Dit la petite blonde d'un ton lasse.
« Comment ça ? » Demanda Olivia voulant comprendre.
Julia ne répondit pas et garda le silence en contemplant elle aussi la mer qui brillait de la couleur du soleil couchant. La grande femme tourna sa tête et posa ses yeux sur la petite blonde qui tourna également la sienne quand elle senti un regard sur elle. Elle se sentit capturé par le regard vert de cette dernière qui ne détourna pas son regard. Une douce brise commença à se lever et caressa leurs visages, le soleil devenait de plus en plus rouge ce qui donna au couleur de leur yeux des reflet magique. le saphir devenait pratiquement violet et l'émeraude tournant au vert foncé rouge. Les deux filles plongèrent une nouvelles fois dans leurs monde qu'elles continuèrent à construire quand d'un coup une mouette passa juste au dessus du balcon à grande vitesse chose qui fit sursauter Julia et lâcher sa tasse qui se cassa sur le sol.
« Et zut ! » Grogna t-elle en s'accroupissant pour ramasser les bouts brisés.
« Attend je vais t'aider. » Dit Olivia en posant sa tasse pour rejoindre la jeune femme.
« Non ça vas aller tu n'as pas à faire sa. » Dit la petite blonde ne voulant pas la que la grande femme s'abaisse à faire ceci.
« T'inquiète pas je peux au moins t'aider à récupérer les morceaux de la tasse. »
Julia leva sa tête afin de pouvoir protester mais elle se figea quand elle remarqua que son visage était proche de celui de la grande femme, qui se trouvait également dans le même état. Leurs yeux brillèrent de milles feux leurs cœur battaient à l'unissons aussi fort qu'il le pouvait avec une impression qu'il allait sortir de son endroit. Les yeux se mélangèrent aucune des deux filles n'arrivait à quitté le regard de l'autre. Doucement leur visage s'approchèrent dans un même mouvement en oubliant complètement la raison pour laquelle elles c'étaient baisser. C'est le téléphone portable d'Olivia qui les sortirent de leur monde en sursaut. Immédiatement la grande femme se mit debout et décrocha et vit que c'était sa mère qui était au bout du fil. Julia en profita pour finir de ramasser les morceaux et parti dans la cuisine afin de prendre ce qu'il fallait pour nettoyer. Les deux femme étaient rouge comme des pivoines, elle se cachait mutuellement de l'autre afin de ne pas se montrer la gêne.
Olivia maudissait intérieurement sa mère, mais ne pouvait pas lui en vouloir car cette dernière l'appelait pour lui demander de venir les aider au restaurant à cause d'un petit incident. Immédiatement la grande femme accepta et c'est un peu embarrasser qu'elle quitta la petite blonde en lui expliquant. Elle fut ravi de voir cette dernière très compréhensive puis elle parti rejoindre sa mère. Julia elle tout comme Olivia senti une pointe dans son cœur au moment de devoir laisser partir la grande femme, mais faisait bonne figure afin de ne pas lui montrer. Quand elle se retrouva seule elle repensa à ce qu'il c'était passer sur le balcon pour les deux fois ainsi que sur la plage. Elle ne revenait pas de l'attitude qu'elle avait elle qui était si réserver et timide habituellement, le elle se laissait complètement aller. Elle sentait quelque chose qui c'était former en elle et qui grandissait de jour en jours à chaque fois qu'elle voyait Olivia. Elle ne comprenait pas du tout ce qui lui arrivait.
C'est ainsi que les deux filles finirent leur soirée, toute deux pensèrent mutuellement à l'autre avec pleins de questions en tête surtout Olivia qui s'en posa de plus en plus sur le grand mystère qui tournait autour de la petite blonde et peut être qu'un jour elle le découvrira.
(à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Lun 27 Fév 2012 - 12:10

CHAPITRE 3.


le lendemain matin Julia se réveilla une nouvelle fois en sueur et tremblante comme une feuille avec de grosse larmes suite à son cauchemar, elle se leva prit une douche et s'habilla d'un pant-à-court beige et d'un débardeur blancs. Elle alla dans la cuisine afin de préparer son petit déjeuner quand son portable sonna.

« Allo. » Répondit elle un peu froidement suite au dérangement matinal.

« Bonjours mademoiselle Jonson, ici l'inspecteur Carl Harris. » Se présenta l'interlocuteur.

« Bonjour, que puis je faire pour vous aider ? » Demanda aimablement Julia.

« Voilà, j'aimerai vous voir en personne car j'ai des choses à vous dire. » Expliqua t-il.

« Oui mais vous savez que je n'habite plus là-bas. »

« Oui je le sais, nous avons bien reçu votre nouvelle adresse, c'est la raison de mon appel, vous n'aurez pas à vous déplacer enfin pas dans la ville car je suis à Los Angeles. » Dit l'inspecteur.

« Vous êtes ici ?! » S'étonna Julia.

« Oui, je me suis déplacer personnellement pour parler, pourrions nous nous voir ce matin si possible car je n'ai que peux de temps. »

« Oui bien sur où dois je vous rejoindre ? »

« Hé bien c'est très simple je suis à la brasserie qui est au coin de la rue de votre immeuble. » Expliqua l'homme.

« Bien d'accord, je vous rejoint immédiatement. » Dit elle avant de raccrocher.

Une fois ceci fait elle rangea tout ce qu'elle avait commencer à sortir, prit son sac à main le mit en bandoulière et se chaussa avant de sortir. Elle rejoignit l'inspecteur de police cinq minutes après, ce dernière la salua avec politesse et l'invita à prendre le petit déjeuner en sa compagnie, chose qu'elle accepta tellement elle avait faim. Une fois la commande poser sur la table et le serveur partis l'inspecteur se mit à parler.

« Voilà, nous avons une mauvaise nouvelle à vous annoncer et je suis navré de vous annoncé que l'acte était criminelle. » Dit il timidement.

Julia qui était en train de manger se mit à s'étrangler d'un coup. Quoi ?! Vous voulez rire ?! » S'emporta la jeune femme.

« Non je suis très sérieux, mais la bonne nouvelle enfin si on peux appeler sa une bonne nouvelle, c'est qu'il n'a rien à voir avec vous ou les autres, c'était simplement une personne qui avait agit de son propre chef sans avoir visé quelqu'un en particulier. »

« Non mais vous vous foutez de moi là ! Rendez vous compte de se ce que vous dite et de ce qu'il à fait ?! » Dit Julia furieusement en se mettant d'un cou sec debout en renversant pratiquement la table.

« Je suis sincèrement désolé. » S'excusa encore une fois L'homme sans avoir vraiment trop d'excuse à donner.

Julia complètement énerver, sorti de table et se dirigea en direction de la plage en laissant l'inspecteur seul à la table, qui fini par la rejoindre après avoir payer le serveur.

« Mademoiselle ! Attendez ! Écoutez moi s'il vous plais ! » Cria t-il en lui courant après.

Un peu plus loin Olivia qui courait comme à son habitude sur la plage, vit la petite blonde entrer sur la plage complètement énerver, inquiète elle se dirigea vers elle quand elle vit un homme poursuivre la jeune femme en faisant des grand gestes. Elle s'arrêta net et senti une grosse boule se former dans sa gorge. « Au non ! » Julia entendit l'inspecteur l'appeler mais dédaignait de lui répondre tellement elle avait la rage.

« Mais bon sang ! C'est votre boulot d'empêcher que cela se produise ! Surtout quand on vous préviens quelques jours à l'avance de ce qui allait se produire ! » Cria t-elle en se retournant pour faire face au flic.

Ce dernier ne sut quoi dire à cela et ne put que baisser la tête. « Je suis sincèrement désolé, mais ce que j'essaye de vous dire c'est que nous l'avons localisé. »

« RIEN A FOUTRE QUE VOUS L'AYEZ LOCALISE ! ! ! » Hurla la petite blonde en laissant ses larmes couler.

En entendant le ton que la jeune femme prenait Olivia se précipita immédiatement sur son amie. « Julia que se passe t-il ? » Demanda t-elle inquiète.

Julia ne lui répondit pas et regarda furieusement l'inspecteur qui la regardait honteusement. Elle laissa ses larmes couler de plus en plus fortement, tout son corps se mit à trembler en résistant durement afin de ne pas fondre en larmes. Olivia voulut la consoler mais se fut repousser violemment par la jeune femme. L'inspecteur posa une main sur l'épaule de la la petite blonde.

« Je vous présente tout mes excuses, c'est vrai nous n'avons pas fait correctement notre travail mais le faite de l'avoir repéré, nous pourrons enfin faire ce qu'il faudra faire et il payera. » Argumenta gentiment l'homme.

« RIEN A FOUTRE QU'IL PAYE OU NON ! ! ! » Hurla de nouveau Julia en envoyant une grosse gifle dans la figure de l'homme qui sous la pression s'écroulant au sol en se tenant la joue.

« Julia ! » S'écria Olivia surprise du geste de la jeune femme.

« Comment pouvez vous parler ainsi, alors que de nombreuses familles sont détruite par sa faute. » Cracha t-elle entre ses dents. Tout son corps se mit a trembler, elle serra ses points de toutes ses forces en baissant la tête. « Je l'ai dis pourtant, je l'ai dis qu'ils étaient encore à l'intérieur mais personne n'a voulu me croire. » Sa voix se remplit de larmes. « Personne n'a voulu entendre ou même prêter la moindre petite importance à mes hurlement et mes cris. À leur yeux je n'étais simplement qu'une gamine que l'on devait écarter afin qu'elle ne déranger pas. » Elle laissa ses larmes couler à flot sans les retenir. « Je les ai vue. » Sa voix se cassait de plus en plus ce qui serra le cœur d'Olivia.


« Je les ai vue. » Répéta t-elle. « Ils hurlaient tous de douleur, en frappant demandant de l'aide, je les ai vue disparaître dans cet enfer. Jusqu'à la fin j'ai assister à cet atroce scène qui restera graver à tout jamais dans ma mémoire. Toutes les nuits je rêve de cet fameuse nuit où le monde s'écroula pour nous où le temps s'arrêta. Tout les jours je me réveille en sueur, hurlant leur nom. En me reprochant de n'avoir put rien faire pour eux. » Julia laissa toute sa colère et sa tristesse sortir en un orage de sanglot.


Olivia la prit immédiatement dans ses bras, cette fois ci la petite blonde se laissa faire et agrippa le débardeur de la grande femme entre ses mains en le serrant le fortement possible. La grande femme qui ne comprenait pas sur quoi la conversation était porter ressentait malgré tout de la peine pour la petite blonde. La seule chose qu'elle savait c'était que quelque chose dans son passé c'était produit et qui lui faisait énormément de mal.

Elle commença à saisir le comportement de Julia et l'associa le bout de la conversation qu'elle avait entendu. Elle était presque sur maintenant que le changement d'humeur de la jeune femme était lié à ceci. Elle attendra le temps qu'il faudra pour que la petite blonde lui en parle, mais elle se jura de la soutenir aussi longtemps que possible et l'attitude que cette dernière avait à l'heure actuel l'engagea sur cette voie là. Julia se blottit de plus en plus dans les bras d'Olivia, cherchant sécurité et réconfort. Sans chercher à comprendre celle ci lui donna se qu'elle voulait en resserrant son étreinte plus fortement autour du petit corps le temps que la propriétaire ce calme.

L'inspecteur de police ne savait pas quoi dire, car tout ce que la jeune femme venait de dire était la strict vérité, la seule chose qui pouvait faire afin d'évité de faire empirer les choses c'était de partir, son devoir était fait il devait simplement tenir au courant la petite blonde chose qui fut produit, c'est avec un timide au revoir qu'il quitta la plage laissant les deux jeunes femmes seule. Quelque minutes plus tard Julia se calma et la grande femme la fit se mettre assise.

« Je vais aller te chercher une bouteille d'eau. » Dit elle calmement.

« Non ! » Lui dit Julia avec le regard remplit de peur. « Ne part pas reste avec moi ! Ne me laisse pas ! » Sa voix était remplis de peur et de supplice.

« Je ne vais pas loin Julia, je vais juste à la brasserie qui se trouve en haut, il faut que tu boivent de l'eau pour t'aider à te détendre, je te promet de ne pas trainer. Je fais juste l'aller et retour promis. » Expliqua Olivia toucher et peiné pour la petite blonde qui était dans la semi conscience.

La petite blonde avait finalement accepter après avoir fait juré à Olivia de revenir. Cette dernière fit la promesse et parti sur le remblais, traversa la route pour aller dans la brasserie, acheta une petite bouteille d'eau et sorti. Elle allait traverser la route quand elle se fait interpeler par l'inspecteur de Police.

« Qu'es ce que vous me voulez ?! » Demanda t-elle froidement. « Vous ne croyez pas que vous en avez assez fait comme ça ?! »

« Je sais j'en suis désolé, je ne suis pas ici pour faire quoi que se soit, mais simplement vous demandez de prendre soin d'elle, car maintenant elle n'a plus que vous à présent. »

« Comment ça ?! Que voulez vous dire ?! » Demanda Olivia ne comprenant pas ce que voulait dire l'homme.

« Si elle ne vous à rien dit je ne peux rien vous dire, la seule chose que je peux me permettre de dire c'est qu'elle à besoin de vous et qu'il faut qu'elle soit entourer. C'est une jeune fille vraiment très courageuse et très forte car moi à sa place avec ce qu'elle à vécu je n'aurai jamais survécu. » Dit il en regardant la petite blonde sur la plage.

« Expliquez vous je ne comprend rien. »

« Désolé mademoiselle, le secret professionnel, la seule qui sois autorisé à tout vous dire c'est elle même. » Dit il un peu navré de laisser la grande femme dans l'ignorance. « Bien, je dois vous laissez, je vous souhaite bon courage à toute les deux. Je vois que vous êtes une personne qui est forte, elle à trouver en vous une amie sur qui elle peut compter, c'est exactement ce qu'il lui faut. Au revoir mademoiselle et bon courage pour la suite. »

Olivia retourna auprès de Julia un peu dérouter elle lui raconta la rencontre avec l'inspecteur.

« Qu'es ce qu'il à voulu dire ? » Demanda Olivia pour essayer de comprendre, mais en voyant que la petite blonde ne répondait pas, elle préféra s'abstenir de toute réponse en prenant son mal en patience avec un léger espoir de pouvoir enfin connaître l'histoire.

Toujours sans rien dire, Julia se leva et marcha en direction du bord de l'eau, sous les yeux inquiet de la grande femme qui la suivit simplement du regard sans bouger de sa place. La petite blonde s'arrêta et se tourna légèrement pour regarder Olivia et avec un simple regarde cette dernière comprit que sa jeune amie voulait sa présence auprès d'elle, alors elle la rejoignit immédiatement c'est dans un silence religieux que les deux femmes arrivèrent au bord de l'eau. La plus jeune fixai l'horizon sans prononcer un mots seul de fines larmes coulaient sur ses joues.


Olivia avait le cœur serrer tellement elle avait mal pour sa jeune amie et se fit violence de ne pas demander la raison, car elle se sentait impuissante face à sa, sans rien connaître elle ne pouvait en aucun cas l'aider comme elle le pouvait. « la forcer à parler ce n'est pas du tout la meilleure solution, pour que le flic me dise que lui il se serai foutu en l'aire depuis longtemps, cela veux dire que ce que porte ou ce que Julia à vécu dois être vraiment très lourd, car un flic ne dit jamais cela. Et si c'est vraiment le cas effectivement elle est vraiment très forte. » Se dit elle. Elle se mit à sursauter en laissant un échappé un cris de stupeur, quand elle sentit un gros jais d'eau sur son corps ce qui la sortit à la vitesse de l'éclair de ses pensées. Elle tourna la tête en direction d'où l'attaque était parvenue et repéra Julia qui faisait mine de regarder l'horizon en essayant de cacher son fou rire.

Mais cette dernière ne put se retenir plus longtemps à cause de la tête que faisait Olivia. Elle parti dans un énorme fou rire qui laissa Olivia complètement stupéfaite du changement d'humeur de cette dernière.

« Parce que je me sens bien avec toi. » Dit Julia en devinant la question muet de la grande brune. « Quand je suis auprès de toi je me sens apaiser et détendu donc toute la tension disparaît. Heureusement sinon je ne pourrais pas faire sa. » dit elle en l'arrosant à grosse bourrasque.

« Hé ! Tu triche ! Tu en profite que je sois sans défense. » S'exclama Olivia en souriant contente et toucher par les mots de la jeune femme.

« C'est bien pour cela que je le fais. » La provoqua la petite blonde.

Olivia ne perdit pas de temps et entra dans l'eau en renvoyant l'appareil à sa tortionnaire, mais celle ci n'était pas aussi facile à avoir qu'elle faisait paraître, elle évita pas mal de coup que lui lança Olivia mais fit tomber cette dernière dans le même piège que la veille, la grande femme après s'être prit la vague que Julia lui avait forcer à prendre se mit à la pour chasser, elle remarqua rapidement que la petite blonde était une très bonne coureuse, en plus d'avoir de bon réflexes, elle avait une bonne vitesse. « Bon sang elle cache bien son jeu. » Se dit Olivia. Mais cette dernière ne dit pas son dernier mot elle donna un peu plus de vitesse à sa courses et réussit à attraper la mains de la petite blonde qui au moment où elle se sentit capturer se retourna d'un coup afin de se libéré mais ce qui la fit trébucher en embarquant la grande femme avec elle et c'est dans un beau rouli-bouli remplit d'eau que les deux femmes finirent leur course poursuite.

Julia morte de rire se retrouva au dessus de la grande femme, elle se releva légèrement en prenant appuie sur ses deux mains qu'elle planta dans le sable sous l'eau.

« Et bien voilà tu es ma prisonnière maintenant. » Dit elle satisfaite.

« Tu sais que si je veux je peux te soulever et me dégager sans aucun souci. » Répondit Olivia, sans modestie avec un sourcil relever.

Chose qui fit sourire sincèrement Julia. « Oui je ne doute pas de ta capacité et de ta force madame muscle. » Dit elle en la taquinant.

Olivia se mit à rire sous le surnom que lui avait dit la jeune femme. « Tu pourrais pas trouver mieux que sa, car la franchement sa fait un peu... » Dit elle en faisant une grimace de dégout avec un sourire.

« Oui je te l'accord, t'inquiète pas je te le ferais savoir quand j'aurai trouvé. » Dit elle en rendant le sourire.

« D'accord, merci beaucoup. » Répondit Olivia en regardant intensément la petite blonde assise sur elle.

Cette dernière se mit elle aussi à regarder la grande femme avec le même regard, leurs cœurs se mirent à battre la chamade. Julia fit voyager son regard sur tout le visage de la brune avec un tel douceur qui déstabilisa cette dernière. Les mains de la petite blonde qui était en appuie sur le sable trempé s'enfoncèrent dans le sol en les faisant se rapprocher petit à petit. Elles ce regardèrent intensément en s'enfermant toutes les deux dans leur nouveau monde. Olivia posa une mains sur la joue de la petite blonde qui pencha instinctivement sa tête afin de sentir d'avantage le contact de celle ci, tout son corps entier se mit à trembler, de sensation qu'elle découvrait de jour en jour, elle ferma les yeux afin d'apprécier chaque instant de ce doux toucher. La grande femme cru que son cœur allait défaillir tellement l'instant était si fort, la peau de la jeune femme était délicate sous sa peau, elle allait remonter délicatement sa mains au niveau de la nuque quand les deux filles se raidissent d'un coup.

« LES PORTABLES ! ! ! » Cria t-elles ensembles.

Elle furent debout en moins de trente secondes et sortirent leurs téléphones dans les poches respectif.

« Oh non il est foutu ! » Dit Olivia dégouter avant de se tourner vers la petite blonde qui lui montra que le sien était dans le même état. « Bon sang qu'elle heure il est ? » Demanda t-elle en paniquant un peu.

« Je ne sais pas, attend je vais demander à la femme là-bas. » Dit Julia avant de partir vers sa destination. Puis elle revient quelques minutes plus tard. « Il est midi trente. » répondit elle joyeusement.

« Bon sang je suis en retard. Ma mère va me tuer ! » Dit elle en mettant ses deux mains sur sa tête.

« Elle est si terrible que sa ta mère ? » Demanda Julia en voyant la grande brune paniquer.

« Non, mais elle à horreur des retards et encore moins quand on ne la prévienne pas, alors quand elle va me voir arriver tremper jusqu'aux os avec un portable complètement mort c'est sur elle va me tuer. » Répondit elle.

« Et bien tu n'as qu'à lui dire la vérité et lui que c'est de ma faute. » Dit Julia tout tranquillement.

« Hééé ! » S'exclama Olivia avec une idée en tête. « C'est bien ce que j'ai l'intention de faire. » Dit elle en se tournant vers la petite blonde le regard remplit de sous entendu.

« Attend ! de quoi tu parle ?! » Dit Julia en commençant à paniquer un peux voyant le regard de la grande femme.

« Tu viens de dire que tu es responsable de mon retard, ainsi que de mon état, ce qui à donner la mort à mon portable tu es bien d'accord avec moi ? » Répondit la grande femme toujours de la même façon.

« Oui c'est exact, mais je ne vois pas où tu veux en venir. » Dit Julia complètement largué.

« C'est très simple tu viens avec moi. » Dit elle avec un sourire remplit de malice et des yeux affichant la même chose.

« Quoi ?! Non tu es folle je ne vais pas débarquer comme sa chez toi. » Se défendit Julia en se maudissant intérieurement de trop parler.

« Si tu vas venir avec moi et me servir de couverture ainsi que d'excuse pour mon retard. » Dit fièrement Olivia avec le plus grand des sourires.

« Hé ! Tu es cruel de me prendre pour ton bouclier. » S'exclama en riant Julia.

« C'est de ta faute à la base si je suis tremper, donc assume et viens. » Expliqua Olivia en tirant la petite blonde par la bras.

« Hé mais attend, je ne vais pas aller tremper ! » Julia essaya de négocier.

« Si et s'y tu continue à te débattre je te porte comme un sac à patate. » Dit la brune en riant.

Julia se mit à s'imaginer être porte comme un sac à patate sur les épaule de la grande femme, voyant se que sa pouvait donner elle s'avoua vaincu et se laissa entrainer malgré elle chez Olivia, secrètement elle fut heureuse de pouvoir enfin connaître le petit monde de sa nouvelle amie. Les deux filles arrivèrent un quart d'heure plus tard devant la maison. Olivia sonna à la porte et attendit. C'était la règle quand elle arrivait en retard surtout sans avoir téléphoné pour prévenir elle devait sonné au lieux de rentrer de suite. Chose qui amusa beaucoup Julia qui ne le cachait en aucune façon au yeux de la grande femme qui faisait la moue. La porte s'ouvrit quelque seconde plus tard où laissa apparaître Christine sérieuse.

« Ce n'est pas de ma faute, c'est elle la coupable. » Dit Olivia en faisant passer la petite blonde devant elle.

« Heu bonjour madame. » Dit Julia embarrasser. « Je te le jure que tu me payera sa. » chuchota t-elle entre ses dents à Olivia.

« Et moi je t'en serai reconnaissante à vie. » Répondit Olivia de la même façon en faisant un grand sourire à sa mère avec les yeux de chien battu.

« Alors j'attends l'explication. » Lâcha un peu sèchement Christine.

Olivia donna un petit coup dans le dos de Julia pour l'encourager à parler.

« Hé ! » Grogna t-elle entre ses dents à voix très basse.

« Tu as dis qu'il fallait dire la vérité car tu étais responsable alors toi l'honneur. » Répondit Olivia comme la petite blonde.

Julia faisait face à la mère d'Olivia qui gardait tant bien que mal son sérieux, la petite scène que les deux filles surtout la sienne faisait en face d'elle était à mourir de rire, mais la tentation fut trop forte qu'elle éclata de rire sous les deux regard d'ahurie que faisait Julia et Olivia.

« Si...si vous vo...voyez vos tête, sé...sérieusement. » Dit Christine en rigolant.

Les deux femmes se regardèrent avec incompréhension.

« Allez entrée avant que cela se transforme en champs de bataille. » Les invita la femme en s'écartant.

Sans attendre plus longtemps Olivia s'engouffra dans la maison mais pas tellement sûr d'elle, et sa mère fit entrer Julia en l'accueillant poliment avec un grand sourire, que Julia rendit avec ses sourires habituel qui n'exprimait rien. Ensuite Olivia proposa à la jeune femme de lui prêter des affaires le temps que les siennes sèche dans le sèche-linge, chose qu'elle accepta avec la joie de pouvoir enfin retirer les vêtements humide qu'elle portait. Elle entra dans la salle de bain pour faire son échange. La grande femme partie elle dans la cuisine rejoindre sa mère qui lui posa une série de question, alors elle lui expliqua que c'était la fameuse Julia en lui racontant également ce qu'elle avait entrevu se matin.

« Ah oui quand même, il doit se passé quelque chose car j'ai également remarquer que le sourire qu'elle ma fait était vraiment sans aucun joie. » fit remarquer sa mère.

« C'est ce que je vois tout les jours, je payerai vraiment cher pour savoir ce qu'il c'est passer car c'est vraiment quelqu'un de bien et de correct. »

« Oui c'est l'impression qu'elle me donne en plus d'être gentille et douce. » Répondit sa mère. « Je pense qu'avec le temps et quand elle se sentira vraiment en sureté avec toi elle se dévoilera mais là c'est vraiment trop tôt, elle à besoin d'attention et d'amour cette petite. »

« Oui je l'ai également remarquer et il n'y as pas que d'amour qu'elle à besoin d'autre chose aussi mais j'arrive pas à déceler quoi. » dit Olivia pensivement.

Elles furent interrompu par l'arriver du sujet en question.

« Alors comment te sens tu à l'intérieur ? » Demanda Olivia amuser de voir la petite blonde nager dans les habilles.

« Comme une personne qui à des vêtements trop grand de trois taille, mais sinon tout va bien. » Répondit elle de la même manière.

« Alors c'est bon. » Dit Olivia. « Bon je vais me changer et je vous rejoint immédiatement. » Continua t-elle en partant en direction de sa chambre.

Puis une fois changer elle descendit rejoindre sa mère et Julia qui parlait de cuisine. Sa mère était complètement ravit et heureuse de pouvoir enfin parler de quelque chose qu'elle aimait vraiment faire avec un autre personne, les deux femmes c'étaient échanger mutuellement des recettes afin de les tester chacune de leur coter. Sans pour autant les montrer à Olivia qui elle contrairement à elles deux n'aimait pas trop se genre d'activité, on va dire qu'elle n'avait aucun patiente pour sa. quand elle se rendirent enfin compte de la présence la grande femme Christine et Julia la rejoignirent et les trois commencèrent le déjeuner. Dans une bonne ambiance.

« Alors Julia il paraît que tu es institutrice. » Lui dit Christine avec amabilité.

« Oui. » Répondit cette dernière pas vexé qu'Olivia est parler.

« Tu reprend les cours en septembre sa marche comment en Caroline du nord ? » Demanda la femme avec intérêt.

« Oui normalement il devrait reprendre les cours à mi-septembre. »

« Comment ça normalement ? » Demanda Olivia à son tour intriguer.

« Je ne serai pas là bas pour la rentrée donc je pense qu'il doivent reprendre l'école en septembre si sa n'as pas changé. » Dit elle d'un ton neutre.

« Tu as démissionné ? » Demanda Christine surprise.

« Oui. » Répondit Julia en baissant la tête. « Je ne retourne pas là-bas, je cherche un poste ici, mais je ne m'inquiète pas j'ai trois rendez vous la semaine prochaine pour un poste justement. »

« Oh c'est bien sa ! » Dit joyeusement Olivia.

« Tu as de la famille dans le coin ? » Demanda Christine.

Julia secoua la tête. « Non j'ai tout abandonner et je suis venu ici seule pour recommencer une nouvelle vie. » Elle essaya de garder sa voix la plus neutre possible.

Olivia et sa mère se regardèrent, et s'envoyèrent des regard interrogateur. Chacune voulait comprendre, pourquoi elle à abandonner sa famille, son travail, ainsi que son lieux d'habitat pour venir ici. « Il y a vraiment un grand mystère qui entour cette jeune femme et ce qu'elle cache dois vraiment être lourd à porter. » Se dirent elles en même temps intérieurement.

« Et tes pa... »

« Et vous, vous travailler ? » Demanda Julia à Christine en lui coupant la question qui allait sortir.

« Heu oui j'ai un restaurant sur l'avenue principal. » Répondit la femme un peu dérouter du comportement de la jeune femme.

« Et sa marche bien ? » Demanda la petite blonde en s'intéressant vraiment.

« Oui nous avons beaucoup de client, je travaille les week-ends et trois jours par semaine pendant les vacances sinon mon personnel se débrouille très bien sans moi. » Expliqua la femme.

« C'est super sa d'avoir des personnes en qui on peux vraiment avoir confiance. » dit Julia.

« Oui c'est sur mais quand j'ai vraiment trop de monde Olivia vient nous donner un coup de main. »

« Ah oui ?! » S'étonna t-elle en regardant la grande femme.

« Oui, j'aime bien travailler au restaurant et en plus sa occupe mes soirées. » Expliqua Olivia avec un petit sourire.

Christine et Olivia remarqua que la petite blonde faisait tout pour éviter les conversation qui touchai de prêt ou de loin à la famille. Pendant tout le repas les questions et les réponse allait de bon train dans tout les camps seules les question sur le passé et la famille de la petite blonde était à chaque fois, sois écarter sois interrompu, mais à aucun moment elle ne parla de tout cela. La fin du repas se passa dans la plus grande complicité entre la mère et la fille. Chose qui n'échappa à Julia qui senti un mal être se former de plus en plus en elle. C'était au tour des deux jeunes femme de faire preuves de complicité en s'envoyant des petits pics à tour de rôle au grand bonheur de la maîtresse de maison. Qui comprenait vraiment pourquoi sa fille c'était autant attacher à la petite blonde. Cette dernière était vraiment comme elle avait décrite, gentille, poli, sensible et très respectueuse. Elle était tout le contraire de Sarah et Christine tout comme sa fille tomba sous le charme de la petite blonde malgré le grand mystère qui planait autour d'elle.

Cette dernière malgré les protestations d'Olivia et sa mère les aida à ranger la vaisselle, quand ceci fut fait elle alla voir si ses habilles était sec, et vit avec contentement que c'était le cas. Elle se changea immédiatement et mit les affaires de la grande femme sur le meuble de la salle de bain qu'elle plia soigneusement et rejoignit les deux femmes. Elle leva les yeux sur le miroir qui se trouvait devant elle et se mit à le fixer. « À quoi bon maintenant j'ai plus rien. » Puis elle sorti de la pièce et alla rejoindre les deux femmes.

« Bien je vous remercie pour le déjeuner mais je dois y aller. » Dit elle poliment.

« Quoi ? Déjà ! » Ne put s'empêcher de dire Olivia.

« Oui je suis désolée mais j'ai des truc à faire. » Répondit Julia toucher. « Mais promit la prochaine fois je resterais plus longtemps. » Dit elle avec un petit sourire qui fit fondre la grande femme de voir pour la deuxième fois un autre vrai sourire même si celui ci était plus petit.

« Bien d'accord j'espère que tu ne t'ai pas ennuyé ? » Demanda Olivia.

« Non ne t'inquiète pas tout va bien sinon je serai parti depuis longtemps. » La rassura la jeune femme.

Elle salua très poliment Christine et sorti de chez Olivia, elle passa toute la rue et arriva dans la rue principal, elle regarda la ciel qui c'était énormément assombrit. Au loin elle remarqua que l'océan était vraiment agiter, elle se dirigea vers le remblai quand elle le rejoignit elle vit d'énorme nuage noir arriver rapidement avec un océan complètement déchainer laissant ressortir d'énorme vague au loin en malmenant les bouées qui se trouvait au larges. Elle traversa la route qui la séparait des petits muret et elle se mit à regarder la tempête qui arrivait. Son esprit se chargea du déjeuner et toute les scènes où Olivia était en compagnie de sa mère passa sans arrêt dans sa tête. Elle laissa son regard voguer sur la plage désert quand ce dernier tomba sur le grand ponton en bois.

Sans réfléchir elle se dirigeait vers lui, arriver à sa destination elle se posta debout comme un piquet à regarder le bout qui se trouvait à deux kilomètre d'elle. Le vent commença à souffler fortement en envoyant de grosse rafales qui atteignait les 120Km/H faisant tordre les branches des palmier qui bordait le remblai. Sans hésité elle fit les premier pas des deux kilomètre qui la séparait du bout là où une mer déchainé se livrai bataille avec le vent violant. Les gros nuages noir charger de pluie commencèrent à la déversé à grosse trombe d'eau. Julia arriva en bout de ponton et laissa le vent ainsi que la pluie lui fouetter le visage et le corps. Toutes les images du déjeuner n'arrêtait pas de la hanter, voir Olivia aussi complice avec sa mère lui tordait le ventre, pendant tout le déjeuner depuis qu'elle avait vu cette bonne entente ce moment entre les deux femmes, elle sentit un gros malaise se former en elle qui grossissait de minutes en minutes, et au moment où un gros éclaire accompagner d'un méchant coup de tonnerre, elle laissa toutes ses émotions éclater dans un hurlement terrible. Tout son corps se mit à trembler et un puissant sanglot s'échappa de son corps dans éclat de douleur. Elle laissa ses gros larmes couler sur ses joues qui se mélangeait à la pluies ainsi qu'à l'eau de mer qui lui trempait le corps à cause des vagues qui venaient se fracasser sur le ponton. Le vent redoubla de force et fit monté le volume de la houle.

Comme ci que le ciel et l'océan comprenait sa douleur ils se déchainèrent de plus en plus. Soudain une grosse lame puissante passa au-dessus du grand ponton et s'écrasa sur la jeune femme avec une telle violence qui la fit tomber sur le sol avant de se retirer doucement comme pour la capturer. Elle reprit son souffle et se mit à quatre pattes et tourna la tête pour regarder l'océan en colère. Ses yeux remplis de larmes coulèrent. Les éclaires fusait dans le ciel en atterrissant plusieurs fois sur la surface de l'eau accompagner de gros coup de tonnerre qui raisonnait sur toute la ville. Elle se mit debout avec beaucoup de difficulté à cause des vague qui se fracassait sur elle en plus du vent elle n'avait pratiquement plus de souffle mais ne bougea pas d'un millimètre. Un autre sanglots la frappa encore plus violemment que le précédent.

« POURQUOI ?! POURQUOI M'AVEZ VOUS ABANDONNER ! ! ! » Hurla t-elle au ciel en colère. Je suis toute seule maintenant j'ai plus rien. Elle pleurait toute les larmes de son corps en parlant au ciel. « J'ai tellement besoin de vous. Laissez moi vous rejoindre je veux pas vivre sans vous. » Elle laissa toute sa tristesse sortir dans la tempête qui couvrait ses paroles. Pourquoi m'avoir laisser toute seule. Ses larmes se mélangèrent au deux éléments qui son la pluie et la mer qui tombèrent violemment sur le sol.

Soudain une image se planta dans son esprit. Le visage d'Olivia. « Non je peux pas. » La projection lui donna la force de se mettre debout et de tourner enfin le dos aux pacifique en colère et c'est au moment où elle avait fait le premier pas qui allait la conduire vers le remblai qu'une monstrueuse vague passa au-dessus du ponton en l'engloutissant complètement en ne laissant plus rien sur le grand ponton en bois.

Olivia quand elle vit la petite blonde sortir de chez sa maison avait une grosse boule à l'estomac, elle ne voulait pas la laisser partir mais ne pouvait rien dire car elle se connaissait à peine alors pour faire partir sa frustration elle sortit également et prit sa moto qui était garé dans le garage en voyant le temps changer elle mit sa combinaison de motard puis après avoir mit son casque elle démarra l'engin et parti dans le sens opposé que son amie venait de prendre. Elle partie en direction de la cote et roula à allure tranquille afin de profiter du paysage sauvage que la tempête allait lui offrir. Elle adore les jours de tempête car c'est dans ses moment la que l'océan montrait sa vrai nature sauvage et cruelle pour toute les personnes qui osait s'aventurer sur son dos. Elle se rangeant sur le haut d'une falaise et regarda les gros nuages charger de pluies faire son travaille en déversant son contenue sur le monde. Les éclaires qui éclata lui donnait un spectacle qui la faisait frissonner à chaque fois, doucement elle sorti de son arrêt et reprit sa route elle passa sur toute les route qui longeait la cote elle voyait les vague se fracasser sur le rocher en donnant de grosse éclaboussure qui passait pratiquement sur la route par moment. Le vent devenait de plus en plus fort mais elle gardait le contrôle de son véhicule du faite qu'elle ne roulait pas vite.

Elle arriva sur une colline qui surplombait la plage de Los Angeles, elle voyait de la où elle était les vague passé au-dessus du grand ponton en bois, elle était trop loin pour apercevoir quoi que se sois, toujours à allure tranquille elle arriva sur l'avenue de la plage, elle passa sur le remblai en regardant avec fascination la beauté sauvage de mère nature, elle arriva sur le grand ponton en bois quand un énorme vague puissante l'engloutissait. Bon sang j'espère qu'il n'y avait personne dessus. Se dit elle fasciné.

Julia c'était fait avaler par la vague et demeura inconsciente dans les profondeur de l'océan, qui entraina son corps au font. Tu ne peux pas, ce n'est pas ton heure. Dit une voix. Doucement elle ouvrit les yeux et une lumière apparut devant elle en laissant apparaître une jeune femme qui avait à peut prêt son age.

« Amandine ? » Demanda Julia sans trop être sur.

« Tu ne peux pas mourir pas maintenant tu as une personne qui à besoin de toi comme toi tu as besoin d'elle. »

« Qui ?! Qui as besoin de moi et moi besoin d'elle ?! » Demanda Julia en voulant en savoir plus.

« Cherche au plus profond de ton cœur et tu trouvera la réponse. »

« Mais c'est de vous que j'ai besoin et de personne d'autre. » Objecta la petite blonde.

« Nous sommes toujours auprès de toi tout les jours, mais ce n'est pas de nous que tu as besoin de nous pour vraiment être heureuse, je serai uniquement là afin de te guider tout simplement. »

« Mais j'ai pas besoin d'être guider et comment je serais quand vous serez là. »

« Je t'enverrais un signe, accepte simplement d'être auprès de la personne qui elle seule pourra enfin te sortir de ses ténèbres dans lequel tu es en train de plongé. »

« N'importe quoi ! Je ne veux rien de tout cela à part vous. »

« Accepte les fait et la réalité, ouvre ton cœur ainsi que ton âme car eux seul pourront te dire et te montrer se que tu recherche vraiment. N'abandonne pas la personne pour qui tu compte le plus remonte pour elle refait surface et vit. Quand tu aura prit ta décision je serais la. »

La corps de Julia continua à couler sans le moindre geste de sa part et la lumière se ternit en recouvrant le corps inerte de Julia de ténèbres.
( à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Jeu 1 Mar 2012 - 12:27

Coucou spécialement je vous mets deux chapitres bonne lecture.

CHAPITRE 4

Olivia avait reprit le chemin en faisant demi-tour afin retourner sur les côtes pour assister au fracas qu'une immense vagues arrivant au loin allait faire. Elle poussa un peu plus la vitesse de sa machine, et arriva juste à temps pour voir le monstre haut de cinq mètres arriver avec rapidité sur les falaises en se pulvérisant dans une grosse germe d'eau montant haut dans le ciel avant de venir s'écraser sur terre en inondant tout ce qu'il y avait autour d'elle. Olivia n'échappa à l'action et se vit se faire tremper ainsi que la moto. Elle était heureuse d'avoir mise sa combinaison de pluie de motard ainsi que d'avoir oublié de relever la visière de son casque. Cela lui permit de rester au sec dessous, elle assista également à un deuxième rouleau qui se cassait sur les rocher mais celui la était moins fort.

Contente de sa contemplation elle regarda vivement l'heure à sa montre qui lui indiquait trois heures de l'après-midi. « Bien je pense que je me suis assez amusé comme cela, il est temps de rentrer. » Elle remit sa moto en route et reprit le route de la côte et atterrit comme un peu avant sur l'avenue de la plage. Elle roulait de la même manière à une allure tranquille, elle regardait la plage complètement déserte avec un océan déchainer qui dansait sous les rafales de vents et la foutre qui s'abattait sur son dos.

Sans s'en apercevoir, son petit tour l'emmena directement devant l'immeuble de la petite blonde. Quand elle en prit conscience elle s'arrêta sur le bas coté du remblai afin de ne pas déranger les autres automobilistes, et se mit à regarder en l'air cherchant l'appartement de la jeune femme. Bien évidemment il était bien trop haut, et ne put voir si il y avait du monde à l'intérieur où non. « De se temps je pense pas qu'elle soit sortit. » Se dit elle. Elle resta un long moment à réfléchir à ce qu'elle voulait faire. Elle mourrait d'envie d'aller voir Julia, mais n'osait pas de peur de trop l'envahir. Elle pesa le pour et le contre pendant un long moment tout en tournant la tête pour regarder le pacifique, à croire que lui seul pouvait lui donner une réponse. Son regard ce fut attiré par quelque chose dans son rétroviseur droit, pour mieux voir, elle leva le visière de son casque et essuya ce dernier, elle apercevait une silhouette au loin marchant en titubant, cela l'intriguait fortement car elle cru reconnaître la forme du corps, pour en être plus sur elle tourna le tronc de son corps afin de voir directement la chose visé et vit malgré la distance que c'était une personne de petite taille avec un blond trempé. Sans qu'elle ne sache pourquoi son corps se mit à trembler et une terrible angoisse s'empara d'elle.

Ne voulant pas attendre de voir arriver la personne arriver d'elle même, elle ralluma sa moto et fit un rapide demi-tour afin de se retrouver à la hauteur de l'arrivante. Elle priait fortement afin que pour une fois son instinct la trompe, mais quand elle fut au côté de la personne, son cœur vacilla et cru qu'il allait s'arrêter, son instinct ne c'était malheureusement pas trompé c'était effectivement Julia qui était trempée jusqu'aux os et qui marchait en chancelant d'un pas tremblant et tête baissé. Sans attendre Olivia gara sa moto sur le bas coté et descendit avant de rejoindre immédiatement Julia en se mettant à coter.

« Hé Julia, mais qu'es ce que tu fais » ici ?! Paniqua t-elle. « Bon sang tu es complètement trempé ! »

La petite blonde ne répondit pas et continua sa route comme si qu'elle n'avait rien entendu, Olivia déconcerté ne lâcha pas l'affaire et se plaça cette fois ci devant elle en mettant ses deux mains sur ses épaules afin de la stopper.

« Julia ! Tu m'entend ?! » Demanda t-elle la peur montant de plus en plus en elle.

La petite blonde qui fut forcer de s'arrêter ne répondit toujours pas et ne leva pas non plus sa tête. Olivia voyait que quelque chose n'allait pas même si ça ne faisait que quatre jours qu'elles se connaissaient, pas une seule fois la jeune femme ne l'avait ignoré de la sorte, puis quelque chose coulant de son visage attira son attention, elle regarda plus attentivement et remarqua que ceci était rouge. « Julia, qu'es ce que tu as ?! D'où viens tu comme sa, c'est extrêmement dangereux de se promener par se temps ! » Continua t-elle la peur dans sa voix.

Toujours rien, la jeune femme ne prononça aucun mots et ne bougea pas d'un pouce, un peux agacer de se prendre de vents Olivia se baissa afin de trouver les yeux vert et quand elle les trouvèrent ce qu'elle vit lui donna un puissant vertige. Le regard de la jeune femme ne reflétait plus aucune vie. elle se reprit immédiatement, sans attendre elle passa un bras autour des épaules de la jeune femme, un autre sous ses genoux et la prise dans ses bras, elle fut extrêmement surprise de trouver la jeune femme aussi légère qu'une plume, même cet action ne fit faire aucun signe de la part de Julia. La grande femme la déposa doucement sur sa moto en position d'amazone, ensuite elle se plaça derrière elle afin de coller le corps de la jeune femme contre le sien, elle alluma l'engin et avança doucement en tenant fermement le petit corps d'une seule main. Elle arriva sur le parking de l'immeuble et gara sa moto, ensuite elle descendit tout en tenant la jeune femme dans ses bras et c'est avec une grande souplesse qu'elle réussit à descendre de l'engin en reprenant la petite blonde dans ses membres tout en la collant bien fortement contre elle.

Elle passa la porte d'entrer et activa l'ascenseur qui se pointa en quelque secondes, elle monta à l'intérieur et ce dernier les emmena à l'étage de Julia. Arrivé devant la porte, Olivia se trouva devant une petite impasse chose qui la fait sourire malgré elle.

« Julia, aide moi s'il te plait, donne moi les clés de chez toi sinon je ne pourrais pas ouvrir. » Lui demanda-t-elle patiemment.

La petite blonde resta toujours dans le silence le plus totale, ne voulant pas la brusquer elle la déposa doucement sur le sol et fouilla dans ses poches à la recherche de ce qu'elle convoitait qu'elle trouva sans aucun problème. Elle ouvrit la porte en grand et reprit la petite blonde dans ses bras, elle passa le palier et ferma doucement la porte avec son pied, elle se dirigea enfin vers le canapé où elle déposa délicatement son fardeau sur le canapé, elle alla ensuite dans la chambre de cette dernière afin de prendre un oreiller puis sans attendre plus longtemps elle appela sa mère qui arriva dix minutes après dans l'appartement.

« Maman viens vite, j'ai besoin d'aide, Julia ne va pas bien du tout et je ne sais pas quoi faire. » Dit Olivia quand la femme entra dans les lieux.

« Que se passe t-il ? »

Olivia ne dit rien mais montra tout simplement la jeune femme qui était allonger sur le divan.

« Oh mon dieux, bon nous allons déjà commencer par la changer et la recouvrir ensuite. » Expliqua sa mère.

Olivia alla de nouveau dans la chambre de la jeune femme et prit des habille de rechange avant de repartir à l'intérieur laissant sa mère s'occuper de l'échange de vêtements, pendant toute l'action elle eut plusieurs haut le cœur en voyant le jeune corps remplit de blessure ouverte et d'ecchymose sans compter le regard qu'elle faisait. Quand elle finit de l'habiller elle alla dans la salle de bain tout en prévenant sa fille que le changement était fait, cette dernière alla auprès de la petite blonde avec une peur bleue au ventre. Elle vit sa mère arriver avec un serviette sèche et une trousse de premier secoure.

« Tien, essuie lui les cheveux. » Ordonna gentiment sa mère.

La grande femme s'exécuta sans protester mais s'arrêta au premier geste quand elle vit un grosse coupure sur le front de la jeune femme. « Oh bon sang ! » Se dit elle. Elle comprit que la coulure de sang venait de cette blessure et c'est avec le plus grand soin qu'elle effectua sa tâche. Quand ceci fut fait Christine attrapa la trousse de secoure et sorti des compresses qu'elle badigeonna de désinfectant, ensuite elle souleva le t-shirt de la jeune femme et commença à nettoyer les plaies qui s'y trouvait.

« Mais qu'es ce qu'il à put lui arriver ? » Demanda Olivia inquiète en découvrant pour la première fois les blessures tout en nettoyant celle qui se trouvant sur le front.

« Je ne sais pas mais ce n'est pas petit. » Répondit la femme attristé.

Pendant toute la séance de soins Julia ne donna aucun signe de vie et resta stoïque sans faire le moindre mouvement les yeux planter au plafond.

« Nous devrions appeler le médecin. » Dit Olivia de plus en plus apeuré.

« Attendons de voir s'y il y a une amélioration, mais je pense que nous serions obliger de l'appeler. » Dit Christine gardant son calme.

Les deux femmes restèrent au coter de Julia qui ne bougea toujours pas. Christine regarda l'heure et vit que c'était bientôt l'heure du diner et proposa à sa fille de manger chez la petite blonde, cette dernière accepta sans aucune conviction car elle refusait délibérément de lâcher la jeune femme dans l'état où elle se trouvait. Sa mère regarda ce que Julia avait dans ses placard afin de manger un petit quelque chose malgré le manque d'appétit, et en voyant que la tempête redoubla de force elle ne se sentait pas capable de faire l'aller et retour et préférait rester elle aussi au cas où il y aurait un changement.

C'est dans un silence de mort que le diner se prépara puis se prit. Les deux femmes gardèrent la petite blonde dans leur champs de vision, mais malheureusement aucun changement ne se fit, cette dernière resta raide comme une statue avec le regard toujours dans le vide. Quelque chose attira l'attention d'Olivia qui se leva immédiatement, arriver près de la petite blonde elle vit de la sueur sur le front et le visage se former. Sans attendre elle posa une mains sur ce dernier et sentit qu'il était brulant et que pour la première fois depuis son arrivé les yeux émeraudes avaient disparut derrière les paupières.

« Maman elle à de la fièvre ! » S'exclama paniquer la grande femme.

Christine alla directement dans la salle de bain et prit le thermomètre afin de prendre la température de la jeune femme. Quand ce fut fait ce dernier indiqua 41°C. Olivia prit aussitôt son portable et appela le médecin qui arriva trois quart d'heure après. Il s'approcha de la malade avec un air vraiment sérieux, il l'ausculta pendant une bonne demi heure. La grande femme et sa mère c'était mise dans la cuisine à attendre plus où moins patiemment le retour de l'homme.

« Pouvez vous venir s'il vous plait ? » Leur demanda l'homme sans s'éloigner de la malade.

Les deux femmes s'exécutèrent.

« Alors docteur, comment va t-elle ? » Demanda Christine inquiète.

« Elle a prit un très gros coup de froid, ses blessures ne sont pas très grave, cela devrait guérir assez rapidement mais ce n'est pas la physique qui m'inquiète mais c'est plus son moral. » Expliqua t-il en se mettant debout afin de laisser Olivia prendre sa place dans la fauteuil qui fut mit à coter du canapé.

Celle ci rapprocha le meuble au niveau du haut du corps de la malade et prit la main gauche dans ses deux mains en les pressant légèrement. Son cœur et son corps n'était que tremblements, elle posa ses yeux sur le visage tendu de sa belle blonde et pria intérieurement cette dernière de ne pas la laisser tomber.

« Que voulez vous dire ? » Continua la mère d'Olivia.

« Ce que je veux dire, c'est qu'elle est en état de choc, cela n'est pas seulement dût à ce qu'il c'est produit mais il y a quelque chose que je n'arrive pas à déceler. » Argumenta le médecin puis il se tourna vers Olivia. « Vous l'avez trouvé comment ? Ce que je veux dire son état moral était comment quand vous l'avez vue dehors ? »

« Comme un zombie, elle marchait la tête complètement baisser avec son corps raide comme un piquet et ses mouvements n'étaient pas du tout assuré. Quand je lui parlait et même une fois l'avoir allonger sur le divan elle ne répondait à aucune de mes question. » Répondit la grande femme la voix tremblante.

« Oui comme ci qu'elle ne vous entendait pas ? » Continua le médecin.

Olivia hocha simplement la tête.

« Mais alors ça veut dire quoi ? » Demanda la mère d'Olivia.

« Je ne sais pas. » Répondit l'homme songeur. « Mais quand j'ai regardé ses pupilles j'ai eu une drôle d'impression, c'est comme ci qu'elle... »

« ...Avait cessé de vivre. » Finissait Olivia sans se retourner.

Chose qui surprit sa mère et l'homme. « Oui c'est exacte. » Dit le médecin en regardant Christine. « Elle c'est enfermer dans quelque chose, qui empêche toute vie de passer. Pour le physique j'ai fais ce que je pouvais, après se sera le temps qui fera le reste. Expliqua t-il d'une voix assuré. « Mais en ce qui concerne son état psychologique je ne peux rien faire, si son état ne s'améliore pas dans les jours qui vienne, je suis navré de devoir vous annoncé cela mais nous serions obligé de l'hospitaliser, déjà pour l'empêcher de perdre des forces, mais surtout nous pourrions la surveiller. »

Olivia était complètement abattu, elle ne savait pas quoi faire pour redonner « vie » à la jeune femme, elle savait que quelque chose n'allait pas, mais à l'heure actuel elle souhaitait plus que tout au monde en connaître la raison, afin de comprendre la chose qui mettait la petite blonde dans un tel état, au point de vouloir cessé de vivre. Christine raccompagna le médecin qui parti un quart d'heure après, ensuite elle se rapprocha de sa filles.

« Je vais y aller aussi et vous laisser toute les deux. » Dit elle doucement à sa fille.

Olivia ne dit pas un seul mot mais hocha simplement la tête.

« Appel moi si tu as besoin de quoi que se soit ou bien s'y il y a des améliorations. » Continua t-elle.

Encore une hochement de tête en guise de réponse de la grande femme qui lui tourna le dos. Sa mère mit son blouson et prit le double de clés avant de partir et les enferma à l'intérieur. Une fois seule, Olivia laissa la pression lâcher et laissa ses larmes coulé.

« S'il te plait Julia, réveille toi, j'ai tellement besoin de toi. J'aimerai tant que tu me dise ce qu'il c'est passé. Comment pourrai je t'aider si tu garde le silence. Je ne sais pas ce que tu m'as fait, mais tu es entrée dans ma vie comme une tempête, je ne peux rien faire sans toi j'ai trop besoin de toi reviens moi vite. » Elle laissa pour la première fois son cœur parler, elle ne savait pas si la jeune femme endormi entendait tout ce qu'elle disait mais cela l'importait peu, bien au contraire, si ses propres mots pouvait la réveiller elle passerai la nuit entière parler. Sentant la fatigue arriver et ne voulant pas la laisse dominer, la grande femme eu l'idée de se faire un café au moment où elle se leva afin d'aller dans la cuisine une petite mains agrippa la sienne avec forces.

« Ne part pas ! Ne t'en vas pas ! Ne me laisse pas toute seule ! » La supplia une petite voix endormit.

Olivia baissa immédiatement la tête pour voir deux émeraude brillant de sommeil, elle lâcha un gros soupire de soulagement mais se ravisa quand elle se rendit compte que Julia était toujours endormi malgré les yeux ouvert.

« Je ne par pas Julia, je reste ici. » Répondit elle machinalement en espèrent un peu que la jeune femme sois réveillé.

« Ne pars pas, ne m'abandonne pas, je suis toute seule, j'ai tellement besoin de toi. » Dit la jeune femme la voix devenant de plus en plus basse.

« Je ne pars pas, je vais juste me faire un café promit je reste avec toi. » Lui répondit Olivia attristé.

« Ils sont tous parti, ils m'ont tous abandonner. » Continua la petite blonde en laissant ses yeux se fermer, la voix rauque de sommeil.

Olivia savait que ce n'était pas bien ce qu'elle allait faire, mais elle voulait en savoir un peu plus et c'était l'occasion pour pouvoir peut être enfin comprendre le comportement de la jeune femme, donc elle se lança dans la conversation en lui posant des questions.

« Qui, qui t'as abandonné Julia ? De qui tu parle ? »

« Je les ai vue crié, hurler, mais personnes ne les a aidé et ils sont partis dans un autre monde en me laissant seule. »

Olivia ne sut quoi dire, elle s'en voulait d'avoir été trop curieuse. elle ne reçut toujours pas eu la réponse de qu'elle personne Julia parlait, mais elle avait comprit qu'il y avait eu des morts dans son entourage et qui c'était passé quelque chose de grave.

« Je...je suis sincèrement désolée pour toi. » Dit elle doucement.

« Je t'en supplie ne pars pas, j'ai besoin de toi reste avec moi. » C'était les derniers mots que Julia prononça avant de se replonger dans profond sommeil, sa main se desserra autour du bras d'Olivia, et cette dernière qui fut enfin libre se releva pour regagner la cuisine afin de prendre une tasse de café. Ensuite, elle retourna auprès de la jeune femme et se cala confortablement dans le fauteuil pour veiller sur la jeune femme pendant un grande partie de la nuit. Malheureusement le sommeil fut le plus fort et l'emporta sur les coup des trois heures du matin. Son repos ne fut que de courte durée car elle fut réveillé en sursaut par des sanglots ainsi que des cris, elle posa immédiatement ses yeux sur Julia.

Elle vit la petite blonde s'agiter dans son sommeil en prononçant des nom qu'elle n'arrivait pas à entendre seule un seul lui parvint aux oreilles, le prénom d'Amandine, qu'elle retint fortement dans sa mémoire, elle prit aussitôt Julia dans ses bras afin de la calmer. Le cauchemar de la jeune femme était d'une telle violence qu'il fit trembler tout le petit corps. La grande femme arrivait à sentir les battements du cœur de la petite blonde tellement c'était violent, elle devait absolument réveiller la jeune femme sinon cette dernière pouvait à tout moment faire une attaque. La brune serra son étreint aussi fortement que possible et lui parla avec un tel douceur que cela eu un effet de calmant. Tout le petit corps commença à se détendre et son rythme cardiaque reprit lentement sa cadence habituel. Les tremblements cessèrent doucement, et c'est au bout de un quart d'heure que le cauchemars s'arrêta complètement, c'est le souffle régulier qui permit à la grande femme de lui faire comprendre que la malade c'était rendormit.

C'est dans un mouvement délicat qu'elle la rallongea sur le canapé en la couvrant bien comme il le fallait, elle lui remit la grosse couverture que sa mère avait placer sur le haut du divan avant de s'adosser au fauteuil en laissant sa tête tomber en arrière accompagné d'un long et gros soupire de soulagement, en voyant qu'elle venait d'échapper à une grosse catastrophe. Un peu plus tard elle finit par se refaire prendre par la sommeil. C'est des bruit de vaisselle qui la réveilla en sursaut. Un peu dérouter elle regarda autour d'elle et vit sa mère dans la cuisine.

« Maman ?! mais qu'es ce que tu fais ici ?! « Demanda t-elle complètement perdu.

« Oui bonjour, je suis contente de te voir aussi ma fille. » Répondit sa mère en souriant. « Et bien pour répondre à ta question comme il est onze heure et demi je me suis dis que tu aurais peut être faim à ton réveille, donc j'ai préparer quelque petite chose à manger. »

« Quoi, il est onze heure et demi ?! » Demanda Olivia surprise.

« Oui et la tempête est complètement partie, il fait un très beau temps sans un seul brin de vent. »

Olivia ne dit rien, retourna son attention à la petite blonde et fut soulager de voir le visage tiré de la veille c'était complètement détendu.

« Elle c'était réveillé. » Lui dit sa mère en se rapprochant de sa fille.

« Quoi, mais pourquoi tu ne m'as pas réveiller ?! S'emporta Olivia.

« Hé calme toi, j'ai uniquement vu ses yeux ouvert, quand je suis arrivée elle ne m'avait pas repérer, mais j'ai remarquer qu'elle te regardait et elle c'est rendormit quand j'allais me rapprocher. Donc j'allais pas te réveiller pour que tu la regarde encore dormir. » Expliqua la femme.

« Oui pardon. » Répondit la grande femme un peu gêné de sa propre réaction.

« Non ne le sois pas, normal que tu réagisse comme cela mais je pense qu'elle était réveiller depuis un petit moment. » Essaya de la rassuré sa mère.

« Et tu as vue ses yeux, enfin tu as put voir comment ils étaient ? » Interrogea la brune.

« Oui et rassure toi ils sont redevenu normal, même de loin j'ai pu voir qu'elle était sorti de son monde. » Expliqua Christine avec apaisement.

Olivia relâcha complètement la pression qu'elle avait garder depuis le moment où elle l'avais trouver sur le remblai. « Je suis contente. » Dit elle en regardant sa mère les yeux remplit de larmes de bonheur.

Sa mère hocha sa tête et lui fit un doux sourire qui lui fut renvoyer en retour. « Bon je t'ai ramener des habilles de rechange si tu veux. »

« Merci, c'est avec grand plaisir que je vais aller prendre une douche. »

La grande femme attrapa les affaires et alla dans la salle de bain, prit une rapide douche bien chaude et s'habilla, une fois fini elle rejoignit sa mère dans la cuisine afin de déjeuner, quand le repas fut fini elle firent la vaisselle et la rangea. Durant toute la durée du repas Olivia ne quitta pas des yeux la petite blonde allonger afin d'intervenir au moindre changement. Puis elle se positionna sur le balcon pour regarder la mer qui brillait sous les rayons du soleil.

« Je vais aller faire un tour. » Dit elle d'un coup.

« Tu pars ? » Demanda sa mère n'ayant pas très bien entendu.

« Je reviens, mais j'ai besoins de prendre l'aire marcher sur le sable me fera du bien. »

« Oui tu as raison et ne t'inquiète pas je reste ici. Je t'appelle si il y as le moindre changement. »

« D'accord. » Répondit tout simplement la grande femme.

Elle prit simplement son blouson de motard ainsi que son casque et sorti de l'appartement, elle descendit les dix étages à pied afin de permettre de se défouler un peu, arriver en bas elle enfila son casque et enfourcha sa moto qu'elle démarra aussitôt puis parti. Elle longea tout le remblai et alla en direction du grand ponton en bois. Arriver devant celui ci elle gara sa moto dans le parking qui se trouvait en face. Puis elle marcha en direction de l'endroit convoiter, là où elle avait rencontrer pour la première fois Julia qui se trouvait au bout des deux kilomètre. Quand elle arriva, elle s'assit sur le sol en s'adossant à la barrière latéral et laissa la brise qui se leva doucement lui caresser la figure.

Elle sentait une boule de chaleur se former en elle et sans qu'elle contrôle quoi que se sois de grosse larmes de joie et de soulagement glissa rapidement sur ses joues avec un gros sourire se dessinant sur son visage. Elle laissa tout le stresse s'évacuer dans la douce brise, son regard vogua sur l'océan en sentant son corps devenir de plus en plus léger. Elle tourna la tête quand elle entendit des filles crier et s'amuser sur la plage et remarqua que c'était Sarah et ses amies qui faisaient une partie de beach volley. En temps normal elle serait aller les rejoindre, mais depuis qu'elle avait fait la connaissance de Julia, elle se rendit compte que la mentalité qu'avait sa meilleure amie et ses acolytes était loin d'être celle d'un adulte responsable.

Même sens parler de cela, elle se sentait beaucoup plus proche et mieux avec la petite blonde à ses cotés que les autres. Julia n'avait pas cette foutu manie de juger les gens pour un rien et encore moins de vouloir diriger sa vie. Elle remarqua qu'également sa mère pensait la même chose qu'elle même, et qu'elle avait parfaitement bien accepté Julia malgré le grand mystère qui tournait autour de la petite blonde. Elle se surprit même de ne pas ressentir le besoin de rejoindre les filles qui étaient sur la plage, bien au contraire, elle se sentait beaucoup plus libre depuis qu'elle avait pris ses distances, d'accord cela ne faisait que 5 jours mais pour elle c'était une source de libération. Julia était sa source de libération, sa source de vie et sa source de bonheur. Elle le savait mais elle n'arrivait toujours pas mettre un mot sur les ressentit qu'elle avait vis à vis de la jeune femme.

Tout en pensant, elle faisait voyager son regard un peux de partout, quand un rayon du soleil fit briller un truc entre les lattes du plancher, elle s'approcha plus sérieusement et regarda attentivement. Elle vit que c'était un petit pendentif en argent accrocher à une chaine faite de la même matière, les deux planches étaient tellement serrer qu'elle ne put introduire qu'un seul doigt, elle essaya d'attraper la chaine mais n'y arrive pas. Alors elle se coucha sur le ventre et laissa le haut de son corps pendre dans le vide, elle se tint avec la mains gauche qui tenait un montant qui soutenait la balustrade, et la main droite alla sous le ponton où elle put attraper sans aucun problème le bijoux par la médaille. Elle se redressa ensuite en se remettant assise et se mit à regarder bien attentivement le bijoux. Elle le trouvait vraiment très jolie elle voyait également que le fermoir était casser comme si que quelqu'un l'avait arracher. Elle le tourna dans tout les sens, puis un petit écriteau sur le dos de la médaille attira son attention. Elle se concentra dessus et lut ce qui était marquer ce qui la figea. Les écrit indiquait le mot. Julia. Son cerveau fit ni une ni deux elle comprit que la jeune femme était sur ce ponton hier pendant la tempête. Olivia leva les yeux et les laissa aller sur l'horizon. « Elle à voulut en finir avec la vie. » Dit elle pour elle même. Soudain son téléphone se mit à sonner. Ce matin sa mère le lui avait acheter un nouveau portable afin que sa fille sois joignable. Cette dernière décrocha et sur que c'était sa mère au bout de fils qui lui annonça que la petite blonde c'était réveillé.

Olivia ne savait pas si elle était heureuse ou non de cette nouvelle, elle remercia sa mère et raccrocha avant de se mettre debout. » Pourquoi lui en voudrai je ? Le flic l'a dit lui même, qu'il n'aurai pas tenu si il avait vécu ce qu'elle a vécu, et puis qui suis je pour me permettre de la jugé sur son passé, elle n'est pas bien, c'est de soutient qu'elle à besoin et non de sermons. » Intérieurement Olivia se fit la moral car elle n'avait aucun droit de faire ce qu'elle aime pas que l'on fasse sur elle. Et surtout qu'elle en était complètement incapable de lui reprocher ceci. Malgré elle, son cœur battait vraiment très fortement dans sa poitrine avec un boule de chaleur qui envahissait tout corps. Elle se leva et se mit en marche afin de reprendre sa moto. Puis au lieu de partir en direction de l'appartement de Julia elle parti en direction du centre ville où elle chercha un magasin en particulier quand elle le trouva elle prit ce qu'elle avait besoin et prit le chemin qui la ramènera auprès de la petite blonde.

Quand elle arriva dans l'appartement il était 17h et elle fut surprise de trouver le canapé vide sans la personne de ses pensées.

« Elle est dans sa chambre. » Lui dit sa mère en devinant sa question.

Olivia hocha simplement la tête et souriait à sa mère reconnaissante de lui avoir dit ce qu'elle voulait entendre, elle se dirigea vers la chambre de la jeune femme et toqua à la porte. Elle attendit l'autorisation qui lui fut accorder immédiatement.

« Bonjour. » Dit Olivia doucement.

« Bonjours. » Répondit Julia qui était debout face à la baie vitré elle tourna légèrement la tête afin de voir Olivia.

« Comment vas tu ? » Lui demanda la grande femme en s'approchant de la petite blonde.

« J'ai la tête complètement embrumer, » mais sinon ça va. Répondit la jeune femme la voix un peu rauque.

« Ça me rassure tu sais que tu ma fais peur ? » Dit Olivia calmement.

« J'en suis sincèrement désolée, mais je ne me souvient pas de ce qu'il c'est passer hier et de comment j'ai atterrit ici. Enfin si je le sais car ta mère me la expliquer en me racontant que c'était toi qui m'avait conduisit ici et que j'ai eu une grosse monter de fièvre. »

« Quoi tu ne te souviens pas ? » Olivia était un peu inquiète de voir la perte de mémoire de la jeune femme.

« Non la seule chose dont je me souvienne c'est que je suis sorti de chez toi après le déjeuner hier et que j'ai marcher sur le remblai et après plus rien un gros trou noir. » Dit elle en tournant la tête pour regarder par la fenêtre.

Julia n'avait pas tout révélé à Olivia elle ne lui avait pas dit qu'elle était sur le ponton au moment où la tempête avait fait rage, de peur que cette dernière ne la juge. Quand son corps c'était mise à couler elle avait perdu tout esprit de combativité mais une autre image lui était revenu en tête quand elle était tomber dans l'inconscience sous l'eau. Le visage de la grande femme le lui était de nouveau apparut, sans savoir pourquoi elle savait que pour cette femme elle devait se reprendre et continuer à vivre peut être qu'un jour elle en connaitra la raison mais elle savait que ce n'était pas son heure pas maintenant, et qu'elle devait faire ce que la femme qui était apparut sous l'eau le lui avait demander trouver la personne qui avait besoin d'elle et pour qui elle devait vivre.

Ce fut au moment où elle avait prit sa décision que quelque chose se produisit. Quand son corps allait toucher le font elle c'était réveiller mais n'avait pas encore ouvert les yeux quand elle senti quelque chose la frôler, c'est à se moment la et surtout par surprise qu'elle les ouvrit et vue un énorme animal tourner autour d'elle dans l'eau son regard était flou mais elle pouvait très clairement apercevoir la couleur de l'animal qui était gris, elle commença à paniquer quand ce dernier tourna de plus en plus vite autour d'elle immédiatement elle pensa à un requin mais le comportement n'était pas du tout celui que cette espèce ferai, plus l'animal tournait autour d'elle plus il se rapprochait tout en touchant volontairement la mains de la petite blonde en l'incitant à mettre une de ses mains sur son corps.

Fatiguer et bientôt en manque d'aire elle se laisse faire et posa une main sur le corps de l'animal qui s'abaissa un petit peu tout en avançant chose qui eu pour effet d'avoir la mains sur la nageoire dorsale, l'animal remonta immédiatement à la surface quand il sentit la petite mains serré l'endroit voulut. Et en quelque minutes il emmena Julia à l'aire libre qui était a bout de souffle. Elle reprenait petit à petit son souffles en étant affaler sur le corps de l'animal, ayant toujours le yeux fermer elle ne vit toujours pas celui qui venait de lui sauver la vie. C'est au bout de quelque minutes malgré la mer mauvaise, le vent et la pluie qu'elle ouvrit les yeux au moment où un petit cliquetis se fit entendre. Elle sursauta et vit qu'elle se retrouva sur le dot d'un dauphin qui avait légèrement tourner sa tête afin de voir sa passagère. C'est toi, c'est toi le signe qu'elle devait m'envoyer. Dit Julia en regardant l'animal. Ce dernier contre toute attente hocha vivement la tête. Ramène moi je suis fatigué. Dit elle en s'effondrant sur le corps caoutchouteux de l'animal. Celui ci ne perdit pas de temps et prit le chemin de la cote, malgré sa nage parfaite, le courant étant trop fort ce qui le fit légèrement dériver quand il arriva sur la cote ils tombèrent dans une zone rocheuse à cent mètre du ponton.

Julia sentait enfin l'arriver, quand une puissante vague arriva par derrière eux et fit décrocher la jeune femme du dos du dauphin en l'envoyant violemment contre les rocher en les percutant très durement avec son corps. Avec le peut de force qu'elle disposait elle s'agrippa tant bien que mal au roche rugueuse et glissante au bout pointu. Elle avait enfin pied là où elle se trouvait mais cela ne l'aida aucunement. Bien au contraire, ses jambes vacillait énormément toujours sur le coup de la confrontation avec les roches ainsi que le manque de forces, doucement et avec énormément de difficulté elle essaya de passer à travers les rocher afin de rejoindre le grand ponton en bois. Mais l'océan lui n'avait pas décidé de l'abandonné d'aussitôt et lui envoya un autre gros vague qui la fit se faire écraser contre le récif acéré, elle s'écorcha de partout sur le corps et la dernière vague lui fit frapper le front contre un roc duc ce qui lui créa sa blessures, le sang coulait abondamment en plus de l'eau son visage se colorai pratiquement en rouge, mais c'est avec la plus grande force de volonté qu'elle disposait qu'elle arrivait sur la plage en dessous du ponton, elle se laissa tomber sur le sables à bout de souffle. Et c'est à se moment la qu'elle perdit complètement connaissance, sans que personne ne put l'expliquer elle son corps avait malgré tout réussit à la conduire sur le remblai là où Olivia l'avait récupéré.

« Julia ! » L'appela une voix un peux fortement qui la sorti de ses pensées.

« Heu oui ?! » Dit elle en sursautant.

« Sa fait au moins cinq fois que je t'appelle, tu es sur que ça va ? » Demanda Olivia vraiment inquiète.

« Oui, oui, désolée j'étais parti dans mes pensées. Tu me disait quelque chose ? » Demanda-t-elle en rougissant légèrement.

Olivia sourit légèrement mais ne dit rien, elle se plaça derrière la petite blonde et posa son avant bras droit sur la vitre, et de sa mains elle laissa pendre le pendentif qu'elle avait trouver sur le ponton.

Julia qui reconnut immédiatement le bijoux se raidit d'un coup et sentit son cœur battre hyper fort. « Je...je. » Elle essaya de dire quelque chose mais aucun son ne put sortir.

« Tu sais où je l'ai trouver n'es ce pas, j'ai compris que tu étais sur ce ponton hier pendant la tempête quand j'ai trouver ce bijoux, tu me dira qu'il peut appartenir à n'importe qui, mais j'étais sur qu'il était à toi quand j'ai vue ton prénom marquer dessus et vue ta réaction en le voyant cela confirme mes soupçons. » Dit elle très sérieusement.

Julia sut quoi dire elle était démasqué, elle baissa honteusement la tête sa gorgea se serra et des larmes lui monta au yeux. Pour elle c'était claire qu'elle se faisait juger.

« Je ne suis pas là pour te juger où te faire la moral, je te ramène simplement ton bijou que tu as simplement oublié sur le ponton, il faut que tu comprenne que si tu as besoin de parler ou n'importe quoi sache que je serais toujours là pour toi. Je ne comprend pas ce qu'il m'arrive ou se que tu as réussit à faire en moi, mais te voir mal je ne peux le supporter. Quand je t'ai trouver sur le remblai pendant la tempête j'ai eu la peur de ma vie, j'ai cru que j'allais te perdre et sa je ne peux le supporter. »

Ces mots étaient dit avec tellement de sincérité et de douceur qu'ils firent lever la tête de Julia qui croisa les yeux saphir.

« J'aimerai bien pouvoir t'aider mais sans rien savoir je ne peux le faire, je ne vais pas te forcer à parler car je ne suis pas comme cela, mais si un jour tu veux le faire sache que je serai là pour t'écouter. Cette nuit pendant ta fièvre tu as parler, tu as parler de quelques chose mais je ne vais pas te le dire car ce n'est pas à moi de le faire. Fait le quand tu te sentira prête. » Dit Olivia en prenant l'objet de sa mains gauche afin de la poser dans la mains de la petite blonde.

Julia avait écouter très attentivement ce que la grande lui avait et était vraiment toucher par les mots. Personne ne le lui avait parler avec autant de franchise et de douceur, elle ne fut ni juger, ni reçu une moral. Elle vit qu'Olivia comprenait simplement en lui faisant bien comprendre qu'elle sera toujours la pour elle.

La tentation trop forte Julia ne dis aucun mot mais se mit sur la pointe des pieds et déposa ses lèvres très délicatement sur la joue de la grande femme. Cette dernière sentit son cœur battre furieusement dans a poitrine elle était tellement déconcerté par l'action de la jeune femme qu'elle se figea, les lèvres étaient d'une tel douceur qu'elle se sentit partir. La petite blonde laissa trainer ses lèvres sur la peau de la grande femme et les retira avec autant de délicatesse. Olivia sentit une trace brûlante à l'endroit où les lèvres était poser, lentement elle posa ses yeux sur la petite blonde qui la regardait avec un regard extrêmement brillant remplit d'émotion indescriptible. Elle ne se rendit pas compte que ses propre yeux saphir reflétait les même émotions.

Les deux filles se regardèrent avec intensité, leur cœur battaient à l'unisson, doucement Julia se recula afin de coller son corps contre celui de la grande femme, cette dernière sursauta légèrement au contact mais reprit aussitôt ses esprits, doucement elle fit descendre sa mains gauche et la posa avec lenteur sur la taille de la jeune femme qui sursauta à son tour. Aucune des deux filles ne détournèrent les yeux, doucement Olivia abaissa sa tête tout en regardant les deux émeraudes qui brillait de mille feux, les rayon rouge oranger du soleil rendait l'atmosphère encore plus intense, plus la tête d'Olivia se baissa plus la petite blonde se colla à elle. Les deux visages étaient séparer que d'un pouce, Julia monta légèrement sa tête afin de toucher le nez de la grande femme avec le sien, doucement un moment remplis de tendresse par ce simple toucher s'étendait dans la pièce. Le rapprochement se reprit au moment où Christine frappa à la porte.

« Les filles le repas est prêt. »

Julia et Olivia se mirent à sursauter violemment et s'écarta d'un coup rouge comme des pivoine, sans perdre de temps elle sortir de la chambre la tête baisser en passant devant la femme qui les regardait sans rien comprendre. Olivia maudissait encore plus sa mère sa fait deux fois qu'elle lui faisait le coup même si cela n'était pas de sa faute. De son coter Julia maudissait également la femme. Et c'est dans le plus grand silence que le diner se passa sous les yeux interrogateur de Christine qui voyait le manège des deux filles qui évitaient à tout moment de se regarder dans les yeux et que si par malheur ceci se produisit elle redevenait rouge.

Au bout d'un moment la mère compris le pourquoi du comment et se mit à éclater de rire sous les yeux furieux des deux femmes qui la fixait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Jeu 1 Mar 2012 - 12:30

CHAPITRE 5

Ce matin là, Olivia se réveilla un peu étourdit, pendant toute la nuit elle avait rêvé de Julia, peu motiver pour aller courir elle prit sa douche et s'habilla de vêtement simple, d'un jeans bleu et d'un débardeur noir, ensuite elle rejoignit sa mère dans la cuisine pour boire son café matinale.

« Hé bien, tu ne vas pas courir se matin ? » Lui demanda sa mère vraiment étonné.

Non j'ai pas trop envie je m'inquiète plus pour Julia, c'est vrai qu'elle allait mieux mais la laisser seul comme cela j'aime pas trop alors qu'elle ne c'est pas totalement remise. Expliqua la grande femme.

« Oui tu as raison tu n'as qu'à aller la voir dans ce cas là. » Proposa Christine.

« Oui j'y ai pensée mais je n'ai pas envie de l'envahir non plus. » Dit la grande femme hésitante.

« Non je ne crois pas, je pense qu'elle sera plutôt ravie de te voir aujourd'hui, elle sais ce que tu as fais pour elle et je la trouve vraiment reconnaissante vis à vis de sa. »

« Oui je suis d'accord avec toi mais ce que je veux dire je ne veux pas être quelqu'un qui deviens trop lourde et qui l'encombre alors que nous nous connaissons que depuis une semaine. »

« « Tu es sur ?! Demanda sa mère pas du tout convaincu des propos de sa fille.

« Oui bon, j'avoue que je meure d'envie de la voir et que en général ce genre de chose ne me pose pas de problème, mais je sais pas avec elle c'est différent. »

« Je vois ce que tu veux dire, c'est une personne gentille très attachante et son coté mystérieux t'attire énormément. » Argumenta la femme amusé du comportement de sa fille.

« Heu... » Olivia ne sut quoi dire sa mère venait de lire en elle comme dans un livre ouvert. « C'est sa tu me connais vraiment très bien. »

« Et je suis ta mère ne l'oubli pas et je peux même affirmer une chose, c'est que cette petite ta vraiment fait succomber à son charme. »

« Quoi non pas du tout je ne suis pas tomber sous son charme ! » Se défendit Olivia.

Sa mère lui lança un regard qui voulait dire tu ne peux rien me cacher alors avoue.

« Ok, ok, je suis peut être tomber sous son charme mais voilà ça ne va pas plus loin. Avoua la grande femme. »

Christine n'était toujours pas convaincu et donna plus d'importance à son regard.

« Bon ça vas, tu as gagné je suis complètement sous le charme de Julia et je crois même que je commence à avoir des sentiments pour elle. » Confessa Olivia.

« Tu crois ? » Insista sa mère.

« C'est bon tu as encore gagné, j'ai des sentiments pour Julia ça te vas comme sa, tu es contente ? » Admit la brune.

« Oui dit comme ça cela me convient parfaitement. » » Dit fièrement sa mère. Tu as eu le coup de foudre pour cette jeune femme et je te comprend parfaitement car c'est une personne en or, et ce qui m'a fait comprendre cela c'est ta façon de faire. En premier lieu jamais tu ne m'as parler d'une fille autant que tu le fais pour elle et encore moins dans le moindre détail. Deuxièmement tu ne t'es jamais préoccupé à se point là d'une de tes copines, en général tu les voyais mais jamais tu ne cherchai à les aidés car elle te le demandait sans cesse de les soutenir pour la moindre broutille, elles n'étaient pour toi de simple petites amies sans intérêt. Alors qu'avec Julia tu donne tout pour et pourtant elle ne te demande rien. » Expliqua Christine.

« Oui je m'en suis aussi rendu compte, et pas seulement vis à vis de sa hier quand je me suis balader sur le remblai j'ai vue u loin Sarah et ses amies, je n'avais vraiment pas l'envie d'aller les voir car elle ne sont pas du même monde, elle ne font jamais de chose intéressante, a part parler boutique où amour, en passant leur journée à jugé les gens il n'y as aucun intérêt à cela. Et pour ne rien cacher je me sens vraiment bien avec Julia, je me sens complètement détendu et apaiser. »

« Exactement la personne qu'il te fallait malgré ses problèmes elle garde la tête froide et ne parle jamais de cela et c'est bien ce que je lui reproche dans un sens. Mais pour revenir au sujet principal si tu as envie de la voir vas y et je doute qu'elle te ferme sa porte au nez, elle sera contente de te voir sa j'en met ma main à couper. »

« Oui tu as surement raison et puis je n'ai rien à perdre de toute façon. »

« Non exactement, ne dis rien vis à vis de tes sentiments au cas où elle ne ressentait pas la même chose mais je suis sur de moi elle sera heureuse de te voir. »

Olivia convaincu par sa mère prit son sac à dos au cas où elles iraient à la plage comme il faisait un temps splendide, elle sorti de chez elle prit son vélo et parti en direction de l'avenue de la plage afin de se rendre chez la petite blonde par le remblai.

Cette dernière se réveilla elle complètement détendu, elle n'avait pas fait un seul cauchemar de toute la nuit, elle se leva et prit sa douche qui fini de la requinqué, elle alla dans sa cuisine et se prépara un petit déjeuner copieux avec œuf, bacon, tartine de beurre confiture en plus de trois pains au chocolat et croissant accompagner d'un grand café crème. Elle mangea tout cela avec grand appétit sachant que les deux dernier jours elle n'avait pratiquement rien manger à cause de la tempête. Le repas avalé elle fit la vaisselle et rangea les couverts. Ensuite elle se fit un café qu'elle versa dans une grande tasse et alla se poser sur son balcon afin de profité pleinement des rayons de soleil pas très chaud qui tombait dessus tout en ayant le pacifique devant elle. Elle attrapa son livre qu'elle avait mise sous sa chaise le temps du petit déjeuner et l'ouvrit. Elle commença à lire les trois premier page quand elle s'arrêta, elle abaissa son livre et se mit à regarder la mer à travers ses lunettes de soleil qu'elle avait mise. Elle pensa fortement à Olivia, elle mourrait d'envie de la voire, elle ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait hier soir au coucher elle n'avait pas arrêter d'y pensée et à réfléchir à tout ce qu'il allait se produire si il n'y avait pas eu interruption.

Elle devait se l'avouer, elle ne savait pas ce qu'elle faisait avec Olivia et où cela les emmenait, mais elle n'arrivait pas à se passer d'elle. Son cœur à chaque fois qu'elle la voyait ou que ses yeux croisèrent les siens se mettait à battre fortement tout son corps était en ébullition, si elle voulait être franche avec elle même elle devait dans tout les cas s'avouer qu'elle était totalement tombé sous le charme de la grande femme. Et si ce n'était pas plus. Elle ressentait encore la sensation du corps de cette dernière coller contre le sien de la position qu'elles avaient eut avant que Christine ne les interrompes. Elle revoyait les saphir la regarder avec une tel douceur qu'elle cru fondre sur place. Elle ne pouvait pas ignoré ce qu'il se passait entre elles deux. « Tu dois te l'avouer ma grande, tu as eu le coup de foudre pour Olivia point barre. » Se dit elle. Mais elle se promit de ne rien dire à la grande femme et surtout ne rien montrer au cas où cette dernière n'éprouvait pas les mêmes sentiments.

C'est la sonnette de son appartement qui la sorti de ses pensées dans un beau sursaut. Elle se leva et à la porte elle l'ouvrit et son cœur fit un énorme bon quand elle vit Olivia sur le seuil de sa porte ne pouvant pas se retenir Julia se jeta dans les bras de la grande femme tellement heureuse de la voir, cette dernière était stupéfaite de la réaction de la petite blonde et ne put que rendre l'appareil en passant ses bras autour du petit corps. Quand elle senti les membres passer autour d'elle, Julia se blotti encore plus dans l'étreinte ce qui encouragea la grande femme de resserrer ses bras.

Olivia se souvenait de se que sa mère le lui avait dit et effectivement cette dernière avait raison, mais elle ne s'attendait vraiment pas à un tel accueil de la par de la jeune femme.

« Je suis tellement heureuse de te voir. » Dit Julia. Tu m'as trop manqué. Continua t-elle.

« Moi aussi je suis contente de te voir et tu m'as également manquer. » Répondit Olivia toucher par les mots de la petite. « Mais tu sais nous devrions au moins rentrer, afin de ne pas déranger les gens. »

« Je m'en fiche, j'ai pas vraiment envie de bouger, je suis bien là. » D'un coup Julia se raidit ses mots étaient sorti plus vite qu'elle ne l'avait pensée et ne put les arrêtés.

Olivia resta muette devant les mots de la jeune femme.

« Heu... je...enfin...je...je voulais dire que je... » Julia n'arrivait pas à placer un mot devant l'autre et fini par s'écarter des bras de la grande femme au grand regret de cette dernière, qui entra malgré tout dans l'appartement sous l'accueil très poli de la jeune femme, qui lui proposa une tasse de café, Olivia accepta avec grand plaisir et toute les deux s'assirent sur les chaises qui étaient sur le balcon. Toute deux oublièrent ce qu'elles appelaient un incident d'arriver. Et parlèrent de chose et d'autre quand Julia proposa à son amie si elle voulait bien déjeuner avec elle et après aller à la plage pour profiter de cette belle journée ensoleillé.

Olivia accepta sans aucun souci et téléphona à sa mère pour la prévenir qu'elle ne sera pas au déjeuner, quand ceci fut fait, elle rejoignit la petite blonde qui commença à préparer le déjeuner qui accepta avec beaucoup de mal son aide. Puis quand le repas fut prêt elle mangèrent toute les deux dans la plus grande paix et un silence religieux qu'elles n'avaient encore jamais connu. Mais aucun des deux n'oubliera ce qu'il c'était passer à la porte. Julia avait simplement suivit son cœur mais se réprimanda d'avoir été trop impulsive alors que une minutes avant elle c'était promit de ne rien lui montrer.

De son côté Olivia se martelait pour la même raison, pourtant sa mère et elle l'avait dit qu'il fallait qu'elle garde un peu de distance et de ne rien montrer. Mais c'étaient plus fort qu'elle les retrouvailles c'était produit comme ci qu'elle ne c'étaient pas vue depuis des mois. Cela commencèrent un peu à leur faire peur car si elle agissait comme ça avec seulement une nuit alors elles n'osèrent imaginer pour des mois. Elle se mirent à se regarder mutuellement, et d'un coup une énorme crise de fou rire les envahie.

« Tu sais que l'on dirait un petit couple de vieux qui se fait la tronche la. » Dit Olivia en rigolant.

« Oui c'est exactement à sa que je pensais. » Répondit Julia de la même façon. « Tien, je ne te l'ai pas dis, demain j'ai un rendez vous pour un poste d'institutrice ans l'école primaire du centre. »

« Ah bon mais c'est génial sa ! Si tu es accepter tu sera juste à coter de chez moi. »

« Ah oui ?! » Demanda Julia surprise.

« Oui l'école se trouve au bout de la rue mais pas dans la direction de la rue principale mais dans l'autre sens. »

La jeune femme se mit à rire. « Si je m'attendais à sa. »

« Le hasard fait bien les choses des fois. » Dit Olivia en plaisantant.

« C'est comme si que c'était fait exprès. » Dit Julia timidement les yeux baisser dans son assiette en s'amusant avec une fourchette sur un légumes.

« Qu'es ce que tu veux dire par là ? » Demanda la grande femme étonné.

« Je sais pas, je ne crois pas bien au hasard. » Elle leva simplement des yeux timide pour regarder la grande femme qui avait un regard extrêmement doux. « On dirait que tout ce fait pour que l'on sois proche. » Dit elle en rougissant avec un léger petit sourire en coin de lèvre.

Olivia sourit simplement.

« J'aime beaucoup être avec toi et le faite de penser que dans un mois et demi nous allons toute les deux devoir reprendre nos activité professionnel, cela me fait tout bizarre. » Continua un peu mélancoliquement Julia en baissant les yeux dans son assiette.

« Julia. » Prononça la grande femme attendrit.

« Je sais ce que tu vas dire, nous nous connaissons que depuis peu, mais j'ai l'impression de te connaître depuis toujours, nous nous rapprochons un peu plus chaque jours et le faite de penser à septembre sa fait un peux mal, car nous nous verrons plus autant. » Continua t-elle tristement.

« Julia, écoute moi. » Dit doucement Olivia en posant sa mains sur la sienne afin de la faire regarde dans les yeux chose qui réussit. « Moi aussi je suis un peu angoisser à l'idée de travailler, mais sache que nous nous reverrons toujours autant en plus si tu arrive à décrocher ce poste, tu sera proche de chez moi et se sera plus facile à se voir et puis après nous aurons les vacances scolaire les jour fériés et les week-ends. » Expliqua t-elle afin de l'apaiser.

« Je sais je suis stupide de penser à sa, mais voilà, j'arrive pas à être loin de toi, j'ai constamment besoin de toi et de t'avoir prêt de moi, je suis désolée de te dire cela alors que je m'étais promis de ne rien te dire mais c'est plus fort que moi, tu es devenu quelqu'un de très précieux pour moi. » Argumenta Julia en se libérant un peu.

« Je comprend ce que tu ressens car je ressens la même chose, je me suis énormément attacher à toi et je ne peux également pas me passer de toi. Regarde, profitons déjà de ses vacances à passer ensemble et on trouvera bien une solution pour la rentrée d'accord ? » Dit elle en serrant légèrement la petite main dans la sienne.

Julia hocha la tête pour approuver, même si elle n'était totalement convaincu. « Je suis si désolée, l'ai l'impression d'agir comme une enfant qui fait un caprice. »

« Non je ne trouve pas. » Dit Olivia. « Tu dis simplement ce que tu ressens et sa j'aime, car tu es quelqu'un de franche et de très sensible. » Sans faire attention son pouce commença à faire de doux va et viens sur la peau de la petite main.

« Tout comme toi, tu es quelqu'un de sincère et sensible en plus d'être généreuse. Tu as du cœur plus que quiconque et tu ne peux pas dire le contraire avec ce que tu as fais pour moi ses derniers jours. » Dit elle en appréciant fortement le petit geste de son amie qui lui envoya des frissons dans tout son corps.

Olivia était toucher par les mots de la jeune femme, cette dernière reprit le contrôle de son esprit et retira sa mains de dessous la plus grande en donnant pour excuse qu'elle allait chercher le dessert. La brune sursauta quand elle se rendit compte de ce qu'elle faisait et se mit à rougir légèrement. Et encore une fois le fin du repas se passa dans le plus grand silence. Dès que le déjeuner fut fini et la vaisselle ranger les deux filles allèrent sur la plage après avoir prit leur affaires de plage. Cette après-midi là elles décidèrent d'aller un peu plus loin que d'habitude et se mirent à la moitié, quand quand une place convenable fut trouvé, elle s'installèrent sur le sable à mi chemin de l'eau. Olivia se mit sur le ventre et Julia sur le dos. Au bout d'un moment cette dernière sentit le soleil devenir de plus en plus ardent et lui chauffant fortement la peau. Elle se mit assise et fouilla dans son sac à la recherche de sa crème solaire, quelle badigeonna sur tout son corps. Olivia la regarda faire avec grande attention.

« Tu veux que je t'en mette sur le dos. » Lui proposa t-elle voyant que son amie bataillait pour en mettre à cet endroit.

« Oui se serai avec plaisir si sa ne te dérange pas. » Admit Julia un peu gêner.

La grande femme prit le tube de crème que son amie lui tendit et en mit dans la paume de sa main, puis avec délicatesse elle en passa sur le dos chauffer par le soleil. Son geste était doux et tendre, Julia ne put s'empêcher de fermer les yeux sous la caresse, un gros frisson passa dans son corps, elle lutai de toute ses forces pour ne pas se retourner et embrasser la grande femme. Cette dernière se retrouvait dans le même état que la jeune femme, la peau sous ses mains était si douce qu'à la fin c'était devenue une vrai caresse, les deux femmes laissèrent les choses se faire, tellement, l'atmosphère était remplis de bien être. Olivia se força à retirer ses mains du dos qu'elle caressait, sous la grande frustration silencieuse de la petite blonde. Elle lui redonna le flacon de crème, pour le récupérer Julia se retourna un peu et son visage se retrouva d'un coup très proche de celui d'Olivia qui c'était avancer à cause du geste. Les deux femmes se regardèrent dans les yeux complètement statufié du soudaine rapprochement.

Leurs cœur battaient si fort dans leur poitrine que cela leur faisait mal, leurs yeux se mirent à briller de milles feux exprimant des émotions indescriptible. Une délicieuse brise chaude les entouraient, puis doucement leurs visages s'approchèrent dans un geste parfaitement symétrique, elles penchèrent doucement leur tête sur le coter au moment où leur lèvres n'étaient séparer que d'un souffle. Quand d'un coup une voix venant de derrière les firent sursauter.

« Olivia qu'elle surprise qu'es ce que tu fais ici ?! »

Julia se mit à rougir fortement et tourna son attention à son sac, là où elle rangea son tube de crème, la grande femme de son coter se mit elle aussi à rougir et se tourna vivement pour voir d'où venait la voix.

« Sarah ! » Dit Olivia complètement surprise. « Qu'es ce que tu fais ici. ?! » Demanda t-elle en reprenant ses esprits.

« Ben je viens à la plage, comme toi et … » Dit elle en l'attente d'être présenter à la jeune femme.

« Ah oui pardon, Sarah je te présente Julia. » Ce força la grande femme de dire vraiment très agacé de voir sa meilleure amie ici enfin si elle pouvait encore l'appeler comme cela.

« Enchantée de te rencontrer. » Dit la femme châtain avec rancœur.

« Moi je suis heureuse de connaître enfin ton prénom. » Dit Julia sans ménagement.

Chose qui surpris Olivia.

« Pardon, nous nous somme déjà vue ? » Demanda Sarah ne comprenant pas.

« Tu ne te souvient pas du jour ou tu t'es jeter sur Olivia en guise de bonjour. » Répondit froidement la petite blonde avec provocation.

« Haaa oui, pardon je ne m'en souvenait pas. » Répondit Sarah en enregistrant bien le visage de la jeune femme ainsi que son prénom. « Je suis désolée de mon attitude de l'autre jour, j'étais pas dans mon état normal ce jour là. Dit elle hautainement.

« Pas de souci. » Répondit Julia d'un ton neutre.

Chose qui commençait à énervé Sarah. Olivia regardait l'échange avec appréhension, elle connaissait la réaction possessive et agressive de Sarah, mais ne savait pas du tout comment Julia allait réagir quand sa meilleure amie allait passer à l'attaque. Elle était en plus agacé de voir cette dernière débarquer, alors qu'elle pensait passer une journée tranquille avec sa petite blonde. elle vit sa journée se gâcher à moitié à cause d'elle.

« Olivia, sa fait plusieurs jour que nous te voyons plus, où te cache tu ? » Demanda Sarah calmement.

« Je ne me cache pas, je suis à la plage, mais pas avec vous tout simplement. » Répondit Olivia froidement. « Et vue le comportement que tu as eu, je n'ai pas vraiment envie de rester avec toi pour le moment. »

« Houai je vois, tu préfère laisser tomber des amies que tu connais depuis ton enfance pour une fille que tu connais que depuis une semaine. » Cracha Sarah avec amertume.

« Et alors ! En quoi sa te gêne qu'elle préfère passer du temps avec moi au lieu de toi ! » Attaqua sèchement Julia en vomissant le comportement de la jeune femme.

La phrase étonna les deux amies qui la regardait stupéfaite.

« Se qui me gêne ! C'est que toi tu arrive de nul part et que tu détruise tout, voilà ce qui me gêne ! » Répondit Sarah en s'énervant de se faire remettre en place.

Olivia souriait intérieurement de voir qu'il y avait une personne en dehors d'elle même capable de remettre Sarah en place sans prendre de gants et encore moins sans avoir prit le temps de la connaître.

« J'ai rien demander et ce n'est pas de ma faute si elle et moi nous nous entendions bien. Ni Olivia, ni moi n'avons chercher ce qu'il se passe, c'est comme sa point et si vraiment tu n'es pas contente nous ne te retenons pas ! Car ce n'est pas nous qui sommes venu te voir pour nous faire des reproches mais plutôt le contraire ! Alors si tu es venu uniquement pour balancer tes merdes qui n'ont pas lieux d'être, tu peux partir ! Et ne crois pas que c'est moi qui le ferait comme la dernière fois, car j'ai compris que toi et elle n'étiez pas ensemble, alors ton petit jeu d'impressionné les gens ne fonctionne pas sur moi, il va falloir que tu trouve vraiment autre chose pour me faire bouger. » Cracha Julia d'un trait sans laisser le temps à Sarah de parler.

Olivia regarda sa meilleure amie en se retenant de rire face à la tête d'ahurie que celle ci avait et c'est avec un sourcil relever et un sourire en coin qu'elle se mit à la regarder en lui faisant bien comprendre qu'elle était tout à fait d'accord avec la petite blonde. Sarah bouillait en elle, elle n'appréciait guère de se faire remettre en place par un petit bout de femme, et en plus, de voir la grande femme prendre le partie de cette dernière, la foutait complètement hors d'elle.

« Pour qui te prend tu ? Tu ne me connait pas et tu te permet de parler ! Que connais tu d'Olivia, qui te dis que nous ne sommes pas ensembles ? Tu débarque de je ne sais où, tu fais un petit cinéma de rien du tout et Olivia te tombe dans les bras, alors qu'elle n'a jamais eu le moindre intérêt pour ses petites amies. » Balança Sarah en sachant parfaitement qu'elle allait perdre l'amitié de la grande femme mais elle ne voulait en aucun cas laisser cette dernière dans les bras de cette petite blonde si elle ne pouvait pas y être.

Olivia se raidit à l'annonce pourtant vrai de Sarah, ses yeux commencèrent à devenir de plus en plus glacial, tout son corps se tendit et sa mâchoire se serra, le regard qu'elle lança à Sarah rendait cette dernière vraiment nerveuse et commençait à avoir peur. Julia, de son côté rigolait intérieurement.

« Oui peut être qu'elle était comme ça mais c'était avant. » Dit elle tranquillement en lançant son plus beau regard provocateur. « Car d'une part, Olivia et moi nous ne sommes pas ensemble donc elle ne peut pas agir de la sorte, et d'une autre part, tu n'as pas vue ce qu'elle pouvait faire alors que moi si, et c'est ce qui me permet de te dire que si un jour, je dis bien un jours, nous nous mettions ensemble, je sais pertinemment que jamais elle ne sera comme tu es en train de la décrire. » Dit elle sans oscillé.

« Ah oui et qu'es ce qui te fait dire cela ? » Insista Sarah.

Julia se mit debout et franchit la distance qui la sépara de l'amie de la grande femme. Cette dernière se décontracta devant les mots de Julia mais se raidit d'un coup et un gros un stresse monta en voyant l'approche de la petite blonde. Par contre Sarah se raidit et se sentait pour la première fois de sa vie sans compté Olivia en danger.

« Parce que moi, je la traite comme un être humain, et non comme un objet qui m'appartient et que je dois absolument tout faire pour le garder auprès de moi avec interdiction aux autres d'y toucher. Contrairement à toi, je respecte Olivia pour ce qu'elle est, c'est une femme qui as du cœur, qui sait écouter quand il le faut et qui sait se montrer sensible et tendre quand on as besoin d'elle. » Dit elle fièrement en regardant son adversaire droit dans les yeux. « Et je vais te dire une chose, Olivia ne m'a jamais parler de toi, mais j'ai deviner ta façon de faire avec elle rien qu'en te voyant uniquement deux fois. Ton comportement n'est pas celui d'une amie mais d'une personne manipulatrice et possessive, et qui fera tout ce qu'il faut pour garder SON objet auprès d'elle, mais j'ai un scoop pour toi, Olivia n'est pas TON objet et ni celui de personne, elle n'appartient qu'à elle point barre.

Olivia était vraiment toucher par les mots de la petite blonde et senti des larmes lui monter au yeux tellement elle était ému, mais réussit à les contrôler afin qu'aucune des deux filles ne le remarque. Sarah elle était complètement scotché sur place jamais personne n'avait parler de la grande femme comme la petite blonde le faisait et personne ne c'était permis de ainsi sa défense tout en la remettant elle même à sa place. Elle défia Julia avec son regard mais vit que cette dernière ne vacillait pas et qui gardait son regard fixe sans cligné une fois des paupières. Pour cette fois ci elle dut s'avouer vaincu et sans rien dire battit en retraite sans se retourner.

Julia resta toujours dans la même position en ne lâchant pas la femme du regard jusqu'à ce que cette dernière disparaisse complètement dans la foule du remblai. Puis elle retourna à sa place sous les yeux admirateur de la brune.

« Désolée mais je n'aime pas du tout son comportement. » Dit Julia en baissant la tête rouge.

« Non ne t'excuse pas, tu m'as simplement devancer. » Répondit Olivia fière de la jeune femme.

« Je ne sais pas comment tu fais pour la garder comme meilleure amie, elle est manipulatrice et d'une ingratitude, elle te considère comme un objet. Désolée mais pour moi c'est pas une amie. » Dit elle un peu énervé.

« Je sais, mais elle n'était pas comme sa au début, elle c'est mise à changer petit à petit en grandissant. Elle à de bon coté mais quand sa jalousie ressort c'est vrai qu'elle est insupportable. » Admit la grande femme.

« Bien et si nous allions nous baigner pour oublier toute sa ? » Proposa la petite blonde.

« Bonne idée. »

Les deux filles partirent en direction de l'eau et plongea directement dans l'eau, pendant plus d'une heure elle s'amusèrent comme des enfants dans l'eau.


Sarah partie de la plage la rage au ventre. « Mais pour qui elle se prend cette blondasse elle va me la payer cher. » Dit elle avec haine. Arriver auprès d'une amie qui l'attendait dans un café elle s'assit avec agressivité. Cette dernière mesurant 1m62 les cheveux brun et les yeux noir répondant au prénom de Clara sursauta à son arriver.

« Et bien Sarah que t'arrive t-il ? »

« Je reviens de la plage où j'avais rejoins Olivia. » Répondit Sarah avec hargne.

« Hooo, sa c'est mal passer alors. » Comprit Clara.

« Pire que sa, cette andouille d'Olivia n'a rien dit, c'est son espèce d'amie blonde qui n'a pas arrêté de me rabaisser devant elle. »

« Aïe, mais pourquoi n'as tu rien dis, c'est pourtant pas ton style de te laisser faire. »

« Je n'ai pas put, elle à eu tout les arguments qu'il fallait pour me faire taire et le pire dans tout sa, c'est que Olivia n'a pas daigné prendre ma défense, elle était tout le temps de son coté. »

« Pfff tu parle d'une meilleure amie toi, laisse la tomber. »

« Non ! Olivia est à moi et sera avec moi mais avec personne d'autre, pigé ? »

« Mais que compte tu faire alors ? »

Sarah ne répondit pas et se mit à réfléchir. Puis quelque seconde après elle se mit à regarder Clara avec un regard et un sourire démoniaque. « J'ai une idée. » Dit elle supérieurement. Elle attrapa son téléphone portable et composa un numéro de téléphone que son amie ne vit pas puis attendit que l'on décroche, c'est au bout de quatre tonalité que son correspondant se mit à répondre.

« Salut c'est Sarah. »

« Ah bonjour. » Répondit la personne au bout du fils.

« J'aurai besoin de tes services si possible, c'est pour un cas urgent. »

« Intéressant, tu as de la chance je n'ai rien à faire en ce moment alors raconte moi ton problème. » Demanda la personne.

« Et bien voilà. » Sarah raconta dans le moindre détail son problème.

« D'accord je vois, donc tu veux que je fasse comme d'habitude ? » Demanda la personne voulant être sur.

« Oui mais sans ce que tu sais bien sur et je te promet que tu ne le regrettera pas. »

« Très bien c'est d'accord et à tu une date précise de la chose ? »

« Non pas spécialement, attend un peu quand même mais pas trop d'ici deux trois jour se sera parfait. »

« Entendu c'est noté et je suppose que aucun message ne dois être donner. »

« Non je ne ne préfère pas et si vraiment marche comme prévue Olivia reviendra vers moi sans problème. »

« Ok sa marche je te fais signe quand tout ceci est fait et toi de ton coter tu sais quoi faire pour être blanchi ? »

« Oui ne t'inquiète pas j'ai déjà tout prévu, bon on se verra après et je vous donnerai ce qu'il vous reviendra le jour J. »

« Parfait à plus. »

Sarah raccrocha et se mit à sourire victorieusement.

« Tu compte faire quoi ? » Demanda Clara un peu mal à l'aise.

Tu le verra en temps voulu, tout ce que je peux te dire c'est que la surprise que je réserver à cette garce de blonde, je peux te l'assuré qu'elle ne l'oubliera pas d'aussitôt. » Dit elle en buvant son verre de bière avec le plus grand sourire sauvage sur ses lèvre.


Julia un peu fatigué sorti la première de l'eau en laissant son amie se détendre un peu, elle arriva sur la serviette et se mit sur le ventre, elle dégrafa le haut de son maillot de bain et mit sa tête entre ses bras, laissant la chaleur du soleil la sécher doucement et sans comprendre se qu'il lui arrivait elle s'endormit sur la sable.

Olivia sorti de l'eau une demi heure plus tard après avoir fait quelques longueur, quand elle rejoignit Julia, elle s'assit sur sa serviette et remarqua que cette dernière c'était endormit, le profit qu'elle avait était aussi doux que celui d'une enfant. « Elle paraît si frêle quand on la voit pour la première fois mais elle à une tel force en elle. Mais en la regardant dormir on se rend compte qu'elle est vraiment fragile et sensible. » Se dit elle. Sans faire de bruit elle s'allongea sur sa serviette, en se positionnant sur le coter mettant sa tête dans le creux de mains gauche avec le coude qu'elle planta dans le sable en guise d'appui.

Elle regarda intensément la petite blonde dormir, les rayon du soleil faisait ressortir sa belle chevelure doré ainsi que les trait fin de son visage qu'elle avait en dormant. Ses yeux errèrent sur la douce peau du dos qui chauffait doucement au soleil, lentement elle leva sa mains droite et l'approcha du corps de la petite blonde, elle ne revenait pas de ce qu'elle était sur le point de faire mais la tentation fut trop forte qu'elle ne pouvait pas résister plus longtemps. Délicatement elle posa la paume sur la peau chaude, le contact lui brula la mains tellement la sensation était exquise, puis doucement elle laissa sa main caresser le dos de la jeune femme avec légèreté, la peau était incroyablement lisse et délicate que Olivia cru défaillir avec autant de bien être qui monta en elle, mais elle s'arrêta d'un coup quand elle remarqua que deux petits émeraude la regardait.

Julia fut tiré de son sommeil par une agréable sensation sur son dos, doucement elle ouvrit les yeux et vit que c'était son amie qui le lui caressait doucement, le geste était tellement agréable qu'elle n'osait rien dire, elle se mit à regarder la grande femme tout simplement avec des yeux brillant comme le soleil, son cœur battait la chamade qu'elle cru à plusieurs reprise qu'il allait sortir de sa poitrine, elle réussissait à contrôler les tremblements de son corps afin de ne pas se faire trahir mais ses émeraudes le font quand même. Elle sentit la grande femme se raidir immédiatement quand les deux yeux bleu se posèrent sur les siens.

Olivia était complètement paniquer, elle ne savait plus quoi faire, ni dire, elle c'était fait griller en beauté et trouver un excuse cela ne servait à rien, elle se mit à regarder Julia avec des yeux de supplice lui demandant presque de l'aide. Cette dernière la regarda avec des yeux brillant, et fini par lui faire un petit sourire discret avant de refermer les yeux.

« Je ne vais pas te manger tu sais. » Dit Julia la voix rauque.

« Je...je suis dé... »

« non ne sois pas désolée. » La coupa la petite blonde.

Puis sans rien dire de plus elle leva sa propre main et attrapa celle de la grande femme qui lui servait d'appui de tête, cette dernière le cœur battant se laissa faire et se retrouva elle aussi allonger entièrement sur sa serviettes, la jeune femme serra son étreinte autour du membre de son amie. Olivia en fit tout autant et c'est les yeux dans les yeux, mains dans la main qu'elles finirent par s'endormir sur la sable en plus d'avoir celle d'Olivia sur le dos de la petite blonde. Elles se firent réveiller brutalement par la monter des eaux qui arrosa violemment leurs pieds, en accord commun elles partirent de la plage, vers les dix huit heures en se séparent pour aller chacune dans leur habita respective, sans pour autant avoir les images et les sensations de la fabuleuse après-midi qui les rapprochèrent encore un peut plus.

Trois jours plus tard Julia se réveilla de bonne heure et de bonne humeur, elle se prépara et prit son petit déjeuner tout en repensant à ce qu'il c'était encore passer la veille, ses sentiments grandissait de plus en plus vis à vis de la grande femme. Elle n'arrivait pas à savoir si celle ci ressentait la même chose ou si ce n'était que de la pure affection, cette indécision la dérangeait fortement, car elle ne pouvait pas vraiment être elle même à cause de cela. Ce jour là elle avait rendez vous dans une école primaire à neuf pile afin de se faire embaucher, elle mangea rapidement et parti pour être à l'heure. Elle sorti habiller d'une jean noir et d'un débardeur, blanc recouvert d'une chemisette de vers anis, elle mit son sac à mains en pendouillèrent alla en direction de la rue principal, elle arriva sur le lieux du rendez vous dix minutes à l'avance elle ne supportait pas être en retard.

Elle attendit l'heure prévue et se fut reçut par une femme qui n'était pas la directrice mais qui s'occupait de l'embauche, elle fit visité toute l'école à le jeune femme ainsi, que sa futur classe si elle était choisi parmi les dix candidature. Pendant tout l'entretient la femme posa pleins de question à Julia sur son départ, sur ses antécédent et tout ce qu'elle voulait savoir pour être sur que les jeunes enfants allait être entre de bonne main. Pour ce travail Julia ne put cacher la vérité de son départ et le lui expliqua d'un bout à l'autre. La femme était stupéfaite et en avait mal au cœur pour la petite blonde, une pointe d'admiration se forma en elle et resta complètement figé de voir Julia tenir debout et rester forte malgré tout, sans le savoir la petite blonde avait déjà mit un bon point dans le cœur de la femme avec son histoire, mais comme le protocole l'exigeait elle appela l'ancienne école de la jeune femme et apprit que cette dernière était une excellente institutrice apprécier des élèves et des parents, elle avait également apprit que Julia prenait vraiment soin de ses élèves en prenant du temps auprès de chacun d'eux afin de leur faire bien comprendre l'exercice qu'il n'arrivait pas à assimilé.

La femme qui lui faisait passer l'entretient était complètement envouté par la petite blonde, en plus de son parcours professionnel ainsi que son expérience, elle trouvait Julia fort sympathique en plus de la trouver respectueuse, de tout les autre candidat c'est la première fois qu'elle vit une jeune femme d'un assez jeune âge à avoir autant de bonne appréciation de la part des élèves parents et collègue. Pour la femme cela lui suffit amplement et lui fit immédiatement signer son contrat. Qui n'était autre qu'un CDI avec une période d'essai de un mois. Pour la bonne figure comme lui disait la femme.

Julia sorti de son rendez vous à dix heure trente, elle vit qu'elle n'avait plus rien à faire sachant qu'elle était en paix question travail et avait du coup tout ce qu'elle avait besoin. Ne voulant pas rentrer tout de suite chez elle, elle décida donc de faire les boutiques sans pour autant avoir quelque chose à acheter mais elle se disait que si elle pouvait trouver un petit quelque chose à Olivia afin de la remercier de l'avoir redonner une nouvelle vie et de la lui avoir sauver lors de la tempête se serai vraiment bien. Elle fit beaucoup de magasin mais aucun ne lui convenait, elle décida alors d'aller voir un petit magasin qu'elle avait repéré sur l'avenue de la plage. Quand elle fut arriver devant celui ci elle regarda la jolie petite vitrine qui était décoré de petit bijoux fait à mains, avec du nacre.

Elle laissa son regard voyager sur tout les petits objet et repéra quelque chose qui l'intéressa, elle se déplaça alors sur le petit bout de vitrine qui se trouva dans une petite ruelle et regarda avec attention ce qui l'avait attiré. Des petites planches de surf était fabriqué dans du nacre où l'on pouvait inscrire ce que l'on voulait accrocher à une petite chaine, soit en or ou en argent. Cela l'intéressait énormément, elle était tellement prise dans sa contemplation qu'elle ne vit pas les deux silhouettes arrivé derrière elle. D'un coup elle se senti saisit par un bras puissant entourant sa taille en plus d'une main qui se mit sur sa bouche. Instinctivement elle commença à se débattre, mais la personne était bien plus fort qu'elle et l'entraina rapidement dans une autre petite ruelle qui se trouvait perpendiculairement à celle où ils étaient, quand son ravisseur s'arrêta, une deuxième personne arriva et Julia s'aperçut que c'était deux hommes d'une trentaine d'années. Le deuxième se mit devant elle sorti une arme à feux.

« Tu fais le moindre geste je te plombe la cervelle comprit. »

Julia morte de peur hocha la tête. Celui qui la tenait relâcha complètement sa prise et la poussa afin de la mettre au centre.

« Mais qu'es ce que vous me voulez. »

« Nous, s'amuser avec toi. » L'homme qui se trouvait en face d'elle.

La petite blonde se mit à trembler de tout ses membres et ne put empêcher des larmes de peur couler de son visage. Celui qui était en face d'elle commença à avancer ce qui donna pour effet de faire reculer la jeune femme qui percuta celui de derrière, ce dernier se décala un petit peu afin de se mettre dans la même position que son ami, et se mit également à avancer en forçant Julia à reculer jusqu'à ce qu'elle soit prise au piège entre le mur d'un immeuble et les deux hommes. Paniquer elle regarda dans tout les sens pour voir si elle pouvait trouver une sortie mais vit que non. L'homme non armer commença à fouiller la petite blonde et trouva son portable pour plus de sécurité il l'envoya contre le mur ce qui fit éclater l'appareil en plus de le finir en l'écrasant fortement.

« Attendez, que me voulez vous je n'ai rien, si vous voulez de l'argent je vous en donne mais laisser moi partir s'il vous plais. » Supplia Julia la voix tremblante de larmes en sanglotant.

« Oh non, non, sa ne marche pas comme sa ici. » Dit l'homme armé.

« On te tien et on ne te lâche plus. » Finit l'autre.

Puis sans qu'elle ne comprenne ce qu'il se passe elle sentit une puissante douleur à la mâchoire avant de se sentir propulser en arrière atterrissant lourdement le dos contre le mur. Elle s'écroula sur le sol en se tenant la figure d'une main. Elle senti un goût de fer dans la bouche qu'elle cracha au sol. Sa lèvre inférieur fut ouverte suite au cout brutale laissant un gros filet de sang sortir de celle ci ainsi que de sa bouche. Les deux hommes ne la laissèrent pas se relever qu'ils lui assignèrent une pluie de coups aussi bien de pieds, de poings, de genoux et de coudes, sans aucun espoir de libération.

Olivia c'était lever un peu plus tard que les jours d'avant, la veille elle avait décidé de ne pas courir et de dormir un peu plus longtemps. Elle prit sa douche et s'habilla d'un bermuda noir et d'un débardeur de la même couleur, elle attacha ses cheveux en queue de cheval laissant sa frange tomber sur le front, ensuite elle partie dans la cuisine prendre son petit déjeuner, pour la première fois elle le prit seule car sa mère était partie faire des courses pour le restaurant, une fois qu'elle eut finit, elle fit la vaisselle et la rangea ensuite ne voulant pas bouger tout de suite elle se mit dans un fauteuil et prit un roman qu'elle lisait depuis deux jours. Ça faisait une heure qu'elle était plonger dans sa lecture quand l'on sonna à la porte, elle se mit à soupiré bruyamment agacé de se faire déranger et c'est avec lassitude qu'elle posa son bouquin sur la table basse avant d'aller ouvrit, elle fut extrêmement surprise de voir Sarah à la porte.

« Bonjours ma grande. » Dit gentiment cette dernière.

« Ah salut, qu'es ce que tu veux ?! » Demanda froidement Olivia.

« Je suis venu d'un m'excuser pour mon comportement d'hier et de deux, je voulais savoir si tu voulais venir à la plage avec nous cette après-midi, Julia peux venir si tu veux sa ne nous dérange pas. » Dit la jeune femme poliment.

« Qu'es ce que sa cache tout sa, tu la déteste. » Lui dit la grande femme durement.


« Ça ne cache rien, je veux juste apprendre à la connaître car si nous devons te voir j'ai comprit qu'elle serai pratiquement tout le temps avec toi, alors mieux vaut recommencer à zéro afin de partir sur de meilleure base. Tu ne crois pas ? » Argumenta Sarah.

« Je ne sais pas, tu veux que je te dise, je commence à en avoir marre de toi et de tes amies, car vous n'avez rien dans la cervelle qui mérite que je m'intéresse à vous. » Lâcha Olivia avec amertume.

« Allez s'il te plait je te promet que je ferais rien de fâcheux. » Supplia tristement Sarah.

Olivia ne répondit pas et se mit à réfléchir. « Aller pourquoi pas et si cela me soul je n'aurais cas partir. » Se dit elle pas motiver du tout, mais je préfèrerai plutôt passer ma journée avec Julia. Elle allait dire quelque chose quand une voix en colère se fit entendre derrière elle.

« Ah non ! Tu ne vas pas sortir tu m'as promis de m'aider aujourd'hui ! »

Olivia et Sarah se mirent à sursauter et regarda la responsable qui n'était autre que Christine les mains charger de course. Aussitôt Olivia retourna dans la maison prêtant mains forte à sa mère tout en invitant Sarah à entrer chose qu'elle fait sans que l'on lui demande deux fois.

« Mais maman, tu m'avais dit que je pouvait faire ce que je voulais comme j'étais en vacance. » Dit Olivia surprise du ton qu'employait la femme.

« Oui c'est ce que je t'ai dis quand tu m'avais promis de venir m'aider de temps en temps et là, sa fait quatre jours que tu n'es pas venu une seule fois alors que le restaurant est pleins. » Répondit sa mère vraiment très en colère.

« Mais je... »

« C'est non Olivia, tu as beau avoir 29 ans je suis encore ta mère, quand tu t'engage pour un truc tu le fais jusqu'au bout, alors là sa suffit maintenant tu vis quand même sous mon toit sans rien payer, donc c'est le moins que tu puisse faire en guise de loyer. » Dit elle d'un ton vraiment strict et méchant.

Olivia était stupéfaite de la façon dont sa mère lui parlait, jamais cette dernière n'avait hausser la voix de cette façon là, elle senti une boule de tristesse en elle se former et baissa la tête complètement abattu. Sarah de son coter assistait également surprise du changement de comportement de Christine elle si douce habituellement.

« Je suis désolée madame, c'est pas Olivia la responsable mais moi, elle avait refusé au départ c'est moi qui est... » Sarah qui essaya de défendre son amie se fut couper violemment.

« Et toi Sarah ! Tu ne peux pas appeler au lieux de débarqué sans prévenir, tu es ici chez moi et non chez Olivia ! Tout le temps tu arrive comme une princesse en faisant ce que tu veux, alors à partir de maintenant je ne te veux plus ici, sans que tu es prévenu à l'avance et de toute façon tu ne reverra plus Olivia le temps que je l'aurais décider, car à partir d'aujourd'hui également elle va travailler avec moi ! Tout les jours midi et soir au restaurant ! Donc si tu veux la voir, tu la verra, pendant ses jours de congé et sa c'est si je le décide de lui en donné ! S'énervant encore plus fortement la femme.

Les deux jeunes femmes étaient vraiment estomaqué, jamais la mère n'avait parler avec autant d'autorité d'amertume dans la voix, un grand silence pesant s'installa dans la cuisine. C'est le téléphone de Sarah qui rompit le silence.

« Allo. » Répondit elle un peu nerveusement.

« C'est bon le travail est finit. »

« Ok j'arrive. » Dit elle en raccrochant.

« Bon et bien je vais y aller alors, je suis vraiment désolée de vous avoir déranger promit madame je ne reviendrai plus. Bon courage Olivia et à plus tard. » Dit Sarah avant de partir en refermant la porte doucement derrière elle.

Une fois seule c'est les larmes au yeux qu'Olivia explosa. « Mais qu'es ce qu'il te prend bon sang, je... »Elle se fit couper par la mains de sa mère sur sa boucher.

« Chut, tait toi ! » Dit cette dernière en chuchotant agressivement avant de se diriger vers la fenêtre de la cuisine pour regarder dehors. « Ne dit rien ! » Dit elle de la même façon voyant sa fille voulant parler. Elle regarda à travers les rideaux Sarah qui s'éloignait d'un pas rapide. Quand elle était sûr que cette dernière fut assez loin, elle se tourna vers sa fille. « Je te demande pardon, mais il fallait que cela sois vrai. » Dit elle avec la voix douce qu'Olivia connaissait si bien.

« Attend, mais de quoi tu parle ? Imagine tu de la façon de comment tu m'as parler la devant elle ? » Dit la grande femme blessé laissant explosé sa colère.

« Je sais, je sais, je m'en excuse. Répondit avec le plus de douceur possible sa mère en la prenant dans ses bras afin de se faire pardonner. « Mais comme je viens de te le dire, il fallait que tout ceci paraisse vrai. » Dit elle avec une extrême gentillesse.

« De quoi tu parle ? Je ne comprend pas de quoi il fallait que sa paraissait vrai. » demanda Olivia en s'essuyant les yeux.

« Et bien je parle de ma petite mise en scène pardi. » Répondit sa mère le sourire en coin.

« Quoi ! Tu veux dire que tout ceci n'était que tu cinéma ?! » Demanda Olivia stupéfaite.

« Oui, quand Sarah est arrive j'étais déjà passer par la porte de derrière et j'ai entendu toute la conversation, j'ai bien vue que tu ne voulais pas aller la rejoindre, mais par usure elle allait te faire cédé donc il fallait bien que je trouve un solution afin de te libéré d'elle. »

« Donc tu as monter cette petite mise en scène de l'histoire du restaurant. » Dit la grande femme en comprenant tout.

« Exactement et comme tu n'étais pas au courant cela faisait vraiment vrai. » Dit Christine fier d'elle.

« Bon sang tu sais que tu m'as fait peur. » Dit Olivia en soufflant.

« Je suis désolée mais comme on dit pour tromper ses ennemis il faut aussi tromper ses amis. Je m'excuse de t'avoir fait peur. Dit d'une voix coupable Christine.

« J'ai le cœur qui bat à cent à l'heure là, je te jure que tu vas devoir te faire pardonner pendant un long moment. »

Ne t'inquiète pas j'avais également prévus cela et je suis en train de chercher, mais malheureusement tu vas devoir partir avec moi pour le restaurant afin que sa continuer de faire vrai, tu n'aura qu'à partir par la porte de derrière et en coupant par les petites rue tu arrivera droit chez Julia. »

Olivia ne dit rien et se mit à éclater de rire à cause de la pression qui descendit et c'est en rigolant que les deux femme montèrent dans la voiture avec Christine au volant en partant en direction du restaurant.


Julia était étendu sur le sol laisser pour morte, tout son corps était atrocement douloureux son visage était recouvert de sang à cause des nombreuse plaie ouverte, elle en avait une à l'arcade droite, une sur le nez en plus de l'avoir cassé, une autre sur la pommette gauche juste en dessous de l'œil et celle qui se trouvait à sa lèvres ensuite, son visage était recouvert de bleu et d'ecchymose en plus d'éraflures. Son œil droit était tellement gonflé qu'elle ne pouvait plus l'ouvrir, celui de gauche était un petit peu moins ce qui lui permettait d'entre voir. Elle essaya de se mettre debout mais n'y arriva pas, ses membres étaient trop douloureux, par la force de sa volonté elle prit son courage à deux mains et réussit avec beaucoup de difficulté à se retourner afin de se retrouver face contre terre, puis avec le peux de force qu'il lui restait elle mit ses deux mains à plat au sol et poussa fortement sur ses mains ce qui fit redresser son haut du corps. Ses bras étaient tremblants mais sa force d'esprit était tellement forte qu'elle ne se laissa pas abattre et puisa sa force au plus profond d'elle même et réussit à se mettre sur les genoux. C'est action l'épuisa complètement et se vue être à bout de souffle alors qu'elle n'avait pas encore réussit à se mettre debout.

Difficilement elle passa sa jambe droite devant et avec l'aide du mur elle se hissa et finit par se mettre debout, encore une fois elle fut à bout de souffle, dès qu'elle eut récupéré le peux de souffle qu'elle put elle commença à marcher en direction de la ruelle qui se trouvait en face d'elle. À peine trois pas fait qu'elle s'effondra sur la sol sans espoir de se rattraper et le percuta violemment dans un gros cris de douleur. Pendant toute sa séance de torture aucun de ses cris ne put traverser les rue et atteindre les passants. Car les lieux étaient au centre de la rue principal et l'avenue de la plage, qui était couvert par les bruit des vacanciers magasins et véhicules. Elle laissa ses larmes couler de nouveau tellement la douleur était insupportable. Le faite d'avoir fait quelque pat elle c'était éloigner du mur et n'avait plus aucun endroit pour s'appuyer afin de se relever, du coup son ascension devint plus chaotique, mais elle réessaya de nouveau sans cacher une seule grimace de douleur, avec énormément de difficulté elle réussit une nouvelle fois à se mettre debout, ses jambes tremblèrent à cause des blessures, elle retenta une avancer peu confiante ses pat n'était pas assuré du tout et tout son corps chancelais, d'un coup ses jambes ne la soutenant plus elle tomba une nouvelle fois.

Mais bon sang c'est quoi cette ville où l'on vous fracasse la figure sans aucune raison. Dit elle en pleure la voix remplit de colère. Olivia. Appela t-elle sans aucun espoir d'être entendu. Mais le faite d'avoir prononcer le prénom de la grande femme, cela lui fit sortir une force qu'elle n'avait pas avant, en prenant tout son courage ainsi qu'en puisant dans l'amour qu'elle portait à Olivia elle réussit à se remettre debout, avec une attitude plus assuré, puis elle reprit sa marche en direction de la rue où elle c'était fait capturé, mais comme sa vision était brouiller elle se trompa de direction et prit la direction de la rue principale au lieux de l'avenue de la plage, elle mit un bon quart-d'heure pour atteindre sa destination, quand elle arriva sur la rue, elle fit les quelques pat qui la mit entièrement dessus et s'effondra à bout de force et fut rattraper avant que sa tête ne heurte le sol par des bras fort et sécurisant.

« Mademoiselle ! Ça vas ?! » Lui demanda une voix masculine.

C'était un homme d'un cinquantaine d'année les cheveux noir grisâtre, court avec des yeux bleu et un corps de corpulence bien costaud. Il attrapa la jeune femme au moment elle tomba en avant la tête la première, quand elle fut dans ses bras il l'a retourna et eut un haut le cœur en voyant le visage recouvert de blessure.

Par les saint, dit il horrifier. Il prit immédiatement son téléphone et appela les secours. La petite blonde attira malgré elle les petits curieux qui formait une grosse foule faisant un immense brouhaha, parlant tous de l'état de la jeune femme pratiquement inconsciente. Cette dernière essaya malgré la douleur d'ouvrir les yeux mais l'unique œil valide le fit et prononça quelque mot à l'homme qui la regardait avec peine. Ce dernier à cause de la voix basse et du bruit causer par les gens n'entendit pas se que la petite blonde disait. Il prit un excès de colère et hurla sur la foule.

« MAIS BON SANG VOUS N'AVEZ RIEN D'AUTRE A FOUTRE QUE DE REGARDER UNE JEUNE FILLE BLESSER COMME SI ELLE ETAIT UN ANIMAL EN CAGE ALLER VOUS EN DEGAGER ! ! ! »

Ses paroles eurent à peut prêt le résulta voulut la foules se dissipa mécontentement, seul quelque résistant restait mais c'était écarter laissant l'homme avec Julia seule.

« Qu'avez vous dit mademoiselle ? » Redemanda l'homme.

« O...Olivia. » Prononça la jeune femme dans une murmure rauque.

« Je ne connais pas d'Olivia. » Dit l'homme désemparé. « Ne parler plus les secoures vont bientôt arriver. »

Il eut raison les ambulances arrivèrent que dix minutes après, il se précipitèrent immédiatement sur la jeune femme et firent les premiers soin d'urgence. Son les yeux inquiet de l'homme.

La voiture de Christine arriva dans la rue principale, Olivia elle regardait par la fenêtre et remarqua une ambulance dans la rue.

« Regarde maman on dirait qu'il y as un accident. » Dit elle.

« Ah oui, j'espère que ce n'est pas très grave. » Répondit la femme en voyant ce que sa fille lui montrait.

Puis elle continuèrent leur route, Olivia ne quitta pas des yeux l'ambulance et quand la voiture passa au ralenti à coter, elle essaya de regarder si elle pouvait apercevoir quelque chose.

« MAMAN ARRETE TOI ! ! ! » Hurla t-elle d'un coup.

Christine sous le coup de la frayeur se mit à piler. « Mais tu es folle de crié comme ça ! » Gronda t-elle.

Olivia sorti immédiatement de la voiture sans prendre la peine d'écouter sa mère et se précipita vers l'ambulance, mais elle arriva quand les porte de celle ci se fut fermer par les secouristes. S'il vous plait pouvez vous me dire comment est la personne dans votre camion. Demanda t-elle paniquer à l'ambulancier.

« Désolé mademoiselle mais nous sommes presser alors dégager de la route ! » Répondit l'homme sèchement.

« Olivia ! » Cria sa mère en la rejoignant. « Olivia ! Mais tu es folle qu'es ce qu'il te prend. ! » S'écria t-elle vraiment furieusement.

« Désolé maman mais j'ai cru apercevoir... »

« Olivia ?! » La coupa une voix d'homme derrière elle.

Elle se retourna et tomba nez à nez avec un homme d'une cinquantaine d'année.

« Oui ? » Répondit elle méfiante. « Qui êtes vous ?! »

« Vous vous appelez Olivia ? » Redemanda l'homme voulant s'assurer.

« Oui elle s'appelle Olivia ! En quoi pouvons nous vous aidez monsieur. » Gronda Christine fâcher de s'être fait couper la conversation.

« La jeune fille que les ambulancier emmène à prononcer votre prénom. » Répondit calmement l'homme.

« Quoi ?! » Lui demanda Olivia sentant un grosse peur lui monter dans le ventre. « Pouvez vous me la décrire la jeune fille si vous l'avez vue. »

« Si je l'ai vue et comment c'est moi qui l'est récupéré et appeler les secours. »

« Comment sa ? » Demanda Christine.

« Cette jeune fille c'était effondrer ici même. » Expliqua l'homme en montrant du doigt l'endroit. « Et quand je l'ai attraper à temps, j'étais horrifier et encore maintenant j'ai l'estomac tout retourner, elle sais fait agresser et bien comme il faut. » Finit il tristement.

« QUOI ! ! ! » Hurla Olivia le corps tremblant. « Pou...pouvez vous me...me la d'écrire s'i...s'il vous plait. » Demanda t-elle pétrifier de peur.

« Et bien, elle était pas très grande à peut prêt dans les 1m60-65, elle avait de très beau cheveux blond et court, en ce qui concerne les yeux je ne peux pas vous dire car un seul pouvait s'ouvrir, mais pas entièrement, il me semble bien que la couleur que j'ai put entrevoir était vert pratiquement de la couleur de l'émeraude mais comme je vous l'ai dis je n'en suis pas sur. la seule chose qu'elle a dite c'est le prénom Olivia. »

Olivia c'est soudain senti parti et c'est sa mère et l'homme qui l'a rattrapa.

« Olivia ça va ? » Demanda sa mère apeuré. « Dans quel hôpital l'emmène t-il ? » Demanda Christine.

« À l'hôpital du centre, mais si vous partez maintenant vous pourrez arriver en même temps que l'ambulance. » Répondit l'homme.

Sans attendre plus longtemps Christine partie avec sa fille qui se remettait doucement de son choc dans la voiture et prirent la route de l'hôpital. Olivia senti une puissante haine se former en elle et tout son corps se mit en ébullition, et se promit de faire payer de retrouver les auteurs de l'agressions et de les faire payer en dix fois pire.

( à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Mar 2012 - 13:53

Coucou je vous envois deux chapitre pour cette fois ci bonne lecture à vous.


CHAPITRE 6.


Olivia et sa mère arrivèrent à l'hôpital et se dirigèrent immédiatement à l'accueil en demandant des nouvelles de Julia. Cette dernière arriva sur les lieux dix minutes avant elles et les infirmières ne pouvaient leurs donner des nouvelles pour le moment, elles les firent donc patienter dans la salle d'attente en leur disant qu'un médecin viendra les voir afin de leur donner des nouvelles. Sa faisait une demi heure qu'elles attendaient quand Olivia perdant patience ce mit debout à faire les cents pas. Sa mère voyant l'état de sa fille la prit par le bras et la traina dehors, ce fut une fois à l'extérieur que la grande femme explosa.

« Bon sang mais si j'attrape les personne qui lui on fait sa je te jure que... »

« Ne dit pas n'importe quoi Olivia, tu crois que c'est ce que Julia voudrait. » La coupa sévèrement sa mère.

« Je sais mais je... »

« Non Olivia ! » La coupa une deuxième fois la femme. « En ce moment ce qu'elle a besoin c'est de ton soutien et non que tu fasse justice en son nom. Il ne faut en aucun cas que tu craque ou que tu baisse les bras, cette petite n'a malheureusement pas de chance en plus de son passé que nous ne connaissons pas d'un pouce, il fallait qu'il lui arrive ceci. Elle à besoin de nous et de notre soutien. » Lui expliqua sa mère d'une voix tendre. « Mais ce qu'elle a le plus besoin pour l'instant c'est de toi et de ton amour, même si tu ne le lui dit pas ou ne le montre pas, rien que ta présence l'aidera beaucoup, car c'est TOI qu'elle à réclamer en premier et personne d'autre. » Dit elle en appuyant fortement sur le toi. « Tu compte beaucoup pour elle et plus que nous l'imaginons, tu es sa force, si tu lâche maintenant elle se laissera mourir. Je suis désolée de te dire cela ma fille mais elle à mit sa vie entre tes mains tout comme toi tu as mis la tienne entre les siennes. Vous êtes liés toutes les deux par une chose que personne ne peux décrire, la force qui vous unis est immense. » La coupa une deuxième fois sa mère.

« J'ai si peur de la perdre, je n'ai pas été la pour la sauver et je... » Olivia ne pouvait pas finir sa phrase tellement sa tristesse et sa peur était grande.

« Je le sais ma fille, je le sais que trop bien se que tu ressens, mais cela ne sert à rien de culpabilisé, tu ne pouvais pas prévoir cette agression ne remet pas une faute dont tu n'es en aucunement responsable. Si tu baisse les bras, là, tu la perdra, car tout ce à quoi elle se raccrochait partira en fumée. Tu te souviens de ce que cet inspecteur de police t'as dit, il avait dit qu'elle n'avait plus personne à part toi, ce qui veux dire qu'elle n'a plus de famille et que nous sommes les seules personnes sur qui elle peut compté. Nous ne pouvons pas la laisser comme cela, nous devons nous battre, toi et moi afin de donner à cet enfant ce qu'elle mérite. Je suis comme toi je me suis énormément attacher à cette petite, et j'ai aussi peur que toi de la perdre. Mais à nous deux nous pouvons donner ce qu'elle recherche et essayer de comprendre enfin qui elle est réellement et peux être qu'un jour nous serons en mesure de savoir ce qu'il c'est vraiment produit dans son passé, mais pour le moment nous devons être auprès d'elle et surtout toi. »

Olivia ne dit rien mais écouta attentivement sa mère qui réussit à lui touché son cœur.

« Aller viens, autant être à l'intérieur quand le médecin arrivera. » Dit sa mère en lui mettant une main dans son dos.

C'est ainsi qu'elles retournèrent à l'intérieur et effectivement le médecin arriva cinq minutes après.

« Bonjours vous devez être la famille Parker. » Dit l'homme en s'adressant à Olivia et sa mère.

« Oui c'est exacte. » Répondit Christine.

« Vous êtes de la famille de Julia Jonson ? » Demanda le médecin.

« Oui je suis sa mère, mais elle n'a pas le même père. » Mentit la femme sous les yeux étonné de sa fille.

« Ah d'accord, car l'infirmière m'avait annoncé votre arriver pour la jeune femme et n'était pas trop sûr et comme nous devons donner les information qu'à la famille alors elle hésitait. »

« Oui normal mais voilà une séparation et un autre mariage vous comprenez. » dit Christine faignant la tristesse.

« Oui une affaire de famille quoi, bon voilà Julia est toujours dans un sommeil profond et je suis venu vous avertir que l'opération c'était bien passé. »

« L'opération ?! » Demanda Olivia la peur au ventre.

« Oui, nous devions l'opérer d'urgence, elle avait une hémorragie interne au niveau des côtes, car l'une d'entre elles était casser et avait perforé le poumon droit, en plus de cela elle à le nez cassé, par chance il ne sait pas déplacer, elle a également de nombreuses contusions et d'hématomes plus ou moins important. Ses blessures ouverte ont toutes été recousu et elle ne gardera aucune marque. En ce qui concerne ses yeux ils n'ont pas été atteint, mais les coups étaient d'une telle violence qu'ils ont fait enfler les paupières.

Pendant tout l'énumération Olivia senti un gros vertige la prendre et du s'assoir pour évité de tomber. « Et es...es ce qu...qu'elle ? » Olivia n'osa finir sa phrase tellement elle avait peur de la réponse.

« Non pas du tout rassuré vous, elle n'a subit aucune sévisse sexuelle, elle c'est simplement fait agresser, mais les personnes ne sont vraiment pas aller de mains morte en tout cas. » Expliqua le médecin.

« Es ce que je peux aller la voir ? » Demanda Olivia.

« Normalement je refuse pour éviter les affluents, mais comme je vois que vous n'êtes que deux je vous l'accord, mais pas plus de dix minutes, car elle dors profondément et à vraiment besoin de repos, et pour ne rien vous caché je ne sais pas quand elle se réveillera, tout dépend d'elle maintenant. »

« Merci docteur, promis je ne reste pas. » Dit Olivia nerveuse.

« Je te donne mes dix minutes Olivia, profite en car je dois retourner au restaurant. » Dit sa mère en souriant.

« Oui ne t'inquiète pas je me débrouillerai pour rentrer. »

« D'accord à se soir ma grande, je viendrai voir Julia demain dans la journée. » Dit Christine avant de partir sans oublier de remercier le médecin.

Ce dernier conduisit la grande femme dans la chambre de la petite blonde et posa une main sur l'épaule d'Olivia au moment où cette dernière ouvrit la porte.

« Les visites se termine à 20h et il n'est que midi. » Dit il avec un léger sourire puis il parti sans rien dire à ses occupations. La brune resta bouche bée et le regarda partir même quand ce dernier avait tourner dans le couloir de gauche elle laissa son regard figé. Puis elle entra dans la chambre en refermant la porte derrière elle avec un léger sourire. La chambre était plonger dans le noir avec pour seul lumière les appareil de soins. Doucement elle s'approcha du lit où dormait la petite blonde, elle fit lentement le contour du lit et prit la chaise qui était poser à coter de la fenêtre, puis elle la plaça de façon à tourner le dos à la fenêtre en se mettant le plus prêt possible du visage de la jeune femme.

Olivia prit la mains gauche de cette dernière dans la sienne et posa ses yeux sur le doux visage défigurer. « Si tu pouvais te réveiller et me dire ce qu'il c'est passé. Sa fait deux fois que je te retrouve dans un état horrifiant, à avoir peur de ne plus revoir ses beau yeux. J'ai besoins de toi ne me laisse pas. » Dit elle dans un murmure. Doucement elle leva sa mains gauche et la posa sur le haut du front de l'endormit. Elle se mit à caresser le front avec son pouce laissant des larmes couler sur son visage. « Tu dis toujours que je suis forte et dure, mais sans toi je ne peux être comme cela, c'est toi qui me donne ma force, tu m'as promit de ne plus me laisser et de ne pas m'abandonner, c'est le moment de tenir tes promesses.' Elle la suppliait doucement les larmes coulant abondamment sur ses joues.

Pendant tout le reste de la journée elle resta au chevet de la petite blonde, exténuer elle s'endormit auprès de sa bien aimée, laissant sa tête se poser sur le bord du lit sans quitter la petite main qu'elle tenait très fermement dans la sienne avec les perle d'eau qui s'écoula d'elle même de ses yeux laissant des traces brillante sur les pommettes. L'infirmière arriva à vingt heures pour annoncé à Olivia que les visites étaient terminées, quand elle entra dans la chambre elle s'arrêta net devant la scène envoutante qu'elle trouva à son arriver. Elle retrouva la grande femme endormit la tête et le haut de son corps coucher sur le lit avec la mains de la patiente dans la sienne, ainsi que le bras droit de Julia poser sur le dos de la brune qu'elle avait déposer doucement pendant son sommeil. L'infirmière était vraiment toucher par le tableau et avait mal au cœur de devoir les séparés, elle ressortit de la chambre et alla voir le médecin pour lui demander une petite faveur à l'intention des deux filles. Ce dernier alla voir ce dont parlait la femme et quand lui aussi vit le cadre que représentait les filles ressentit la même chose que l'infirmière, alors pour la première fois de sa carrière il alla à contre sens des règles.

Il demanda à l'infirmière de ne surtout pas les déranger et de rapporter une couverture afin de recouvrir Olivia pour ne pas qu'elle attrape froid, ensuite il nota sur le cahier qui était à l'accueil à l'intention de l'équipe de nuit en leur précisant bien qu'il ne fallait en aucun cas déranger les personnes qui se trouvait dans la chambre numéro 123 sauf pour faire les soins. Il précisa également bien que la grande femme n'était pas dangereuse et qu'il n'y aura aucun problème sachant que depuis son arriver elle n'avait guère quitter cette chambre. Ensuite il donna ses instructions à l'infirmière et partit. Cette dernière arriva dans la chambre ou reposait les deux femmes et mit une couverture chaude sur le corps d'Olivia, ensuite elle regarda la patiente pour voir si tout se passait bien et quand elle vit que oui elle sortit de la chambre laissant la nuit recouvrit les deux amies pour une nuit douce et calme.

Julia se réveilla en pleine nuit, ses deux yeux grâce à un produit assez puissant avaient légèrement dégonflé, elle les ouvrit en papillonnant, puis fit le tour de la pièce avec afin de savoir où elle se trouvait, quand elle vit tout les instruments médicaux ainsi que deux perfusions, une qui lui permettait de continuer à se déshydraté et l'autre était composer d'un anti-douleurs, ensuite elle baissa son regard sur la grande femme endormi qui avait poser sa tête sur ses jambes, la petite blonde la regardait avec des yeux brillant comme le soleil et remplit d'amour. « Elle ne m'a pas abandonner, toujours là. » Se dit la petite blonde qui remarqua qu'elle même avait inconsciemment poser sa propre main sur le corps de son amie, son cœur accéléra mais ne la repoussa pas pour autant. Malgré ce qu'il lui était arriver, pour la première fois depuis des jours elle se sentait parfaitement bien et heureuse.

Doucement elle enleva sa main du dos d'Olivia et la posa au niveau de son visage, et dans un geste lents remplit de délicatesse, elle lui caressa la joue de bas en haut en allant sur les cheveux noir. La grande femme ne fit pas un geste, sa respiration régulière indiqua à la petite blonde que son amie dormait paisiblement, elle fit duré son geste pendant un long moment avant de se faire rappeler une nouvelle fois par Morphée. Elle essaya de lutter contre le sommeil mais cela ce fut inefficace et c'est en tombant petit à petit dans les bras de la nuit qu'elle prononça ses doux mots dans un léger murmure. « Je t'aime ». Avant de s'endormir pour de bon.

Olivia se réveilla plus où moins en sursaut sur les coups des dix heures du matin, malgré le rideau tiré le soleil laissa passer quelques rayons, elle avait une drôle de sensation, elle regarda tout autour d'elle et vit qu'elle était toujours dans la chambre d'hôpital, mais ce n'était pas cela qui la troublait mais autre chose. Elle avait comme une impression d'avoir entendu une voix mais sans qu'elle n'arrive à comprendre le moindre mot. N'arrivant pas à se souvenir de quoi que se soit elle finit par hausser les épaules et reporter son attention auprès de la petite blonde qui avait replacer sa mains contre elle même pendant la deuxième partie de son sommeil.

Le médecin arriva quelques minutes après dans la chambre en saluant poliment la grande femme, il lui tendit un sac à dos que sa mère avait déposé à l'accueil en lui proposant d'aller se rafraichir, chose qu'elle fait sans contesté. Quand ce fut fait et changer elle retourna auprès de sa petite blonde qui dormait toujours, le médecin sorti au moment où elle entrait et lui assura que tout allait bien et que Julia récupérait parfaitement bien. Soulagée d'entendre ceci, Olivia ne put empêcher un grand sourire se former sur les lèvres puis elle reparti s'assoir auprès de la petite blonde en prenant sa mains droite entre les siennes.

« Tu sais le médecin dit que tu t'en sort comme un chef, et franchement je suis rassuré d'entendre cela, mais pas surprise du tout, depuis que je te connais tu fais preuves d'énorme courage et de force. Je ne sais pas d'où te viens toute cette force mais j'aimerai tant revoir ses beaux yeux. » Elle laissa sa tête se poser contre les mains en fermant ses yeux. « Ne me laisse pas, reviens moi, j'ai tant besoin de toi. » Dit elle la gorge serré.

« Je...je ne te laisse pas. » Lui dit une petite voix rauque remplit de sommeil.

Olivia releva d'un coup sa tête pour apercevoir deux petit émeraude brillant la regardant avec douceur.

« Salut. » Dit la petite blonde la voix basse remplit et rauque de sommeil.

« Salut. » répondit Olivia la voix remplit de larmes de bonheur en laissant également les perle précieuse couler de ses yeux.

Julia leva une main lourde et du bout du doit attrapa une larme. « Tu pleure. » Lui dit t-elle le cœur serré la voix n'ayant pas changer d'un octave.

La grande femme secoua doucement la tête et redouble son sourire. « Ce n'est rien. » « je sais que ce n'est pas le moment, mais... » Elle hésita à lui posé la question.

« Il étaient deux. » Commença Julia devinant la question. « Et il me sont tombé dessus alors que je regardait les magasins. » finit elle, sans changer de voix

« Ils t'ont demandé quelque chose ? » Demanda Olivia voulant connaître le mobile des hommes.

« Non rien, ils m'ont attrapé et entrainé dans une petite ruelle sombre et mon tabassé sans aucune raison. » Expliqua la petite blonde sans hésité sa voix était toujours aussi basse et rauque.

Olivia sentait une rage monstre monté en elle, elle voulait se lever et partir à la recherche de ses personnes, mais se souvint de se que sa mère le lui avait la veille et se ravisa. « Je suis désolée de ne pas t'avoir secourut. » Se flagella t-elle

« dé...détrompe toi, c'est grâce à toi que j'ai pus me relever et marcher. » expliqua la jeune femme.

Olivia ne dit rien sourit simplement, puis quand elle revint à la réalité elle sursauta. « Bon sang, il faut appeler un médecin pour leur prévenir de ton réveil. » Dit la grande femme en se levant.

« Non. » Lui dit la jeune femme en lui attrapant sa mains.

« Mais il faut bien que... »

« non, Olivia je veux rester encore seule avec toi. » Lui dit Julia en la coupant la voix rauque et basse avec les yeux sérieux, brillant de sentiments que la grande femme ne sut déchiffré.

La Olivia voulait elle aussi reste seule avec son amie mais savait que ce n'était pas raisonnable, alors, elle resta debout et indécise.

« S'il te plait, Olivia reste avec moi encore un moment, je veux profiter de toi. »

Olivia devait choisir entre la raison et son cœur, mais les yeux de supplice que lui faisait Julia terrassa complètement la raison et elle se rassit le cœur battant sur son siège.

« J'ai eu si peur. » Dit de nouveau Olivia ne réussissant pas à te calmer.

« Je suis désolée. » Dit tristement la jeune femme.

Olivia allait dire quelque chose quand elle senti son t-shirt se faire attraper, elle baissa les yeux et vit une petite main le tenir, elle leva les yeux vers ceux de la petite blonde et le regard que cette dernière lui lança fit manquer un battement de cœur, les yeux étaient remplit d'une extrême douceur, puis doucement elle se sentit tiré vers l'avant, ne voulant pas résister et ne sachant pas ce que la petite blonde voulait faire, elle se laissa guidé. Julia tira toujours sur l'habille ce qui força la grande femme à se lever.

« Julia. » Dit cette dernière en se voyant se faire rapprocher de plus en plus.

Cette dernière ne répondit pas et tira encore, Olivia afin de ne pas tomber sur son amie, posa ses deux mains de chaque coter de sa tête. Cette dernière arrêta son geste et les deux filles se regardèrent profondément. Leurs cœurs se mirent à battre la chamade. La plus jeune relâcha sa prise et la reprit au niveau du cou et reprit son tirage de maillot.

« Ce ne serai pas raisonnable. » Dit Olivia dans un souffle par rapport aux blessures.

« Je n'ai pas envie d'être raisonnable. » Répondit Julia dans un murmure alors que ses lèvres effleuraient celle de la grande femme.

D'un coup le médecin arriva dans la chambre pour sa visite quotidienne, immédiatement les deux filles se séparèrent, l'homme qui avait le dos tourné pour refermer la porte, n'avait rien vu de ce qu'il c'était passé et quand il se retourna, il vit la grande femme assise dans sa chaise la tête tourner vers le mur de droite avec la petite blonde réveillé qui regardait au plafond. Il resta un moment à regarder les deux filles tour à tour, il les trouvaient très étrange, quand Olivia se leva vivement.

« Bon et bien je...je vais vous laisser, j...je reviendrais plus tard. » Dit elle en sortant rapidement de la chambre rouge comme une tomate.

Julia était aussi rouge qu'elle mais elle fut heureuse que ses blessures la lui couvres.

La grande femme ferma la porte et s'adossa à elle en lâchant un gros soupir, mais sa mère arriva à se moment la avec un regard inquiet.

« Olivia, tu vas bien ? » Lui demanda-t-elle soucieuse. « Tu es toute rouge. »

« Il...il fait chaud dans ses hôpitaux c'est affolant. » Répondit la grande femme nerveusement en battant sa main droite devant elle en se faisant de l'air . « Je...je vais aller prendre l'air cela me fera du bien. »

« Oui je te l'accorde. » Répondit sa mère. « Mais tu es sur que tu vas bien sinon j'appelle un médecin. »

« Oui, oui je vais bien ne t'inquiète pas. » Répondit elle rapidement. « Tu sais comment je suis avec les hostos et comment c'est à l'intérieur, il fait toujours très chaud, en plus des odeurs enfin bref je...je reviens. » Dit elle en s'éclipsant rapidement sous le regard d'incompréhension de sa mère.

Christine regarda incrédule sa fille partir, quand le médecin sorti de la chambre de Julia ce qui attira son attention. Ce dernier expliqua que tout était bon et que dans deux trois jours sa patiente pourra sortir. Soulager la femme entra à son tour dans la chambre qui fut enfin éclairé pour la première fois avec les rideaux que l'homme avait ouvert. Elle fut accueillit par un grand sourire et les deux femmes se mirent à parler. Olivia de son coté c'était poser à l'entrée et calmait son rythme cardiaque. « Bon sang mais qu'es ce qu'il me prend, on dirait une ados à la découverte de l'amour c'est fou sa. » elle se sourit à elle même en repensant à ce qu'il allait se passer une nouvelle fois. « Peut être qu'un jour. » Se dit elle sans avoir trop d'espoir.

Julia sorti de l'hôpital trois jour après, Christine et sa fille l'avait attendu et raccompagner cher elle en restant ensemble la journée, puis du jour au lendemain, la petite blonde ne donna plus aucun signe de vie. Elle ne répondit plus ni au appel, ni au message et ne sortait plus du tout de chez elle. Olivia ce matin là se réveilla très fatiguer, sa faisait plus d'une semaine qu'elle n'avait pas eu de nouvelle de la part de Julia et cela la peinait complètement pendant toute les journées et nuits elle pensa à la jeune femme en se demandant ce qu'elle avait bien put faire pour ce faire ignoré de la sorte. Une fois son petit déjeuner et sa douche prise elle prit son portable et composa le numéro de la petite blonde et appela.

Julia se leva comme tout les matins en sueur à cause de ses cauchemar qui étaient revenue. Elle prit un petit déjeuner léger et s'habilla en débardeur et jupe et se posa sur son balcon afin de lire un roman. Elle sirotait son café habituelle quand elle entendit son téléphone sonner, elle le prit et y lut Olivia, elle le reposa et le laissa sonner sans prendre la peine de répondre et retourna à sa lecture.

Olivia énerver balança son téléphone dans le canapé avec rage.

« Hé, calme toi ! » Lui dit sa mère en arrivant.

« Désolée, mais là je suis a bout de nerf elle ne répond ni à mes appels ni à mes messages, et encore moins à mes lettres je ne sais plus quoi faire. » Répondit Olivia avec frustration.

« Je sais ce que tu ressens, mais pourquoi tu ne vas pas chez elle directement. »

J'ai déjà essayé, une fois par jour j'y vais et rien, elle daigne me répondre alors que je sais qu'elle est chez elle. »

Sa mère ne savait pas quoi dire et ne comprenait pas non plus la réaction de la jeune femme. Trop tendu Olivia attrapa les clés de sa moto ainsi que son casque et avant que sa mère ne put l'en empêcher elle l'enfourcha et parti en trombe en direction des cotes afin d'essayer de se calmer. Elle arriva en haut de la colline qui surplombait Los Angeles et se gara sur le coté dans l'herbe, où elle pouvait apercevoir l'océan pacifique à perte de vue, puis elle libéra sa colère au ciel dans un hurlement de rage en laissant ses larmes couler sur le visage, puis à bout de force elle s'adossa à sa moto en posant sa tête contre la carrosserie.

Elle repensa à la jeune femme et se repassa en tête tout ce qu'il c'était passer afin de comprendre ce qu'elle avait bien put faire, mais elle ne voyait rien qui lui indiquai une maladresse un truc du genre. Un vent faible se leva et vint lui caresser le visage, elle ferma les yeux afin de laisser ce dernier laver toute la tension qu'elle disposait. C'est un bruit de moteur qui la sorti de sa solitude. Elle leva les yeux et vit une voiture s'arrêter au bord de la route à l'endroit exact d'où elle se trouvait, intriguer elle regarda dans la direction et vit une vitre se baisser.

« Et bien alors ma grande qu'es ce que tu fais ici ? » Lui demanda une voix qu'elle reconnaissait.

« Sarah ! » Dit Olivia surprise de voir la jeune femme dans le coin. « Et toi, que fais tu ici ? » Demanda-t-elle à son tour.

« Je reviens d'un repas de famille, tu sais mes cousins du coté de mon père, et je me suis échapper trop lourd. » répondit Sarah honnêtement.

Olivia comprenait de quoi parlait son amie car elle avait déjà assisté à un de ses repas et elle même crut de tirer les cheveux.

« Ça n'a pas l'air d'aller. » Dit Sarah sérieusement inquiète en voyant son ami abattu.

« Je... » Olivia ne savait pas quoi faire elle voulait lui en parler mais elle avait peur que cette dernière face quelque chose de stupide. Elle fut surprise de la voir descendre de sa voiture et venir se posé à coté d'elle.

« Aller, tu sais que tu peux tout me dire, raconte moi, je vois que sa te fais beaucoup de mal. » La supplia doucement la jeune femme.

C'est alors qu'Olivia prend la décision de tout lui raconter dans le moindre détail en commençant par l'agression de Julia jusqu'à l'ignorance de cette dernière. « Je ne sais plus quoi faire, j'ai tout essayé. J'aimerai comprendre ce que j'ai put faire. » Expliqua t-elle tristement.

Sarah était en fête intérieurement, la petite blonde ne voulait plus adresser la parole à la grande femme, elle savait que petit à petit que son amie allait revenir auprès d'elle.

« Je ne crois pas que tu es fais quelque chose de mal. » Dit la jeune femme en voulant attiré les bonne faveur de la grande femme donc elle décida d'opter l'attitude de la compréhension et de la psychologique en faveur de Julia en voulant lui donner de faut espoir. « Tu sais, elle vient de se faire agresser donc normal qu'elle réagisse de cette façon. »

« Qu'elle coupe les ponts sans raison tu trouve sa normal toi ? » S'emporta la grande femme sous le grand bonheur silencieux de Sarah.

« Non, c'est pas ce que je veux dire, ce qu'il y a, c'est que le faite qu'elle se soit fait taper dessus, vraiment très brutalement, c'est que automatiquement la première chose que tu veux faire, c'est de te cacher au yeux du monde et encore plus aux yeux de la personne qui compte le plus pour toi, parce que les blessures et les bleues qui te défigure tu trouve cela atroce. Je sais que si un jour je subit la même chose qu'elle, je ferai tout se qu'il faut pour éloigner la personne que j'ai dans le cœur afin qu'elle ne me voit pas dans l'état dans lequel je me trouverai, car je me sentirait monstrueuse, tout simplement. » Expliqua Sarah voyant que cela marchait, en mettant la petite blonde en avant permit d'avoir toute l'attention de la grande femme. « Que je suis forte. » Se dit elle intérieurement.

« Tu crois ? » Demanda Olivia plus calmement.

« Bien sur, tu veux toujours être belle et présentable pour l'homme où la femme qui fait battre ton cœur, et un moindre petit détaille qui ternit l'image, c'est un gros problème, alors imagine que tu sois défiguré et que tu dois endurer cela des jours. Je te le dis, je ferais la même chose qu'elle et franchement je la comprend parfaitement. Car si ce que tu me dis c'est vrai tu compte énormément à ses yeux, cela veux dire que se montrer à toi avec une tête pareil c'est une vrai torture pour elle. » Dit elle calmement. « Tu n'as rien fais, c'est simplement ce problème là qui se met entre vous quand il se sera évaporé tu verra elle reviendra vers toi en s'excusant et en t'expliquant le pourquoi du comment. » Expliqua Sarah fière d'elle.

Olivia allait dire quelque chose quand son portable sonna en lui annonçant l'arriver d'un message écrit, elle prit son portable et lut le message.

« Tu es génial, Sarah ! » Cria Olivia le cœur remplit de joie.

« Hein de quoi ? » Demanda cette dernière sans comprendre.

« Tu avais raison elle vient de m'envoyer un message attend je te le lis. » S'exclama joyeusement Olivia.

Bonjour Olivia, je suis vraiment désolée de ne pas avoir donner signe de vie pendant toute cette semaine et de n'avoir répondu ni à tes messages, ni appels, mais mon visage était tellement défiguré que je ne pouvait pas me montrer à toi comme cela, déjà moi j'ai eu beaucoup de mal à me regarder dans la glace. Enfin bref si tu veux toujours me voir sache que je t'attend. J'espère que tu viendra sinon tant pis pour moi, je t'embrasse en attendant ta venu sinon bonne continuation à toi.


« Et bien tu vois, il ne fallait pas s'inquiéter. » Dit Sarah dépité en se forçant de ne pas le montrer.

« Oui, j'ai vraiment été stupide de me faire des films. » Se flagella Olivia.

« Non, c'est normal. » Répondit la jeune femme bouillant en elle.

« Je te prit de m'excuser mais il faut que j'aille la voir. »

« Non ne t'excuse pas je comprend. » Répondit Sarah en gardant le plus possible son calme.

« Je te remercie énormément, tu as vraiment de bonne paroles et tu es vraiment de bon conseils. » S'exclama enjouer Olivia en se mettant debout.

« Oui j'adore dire des bonne choses. » Dit elle en affichant un sourire jaune.

« Aller à plus. » Dit la grande femme en démarrant en trombe.

« Oui a plus. » finit Sarah en affichant un sourire amer.

Une fois seule elle explosa. « Mais bordel qu'es ce qu'il m'a prit de dire cela, je ne pouvait pas me taire et la laisser croire que cette satané blonde avait couper les pont. Et non il as fallut que j'ouvre ma grande bouche et voilà que maintenant il va falloir que je recommence tout. » Elle était folle de rage. « Non, c'est ses abrutis qui n'ont pas fait le boulot correctement. » Elle attrapa son téléphone et composa un numéro.

« Salut Sarah comment va ? » Dit son correspondant tranquillement.

« Abruti vous ne pouviez pas vous débarrasser d'elle, il faut tout que je recommence maintenant. » Lâcha t-elle avec rancœur.

« Hé dit donc la fillette là on se calme, il me semble que tu es plutôt tranquille. »

La ferme, je vous ai payer pour cela il me semble.

« Minute, il me semble que tu me devait déjà du fric, et moi une faveur donc nous sommes quitte et tu as de la chance que nous sommes pas aller plus loin. »

« Vous auriez du faire votre boulot mieux que cela, et faire en sorte qu'elle ne nous dérange, plus tu vois ce que je veux dire. »

« Je te conseille de te calmer car si tu continue c'est toi que nous mettons dans cette état, nous n'avons rien contre cette jeune femme nous t'avons simplement rendu service et parce que nous avions besoin de fric, alors si tu veux faire ce que tu pense, tu n'as qu'à le faire toi même et un conseil ne viens plus nous demander quoi que se sois sinon c'est toi que l'on bousille comprit. » Puis la conversation fut interrompu.

« Crétin il m'a raccroché au nez, mon père à raison nous sommes mieux servit que par nous même. » Dit elle en se dirigeant vers sa voiture. « Pfff faut tout faire sois même. » Puis elle lança sa voiture en direction de chez elle.

Olivia roula plus vite que d'habitude, elle sortir son portable de sa poche et relis le message, car elle n'avait pas tout lut à Sarah simplement le début et la fin en changeant quelque partie.

Bonjour Olivia, je suis vraiment désolée de ne pas avoir donner signe de vie pendant toute cette semaine et de ne pas avoir répondu ni à tes messages ni appels, mais mon visage était tellement défiguré que je ne pouvait pas me montrer à toi comme cela, déjà moi j'ai eu beaucoup de mal à me regarder dans la glace. Je m'excuse de te faire subir une telle torture, à vrai dire c'est la même chose pour moi. Je deviens folle toute seule dans mon appartement, je n'arrête pas de tourner en rond à pensé sans cesse à toi, tu m'a complètement envouté et j'ai terriblement besoin de te voir, une semaine c'est trop je suis en train de me torturer également à m'empêcher de te voir, viens me rejoindre sans sa je ne pourrais pas tenir, j'ai vraiment hâte de t'avoir prêt de moi, si tu es toujours d'accord pour me voir je t'attend avec impatience dans l'espoir que la réponse sois favorable, ne répond pas à mon message car si cela est un refus le faite de ne pas te voir me sera plus facilement supportable. Je t'embrasse Julia.

Le cœur de la grande femme martelait comme un fou dans sa poitrine, elle arriva devant l'immeuble une demi-heure après et c'est en montant les escaliers en courant qu'elle atteignit le dernier étage elle n'eut pas le temps de sonner à la porte que Julia se jeta dans ses bras en l'embarquant avec elle sur le sol. Olivia n'eut pas le temps de reprendre son souffle où même de prendre appuie sur ses jambes qu'elle se senti tomber à la renverse sans espoir de se retenir elle fut heureuse que le mut du couloir sois proche d'elle ce qui amorti leur chute.

La petite blonde tellement heureuse se blotti de toute ses forces dans les bras de la grande femme qui resserra profondément son étreinte.

« Je voudrais rester tout le temps comme cela. » À ses mot Julia se raidit car il était sorti plus vite qu'elle ne le pensait, mais se ravisa. « Je me sens si bien avec toi. » Dit elle chaleureusement.

« Moi aussi ma belle je me sens bien avec toi et je voudrais rester ainsi toute ma vie sans jamais te lâcher. »

« Je suis vraiment désolée. » Dit la jeune femme la voix tremblante.

« Non ne t'excuse pas, je comprend. » Répondit Olivia la voix remplit de douceur. « Restons ensemble. »

« Oui ensemble pour toujours. » Répondit Julia.

Aucune des deux filles ne voulait bouger tellement elles étaient bien, leur étreinte étaient remplit d'émotion que cela leur suffisait.

« Nous devrions peut être rentrer tu en pense quoi ? » Demanda Olivia dans un chuchotement.

« J'ai pas envie de bouger. » Répondit simplement Julia.

« Alors ne bouge pas. » Dit Olivia en resserrant solidement ses bras autour du petit corps, puis avec douceur elle se leva en embarquant la petite blonde avec elle qui ne quitta pas ses bras, et qui passa ses jambes autour du grand corps et c'est ainsi qu'Olivia entra dans l'appartement avec la jeune femme dans ses bras.

Elle restèrent un long moment comme cela quand lentement Julia s'écarta légèrement et regarda intensément la grande femme avec des yeux remplit de douceur brillant comme jamais, cette dernière en faisait tout autant, l'atmosphère mélanger aux émotions rendait ce moment intense, laissant aller leur cœur, les deux femmes dans un belle ensemble rapprochèrent doucement leur visage l'un de l'autre, leur nez se frôlèrent et c'est dans un danse délicate qu'elles se caressèrent avec le bout du nez tout en laissant leur front se toucher, elle allait combler le vide qui les séparèrent quand le téléphone d'Olivia sonnèrent ce qui les sortir de leur transe c'est en rougissant violemment qu'elles s'éloignèrent l'une de l'autre et que la grande femme répondirent.

« Oui. »

« Salut c'est ta mère. »

« Tu tombe toujours au bon moment toi ». Dit Olivia en râlent.

« De quoi tu parle ? » Demanda Christine sans comprendre.

« Non laisse tomber oubli. Il n'est pas encore l'heure là, je ne suis pas en retard. » Dit la grande femme en regardant sa montre.

« Je sais t'inquiète pas je voulais juste savoir si tu avais des nouvelles de Julia. »

« Oui je suis avec elle en se moment. » Répondit Olivia.

« Ah super alors, sa ne te dérangera donc pas si je l'invite à diner j'aimerai la voir également afin de m'assurer de son état. »

« Ah non, sa ne me dérange pas t'inquiète pas. »

« Bien, je te laisse alors le plaisir de te charger de cette petite corvée, donc je vous attend pour le diner à tout à l'heure et pas de bêtises hein ? » Dit sa mère avant de lui raccrocher au nez pour ne pas lui laisser le temps de parler.

La dernière phrase de Christine fit rougir encore plus violemment sa fille, « mais bon sang. » Elle regarda Julia qui la dévisagea d'un air interrogateur.

« C'est...c'est ma mère elle t'in...t'invite pour diner. » Expliqua difficilement la grande femme.

« Hoo et sais avec plaisir que j'accepte son invitation. » Répondit Julia croyant que le coté nerveux de son ami venait de la demande.

« Bien, dans ce cas allons la voir maintenant, car le temps qu'elle te parle sa nous emmènera à l'heure du diner. » Proposa Olivia nerveusement.

« D'accord. » Répondit la jeune femme. « Tu es sur que tu vas bien ? » Demanda t-elle en voyant Olivia rester rouge.

« Heu oui, oui, tout va bien aller tu viens. » Dit elle en passant la première voulant à tout pris éviter le regard de son amie.

Et c'est sous les fou rires de sa mère que les deux jeunes femme arrivèrent dans l'habitat. avec le rouge d'Olivia grandissant et l'incompréhension de Julia.


Dernière édition par gaby la barde le Dim 18 Mar 2012 - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Mar 2012 - 13:55


CHAPITRE 7

Quelque jours plus tard Julia se réveilla de bonne humeur, ses blessures avait totalement disparut seul quelques bleues restaient mais ne se virent pratiquement plus, elle se leva sur les coups des neuf heures et sans avoir fait un seul cauchemars. Elle fila sous la douche et s'habilla d'un pant-à-court de couleur noir, accompagner d'un débardeur blanc avec une chemise à carreaux, ensuite elle prit un petit déjeuné copieux, puis elle sorti de son appartement à dix heures et demi quand elle vit le super beau temps qu'il faisait, elle alla se promener sur le remblai afin de profiter de la douceur du la fin de matinée.

Pour changer de son habitude elle alla en direction de l'école de voile, afin de se renseigner des prix en ce qui concernait les cours de planche à voile, quand elle arriva sur les lieux elle alla directement à la réception, où un jeune homme d'une vingtaine d'année l'accueillit. Il lui donna un prospectus où tout les prix ainsi que les horaires étaient écrit en plus d'expliquer en quoi consistait les cours. Elle remarqua que plusieurs cour de voile de plusieurs bateaux différent étaient donné, elle alla dans le café qui se situai juste à coté, et feuilleta le dépliant après avoir commander un café qu'un serveur lui ramena quelques seconde plus tard.

Elle y découvrit que pour une semaine d'apprentissage de planche à voile cela lui reviendrai à 60 Dollars et pouvait aussi elle avoir un forfait de deux semaines pour 100 dollars, où 200 pour un mois. Cela l'intéressait beaucoup et remarqua que le prix était assez convenable pour ce qu'il apprenait. Alors tout en buvant son café elle se mit à réfléchir, cela la tentai particulièrement et le faite de faire un activité sportive comme elle le faisait dans son ancienne ville, lui permettrai peut être de se détendre un peu. Elle finit son café et paya le serveur puis assez tenter, elle retourna vers le jeune homme afin de récupéré les formulaires d'inscription. Ayant du monde avant, elle dut attendre, afin de ne pas rester sur place à rien faire elle se mit à regarder les affiche qu'il y avait sur le tableau poser contre le mur d'à coté du bureau et la un écriteau attira plus particulièrement son attention.

Plonger sous-marine en pleine mer, avec une équipe de professionnel pour visiter une épave de bateau, les inscriptions se font à l'école de voile. 30 dollars la journée, équipement fournit. Le lieux de rendez-vous se situe au ports de plaisance de la ville et l'embarquement se fait à 13h pile. Pour plus de sécurité venez 15 minutes avant le départ en mer afin d'avoir le temps pour vous changer.

Olivia sorti de sa douche habiller en tenue de sport afin d'aller courir, elle descendit rejoindre sa mère comme à son habitude et prit son café, quand ce fut fait elle prit son mp3 le brancha et mit les oreillette autour de son cou afin de saluer sa mère avant de partir, elle allait se diriger vers la porte quand son téléphone se mit à sonner. Elle afficha le plus grand des sourires quand elle vit que c'était sa petite blonde qui l'appelait.

« Coucou toi. » Dit elle joyeusement.

« Coucou tu vas bien ? » Demanda Julia contente.

« Très bien et toi ? » Retourna la question la grande femme.

« Pas trop mal. » Répondit Julia comme à son habitude.

« Que me vaut cet appel ? » Demanda Olivia en ayant espéré avoir un très bien pour une fois.

« Et bien voilà, il y a une sortie en mer pour faire de la plonger sous-marine, j'aimerai beaucoup y aller, alors j'aimerai savoir si tu serai d'accord de passer la journée avec moi sous l'eau à nager avec les poissons ? »

Olivia resta bouche bée de la proposition de la jeune femme elle qui habituellement ne voulait pas sortir et encore moins organiser des sortie.

« Olivia tu es là ? » Demanda Julia ne recevant aucune réponse. « Si tu as des choses de prévus cela ne m'embête pas d'y aller seule. » Dit elle en interprétant mal le silence.

« Hein non non, j'ai rien à faire. » Dit Olivia en rattrapant le coup. « Et je serais vraiment heureuse de passer ma journée avec toi. »

« Super ! Je suis vraiment heureuse que tu puisse venir, car sans toi se ne sera pas pareil. »

Olivia ne dit rien et fut toucher par les propose de la petite blonde.

« Et je voulais aussi savoir, es ce que sa te dis de déjeuner avec moi, comme cela nous pourrions vraiment passer la journée ensemble sans avoir personne pour nous déranger, enfin si tu veux bien et si cela ne dérange pas ta mère non plus. » Demanda Julia voulant vraiment être avec son amie.

« Non, non, il n'y a aucun problème, je serais là pour déjeuner avec toi. » Répondit Olivia.

« Tu es superbe, on se donne rendez vous à onze heure devant l'école de voile alors ? »

« Ok sa marche, j'y serai à onze moins dix alors. »

« Je t'attend avec impatience, bisous. » Dit Julia avant de raccrocher.

Olivia garda le portable dans sa mains et le regarda comme ci il était un objet précieux. « Maman je ne déjeune pas avec toi. » Dit elle sans quitter l'appareil.

« Ok, tu dira bonjour à Julia pour moi. » Dit Christine en devinant.

Olivia regarda sa mère et hocha la tête avec un léger sourire. Bon je vais aller me changer du cou. Dit elle avant de partir dans sa chambre laissant sa mère avec un phrase en suspend.

La grande femme arriva à onze heure moins dix pile, elle se fut rejoins par la petite blonde qui l'attendait au café d'à coter.

« Tu es déjà là ? » S'étonna Olivia.

« Je dirais plus que je n'ai pas bouger. » Répondit Julia fièrement.

« Petite maligne, comme ça tu étais sur d'arriver avant moi. » Dit Olivia un sourcil relever et le sourire en coin.

« Ah ben hein, qu'es ce que tu crois. » La taquina Julia.

Julia emmena la grande femme sur le remblai, cette dernière s'étonna de ne pas aller s'inscrire pour la journée, mais elle comprit qu'elle c'était fait avoir par la petite blonde qui l'avait fait pour elle ainsi que payer sa place. Pendant tout le trajet qui les emmena là où Julia avait réserver une table pour deux, Olivia protestait l'action de son amie mais elle se tût d'un coup quand elle remarqua que la plongée n'était pas la seul surprise que la jeune lui avait réserver.

« Tu ne peux plus reculer tout est réserver. » Dit Julia fièrement.

« Toi, tu vas me la payer un jour. » Menaça gentiment Olivia, agacé de s'être fait avoir.

« Si tu veux la prochaine fois ce sera ton tour. » Dit la petite blonde en la taquinant.

Puis elle entra dans le restaurant en forçant la grande femme en la tirant par le bras.

« Allez entre au lieu de ronchonné. » Dit la jeune femme d'une voix amusé. Elle dut se retenir de ne pas éclaté de rire devant la tête d'ahurie que faisait Olivia.

« Je ne ronchonne pas, déjà et je t'interdit de te moquer de moi. » Dit la grande femme en retenant un sourire.

« Ok, ok, madame, promit je ne me moque pas et tu ne ronchonne pas. » Continua la petite blonde en se moquant.

Olivia était stupéfaite de voir comment la jeune femme était devenu à l'aise en sa compagnie, même Sarah ne lui parlait pas comme elle le faisait, elle devait se l'admettre que elle même en faisant tout autant et était aussi à l'aise que son amie. Les deux femmes avaient construit une puissante amitié.

Pendant tout le déjeuner, les taquineries et les blagues voguait bon train. Leur bonne humeur était devenu communicatif et tout le restaurant c'était mit au rythme des jeunes filles. Une fois le déjeuner terminer, elle regardèrent leur montres et virent qu'il leur restait une bonne heure avant les quinze minutes d'avance. Alors elles décidèrent d'aller au port de plaisance afin de profiter pour regarder les bateaux amarré.

Elle montèrent sur le ponton d'accostage où elles repérèrent facilement le bateau pour la plongée, Olivia regarda tour à tour les bateaux qui étaient attaché à l'embarcadère. Elle était fasciné par la beauté des engins. Tellement prise dans sa contemplation qu'elle ne remarqua pas que Julia avait continuer d'avancer, c'est quand elle ne senti plus du tout la présence de la jeune femme qu'elle s'en rendit compte. Elle la chercha de partout et la retrouva à la fin du ponton qui faisait face à l'entrée du port de plaisance, elle la rejoignit immédiatement, arrivé près de son amie, elle vit cette dernière les yeux dans le vague regardant l'horizon visage triste. Elle allait dire quelque chose mais s'arrêta quand elle vit un frisson parcourir le corps de la petite blonde.

« Un jour, mon père, ma mère, ma sœur et moi nous étions partis faire du bateau en pleine mer, j'avais dix ans et ma sœur huit. Mon père était un fondu de tout ce qui était engin aquatique, et il avait acheté un petit hors-bord de cinq mètre de long avec un moteur de cinquante chevaux. » Commença la petite blonde sans quitter ses yeux du larges. « Nous étions partis en mer histoire d'y passer la journée, l'eau était aussi plat qu'un lac et il faisait un temps merveilleux où le vent n'existait pas.

Elle s'arrêta afin de laisser son souvenir remonter à la surface. Olivia écouta avec intérêt l'histoire de son amie dans le plus grand silence en s'imprégnant de chaque phrase.

« Ma mère avait emmener le pique-nique afin de profiter pleinement de cette journée en famille, pendant toute la navigation ma petite sœur et moi aimions beaucoup se mettre sur le devant du bateau afin de ressentir la sensation contrairement à ma mère qui elle n'aimait pas beaucoup le bateau et refusait à chaque sorti de venir, mais nous avions tellement insister les uns comme les autres qu'elle à finit par céder de nous accompagner. »

Elle s'arrêta quand elle sentit un autre frisson parcourir son corps.

Il était à peut prêt midi quand elle avait finit de sortir le déjeuner, alors ma sœur et moi étions sortit de notre avant et avions regagné l'arrière en passant par les cotés. J'ai fais passer ma sœur en première qui fut récupéré immédiatement par mon père, puis se fut mon tour. Mais là sans que l'on sache comment cela c'est passé je suis tomber à l'eau, ni mon père ni ma mère où bien moi n'avait paniquer, car nous savions tout les trois que je savais très bien nager et en plus j'étais à coté, mais ce qu'il c'est passer ensuite jamais nous n'avons su ce qu'il c'était passer.

Olivia remarqua que le jeune femme revivait ce qu'elle avait vécu quand elle vit de fine larmes sortir des yeux vert. Julia laissa couler l'eau de ses émeraudes tellement le souvenir était puissant.

« J'ai sentis mon pied se faire attraper et en un rien de temps, je me suis vue attiré au fond de l'eau, je me débattait autant que je le pouvais, mais rien à faire, la chose qui avait agrippé mon pied ne voulait pas me lâcher, à plusieurs reprise je réussissais à remonter à la surface pour me faire remporter de nouveau.

Son récit devenait de plus en plus dure à raconter et sa voix se mit à trembler.

« Mon père à immédiatement plongé dans l'eau avec un couteau, et est venu me libérer. Jamais nous avons sut ce qu'il m'avait attrapé ce jour là, mon père m'avait lui même ramener sur le bateau où les deux bras de ma mère m'avait entouré dans une étreinte remplit d'amour, quelque minutes après sans que je ne sache ce qu'il m'arrivait je me suis senti plaquer contre le corps puissant de mon père qui me serra encore plus fortement que ma mère. Pour la première fois de ma vie j'ai vue mon père pleurer, il m'étreignait si fort que j'ai cru qu'il allait me briser en deux, mon père et ma mère étaient tous les deux en pleures en me serrant tour à tour dans leur bras. C'est ce jour là que j'ai vu que mes parents m'aimaient de tout le cœur et qu'ils feraient n'importe quoi pour moi. » Finit elle en tourna pour la première fois depuis le début de son histoire les yeux vers Olivia.

« Jamais je n'oublierai ce jour là, il restera à jamais dans ma mémoire. » Finit elle les larmes coulant sur ses joues avec un sourire vraiment triste.

« Que son t-il devenu tes parents et ta sœur, jamais tu ne m'as parler d'eux avant ce jour ci. » Osa demander pour la première fois Olivia.

Julia retourna son regard en direction de l'eau. « Un jour je te raconterai tout, mais pas pour le moment, ce n'est pas que je ne le veux pas, c'est que j'en suis incapable. J'aimerai pouvoir te dire ce que j'ai en moi, ce que je ressens et ce qu'il c'est passé, mais je n'y arrive pas et même à moi même je n'arrive pas à me le dire. Je sais que tu veux m'aider et que je t'en empêche en me taisant, mais je suis désolée je n'y arrive pas. »

« Je ne te force pas la mains Julia, je te demandait tout simplement, ça doit être vraiment très douloureux et dure à porter pour que tu n'arrive pas à en parler. »

« Je te l'accord, c'est comme ci que cette histoire était sellé en moi sans que personne ne puisse le libéré, tu vois au tout départ quand nous nous sommes rencontrée, le faite de dire uniquement ce que je suis en train de te dire en ce moment, j'en aurai été incapable, alors qu'aujourd'hui j'ai put le faire, pourquoi j'en sais rien, est ce à cause de l'ambiance, l'atmosphère où bien est ce à cause de toi où de moi et de ce qu'il y a entre nous, je n'en sais rien, mais tout ce que je sais c'est que plus je passe du temps avec toi et plus je me sens en sécurité et en confiance, du coup cela permet de libérer petit à petit les chaînes qui garde cette chose tapis au fond de moi. » Expliqua calment Julia

« Prend le temps que tu veux, je ne suis pas pressé, mais comme tu le sais si tu as besoin, tu sais où me trouver. » Dit Olivia le sourire au lèvres. « Mais pour aujourd'hui pensons à rien d'autre à part la journée qui nous attend. » Dit elle en montrant les moniteurs de plonger arrivant avec les premier inscrit.

Julia regarda son amie en lui faisant un doux sourire. » Allons y et amusons nous. » Dit elle en abdiquant ce que la grande femme disait.

Olivia se tourna vers la petite blonde tout en levant doucement sa main droite, elle la posa délicatement sur sa joue gauche et avec le pouce lui essuya la petite larme qui roulait sans dire un seule mot. Julia senti son cœur sortir de sa poitrine au contact et regarda intensément la grande femme qui faisait le même chose. Elle inclina sa tête dans la grande main tout en fermant les yeux et frotta sa joue tout contre afin de sentir d'avantage la douceur, la grande femme avait le cœur qui battait à tout rompre l'action de sa jeune amie la mettait dans un état second, personne n'avait réussit à lui donner autant de sensation avec un simple toucher. Elle laissa sa main contre la peau de la petite blonde qui ouvrit les yeux et la regarda intensément avec une explosion de douceur qui continua de l'envouter.

Julia laissa son corps agir tout seul, sa main gauche se leva et se posa sur la plus grande qui était sur sa propre joue puis elle tourna légèrement sa tête et embrassa lui la paume, en envoyant une puissante décharge électrique à son amie. Cette dernière était totalement nerveuse, impossible de bouger, tout son corps était devenu une vrai statue vivante avec pour seul ressentit de gros frissons lui parcourant le corps entièrement. Julia était plongé dans une semi conscience et ne réalisa pas vraiment ce qu'elle était en train de faire, elle serra un peu plus la main de son amie et l'embrassa de nouveau. Ce baiser était plus passionné que le premier, un second suivit dans un geste langoureux remplit de douceur, elle laissa ses lèvres trainer sur la peau avant de revenir dessus avec un autre encore plus lent et plus langoureux, elle ferma les yeux afin d'en apprécier chaque instant, puis lentement elle les ouvrit et regarda la grande femme avec le regard brillant de mille feux affichant une passion encore jamais dévoilé.

Le regard déboussola complètement Olivia, son corps entier bouillait, son cerveau se mit à marcher au ralentit et tout ses membres se mirent à trembler, le regard qu'elle avait devint tout aussi passionné que celui de Julia. Quand un bruit venant du matériel de plonger les sorti toutes les deux de leur monde. La petite blonde s'écarta d'un coup de la main d'Olivia réalisant enfin de ce qu'elle était en train de faire. Elle se figea et écarquilla les yeux en devenant rouge comme une tomate.

« Je...je ne c'est pas ce que enfin je... » Elle n'arrivait pas à mettre un mots devant l'autre tellement elle était déconcerter.

Honteuse d'avoir agit de la sorte, elle parti comme une fusée auprès du groupe de plongé afin de les aider laissant Olivia complètement abasourdi ne réalisant pas bien ce qu'il venait de se passer. Cette dernière se mit à regarder sa main brûlante du contact de la peau de son amie. « Qu'es ce que... » Elle n'arrivait même plus à penser. Elle resta un long moment en retrait afin de se reprendre et de faire retomber la pression. Quand elle réussit à reprendre le contrôle complet d'elle même elle rejoignit le groupe et finit de les aider.

Le petit monde partirent se changer. Pendant tout le chargement Julia n'osa regarder son amie pétrifier de honte. « Mais bon sang à quoi j'ai pensée là ! Elle va me prendre pour une fille facile, et ce n'est pas la première fois. Ça fait au moins la quatrième ! Il faut vraiment que je me calme ! » Se sermonna t-elle, puis elle suivit les femmes pour se mettre en tenue de plongé suivit de son amie qu'elle essaya d'ignorer. Cette dernière s'habilla rapidement et alla sortir quand elle remarqua la petite blonde face à son casier en train de ranger ses vêtements. Ne voulant pas rester sur cet sorte de problème elle s'avança vers cette dernière et se plaça juste derrière, elle posa une main sur le casier voisin et se pencha au dessus de son amie.

Cette dernière quand elle vit une main qu'elle connaissait bien se poser sur le casier se raidit en se mettant à rougir violemment et n'osa plus faire un seul mouvement. Olivia le remarqua et s'abaissa un peu plus afin que seule Julia puisse entendre ce qu'elle allait dire.

« Ne sois pas gêner et ne crois pas que je te prend pour ce que tu n'es pas. » Essaya t-elle de la rassurer.

« Ja...jamais je n'ai ré...réagis de la sorte avec quelqu'un. » Ce justifia Julia. « Tu dois me prendre pour une fille facile ou quelque chose comme cela. »

« Non, je te prend simplement pour une humaine qui laisse parler son cœur. » Dit Olivia d'une voix douce et rassurante.

Chose qui fit se retourner la jeune femme.

« Tu veux dire que tu ne me prend pas pour une fille facile ou quelque chose comme sa ? » Demanda Julia un peu surprise.

Mais quand ses yeux tombèrent sur son amie elle se remit à rougir et baissa de nouveau la tête. Olivia attrapa son menton entre son pouce et son index et lui fit relever la tête pour la forcer à la regarder dans les yeux mais cette dernière les détourna aussitôt.

« Julia regarde moi s'il te plaît. » Demanda la grande brune avec calme. « N'ai pas peur de me regarder je ne suis pas là pour te juger je te l'ai déjà dis. »

Vaincu la petite blonde regarda son amie dans les yeux.

« Je ne te prend pas pour une fille facile ou je ne sais quoi. Je te prend simplement pour ce que tu es, comme je viens de te le dire pour une jeune femme qui à écouter son cœur. » Dit elle d'une voix assuré ce qui détendait beaucoup Julia. « Tu n'es pas la seule responsable. » Reprit elle. « Depuis quelque temps j'ai aussi ma part de responsabilité, nous suivons simplement ce que nos cœur veulent. »

« Mais j'ai pas envie de casser notre amitié qui viens juste de démarrer à cause de ses chose là, j'y tien trop. » Dis tristement Julia.

« Mais moi non plus je ne le veux pas. » Dit Olivia sincèrement. « Sa n'allait pas bien en se moment pour toi et comme tu avait un gros besoin d'être réconforter et moi de le faire nous nous sommes tout simplement laisser aller. Mais ne t'inquiète pas il n'y a pas de malaise. »

La petite blonde d'accord avec la théorie de son amie hocha la tête et lui fit un beau sourire puis elle fut interrompu par le chef de l'équipe qui était un homme d'une quarantaine d'année mesurant 1m80 les yeux gris avec les cheveux châtain clair. demandant un regroupement. Sans perdre de temps les deux filles sortir du vestiaire et allèrent rejoindre la troupe. Après avoir donner ses consignes l'homme fit monter tout le monde dans le bateau et ils partirent en direction de la grande bleu qui était calme et clair n'attendant plus qu'eux.

Pendant le trajet et comme le bateau ne contenait pas assez de places assise pour tout le monde, quelques personnes étaient debout dont les deux filles qui avaient été malencontreusement séparé par trois personnes dont un couple. Julia était à l'avant du bateau contre la balustrade les bras croisé sous son corps appuyer dessus à regarder l'océan, quand elle fut dérangé par son voisin de gauche qui était un homme d'une cinquantaine d'année mesurant à peine 1m60 les cheveux grisâtre boucler avec une carrure bien portant commença à se coller à elle.

Cette dernière le repoussa gentiment mais il fit la sourde oreille, Olivia qui était en face de ses deux là remarqua le manège de l'homme, elle ne bougea pas sachant que son amie pouvait se défendre seule mais le fusilla malgré tout du regard. Quand elle s'aperçut que se dernier devenait de plus en plus entreprenant, elle bougea enfin de sa place et s'avança tranquillement vers eux sans rien dire, puis au moment où l'homme allait passer son bras autour de la jeune femme, elle se mit derrière Julia en collant son corps au sien et se mit dans la même position que cette dernière.

Elle l'entoura de ses bras en les posant également sur la balustrade devant ceux de la petite blonde en formant un bouclier de tout son corps. Elle fut heureuse que la barrière sois assez large pour contenir les deux paires de bras. L'homme s'arrêta net et dévisagea la grande femme qui venait d'arriver puis commença à pâlir quand cette dernière lui lança un regard noir du coin de l'œil. La petite blonde se sentant enfin en sécurité, se détendit et retourna son attention à l'eau, elle remarqua malgré sa tête face à la mer que l'homme allait protester, elle attrapa les deux mains de son amie et les passèrent dans celles de la grande femme sans tourner son visage avec un petit sourire victorieux au lèvres. Ce dernier se ravisa quand il vit la grande femme prendre les petites mains dans les sienne en entre-lassant leurs doigt. Ce geste fait faire un bon à leur deux cœur. Puis sans rien montrer de sa nervosité Olivia regarda avec une grande fierté l'homme qui la fixait haineusement avec un sourcil redresser et un sourire en coin chose en ignorant complètement son regard.

Julia se sentant vraiment bien se redressa de la balustrade afin de se caler confortablement contre son amie qui fut forcé de suivre son mouvement, cette dernière allait retirer ses mains afin de la laisser plus libre mais sentit la petite blonde les saisir plus fermement tout en les abaissant afin qu'elles soient poser contre son ventre. Olivia baissa sa tête vers son amie en la regardant étonner et un peu perdu à la fois. Cette dernière posa sa tête dans le creux de son épaule réaffirmant sa prise.

« Ne bouge pas, je suis bien comme ça et puis si tu t'en vas, sa fera louche au yeux de l'autre type. » Dit elle d'une voix basse que seule Olivia pouvait entendre.

Cette dernière jeta un petit coup d'œil discret vers l'homme et remarqua qu'il continuait à les fixer.

« Houai tu as raison. » Dit elle en retournant son attention vers son amie.

Elle posa alors sa joue sur le haut de la tête de la petite blonde et toutes les deux remerciaient silencieusement l'enquiquineur. puis elles se mirent à penser à la même chose. « Besoin de réconfort mon œil. »

Trois quart d'heure de trajet après, l'équipe arrivèrent à une petite balise où dessous reposait un bateau. Ils s'équipèrent de leur bouteille masque et palmes puis après des dernière consignes, tous le monde sautèrent du bateau en commençant leur exploration. Olivia et Julia ne se quittèrent pas une seconde accompagner malheureusement par l'amoureux fou de la petite blonde qu'elle ignora malgré tout, l'eau était calme et clair, et laissait apercevoir malgré la hauteur, l'épave du bateau gisant à une vingtaine de mètre poser sur un massif de corail regorgeant d'animaux, le petit groupe se séparèrent afin que chacun puisse faire le tour du bateau à leur guise.

Arriver devant celui ci les deux filles découvrirent que c'était un navire qui ressemblais à un navire du style pirate, tout en bois avec ses trois grand mats, et sa grande barre en boit également. La coque était trouée à l'avant laissant de nombreux poissons de toute espèce vaguer à travers. Le chef du groupe leur avait dit que l'intérieur du bateau pouvait être visité en entrant justement par l'avant. Le petit groupe enfin les plus téméraire se laissa tenter et commença leur entrée. Olivia suivit de son amie entra après le chef, ils commencèrent leur visite par la cale qui mesurait plus 30mètre. Leur avancer était lente et assurer.

Quand d'un coup un bruit sourd retentit dans le lieu, ils fixèrent là d'où il venait avec leur lampe torche, quand un grand requin bleu sorti comme une fusée d'un petit recoin en les percutant violemment avant de s'enfuir loin de l'épave. La petite troupe se remis doucement de leur frayeur. Olivia s'assura que son amie aille bien et fut surprise de voir aucune marque de peur sur son visage. Cette dernière n'était en aucunement effrayer bien au contraire cela l'amusait énormément de voir son amie avoir eu la peur de sa vie au contact de l'animal.

Olivia grogna intérieurement de s'être fait surprendre de la sorte, puis le groupe reparti à leur exploration, ils remontèrent l'escalier qui les conduisirent aux dortoirs de l'équipage, où l'on y voyait très clairement les couchette en bois. Les poteaux avaient encore les marques où reposaient les hamacs. En avançant plus en profondeur, ils passèrent devant une cabine où aucune portes n'était accrocher. Olivia s'y aventura et découvrit que cette pièce était le lieu de restauration, les tables étaient toujours accroché solidement au plancher avec des banc tout autour. Elle vit avec amusement un jeu de carte ronger par l'eau éparpiller sur le sol avec des coupes de vin en cuivre étaler un peu de partout accompagner de vaisselle de terre cuite.

Elle sorti de la pièce par une porte qui se trouvait en face de celle qu'elle avait utilisé pour rentrer et rejoignit le reste du groupe. Ils arrivèrent à un deuxième escalier qu'ils empruntèrent les emmenant sur le pont extérieur qui donnait l'accès à la cabine du capitaine. ils y entrèrent tous et fut stupéfait de la qualité de l'intérieur, une moquette rouge bordeaux usé également par l'eau et les années recouvrait la totalité de l'intérieur avec un lit à baldaquin au centre de la pièce. Sur la droite de la porte, un bureau était poser avec un chaise en cuir. Les murs avaient des tableaux indiquant très clairement la renaissance.

La cabine possédait deux grande fenêtre poser chacune à l'opposé de l'autre, faisant pratiquement la grandeur des murs avec se qu'il pouvait imaginer avoir été des rideaux de couleur rouge foncer. Julia regarda de plus prêt le bureau et découvrit poser dessus une carte maritime d'époque avec un compas et un sexe-temps (instrument marin qui permet de calculer les méridiens) ainsi qu'une boussole. Olivia de son coter s'était aventurer vers la lit où reposait une petite commode sous l'œil attentif du chef d'équipe, ainsi qu'avec l'autorisation de ce dernier elle se permit de l'ouvrir et découvrit un bijoux en très bonne état fait de petit diamant et de pierre précieuse sous forme d'étoile représentant l'étoile du nord.

Elle se mit à fixer d'un coup le chef d'équipe qui la fixa également, il lut dans ses pensées et se mit à regarder autour d'eux pour voir si personne ne les regardait et vit que non et fait un signe à la jeune femme qu'elle pouvait le prendre. Cette dernière le mit immédiatement dans le poche de sa ceinture. L'homme lui fit signe avec un doigt de se taire, Olivia hocha la tête en faisant le signe ok avec ses doigt puis comme ci de rien était elle referma le tiroir et ils partirent chacun de leur coter et continua à visiter la cabine. Puis dix minutes plus tard ils ressortirent de cette dernière et firent le chemin inverse afin de pouvoir sortir du bateau sachant que le pond extérieur était condamné au cause des rochers qui l'entourait. Arrivé hors de l'épave ils rejoignirent le reste du groupe et firent le tour des coraux en découvrant de nombreux espèces maritime différente.

Les plongeurs remontèrent deux heures et demi après, et remontèrent sur la bateau en enlevant leur matériel, puis le capitaine du bateau reprit la barre et fit route en direction du port. Olivia passa à coter du chef de l'équipe en le remerciant discrètement et s'assit sur une des banquettes laissant son amie seule à l'avant du bateau, pendant tout le trajet elle ne la quitta pas des yeux.

Arriver au port tout le petit monde déchargèrent les affaires et partirent en direction des vestiaires afin de prendre une douche. Olivia finit la première, sorti du bâtiment et s'installa sur le ponton en attendant son amie. Elle regarda silencieusement le port et repensa à tout ce qu'il c'était passer aujourd'hui, c'était vraiment la première journée splendide qu'elle venait de passer. Elle fut sortie de ses pensée quand Christine arriva doucement prêt de sa fille avec un sourire au lèvres.

« Alors ma fille comment c'était ? » Demanda t-elle curieuse.

« Maman qu'es ce que tu fais ici ? » demanda Olivia s'étonnant de voir sa mère.

« C'est facile, j'avais une livraison à faire dans le coin et quand je vous ai vue arriver, je suis venu vous faire un petit coucou avant de repartir travailler. »

Olivia fut plus qu'heureuse de voir sa mère et lui raconta tout ce qu'il c'était passer depuis qu'elle et son amie c'était retrouver à la base nautique.

Julia elle de son coter avait finit de s'habiller et sorti des vestiaires où son pot de colle d'homme l'attendait.

« Vous vous êtes bien amusez à ce que je vois. » Dit -il dédaigneux.

« Oui beaucoup, sa été une formidable journée. Le paysage sous-marin était d'une beauté à vous couper le souffle. » Répondit la petite blonde.

« Non ce n'est pas de la mer que je parle, mais du faite que vous vous êtes jouées de moi en me faisant croire que vous étiez ensemble. » Expliqua l'homme d'une voix en colère.

« Pardon ?! » Julia ne comprenait pas pourquoi il agissait comme cela et surtout de quoi il parlait.

« Hooo, mais je vous ai bien vus, pour l'aller c'était je te colle et pour le retour vous étiez séparées, étrange non. » Dit l'homme en faisant reculer la jeune femme.

« Ben non, je ne trouve pas cela étrange. » Répondit Julia d'un ton serein, mais elle se raidit au moment où elle se fut coincer entre le mur du bâtiment et lui.

« Moi si ! » Dit l'homme en mettant violemment sa main contre le mur à coter de la tête de Julia.

« Vou...vous savez nous sommes un couple plutôt.... » La jeune femme commençait à avoir peur »

« Rien du tout oui ! » La coupa l'homme méchamment. « Elle c'est fait passer pour votre copine par pure jalousie quand elle avait vu que je me rapprochait de vous ! » Continua t-il la voix de plus en plus basse.

« Non vous faites erreurs. » Se défendit Julia.

Elle savait qu'Olivia avait vraiment donner cet impression à l'homme pour que ce dernier la laisse tranquille, mais maintenant il avait comprit la manipulation et ne voulait pas la lâcher. Elle se mit à réfléchir à toute vitesse de comment elle allait pouvoir faire pour se sortir du pétrin dans lequel son amie l'avait involontairement mise. « Bon sang, pourquoi faut il toujours que je me trouve dans des histoires à dormir debout moi. » Se dit elle intérieurement d'une voix lasse.

« Je ne crois pas non et vous savez quoi sérieusement je m'en moque, que vous soyez avec elle ou non, car pour moi cela ne change rien. » Dit L'homme d'une voix dangereuse.

En disant ses mots il approcha vivement sa tête pour embrasser la petite blonde, quand tout d'un coup une main puissante lui attrapa une épaule et le retourna en le plaquant contre le mur suivit d'une deuxième qui lui saisit le cou en le soulevant de quelques centimètres du sol. Ce dernier tomba sur un paire d'yeux bleu glacial et une voix basse vraiment très menaçante.

« Retouche encore une fois à elle et je te jure que tu mangera ta soupe avec une paille. »

L'homme était pétrifier ne put que hocher la tête, Olivia le lâcha d'un coup et il s'étala au sol.

« Maintenant hors de ma vue avant que je ne te fasse mal. » Continua t-elle en montant d'un octave le son de sa voix.

Sans rien demander de plus il détala mort de peur. La grande femme le suivit du regard puis quand ce dernier fut assez loin retourna son attention à la jeune femme.

« Tu vas bien ? » Demanda t-elle un peu inquiète.

« Oui je vais bien merci, tu es arrivé à temps comme à chaque fois. » Dit Julia en souriant.

« Non pas tout le temps, sinon j'aurai put empêcher ceci. » Dit Olivia tristement en touchant le léger bleu que son amie avait encore sur le visage.

« Mais tu était là après. » Dit la petite blonde en attrapant la grande main.

Les deux filles se souriaient mutuellement avant de repartir en direction de la plage. Elles marchèrent toutes les deux dans un silence bienfaisant, tout en regardant la fin de journée s'afficher dans les rayons du soleil, elles passèrent devant le grand ponton en bois, Julia s'arrêta d'un coup devant lui en le fixant et reprit sa marche sous les yeux interrogateur de son amie.

« Rien j'ai cru apercevoir quelque chose au bout mais j'ai du rêver. » Dit elle tranquillement.

Olivia accepta sa réponse et reprit sa marche à coter d'elle dans un nouveau silence, cette dernière avait le collier dans sa poche qu'elle avait prit dans l'épave et le faisait tourner dans sa main, elle voulait l'offrir à la petite blonde mais était vraiment très nerveuse.

« Ju...Julia ?! » L'appela t-elle.

« Oui ? » Répondit cette dernière en tournant sa tête pour la regarder.

« Je... » La grande femme était vraiment très nerveuse, tout son corps tremblait et son cœur battant à la puissance dix, elle continua à faire tourner l'objet dans sa main et fut incapable de lever les yeux pour regarder la jeune femme.

« Olivia qu'es ce qu'il y as ? » Demanda Julia inquiète en se mettant face à elle.

« Heu je...il faut que je...enfin je... » La brune était dans l'impossibilité de placer un mot devant l'autre. « Mais nom d'un chien c'est pas compliqué de sortir ta main de ta poche et de lui tendre l'objet. » Se sermonna t-elle. « Calme toi, d'abord calme toi. » Elle prit une profonde inspiration et souffla puis regarda son amie. « Rien a faire, cela ne marche pas. » Elle cru que son cœur allait sortir de sa poitrine tellement il battait fort. Elle fut heureuse que son amie soit du genre patiente car pour ce coup là il lui en fallait.

Julia un peu inquiète et ne sachant pas se que son amie voulait lui dire resta calme et patienta que celle ci ce décide à parler. Quand la grande femme prit enfin le courage de parler elle remarqua qu'une voiture perdant le contrôle arriva à pleine vitesse sur elles deux. Sans réfléchir elle attrapa la jeune femme dans ses bras et sauta du remblai au moment où la voiture arrivait, elle agrippa fortement son amie et elle atterrirent lourdement dans sable en finissant leur chute dans un roulis qui s'arrêta quelques mètres plus loin. La voiture entra violemment contre le muret dans un gros crash.

Olivia qui était au dessus de la petite blonde se releva légèrement et regarda sa jeune amie.

« Tu...tu vas bien ? » Demanda t-elle inquiète.

« Oui je vais bien. » Répondit la jeune femme un peu étourdie.

Tout en restant au-dessus de son amie la jeune femme brune se redressa sur ses genoux et regarda l'agitation, Julia se leva légèrement afin de se positionner sur ses coudes et regarda également.

« Mais qu'es ce qu'il c'est passé. » Dit elle en tournant la tête regardant autour d'elle.

« Quelqu'un à perdu le contrôle de sa voiture et c'est encastré dans le muret. » Répondit Olivia en montrant du doigt le lieu de l'impact où elle pouvait très clairement distinguer la voiture.

« Houa et ben elle n'est pas aller de main morte. » Dit la petite blonde en voyant que la voiture était monté sur le mur avec une roue avant dans le vide. « Et bien nous avons eu de la chance heureusement que tu as de bon réflexe. » Dit elle à Olivia en regardant le véhicule.

Puis elle tourna la tête quand elle senti cette dernière la fixer. Elle senti son cœur sortir quand elle vit les yeux d'Olivia brillant de tout son être reflétant de la peur, elle senti également le grand corps au dessus d'elle se mettre à trembler.

« Olivia calme toi, tout est fini nous sommes saines et sauves. » Dit elle essayant de la calmer.

« J'a...j'ai faillit te perdre. » Dit la grande femme la voix tremblante. « Si j'a...j'avais réagis un...une seconde trop tard tu se serai... »

Deux doigt se posèrent sur ses lèvres pour la faire taire.

« Et ce n'est pas le cas. Olivia, grâce à toi je suis vivante. » Dit elle d'une voix douce en déportant sa main sur la joue de son amie afin de la rassurer encore plus. « Tout est fini maintenant, alors détend toi d'accord ? » Continua t-elle avec un magnifique sourire.

Olivia hocha légèrement sa tête et rendit le sourire.

« Et si nous rentions par la plage le terrain et plus sûr. » Proposa Julia.

« Avec grand plaisir. »

Olivia allait se mettre debout quand elle senti le collier à travers le tissu, cela la figea. Julia qui vit cette dernière se tendre la regarda avec inquiétude.

« Olivia tu es sur que tout vas bien ? »

La grande femme sursauta et se mit rapidement debout.

« Oui, oui tout vas bien désolée, j'étais partie dans mes pensées. » Dit -elle nerveusement.

« Tu es sur ? » Insista la petite blonde.

« Oui, oui, aller viens. » Dit la brune en ouvrant rapidement la marche.

Elles marchèrent une nouvelle fois dans un silence olympien avec pour unique son le bruit des vague cassant sur la plage. Olivia n'arrivait pas à sortir l'objet de sa poche et cela l'énervait, car elle qui n'avait jamais eu de mal à parler ou donner quelque chose à qui que se soit. elle n'a jamais eu se problème là avec ses ex, alors que devant son amie elle se retrouva devant un mur. « Ce n'est qu'un simple bijou, alors pourquoi faire autant de cinéma ? » Elle se mit à réfléchir puis elle posa ses yeux sur la petite blonde qui regardait droit devant elle. » Non ce n'est pas qu'un simple bijoux. Allez Olivia donne lui donne lui le bijoux, c'est pour elle que tu l'as prit alors remue toi. » S'encouragea t-elle.

Julia qui depuis le début remarqua que son amie était vraiment nerveuse et que quelque chose la tracassait, essaya à plusieurs reprise de connaître le font du problème, mais elle se fit envoyer promener gentiment à chaque fois. Blessé elle décida donc de ne plus rien demander et avança dans le plus grand silence. Elle interpréta vraiment mal le souci d'Olivia et quand elle fut arriver devant son immeuble elle salua un peu froidement cette dernière et monta chez elle sans lui proposer de boire un café. Arriver dans l'appartement, elle balança son sac dans son canapé d'en un geste sec et se prépara sa boisson chaude puis parti sur le balcon histoire de se détendre.

« Si elle n'a pas assez confiance en moi pour se confier, cela ne sert à rien que j'essaye quoi que se soit. » Dit elle à voix haute pour elle même vraiment agacé.

Olivia fut vraiment surprise de voir le comportement froid de son amie, elle senti son cœur se serrer quand cette dernière la laissa en bas de l'immeuble en la quittant froidement et c'est avec le cœur vraiment lourd qu'elle reparti chez elle. Tout au long du chemin qui ramena la petite blonde chez elle, Olivia n'avait pas attention qu'elle envoya promener son amie quand cette dernière s'inquiétait pour elle. Elle arriva chez elle la mine triste chose qui sauta au yeux de sa mère qui lui demanda directement ce qu'il ce passa et Olivia lui raconta comment son amie avait été froide vis à vis d'elle en la plantant devant l'immeuble.

« Mais il c'est passé quelque chose pour qu'elle soit devenu distante ? » Demanda sa mère.

« Ben non, tout allait bien, nous sommes revenu de plongé, passé par le remblais ensuite par la plage à cause d'un accident. » Dit elle en évitent bien sur de dire qu'elles avaient faillit se faire tuer dans cet accident. « Je ne comprend vraiment pas, elle à été silencieuse pendant toute la marche. » Expliqua t-elle se se souvenir que Julia n'avait pas arrêter de lui parler.

Sa mère réfléchissait à ce problème ne comprenant vraiment pas non plus le changement de comportement de la petite blonde, puis quand Olivia s'assit à la table le collier se frotta à sa cuisse, elle l'enleva immédiatement de sa poche et le posa sur la table.

« Houa mais c'est super jolie tu à trouvé sa où ? » Demanda Christine admirative devant le collier.

« Pendant que l'on faisait la plonger dans l'épave du bateau. » Répondit Olivia d'une voix lasse.

« Quoi tu as pris un objet de l'épave ? » Demanda la femme surprise du geste de sa fille.

« Oui, avec l'accord du chef de l'équipe tellement je le trouvais beau, je l'ai pris afin de l'offrir à Julia. » Dit elle en finissant sa phrase en rougissant.

« Et bien, c'est un super cadeau que tu as trouvé elle sera ravit. » S'exclama Christine contente. « Mais pourquoi ne lui as tu pas donner quand vous rentriez ? »

« Ben c'est ce que je voulais faire, mais je n'y suis pas arrivée, j'ai été bloquée et impossible de le lui donner, pendant toute la marche jusqu'à ce que l'on soit arrivées devant son immeuble, j'ai pas arrêté de me donner du courage, mais rien à faire impossible de faire quoi que se soit, mais maintenant vue comment elle m'a parler cela ne sert plus a rien maintenant et...

Elle s'arrêta quand elle remarqua sa mère la regarder avec les sourcils froncer.

« Quoi ?! »

« Tu viens de dire que pendant tout le trajet jusqu'à chez elle tu n'as pas arrêter de te donner du courage, c'est bien sa. » Dit sa mère.

« Oui c'est sa, je ne comprend pas pourquoi tu me redis la phrase. »

« Et pendant le trajet t'as t-elle parlé ? » Demandant Christine comprenant enfin la boulette de sa fille.

« Oui, elle n'arrêtait pas de me demander si sa allait. » Répondit Olivia sans comprendre où sa mère voulait en venir.

« Et toi naturellement tu lui as dit que oui tout allais bien. » Continua sa mère sérieusement.

« Oui c'est exact comment tu le sais ? » Demanda Olivia surprise que sa mère est deviner mot pour mot ce qu'elle avait dit à Julia.

« Je le sais car je suis ta mère et que tu viens d'agir de la même manière que tu le fait avec tout le monde. » Répondit Christine peiné en souriant un peu. « Ce qui veut dire, c'est que tu l'as envoyé promener gentiment alors qu'elle s'inquiétait pour toi et que cela la simplement énervé, donc voilà la raison du pourquoi elle à été froide avec toi en te laissant en plant devant son immeuble. » Argumenta t-elle devant le yeux remplis d'incompréhension de sa fille.

« Quoi ? Mais ça va pas ! Je ne l'ai pas envoyer promener je lui est simplement dit... »

« T'inquiète pas, il n'y a rien d'important je peux le résoudre seule, mais merci de ton aide quand même. » Dit Christine en même temps que sa fille, chose qui stoppa net cette dernière.

« Oh non ! » S'exclama t-elle comprenant enfin son erreur.

« Et si ma grand,e tu l'a envoyé promener gentiment et Julia c'est senti inutile à tes yeux d'où sa réaction. Je la comprend car j'aurai réagis exactement de la même façon. » Dit Christine d'une voix compatissante pour sa fille.

Olivia leva d'un cou de sa chaise et se dirigea à grande vitesse vers la porte.

« Où vas tu ?! » Demanda sa mère.

« La rejoindre et m'excuser. » Répondit la grande femme paniqué.

« Non n'y vas pas ! » L'arrêta Christine.

« Mais je ne peux pas rester sans rien faire alors qu'elle pense qu'elle m'est inutile. » Dit Olivia en paniquant de son erreur.

« Je sais, mais n'y vas pas se soir car elle refusera de t'ouvrir et de te parler. Si elle est un peu comme moi je refuserai de te voir afin de te faire comprendre. » Expliqua la femme.

« Mais je ne peux pas ! » Se défendit Olivia s'en voulant atrocement

« Je sais Olivia, mais il y a certaine erreur qui doivent être rectifier mais d'autre ou seule le temps le permettra et celle là fait partie des erreur qui doivent avoir besoin de temps. Tu dois lui montrer qu'elle n'est pas inutile à tes yeux les mots ne serviront pas. » Dit Christine calmement.

« Alors que dois je faire ? » Demanda Olivia dérouté avec le cœur serré.

« Attend demain déjà pour aller la voir, et après comme je te l'ai dis montre lui qu'elle est importante à tes yeux quelque soit la manière, il faut qu'elle le sache et c'est à se moment là qu'elle l'acceptera et qu'elle te pardonnera. » Répondit sa mère tranquillement.

Sa mère l'ayant convaincu et Olivia parti dans sa chambre le cœur gros s'en voulant énormément d'avoir agit aussi stupidement.

Julia de son coté toujours sur son balcon était en train de repenser à son amie tout en faisant tourner le liquide dans sa tasse. « Je suis trop stupide, comment j'ai put croire qu'elle s'intéresse à moi, sinon depuis longtemps elle se serai confié à moi, alors que là elle me traite comme une simple amie sans intérêt avec qui elle peut passer du bon temps. » Elle se mit à réfléchir à sa dernière phrase. « Oui c'est sa, je ne lui sert qu'à faire passer les journées plus paisiblement sinon depuis longtemps elle m'aurai déjà parlé. » Sur cette pensée elle fit une grimace et leva les yeux au ciel. « À vrai dire, moi non plus. » Puis elle inclina un peu sa tête sur le coté gauche pour regarder à travers les vitres de son balcon et une chose dans l'eau attira son regard, elle la fixa attentivement quand soudain elle se mit debout et se mit contre le mur et regardait de nouveau le truc avec plus d'intensité. Quand soudain elle se précipita hors de son appartement sans prendre la peine de remettre ses chaussures et se dirigea vers le remblais. Arriver au muret elle remarqua que ce qu'il y avait dans l'eau au loin c'était rapprocher et se dirigea vers le ponton en bois. Sans réfléchir elle se mit à courir en direction du même endroit.

Elle slaloma entre les passant qui la regardaient étrangement, sans lâcher du regard la chose qui était dans l'eau. Arrivé au grand ponton en bois elle s'arrêta à l'entrée afin de reprendre son souffle puis elle s'aventura dessus afin d'atteindre le bout, lorsqu'elle fut arrivée elle baissa la tête sur ce qui l'avait attiré jusqu'ici et un grand sourire radieux se forma sur son visage quand elle reconnut le dauphin qui l'avait sauvé lors de la tempête.

« Je savais que je n'avais pas rêvé tout à l'heure quand nous sommes passer devant avec Olivia. C'est bien toi que j'ai vue n'es ce pas ? » Lui demanda t-elle.

Ce denier en guise de réponse se jeta dans les aire pour effectuer un formidable salto avant de replonger, cette action envoya des petites gouttelettes sur la jeune femme qui se mit à rire. Elle regarda autour d'elle pour s'assurer que personne ne l'avait vue et fut heureuse de voir que non, elle s'assit sur le sol laissant ses jambes pendre dans le vide.

Le dauphin se mit a tourner en rond, puis se teint droit la tête et les deux nageoire hors de l'eau et commença à émettre un petit son en ouvrant grand sa mâchoire pointue.

« Qu'es ce que tu veux ? Je ne comprend pas. » Demanda la jeune femme amusé.

Comme si qu'il l'a comprenait, il prit une bonne quantité d'eau dans sa gueule et la cracha sur la jeune femme en l'arrosant bien comme il le voulait. Cette dernière surprise poussa un petit cris strident et se leva d'un coup pour regarder l'étendu des « dégât ».

« Tu es content de toi, je suis complètement trempée. » Le gronda t-elle gentiment.

L'animal ravi se mit à sauter dans tout les sens avant de recommencer son geste et la la jeune femme comprit ce qu'il demandait et sans rien dire elle le regardait avec un sourire. L'animal hocha vivement la tête pour approuver les pensées de la petite blonde et cette dernière plongea d'un coup dans l'eau à coter du dauphin qui se mit à danser autour de Julia en se frottant à elle. La petite blonde se mit à le toucher et au moment ou elle posa sa mains sur la nageoire dorsal le dauphin entama une plonger accompagnant sa jeune amie dans les profondeur de l'océan, il remonta afin qu'ils puissent respirer et recommença.

La petite blonde s'agrippa à la nageoire à deux mains et de toute ses force elle se mit sur le dos de l'animal qui se laissa faire et se mit à sauter dans les aire à se moment là donnant un sentiments de puissance à sa passagère qui fut émerveillées de l'action, il replongea sous l'eau avec cette dernière coucher sur lui appréciant la sensation de l'eau glissant sur son corps. Elle sentit celui ci ainsi que son esprit se purifier, toute la colère et la frustration partir en fumée ne laissant que la paix et la joie s'emparer de son être. Pendant plus de deux heures, l'animal fit voyager sa nouvelle amie sur son dos et la déposa enfin sous le gros ponton en bois cacher des yeux curieux au coucher du soleil avant de partir dans l'océan quand elle fut pratiquement sur le sable .

Cette dernière se retourna au moment où il parti et resta un moment à contempler les divers couleurs que donnait le soleil à sa descente, puis elle fit face au remblai et marcha dans sa direction afin de rentrer chez elle. Elle arriva au croisement qui donnait sur la rue principale l'emmenant chez Olivia, elle s'y arrêta et se mit à la fixer, au moment où elle allait traverser la route pour l'emprunter une voiture s'arrêta juste à coter d'elle.

« Tien, tien, mais on dirait la petite blonde. » Lui dit une voix à l'intérieur.

Surprise et intégré elle baissa sa tête afin de voir qui venait de lui parler, quand elle vit une jeune femme au cheveux châtain la regarder.

« Bonjour vous désirez quelque chose ? » Demanda t-elle poliment.

La conductrice vexé de ne pas avoir été reconnu fit les yeux noir à Julia, cette dernière le vit et demanda aussitôt si il y avait quelque chose qu'il n'allait pas.

« Tu ne me reconnais pas ? Je suis Sarah la meilleure amie d'Olivia nous nous sommes vue sur la plage tu t'en souvient pas. »

À ce moment là la mémoire de la petite blonde fit surface.

« Ah oui bien sur pardon, j'ai pas trop la mémoire des visages. » Dit elle non chaleureusement .

« Ce n'est pas grave. » Répondit Sarah vraiment vexé.

« Puis je t'aider ? » Demanda Julia voulant à tout prit écouter la conversation.

« Oui, enfin non, je veux dire, c'est moi qui vais plutôt t'aider. » Répondit Sarah avec une lueur dans les yeux que Julia ne remarqua pas.

« Hein et en quoi ? » Demanda la petite blonde.

« Et bien par rapport à Olivia ne perd pas ton temps avec elle. » Répondit la jeune femme châtain d'une voix faussement aimable.

« Quoi, comment pense tu que je perd mon temps avec elle ?! » Demanda Julia voulant comprendre.

« Olivia est déjà prise ! » Répondit Sarah directement sans prendre de gants voulant faire l'effet d'une balle en pleins cœur.

La révélation de Sarah glaça le dos de Julia qui se figea.

« Qu...quoi ? »

« Comment, elle ne te l'a pas dit elle est déjà avec quelqu'un ?! « Demanda Sarah faignant l'innocence. » Franchement le faite que tu traine tout les jours avec elle met sa copine hors de contrôle. » Expliqua t-elle en prenant l'ai triste. « Et du coup tout les soir Olivia se fait passer un gros savons. » Mentit Sarah.

« Mais je n'en savais rien, tu veux dire par ma faute Olivia... » Julia était complètement déconcerté tout son corps se mit à trembler.

« ...Se fait passer un savons, exacte, alors pour t'éviter que les petits bleu que tu avait au visage ne réapparaissent, un conseille ne t'approche plus jamais d'Olivia. » La coupa sèchement la conductrice.

« Hein, oui, oui, bi...bien sur je...je ne l'approcherai plus, vous... enfin tu pourra le dire à...à sa copine. » Dit Julia horrifié

Bien l'incident est clôt bon désolée mais j'ai des truc à faire à plus. » Dit elle en rallumant le moteur. « Ah une dernière chose rentre vite chez toi avant que tu n'attrape froid. » Dit elle en montrant les habilles mouillé de la petite blonde.

Cette dernière hocha simplement la tête et regarda l'amie d'Olivia disparaître. Elle était totalement anéanti la fausse nouvelle qu'on venait de lui dire la détruisit complètement et c'était en état de choc qu'elle rentra chez elle avant de s'effondrer en larmes sur son canapé.

(à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 22 Avr 2012 - 12:14

voici deux autres chapites.

CHAPITRE 8

Cette nuit-là Julia ne ferma pas l'œil et pleura toutes les larmes de son corps, sans cesse la phrase qu'Olivia n'était pas seule tourna dans sa tête en faisant écho. Elle tourna et se retourna dans son lit, les images du visage de celle qui faisait battre son cœur la hanta sans aucune interruption. Elle finit par se lever et se mettre sur son balcon et se mit à regarder la lumière de la lune se refléter sur les eaux calme de l'océan et y resta toute la nuit à penser à son amie.

Au matin sur les coups des neufs heures elle prit sa douche et sorti de chez elle avec des lunettes de soleil pour se protéger les yeux brulant du au manque de sommeil et de la clarté de ce dernier. Elle avança à pas déterminer en direction de la maison d'Olivia elle arriva en à peine dix minutes et c'est avec colère qu'elle frappa fortement contre la porte d'entrée.

Olivia qui venait d'entrée dans la cuisine pour prendre son café avant d'aller courir se mit à sursauter quand de violent coup fut porté à la porte. Sa mère se leva immédiatement afin d'aller crier sur la personne pour son manque de délicatesse quand sa fille l'interrompit.

« Laisse je m'en occupe. » Dit-elle le sourire aux lèvres.

Elle arriva pratiquement à la porte quand d'autre coup encore plus violent se fit entendre.

« Mais bon sang, il est déchainé ce matin. » Dit-elle en rigolant à moitié.

Elle atteignit son but et ouvrit la porte quand d'un coup elle vit une petite main arriver vers elle et la giflé violemment sans qu'elle ne put l'arrêter.

Quand la porte d'entrée s'ouvrit Julia ne put contenir plus longtemps la douleur et la colère qu'elle avait en elle et laissa sa main réagir toute seule dans une violente gifle remplit de toutes ses émotions à vif. La grande femme surprise ne put réagir et tomba face à une petite blonde qui la regardait avec colère.

« Pourquoi m'as-tu fais ça ? » Demanda Julia en colère laissant ses larmes couler.

« Hé oh, ça va pas ! Qu'es ce qu'il te prend ! » Répliqua d'un coup Olivia énervé de s'être fait frapper sans raison.

« Tu voulais prouver quoi en essayant de me séduire comme tu l'as fait ?! Et en plus je suis tombée dans le panneau sans rien voir ! » Continua la jeune femme la colère montante sans écouter ce que la grande femme avait dit.

« Mais de quoi tu parles ? » Demanda Olivia en colère se tenant la joue.

« Arrête de faire l'ignorante ! Je suis au courant ! Tu t'es assez amusé avec moi ! Mais cela ne se reproduira plus ! Je ne veux plus te voir ni demain ! Ni jamais ! » Cracha Julia avant de partir laissant furieusement.

Sarah qui était cachée derrière un arbre deux maisons plus loin et assez prêt pour entendre la dispute s'en réjouissait. « Et ben voilà ce n'était pas si compliquer que ça, en faite fallait juste forcer la main. » Dit elle d'une voix sadique.

Les derniers mots de la jeune femme fit comme une alarme dans la tête d'Olivia qui sorti d'un coup et en se mettant devant elle.

« Attend ! Je ne comprends pas, si tu m'en veux pour hier j'en suis vraiment navré c'était involontaire. » S'excusa la grande femme le cœur serré.

« Cela franchement je peux facilement le pardonner, mais me mentir à se point là non je ne peux pas, surtout quand tu profites de mon faible mental je trouve cela vraiment ignoble de ta part ! Je te faisais confiance et tu as tout gâcher ! Que tu sois avec quelqu'un je m'en moque, mais de ne pas me le dire afin de pouvoir t'amuser avec moi pour que je puisse tomber dans tes bras là non vraiment j'y arrive pas ! » Cracha la petite blonde la voix remplit de larme en fin de phrase.

« Quoi ! Moi avec quelqu'un ?! » Ce que venait de lui sortir la petite blonde laissa Olivia sans voix. « Mai...mais je ne suis avec personne ! J'ai personne dans ma vie. Qui t'as dit cette chose ridicule ?! » Olivia voulais vraiment comprendre qui pouvait s'amuser à leurs faire du mal.

« ARRETE DE MENTIR ! TOUT LE MONDE EST AU COURANT SAUF MOI ! MEME TA MEILLEURE AMIE L'EST ! !  ! »

Les mots hurlés de la petite blonde fit bondir le cœur de la grande femme et mit mal à l'aise Sarah. « Oh, oh je sens que ça vs mal tourner. » Se dit cette dernière en sentant qu'elle va être dénoncée.

« Quoi ?! Comment ça ma meilleure amie est au courant ? » Demanda Olivia avec un drôle d'appréhension.

« Hier soir, alors que je marchais sur le remblai, elle m'a mise en garde par rapport à la relation que tu avais ! Et franchement j'aurai préféré que tu me le dises toi-même et non que je l'apprenne par elle. » Dit Julia à bout puis d'un coup elle reprit sa marche en passant à coter de la grande femme.

« Non Julia, attend ! » La rattrapa la jeune femme brune en lui prenant sa main la voix tremblante.

« LACHE MOI !  !  ! »Hurla Julia en se retournant tout en lui envoyant un autre claque dans la figure. « Si tu as agi avec moi comme tu l'as fait dans l'unique espoir que je tombe amoureuse de toi pour que tu puisses me faire du mal après, sache que c'est réussit. » Avoua la petite blonde brisée.

Puis elle partit en courant s'éloignant le plus vite possible de son amie laissant couler ses larmes abondamment. Olivia se laissa tomber sur le sol à genoux en regardant la petite blonde s'éloigner à toute vitesse.

« Ju... JULIAAAAAAAAAA ! !  ! » Hurla-t-elle dans son désespoir.

Cette dernière s'arrêta net en entendant son nom hurler avec autant de douleur dans la voix et se retourna pour retrouver son amie à genoux sur le sol avec des yeux remplis de larmes et de douleur.

« Non, plus jamais tu ne me feras du mal. » Dit elle à voix basse pour elle-même, puis elle reprit sa course et disparut dans la rue principale.

Anéanti Olivia s'effondra en larme sur le goudron, qui fut rejoint immédiatement par sa mère attrister qui prit sa fille avec douceur dans ses bras.

« Ma...maman je...je... »

« Chuut je sais ma fille, je sais sa fait mal. » Dit sa mère tremblante.

Christine enlaça fortement sa fille qui pleurait comme jamais elle n'avait pleuré pour quelqu'un, cela lui serra le cœur de voir sa fille dans un tel état. Sarah de son côté qui regardait resta sans voix devant la scène, elle sentit pendant un petit moment de la culpabilité qui se transforma directement en peur quand elle vit les yeux noirs de la grande femme quand cette dernière leva la tête pour regarder sa mère.

« Olivia qu'es ce que tu as ? » Demanda sa mère voyant le regard exprimant une colère noir.

Cette dernière ne dit rien et se mit debout en s'écartant de sa mère avant de partir dans la maison et sortir quelque seconde plus tard avec un casque à la main.

« Olivia ! Qu'es ce que tu fais ?! Où vas-tu ?! » Demanda sa mère avec un très mauvais pressentiment.

Sa fille ne répondit toujours pas et monta sur sa moto avant d'enfiler son casque.

« OLIVIA !  !  ! » Cria sa mère ayant marre de se faire ignorer.

« Je vais aller trouver cette pourriture de Sarah. » Répondit sa fille la voix remplit de rage.

Cette dernière qui venait d'entendre ceci s'enfuit immédiatement de sa planque et rentra à toute vitesse chez elle la peur au ventre. Christine sachant très bien comment tout cela allait finir se mit devant la moto et empêcha sa fille de partir.

« Non ! N'y va pas ! Cela ne servira à rien ! » S'écria-t-elle.

« Et qu'est ce que tu veux que je fasse ?! Que j'attende bien sagement que cette garce raconte encore des saloperies sur moi ?! » Cracha Olivia à bout de nerfs.

« Tu crois franchement que c'est comme cela que tu récupéras Julia ! » Répondit sa mère durement.

En colère Olivia enleva son casque avec violence avant de le jeter par terre.

« Mais à quoi bon, tout est perdu maintenant avec une espèce d'abruti qui raconte n'importe ! » Lâcha Olivia anéantie.

Sa mère perdant son sang froid, donna aussi une grosse gifle à sa fille, une fois le geste reçu cette dernière regarda sa mère en écarquillant les yeux la main sur sa joue. Jamais Christine n'avait levé la main sur Olivia mais aujourd'hui le comportement que cette dernière avait la foutait hors d'elle.

« Mais bon sang Olivia, pourquoi tu pars perdante dès le départ ?! Julia est super fragile elle avait trouvé en toi la force de surmonter ses cauchemars et avec ce que ta superbe amie lui a raconté, elle a perdu ce à quoi elle s'accrochait, mais si tu vas voir Sarah et que tu lui défais sa petite face d'imbécile, tu ne vaudras pas mieux que ce que cette garce à fait. Alors au lieu de vouloir tout régler avec tes poings essaye de trouver un moyen de faire démentir cette petite peste. » Argumenta-t-elle.

« Mais comment veut tu que je fasse ? Julia ne veut même plus m'adresser la parole. » Dit la grande femme abattue.

À ses propres mots Olivia à bout s'effondra en larme dans les bras accueillant de sa mère.

« Je ne sais pas ma fille, mais il faut trouver le moyen de te la faire revenir. Ça prendra du temps mais on y arrivera et je te donnerai un coup de main pour qu'elle te revienne, car cette petite est si pure et si gentille qu'elle mérite d'être soutenue et aimée par quelqu'un comme toi tout comme toi tu mérites la même chose de sa part. » Dit sa mère d'une voix compatissante.

La grande femme serra son étreinte autour de sa mère et se laissa aller pour la première fois dans des bras maternelles rassurant qui donna les larmes aux yeux de cette dernière qui était vraiment mal de voir sa fille aussi détruite.

Julia arriva dans son appartement et prit tout ce qui lui tombait sous la main et le balança à terre. Les vases, les objets en porcelaine, tout passa sous sa main et se brisa en des milliers de morceau avant qu'elle se laisse tomber assise contre un des murs du salon dans un violent sanglot.

« Pourquoi ?! Pourquoi Olivia ?! Pourquoi m'as-tu fais cela ?! Je t'aimais ! Tu as tout brisé, tu m'as donné tant d'espoir que ça fait si mal ! » Dit elle pour elle-même.

Son attention fut attirée d'un coup par l'eau, elle se leva immédiatement et sans se préoccuper des morceaux de verres et de porcelaines ainsi que ses pieds nues, elle se mit à courir dessus en prenant le chemin de la sortie, arriver en dehors de son appartement elle accéléra sa foulée et se dirigea de toutes ses forces en direction du grand ponton en bois les larmes coulant abondamment sur son visage. Elle passa devant les autres piétons en les bousculant presque. Ce jour ci la mer était plutôt mauvaise avec du courant fort, la petite blonde le remarqua mais ne s'arrêta pas pour autant, arrivée au grand ponton là où des pêcheurs étaient installés, elle passa devant eux sans leur prêter la moindre attention, enfin au bout du ponton elle se jeta dans les eaux ravageuses de l'océan sous les regards horrifiés et impuissant des hommes et femmes.

Olivia s'étant calmer avec l'autorisation de sa mère était parti mais sans sa moto en direction de la plage leur seul endroit où elle se sentait bien quelque-soit la douleur. Avant de s'y poser elle fit une longue marche en laissant toute la pression redescendre, elle arriva sans faire attention au grand ponton de bois, quand elle s'en rendit compte elle vit plusieurs personnes au bout de celui ci en train de parler, elle en vit un faire de grand geste tout en expliquant quelque chose. Par curiosité elle s'y aventura afin de savoir ce qu'il se passait tout en posant la question à la première personne qu'elle croisa.

« Il paraît qu'une jeune femme vient de se jeter dans l'eau et qu'elle n'est pas remonter, mais je n'en sais pas plus demandez plutôt au vieux pêcheur là-bas c'est lui qui à vu ce qu'il s'était passé. » Expliqua l'homme en montrant un vieux monsieur d'environ soixante-dix ans.

Olivia se dirigea vers la personne cité avec un malaise monter en elle. Elle demanda nerveusement à l'homme ce qu'il s'était passé et ce dernier le lui expliqua.

« Et bien j'étais en train de pêcher quand une jeune femme blonde est arrivé comme une fusée en se jetant du ponton dans l'eau, je n'ai pas put l'en empêcher qu'elle avait déjà sauté, et depuis elle n'est pas remonter à la surface, avec ce courant et cette mer mauvaise je doute qu'elle soit encore en vie. »

« Vous pouvez me la décrire si vous vous en souvenez et depuis combien de temps cela c'est produit ? » Demanda la jeune femme très nerveusement.

« Elle était assez petite, un mètre soixante-cinq à peu prêt, les cheveux blonds, court, par contre les yeux je n'ai pas put bien les voir, tout ce que j'ai pus entrevoir c'est qu'elle pleurait, c'est tout ce que je peux vous dire et pour vous dire quand cela c'est produit et bien à peu prêt une heure. » Répondit l'homme gentiment.

Olivia se sentant partir s'appuya contre la rambarde du ponton.

« Hé mademoiselle, vous allez bien ? » Demanda l'homme inquiet en voyant cette dernière devenir blanche.

« N...no...non Ju...Julia tu ne peux pas, tu ne peux pas ! » Le cerveau de la grande femme tourna à toute vitesse quand elle réalisa que c'était sa petite blonde qui c'était jeter dans les eaux en colère. Elle leva les yeux vers le veille homme.

« Je l'aimais, je l'aimais de tout mon cœur jamais je ne pourrais le lui dire. » Dit elle avec le plus triste des sourires.

Le vieil homme et les autres personnes ne sut quoi dire, ils avaient tous le cœur serrer quand il comprit que cette dernière connaissait la jeune femme qui venait de se jeter. Les pompiers et la police maritime arriva à se moment-là et c'est sous le regard des gens qu'ils effectuèrent les recherches du corps de la jeune femme pendant plus d'une heure et quand ils ramenèrent pour unique preuve le t-shirt déchiqueter recouvert de sang de la petite blonde, Olivia le prit d'une main tremblante.

« Non pas toi, Julia tu ne peux pas me faire ça, reviens ! Reviens ! REVIENNNNNNNNNNNS ! !  ! » Hurla-t-elle avant d'éclater dans un orage de sanglots qui déchira le cœur à tout le monde. Elle s'effondra au sol frappant celui ci de toutes ses forces en hurlant le prénom de la jeune femme.

« Reviens Julia ! Reviens ! Ne me laisse pas seule, j'ai tant besoin de toi je n'ai pas put te dire tout ce que je ressentais. » Dit elle en pleure. « Reviens ! »

Elle laissa toutes ses larmes et émotions sortir, comme pour partager sa souffrance le ciel se couvrit et une profonde pluie recouvrit le corps meurtrie de la grande femme. Les recherches furent arrêtées à la découverte du tissu, les gens et pêcheurs rentrèrent tous chez eux à cause de la pluie laissant la grande brune seule sur le ponton tenant fermement le tissu en main.

Christine qui avait appris la nouvelle au restaurant arriva sur les lieux à la tomber de la nuit et rejoignit sa fille qui était toujours sur le ponton assise à regarder l'océan sous la pluie.

« Olivia viens, il faut rentrer maintenant ! » Dit elle en s'accroupissant à coter d'elle en posant une main sur son épaule.

« Je ne pourrais plus jamais revoir son doux sourire, ses si beaux émeraudes qui me regardait avec une telle douceur. Je pourrais plus jamais revoir ses si beaux cheveux or brillant au soleil. » Elle tourna sa tête vers sa mère les yeux remplis de larmes. « Elle ne sera jamais combien je l'aimais, combien j'aimais être avec elle. Elle ne le sera plus jamais. » Puis elle retourna sa tête en direction de l'océan en laissant couler ses larmes.

« Viens Olivia, ne reste pas là, ça sert plus à rien. » La supplia sa mère en lui tirant doucement le bras le cœur lourd de voir sa fille aussi malheureuse et d'avoir perdu un être aussi pure et gentille qu'était Julia.

La jeune femme épuisée se laissa convaincre et suivit sa mère dans la voiture de celle ci qui l'emmena chez elle. De tout le trajet Olivia ne prononça pas le moindre mot, elle regarda simplement par la fenêtre avec des larmes qui coulaient toute seule sous le regard impuissant de sa mère. Arrivée chez elle cette dernière emmena sa fille dans sa chambre pour qu'elle puisse se coucher, elle fut soulagée de la voir s'endormir rapidement à cause de l'épuisement. Quand elle entra dans la cuisine elle se laissa aussi aller et tomba en larme.

Le lendemain Olivia se réveilla la tête lourde et les yeux gonflés d'avoir trop pleuré la veille, elle rejoignit sa mère dans la cuisine après avoir but un petit café, elle sortit et se dirigea vers le ponton de bois une fois arrivé au bout, elle s'assit dessus et regarda l'océan. Sa mère qui l'avait suivi de loin soupira en voyant la détresse de sa fille, sans rien dire elle mit sa voiture en route et se dirigea vers la maison de Sarah, elle fut extrêmement surprise quand elle avait appris que cette dernière avait déménagé profitant que ses parents le fasse pour les suivre. « Naturellement elle n'allait pas rester à l'endroit où elle vient de détruire deux vies. » Gronda intérieurement Christine. Elle ne put rien faire d'autre que d'aller à son restaurant pour faire sortir elle aussi sa tristesse à l'intérieur de celui ci.

Olivia ne bougea pas d'un pouce quand le vieux pêcheur arriva pour envoyer une petite pensée à la petite blonde.

« Puis-je m'assoir avec vous ? » Demanda-t-il ne voulant pas déranger la jeune femme.

Cette dernière tourna la tête et fit un signe accepta d'un signe de la tête.

« Vous devez vraiment l'aimer. » Dit l'homme avec beaucoup de compassion.

« Oui c'était tout pour moi et pourtant nous, nous connaissions que depuis peu. » Répondit Olivia tristement.

« L'amour n'a pas besoin d'avoir une très longue durée pour frapper. » Dit l'homme gentiment. Ce qui fit tourner la tête de la grande brune qui fut intéressée par ses dire.

« Vous avez connu cela vous aussi ? » Demanda Olivia se sentant soudain attiré par les mots de l'homme.

« Oui, avec mon épouse nous sommes marié depuis un peu plus de cinquante ans maintenant. » Répondit ce dernier en souriant.

« Houa sa fait vraiment longtemps. » S'exclama Olivia absorber par le petit homme.

« Oui. » Répondit l'homme en rigolant. « Mais la première fois que je l'ai vue c'était sur ce ponton elle regardait la mer. » Commença à raconter l'homme. » J'étais simplement venu me détendre avant d'aller travailler et quand je me suis retrouvé à sa hauteur, j'avais tourné la tête afin de la saluer, et je l'ai trouvé en larme cela m'avait énormément toucher. »

« Comme pour moi. » Pensa Olivia qui se souvenait de sa première rencontre avec son amie.

« Alors je lui tendis un mouchoir afin d'entamer la conversation, déjà avant que je ne croise son regard je la trouvais charmante avec un magnifique profile, mais cela c'est intensifier quand notre regard ce sont croisé, elle avait de magnifique yeux bleu et ses cheveux était d'un blond que je m'en suis tout de suite trouvé envouté et sans que je ne comprenne se qu'il m'arrivait, je suis tombé amoureux d'elle au moment où nos yeux se sont croisé. » Raconta le veille homme.

Olivia souriait à l'histoire du petit homme quand elle remarqua qu'elle avait fait exactement la même chose que lui Julia.

« Et tous les jours, je trouvais n'importe quel prétexte pour la revoir, j'ai appris plus tard que elle faisait la même chose et depuis ce premier jour, nous, nous sommes jamais quitté et nous, nous sommes mariés un an plus tard. » Il se mit à rire doucement. « Nos parent, je m'en souviens encore qu'ils nous avaient traité de fou car cela ne faisait pas vraiment longtemps que nous nous connaissions, mais notre folie nous à emmener à plus de cinquante ans de mariage. » Finit-il en regardant la grande femme avec douceur.

« Vous avez de la chance de vivre une si belle histoire d'amour. » Dit Olivia envieuse.

« Avait. » Rectifia-t-il poliment. « ma femme est décédée le mois dernier, suite à un cancer. » Dit-il-calmement.

« Oh je suis sincèrement désolée. » Dit tristement Olivia en étant gêné de sa boulette involontaire.

L'homme secoua la tête. « Non ne le soyez pas, je suis triste de ne plus pouvoir la toucher ou être à ses coté, mais je ne le suis pas dans un sens du faite que j'ai vécu les plus beaux jours de ma vie auprès d'elle. » Dit sincèrement le pêcheur.

« Je vous comprend, mais je n'ai pas eu la chance de vivre ne serai ce un petit truc avec elle. » Dit elle les yeux dans le vague.

Le vieux monsieur regarda tristement la jeune femme assise à coter d'elle et porta également son attention à l'océan. « Vous savez quand deux être s'aime et qu'ils sont fait l'un pour l'autre, il y a une sorte de connexion entre eux qui se forme. » Dit-il-doucement.

Les mots attiraient une nouvelle fois Olivia vers l'homme. « Qu'es ce que vous voulez dire par connexion ? » Demanda intriguer.

« Quand ma femme ou moi-même avions un problème, l'autre le savait ou le ressentait, c'était une connexion reliée par l'âme que seule les vraies âmes sœurs sont en mesure de ressentir. » Expliqua le petit homme.

« Je ne comprends pas ce que vous voulez dire par âme sœur. » Dit Olivia voulant absolument savoir.

« Quand tout être vivant nait, son âme sœur nait soit avant, après, ou bien le jour même que lui. Toute sa vie les deux âmes passeront leur vie à se chercher. Soit elles passeront leur vie entière à se chercher sans se trouver, soit elles auront la chance de se trouver et quand cela se produira, un sorte de fil relie les deux âmes et chacune des deux seront en mesure de savoir se que pense ou ressent l'autre. Expliqua l'homme.

« Comme pour vous et votre femme ?! » Demanda Olivia.

L'homme hocha la tête. « Oui par exemple, ou bien comme vous et cette jeune femme. » Dit-il en regardant la brune qui fut surprise de ses mots.

« Quoi comment ça comme nous ? » Demanda Olivia ne comprenant rien du tout.

« Hier quand vous avez pleuré votre amie ce n'était pas seulement votre corps qui pleurait mais votre âme aussi. » Dit le pêcheur doucement.

« Expliquer vous, je ne vois pas le rapport avec mon amie et moi. » Demanda la grande femme de nouveau complètement largué.

L'homme retourna son attention à l'eau. « Pour le moment vous ne faites pas attention, mais un jour vous laisserez votre âme parler et vous comprendrez. » Dit il en se mettant debout. « Et quand ce jour arrivera, tout deviendra clair pour vous. » Finit-il avant de partir laissant la jeune femme seule.

« Quel étrange personnage. » Dit elle à voix haute le regardant partir.

Le vieux pêcheur tout en quittant le ponton affichait un grand sourire sur ses lèvres. « Bientôt petite, bientôt toi aussi tu connaitras le bonheur. » Puis, il partit dans la foule du remblai. Olivia retourna son attention à l'eau avec un autre état d'esprit, elle se sentait plus légère et moins triste, elle ne comprenait pas pourquoi mais la discussion avec l'homme lui avait fait un grand bien et c'est le cœur plus léger qu'elle rentra chez elle.

Sa mère ce soir là fini plus tard à cause du monde affluent, elle retrouva sa fille devant la télé le visage plus serein. Elle s'approcha d'elle intrigué et lui demanda ce qu'il lui arrivait et cette dernière lui raconta la rencontre avec le pêcheur.

« Hé bien, il est plutôt étrange. » Dit sa mère méfiante.

« Oui j'avoue que cela est vraiment bizarre, mais en tout cas lui parler m'as fait un bien fou et je me sens un peu mieux. » Dit Olivia avec un sourire apaisant.

« J'en suis vraiment ravis. » Avoua Christine soulager.

Puis Olivia alla dans sa chambre et se coucha après avoir pris une bonne douche bien chaude. Elle pensa pendant un long moment à ce que l'homme lui avait dit, ne comprenant toujours pas elle haussa les épaules et s'endormit.

Elle se réveilla avec un soleil brillant sur la plage complètement déserte, elle regarda tout autour d'elle déboussolée, elle se redressa et avança lentement en regardant les alentours, l'eau était cristalline avec le sable blanc doux et chaud sous ses pieds. Elle remarque qu'aucun bruit n'arrivait jusqu'à elle, tout en continuant à marcher tout le long de la plage elle aperçut au loin un silhouette debout face à l'eau, elle s'approcha doucement de celle ci. Plus elle avança plus la silhouette se matérialisa en un corps humain, ses pat l'emmena jusqu'à lui et découvrit que c'était une femme. Arrivée à moins de cinq mètres, elle reconnut sa jolie petite blonde qui était en train de fixer l'eau, heureuse elle se rapprocha d'elle d'un coup et l'étreignit avec force ce qui étonna la petite blonde.

« Oh, Julia je suis si heureuse de te voir. » Dit elle le cœur battent remplit de bonheur à revendre.

Mais reposa immédiatement la jeune femme de peur de se reprendre une gifle, elle se mit à coter d'elle et attendit la réaction de la petite blonde, cette dernière la regarda avec une douceur dans les yeux.

« Bonjour. » Dit-elle accompagnée d'un beau sourire qu'Olivia eu si peu de chance de voir.

« Moi aussi je suis heureuse de te voir, tu es plutôt en forme aujourd'hui. » Dit-elle ne comprenant pas la réaction de son amie.

Puis la grande femme regarda intensément la petite blonde. « Pourquoi m'as-tu abandonnée ? Pourquoi est-tu parti ? Qu'es ce que je vais faire toute seule sans toi ? » Demanda-t-elle la voix tremblante remplit de larme. Toucher Julia la regarda avec douceur. « Il y a tellement de chose que j'aurais aimé pouvoir te dire mais maintenant c'est trop tard tu es partie en me laissant. » Continua Olivia en s'effondrant à genoux en larmes.

Julia attrapa son amie dans ses bras et la serra fort. « Chuut ne pleur pas. »

« Mais qu'es ce que je vais devenir sans toi ? J'ai tellement besoin de toi. » Pleura la grande femme se laissant aller dans l'étreinte de sa belle.

« Mais je ne suis pas partie. » Dit la petite blonde en lui caressant les cheveux.

À ses mots la grande femme s'écarta d'un coup des bras de la petite blonde et la regarda. « Quoi ?! Qu'es ce que tu viens de dire ? » Demanda-t-elle.

« Regarde, je suis là, sur la plage avec toi, je ne suis allée nulle part. » Dit elle le regard doux en voulant rassurer son amie.

« Mais hier ! Le ponton ! Tu as plongé dans l'eau ! » Olivia ne comprenait plus rien.

« Mais non ! J'ai toujours été avec toi hier ! » Répondit sincèrement Julia avec un sourire.

« Quoi ?! » Dit elle complètement dérouter. « Non c'est pas possible, je t'ai pleuré toute la journée et la nuit. »

« Je te dis que si, regardes. Je te touche, tu me parles, et je te réponds. Que tu m'as pleurée toute la nuit cela me touche beaucoup mais c'était surement dans un rêve. » Répondit amusée la petite blonde.

« Pourtant tu...tu ne voulais plus me voir ! Je ne comprends rien. » Olivia était complètement perdu c'était comme ci que tout ce qu'elle avait vécu la veille n'était qu'un rêve. « J'ai dû rêver n'est pas ? » Demanda-t-elle. « Oui ça doit être ça. Tu as raison c'était surement dans un rêve et pourtant il avait été si réelle. » Dit-elle en soupirant de soulagement.

Julia ne dis pas un mot et leva sa tête pour mélanger son regard avec celui de son amie. Puis elle leva doucement la tête et déposa délicatement ses lèvres sur celles d'Olivia. Le geste était doux et tendre le cœur d'Olivia fit un bond dans sa poitrine au contact, la petite blonde ferma ses yeux et commença à faire un doux va et vient avec uniquement ses lèvres sur celles de son amie qui commença à répondre de la même manière. Leurs gestes étaient tendres remplit de passion. La jeune femme posa une main sur la nuque d'Olivia pour rendre se baiser encore plus intense. Ce dernier devint plus langoureux en gardant toujours une tendresse qu'aucune des deux femmes n'avaient égalé. Doucement la petite blonde sortit sa langue demanda l'accès à la bouche de son amie avec une caresse délicate qui lui fut accepté immédiatement et une danse sensuel commença dans des va et vient alternant tendresse et passion, puis Julia rompit avec douceur le baiser en disant ses quelques mots.

« Je serai toujours avec toi, cherche dans ton cœur et tu me trouveras. » Dit elle avant de disparaître d'un coup.

Olivia se réveilla en sursaut tremblante comme une feuille sans pouvoir sortir un son de sa bouche, son cœur battait la chamade elle mit plusieurs minutes avant de réaliser que ce n'était qu'un rêve, il fut tellement réaliste qu'elle ressentait encore les sensations du baiser ainsi que les lèvres poser sur les siennes. Elle regarda tout autour d'elle et se rendit compte qu'elle était dans sa chambre, elle se pinça la joue et avec la douleur elle vit qu'elle était bien réveillé, elle se leva et alla à la fenêtre pour ouvrir les volets et se rendit compte que le temps était couvert. Elle resta un long moment à la fenêtre afin de se remettre de son rêve, puis elle partit prendre une douche et descendit afin de rejoindre sa mère. Cette dernière vit sa fille avec une petite mine et la questionna aussitôt, et comme à son habitude Olivia lui raconta tout en détail le rêve. Tout en racontant elle sentit une drôle de sensation en elle, mais elle n'arrivait pas a savoir ce que c'était.

Après son café elle finit de s'habiller retourna comme la veille sur le grand ponton en bois, elle s'assit dessus adosser à la rambarde en repensant à son rêve qui continuait à la troublé tellement il était réelle. « Pourquoi, pourquoi Julia m'as-tu laissée. » Dit elle intérieurement en laissant quelques larmes couler sur ses joues. Elle fut rejointe un petit peu plus tard par une personne qui se tint debout devant elle.

« Puis-je m'assoir avec vous ? » Demanda-t-elle poliment.

Olivia leva la tête et vit que c'était le petit pêcheur de la veille qui était revenu, elle accepta de la même manière avec un petit sourire.

« Merci jeune fille. » Dit il en s'essayant. « Je suis vraiment désolé, hier je ne me suis pas présenté je m'appelle Antoine. » Tout en se présentant il donna sa main à sa voisine afin de conclure la présentation.

« Olivia. » Dit elle à son tour en acceptant la main âgée.

« J'étais sûr de vous retrouvé ici aujourd'hui encore. » Dit le petit homme.

« Ah oui ?! Qu'es ce qu'il vous fait croire ceci ? » Demanda la jeune femme intriguée.

« Une sorte d'intuition. » Expliqua le pêcheur en souriant et il tourna la tête pour regarder l'océan. « Nous allons dire, que ce ponton est vraiment spécial. »

« Ça vous pouvez le dire. J'ai rencontré et perdu la personne qui comptait le plus pour moi ici. » Répondit un peu sèchement, chose que l'homme ne releva pas en comprenant parfaitement.

« Vous savez, il y a une histoire concernant ce lieu, on raconte que l'esprit d'une jeune femme y hanterai les lieux. »

Olivia était vraiment amusée par ce petit pêcheur, il avait des histoires un peu étrange mais qui malgré tout l'amusait et la détendait. « Pouvez-vous me la raconter s'il vous plais. » Demanda-t-elle en voulant connaître l'histoire.

« D'après la légende, ce ponton a été construit après la mort tragique d'une jeune femme qui se serai noyer juste en dessous de où nous, nous trouvons. Ce jour-là, la jeune femme avait rendez-vous avec son fiancé sur le remblai afin de célébré un rituel. La jeune femme attendait patiemment, quand elle vit quelque chose briller à travers les rochers qui se trouvent en dessous, curieuse elle s'y aventura mais d'un coup une puissante vague arrivant de nulle part frappant de toute sa force les roches en engloutissant la jeune femme, et le ponton fut construit par la suite à la demande du fiancer afin d'avoir l'occasion de pouvoir se recueillir tous les jours à l'endroit exact où sa bien aimée fut morte, et c'est comme cela est né le grand ponton de bois et depuis la naissance de ce dernier l'on raconte que son esprit hanterai les lieux dans l'attente de son amour. »

« C'est triste comme histoire. » Commenta Olivia.

« Je vous l'accorde, mais on dit aussi qu'elle ne pourra trouver le repos qu'a la venu de deux âmes sœurs qui s'unirait ici. » Continua l'homme.

La grande femme était vraiment amuser, elle ne comprenait pas pourquoi Antoine était si obnubilé par les âmes sœurs, mais elle fut malgré elle intéressé. « Vous l'avez vue un jour ? » Demanda-t-elle.

« Non. » Dit-il en secouant la tête, ma femme et moi nous, nous sommes mariés sur ce ponton en pensant libérer la jeune femme avec un espoir de la voir mais rien n'est apparut. » Expliqua-t-il. « Mais comme je vous l'ai dit, ce n'est qu'une légende et seule deux être qui s'aime vraiment peuvent la voir ainsi que la libérer. » Finit-il en regardant la mer.

« Mais vous, vous aimiez, vous et votre femme ? Alors ça aurait dû marcher. » Argumenta la brune ne comprenant pas bien.

« Oui bien-sur mais nous ne devions pas avoir suffisamment d'amour en nous pour que la femme se montre. » Répondit Antoine.

Olivia se sentant vraiment en confiance et apaisé avec le petit homme décida de lui raconter son rêve de la veille avec un espoir que ce dernier puisse le lui expliquer.

« Alors vous avez deux possibilités, soit c'est ce que votre esprit voudrait avoir un espoir que tout ceci fut transformé en rêve où cauchemar selon votre préférence où alors la deuxième possibilité, c'est votre âme qui à tout simplement voyagé. »

« Comment ca voyager ? »

« Cela m'arrive parfois depuis la mort de ma femme, mon esprit quitte mon corps pour aller rejoindre la femme que j'aime afin de passer du temps avec elle, et dans leur monde tout ce qu'il s'est passer n'existe plus, le pardon est immédiatement donner avec une paix que seul eux connaissent en dévoilant ainsi tout l'amour profond qu'ils avaient pour nous de leur vivant. »

« Vous voulez dire que le baisé que Julia m'a donnée était... »

« Oui, si votre âme à réellement voyager, cela veut dire que votre amie vous as montré ses véritables sentiments vis-à-vis de vous, tout ce qu'elle cachait au fond d'elle depuis que vous connaissiez. » Suite à ses mots le petit homme accueillit une grande ténébreuse en larmes qui avait réalisé que ses propres sentiments étaient ainsi partager mais dans aucun espoir de le sentir un jour. « Je suis si désolé pour vous Olivia, j'aurai aimé que vous connaissiez vous aussi le bonheur de partager ce merveilleux sentiment avec votre amie. » Dit le petit homme compatissant.

Olivia se redressa des bras d'Antoine et secoua la tête. « Non ne le soyez pas, c'est elle qui a décidé de partir. »

« Mais qu'es ce qu'il s'est passé pour que cela arrive ? » Demanda l'homme intrigué.

La jeune femme lui raconta en détail le fameux matin où elle avait vue pour la dernière fois son amie. Le pêcheur écouta avec intention l'histoire et en fut penné d'apprendre qu'une petite peste c'était permise de faire du mal à deux personnes.

« Êtes-vous aller la voir votre soit disant meilleure amie ? » Demanda le petit homme.

« Non. » Répondit Olivia en secouant la tête. « Ma mère me l'avait déconseillé. »

« Si c'était pour lui casser la figure, je suis d'accord avec elle, mais maintenant vous devez la trouver et lui dire qu'elle à une mort sur la conscience car sa jalousie est aller beaucoup trop loin. » Dit Antoine.

« Sa jalousie ? » Demanda la jeune femme surprise.

« Oui sa jalousie. » Redit Antoine. « Cette jeune femme qui à raconter ses mensonges à votre amie savait que cette dernière était sensible et que vous, vous étiez intéressée et comme elle ne le supportait pas et comme je le pense que cette dernière était amoureuse de vous et à tout essayé de vous éloigner de l'une et de l'autre. » Expliqua le veille homme.

« Alors vous voulez dire qu'elle l'a fait délibérément pour que Julia sois complètement anéanti et coupes les ponts complètement ? » Demanda Olivia n'en croyant pas ses oreilles.

« J'en suis persuadé oui et ça m'étonnerait pas qu'elle ait fait quelque trucs avant cela afin de vous séparer. » Expliqua-t-il sérieusement. « Votre amie n'a-t-elle pas eu de problème avant ce fameux jour ? »

Olivia remonta dans ses pensées et se souvenait de tous ce qu'il s'était passé surtout un jour.

Olivia venait de donné rendez-vous à Julia afin de faire une journée surf, cette dernière complètement ravis d'apprendre qu'elle allait avoir cette journée en tête à tête avec son amie accepta immédiatement. Elles c'étaient rejointe à dix-heures afin de profiter pleinement de la journée qui était ensoleillé avec une mer brillante et des vagues ne demandant que leur venu. Une fois leurs affaires posées sur le sable, les deux filles mirent leur combinaison et prirent leurs planches avant d'aller dans l'eau. Olivia montra à Julia comment fallait s'y prendre afin de se relever quand la vague était sous elle. Cette dernière écouta très attentivement les instructions données et par le plus grand étonnement et joie de son amie en l'espace d'une demi heure elle savait chevaucher les rouleaux que l'océan leur donnèrent.

Les deux femmes par pur jeu se défièrent à savoir qui l'une des deux surferait la plus grosse vague, elles restèrent une bonne partie de la journée dans l'eau en faisant quelques poses. À leur dernière partie de surf, Olivia avait pris la même vague que Julia et les deux descendirent le gros montre qui ne demandait qu'à les avaler quand d'un coup un surfeur ne se soucient aucunement de la priorité passa comme une flèche devant la petite blonde. À cause de son manque d'expérience et de peur, cette dernière perdit complètement l'équilibre et tomba dans l'eau, la vague qui détenait une puissance assez élevée la traina jusqu'à la plage. Olivia qui avait vue la scène vit son amie disparaître sous l'eau sans avoir une chance de remonter, immédiatement elle dégrafa la ficèle attacher à son pied et plongea dans l'eau. Grâce à la puissance de la vague elle réussit à récupérer son amie et lui sortir la tête hors de l'eau mais ceci fut de courte duré quand un autre rouleau vint les percuter en les déposant sur la plage entre-lassé avec Olivia au-dessus. Celle ci qui senti l'air frais se décala immédiatement de son amie et se mit sur le coter qui toussait en recrachant tout l'eau de ses poumons.

« Hé Julia tu vas bien ? » Demanda-t-elle inquiète.

Après une canne de toux Julia lui répondit. « Oui, oui ça va je te remercie, j'ai juste eu peur. » Elle disait ses mots tout en reprenant sa respiration, en voyant son amie la regarder avec inquiétude, elle posa une main sur la joue de celle ci accompagné d'un sourire. « Ça va, rassure-toi, je vais bien. »

« D'accord. » Répondit Olivia en soupirant de soulagement. « Tu m'as fait peur tu sais. » Dit-elle en regardant intensément sa jeune amie.

« Je suis désolée, je ferais plus attention la prochaine fois. » Répondit la jeune femme.

La grande femme secoua sa tête. « Non tu n'y es pour rien, c'est cet imbécile de surfeur qui n'as pas respecté le code. Comme il était pratiquement collé à toi il n'aurait jamais du prendre la vague alors que tu l'avais déjà prise. » Expliqua-t-elle.

« Merci. » Dit simplement Julia le regard brillant.

« De quoi ?! » Demanda Olivia.

Julia qui avait laissé sa main sur la joue de son amie commença à la caressé doucement du pouce. « De m'avoir secouru encore une fois. »

« Ce n'est rien et je... » Le geste de la petite blonde était tellement doux qu'il déstabilisa Olivia. « Tu...tu ne... » Elle n'arrivait pas à placer un seul mot.

Julia était tout aussi dérouté que son amie, mais ne pouvait pas s'empêcher c'était trop dure pour elle de ne pas toucher son amie. « Je...je sais je ne devrais pas. » Dit elle la voix un peu rauque.

« No...non, tu ne devrais pas. » Affirma Olivia en fermant les yeux appréciant le toucher. Elle leva une main et posa ses doigts au niveau du lobe de l'oreille de la petite blonde et caressa la coté du cou en partant de celui ci faisant frissonner son amie.

« Ta main est si douce. » Dit Julia en fermant les yeux au contact. Tout son corps tremblait avec un cœur battant à tout rompre, puis elle ouvrit les yeux pour tomber sur des saphir brillant de mille feux qui fini de l'envouté. « tu...tu, enfin je... » Elle était rendue au même point que la grande femme.

Cette dernière baissa doucement sa tête vers celle de son amie, ses yeux faisait des aller et retour entre les yeux vert et la bouche de la jeune femme qui en faisait tout autant.

« Nous ne devrions pas. » Dit Julia dans un souffle.

« Non, nous ne devrions pas. » Continua Olivia. « Et pourtant c'est si...si... »Elle s'arrêta quand ses lèvres frôlèrent celle de son amie.

Sarah qui était descendu à la plage assistait à la scène depuis le début, une de ses amie qui l'accompagnait vit la tête que cette dernière faisait. « Tu veux que je m'en occupe ? » Demanda son amie.

Sarah tourna la tête vers elle et se mit à sourire. « Oui j'aimerai assez, nous devons à tout pris les empêcher de commettre l'irréparable. » Finit-elle d'une voix sadique.

Aussitôt l'amie se mit à courir et se jeta dans les bras d'Olivia en lui faisant croire qu'elle lui avait manqué depuis leur rupture et que cette dernière n'avait vraiment pas été honnête avec elle de l'avoir utilisé. Ce qui fit raidir immédiatement Julia avant qu'elle ne se lève d'un coup en se dirigeant vers ses affaires. Olivia réussit à éjecter la jeune femme et se précipita vers son amie.

« Julia non attend, tu ne vas pas croire ça ? »

« Arrête de me prendre pour une imbécile ! Bon sang et moi qui tombe dans le panneau. » Dit la petite blonde amèrement

« Je te jure que je ne connais pas cette fille. » Se défendit la grande femme.

« Ah oui et elle connait ton prénom comme ça ? Tu me prends vraiment pour la reine des abruties ou quoi ? » Demanda la jeune femme énervé. « Non laisse tomber, je vais plutôt rentrer chez moi et oublier cette histoire on se reverra peux être plus tard. » Avait-elle dit avant de partir furibonde de la plage laissant Olivia complètement abattu.

Cette dernière folle de rage se mit à chercher pendant un long moment cette fille sans espoir de la trouver. Mais à la place elle trouva Sarah tranquillement allonger sur sa serviette les lunettes de soleil faisant semblant de dormir. Qui accueillit avec grand bonheur son amie triste en signant sa victoire par un sourire radieux qui fut mal interpréter par Olivia qui cru à un simple sourire qui lui indiquait le plaisir de la revoir.

Quand Olivia sortie de se souvenir, redressa immédiatement la tête vers l'homme et réalisa enfin que ce dernier avait raison. « Mais bon sang qu'es ce que je peux être abruti quand je mis met. » Dit elle furieusement.

« Que voulez-vous dire ? » Demanda l'homme un peu dérouté.

« Vous avez raison et cela n'était pas la seule fois ou une femme c'était jeter sur moi en prétendant être mon ex ou autre quand Julia et moi étions entre-lassé où plus. »

« Vous me comprenez maintenant ? » Demanda le pêcheur ravit de voir la grande femme ouvrir enfin les yeux.

« Oui c'est Sarah la fautive de tous ses problèmes sans elle... »

« Depuis longtemps vous seriez avec votre amie et sans ça, elle ne se serait jamais jeter. » Finit Antoine pour elle.

Olivia senti un puissant sentiment de haine envers Sarah monter en elle. Elle se promit qu'elle n'aurait pas de repos jusqu'à ce qu'elle la trouve. Elle se mit à regarder l'homme qui fit un signe de tête comme si qu'il venait de lire dans ses pensées et se releva immédiatement, elle se mit à courir jusqu'à la maison de cette dernière. Tout comme sa mère la veille elle avait appris que cette dernière avait déménagée avec ses parent.

« Lâche ! Je te jure que je te retrouverai et que tu seras ce que tu as fait, toi et moi maintenant sommes ennemis. » Et c'est déçu qu'elle retourna au ponton surprise d'y retrouver le veille homme.

« Vous ne lavez pas trouvé ?! » Demanda-t-il devinant la réponse en voyant la tête de la grande femme.

Olivia secoua la tête. « Non elle à déménager. » Répondit-elle agacée.

Ah tien étrange. » Dit-il en mettant sa main sous son menton pour réfléchir.

« Oui je trouve cela vraiment étrange. » Dit-elle en reprenant sa place.

« C'est comme ci qu'elle savait que vous alliez la rechercher. » Dit l'homme pensivement.

« Que voulez-vous dire par la ? » Demanda la grande femme intriguer.

« Je ne sais pas, mais je mettrais ma main au feu qu'elle était au courant de tout sauf du geste de votre amie bien-sur, mais du faite qu'elle ait été dénoncée par cette dernière justement. » Expliqua Antoine ce qu'il avait en tête.

« Oui vous avez surement raison que dois-je faire alors ? » Demanda Olivia voulant avoir des conseils sage du vieux pêcheur.

« Attendre, c'est la seule chose à faire et un jour vous aurez de ses nouvelles quelque-soit la façon et ce jour-là, vous pourrez faire ce que vous avez à faire. » Dit-il en regardant la mer. « Mais sans en venir aux mains bien-sur. » L'avertit-il en la regardant amusé.

Chose qui fait rire Olivia. « Promis je ne le ferais pas et de plus je doute que Julia, accepterait ce comportement. » Puis elle tourna la tête pour regarder l'eau. « Vous pensez qu'elle me voit de là où elle est et qu'elle pense à moi ? » Demanda-t-elle tristement.

Antoine soupira tristement. « Oui je suis sûr qu'elle vous voit de là où elle est et qu'elle pense également à vous, j'en suis certain. » Répondit-il en l'accompagnant dans sa contemplation.

« Qu'est ce qu'elle me manque, je regrette de ne pas lui avoir dit plutôt ce que j'avais sur le cœur. » Quand elle disait ses mots sa poitrine se serra et elle laissa de nouvelles larmes couler sur ses joues.

Antoine la regarda vraiment peiné pour elle, et ne sut quoi dire pour la réconforter car il savait que c'était plus dure de perdre une personne se donnant la mort que d'une maladie. Il comprenait parfaitement les sentiments de sa jeune amie car il les partageait également. Quand sa femme était décédée il regrettait lui aussi de n'avoir pas put dire tout ce qu'il avait sur le cœur et donnerai n'importe quoi pour avoir un jour avec afin de le lui dire, mais cela était trop tard. Il posa une main sur l'épaule de la jeune femme au moment où il s'était levé.

« Vous savez Olivia, rien est impossible dans se monde. » Après ses simples mots, il partit laissant la grande femme avec une totale incompréhension de ce qu'il venait de dire.

Et la journée se finissait comme les deux jours d'avant monotone et remplis de tristesse qui s'afficha de moins en moins. Pendant tout l'été Olivia et Antoine, se virent tous les jours sur le ponton en bois à se parler mutuellement de leur amour perdu, cette dernière même si à la fin des vacances elle se sentit mieux grâce à son petit pêcheur, ne pourra jamais oublié et ne pourra plus jamais avoir des sentiments pour quelqu'un d'autre. Tout son être entier ne vivait maintenant que pour le souvenir de sa petite blonde qu'elle voyait toute les nuit dans ses rêves.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 22 Avr 2012 - 12:16



CHAPITRE 9

Ce matin-là Olivia se leva à 6h afin de se préparer pour la rentrée des classes, elle rejoignit sa mère après avoir pris sa douche pour prendre le café. Une fois fait elle retourna dans sa chambre pour finir de préparer son sac de sport en de ce qu'elle avait besoin, puis elle sortit, prit sa moto et parti au lycée du centre là où elle était entraineur de natation. Elle arriva la première comme à chaque fois, passa devant la secrétaire qui l'accueillit poliment en lui donnant ses clés pour l'année ainsi que son badge, elle passa devant le proviseur du lycée qui lui fit signer quelques documents en lui rappelant bien les sécurités sans vraiment le faire sachant que cette dernière y veillait particulièrement.

Dès que tous les papiers administratifs fut fait, elle alla dans la salle des professeurs où elle retrouva d'anciens collègues et ainsi que des nouveaux puis, après un bref salut elle alla à son bureau qui était posé à coter d'une des fenêtre face au parc du lycée, elle s'assit sur sa chaise en soupirant silencieusement et tourna la tête pour regarder dehors. « Julia, tu vois aujourd'hui c'est mon premier jour de cour, mais à vrai dire je n'ai vraiment pas le cœur à tout sa. J'aurai aimé te voir débuter dans ta nouvelle école avec tous ses petits autour de toi, ils auraient été vraiment heureux d'avoir une maitresse comme toi, tout comme j'aurai aimé te montrer l'endroit où je travaille histoire que l'on puisse mieux se connaître en dehors des loisirs. Je ne sais pas si tu me regardes de la haut, mais je n'arrête pas de penser à toi et j'espère que tu me donneras le courage de pouvoir y arriver car je t'avouerai que j'ai du mal à y croire. »

Elle fut interrompue dans ses pensées par la sonnerie de l'établissement, elle se leva de sa chaise et c'est d'un pat las qu'elle se dirigea vers la piscine. Arrivé à destination elle rencontra son adjointe qui l'accueilli à bras ouvert.

« Olivia ! Qu'est ce que je suis contente de te revoir. » Dit elle vraiment très joyeusement.

Cette dernière était une belle femme aux cheveux cours châtains foncés, et bouclés avec les yeux noisette, elle était d'une nature joyeuse et douce, les traits de son visage était tendre avec le sourire toujours afficher dessus.

« Bonjour Amélie. » Répondit la grande femme d'une voix calme peu enjouer.

« Hooo toi ça ne va pas ! Que t'arrive-t-il ? Ce n'est pas ton genre d'être triste comme sa, aller tu vas tout me raconter avant que les gosses arrivent. » Dit elle énergiquement.

Olivia refusa plusieurs, mais la jeune femme la fit lâcher le morceau par épuisement.

« Oh ma pauvre chérie, je suis désolée pour toi ça va, tu tiens le coup ? » Demanda Amélie peiné pour la grande femme.

« Oui t'inquiète pas ça va, j'ai juste un peu de mal à reprendre la vie comme elle l'était avant. » Répondit Olivia avec un sourire timide.

Je te comprends car je serais dans le même état que toi si ma compagne me faisait un truc du genre.

Olivia sourit et se reprit quand elle vit arriver un groupe de dix élèves composé de six filles et quatre garçons.

« Veuillez vous taire s'il vous plait. » Dit Olivia en ayant d'effacer tout trace de tristesse sur son visage puis elle reparla quand le silence fut enfin arrivé. « Bien, voilà, je me présente Olivia Parker, je suis le coach de club qui vous entrainera avec l'aide de mon adjointe mademoiselle Amélie. Les vestiaires son juste derrière moi, vous allez tous rejoindre Amélie afin qu'elle vous fasse signer un formulaire qui vous donnera l'accès à vos casiers avec une clé qui vous sera restitué et quand vous serez prêt je vous attendrait ici. » expliqua-t-elle d'un ton autoritaire.

Les élèves de cette année étaient mixte, pour le grand bonheur d'Olivia. Après avoir fait ce qu'il fallait ils rejoignirent leur entraineur qui les attendait patiemment. « Bien, je vois qu'il y a beaucoup de nouvelle tête cette année, alors pour commencer vous allez faire quelques étirements tout autour de la piscine histoire de vous préparer et chauffer les muscles, Amélie vous donnera les exercices qu'il vous faudra suivre avant de pouvoir aller dans l'eau. » Et elle donna un coup de sifflet pour annoncer le début de l'entrainement, elle fut heureuse de constater que tous ses élèves soient vraiment très attentif à ses consignes. Elle tourna la tête et remarqua son amie la regarder amuser.

« Quoi, qu'es ce qu'il y a ? » Demanda-t-elle intrigué.

« Tu as manger du lion aujourd'hui où quoi ? » Répondit son adjointe en rigolant.

« Non pourquoi ? » Répondit Olivia sans comprendre pourquoi la jeune femme lui disait ceci.

« Je ne t'ai jamais vue te faire écouter aussi bien par les élèves que ce matin, et tu as un de ses punch dans la voix que sa donne directement l'autorité. » Expliqua Amélie amusé.

Olivia ne dit rien et sourit simplement avant de partir en direction du grand plongeoir.

Ensuite elle passa au coté de chacun d'eux en leur donnant des petites consignes pour leur échauffement, chacun étaient ravie de voir la grande femme s'occuper aussi bien d'eux. Une fois l'inspection et l'échauffement de ses élèves fini, Olivia les firent se rassembler autour d'elle en demanda à chacun leur spécialité. Il y en avait trois pour la nage papillon, deux pour la brasse couler, trois autres pour le crawl et deux pour la nage du dos.

« Et bien je suis ravis de voir qu'il y en a au moins une personne dans chaque pratique, bien que je trouve cela vraiment super, je voudrais que chacun de vous fassiez toutes les nages. » Dit elle d'un ton plus sévèrement qu'elle ne l'aurait voulu.

« Mais pourquoi ? Nos nage nous suffisent ? » Répliqua poliment une élève.

« Oui je suis d'accord avec vous, mais avant de répondre je vais vous poser une question. Quel est votre but premier dans ce sport ? »

Un garçon assez petit leva la main.

« Oui toi, donne-moi ton prénom et ta motivation. » Dit la grande femme en le désignant.

« Jérôme mademoiselle et ma motivation, c'est de faire des compétitions et peux être si j'ai la chance de décrocher une bourse. » Répondit l'étudiant poliment.

« Bien je vois tu as une très bonne motivation, et pour les autres c'est quoi vos motivations ? »

Les autres élèves répondirent à peu prêt la même chose.

« Bien alors écouter moi, si je vous demande de travailler aussi les autres nages ce n'est pas pour vous embêter croyez-moi, c'est simplement que si un jour en compétition, chose qui peux arriver à tout le monde, l'un de vous se blessait ou tombait malade, vous serez tous en mesure de pouvoir le remplacer. » Expliqua Olivia.

Une jeune fille de 17 ans leva la main.

« Oui ?! » Désigna la grande femme.

« Je me nomme Clara, et je voulais vous demandez, cela vous est-il déjà arriver un cas comme celui la ? » Demanda-t-elle.

« Oui, l'année dernière, nous avons perdu la compétition à cause d'un élève malade sans avoir personne qui ne sache le remplacer, donc pour ne pas que cet incident se reproduis, je voudrais que vous travailler tous, toutes les nages en mettant en priorité celle que vous avez choisi naturellement. » Expliqua Olivia en attirant l'attention de tout le monde sans faire le moindre effort.

Les élèves étant convaincus, se mirent tous à l'eau et commença leurs exercices par de simple longueurs. Olivia les supervisait parfaitement bien, elle leur donna quelques conseils pour qu'ils puissent faire de grande distance sans s'épuiser. Ils donnèrent tous le meilleur d'eux-même sous les regards admiratifs de l'entraineur et son adjointe qui remarqua quelque éléments intéressant.

À la fin de la journée, après avoir rangé le matériel, tous le petit monde partirent avant de saluer gentiment leurs coachs qui en fit tout autan. Les deux femmes se retrouvèrent enfin seule autour du grand bassin. Assise chacune sur une chaise à discuter des élèves quand Olivia se leva et se dirigea vers l'eau en repensant à sa petite blonde. Elle fut sortit de ses pensées par Amélie qui posa une main sur son épaule.

« Je sais que ça doit être difficile à vivre, mais si tu as besoin de quelque chose ou d'une épaule sache que je suis là. » Dit elle gentiment.

Olivia la regarda avec un sourire reconnaissant. « Tu sais, ce jour-là j'avais l'intention de lui donner ceci. » Dit-elle en sortant le pendentif de l'épave. « Et j'avais décidé de lui avouer mes sentiments et lui dire combien elle était importante à mes yeux. » Dit elle tristement avec un sourire tout aussi triste les yeux brillant de larmes.

« Olivia ! Mais c'est magnifique. » Dit Amélie en prenant délicatement l'objet dans ses mains.

« Mais je n'en ai pas eu le temps, car Sarah me l'a arraché des mains sans que je ne puisse dire quoi que se soit. » Dit elle sombrement en regardant l'eau.

« Je suis vraiment navré. » Compatissait son amie.

« Et maintenant, je ne peux même plus dire à Sarah ce qu'elle avait créé. »

« Ah bon pourquoi ?! » Demanda l'adjointe.

« Elle à déménager et je ne sais pas où et... » Elle s'arrêta quand elle fit son amie faire une tête de vainqueur. « Quoi qu'es ce qu'il y a ? »

« Ta Sarah, je sais où elle se trouve. » Répondit Amélie sérieusement avec un petit sourire.

« QUOI ?!  !  ! OÙ EST -ELLE ?! !  ! » Hurla Olivia stupéfaite.

Chose qui fit arrêter les quelque nageurs qui se trouvaient dans l'eau en les faisant sursauter.

« Houa calme-toi, tu as faillis me faire, faire une crise cardiaque là. » Répondit Amélie amusée.

« Hein oh, je...je suis désolée. » Dit la jeune femme confuse.

« Pas grave, donc, ta chère Sarah se trouve à cinquante kilomètres d'ici, je le sais car je l'ai vue emménager avec ses parents quand j'étais chez mon oncle. » Expliqua la jeune femme.

« Tu es sérieuse là ?! » Demanda Olivia se réjouissant.

« Oui ! » Répondit Amélie en hochant la tête. « Et de plus, je sais l'endroit exact de sa nouvelle maison. » finit-elle.

« Mais c'est génial tout ça ! » S'exclama Olivia en reprenant enfin espoir.

« Et comment. » Dit à son tour son adjointe d'une voix de vainqueur. « alors je t'y emmène, ça nous mettra même pas deux heures aller et retour. »

« Mais absolument ! » Répondit la grande femme ne voulant pas perdre de temps.

« Très bien aller go. » Finit Amélie le sourire radieux aux lèvres.

Les deux femmes sans perdre de temps se dirigèrent vers la sortie et montèrent dans la voiture d'Amélie qui prit le volant en partant vers leur destination. Au bout de trois-quart d'heure, une heure, elles arrivèrent devant la nouvelle maison de Sarah, elles vérifièrent que toutes les voitures étaient bien présente et virent que oui.

« Allez vas rétablir la vérité avec elle, mais ne lui fait pas de mal sinon cela te retomberait dessus. » Dit Amélie.

« T'inquiète pas je serais me tempérer. » répondit Olivia en souriant. « Mais la gifle, est autorisée ? » Demanda-t-elle en faisant les yeux de chien battu.

« Oui cela est autorisé. Répondit la jeune femme amusée.

« Bien, alors j'y vais, à tout de suite. » Finit la grande femme le sourire aux lèvres.

Olivia sorti de la voiture et se dirigea d'un pat décidé vers la maison, arrivée devant la porte d'entrée, elle frappa à celle ci sans aucune hésitation puis attendit. Quelques secondes après la mère de Sarah vint lui ouvrir avec une grande joie. Elle allait prévenir sa fille mais Olivia l'arrêta net en lui disant qu'elle voulait lui faire une surprise. Entre temps le père arrivait du travail content de revoir la grande femme qu'il appréciait vraiment. Le couple fit entrer Olivia et indiquait le salon là où était posé Sarah. La grande femme les remercia gentiment avant d'aller au lieu dit où elle découvrit son ex-meilleure amie devant un meuble en train de ranger des livres, elle ne sentit pas Olivia arriver derrière elle qui en fut très reconnaissante. Cette dernière lui tapota l'épaule avec un doigt et au moment où Sarah se retourna, elle lui décrocha une puissante gifle qui la fit lourdement tomber sur le sol en se frappant violemment le dos contre le meuble.

Les parents de Sarah qui avait assisté à la scène, se précipitèrent sur Olivia. Sarah un peu étourdi leva les yeux vers la personne qui venait de la frapper et se figea en même temps que ses parents quand ils virent de grosse larmes couler sur les joues d'Olivia.

« Pourquoi ? Pourquoi tu as fait ça hein ? POURQUOI ?! » Cracha-t-elle. « ELLE EST MORTE À CAUSE DE TOI ! !  ! » Olivia hurla sa haine contre son ex-meilleure amie.

Les parents de Sarah lâchèrent Olivia quand ils l'entendirent prononcer ses mots et se retournèrent vers leur fille.

« Quoi ! Attend je ne comprends pas de quoi tu parles ». Se défendit Sarah en se remettant debout.

« Arrête de raconter des salades, tu es allé voir Julia pour lui dire que j'avais une relation avec je ne sais qui, tout sa parce que tu ne pouvais pas supporter que je sois amoureuse d'elle et non de toi ! » Lâcha Olivia.

« Mais non c'est pas... » Elle ne put finir sa phrase qu'une deuxième gifle la percuta.

« ARRETE DE MENTIR !  !  ! C'EST JULIA ELLE-MÊME QUI EST VENUE ME LE DIRE EN ME REPROCHANT DE L'AVOIR MANIPULÉE !  ! !

« Sarah ne me dis pas que tu as fait ça ?! » Lui demanda sa mère déboussoler.

Sa fille ne répondit pas, et se tenait simplement la joue qui la brulait.

« Et tu vois ta jalousie, viens de détruire deux vies. » Lança Olivia la voix tremblante de larmes. « Elle c'est jeter du ponton le jour même et ils n'ont retrouvés que ceci d'elle. » Dit-elle en lançant le bout du tissu remplit de sang à la figure de Sarah avant de s'effondrer dans un violent orage de larmes.

La mère de Sarah prit immédiatement la grande femme dans ses bras en la consolent le mieux qu'elle pouvait. Le père lui arriva vers sa fille et lui décocha un puissant aller et retour.

« Comment à tu pus faire ça ?! » Cria-t-il. « Comment à tu pus être la responsable d'un suicide en racontant des mensonges pareil. Te rend tu comptes que tu as la mort d'une personne sur ta conscience et tu arrives à vivre sereinement malgré tout ? » Demanda son père totalement abasourdit.  ?

« Et ce n'est pas tout. » Dit Olivia en se relevant. « C'est aussi à cause de toi qu'il y avait toutes ses filles qui se faisaient passer pour mes ex quand Julia et moi étions uniquement toutes les deux, comme cela tu étais sur qu'elle partirai en courant. Tu t'amusais bien à nos dépens, et moi qui te racontais tout sans me douter de cela. » Elle se redressa tout en essuyant ses larmes avec force. « Tu as dûs bien rigoler quand tu apprenais que tes plans marchait avec succès n'es ce pas ? Demanda la grande femme à bout de force. « Il ne me manquerait plus que tu me dises que tu es la responsable de l'agression que Julia a subie et j'aurai tout gagné. » Dit elle avec une rage noir dans la voix.

Mais elle s'arrêta net quand elle vit les yeux remplit de honte de Sarah se baisser, suite à sa dernière phrase. « Non ! Non ! Ne me dis pas que tu es responsable de ça aussi ?! » Demanda-t-elle avec une peur bleue de vouloir connaître la réponse.

Sarah ne dis rien se contenta simplement de baisser la tête les yeux se remplissant de larmes.

« Répond Sarah, c'est toi la responsable ?! » Demanda méchamment son père.

Le silence de Sarah suffit à Olivia pour avoir la réponse et d'un coup elle attrapa la jeune femme par le coup et la plaqua contre le mur.

« COMMENT A TU PUS FAIRE CELA !  !  ! »

Les parents de Sarah intervienne immédiatement et réussissent à arracher la grande femme remplit de haine de leur fille en l'éloignant.

« Non, non, Olivia, fait pas sa, tu vas avoir des ennuies. » La supplia la mère.

« Olivia s'il-te plais arrête, je sais que tu en as tout les droits mais arrête ne vas pas en justice à cause d'elle, tu mérites mieux. » Essayait de la résonner le père.

« Elle...elle à...elle vient de tuer la fem...femme qu...que j'aimais. » Dit elle avant de s'effondrer de nouveau sur le sol dans un puissant orage.

Cette fois ci c'est le père de Sarah qui prit la grande femme dans ses bras en une forte étreinte. « Je sais ma grande, je sais, la seule chose que tu puisses faire et j'en suis désolé c'est de pleurer. Tu lui as donné les gifles mais ne vas pas plus loin. » Dit l'homme en regardant sa fille d'un regard très noir. « Toi Sarah, tu dégages de cet maison, je ne veux pas de menteuse et de criminel sous mon toit, prend tes affaires et disparaît sinon je te jure que je porte plainte contre toi pour ce que tu viens de faire à Olivia et son amie. »

Puis il demanda à la femme qu'il tenait dans ses bras si elle était venu seule, elle lui répondit qu'il y avait son adjointe dans la voiture garée en face. La mère de Sarah vas chercher cette dernière qui entra et se jeta sur Olivia en la découvrant en pleure dans les bras de L'homme.

« Olivia, au bon sang j'aurai jamais du t'emmener ici, regarde dans quel état tu te trouves, c'était vraiment trop tôt pour toi. » Dit elle en la prenant à son tour dans ses bras. « Je te demande pardon ma grande, j'aurai du y réfléchir avant. »

« Tu...tu n'as pas a t'ex...t'excuser se...se n'est pas de...de ta faute. » Répondit Olivia entre ses sanglots.

« Si, tu n'étais pas encore prête à rencontrer cette garce. » Dit-elle en rougissant. « Heu...je...je suis désolée je voulais dire que... » S'excusa-t-elle auprès des parents du mot utiliser.

Cette tentative d'excuse fut acceptée par les parent et fit rire malgré elle Olivia.

« Tu es vraiment la reine des boulettes toi. » Dit-elle en rigolant.

« Qu'est ce que tu veux on ne change pas. » Répondit Amélie en souriant.

Olivia se calma progressivement et quand se fut fait les deux filles repartirent après s'être excuser auprès des parents du dérangement. Olivia demanda à son amie de la déposer au ponton et de la laisser seul. Chose que cette dernière fit après l'avoir saluée. La grande femme le traversa et arriva au bout en s'installant à sa place habituelle où elle retrouva son vieil ami le pêcheur.

« Bonjour jeune demoiselle. » Dit-il en souriant, mais il devint sérieux quand il vit les yeux rouges de cette dernière. « Vous avez vue cette fameuse Sarah vous ! » Affirma-t-il.

« Comment le savez-vous ? » Demanda Olivia surprise.

« Vous venez de pleurer et vu vos yeux, ce n'était pas qu'un petit chagrin. Dit Antoine en lui montrant ses yeux du doigt. »

« Oui vous avez raison, je l'ai vue et lui est tout déballé en plus d'apprendre qu'elle était responsable de l'agression que Julia avait subie début juillet. » Expliqua la grande femme.

« Et comment vous sentez vous maintenant ? » Demanda le vieil homme devinant la réponse.

« Lasse, complètement vidé et bizarrement bien. » Répondit-elle en portant son attention à la mer.

L'homme ne dit rien mais sourit en portant également son attention à l'eau.

« Vous savez qu'il y a une histoire qui ressemble étrangement à la vôtre. » Dit-il pensivement.

Olivia se mit à rire quand elle entendit l'homme dire ses mots. Pratiquement tous les jours, il lui raconta une histoire plus étrange les unes que les autres. Quand ce dernier vit que son amie l'écoutait il commença son histoire.

« C'est une légende que me racontait mon grand-père, c'était l'histoire de deux amies d'enfance qui était amoureuse de l'une et de l'autre sans jamais se l'avouer, et pourtant leur corps, le cœur et leur yeux les trahissaient sens cesse vis-à-vis de l'autre, mais elles gardaient constamment des distances quand elles allaient franchir le pat, un jour la plus fragile qui était plus jeune de un ans tomba gravement malade, son amie restait tous les jours à son chevet jusqu'à ce que la mort emporta la malade. Celle qui restait en fut complètement anéanti, et mourut peu de temps après dans le chagrin. Les deux âmes de deux femmes ne purent trouver la paix et serait depuis toujours à la recherche de l'une et de l'autre afin de pouvoir enfin s'avouer leurs sentiments profonds on raconte qu'elles ne pourront jamais retrouver la paix que seule la déclaration de leur amour pourraient les apaiser. »

« J'avoue que cette histoire me fait penser un peu à la mienne, à la seule différence, c'est que je suis toujours en vie et que je ne partirais pas même si je renonce définitivement à aimer qui que se sois d'autre. » Dit Olivia pensivement.

Le vieil homme sourit et se leva, il étira son corps endolori puis se tourna vers la jeune femme. « Vous savez rien est impossible. » Dit-il une nouvelle fois avant de partir et de disparaître sur le remblai.

« Mais pourquoi me dit il cela ? Ce n'est pas la première fois. » Ce dit elle à voix haute.

Elle sursauta quand quelque chose la mouilla, elle baissa vivement la tête pour voir d'où cela venait mais ne vit rien. Elle regarda son pantalon et vit que celui si était bien mouiller avec le bas de son t-shirt. Elle se leva afin d'enlever le surplus d'eau et se mit à regarder tout autour d'elle. « bon sang, l'eau n'a pas put venir comme ça surtout avec une mer aussi plate qu'un lac. » Mais aucune personne n'était aux alentour, aussi bien sur la plage, le ponton ou encore sous ce dernier. Elle resta complètement abasourdit quand d'un coup elle vit un chose de grande taille et brillant à la lumière du soleil couchant sauter hors de l'eau avant de replonger. Elle n'eut pas le temps de voir ce que c'était tellement c'était rapide. Elle regarda sa montre et vit qu'elle allait être en retard pour le diner si elle ne se dépêcha pas, elle regarda une dernière fois l'eau se demandant ce que c'était cette chose et parti sans avoir de réponse. Olivia ne vit pas la silhouette qui était sous le ponton en train de la regarder partir.

Le lendemain matin elle se réveilla en sursaut cinq minutes avant la sonnerie de son réveil avec une sensation d'être espionner, elle regarda de partout autour d'elle mais ne vit rien. « Sans doute que j'ai rêvé. » Elle se leva prit sa douche ainsi que son café et partie au lycée là où Amélie l'attendait.

« Salut. » Dit gaiement cette dernière. « Tu vas mieux aujourd'hui ? » Demanda-t-elle un peu inquiète.

« Salut oui ça va beaucoup mieux je te remercie. » Répondit Olivia un petit sourire aux lèvres.

« Super, car nous avons du travail aujourd'hui, nous avons une classe de primaire qui vient faire une séance de natation ce matin. » S'exclama l'adjointe l'inquiétude complètement évanouie laissant place à sa bonne humeur habituelle.

« Quoi tu plaisantes ?! » Demanda Olivia surprise.

« Hééé non, pourtant j'aimerai bien, c'est l'idée de notre généreux et gentil proviseur qui a proposé à l'école primaire du centre de venir faire ses leçons de piscine chez nous. » Expliqua la jeune femme faussement embarrassée.

« Mais pourquoi ? Ils vont dans la piscine municipale habituellement ? » Demanda la grande femme.

« Oui je sais, mais la piscine est actuellement fermer toute l'année pour travaux, donc notre bon principal c'est gentiment proposé donner les cours dans le lycée. » Expliqua Amélie.

« Ok, mais il va y avoir leurs maitresses au moins ? » Demanda Olivia prenant peur.

« Oui bien sur rassure-toi. »

« Ah tu m'as fait peur, j'ai cru que c'était à nous de leur apprendre à nager. » Dit Olivia soulager mais elle s'arrêta quand elle vit Amélie la regarder avec une tête un peu dégouter. « Non ne me dis pas que nous devrons le faire. »

« Heu, ben si justement. » Dit elle avec une moue faussement dépitée.

« Oh non ! Heureusement que tu seras là pour m'aider. » Elle s'arrêta de nouveau quand elle vit la grimace de son amie. « Ah non, tu ne vas pas me faire ce coup là, tu ne vas pas m'abandonner avec eux. »

Amélie se mit à rire devant la figure de dépiter de la grande femme. « Tu parles de ses enfants comme si qu'ils étaient de vrai monstres. »

« Ben oui, c'est le cas, ça saute partout et ça n'écoute pas, je préfère les ados. » Expliqua Olivia en faisant la grimace.

« Ne t'inquiète pas, je ne serais pas pari longtemps juste le temps de finir de remplir la paperasse pour le proviseur et je te rejoins après promis. » Dit la jeune femme se retenant de rire.

« Tu as intérêt sinon je te noie. » Dit Olivia en la regardant faussement sévère.

« Mais oui bien sur, allez je file sinon je vais me faire taper sur les doigt et rassure-toi, ils ne seront pas là avant dix heures, donc tu as trois heures devant toi pour te préparer psychologiquement. » Dit Amélie en se moquant de la grande femme.

« Ah ! Ah ! Ah ! Très drôle. » Répondit Olivia amusé.

Et Olivia se retrouva seule devant la piscine, ne voulant pas repenser à tout ceci elle alla dans son bureau principale qui était situé à coter de la piscine et commença à préparer le programme de la journée pour ses étudiants. Une de ses élèves une jeune fille de première année de lycée d'à peine 15 ans mesurant 1m56 les cheveux bruns longs d'une silhouette fine et fragile arriva en pleure dans son bureau, elle s'arrêta immédiatement et se dirigea vers la jeune fille.

« Mais qu'est ce qu'il t'arrive ? » Demanda-t-elle inquiète en l'invitant à s'assoir sur la chaise en face de son bureau.

Elle regarda attentivement cette dernière et vit sur le coté de son visage un gros bleu, avec une main douce elle attrapa le menton de la jeune fille et la tourna sur le coter afin de mieux voir elle se figea

« Qui ta fait ça ? » Demanda-t-elle à l'étudiante qui baissa la tête en laissant apparaître vaguement de dessous son foulard un deuxième hématome de couleur violet noir. Sans demander l'autorisation Olivia enleva le foulard de l'étudiante et eu un haut le cœur quand elle vit qu'il faisait largement la taille de son propre poing et qu'il descendait dans son dos.

« Oh bon sang. » Dit elle plus pour elle-même et elle regarda avec peine la jeune fille qui de honte n'osa pas croiser son regard. Elle remarqua également des bleus sur ses bras ainsi que en bas de son cou.

« Comment t'appelle-tu ? » Demanda Olivia d'une voix douce et rassurante.

« Ma...Mathilda. » Répondit doucement la jeune fille.

« Mathilda, écoute-moi, je voudrais que tu viennes avec moi voir le médecin de l'école. » Dit la grande femme doucement.

La jeune fille secoua vivement sa tête baissée. Olivia avait vraiment de la peine pour cette élève et la prit immédiatement dans ses bras quand cette dernière éclata en sanglots.

« Écoute-moi, nous devons te faire voir par un médecin, si tu veux je t'accompagne d'accord, mais il faut que tu ailles en voir un et si vraiment cela peut te rassurer je la fais venir dans la salle de soin du gymnase comme cela tu n'auras pas à bouger. » Expliqua Olivia ne voulant pas lâcher le morceau.

L'étudiante hocha la tête. « Vous...vous restez a...avec moi ? » Demanda l'adolescente apeurée.

« Oui je reste avec toi si tu veux, alors tu veux y allez ou bien je le fais venir ? » demanda la grande femme calmement.

« Je...je préfère qu'i...qu'il vienne. » Répondit la jeune fille doucement.

« Bien d'accord, ne bouge pas d'ici, je vais le chercher ne t'inquiète pas ici tu es en sécurité. » La rassura Olivia en essuyant les larmes des joues de l'élève.

Olivia sorti de son bureau et se hâta pour aller retrouver le médecin de l'école, elle rentra dans l'infirmerie et s'aperçut que le médecin qui si trouvait était un homme qui vint la saluer gracieusement. Cet homme à toujours eu le béguin pour la jeune femme mais elle ne s'en souciait guère.

« Ah bonjour mademoiselle Parker, comment allez-vous ce matin ? » Demanda-t-il chaleureusement.

« Bien, plutôt bien, je suis à la recherche d'un médecin mais une femme aurai été plus approprié, c'est pour une étudiante. » Répondit Olivia sans lui prêter attention.

« Mais je suis là, je pourrais très bien faire l'affaire. » Répondit l'homme voulant à tout prix être auprès de la grande femme.

« J'ai demandé une femme, pas un homme et comme je vous l'ai dit c'est pour une étudiante. » Répondit froidement la jeune femme brune.

L'homme allait répliquer quand le deuxième médecin du lycée qui cette fois ci était une femme d'une trentaine d'année mesurant 1m68, les cheveux blonds châtains clairs s'appelant Valérie apparut, Olivia lui demanda avec politesse de la suivre chose qu'elle fit.

« Un problème Olivia ? » Demanda-t-elle un peu intriguer.

« Oui j'en ai bien peur mais j'ai besoin de l'avis d'un médecin. » Répondit la grande femme en marchant rapidement.

Elles arrivèrent toutes les deux dans le bureau là où l'attendait la jeune étudiante qu'elles font passer dans la salle de soins du gymnase. La femme médecin demanda à Mathilda de retirer ses vêtements, chose que cette dernière eux du mal à faire. Et au moment où le t-shirt fut retiré Olivia et Valérie resta tétanisé devant l'état du dos de l'adolescente. Ce dernier était recouvert d'hématomes et d'ecchymoses ne laissant pratiquement pas la vrai couleur de sa peau ressortir. Le médecin fit assoir la jeune fille sur la table d'auscultation, et commença à faire le tour de l'étudiante pour s'apercevoir que sur le devant elle en avait tout autant. Olivia rejoint Valérie quand elle remarqua le visage se décomposer et se figea.

« Mais quel... » Elle ne put finir sa phrase tellement elle était Horrifié.

Mathilda qui avait tellement honte éclata une nouvelle fois en sanglots et c'est Olivia qui la prit dans ses bras afin de la réconforter.

« Chuut tu n'as pas a avoir honte, tu dois nous dire qui t'as fait ça, sinon nous ne pouvons pas t'aider. » Dit la grande femme d'une voix extrêmement douce.

L'ado resserra son étreinte en collant son visage contre le corps du coach. Qui posa sa joue sur le haut de la tête en entourant le petit corps fragile de ses bras sécurisant.

La femme médecin qui voyait l'état de la jeune femme ne pouvait que compatir. « Il faudrait connaître les responsables de ceci et porter plainte, elle ne peut pas rester comme ceci c'est trop cruel. »

« Je suis bien d'accord avec vous, il faut d'abord appeler ses parents pour les mettre au courant. » Affirma Olivia d'une voix extrêmement sérieuse.

Quand ses mots furent prononcés Mathilda prit peur et s'écarta d'un coup des bras de la grande femme.

« Non, n'appeler pas mes parents s'il vous plais ! » S'exclama la jeune fille tétanisée.

« Pourquoi ? Ils doivent être au courant. » Dit gentiment le médecin.

« Non, je vous en supplie n'appeler pas mes parents, s'il vous plait. » Elle regarda Olivia les yeux remplis de larme en la suppliant de ne pas les appeler. « S'il vous plait. »

Cette dernière tilta aussitôt. « Ce sont eux les responsables n'es ce pas ? » Demanda-t-elle voulant avoir confirmation de sa pensée.

L'étudiante ne dit rien baissa simplement la tête.

« Mathilda répond moi, ce sont eux les responsables de cela ? » Insista la grande femme en se baissant pour voir les yeux de la jeune fille.

L'ado hocha doucement la tête toujours baisser en la regardant tristement.

« Très bien. » Dit Olivia se redressant de toute sa hauteur en se tourna vers le médecin. « Nous connaissons les coupables maintenant vous savez quoi faire ? » Lui demanda-t-elle.

« Oui ! » Répondit Valérie d'un ton sérieux.

« Bien, je vais faire ce que j'ai à faire de mon coter également. » Dit Olivia en se tournant vers l'étudiante.

« Vous allez faire quoi ? » Demanda l'ado de peur.

« Ce qu'il faut faire, dit moi tu as de la famille chez qui aller ? » Demanda un peu froidement Olivia.

« Mais je ne veux pas mettre mes parents en prison ! » S'exclama la jeune fille comprenant enfin ce que les deux femmes allaient faire.

« Mathilda, ce que font tes parents c'est vraiment très grave, ils doivent être puni. As-tu de la famille chez qui aller ? » Expliqua Valérie en reposant de nouveau la question que la grande femme avait posé un peu plutôt.

La jeune fille secoua la tête. « Non je n'ai personne chez qui aller. »

« Bien on verra ça après, tu vas en cours et rejoint moi ici à la fin du lycée. » Dit Olivia à l'élève.

Celle ci accepta avant de partir d'un pat meurtrie.

Aussitôt Olivia et Valérie se précipitèrent chez le principal et lui raconta en détail la chose, celui ci appela immédiatement les policiers qui arrivèrent quinze minutes après en envoyant une patrouille arrêter les parents de la jeune fille qui avouèrent sans trop de difficulté les passages à tabac qu'ils faisaient subir à leur fille. Olivia, le proviseur, Valérie, ainsi que les policiers était à côté de la piscine pour résoudre le problème qui était de trouver un foyer à la jeune fille chose à laquelle Olivia s'interposa.

« Je ne suis pas d'accord de punir cette jeune fille en l'emmenant je ne sais où loin de son école et de ses amies nous devrions la mettre en famille d'accueil la où elle pourrait continuer sa scolarité avec des personnes qui pourraient la soutenir et peut être lui donner ce qu'elle n'a jamais eu auprès de ses propres parents. » Expliqua la grande femme déterminée.

« Mais Olivia elle est bien trop vieille pour aller dans une famille d'accueil personne ne voudra d'elle et comme elle n'a aucun autre famille en dehors de ses parents il n'y a que cette solution. » Dit le proviseur

« Je refuse ! » Cria la grande femme. « Je refuse qu'elle soit détruite encore plus qu'elle ne l'est déjà dans un truc ou personne ne se souciera d'elle. »

« Olivia, je suis bien conscient de tout ceci mais nous n'avons pas d'autre choix. » Dit à son tour Valérie.

« Mademoiselle, nous avons recherchés dans le passé des parents elle n'a effectivement pas d'oncle où tante, ni même de grand-parents qui pourrait s'occuper d'elle et la lois est formel si personne ne prend en charge cette mineure, elle doit aller dans un foyer. » Expliqua un agent de police.

En rage Olivia sorti de ses gonds. « Elle est mauvaise la loi ! » Dit-elle en tapant du poing contre le grand plongeoir.

« Olivia écoute, il faut pourtant trouver une solution si elle n'a pas de tuteur avant ce soir, elle devra y aller c'est inévitable. » Lui expliqua Valérie en essayant de la calmer.

« Et bien je deviendrai son tuteur légal ! » Balança la grande femme très sérieusement.

« Quoi ! » Répondirent tous en même temps.

« Vous m'avez bien entendu, il est hors de question que cette jeune fille aille dans un foyer à la noix et s'y il lui faut un tuteur pour qu'elle puisse rester ici et bien je deviendrai le sien. » Expliqua Olivia sans lâcher prise.

« Mais non Olivia, vous ne pouvez pas. » Objecta le proviseur.

« Je suis désolée mais aucune loi ne vous interdise de devenir le tuteur légal d'un mineur. » Le contra cette dernière avec un regard plus que déterminé.

« Monsieur le proviseur cette jeune femme à raison. » Dit l'un des policiers. « Elle à tous les droits de devenir le tuteur légal d'un mineur si ce dernier n'as pas de famille pour s'occuper de lui, comme pour le cas de Mathilda. »

Olivia n'en revenait pas de se qu'elle avait exigé mais sentit son cœur faire un bon quand le policier lui donna raison.

« Alors cela veut, dire que je peux repartir avec elle ce soir ? » Demanda-t-elle un peu dérouté.

« Oui c'est exact, mais dans le mois en cours vous devrez fournir à la mairie tous les papiers pour la demande de tutorat envers la mineure. » Expliqua l'homme.

« Ce sera fait ne vous inquiétez pas ! Merci beaucoup en tout cas. » Dit elle heureuse en serrant la main du policier.

Le policier toucher par la ténacité que cette dernière avait de défendre l'adolescente, ne pouvait en aucun cas laisser faire les choses et décida de l'aider.

« Nous pouvons faire encore plus simple, pour des cas urgents nous avons toujours quelques formulaires dans notre voiture qui vous donne les droits légaux et cela prend effet immédiatement, si vous êtes vraiment sûr de vous, nous pouvons remplir les papiers de suite et la jeune fille sera à vous sans aucun droit vis-à-vis de sa famille. » Expliqua le policier gardant difficilement un sourire caché.

« Très bien allons y ! » Répondit Olivia sûr et déterminé.

Grâce à ce problème Olivia ne s'occupa pas des jeunes enfant et ce fut Amélie qui le fit en rageant contre son amie. Elle arriva vers la voiture des forces de l'ordre qui sortit le dossier, ils s'installèrent tous dans le bureau du proviseur et Olivia les remplit sans perdre de temps. Pratiquement tous les papiers qu'elle devait fournir était déjà au lycée car cela concernait ses revenus. Elle en gagnait suffisamment pour subvenir aux besoins de l'adolescente sans parler de la fortune familiale, héritage laisser par son père à sa mort, ensuite c'était la photocopie de sa carte d'identité ainsi que son passeport. Le seul papier qu'elle devra fournir c'était simplement un justificatif de domicile. Et au bout d'une heure ils sortirent tous du bureau, les policiers avec les formulaires de demande d'adoption et Olivia avec le papier lui donnant tous les droits sur l'étudiante.

Une fois les policiers repartit Olivia se dirigea vers la piscine où le cours des jeunes primaires finissait, elle avança le cœur battant la chamade, elle ne revenait pas de ce qu'elle venait de faire pour Mathilda, elle c'était battu pour la sauvegarde et la sécurité d'une jeune adolescente connu le jour même. Intérieurement elle voyait de la souffrance dans cette jeune fille la même que celle que Julia avait. Elle arriva au bord de l'eau et c'est dans un cri remplit de joie qu'elle sauta dans l'eau sous les regards surpris des enfants, enseignant et de son adjointe. Elle sortit la tête de l'eau et se mit à rire aux éclats.

« Olivia ! Mais qu'es ce que tu fais ?! Le court n'est pas fini ! » S'exclama Amélie amusé. Amélie était une jeune fille pleine de vie et un rien l'amusait.

« Je l'ai fait ! » Cria Olivia heureuse. « Je l'ai fait ! »

« De quoi ?! Tu as fait quoi ?! Peux-tu m'expliquer, je ne comprends rien, sort de l'eau ! » Dit l'adjointe en rigolant à moitié ne comprenant pas vraiment ce que son amie avait.

« Je viens d'adopté Mathilda ! » S'écria la grande femme de joie.

« Quoi tu as fait quoi ?! Ne me dis pas que... »

« Si elle ne part pas, elle reste avec nous et je deviens son tuteur légal ! » Explosa Olivia de joie.

« Houaiiiiiiii tu es la meilleure Olivia ! » S'écria Amélie en sautant dans l'eau également, cette dernière avait suivi toute l'histoire et était vraiment heureuse de revoir le si beau sourire de son amie et la rejoignit dans l'eau pour la serrer dans ses bras.

Les enfants et les maitresses ne comprenaient absolument pas ce qu'il se passait mais les accompagnèrent dans leur joie et c'est dans un moment de pur bonheur et de joie que enfants et enseignants s'amusèrent dans l'eau accompagnant les deux jeunes femmes.

Il était quinze heures quand Mathilda arriva au bureau d'Olivia, elle fut très surprise de voir cette dernière finir de se changer.

« Entre n'es pas peur. » Lui dit Olivia.

L'adolescente entra dans le bureau et s'assit sur la chaise que le coach lui désigna, puis cette dernière lui donna le papier où figura très clairement son droit de tutorat envers elle. La jeune fille se figea et tout son corps se mit à trembler puis elle leva la tête doucement vers la grande femme qui s'était assise sur son bureau à attendre nerveusement la réaction de l'étudiante. Celle ci se leva d'un bond et se jeta dans les bras de sa nouvelle tutrice avec une joie incontestée.

« Ça veut dire que tu acceptes ? » Demanda gentiment Olivia.

« Oui j'accepte, je ne peux rêver mieux que de vous avoir. » Répondit Matilda émue aux larmes.

Olivia prit le visage de sa fille adoptive entre ses mains et essuya les larmes qui roulaient avec ses pouces. « Je sais que nous, nous connaissions que depuis ce matin, mais je ne pouvais pas les laisser t'emmener loin d'ici dans un foyer qui aurai fini de te détruire, je ne pouvais l'accepter. » Expliqua-t-elle d'une voix douce.

Mathilda secoua la tête. « Non, moi je vous connais depuis longtemps, vous avez toujours été mon modèle, c'est grâce à vous que j'ai pu tenir et c'est encore grâce à vous que je suis sauvée, je ne peux demander de mère mieux que vous. » Dit l'ado d'un trait touchant profondément Olivia.

« Tu me connais depuis longtemps ? Pourtant tu viens à peine d'arrivé au lycée. » Demanda la grande femme surprise.

« Je sais, mais mes parents venait manger tous les jours dans votre restaurant, un jour j'ai vue comment vous avez remis en place un homme quand il a tenté de battre sa femme et depuis se jour-là, je n'ai pas arrêté de vous suivre afin d'essayer de vous parler de se que mes parents me faisaient subir, mais j'en étais incapable. Hier je suis venu pour vous en parlez mais vous étiez déjà partie et ce matin quand mes parents m'avait une nouvelle fois battus, j'ai pris mon courage à deux mains et je suis venu au lycée plus tôt afin de vous dire la vérité. » Expliqua Mathilda un peu honteuse.

« Et cela à marcher. » Dit Olivia ému.

« Oui, mais je n'aurai jamais pensée que vous auriez fait la demande d'adoption, là c'est un rêve qui se réalise, être avec vous et protéger. Avoua timidement l'adolescente.

« Tu vois, il faut toujours croire en ses rêves, quelques fois ils se réalisent. » Expliqua la grande femme le sourire aux lèvres.

Mathilda touché hocha la tête. « Merci à vous, je n'oublierai jamais ce que vous venez de faire. »

Mais c'est naturel voyons, je n'allais pas les laisser t'embarquer. » Olivia souriait profondément quand elle vit l'éclat dans les yeux de l'ado qui lui montrait toute la reconnaissance et la liberté qu'elle lui offrait. « Bien, maintenant que nous allons vivre ensemble il y a des règles à respecter. » Dit elle plus sérieusement.

« Oui, tout ce que vous voudrez. »

« Déjà tu vas commencer par me tutoyer et m'appeler Olivia en dehors de l'établissement où quand nous, nous retrouvions seule. »

« Oui d'accord. »

« Ensuite la première règle importante de la maison car elle s'applique aussi pour moi c'est que tu ne devras en aucun cas arriver en retard pour l'heure du diner quand tu es en cours ainsi pour celui du déjeuner pendant les week-ends et vacances inclut. » Expliqua Olivia.

« Oui entendu. » répondit la jeune fille contente.

« Je t'explique, la raison tu pourras me traiter de vieille enfant mais je vis avec ma mère et elle à horreur que l'on soit en retard à l'heure des repas et si tu l'es, tu as intérêt à avoir une très belle excuse. » Continua la grande femme.

« Vous vivez chez heu...tu vis chez ta mère ? » Demanda Mathilda surprise.

« Houai, déjà ça m'évite d'avoir un loyer à payer et de plus depuis la mort de mon père elle et moi nous nous soutenons beaucoup, je t'avoue que c'est la personne en qui j'ai la plus confiance et à qui je raconte vraiment tout et de l'avoir auprès de moi me réconforte. » Répondit honnêtement Olivia. « J'espère que tu ne verras aucun inconvénient ? » Demanda-t-elle avec un peu appréhension.

L'ado secoua la tête. « Je trouve cela super d'avoir une mère comme ça. »

« Et bien mettons-nous en route, comme ça tu la connaîtras ne t'inquiète pas elle est au courant de toute ton histoire et t'attend avec impatience. » Dit Olivia en se mettant debout.

« Quoi tu veux dire qu'elle n'a pas été folle de rage ? » Demanda l'étudiante surprise.

« Bien-sur que non, ma mère me connait par cœur et elle sait que si je fais des choix comme cela ce n'est jamais par impulsion non réfléchit. »

« Houaaa. » Répondit la jeune fille émerveiller.

La réaction de la jeune fille fit rire Olivia, puis elle l'entraina sur le parking après avoir tout fermé. Arriver devant la moto Mathilda de plus en plus surprise s'arrêta.

« Qu'es ce qu'il y a ? Un problème ? » Demanda Olivia un peu inquiète.

La jeune secoua la tête. « Non, non, elle est à toi la moto ? » Demanda-t-elle émerveillée.

« Houai pas mal non ?! » Répondit la grande femme en lui donnant un casque accompagné d'un clin d'œil.

Folle de joie de pouvoir enfin monter sur une moto et surtout avec la personne qu'elle vénérait le plus, Mathilda prit le casque sans attendre et le mit sur sa tête avant de monter derrière la grande femme en la tenant solidement par la taille. Cette dernière se réjouissait du bonheur qu'elle donna à cette fragile jeune fille. « J'espère qu'elle sera heureuse et que je serais à la hauteur de ses attentes. » Se dit-elle en démarrant l'engin pour se diriger vers sa maison, sans remarquer une silhouette la regardant dissimuler derrière l'ombre d'un arbre. Elles arrivèrent dix minutes plus tard devant la maison où la jeune femme fit descendre l'ado avant d'éteindre la moto puis elle accompagna cette jeune personne en l'invitant à entrer dans sa nouvelle demeure. Timidement Mathilda entra dans la maison où une Christine ravie l'accueillit les bras ouvert.

« Entre mon enfant, je suis ravis de t'avoir avec nous, viens entre et pose-toi. » Dit elle poliment un grand sourire affectueux sur les lèvres.

« Mer...merci heu... »

« Christine. » Répondit-elle à la question muette.

« Bien maman, je vais montrer à Mathilda sa chambre et après je ressortirais. »

« Quoi tu vas sortir alors qu'elle vient juste d'arrivé ?! »

« Oui j'en ai besoin. » Répondit Olivia un sourire triste sur les lèvres avant de partir emmenant sa fille adoptive dans sa nouvelle chambre qui se trouva en face de la sienne.

« Tien, voilà ta chambre, j'espère que cela te conviendra.' Dit la grande femme un peu intimidé quand même. « Ce n'est pas le luxe mais voilà. »

« Tu rigoles, mais elle est immense cette chambre elle fait le double de la mienne. » Répondit l'ado émerveillé.

Ravis Olivia lui rendit le sourire que sa jeune protégée lui fit. « Bon je vais y aller si tu as besoin de quoi que se soit demande à ma mère. »

« Oui bien-sur, merci encore. » Répondit Mathilda heureuse.

Olivia reparti dans la cuisine pour prendre un verre de jus d'orange et en proposa à la jeune fille qui venait de la rejoindre qui accepta avec plaisir. Puis une fois son verre vide elle se dirigea vers la porte d'entrée et fit face à elle.

« Olivia tu devrais arrêter ce n'est pas bon, tu te fais du mal en faisant cela. » L'arrêta sa mère alors qu'elle était sur le point d'ouvrir la porte en lui tournant le dos.

« Je ne veux pas arrêter, et je ne veux pas oublier, je sais que cela me fait du mal, mais que je sois ici où là-bas sa revient au même, j'ai toujours aussi mal, mais en étant là-bas j'ai l'impression d'être proche d'elle et j'en ai besoin, besoin de me rappeler mes erreurs, besoin de savoir que quelque part elle est là à veiller sur moi. » Expliqua Olivia en appuyant sa tête contre la porte sans se retourner.

« Je sais bien tout ça mais, tu te fais du mal, je ne te demande pas d'oublier mais simplement d'arrêter. » Expliqua sa mère peiner de ne pouvoir effacer la douleur que sa fille portait en elle.

« Arrêter quoi ? Tout ceci est de ma faute, si je n'avais pas comprit le manège de Sarah plutôt tout ceci ne serait jamais arrivé. » Dit-elle laissant ses larmes couler.

L'adolescente qui assistait à la scène fut vraiment toucher de voir une autre facette d'Olivia qui habituellement possédait un tempérament forte et froid, montrer celle d'une jeune femme avec une très grosse souffrance sortant sous forme de grosse larmes silencieuses.

Sans rien dire de plus Olivia ouvrit la porte et sorti dehors en la refermant doucement et s'appuya contre la porte la tête toujours baisser. « Non je ne peux arrêter, j'ai trop besoin d'être là où elle m'a quittée. » Puis elle partit à moto, en direction du ponton.

Mathilda ne dit pas un seul mot quand Christine arriva dans la cuisine tristement. Cette dernière leva la tête et vit de la compassion dans les yeux de la jeune fille. « Je suis désolée pour ce que tu viens d'assister mais Olivia traverse une terrible épreuve. »

« Oui c'est ce que j'ai compris, elle souffre énormément et pourtant au lycée elle ne le montre pas. Elle est maîtresse d'elle-même alors que ici elle fait tomber toutes ses défenses. »

« Une personne qui était chère à son cœur est décédée il y a un mois et demis de ça, en se jetant du ponton. » Lui confia la mère d'Olivia.

« Oh je suis terriblement désolée, je comprends sa souffrance. » Répondit la jeune fille tristement.

« Et depuis ce jour-là, tous les jours elle se pose sur les lieux du drame sans que je ne puisse l'en empêcher. »

« Elle devait beaucoup l'aimé pour qu'elle réagisse de la sorte. »

« Oui elle l'aimait beaucoup et l'aime toujours autant, elle porte un amour si pur, et si fort que rien autour n'hésite, mais elle n'a jamais eu le courage de le lui annoncer l'amour qu'elle portait pour cette jeune femme. » Expliqua Christine.

« Amour vous voulez dire amour comme amoureuse ? » Demanda l'ado voulant comprendre.

« Oui, elle était amoureuse d'elle depuis le premier jour où elle la vu, et elles étaient constamment ensemble sans qu'aucune des deux ne se l'avoue. » Dit la femme doucement. « Et c'est dommage car elle était si douce et si jolie cette enfant, je l'aimais vraiment beaucoup. » Confia-t-elle tristement.

Mathilda comprenait les sentiments d'Olivia et sa mère, et était triste pour elles deux et fut déçu de ne jamais pouvoir rencontrer cette jeune femme qui les rendait aussi triste. Puis pour détendre l'atmosphère elle commença à demander les habitude et s'intéresser au travail de sa grand-mère adoptive, chose qui eu l'effet désiré et cette dernière commença un discourt de plusieurs heures sous l'oreille très attentive de la nouvelle venue.

Olivia arriva sur le ponton comme tous les soirs où elle retrouva son pêcheur préféré. Qui la salua content de la voir.

« Alors comment c'est passer les cours aujourd'hui ? » Demanda-t-il curieux.

Elle raconta l'histoire avec sa petite protégé et ce qu'elle venait de faire pour elle.

« Hooo mais c'est vraiment génial de votre part d'avoir sauvée cette jeune fille respect mademoiselle. » Dit Antoine en faisant le signe de s'incliner chose qui fait rire son amie.

« Je ne sais pas, mais quand j'ai vue cette petite recouverte de bleu j'ai eu l'image de Julia dans mon esprit, au moment où elle-même était dans cet état à l'hôpital. Je n'ai pu la sauvez et je ne voulais pas que cela recommence avec cette jeune fille. » Raconta Olivia.

« Vous avez un grand cœur Olivia, Julia peut être fière de vous, mais qui vous dit que vous ne l'avez pas sauvé ? Regarder depuis qu'elle vous connait vous avez toujours été présent quand elle n'allait pas bien. »

« Oui mais j'ai jamais put empêcher ses drames arriver. » Dit la grande femme tristement.

Serte, mais vous avez protégé son âme rien du faite de votre présence, peut être que c'est le destin ou le pur hasard, mais vous étiez toujours sur les lieux quand elle craquait où avait un accident. » Lui fit remarquer Antoine.

« Oui c'est vrai. » Avoua Olivia.

« Même si vous ne connaissez pas tous les détails de son état, mais en sachant juste que la mort de ses parents était la cause de tout cela vous permettait de pouvoir l'aider comme il le fallait. »

« Je sais, mais elle ne me l'a pas dit ouvertement, mais simplement pendant un cauchemar à moitié endormi. » Expliqua la grande femme.

« Je vous l'accorde, mais elle vous l'a dit quand même, car ce jour-là elle c'était senti en sécurité avec vous. » Dit l'homme tranquillement. « Cela me fait penser à une histoire raconter par mon grand-père. »

À ses mots Olivia éclata de rire.

Le vieil homme ne releva pas et continua. « Mon grand-père me disait tout le temps que si une âme se sentait en sureté et qu'elle avait trouvé le chemin de chez elle, elle pouvait se dévoiler à la personne qui deviendra son foyer. »

« Vous y croyez vraiment à l'âme sœur ? » Demanda la jeune femme brune par simple curiosité.

« Bien-sur, j'ai trouvé la mienne il y a cinquante et un ans de ça, comme vous avez trouvé la vôtre. Répondit l'homme un peu vexé.

« Non, sinon je serais avec elle si vraiment je l'avais trouvé. » Répondit Olivia sombrement.

« C'est ce que vous dites, mais un jour comme je vous l'ai dit un jour vous, vous réveillerez avec quelque chose de plus en vous, et ce jour-là se sera votre âme sœur qui vous appellera. » Raconta le vieux pêcheur.

« Comment le saurais-je ? » Demanda Olivia.

« Un vide que vous avez se comblera. » Répondit l'homme en se levant. « Rien est impossible croyez-moi. Dit-il avant de partir.

« Attendez ! » L'arrêta Olivia en se mettant debout.

Antoine se retourna après avoir effectué un petit sourire qu'elle ne vit pas.

« Pourquoi me dite vous tous les jours cette phrase ? »

« Parce que rien est impossible mon enfant, l'impossible devient possible. » Redit-il.

« Je ne comprends pas, expliquez-vous. » Insista la grande femme voulant à tout prix comprendre.

« Cherchez en vous, cherchez les réponses à vos questions dans le plus profond de votre être, la réponse se trouve dans votre âme. » Répondit Antoine doucement.

« La réponse à quoi ? » Olivia ne comprenait rien à ce qu'il disait

Le vieil homme se retourna et regarda la grande femme. « La réponse concernant votre amie. » Répondit Antoine simplement

« Mon amie ?! Julia ?! »

« Oui elle. Vous, vous posez une question car votre âme refuse de croire. »

« Attendez, pourquoi me dite vous tout ça ? Je ne comprends rien, devenez plus clair. » Olivia perdait patience avec les énigmes du pêcheur.

« Pourquoi venez-vous sur ce ponton tous les jours ? » Demanda l'homme.

« Comme pour vous, pour repenser à notre amour perdu. » Répondit lassé la grande femme.

« Non ça c'est ce que je fais moi, mais pour vous la vrai raison c'est quoi ? Pourquoi venez-vous ici ? » Insista-t-il.

« Je viens ici parce qu'elle est morte ici. » Répondit Olivia baissant la tête en affaissant les épaules.

« Ça c'est ce que vous croyez, chercher au font de vous la vrai raison de votre présence ici. »

« La vrai raison mais il y en a pas c'est juste ça. » S'énerva Olivia de n'avoir aucune réponse valable à ses questions.

« Ouvrez les yeux Olivia, ouvrez les yeux de votre cœur et de votre âme et vous aurez la vrai question avec la vrai réponse. » Dit-il avant de partir laissant la grande femme dans l'incompréhension la plus complète. « Bientôt mon amie, bientôt tu auras la réponse sois juste patiente. » Puis il disparut dans le remblai.

« Mais qu'est ce qu'il a bien voulut me faire comprendre ? Ouvrir mes yeux ?! Je ne comprends pas. » Elle resta un long moment sur le ponton debout à regarder la mer sans voir une silhouette la regarder avec attention dissimuler sous le ponton. Cette dernière se dirigea vers l'eau et plongea dedans avant de disparaître dans les profondeurs.

Olivia entendit un petit plongeon venant de dessous elle et se mit à regarder de partout dans l'eau sans rien apercevoir. Puis quand elle leva les yeux elle vit la forme brillante de la veille sortir de l'eau mais avec quelque chose accroché à elle cette fois ci avant de replonger dans l'océan et disparaître.

Olivia rentra chez elle complètement déboussolée entre ce que le pêcheur et la forme qu'elle avait vu, tout cela fut trop pour elle. Elle fut accueillie par sa mère et sa fille adoptive.

« Olivia tout va bien ? » Demanda sa mère un peu inquiète voyant l'état d'absence de cette dernière.

« Hein ?! Oui ! Oui ! Tout va bien ! »

« Tu es sur ? » Demanda Mathilda elle aussi inquiète.

« Oui ça va. » Répondit-elle en mettant une main rassurante sur la joue de l'ado. « Simplement que j'ai vue quelque chose d'étrange dans l'eau, hier aussi d'ailleurs. » Expliqua-t-elle.

« Tu as vue quoi ? » Demanda sa mère curieuse en accompagnant sa fille dans la cuisine pour manger.

« Je ne sais pas c'était loin, je n'ai pus voir ce que c'était, tout ce que j'ai pu apercevoir, c'était une forme, sortant de l'eau brillant et c'était de grande taille et le plus d'aujourd'hui c'est qu'il y avait quelque chose sur sa, alors qu'hier il n'y avait rien. » Raconta Olivia en se repassant la scène dans sa tête.

« Sérieux ? » Demanda Mathilda fasciné.

« Oui et ce que je trouve étrange dans cette histoire, c'est qu'hier et aujourd'hui il s'est passé un truc avant de voir la forme. »

« Quel genre de truc ? » Demanda sa mère fascinée également.

« Et bien, hier quelque chose m'a arrosé avant, j'avais immédiatement baisser les yeux afin de voir ce que c'était, j'ai cherchée de partout, regarder sous le ponton et dans les eaux j'ai rien vu, seul cette forme sortant de l'eau au loin, et aujourd'hui j'ai entendu quelque chose plonger dans l'eau sous le ponton et rien n'est apparut en dehors de la même forme avec cette silhouette sur elle. » Expliqua-t-elle intrigué.

« J'avoue que je trouve cela plutôt étrange également. » Confirma sa mère.

Et le reste du repas se finirent sur cette discussion avant de dévier sur des choses et d'autre entourer de bonne humeur que la jeune ado mettait au grand bonheur de sa nouvelle famille.

( à suivre...)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 22 Avr 2012 - 15:13

Tu es en retard sur ce forum, sur X-I la fic est déjà terminée.
Tu devrais peut-être tout poster.
J'adore toutes les fics que tu écris.
Tes histoires sont vraiment très originales.
Sache que je te lirais toujours tant que tu continues à écrire. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:02

CHAPITRE 10

Olivia se réveilla étrange ce matin-là, elle ne sentit plus aucune tristesse en elle, comme ci que quelque chose était entrée en elle sans aucun espoir d'en ressortir un jour, le vide qu'elle ressentait depuis des jours c'était comblé, inquiète elle se regarda dans la glace et vit qu'elle n'avait pas changer, mais elle sentait une force monter en elle doucement. Elle haussa les épaules et parti prendre sa douche et alla à la cuisine pour prendre son café du matin et sorti de chez elle afin d'aller courir un peu le ciel était dégagé et ensoleillé avec une brise fraiche de ce mois de septembre. Elle partit en direction du remblai, fit son tour de footing habituelle avant d'aller sur le ponton, elle regarda sa montre et vit 7h30. « J'ai du temps devant moi avant d'aller au bahut et Mathilda commence plus tard ce matin. » Elle se posa tranquillement à sa place et contempla l'eau. Un bruit derrière elle attira son attention et vit sa fille adoptive la rejoindre.

« Tien qu'es ce que tu fais ici ? » demanda-t-elle en lui souriant.

« Et bien comme tu vois, je cours moi aussi. » Répondit l'ado en désignant ses habilles de sport avec un sourire amusé. « Puis-je me joindre à toi ? »

« Oui bien sûr ! » Répondit la grande femme contente de voir la jeune fille être quelqu'un aimant le sport.

« Alors c'est lui le fameux ponton où tu viens tous les jours ? » Demanda la jeune fille émerveillée par la beauté du paysage.

« Oui c'est lui. » Répondit Olivia doucement devinant que sa mère avait parler, mais elle ne lui en voulait pas car l'ado faisait maintenant partie de sa vie et qu'elle était en droit de le savoir.

« C'est si beau. » Constata Mathilda envoyant les couleurs que le soleil faisait à l'océan à son levé.

« Oui, comme elle l'était. » Confia Olivia. « Quand je regarde l'eau briller comme cela, je revois les yeux qu'elle faisait quand elle était heureuse où quand elle rougissait, ils brillèrent de la même manière. » Continua-t-elle le regard perdu au loin dans l'horizon.

Mathilda fut extrêmement toucher par la douceur de la grande femme qu'elle avait en parlant de la petite blonde qu'elle ne put s'empêcher de poser sa main sur la sienne. Olivia qui senti le geste regarda l'ado avec un sourire affectueux qui lui fut rendu par cette dernière.

« Ça devait être une personne vraiment merveilleuse pour qu'elle soit aimée avec autant d'amour et de passion. » Dit l'étudiante. « Sa se vois dans tes yeux. » Continua-t-elle quand elle vit la jeune femme qui allai répliquer. « Quand tu parles d'elle, tu as les yeux qui brillent et on peut y voir tout l'amour et la passion que tu portes. Seule une personne qui aime de toutes ses forces et surtout de toute son âme avec un amour si pur que tu lui portes peux se voir dans les yeux. »

Olivia sourit simplement sans rien dire. Et les deux filles restèrent un long moment à contempler l'océan avant de repartir chez elles mais un bruit venant de dessous le ponton attirèrent leurs attentions, elles s'arrêtèrent et se penchèrent pardessus lui afin de voir qu'est ce que c'était, mais ne virent rien, elles restèrent quelques minutes à fouiller le moindre recoin avec leurs yeux mais rien. Elles se relevèrent intrigué quand la forme brillante qu'Olivia avait vue la veille et le jour d'avant sorti une nouvelle fois hors de l'eau avant de replonger et disparaître.

Mathilda resta bouche bée devant ce truc vraiment étrange et regarda Olivia qui était tout aussi dérouté. Puis les deux femmes se regardèrent. « Tu...tu l'as vue n'es ce pas ? » Demanda Olivia.

« Ou...oui je l'ai vue. » Confirma l'ado.

« Et et le bruit t...tu l'as entendu aussi ? » Demanda de nouveau la grande femme voulant se rassurer.

L'étudiante hocha vivement la tête sans prononcer un son.

« Bon ok, rentrons. » Dit simplement Olivia en partant suivit de la jeune fille.

Aucune des deux ne remarqua la silhouette cachée derrière un rocher sous le ponton les observant partir, quand cette dernière fut rassuré que les deux femmes soit assez éloigné, elle sortit de sa cachette et se mit à les suivre doucement sans se faire remarquer par ces dernières. Arrivée dans la rue d'Olivia elle s'arrêta deux maisons plus loin et observa les deux filles entrer dissimuler dans l'ombre d'un arbre. « Bientôt ! » Dit elle dans un chuchotement avant de disparaître dans la rue principale.

Olivia et Mathilda partirent toute les deux au lycée l'esprit un peu perdu à cause de l'apparition, elles se quittèrent sur le parking en allant chacune dans leur endroit respectif.

En fin de journée Antoine arriva sur le ponton une demi heure avant qu'Olivia n'arrive, il s'installa sur le ponton comme à son habitude pour l'y attendre. Il sortit sa canne à pêche mit ses plombs et hameçons accompagné d'un appât et lança sa ligne loin dans la mer qui montait. Il était silencieux puis se mit à sourire tout seul.

« Salut ! » Dit -il.

« Ça mord ? » Demanda une silhouette tapis dans l'ombre assise sur les pieds de la rambarde sous le ponton.

« On peut dire ça, car je crois avoir ferré un gros poissons qui n'arrivera que dans une demi-heure. » Répondit le vieux pêcheur.

« Je sais tu as reçu mon message ? » Demanda l'ombre.

« Bien-sûr, mais je me dis que tu devrais te montrer. »

« Pas encore je dois faire une chose avant. »

« Je sais. » Répondit l'homme en soupirant. « Mais tu es sûr de ce que tu fais ? » Demanda-t-il.

« Oui et toi as tu ce que je t'ai demandé ? »

« Oui tien voici l'adresse et le nom exact de la personne. » Dit-il en donnant un petit bout de papier à travers les lattes du ponton.

« Parfait ! » Répondit l'ombre. « Et toi quand est-ce que tu vas lui dire qui tu es réellement ? »

« Quand elle sera prête. » Répondit Antoine. « Et tu sais à quel moment elle le sera. »

« Oui je le sais mais rassure-toi cela ne sera bientôt plus long. » Rassura l'ombre en descendant de son perchoir atterrissant dans l'eau.

« Je le sais, fait simplement attention à toi que je ne fasse pas tout cela pour rien. » S'inquiéta Antoine.

« Non rassure-toi. » Fini l'ombre avant de plonger dans l'eau en disparaissant.

« Me rassurer c'est pas toi qui prends des risques. » Bougonna l'homme pour lui seul.

Il sursauta quand il vit Olivia arrivé à coté de lui.

« Qui prend des risques ? » Demanda-t-elle curieuse.

« Hein ?! Ah non personne, j'étais en train de repenser à ce qu'un ami m'avait dit au téléphone ce matin, il m'avait appelé pour me dire qu'il voulait aller pêcher sur la côte là où la mer est bien déchainé alors je lui ai dit qu'il y aille tout seul car j'ai pas envie de prendre de risque. » Mentit-il.

« Ah oui, je veux bien te croire, il faut être fou pour aller pêcher là-bas, la mer est tout le temps agiter à cause des rocher qui forme des tourbillons. » Dit Olivia ne se doutant de rien du tout.

« Ben oui, c'est ce que je lui ai dit, mais il voulait quand même y aller. » Confirma le pêcheur. « Bon sang comment ai je fais pour ne pas la sentir arrivé. » Se dit-il intérieurement. Puis il s'arrêta et se mit à fixer étrangement la grande femme.

Cette dernière le remarqua et s'observa à son tour sous toutes les coutures voulant savoir ce que l'homme fixait mais ne vit rien. « Quelque chose ne va pas sur moi ? Je suis habillée trop légèrement. » Dit-elle en désignant ses vêtements de sport.

« Hein ? non, non tu es très bien, désolé j'étais partie dans mes pensées. » Répondit rapidement le vieil homme, puis il tourna son attention sur sa ligne. « Bon sang elle à raison elle est pratiquement prête, c'est étrange elle ne l'avait pas hier quand nous nous sommes vue pensa-t-il. » Puis il se mit à réfléchir quand d'un coup une illumination arriva dans son esprit. « Se pourrait-il que...oh oui sa ne peux être que sa. »

Olivia le sorti de ses pensées en lui demandant comment c'était passer la journée de son ami. Ce dernier lui raconta sa mésaventure au marcher puis, quelques petites chose habituel sans rentrée dans les moindres détails.

« Alors et toi comment c'est passé cette journée avec ta fille adoptive ça va, elle s'adapte bien ? » Demanda Antoine afin de changer rapidement de sujet.

« Oh oui c'est parfait, elle est adorable sociable et serviable. » Répondit Olivia ne se doutant pas encore du petit manège de l'homme.

« La fille parfaite. » La taquina l'homme.

Cette dernière rougit un peu en entendant le mot fille. « C'est vrai, c'est ma fille dans deux jours les papiers officiels seront enfin arrivés. » Elle n'arrivait pas à réaliser ses fait, elle c'était battu pour obtenir le droit d'être sa tutrice afin de protéger cet enfant. « Oui ma fille ». Redit-elle alors que la vérité se forma vraiment dans son esprit. « Mais je ne sais pas si j'ai le droit de pouvoir l'appeler comme cela, je suis plutôt jeune pour l'être. Elle serait plus ma petite sœur qu'autre chose. » dit-elle en réalisant la différence d'âge.

« l'âge dans ses moments-à ne compte pas, c'est simplement les fait et les actions qui le sont, vous venez de redonner une nouvelle vie à cette petite, que vous le vouliez ou non, elle est votre fille. » L'homme donna sérieusement son opinion à la femme qui finit par approuver ses dires.

« Olivia ?! » L'appela une voix féminine derrière elle.

Elle se retourna et vit Mathilda debout derrière elle.

« Salut toi. » La salua la grande femme avec un sourire.

« Puis-je me joindre à vous ? Enfin je ne veux pas vous déranger. » Demanda l'adolescente un peu gêné.

« Non bien sur tu peux venir ma grande. » Répondit Olivia avec un grand sourire.

« Venez jeune fille, soyez la bienvenue parmi nous. » L'accueillit le vieux pêcheur.

« Merci beaucoup. » Répondit l'étudiante en rendant le sourire au deux amis et en s'asseyant sous la grande surprise de sa tutrice entre les jambes de cette dernière appuyant son dos contre son torse.

Olivia se raidit à ce contact mais se détendit quand elle vit Antoine la regarder avec affection et faire un petit signe de tête, elle se mit à sourire chaleureusement quand la jeune fille lui attrapa les bras pour les mettre autour d'elle. « Elle a besoin d'affection cette petite. » se dit la grande femme en voyant le manège de l'ado.

« Vous former une belle famille. » Dit l'homme en faisant rougir Olivia et Mathilda. « Ne soyez pas gêner les filles, normal pour une fille de vouloir être dans les bras de sa mère. » Il regretta un peu ses paroles quant-elles devinrent encore plus rouge. « Heu...hem...bon. » Il se mit à éclater de rire quand les deux filles essaya de cacher leur embarra.

« Christine est partie au restaurant parce qu'il y a beaucoup de monde ce soir et elle m'a dit que l'on devra manger toute les deux, alors comme je me suis doutée que tu étais ici, je suis venu te prévenir au lieu qu'elle le fasse. » Expliqua l'étudiante la raison de sa présence. « Mais je...enfin je suis aussi venu par parce que je...je voulais être avec toi. » Dit elle timidement à l'intention d'Olivia.

« Mais tu as bien fait ma grande, tu peux venir quand tu veux cela ne me dérange pas. » Répondit Olivia avec beaucoup de douceur dans la voix en serrant son étreinte autour de l'adolescente.

Les trois amis restèrent sur le ponton un long moment à parler de tout et de rien quand le vieux monsieur se leva. « Bon je dois y aller, ce fut un agréable plaisir de rencontrer enfin la belle jeune fille qu'Olivia me parlait temps depuis deux jours. » Dit-il en serrant la main de Mathilda.

« Ce fut un honneur pour moi également. » Répondit cette dernière poliment.

« Olivia, quoi qu'il se passe où se passera j'espère que se jour-là tu écouteras ton cœur et que tu ouvriras ton âme, car cela te servira et que c'est grâce à cela que vous serez uni car rien est impossible. » Dit il en se levant et se mettant en position pour partir.

« Mais pourquoi me dite vous cela chaque soir ? Qu'es ce qu'il n'est pas impossible ? Je ne comprends vraiment pas. » Demanda la grande femme voulant absolument comprendre.

« Il faut que vous le découvriez par vous-même, mon grand-père me disait toujours quand on peut voir avec les yeux de l'âme c'est que le pouvait tout voir, cherchez au fond de votre âme et vous connaîtrez enfin toute la vérité qui n'est qu'à quelque pas de vous et qui va bientôt arriver, préparez-vous à l'accepter et de la regarder avec votre cœur ainsi qu'avec votre âme. Sur ce, bonne soirée mes demoiselles. » Il partit sans laisser le temps à Olivia de dire quoi que se sois.

« Mais qu'es ce qu'il a voulu dire. » Demanda Mathilda qui n'avait elle non plus rien comprit.

« Je ne sais pas, tous les soirs il me sort cette phrase, que rien est impossible et que je dois ouvrir les yeux de mon âme pour y voir la vérité. » Répondit Olivia sans pouvoir donner de réponse.

« Mais la vérité de quoi ?! » Demanda l'ado voulant aussi comprendre.

« Je n'en ai aucune idée, tout ce que je sais c'est qu'il est un bien curieux personnage. » La grande femme était vraiment largué.

« Ça tu peux le dire, regarde, il c'est arrêté. » Dit la jeune fille en montrant l'homme discrètement

« Étrange, il ne le fait jamais d'habitude. » Dit la grande brune soucieuse.

L'homme passa à la limite du ponton et du remblai et s'y arrêta. « Cela te convient t-il ? »

« Oui tu as été parfait encore une fois. » Répondit la même silhouette cachée sous le ponton.

« Elle est prête je l'ai vue. » Dit le pêcheur sérieusement.

« Bien parfait. » Se réjouie l'ombre.

« Dit moi j'ai une question à te poser ? » Demanda Antoine nerveusement.

« Oui vas y, si je peux y répondre. »

« Comment connait tu notre existence ainsi que notre vraie nature ? » Demanda-t-il par curiosité.

« Et bien, on va dire que j'ai quelqu'un qui m'as montré la vérité. »

« Bien, je te la laisse maintenant elle est à toi. » Dit l'homme posément.

« Merci beaucoup de ton aide mais ne disparaît pas comme sa du jour au lendemain. » L'averti l'ombre.

« Non, je reviendrai ne t'inquiète pas mais au moment où elle connaitra la vérité je serais moins présent pour elle. » expliqua Antoine.

« Je comprends. Tu penses que cette jeune fille... »

« Non rassure-toi, tout es comme avant rien ne changera cela, bon je file sinon elle va finir par se douter de quelque chose. » Dit le vieux pêcheur en sentant les deux regards des deux femmes sur lui.

« Oui à bientôt. » Dit la silhouette avant de plonger dans l'eau et partir.

L'homme se retourna pour regarder les deux filles au bout. « Oui à bientôt mon ami, bientôt. » Dit-il avant de disparaître sur le remblai.

Olivia et sa fille regardèrent l'homme qui c'était tourner et partir. « Il est vraiment curieux. » Dit l'adolescente.

« Oui et il agis vraiment étrangement aujourd'hui. Bon et si nous allions manger un morceau je commence à avoir faim. » S'exclama Olivia pour changer de sujet.

« Avec plaisir. » Lui répondit la jeune fille en se mettant debout. « Regarde ! » Dit-elle en montrant l'eau à la grande femme qui tourna immédiatement sa tête.

Olivia put voir la forme identique que ce matin, sortir de l'eau brillant avec toujours cette chose accrochée à elle avant de replonger sans ressortir. « Mais qu'est ce que c'est que cela ? Je payerai cher pour savoir ce que c'est. » Et c'est sur cette question sans réponse qu'elle entraina sa fille adoptive dans un fast-food.

Après leur diner, Olivia emmena l'adolescente au restaurant de sa mère afin de lui montrer où travaillait sa nouvelle grand-mère. Quand elles arrivèrent, la jeune fille était vraiment émerveiller par l'aspect de ce dernier. C'était un petit restaurant pouvant contenir deux cent couverts, terrasse comprit. L'intérieur était chaleureux, tous les murs étaient recouvert d'une tapisserie rouge bordeaux, avec des tableaux qui touchèrent le monde marin. Les tables étaient recouvertes de nappe blanche avec des sets de table marron accompagné de serviettes vert anis, décorées de petits bouquets de fleurs fraichement coupé, avec des verres imitant super bien le cristal. Elle pouvait également apercevoir un bar où le comptoir était noir vernit.

« Houa c'est magnifique. » Dit Mathilda émerveillé.

« Je suis ravie que cela te plaise. » Répondit Olivia ravit de voir la jeune fille éblouie par les lieux.

« Je ne me souvenais pas que c'était comme cela quand je suis venu l'année dernière. »

« Non, nous avons refait tout l'intérieur il y à quelques mois de cela pour lui redonner un coup de jeune. » Lui expliqua la grande femme.

« Ah bas vous avez eux bien raison. »

« Viens on-vas au bar pour ne pas déranger le service. » L'invita Olivia.

L'adolescente la suivit en regardant autour d'elle fasciné, elle s'assit sur le tabouret au comptoir.

« Mario, peut-tu nous donner deux Cocktails sans alcool s'il te plait. » Commanda Olivia.

« Quoi nous allons boire un verre ici, sa ne vas pas déranger ? » Demanda Mathilda surprise.

« Non ne t'inquiète pas, ici je peux faire ce que je veux ma mère ne me dira jamais rien. » Dit Olivia tranquillement.

« Quoi, tu veux dire que tu peux manger ici sans payer et des trucs comme cela ? » Demanda l'étudiante ébahie.

« Oui c'est sa, mais je n'en profite pas, par exemple si j'emmène quelqu'un as manger ici et bien je paye comme tout bon client, soit en travaillant une journée complète au restaurant soit en sortant mon argent de ma poche. »

« Et ta mère te laisse payer ? » Demanda la jeune fille surprise.

« Bien sur, elle n'a pas le choix et surtout je ne le lui laisse pas. Ce n'est pas parce que le restaurant appartient à ma mère que j'ai le droit d'en abuser. » Répondit Olivia sincèrement.

« C'est vraiment bien ce que tu fais. » Dit Mathilda fasciné d'en apprendre encore plus sur sa mère adoptive.

« Non je trouve cela normal. »

Le serveur arriva avec la commande, qui était composée d'une grosse coupe de glace pour chacune. Chose qui fait rire la grande femme.

« Mais je n'ai jamais commander ceci. » S'étonna Mathilda.

« Oh ne t'inquiète pas, c'est ma mère qui nous les offres de bon cœur, elle à dût nous voir. » Répondit Olivia tout en sortant un petit billet de sa poche en le faisant glisser doucement dans la main du serveur. « Et surtout ne dite rien. »

Le jeune homme hocha la tête en souriant avant de retourner à ses occupations. Olivia regarda Mathilda qui la fixait en fronçant les sourcils. « Comme je te l'ai dit, elle fait tout pour ne pas que je paye, alors je lui fais croire que c'est le cas mais je glisse un petit billet au serveur pour qu'il le mette discrètement dans la caisse. » Expliqua-t-elle avec un sourire.

« Et comme cela ni vue ni connu. » Fini l'adolescente pour elle avec un sourire.

« Tu as tout comprit. » Dit Olivia accompagné d'un clin d'œil.

Une fois leur glaces et cocktail finit les deux filles sortirent du restaurant et entrèrent dans leur demeurent en se couchant immédiatement.

Le lendemain Olivia était de bonne humeur, elle supervisait l'entrainement de ses jeunes élèves, en prenant vraiment bien le temps de tout leur expliquer en les prenant individuellement afin qu'il progresse facilement. Amélie en faisait autant de son coté, l'entente entre tout le monde était vraiment excellente, aucun élèves ne se sentaient inférieur où supérieur aux autres, Olivia et son adjointe veillaient particulièrement à cela et encourageaient tous le monde avec la même intensité et les nageurs appréciait vraiment beaucoup, même le lycée entier avait remarqué que l'équipe de natation était l'une des seules équipes de l'établissement à vraiment bien s'entendre en s'entraidant également.

Pendant l'entrainement Olivia était partie dans le bureau du proviseur pour récupérer le planning des compétitions qui venait tout juste d'arriver, elle retourna au bord de la piscine en faisant rassembler tout le monde autour d'elle.

« Bien, j'ai le planning des compétitions pour cette année, nous en avons une en décembre, une en février et un autre en juin et pour les plus téméraires, il y en a une en août. Mais pour cette dernière on verra au moment voulut. Donc pour chaque compétition nous avons besoin de seulement cinq concurrents. »

Tous les élèves se regardèrent un peu déçu de ne pas pouvoir tous participer et commencèrent à montrer leur désaccord.

« Holà, holà, on se calme les petits, j'ai dit que nous avons besoin de cinq concurrents mais j'ai pas dit qu'ils allaient être les seules à participer. »

« Quoi, je ne comprends pas, vous allez cacher l'un de nous sous l'autre et faire un relais. » Dit une fille en plaisantant.

Chose qui fait rire tout le monde Olivia comprit. « Ce serai une bonne idée. » Dit elle dans le même ton d'humour. « Non plus sérieusement, les cinq concurrents qui participeront à la première compétition ne fera pas la seconde, pour la troisième on mélangera les premiers au second participant et de même pour la dernière comme cela tout le monde participera même si c'est pas en même temps. » Expliqua-t-elle en regardant tous les élèves les uns après les autres.

« Mais normalement c'est les plus fort qui doivent concourir. » Riposta un jeune homme.

« C'est vrai, mais si on fait comme ça, cela voudra dire que seul les plus fort auront une chance de décrocher une bourse et moi cela ne m'intéresse pas, je veux que tout le monde est sa chance, car en compétition c'est à se moment-là, que les vrais potentiels se dévoile donc la change sera la même pour tout le monde vous comprenez. »

Les élèves se mirent à réfléchir à l'idée et virent que c'était vraiment logique et normal et furent aussitôt tous d'accord avec le choix de leur coach.

« Bien si personne ne voient d'objection, nous allons commencer les exercices pour la première compétition. » Expliqua la coach.

« Attendez, comment allons-nous savoir qui sera les premiers à y participer ? » Demanda une élève.

« Pour choisir qui sera les premiers, nous allons faire nous-même un petit concourt, je m'explique, dans une semaine jour pour jour nous allons organiser une petite compétition sur les cinq nages et c'est à ce moment-là que je choisirai les premiers nageur en fonction des points qu'ils auront gagné ce jour-à. » Répondit Olivia.

Les élèves se regardèrent tous et une étincelle de combattant s'affichèrent d'un coup dans leur yeux et acceptèrent l'idée.

« Bien, maintenant vous savez ce qu'il vous reste à faire, tous le monde dans l'eau nous allons faire des exercices de vitesse. » Finit Amélie.

Élèves se mirent tous à l'eau et les deux enseignantes les supervisait, ils commencèrent par faire une série de six longueurs en moins de cinq minutes.

« On recommence, c'est pas assez rapide ! » Olivia tout comme les élèves étaient déterminés à vouloir remporter tout les trophées et prouver que cette année le club de natation du lycée était le meilleur.

« Lève plus les coudes et allonge plus les bras ! » Amélie était tout aussi déterminer et donna le meilleur d'elle-même.

« Il faut frôler la surface de l'eau, elle doit caresser votre peau, plus vous serez prêt de la surface plus vous irez vite. » Olivia les encourageait pour leur donner plus de mordant chose qui réussit, ils avaient tous une soif de vaincre qui s'inscrivait de plus en plus dans leur regard. Elle regarda son chrono ils avaient fait l'exercice en cinq minutes quarante-cinq pour les plus rapide et six minutes dix pour les autres. « C'est bien on recommence ! »

« OUI ! ! ! » Répondirent tous en cœur content.

Amélie s'approcha d'Olivia. « Ils sont vraiment très bon cette année et quelle détermination, ils sont tous motivé. »

« Oui et j'avoue que sa me fait vraiment plaisir de les voir tous aussi endurant et de vouloir tout faire pour remporter la victoire. Ils méritent tous de décrocher une bourse d'étude et si je peux leur donner ne serait ce qu'une petite chance de l'obtenir je le ferais. » Dit la grande femme avec une pointe de détermination dans la voix.

« Tu es vraiment quelqu'un de bien Olivia. » Lui avoua son amie.

« Non pas assez. » Dit elle tristement en regardant les nageurs. « Si j'étais vraiment quelqu'un de bien j'aurai du voir les manigances de Sarah et empêcher la mort de Julia. »

« Arrêtes, tu n'y peux rien, tu ne pouvais pas savoir qu'aussi bien Sarah où Julia allaient réagir de la sorte, tu n'as pas à te sentir coupable de quoi que se soit. » Essaya de la réconforter l'adjointe. « Vous avez été Julia et toi des victimes de la jalousie perverse de cette garce et vous en avez payé le prix fort. »

« Je sais mais si j'avais su que... »

« non, tu n'es pas devin Olivia, comment aurai tu put savoir que Julia allait être la victime de Sarah, personne. Elle avait encaissé les coups, les manigances, la douleur depuis le début sans rien dire en restant malgré tout prêt de toi. Sarah à profiter simplement de la faiblesse de Julia pour la détruire complètement en l'éloignant de toi. Mais ce qu'elle n'avait pas réaliser c'est que toi tu aimais cette jeune fille autant qu'elle t'aimait et qu'elle vous à détruite toute les deux. La seule responsable dans cette histoire c'est Sarah et non toi ou Julia. »

Olivia ne dit rien et écouta attentivement ce que lui disait son adjointe, elle savait que celle ci avait raison, mais ne pouvait pas s'empêcher de s'en vouloir de ne pas avoir ouvert les yeux plus tôt.

Elle sortit de sa pensée morose quand elle vit que ses petits jeunes avaient tous réussit l'exercice, c'est avec bonheur qu'elle alla vers eux en les félicitant avant de leur en donner un autre sous leur demande. Amélie regarda de loin sa jeune amie avec un petit sourire triste. « Haaa qu'es ce que j'aimerais pouvoir lui redonner ce qu'elle à perdu, j'aimerai tellement la revoir sourire et revoir ses yeux remplis de joie. » Elle s'arrêta quand elle vit une silhouette cacher dans l'ombre d'un arbre qui s'enfuit immédiatement dès qu'elle c'est sentit repérer. Sans perdre de temps l'adjointe partie à sa poursuite, cette dernière courait dans les ombres des bâtiments.

« Attend ! » Cria Amélie. « Qui est tu, que fais-tu ici ?! »

La silhouette s'arrêta d'un coup, ce qui força sa poursuivante à en faire autant quelques mètres derrière elle.

« Qui est tu, que fais-tu ici ? » Redemanda l'adjointe en se rapprochant.

« Non ! Ne t'approche pas ! » Ordonna la silhouette à Amélie qui obéit sans savoir pourquoi. « J'avais besoin de la voir. » Dit elle.

« Voir qui, de qui tu parles ? » Demanda la jeune femme.

« Bientôt elle connaitra toute la vérité. »

« La vérité ? Mais la vérité sur qui et de qui tu parles ? » Demanda l'adjointe ne comprenant pas de quoi elle parlait.

« Tu le sauras bien assez tôt. » Dis la silhouette avant de reprendre sa route et de disparaître au coin du mur laissant Amélie dans le désarroi le plus total.

Elle retourna auprès de la grande femme complètement déstabilisée qui arriva un peu mécontente.

« Et ça va pas de disparaître comme cela alors que nous sommes en plein entrainement. » Gronda cette dernière.

« J..je suis désolée. » Répondit Amélie dans le vague.

« Hé, tu vas bien ? » Demanda Olivia inquiète.

« Hein, oui, oui, pardon je...je réfléchissait. » Répondit la jeune femme toujours pas remise de la mystérieuse rencontre.

« Tu es sur ? »

« Hé oui enfin je crois. » Dit Amélie en regardant en direction de l'endroit où elle avait rencontrer cette étrange personne.

« Amélie qu'es ce qu'il se passe ? » Demanda Olivia vraiment inquiète.

« Cette personne, m'a dit qu'elle allait connaître tout la vérité. » Répondit l'adjointe sans se rendre compte de ce qu'elle disait vraiment.

« Hein, mais de quoi tu parle ? »

« Je suis partie en poursuivant une personne qui nous épiait de l'arbre là bas. » Expliqua t-elle en désignant l'arbre en face d'elle. « Et elle m'a dit quand je l'ai questionné, qu'elle avait besoin de la voir et que bientôt elle connaitra la vérité. Et elle à disparut au coin du lycée. »

« Mais voir qui ? et qu'elle vérité ? » Demanda Olivia intrigué.

« Je ne sais pas. Je trouve cela plutôt étrange. » Dit la jeune femme.

« Oui très étrange. » Affirma Olivia, d'un coup cette dernière repensa à ce que le vieille homme lui disait toujours. « Rien est impossible bientôt tu connaitra la vérité. » « Amélie la personne que tu as vue c'était un homme ? »

« Non sa voix n'était pas celle d'un homme mais d'une femme, et la personne était cachée dans l'ombre, je ne la distinguait pas, je ne pouvait entre que sa voix. Rien que d'y repensé j'en ai la chaire de poule car sa voix était cassée comme si qu'une personne avait fumer dix paquet de cigarette d'un coup mélanger avec autre chose. Sa me donne froid dans le dos rien que d'y pensée. »

« Donc ce n'est pas Antoine, qui est cette étrange personne et qui est ce qu'elle pouvait bien regarder. » Se dit elle intérieurement.

Puis les deux femmes retournèrent à l'entrainement.

Sur les coups des trois heures, le vieux pêcheur arriva sur le ponton pour aller pêcher, comme à son habitude il posa sa chaise en bout et lança son lancer, puis il sentit une présence derrière lui sans se retourner il savait qui c'était.

« Tu sais que c'est dangereux de te montrer à la lumière du jour. » Dit il un peu nerveusement.

« Personne ne viendra avant deux heures. » Répondit la personne derrière lui.

« Tu as raison. Alors ta petite escapade dans son lycée ta fait du bien ? » Demanda t-il avec un sourire.

« Oui, mais je suis tomber sur son adjointe. » Répondit la silhouette un peu agacé.

« Mince elle t'as vue. » S'inquiéta l'homme.

« Je lui en ai empêcher. » Le rassura la personne.

« Bien, heureusement sinon tout ceci aurai échoué. » Dit le vieux pêcheur.

« Oui, mais maintenant il est l'heure. » Dit elle en lâchant un appareil déformant sa voix ainsi que la grande djellaba qui la recouvrait de la tête au pied de couleur noir. « Il est temps. »

« Oui et je suis heureux de voir que tout es redevenue comme avant. » Dit il en regardant la personne. « Tien prend ce que tu sais et vas y. » dit il en lui donnant des clés. « Fait attention à toi. »

« Promis. « 

Puis la personne marcha en direction d'un véhicule en cachant son visage au yeux de tous. « Maintenant que la fête commence. » Dit elle en partant en trombe sur l'avenue de la plage pour quitter Los Angeles.

À ce moment là Olivia senti une grosse pointe au cœur et du s'accroupir en se tenant la poitrine.

« Olivia ! Qu'es ce que tu as ?! » S'écria Amélie en se précipitant sur elle devant les yeux inquiet des étudiant.

« Je...je ne sais pas, j'ai senti un puissant coup au cœur. Bon sang qu'es ce que sa fait mal. » Répondit la grande femme en faisant une grimace de douleur.

« Attend j'appelle un médecin tout de suite ! » Dit l'adjointe en commençant à partir en direction du bureau.

« Non ! Ce n'est pas grave ! » Contrat Olivia puis à ce moment là une chose étrange se passa en elle, elle sentit son âme s'éveiller et se compléter. « Mais qu'es ce... » et d'un coup la douleur disparut ainsi que la grosse pointe. Doucement elle se redressa en rassurant tout le monde qui la regardait avec une pointe de peur dans les yeux.

« Ça vas, c'est passer rassurer vous. »

« Vous êtes sur mademoiselle. » Demanda une élève.

« Oui, allez, l'entrainement est fini vous pouvez partir. » Dit elle avant d'entrer dans son bureau. « Mais qu'es ce que c'était que sa ? » Se demanda-t-elle en s'asseyant. Elle ne put y réfléchir d'avantage à sa question qu'Amélie entra dans le bureau.

« Olivia tu es sur que tout vas bien ? Tu m'as fais peur tu sais ? »

« Je suis désolée, oui tout vas bien rassure toi, je ne comprend pas moi non plus ce qu'il c'est passé. »

« Ne me refait plus un coup comme cela, j'ai cru que mon cœur allais s'arrêter. » Souffla t-elle de soulagement.

« Promis je ferais plus attention et je... » Elle s'arrêta d'un coup de parler et se mit rapidement debout quand elle senti quelque chose de vraiment très étrange autour d'elle.

« Olivia ?! Tu es sur que ça va ? » Amélie était vraiment inquiète elle n'avait jamais vue son amie agir comme ceci.

« Il...il faut que je parte. » Dit la grande femme sans réfléchir.

« Quoi ?! »

« Je dois partir ! » Continua Olivia en prenant le casque de sa moto avant de se diriger vers la porte.

« Quoi, mais attend, qu'es ce qu'il se passe ?! » Demanda Amélie commençant à paniquer.

« Je n'ai pas le temps de te l'expliquer car je ne le sais pas moi même, mais il faut que je parte, récupère Mathilda à la sorti et ramène la chez ma mère s'il te plais. » Dit elle en se mettant à courir.

« Mais où vas tu ?! » Cria Amélie.

« Je ne sais pas ! Je te raconterai tout sa en rentrant ! » Dit elle en se précipitant vers sa moto qu'elle chevaucha en démarrant à vive allure.

« Alors là elle fait fort, elle doit partir mais elle ne sais pas où elle vas ! C'est vraiment à se tirer par les cheveux cette histoire. » Dit Amélie sans rien comprendre. « Bon allons faire les nounous pour ado. »

Olivia qui était parti en trombe, ne savait pas où elle allait mais quelque chose lui indiquait la route qu'elle devait prendre, elle reconnaissait rien, ni le paysage, jusqu'à ce que un panneaux qu'elle vit très clairement indiquait le nom d'un village qu'elle avait déjà été. « Bon sang mais qu'es ce que sa veux dire ? » Elle accéléra quand elle passa le panneau d'indication où le nom de la ville de Sarah était inscrit, en étant à seulement cinq minute du lieu elle ne pouvait pas faire demi tour, elle savait que quelque chose l'attendait là bas sans savoir ce que c'était.

Devant la maison de Sarah une voiture noir au vitre semi tinté était garée. La personne à l'intérieur fixai intensément la demeure et quand elle repéra se qu'elle voulait elle sorti du véhicule avec une casquette et des lunettes de soleil, elle ferma la portière et se dirigea tranquillement vers la porte d'entrée de la maison. Une fois devant elle s'arrêta et frappa à la porte. Elle attendit que la porte s'ouvre, ce qui se fit quelque seconde plus tard avec une Sarah complètement endormi. Cette dernière regarda la personne qui se trouvait en face d'elle et l'accueillit un peu froidement.

« Oui qu'es ce que vous voulez ? »

La personne ne dit rien et leva une main au niveau de ses lunettes et les retira doucement en laissant apparaître deux yeux émeraude. Sarah tellement la surprise fut intense qu'elle ne put rester debout et tomba à la renverse assise sue le sol les deux mains derrière elle pour retenir la chute.

« Non ! C'est impossible ! » La jeune femme était complètement estomaqué.

« Bonjour Sarah ! » Dit la personne d'une voix trainante.

« Non tu es morte ! » Cria Sarah.

La personne enleva la casquette et laissa apparaître une chevelure d'un beau blond doré.

« Me reconnaît tu ?! » Demanda la personne avec un sourire satisfaisant.

Ju...JULIA ! ! !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:03

CHAPITRE 11

Les parent de Sarah qui avait entendu cette dernière hurler avec un terreur jamais entendu dans la bouche de leur fille se précipita vers elle.

« Sarah que se passe t-il ?!! » Demanda sa mère en la retrouvant affaler au sol avant de rejoindre son mari et sa fille dans leur contemplation en levant les yeux pour regarder la personne à la porte

Julia regarda celle qui avait pratiquement détruite sa vie de haut comme si c'était un insecte qui fallait écraser.

« Je suis heureuse que tu te souvienne de moi, cela m'évite de perdre du temps à me présenter. » Dit elle avec un ton de voix supérieur.

« Qui êtes vous et que faite vous ici ?! » Demanda l'homme en se mettant devant sa fille pour la protéger.

« Demandez à votre fille qui je suis ? » Répondit Julia en souriant vicieusement. « Elle sais parfaitement qui je suis, car c'est à cause d'elle que j'ai ceci. » Expliqua t-elle en touchant une grande cicatrice qui démarrait de la tempe et descendait le long de sa joue gauche pour se finir à la naissance du cou.

« Sarah qui est cette fille ? » Demanda sa mère.

« C'est...c'est Ju...Julia la...la co...copine d...d'Oli...Olivia. » Répondit cette dernière en tremblant.

« Quoi ?! mais non, vous êtes morte ! » S'exclama le père.

« Alors je fais un très beau fantôme dans ce cas. Dit elle en regardant froidement Sarah un grand sourire carnassier sur les lèvres. « Un fantôme de chair et de sang. » Finit elle avec un son de voix et un sourire devenant de plus en plus froid faisant trembler les trois personne qui la regardait. Puis elle regarda derrière elle sans détourner la tête. « Elle arrive. » Dit elle.

« Quoi ? qui arrive ? » Demanda la mère de Sarah commençant à avoir peur.

« Soyez patient, vous connaîtrez tous la vérité. » Dit la petite blonde quand un bruit de moteur arriva devant la maison.

Olivia se gara devant la maison, et s'avança en direction de la maison, elle ne prêta pas attention sur le coup du faite qu'elle enleva son casque et ce fut à peine à quelques mètres de la porte d'entrée qu'elle se figea en voyant la petite blonde debout devant elle le dos tourner. Son esprit se mit à tourner violemment et un gros vertige la prit, et se rattrapa de justesse par la voiture du père de Sarah. Tout son corps se mit à trembler sa gorge se serra et aucun son ne sorti, n'ayant plus aucune forces dans ses membres elle laissa tomber son casque des mains avant d'aller le rejoindre. Seule des larmes silencieuse incontrôlable se mirent à couler sur ses joue. Elle avait reconnut l'unique couleur blond avec la silhouette du corps qu'une seule personne possédai.

« Bonjour Olivia. » Salua Julia avec un douceur dans la voix que elle seule pouvait avoir.

Le son ainsi que la douceur de la voix finit Olivia qui éclata dans un sanglot triste heureux et d'encore bien d'autre chose qu'elle ne savait pas, seule sa petite blonde était capable de lui envoyer des sensations dans son corps avec l'unique son de sa si belle voix. « Ju Julia tu tu... » Elle n'arrivait pas à prononcer un mot tellement l'émotion était grande qu'elle finit par se coucher à terre laissant ses pleures redoubler de force.

Julia se détourna de la porte d'entrée et alla vers son amie qui se jeta dans ses bras quand elle fut accroupit. « Pleure ma douce pleure, je suis tellement désolée de t'avoir fait endurée un tel cauchemar. » Dit elle d'une voix délicate et peiné.

« Julia tu tu je je te croyait... »

« Je sais, j'en suis sincèrement désolée mais je ne pouvait pas faire autrement. » Répondit la petite blonde en devinant sa question.

« Pour...pourquoi à tu fais ça ? » Demanda la grande femme déboussolée.

« Je n'avais pas le choix, pourra tu jamais me pardonner. » Demanda t-elle en serrant fortement ses petit bras autour du grand corps tremblant de sanglots.

Olivia qui se calma petit à petit se redressa doucement et regarda enfin le visage de sa bien aimée et prit peur quand elle vit la grosse cicatrice sur la joue de la petite blonde.

« Ne t'inquiète pas, tout va bien maintenant. » Dit Julia en attrapant la main de son amie avant qu'elle n'arrive à se peau. « Allez viens. » Continua t-elle en se redressant et levant Olivia en même temps.

« Qu'es ce qu'il t-es arrivé ? » Demanda la grande femme inquiète voyant la grosse cicatrice sur la joue de son amie en s'essuyant les larmes.

« Viens tu le saura. » Répondit la jeune femme en se redirigeant vers la porte où les parents avaient suivit les retrouvailles avec émotions alors que Sarah était toujours au sol morte de peur. Arriver devant eux Julia posa ses yeux sur cette dernière. « Bien maintenant que nous sommes tous réunis nous allons pouvoir parler. »

« Mais parler de quoi ?! Olivia était déjà venu pensant que vous étiez morte ! Franchement vous devriez avoir honte de ce que vous avez fait ! Vous faire passer pour une morte alors que c'est faux ! Ma fille c'est prise des gifles par votre faute ! » Cracha l'homme.

« Oui mon père à raison c'est ignoble de ce que tu as fait à Olivia c'est pire que ce que j'ai fait et... »

Julia interrompit immédiatement Sarah en levant sa main. « Oh à ta place je ne dirais pas sa. Tu crois vraiment que cela m'as amusé ? Pendant deux mois j'étais clouer sur un lit d'hôpital pour refermer mes blessures. »

Les mots que venait de sortir Julia figea tout le monde.

« Tu était à l'hôpital ? » Demanda Olivia apeuré.

« Oui c'est une des raisons de mon absence. » Répondit Julia d'un ton neutre sans quitter son ennemi des yeux.

« C'est pas de ma faute si tu t-es jeté dans l'eau pour te noyer. » Répliqua Sarah.

« Je ne me suis pas jeter dans l'eau pour me noyer, j'ai simplement rejoint un ami sans qui je serais morte à l'heure actuelle. » Répondit la petite blonde sèchement avec un regard meurtrie.

« Quoi ! » S'écria Olivia.

« Tu as bien comprit Olivia, je n'ai jamais voulut me suicider, ce matin là quand je suis retourner chez moi après avoir parler à Olivia je m'étais défouler sur quelques bricoles, et par la fenêtre du balcon j'ai vue mon ami qui n'est autre qu'un simple dauphin, tellement j'avais mal ce jour là à cause de toi Sarah j'avais couru aussi vite que je le pouvait vers le grand ponton et j'ai sauter afin de le rejoindre, si personne ne m'avait vue remonter à la surface c'est tout simplement que se dauphin ma récupéré sous l'eau et emmener plus loin. Mais en aucun cas je n'ai voulu risquer ma vie pour une histoire comme celle la. » Expliqua Julia le plus calmement possible.

« Quoi, mais alors pourquoi n'est tu pas revenu le jour même au lieu de jouer les morte et faire du mal à la soit disant personne qui compte le plus pour toi ? » Demanda amèrement Sarah.

« Je serai aussi curieuse de la savoir ? » Demanda froidement Olivia lui en voulant malgré tout.

« Ah nous y voilà ! » Dit joyeusement Julia en regardant Sarah un sourire de vainqueur sur les lèvres et des yeux brillants de malice. « Tu vois j'attendais cette question avec impatience, car c'est là que l'histoire commence vraiment à me plaire. » Dit elle en reculant un peu afin d'avoir tout le monde dans son champs de vision. « Et bien à vrai c'était mon but mais un petite garce voyez vous m'en a empêché en me faisant subir la pire des tortures. » Expliqua t-elle en effaçant son sourire et en regardant la femme châtain avec des yeux noir remplit de haine.

« Comment sa, explique nous. » Demanda le père.

« Oui parce que là tu n'es pas vraiment claire et je ne comprend rien. » Compléta la mère.

« Ne soyez pas impatient sa arrive. Alors je vais tout vous raconter mais il faut que vous sachiez avant tout que l'animal est mon ami et que je l'ai déjà rencontrer avant ce jour ci. Donc comme vous le savez je me suis jeter à l'eau recueillit par le dauphin qui m'avait emmener prêt d'une crique afin que je laisse exploser la grosse tension que tu avais réussit à crée en moi. » Dit elle à Sarah en la fixant avec le regard haineux. « J'y suis rester deux heures là bas et au bout de ses deux heures mon ami et moi nous avions reprit le chemin pour retourner à la plage. Et là je vais m'arrêter volontairement pour faire une remarque. » Dit elle en reportant son regard pour la première fois aux autre personne présente.

« Vas y on t'écoute. » Dit Olivia voulant vraiment connaître l'histoire.

« Tu vois Sarah, je vais te poser une question dont je connais déjà la réponse. Tu n'as rien dis à Olivia n'es ce pas ? » Demanda la petite blonde en regardant Sarah qui ne répondit pas avant de se tourner vers son amie. « Et toi Olivia de quoi était tu au courant ? »

« Ben j'ai apprit pour ce qu'elle t'avait croire grâce à toi et m'a elle même avouer qu'elle était la responsable de ton passage à tabac en juillet. »

« Hoo mais c'est super génial cela. S'exclama Julia en apprenant la vérité sur son agression. « Donc, elle ne t'as rien dis d'autre ? » Demanda t-elle une nouvelle fois voulant être sur.

« Non juste sa ! » Répondit franchement Olivia.

« Bien, bien, mais qu'es ce que je vais adorer. » Dit la petite blonde plus pour elle même avec un grand sourire remplit de bonheur et de sadisme. « Olivia je veux que tu me fasse un petite promesse. »

« Oui si tu veux. » Répondit cette dernière naturellement.

« Ok, je veux que quoi que tu entende dans mon histoire, que tu ne fasse pas un seul geste et que tu reste bien sagement à ta place. » Demanda la petite blonde en regardant son amie avec le plus doux des regard.

« Hein, oui si tu veux. » Olivia ne sentait vraiment pas le reste de l'histoire dans un très bon jour.

« Bien ceci étant réglé je peux continuer. Veuillez m'excusez de cet interruption je vais reprendre la fin de mon histoire. Alors comme je vous le disait, j'étais sur le chemin du retour sur le dos du dauphin quand plusieurs bateaux arrivèrent à vive allure prêt de nous en nous encerclant, pour être sur que nous allions pas nous enfuir ils nous ont pointé avec leurs harpons et là une personne parmi toute les autres se pointa devant moi avec un regard remplit de haine. » Expliqua t-elle en regardant Sarah dans les yeux le regard noir de rage.


« Et cette personne m'avait dit. ''Tu es vraiment tenace toi, qu'es ce que je dois faire pour ne plus que tu t'approche d'Olivia, j'ai tout fait et rien n'as marcher il ne reste plus qu'une solution.'' Puis sans rien dire plusieurs hommes se mirent à jeter des boyaux animalier et poisson dans l'eau avec des sceaux entier de sang avant de me tirer dessus avec le harpon. »

Elle s'arrêta quand elle remarqua les yeux de la grande femme devenir glacial à ne plus faire apparaître sa vrai couleur, elle posa une main sur la sienne pour essayer de la calmer et lui fit un beau sourire quand cette dernière tourna la tête avant de retourner son attention au autre en voyant les parents de Sarah se décomposer en comprenant petit à petit ce qu'il c'était passé.

« La flèche m'avait transpercer le bras et ils me trainèrent sur des centaines de mètres avec mon sang qui s'écoulait de plus en plus fort dans l'océan et d'un coup ils me lâchèrent et la personne qui était celle qui avait monter cette machinerie prononça les dernière phrase avant que mon long cauchemar ne commence. ''Dis bonjour au requin de ma part.'' C'était la dernière phrase qu'elle avait prononcé avant que les requins comme elle l'avait dit s'occupe de moi. » Elle fit un pause quand elle senti une larme couler sur sa joue, d'un geste brusque elle la retira. « Alors Sarah sa fait quoi de savoir qu'encore un fois ton plans à échouer et de me voir en vie, parce que, ce qui t'attend n'est rien par rapport à l'enfer dans lequel je vit depuis plus de quatre mois. »

Les parents étaient anéanti d'apprendre que leur fille n'était qu'une vulgaire meurtrière. Olivia se retenait de toute ses forces de ne pas la massacré. « Bordel pourquoi ai je fais cette promesse ridicule ? » Crisa t-elle intérieurement.

« J'ai été sauvez grâce à mon ami qui m'avait emmener sur une île pas très loin des cotes où les habitants m'avaient recueillit et soigné. Sans le dauphin qui avait chasser les prédateurs, je serait effectivement morte. Mais rassure toi Sarah, je suis vivante mais pas indemne. » Dit elle en montrant ses bras et se jambes en plus de son visage. Olivia le père et la mère de Sarah eu un haut le cœur. Tout les membres de la petite blonde affichait nettement les trace de morsures avec de profonde et grande cicatrice.

« Mon corps ne pourra peut être plus jamais retrouver sa forme d'origine, je devrais et surement porter ses cicatrices à vie en me souvenant tout les jours quand je me regarde dans une glace de ce jour horrible qui hante chacune de mes nuits. » Dit elle laissant ses larmes couler.

Olivia voulu prendre son amie dans ses bras pour la réconforter mais fut repousser à sa grande surprise pas cette dernière gentiment.

« Non je ne m'effondrerais pas. » Dit Julia en gardant les yeux fixer sur sa tortionnaire.

« Tu aurais le droit pourtant. » Dit la mère de Sarah.

« Non je ne le ferais pas ! Regarde Sarah regarde se que ta jalousie à fais. » Cracha la jeune femme.

Sarah ne ressentais aucune pitié mais ressentais encore plus de haine envers la petite blonde d'avoir survécu. D'un coup elle se jeta sur la petite blonde qui l'accueillit avec une puissante droite l'étalant sur le sol du couloir. Ses parents ainsi que Olivia voulut intervenir mais fut immédiatement arrêtés par la jeune femme.

« Non ! Ne bouger pas ! » Cria t-elle en regardant méchamment Sarah.

« Mais Julia... »

« Non Olivia ! Tu as promis ! tu ne bouge pas ! » S'énerva Julia contre elle. « Maintenant ce n'est plus à nous de faire quoi que se soit. »

À la fin de sa phrase des sirènes se firent entendre et quelques secondes plus tard deux voitures de policiers firent irruption devant la maison.

« Ton geste viens de te culpabilisé. » Dit Julia sereinement.

Deux flics arrivèrent en attrapant Sarah par les bras en la menottant.
« Mademoiselle vous êtes en état d'arrestation pour la tentative de meurtre sur la personne de Julia Jonson. » 

« Garce ! Vas pourrir en enfer ! Je regrette que ses chacals de requins ne t'es pas bouffé ! » Cria Sarah en se faisant emmener.

Au moment où cette dernière passa à coté de Julia elle lui cracha à la figure sans que la petite blonde ne réagisse, celle ci resta le dos tourné à son ancien bourreau en baissant simplement la tête. Sarah fut monté dans une voiture en criant toute les injures qu'elle pouvait avant que la voiture qui la transportèrent ne parte.

« Mademoiselle merci de votre collaboration. » Lui dit un policier avant de partir en lui donnant un papier.

La petite blonde ne bougea pas et laissa sa tête baisser quand la deuxième voiture partie à son tour laissant les parents et Olivia dans un silence de mort. Quand leur regard fut attirer par une goute qui tomba sur le sol, ils levèrent les yeux pour voir des larmes couler du visage baisser de la jeune femme les yeux cacher par les cheveux. La mère de Sarah s'approcha doucement de la petite blonde et posa une main délicatement sur son épaule.

« Je suis sincèrement désolée pour tout ce que ma fille vous à fait. »

Julia secoua sa tête. « Ce n'est pas de vôtre faute, si je n'étais pas venu dans cette ville tout ceci ne se serait jamais produit. » Dit elle en se maudissant.

« Ne dit pas sa Julia. » Objecta Olivia en s'approchant d'elle. « Personne ne pouvait prévoir qu'elle allait faire sa et que sa jalousie était aussi dévastatrice. Je ne regrette à aucun moment ta rencontre. »

« Pourquoi ? Pourquoi me porte tu autan d'importance ? Je n'ai que des problèmes et je ne suis jamais joyeuse. Qu'elle chose de bon puis t'apporter ? » Demanda Julia toujours sa tête baisser.

« Parce ce que c'est comme sa, quand je suis avec toi j'ai l'impression d'être complète d'être enfin moi même, tu n'as peux être pas de la joie en ce moment mais c'est ce que tu as vécu qui t'as rendu comme cela, par un de tes rêves j'ai apprit que tes parents étaient mort ainsi que ta sœur, et je trouve cela tout à fais normal que tu n'ai aucune envie de sourire, ce ne sont pas des petits problèmes mais de gros qui touche le profond de ton cœur. Et si je te porte autant d'importance c'est par ce que j'aime être avec toi parce que je... je... » Elle était incapable de sortir le mot exact et elle rageai. « Parce que tu es la personne qui compte le plus à mes yeux. »

Ses mots fit relever d'un coup la tête de Julia qui tomba sur des yeux saphir envoutant. elle se jeta dans les bras de la grande femme qui l'accueillit avec grand bonheur.

Toi aussi tu compte beaucoup à mes yeux, tu me redonne envie de vivre, j'ai essayer une fois de me tuer, mais on m'as fait comprendre que c'était pas mon heure et que je devais vivre pour quelqu'un et ce quelqu'un c'est toi. J'ai besoin de toi comme tu as besoin de moi et le faite de t'avoir prêt de moi me remplit le cœur de joie. Jamais je ne pourrait t'abandonner de moi même. » Avoua Julia d'un trait en émouvant la grande femme qui serra fortement son étreinte.

Après s'être excuser mutuellement, les parents et les deux filles se séparèrent. Olivia sur sa moto suivit la petite blonde le cœur remplit de bonheur pas encore sorti, elle ne réalisait pas ce qu'il ce passait de peur que ceci ne soit encore qu'un rêve. De son coté Julia était vraiment heureuse qu'enfin la vérité fut dite, mais elle devra bientôt devoir mettre Olivia sur une autre vérité, mais elle ce dit que cela pouvait attendre, elle ne voulait qu'une chose, passer son temps avec la grande femme qu'elle aimait plus que tout. « Je crois bien que c'est pas pour tout de suite. » Pensa t-elle amuser en se rendant compte que encore aucun des deux n'avaient où n'osaient faire le premier pas.

Elles arrivèrent sur le remblai et dans un accord silencieux elles se dirigèrent toutes les deux vers la maison de la grande femme. Arrivées elles se garèrent et c'est en silence qu'elles pénétrèrent dans la maison où elles trouvèrent Christine en train de laver une salade et Mathilda sur la canapé en train de lire, toujours silencieusement Olivia traina la petite blonde dans la cuisine. Christine qui ne les avaient pas entendu arrivé se retourna avec un saladier en main qu'elle fit tomber quand ses yeux se posa sur Julia. Cet incident fit sursauter l'adolescente qui se précipitèrent dans la cuisine et s'arrêta net quand elle vit une belle jeune femme blonde accompagnant sa mère adoptive. Olivia eu juste le temps de rattraper sa mère avant que celle ci ne tombe sous le coup de la surprise.

« Oh bon sang, je...je non je je... » La femme était dans un état second incapable de sortir un mot cohérent.

« Non tu ne rêve pas maman, c'est bien elle. » Dit doucement Olivia les yeux brillant avec un sourire radieux.

« JULIAAAAA ! ! ! » Hurla sa mère heureuse les yeux remplit de larmes en prenant la jeune femme dans ses bras. « Oh Julia, je suis si heureuse de te revoir. » Dit elle laissant ses larmes couler sur ses joues et dans sa voix.

« Christine. » Dit la petite blonde toute aussi heureuse en rendant l'étreinte chaleureuse et remplit d'amour à la femme laissant elle aussi ses larmes couler. « Je suis tellement heureuse de vous revoir aussi, vous m'avez tellement manqué. » Elle se laissa aller dans l'étreinte maternelle que la mère d'Olivia lui donna.

Mathilda réalisa en entendant le prénom que c'était la jeune femme que sa mère adoptive pleurait sans cesse, elle fut émue d'assister à ses si belles retrouvailles qu'elle laissa elle aussi ses larmes couler.

« Oh Julia, je suis si heureuse, mais on te croyais morte que c'est t-il passé ? » Demanda Christine en s'écartant un peu avant de la reprendre dans ses bras.

« C'est une longue histoire que je vous raconterais promis. » Répondit la jeune femme heureuse.

« Tu reste diner avec nous hein ? Tu ne partira pas comme sa ? » Demanda la mère. En essuyant ses larmes

« Se serai avec un grand plaisir que j'accepte de diner avec vous. » Répondit Julia le sourire au lèvre essuyant également ses larmes.

« Oh bon sang ma salade. » Réalisa Christine en voyant le saladier par-terre.

Chose qui fait rire Julia. « Désolée pour votre salade. »

« Arrête c'est pas grave, je vais en préparer une autre tu veux boire quelque chose ? Un café sa te dis ? » Proposa la femme sachant l'amour que la jeune femme porta pour cette boisson.

« Avec plaisir. »

« Julia je te présente Mathilda, Dit Olivia en s'approchant de l'adolescente. »

« Enchantée de te rencontrer moi c'est Julia. » Se présenta t-elle le sourire au lèvres.

« De même et je suis vraiment ravis de voir enfin le visage de cette fameuse jeune femme qui était autant aimée. » Dit l'adolescente sans retenue.

Cette phrase innocente fit rougir Olivia et Julia fortement.

« Mathildaaa. » Grogna la grande femme doucement entre ses dent.

« Je suis désolée. » Répliqua immédiatement l'adolescente rougissante comprenant sa petite boulette.

Julia se mit à rire. « T'inquiète pas, je suis contente d'entendre cela sa fait plaisir. » Dit elle en regardant avec douceur Olivia qui lui rendit son petit sourire.

Pendant le diner Olivia expliqua la raison de la présence de l'adolescente, Julia fut toucher par le geste de son amie, son amour qu'elle lui portait augmenta encore d'un cran. De son coter avec l'accord de la grande femme elle raconta ce qu'il lui était arriver par la faute de Sarah. Elle et Olivia retinrent à plusieurs reprise Christine qui voulais débarquer au commissariat pour refaire le portrait de cette peste de Sarah. Le diner se passa dans la joie et la bonne humeur.

Julia sorti de chez Olivia le cœur léger, elle proposa à cette dernière une petite balade sur la plage pour profiter du coucher de soleil, qui lui fut immédiatement accepté. Aucune des deux filles ne voulaient se quitter et cette petite promenade leur permettait de rester encore ensemble. Christine les regardèrent partir le cœur remplis de joie de revoir enfin de la vie sur le visage de sa fille. L'adolescente regardait également et fut elle aussi heureuse de pouvoir enfin connaître cette fameuse Julia et n'en fut pas déçu. Elle était exactement comme sa nouvelle famille la décrivait, douce, gentille et surtout très belle, elle se mit un peu à rougir à cette dernière penser. « Non Mathilda, elle n'est pas pour toi. » Se sermonna t-elle avant d'aller dans chambre pour reprendre sa lecture.

Julia qui avait prit la voiture sous le regard surprit d'Olivia qui était monter avec elle la gara sur le parking qui était situer sur le remblai.

« Pourquoi tu la gare ici ? Ce n'est pas là que tu habite. »

« Je sais mais à vrai dire cette voiture ne m'appartient pas. » Répondit un peu gêner la petite blonde.

« Quoi tu la volé ? Demanda Olivia stupéfaite.

Ce qui fit rire la jeune femme. « Non, on me l'as juste prêté pour aller voir l'autre folle et maintenant je viens la rendre à son propriétaire. »

« De quoi ?! Attend tu as emprunté une voiture pour aller simplement voir Sarah ?! Je ne comprend rien. Olivia était complètement perdu, elle ne comprenait pas pourquoi Julia avait eu besoin d'emprunté une voiture au lieu de prendre la sienne.

« Aller viens, tu comprendra en arrivant. » Dit la petite blonde en la tirant par le bras.

Elles arrivèrent sur le ponton de bois, sous le regard d'incompréhension d'Olivia. Arrivées en bout elles trouvèrent le petit pêcheur qui les accueillit avec le sourire.

« Alors la chasse à été bonne ? » Demanda t-il à Julia.

« Ça tu peux le dire, tout c'est passer comme prévue. » Dit elle en lui redonnant les clés de voiture.

« Attendez une minutes ! Vous, vous connaissez tout les deux ? » Demanda Olivia stupéfaite de l'échange qu'il venait de se passer.

« Oui nous nous connaissons. » Répondit Julia nerveusement.

« Depuis plus d'un mois. » Affirma le vieux pêcheur de la même manière.

« Non ce n'est pas vrai ! C'est une blague ! » Olivia réalisa soudain. « Vous, vous êtes moqué de moi tout les deux ! » Cria t-elle.

« Non Olivia, écoute moi ! S'il te plait laisse moi t'expliquer ! » La supplia Julia.

« M'expliquer quoi ?! Que depuis deux mois je te croyais morte et que lui savait que c'était faux ! » Explosa t-elle en montrant le vieux pêcheur du doigt. « Et sans rien me dire en plus ! » Cracha t-elle hors d'elle.

« Écoutez la Olivia, s'il vous plait. » Tenta à son tour Antoine.

« Oh vous taisez vous ! Vous, vous êtes bien amusez à mes dépend avec vos belles histoires d'âme sœur et tout ! » Dit elle la rage au ventre.

« Olivia bon sang écoute moi ! Ce n'est pas ce que tu crois ! » La supplia Julia. « Je crois que nous n'avons pas le choix nous devons le lui dire. » Dit elle à l'intention du vieux pêcheur.

« Oui et de toute façon il ne me reste plus beaucoup de temps donc il faut lui dire. » Dit l'homme en se levant.

« Me dire quoi ! Que vous êtes désolés de m'avoir manipuler tout les deux ! » Olivia ne put retenir plus longtemps ses larmes, tellement blessé et hors d'elle d'apprendre que la personne qui comptait le plus pour elle ainsi que celle à qui elle c'était confiée durant ses deux mois entier c'était joué d'elle. « Tu ne vaux pas mieux que Sarah ! » Cracha t-elle à l'intention de Julia. « Et moi qui croyait que tu étais morte ! Mais qu'elle imbécile j'ai été ! » Continua t-elle en mettant ses deux mains sur sa nuque. « Je suis venu tout les jours ici à prié pour toi ! À parler de toi à Antoine et lui dire que je regrettait tellement de ne pas t'avoir avouer mes sentiments plutôt et je... » Elle fut interrompu par deux doigt sur ses lèvre.

« Olivia, nous n'avons jamais joué avec toi. » L'interrompit Julia en se mettant en face pratiquement collé à elle. « Simplement qu'il y a des choses qui ne peuvent pas être dites. Ce que tu viens de dire je ne le savais pas, Antoine ne m'en avait jamais parlé, mais il n'avait pas le droit de te dire que j'étais en vie, tu devais le découvrir par toi même. Je ne pouvait pas me montrer à toi dans l'état physique dans lequel j'étais, c'était vraiment impossible. Dieu sais ô combien je mourrais d'envie de venir te voir et de te montrer que j'étais vivante mais je ne le pouvait pas, Antoine me donnait tout les jours de tes nouvelles parce que je le lui avait demandé et tout ce qu'il t'as raconté jusqu'à aujourd'hui était la pure vérité. Tu dois me croire Olivia, si tu ne veux pas croire mes paroles alors regarde dans ton cœur. » Julia dit ses mots avec une voix remplit d'amour qui toucha profondément le cœur et l'âme de son amie.

« Olivia écoute moi. » Dit l'homme en la tutoyant pour la première fois. « Je ne suis pas ce que tu pense que je suis, je devais à tout pris te faire ouvrir les yeux de ton âme car je n'ai plus beaucoup de temps devant moi. Julia connait ce que je suis vraiment car elle l'a apprit pendant son hospitalisation sur la petite îles qui est situer à quelques kilomètre d'ici. »

« Tu dois vraiment partir ? » Demanda Julia tristement sans quitter sa place en tournant juste la tête.

« Oui ma grande, j'ai fais ce que je devait faire et je doit aller voir quelqu'un avant de partir définitivement. » Répondit l'homme avec un sourire affectueux.

« Mais je ne comprend pas... » Commença Olivia en regardant son amie.

« Olivia, Antoine n'est pas comme toi et moi. » L'interrompit son amie devinant la question.

« Comment ça pas comme toi et moi ? » La grande femme était complètement largué.

« Regarde. » Répondit Julia en se décalant légèrement pour montrer l'homme.

Ce dernier sous les yeux d'Olivia devint de plus en plus transparent. Cette dernière écarquilla les yeux et les posa sur Julia qui lui sourit. « Tu vois il est déjà mort, c'est pour sa qu'il savait que j'étais vivante. »

« Attend tu veux dire que... »La grande femme grande femme était stupéfaite de ce qu'elle voyait.

« Oui Olivia, vous avez parler à un fantôme depuis le début, je suis mort il y a trois ans de cela, j'ai simplement modifié une partie de ma vie pour ne pas que vous soupçonnez quoi que se soit, ce n'est pas ma femme qui est morte mais moi et quand votre amie ici m'avait démasquer, elle m'avait demander de veiller sur vous jusqu'à son retour. » Expliqua le vieux pêcheur avec un regard et une voix extrêmement doux et délicat.

Olivia reposa ses yeux sur sa compagne qui se remit en face d'elle.

« Jamais nous n'avons chercher à te tromper, mais il n'avait pas le droit de te dire que j'étais vivante. Maintenant tu connais la vérité tu as le droit de nous en vouloir mais en aucun cas nous n'avons chercher à te faire du mal. »

Doucement l'homme commença à disparaître. « Écoutez vôtre cœur mon enfant, comme je vous l'ai toujours dit rien est impossible, même la mort ne peux séparer deux êtres qui ont un amour si pure, écoutez vôtre âme et votre cœur. » Dit il à l'intention d'Olivia avec un sourire doux et triste. « Merci Julia de m'avoir redonner la liberté de pouvoir revivre encore un peu sur cette terre et soyez heureuse toute les deux. » C'est à la fin de ses mots qu'il disparut en un souffle de vent laissant les deux femmes seul sur le ponton dans un silence lourd.

« Je...je te demande pardon, jamais je ne voulais te faire souffrir, mais c'était vraiment impossible et trop dure pour moi de me monter à toi avec se corps et une partie du visage détruit. Je reconnais que c'était maladroit de ma part d'avoir fais cela mais tu...tu compte tellement à mes yeux que je n'ai pas eu le courage de me présenter devant toi aussi défiguré. » Julia baissa la tête en posant le front contre la poitrine de son amie.

« Depuis la mort de mes parents, je n'ai pas eu un seul moment de tranquillité pour me reposer sauf avec toi mais à chaque fois c'était de courte durée parce que Sarah ce mettait toujours en travers de nous. Tout les jours je n'ai fait que subir les choses que l'on m'imposait à cause de ce que j'éprouve pour toi. » Julia s'arrêta quand sa voix se mit à trembler et enfonça son front contre la poitrine de la grande femme.

Olivia ne dit rien écouta attentivement ce que la petite blonde disait, son cœur se serra au fut et à mesure que cette dernière parlait, ses yeux brillèrent de toute les émotions qu'elle pouvait contenir en elle.

« Quand j'ai vue ses requins se jeter sur moi, je n'ai guère cessé de penser à toi, je ne voulais qu'un chose c'était de me jeter dans tes bras et te dire combien je t'aimais et que j'étais si désolée de ce que je t'avais dis ce matin là, car te perdre m'est trop insupportable. » Elle agrippa le t-shirt de la grande femme à deux main quand elle sentit une monter de larme sortir. Depuis la mort de mes parents, j'avais arrêter complètement de vivre et tu es arrivé en me redonnant l'espoir et en me montrant que la vie était belle malgré tout et qu'elle méritait d'être vécu. » Sa voix remplis de sanglot trembla et sa gorge serra tellement qu'elle avait du mal à parler.


« Tou...tout mon cœur entier ne bas que...que pour toi, tout...tout les matin sur cette îles je...je ne pensais qu'à toi et à ce que tu devais endurer. Je...je le savais mais je me sentais si honteuse que j'ai préféré agir comme une lâche et me...me cacher. Tu...tu as raison, je...je ne suis pas mieux que Sarah, je...je suis pire qu'elle. » Toute sa voix tremblait et faisait écho à ses sanglot. « Je...je suis si...si pitoyable... » Elle ne put finir sa phrase laissant ses larmes couler et laissa son corps entier trembler au rythme de ses pleures.

Les mots de la petite blonde entra profondément dans le cœur et l'âme d'Olivia, qui passa ses bras autour du petit corps tremblant appuyé contre elle et l'étreignit fortement. « Je suis vraiment désolée que tu es dût subir toutes ses souffrances, j'aurais tellement aimer t'épargner tout cela, mais maintenant je te protègerais au prix de ma propre vie, plus jamais je ne te laisserai revivre ce que tu as vécu. » Elle enleva un bras autour de la petite blonde pour lui attraper le visage entre ses doigt et la forcer à relever la tête afin de croiser les yeux de la petite blonde. « Je t'aime aussi, ce que je ressens pour toi est si grand que tout mon corps et mon cœur me fait mal, je regrette de ne pas t'avoir avouer tout l'amour que j'ai en moi, mon cœur, mon corps et mon âme ne vivent que pour toi. Tu es la personne qui compte le plus à mes yeux. » Dit elle avec la voix la plus douce qu'elle ne puisse avoir qui pénétra dans le corps de la petite blonde. « Je te demande pardon d'avoir dit ses horreurs, tu n'est pas pire que Sarah au contraire tu es bien au delà de tout sa. »

Doucement sa tête se baissa en même temps que celle de Julia se leva, elles comblèrent l'espace vide, leur yeux se fermèrent au moment où leur lèvres se caressèrent doucement dans un geste lents et doux. En même temps leurs lèvres s'écartèrent pour laisser passer leur langue, et un ballet remplit de passion et de sentiments commencèrent. Le geste était tendre dans des mouvement lent de va et vient en caressant leur langue délicatement, doucement Julia monta une main au niveau de la nuque d'Olivia et appuya légèrement afin d'en apprécier chaque minutes. La grande femme resserra son étreinte du bras gauche et remonta sa main droite sur la joue gauche mais dans un geste lents Julia tourna la tête forçant Olivia a changer de main qui passa ses doigt derrière l'oreille de la petite blonde. Le baiser devint plus tendre sous le rythme de leur amour, elles se séparèrent doucement tout faisant des petits vas et vas avec uniquement leur lèvres et repartirent dans un ballet où leur langue se touchèrent dans une caresse d'une infini douceur. Leur âme et le cœur ne firent plus qu'un, plus aucun son ne passèrent à coter d'elles, seul leur amour enfin fusionner raisonna dans le ciel rouge orangé du coucher de soleil de ce mois de septembre.

Elle se séparèrent une nouvelle fois avec la même tendresse, avant de refaire de petit vas et viens avec leur lèvres.

« Ne part plus jamais, ne me laisse plus jamais seule. » Dit Olivia d'une voix basse et rauque.

La petite blonde embrassa tendrement les lèvres de sa compagne. « Plus jamais. » Répondit elle avant de se laisser repartir dans un autre long baiser tendre et remplit d'amour, avant de se séparer de nouveau.

« Il faut que je te présente quelqu'un. » Annonça doucement Julia.

C'est Olivia cette fois ci qui embrassa tendrement les lèvres de sa douce. « Qui ? »

Julia à son tour l'embrassa au quelle elle fut répondu, tout le geste était tendre et délicat. « Attend il vas bientôt arriver. » Répondit elle en rompant doucement la baiser.

Puis un petit son venant de dessous le ponton se fit entendre, Olivia sursauta légèrement et tourna vivement la tête pour découvrir un dauphin avec la tête et les nageoires hors de l'eau, elle tourna d'un coup sa tête pour voir sa compagne la regarder avec un sourire.

« Je te présente mon sauveur. »

Olivia fit plusieurs aller retour entre l'animal et sa compagne. Cette dernière s'écarta du corps de la grande femme et se mit au bord du ponton quand d'un coup elle plongea dans l'eau sous les yeux horrifier d'Olivia qui se précipitèrent au bord. Elle lâcha un gros soupire de soulagement quand elle vit cette dernière remonter à la surface.

« Arrête de me faire des frayeur pareil ! » S'écria t-elle.

Julia ne dit rien et s'agrippa à la nageoire dorsal du dauphin qui plongea dans l'eau en l'emmenant. Olivia devin nerveuse ne voyant pas sa compagne remonter, elle la chercha partout dans l'eau avec les yeux mais ne la voyait toujours pas. Julia profita de la douce caresse que l'eau faisait sur sa peau, elle passa sur le dos de l'animal et c'est à ce moment là qu'il remonta d'un coup hors de la surface dans un magnifique saut qui fit briller tout son corps à la lumière du soleil.

Olivia chercha la petite blonde en ayant de plus en plus peur, elle allait sauter dans l'eau au moment où elle entendit un gros bruit, elle leva vivement la tête et vit au loin le dauphin sauter hors de l'eau avec sa belle sur le dos, et ce fut comme un déclic dans son esprit, elle revoyait cette forme briller hors de l'eau avec quelque chose sur lui, en voyant d'un peu plus prêt la scène avec le dauphin elle comprit maintenant que la forme brillante accompagner de l'autre forme n'était autre que l'animal avec Julia sur son dos.

Le dauphin replongea dans l'eau avant de réapparaitre devant Olivia qui regardait l'eau.

« C'était toi ! Ces trois dernier jour ainsi qu'hier matin c'était toi n'es ce pas ?! » Demanda Olivia.

Julia ne répondit pas mais chuchota quelque chose à l'oreille de l'animal qui plongea d'un coup en l'embarquant avant de sauter hors de l'eau en atteignant le niveau du ponton pour se mettre à la hauteur de la grande femme avant de l'arroser de tout le liquide qu'il avait dans la bouche et replongea sous les éclats de rire de la petite blonde et la tête d'ahurie d'Olivia.

« Allez viens ! » Lui cria sa compagne. « Viens profiter des dernier rayon de soleil afin de t'amuser ! » Voyant que sa compagne était toujours sur le coup de la surprise et qui ne réagissait pas elle dit de nouveaux mots à son ami qui replongea pour ressauter une nouvelle fois hors de l'eau afin d'atteindre Olivia en lui attrapant le t-shirt avec son bec et au moment où il redescendit dans l'eau il emmena la grande femme dans l'eau avec lui.

Cette dernière remonta à la surface avec une tête complètement bête sous le fou rire de la petite blonde.

« Et sa t'amuse ! » Dit elle faussement vexé.

« Si...si, tu...tu vo...voyais ta...ta tête ! C'est...c'est à mou...mourir de...de rire. »

Julia était tellement morte de rire qu'elle ne vit pas sa compagne plonger sous l'eau et arriver prêt d'elle en l'a faisait tomber du dos du dauphin en un petit cris de surprise.

« Hé ! » Dit elle rigolant. « C'est pas du jeu ! »

« Ah oui. » Répondit Olivia d'une voix amuser en s'approchant doucement de la petite blonde le regard remplis de malice.

« Non, ne t'approche pas ! » La jeune femme toujours morte de rire commença à reculer devant l'avenue dangereuse de son amie. « No...non Olivia, re...reste où tu es ! »

La grande femme affichait un sourire malicieux, avec la couleur du soleil couchant cela donnait à ses yeux un regard prédateur, elle avançait si lentement tel un fauve près à bondir sur sa proie. Julia recula tant qu'elle pouvait mais fut arrêter par le pied du ponton. « Oh ! Oh ! Je vais avoir des ennuies. » Dit elle en regardant le pied avant de retourner son attention à sa compagne qui continuait d'avancer.

« Sa tu peux le dire. » Dit celle ci d'une voix basse en bloquant tout accès d'échappatoire à la petite blonde, elle se posa devant elle en mettant ses deux mains appuyer contre le pied en bois. « Et maintenant comment compte tu faire pour t'en sortir ? » Demanda avec fierté.

« Sa ! » Répondit Julia avant d'embrasser passionnément sa compagne qui fut prise au dépourvue et se laissa faire puis elle rompit le baisé en s'écartant légèrement.

Olivia décala sa tête sur le coté gauche de sa compagne pour y déposer de douce lèvres chaude contre la peau humide mais cette dernière dans une geste lents tourna sa tête la forçant à changer de coter puis elle l'embrassa avec une telle tendresse qui envoya énormément de frissons dans le corps de la petite blonde. « Tu crois que tu vas réussir à t'échapper avec sa ? » Demanda-t-elle d'une voix basse et rauque.

« Je sais pas, peux être. » Répondit Julia dans un chuchotement en fermant les yeux au contact des lèvres. « Et si c'était le cas... »Le baisé de sa compagne était si intense qu'elle avait du mal à garder le contrôle d'elle même, elle posa sa tête contre l'épaule gauche de son amie en mettant sa main droite sur la nuque en même temps. « ...Si c'était le cas je... »

« tu quoi ? » Demanda Olivia en chuchotant tout en descendant au niveau de la base de l'épaule dans un mouvement remplit de douceur en parcourant tout le cou de baisers langoureux.

« Au...aurai je ré...réussit ? » Demanda Julia avec beaucoup de mal.

Olivia remonta au niveau du cou de la jeune femme en laissant une trace brulante sur son passage. « Oui ! » Répondit elle vaincu. Dans un souffle avant de caresser les lèvres de sa compagne avec les siennes dans un mouvement délicat. « Vas tu t'enfuir ? » Demanda-t-elle en rendant son geste plus lent d'une voix à peine auditive.

« Non ! » Répondit Julia avant de capturé les lèvres trop tentante. Le baiser était délicat en devenant de plus en plus passionné, la petite blonde passa ses mains sous le t-shirt tremper de sa compagne et lui caressa le dos du bout des doigts en envoyant des décharge de désir dans le grand corps.

« Nous ne devrions pas. » Dit Olivia dans un souffle en rompant le baiser. « Pas ici ! » Dit elle en reprenant les lèvres de la petite blonde.

« Je sais. » Répondit Julia contre les lèvres de sa compagne avant de les reprendre à son tour. « Il faudrait partir pour sa. » Continua t-elle dans une micro coupure.

« Oui. » Dit la grande femme à son tour dans le baisé. « Aurons nous la force de le faire ? » Demanda-t-elle avant de se replonger dans un passionnant et long baiser remplit d'amour.

Les deux femmes se séparèrent à bout de souffles sans pour autant écarter leurs lèvres de l'autre, elles les laissaient simplement se frôler de peur que si elles s'écartaient, elle ne pourrait jamais les retrouver en laissant les yeux fermer pour ne pas perdre le monde dans lequel elles s'étaient mise, un endroit où elles seules se sentaient enfin heureuse dans un silence plus que bien venue remplit d'amour. Le dauphin était parti depuis que leur premier baiser avait commencer en laissant les deux femmes se connaître dans un amour pure et passionné. Julia se mit doucement à rire se qui fit ouvrir les yeux à Olivia. « Qu'es ce qu'il y a ? » Demanda-t-elle amusé.

« Tu sais que nous venons de tuer nos portable. » Dit elle en ouvrant à son tour les yeux en riant, mais elle explosa de rire quand elle vit le regard de dépité que son amie faisait. « Toute mes condoléances pour ton deuxième portable mort. »

« Oh non ! » Dit Olivia dégouté. « C'est ta faute sa ! » Dit elle avant d'éclater de rire à son tour.

Les deux femmes riaient de bon cœur sous le coucher de soleil au ponton de bois qui devint un symbole de leur amour.

Ne voulant pas à avoir à se justifier de leur vêtement trempés Julia invita Olivia à venir chez elle afin de mettre ses vêtements au sèche linge, c'est bras dessus et bras dessous qu'elles arrivèrent dans l'appartement. Julia se figea en se souvenant de l'état dans le quel elle l'avait laisser en faisant revenir monstrueusement le souvenir de se jour horrible à elles deux. C'est dans un silence lourd et pesant qu'elles ramassèrent les morceaux de verre et porcelaine, quand ce fut finit la petite blonde mit les affaires d'Olivia à sécher en lui prêtant des affaires qu'elle avait garder de son père. Par chance il lui allait parfaitement bien. Puis toujours sans un mot, la grande femme se mit sur le balcon appuyer contre le muret, le temps que sa compagne prépare le café après avoir appeler sa mère en utilisant le téléphone fixe de son amie pour lui dire qu'elle rentrait pas tout de suite et qu'elle ne devait pas s'inquiéter.

La jeune femme arriva avec les deux cafés accompagné de quelques biscuits sur un plateau et le posa sur la table. Elle n'osa regarder son amie dans les yeux quand cette dernière prit sa tasse avant de se remettre à sa place. Julia prit la sienne et s'assit dans le fauteuil et regarda la mer par la vitre du balcon.

« Le jour de l'anniversaire de ma sœur, je le lui avait demandé ainsi qu'à mes parents de venir avec moi pour l'achat du cadeau comme on le faisait tout les ans, mais cette année là ils ont tout les trois refusé, mon père m'avait rapporter qu'ils avaient déjà acheter le cadeau pour Flora et cette dernière ne voulait pas venir avec moi car pour cette année elle ne voulait pas suivre la tradition et qu'elle voulait avoir la surprise. Je protestait, je refusait d'aller l'acheter sans eux, pour moi les traditions son sacrée surtout ceux qui appartienne à la famille, mais ils n'ont rien voulut entendre et je suis donc partie seule au centre ville. »

Elle s'arrêta pour boire une gorger du liquide sous l'écoute attentive de sa compagne qui c'était mise sur le coter pour la regarder.

« J'ai fais toute les boutiques de la ville afin de lui trouver quelque chose qu'elle pourrait aimer et avoir toute sa vie, après un long moment de recherche j'avais fini par le trouver c'était un très joli pendentif avec un cheval en or blanc se cabrant accrocher à un cœur en or doré qui représentait le soleil, semer de petites pierres précieuses. Ma sœur adorait les chevaux c'était sa grande passion, elle voulait devenir jockey adulte. Je me souvient de la première fois qu'elle était monter sur un poney, elle avait quatre ans et moi six il était un peu trop grand pour sa taille mais elle voulait absolument monter dessus. À plusieurs reprise elle tomba de la selle avant même qu'elle n'est put s'assoir. Plusieurs fois nous avons essayer de l'aider mais à chaque fois elle refusait, en disant ''non j'y arriverai toute seule je suis une grande fille''. »

Julia fit les gestes et imitant la voix d'un enfant tout en racontant, chose qui fait rire la grande femme qui écoutait avec grand intérêt.

« Et au bout d'une heures, après plusieurs chutes, elle y était arrivée, nous, nous sommes toujours demandé comment l'animal avait put être aussi patient. Donc pour son anniversaire j'avais réussit à trouver ce magnifique cheval, car en plus de fêter son anniversaire nous fêtions également ses premiers pas dans le monde équestre. Elle avait enfin réussit à atteindre son rêve de devenir jockey tout en ayant son propre cheval que nos parents le lui avait offert deux jours plutôt pour son anniversaire. »

Elle fit une pause en prenant une gorgé de café, avant de retourner son attention à l'océan en serrant la tasse chaude dans ses mains.

« Mais quand je suis revenus de ma course il faisait nuit noir et au loin je voyait le ciel avec des couleurs rouge et or avec quelques tons orangé avec une grosse colonne noir cachant les étoiles et la lune. Quand je suis arrivée devant ma maison tout ce que je croyait être ma vie, mon enfance et mon adolescence s'envola dans de grosse flammes de plus de cinq mètres de haut avalant tout sur son passage avec un son horrible ne laissant aucune chance au gens de s'enfuir. J'étais horrifier de voir la maison qui nous à vu grandir se réduire en cendre, mais mon regard se posa sur une fenêtre du premier étage et là j'ai vue ma mère taper comme une folle sur les carreaux en flammes demandant du secoure. »

Elle s'arrêta et but une autre gorgé de son café tout en prenant une grande inspiration afin de se donner du courage pour finir son histoire. Olivia resta raide comme une statue, aucun son ne pouvait sortir de sa bouche tellement l'histoire devenait de plus en plus horrible.

« J'étais tétanisée, je voyais ma mère la femme qui a toujours compté pour moi brûler sous mes yeux et qui fut aussitôt rejoint par mon père et ma sœur. Je les voyais tout les trois, les flammes les mangeaient doucement dans des douleurs atroce qui s'inscrivaient sur leurs visages que je n'oublierais jamais. Le bruit ravageur du feu couvrait leur hurlement et aucun pompiers ni policiers ne put les entendre malgré le faite que je leur sois sauter dessus pour leur dire que mes parents et ma sœur étaient toujours à l'intérieur, personne n'a voulut me croire ils m'ont simplement demander de partir en m'écartant de leur véhicule. Tout en hurlant tout ce que je pouvais avec mes larmes me brulant les yeux à cause du feu, je regardait mes parents bruler vive jusqu'à leur dernier souffle, je ne pouvais détourner mon regard d'eux. Les dernier mots que j'ai put lire sur les lèvres de ma sœur était ''je suis désolée'' et elle disparut comme mes parents dans les flammes. »

Elle s'arrêta buvant une autre gorger sans se rendre compte que des larmes c'étaient mise à couler sur ses joues, elle sorti un objet de sa poche et le regarda. Olivia était estomaqué de voir ce que sa compagne avait vécu cette chose plus que horrible elle se demandait comment la petite blonde avait tenu le choc, elle non plus se rendit pas compte qu'elle versait elle même des larmes, elle baissa les yeux sur le petit objet que la jeune femme avait dans les mains et vit un pendentif représentant un cheval se cabrant en or blanc sur un petit cœur or jaune semer de pierre précieuse.

« C'est la seule chose que j'ai put garder d'elle, tout comme les habilles que tu porte qui appartenait à mon père. »

« Quoi ?! » Olivia resta sans voix en apprenant que les habilles qu'elle portait venait du père de sa compagne. « Heu je... » Elle se senti d'un coup gêner de les avoir sur elle.

« Tu n'as pas à te sentir gêner de quoi que se sois, c'est moi qui te les ai prêter il n'y a que ses affaires la qui t'aille et là où il est maintenant il en aura plus besoin. » Dit elle en souriant toujours sans la regarder.

« Oui mais, c'est un peu gênant quand même, c'était à ton père et cela a une valeur sentimental. » Dit Olivia tristement.

« Ce ne sont que des habilles. » Dit Julia en s'adossant au fauteuil et levant la tête pour regarder le ciel qui commença à monter des étoiles. « Le bien le plus précieux qu'ils m'ont laissé tout les trois, c'est dans mon cœur pour toujours avec les plus beau souvenir et de la plus belles des enfances. »

Olivia toucher par le geste ne put en dire plus, elle était doublement par la confidence que venait de lui faire sa compagne, cela lui montrait combien cette dernière avait une grande confiance en elle. Tellement prise dans ses pensées qu'elle ne sentit ni ne vit sa compagne se lever et se placer derrière elle, elle le remarqua qu'au moment où elle sentit un petit truc à son cou, elle regarda ce que c'était et écarquilla les yeux quand elle vit la médaille qui était destiner à la sœur de Julia lui être mise par cette dernière. Elle fit plusieurs aller et retour entre le bijoux et la petite blonde.

« Mais les plus beau moment que j'ai passer de toute ma vie depuis que je suis née, ils étaient avec toi. Rien ne pourra remplacer ce que j'éprouve pour toi et ce que tu représente à mes yeux, cette médaille était le symbole de la réussite et de la persévérance que ma sœur avait fait pour arriver à son but et il te revient de droit car tu es une personne persévérante, qui grâce à qui j'ai put surmonter tout obstacles quel qu'il soit. » Dit elle en la regardant pour la première fois depuis leurs arrivées avec des yeux brillant de mille éclat expriment son amour éternel envers la grande femme. Puis sans rien dire de plus elle retourna s'assoir dans son fauteuil laissant sa compagne digéré ce qu'il venait de lui arriver.

Olivia était sous le choc, personne jusqu'à présent ne lui avait dit des mots aussi touchant, ni même lui avait offert un objet qui avait énormément de valeur, elle serra le pendentif fortement dans sa mains, cette objet devin le symbole de la libération de ses mois de souffrances. Elle leva doucement ses yeux pour les poser sur la petite blonde qui la regardait patiemment avec une grande intensité, sans dire un mot elle posa son café et s'agenouilla devant sa belle avant de venir l'embrasser tendrement.

« Merci, merci pour tout ce que tu es, pour tout ce que tu donne. Chaque jours passer à tes cotés est un paradis avant l'heure, je protègerais ce cheval aussi fortement que je passerai ma vie à te protégé et de rendre heureuse. » Dit elle doucement la voix un peu tremblante dû à l'émotion.

« Et ma vie je la passerai tout les jours à tes cotés, à t'aimer sans jamais m'arrêter. » Déclara Julia à son tour avant de capturé les lèvres de sa douce pour un long et tendre baisé remplit de promesse. Olivia monta sa main droite pour la poser sur la joue gauche de la jeune femme mais cette dernière encore une fois tourna doucement sa tête en la forçant à changer de coter, elle rompit ce baiser à ce moment là et regarda intensément la petite blonde qui repris ses lèvres sans lui laisser une chance de parler. Elle se laissa aller doucement elle posa ses mains sur la taille de sa compagne et commença à passer lentement ses mains sous le t-shirt, mais fut immédiatement arrêter par des petite mains.

« Non s'il te plais Olivia. » Objecta doucement la geste Julia.

« Julia je te promet de ne pas toucher au cicatrice sur les bras et les jambes. » Essaya doucement la grande femme.

« C'est pas sa, je suis désolée mais je ne peux pas. » Dit tristement la petite blonde en baissant la tête ayant trop honte. « Je te demande pardon. »

Olivia un peu frustrer accepta la demande de la jeune femme. « C'est pas grave. » Dit elle en posant une mains sur la joue droite de la jeune femme avant de se lever pour voir si ses vêtements était sec, elle se fut arrêter au milieu du salon par deux petits bras l'entourant fortement.

« Ne part pas ! Je te demande pardon ! » La supplia Julia en posant son front contre son dos

« Julia ! » Prononça Olivia d'une voix peiné.

« Je le veux autant que toi mais je peux pas, j'ai peur... »

Olivia toucher se retourna et prit le visage de la petite blonde entre ses mains.

« Julia, je comprend que tu es peur et j'attendrais le temps qu'il faudra, j'attendrais que tu sois prête. Je sais que les épreuves que tu as enduré à cassé quelque chose en toi mais cela ne m'empêche pas de t'aimer, ni de te toucher, je veux que toi aussi tu ressente cet envie là et si il faut attendre que tu sois prête pour cela j'attendrais mais ne t'inquiète pas je ne partirais pas à cause de cela n'ai pas peur. » La rassura la grande femme.

Puis elle serra fortement sa compagne dans les bras avant de l'embrasser passionnément dans une ambiance apaisante à la nuit tombante.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:04

CHAPITRE 12

Sarah était sur un bateau de pêche accompagner de ses sortes d'hommes de mains riant aux éclat regardant Julia dans l'eau se faisant asperger de sang de poisson avant de la faire harponner pour la tirer sur plusieurs mètres tout en continuant à lui envoyer du sang et des boyaux sur la figure, avant de la lâcher en pleine mer quand plusieurs ailerons arrivèrent à grande vitesse. La petite blonde regardait avec horreur les immense poissons carnivore se diriger vers elle à toute allure avant de se jeter sur elle en la mordant sur chaque partie de son corps en le déchiquetant lentement dans une douleur immonde. Elle hurla à la mort à chaque passage des crocs puissant arrachant un peu plus sa chair. Elle hurla le nom d'Olivia en la suppliant de venir l'aider. Quand soudain elle se réveilla en sursaut dans des bras forts et sécurisant qui la berçait.

« Chut, chut, je suis là, calme toi, ce n'était qu'un cauchemar. » Lui disait une voix douce et rassurante la sortant doucement de son cauchemar qui lui avait fait couler de grosse larmes de terreur accompagner d'une sueur froide.

Olivia se réveilla en sursaut terrifié quand elle entendit sa compagne hurler son nom avec une voix remplis de terreur, immédiatement elle attrapa la jeune femme dans ses bras en essayant tant bien que mal à la réveiller et réussi sans avoir eu beaucoup de difficulté avant de bercer le petit corps tremblant de larmes incontrôlable. Puis doucement elle sentit ce dernier se détendre et avoir une respiration calme et régulière qui lui indiqua que Julia c'était rendormit. De toute la nuit la grande femme ne dormit pratiquement pas, réveillée assez souvent par des hurlements causé par les cauchemar de la petite blonde. Elle maudissait intérieurement Sarah pour ce qu'elle avait fait à sa compagne en plus du traumatisme qu'elle était en train de subir. C'est au bout du cinquième cauchemars qu'elle fut complètement réveillée dans l'impossibilité de se rendormir et finit par passer le reste de la nuit à veiller sur la jeune femme.

La veille Olivia était rester dormir chez sa douce sur la demande de celle ci qui ne voulait pas la laisser partir, elle avait accepté en ayant elle même aucune envie de la quitter. Les deux femmes voulaient rattraper les deux mois perdu et du faite d'avoir échanger des baisers leur rapprochement fut encore plus grand qu'avant et elles savaient qu'à partir de maintenant, elles ne pouvaient de jour comme de nuit rester loin de l'une et de l'autre et c'étaient mise en accord qu'elles dormiraient chacune leur tout chez l'autre pour avoir des moments vraiment à elle seule ainsi de pouvoir aussi s'occuper de l'adolescente.

Au petit matin Julia se réveilla très fatiguée, ses cauchemars à répétition l'avait complètement épuisée. Elle remarqua à son réveille que la grande femme était dans le même état qu'elle et s'excusa pratiquement pendant tout le petit déjeuné chose qui amusa Olivia qui essaya avec grande difficulté de lui faire comprendre que ce n'était pas de sa faute. Têtu la petite blonde ne voulait rien entendre. Une fois qu'elle eut fini de se préparer la grande femme sorti de l'immeuble et partie pour le lycée pour le dernier jour de la semaine sans oublier de faire un long baiser à sa douce qui lui souhaita bon courage. Arrivé au lycée elle retrouva Mathilda qui la regarda avec un sourire malicieux et un regard remplis de sous entendu.

« Même pas ! » Répliqua aussitôt Olivia lui rendant le même sourire.

Déçu l'adolescente entra dans le lycée sous les rires de sa mère adoptive qui arriva dans son bureau le sourire et les yeux remplis de joie.

« Tien, tien ! Mais que vois je sur ton visage ? Serai ce un sourire comme je n'ai pas vue depuis si longtemps ? » Lui dit une vois derrière elle en la faisant sursauter.

« Amélie tu m'as fait peur ! » S'exclama la grande femme.

« C'est ce que je vois. » Dit l'adjointe en rigolant. « Alors raconte ! Qu'es ce qu'il c'est passer hier ? Tu es partie comme une furie et là je te trouve radieuse avec un sourire encore plus joyeux qu'avant et ne me dis pas rien car se sourire c'est la première fois que je le vois sur ton visage. Alors raconte ! » Argumenta t-elle sous le sourire amuser de son amie.

« Et bien... » Commença Olivia en ayant encore maintenant du mal à y croire. « Julia et bien... »

« Aller ! Accouche ! Qu'es ce qu'il se passe avec Julia ?! » S'impatienta Amélie.

« Elle est vivante ! » Répondit la grande femme un sourire éclatant au lèvres.

« Quoi ?! Tu veux dire Julia, TA Julia elle est vivante ?! » Demanda l'adjointe sans vraiment être sur d'avoir bien entendu.

« Oui elle est vivante elle est revenu hier. » Continua Olivia le sourire de plus en plus radieux.

« Ouhaa mais c'est génial sa ! » S'exprima l'adjointe en se mettant d'un coup debout. « Je suis super heureuse pour toi ! Mais alors sa veux dire que... »

Olivia hocha la tête. « Oui ! » Répondit elle tout simplement.

« Houaiiiiiiii ! C'est trop génial. » Explosa de joie Amélie en se jetant sur son amie tout en les faisant toutes les deux tomber.

« Hé calme toi ! Tu vois pas que tu viens de nous faire tomber là ? » Dit Olivia en rigolant de l'était euphorique de l'adjointe au dessus d'elle.

« Hoo Olivia, tu ne peux pas savoir comment je suis trop contente pour toi ! Tu me remplis le cœur de joie de te voir heureuse. » Dit Amélie en se se redressant pour se mettre en position assise sur le corps d'Olivia avec des yeux remplit de larmes de joie.

Une petite voix venant de la porte d'entrée les fit sursauter pour voir une petite blonde les regarder.

« Hé bien, je vois que l'on s'amuse bien ici. » Dit elle sérieusement.

« Julia ! » Dit Olivia complètement gêner de la position dans laquelle elle se trouvait.

« Julia ?! » Redit Amélie la voix remplis de surprise joyeux en se tournant vers Olivia afin d'avoir la confirmation.

« Oui, je te présente Julia. » Répondit Olivia en présentant sa compagne.

« Ouhaouu ! » S'exprima l'adjointe en se relevant d'un coup serrant à deux mains celle de la petite blonde avec un enthousiasme à tout épreuve secouant le petit corps. « Je suis vraiment ! Vraiment Ravis et heureuse de faire votre connaissance ! » Dit elle avant de la serrer fortement dans ses bras en la faisant pratiquement tomber elle aussi. « Bon je vous laisse, on se vois à la piscine. » Finit elle en se tournant vers Olivia toujours par terre avant de disparaître comme une fusée.

Julia était complètement abasourdit par la tempête appeler Amélie et n'eut pas le temps de comprendre tout ce qu'il venait de lui arriver.

« Heu c'est... » Commença t-elle à demander déboussolée en montrant la porte vide du doigt le sourire au lèvres.

« Amélie mon adjointe. » Répondit Olivia un peu embarrassé en se relevant.

« Et ben, elle à de la joie de vivre au moins. » Dit Julia en s'approchant de sa compagne.

« Sa tu peux le dire. » Confirma la grande femme secouant ses vêtements. « Tu voulais quelque chose ? » Demanda-t-elle en revenant à la réalité.

« Moui te voir, parce que tu me manquais. » Répondit la petite blonde en passant ses bras autour du corps d'Olivia en déposant un baiser tendre sur ses lèvres.

« Oh et bien sois la bienvenue alors. » Dit la brune en rendant le baiser tout en passant ses bras autour du cou de sa compagne.

« Je peux venir à chaque fois que je suis en manque de câlins ? » Demanda Julia en la taquinant.

« Autant que tu le désire. » Répondit Olivia avant de l'embrasser tendrement.

« Et tes élèves ? » Demanda la petite blonde en rompant le baiser avant de lui mordiller délicatement le lobe de l'oreille.

« Amélie peux très bien sans occupé sans moi. » Répondit Olivia dans un murmure en en penchant sa tête sur le coter appréciant le doux geste de son amie avant de la passer dans son cou en le mordillant légèrement suivit par des baisés langoureux extrêmement sensuel.

« On pourrait s'éclipser pour aller sur une petite crique pas loin de la plage. » Chuchota Julia en sentant son corps bouillir sous les douces attention de sa compagne.

« Humm plutôt tentant tout sa. » Répondit la grande femme entre deux baisés.

Elles se séparèrent d'un coup quand elles entendirent l'adjointe arriver, et au moment où cette dernière entra Julia tendit le portefeuille d'Olivia qui était en faite la vrai raison de sa venue. « Et pense s'y la prochaine fois tête en l'aire. » Dit elle en se forçant de ne pas rougir.

« Oui promit et merci. » Répondit Olivia comprenant l'excuse de sa venue cachant également sa gêne.

« De rien, bon je file on m'attend à plus tard. » Salua t-elle sa compagne en faisant de même à Amélie quand elle passa à coté d'elle avant de sortir.

Olivia s'assit rapidement à son bureau et prit les dossiers de ses élèves et commença à les regarder.

« Et bien c'est un sacré bout de femme. » Dit Amélie en regardant la petite blonde partir.

« Oui, oui, c'est vrai c'est quelqu'un de bien. » Confirma Olivia le nez dans les papier n'osant pas lever les yeux de peux que sa rougeur ne soit démasqué.

Les deux amantes étaient complètement en feu. « Bon sang on doit éviter de se voir avant ou pendant les cours se sera pas raisonnable. » Se dirent elles en même temps intérieurement.

Olivia se leva d'un coup de sa chaise et se mit à courir jusqu'à la porte.

« Hé ! Où vas tu ? » Demanda Amélie surprise de la réaction de la coach.

« Lui rendre les clés de voiture ! Elle les as oubliés. » Répondit Olivia en montrant un trousseau de clé de véhicule.

« Dépêche toi les élèves vont bientôt arriver ! » L'averti la jeune femme.

« Oui, oui, promis je me dépêche ! » Répondit Olivia sans ce retourner.

Olivia se mit à courir de toute ses forces afin de rattraper sa compagne, elle arriva sur le parking du lycée et l'aperçut, cette dernière était devant sa voiture.

« Julia ! Attend ! » Cria Olivia.

La petite blonde s'arrêta net devant sa portière quand elle entendit son prénom et tourna la tête afin d'apercevoir l'arriver la grande femme avant de se sentir soulever pour être ensuite posé sur le sol le dos contre la voiture avec ses lèvres capturer. Immédiatement elle rendit le tendre baiser qu'elle reconnaissait. Leurs lèvres firent des vas et vient dans un mouvement les plus tendre avant d'approfondir le baisé pour qu'il devienne plus passionné. Elles se séparèrent à bout de souffle en se décalent légèrement.

« Tu as oublier tes clés de voiture. » Dit doucement Olivia en caressant les lèvres de sa douce avec les siennes.

« Tu me les a volé avoue ! » Dit la petite blonde dans un doux murmure en imitant le geste de sa belle.

« J'avoue ! » Dit la grande femme en embrassant sa compagne d'un baiser tendre. « Je ne voulais pas te laisser partir comme sa. » Continua t-elle dans un souffle avant d'embrasser à nouveau sa compagne.

« C'est pas raisonnable. » Souffla Julia avant de rendre le baisé. « Il faut... » Elle se coupa elle même en reprenant les lèvres trop tentante d'Olivia.

« Non pas raisonnable. » Dit la jeune femme brune à son tour avant de revenir à sa passion du moment.

Elles replongèrent de nouveaux dans un long et passionnant baisé, elles se forcèrent toutes les deux en même temps de rompre se baisé.

« Il faut que j'y retourne. » Dit Olivia en embrassant les lèvres de sa belle.

« Oui et moi aussi je dois aller voir mes futur élèves. » Constata Julia en capturant les douces lèvres.

« Mais c'est si dure. » Dirent elle en même temps avant de se laisser aller une nouvelle fois, avant de se séparer pour de bon et à contrecœur. Olivia retourna à la piscine où une Amélie avec l'air faussement énerver l'attendait. « Aie je vais avoir des problèmes. » Se dit elle.

« C'est sa que tu appel rapide toi ?! » Dit elle faisant semblant d'être fâché.

« Heu désolée, cela à prit plus de temps que prévue. » S'excusa Olivia en se frottant la nuque en rougissant légèrement.

« Halala les amours, toujours difficile de se séparer les premiers jours. » Dit elle en faignant l'aire décourager. « Tu en as bien profiter au moins ? » Demanda-t-elle les yeux remplit de malice.

« Hein heu et bien je... » Olivia était prise au dépourvue avec cette soudaine question.

L'adjointe se mit à rire. « Je te taquine ! Tu as bien raison d'en profiter et je comprend parfaitement le besoin d'être auprès de celle que l'on aime, je passe par là depuis cinq longue année maintenant. » Dit elle avec un sourire en finissant par un petit clin d'œil complice.

Olivia ne dit rien mais sourit simplement avant de prendre son visage sérieux à l'arriver des étudiants. Chose qui étonnera toujours sa conjointe de voir comme son amie peux sauter d'une expression à une autre en moins de deux secondes.

Julia parti en direction de sa futur école complètement déroutée. « Faut pas se voir avant de commencer le boulot, c'est pas vraiment raisonnable. » Se dit elle. Arrivé sur les lieux de travail elle fut heureuse de voir que son poste était bien sagement gardé durant sa convalescence. Elle fut accueillit chaleureusement par la directrice nommé Natacha qui lui fit visité les lieux, cette dernière comprit parfaitement les raisons pour laquelle Julia n'avait put être présente pour la rentrée en la voyant pour de vrai devant elle. La petite blonde avait appeler l'école pour leur dire que malheureusement elle ne pourrait pas assister aux premiers jour de classe à cause d'un accident qui la cloua sur un lit d'hôpital pour quelque temps. C'est en arrivant qu'elle dût donner les raisons en transmettant les papiers médicaux.

« Oh bon sang, ma pauvre enfant j'ai de la peine pour vous. » Dit la directrice qui était une femme d'une cinquantaine d'année, mesurant un petit mètre cinquante-cinq d'une silhouette un peu rondouillarde avec les trait de visage vraiment doux.

« C'est bon ça va maintenant, mais je garderais des cicatrices dont celle que j'ai au visage. » Expliqua la petite blonde.

« Je n'ose imaginer l'horreur que vous avez vécu avec ses monstres. » Dit Natacha d'un voix compatissante.

« Cela ne posera pas de problèmes vis à vis des enfants ? » Demanda Julia inquiète.

« Non ne vous inquiétez pas, cela ne se vois pratiquement pas. » Menti un peu la directrice ne voulant pas faire perdre espoir la jeune femme, puis elle l'emmena dans sa nouvelle classe et la présenta au élèves qui resta silencieux et déconcerter entre la douceur la beauté et la cicatrice que Julia possédait. L'institutrice remplaçante ainsi que la directrice sortirent de la classe en laissant la petite blonde seule. Un peu nerveuse elle s'assit à son bureau et fut extrêmement surprise de voir les enfants vraiment très silencieux.

« Bien, je vous souhaite avant tout une très bonne année scolaire et je vous dit également un grand bonjour à vous et je me présente je m'appelle Julia Jonson et je suis vôtre nouvelle institutrice. » Se présenta t-elle nerveusement.

Un garçon brun nommé Jimmy leva la main elle l'invita à parler.

« Pourquoi n'êtes vous pas venue pour la rentrée. »

« Et bien parce que j'ai eu des petits souci qui mon forcé à rester à l'hôpital tout simplement, j'espère simplement que tout se passera bien entre nous. Bien nous allons commencer par savoir qu'es ce que vous étiez en train de faire avant que je n'arrive. »

Une petite fille châtain leva la main s'appelant Héléna répondit à la question après autorisation. « Nous faisions de la grammaire. »

« Bien, alors voilà ce que nous allons faire pour aujourd'hui, comme je viens juste d'arriver vous allez fermer vos livre et vos cahiers et les ranger dans vos bureau. »

Surprit de ce qu'elle leur demandait les enfants rangèrent en silence leur affaire dans leur bureau, puis ils la regardèrent tous très sagement avec attention.

« Voilà, nous allons pour aujourd'hui faire des jeux, tout simplement tout en apprenant à se connaître mutuellement en plus de s'instruire. »

« Et c'est sous la grande joie de tout les élèves que la matinée se passa avec des jeux qui leur permirent d'apprendre beaucoup de chose grâce à la délicatesse de la petite blonde qui prit vraiment sont temps à écouter chacun de ses élèves. À l'heure du midi la directrice appela la jeune femme afin de la prévenir qu'un spécialiste en animaux marin devait venir afin de montrer au enfant le monde aquatique. Julia fut ravis de cette journée découverte même si les enfants restaient à l'intérieur. À son tour elle proposa de faire la même chose mais à l'extérieur de l'école pour l'une des sortie scolaire. La directrice très enthousiasme accepta volontiers puis elle laissa la petite blonde aller déjeuner, cette dernière en profita pour appeler sa compagne avec le fixe de son propre bureau qui était également en train de déjeuner dans son bâtiment.

« Hé salut ma douce, comment c'est passer ta première rencontre avec les élèves ? » Demanda Olivia contente d'entendre la belle voix de sa bien aimée.

« Très bien, mieux que j'aurais pensée même avec la directrice qui m'a menti gentiment pour me faire plaisir. » Répondit Julia tranquillement.

« Ah bon par rapport à quoi ? »

« Ma cicatrices au visage, elle m'avait dit qu'elle ne se voyait pas quand elle a vue que j'avais un peu peur de la réactions des enfants par rapport à sa, mais je sais très bien qu'elle se voit nettement et qu'elle n'est pas complètement guérit mais c'est gentil de sa part. » Expliqua la petite blonde amusé.

« Oui c'est vrai c'est très honorable. » Dit Olivia un peu tristement en repensant au beau visage défiguré par les crocs. « Mais ça va partir j'en suis sur. »

« Non sa ne partira pas, la peau à été trop arracher pour cela. » contra gentiment la jeune femme. « J'aurai la cicatrice à vie sauf si je fais de la chirurgie esthétique pour la masquer un peu mais malgré cela elle sera quand même visible, enfin bref et toi comment c'est passer ta matinée ? » Demanda-t-elle pour changer de sujet.

« Très bien, ils font des progrès monstrueux et je suis vraiment fière d'eux. » Répondit Olivia en acceptant le changement de sujet. « Lundi après midi il y a une petite compétition entre eux que j'organise pour savoir qui concourra en premier lors des premiers chalenge. »

« Oh mais c'est une excellente idée sa, j'aurais aimé être là pour voir tes étudiant se donner à font sous tes directives, tu dois être un coach hors paire. » Dit Julia fièrement.

« Non pas tend que cela, je fais simplement ce qui es bon pour eux en leur donnant une chance à chacun de réussir. » Dit Olivia refusant gentiment les compliments.

« Oui mais pas tout les entraineurs réagissent comme toi et d'être proche de leur athlète. »

« Mais toi aussi je suis sûr que tu l'es, même si ce n'est pas en sport, tu es proche de tes élèves afin de les soutenir et de les aider comme il se doivent pour bien réussir. » Dit Olivia en renvoyant la balle.

« Ah ha ha je suis grillé, j'avoue je suis comme cela. » Reconnut Julia.

Le reste du déjeuner se passa au téléphone avec leur sandwich avalé entre quelques coupure. Elles raccrochèrent en même temps avec le même sentiments de manque. « Et ce n'est que le début. » Se disent t-elles en regardant le téléphone puis elles repartirent chacune auprès de leurs élèves à la sonnerie.

Julia entra dans sa classe où l'attendait la directrice et l'homme qui était venue faire la petite conférence auprès des enfants. Il était assez grand mesurant 1m90 à peut près avec une carrure de sportif, les cheveux court noir ainsi que les yeux noisettes et d'un petit bouc accompagné d'une peau bronzé. Les enfants de toutes les classes arrivèrent une demi heure plus tard dans la grande salle de projection en prenant place en silence où ils furent rejoint par tout les enseignants, et c'est ainsi que l'homme commença à présenter le monde marin avec tout ses métiers, ses sports et bien évidemment la faune et la flore qu'il regorgeait avec de magnifique espèces de multiple couleurs et formes. Ensuite, il détailla chaque partie dans l'ordre dont il avait présenté le sommaire. Élèves et enseignants écoutèrent attentivement et ils devinrent touts plus attentionnés quand il commença à détailler chaque animaux aquatique après l'avoir fait pour le végétaux. Il passa un à un chaque animaux dans le moindre détail, les enfants étaient tous vraiment ravie et quelques petits curieux posa des questions qui furent répondu avec passion par l'animateur, mais au moment où un film qui montra la faune dans toute sa splendeur était mit dans le poste de télévision et qu'il arriva à un certain animal, Julia senti un gros frisson parcourir son dos, et son corps commença à trembler, Natacha qui était juste à coté sentit le changement d'attitude de la jeune femme et tourna la tête pour y voir de la terreur s'inscrire sur son visage en devenant de plus en plus pâle, elle voyait très clairement de la sueur couler du front de la jeune femme, elle regarde alors ce qu'il la rendait comme cela et comprit aussitôt en voyant les images de requins. Avec l'aide de plusieurs enseignants, elle fit sortir immédiatement la petite blonde qui commença à faire une crise de panique et sachant qu'il n'y avait rien d'autre après la conférence, elle lui donna le reste de l'après-midi.

Olivia faisait faire des exercices d'extension à ses élèves afin qu'ils puissent nager plus rapidement sans s'essouffler, elle était vraiment contente de ses petits car chacun donnaient le meilleur d'eux même sans jamais se plaindre mais en demandant toujours plus, ils avaient tous confiance en leur coach qui savait vraiment leur faire ressortir le meilleur de leur potentiel. Amélie de son coté soutenait parfaitement bien sa principale tout en encourageant également les élèves en leur donnant également de très bon conseilles pendant l'exercice d'endurance, elle avait divisé les élèves en deux équipes pour leur faire, faire des petites courses afin de parfaire leur effort. Chacune des deux femmes donnèrent à leur petits protégés des conseilles qui fut suivit à la lettre, les deux équipes finirent à égalité à la fin de l'épreuve sous la grande joie des élèves. Il restait une heure de cours avant la fin du lycée, Olivia donna champ libre au étudiants afin qu'ils puissent se relaxer à leur grand bonheur. Elle se tourna pour partir dans son bureau quand elle vit Julia à coté de la piscine, elle allait la rejoindre le sourire sur les lèvres mais s'arrêta quand elle vit la petite blonde regarder l'eau avec un regard perdu. Inquiète elle combla l'espace qui les séparaient et posa une main sur son épaule afin d'attiré son attention, la petite blonde leva doucement la tête et posa ses yeux sur sa compagne avant de se laisser tomber dans ses bras en se blottissant comme une enfant apeuré recherchant sécurité.

La grande femme resserra ses bras autour du corps de la jeune femme et se rendit compte que celui ci tremblait légèrement

« Julia ! » Elle s'inquiétait de plus en plus quand celui ci se mit à trembler de plus en plus fort. « Julia qu'es ce qu'il y a ? » Demanda t-elle en en baissant la tête pour regarder le visage de sa compagne, elle se figea quand elle vit des yeux remplit de terreur regarder l'eau de la piscine. Le corps de la jeune femme se mit à trembler violemment. « Julia qu'es ce qu'il y a répond moi ! » Cria t-elle paniquer en la tenant par les épaule pour la forcer à la regarder, ce qui attira l'attention d'Amélie et des étudiant qui s'arrêta net.

« Des requins. » Chuchota Julia.

« Quoi je n'entends pas ! » Dis moi ce qu'il se passe.

« Des requins ! Des requins partout ! » Répondit elle assez fortement qui fut entendu par tout le monde dû au silence laissé par les élèves et adjointe. « Des requins, quatre requins tout autour de moi ! » Continua t-elle en regardant sa compagne les yeux horrifier avant de s'évanouir.

Olivia la rattrapa à temps avant qu'elle ne touche le sol. Amélie se précipita sur elle afin d'aider son amie. « Olivia, il faut l'allonger sur un banc. »


Cette dernière ne dit rien mais hocha simplement la tête, une fois la petite blonde allongée sur un banc situer à quelques pat des trois femmes, Olivia plaça de la glace derrière la tête afin de faire tomber la monter de fièvre que Julia eut.

« Bon sang ! » Grogna Olivia. « Jamais sa ne s'arrêtera tout sa ?! » S'énerva plus pour elle même, mais qui fut malgré tout entendu par tout le monde.

Les étudiants n'osèrent rien dire, ils étaient inquiet de voir la jeune femme perdre connaissance après avoir dit ses mots remplis de terreur.

« Mais qu'es ce qu'il c'est passé ? » Demanda Amélie s'inquiétant également en voyant la cicatrices sur la joue et les bras en oubliant complètement les étudiants.

« Il y a deux mois, elle c'est fait attaquer par des requins en pleine mer, ce qui est à l'origine de sa cicatrice, et d'après ce qu'elle vient de dire, ils étaient quatre. Toutes les nuit elle fait des cauchemars à répétition, j'ai assisté à cela la nuit dernière. »

« Au bon sang elle à survécu à cela ? » Demanda l'adjointe horrifiée.

« Oui et sa la marquera à vie, aussi bien physiquement que mentalement. » Répondit Olivia la voix remplit de tristesse et de compassion pour sa compagne.

Les étudiants qui étaient restés, entendirent toute la conversation et en furent également horrifiés d'apprendre que la jeune femme blonde avait été victime d'une attaque d'une bande de requins, mais il était loin de leur surprise.

« Si ce n'est pas indiscret, comment c'est elle retrouver en pleine mer ? Demanda Amélie afin de mieux comprendre avec une petite pointe de curiosité.

« C'est Sarah ! » Répondit la grande femme avec une tel rage dans sa voix qu'un silence de mort s'installa. « Elle lui a balancé des tripes et du sang sur la figure avant de la trainer pendant quelques kilomètres pour attiré les animaux avant de la leur laisser à son triste sort seul sans aide. » Expliqua t-elle la rage au ventre mais en gardant malgré tout le contrôle de sa voix afin de ne pas faire peur à se qui l'écoutait.

« Oh mon dieux, c'est horrible ! » Amélie était complètement horrifiée, elle regardait la petite blonde allongé avec un grand respect dans ses yeux ainsi que de la compassion.


Les étudiants étaient complètement tétaniser par l'histoire. Personne n'osa faire un geste ou un son de peur que la colère de la coach ne se jette sur eux. Julia reprit peu à peu conscience, ses yeux papillonnèrent avant de les ouvrirent doucement, sa vue était légèrement brumeuse.

« Julia ! » L'appela sa compagne inquiète et soulager.

« Que...que c'est il passé ? » Demanda la petite blonde la voix rauque et la tête lourde.

« Tu ne te souvient pas ? » Questionna Olivia.

« Me souvenir de quoi ? » Répondit Julia en se redressant en même temps qu'elle regardait autour d'elle. « Mais où suis je ? » Demanda-t-elle l'esprit un peu perdu.

« Tu es au lycée du centre Julia. » Répondit doucement Amélie.

« Quoi ? Mais qu'es ce que je fais ici ? » La jeune femme était complètement déboussolée et ne se souvenait de rien.

« De quoi te souviens tu ? » Demanda Olivia en commençant à avoir peur.

« Je me souviens que j'étais à l'école, là-bas ils accueillaient un type qui faisait une sorte de conférence pour expliquer aux enfants le monde marin, puis il a passé des vidéos dessus et il...il. » Elle recommença à trembler quand les images de requins remontèrent à la surface de son esprit.

« Il a fait quoi Julia ? Qu'es ce que cet homme à fait. » Demanda la grande femme.

« Il...il a mit des...des images d'a...animaux ma..marin. » Répondit elle le corps frissonnant de terreur.

La coach comprit aussitôt ce qu'il c'était passé, elle prit sa compagne dans ses bras pour essayer de calmer les tremblements, puis elle regarda son adjointe et demanda d'un signe de tête afin de faire sortir les élèves de la piscine quand elle remarqua enfin leur présence, chose que cette dernière fit en essayant de les rassurer.

Julia se calma quand des bras rassurant la serra. « Je...je suis désolée de t'avoir dérangé dans ton cour. » dit elle la voix tremblante et un peu honteuse.

« Non ne t'excuse pas on venait juste de finir, c'était leur petit moment de détente avant de rentrer. » La rassura calmement la grande femme. « Allez viens. » Dit elle en aidant sa compagne à se relever puis elle l'emmena dans son bureau afin de lui donner quelque chose à boire. Intérieurement elle bouillait de rage contre son ex amie d'avoir détruite Julia alors qu'elle arrivait enfin à se reconstruite.

Elle finissait de remplir les dossiers tout en faisant attention à l'état instable de sa compagne, qui avait l'esprit ailleurs. Une fois fini les deux filles sortirent de l'établissement scolaire et prit la moto d'Olivia pour partir en direction de chez cette dernière. Épuiser Julia s'endormit contre le dos de sa compagne bercé par le roulement de l'engin, chose qui étonna la grande femme car il n'y avait que dix minutes de route. Arrivé chez elle, elle gara sa moto et mit la béquille ensuite sans rien dire elle se tourna légèrement afin d'attraper la petite blonde pour la faire passer devant, puis elle passa un bras autour des petites épaules et un autre sous les genoux, quand elle fut certaine d'avoir sa compagne bien en main, elle la souleva tout en descendant de l'engin. Tout en dormant Julia se senti soudainement dans une total sécurité et dans son inconscient passa ses bras autour du cou de la grande femme en se blottissant contre elle.

Olivia ne pouvant pas ouvrir la porte, elle frappa celle ci avec le pied qui lui fut ouvert quelques seconde après par Mathilda qui avait fini les cours plus tôt faute d'absence de prof. « Chut elle dort. » Chuchota Olivia avant que l'adolescente ne parle, elle entra ensuite dans la maison avec son doux fardeau dans les bras. Elle passa devant sa mère qui la regardait avec un peu d'inquiétude dans les yeux, elle lui fit un signe de tête et cette dernière la devança afin de permettre à sa fille de poser la jeune femme dans son lit, puis après l'avoir recouverte d'une couverture et entre fermé les volets elles sortirent toutes les deux en fermant sans faire de bruit la porte avant de se diriger dans la cuisine où Olivia expliqua aux deux femmes ce qu'il c'était passé.

« La pauvre enfant elle n'a vraiment pas de chance. » Dit Christine d'une voix triste.

« J'ai vraiment de l'admiration pour elle, subir cela sans rien dire, tout en restant forte, faut le faire plus d'un à sa place aurait déjà craquer. » Dit Mathilda.

« Si seulement je pouvait lui retirer toute cette souffrance. » Dit tristement Olivia.

« Tu le fais déjà Olivia, simplement que là, il faut que se soit elle qui arrive à surmonter sa peur, mais se ne sera pas facile. » Expliqua Christine.

« Pas pour le moment en tout cas, c'est trop frais dans sa tête, à par la soutenir et la protéger c'est tout ce que je peux faire. » Finit Olivia le regard perdu.

« C'est déjà pas mal ! » Dit l'adolescente. « Tu n'est pas super nana non plus, tu ne peux pas tout faire, mais ce que tu fais déjà, sa, c'est énorme. » Expliqua t-elle sérieusement.

Les deux femmes regardèrent l'adolescente surprise de ses mots mais reconnaissait qu'elle avait malgré tout raison. Mathilda retourna dans le salon pour regarder la télévision le temps que Christine prépare le diner. Olivia de son coté était allée dans sa chambre et c'était mise à son bureau afin de préparer le programme de lundi en vue de la petite compétition qu'elle allait organiser pour ses étudiants tout en veillant sur la jeune femme endormi dans son lit. Malgré sa surveillance elle ne remarqua pas une ombre s'approcher d'elle ainsi que des petites mains douce passer délicatement sous son t-shirt pour lui caresser le ventre du bout des doigts en envoyant de gros frisson tout le long de son corps, avant d'être accompagné d'un baiser langoureux dans son cou. « Tu as bien dormit ? » Demanda-t-elle voulant se rassurer.

« Oui ! » Souffla la petite blonde.

Cette dernière colla son corps contre le dos de son amie et monta doucement ses mains sur la poitrine en dessinant délicatement le contour du sous vêtement. Olivia qui continuait à faire des dossiers commençait à avoir de plus en plus de mal à se concentrer. « Laissa moi finir sa avant. » Dit elle dans un chuchotement luttant pour garder sa lucidité.

« Oui, oui je te laisse faire. » Répondit Julia en remontant le bout de ses doigts à la naissance des seins en les faisant passer sur la clavicule. Elle déplaça sa tête afin de pouvoir embrasser la nuque de sa compagne. « Tu es si douce. » Dit elle dans un murmure. « Ta peau est si délicieuse. »

Tellement la sensation était délectable, la grande femme ferma les yeux et fit tomber sa tête en arrière la posant sur l'épaule de sa compagne qui en profita pour venir embrasser le cou de sa compagne.

Je...je dois fi...finir. Essaya de dire Olivia d'une voix extrêmement basse en réussissant de moins en moins à se concentrer, les douces caresses de sa belle blonde était totalement divine et l'emmena dans un autre monde.

« Je te laisse finir ne t'inquiète pas. » Répondit Julia en revenant à la nuque de sa compagne qui pencha la tête en avant sous la sensation, ses mains qui caressait le grand corps et sorti doucement de dessous le t-shirt.

La grande femme essaya tant bien que mal de continuer ce qu'elle faisait, son corps entier frissonnait et ressentait encore les passages des petites mains ainsi que les lèvres de sa compagne. Elle allait se concentrer de nouveau sur son travail quand une douce caresse de bout de doigts se fit sentir au niveau de ses bras, ils en montèrent sur les épaules puis ils passèrent une nouvelle fois sous le t-shirt en allant au niveau de la poitrine. Olivia essaya d'ignorer se geste tendre qui la rendait de plus en plus folle de sa compagne. Cette dernière laisse ses mains baladeuse caresser le contour du sous vêtement avant de les faire passer à l'intérieur afin de pouvoir caresser la poitrine avec le bout de ses doigts. Elle reposa ses douces lèvres dans le cou de la grande femme, qui avait perdu la notion d'écrire.

Puis avec lenteur elle retira complètement ses mains du vêtement de sa compagne. Olivia était complètement déstabiliser son corps entier était en transe, elle lutait fortement pour ne pas se laisser tenter. Julia s'écarta un petit peu du corps contre lequel elle était collé et passa ses douces mains qu'elle avait retirer une nouvelle fois sous le haut de la grande femme pour caresser le dos avec une infime douceur toujours du bout des doigts. Les yeux de sa compagne se fermèrent tout seul au contact exquis que le lui offrait Julia qui avec toujours autant d'attention souleva légèrement l'habille et déposa de brûlante lèvres couvrant lentement la peau qui se trouvait sur son passage par de langoureux baiser.

Soudain Julia s'arrêta net quand la cicatrice qu'elle avait sur la joue lui fit mal, Olivia qui sentit le changement d'attitude de sa compagne tourna la tête intrigué, quand elle tomba sur des yeux apeurés, cette dernière lâcha le vêtement et commença à reculer doucement.

« Je...je... »

« Julia tu vas bien ?! » Demanda Olivia inquiète.

La petite blonde posa ses yeux sur la grande femme qui vit des larmes les remplirent.

« Je...je...je suis dé...désolée. » Dit Julia avant de partir en courant hors de la chambre d'Olivia.

Cette dernière se mit immédiatement à sa poursuite et réussit à l'attraper par la main au moment où elle avait ouverte la porte d'entrée. Mathilda et Christine qui avait vu la petite blonde s'enfuir avec une grande brune la retenir se rapprochèrent pour comprendre ce qu'il était en train de se passer.

« Je...je suis désolée je n'aurais pas dût. » Dit Julia la voix remplis de larmes. « Tu ne mérite pas sa je ne peux pas. »

« Attend Julia ! » Explique moi je comprend pas !

« Non Olivia, j'ai fais quelque chose de monstrueux, je n'avais pas le droit de te faire sa alors que je peux pas . » Dit elle laissant ses larmes couler.

« Julia, je ne te demande rien ! Ne part pas, regarde un orage se prépare ! » Dit Olivia voulant garder sa compagne auprès d'elle.

« Je sais que tu ne me demande rien c'est bien pour sa que c'est horrible de ma part d'avoir fais sa ! » Et c'est dans un geste brusque qu'elle ce dégagea de la poigne de sa compagne pour s'enfuir en courant hors de la demeure en ignorant complètement l'avertissement.

Olivia partie de suite à sa poursuite sous l'orage qui commençait à gronder avec un vent soufflant de plus en plus fort.

« Julia ! Arrête toi ! Julia ! S'il te plais arrête toi ! » La grande brune essaya de rattraper sa compagne mais avait un peu de mal car celle ci avec un agilité hors norme, elle se faufilait entre les passant qui les regardèrent surpris. « Julia ! Arrête je t'en pris ! » La supplia t-elle voyant que la jeune femme ne voulait pas lui répondre.

« Laisse moi Olivia ! Retourne auprès de ta mère et ta fille ! » Ordonna Julia d'une voix tremblante.

« Non je ne repartirais pas sans toi, pas avant que tu m'explique ce qu'il t'arrive. » Objecta la grande femme.

La pluie commença fortement à tomber, accompagné de gros éclairs se dessinant dans les nuages noirs. Elles arrivèrent sur l'avenue de la plage, Julia sans savoir pourquoi se dirigea vers le grand ponton en bois là où une mer déchainée se fracassait dessus. Elle s'arrêta au milieu de celui ci quand pour la énième fois elle fut appeler par sa compagne.

« Julia revient ! N'y vas pas ! C'est trop dangereux ! Je t'en prie ! Je ne sais pas ce que tu as et pourquoi tu agis comme cela, mais si j'ai fais quoique se soit qui t'aurais blessé, j'en suis sincèrement désolée mais je t'en supplie ne me laisse pas seule de nouveau, j'ai trop besoin de toi si tu t'en allais encore j'en mourrais par pitié Julia ne vas pas là-bas ! » La supplia Olivia de toute ses forces tremper jusqu'aux os.

« Je peux pas Olivia, je ne peux pas, je ne suis plus comme avant, je ne pourrais plus être comme avant ! » Explosa la petite blonde couvrant le son violent du vent et de la pluie mélanger à la mer déchainé.

« Mais de quoi tu parle explique toi ! » Olivia était déterminé à comprendre le fin-fond de l'histoire et décida de ne pas lâcher prise jusqu'à ce qu'elle obtienne enfin toutes les réponse à ses questions.

Julia mit ses deux mains croiser sur le bas de son t-shirt et l'enleva d'un cou sec en laissant apparaître son corps entier en plus de ses membres remplis de cicatrices. « Je ne pourrais plus être ce que j'étais avant ! »

Le corps entier de Julia fit trembler Olivia si fortement que ses jambes ne la soutenait plus. « Non, non, pas sa non. » Se dit elle en voyant tout les cicatrice recouvrir pratiquement la totalité du corps en dessinant parfaitement les traces de dents avec tout les plaies recousu en laissant de grande traces profonde sur tout la longueur. Une puissante haine noir envers Sarah monta en elle.

« Les requins m'ont dévoré pratiquement vivante en me laissant leur emprunte, les médecins m'ont recousu mais malgré le bon travail, je ne pourrais avoir le corps que j'avais avant. » Expliqua en larmes la voix tremblante.

Olivia se remis doucement debout et se dirigea lentement vers son amie.

« Non Olivia, ne t'approche pas, je suis horrible comme sa ! » La stoppa Julia en la voyant avancer.

Mais cette dernière refusa d'écouter et continua à avancer.

Arrête ne t'approche pas ! Continua la petite blonde en mettant une main contre comme si que cela pouvait la protéger du regard de sa compagne tout en mettant une mains en avant en espérant que cela ferait cesser l'avancer de cette dernière.

La grande femme était à quelque pas de la petite blonde et continua à avancer sous la pluie sauvage en la fouettant de toute son eau glacé.

« N...non O...Olivia ne...ne t'approche pas, res...reste où...où tu...tu es ! » La supplia Julia la voix remplis de larme en tombant en sanglot.

Olivia arriva prêt de sa compagne et la regarda avec une infime douceur ses yeux étaient remplit de larmes tellement elle avait mal pour sa belle blonde. Doucement elle se baissa, se mit à genoux en face d'elle, puis elle leva une main et aussi délicatement que possible elle la posa sur le corps dénudé.

« Non Olivia, arrête je t'en supplie arrête ! » Julia avait tellement honte de son propre corps que de voir sa compagne faire cela lui faisait trop de mal. « Je t'en supplie Olivia arrête. » Continua t-elle de supplier en s'effondrant à genoux en larmes tombant directement dans les bras de sa compagne qui la serra fort en la berçant. « Je...je t'en supplie dit moi que tu m'aime encore malgré ça, dis moi que tu n'as pas peur et que tu ne m'abandonnera pas ! » Ses supplices avec la voix en larme étaient d'une tel intensité qu'il fit pleuré également la grande femme.

« Je t'aime encore plus qu'avant Julia et je te demande pardon pour tout le mal qu'elle t'as fais subir par ma faute. Comment pourrai je t'abandonner ?! Tu es toute ma vie, je donnerais n'importe quoi pour toi, si je pouvais échanger mon corps contre le tien pour que tout ceci ne soit plus qu'un cauchemar je le ferais sans hésité. » Avoua Olivia la voix remplis de larmes

« J'ai...j'ai tellement besoin de toi, ne me laisse pas, je t'aime tellement. » Les pleures de la petite blonde redoublaient d'effort et dans un besoin si fort elle se blotti le plus fortement contre sa compagne.

« « Comment pourrai je t'abandonner. » Redit la jeune femme brune avec ses larmes redoublant de force. « J'ai aussi besoin de toi, ne m'abandonne pas non plus. » Elle attrapa le visage de sa compagne entre ses mains et la força à la regarder. « Je t'aime d'un amour infini, je ne pourrais jamais t'abandonner, tu es tout ce que j'ai plus de cher au monde, ce que tu porte en toi et sur ton corps nous allons le combattre ensemble. Tu as suffisamment combattu toute seule, laisse moi porter une partie de ton fardeau afin de te libérer, je te promet de faire de mon mieux et plus jamais je ne te laisserai endurer une tel monstruosité toute seule, faisons le ensemble, toujours ensemble. Les choses que tu subit maintenant je le subirait avec toi, ce qui te rendra heureuse je le partagerai avec toi également. » Dit elle avec un regard sérieux et sincère, puis elle baissa la tête afin de capturer les lèvres de la jeune femme dans une infime douceur, cette dernière répondit à son baiser de la même manière, et elles s'échangèrent un long et pure baiser remplis d'amour et de promesse. Sous un ciel sombre illuminé d'éclair avec une pluie battante et un Océan en colère.

Elles rentrèrent toute les deux bras dessus et bras dessous chez Olivia trempées jusqu'aux os. Julia alla à la salle de bain prendre une douche bien chaude, tandis que sa compagne resta malgré ses affaires tremper dans la cuisine où sa mère la questionna. Elle lui expliqua alors ce que son amie le lui avait montrer sur le ponton. L'adolescente et Christine étaient horrifié de ce qu'elles venaient d'apprendre Olivia raconta en arrangeant les angles sachant que les deux femmes n'étaient pas encore au courant pour le couple, elle ne voulait pas leur avouer tout de suite car cela lui permettait de profiter encore un peu mieux de sa compagne sans avoir à répondre à des tas de questions.






Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:04

CHAPITRE 13

Ce matin là Olivia se réveilla seule dans son lit, elle se leva d'un bon quand elle ne sentit pas la présence de sa compagne, elle se précipita dans la cuisine.

« Maman où est Julia ?! » Demanda-t-elle paniqué.

« Oh, Olivia ! Elle est sortit de bonne heure et comme tu dormais si bien elle ne voulait pas te déranger, elle ma juste dit de te dire merci. » Répondit sa mère calmement.

La grande fut soulagée mais fut un peu déçu de se lever sans la petite blonde à ses cotés. Julia c'était lever d'assez bonne heure et comme elle ne voulait pas réveiller sa compagne, elle était sortit faire un tour histoire de se retrouver seule pour réfléchir à tout se qu'il c'était passer depuis son arrivé dans cette ville qui fut la ville du bonheur de sa vie mélanger à ses pire cauchemars, elle marchait dans le centre ville et profita de regarder aussi quelques magasins pour s'acheter des vêtements, elle passa devant le magasin de surf et sport aquatique, attirée elle s'arrêta devant. La vitrine lui présenta des combinaisons de plonger avec des planches de surf mélanger à du matériel de plongé sous marine, elle y resta cinq minutes avant de se décider d'entrée. Elle fait le tour du magasin jusqu'à ce qu'elle trouve ce qu'elle cherchait, elle arriva devant le vendeur qui lui mit les articles voulut dans une sac avant de payer et de sortir, ensuite elle se dirigea chez elle afin d'enlever tout ses vêtements de ville pour s'habiller d'une combinaison de plongée à manches et jambières mi-longue, puis elle mit un t-shirt de couleur noir par dessus avec un short assez long pour cacher ce qu'elle portait dessous, ensuite elle prit un petit sac à dos où elle déposa soigneusement sa serviette de plage ainsi qu'un masque de plonger et parti sur le remblais en direction du ponton en bois.

Aujourd'hui il faisait vraiment très beau et la mer était vraiment très calme, elle voulait profiter des derniers jours de chaleur avant que l'automne et l'hiver ne prennent place. Arrivée au lieu dit, elle enleva ses vêtements qu'elle rangea dans son sac à dos après ensuite elle sorti son masque de plonger avant de le cacher sous le ponton dans un endroit où elle savait que personne ne pourrait le voir, elle fini par sortir un petit sifflet et souffla dedans. Ce dernier ne fit aucun son mais quelque seconde plus tard le dauphin arriva devant le ponton, aussitôt la jeune femme mit son masque et plongea dans l'eau où l'animal la récupéra sans problèmes. Sans attendre elle s'accrocha à la nageoire dorsale et ils partirent tout les deux au larges des cotes. Ils arrivèrent à une petite crique caché du monde par une végétation danse, le dauphin déposa Julia sur la plage avant de partir non loin du lieux afin de laisser son amie seule qui s'assit sur la plage en enlevant simplement le haut de la combinaison pour profiter pleinement de cette matinée ensoleiller. Elle s'allongea sur le sable en mettant ses deux mains derrière la tête et croisa ses jambes tout en regardant le ciel avec ses nuages blancs formant des formes avec lesquels elle s'amusa à en deviner ce qu'il pouvait bien représenter dont un lui faisait pensée à sa compagne et d'un coup elle se redressa en position assise et regarda le dauphin qui s'amusait à bondir hors de l'eau avant d'y replonger, elle se mit debout, alla vers lui et chuchota quelques mots à son ami qui parti immédiatement en hochant sa tête avant de retourner d'allonger sur le sable.

Olivia de son coté comme c'était samedi elle profita pour aller courir un peu, elle était pas de bonne humeur, la frustration de s'être réveiller seule la hantai toujours, elle n'en voulait pas à sa compagne mais à elle même d'avoir trop dormit. Elle courra tout le long du sable quand une forme loin dans l'océan attira son attention, elle arrêta sa course et se concentra sur la chose qui c'était également stationné, elle força son regard pour essayer de voir ce que c'était et quand cela se mit à bondir hors de l'eau elle reconnu immédiatement le dauphin et se dernier se dirigea à vive allure en direction du ponton en bois. Olivia sans savoir pourquoi, se mit elle aussi à courir dans sa direction. arrivée au bout, elle se retrouva nez à nez avec l'animal qui fit des sauts dans l'eau, tout ceci attira l'œil de beaucoup de personnes qui s'avancèrent sur la plage afin de pouvoir apercevoir l'animal marin de plus prêt, Olivia en fut un peut embêter de voir que l'animal de sa compagne fut malgré tout découvert.

« Vous avez vue il est beau. » Dit l'une des dizaines personnes qui c'étaient mit à coté de la grande femme qui ne répondit pas.

Elle allait faire demi tour afin de laisser l'animal tranquille surtout pour ne pas montrer qu'elle le connaissait un peu, mais ce dernier n'avait pas les même projet qu'elle et se mit à sauter plus haut pour effectuer un plongeon plus fort afin d'attirer l'attention d'Olivia, chose qui réussit, elle se retourna un peu intriguer par le geste de l'animal, ce dernier se mit à cliqueter pour lui faire comprendre quelque chose, mais elle ne comprit pas ce qu'il voulait et reprit sa marche, mais dauphin ne voulait pas lâcher l'affaire, il effectua un deuxième saut mais cette fois ci avec de l'eau dans la bouche et aspergea Olivia sous les rires des spectateurs. Ce geste la figea car elle avait déjà eux le loisir d'avoir été la victime de se geste. Elle se retourna d'un cou et regarda l'animal qui hocha la tête.

« Je crois qu'il essaye de vous dire quelque chose. » Lui dit un homme.

Elle n'eut pas le temps de parler que le dauphin ressauta pour lui attraper le milieu de son débardeur afin de l'entrainer dans l'eau avec lui sous les rires et les applaudissement des personnes qu'elle aurai aimer ne pas avoir à ses coter à se moment précis. Elle remonta à la surface complètement surprise d'avoir encore une fois subit l'attaque qu'elle avait eu deux jour avant causé par sa compagne. « Bon sang je rêve où quoi ? » Se demanda-t-elle voyant pour la première fois l'animal ce comporter avec elle aussi amicalement sans avoir la petite blonde avec, d'un coup une image lui vint en tête. « Julia ! » Dit elle inconsciemment.

L'animal se mit à hocher la tête et tourna autour d'elle en la touchant, son geste était de plus en plus précis, la grande femme ne comprenait toujours pas ce qu'il lui voulait mais elle savait qu'il y avait un rapport avec sa compagne, elle commençait à devenir de plus en plus nerveuse, ainsi qu'un léger vertige à cause du dauphin qui lui tournait autour. Tout en faisant cela se dernier se rapprocha doucement de la main de la grande femme afin de la toucher, à ce contact elle ne put se retenir plus longtemps et se mit à le caresser. Elle devait le reconnaître, c'était un superbe animal, ses spectateurs improvisés étaient tous émerveillés de voir l'attitude du mammifère envers la jeune femme et de voir que cette dernière avait enfin fini par répondre, elle caressa tout le long du dos et au moment où sa main se mit à caresser l'aileron central, le dauphin plongea d'un coup sec en emportant Olivia avec lui dans les profondeurs des eaux loin des regards puis il remonta à la surface pour reprendre leur respiration.

« Hé ! Où m'emmène tu ?! » Demanda Olivia un peu paniquer.

Elle eu comme réponse une autre plongée dans le pacifique claire, leur voyage dura une demi heure. La grande femme devait l'admettre que cette balade avec lui était quelque chose de magique et qu'elle comprenait le sentiment de bien être de sa compagne, elle commençait à avoir un grand plaisir de se faire trainer par le dauphin qu'elle laissa faire en lui donnant toute sa confiance, puis une demi heure plus tard ils arrivèrent sur une petite crique où le dauphin laissa la grande femme stupéfaite.

« Hé ! Mais revient ! Ne me laisse pas là ! » Cria t-elle après le mammifère.

L'animal repartit sans l'écouter en la laissant seule.

« Mais bordel je fais comment maintenant. » Elle était furieuse contre l'animal marin de l'avoir emmener dans un endroit perdu en l'abandonnant après. « Bon pas le choix il faut que je trouve un moyen de partir d'ici et la seule solution c'est à pied. » Elle se retourna pour se diriger vers les végétaux danse qui entourait la plage et ses yeux tombèrent sur une petite blonde allonger sur la plage les yeux fermer. « Mais c'est Julia ! » Elle se dirigea vers la jeune femme qu'elle reconnut comme étant sa compagne pour s'apercevoir que cette dernière était en train de dormir, ce qui lui donna un doux sourire tellement elle l'a trouvait si belle. Doucement elle s'accroupit en se positionnant un peu au dessus d'elle et déposa délicatement ses lèvres sur les douce de sa belle blonde. Cette dernière sorti doucement de son sommeil avec une tendre sensation sur ses lèvres puis quand cela se retira elle ouvrit lentement ses yeux endormit.

« Hey. » Dit elle d'une voix rauque de sommeil accompagner d'un sourire radieux voyant sa compagne au dessus d'elle.

« Hey. » Lui répondit cette dernière oubliant complètement sa colère.

« Tu as pu venir, c'est super ça. » Dit Julia d'une voix douce, elle passa ses bras autour du cou d'Olivia pour la forcer à s'allonger sur elle.

Cette dernière ne fut aucun effort pour résister, elle se coucha sur la petite blonde en se calant sur ses deux bras qu'elle plaça prêt de la tête afin de pouvoir poser ses mains sur le front et la chevelure couleur or qu'elle caressa doucement.

« On va dire que l'on ne m'a pas trop laissé le choix. » Répondit elle en regardant les yeux de sa belle avec intensité. « Mais maintenant je ne le regrette pas. » Continua t-elle en abaissant sa tête.

« Ah oui ?! » La taquina la petite blonde en mettant ses mains sur la nuque de sa compagne pour la caresser du bout des doigts.

« Oui je ne le regrette nullement. » Elle laissa ses lèvres frôler celle de compagne et commença à les caresser avec dans un geste lent et tendre. « Et de toute façon je n'ai pas le choix je suis bloqué ici avec toi. » Taquina t-elle à son tour.

« C'est dommage pour toi d'être bloquer avec moi sur cette petite crique, tu vas devoir me supporter pendant un très long moment. » Continua de jouer la petite blonde en caressant également les lèvres d'Olivia avec les siennes.

« Sa me convient. » Répondit la grande femme avant de combler l'infime espace qui les séparèrent dans un baiser tendre et passionner, leur geste étaient fait de lenteur et d'amour dans un mouvement de vas et vient laissant leur langues se caresser dans une danse exquise. Elles se séparèrent doucement avant de mélanger l'émeraude avec le saphir dans un regard remplit de sentiment pure. Les mains de la petite blonde descendirent au niveau du bas du débardeur mouillé de la grande femme et les passa dessous afin de lui caresser le dos dans un geste délicat du bout des doigts donnant des frissons dans tout le corps de la brune qui regarda intensément sa compagne. Cette dernière avait le même regard que la grande femme et fit de lent aller et retour avec le bout des doigt et ongles, elle les remontèrent au niveau de la nuque pour caresser les épaules, cette action fit soulever le vêtement d'Olivia qui ne fit aucun geste pour ne pas faire peur à sa compagne, le toucher de celle ci était exquis, les petites mains redescendirent le long de la colonne vertébral jusqu'au bassin.

Julia redressa un peu sa tête afin de capturer les lèvres de sa douce et profita de ce moment pour se redresser afin de faire basculer sa compagne pour qu'elle soit toujours allongée mais sur le coté, cette dernière se laissa faire et appuya sa tête contre sa propre main afin d'être mieux installer. Aussitôt la petite blonde reprit les lèvres douce de sa compagne dans un baiser délicat, elles se séparèrent doucement en se replongeant dans leur regard sans dire un seul mot. Julia passa une main sous le vêtement de la grande femme et caressa le coter du corps, c'est dans une caresse douce et soyeuse qu'elle fit passer ses mains sur le ventre de celle ci qui sentait son corps frissonner sous le toucher de sa belle. Julia se mit à regarder intensément sa compagne avec un regard brillant exprimant quelque chose que la brune ne sut déchiffrer, sans retirer sa main, la jeune femme la remonta délicatement sous la poitrine et caressa le contour dessiné par le sous-vêtement du bout du doigt puis, ressorti sa main du débardeur et vint prendre les lèvres douces dans les siennes pour un autre long baiser passionné.

Olivia ayant eu un rejet et un arrêt prématuré ne voulait rien tenter, elle luttait fortement pour ne pas poser une main sur Julia, elle la laissa tout simplement faire mais avec une petite appréhension de la veille. À bout de souffle les deux filles se séparèrent, la petite blonde monta sa mains au niveau du visage de la grande femme et caressa la joue d'un doigt en le faisant descendre dans le cou, le geste était toujours aussi attentionné et délicat, en atteignant la base du coup elle posa ses autres doigts sur le creux de l'épaule de sa compagne et c'est dans un mouvement lents et doux qu'elle alla à d'une épaule à l'autre, elle retourna sur l'épaule droite d'Olivia et fait glisser ses doigts sous la bretelle du débardeur et commença à la faire glisser doucement sous le regard intense de sa compagne. Elle pencha la tête et embrassa cette dernière tout en se collant contre, elle rompit le baiser et descendit sa tête dans le cou de la grande femme et l'embrassa langoureusement donnant des décharges dans le grand corps.

Elle descendit une nouvelle fois sa mains au bas du débardeur et l'attrapa afin de pouvoir le remonter et l'enlever, une fois fait elle captura de nouveau les lèvres qu'elle désirait tant avant que sa compagne ne commence à parler.

« Chuut ne dit rien s'il te plait. » Lui chuchota Julia qui parsemait le cou de profond baiser passionné.

Elle descendit jusqu'à la naissance des seins et commença à le parsemer de baisers brulant, elle remonta sa tête et captura encore une fois les douces lèvres de la grandes femme et l'embrassa avec passion. Elle laissa sa mains parcourir l'épaules d'Olivia pour abaisser la bretelle du soutien-gorge, puis elle arrêta le baiser et la regarda droit dans les yeux avec un regard remplit de passion et d'amour.

« Détend toi, laisse moi faire. » Dit elle en voyant Olivia voulant l'arrêter.

Elle baissa doucement sa tête en haut de la poitrine et déposa de léger baisers tout en continuant à faire descendre la bretelle, puis elle alla sur la poitrine découverte d'un coter et l'embrassa langoureusement avec beaucoup de passion, Olivia ferma les sous se tendre et délicieux baiser. Julia savourait la peaux douce et chaude qui était au contact de ses lèvres, la tendresse qu'elle donna à ses baiser envoya des pics brulant dans le corps de sa compagne, elle fit des vas et viens sur la peau en laissant trainer sa langue sur la peau donnant de plus en plus de sensation. La grande femme résistait avec beaucoup de difficulté pour ne pas rendre l'appareil à sa belle qui releva doucement sa tête afin de venir l'embrasser, le regard brillant qu'elle vit lui dicta tout ce qu'elle voulait savoir. Doucement elle fit descendre sa mains au niveau de la base du short de la grande femme et une demande muette passa dans son regard. Olivia avait le corps bouillant elle ne put répondre à la demande. La petite blonde osa malgré tout de s'aventurer à l'intérieur pour trouver le trésors de son amie qu'elle caressa à travers le tissu, Olivia finit par se mordre la lèvre afin de continuer d'avoir le contrôle d'elle même.

Julia continua sa caresse et passa enfin la barrière du sous vêtement se qui fit sursauter légèrement la grande femme qui ferma les yeux au touché, la caresse que la petite blonde donna était douce et délectable, le grand corps commença à bouger de lui même sous les mouvement donner par la petite main, la jeune femme redonna des tendre et passionner baiser à la poitrine donnant encore plus de sensation. Olivia lâcha de petit gémissement non contrôler, tout son corps était en transe. Julia voulant donner d'avantage de plaisir à sa compagne entra dans le trésor et installa un rythme sur lequel le corps entier répondit. Olivia laissa tomber sa tête contre l'épaule de son amie tellement la sensation était exquise en perdant tout contrôle. Cette dernière embrassa doucement le cou en augmentant la vitesse de son toucher, plus elle accéléra, plus elle serra le corps d'Olivia contre elle de son autre main. La grande femme était envoyée dans un monde féérique où personne l'avait jamais envoyé auparavant, sont corps entier était sous le contrôle de la petite blonde, elle sentait le point non retour arriver et c'est à se moment là quelle sentit la mains accélérer le rythme lui donnant encore plus de plaisir et ses soupirs devinrent de plus en plus saccader, elle avait beaucoup de mal à respirer normalement quand d'un coup son corps entier se raidit et explosa dans une irruption de passion.

Julia qui sentit le corps d'Olivia se raidir l'agrippa fermement en le collant contre elle pour qu'il puisse laisser sortir tout l'orage d'amour qu'elle lui offrait, elle serra les dents quand elle sentit sa compagne lui mordre l'épaule pendant l'évacuation, puis elle retint d'un coup un corps tremblant à bout de souffle et sans force s'effondrer sur elle. La petite blonde se releva doucement afin d'accueillir le corps vide de la grande femme afin de pouvoir la bercer le temps que cette dernière récupère.

« Ça vas ? » Lui demanda-t-elle doucement sentant qu'elle récupérait un peu.

Olivia hocha la tête qui était contre l'épaule de sa compagne. « Ou...oui ça va, Je me sens vraiment bien mais... »

« Chuut ne dit rien. » Julia déposa de tendre baisé sur la peau de sa compagne pour l'aider à se reprendre. Cette dernière leva enfin la tête et regarda sa douce avant de l'embrasser avec amour, elles se séparèrent à bout de souffle, doucement Olivia avec une main hésitante mais sans le montrer, la posa sur la joue où était situer la cicatrice de son amie. Cette dernière retint immédiatement la main.

« Laisse moi faire Julia. » Dit elle avec un petit peu d'espoir dans la voix.

« Non, je suis horrible avec sa. » Dit tristement la petite blonde.

« Pas pour moi mon cœur. » Dit elle avec grande douceur. « Laisse moi faire, je te promet que je ne te ferais pas de mal. »

« J'y arrive pas, je suis désolée. » Dit la jeune femme en retenant la main qui luttai pour passer.

« Je t'en supplie Julia fait moi confiance. » Demanda Olivia en continuant à avancer sa main qui réussit à se posé sur la peau doucement en faisant bien attention aux réaction de sa compagne qui la regardait intensivement, elle approcha un doigt de la grande cicatrice et c'est avec le cœur battant et pas du tout sur d'elle quelle le posa dessus. Elle sentit un sursaut venant de sa compagne mais essaya de ne pas y prêter attention, elle approcha ensuite délicatement son visage et déposa ses lèvres douce sur la brande trace. Julia voulait retirer la mains et le visage de sa compagne mais lutta contre elle même pour la laisser faire.

La grande femme descendit ses baisés le long de la cicatrice qui descendait dans le cou. Julia sentit des petits frissons parcourir son corps, le toucher de son amie était d'une telle douceur qu'elle ne senti aucune gêne, cette dernière osa descendre ses mains et attraper le t-shirt de plonger par le bas. La petite blonde le senti et directement elle mit ses deux mains sur les plus grande voulant l'empêcher de le soulever.

« S'il te plait. » Demanda Olivia d'une douce voix. « Laisse moi faire. »

Julia devant la douce voix et le regard envoutant de sa compagne se rétracta et enleva ses mains. La grande femme souleva doucement l'habille et le fit passer par-dessus la tête blonde avant de le poser sur le sable puis, elle posa ses yeux sur le corps abimé de sa compagne qui avait un regard extrêmement triste remplit de honte. Cela toucha fortement Olivia qui avait vraiment mal au cœur pour sa compagne, elle posa une main sur la joue de cette dernière et approcha son visage afin de l'embrasser avec amour et passion où la petite blonde pouvait également ressentir de la protection et de la confiance. Elles se séparèrent doucement, Olivia descendit sa tête au niveaux du corps de la petite blonde et avec une infime douceur elle posa délicate ses lèvres dessus ce contact fit sursauter la petite blonde.

« Non Olivia, je...je ne peux pas. » Elle commençait à être terroriser de voir cette dernière toucher le monstre qu'elle était devenue.

Olivia se redressa doucement et passa au-dessus de sa compagne en la forçant à s'allonger sur le sable.

« Détend toi, es confiance en moi. » Lui chuchota t-elle.

« Olivia je suis horrible comme sa, je... » Elle fut coupé par de tendre lèvres chaude.

« Tu es magnifique, laisse moi te le prouver. » Dit la grande femme en rompant le baisé.

La grande femme prit appuie sur sa main gauche et avec la droite qu'elle posa avec douceur sur le petit corps, elle commença à la caresser en démarrant par la base du cou, elle passa sur les cicatrices ce qui faisait raidir la petite blonde.

« Chuut détend toi. » Lui dit Olivia en essayant de la rassurer.

Julia avait beaucoup de mal à se laisser toucher, tout son corps la rendait malade mais elle voyait dans le regard de sa bien aimée aucun dégout simplement de la peine et de l'amour ce qui l'encouragea à se laisser un peu faire. Olivia passa sur chaque cicatrices avec une main douce et apaisante, pendant toute la durée de la caresse elle ne quitta pas le regard de sa compagne, afin d'agir au bon moment si cela devenait vraiment trop insupportable pour celle ci, elle remonta la paume de sa main afin de laisser uniquement le bout des doigt sur la peau et dans un geste lent et assuré elle passa en revue toute les cicatrices et traces de morsure, elle remarqua que la jeune femme réagissait quand son toucher devenait plus ferme avec les doigts alors qu'avec la mains entière elle ne faisait que les frôler. Elle se rendit compte que les blessures étaient encore douloureuse, elle relâcha sa prise et vit les trait du visages se détendre, toujours son regard plongé dans celui de Julia, elle baissa doucement sa tête vers son ventre pour y déposer ses lèvres avec un tendresse déconcertante. Une nouvelle fois la petite blonde réagit en essayant de se relever.

« Détend toi mon cœur, détend toi, je te promet que tout vas bien se passer. »

« Olivia tu ne peux pas faire sa comment peux tu... » Encore une fois elle se fut coupée par les lèvres de sa douce avec une main qui se posa sur sa poitrine au dessus de son cœur.

« Parce que je t'aime et que tout ce qui t'appartient je l'aime, je veux apprendre à connaître ton corps et à l'aimé pour te faire aimé de nouveau ton propre corps. Laisse moi t'aimer tout simplement, c'est toi en entière que je veux, pas une simple partie. Tes cicatrices sont là malgré toi et font partie de toi, nous ne pourrons jamais enlever cela c'est graver à tout jamais ici. » Elle enleva sa main de la poitrine de la jeune femme pour la placer sur son propre cœur. « J'ai mal ici à voir ce que l'on t'a fait subir, je me sens si honteuse de ne pas t'avoir protéger, tu es venu dans cette ville afin de te reconstruire suite à la mort de tes parents et de ta sœur, mais tu t'es fait agresser deux fois par ma faute. »

Elle fit une pause afin de laisser sa compagne enregistrer ce qu'elle venait de dire, cette dernière était toucher par ce qu'elle disait.

« Je suis d'accord que ce n'est pas moi qui t'es verser le sang sur toi et attirer les requins, ce n'est pas moi qui t'ai attrapé et tabassé en t'envoyant à l'hôpital, mais c'est comme si que c'était moi qui t'avais fait tout cela car c'est uniquement par ma faute si ça t'es arrivé. Je ne peux pas revenir en arrière pour empêcher tout cela ni même arrêter Sarah mais, la seule chose que je puisse faire c'est de t'aimer, de te protéger et d'aimer encore plus le corps que tu as. Ton corps est recouvert de cicatrices je ne le nie pas, mais c'est pas uniquement cela qui fait ce que tu es toi. » Elle reposa sa main sur le cœur de sa compagne. « C'est ce que tu as ici que j'aime, tu es une battante, tu as une forte perception et une forte envie de vivre, tu es pure, ton cœur est bon malgré le mal que l'on te fait subir, malgré les souffrance que tu endure tu reste la même tu ne change pas. C'est sa que j'aime en toi, ce qui fais partie de toi et qui fait de toi une personne entière auprès de qui je veux rester chaque minutes de ma vie sans jamais me lasser. »

Julia était émue jusqu'aux larmes d'entendre de tel phrase sortir de sa compagne, elle qui était du genre à faire simple, les mots étaient beaux et sincère, elle ne pouvait rien dire tellement sa gorge et son cœur était serré.

« Si vraiment tu veux que j'arrête j'arrêterai mais je veux essayer, essayé de vaincre ce mal qui te ronge, es confiance en moi Julia, laisse moi essayer, laisse toi essayer, nous devons le faire ensemble, mais si vraiment tu n'es pas prête j'arrêterai mais sache que je ne t'en voudrais pour rien au monde et je comprendrais. »

Olivia parla avec tout son cœur que cela se reflétait dans sa voix en réussissant à toucher l'âme de la jeune femme. Malgré cela elle vit que le regard de cette dernière reflétait également de la peur et de la honte, alors sans rien dire elle attrapa le t-shirt de sa belle et le posa sur son corps. Ce geste fut accueillit par plusieurs sentiments traversant les yeux de Julia.

« Je...je suis désolée je... »

Non tu n'as pas à t'excuser, on prend notre temps et j'irai à ton allure, cela ne sert à rien de se presser nous avons toute notre vie pour cela, détend toi et ne te sens pas coupable de quoi que ce sois d'accord ?! »

La petite blonde avait la gorge serré, elle se sentait soulager mais mal de faire subir ce genre de chose a sa compagne. Elle se redressa et se blotti dans les bras de sa belle qui la serra très fort dans ses bras.

« Je te l'ai dis, j'attendrais que tu sois prête même si cela devra prendre des années j'attendrais, mais tu dois me faire une promesse car ce n'est pas seulement pour moi mais c'est surtout pour toi, tu dois réapprendre à accepter ton corps. » Dit Olivia la voix remplit d'amour et de douceur accompagné d'un petit sourire.

Julia ne dit et se laissa aller dans ses bras fort et sécurisant, Olivia ne disait rien mais était un peu frustrer de ne pas rendre ce que sa compagne le lui avait fait mais gardait son mal en patience car elle savait que le jour où cette dernière serai en mesure de s'accepter, ce jour là ce sera la merveilleuse des choses qu'elles pourront enfin partager. Elles restèrent un long moment allongées sur la plage dans les bras de l'une et de l'autre laissant un silence bienvenue tout en écoutant la nature vivre avec une petite brise douce qui leurs caressèrent le corps, elles profitèrent toute les deux du chaud soleil qui étendait ses rayons sans agressivité, puis d'un coup, Olivia se mit à éclater de rire sous le regard interrogateur de sa compagne.

« J'ai...j'ai encore tué mon mon portable. » Répondit elle entre ses rires.

« Oh mince ! » S'exclama Julia en se redressant. « Je suis désolée. »

« Pourquoi, c'est pas toi qui ma forcé à entrer dans l'eau à se que je sache, si il y a un seul coupable c'est ton ami. » Expliqua la grande femme en pointant l'animal en question qui jouai dans l'eau, mais elle regarda intensément sa compagne qui commençait à rougir légèrement avec un attitude de coupable. « Julia qu'es ce qu'il se passe ? » Demanda-t-elle en s'inquiétant du changement d'attitude de cette dernière.

« Hé bien je... » La petite blonde était vraiment nerveuse et baissa la tête avant de lever les yeux pour regarder sa compagne avec des yeux d'un enfant ayant fait une bêtise. « C'est moi qui est demandé au dauphin de venir te chercher. » Avoua t-elle avec un un petit sourire et une rougeur montant sur son visage en partant du cou.

La rougeur accompagné des yeux enfantin et le sourire timide fit fondre complètement la grande femme qui se mit à rire. « Ah ben bravo, maintenant je fais comment pour dire à ma mère que je ne serais pas là pour le déjeuner. » Dit elle faussement en colère avec un sourire difficilement caché.

« Heu, elle le sais déjà. » Répondit Julia devenant encore plus rouge.

« Quoi ?! » Demanda la brune plus que surprise.

« Oui, heu, quand je suis partie ce matin j'ai mit ta mère au courant de se que nous allions faire aujourd'hui et je lui est demandée de ne pas t'attendre pour le déjeuné car tu ne sera pas avec elle. » Expliqua Julia d'une voix vraiment timide en baissant encore plus la tête tout en sortant de son sac de plonger un autre sac où était ranger le pique-nique qu'elle avait préparer pour la journée.

Olivia était estomaqué de ce que la jeune femme venait de faire, elle avait organisé ceci depuis le début avec la complicité de sa propre mère, tellement surprise de cet faite avoir par un petit bout de femme comme qu'elle se mit à rire.

« Hé aussi il y a un autre téléphone qui t'attend au retour, car je pensait que celui la serai un peu mort à ton arrivé. » Continua la petite blonde en passant une main dans sa nuque, mais elle fut immédiatement saisit dans des bras fort.

« Merci, sa me touche ce que tu viens de faire, merci beaucoup. » Lui dit Olivia sincèrement la grande femme le cœur remplis d'amour pour sa belle blonde qui l'étonnera de plus en plus chaque jour.

« Je voulais passer une journée seule avec toi, loin du monde et je suis désolée pour ton portable. » Finit Julia un grand sourire aux lèvres.

Olivia s'écarta un peu de sa compagne et prit sa tête entre ses mains avant de lui capturer ses douce lèvres qu'elle embrassa avec amour. « Ne t'inquiète pas pour lui et tu es toute pardonné. » Dit elle en rompant délicatement le baisé.

Et c'est dans le bonheur le plus complet qu'elles mangèrent le petit repas que Julia avait préparé. Une fois le repas fini, Olivia se leva afin d'étirer ses muscles engourdit. « Bon et si nous allions visiter cet endroit histoire de digérer. » Proposa t-elle.

La petite blonde d'accord avec la proposition, rangea le déjeuné avec l'aide de sa compagne dans son sac respectif qui fut mit dans celui de plonger avant de le planquer dans un petit renfoncement qui était caché dans un buisson, ensuite elle enleva complètement le haut de sa tenue de plonger en laissant seulement le bas et le t-shirt qu'elle avait remit avant de partir accompagnée de sa belle dans la végétation. Elles découvrirent de magnifique petit coin remplit de verdure avec des fleurs, de plusieurs couleur, elles continuèrent à s'enfoncer dans les sentiers quand elles s'arrêtèrent devant l'entrée d'une grotte. Elles se regardèrent afin de savoir ce qu'elles allaient faire et tenté par leur curiosité respective, elles décidèrent d'entrer. Une fois à l'intérieur Julia sorti sa lampe de poche qu'elle avait acheter en même temps que sa panoplie de plonge et l'alluma, les deux amantes virent que l'intérieur de celle ci était assez grande, les murs étaient recouvert de mousse à cause de l'humidité que les roches dégagèrent, elles continuèrent d'avancer quand elles s'arrêtèrent à l'entrée d'un tunnel au font de la caverne.

Olivia se pencha un peu afin de voir si elle y voyait quelque chose avec la lampe que Julia lui passa et vit ce dernier n'avait pas de fond.

« Qu'es ce que l'on fait on tente ou pas ? » Demanda-t-elle à sa compagne.

« Je ne sais pas, c'est pas dangereux ? » Demanda à son tour la petite blonde.

La grande femme passa la lampe sur les murs et vit des sortes de dessins à l'intérieur.

« Regarde on dirait des sortes de dessins préhistorique. » Dit elle.

« Oui et mélanger à des hiéroglyphe dont je ne reconnaît pas la provenance. » Continua Julia.

D'un coup un bruit sourd se fit entendre au font du tunnel faisant sursauter les deux femmes, le vent s'engouffra au même moment à l'intérieur dans un grondement mélanger à un sifflement.

« Qu'es ce que c'était ? » Demanda la petite blonde d'une voix basse.

« Je ne sais pas. » Répondit Olivia de la même manière. « Je serais d'avis de faire demi tour. » Dit elle.

« Je suis du même avis que toi, cet endroit ne me rassure pas énormément. » Avoua Julia.

Elles allaient faire demi tour quand le même bruit accompagné du vent se fait de nouveau entendre, elles sursautèrent une nouvelle fois en tournant vivement la tête en direction du tunnel.

« Bon sang qu'es ce que c'est que sa ? » Demanda Olivia pas sur d'elle.

« J'en sais rien et j'ai pas envie de le savoir partons. » Répondit Julia ayant peur.

Les deux filles reprirent le chemin de la sortie, arrivées au milieu de la grotte, le bruit sourd retenti une nouvelle fois mais en étant plus proche cette fois ci.

« Bon sang perdons pas de temps ici filons. » Dit Olivia en attrapant la mains de sa compagne en accélérant le pas. Plus elles approchèrent de la sortie plus le bruit se faisait plus proche et plus rapide, la grande femme ne voulant pas savoir ce qui les rejoignait, se mit à courir en entrainant sa compagne avec elle qui ne se faisait pas prié, arrivées à la sortie elles la franchirent avec bonheur, mais au moment où elles se retournèrent pour regarder l'entrée où une forme blanchâtre se tenait droite à l'entrée. Les deux jeunes femmes se mirent à crié de peur et sous le choc se laissèrent tomber par terre, elles regardèrent à leur tour la forme qui ressemblais à une femme qui les fixait sans rien dire.

« C'est...c'est quoi ? » Demanda Julia terrorisé.

« Je...je crois que nous l'avons dé...déranger. » Répondit Olivia de la même manière.

« Par...partons d'ici. » Proposa la petite blonde.

« ou...oui »

« Tout en tremblant les deux femmes se relevèrent et partirent à tout hâte en direction de la plage. La petite blonde pendant la précipitation se prit les pieds dans une branche d'arbre et trébucha, elle se redressa rapidement avec l'aide de sa compagne, elle se retourna pour récupérer sa lampe qui était tomber et se figea.

« Oh bon sang ! » Dit elle les yeux écarquiller.

« Quoi ? » Demanda Olivia en regardant ce qui faisait peur à sa belle. « Non ! » Cria elle en voyant que la forme blanche était en train de les suivre. « Allez dépêchons nous. » Dit elle agrippant fermement la mains de la petite blonde avant de se mettre à courir jusqu'à la plage. Elle jeta de temps en temps des coup d'œil derrière elle et remarqua que cette chose les suivaient toujours, enfin arriver sur la plage elle se dirigèrent vers les affaire de la petite blonde et au moment où elles allait les prendre le spectre était à un mètre d'elle.

« Laisse tomber pour les affaire, vite dans l'eau rejoignons le dauphin. » Dit Olivia reprenant la route en direction de la mer.

Arriver à cette dernière Julia en toute hâte donna un gros coup de sifflet et trente seconde après le dauphin arriva afin de les récupérés. Elles ne perdirent pas de temps et plongea dans l'eau tout en agrippant l'aileron centrale de l'animal qui les emmenèrent loin de la crique. Les deux femmes regardèrent en direction de la plage et remarqua que la forme c'était arrêter au niveau de l'eau et continuait à les fixer. Elles ne pouvaient détourner leurs regard de cette chose, tellement elle les terrifiait mais la plongée du mammifère les forcèrent à rompre le contact. Ce dernier après une demi heure de nage les déposa proche du ponton dans un endroit où personne ne pouvaient les voir avant de repartir dans la grande bleu avec de profond remerciement reconnaissant. Les deux filles s'assirent sur le petit banc de sable toujours sous le choc de se qu'elles avaient vue.

« Tu crois que cette chose va venir ici ? » Demanda Julia la peur au ventre.

« Je ne sais pas, j'espère bien que non. » Répondit Olivia nerveusement.

« Tu as vue son regard il était si froid. » Continua la petite blonde toujours sous la peur.

« Oui, je dois t'avouer que ça m'a vraiment fait peur. » Dit la grande brune.

« Quoi toi avoir peur ?! » Demanda Julia surprise.

Ben quoi, j'ai le droit d'avoir peur moi aussi. » Répondit sa compagne un peu embarrasser.

« Oh oui, oui. » Dit la petite blonde le sourire au lèvres chose qui n'échappa à Olivia.

« Serai tu en train de te moquer de moi ? » Demanda-t-elle en se tournant lentement vers sa belle.

« Moi ! Non je n'oserai jamais faire cela. » Répondit Julia d'un air innocent tout en se levant doucement.

« Non tu n'oserai jamais c'est sur. » Répliqua la grande femme en imitant son geste.

Puis d'un coup Julia éclata de rire avant de se mettre à courir en direction de la plage avec une grâce qu'elle seule avait le secret, elle se dirigea vers le bord de mer avec sa compagne qui c'était mise de suite à sa poursuite. Cette dernière avait toujours autant de mal à la rattraper et la course poursuite dura plusieurs minutes sous leur éclats de rire qui fit sortir toute la tension eut sur la crique, Olivia réussit à lui choper la main mais se vit d'un coup tomber. La petite blonde qui senti sa mains se faire attraper se retourna vivement pour faire fasse à sa compagne en se laissant tomber sur le sable tout en entrainant sa belle avec elle et elles se retrouvèrent toutes les deux couchées au bord de l'eau où de petites vaguelettes caressèrent leur peau. Elles continuèrent de rire, puis peu à peu cela s'atténua doucement, la grande femme qui était au dessus de sa compagne lui caressa le front et le haut de sa chevelure, celle ci avait poser un main sur la joue de la grande femme et elles se regardèrent intensément.

« Je suis vraiment fière de t'avoir dans ma vie, malgré tout ce que j'ai vécu je ne changerai pour rien au monde ma place auprès de toi, car elle est plus précieuse que tout ce que j'ai dans ma vie. » Dit Julia d'une voix douce et remplit d'amour.

Les mots était si sincère et était dit avec une telle douceur que le cœur de la grande femme sorti de sa poitrine, elle était toucher au plus profond de son âme, jamais quelqu'un ne lui avait dit des mots aussi fort.

« Moi aussi je suis vraiment fière de t'avoir dans la mienne. » Dit elle tout simplement ne trouvant aucune réponse à cela, puis elle abaissa sa tête et vint embrasser sa belle d'un long baisé remplit de tendresse. elles rompirent le baisé à bout de souffle et plongèrent l'émeraude dans le saphir pour un voyage d'émotion hors du commun mais elle furent interrompu par jet d'eau.

« Hé ! » Crièrent elles en même temps avant d'entendre un rire venant de l'eau, elle regardèrent dans sa direction pour apercevoir une Mathilda morte de rire qui se baignait.

« Oh moins ça vous rafraîchit les idées comme cela. » Dit elle en se moquant gentiment des deux femmes allongées.

Les deux filles se regardèrent avec un petit sourire complice et se levèrent tout en se dirigeant vers l'adolescente d'un pas lents et félin.

« Non les filles ne faite pas sa ! » Dit la jeune fille en rigolant voyant les deux prédateur se diriger vers elle. « De toute façon je suis déjà mouiller. »

Les deux amantes continuèrent d'avancer, vers leur proie, arrivées vers elle, elles lui balancèrent chacune une grosse bourrasque d'eau à la figure mélanger à des algues qu'elles avaient récupéré en chemin. Puis une grosse bataille d'eau commencèrent. Épuisée seule Mathilda et Olivia sortirent de l'eau afin de s'assoir sur le sable avec les pieds dans l'eau. Julia elle était dans l'eau flottant sur le dos, sans qu'elle ne le sache elle avait deux paire d'yeux qui la fixait intensément. L'adolescente regardait la petite blonde avec des yeux extrêmement brillant, elle senti en elle quelque chose se crée dans son cœur, elle ne pouvait pas quitter Julia des yeux, elle la trouvait vraiment très belle. « Bon sang mais qu'es ce qu'il m'arrive, pourquoi je la dévore des yeux comme cela ? Je ne devrais pas elle est avec Olivia. Non, non je ne dois pas ! Allez Mathilda il y a pleins de jolie filles prend pas celle qui est déjà prise, et surtout par ta tutrice. » Se sermonna t-elle malgré cela elle ne pouvait empêcher son cœur battre fort quand elle la regardait. C'est Olivia qui la sorti de ses pensées.

« Alors la journée c'est bien passée ? »

« Hein ?! Ah oui, oui, j'ai finis de réviser pour le contrôle lundi et je me suis avancée pour la semaine donc je me suis permit de faire une petite pose cette après-midi en venant ici afin de profiter des derniers jours de beau avant l'hiver. » Expliqua t-elle en cachant la rougeur qui commençait à lui monter.

« Je te comprend tu as bien raison, d'autant de plus que je suis vraiment très fière de toi, de voir prendre tes études au sérieux. » Dit sincèrement la grande femme avec un sourire fière vis à vis de la jeune.

« Je l'ai toujours fais même si cela est vraiment dure et toi ta journée était bien ? »

« Oui vraiment bien. » Répondit Olivia sans expliquer sa partie avec le fantôme.

Elles s'arrêtèrent de parler quand Julia les rejoignirent.

« Et ben alors les filles ne vous arrêtez pas pour moi. » Dit elle en se mettant entre les jambes de sa compagne tout en se calant bien contre elle. Cette dernière ravis passa ses bras autour du petit corps et la serra fermement.

Devant se geste Mathilda senti un pincement au cœur, et regardait malgré tout le couple avec beaucoup d'admiration mélanger à de l'envie. « Bon sang je suis en train de tomber amoureuse de Julia. » Réalisa t-elle enfin. « Non c'est pas bien, il ne le faut pas ! » Se dit elle intérieurement. C'est justement la petite blonde qui la sorti de ses pensées.

« Vous parliez de quoi avant que je n'arrive ? »

« Nous, nous demandions mutuellement des nouvelles de notre journée passé. » Répondit tranquillement Olivia.

« Oh sympa ça. » Répondit Julia en souriant. « Oui la journée à vraiment été bien et pleine de surprise. » Dit elle en regardant l'océan.

« Mais vous avez fait quoi ?! Vous êtes partie tôt ce matin. » S'intéressa Mathilda.

« Nous avons fait une journée plage sur une petite crique plus loin en dehors de la ville. » Répondit sa tutrice.

« C'est vrai ! Mais c'est super sa et vous étiez toute seule ? » Demanda l'adolescente par curiosité.

« Oui nous étions seule. » Répondit à son tour la petite blonde.

« Hoo mais c'est vraiment cool sa ! Vous avez du vraiment en profiter ! » Se réjouissait la jeune fille pour le couple.

La remarque était tout à fait innocente, mais les deux filles rougirent malgré tout en repensant au fameux moment.

« Oui on en à bien profiter. » Répondit Olivia réussissant à garder une voix normal. « Bon je reviens, je vais allé chercher un petit truc à manger sur le remblai. » Dit elle afin de pouvoir évacué la tension.

« Mais ta carte bleue va marcher ? » Demanda Julia intrigué.

« Je ne sais pas, je verrais bien sinon je vais à la banque retirer j'ai mon numéro de compte en tête et ma carte d'identité donc sa ira. » Expliqua la grande femme avec un sourire.

« D'accord. » Répondit la jeune femme de la même manière.

« Vous voulez quelque chose ? » Demanda la grande femme.

« Oui je voudrais bien une bouteille d'eau et niveau nourriture je te laisse choisir. » Répondit Julia.

« Et toi Mathilda ? »

Moi, ben j'ai déjà tout prévue en faite. »

« Oui mais je te l'offre. » Répliqua la grande brune.

« Non, non ça va allez ne t'inquiète pas. » Répondit l'adolescente avec un sourire appréciateur du geste.

« Tu es sur ? » Insista Olivia.

« Oui, oui, sa ira ne t'en fait pas. » Répondit l'adolescente.

« Bien j'y vais alors. »

Elle se mit debout et partit sans oublier d'embrasser sa douce en laissant cette dernière et sa jeune fille ensemble. Julia s'allongea sur le sable en s'adossant sur ses coude.

« Il fait vraiment beau aujourd'hui. » Dit elle en regardant l'eau briller sous les rayons du soleil.

« Oui il faut en profiter le temps que l'on peut. » Répondit Mathilda

« Tu as raison, au faite où à tu mis tes affaires ? » Demanda la petite blonde.

« Là-bas. » Répondit la jeune fille en montrant une serviette un peu plus en hauteur prêt des douches.

« Allons y nous serons mieux. »

Mathilda se mit debout après avoir accepter mais fut bousculer par de jeunes enfant qui passèrent en courant et tomba sur la jeune femme qui la retint pour amortir sa chute. Doucement l'adolescente se redressa et tomba nez à nez avec celle qu'elle admirait le plus, son cœur fit un bond dans sa poitrine en battant à tout rompre tout en écarquillant les yeux avec un corps tremblant.

« Heu je...je suis dé...désolée. » Bafouilla t-elle en rougissant tout ce qu'elle pouvait.

« Non ne t'inquiète pas, tu n'y es pour rien. » La rassura Julia en voyant l'adolescente paniquer. « Aller viens. » Dit elle en se levant.

La jeune fille la suivit la tête baisser toujours aussi rouge, puis elle s'assit sur sa serviette après avoir prêté une deuxième à la petite blonde, puis un silence s'installa entre elle deux. Mathilda était vraiment gêner par l'action et à la fois heureuse d'avoir été dans les bras de la jeune femme d'à coter même si ce n'était que quelque seconde. Elle n'osait croiser le regard un peu inquiet qui la fixait. Julia voyait que quelque chose tracassait l'adolescente mais elle n'arrivait pas à savoir quoi, elle était inquiète de voir la jeune fille se renfermer sur elle même à cause de la chute.

« Mathilda ? » L'appela t-elle voulant rompre le silence un peu pesant à son goût.

L'étudiante, leva légèrement ses yeux et tomba sur de magnifique émeraude la regardant avec beaucoup de douceur.

« Qu'es ce qu'il y a ? » Demanda la petite blonde la voix douce.

« Je...non il n'y as rien, c'est que j'ai simplement été surprise je suis désolée. » Répondit Mathilda timidement.

« Non ne le soit pas, je te l'ai dis tu n'y es pour rien, c'est les enfants qui ton bousculer tout simplement mais t'inquiète pas il n'y as pas de mal. » Expliqua calmement Julia.

« Je sais mais je n'ai pas envie de me faire disputé. » Dit l'adolescente un peu nerveusement.

« Te faire disputé mais par qui ? Et surtout pourquoi ? » Demanda la jeune femme intrigué.

« Ben par Olivia, j'ai pas envie qu'elle crois que... »

Elle fut couper par une main sur sa bouche et par un regard chaleureux accompagné par un sourire soyeux. « Tu n'as rien à craindre, si tu crois qu'Olivia te disputerai parce que tu es tombé sur moi alors que l'on ta pousser tu te trompe complètement. Je ne la connais pas à cent pour cent, mais sur la chose dont je suis certaine elle ne te dira rien et surtout pas pour un malheureuse accident. Rassure toi d'accord ? » Expliqua doucement la petite blonde.

Mathilda un peu soulager hocha la tête, mais elle garda toujours la sensation des bras de Julia autour d'elle.

« Dit moi ma grande ? » Commença cette dernière. « As tu eu un problème de se genre pour que tu es si peur de la réaction d'Olivia ? » Demanda-t-elle voulant connaître la raison du comportement si soudainement refermer de la jeune.

L'adolescente n'osa répondre mais quand elle voyait la douceur qui était dans le regard de la petite blonde elle se laissa aller. « Oui par ma sœur, nous étions sortit avec mes parents, mes deux frère et ma sœur pour une balade en montagne avec le copain de ma sœur, cette journée était une journée comme toute les autres pour moi, de la violence et des insultes de la part de mes parents. Mes frères et ma sœur savaient ce que mes parents me faisaient subir mais pas un seul ne bougea le petit doigt. Ce jour là nous avions déjeuner en haut d'une petite bute avec un paysage splendide, la seule personne qui était gentil avec moi c'était le copain de ma sœur qui s'appelait Marc et nous avions en plus bien sympathisé. » Elle s'arrêta quand elle senti une pointe dans son cœur.

Julia écoutai attentivement ce que la jeune fille racontait.

« À un moment alors ma sœur était partie se chercher une bouteille d'eau je m'étais relever afin d'apprécier encore plus le paysage, puis un de mes grands frère passa à coter de moi sans faire attention et me bouscula fortement ce qui me fit tomber sur le copain de ma sœur qui avait agit comme toi en me rattrapant pour ne pas me que je me fasse mal. » Elle s'arrêta quand la gorge se noua au souvenir de son passé elle leva les yeux pour regarder la petite blonde qui se raidit en voyant des larmes remplir les beaux yeux noisette de la jeune adolescente mais ne dit toujours rien et continua à l'écouter.

« Mais malheureusement pour moi, ma sœur avait tout vu et était arrivée comme une furie sur moi et m'avait passé un tabac devant Marc. Il n'avait pas du tout apprécié ce qu'elle m'avait fait qu'il la quitta sur le champ. » Elle s'arrêta quand ses larmes coulèrent sur ses joues en se reflétant dans sa voix.

Julia posa une sur l'épaule de la jeune fille pour lui donner un peu plus de courage afin de l'aider à finir.

« Et pendant une semaine entière, ma sœur m'avait frappé pour me faire payer leur rupture, elle disait que c'était de ma faute, mes parents redoublait d'effort dans leur coup voulant aussi me punir de la perte de leur beau fils. » Finit elle en sanglot.

La petite blonde la prise immédiatement dans ses bras et la berça doucement tout en lui caressant sa chevelure. « Vas y pleure ma belle, sa te fais du bien, je suis si désolée pour toi. » Elle avait le cœur vraiment serré de voir ce que la jeune fille pas encore majeur avait subit comme atrocité. « Je ne peux pas trop comprendre ce que tu peux ressentir car je n'ai vécu que du bonheur avec ma famille, mais je peux te dire une chose et sa je le sais, c'est que Olivia ne te fera jamais cela, tu dois me croire et lui faire confiance. »

Mathilda laissa se douloureux passage partir dans les doux bras de Julia tout en écoutant ses mots. « Je te crois, je sais qu'elle ne ferait pas cela mais ça m'a fait peur. » Dit elle en s'écartant à contrecœur de l'étreinte réconfortante de la jeune femme qui prit son visage entre ses mains.

« Je te comprend, j'aurai réagis de la même manière, je sais que tu n'as pas confiance au gens, mais sache que se soit Christine, Olivia, ou bien moi, aucune de nous trois ne te ferons du mal pour quelle que soit la raison. Au contraire nous sommes toutes la pour te protéger. » Expliqua Julia d'une voix apaisant accompagner d'un doux sourire en essayant ses larmes des pouce.

« Je sais et je vous remercie pour ça d'être ici pour moi, je ne serais comment vous remercier. » Dit l'étudiante vraiment heureuse d'être aussi bien entouré.

« Tu le fait déjà en nous donnant ta confiance et en me racontant cette chose assez lourde à porter, si tu as envie de parler de quoi que ce soit, sache que je serais toujours là pour t'écouter. » Dit Julia doucement.

Mathilda posa une main sur celle de la jeune femme qui entourait son visage. « Je te remercie beaucoup d'être là, je ne l'oublierai jamais, Olivia à vraiment raison tu es quelqu'un de bien avec un grand cœur. » Avoua t-elle.

Julia ne dit rien mais déposa un baiser sur le front de l'adolescente qui se senti partir au contact des lèvres. « Je...je vais aller me rafraîchir un peu dans l'eau. » Dit elle déboussolée.

« D'accord, je t'attend ici. » Répondit Julia en relâcha la jeune qui parti immédiatement en direction de la mer.

« Qu'est ce qu'il c'est passé ? » Demanda une voix inquiète qu'elle reconnaissait derrière elle.

« Olivia ! » S'exclama la petite blonde heureuse en se relevant pour l'accueillir. « Tu m'as manqué. » Continua t-elle en la prenant dans ses bras avec amour.

« Toi aussi ma belle. » Répondit la grande femme en lâchant son sac qu'elle tenait afin de prendre sa douce dans ses bras suivit d'un tendre baisé avant de s'assoir en ayant sa belle serré contre elle entre ses jambes. « Alors qu'est ce qu'il lui est arrivé je t'ai vue l'embrasser sur le front. » Redemanda Olivia un peu dérangé.

« Ah grillé. » Répondit Julia en la taquinant avant de lui raconter l'histoire. « Elle à vraiment peur tu sais, tu devrais la rassurer toi aussi. » Finit elle.

« Je le ferais t'inquiète pas, je ne ferais rien ce n'est qu'un accident en plus il en faut plus pour m'énerver. » Dit Olivia calmement.

« C'est ce que je lui est dit, mais j'ai peur qu'elle ne soit pas tout à fait convaincu. » Expliqua Julia un peu attristé en regardant l'adolescente se baigner.

« Je lui parlerai se soir à tête reposé. » Dit la grande femme en prenant le sac de courses.

Puis une fois que la jeune fille fut revenu le reste de la journée se passa dans la joie et la bonne humeur ainsi que le reste de la soirée qui se passèrent encore une fois chez Olivia.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:05

CHAPITRE 14

Cette nuit là, les deux femmes dormaient à point fermé dans la chambre d'Olivia, Julia se réveilla vers les 3h du matin avec une drôle d'impression, quand elle ouvrit les yeux sa bouche s'élargit pour crié mais aucun son ne sorti tellement la peur l'envahissait, elle attrapa le bras de sa compagne et la secoua aussi fort qu'elle le pouvait pour la réveiller, cette dernière fit un bon dans le lit affolé.

« Julia qu'est ce qu'il y a ? » Demanda-t-elle complètement paniquer.

« L...l...là ? » Dit elle terrifier en montrant quelque chose du doigt.

La grande femme suivit ce que sa compagne lui montrait avec le doigt et se raidit comme une statue à la vue du spectre qui était sur la crique se tenir devant elles deux en les fixant fortement.

« No...non c'est c'est impossible. » Réussit à dire Olivia malgré sa peur.

Le fantôme en un clin d'œil se déplaça pour se mettre sur le bord du lit juste à coté de la petite blonde qui se mit à crié et d'un bond se plaça contre la grande femme qui la serra fermement. « Non t'approche pas de moi ! » Lui cria t-elle pétrifié de terreur.

Le spectre monta avec une lenteur inimitable sur le lit, les deux filles ne pouvait faire un seul geste à cause de leurs membres paralysé par la peur. Olivia se força à bouger et réussit à mettre un pied à terre mais suite à ce geste le fantôme changea de place et se mit aux coter de la grande femme qui remonta immédiatement sur le lit en réalisant qu'elles étaient complètement bloqué par cette chose qui les empêchait de sortir. Le spectre repris sa monter sur le lit en restant du coter de la brune qui par pur réflexe roula sur le matelas en se couchant sur la petite blonde tremblante dans ses bras au dessous d'elle, puis elle passa ses bras autour de la tête de cette dernière qui c'était complètement blotti dans ses bras en cachant le visage dans son cou, elle avait mit la sienne dans ses propres bras et les deux femmes tremblantes comme des feuilles le cœur battant à tout rompre attendirent la suite des évènements. Le fantôme s'approcha de plus en plus du couple, le silence et l'atmosphère qui régnait dans la chambre était de plus en plus insoutenable, la chose était au niveau des deux corps entre-lasser et commença à se pencher dans leur direction. Les deux femmes sentirent le toucher glacer du corps blanchâtre sur les leurs, elles se blottirent d'avantage cherchant sécurité, puis le mouvement s'arrêta et disparut en disant quelque mots.

Aidez moi

le couple resta dans la même position toujours terroriser par ce qu'il venait de leur arriver, au moment où les mots de l'apparition sorti elle écarquillèrent les yeux, complètement surprise et horrifier, doucement Olivia se redressa et croisa le regard de sa compagne qui était dans le même état qu'elle avec le corps tremblant avec de la sueur froide coulant sur leur visage.

« Tu...tu as ent...entendu ce...ce qu'il vi...vient de...de demander ? » Demanda Olivia d'une voix tremblante.

« Ou...oui je...je l'ai ent...entendu au...aussi. » Répondit Julia la voix dans le même état.

« Qu'a...qu'allons nou...nous fai...faire ? » Demanda de nouveau la grande femme.

« Je...je n'en sai...sais rien. » Répondit La petite blonde.

Olivia se redressa complètement et s'adossa contre la tête de lit en regardant le mur en face d'elle alors que Julia resta allonger à regarder le plafond.

« J'ai jamais eu aussi peur de toute ma vie. » Avoua la grande femme. « J'arrive toujours à maitrisé la peur ou n'importe quel autre sentiment, mais là je n'y suis vraiment pas arriver. » Dit elle agacé.

« Tu n'as pas à avoir honte de ressentir ou de montrer se genre de sentiment tu sais. » Dit Julia en se mettant sur le coter appuyant sa tête sur sa main.

« Je n'ai pas honte sa m'énerve, ne rien montrer à toujours été une marque de protection pour moi, savoir que les gens me prenne pour quelqu'un qui ne ressent pas de peur ni de sentiment sa me permet de garder une certaine distance avec eux et cela me protège énormément. » Expliqua Olivia.

« Mais tu ne devrais pas, tu dois faire découvrir au gens qui t'entoure ce que tu es vraiment et non une personne peu sensible qui ne ressent aucun peur alors que c'est faut. Tu la bien fait avec moi, depuis le départ pas une seule fois je n'ai vue de la froideur dans tes yeux et dans tes geste. »

« Je le sais bien Julia, je n'ai toujours aucun réponse à ma question du pourquoi j'ai fait comme cela avec toi, mais j'ai dévoilé mes sentiments, montré ma peur à une autre personne que toi et regarde où cela nous à emmener, de la souffrance des pleurs, et sa. » Dit elle en touchant la cicatrices que sa compagne avait sur le visage. Ce geste fit sursauter la petite blonde. « Tu vois, si j'avais su garder mes sentiments pour moi seule envers toi, tu n'aurai jamais subit tout ceci. » Dit elle en baissant la tête s'accusant encore de tout le mal que Sarah avait fait à Julia.

Cette dernière se redressa et passa à califourchon sur sa compagne en mettant ses deux mains sur ses épaules pour la forcer à la regarder droit dans les yeux.

« Olivia tu n'es pas une machine, simplement un être humain qui aime, qui a peur, qui a ses moments de faiblesse et de joie, rien ni personne ne pourra t'enlever cela mais le faite de cacher tout cela au yeux du monde c'est te cacher toi et ne pas admettre qui tu es vraiment. Ce que j'ai subi c'est une chose horrible je suis d'accord mais que je ne regrette pas car cela me montre comment je me suis battu pour toi et pour que notre amour sois enfin réel. »

« C'est pas ce que mon père me disait, à chaque fois que je montrais mes sentiments il disait toujours que j'étais faible, il m'a toujours apprit et sa jusqu'à son dernier souffle que montrer ses propre sentiments c'était montrer ses faiblesses que seule la force devait régner. » Dit Olivia un peu tristement.

« Et ta mère elle qu'est ce qu'elle t'a apprit ? » Demanda la petite blonde.

« Ma mère elle m'a apprit que les faibles où les forts il n'y as aucune barrière, et que justement les plus fort doivent aider les plus faibles, chose que je fais, mais avec du recule je découvre maintenant que montrer ses sentiments c'est vraiment être faible. »

« Non Olivia, tu es loin d'être faible, tu as une force mental indescriptible, ta volonté est énorme quand tu désire quelque chose tu fait tout pour l'obtenir, quand tu fais quelque chose tu te donne à font et quand tu protège une personne tu le fais avec ton cœur et ton âme. Ta force réside dans l'amour que tu porte à tes amis, ta famille ainsi que dans leur propre sentiments. Montrer ce que tu as au plus profond de toi n'est pas une marque de faiblesse au contraire c'est une marque de force que seule toi peux avoir. » Expliqua Julia franchement.

« Oui mais sans ses foutu sentiment je... »

« Je serai morte Olivia ! » Julia la coupa d'un ton sec et dure qui fit sursauter sa compagne. « Je serai morte depuis longtemps si tu n'avais pas ses foutu sentiments à mon égard ! C'est grâce à toi que je suis encore en vie. Le soir de la tempête comme tu l'as deviné je me suis jeter du ponton en bois voulant absolument rejoindre mes parents mais ce jour là ma sœur m'est apparut et m'a dit de ne pas faire cela car ce n'était pas mon heure et que je devait ouvrir les yeux sur la chose pour laquelle je devait vivre, je n'avais toujours pas comprit ce qu'elle voulait me dire jusqu'à ma rencontre avec ses requins, là encore je souffrais tellement que dans un sens qu'il me dévore vivante m'aurai soulagé, mais encore une fois ma sœur n'avait pas le même projet à mon égard et m'a encore envoyer des secours en me demandant une nouvelle fois d'ouvrir les yeux de mon cœur et de mon âme. J'ai fini par le faire et j'ai put réaliser que je les avait déjà ouvert pour la seule et unique personne qui comptait pour moi et qui vivait dans mon cœur depuis longtemps c'est à dire toi. C'est ton amour et mes propres sentiments qui m'a fait revivre et sortir mon esprit des ténèbres dans le quel je l'envoyait pour être heureuse, vraiment heureuse avec toi. » Elle relâcha la tension involontairement sur sa compagne en déballant ce qu'elle avait sur le cœur.

Olivia était toucher par la révélation de sa petite blonde. « Je sais plus. » dit elle les larmes au yeux complètement perdu dans tout ce qu'on lui avait apprit et par la réalité.

« Olivia, seul ton cœur est réel et sait ce qui est bon pour toi, si vraiment tu étais quelqu'un qui était faible, alors explique moi pourquoi es tu venu me voir ce jour là sur le ponton, car en suivant le raisonnement de se que tu m'as dit tu ne serai jamais venu me parler vue que montrer le moindre sentiment est signe de faiblesses, mais non tu ne l'as pas fait. Tu es venu me parler à plusieurs reprise alors que tu ne me connaissait pas tu m'as montrer dès le premier jour de la sympathie, tu as été d'une patience que j'ai rarement vue chez une personne. » Continua t-elle en posant sa main sur le cœur de sa compagne. « Parce que tout simplement tu as lui qui bat dans ta poitrine et qui te montre que tu es un être humain qui à de la force et du courage en toi, doublé d'un sale caractère j'avoue. » Dit elle en plaisantant, chose qui réussit et qui fait rire sa compagne. « Mais il est là et sa tu ne pourra rien y changer, mais si tu décide de renier tout les sentiments que tu as en toi, c'est renier la gosse que tu as chez toi, ta mère, tes collègues de boulot, tes étudiants et me renier moi ainsi que tout les moments joyeux, triste et remplis de bonheur que nous avons partagé depuis que nous nous connaissions. Si toi tu es capable de faire tout ceci sache que moi j'en suis incapable et que je t'en empêcherais par tout les moyens car mon âme à besoin de la tienne pour vivre et que si tu disparaissait je le ferais aussi. »

Une fois qu'elle avait finit de dire tout ce qu'elle avait à dire elle sorti de la chambre afin d'aller boire un verre d'eau en laissant Olivia à ses pensées qu'elle avait volontairement faite. Elle s'arrêta devant un grand miroir qui était poser dans le salon vers la télévision et se regarda, elle regarda sa cicatrices qu'elle avait au visage puis elle souleva son t-shirt afin de regarder celle qui était sur son corps. Ses blessures se fermait doucement et lui faisait toujours un peu mal, mais ce n'était pas le plus dure qu'elle devait subir. Elle abaissa son vêtement d'un coup et se dirigea immédiatement dans la cuisine en se mettant face à l'évier quand elle entendit sa compagne se lever. Olivia se plaça derrière la petite blonde et passa ses bras autour des ses épaules.

« J'aurai tellement aimé que mon père te connaisse pour que tu lui apprenne les vrais valeur des sentiments. » Dit elle en déposant un baisé tendre dans le cou de sa belle.

« Tu sais les valeur on les as tous, il faut simplement savoir les utilisé correctement, mais parle moi de ton père tu ne m'en à jamais parler avant se soir. » Dit Julia curieuse.

« Mon père était un militaire et il est mort au combat en Afrique. » Commença Olivia en s'asseyant à la table. « C'était quelqu'un de bien et de droit, toujours juste mais c'est vrai que niveau sentiment il n'était pas au top. Il nous à jamais vraiment montré ce qu'il ressentait pour ma mère et moi mais nous savions toute les deux qu'il nous aimait plus que tout même si nous aurions voulut qu'il nous le montre vraiment. » Expliqua t-elle avant de boire une gorgé d'eau que sa compagne lui avait donner. « Avec ma mère il se disputait souvent par rapport à cela, ma mère refusait qu'il m'apprenne à ne pas montrer se que je ressentais et comme je te l'ai dis pour mon père c'était une marque de faiblesse mais sans sa c'était vraiment un homme que j'admirais, il était toujours à notre écoute et à protéger sa famille. Et le jour de sa mort j'ai pleuré tout ce que j'avais et je lui ai fait une promesse silencieuse le jour de son enterrement que je prendrais soin de ma mère à sa place. »

« C'est pour cela que tu reste ici avec elle ? »

« Oui, avec mon salaire je peux facilement prendre mon propre appart mais je ne veux pas laisser ma mère seule, et nous sommes devenu trop proche maintenant pour que je parte. Peut être qu'un jour je partirait d'ici mais pas pour le moment et si vraiment ce jour dois venir et bien ce ne sera en tout cas pas loin de chez elle de façon à se que l'on toujours ensemble. »

Julia sourit tendrement à ce que disait sa compagne, elle l'enviait dans un sens mais elle savait qu'elle avait trouver une famille, elle adorait Christine qui à toujours été gentille et douce depuis qu'elle la connut. Elle s'approcha doucement de la grande femme et se mit derrière elle, doucement elle posa ses mains sur les épaules et dans un geste tendre elle commença à faire un petit massage qui dénoua les noeux puis elle abaissa sa tête et déposa ses lèvres sur la base du cou de la grande femme. Cette dernière laissa tomber sa tête en arrière qui se posa sur la poitrine de sa belle tout en fermant ses yeux sous la douceur du geste.

« Ton père à fait de toi quelqu'un de bien. » Dit Julia d'une voix rauque en embrassant le cou.

« Je ne sais pas à toi de me le dire. » Répondit Olivia de la même manière laissant son corps se détendre.

« Je te le dis et ta mère à elle aussi très bien travaillé. » Continua la petite blonde en remontant doucement la peau de plus en plus langoureux qui envoya des décharge dans le corps de sa compagne qui lui attrapa la nuque afin de capturer ses lèvres dans un baiser remplit de passion.

Tout en embrassant elle se leva de chaise pour se mettre devant sa compagne en la faisant reculer contre le frigo, cette dernière passa ses bras autour de son cou afin de le rendre encore plus fort. Olivia quitta les lèvres et embrassa avec appétit la peau qui se trouvait sur son passage. « Julia. » Chuchota t-elle d'une voix rauque.

« Viens retournons dans ta chambre. » Répondit la petite blonde en la poussant légèrement avant de capturer ses lèvres avec fougues. Tout en continuant le baisé elle dirigea sa compagne qu'elle faisait reculé dans la pièce voulut puis elle referma la porte avant de continué à faire reculer la grande femme contre le lit et l'obliger à s'allonger dessus, elle monta alors sur elle à califourchon et captura de nouveau ses lèvres qu'elle avait momentanément lâcher. Olivia caressa le dos de sa douce à travers ses vêtement mais sentit ses mains saisit et placer au dessus de sa tête.

« Ne bouge pas. » Lui dit sa belle dans un murmure.

« Julia... » Elle fut interrompit par des lèvres chaude avide d'amour.

La jeune femme rompit le baiser et déposa ses lèvres dans le cou de la grande femme dans des baisés passionné et très langoureux, elle lâcha une de ses main de sa prise et la posa sur le bas du t-shirt d'Olivia et le souleva pour laisser apparaître la poitrine qu'elle embrassa avec grand appétit, la peau qui passa sous ses lèvres était caresser avec une tendresse en laissant sa langue parcourir le moindre recoin. La grande femme soupirai et tout son corps brulait de l'intérieur sous la délicate attention de sa compagne qui se releva doucement en laissant trainer ses lèvres sur la peau chaude. Elle enleva sa deuxième main et se mit assise sur le corps de sa compagne tout en la fixant. La pièce n'était éclairé que de la lumière bleuâtre de la lune qui passait à travers les volet ouvert. Doucement Julia attrapa le bas de son propre vêtement et le retira lentement avant de le laisser tomber sur le sol, son cœur battait très fort et sans un mot elle regarda intensément sa compagne qui ne fit aucun geste de peur de l'effrayer. Elle attrapa une main de la grande femme et la posa doucement sur son corps.

« Touche moi, pose tes mains sur moi. » Dit elle dans un murmure les yeux brillant d'émotion.

« Tu es sur ? » Demanda Olivia pas très sur d'elle.

Julia se baissa et embrassa sa compagne de tout l'amour qu'elle avait dans un doux vas et vient. « Pose tes mains sur moi. » Redit elle avant de reprendre le baisé. « Je veux te sentir. » La grande femme posa ses mains sur le dos de la petite blonde et commença à le caresser doucement, mais pour la petite blonde cela n'était pas suffisant elle se redressa une nouvelle fois en position assise en entrainant sa belle avec elle puis elle attrapa le vêtement de cette dernière et le lui enleva avant de lui embrasser avec un appétit sans fin son cou. Olivia fit basculer la petite blonde sur le dos et positionna au dessus d'elle, doucement elle posa ses lèvres sur le haut de la poitrine de cette dernière.

« N'ai pas peur. » Lui dit la jeune femme qui se redressa et la força à se mettre sur le coter, puis elle baissa sa tête et lui captura les seins entre ses lèvres. « Je veux te sentir. » Dit elle en caressant la peau de sa langue. « J'ai envie de sentir tes caresse et tes baisés sur mon corps. » Dit elle en laissant un main voyager doucement en direction du trésor de sa compagne, cette dernière arrêta de résister et laissa son corps agir tout seul, elle se remit sur sa compagne et l'embrassa passionnément, puis elle rompit son baiser et descendit à son tour sur la poitrine de sa belle et délicatement elle embrassa chaque centimètre de peau qui se trouvait sous ses lèvres, elle posa une main sur le corps de la jeune femme et caressa avec tendresse chaque cicatrice qu'il possédait, cette action fit sursauter Julia et également arrêter la grande femme.

« Non ne t'arrête pas. » Dit Julia en attrapant le visage de sa compagne pour l'embrasser. « Ne t'arrête pas. »

Olivia quitta les lèvres de la petite blonde et embrassa chaque cicatrice comme ci qu'elle voulait les faire disparaître. La jeune femme ressentait des sensation étrange à se toucher mais commença à apprécier d'être toucher sur ses horreur. La grande femme remonta afin de capturer une nouvelle fois les lèvres de sa compagne. Les mouvement était tendre les va et vient du baisé mélanger au caresse de leur langues était d'une exquise passion. Julia redescendit sa mains qu'elle avait enlever à la recherche du trésor de sa compagne qui en fit tout autant de son coter, elles atteignirent en même temps l'objet tant convoiter, et c'est dans une caresse sensuelle qu'elles laissèrent leur envie faire, tout en continuant leur tendre baiser. Le geste était remplit de passion et de délicatesse en exprimant tout les sentiments qu'elles avaient l'une pour l'autre.

Olivia se décala un petit peu afin d'avoir plus de facilité et commença à augmenter le mouvement de sa caresse, le corps de Julia répondit immédiatement et se cala à la cadence que lui imposait sa compagne. Elle donna le change en augmentant elle aussi la vitesse auquel le grand corps bougea au rythme du geste. Elles rompirent le baisé à bout de souffle et laissa sortir leurs gémissements de désir tout en se regardant dans les yeux, leur passions et leur amour atteignirent bientôt le point non retour, leur corps n'était plus que sueur bougeant au rythme de leur amour et c'est une magnifique éruption de désire et d'amour que le feux explosa en elle les laissant complètement sans force.

Olivia s'effondra le souffle court sur le corps tremblant de sa compagne qui la tenait malgré tout dans ses bras. Elle laissa des larmes silencieuse de joie couler sur son visage, elle était heureuse de voir que sa petite blonde commença enfin à accepter son propre corps. Julia sentit les larmes couler sur ses épaules mais ne dit rien et se contenta de la serré aussi fortement qu'elle le pouvait, elle aussi commença à se rendre compte de l'énorme pat qu'elle venait de faire, même si elle savait que cela ne sera pas encore gagner. Les deux filles finirent par s'endormir dans un silence bien faisant dans les bras de l'une et de l'autre.

Le lendemain matin Olivia se réveilla doucement avec la lumière du jour avec une petite blonde dans ses bras, elle souriait pour elle même la nuit qu'elle venait de passer était une tout autre étape dans le couple et cela lui mit du baume au cœur. Elle laissa ses yeux fermer, car la respiration régulière de sa belle lui indiquait qu'elle dormait toujours et qu'elle ne voulait pas la réveillé et elle même ne voulait pas bouger tellement elle était bien. Julia sorti doucement de son sommeille et sentit le corps de sa compagne sous le sien en se blottissant encore plus, ce geste fut accueillit par un resserrement de bras autour d'elle.

« Humm qu'es ce que je suis bien ici. » Dit elle la voix endormit. « Je voudrais y passer ma journée à ne plus bouger. »

« Ah oui, c'est assez tentant j'avoue. » Répondit la grande femme doucement.

La petite blonde s'étira comme un gros chat paresseux avant d'ouvrir les yeux et de les poser sur sa compagne.

« En plus nous sommes dimanche aujourd'hui donc il n'y a aucun travail aucune obligation. » Dit elle en caressant doucement et paresseusement la poitrine de sa douce.

« C'est vrai aucune obligation enfin pour toi. » Répondit Olivia essayant d'ignorer le geste.

« Ah bon qu'es ce que tu as à faire ? » Demanda Julia en se redressant sur un coude sans lâcher son nouveau jouet.

« J'ai promit à ma mère d'aller faire les courses pour elle aujourd'hui. » Répondit la grande femme.

« Ah oui ?! Et tu dois y aller dans combien de temps. » Demanda t-elle en déposant doucement ses lèvres en remplaçant sa main.

« Dans une heure et demi. » Répondit Olivia avec un début de feu dans son corps. « Tu ne devrais pas faire sa. » Dit elle avec un sourire et des yeux malicieux.

« Pourquoi, que pourrait il m'arriver si je continue ? » Demanda Julia en embrassant langoureusement la poitrine de sa compagne avec la même lueur dans les yeux que celle de sa compagne.

« Et bien, sa par exemple. » Répondit la grande femme en retournant la petite blonde avant de l'embrasser et de repartir pour un débat amoureux.

Julia était dans la cuisine habiller d'un simple jeans et d'un t-shirt noir à manche longue à aidé Christine à préparer le déjeuner pendant qu'Olivia était parti faire des courses. Mathilda travaillait sur ses court dans sa chambre, elle en sorti pour aller prendre une canette de soda dans le frigo quand elle referma celui ci et quand elle se retourna, elle se retrouva nez à nez avec Julia et se mit à rougir violemment chose qui n'échappa à cette dernière et à la mère d'Olivia qui la regardèrent repartir dans sa chambre pratiquement en courant.

« Mais qu'es ce qu'elle a ? » Demanda la petite blonde en se retournant intrigué vers la femme. « C'est pas la première fois que je la voix rougir quand elle me regarde. »

« Je pense qu'elle à le béguin pour toi ma grande. » Lui répondit Christine.

« Quoi ?! » S'exclama la jeune femme complètement surprise. « Non mais attend tu es sérieuse ?! »

« Oui, après je peux me tromper mais franchement je n'en suis pas sûr. » Répondit elle avec le sourire. « Regarde pendant le déjeuner et tu aura la réponse. »

« Oh bon sang il manquait plus que sa. » dit Julia en s'asseyant.

« Mais Julia, ne lui dit rien sinon cela la mettrait encore plus mal à l'aise qu'elle ne l'ai déjà. »

« Non, non ne t'inquiète pas, mais cela me fait un peu de peine pour elle si c'est vraiment cela. » Dit Julia attristé, elle détestait faire souffrir les gens mais elle devait l'admettre que pour ce coup la elle n'aura vraiment pas le choix.

« Tien voilà Olivia. » Dit la femme en regardant pas la fenêtre. « Vas prévenir Mathilda que l'on passe à table et regarde sa réaction tu verra par toi même comme cela. »

« Oui tu as raison. » Julia se leva et partie en direction de la chambre de l'adolescente et frappa à la porte en attendant l'autorisation d'entrée chose qui se produisit, elle entra dans la chambre et vit la jeune fille au dessus de ses cours. Doucement elle s'approcha d'elle. « Mathilda qui n'avait pas encore tourné la tête afin de finir son exercice la leva quand la petite blonde se trouvait juste derrière elle. Elle se mit à crié de surprise et en tomba de sa chaise, Julia se précipita sur elle afin de l'aider à se relever.

« Je suis désolée je ne voulais pas te faire peur. » S'excusa Julia.

« No...non ça...ça vas j'ai...j'ai été tellement prise dans mes cours que je n'avais pas vue qui était entrée. » Dit elle en cachant la vrai raison qui était qu'elle était surprise de voir sa petite blonde dans sa chambre juste derrière elle.

Christine qui était dans la cuisine rejoint par sa fille entendit l'adolescente crié arrêta Olivia qui voulait aller voir ce qu'il se passait. « Non ne t'inquiète pas. »

« Mais il pourrait se passer quelque chose. » S'inquiéta la grande femme.

« Non Julia à certainement du faire peur sans le vouloir à Mathilda tout simplement, je l'ai envoyer l'appeler pour déjeuner. » Dit Christine.

« Ah ok sa me rassure, pourtant elle n'est pas effrayante Julia. » Dit elle en souriant.

« Non, non. » Répondit sa mère sachant très bien la raison du cri.

Mathilda referma son bouquin et senti une petite douleur au bras elle regarda et remarqua qu'elle c'était éraflé contre le bureau et que la plaie saignait un peu.

« Oh je suis désolée ma grande. » Dit Julia en voyant la plaie.

« Non ne t'inquiète pas c'est pas grave. » Dit la jeune fille toucher par l'attention de la petite blonde.

« Aller viens, je vais te soigné sa. » Dit Julia sérieusement.

L'adolescente protesta quelques minutes mais dû se résigner devant la tête de mule qu'elle avait devant elle et alla dans la salle de bain suivit de Julia.

« Attend je vais les prévenir que l'on arrive, attend moi ici. » Dit cette dernière devant la porte de la salle de bain.

« Ok je t'attend. »

La petite blonde entra dans la cuisine où sa compagne l'accueillit avec un grand sourire qu'elle rendit. « Mathilda c'est un peu blessé, je vais la soigner et on arrive. » Dit elle à l'intention de Christine. « Ne t'inquiète pas c'est juste une éraflure tout simplement. » Dit elle à l'intention d'Olivia qui commençait à avoir un regard inquiet. Puis elle reparti dans la salle de bain où l'attendait la jeune fille. Elle prit du désinfectant ainsi qu'un coton qu'elle enduit de produit et le plaça délicatement sur la plaie. L'étudiante était rouge comme une tomate, la proximité de Julia la rendait complètement folle, son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine et elle avait vraiment du mal à avaler sa salive. La responsable de cet effet s'en rendit compte mais ne montra aucun signe. « Christine à raison elle est attiré par moi, mince qu'est ce que je vais faire, je ne veux pas la faire souffrir. » Pensa t-elle complètement déboussolée par l'attitude involontaire de l'adolescente. Une fois la plaie nettoyer les deux filles partirent dans la cuisine rejoindre les deux hôtes qui les attendait. Discrètement Julia fit un signe de tête à Christine pour lui approuver ses dires. Mais cela n'échappa à Olivia qui les regardaient avec des yeux remplis de question.

Pendant tout le déjeuner Mathilda évitai à tout prix le regard de Julia, ce petit manège fut remarquer par les trois femme, Julia était vraiment mal à l'aise et triste pour l'adolescente tout comme la mère d'Olivia. La grande femme elle ne comprenait absolument rien et se promit qu'après le repas elle allait demander à l'une ou l'autre ce qu'il se passait. Quand le déjeuner fut finit l'étudiante parti immédiatement dans sa chambre pour évacuer la tension en se plongeant dans ses bouquins. Les trois autres filles restèrent dans la cuisine.

« Bon vous pourriez m'expliquer ce qu'il se passe, tout le monde est silencieux et je sens comme un malaise. » Demanda Olivia voulant comprendre.

« Bon. » Dit Julia en se levant d'un coup.

« Qu'est ce qu'il t'arrive. » Demanda Olivia et sa mère en même temps.

« Il faut que je lui parle, je ne peux pas laisser sa comme ça. » Expliqua la petite blonde.

« C'est un peu risquer tu sais. » Dit Christine.

« Je sais, mais voilà il faut faire quelque chose car sinon sa deviendra plus possible. » Dit Julia.

« Mais de quoi vous parlez ? Vous m'énervez de parler en codage. » S'impatienta Olivia.

« Demande à ta mère, moi je vais voir Mathilda. » Répondit un sèchement Julia.

« Vas y doucement. » Dit la femme un peu inquiète.

« Ne t'inquiète pas, je ne suis pas aussi brute que ta fille. » Dit elle en taquinant sa compagne.

« Hé je ne suis pas brute ! » Répliqua aussitôt Olivia.

« Si ! » Répondit Julia en s'approchant de la grande femme. « Tu es ma brute à moi. » Finit elle en l'embrassant tendrement.

« Ah, dans ses conditions j'accepte. » Dit la brune en souriant.

« Bien j'y vais. » Finit la petite blonde avant de disparaître dans le couloir.

« Bon maman, qu'es ce qu'il se passe ? J'aimerai bien comprendre. »

« C'est simple, Mathilda à des sentiments pour Julia. »

« Quoi ? Tu es sérieuse ? » Demanda Olivia tout aussi surprise que l'était sa compagne.

« Oui sa ce voit énormément et Julia la aussi vu pendant le déjeuner, c'est pour cela qu'elle est partie lui parler afin d'éviter des problèmes par la suite. » Expliqua sa mère.

« Houa et ben si je m'attendait à cela. » Dit la grande femme en revenant à la réalité.

« Ne lui en veux pas Olivia cette petite est si gentille. » La supplia presque sa mère.

« Non je ne lui en veux pas, je la comprend et surtout que les sentiments ça ne se commande pas mais sa dois être dure pour les deux. »

« Oui j'espère que ta copine sera faire. » Dit Christine un peu inquiète.

Julia arriva devant la porte et entra après autorisation, l'adolescente se retourna et se mit à rougir violemment en voyant de nouveau la personne de ses rêves dans sa chambre.

« Mathilda je voudrais que l'on parle toute les deux. » Commença Julia calmement.

« Oui bien sur assit toi. » L'invita l'étudiante en lui montrant son lit.

« Merci voilà, c'est un peu délicat mais je voudrais mettre à jour un problème qui comme à peser lourd. »

« Je t'écoute. »

« Bien voilà, je vais essayé de ne pas être brusque avec toi mais j'ai pas envie de tourner autour du pot non plus, donc voilà je sais que tu as des sentiments pour moi et je voudrais que l'on en parle. »

Mathilda senti un vertige arriver quand les mots de la petite blonde la frappèrent, tout son corps se mit à trembler et d'un coup elle partie dans un violent sanglot.

« Non ne pleure pas. » Lui dit Julia en la prenant directement dans ses bras. « Je voudrais en parler avec toi pour ne pas que tu souffre. »

« Je...je suis désolée je sais que tu as Olivia, je ne voulais pas vous faire de tord toute les deux. »

« Mais tu n'as pas à être désolée et tu n'as fais de tord à personne. » Dit Julia en s'écartant de la jeune fille en s'asseyant de nouveau sur le lit avec les mains de Mathilda dans les siennes. « Ma grande regarde moi. » Dit elle en voyant que la jeune fille avait la tête baisser mais qui la remonta à la demande de la petite blonde. « Tu n'as pas à t'excuser de quoi que se soit, les sentiments ça ne se commande pas tu sais, mais je ne voudrais pas te faire souffrir avec quelque chose dont tu n'aura pas de retour. Je t'apprécie énormément et je ne voudrais pas que notre amitié soit gâcher à cause de cela tu comprend. »

Je sais que tu es avec Olivia et je ne tenterai rien mais c'est plus fort que moi à chaque fois que je te vois j'ai le cœur qui bat fort, je me sens bien avec toi. »

« Moi aussi je me sens bien avec toi mais pas comme tu le voudrais, si tu veux, je peux être ta meilleure amie ou une sœur, c'est tout ce que je peux te proposer. »

« Tu aime beaucoup Olivia et sa je l'ai vue dès le premier jour, mais tu es si douce si calme et tellement gentille avec moi. »

« Je le serai toujours je ne changerai en rien ma façon de faire avec toi et je peux t'en donner encore plus mais sans avoir de sentiment amoureux pour toi, à part de l'amour fraternel c'est tout ce que je peux te donner. Lui expliqua vraiment doucement Julia.

« C'est déjà bien, je n'en demande pas tant. » Répondit Mathilda triste et heureuse à la fois.

« Bien tu sais ce que l'on vas faire, tu pose tes livres et tu viens avec moi en ville nous allons faire quelque boutique ensemble, je dois m'acheter des fringues comme cela nous pourrions seller notre nouvelle amitié qu'es ce que tu en dis ? Et en plus ce qui est bien dans cette ville c'est que les boutique sont ouvert le dimanche. » Dit elle avec un sourire au lèvre et un petit clin d'œil.

« Je suis d'accord, on oubli tout cette histoire alors ? »

« Oui on oubli tout et nous recommençons sur de meilleure base. »

« Oui. Dit la jeune en hochant vivement la tête accompagner d'un sourire.

« Bien je t'attend dans le salon. » Dit Julia en sortant de la chambre. Elle arriva dans la cuisine où l'attendait sa compagne et Christine.

« Alors ? » Demanda cette dernière un peu inquiète.

« Je l'emmène faire les magasins afin d'oublier tout cette histoire. »

« Tu sort ? » Demanda un peu tristement Olivia.

« Je suis désolée mon cœur mais j'aimerai vraiment que Mathilda soit en confiance avec moi et qu'elle n'est plus peur de ses sentiments. » Répondit Julia de la même façon.

« Non t'inquiète pas, je vais en profiter de préparer les cours pour demain. » Dit Olivia en se levant pour prendre la petite blonde dans ses bras.

« Je suis désolée. » Dit la jeune femme un peu gêné.

« Non ne t'inquiète pas ça ira. » Dit la grande femme en l'embrassant tendrement.

« Ne t'inquiète pas je me rattraperais au retour. » Chuchota Julia dans l'oreille de sa compagne.

« Ah oui ? J'attendrais avec impatience alors. » Répondit Olivia avec un sourire taquin.

Mathilda c'était changé et avait mit un pant-à-court noir accompagné d'un débardeur blanc à motifs noir avec un petit gilet par dessus. Elle arriva dans la pièce et sorti avec la petite blonde à ses cotés. Elles entrèrent toutes les deux dans la rue principal et commencèrent à visité les boutiques. Elles passèrent dans les magasins de vêtements où elles choisirent toutes les deux trois t-shirt blanc et noir, cinq pantalons en jeans bleu et noir, puis elles sortirent pour allez dans un magasin de sport. Julia racheta ce qu'elle avait perdu sur la crique puis sortirent pour s'arrêter dans un café afin de prendre une boisson fraiche. Le reste de la journée se passa parfaitement bien, leur entente était vraiment bonne, Mathilda commençait à ne plus être nerveuse avec la compagnie de Julia et apprenait à contrôler ses sentiments. Elles sortirent du café tranquillement quand au croisement d'une rue trois hommes les arrêtèrent. L'un était grand les cheveux rasé au yeux noir, le deuxième était blond de taille moyenne les yeux noisette et le troisième était un roux assez balèze les yeux vert.

« Bonjours les filles, alors la journée ce passe comme vous le voulez ? » Demanda L'homme au crane rasé.

« Oui ça vas mais désolée nous sommes pressées. » Répondit froidement Julia.

« Oh non, non, ne vous pressez pas nous avons tout le temps. » Dit le rasé en se mettant derrière la jeune adolescente avec un cutteur en main.

« Qu'es ce que vous voulez ? » Demanda Mathilda apeuré.

« Juste nous amusé avec vous. » Dit celui qui était derrière elle en l'emmenant dans la petite ruelle suivit par Julia et ses amis.

Julia se retourna d'un coup et donna un coup de genoux dans le ventre du blond, mais fut immédiatement giflé violemment par celui qui détenait l'arme en la faisant tomber au sol tout en lui ouvrant la joue avec la lame. La petite blonde percuta lourdement le mur d'un immeuble avec son front et tomba au sol la tête en sang.

« Ju... » L'adolescente fut couper par une main placer sur sa bouche. « Je te déconseille de crié, sinon ta sœur y passe comprit ?! » Menaça t-il du voix extrêmement basse et dangereuse. La jeune fille hocha sa tête tremblante les yeux coulant de larme. « Bien, tu es une bonne petite. » Dit il en souriant tout en déposant un léger baisé sur sa joue. Ce geste fit sursauter l'adolescente. « Bien remettez debout la tigresse on s'occupe d'abord de son cas. » Ordonna t-il aux autre homme. Mathilda qui avait comprit ce qu'il allait faire essaya de se débattre afin de venir au secoure la petite blonde mais réussit en rien. « Hum je vois que tu es aussi, agressive que ta sœur franchement cela me plait beaucoup. » Dit l'homme armé.

Les deux autres hommes attrapèrent Julia en lui prenant chacun un bras et lui lança de l'eau dans la figure afin de la réveillé, cette dernière sursauta et se débattit pour se libérer.

« Non, non, ma chère, si tu fais le moindre mouvement je te promet que ta petite sœur ne sera pas belle à voir après. » Dit l'homme au crane rasé. « Approchez la que je puisse la voir de plus prêt. » Ordonna t-il chose qui fut immédiatement fait, ses deux amis lui mirent la petite blonde devant lui. « Et bien je vois que je t'ai laisser ma signature. » Dit il à l'intention de Julia en lui passant le doigt juste sous la coupure fraichement faite.

Cette dernière en guise de réponse lui cracha à la figure l'homme armé riposta immédiatement et lui donna un gros revers de la main la faisant valser sur le sol au moment où les hommes de mains la lâchèrent afin de ne pas se faire emporter par la violence du coup. « Tenez la gamine je m'occupe d'elle, on dirait qu'elle veut passer en premier alors je vais le lui donner. » Dit il en lâchant Mathilda au moment où ses hommes la prirent. « Bien maintenant à nous deux. » Dit il en regardant la petite blonde se relever tête baissé en essuyant le sang de sa lèvres ouverte du revers de la main. « Alors comme cela tu veux jouer les gros dure, on vas voir ce que tu as dans le ventre. » Dit il le sourire au lèvres.

« Si tu crois que tu me fais peur ne te fais pas d'illusion ,j'ai survécu à pire que cela et c'est pas un taré dans ton genre qui m'impressionnera. » Dit Julia d'une voix basse.

« Ah oui et que dit tu de sa ?! » Dit il en lui envoyant un puissant coup de pied dans le ventre.

Julia se retrouva éjecter un peu plus loin cognant fermement le mur du dos.

« Je vois qu'avec toi il faut d'abord te maitriser avant de pouvoir s'amuser avec toi, franchement j'aime les filles dans ton genre que l'on peut taper dessus afin de montrer qui est le maître. »

« Hé, hé, il va falloir que tu trouve autre chose. » Répondit la jeune femme en se releva de nouveau en laissant toujours sa tête baissé. « Tu as une frappe de fillette, franchement tu me fais à peine mal. » Dit elle en rigolant.

« Arrête Julia ! Ne le provoque pas je t'en supplie il va te tuer ! » La supplia Mathilda en pleur.

« Elle à raison écoute ta petite sœur, tu ferais mieux de rester tranquille et de nous donner se que l'on veut sinon je t'achève. »

Et bien viens le chercher car je te jure que je ne te le donnerai pas comme, je te l'ai dis tu frape comme une fille. » Continua la petite blonde toujours tête baissé avec un son de voix devenant de plus en plus basse et grave.

La provocation de la petite blonde fit monter les nerf à l'homme rasé qui lui attrapa les cheveux et lui décocha une puissante droite dans la figure avant de suivre par un coup de genoux dans le ventre ce qui fit plié en deux de douleur la jeune femme. « Et bien voilà, je crois que tu as enfin comprit qui était le chef ici. » Dit il en s'approchant de Julia. Cette dernière se retourna et se mit à quatre pattes afin de se redresser tout en crachant le sang qui coulait dans sa bouche.

« Hoo mais je vois qu'elle est vraiment coriace celle là, cela m'amuse de plus en plus. » Dit il impressionné par la volonté de sa victime.

« Arrête Julia ! Ça suffit s'il te plait arrête ! » L'étudiante pleura tant qu'elle pouvait suppliant son amie.

« T'inquiète pas chérie, je m'occupe de toi après ne sois pas si impatiente. » Dit l'homme armé.

« Oh a ce que je vois tu aime les filles coriace. » Dit Julia la tête toujours baisser sans aucune chance de voir ses yeux ainsi que la voix vraiment grave avec une pointe de moquerie à l'intérieur.

L'adolescente sentait que quelque chose d'anormal était en train de se produire en Julia, le ton de sa voix de même que sa façon de parler n'était pas du tout la même que celle qu'elle connaissait. L'homme rasé avança vers la petite blonde et se tint de toute sa hauteur devant elle en la regardant avec envie. « Oui j'aime les filles coriace dans ton genre car on peux s'amuser longtemps. »

« Oh je vois, j'avoue que c'est vraiment plaisant de s'amuser avec quelqu'un de coriace et de résistent. » Dit la petite blonde en tournant légèrement la tête en laissant à peine entre voir ses yeux à travers ses cheveux.

« Je suis bien d'accord avec toi, je prend un pied d'enfer quand la personne résiste à tout les coups car on peux encore frapper. »

« Ok je vois. » Dit la jeune femme en baissant sa tête une nouvelle fois. « Et est ce que tu prend ton pied si... » Se coupa t-elle volontairement.

« Si quoi fini ta phrase avant que je t'achève ? »

« SI ON FAIT SA ! ! ! » Cria Julia en faisant un puissante balayette à l'homme le faisant tomber à la renverse, elle se releva immédiatement et lui décrocha un puissant coup de pied retourné dans la mâchoire avant de lui sauter dessus genoux en avant atterrissant très fortement en pleins dans l'estomac le faisant hurler de douleur. « Et les filles qui savent se battre tu aime ?! » Dit elle en le frappant dans les cotes dès qu'elle fut sur pied.

« Gar...garce tu...tu vas me le payer. » Dit l'homme se tordant de douleur.

« Aller viens je t'attend ! Comme je te l'ai dis tu frappe comme une fille, et tes coups sont vraiment pas ce que j'ai connu de pire dans ma vie. » Dit elle en regardant l'homme se remettre debout avec un regard devenant de plus en plus noir.

« Tu vas me la payer ! » Dit le rasé en se jetant sur elle le cutteur à la mains,

Julia esquiva le coup de l'arme en se baissant et attrapa le bras de l'homme avec ses deux bras et au moment où elle se redressa, elle abaissa le bras au moment où elle monta son genoux et lui en donna un puissant coup sur l'os du coude qui craqua avec raisonnement. L'homme hurla de douleur en se tenant le bras.

« Et bien voilà, je crois que lui est hs au suivant maintenant. » Dit la petite blonde en se tournant vers les deux hommes qui tenait la jeune fille. « Relâcher la sinon je m'énerve. » Dit elle en les regardant les yeux presque noir.

L'adolescente était complètement statique devant le combat de la petite blonde et le regard que cette dernière lança lui fit froid dans le dos. La couleur des yeux était si sombre que l'émeraude n'apparaissait pratiquement plus, elle sentit un gros frisson lui parcourir le corps à l'approche de la jeune femme. Les deux hommes qui tenaient Mathilda la relâcha immédiatement et se précipitèrent sur Julia qui les accueillit d'un coup de poing dans la mâchoire pour le roux suivit d'un coups de coude puissant dans le nez pour le blond, ce dernier se ressaisit et envoya une droite qu'elle esquiva en se déportant sur la droite avant de saisir la tête de l'homme entre se main en la lui abaissant avec violence au moment où elle leva de nouveau son genoux en lui brisant le nez dans un craquement sourd, elle relâcha d'un coup sa victime et se jeta sur le roux et lui fit une balayette en le forçant à se mettre à genoux tout en le tenant par les cheveux avec le cutteur de l'homme rasé qu'elle avait ramasser sous le cou.

« Julia arrête ! Ne fait pas sa s'il te plait, ne le tue pas. » La supplia Mathilda en l'attrapant par le bras.

« Maintenant tu vas m'écouter toi et tes potes, si je vous revois ne serai à un mètre de moi où de ma petite sœur je vous promet que je vous découpe en rondelle est ce bien claire ? » Menaça t-elle avec une voix très grave et très dangereuse où l'homme pouvait ressentir une rage noir à l'intérieur ce qui lui donna une sueur très froide.

« Ou...oui je...je ferais tout se...se que tu voudras on ne vou...vous approche plus c'est pro...promis. » Dit il avant de voir tout noir.

Après que le roux eu parlé Julia lui décocha une puissante droite qui lui fit perdre conscience, elle se releva et jetèrent l'arme dans la bouche d'égout. Mathilda se jeta aussitôt dans ses bras en la remerciant tout en laissant ses larmes de peur couler.

« On rentre. » Dit elle assez froidement en baissant la tête.

« Julia pourquoi à tu... »

« J'ai simplement fais en sorte qu'il t-oubli et qu'il soit assez loin de toi pour agir c'est tout maintenant on rentre. » Coupa la jeune femme froidement en devinant sa question.

L'adolescente sursauta du ton froid que la petite blonde utilisait mais comprit que c'était l'effet secondaire de la bagarre et elle se mit à suivre Julia sans rien dire. Pendant tout le trajet jusqu'à la maison d'Olivia pas un seule mot n'avait été échangé, l'adolescente était restée en retrait laissant son amie seule. Julia garda sa tête baisser pendant toute la marche ses cheveux recouvrait ses yeux sans espoir de pouvoir les voir. Elles arrivèrent devant la maison toujours avec un silence de plomb, une fois devant la porte Julia tourna légèrement la tête et regarda l'adolescente qui s'arrêta en la fixant puis elle fit face à la porte et l'ouvrit en entrant. Christine et Olivia qui entendirent la porte allèrent toute les deux les accueillir quand elles s'arrêtèrent net devant la tête baissé et le visage en sang de la petite blonde.

« Julia ! Qu'es ce qu'il c'est passé ! » Demanda Olivia en se précipitant sur sa compagne paniqué.

« Non ! » S'interposa Mathilda quand elle vit l'œil noir de la petite blonde se posé sur la grande femme à travers ses cheveux. « Ne t'approche pas d'elle pour le moment laisse la ! »

« Quoi ?! Mais non regarde dans qu'elle état elle est ! Je ne peux pas la laisser comme sa ! » S'emporta Olivia.

« Si laisse la ! Je te promet que je te raconte tout mais laisse la revenir à elle ! » Dit l'étudiante en comprenant enfin que Julia était plonger dans un état semi éveillé.

« Quoi comment ça ? » Demanda Christine en s'approchant.

« Elle n'est pas totalement consciente, je viens juste de le comprendre, je vous explique tout je vous le promet mais ne la toucher pas encore laisser la ! » Finit elle en regardant Julia se diriger dans le jardin dans le plus grand silence sans leur prêter la moindre attention. « Je te le jure Olivia, je te raconte tout, mais n'y va pas. » la Supplia l'étudiante.

« Tu sais ce que tu me demande là ? » S'énerva Olivia.

« Oui je le sais, j'en suis parfaitement conscience, mais je le dois à Julia qui m'a sauvé la vie. » Avoua Mathilda.

« Quoi ! Attend qu'es ce que tu raconte ? » Demanda Christine.

« S'il vous plais asseyez vous et je vous raconte tout, je dois vous avouez que je n'ai pas encore bien récupéré. » Dit elle en sentant ses jambes trembler tout en se dirigeant dans le salon où elle eu juste le temps de s'assoir dans le canapé avant que ses jambes ne la lâche. La mère et la fille malgré leur grosse envie d'aller rejoindre Julia suivirent quand même l'adolescente qui leur raconta en détail le sauvetage de la petite blonde. Elles étaient toutes les deux stoïque devant le récit, elles n'arrivaient pas à croire ce qu'elle entendait.

« Julia à volontairement laisser ce mec la frapper pour l'éloigner de moi avant de lui faire mordre la poussière. » Expliqua la jeune.

« Tu dis n'importe quoi l,à Julia est incapable de frapper quelqu'un ! » Objecta Olivia ne voulant pas croire.

« Non je ne mens pas, elle leur a cassé des membres, quand j'ai vue les yeux qu'elle avait j'ai eu peur je l'avoue, ses yeux étaient noir remplit de haine et de rage. Tout le long qu'il la frappait elle n'arrêtait pas de dire qu'il frappait comme une fille et qu'elle avait vécu bien pire. » Raconta la jeune fille.

Olivia et sa mère n'osa croire ce que disait la jeune fille mais elle devait admettre que c'était la vérité les blessures de Julia était la pour le prouver.

Julia c'était installer sur une chaise de jardin et laissa toute la tension quitter son corps, elle réalisa petit à petit ce qu'il c'était passer en sortant doucement de sa transe. Jamais elle n'avait lever la main sur quelqu'un comme cela ni même menacer, elle repensa doucement à tout ce qui c'était passé les trois hommes, l'étudiante en danger qu'elle devait sauver à tout prix, elle se rendit compte que son petit séjour sur l'ile venait enfin de lui servir, elle passa le revers de sa mains sur sa joue pour essuyer le sang qui coulait et la regarda. « Décidément ce voyage dans cette ville me laissera beaucoup de cicatrice. » Dit elle pour elle même.

« Au moins celle la partira d'elle même avec le temps. » Lui dit une voix douce derrière elle qu'elle reconnut.

« Peut être qui sait. » Répondit elle sur un ton neutre.

Olivia qui malgré les objections de sa mère et de sa fille adoptive alla quand même auprès de sa compagne et s'assit prêt d'elle en sortant une boite à pharmacie. « Laisse moi te soigner. » Dit elle doucement.

Sa compagne hocha simplement la tête pour accepter, la grande femme commença à nettoyer la coupure de la joue avec un coton et de l'eau, elle regarda assez souvent les yeux de sa belle qui commencèrent à redevenir de couleur normal.

« Pourquoi sa arrive tout le temps à toi des truc comme cela ? » Demanda Olivia tristement.

« Le destin peut être, mais ci c'était à refaire je recommencerais de nouveau. Je ne regrette pas d'avoir fais cela pour sauver ta fille. » Répondit sèchement la jeune femme.

« Je sais mais regarde dans qu'elle état tu es maintenant. » Soupira la grande femme.

« Je devait absolument éloigné cet abruti de la petite et j'ai trouvé que ce moyen là, plus il me frappait plus il prenait son pied. » Dit elle en regardant pour la première fois depuis son arrivé sa compagne. « Je ne pensait qu'à la protection de la gamine, et pour être honnête je suis aussi surprise que toi de ma réaction. »

« Tu veux dire que tu ne savais pas que tu pouvais les battre ? »

« Non je n'en savais rien, j'ai simplement laisser mon instinct me guider plus il me frappait plus la rage que j'avais contre Sarah montait en moi, et quand j'ai eu l'opportunité de répondre je l'ai fais. »

« Mais qu'es ce qu'il c'est passer pour te mettre dans cette état Mathilda nous à raconter l'agression et ce que tu leur as fait mais... »

« tu me trouve étrange n'est ce pas ? » Demanda Julia devinant la réponse.

« Oui un peu. » Répondit franchement la grande femme.

« Je leur est brisé les os et je t'avoue que ça m'a bien refroidit. » Expliqua Julia.

« Quoi tu leur as... » Olivia ne put finir sa phrase tellement elle était stupéfaite des paroles de sa compagne.

« Oui au mec qui avait l'arme je lui est casser méchamment le coude, avec deux cotes, son pote blond je lui est enfoncer le nez qui a péter également. Le sourd son des os craquant raisonne encore dans ma tête. Je ne pensais pas être capable de faire cela mais j'avais tellement peur pour la petite que j'ai pas réfléchis. » Raconta honnêtement la jeune femme.

Olivia ne pouvait rien dire tellement elle était surprise de voir autant de violence dans ce petit bout de femme.

« Tu dois me méprisé maintenant. » Dit tristement Julia en baissant la tête.

« Hein ? Quoi ? Non pourquoi je te mépriserais ? » S'exclama d'un coup Olivia.

Ben d'apprendre que j'ai un coter noir assez violent. » Répondit la petite blonde un peu honteuse.

« Julia je ne te méprise pas. » Dit la grande femme en relevant la tête de sa compagne avec son index et son pouce. « J'avoue que te savoir aussi violente quand on t'énerve cela me surprend mais tu ne l'as pas fait pour de mauvaise intention mais pour protéger une personne. »

Julia ne dit et repensa à se qu'elle avait apprit sur l'île.

« Quand peux tu prendre congé ? » Demanda t-elle sérieusement.

« Quoi, comment ça ? »

« Je te demande quand est ce que tu pourra prendre congé, je voudrais t'emmener quelque part. » Redemanda la petite blonde un peu énerver.

« Je ne sais pas la comme c'est le début de l'année je ne peux pas faire comme je le veux. » Répondit Olivia sentant l'état de sa compagne.

« Bien alors quand tu pourra tu me le dira. » Dit la jeune femme en tournant sa tête en posant son regard sur les plantations de la mère.

« Heu oui si tu veux, mais tu veux faire quoi ? » Demanda la grande femme intrigué.

« Tu le saura ce jour là. » Répondit Julia un peu froidement ne voulant rien dire de plus.

Olivia ne dit rien mais regarda intensément sa compagne, elle sentait que cette dernière n'était pas comme d'habitude, tout comme sa fille adoptive elle se dit que c'était le contre coup du combat, mais la demande qu'elle lui avait fait était des plus étrange surtout sans avoir une explication. Ne voulant pas énerver plus que la petite blonde ne l'était Olivia se promit de garder sa curiosité pour elle et d'attendre le moment venu afin d'avoir la réponse à sa question.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:06


CHAPITRE 15.


le lendemain, Julia se leva avant tout le monde et se mit dans le jardin, le jour se leva de plus en plus tard, elle était assise sur une chaise de jardin posé à coté de la piscine, cette nuit là elle ne dormit que très peut, elle n'arrêtait pas de repenser au combat qui c'était produit la veille.  « Le sorcier avait vraiment raison, mais je n'aime pas cela, je n'aime pas ce que je suis en train de devenir et pourtant. » Elle fut interrompu ses pensée par l'arriver d'Olivia.

« Tu est déjà levé ? » Lui demanda-t-elle un peu inquiète.

« Je t'ai réveillé désolée. »

« Non c'est ton absence qui ma réveillé. » Dit la grande femme en prenant place à coté de sa compagne. « Qu'est ce qu'il ne va pas, le jour n'est pas encore levé et tu es déjà debout alors que tu es plutôt du genre lève tard. »

« Je n'arrête pas de penser à ce qu'il c'est passer hier, toute la nuit j'ai pas arrêter de me réveillé avec les images des hommes en sang. » Raconta Julia.

« Ça te perturbe c'est tout à fait normal, sachant que tu n'aime pas faire du mal au autres, cela prendra du temps mais tu arrivera à vivre avec. » Expliqua calmement Olivia.

« Oui tu as certainement raison. » Répondit la petite blonde en baissant la tête. « Désolée d'être partie comme cela mais le faite de prendre l'aire m'a fait du bien. »

« Non ne t'excuse pas, t'inquiète pas tout va bien. » Dit la jeune femme brune en caressant doucement la joue de sa compagne en lui souriant chaleureusement.

Julia mit sa petite main sur la plus grande qui était toujours posé sur son visage et la fit décaler afin de pouvoir y déposer un tendre baiser dans la paume avant de le retourner le sourire puis, elle tira sur le bras pour attiré la grande femme prêt d'elle et ensuite capturé les lèvres de cette dernière dans un tendre baisé. Quand elles se séparèrent la petite blonde regarda sa compagne avec une telle douceur dans les yeux que cela fit chaviré le cœur d'Olivia.

« Je t'aime Olivia, je t'aimerai toujours quoi qu'il se passe, je t'aime d'un amour indéfini que cela en devin douloureux. » Déclara t-elle avec délicatesse et amour dans sa voix.

Olivia ne répondit pas embrassa simplement sa belle en guise de réponse puis, les deux filles ce dirigèrent dans la cuisine quand elles entendirent du mouvement dans la maison.

Julia était avec ses petits élèves, aujourd'hui elle leur avait donné un exercice de logique sous formes de jeux, ses derniers de cette façon apprenaient beaucoup et très vite, cela plaisait à l'enseignante de voir les petits ce donner à font, aussi bien les élèves que la petite blonde se mirent à sursauter quand la sonnerie indiquant la récréation retentait, et ce fut dans le plus grand silence que ses derniers partirent dans la cours sous le grand bonheur de la jeune femme qui ne supportait pas tellement le bruit à cause de son manque de sommeil. Elle se retrouva donc seule dans la classe et en profita pour préparer les prochains exercices qui seraient basé sur les mathématiques. Elle sortit les feuilles qu'elle avait besoin quand quelque chose au font de la classe attira son attention, quand elle leva les yeux elle se mit à hurler de peur tout en tombant de sa chaise. Le fantôme de la crique se tenait en face d'elle au fond de la classe en la regardant fixement.

« Non, non laisse moi ! » Cria t-elle en espèrent que ce dernier l'entendrait.

Mais elle vit que non, bien au contraire il commença son avancé lente dans sa direction, les jambes de Julia étaient paralysées par la peur et elle n'arriva pas à se mettre debout, tout ce qu'elle put faire c'était de se faire glisser le long du mur afin d'atteindre la porte. Plus elle s'approchait de la porte, plus le fantôme approchait en accélérant le pat, et c'est avec la plus grande volonté que la petite blonde réussit à ce mettre debout pour ce mettre à courir hors de la classe. Prise dans sa panique et sa frayeur qu'elle ne vit pas la directrice arriver et lui rentra dedans.

« Hé, Julia est ce que tout va bien ? » Lui demanda la femme inquiète.

« Je... » Julia ne put répondre à la question tellement la peur qu'elle avait l'empêchait de répondre, elle tourna vivement la tête en direction de la porte de sa classe et vit le spectre à l'encadrement de la porte la fixer froidement avant de disparaître.

« Julia ! » Natacha voyant la panique dans les yeux vert s'inquiéta de plus en plus et l'attrapa par les bras en la secouant pour la faire régir. « Julia ! Vous m'entendez ?! Que ce passe-t-il ? »

« Je...Je... » La petite blonde en se rendant enfin compte que la directrice de l'école était en face d'elle à lui parler réussit doucement à se calmer. « Je...je suis désolée mais je...je dois aller passer un coup de fils c'est très urgent. » Réussit elle à dire.

« Mais qu'est ce qu'il se passe racontez moi, je vois bien que quelque chose vous à effrayer. » Essaya de comprendre la femme ayant peur pour la jeune femme.

« Je...je ne sais pas si je...je peux vo...vous le raconter vous ne me croi...croirez pas. » Répondit la jeune femme toujours sous le coup de la peur avec l'image du fantôme encore dans la tête.

« Essayez toujours sans rien savoir je ne peux pas vous le dire. »

Julia devait absolument en parler à quelqu'un en plus de sa compagne mais hésitait de la réaction de Natacha. « Je...je vais passer un coup de fils c'est très urgent et je vou...vous en parle. »

« D'accord rejoignez moi pour le déjeuné, prenez votre temps je vous garderai vos petite si cela dépasse l'heure de la récrée. » Dit la femme.

« Merci beaucoup je vais essayer de faire vite. » Dit Julia avant de partir en courant en direction de son bureau sous le regard très inquiet de la directrice.

Elle arriva précipitamment à son bureau en passant devant ses collègues qui la regardaient surpris de l'attitude de la jeune femme, puis sans perdre de temps elle composa le numéro de sa compagne et attendit que cette dernière décroche.

« Coucou ma puce comment vas tu ? »

« Olivia ! Je l'ai vu, je l'ai vu, elle était là avec moi ! » Dit Julia dans la panique en éclatant en sanglot.

« Julia que ce passe-t-il qui à tu vu ? » Demanda la grande femme en paniquant d'entendre sa compagne en pleur au bout du fil. « Attend ne bouge pas je viens te rejoindre. » Dit elle ne voyant que cette solution pour calmer sa douce qui commençait à faire une crise de panique.

« Non ne me laisse pas ! » Supplia d'un coup la jeune femme.

« Julia je te promet que dans moins de dix minutes je serai là patiente. » Répondit la brune gardant le plus possible son calme.

Olivia se força à raccroché et se précipita vers la piscine afin d'y retrouver son adjointe.

« Amélie ! Surveille les élèves je part pendant un moment ! »

« Quoi, tu plaisante là ! La compétition va commencer j'ai besoin de toi ! » S'affirma l'adjointe un peu énervé de se faire planter.

« Je suis désolée mais Julia va très mal. »

Quoi ho mince

« je file. » Dit Olivia ne laissant pas le choix de réponse à son amie. Elle se précipita sur sa moto et parti en trombe en direction de l'école de sa compagne, elle arriva à peine dix minutes plus tard et alla au secrétariat afin de demander Julia.

C'est à se moment là que la directrice arriva afin de savoir si elle devait remplacer la petite blonde pendant quelque minutes où si c'était bon.

« Vous chercher mademoiselle Anton ? » Demanda la femme à Olivia.

« Oui vous savez où je peux la trouver ? » Demanda la grande femme.

« Elle est dans la salle des professeur je vai... » Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que la grande femme se précipita dans la salle. « Hé ! Attendez, vous ne pouvez pas entrer comme cela ! » Lui cria Natacha en la poursuivant.

Olivia passa devant tout les bureaux et arriva à celui de sa compagne où elle la retrouvait recroquevillée sur elle même. « Julia ! » S'exclama t-elle.

Aussitôt que la voix de sa compagne retentit Julia se jeta dans ses bras laissant avec ses pleures redoublant de force.

La directrice arriva à se moment prête à renvoyer la grande femme mais se stoppa quand elle vit sa jeune enseignante tomber dans les bras de la brune.

« Je l'ai vu ! Elle était là ! Elle était la ! » Dit Julia dans ses sanglots.

« Qu'est ce que tu as vu Julia, qui était là ? » Demanda Olivia le cœur serrer de voir sa compagne aussi apeuré en l'écartant un peu de ses bras voulant voir les émeraudes.

« La femme de la crique je l'ai vue.' Répondit elle avant de se replonger dans les bras sécurisant de la grande femme.

« Oh mon dieu. » S'exclama Olivia comprenant que sa compagne avait vu le fantôme. « Où...où là tu vus ? » Lui demanda-t-elle.

« Dans la classe, elle était au font, quand tout les élèves étaient sorti, elle s'approchait de moi. » Répondit Julia avant d'éclater de nouveau en sanglot de peur.

« Chut, je suis là maintenant, je suis désolée mon cœur. » Olivia en avait plus que marre que tout ceci n'arrivait qu'à sa compagne.

La directrice qui n'avait pas bouger d'un pouce avait suivit toute la conversation, elle sentit une boule dans son ventre en voyant les pleures de la jeune femme redoubler de force, elle comprit aussi que la grande personne à ses cotés était sa compagne. Puis sans rien dire de plus elle s'éclipsa doucement laissant les deux femmes ensembles pour aller s'occuper des élèves de la petite blonde.

« Julia, regarde moi. » Dit Olivia doucement.

La jeune femme se sortit de l'étreinte de sa compagne et la regarda les yeux remplit de larmes. La grande femme essuya les larmes avec ses deux pouce et prit le siège qui se trouvait en face de celui sa belle.

« Julia te souvient tu de ce que cette chose nous avait demander pendant l'autre nuit ? »

La petite blonde hocha la tête. « Oui el...elle nous a...a demandé de l'ai...l'aider. »

« Oui, alors je sais pas toi, mais nous devrions essayer de comprendre pourquoi elle nous traque comme cela, car je suis sur d'une chose en y repensant elle est venu te voir ce matin et je suis presque sur qu'elle va venir à moi très prochainement. »

« Qu'est ce que tu veux dire ? » Demanda la jeune femme intrigué par le raisonnement de sa compagne.

« Ce que je veux dire c'est très simple. Ça risquerai de jouer sur nos emplois mais nous devrions retourner sur la crique et dans la grotte, en y allant nous avons activer quelque chose et pour que cela s'arrête nous devons y retourner afin de savoir ce qu'elle nous veux vraiment. » Expliqua Olivia.

« Tu as peut être raison. » Dit la petite blonde sans trop avoir confiance.

« Je sais pas ,mais là si elle est apparut aujourd'hui elle put le refaire encore et encore jusqu'à ce qu'elle n'obtienne ce qu'elle veut. » Dit la grande femme voyant sa compagne pas du tout enthousiaste de son idée.

« Que faisons nous alors ? »

« C'est très simple, il nous faut environ deux jour pour pouvoir le faire, nous pourrions attendre le week-end mais je ne pense pas que elle attendrait, alors je serais d'avis quitte à raconter n'importe quoi à nos employeur de le faire dès aujourd'hui, comme cela jeudi grand maximum nous serons débarrassé de sa et enfin libre. »

Julia n'était pas confiante, dans l'île où elle était, elle avait apprit à reconnaître et voir les fantômes, mais pas comme l'était cette femme qui exprimait de la colère et de la haine, le regard était pratiquement meurtrier.

« Julia, je sais que tu as peur et moi aussi, mais c'est la seule solution que j'ai trouvé pour être enfin tranquille, nous avons déjà assez à faire avec les malades bien vivant qu'il traine en ville pour avoir un fantôme qui nous cours après. » Dit Olivia en suppliant presque sa compagne de la suivre.

« Je sais bien que tu as raison mais, j'ai peur de ne plus revenir après. » Avoua Julia apeuré.

« Je suis comme toi mais, dis toi que nous serons ensemble quoi qu'il arrive. » Finit Olivia avec de la supplice dans les yeux.

« D'accord allons y. » Répondit Julia fondant devant les yeux de sa belle.

« C'est vrai ? Tu veux vraiment m'accompagner ? » Dit la grande femme joyeusement.

« Oui , après je ne sais pas si nous somme stupide où folle de tenter une tel aventure, mais je veux rester avec toi et si c'est aller au enfer pour cela et bien je viens. » Dit la petite blonde enfin calmé de sa peur pratiquement disparu.

Une fois mise d'accord sur ce qu'elles allaient faire, les deux femmes trouvèrent chacune une excuse auprès de leur employeur afin d'avoir les deux jour voulut pour aller sur la crique. Quand ceci fut fait elles allèrent chez Olivia afin de prévenir Christine de leur absence, cette dernière leur posa mille question sur leur projet et le pourquoi du comment elles étaient revenu plus tôt du travail. Malheureusement pour la mère aucune des deux femmes ne lui répondirent et la laissa seule avec ses questions en lui disant bien qu'elles seraient absente pendant deux jours minimum, après avoir prit ce qu'elles avaient besoin dans la chambre ainsi qu'avoir mit leur maillot de bain ainsi que des combinaison de plonger de deux pièces sous un simple short et un t-shirt.

Ensuite elles allèrent en direction du grand ponton en bois où elles enlevèrent le surplus de vêtement tout en le cachant sous le pont, puis Julia appela le dauphin avec son sifflet qui arriva quelques minutes après en embarquant les deux filles en direction de la crique. Ils arrivèrent une demi heure plus tard, le dauphin sur la demande de son amie reparti sans trop s'éloigner de la petite plage laissant les deux filles. Ces dernière enlevèrent chacune le haut de leur combinaison en gardant simplement le bas et le t-shirt de plongé qui ce trouvait en-dessous, elles allèrent les caché là où leur autres affaires si trouvait encore, enfin quand tout ceci fut fait elles regardèrent toute les deux en direction du chemin qui allait les conduire vers la grotte.

« Bien, nous y voilà. » Dit Olivia peu sur d'elle.

« Oui. » Répondit simplement Julia dans le même état que sa compagne.

« Il faut le faire Julia nous n'avons pas le choix c'est de notre faute ce qu'il nous arrive. »

« Je sais bien, mais je dois t'avouer que je ne suis pas vraiment sur de moi là. »

« J'en suis consciente car je suis comme toi mais, si nous voulons enfin être tranquille c'est la seule solution. »

« Malheureusement oui, et bien allons nous faire zigouillé. »

C'est mains dans la main que les deux amantes se dirigèrent d'un pat peut assuré en direction de la grotte là où vivait comme elles le pensaient le fantôme.

Elles arrivèrent devant la grotte qui était encore plus sombre que la dernière fois qu'elles étaient venu, elles se positionnèrent devant l'entrée en hésitant toutes les deux à entrer.

« Il faut le faire, il faut entrer. » Dit Julia d'une voix semi tremblante.

« Julia dit toi que quoi qu'il puisse se passer dans cette grotte nous serons ensemble. » Dit Olivia voulant réconforté sa compagne avec elle même par la même occasion en resserrant légèrement son éteinte de sa main.

« Je le sais, c'est sa qui me donne un peu plus de courage. » Répondit la petite blonde en regardant sa compagne le regard remplit d'amour.

« Quoi qu'il arrive je resterai avec toi. » Dit la grande femme en se tournant vers sa belle en déposant une main sur sa joue.

« Oui ensemble et pour toujours. » Finit la jeune femme avant de se redresser sur ses pieds afin de capturé les lèvres de sa bien aimée pour un baisé tendre, passionné et remplit d'amour, qui lui fut immédiatement répondu.

« Bien allons y. » Dit Olivia en regardant sa compagne avec un amour indéfini dans les yeux.

La petite blonde hocha simplement la tête et c'est toujours main dans la main qu'elles entrèrent pour de bon dans la grotte. Doucement elles s'avancèrent en direction du fameux tunnel éclairé avec leur deux lampes de poche. Elles arrivèrent devant l'entrée et pointèrent leur éclairage à l'intérieur en regardant bien attentivement les murs autour ainsi que le fond sans fin. Sans rien dire Olivia tourna sa tête pour regarder sa compagne qui lui fit un signe de tête et elles commencèrent leur avancer dans le grand tunnel avec la grande femme en tête. Julia agrippa fermement le bras de sa compagne, d'un coup un bruit sourd se fit entendre avec le vent qui s'infiltrait violemment dans la tunnel dans sifflement à faire froid dans le dos, les amantes se figèrent et se regardèrent avec une peur qui se lisait très clairement sur leur visage.

« no...nous de...devons continuer. » Dit Olivia la voix tremblante.

Julia agrippa encore plus fortement le bras de sa compagne en hochant la tête.

Puis les deux femmes reprirent leur chemin, elles avaient parcourut la moitié du tunnel mais ne voyait toujours pas font, encore une fois le bruit sourd retentissait dans tout le passage en étant plus violent et plus rapprocher, le vent s'engouffra également au même moment, ce qui fit battre le cœur des deux filles à une allure folle, mais elle s'arrêtèrent quand elle entendirent des pat venir dans leur direction. Ils était lent et bien appuyer, Olivia et Julia regardèrent dans les deux direction pour savoir d'où ils pouvaient venir mais ne voyait rien, le bruit sourd retenti encore plus fort que les fois précédent et le vent était d'une telle violence qu'il les fit pratiquement bouger. Julia se figea quand elle vit une ombre s'approcher derrière elle.

« O...O...Oliv....Olivia. » Essaya t-elle d'appeler en tirant sur le bras de sa compagne.

« Qu'est ce qu'il y a Julia. » Demanda la grande femme en se tournant légèrement.

La petite blonde incapable de sortir un son tellement la peur était grand elle ne put que montrer du doigt ce qu'elle voyait, Olivia suivit l'index de sa compagne et vit la femme fantomatique derrière elles qui arrivait d'un pat lent en les dévisageant. La grande femme fit comme son amante et se figea également.

« La...la voi...voilà. » Dit Olivia pétrifiée de peur.

Instinctivement les deux filles se mirent à reculé dans les profondeur du tunnel, le fantôme continuait son avancer en les fixant droit dans les yeux, son visage ne reflétait aucun sentiment, ses long cheveux noir passèrent tout autour de son visage avec de grand yeux noir. Tout en reculant Julia c'était blotti contre le corps de sa compagne qui elle avait passé un bras autour du petit corps en la tenant fermement, les deux filles reculèrent de plus en plus au font du tunnel, Olivia regardait de temps en temps derrière elle pour voir où elles allaient et vit que le font du tunnel n'était toujours pas à porté de main, mais elle remarqua une étrange lueur rougeâtre au loin.

D'un coup elle sentit sa compagne se blottir encore plus contre son corps et tourna vivement la tête pour apercevoir la femme à un cheveux d'elles deux ce qui la fit se raidir. Les cœurs des deux femmes battaient à tout rompre, le fantôme continuait son avancer en faisant toujours reculer les deux femmes qui au bout de dix minutes arrivèrent enfin au bout du tunnel qui n'était autre qu'un grand fossé de plus de 30 mètres de profondeur avec de la lave en fusion ruisselant, les deux amantes durent s'arrêter et furent bloquée entre le fossé et la femme. Julia se blotti de plus en plus contre sa compagne qui la serra de toute ses forces, d'un coup, le sol sous leur pieds ce déroba et ce n'est que grâce au bon réflexe de la grande femme que les deux amantes ne tombèrent pas dans le torrent de lave qui coulait à plusieurs mètre d'elles.

Au moment où le bout du tunnel s'effondra, Olivia par pur instinct attrapa le bord du précipice d'une mains tout en récupérant de justesse la petite blonde qui tombait de l'autre. Les deux femmes étaient suspendu dans le vide.

« OLIVIA ! ! ! » Cria Julia terrifier.

« TIENT BON MON COEUR ! JE NE TE LACHERAI PAS ! » Dit la grande femme dans le même état que sa compagne.

La femme fantomatique sous les yeux des deux filles se mit à flotter dans les aire en se mettant à leur hauteur en les dévisageant.

« Tu peux sauver ta vie, tu n'as qu'une façon de le faire c'est de lâcher sa main. » Leur dit elle avec une voix remplit de rage.

D'un coup le visage du fantôme se transforma en crane bruler et c'est avec une voix diabolique qu'elle se mit à leurs parler.

Ni Olivia où Julia ne put prononcer un son tellement la vision d'horreur qu'elles avaient devant elles était puissante.

« Lâche sa main si tu veux vivre, sauve ta vie. »

« JAMAIS ! » Cracha Olivia.

Cette dernière essaya de toute ses forces de remonter sa compagne malgré l'aide de celle ci mais n'y arrivait guère, la mains qui la tenait commençait à trembler ainsi qu'à transpirer à cause de la chaleur de la lave. Son autre main qui soutenait les deux poids commençait fortement à fatigué et glissait petit à petit en déchirant lentement la peau qui se trouvait dessus.

« Lâche moi Olivia, je vois que je suis un poids mort pour toi. » Dit soudainement Julia d'une voix triste.

« Tu es folle ! Tu crois franchement que je vais te lâcher ! Il est hors de question ! Est ce que tu m'a bien entendu ! Plus jamais je ne te laisserai ! » S'écria la grande femme affoler des dires de sa compagne.

« Olivia, il faut que tu vive, je vois bien que tu commence à fatiguer, et je ne veux pas que tu meure par ma faute lâche moi ! »

« JAMAIS ! TU M'ENTEND ! PLUS JAMAIS JE NE TE LAISSERAI SUBIR LES CHOSES TOUTE SEULE ! » Hurla la grande femme de tout son cœur.

« Elle à raison lâche la afin de sauver ta vie tout comme l'avait fait mon fiancé pour sauver la sienne. » Dit la femme.

Olivia regarda fermement le fantôme.

« Jamais je ne la lâcherai, c'est toute ma vie et je ne laisserai pas une saloperie de spectre m'enlever la femme que j'aime, tu as comprit fantôme à la gomme. » S'écria t-elle de tout sa rage.

Ses simples mot fit chaud au cœur de la petite blonde.

« Olivia. »

« Tu es ce qui m'est le plus précieux au monde, jamais je n'ai connu d'amour aussi fort et profond pour quelqu'un, tu m'as apprit la véritable valeur des sentiments, tu m'as montrer que l'amour était le plus fort des sentiments et je veux continuer à les vivre avec toi, et si cela veux dire les vivre dans l'autre monde et bien je le ferais mais avec toi, plus jamais je ne veux revivre ce que j'ai vécu ses dernier mois sans toi et comme je te l'ai dis c'est ensemble que nous ferons les choses. »

« Olivia je... »

La jeune femme s'arrêta quand elle sentit sa mains glisser de celle de la grande femme.

« Olivia ! »

« Julia ! Non ! Ne lâche pas ! »

« Je peux pas Olivia, je vais tomber s'il te plais aide moi ! »

Olivia était en pleine panique elle sentait également sa propre mains qui était accrochée au ravin lâché également.

« Julia, je te demande pardon mais je ne te laisserai pas. »

« Aller lâche sa main et tu vivra ! » Redit la femme.

La grande femme retourna son attention auprès du spectre et c'est les larmes au yeux qu'elle cracha sa colère sur ce dernier.

« OUI JE VAIS LACHER ! MAIS JE NE LACHERAI JAMAIS LA MAIN DE JULIA ! REGARDE BIEN SALETER DE FANTOME ! »

Et au moment où ses mots furent dis elle lâcha sa main qui les retenaient, et les deux femmes tombèrent dans le vide à grande vitesse en direction du magma qui ruisselait durement. Immédiatement la grande femme prit la deuxième main de sa compagne et la regarda droit dans les yeux.

« Pour toujours ensemble. » Dit elle avant de l'embrasser d'un amour infini.

Le fantôme les regarda tomber quand doucement il reprit un aspect humain, son visage se détendit dans un magnifique sourire et disparut en prononçant ses simples mots.

« Merci. »

Durant leur chute les deux amantes se furent stoppé, en pleins vol et envoyer dans un monde plus qu'étrange. En ce sentant arrêter elles ouvrirent les yeux qu'elles avaient fermer et furent surprise de se retrouver dans un lieux autre que celui où elle se trouvait avec rien autour d'elles uniquement du blanc. Elles regardèrent tout autour d'elles afin de comprendre et de savoir où elles se trouvèrent mais rien.

« Mais qu'est ce qu'il se passe ? » Demanda Julia en ressentant différent sentiments qui était un mélange de peur d'intrigue et de curiosité.

« Je ne sais pas. » Répondit Olivia. « Nous sommes peut être morte. » Dit elle en regardant de partout.

« Non vous ne l'êtes pas. » Répondit une voix.

« Pardon qui a dit cela ? » Demanda la petite blonde.

À cette question la femme Fantôme apparaît devant les deux femmes avec un regard apaisant ainsi qu'un doux sourire.

« Je voulais vous remercier grâce à vous je peux enfin aller reposer en paix. »

« Qu'est ce que vous voulez dire ? » Demanda Olivia un peu perdu.

« Je vous explique, il y a cinquante ans de cela, j'avais un fiancé que j'aimais de tout mon cœur et qui m'aimait aussi, nous devions nous marier, un jour il avait découvert cette crique tout comme vous et m'avait emmener afin d'y passer une journée en amoureux, il avait tout préparer le repas, les activités tout étaient absolument parfait, puis il m'invita à me promener dans les végétaux afin de me faire découvrir les lieux, et tout comme vous nous sommes tombé sur cette grotte, guider par notre curiosité nous l'avons visité et nous somme tombé sur ce fameux tunnel qui avait ses inscriptions et dessins qui nous intéressait fortement. Mais le sol se déroba sous nos pied suite à un énorme tremblement de terre ce qui fissura le sol avec la lave au font. Pendant que la terre tremblait, nous sommes tombés dans le fossé et tout comme vous mon compagnon m'avait retenu en s'agrippant fortement contre la paroi, doucement ma main se détachait de la sienne et la mains de mon fiancé qui nous soutenait se dérobait du rocher, mais en voyant que j'allais l'emporter avec lui et afin de sauver sa vie, il lâcha ma main et je tomba dans la lave brulante. Mon fiancé m'avait abandonné à mon triste sort, j'avais tellement de rage en moi au moment de mourir que cela c'est propager dans toute la grotte et seule un couple vraiment amoureux et sincère l'un envers l'autre pouvait me libéré de la malédiction que j'ai crée. »

« Tu veux dire que tout ce que nous avons vécu n'était qu'un simple test ? » Demanda Olivia attristé par l'histoire.

« Non, car il y avait deux façon pour me libéré, la première c'est que seul deux être vraiment amoureux pouvait me voir, et seul l'amour sincère pouvait me libéré. » Expliqua le fantôme.

« Avez vous déjà rencontrer des couples qui pouvaient vous voir ? » Demanda Julia intrigué.

« Oui mais ils ont tous réagis de la même façon que l'avait fait mon fiance, ils ont lâcher leur compagnon ou leur compagne afin de rester en vie, vous êtes les premières à avoir agis de la sorte et c'est cela qui m'a libéré maintenant je peux reposer en paix. »

« J'en suis vraiment heureuse pour vous. » Dit la jeune femme peiné et contente.

« Je vous présente mes excuses de vous avoir percuté, mais je le sentait au font de moi que vous étiez différentes des autres couples. »

« Non, nous sommes ordinaire et je comprend mieux maintenant pourquoi vous en aviez après nous. » Dit Olivia soulager.

« Pour vous remercié de ce que vous venez de faire, je vais vous emporter ailleurs afin que vous ne mourriez pas, vous avez encore beaucoup de chose à vivre ensembles, vous aurez beaucoup d'obstacle mais si vous restez unis comme vous l'êtes en se moment rien n'y personne ne pourra vous arrêter. » Finit la femme avant de faire un geste de la main qui rendit le lieux dans le noir complet en faisant perdre conscience aux deux amantes.

Olivia et Julia étaient allongées sur le sable sous les premier rayons du soleil couchant, doucement elles se réveillèrent avec un drôle d'impression.

« Qu'est ce qu'il c'est passé ? » Demanda Olivia un peu perdu.

« Je ne sais pas nous sommes sur la plage et... » Julia toucha son propre corps afin de se rassuré de sa présence. « Nous sommes en vie. »

« Oui, j'en ai bien l'impression aussi. »

Dans un accord silencieux les deux femmes se levèrent et allèrent en direction de la grotte et à leur grande surprise cette dernière avait complètement disparut, le rocher était lise sans montrer la moindre marque d'une grotte ayant été mise.

« Ben ça alors. » Dit Julia en touchant la surface comme ci qu'elle cherchait un trace.

« Elle est partie reposer en paix avec la malédiction avec elle. » Dit Olivia en regardant le rocher.

« Oui tu as raison. » Dit Julia.

À ce moment la une douce brise les enveloppa avant de partir en direction du ciel chose qui fit lever la tête des deux femmes dans cette direction.

« Elle est libre maintenant et heureuse. »

« Oui tout comme nous deux. » Dit Julia d'un voix douce.

Chose qui fit tourner la tête de sa compagne.

« Oui, ensemble pour toujours. » Dit Olivia en baissant sa tête.

« Pour toujours. » Dit la petite blonde en comblant l'espace vide dans un baiser remplit d'amour sous un soleil couchant les baignant de toute sa splendeur.

Cet aventure restera à jamais dans la mémoire des deux femmes car leur amour à été mit à l'épreuve et c'est à ce moment là qu'elles virent tout l'étendu de leur sentiments respectif envers l'autre, elles savaient maintenant que quoi qu'ils puissent ce passé, rien n'y personne ne pourra les séparer. Le fantôme avait raison la route sera dure avec pleins d'obstacle, mais elles resterons toujours unis quoiqu'il arrivent.

Le lendemain Olivia étaient dans le jardin à se prélasser en profitant de la fin de la semaine et du début du week-end tant attendu, suite à sa journée prise avec sa compagne elle devait rendre des comptes auprès de son adjointe qui était vraiment mécontente d'avoir eu l'obligeance de s'occuper des étudiants toute seule sans avoir une seule explication de sa part. Julia et elle même avait fait serment de garder secret l'aventure qu'elles avaient partager sur la crique. Cela déplaisait fortement à Amélie sans compté sa mère ainsi qu'à Mathilda qui n'aimaient guère être dans l'ignorance, de toute la semaine les trois femmes cherchèrent à tout prit de connaître la raison de leur absence mais aussi bien sa compagne qu'elle même ne donna aucune explication. Elle fut heureuse de se voir être déranger dans ses pensées par sa bien aimée, mais fit un drôle de tête quand elle vit cette dernière s'affaler dans le transats, violemment en bougonnant.

« Tu as eu le droit à un interrogatoire ? » Lui demanda-t-elle amusé de voir la tête dépité que faisait la petite blonde.

« C'est peu de le dire. » Répondit cette dernière lasse. « J'ai cru qu'elles allaient m'attacher à une chaise et me torturé jusqu'à ce que je parle. » Dit elle d'un ton dépité.

Chose qui fait rire sa compagne.

« C'est pas drôle. Dit elle en se forçant de ne pas rire. « Toi tu as de la chance, elles savent qu'il ne faut pas te chercher, mais moi c'est pas le cas. » Dit elle en faisant mine de bouder chose qui fit fondre sa compagne.

« Et bien essayons de trouver une histoire à leur raconter afin qu'elles nous laisse tranquille. » Dit la grande femme en souriant.

« Oui sa pourrait être une idée mais ce n'est pas très loyal sa. »

« je le sais bien, mais je n'ai pas d'autre idée que sa. »

« J'ai une meilleure idée on les attaches et dès qu'elles essaye de poser une question on leur fourre une pomme dans la bouche. » Dit la jeune femme en mimant.

Olivia éclata de rire, ce qui fit rire la petite blonde malgré elle.

« Je vois bien ma mère la bouche pleine de pommes à gesticuler de partout. »

L'image que Julia eu en tête en s'imaginant la femme était assez drôle et les deux amantes éclatèrent de rire.

Plusieurs semaines passèrent et petit à petit les fausse inspectrice de police, arrêtèrent leur interrogatoire fatigué de ne pas avoir de réponse. Et le mois de décembre arrivèrent rapidement avec les vacances de noël en prime, c'était le dernier jour d'école, Olivia souhaita de bonne vacance à ses étudiant ainsi qu'à son assistante qui partait dans sa belle famille pendant les vacances. Elle arriva chez elle sur les coup de quinze-heure-trente, une fois qu'elle eu déposé ses affaires de cours bien ranger dans son placard elle descendit rejoindre sa mère afin de l'aider pour la décoration du sapin de noël.

« Alors ma fille heureuse d'être enfin en vacance ? » Demanda sa mère souriante.

« Hé comment, ses derniers mois on été dure et long. » Répondit Olivia soupirant de contentement.

« Ça je veux bien te croire ma fille. »

Le téléphone d'Olivia se mit à sonner cette dernière le prit et décrocha contente de voir que c'était sa compagne qui l'appelait.

« Bonjour mon cœur comment vas-tu ? » Demanda-t-elle joyeusement.

« Très bien, je t'appelle pour te dire que j'arriverai un peu tard se soir. »

« Ah, d'accord. » Dit Olivia déçu.

Chose qui ne passa pas inaperçu au yeux de Julia, mais ne dit rien et raccrocha après avoir parler un petit moment avec la grande femme. Elle était également un peu déçu de ne pas pouvoir sa compagne tout de suite, mais elle devait absolument faire un truc avant. Elle mit son manteau bien chaud et un sac à dos ensuite elle se dirigea vers le ponton en bois sous un petit vent glacial. Pendant tout le trajet elle garda ses mains bien enfoncer dans ses poche, elle arriva enfin au lieu dit et quand elle se trouva en bout de ponton elle se mit à regarder l'océan gris peu calme, ainsi que le ciel de la même couleur. Elle prit un profonde inspiration comme pour récupérer tout l'air qui se trouvait tout autour d'elle. Ensuite elle sorti de son sac une grosse urne et se mit à parler a voix haute.

« Papa, maman, petite sœur, ça va être la première année où je vais passer noël sans vous, cela fait vraiment étrange et pour rien vous cacher je n'ai pas vraiment envie de le fêter, Olivia est une personne extra je ne le nie pas, elle est vraiment fantastique, je l'aime de tout mon cœur, mais un noël sans vous ce n'est pas un noël, je n'arrive pas à passer au dessus de sa c'est trop dure pour moi. » La douleur d'avoir perdu ses parents et sa sœur était toujours aussi présente, cela faisait sept mois maintenant que le drame avait eu lieu mais elle n'arrivait pas à faire le deuil.

« J'aurai tellement aimé... » Elle s'arrêta quand des larmes la submergea elle regardait l'objet qui était entre ses mains. « Je peux pas... je peux pas le faire. » Elle se laissa tomber d'un coup sur les genoux l'urne blottit contre son corps. « Je ne peux pas, je ne peux pas faire ce que vous avez demander c'est trop dure. » Elle laissa sa douleur prendre le dessus et éclata en larme serrant fortement l'urne à s'en blanchir le bout des doigts.

Olivia s'était habiller pour aller se balader un peu histoire de faire passer le temps plus rapidement afin que l'arriver de sa compagne ne soit pas trop longue à attendre. Sa mère pour une fois ne lui posèrent aucune question chose qui l'étonna fortement, mais ne s'attarda pas plus pour évité de le lui en donner l'idée, elle alla en ville pour se rincer l'œil devant les vitrines décorées. Elle adorait noël rien que pour les décorations qui la fascinait depuis sa plus tendre enfance, elle passa dans toute les rues et ne loupait aucun magasin, elle était émerveillé par la magie de cette fête qui amusait toujours, petit et grand. Le circuit qu'elle avait entreprit l'emmena droit sur l'avenue de la plage, elle remarqua que malgré le ciel gris, la mer était calme, grise mais très calme. Elle se dirigea vers le remblais en vue de descendre sur la plage pour marcher sur le sable, doucement elle se dirigea vers l'eau ce qui lui fit un bien fou, cela lui permit de se remplir les poumons de iode et laver tout ses mois de stresses. Elle laissa son regard vadrouiller sur l'eau étant pas très loin du grand ponton en bois elle y posa ses yeux dessus et remarqua qu'il était occupé. Sans même voir de qui il s'agissait elle savait tout de suite que c'était sa compagne.

Cette dernière depuis son arrivée dans cette ville n'a put se détacher de ce lieu, Olivia ne savait pas ce qu'il représentait au yeux de la petite blonde, mais elle savait qu'il y avait quelque chose qui la raccrochait à une partie de son passé, elle mourrait d'envie d'aller la voir, mais n'osa pas de peur de la déranger. En regardant plus attentivement elle vit que la jeune femme était assise sur le sol recroquevillée sur elle même. Ça la contrariait fortement, elle n'aimai pas voir sa compagne dans cette position, car cela veux dire que Julia n'allait pas bien.

Julia avait appuyer son dos contre la balustrade tout en regardant l'océan, elle avait réussit à se calmer et elle serra l'urne toujours aussi fortement contre son corps. Quand un petit bruit venant de l'eau qui se trouvait au bout du ponton se fit entendre, la jeune femme ce mit à sursauter car ce son la sorti d'un coup de ses pensées. Directement elle se dirigea vers l'endroit où cela c'était produit et remarqua des petits mouvement irrégulière formé par quelqu'un et non par le pacifique lui même, un autre petit bruit venant de sa gauche se fit entendre de nouveau, elle regarda immédiatement et toujours rien, encore un autre suivit elle suivit toujours ce bruit agacé de ne pas voir ce que c'était. Elle remarqua d'un coup que tout les petits bruit ainsi que les petits cercle dans l'eau avait emmené son regard sur la plage ou se situait un bout de boit, sans chercher à comprendre le pourquoi du comment elle se dirigea vers cette chose.

Olivia qui ne l'avait pas quitter des yeux fut très surprise de la voir se précipité urgemment sur la plage, poussé par sa curiosité et son intrigue elle alla rejoindre sa belle blonde.

Julia arriva rapidement vers ce bout de boit, elle vit des écritures qu'elle s'empressa de lire et se figea quand elle comprit les mots. Doucement elle leva les yeux en direction de l'eau. C'est à ce moment là, que sa compagne arriva prêt d'elle, Julia l'avait senti mais ne dit rien, elle serra fortement l'urne contre elle en laissant ses larmes couler sur ses joues avec un magnifique sourire.

« Julia tu vas bien ? » Demanda Olivia inquiète de voir de voir pleuré sa compagne.

La petite blonde tourna la tête et regarda la grande femme qui était simplement penché au dessus d'elle.

« Ils pensent à moi, ils ont entendu ma demande. » Dit elle avant d'éclater en sanglots.

Olivia la prit immédiatement dans ses bras et la berça.

« De qui parle tu ? »

« De de mes pa...parents. »

La grande femme ne dit rien de plus et comprit la raison des larmes. « J'oublie tout les jours que la mort de ses parents n'est pas si éloigné, et qu'elle est toujours fragile à ce niveau surtout pendant les périodes de fêtes cela doit être vraiment très dure pour elle. » se dit elle en serrant fort la petite blonde contre son corps.

« Il ne t'oublierons jamais Julia, ils sont et seront toujours là pour t'écouter et t'épauler. » Dit elle d'une voix extrêmement douce.

Julia ne répondit pas et se laissa porter par les bras fort de sa compagne. « Je sais. » Se dit elle intérieurement.

« Mais je ne suis pas toute seule, je sais que la mort de mes parents et ma sœur est vraiment très ressente, j'y repense aujourd'hui à cause de Noël, mais je dois faire leur dernière demande mais je n'y arrive pas. » Révéla t-elle en serrant fortement l'urne.

« Ils t-on demandés de jeter leur cendre dans la mer. » Devina Olivia en voyant l'objet qui était entre les mains de sa compagne.

Cette dernière hocha la tête. « Oui sa toujours été leur souhait d'avoir leur cendre jetées dans l'océan, mais c'est si dure. » Dit elle la voix se remplissant de larmes. Ils avait demander qu'il voulait que se soit fait le jour de Noël car, c'était pendant cette fête la qu'il se sont rencontrer et pour eux le 25 décembre est le symbole de leur amour. » Expliqua Julia, puis elle s'écarta un petit peu de sa compagne et la regardait dans les yeux avec les siens qui étaient brillant de larmes. « Et c'est le même jour où j'ai été c**çu. » Dit elle un sourire triste sur ses lèvres.

« Olivia je te demande pardon pour tout ses mois de souffrance que je t'ai fait enduré, je te demande pardon, de t'avoir cacher mes cauchemars pendant aussi longtemps, je t'aime comme je n'ai jamais aimé personne, tu m'a redonner goût à la vie, goût à l'amour, sans toi je n'aurai jamais réussit à vivre le moindre petit bonheur que tu m'offre, je sais ce que tu vas me dire que je n'ai pas besoin de te dire cela car je n'ai rien fait de mal, mais j'en ai besoin. » Dit elle en regardant tendrement sa belle qui était ému par ce qu'elle entendait.

« Mon cœur ne bat que pour toi, matin midi et soir, il ne vit que pour toi et pour être uni à toi, à jamais. S'il te plait viens avec moi et aide moi à faire ça, sois auprès de moi, aide moi à leur dire au revoir en tenant l'urne avec moi, car par ce geste je serais entièrement à toi. »

Olivia ne sut quoi dire la demande de la petite blonde était énorme, cette dernière lui laissa une chose aussi importante entre ses mains.

« S'il te plait. » Demanda la jeune femme avant de déposé ses lèvres sur celle de sa compagne. Est ce que c'était dû au sentiment, au temps où bien au vent le baisé était totalement différent, la grande femme répondit sans attendre. Julia transmit dans ce geste doux et tendre, tout ses sentiments envers Olivia qui le senti directement, c'était dans un baiser remplit d'amour de sentiment et de tout autre chose que les deux femmes commencèrent à laisser leur âme s'unir petit à petit.

Elle rompirent le baisé à bout de souffle et se mirent à se regarder intensément.

« J'en serai honoré de t'aider à faire cela. » Dit Olivia les yeux remplis de douceur.

Et c'est sans rien dire que les deux femmes se dirigèrent sur le ponton, et que Julia laissa enfin son deuil passé en libérant sa famille avec les mains de sa compagne sur les siennes et son corps collé contre le sien.

« Reposé en paix, il est temps de tourner la page et commencer une nouvelle histoire maintenant. » Dit la petite blonde en regardant les cendre voler dans le vent marin qui les emportait loin au large.

« Qu'elle histoire ? » Demanda Olivia ne comprenant pas ce qu'elle voulait dire par là.

« Notre histoire. » Répondit doucement la jeune femme sans se tourner. « L'histoire de deux personnes qui s'aime à en mourir, et qu'elles deux sont les seules à avoir les clés d'un bonheur aussi grand. » Argumenta-t-elle.

« Tu as raison, écrivons notre histoire. » Dit la grande femme resserrant son étreinte.

Et c'est ainsi qu'elle finirent le reste de la journée dans les bras de l'une et de l'autre regardant l'Océan pacifique dans un silence remplit de leur amour commençant un tout autre chapitre sur leur vie commune mais qui ne sera pas de tout repos enfin pas avant un bon moment, car les cauchemar ainsi que les fantômes du passé de Julia sera toujours présent et elle devra les affronté avec sa compagne si un jour elle veut avoir une chance d'être définitivement heureuse.












Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:06

CHAPITRE 16.

la fête de Noël n'était qu'à quelques jours, les deux femmes étaient retournées chez Olivia pour le diner, elles furent accueillit par Christine qui les attendaient patiemment dans la cuisine, quand elles furent à peine entrée dans la maison cette dernière leur sautèrent dessus avec un papier en main et un grand sourire au lèvres.

« Faite vos bagages les filles nous partons fêter Noël à Kotlik en Alaska. » Dit elle joyeusement.

« Quoi ?! » S'exclama Olivia contente.

« Oui ton oncle vient de nous envoyer des billet d'avions, il nous invite à passer les fêtes de fin d'année avec lui dans son chalet. » Répondit sa mère.

« Mais c'est génial ça ! » Dit la grande femme heureuse.

« Et comment, aller, venez manger et nous allons t'expliquer cela. » Dit la mère à l'intention de Julia qu'elle voyait ne rien comprendre à ce qu'elle disait.

Le diner ce passa dans la joie et la bonne humeur sous les explications de Christine.

« Comme tu le sais le père d'Olivia est mort lors d'une mission pour la marine, et cet oncle qui n'est autre que le frère de mon défunt mari, c'est beaucoup occupé de nous pendant cet période difficile. Même avant, son père était pratiquement partie c'est encore lui qui à plus joué le rôle de père à Olivia que le sien. Moi étant fille unique comme également, le faite d'avoir rencontrer mon beau frère à été pour moi comme avoir un véritable frère, contrairement à Jean c'est comme cela que ce nommais mon mari, lui Francis son frère était toujours prévenant vis à vis de nous. » Expliqua la mère.

« Oui je comprend maintenant votre bonne humeur. » Répondit la jeune femme à l'intention de sa compagne et sa mère contente pour elles.

« Oui ça en fait partie, mais la véritable raison de cette joie c'est de revoir Francis, bien sur j'aimai mon père, mais j'ai toujours considérée mon oncle plus comme un père que de ce qu'il était vraiment. C'est lui qui à vu mes premier pat mes premier mots. » Finit Olivia.

Julia était contente d'en apprendre un peu plus sur sa compagne, même si elle sentait qu'il y en avait encore beaucoup à apprendre. Elle avait apprit avec le temps que si elle voulait connaître d'avantage sa belle, mais devait être patiente car elle sentait qu'il y en avait encore beaucoup à savoir et qu'avec le temps, elle en était sur qu'elle arrivera à faire en sorte qu'Olivia puisse se confier.

Mathilda écoutait patiemment ce que sa famille adoptive contait, elle était sans savoir pourquoi, impatiente de rencontrer ce Francis qui leur donne autant de bonheur.

« Et donc en général vous passer les fêtes de fin d'année chez lui ? » Demanda Julia curieusement.

« Oui pendant plusieurs années nous avons passé les fêtes de fin d'année en sa compagnie et celle de sa femme, mais malheureusement sa femme est morte deux ans avant mon mari suite à une tumeur du cerveau. Donc suite à ce décès il avait cessé de nous inviter mais il avait recommencer une fois qu'il c'était remit bien d'aplomb mais, le décès de mon époux c'est fait l'année ou il avait recommencer à nous réinvité. Il y a deux ans de cela il avait déménager sans donner aucune nouvelle et là aujourd'hui je reçois sa carte d'invitation en s'excusant car il voulait partir de l'endroit où était morte sa femme en changeant complètement de ville et de demeure. » Répondit Christine.

Julia ne dit rien mais la réaction de ce Francis lui fait pensée à la sienne, partir de l'endroit qui était devenu un enfer après la mort d'un ou des être cher, elle comprenait parfaitement son choix. La fin du repas se passa dans la joie et la bonne humeur en ressassant le passer d'Olivia et sa mère.

Le lendemain matin toute la petite famille constituer d'Olivia, Julia, Christine et Mathilda partirent de bonne heure afin de ne pas louper leur vol. Elles arrivèrent à l'aéroport trois heure avant, c'était la mère qui avait insisté car sa plus grande peur c'était d'être en retard, donc, à chaque fois qu'elles prennent la voiture, le train, l'avion ou encore le bateau, elles arrivent minimum deux heures à l'avance. Mais pour ce coup là, Olivia devait admettre que sa mère avait fait fort de les faire arriver trois heures à l'avance chose qui la fit grogner pratiquement pendant tout le trajet de la maison à l'aéroport. Julia et Mathilda ne dirent pas un seule mots mais se retenait de rire, car la situation les amusaient vraiment beaucoup.

Christine de son côté essaya d'expliquer le pourquoi du comment de son avance alors que sa fille bougonnait en contestant le récit de sa mère. Les deux femmes tellement concentré à s'engueuler qu'elles ne firent plus attention aux deux autres qui les regardèrent faire.

« Bon et si nous allions boire un café dans la brasserie qui est à coté ? » Proposa Julia dans l'oreille de Mathilda.

« Avec plaisir. » Lui répondit cette dernière en chuchotant également.

La petite blonde fit un signe de tête à l'ado lui demandant de la suivre. Elle arrivèrent dans le café qui se trouvait à quelques mètre de la mère et la fille, Mathilda avait personnellement choisit leur emplacement car il donnait une vue remarquable sur les piste de décollage et d'atterrissage chose qui la fascinait. Julia passa la commande qui était composer d'un grand café allongé et d'un chocolat chaud ensuite elle retourna auprès de la jeune et fut contente de l'endroit que celle ci avait prise.

« J'adore les avions, depuis que je suis toute petite j'ai toujours été fasciné par eux. » Expliqua l'étudiante le sourire au lèvres.

« Je suis vraiment heureuse que tu es une passion comme celle là, c'est vrai qu'ils sont assez impressionnant. » Rapporta Julia la voix un peu hésitante.

« Ah vrai dire j'aimerai en faire mon métier cette passion pour les avions. »

« Ah oui ?! Et tu veux travailler dans quel secteur. Demanda la petite blonde s'intéressant à la jeune fille.

« Je ne sais pas encore, j'hésite entre être une hôtesse de l'aire à passer toute ma vie à voyager, ou envisager plus grand qui veux dire travailler en temps que mécanicienne pour aéronautique. » Répondit Mathilda contente que la petite blonde s'intéresse à son avenir professionnel.

« Tu as de l'ambition c'est bien sa et donc tu hésite entre ses deux métiers là ? »

« Oui ils sont tout aussi dure l'un que l'autre, donc je me tâtonne un peu, j'ai encore une année à faire au lycée avant d'aller en fac, donc je verrais l'année prochaine dans qu'elle branche je me lance, mais cela ne m'empêche pas de bien travailler en cours pour bien me préparer tout en cherchant ma voie. » Répondit Mathilda radieuse.

« Tu as raison, profite que tu as le temps pour réfléchir. » Dit cette dernière en souriant tour en apportant sa tasse de café que la serveuse venait de leur déposer à ses lèvres.

« Et toi ? C'est le métier que tu as toujours voulut faire institutrice ? » Demanda curieusement la jeune.

« Oui, travailler avec les enfants m'a toujours attiré, mais les soigner où s'occuper d'eux dans une crèche ou quelque chose dans se genre là, ne m'intéresse pas. j'ai besoin de leur apprendre des choses qui leur servirons plus tard, c'est comme ça que j'aime m'occuper des enfants et ma plus belle récompense c'est quand ils te regarde avec des yeux brillant quand tu les félicite de leur bon travail, car tu comprend que tu as fait avant tout toi même un excellent travail et que c'est ce truc qui à pousser les enfants à en faire tout autant. » Expliqua Julia.

« On voix que tu aime ton métier, car quand tu en parle tu as les yeux qui brillent et il y a quelque chose dans ta voix qui exprime tout ton amour pour ce que tu fais. » Argumenta l'adolescente rougissante légèrement.

« Oui et il y a des inconvénients malheureusement. » Dit Julia la voix un peu triste.

« Que veux tu dire par là ? » Demanda la jeune en voyant le comportement de la petite blonde.

« L'inconvénient c'est que tu t'attache malgré tout à tes élèves, et l'année dernière sa été une année très difficile aussi bien pour les élèves que pour les enseignants, surtout pour ma classe. » Répondit la jeune femme.

« Tu veux bien me l'expliquer ? » Demanda Mathilda.

« Dans ma classe nous avions eu une jeune élève du nom de Marie, c'était une adorable petite fille de 8 ans, mais cette petite cachait un lourd secret. » Commença la jeune femme en se replongeant dans ses souvenir. « Cette enfant était toujours de bonne humeur, son travail était impeccable tout comme son respect envers ses camarades de classe et nous. Un jour alors que tout allait bien dans la cour de l'école elle fit un malaise, nous avions appelé immédiatement sa mère qui arrivèrent peut de temps après, et c'est ce jour là qu'elle nous avait avouer que Marie était gravement malade elle était atteinte d'une leucémie chronique, l'enfant fut placer en hospitalisation. Tout les jours nous allions la voir à l'hôpital, nous avions passé plus de neuf mois en sa compagnie et nous, nous étions fortement attacher à cette enfant, qui voulait à tout prit aller à l'école malgré sa maladie. Les médecins savait que la petite était condamné, donc il avaient accepté la demande de la laisser aller à l'école afin d'être traiter comme un enfant normal en se faisant des amis et apprendre avec une vrai maitresse, c'est comme cela qu'elle nous désignait. » Julia s'arrêta quand une vague d'émotions la submergea.

Mathilda écoutait attentivement et sentit son cœur se serré devant l'histoire de la jeune femme et regrettait d'avoir été trop curieuse.

« Un matin nous avions eu un coup de téléphone de la part de l'hôpital, c'était le médecin qui c'était occupé de Marie tout au long de sa maladie qui nous avait appelé, pour nous annoncer le décès de la petite. Aussi bien enfants, que enseignant nous avons tous été touché par ce drame, même si nous adultes savions qu'elle était condamné, mais nous ne voulions pas le croire car pour nous c'était impossible de pensée qu'un enfant qui n'avait même pas dix ans allait mourir, mais la vérité est tout autre et quand elle nous tombe dessus sa fait vraiment mal, nous étions obligés de l'annoncer aux élèves. Pendant très longtemps j'ai pensée à Marie, à cette petite fille de 8 ans qui avait une joie de vivre à tout épreuves, et jusqu'à ce que je parte de Caroline du nord, j'allais voir sa mère tout les jours afin de la soutenir le plus possible. » Tout en contant elle laissa des larmes couler de son visage.

Mathilda prit la main de la jeune femme dans sa main et la serra avec compassion. « Je suis vraiment désolée de t'avoir fait ressortir de douloureux souvenir. »


Julia secoua la tête. « Non ne soit pas désolée, tu n'y es pour rien, mais tu vois c'est sa que je déteste dans ce métier, tu as beau te dire que tu es la prof et eux des élèves et que tu ne dois pas t'attacher aux enfants et bien malgré tout la force du monde c'est impossible, à moins d'être une personne sans sentiments et qui ne fait ce métier que pour l'argent et les vacances. » Finit la petite blonde un peu durement.

« Oui je comprend parfaitement. » Dit l'étudiante sans trop savoir dire un peu honteuse malgré tout.

De son coter Olivia et sa mère c'était enfin rendu compte de l'absence des deux filles, elles tournèrent la tête dans tout les sens afin de les repérer et réussissent à les apercevoir dans le bar situer à deux pat d'elles deux, mais elles commencèrent à se poser des questions quand elles virent la petite blonde en train de s'essuyer les yeux avec une ado lui tenant la main.

« Qu'est ce qu'il se passe ? » Demanda Christine en ne voyant que Julia s'essuyer les mains.

« La meilleure façon de le savoir c'est de s'en approcher. » Répondit Olivia se demandant la même chose car elle avait tout vu.

La mère et la fille d'un pat décidé s'avancèrent en direction du bar et s'arrêtèrent quand elle surpris un bout de la conversation.

« Mais maintenant, tu ne peux plus la revoir cette femme ? » Demanda Mathilda.

« Si quand je suis parti de mon ancienne ville c'était la seule à être au courant de mon départ et je lui est fait la promesse de ne jamais l'abandonner quoi qu'il arrive, même si ma souffrance n'est pas aussi grande que la sienne, je sais que sa fait très mal. »

« Oui tu as raison, donc tu garde contact avec elle ? » Demanda la jeune fille.

« Pour être franche je ne l'est pas recontactée depuis que je suis ici. » Répondit Julia un peu embarrassé.

« Mais pourquoi tu es folle. »

« Je sais bien mais j'ai pas tellement envie de lui reparler de tout cela tu vois et je ne pense pas qu'elle veuille elle non plus repenser à tout cela. »

Mathilda ne sut quoi répondre à sa, elle devait se l'admettre, Julia avait raison revoir une personne qui à été très proche de sa fille et qui la lui rappel fortement c'est pas tellement bon surtout si cela ne fait que seulement un an que la petite Marie est décédée. Tout en pensant son regard fut attirer par deux femmes qui les regardaient avec pleins de question dans les yeux.

« Olivia ! » S'écria l'ado en retirant vivement sa mains de celle de la petite blonde.

« Olivia, Christine enfin vous avez fini de vous chamailler ? » Demanda Julia le sourire aux lèvres se forçant de ne pas montrer qu'elle avait pleuré afin de ne pas inquiéter sa compagne. « Alors vous voilà enfin, désolée mais nous avons préféré se mettre à l'écart le temps que vous mettiez en accord toute les deux. »

« De quoi parliez vous ? » Demanda Olivia sentant une pointe de jalousie se former en elle.

« Nous parlions de la mère d'une élève qui était décédée l'année dernière. » Répondit la petite blonde naturellement.

« Oh ça ne doit pas être facile cela. » S'exclama Christine en s'asseyant à coter de la jeune ado.

« Non surtout que la petite avait 8ans, enfin bref j'avais promit à sa mère de garder contact avec, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée, je ne ferais que lui faire rappeler sa fille comme j'étais son institutrice. »

« Oui c'est clair que ça ne dois pas être facile. » Affirma la grande femme en s'asseyant elle à coter de sa compagne en soupirant silencieusement de soulagement tout en se traitant d'idiote d'avoir eu cette réaction.

« Non même après un an. » Dit la petite blonde en se collant à sa douce.

Deux heure plus tard, les quatre femmes avaient fait enregistrer leurs bagages et furent enfin dans l'avion qui était pratiquement prêt à décollé. Avant l'embarquement Olivia s'était discrètement penché aux niveau de l'oreille de sa fille adoptive et le lui avait demander pourquoi elle avait sa mains sur celle de sa compagne. Mathilda c'était raidit et lui avait expliquer que pendant son histoire qui était assez triste Julia avait laisser ses émotions prendre le dessus et qu'elle avait simplement poser sa mains sur celle de Julia afin de lui montrer sa compassion. La grande femme rassuré fini de se détendre et serra fortement la petite blonde contre elle. Tout les passagers étaient bien installer dans le siège avec la ceinture de sécurité, tout le monde était calme et attendaient patiemment le démarrage de l'avion tous sauf une.

Julia était complètement tétanisé à l'idée de prendre l'avions, elle l'avait prit plus d'une fois mais sa peur ne c'était jamais estompé, depuis toute petite elle à toujours eu peur de l'avion, malgré la présence de sa compagne cela ne changeai rien et comme le voyage fut soudain elle ne put aller voir un médecin pour qu'il lui prescrive des cachets. Olivia était en grande conversation avec sa mère qu'elle ne remarqua pas le mal être de la jeune femme au grand bonheur de cette dernière. Elle ne voulait pas que sa douce s'inquiète pendant tout le voyage.

Au moment où l'engin commençait son avancer en direction de la piste de décollage la petite blonde, se mit à agripper de toute ses forces les accoudoirs, une fois qu'il eut atteint son but d'un coup il se mit à avancer à toute vitesse, dans le pur instinct Julia attrapa la main de sa compagne qu'elle compressa de toute ses forces. Cette dernière sursauta devant l'action qui lui donnait mal à la main, puis elle tourna la tête pour apercevoir une petite blonde statufier et blanche comme un linge. Elle essaya de dégager sa mains afin de pouvoir mieux prendre celle de sa compagne mais en fut incapable, la force que dégageai le jeune femme à ce moment c'était décuplé, elle essaya également de l'appeler mais en vain, Julia était dans un état de panique la plus total.

Quand l'avion cessa enfin sa monter et se mit droit doucement la petite blonde revins dans le monde réelle et pour la première fois depuis le décollage elle entendit sa compagne l'appeler, elle tourna sa tête vers cette dernière qui la regardait inquiète mais surtout amusé. Puis elle baissa ses yeux quand elle sentit quelque chose qui essaya de se dégager de son emprise et remarqua qu'elle avait capturé la mains de sa compagne.

« Oh je suis désolée. » Dit elle honteusement et surtout gêné de s'être fait démasquer.

« Non, non il n'y a pas de mal, mais tu aurais du me le dire que tu avait peur de l'avion. » Dit Olivia en se forçant de ne pas rire devant la tête de jeune enfant que lui faisait sa compagne.

« Ben je ne voulais pas passer pour quelqu'un qui n'a jamais rien qui va. »

« Attend là c'est autre chose, la peur de quelque chose ça ne ce commande pas et je suis sur que ce n'est pas d'aujourd'hui cette peur. »

« Non c'est vrai, je l'ai depuis toujours. » Répondit Julia en baissant la tête rougissant un petit peu.

« Aller ne t'inquiète pas, tu m'a juste écraser la main. » Dit Olivia en plaisantant.

« Je suis désolée pour ta main, mais toi tu n'a peur de rien c'est facile pour toi. » Dit la petite blonde un peu embarrasser et légèrement agacé.

« Holà détrompe toi ! » Répliqua immédiatement Christine.

« Quoi tu veux dire qu'Olivia à peur de quelque chose ? » Demanda la jeune femme émerveillée par cette aveux.

« Oh oui. » Répondit fièrement la femme.

« Maman ! » Objecta Olivia devinant de quoi elle allait parler.

« Tu n'y échappera pas ma fille, tu fais toujours la forte devant ta copine et tu ne lui dit même pas de quoi tu as peur, alors, je le ferai à ta place. » Contra sa mère le sourire aux lèvres.

« Hé de quoi elle à peur ? » Demanda Julia vraiment intéressée.

« Elle à peur des papillons et des tortues. » Répondit Christine fièrement.

Julia se retint de rire et Olivia se mit à rougir de tout son être en maudissant sa mère.

« Tu plaisante ? » Demanda la jeune femme au bord de la crise de rire.

« Non, non je ne plaisante pas, quand elle voit un papillon elle se réfugie dans un coin où alors elle s'éloigne de lui comme ci il était un monstre et la tortue je te laisserai le découvrir par toi même. » Répondit la mère.

« Comment ça ? » Demanda Julia un peu déçu de ne pas avoir l'histoire.

« Francis à des petite tortues d'aquarium chez lui donc tu verra la surprise à ce moment là. »

Olivia qui avait prit un livre se planqua derrière autant qu'elle le pouvait voulant à tout pris évité le regard rieur de sa compagne.

Julia rapprocha doucement son visage de celui qui était caché de sa compagne et déposa un doux baisé sur la joue de celle ci. Olivia tourna vivement la tête avec des yeux interrogateur.

« J'en avais envie. » Chuchota la jeune femme. « Je t'aime. »

Olivia tourna légèrement sa tête afin de capturer les lèvres de sa belle dans un tendre baisé.

« Moi aussi je t'aime. » Répondit-elle en rompant doucement le baisé.

La petite blonde posa sa tête sur l'épaule de sa douce et ferma les yeux afin d'apprécier cette instant et sans se rendre compte elle fini par s'endormir. Olivia qui était retourner dans sa lecture au moment où elle sentit la petite tête sur elle, tourna la sienne afin de s'apercevoir que la jeune femme c'était endormit quand elle sentit la respiration régulière de celle ci.

« Elle dans une telle sérénité. » Lui dit sa mère. « On ne dirait pas qu'elle à une force monstrueuse en elle quand tu la regarde dormir. »

« C'est vrai, elle fait vraiment enfant fragile quand on la regarde comme cela alors qu'elle est tout autre chose. » Dit Olivia en regardant la petite blonde dormir.

« Je suis heureuse que vous soyez ensemble toute les deux et je le suis encore plus voyant que tu as trouvé vraiment la personne qui te fallait. » Dit sa mère doucement.

« Je suis également heureuse et fière de l'avoir rencontrer et je ne l'échangerai pour rien au monde. » Dit Olivia le cœur remplit d'amour pour sa douce.

Puis elle posa délicatement sa tête sur celle de sa compagne et ferma les yeux tellement elle aimait cet instant. Grâce à la petite blonde sa vie tout entière avait changé, elle était devenue joyeuse, remplit de vie et d'amour. Jamais elle n'aurait pensé trouver cela un jour et vivre autant de chose avec une seule personne. « Non je ne la changerai pour rien au monde, je l'aime trop et je ferais tout pour rester auprès d'elle. » Se dit elle avant de rejoindre également le monde du sommeil.

Tout le petit monde arriva chez l'oncle d'Olivia à quinze-heure, ils furent accueillit chaleureusement par ce dernier. C'était un homme d'une cinquantaine d'années, il mesurait 1m83, il avait de beau cheveux noir cour et de magnifique yeux bleu, son corps était élancer et très bien sculpté pas trop musclé ni trop peu juste ce qu'il fallait.

Julia était stupéfaite de voir qu'Olivia était le portrait craché de cette homme à la seule différence c'est qu'elle était une femme. L'hôte les fit s'installer dans leur chambre respective avant de leur proposer une boisson chaude de leur choix.

Olivia avait prit un café noir tout comme sa compagne, Mathilda avait prit un grand café crème et Christine un café caramel. Cette dernière ainsi que sa fille adorait les boisson chaude de Francis car il les faisaient vraiment bien. Julia était confortablement installer dans un fauteuil du salon qui se trouvait en face de celui de sa compagne. Tout en buvant le café elle admirait la décoration.

Le lieu d'habitation de l'oncle d'Olivia était en faite un immense chalet en bois, fait de chêne en guise de murs, la demeure était fait sur deux étages et d'un sous-sol. La porte d'entrée était fait de hêtre vernit, à l'entrée on pouvait y trouver un petit meuble de chaussure ainsi qu'un porte manteau, tout de suite sur la droite on y trouvait le salon décoré de fausse peau de bête qui recouvrait le sol, avec une grande cheminée qui faisait la moitié du mur avec un écran plat au dessus. Sur le mur de gauche reposait une grande bibliothèque avec à ses cotés une chaine hifi, sur le mur de gauche, un meuble où était posé des objet de décorations. Au centre de la pièce deux canapés et quatre fauteuils y reposaient avec une table basse au centre poser sur une fausse peau d'ours. Chaque fauteuils et canapés étaient recouvert de fausse fourrure. Comme disait Francis pour les périodes hivernal cela allait parfaitement bien sa permettait de garder la chaleur en plus du boit et du feu.

La cuisine se trouvait à coté du salon qui était séparé d'un petit mur, où l'on y trouvait tout le confort électroménager. Ensuite le premier étage abritait quatre chambres et deux salles de bains, au second étage deux autres chambres avec une autre salle de bain ainsi qu'une pièce qui faisait média. Chaque chambres faisaient la même taille et était décorées de tableau de paysage avec un lit deux places au centre de la pièce en plus d'une armoire et d'un tapit douillet de couleur oranger faisant ressortir le boit des murs, on pouvait également y trouver un balcon, et pour finir le sous sol qui était aménager pour faire une salle de musique et une salle de jeu, avec un billard, jeu de fléchette et jeu vidéo. Toute la maison était éclairé par des des lumière tamisé qui reposait nettement l'esprit de chacun.

Quand Julia eu fini sa contemplation elle posa ses yeux pour une autre, elle fixait sa compagne qu'elle avait devant elle et qui parlait de tout et de rien avec sa famille. Son regard était vraiment doux, son cœur sans qu'elle sache pourquoi ce mit à battre dans sa poitrine. Je suis vraiment amoureuse de cette fille, j'ai trop de chance de l'avoir rencontrer. Sans elle je ne sais pas où je serai à l'heure actuel. » S'avoua t-elle en laissant pour la première fois depuis le début de leur rencontre, sortir tout ses sentiments qu'elle possédait pour Olivia. Julia était vraiment amoureuse de cette dernière et ce qu'elle ressentait à l'heure actuel elle voulait le crié sur tout les toit tellement son bonheur était immense. Elle ne savait pas si c'était le faite de l'ambiance où bien encore autre chose mais une chose est sur c'est qu'elle ne pouvait plus se passer de la grande femme qui avait prit son cœur.

Olivia sentit un regard sur elle et tourna la tête afin de voir qui était la responsable, quand elle posa ses yeux sur ceux de sa compagne son cœur manqua un battement, le regard de Julia était remplit d'amour, de douceur ainsi que tous ses émotions et ces sentiments qu'elle faisait transmettre avec ses doux émeraude amoureux. La grande femme sentit une chaleur monter en elle, doucement elle se laissa tomber dans l'océan des émeraudes qui l'emmena dans un pays qu'elle découvrait pour la première fois, le lieu était si beau avec une douceur intense qu'elle ne voulait plus le quitter, jamais une personne ne l'avait fait voyager de la sorte, elle était également fière d'être avec la petite blonde qui lui faisait battre son cœur chaque jour et de plus en plus fort. Elle aussi s'avouait d'être de plus en plus amoureuse de la jeune femme. « Si je suis de plus en plus amoureuse d'elle jusqu'où allons nous ? Y-à-t-il plus fort que l'amour ? » Se dirent-elle en même temps.

Aucun autre membre de la famille ne remarqua l'échange des deux femmes, mais c'est quand même Francis qui les sortie involontairement de leur monde.

« Bien je dois aller faire quelques courses qui veux venir avec moi ? » Demanda-t-il.

« Je veux bien. » Répondit Christine.

« Moi aussi. » Dit à son tout Mathilda.

« Je préfère rester ici si cela ne vous dérange pas, j'aimerai aller faire un tour dans la salle vidéo. » Répondit Olivia.

« D'accord et toi Julia, tu fais quoi ? » Demanda la mère.

« Je pense que je vais aller me reposer le voyage ma tué. » Répondit Julia doucement.

« Oui tu as de grosse cerne sous les yeux. » Argumenta Mathilda.

« Bien alors dans ce cas allons-y. » Dit l'homme.

La petite troupe sorti du chalet pour prendre la voiture afin d'aller dans le super marcher qui se trouvait à deux village plus loin.

Olivia elle de son coté c'était levé de son fauteuil et parti en direction de la salle média en étant accompagné de sa compagne. Arrivées au deuxième étage au croisement entre la chambre des deux femmes et de la salle Julia, attrapa le bras de la grande femme et la plaqua contre la porte de leur chambre et l'embrassa passionnément. Olivia rendit entièrement le baisé au moment où la petite blonde agrippa la poignée de la porte et l'ouvrit en faisant pratiquement perdre l'équilibre de sa compagne.

« Hé tu... » Olivia ne put rien dire de plus qu'elle vit ses lèvres capturé de nouveau par les douces de la jeune femme. Cette dernière sans interrompre le baisé fit reculer doucement sa belle en l'a faisant entrer dans la chambre, quand ceci fut fait ferma la porte avec son pied. Elle rompit le baisé afin de pouvoir voir où se trouvait la clés de la serrure et la tourna d'un tour en la verrouillant. Olivia ne revenait pas de ce qu'il venait de se passé, un tempête appeler Julia c'était jeter sur elle.

« Je croy... » Encore une fois elle ce fut couper par un tirage sec de son maillot.

Julia au moment où sa compagne commençait à parler attrapa d'un coup le t-shirt de sa compagne et la tira fort pour capturé encore une fois les douces lèvres qu'elle ne pouvait pas se passer. Ce geste eu pour action de se faire plaquer contre la porte de la chambre avec le corps puissant de sa compagne contre le sien.

« Tait toi et embrasse moi. » Ordonna la jeune femme sentant la grande femme vouloir parler encore une fois.

Olivia devait s'avouer vaincu et se laissa emporter par sa belle, elle devait se l'avouer elle aussi le voulait mais n'osait pas de peur de brusquer la petite blonde. Doucement elle détacha ses lèvres de celle de la jeune femme et vint embrasser avec passion le cou. Julia passa ses mains autour du cou de sa compagne afin d'appuyer délicatement dessus pour ressentir d'avantage le toucher, puis dans un geste rapide elle attrapa le visage d'Olivia pour lui faire face et vint embrasser encore plus passionnément sa douce qu'elle désirait plus que tout. Olivia laissa enfin aller ses sentiments, elle attrapa sa compagne par la taille et sans interrompre le baisé elle recula doucement en l'entrainant avant de la faire se retourner pour la faire reculer à son tour en direction du lit.

Pendant toute l'avancer en direction du meuble les deux jeunes femmes retirèrent leurs vêtement avec passion, arrivé dessus Olivia installa confortablement sa compagne avant de venir à coté. Elle se mit à regarder sa belle de tout l'amour qu'elle avait, les yeux des deux femmes brillèrent de mille feux avec un regard remplit d'amour que l'une avait pour l'autre, doucement elles partirent toute les deux dans le même monde qu'elles avaient commencé à découvrir un peu plutôt. La brune baissa sa tête afin de capturé délicatement les lèvres de sa compagne dans un baisé tendre, cette dernière répondit immédiatement, leur geste était délicat, de doux va et vient remplis d'amour faisait la sensualité du baisé avant de laisser passer leur langues pour un balais exotique dans des caresses tendre. Chacune des deux femmes laissèrent leur mains vadrouiller sur le corps de l'autre pour des caressèrent sensuel et douce. Toujours sans interrompre le baisé, elles partirent lentement à la recherche du trésor de l'autre, puis une fois leur objectif atteint, elles se mirent à le caresser avec délicatesse.

Leur mouvement était doux et tendre, chacune laissèrent échappé des soupirs et des petits gémissements à travers le baisé interrompu, puis petit à petit elles augmentèrent la vitesse de le geste, en laissant leur corps bouger au rythme qu'elles imposèrent, le point de non retour arriva doucement. Julia rompit le baisé et se mit à regarder sa compagne passionnément.

« Je...je t'aime. » Dit elle dans un chuchotement rauque.

Pour toute réponse, Olivia reprit les lèvres de sa belles et l'embrassa passionnément, les mouvement devenaient plus rapide et leurs respirations saccadés puis d'un coup elles laissèrent sortit leur amour dans une éruption exotique remplit de passion. Ah bout de force la grande femme se laissa tomber sur le petit corps tremblant de sa compagne qui l'accueillit en la serrant dans ses bras.

« Mo...moi aussi je...je t'aime. » Répondit Olivia à bout de souffle.

Sans qu'elles le sache les deux femmes laissèrent couler des larmes de bonheur sur leur joues. Ayant reprit un peu de force la grande femme se redressa légèrement afin de se décaler un peu, puis elle posa ses doigt sur le visage de sa belle qui la regardait toujours avec le regard remplit d'amour et de passion.

« Je...je croyait que tu était fatigué ? » Demanda-t-elle en poussant les cheveux mouillé de sueur du front de Julia.

« Je ne voulais pas me reposé toute seul. » Répondit Julia avec un petit regard malicieux.

« Ah je vois, tu avais tout planifié. » Dit la brune de la même manière.

« Au début non, mais c'est quand je t'ai regardé dans le salon j'ai senti quelque chose d'étrange se former en moi et sa à donné sa. »

« Je t'avoue que j'ai bien aimé et que j'ai également ressentit un truc étrange. » Dit la grande femme en passant ses doigt sur les cicatrices de sa compagne. Elle sentit un léger sursaut de la perte de cette dernière, elle se mit à la fixer avec tout l'amour qu'elle avait à son égard. « Je ne sais pas comment je vais faire, mais je te promet de trouver une solution pour tes cicatrices. »

« Comment ? J'ai vu pleins de médecin ils me l'ont dit, les morsures de requins ne s'efface pas surtout pas au stade où elles étaient. »

« Je sais bien, mais je suis sur qu'il y a un moyen, je ne vais pas te laisser comme cela je te promet de le trouver. » Dit Olivia déterminée.

« Mais je... »

« Non écoute moi, depuis que tu es entrée dans ma vie tu m'as rendu bien meilleure et mon cœur n'a jamais battu aussi fortement pour quelqu'un d'autre, je t'aime à en mourir et ce qu'il t'est arrivé est de ma faute, je sais, pas directement, mais ça l'est quand même, car c'est pour moi que Sarah t'a fait toute ses horreurs depuis le début et à chaque fois je n'ai pas put être là pour te protéger. Je t'ai promit de te protéger à partir de maintenant et trouver un moyen de faire disparaître ses cicatrices fait partie de cela, alors s'il te plait laisse moi faire tout ce qui est en mon pouvoir pour te redonner le corps que tu avait avant ce cauchemar.

Les mots de la grande femme étaient dit avec une tel douceur et une telle sincérité que cela fit manquer un battement de cœur à la petite blonde qui laissa ses larmes remplir ses yeux.

« Je t'aime Olivia, je t'aime si fort, sans toi je ne serai jamais arrivé à rester en vie, je te dois ma vie, mon corps et mon âme, jamais je ne pourrais être loin de toi, ma vie avant était remplit de bonheur je ne le nie pas mais le bonheur que tu m'offre est bien au delà de tout ce que j'ai put connaître. » Dit elle la voix remplit d'amour.

La grande femme toucher par les mots de sa compagne abaissa sa tête pour un baisé remplit d'amour et de passion avant de repartir pour un autre débat amoureux remplit de promesse et d'amour.

Elles sortirent de la chambre une heure plus tard après avoir prit une douche et s'être changé, après avoir remarquer que les trois autres n'étaient toujours pas revenue elles allèrent dans la salle média et se posèrent dans le canapé après avoir choisi un film. La petite blonde se cala confortablement contre sa compagne qui avait passer ses bras autour du petit corps. Une demi heure après Julia s'endormit paisiblement contre le corps sécurisé de sa compagne. Olivia sentant un respiration régulière venant de sa belle baissa la tête et remarqua que cette dernière c'était endormit, elle se mit à sourire pour elle même et serra un peu plus son étreinte. « Oui je te protégerai au péril de ma vie. » Sans se rendre compte elle succomba elle aussi au sommeil.

Francis, Christine et Mathilda arrivèrent à ce moment là. Christine alla dans la salle vidéo afin de prévenir sa fille qu'ils étaient rentrée, mais quand elle découvrit cette dernière endormit avec la petite blonde dans les bras également endormit cela lui fit chaud au cœur elle ferma doucement la porte et redescendit auprès des autres.

« Je pense que les deux filles ne mangerons pas avec nous ce soir. » Dit elle le sourire aux lèvres.

« Ah bon ?! Elles sont sorties ? » Demanda Francis.

« Non elles sont toutes les deux dans la salle média et elles ce sont endormi. »

« Oooh c'est tout mignon tout ça. » Répondit l'adolescente amusé.

« Chut ne dit surtout à Olivia ce que tu viens de dire sinon elle coupe la langue. » Réprimanda gentiment la mère.

« Non, non, ne t'inquiète pas je ne suis pas folle. » Répondit l'étudiante en rigolant.

« Dite moi il c'est passé un truc ? » Demanda l'homme par curiosité.

« On va dire que ses quatre derniers mois on été très dure pour les deux filles, aussi bien pour l'une que pour l'autre, il c'est passé des choses horrible et c'était toujours Julia qui prenait tout les coups. » Expliqua la mère.

« Oh mon dieu, j'ai remarqué les cicatrices sur son visage et membres ça à un rapport avec cela ? » Demanda Francis de nouveau un peu inquiet.

« Oui, elle c'est fait attaquée par des requins et nous avions tous cru qu'elle était morte, mais en faite non elle à survécu. » Répondit Christine la voix semi triste, semi soulager. « Mais elle gardera à vie les cicatrices physique et moral. »

« Je veux bien te croire, la vache, elle à survécu à ça ? Je serai mort à l'heure à sa place, et Olivia comment la t-elle vécu, mal je suppose, car on voit bien qu'elle est très attaché à cet gosse. »

« Oui elle l'a très mal vécu, Olivia à énormément souffert au plans psychique. »

« En tout cas elle à trouver sa perle rare, car je ne l'ai jamais vue sourire de la sorte auparavant. » Dit l'homme souriant.

« Oui la petite est vraiment un ange, Olivia à vraiment de la chance d'être tombée sur elle, car peut de personne on la chance de le trouver sa perle rare. »

Cette phrase resta en suspend dans un silence de plomb.

« Bon et bien il est pratiquement heu...18 heures, donc nous allons peut être commencer à préparer à mangé quand dite vous ? » Demanda Mathilda sentant la tension grimpé.

« Oui bonne idée. » Répondit la mère en allant vers le frigo.

Elle ne remarqua pas les yeux triste de Francis qui se posa sur elle, où alors elle préférait les ignorer.

Puis le reste de la soirée se passa comme l'avait dit Christine, avec seulement eux trois pour le diner sans avoir espoir de voir le visage de Julia ou d'Olivia descendre.

La grande femme se réveilla doucement et vit à travers ses paupière clôt de la lumière dans la pièce, doucement elle ouvrit les yeux et remarqua que le jour était levé, elle était un peu dérouté et ne savait pas trop où elle était, tout ses souvenir lui revenait quand elle sentit un petit corps bouger contre elle, lentement elle baissa les yeux et vit deux émeraude la regarder.

« Bonjour. » Lui dit Julia d'une voix douce.

« Bonjour ma belle. » Répondit-elle. « Nous avons dormit ici ? » Demanda t-elle un peut dérouter.

« Oui il me semble bien. » Répondit la petite blonde en s'étirant de tout son corps avant de se lever mais fut immédiatement rattraper.

« Attend. » Dit Olivia avant de lui prendre ses lèvres pour un doux baisé. « J'en avait besoin. »

« Humm je suis bien d'accord. » Répondit la jeune femme avant de reprendre les lèvres de sa douce. « Ça met la force pour toute la journée. »

« Je te l'accorde. » Dit la grande femme en souriant avant de suivre sa compagne hors de la pièce.

Elles descendirent rejoindre Francis et Christine dans la cuisine après leur douche.

« Alors les filles bien dormit ? » Demanda l'homme gentiment.

« Oui merci. » Répondit Olivia.

Julia ne dit rien mais sourit simplement.

« Bien voilà, je pense que comme vous êtes ici vous allez profiter de la neige et allez skier. » Dit l'hôte de maison.

« Et comment je ne vais pas louper un seul jour. » Répondit la grande femme très enthousiaste.

« Je suis d'accord. « Répondit la petite blonde.

« Bien je propose alors que chacun fasse ce qu'il veux jusqu'à ce soir et que l'on se retrouve au diner pour 19 heure, qu'en pensez vous ? » Demanda t-il à l'intention de tout le monde.

Olivia et Julia était ravi de ce programme et acceptèrent immédiatement. La mère elle aussi aimai beaucoup l'idée, elle pourra enfin profiter des vacances qu'elle n'avait longtemps pas prit avec cette idée.

Les deux jeunes femmes prirent rapidement leur affaire sans attendre le réveille de Mathilda et partirent comme des fusées loin de l'habita.

« Et bien je n'aurai jamais pensé que ma proposition aurai fait autant d'effet. » Dit Francis déconnecté de la réaction des deux jeune femmes.

« Il faudra t-y habituer, car dès que tu leur laisse ne serai ce qu'un petit moment rien qu'à elles et bien elles courent pas elles volent et, je te promet que nous les reverrons pas avant 19heure ce soir. »

L'homme se mit à rire en guise de réponse.

Olivia et Julia avait atteint les piste, puis une fois avoir prit le télésiège pour aller sur la piste voulut elle descendirent du siège morte de rire devant leur propre réaction.

« Nous avons été vache sérieux de partir comme cela. » Dit Julia.

« Oui je te l'accord mais je n'avais pas envie de passer la journée avec eux à vrai dire je voulais être avec toi, alors il a tendu la perche nous avons profiter tout simplement. » Répondit Olivia. « Bon et si nous allions essayer les ski qu'il nous à généreusement prêté ? » Demanda-t-elle.

« Mais avec plaisir. » Répondit la petite blonde se mettant en haut de la piste.

Les deux femmes chaussèrent leur matérielle, mirent leur lunettes, planta fermement le bâton dans la neige et se mirent à se regarder avec défiance. Et c'est dans un sourire rivaux qu'elles se laissèrent glisser sur la neige qui était de bonne qualité. Elles avait choisi une piste rouge afin de voir ce qu'elles valaient. Comme un accord silencieux elles avaient décidé de faire une course improvisé, Olivia était agréablement surprise de voir sa compagne se débrouiller merveilleusement bien. Pendant tout la durée du parcourt elle était toute les deux à hauteur égale ce n'était qu'une fois à l'arriver qu'Olivia poussa un peu plus fort sur ses bâtons et arriva en première.

« Ouhaou ça fait si longtemps que je n'avais pas fait cela ! » S'exclama la grande femme heureuse.

« Et moi donc ,ça fait vraiment du bien. » Répondit la petite blonde.

« Et si nous faisons une petite rando à travers les bois. » Proposa Olivia.

« D'accord, pourquoi pas. »

« On prend la piste noir ? C'est celle qui à le plus beau paysage. » Demanda la grande femme.

« Allez allons y. »

les deux filles partirent pour la piste noir après avoir demander à quelques moniteurs une carte afin de pouvoir profiter pleinement de leur balade. Arriver en haut de la piste elles contemplèrent le paysage recouvert de neige avec une forêt qui sur-peuplait la piste. Une fois s'être donné du courage elles commencèrent le parcours qui le leur étaient donné, le paysage était vraiment magnifique, aussi bien Olivia que Julia était fasciné par ce qu'elles avaient sous les yeux, à travers les bois elles virent de temps en temps de animaux tel que les cerf et les lapins. Elles furent obliger de s'arrêter quand les balises qui leurs indiquaient la direction s'arrêtèrent.
« 
Mais qu'est ce que cela veux dire ? » Demanda Olivia agacé. « Pourtant nous avons prit le bon chemin. »

« Oui regarde l'arbre qui se trouve devant la pierre est indiquer sur la carte. » Confirma Julia en montrant du doigt ce que la carte disait.

« Mais alors pourquoi il n'y a plus de balises ? »

« Peut être que des animaux les ont arrachés. »

« Oui surement et bien nous voilà dans de beau drap. » Dit Olivia mécontentement elle s'arrêta quand elle vit Julia se retenir de rire. « C'est pas drôle. » Dit elle faussement fâché quand sa compagne éclata de rire.

« Je suis désolée, mais je crois que nous somme vraiment le couple catastrophe, il nous arrive toujours quelque chose. »

Olivia ne dit rien mais ce met à sourire, elle devait admettre que sa compagne avait raison, mais il y avait quelque chose qui commença à l'inquiéter c'était le temps, il commençait à se changer et à devenir vraiment sombre.

« Je crois qu'il va falloir que l'on fasse demi tour. » Dit elle inquiète.

C'est à ce moment là qu'elles entendirent un bruit venant de la forêt, elles se figèrent et regardèrent dans la direction d'où cela pouvait venir, le bruit se faisait de plus en plus proche Julia commençait à avoir peur et se rapprocha immédiatement de sa compagne qui se mit automatiquement devant cette dernière, le bruit était lourd et plus cela se rapprochait et plus elles distinguèrent le son qui leur faisait penser à un animal. Olivia et Julia devinrent blanche quand la chose se pointa devant elles. C'était un ours, ce dernier c'était aventuré dans les bois à la recherche de nourriture, les deux filles ainsi que l'animal se dévisagèrent.

« Qu...qu'est ce que l'on fait ? » Demanda Julia en chuchotant morte de peur.

« Je cr...crois qu'il se...serai plus sage de...de partir. » Répondit la grande femme de la même manière.

D'un coup l'ours se mit sur ses deux pattes arrière et se mit à hurler dans un grognement fort et dangereux, les deux filles se mirent sursauter tout en criant de peur, et dans la panique elles avaient complètement oublier leur ski et au moment où elles s'apprêtait à courir elles tombèrent toute les deux dans la neige.

« Bon sang de ski à la noix ! » S'exclama Olivia en pleine panique.

Sans attendre et en même temps les deux filles quittèrent leur ski et purent enfin se mettre à courir mais elles se rendirent vite compte que dans la neige aussi molle qu'elle l'était, courir n'était pas une si bonne idée, car l'ours se mit immédiatement à leur poursuite.

« Mais bon sang pourquoi faut toujours que sa arrive à nous ce genre de chose ? » Demanda Olivia lasse.

« Tait toi et court, on aura tout le temps de répondre à cette question plus tard. » Répondit Julia sur le point d'exploser de rire malgré la situation.

Olivia remarqua un arbre avec des branche assez basse.

« Regarde un arbre là-bas ! » S'exclama t-elle.

« Oui mais tu ne sais pas les ours montent aux arbres aussi. » Dit Julia déconcertée.

« Si bien sur mais le temps qu'il grimpe pour nous attraper nous aurons tout le temps de sauté et comme la neige est assez molle on ne se fera pas de mal. » Expliqua la grande femme.

« Oui tu as raison ça vaut le coup d'essayer. »

C'est ainsi que la grande femme fit la courte échelle afin d'aider sa compagne pour attraper la branche qui malheureusement pour elle n'était pas tout à fait à sa hauteur. Cette dernière commencèrent à grimper quand elle remarqua sa belle prise au piège entre l'arbre et l'ours. Ce dernier était arriver au moment où la petite blonde était grimpée et ne laissa pas l'occasion à la brune d'en faire autant.

« Olivia ! » Cria Julia paniqué.

« Grimpe ne t'inquiète pas pour moi je vais m'en sortir ! » Lui cria la grande femme.

Têtu Julia n'écouta aucunement sa compagne et redescendit de l'arbre pour se mettre sur la branche qui se trouvait au dessus de l'animal et Olivia. Cette dernière s'en rendit compte et se mit à grogner.

« Mais bon sang pourquoi est tu aussi têtu, je t'ai dis de grimper. »

« Hors de question que je te laisse toute seule ! » Répondit la petite blonde sèchement.

« Et que compte tu faire, te faire tuer aussi ?! » Demanda la grande femme de la même manière.

« Non je... »

Julia s'arrêta net de parler quand elle entendit un petit crack suivit d'un petit mouvement de la branche.

« Oh, oh. » Dit elle penaud.

« Quoi qu'est ce qu'il y a ? » Demanda Olivia inquiète.

« Hé bien je crois que... »

D'un cou la branche sur laquelle Julia était accroupit se brisa ce qui fit tomber la jeune femme lourdement en plein sur la figure de l'animal qui s'effondra sous l'impact. Olivia regarda l'action complètement stoïque. « Mais bon sang pourquoi il faut toujours qu'elle ne fasse jamais comme les autres. » Se dit elle amusé se retenant au maximum de rire.

« Houa et ben sa c'est du secourisme. » Dit Julia joyeusement en voyant l'ours un peu étourdi.

« Oui bon et bien tu admira ton travail plus tard parton. » Dit Olivia se retenant de rire devant l'action imprévu de sa compagne.

Cette dernière se mit à courir de toute ses forces suivit par sa compagne qui jeta de temps à autres des coup d'œil derrière elle pour s'assurer que l'animal ne les poursuivait pas mais malheureusement ce n'était pas le cas le coup reçu sur la tête n'était pas assez violent pour l'assommé.

« Olivia arrête toi ! » Lui cria Julia.

« Quoi mais pourquoi no... »

Elle ne put finir sa phrase tellement prise dans sa lancer qu'elle ne put s'arrêter au moment où sa compagne stoppa net sa course et rentra de pleins fouet dans cette dernière ce qui les fit tomber dans le ravin. La neige épaisse souple les firent débouler la pente dans des roulés-boulés, sur plusieurs longueur les faisant atterrir tout en bas. Doucement Olivia se mit en position assise en étant un peu étourdie tout comme sa compagne qui resta allongé dans la neige en se mettant lentement sur le dos.

« Hé ben mon vieux, nous avons fait une sacrée chute. » Dit Olivia sentant ses muscles un peu endolori.

« Je te l'accorde, mais une chose est sur c'est que l'ours ne nous à pas suivit. »

« Je suis d'accord mais la question est, comment allons nous faire pour remonter ? Regarde la pente est trop raide nous ne pourront pas la grimper. »

« Oui je vois ça, mais il doit bien y avoir un autre chemin qui nous ramènera dans la ville ? » Demanda Julia.

Olivia ne répondit pas à la question mais éclata de rire à la place. Julia la regarda sans trop comprendre.

« Je...je suis dé...désolée mais...mais la situation dans...dans la...laquelle nous, nous trouvons me fait mourir de rire. » Expliqua t-elle entre ses rires.

La petite blonde ne put se retenir aussi et les deux femmes partirent dans un fou rire communicative qui dura un certain temps. Une fois qu'elles c'étaient calmé, elles se mirent debout et prirent le chemin qui était juste en face d'elles sans trop savoir exactement où elles allaient.

Sa faisait plus d'une heure qu'elles marchaient dans la neige sans rien apercevoir au alentour, le ciel c'était complètement couvert et un vent glacial se mit à souffler, Olivia avait coller la petite blonde contre elle, afin qu'elles puissent se tenir chaud mutuellement, durant toute l'avancer aucune des deux femmes n'avaient prononcer un mot, ce n'est que quand elle remarqua une grotte qu'Olivia prit la parole.

« Tu en pense quoi ? » Demanda-t-elle à sa compagne.

« Je ne sais pas, nous pouvons toujours tenter cela ne nous engage à rien. » Répondit Julia voulant à tout prit se mettre à l'abri du vent.

Comme un accord, les deux femmes se lancèrent dans la direction de la grotte et une fois arriver devant elles se mirent chacune de chaque coter et regardèrent à l'intérieur.

« On dirait que le vent n'y entre pas. » Dit Julia.

« Oui et en plus cela me paraît sec. » Confirma la grande femme.

« Tentons alors. » Dit la petite blonde pas très sur d'elle.

« Oui tentons. » Dit à son tour Olivia de la même manière.

Aucune des deux ne voulait y entrer à cause de la dernière fois qu'elles étaient allée dans une grotte en réveillant un fantôme.

« C'est stupide nous n'allons pas réveiller un fantôme pour la deuxième fois. » Dit la grande femme peut sur d'elle.

« Bon allons y et on verra bien. » Dit la jeune femme déterminée.

Les deux amantes entrèrent dans la caverne main dans la main pour se donner un peu plus de courage, elle remarqua qu'une fois à l'intérieur il faisait particulièrement bon et qu'il n'y avait pas de fantôme pour leur grand bonheur. Julia prit sa lampe de poche qu'elle avait dissimuler dans ses vêtements et l'alluma pour regarder plus attentivement l'intérieur.

« Mais d'où sort tu sa toi ? » Demanda Olivia surprise de se que sa compagne détenait.

« Et bien je l'ai emmener avec moi au cas où nous rentrions la nuit. » Répondit la jeune femme d'un voix innocente.

Ce qui fait rire sa compagne qui était surprise de voir que cette dernière avait plus d'un tour dans son sac et qui l'étonnera tout les jours.

La grande femme accompagnée de sa douce à la lampe de poche, se mit à parcourir la grotte de ses yeux et remarqua qu'effectivement la grotte n'était pas humide du tout. Les deux femme avancèrent doucement en direction du fond. Elle virent une autre cachette dans la grotte un peu plus sur la droite et d'un coup elles entendirent un grognement.

« Heu... »Olivia allait commencer à parler quand elle vit une énorme silhouette sortir de la petite entrée.

« Heu je crois que... » Commença Julia à son tour en commençant à trembler.

« Ou...oui, nous de...devrions par...partir. » Dit Olivia à son tour.

Et d'un coup les deux femmes prise dans une panique monstre firent demi tour et sorti de la grotte à toute hâte.

« Ce n'est pas un fantôme que nous avons réveiller cette fois ci mais un ours ! » Hurla Julia.

« Tait toi et cour ! » Cria Olivia paniqué.

Aucune des deux filles n'avaient remarquer les traces de pattes dans la neige qui allait en direction de la grotte ni même n'avait remarquer que c'était le même ours que celui qui les avait poursuivit. Sa faisait une bonne dizaine de minutes que la course poursuite entre l'animal et les deux filles avaient commencer.

« Mais bon sang il ne se fatiguera jamais ! » S'écria la grande femme.

« Lui je sais pas mais moi je le commence en tout cas. »

Olivia allait dire quelque chose quand d'un coup le sol sous leur pied s'effondra et elle tombèrent dans les profondeurs d'une crevasse faite uniquement de glace. C'est au bout d'une dizaine de mètres plus bas qu'elles atterrirent dans une autre caverne faite uniquement de glace.

« Ouf, qu'elle chute encore une fois. » Dit Julia en se redressant doucement.

« Oui encore une fois nous avons échappé à l'ours. » Répondit Olivia en faisant autant.

« Où sommes nous ?! » Demanda la petite blonde intrigué par les lieux.

« Je ne sais pas, on dirait une sorte de grotte géante faite de glace. »

Les deux femmes étaient intrigué et émerveillées par ce que la nature pouvait faire à elle seul.

« Bon, nous avons trois chemin, lequel allons nous prendre ? » Demanda Olivia.

« Je ne sais pas, tirons au sort. » Proposa Julia.

Chose qu'elles firent et c'était le chemin de gauche qui fut choisi. Elles commencèrent à marcher calmement et en silence sur le chemin quand le silence fut rompu par des fou rire des deux filles. Encore une fois leur mésaventure de la journée les faisait vraiment rire. Elles se demandait même ce qui allait bien pouvoir leur arriver encore. Sa faisait une heure et demi qu'elles marchèrent dans le silence et pas une seule sortie à l'horizon, elles regardèrent dans tout les endroits du chemin ainsi que sur les murs, rien pas une fissure ni même une petite grotte.

« Tu pense que nous serrons chez ton cousin pour 19heure ? » Demanda la petite blonde un peu amusé.

« La franchement, je doute fort. » Répondit Olivia en rigolant.

« J'espère que te mère ne va pas s'inquiéter. » Dit Julia tristement.

« Non, tu sais j'ai beau vivre sous son toit je suis quand même adulte et elle sait très bien qu'il ne faut pas qu'elle s'inquiète et surtout quand je suis en vacance loin de chez nous. C'est pas la première fois que je pars deux, trois jours sans lui dire, elle sait qu'à ce moment là j'ai besoin de ce moment à moi et rien d'autre. » Expliqua la grande femme en souriant doucement à sa compagne.

« D'accord et à vrai dire vaut mieux pas qu'elle le sache pour aujourd'hui. » Dit Julia amusée.

« Oh non, vaux mieux pas, sinon on lui fait une crise cardiaque la pauvre. » Répondit la grande femme de la même manière.

Elles continuèrent de marcher en discutant de tout et de rien quand elles tombèrent sur un cul de sac.

« Et ben voyons, c'est ce qui nous manquait à notre palmarès. » Dit la brune déconcerté.

« Attend regarde. » Dit Julia en montrant le plafond qui était plus bas que le reste du chemin. Il y a un trou peut être que nous pourrions sortir par là. » Dit elle assurément.

« Oui, tu as raison ! » S'exclama Olivia joyeusement. « Il y a surement une sortie qui nous amènera... ben là où on atterrira. » Dit elle en rigolant

Sans attendre Olivia fit la courte échelle à sa compagne qui à cause de sa petite taille ne pouvait pas atteindre le haut, chose qui faisait la rire doucement, puis dans un superbe saut elle réussit à s'agripper aux parois du tunnel et c'est ainsi en escaladant tranquillement qu'elle ce dirigèrent vers la sortie. Arrivé en haut Julia s'arrêta et passa uniquement sa tête en dehors afin de voir ce qu'il y a. elle remarqua une meute de loup pas très loin de là où elles étaient.

« Olivia il y a des loups à une vingtaine de mètre on fait quoi ? » Demanda-t-elle doucement.

« Quoi tu plaisante là ? » Demanda la grande femme déconcerté.

« Non pas du tout. »

« Grimpe et on verra ce que l'on pourra faire. »

Aussitôt dit Julia sorti du trou suivit par sa compagne qui remarqua que effectivement il y avait bien une meute de loups.

« Bien nous allons partir du coté opposé, les loups n'attaquent pas sans réfléchir et encore moins les humains. » Expliqua t-elle en chuchotant de peur que les loups ne les entendent.

Et c'est dans le silence le plus total que les deux femmes partirent dans la direction opposé, et comme l'avait dit Olivia les loups ne firent pas attention à elles ce qui les rassurèrent, mais elles devaient impérativement trouver un abris, la nuit commença à tomber avec la neige qui l'accompagner en plus du vents glacial. Elles marchèrent durant plusieurs kilomètres quand elles repérèrent un trou faite dans la neige. Doucement elles s'y approchèrent, cette fois ci elles se mirent un peu plus à l'écart et la grande femme envoya une branche d'un arbre qu'elle avait casser dans l'entrée de la grotte et attendirent afin de voir s'y il n'y avait pas autre ours qu'allait y sortir, elles patientèrent pendant cinq minutes et quand elles virent qu'aucun animal où autre ne montra le bout de son nez elles commencèrent à s'y engager. Julia qui avait allumer sa lampe torche, regarda attentivement dans chaque recoins avec l'aide de son ami et ne vit pas une seule âme qui vivent. Elles décidèrent de se caler bien au fond de la grotte, afin de se tenir chaud. La neige ayant un effet thermique leur permit de ne pas avoir froid et fut protéger du vent, elles purent enfin souffler de leur périple qui avait commencer dans la matinée, toute la journée elles n'ont eux pour exercice sportif, une course poursuite contre un ours affamé. Mais la journée n'était pas terminée malgré la tombée de la nuit, le plus important maintenant c'était de trouver quelque chose à manger et de quoi faire du feu. Malgré les protestations de sa compagne Olivia sorti de leur abri pour essayer de trouver quelque chose à se mettre sous la dents, Julia elle de son coté chercha des morceau de bois qui pouvait se faire bruler afin de passer son inquiétude dans l'attente de sa belle.

La nuit était vraiment tombé et il faisait noir dehors, pas une seule lumière n'éclairaient les alentours seul le feu que la petite blonde avait réussit à faire le fit, elle sorti de son sac à dos quelque truc qu'elle avait toujours sur elle en cas de besoin, elle sorti deux tasse qu'elle accrocha sur des bout de bois solide qu'elle avait confectionner en forme de crochet pour les maintenir, en plus d'avoir les bout de bois elle avait mit des bout de fil de fer au extrémité pour ne pour ne pas faire bruler les bâtons. Olivia arriva pratiquement à ce moment la avec un petit lapin dans la main.

« Mais comment à tu réussit à l'avoir ? » Demanda Julia admirative.

« Je ne te cache pas qu'il ma fait courir celui là mais j'ai réussit à lui tendre un piège. » Répondit la grande femme peu fière d'elle. « Je sais que tu n'aime pas tuer les animaux mais là je suis désolée mais il faut que l'on mange au moins pour tenir cette nuit. » Expliqua t-elle un peu navré.

Julia secoua la tête. « Non ne t'inquiète pas je comprend et comme tu l'as dit, nous devons prendre des forces pour tenir. »

« Oui mais ne t'inquiète pas je vais le vidé plus loin enfin faire ce qu'il faut. »

« Oui merci. » Dit la petite blonde en appréciant le geste de sa compagne.

Une fois leur petit festin consumé les deux filles étaient retourné à l'intérieur de la grotte car la neige qui s'était calmer pendant leur période de chasse et de diner c'était remise à tomber de plus belle, elles c'étaient blotti tout au font, elles avaient sorti de leur sac à dos des couverture qu'elles avaient prise afin de se détendre un petit peu dans la neige. Enfin c'était ce qu'elles avaient prévu pendant leur randonné. Olivia par pure curiosité avait essayé de creusé un peu la neige afin de voir si elle pouvait trouver un peu de terre dessous, chose qui se produit à son grand bonheur là où elle était la neige n'avait pas suffisamment recouvert le sol ce qui leur permit de déblayer le manteau blanc naturelle à l'endroit où elles s'étaient installer et put mettre leur couverture bien comme il le fallait et une fois tout ceci fait elles ce couchèrent avec leur sac à dos en guise d'oreiller. La fatigue était tellement présente dut à leur mésaventure que le sol dur ne les empêchèrent pas de s'endormir en peu de temps pour une nuit de sommeil remplit de rêve.

Pendant la nuit Olivia se fut réveiller par des bruit venant de dehors, ne voulant pas affoler sa compagne ni attiré l'attention de ce qu'il y avait à l'extérieur elle ne fit aucun mouvement mais garda les yeux rivé sur l'ouverture. Mais malheureusement ceci ne fut pas assez, elle remarqua deux bille jaune à l'entrée la fixant, elle se sentit d'un coup vraiment nerveuse, elle savait que là, elles et sa compagne serai dans le pétrin si cette chose les attaquaient. La chose à l'extérieur qui la regardait commença à entrer dans la grotte tout en la regardant, la grande femme se sentit de plus en plus nerveuse, l'animal s'avança de plus en plus vers elle et s'arrêta quand sont visage ce trouva nez à nez avec Olivia. Cette dernière malgré les pénombres pouvait reconnaître facilement un loup qui avait son museau juste au dessus de sa tête. Une sueur froide passa dans le corps d'Olivia qui ne quitta pas l'animal des yeux. Elle ne savait pas quoi faire bouger où rester, cela n'avait pas d'importance car l'un où l'autre elles allaient y passer. Elle sentait le souffle chaud du loup au dessus d'elle et tout comme ce dernier ne cligna pas d'un cil en se fixant yeux dans yeux.

Puis elle sentit des petits pattes, le nombres elle ne serai pas le dire, mais il y en avait plusieurs monter sur ses jambes, quand d'un coup elle se fit attaquer par plusieurs tornade de petite langues sur son visage. Instinctivement elle mit sa mains devant son visage afin de repousser ses agresseurs, quand ceci fut fait elle baissa les yeux et tomba sur six petite paire d'yeux qui la regardait avec la queue bougeant dans tout les sens, et c'est alors qu'elle comprit que le loup était en faite une louve et qui faisait la même chose que sa compagne et elle. Se mettre à l'abri avec ses petits. La louve ne sentant aucun danger s'allongea à coté des deux femmes et prit ses petits avec elle sauf un qui voulait jouer avec la grande femme qui avec uniquement l'aide l'animal réussit à le faire s'arrêter pour qu'enfin il s'allonge au coté de sa mère et s'endorme comme ses frangins. Puis Olivia finit par faire la même chose en se sachant encore plus en sécurité avec la louve à ses cotés.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:07

CHAPITRE 17


le lendemain matin, Julia se réveilla doucement, elle sentit quelque chose de doux et poilu à ses coté, lentement elle ouvrit les yeux et vit une tête de loup à ses coté elle se mit à hurler tout en se reculant d'un bond, cette action fit que comme l'endroit était quand même un peu étroit là où les deux filles étaient elle donna involontairement un bon gros coup de coude dans le visage de sa compagne qui se réveilla en criant de douleur.

« Oh Olivia je suis désolée ! » Dit Julia en remarquant ce qu'elle avait fait.

La grande femme ne dit rien mais se tint l'œil là où le coup était arrivé. Les hurlement des deux filles firent sursauter les louveteaux qui se blottir contre leur mère, cette dernière ne sentant aucun danger pour ses petits ne réagis pas et continua de dormir. Julia à toute hâte sorti de l'abri et alla chercher un peu de neige afin de l'appliquer sur l'œil de sa compagne.

« Je suis vraiment désolée mon cœur j'ai eu peur et... » La petite blonde était tellement paniqué qu'elle n'arrivait pas à trouver une excuse valable.

« Ça va, ne t'inquiète pas ce n'est rien. » Dit Olivia en mettant sa main sur celle de la petite blonde qui détenait la neige posée sur son œil. « Je peux comprendre que le réveille en voyant ses loups t'a un peu surprise. »

« Oui mais j'aurai du faire attention et je... »

« Ne t'inquiète pas c'est bon. » Essaya la brune de rassuré sa compagne en lui souriant doucement.

La jeune femme hocha simplement la tête en guise de réponse mais elle était gêner d'avoir involontairement frappé sa compagne.

Elle sorti un peu tristement de la grotte et essaya de refaire un peu de feu histoire d'avoir un truc de chaud à boire. Le vent et la neige c'était arrêté pour laisser à la place un grand ciel bleu et un soleil radieux qui faisait briller de mille feu la neige sous lui. Une fois que la boisson fut but les deux filles rangèrent leur affaires et ce préparèrent à partir. Julia n'osait pas regarder sa compagne car doucement son œil commençait à changer de couleur pour se former en un magnifique coquard. Olivia elle était un peu peiné pour sa compagne mais retenait malgré tout un fou rire. « Mais que va-t-il nous arriver aujourd'hui, la journée commence vraiment bien. » Se dit-elle ironiquement. Doucement la louve et ses petits sortie eux aussi de l'abri et alla au grand étonnement des deux amantes près d'elles.

« Tu ne serai pas part où nous pourrions aller pour rejoindre la ville ? » Demanda Olivia à tout hasard comme ci que la louve pouvait lui répondre.

« Tu crois qu'elle va te répondre ? » Demanda Julia amusé.

« Ben je ne sais pas je tente. » Dit sa compagne simplement.

Contre tout attente la louve commença à marcher en direction de l'ouest et quand elle fut quelques mètre plus loin, elle s'arrêta et regarda les deux femmes en aboyant.

« Attend ne me dit pas qu'elle à comprit ? » Demanda la petite blonde stupéfaite de la réaction de l'animal.

« Je sais pas, mais allons y peut être qu'elle va nous conduire là où l'on veut. » Répondit la grande femme en prenant son sac à dos.

Les deux femmes commencèrent à suivre la louve et ses petits qui les entrainaient dans la forêt, aussi bien Julia qu'Olivia étaient un peu septique de la direction prise, elles n'avaient pas trop confiance quand elle se rendirent compte que l'animal les entrainaient en profondeur dans la forêt, mais elles ce dirent qu'elles étaient d'autant plus en sécurité avec les loups dans la forêt que seules, elles n'avaient vraiment pas envie de se faire attaquer de nouveau par un ours. L'avancer ce faisait dans le calme et le silence, elles parcoururent plusieurs kilomètres quand l'animal s'arrêta et se mit à les regarder. Olivia se demandant pourquoi et s'avança prêt de ce dernier qui se trouvait à quelque mettre devant elle et s'aperçut que c'était la fin de la forêt ainsi qu'une ville juste en bas de la pente à quelques kilomètres de là où elles étaient. Julia qui avait rejoint sa compagne lui sauta dans les bras heureuse d'être enfin sorti de cette forêt en un seul morceau.

Après avoir dit soigneusement au-revoir à la louve et ses petits, les deux filles partirent d'un pat décidé vers la ville, une heure après elles y atteignirent.

« Enfin, nous somme sortie, nous allons pouvoir retourner auprès de ta mère et prendre une bonne douche. » Dit Julia heureuse.

Son enthousiasme se dissipa quand elle vit sa compagne faire une drôle de tête.

« Qu'est ce qu'il t'arrive ? » Lui demanda-t-elle.

« Heu...je ne reconnaît pas cette ville. » Dit Olivia un peu mal à l'aise.

« Quoi ? Tu me fais marcher là ? » Demanda la petite blonde en commençant à se tendre.

« Non j'en ai bien peur. » Répondit Olivia avec un sourire dépité.

Les deux filles s'avancèrent méfiante dans la ville et allèrent dans un café afin de prendre une boisson chaude ainsi qu'avoir des renseignements sur le lieux où elles se trouvèrent. Le café était assez petit et peu de monde y venait, c'était la patronne qui servit les deux cafés crème qu'elles avaient commandé.

« Excusez moi madame pourrions nous savoir où nous, nous trouvions, enfin je veux dire dans qu'elle ville ? » Demanda la grande femme.

« Et bien mademoiselle vous, vous trouver à Mountain Village. » Répondit chaleureusement la patronne tout en déposant la commande des deux femmes.

Julia qui vit sa compagne se décomposer commença à se poser des questions.

« Un problème Olivia ? » Demanda-t-elle.

« Nous somme à au moins 70 kilomètre de la résidence. » Répondit la grande femme dépiter.

« QUOI ! ! ! » Hurla la petite blonde sur le coup de la surprise. « Attend tu plaisante là ? » Demanda-t-elle voulant se rassurer.

« Heu non pas du tout mademoiselle. » Répondit la patronne du bar.

« Dite moi à quelle heure passe le prochain bus ? » Demanda Olivia en reprenant un peu de courage.

« Ben mademoiselle il n'y en as pas ici. »

« Pardon ?! » Demanda les deux amantes en même temps.

« Ben oui, il n'y en a jamais eu de bus qui passe dans cette ville et je me demande en plus pourquoi alors que celle qui son à quelque kilomètre d'ici en ont. » Répondit la femme.

« Mais nous devons aller à Kotlik. » Dit Julia d'une voix suppliante.

« Je suis navré, mais cette ville n'est desservit par aucun bus. Il faut une voiture où autre moyen de locomotion. »

Les deux femmes finirent leur boissons chaude et sortie du café après les avoir payer d'un pat lent complètement décourager. Elles passèrent dans la ville en allant voir les magasins afin de laisser passer leur dégout. Elles arrivèrent prêt d'un artisan qui faisait des jouets en bois, Julia qui était particulièrement intéressée s'arrêta un petit moment et regardait un magnifique cheval tailler dans le bois et peint à la main.

« Et bien mes demoiselles vous en faite une de ses tête. » Leur dit une voix d'homme âgé arrivant vers elles.

Les amantes sursautèrent tellement plongées dans leur pensées qu'elles n'avaient pas vu arrivé le vendeur. Ce dernier était un petit grand père assez crépu d'âgé d'une soixantaine d'année.

« Désolée monsieur nous avons un peu perdu le moral. » Répondit Julia.

« Que vous arrive t-il ? » Demanda le papy.

« Nous somme à 70 km de notre domicile et nous n'avons aucun moyen de rentrée en dehors de la marche à pieds. » Répondit Olivia.

« Ah oui sa fait au moins quatre jours de marche cela. Mais comment avez-vous atterrit ici ? » Demanda l'homme curieux.

Alors les deux compagne racontèrent leur histoire.

« Ah oui je comprend. Mais il y a un moyen assez rapide de contourner les 70 km pour aller à Kotlik. » Dit le vieux monsieur.

« Ah oui ?! » Demanda Olivia en reprenant du courage.

« Oui si vous coupez par la forêt vous gagnerez 20 km et vous ne mettre que deux jours pour y arrivé. » Quand il eu finit sa phrase, il regarda étrangement les deux femmes qui c'était décomposé. « Vous allez bien jeunes filles ? »

« Il est gâteux où quoi, nous venons de nous taper la forêt poursuivit par des ours en tombant dans des trou chose qui nous a fait atterrir ici, son cerveau dois marcher au ralenti c'est pas possible où c'est l'âge. » Se dit Olivia en regardant l'homme comme si il était un mutant.

« Mais il ce fait vieux où quoi nous venons de lui raconter comment nous sommes arrivées ici et il veux nous renvoyez par la forêt, je vais lui foutre des ours au fesses moi il va savoir ce que ça fait. » Ce dit Julia en comparant l'homme avec un extraterrestre.

« Mes demoiselles ! Vous allez biens ?! » Leur redemanda le vieux monsieur.

« Hein oui, oui tout va bien. » Répondit Julia en sortant de ses pensées.

« Car en faite si vous passez par la route qui longe la forêt cela vous rallongera et vous perdrez du temps et surtout c'est assez dangereuse. » Poursuivit l'homme sans se préoccupé des filles.

« Merci monsieur, de votre conseil nous en prendrons soins. » Dit la petite blonde voyant les yeux de sa compagne devenir noir.

Julia réussit à faire avancer sa compagne avant qu'elle ne commette un meurtre, voyant le petit vieux qui n'avait écouter de ce qu'elles avaient dit.

« Ah une dernière chose, faite attention quand même la forêt regorge d'animaux sauvage dont des ours. » Dit l'homme non chaleureusement.

À ses mots Olivia, fit demi tour aussi vivement qu'un félin et elle allait attraper le vieux par le haut du t-shirt quand sa compagne s'interposa immédiatement ce qui permit à l'homme de partir un peu plus loin.

« Non Olivia, laisse le tranquille. » Dit la petite blonde en essayant de la retenir. « Nous devons rentrer. »

« Oui mais il n'a... »

« Je sais mais arrête. » La coupa Julia en voyant le vieux monsieur revenir vers elle.

« Ça vas pas, vous être malade vous avez vraiment un problème. » Dit l'homme une fois sauvé des griffes de la grande femme.

« Si si tout va bien, elle à juste oublier de prendre ses pilules ce matin. » Répondit Julia en regardant sa compagne les sourcils froncé.

La phrase de la petite blonde stoppa net l'avancer d'Olivia.

« Maintenant tu fais demi tour et nous repartirons par la forêt. » Continua la petite blonde en poussant sa compagne. « Merci beaucoup monsieur et encore désolée. » Dit elle à l'intention du vendeur.

Arriver à l'entrée de la forêt Olivia explosa.

« Bon sang laisse moi faire de la luge avec son corps, je vais lui apprendre à écouter les gens moi. »

« Non Olivia tu ne fera ni de la luge avec lui ni du lancer de quille avec sa tête, nous avons deux jours de marche minimum, alors quand nous serons rentrée là je t'autorise à faire ce que tu veux de lui et je t'aiderai si tu veux mais pour le moment tu avance. » Dit la petite blonde semi-amusé et semi-agacé par le vieux.

Olivia énerver regarda sa compagne, mais elle devait admettre que cette dernière avait raison et c'est en bougonnant qu'elle commença à prendre le chemin qui les ramena encore une fois dans les profondeur de la forêt. « Je te jure que si je croise cette louve j'en fait des confettis. »

« Mais oui c'est ça avance. » Répondit Julia amuser du comportement de sa compagne en laissant cette dernière à la traine ronchonner dans son coin.

Au bout de quelques minutes de marche, la grande femme qui c'était calmer et mise à coter de sa belle se stoppa net.

« Mais que t'arrive t-il ? » Demanda la petite blonde étonner du comportement de sa compagne.

« Alors comme sa j'ai besoin de pilules ? » Demanda Olivia outré.

« Hein et bien je... heu... » Julia se senti mal à l'aise d'un coup quand le regard doux de sa compagne se changea en un regard prédatrice.

Un sourire diabolique se dessina sur les lèvres de la brune, chose qui envoya des frissons dans le corps de sa compagne.

« Non Olivia je... » Julia commença à reculer quand elle vit sa douce s'approcher dangereusement d'elle. « J'ai dis sa comme ça histoire qu'il se calme et... »

« Oui bien sur et tu as trouvé que les pilules comme excuse ?! » Demanda Olivia en faisant reculer sa compagne là où elle le voulait.

Cette dernière se mit à reculer de plus en plus entrant dans le jeu de la grande femme sans le savoir. Puis elle butta contre quelque chose, elle tourna la tête et remarqua que c' était un arbre. « Oh, oh, je suis mal barré. » Se dit elle quand elle vit sa compagne avancer d'une grâce féline. Le regard qu'avait Olivia était si intense que Julia senti un frisson parcourir son corps et autre chose, d'un coup elle attrapa le blouson et l'attira sèchement contre elle en lui capturant ses lèvres dans un baiser fougueux. La grande femme malgré sa surprise se laissa faire et répondit immédiatement. Julia lâcha le blouson de sa compagne pour retirer a toute hâte ses gants et ouvrit le vêtement afin d'y passer ses mains.

« Julia mais... » Olivia n'eut pas le temps de continuer sa phrase qu'elle se fit capturer de nouveaux ses lèvres.

Julia passa ses mains sous le haut et alla à sa destiner qui était la poitrine de sa compagne. Immédiatement le corps de la grande femme réagissait.

« Julia nous devrions pas. » Réussit à dire Olivia.

La petite blonde ne releva pas ce que sa compagne disait et continuait, elle avait atteint sa cible et laissa ses mains caresser chaque centimètre de peaux qu'elle trouvait. La brune essaya de résister mais ne réussit pas et laissa son propre corps contrer les assaut que sa douce lui faisait et c'est à ce moment là que la chose qui c'était produit en Julia peut de temps avant ce fit chez la grande femme, qui d'un coup attrapa sa compagne dans ses bras et la souleva en la collant contre l'arbre, la petite blonde entoura sans attendre le grand corps de ses jambes. Elles se replongèrent dans un baisser fougueux remplit de passions et d'amour en laissant leur langues faire le plus beau des ballets, leur mains allèrent droit au but à la recherche du trésor de chacune et fut trouver en un rien de temps, et les caresses commencèrent avec un passions débordante en donnant une cadence accélérer, leur soupire se mélangèrent à leur baisser laissant transmettre sans retenu ce que l'une ressentait pour l'autre. Et d'un coup leur amour explosèrent en une éruption puissante de passion et d'amour sous le nom de leur compagne qu'elle prononcèrent pour la première fois dans le froid de ce mois de décembre.

À bout de force les deux filles s'effondrèrent dans la neige enlacer l'une contre l'autre.

« Qu'est ce... » Olivia n'ayant pas assez récupéré ne put finir sa phrase.

« Je...je ne sais pas ce qu'il c'est passer. » Répondit Julia. « C'est comme ci que mon corps avait bouger tout seul. Ton regard que tu m'a lancer ma fait un effet monstre. »

« Et bien je vois ça, mais à vrai dire j'ai ressenti la même chose quand j'ai croiser ton regard. »

Julia qui était allonger sur le dos dans la neige regardait le ciel à travers les branche d'arbre. « J'ai... j'ai eu quelque chose d'étrange. » Dit elle sérieusement.

« Comment ça ? » Demanda Olivia également allongé en s'appuyant sur son coude.

« Tu va trouver ça stupide, mais j'avais pas l'impression d'être dans mon corps. » Dit la petite blonde un peu nerveusement.

« Comme si que tu regardait la scène de l'extérieur ? » Dit la grande femme.

« Quoi mais comment tu... » Julia se redressa d'un bon en se mettant assise.

« Hé bien c'est ce que j'ai ressenti et de plus je crois que ce n'est pas un ressenti, mon âme à quitter mon corps au moment où j'ai croiser ton regard. » Expliqua la brune.

« C'est fou, c'est exactement ce qu'il c'est passé. » Dit la jeune femme stupéfaite. « Mais qu'est ce que cela veux dire ? »

« Je ne sais pas. » Dit Olivia songeuse.

Les deux femmes arrêtèrent de parler quand elle entendirent un bruit de craquement, immédiatement elles se regardèrent quand d'un coup la neige sur laquelle elles étaient se mit à s'effondrer en les embarquant pour une descente de plusieurs mètres plus bas. Quand le chute fut finit elles se redressèrent doucement en secouant le surplus de neige qu'elles avaient sur leur vêtement.

« Mais qu'est ce que c'est que sa encore ? » Demanda Olivia énervé.

« Regarde. » Dit Julia en pointant le haut du doigt. » Nous étions sur une descente, mais avec la hauteur de la neige cela nous à paru plat. »

« Faut suivre la forêt c'est le chemin le plus court disait il. » Grogna la grande femme. « Hé bien non ! Regarde la montée est impossible à faire trop glissant. » Dit elle toujours énerver.

Chose qui fait rire sa compagne. « Je suis désolée. » Dit cette dernière en voyant le regard noir que lui faisait sa douce. « Mais le faite de t'entendre râler me fait rire.  Allez je secoue mes chaussures et on essayent de trouver le chemin de la sortie. » Dit elle pour changer de sujet.

Elle alla prêt d'un arbre afin de taper ses chaussure pour faire sortir la neige qui avait commencé à entrer dedans et au moment où l'action se produit une couche de neige qui se trouva sur une branche tomba sur Olivia. La petite blonde qui avait assister à l'action éclata de rire, sous le regard mécontent de sa compagne. « Je...je suis dé...désolée. » Dit elle entre ses rires.

« Heu je ne crois pas que ce sois toi qui est fait ça. » Dit Olivia la peur dans les yeux.

« Quoi que veux tu dire et Olivia ça va ? » Demanda Julia en se rapprochant de sa compagne une fois sa chaussure remise. « Olivia, répond moi. »

« Une course poursuite ça te dis. » Répond la grande femme les yeux remplit de supplice et de pitié avec un sourire expriment les même sentiments que son regard.

« Quoi tu...tu veux dire qu'il...qu'il y a un...un ours. » Demanda la jeune femme tétanisé.

« NON UN LYNX ! ! ! » Hurla Olivia en attrapant la mains de sa compagne pour un sprint hors du commun.

Mais malheureusement pour elles le félin était plus rapide, et d'un coup il se jeta sur Julia qui tomba la tête la première dans la neige avant de partir dans un roulés-boulés dans un fossé qui se trouvait juste à coté d'elle, Olivia qui senti sa main se lâcher vit sa compagne tomber dans le fossé avec le félin dans sur son dos.

« JULIAAAAAAAA ! ! ! »

Sans attendre elle sauta elle aussi dans le fossé en espèrent les rattraper, mais elle savait que cela était impossible, elle fit sa descente avec la plus grande prudence, en se retenant à des branche d'arbres ou racine qui était apparente. Plus d'une fois elle avait glisser à cause de la glace, mais avait malgré tout réussit à ne pas dégringoler. Elle s'inquiétait fortement pour sa compagne, elle priait tout ce qu'elle pouvait afin que cette dernière n'est rien.

Quand elle arriva en bas, elle regarda tout autour d'elle et ne voyait pas sa douce, cela commençait à lui faire peur, elle allait s'éloigner de l'endroit où elle se trouvait quand elle entendit un rugissement de félin avec un cris aigu l'accompagnent. Sans attendre elle se précipita vers l'endroit d'où venait les son et quand elle arriva sur les lieux elle éclata de rire tellement la situation était hilarante. Julia et le félin était sur un lac geler, l'animal essaya tout comme la petite blonde de revenir sur le bord mais à chaque pat ils se vautrèrent sur la glace, qui heureusement pour tout le monde la glace était assez solide pour supporter le poids d'un véhicule.

« Oh lieu de rire viens m'aider. » S'écria Julia.

« Qu'est ce que tu veux que je fasse, si je viens je vais être dans la même situation que toi et je ne pourrais pas venir t'aider, il faut simplement que tu fasse des petits pat, comme si tu avançait sur un poutre de gymnastique. » Répondit Olivia en mettant ses deux mains autour de sa bouche pour faire un porte voix.

En faite la vérité était qu'Olivia voulait profiter de voir sa compagne dans une situation embarrassante histoire de s'amuser un peu, mais cela elle se le gardait bien de le lui dire.

La petite blonde essaya de faire ce que lui disait sa compagne mais s'avéra inefficace, elle fit deux autre pat et tomba lourdement sur la glace, sous les éclat de rires de sa compagne qui augmenta quand elle se mit à marcher à quatre patte.

« Oh moins je ne me ferais pas mal et surtout sa avance mieux que ta technique. » Dit elle en se forçant de ne pas rire.

Une fois arrivée auprès de sa compagne qui se calma doucement, Julia se tint devant cette dernière avec un moue faussement fâcher en croisant les bras sur sa poitrine.

« Dit quand tu aura fini de rire, dis le moi car il faudrait vraiment y aller avant que notre ami n'arrive sur la terre ferme. » Dit elle en montrant le lynx.

« Oui tu as raison, allons nous en j'aurais tout le temps après pour me moquer de toi. » Répondit Olivia en regardant l'animal pratiquement arrivé.

« Hé ! » Objecta la jeune femme en donnant un petit coup sur le bras de sa compagne. « Tu n'est pas gentille avec moi, j'ai fais ce que j'ai put. »

« Oui j'ai vue ça, mais c'était drôle. » Répondit la grande femme.

Les deux femmes s'éloignèrent du lac et à un kilomètre à peut près elle s'arrêtèrent, dans un petit renfoncement, pour qu'Olivia puisse inspecter le corps de la petite blonde afin de savoir si elle n'a aucune blessure. Quand Julia retira son blouson, la brune remarqua plusieurs blessure de griffe sur le petit corps.

« Ne t'inquiète pas ce n'est pas douloureux et ce n'est que des griffures. » Dit la jeune femme voulant rassuré sa compagne.

« Oui je sais bien mais voir des blessures sur ton corps et ta figure me lessive le moral. » Dit la grande femme tristement.

« Sur le visage ? » Demanda la petite blonde étonner.

« Oui tu en as une sur la joue et tu as la lèvre coupé, tu ne t'en ai pas rendu compte ? »

« Non je ne ressens rien, hors marque entre toi avec ton coquard et moi ma lèvre on fait un couple d'enfer. »

« Dois-je te rappeler à cause de qui j'ai mon œil au beurre noir. » Dit Olivia en regardant sa compagne avec un sourcil relevé, en faignant l'agacement en étant amusé.

La petite blonde pour toute réponse se mit à rougir violemment et baissa la tête honteusement.

« Allez ce n'est pas grave, au moins comme cela j'aurai une marque faite par toi. » Dit la grande femme amusée.

Une fois Julia rhabillé, les deux amantes sortirent de leur cachète et reprirent leur marche, dans quelle direction, elles ne le savait guère, car l'attaque du félin leurs à fait perdre encore plus leur trajectoire. Elles marchèrent pendant quatre heures d'affiler quand elles tombèrent sur une petite source où l'eau ruisselait malgré le froid, les deux filles allèrent auprès d'elle et Olivia gouta une gorgé afin de savoir si elle était bonne, chose qui fut le cas, et c'est avec bonheur qu'elles remplirent les deux bouteille d'eau tout en buvant un bon demi-litre chacune, la marche sans le savoir les avait assoiffé puis elles reprirent leur route jusqu'à ce qu'elles tombent sur un cul de sac avec un mur fait de roche faisant une vingtaine de mètres.

« Oh non, dite moi je rêve. » Dit Olivia vraiment lasse.

« Il n'y a aucun passage, qu'allons nous faire ? » Demanda Julia désabusé.

« Faire demi tour où escalader cette chose pour arriver de l'autre coté. » Répondit la grande femme en regardant scrupuleusement l'obstacle.

« Tu pense à ce que je pense. » Dit Julia avec un regard et un sourire remplit de défi.

« Oui je crois bien que c'est le cas. » Répondit la grande femme de la même manière.

« Alors qu'est ce que l'on attend ? »

« Rien. » Répondit la brune.

Et c'est dans un beau geste similaire, qu'elles se rapprochèrent de la roche pour l'escalader à nue. Leurs gestes étaient parfait, elles avaient une très bonne prise, et c'est avec facilité qu'elles atteignirent le milieu de la roche une heure plus tard.

« Il y a une sorte de grotte un peu plus haute. » Dit Julia qui était un petit peu plus haut que sa compagne qui l'avait laissé passer devant afin de l'avoir bien dans son champ de vision.

« Nous allons aller dedans afin d'y passer la nuit. » Répondit cette dernière.

Dix minutes plus tard les deux filles qui étaient arrivées dans le trou, commencèrent à déballer ce qu'elles avaient acheter dans le village pour camper. Une fois leur couchage installer elles firent un feu avec le bois qu'Olivia avait ramasser durant toute la marche, puis Julia sortie de son sac des tasses et commença à faire chauffer l'eau afin de se faire un café histoire de se réchauffé un peu plus puis, elles prirent leur repas dans la calme et un silence bien faisant, une fois ce dernier fini, Julia après avoir ranger les affaires dans son sac se posa devant l'entrée de la grotte avec une tasse de café dans la main et regarda la nature nocturne s'éveiller à la tomber de la nuit. Le ciel était claire et la lune qui était pleine brillait de toute sa splendeur en illuminant la terre sous elle, aucun nuages ne virent la déranger et cela plaisait beaucoup à la petite blonde qui regarda les éléments avec des yeux d'enfants. Elle sursauta quand elle senti un grand corps se poser contre le sien la faisant sortir de sa contemplation, mais elle se cala contre ce dernier quand de grand bras passa autour de ses épaules en la faisant basculer en arrière.

Olivia qui avait finit se qu'elle avait à faire prit sa tasse et alla rejoindre sa compagne, elle passa derrière elle et posa ses deux jambes de chaque coté de la petite blonde tout en mettant ses bras autour des épaules et en la tirant doucement contre elle. Elle récupéra sa tasse qu'elle avait poser et se mit elle aussi a contempler la nature sauvage de l'Alaska, en dessous, elle pouvait apercevoir une meute de loup courir, un peu plus loin elle repérait quelques rennes et des rongeurs qu'elle ne distinguait pas bien à cause de l'éloignement. Elle repéra une chouette dans un arbre et la suivit du regard au moment où cette dernière s'envola, puis son attention fut attiré par une chose dans le ciel, quand elle le regarda elle appela immédiatement sa compagne. Julia leva les yeux pour voir ce que sa douce voulait lui montrer et fut émerveillée par la chose qui se trouvait dans le ciel. Une aurore boréal se dessinait parfaitement dans le ciel avec ses jeux de lumière. Jamais la petite blonde n'avait put assister à cet événement et elle en fut extrêmement heureuse de pouvoir assister à cela en compagnie de sa tendre et belle ténébreuse. Elle se retourna un peu et regarda cette dernière intensément, ce geste déstabilisa Olivia qui s'en rendit compte et ne savait pas quoi dire tellement le regard de la petite blonde était magnifique.

« Je t'aime Olivia, je t'aime comme j'ai jamais aimer personne, te rencontrer à été pour moi la naissance d'une nouvelle vie, jamais je n'aurai cru cela possible avant ton arriver dans ma vie. Je voudrais passer le restant de ma vie à tes coter et mourir à tes coté, jamais je ne pourrais me passer de toi. » Dit elle avec la plus douce des voix qui transmettait tout les sentiments qu'elle avait à l'égard de la grande femme.

Olivia était tellement ému par ce que venait de lui dire sa douce qu'elle demeura sans voix, Julia n'attendait pas spécialement de réponse, se retourna légèrement et se mit sur le coter en restant toujours dans les bras de sa belle en collant son bras droit contre le grand corps, puis doucement elle monta sa main gauche et la mit sur la nuque de la grande femme et lui abaissa la tête afin de capturer les lèvres qu'elle convoitait depuis le début de la soirée. Olivia répondit immédiatement et c'est dans des mouvement de vas et vient qu'elles s'embrassèrent. Doucement la grande femme posa sa mains droite sur la joue de sa compagne, puis doucement sans interrompre le baiser elle se redressa en entrainant sa douce avec elle, ensuite une fois qu'elle fut debout elle souleva la petite blonde qui passa ses jambes autour de son corps et s'avança en direction du couchage où elle déposa son doux fardeau. Toujours sans arrêter le baiser elle l'allongea sur le duvet en se mettant à ses cotés, afin de prolonger encore plus l'action. Julia passa doucement ses mains sous les habilles de sa compagne afin d'avoir le contact de la peau du dos et c'est dans des caresses délicate qu'elle laissa vadrouiller ses mains tendrement, Olivia sentis des frissons lui parcourir le corps, les douce caresse que lui procurait sa compagne était exquise et laissa ses mains se balader également afin de commencer un longue et belle nuit remplit d'amour.

Le lendemain, Julia se réveilla avant sa douce qu'elle regardait dormir avec des yeux amoureux. Elle se leva doucement afin de ne pas réveiller sa belle et se mit devant l'entrée de la grotte afin de voir le réveille de la nature avec le levé du soleil qui commençait à se pointé sur l'horizon. Peu de temps après Olivia c'était réveiller et avait rejoint sa compagne au moment de l'apparition de l'astre qui leur chauffait la peau avec bonheur. Elles revinrent toutes les deux à la réalité quand elles se souvinrent du reste de la roche qu'elles devaient escalader afin de continuer leur route. Quand leur affaire fut ranger les deux filles se donnèrent du courage et reprirent leur ascension, elles étaient arrivées pratiquement en haut quand Olivia perdit l'équilibre à cause d'une prise qui avait subitement lâcher et commença à tomber. Au même moment Julia qui était au même niveau que sa douce réagit d'un coup et attrapa la main de sa compagne, mais à cause de la vitesse et du poids elle fut elle aussi entrainer, elle laissa sa main valide sur la roche avec espoir de se raccrocher à une prise chose qu'elle réussit avec beaucoup de mal. Pendant l'action Olivia c'était taper violemment la tête contre la roche en s'ouvrant légèrement l'arcade quand à Julia elle ne dit rien afin de ne pas inquiéter sa belle, elle ne possédait pratiquement plus de peau au niveau de la paume et des doigts. Une fois que la grande femme eu retrouver une prise, les deux amantes finirent l'escalade de la roche et une fois arriver en haut se laissa tomber dans la neige à bout de souffle.

« Hé bien mon vieux, je ne ferais pas sa tout les jours. » Dit Olivia épuisé.

« Ça, je veux bien te croire. » Dit Julia à son tour.

« Bon allez, si nous avons fait ce qu'il fallait, nous nous retrouvons sur le chemin qui doit nous emmener chez mon oncle. »

« Ce qui veux dire ? »

« Que nous somme à même pas un jour de marche de chez lui. » Dit Olivia joyeusement.

« Oui ben fait gaffe au cas où il nous arriverait encore un truc. Dit Julia un peu septique.

Olivia ne dit rien mais était du même avis que sa belle, après avoir récupéré leur souffles, les deux femmes reprirent leur marche, aucune d'elles ne se souciaient de leur propre blessures, la seule chose qu'elles avaient en tête c'était la maison de Francis là où elles pourraient enfin dormir confortablement ainsi qu'un bon bain chaud. La marche se passa bien à part qu'elles croisa leur grand cher ami l'ours, des lynx et couguars ainsi que des mini avalanches les faisant tombée à plusieurs reprise. Il leur resta plus qu'une demi journée de marche pour arrivé à leur endroit tant désirée il était pas loin de 14 heures quand elles décidèrent de s'arrêter manger. Elles s'installèrent à coté d'un arbre et commencèrent leur déjeuner rapide.

« Un jour mon père et moi nous, nous étions perdu comme cela, il voulait me montrer la naissance d'une louve et m'avait emmener très tôt le matin, quand nous avions trouvé la louve, mon père fut heureux qu'elle n'ai pas eu le temps de mettre bas. Alors il me fit une petite place tout prêt de lui afin que je sois en sécurité tout en regardant l'animal mettre ses petits au monde sans qu'elle ne nous vois. J'étais très sage et regardait attentivement le magnifique spectacle qui était devant moi, quand le silence se fut entendre dans la forêt c'est à ce moment là que la louve donna naissance à quatre petits monstre. J'étais tout excité mais je ne faisait pas de bruit afin de ne pas déranger les animaux, mais malheureusement ce jour là un ours est apparut il avait senti l'odeur des proies sans défense, il avait commencé à retiré la terre qui était autour de l'abri de la louve avec ses grosse griffes, cette dernière était trop épuisé pour se défendre, l'ours était à deux doigt d'attraper un petit quand d'un coup mon père sorti de sa cachette et provoqua le prédateur. » Olivia se tu laissant se souvenir remonter doucement à la surface.

« L'ours qui voyait mon père faire de grand geste en parlant très fort se retourna d'un coup et se dirigea vers mon père qui lui commençait à reculer fortement, il me hurlait de rester cacher, chose que je faisait tellement j'avais peur, l'ours donna un gros coup de griffe sur le ventre de mon père qui se fit propulser plus loin, mais quand il avait remarqué que l'animal était assez loin de la louve et ses petits sans hésité il sortie son arme et tira en l'air afin d'effrayer l'ours qui s'enfuit sur le champ au premier coup de feu. Sans attendre je sortie de ma cachette et me précipitait sur mon père qui m'accueillit dans ses bras avec tout l'amour qu'il pouvait me donner. » Elle laissa se doux et chaleureux souvenir s'emparer d'elle.

« C'était la seule fois où mon père m'avait montré son amour, la seule fois où il se crut mourir tué par un ours, la louve qui avait assister à cela reparti auprès de ses petits. » Fini Olivia nostalgique.

« C'est une belle histoire. » Dit Julia qui avait écouter très attentivement.

« C'était vraiment la seule fois où mon père c'était conduit comme un père et non comme un soldat. » Dit Olivia tristement.

« Je l'en suis très reconnaissant n'empêche. » Dit Julia tranquillement en regardant le ciel.

« Pourquoi ? » Demanda la grande femme ne comprenant pas trop.

« Parce que sans lui je ne t'aurai jamais connu et jamais je n'aurai pu vivre un tel amour, ton père comparé au mien à été très dure et t'a apprit des choses qui ne sont pas à apprendre à un enfant, à ce niveau là j'ai eu plus de chance que toi. » Dit Julia tendrement.

« Oui je dois l'admettre, mais j'aurai tellement aimer avoir un père qui m'aime et qui me donne ce qu'un enfant doit recevoir. » Dit Olivia tristement.

Julia se leva et se mit devant sa compagne en lui attrapant les mains.

« Olivia écoute moi, tu n'a pas reçu l'amour que tu t'attendait d'un père, mais tu en as reçu malgré tout et le plus bel amour que tu as reçu c'est celui de ta mère, si je pouvait faire revenir ton père afin de lui montrer ce que c'était le vrai amour je te le jure que je le ferai, mais malheureusement je ne le peux pas. » Dit Julia sincèrement.

« Je le sais bien et je t'en remercie beaucoup, je sais que ma mère à fait beaucoup et ma donner énormément d'amour mais... »

Julia ne dit rien et lâcha les mains de sa compagne et fait un petit tas avec la neige pour former une sorte de siège. Olivia ne dit rien et regarda son amie faire. Une fois que son tas fait la petite blonde sortie de son sac un pull qu'elle posa sur la neige et s'assit dessus. Elle se mit à regarder intensément sa compagne.

« Ferme les yeux. » Ordonna t-elle gentiment.

« Pardon ? » Demanda Olivia déconcertée.

« Ferme les yeux s'il te plait sans poser de question. » Redis calmement la jeune femme.

Olivia regardait attentivement sa belle et remarqua que cette dernière était très sérieuse avec un petit truc qu'elle n'arrivait pas à déceler dans les yeux.

« S'il te plait Olivia ferme les yeux. » Redemanda Julia toujours aussi calmement.

La grande femme regardait sa compagne comme si elle était un extraterrestre mais, fini par se résigner et fait ce que sa belle lui demandait, curieuse de savoir le pourquoi du comment.

« Bien et ne les ouvrent que quand je te le dis. » Ordonna gentiment Julia.

Cette dernière, ferma à son tour ses yeux et inspira sans bruit une grosse bouffé d'air, et la relâcha doucement, ensuite avec lenteur elle ouvrit ses yeux qui était devenue complètement noir, délicatement elle approcha ses mains au niveau du visage de la grande femme et posa ses doigts de chaque coté du visage, et se concentra intensément.

Olivia au moment où elle sentit les doigts de la petite blonde se poser sur ses tempes senti un vertige s'emparer de son corps. Elle agrippa par instinct les bras de sa compagne et allait ouvrir les yeux pour comprendre quand cette dernière le lui interdit.

« Ne regarde pas laisse moi faire. » Ordonna t-elle encore une fois en mettant sa mains droite sur les yeux de sa douce pour l'obliger à les garder fermer.

Les yeux de Julia était devenu aussi noir que la nuit, elle referma ses propres yeux et d'un coup une chose se produisit, Olivia se senti partir mais fut retenu par sa compagne qui lui indiquait qu'elle pouvait rouvrir les yeux. Doucement les saphirs apparaissait en clignant plusieurs fois des paupière afin d'ajuster son regard, elle se statufia quand l'endroit où elle se trouvait avait complètement changer elle laissa son corps inerte et bougea uniquement ses yeux regardant autour d'elle. Elle était dans une prairie avec de l'herbe autour et quelque arbres en étant assise sur un tronc d'arbre.

« Mais qu'est ce... » Elle s'arrêta quand elle remarqua l'absence de la petite blonde. « Julia ? » Appela t-elle doucement. Un peu inquiète elle se leva de sa place et commença à avancer. « Julia où est tu ? » Elle cherchait sa compagne dans les alentours mais ne réussit pas à la trouver, elle commença vraiment à avoir peur, elle continua sa route sur un petit chemin qu'elle trouvait qui allait dans un bois, le soleil était tellement brillant dans le ciel qui réussissait à percer à travers les branches des arbres. « Julia ! » Continua t-elle d'appeler mais aucune réponse ne lui virent. Elle arriva à un tournant que le chemin lui offrait et s'arrêta quand elle se retrouva devant un homme lui tournant le dos. Doucement elle s'avança vers lui afin de lui demander si il n'avait pas vue une jeune fille blonde. Arriver prêt de lui elle tapa sur l'épaule de ce dernier et quand il se retourna, son corps entier se mit à trembler et elle en tomba à terre.

« Pa...Papa. » Dit elle la voix tremblante.

L'homme s'agenouilla pour se mettre à sa hauteur et posa une main douce sur sa joue pour la lui caressé délicatement avec un doux sourire.

« PAPA ! » S'écria la grande femme en se jetant dans ses bras sanglotant heureuse.

« Bonjour ma chérie. »

« Oh papa, si tu savais combien tu me manque. » Dit la grande femme en larmes.

« Je le sais mon ange, tu me manque toi aussi. »

« Mais que fait tu ici ? Et où sommes nous ? » Demanda Olivia perdu.

« Cela n'a pas d'importance de savoir ce que je fais ici et où nous nous trouvons. Je voulais te parler et m'excuser. »

« Mais pourquoi ? Tu n'as rien fait de mal envers nous. » Dit Olivia en essuyant ses yeux remplit de larmes.

« Si, je n'ai jamais su être un bon père, je t'ai appris des choses que je devais pas apprendre à un enfant et aussi de t'avoir laisser la responsabilité de ta mère, tu as fais mon travail. »

Olivia ne dit rien et serra fortement son père dans ses bras. « Je ne t'en veux pas tu sais, j'ai toujours su que tu nous aimais mais à ta façon, les choses que tu m'a apprit mon énormément servis même si ce n'était pas dans le bon sans. »

« Oui je le sais et j'en suis désolé pour cela, mais je suis heureux que tu es rencontré ta copine, elle à le cœur pure et sait te montrer ce que je n'ai jamais su faire. » Dit l'homme tristement.

« Tu m'a apprit à être forte, même si au niveau des sentiments tu n'a jamais su nous le montrer, j'ai toujours su que tu nous aimais mais à ta façon. » Dit Olivia gentiment.

« Merci ma fille, mais la façon dont je t'ai appris n'était pas la bonne et vous le montrer je n'ai jamais put le faire car j'ai reproduit sur vous deux ce que mon père m'avais enseigner et il eu fallut que je sois mort pour le comprendre cela. »

« Sache que je ne t'en veux pas et que je continue à t'aimer. » Avoua Olivia en laissant ses larmes couler sur ses joue.

« Je t'aime aussi ma chérie et prend bien soin de ta mère comme je ne peux plus le faire. »

T »u ne vas pas partir maintenant, nous n'avons pas eu le temps de te parler. » Dit la grande femme ne voulant pas laisser son père partir.

« Je suis désolée mon ange, mais si je reste plus longtemps je risque de faire du mal à une personne. » Répondit son père en lui caressant doucement la joue.

« Mais faire du mal à qui ?! Tu es mort. » Demanda Olivia comprenant pas.

« Tu dois le découvrir par toi même, mais sache qu'elle prend énormément de risque pour toi et pour réaliser ton rêve. » Expliqua l'homme.

« Tu parle de Julia ? » Demanda la grande femme pas trop sur d'elle.

« Tu es vraiment perspicace et j'aime ce coté de caractère que tu tien de moi, c'est ce qui m'a permit de réussir dans ma vie professionnel, mais toi tu l'utilise pour tout et tu réussit là où j'ai échouer. »

« Mais comment elle...? »

« Sa, tu le découvrira, mais je te promet que nous reparlerons tout les deux un autre jour. »

« Non attend ! » Supplia la grande femme.

« Désolée Olivia je ne peux pas rester sinon ta copine risquerai de mourir. »

À ses mots la grande femme se figea et devint blanche.

« Mais comme je te l'ai dis nous nous reverrons un jour, je te le promet et comme cadeau de retour je t'envoie toi et ta copine à Kotlik, n'oublie pas que je t'aime ma fille. »

« Je t'aime aussi papa. » Dit la grande femme le sourire au lèvres avec des larmes coulant sur ses joues.

Puis d'un coup le noir l'engouffra et un autre vertige s'empara de son corps quand tout devint calme et paisible, le froid de l'hiver vint la frapper durement et elle ouvrit sans attendre les yeux pour y découvrir sa compagne qui la regardait tendrement.

« Mais qu'est ce... » Elle fut couper par deux doigt sur sa bouche.

« Ne dis rien. » Dit Julia avant de s'avancer pour capturer les tendres lèvres de sa douce pour un baiser passionné que le lui rendait cette dernière.

Olivia passa sa main gauche dans la nuque de la petite blonde afin de prolonger se baisé qui transmettait les sentiments de chacune, elle savait que cette dernière avait avoir avec sa rencontre avec son père, et elle voulais la remercier, leur langues firent un ballet immense mélangeant amour et passion dans des mouvements de va et vient, doucement sans quitter les lèvres de sa douce, la grande femme attrapa le bras de celle ci et l'attira tout contre elle et la serra fortement. Julia passa son bras gauche autour du cou de sa belle et l'autre poser sur le dos afin d'agrandir également ce moment magique, elle sentit des larmes toucher ses joues et comprit que c'était sa bien aimée qui laissait sortir toute ses émotions. Doucement le baisé se ternissait et quand elle se séparèrent elles laissèrent leur front se collé l'un à l'autre. Et sans comprendre la raison Olivia éclata pour la première fois en sanglots. La petite blonde l'attrapa immédiatement dans ses bras.

« Je...je suis dé...désolée. » Dit Olivia entre ses pleures la voix remplit de larmes.

« Chut, laisse toi aller je suis là. » Répondit la jeune femme. « J'espère que cela t'a plus. »

La grande femme hocha simplement la tête.

« Sache que je ne fais cela pour personne, tu es la première à qui je l'ai fait. » Expliqua Julia d'une voix douce.

« Mai... »

« Pourquoi ? » Demanda la petite blonde devinant la question. « C'est simple parce que je t'aime et parce que te voir souffrir de l'absence de ton père me fais mal, tu as toujours été là pour me soutenir alors que je n'allais pas bien, et tu as garder cette douleur en toi et je voulais également que toi tu puisse avoir ce que tu as toujours voulus avoir, revoir ton père. »

« Je...je ne serai comment te...te remercier. » Dit la grande femme la voix tremblante.

« Tu n'as pas à me remercier, tu fais déjà assez pour moi, normal que j'en fasse également pour toi. »

Julia s'écarta légèrement de sa compagne et lui prit son visage entre les mains et essuya ses larmes qui coulait.

« Je t'aime Olivia, je t'aime d'un amour infini, ce que tu as fais pour moi c'est bien au-delà de mes espérance, jamais personne n'avait fait ce que toi tu as fait. Mon amour pour toi est si grand que je ne peux pas le mesuré et, moi non plus je ne veux pas te voir souffrir et que tu cache ta tristesse à cause de moi je ne le veux pas, c'est ensemble comme nous l'avons dis, ensemble dans la joie, ensemble dans la tristesse, ensemble pour tout car toi et moi ne faisons qu'un et sa, pour le restant de notre vie. » Dit Julia avec une infime douceur dans la voix et dans les yeux.

« Ensemble. » Dit Olivia le sourire au lèvres.

« Ensemble pour toujours. » Dit Julia de la même façon.

« Pour toujours. » Finit la grande femme.

Elles s'embrassèrent de nouveau afin de celer une nouvelle fois cette promesse, mais elles furent interrompu par un grognement situer juste à coté d'elles.

« Oh non ! » Dit Olivia reconnaissant le cris.

« Si j'ai bien peur. » Dit Julia le sourire dépiter.

Doucement les amantes tournèrent leur tête en direction du bruit et leur pressentiment se parut vrai. L'ours qui était la cause de leur voyage, se trouvèrent juste à coté d'elle.

« Salut. » Dit Olivia le sourire abusé. « Ça va ? » Demanda-t-elle espèrent que se dernier comprenne.

L'ours se mit sur ses deux pattes arrière et poussa un grognement puissant à leur attention.

« Heu je crois qu'il n'aime pas ta politesse. » Dit Julia accablé.

D'un coup se dernier se mit à leur foncé dessus et elles eurent juste le temps de se mettre debout et courir qu'il était déjà derrière elles.

« Oui tu as raison. Ours mal poli. » Criait la grande femme.

« Bon sang ton père aurai put nous mettre loin de cet ours de malheur. » S'écria la petite blonde morte de rire.

« Oui je lui en toucherai deux mots quand je le reverrais, je te le dis moi. »

Les deux filles sans qu'elle s'en aperçoivent prirent le chemin du retour là où pour la première fois elles avaient vu l'animal et quelque minutes après elle repérèrent la ville de Francis.

Elle descendirent la pente qui était à coté d'une des pistes de ski et dans leur précipitation elle perdirent l'équilibre et descendirent toute la descente dans un magnifique roulés-boulés en atterrissant sur la station.

« Nou...nous sommes où ? » Demanda Julia la tête qui tournait étaler sur le sol dos contre neige.

« Je...je crois que nous sommes arrivées. » Répondit Olivia dans le même état.

« Vous allez bien mesdemoiselles ? » Leur demanda une voix venant derrière elles.

Avec fainéantise elle tournèrent leur tête afin de savoir qui leur parlait et virent un type de la station qui tournai.

« Nous sommes où là ? » Demanda Olivia lasse et la voix trainante.

« Heu vous êtes à la station de ski de Kotlik vous venez de faire plus de quatre kilomètre de roulés-boulés. » Dit l'homme un peu inquiet.

« Seulement quatre ? Demanda Julia d'une voix envouté. « C'est pas beaucoup. »

« Quoi, mais vous savez que vous auriez put vous faire tuer. » Dit l'homme ne comprenant pas l'attitude des deux femmes.

« Ah oui peut être. » Répondit Olivia l'esprit complètement à l'ouest.

Le gars les regardaient comme si qu'elles étaient des mutante.

« Mais vous venez d'où ? »

« De la forêt nous sommes allez faire une randonner. » Répondit Julia le sourire au lèvres avec toujours la même voix.

« Mais vous êtes folles il y a des ours. » Dit l'homme stupéfait.

« Ah sa, on avait remarqué. » Dit Olivia en regardant bêtement l'homme.

Aucune des deux filles ne c'était relever, les personnes autour d'elle croyaient qu'elle avait but où même fumer, leur voix et leur regard mélanger à leur sourire donnait cette impression. Doucement les amantes dans un belle ensemble se retournèrent et se mirent debout en chancelant un petit peu.

« Vous savez quoi c'est vos homme qui faut disputer, car c'est eu qui nous ont donné la carte pour aller se balader et en plus il ne nous ont pas prévenu qu'il y avait des ours. » Dit Olivia lasse avec la voix trainante.

« Oui ben vous avez de la chance de n'être pas tomber sur un ours où autres animaux sauvage qui traine dans le coins sinon vous ne seriez plus de se monde. » Dit l'homme en leur faisant la moral.

À ses mots Olivia et Julia se regardèrent puis elles regardèrent leur habilles déchirer par les animaux en question.

« Laisse tomber, rentrons, perdons pas notre temps à nous justifier. » Dit la grande femme au moment où elle vit sa compagne allant protester.

« Vous êtes sur que vous allez bien ? » Demanda l'homme en voyant les deux filles marcher en zigzaguant un peu.

« Oh oui très bien après être tomber dans des trous, se faire pourchasser par des ours lynx que pourrait t-il nous arriver de pire ? » Demanda Julia.

À ses mots elle tombèrent dans un trous qu'il venait tout juste d'être fait, afin de caler une grue.

« On est maudite. » Dit Olivia.

Aider par l'homme elles sortirent de ce trou.

« Vous, vous ne dites plus rien, car quand vous dite un truc cela se produit alors aller vous occuper de vos client et laisser nous tranquille. » Averti Julia en voyant que l'homme allait parler.

Et c'est dans le silence le plus total qu'elles partirent en direction de la maison de Francis. Arrivée devant la maison, elles lâchèrent un grand soupire de soulagement.

« Enfin nous sommes arrivées. » Dit Olivia joyeusement.

Leur série de mal chance ne ce finit pas quand un morceau de neige qui était sur le toit leur tombèrent sur la figure.

« Non ! Ne dis rien ! » Dit Julia.

Olivia énerver entra dans la maison là où des regards surprit les accueillirent.

« Pas un mots. » Dit Olivia voyant sa mère voulant dire quelque choses.

Les deux femmes allèrent dans leur chambres en faisant une tête exaspérée de leur randonnée. Elles prirent toute les deux une bonne douche et bien chaude et sous le regard étonnée de Francis Mathilda et Christine les deux amantes mangèrent comme si qu'elle n'avait pas manger depuis un mois sans dire un mots, et c'est toujours sans un mots qu'elles allèrent dans le salon après avoir aider à faire la vaisselle.

« Mais qu'est ce qu'elles ont ? » Demanda Mathilda en chuchotant.

« Je ne sais pas du tout. » Répondit la mère de la même manière.

« Vous avez vu elles sont blesser. » Dit Francis du même ton que les deux femmes.

« Je ne sais pas mais la personne qui à réussit à mettre un gnon à Olivia n'ai pas aller de main morte vous avez vue le coquard qu'elle a ? » Fit remarquer Christine.

« Oui je serai d'avis de voir cela demain, elles ont l'aire épuisé. » Dit Mathilda.

C'est sur la pointe des pieds que les trois compère allèrent dans leur chambres laissant le couple dans le salon endormit sur le canapé dans les bras de l'une et de l'autre. La mère d'Olivia était revenu histoire de mettre une couverture chaude sur les deux femmes et repartirent le sourire au lèvres voyant ces dernière le visages serin et posé en affichant un doux sourire.










Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:07

CHAPITRE 18.

Aujourd'hui c'était la veille de Noël, Christine et Francis étaient parti accompagné de Mathilda pour aller acheter tout ce qu'il leur fallait pour le réveillon laissant Julia et Olivia seule dans la maison, cette dernière était dans la salle vidéo afin de faire des test avec le caméscope que lui avait donner Francis, la petite blonde elle de son coté était dans le salon à lire un roman policier qu'elle avait commencer deux jours avant, elle était tellement prise dans sa lecture qu'elle ne vit pas sa compagne arriver et se mit à sursauter quand cette dernière posa ses main sur ses épaules.

« Hé ben, dit tout de suite que je suis un monstre. » Dit la grande femme en rigolant.

« Je...je suis désolée tu m'as fait peur. » Répondit la jeune femme rougissante.

« Je vois ça. » Répondit Olivia amusé, avant de devenir complètement sérieuse. « Heu je voulais te de demander je... » Elle n'arrivait pas à sortir la phrase qu'elle voulait tellement elle était embarrassée.

« Qu'est ce que tu as ? » Demanda Julia voyant la grande femme bloquer.

« Je voudrais te demander quelque chose c'est... enfin c'est par... » Olivia commença sérieusement à s'énerver contre elle de ne pas pouvoir poser une simple question.

Julia se mit debout et lui attrapa une main, ensuite elle la guida jusqu'au fauteuil et la fit s'assoir avant de se mettre sur elle en laissant ses jambes tomber sur l'accoudoir. Olivia se laissa faire tellement elle était nerveuse le faite d'avoir sa belle sur ses genoux la calma un petit peu. La grande femme passa son bras droit autour du corps de sa belle qui se cala confortablement, cette dernière leva une main et laissa celle ci caresser le visage de sa douce du bout des doigts, puis doucement elle avança sa tête et déposa ses lèvres sur celle de sa compagne qui monta sa main gauche pour la déposer sur la nuque afin d'approfondir le baisé qui était délicieusement délicat. Elles se séparèrent avec lenteur tout en plongeant le regard dans l'autre.

« Explique moi ce qui te tracasse. » Demanda Julia doucement.

« Hé bien, c'est pas facile à te demander mais, j'aimerai comprendre ce qu'il c'était passé dans la forêt quand... enfin tu vois de quoi je parle. » Réussit enfin à demander Olivia se santant enfin apaiser suite à ce baiser, elle ne comprenait vraiment pas mais le pouvoir que la petite blonde avait sur ses émotions étaient vraiment énorme.

« Tu veux savoir comment tu as réussi à voir ton père ? » Demanda de nouveau la jeune femme calmement.

Olivia hocha la tête. « Oui je sais que c'est toi qui en est la cause et j'aimerai comprendre... » Elle se fit taire par deux doigts posé sur ses lèvres.

« Le plus important est que tu l'est vu, je sais que cela t'intrigue mais je t'ai demander une chose le jour ou j'ai eu le combat avec les loubard te rappel tu ? »

Olivia hocha de nouveau la tête. « Tu m'as demander de te réserver un week-end. »

« Oui je n'ai toujours pas changer sur ce point là. »

« Je ne comprend pas le rapport. »

« Tu le comprendra le jour où tu viendra. » Dit Julia en s'abaissant pour capturé les lèvres de sa douce.

« Je viendrai où ? » Demanda la grande femme contre les lèvres de sa douce.

« Tu verra au moment voulu. » Répondit la petite blonde de la même manière dans un chuchotement avant d'embrasser sa compagne qui répondit immédiatement.

« Et si je te faisait parler. » Défia la brune entre les baisés.

« Essaye mais la réponse ne sera pas celle que tu attend. » Répondit la jeune femme de la même manière.

« Ah oui et ce sera quoi ? » Demanda Olivia en laissant sa mains caresser les jambes de sa belle.

L'action envoya des frissons dans tout le corps de Julia. « Tu verra. » Répondit-elle tout simplement avant de repartir pour un long et soyeux baisé remplit d'amour.

« Fait moi voir. » Dit Olivia quand le baisé fut rompu.

« Voir quoi ? » Demanda Julia ne comprenant pas.

« Tu as quelque chose en toi que tu n'avait pas avant l'attaque des requins, montre moi ce que c'est. » Expliqua la grande femme curieuse.

La petite blonde comprenait de quoi parlait sa compagne, mais ce mit à hésité devant la demande de cette dernière, c'est pas qu'elle ne voulait pas le lui montrer mais elle se demandait si elle pouvait le refaire. Elle se mit à réfléchir et opta pour autre chose.

« Je vais te montrer quelque chose. » Répondit Julia elle captura les lèvres de sa belle quand elle vit cette dernière vouloir parler. « Ne dit rien. » Finit elle en rompant le baisé.

Elle se cala encore plus confortablement contre sa compagne, se mit à caresser doucement le visage de celle ci et plongea son regard dans les bleu saphir. Olivia se noya dans ce regard qui devin de plus en plus intense, puis doucement, elle se sentit étrange, comme ci qu'elle quittait doucement son corps, petit-à-petit tout devint blanc autour d'elle, avec une luminosité éclatante, elle avait toujours sa compagne en face d'elle qui ne quitta pas ses yeux, par la suite le blanc commença à s'estomper pour laisser apparaître un ciel bleu avec un océan brillant comme du cristal, et bizarrement elle ne se senti plus assise mais debout, elle n'osa pas regarder autour d'elle mais ce laissa tenter malgré tout et, par pure sécurité elle attrapa la main de sa compagne de peur qu'elle ne s'échappe ou disparaisse. Quand elle tourna sa tête afin de voir ce qu'il y avait autour d'elle, elle y voyait un ciel encore plus bleu que ce qu'elle avait put voir avant, la mer ressemblait à des milliers de cristaux brillant sous le soleil radieux au-dessus. Lui aussi elle le trouvait encore plus beau. C'est avec des yeux interrogateur voyant qu'elle ne se trouvait plus dans le salon, qu'elle regarda sa compagne qui lui sourit avec un tel douceur

Cette dernière commença à l'attirer vers l'eau cristalline, mais elle ne lâcha en aucun cas la main de sa douce, arrivée prêt du lieu-dit elle s'arrêta et sourit tendrement à sa compagne qui la trouvait également étrange. Olivia savait que c'était Julia qu'elle avait en face d'elle mais elle était si différente quelque chose en elle avait changer quoi elle ne pouvait pas le distinguer.

« Olivia, mon amour envers toi est si grand et si sincère que j'en ai mal au cœur, jamais quelqu'un ne m'avait donné autant de bonheur et d'amour à la fois, mon amour est si puissant que je me sens capable de déplace des montagnes rien que pour te le prouver, je veux passer ma vie avec toi, je veux vivre avec toi et vieillir avec toi. »

La grande femme écouta le cœur battant les mots de sa douce qui la réchauffa.

« Olivia Parker, veux tu unir ton âme avec la mienne afin que l'on soit uni pour la vie et pour les vies prochaine. »

Cette dernière ne savait plus penser, ne savait plus parler, la demande de sa compagne était si énorme que seul des larmes se mirent à monter aux yeux en coulant doucement. Ses lèvres se mirent à dessiner un magnifique sourire et elle laissa son corps agir en prenant d'un coup la petite blonde dans ses bras en la serrant fortement tout en mettant sa tête dans le creux dans son épaule.

« Je suppose que la réponse veut dire oui ? » Demanda Julia doucement.

Olivia hocha simplement la tête laissant sortir un orage de sanglot qui contenait toute les souffrances de ses derniers mois ainsi que le bonheur qu'elle avait en ce moment même. Depuis trop longtemps elle retenait tout ce qu'elle avait encaisser sans rien dire, et les simples petits mots d'amour et de sincérité fit éclater la bouilloire qu'elle avait en elle. Ses bras resserra l'étreinte de peur que ce moment là ne soit que rêve.

Doucement Julia écarta sa compagne afin d'avoir ses beaux yeux bleu dans les siens. Puis le ciel commença à changer de couleur laissant apparaître la couleur du coucher de soleil qui s'inclina assez rapidement. Devant ce phénomène Olivia se ressaisissait d'un coup et se mit a regarder au niveau de l'océan pour apercevoir qu'effectivement, le soleil était sur le point de se coucher et s'arrête net comme un arrêt sur image, elle regarda sa compagne avec des yeux interrogateur.

« Mais... »

Julia posa sa main sur les douce lèvres de sa belle et se mit à sourire. Le cœur de la grande femme manqua un battement quand elle vit les yeux brillant de milles émotions passer dans les beau émeraude. Doucement Olivia abaissa sa tête et l'approcha de sa belle, elle ne savait pas pourquoi elle était un peu hésitante, toujours sans quitter les yeux de sa douce elle s'approcha doucement, elle était à un souffle des lèvres désiré quand Julia leva sa tête afin de combler le vide qui les séparaient, le baisé était lent et délicat, les va et vient qu'elles donnèrent, donna un autre sens au baisé qui était remplit d'amour, elles laissèrent sortirent leur langue pour un ballait exotique remplit de miel et d'amour. Elles se séparèrent dans la même gestuel.

« Je t'aime Julia, je t'aime d'un amour infini, rien ni personne ne pourra me faire éloigné de toi, tu es en moi, et tu fais parti de moi, je serai vraiment heureuse et honoré d'unir mon âme avec toi. » Dit Olivia en mettant sa main sur son propre cœur.

Julia ne dit rien mais ses yeux furent d'une tel brillance qu'ils indiquaient à la grande femme tout ce qu'elle voulait savoir, puis doucement le vent se mit à souffler dans une brise douce et délicieuse en les entourant.

« Ne bouge pas et laisse toi faire. » Dit Julia en voyant Olivia commença à se raidir.

Le vent tourna tout autour d'elles deux, faisant soulever des grains de sable qui sans les toucher enroulèrent les deux femmes dans des serpentins chaud, le vents doux accompagna le sable qui lui par contre les caressas avec délicatesse, Olivia et Julia ferma leur yeux au contact tellement ceci fut agréable, puis un petit bruit venant de la mer ce fit entendre, elles regardèrent dans la direction et les deux filles resta bouche bée devant la chose qui venait à leur rencontre, c'était une magnifique licorne blanche avec des yeux gris ressemblant pratiquement à des diamants. Elle s'approcha des deux amantes et arriver à leur hauteur elle s'arrêta et baissa la tête, Olivia resta inerte devant l'apparition contrairement à Julia qui laissa sa main se poser sur la tête de l'animal légendaire.

« Il faut que tu la caresse c'est un signe de respect. » Dit Julia comprenant la présence de ce magnifique animal.

Olivia se laissa convaincre et doucement elle approcha sa main de la tête du cheval qui la leva immédiatement afin d'avoir le contact de la peau sur son pelage. La grande femme était émerveillée par la douceur de celui ci qu'elle trouvait merveilleux. Julia regarda sa compagne faire et fut heureuse de voir cette dernière être en parfaite harmonie avec ce qu'il l'entourait, la grande femme santant sa compagne la regarder se mit à plonger son regard dans les émeraudes et c'est à ce moment précis, que la licorne libéra ses ailes et entoura les deux amante en les faisant se rapprocher pour qu'elles soient l'une contre l'autre afin de commencer le rituel.

« Olivia, le premier jour où je t'ai vue, sans savoir pourquoi je me suis senti attiré par toi, tu ma réconforté sans même me connaître et cela à énormément joué, ensuite tu as toujours fait en sorte d'être présente quand j'avais besoin de toi, jamais tu n'as cessé de me donner ton affection et ton épaule, mon amour envers toi à commencer à grandir dès le premier jour, mais je ne m'en était jamais rendu compte, et maintenant j'ai les yeux grand ouvert, mon cœur mon corps mon esprit et mon âme je te les donnes avec mon amour qui sera toujours éternel, dans les prochaines vie je veux être toujours à tes cotés, même quand la mort nous rattrapera je veux être à tes côtés, si tu le veux aussi touche la corne de la licorne. » Dit Julia en posant sa mains sur la corne sans lâcher de l'autre la main de sa compagne qu'elle avait prise.

Olivia était plus que toucher par les mots de sa douce et voulant également la même chose mit immédiatement sa mains sur la même chose que sa douce.

« Julia, quand je t'ai vu la première fois, tu versais des larmes, je ne comprenait pas pourquoi mais cette vision me donnais envie de pleuré, je n'aimais pas te voir ainsi alors que je ne te connaissait pas, mon amour pour toi à commencer également ce jour là, j'ai toujours essayer de te voir parce que j'en avais envie, parce que mon cœur le réclamais, mon amour grandissait jour après jours, quand je t'ai crue morte mon âme ce jour là c'est déchiré et je ne voulais qu'une chose c'était te rejoindre, je ne peux pas pensé être séparé de toi même dans la mort et c'est pourquoi je veux unir mon âme au tient pour que l'on sois encore et toujours ensemble pour l'éternité car mon cœur, mon corps et mon âme t'aime d'un amour infini que même l'éternité ne serai pas suffisant pour te montrer tout l'étendu de mes sentiments. »

« Olivia c'est la main sur le cœur et la mains sur la corne que je laisse la déesse de l'amour représenté aujourd'hui par cet animal légendaire unir mon âme au tien pour passer le restant de ma vie à tes cotés. »

« Julia c'est la main sur le cœur et la mains sur la corne, que je laisse la déesse de l'amour représenté aujourd'hui par cet animal légendaire unir mon âme au tien pour passer le restant de ma vie à tes côtés. »

Quand les deux révélations furent dite une lumière vert et bleu s'éleva dans le ciel les entourant pour se mélangés à elle deux pour former une seule et unique couleur qui était un magnifique bleu turquoise, la couleur de leur amour. La licorne fit grandir ses ailes et entoura complètement les deux femmes pour seller leur union avant de partir en des milliers de petite lumière qui les éclairait uniquement après le coucher du soleil. Les petites lumière ressemblai à des lucioles volant tout autours d'elles deux. Les deux amantes se regardèrent avec les yeux brillant d'amour infini avant de se laisser aller dans un baisé tendre et délicat remplit d'amour avant que tout devienne sombre.

Olivia ouvrit les yeux après que le baiser fut finit et resta stoïque, elle se rendit compte qu'elle était dans le salon de Francis avec la petite blonde sur ses genoux.

« Heu est ce que... »Elle ne savait plus trop quoi pensé, était ce un rêve où la réalité tout ce mélangeait.

« Non, tu n'a pas rêvé. »

« Mais comment ? » Demanda la grande femme incompréhensive.

« Ton âme, c'est ton âme qui a voyagé, tout simplement. » Expliqua la petite blonde avec un doux sourire.

La grande femme ne dit rien et regarda intensément sa compagne avant de laisser afficher un sourire radieux et remplis d'amour. « Je t'aime. » Dit-elle simplement.

Julia ne répondit pas mais laissa un sourire tout aussi radieux que l'était celui de la grande femme se faire. Elle caressa la joue de cette dernière avant de l'embrasser passionnément. Olivia pendant le baisé fouilla discrètement dans sa poche et ressorti un petit paquet qu'elle déposa sur les jambes de sa douce. La petite blonde qui senti quelque chose sur elle arrêta le baiser et baissa la tête pour voir un petit paquet cadeau sur ses jambes, touché elle se mit à regarder ce dernier ainsi que sa compagne à plusieurs reprise.

Doucement la petite blonde prit le paquet dans ses mains et le regarda comme si il était quelque chose de rare, puis doucement elle enleva le papier qui l'entourait pour laisser une petite boite rouge foncé, d'une main tremblante la jeune femme retira le couvercle, et se figea à la vue de l'objet se trouvant à l'intérieur. Une monter de larme virent se placer devant ses yeux pour rouler doucement quand elle prit la chose se trouvant dans l'emballage.

C'était le collier qu'Olivia avait prit dans l'épave du bateau, elle l'avait soigneusement mit dans une petite boite avec du papier cadeau tout autour, la grande femme avait le cœur qui battait à tout rompre dans la poitrine, jamais elle n'avait offert un cadeau comme celui ci à quelqu'un et encore moins une chose qui avait de la valeur afin de représenté leur amour. Julia regarda sa douce avec ses larmes coulant sur ses joues tellement elle était ému.

« Merci. » Dit elle dans un souffle.

« Tu es mon trésors, la chose la plus précieuse à mes yeux et maintenant que nous avons uni nos âme cet objet représente ce que tu vaut à mon cœur. Un diamant que je dois protéger au péril de ma vie pour que personne ne te fasse de mal. » Dit Olivia d'un amour sincère.

Julia ne sut quoi dire et regarda sa compagne tendrement.

« Julia, nous avons partager des choses toi et moi depuis le début, heureuse, malheureuse, nous avons également souffert toute les deux afin de pouvoir nous retrouver, et tous ceci nous à emmener jusqu'ici, toi et moi, nous nous connaissont depuis plus de six mois, mais j'ai l'impression de te connaître depuis toujours, mon amour pour toi grandit de jour en jour et je ne peux pas me passer de toi, tu es ma drogue, mon envie de luter contre tout la difficulté du monde extérieur, je veux vivre à tes cotés je veux mourir à tes cotés, je veux rire à tes cotés, je veux pleuré à tes cotés, je veux souffrir à tes cotés, et surtout je veux aimé à tes cotés, t'aimer pour la fin des temps, t'aimer comme personne ne t'a jamais aimé, rester dans ta vie pour toujours, rester dans mon cœur et mon âme pour toujours, car seule toi compte à présent. »

Les mots de la grande femme touchèrent au plus profond de son cœur la petite blonde qui laissa ses larmes coulé sincèrement.

« Julia Jonson, voulez-vous m'épouser afin de rendre tout cela véritable ? »

Olivia tout en faisant la demande sortie une magnifique bague avec du diamant autour d'une belle émeraude. Julia senti son cœur s'arrêter à la demande et éclata en un sanglots incontrôlable dans les bras de sa douce.

« Ça veux dire oui ? » Demanda la grande femme d'une voix douce.

« O...oui. » Répondit la petite blonde émut et heureuse à la fois. « Je...je veux êtr...être ta femme, pou...pour passer le...le restant de ma vie à tes co...cotés. » Réussit à dire Julia dans ses pleures.

Olivia attrapa les bras de sa compagne et l'écarta un petit peu, ensuite elle mit sa mains droite sur la joue de cette dernière et la regarda de ton son être avec des yeux plus qu'amoureux.

« Je t'aime. » Dit-elle simplement avant d'approcher le visage de sa douce pour un tendre et délicieux baisé qui dura très longtemps en les laissant se transporter là où elles seule connaissaient et ce sentait bien.

Pendant leur baisé le téléphone de la maison sonna, aucune des deux filles ne voulurent interrompre le baisé, pour aller décroché et le laissa donc sonné, jusqu'à ce qu'il arrive au répondeur qui s'activa.

« Olivia bonjour c'est maman, voilà il y as une tempête de neige et nous sommes bloquer, nous ne pourront pas rentré avant demain matin car les routes son complètement coupé, alors ne t'inquiète pas nous ne fêterons pas le réveillons ensemble mais on se rattrapera demain pleins de gros bisous a vous deux. »

Quand le répondeur se tut, les deux filles rompirent doucement le baisé et dans un grand silence elles se regardèrent. Olivia regarda en direction de la fenêtre et vit que effectivement la tempête de neige était vraiment forte en ne laissant aucun espoir a qui que se soit de bouger, puis elle retourna son attention a sa compagne qui regardait elle aussi l'extérieur, mais qui posa ses yeux quand elle sentit le regard de la grande femme posé sur elle. Doucement elle approcha sa mains du visage de cette dernière et le caressa avec une infime douceur qui envoya des frissons dans tout le corps de la propriétaire qui ferma les yeux afin d'apprécier encore plus le geste tendre, qui cette dernière passa une main dans la nuque de sa belle afin d'approcher son visage du sien pour capturé une nouvelle fois les lèvres douce qu'elle ne se lassa jamais. Au moment ou l'échange allait se faire, la lumière s'éteignit d'un coup, chose qui les arrêta.

« Mince une coupure de courant. Dit Olivia »

« C'est surement le disjoncteur. » Affirma la petite blonde en s'écartant de sa douce.

« Bien je vais aller voir. » Dit la grande femme un peu frustrer de devoir se sortir de sa position plus que confortable.

La jeune femme se dégagea de dessus sa belle pour la laisser aller dans la cave afin d'aller voir d'où venait le problème. Cette dernière d'un pas las se dirigea vers le lieu avec une lampe torche, car malgré le pleine journée la tempête de neige était si forte qu'elle assombrissait tout et les plongeai pratiquement dans le noir. Une fois arrivé dans la cave la grande femme regarda le disjoncteur et ne comprenait pas car tout fonctionnai parfaitement bien et aucun fusibles n'avait sauté.

« Olivia ne cherche pas, c'est le courant de la ville qui a sauté. » Lui dit une voix douce en haut des escaliers.

« Ah bon ? » Répondit-elle en se dirigeant vers la sortie où elle y trouvait Julia.

Une fois qu'elle fut remonter de la cave elle se dirigea vers la fenêtre afin de voir ce que la petite blonde lui disait et effectivement toute la ville n'avait plus aucune lumière, la neige étant si lourde en plus du vent avait fait péter le circuit électrique de la ville.

« Bon et bien le réveillons commence bien. » Dit Olivia un peu déçu.

« Attend voyons voir si Francis à des bougies car en plus du feu cela nous fera de la lumière pour ce soir. »

« Oui tu as raison regardons après pour l'occupation nous pourrons avisé par la suite. » Dit Olivia en se reprenant du courage voyant que sa compagne ne se laissait pas abattre pour si peut.

Les deux filles partirent dans leur exploration de la maison à la recherche de bougies, et c'est au bout de quinze-minutes qu'elles se retrouvèrent complètement bredouilles, aucune bougie n'avaient été trouvé.

« Bon sang l'oncle n'a pas une seule bougies. » Grogna Olivia.

« Avec le feu sa ne fera pas assez de lumière et je doute qu'avec un lampe torche se sera suffisant. » Argumenta la jeune femme.

« Bon et bien j'ai pas le choix obligé d'aller en acheter. » Dit la grande femme un peu agacé.

« Quoi tu vas sortir sous cette tempête ? » Demanda Julia s'inquiétant.

« Je n'ai pas le choix si nous voulons avoir un peu de lumière. »

« Oui mais... »

« Ne t'inquiète pas je ferais attention et je te promet de revenir vite et en un seul morceau. » La coupa Olivia avant de déposé un tendre baisé sur ses lèvres.

Puis elle sorti de la maison habiller chaudement en allant en direction du centre ville, où elle trouva ce qu'elle avait besoin, elle acheta en plus quelque provisions.

Julia de son coté, chercha dans les placard et dans le frigo quelque chose de bien précis, qu'elle trouva joyeusement, ensuite prit d'un doute elle téléphona avec son portable car seul les portables fonctionnait a Christine pour demander quelque choses dont elle reçu l'accord chose qu'il la rendait particulièrement joyeuse, tout en préparent ce qu'elle avait en tête elle guetta assez souvent le retour de sa compagne.

Et ce fut que une heure plus tard qu'elle la vit arrivé, immédiatement elle rangea ce qu'elle était en train de faire sans laisser une trace et alla ouvrir a Olivia qui était frigorifiée et pratiquement recouverte de neige.

« Viens entre vite et va te réchauffé auprès du feu je t'apporte, un café chaud. » Dit elle gentiment en l'aidant a retiré son blouson ainsi qu'en retirant les paquets des mains pour aller les poser sur la table de cuisine.

Olivia accepta avec joie l'aide de sa compagne et se laissa faire avant d'aller s'assoir auprès du feu afin de se réchauffé, Julia arriva quelque seconde après avec une tasse de café bien chaude au grand bonheur de la grande femme qui la prit avec satisfaction en buvant une grosse gorgé suivit d'un soupir de plaisir en santant la chaleur couler dans son œsophage. Malgré le feu et le café chaud elle avait toujours froid et luttai de toute ses forces pour ne pas trembler afin que sa compagne ne s'inquiète pas, mais malheureusement pour elle, cette dernière le remarqua.

« Je vais aller te faire couler un bain chaud afin que cela te réchauffe un peu plus. » Dit Julia en partant en direction de la salle de bain sans laisser un espoir à sa compagne de protester.

Une fois la baignoire remplit d'un eau particulièrement chaude, la petite blonde retourna auprès de sa belle et lui prit la main.

« Allez viens te réchauffer et te détendre. » Dit elle en la forçant a se mettre debout avec un petit sourire.

Vaincu Olivia se mit debout et se laissa guider dans la salle de bain par sa compagne, elle savait que quand il s'agissait de sa propre santé la petite blonde était intraitable et qu'elle ne pouvait en aucun cas discuté, et c'est une fois dans l'eau qu'elle s'avoua que cette dernière avait raison, et elle se laissa aller à la chaleur de l'eau au moment où sa compagne la laissa seule.

Julia ravis en profita pour continuer de préparer ce qu'elle était en train de faire et profita que sa compagne soit dans son bain pour mettre tout en place. Le plus discrètement possible elle bougea les fauteuils et le canapé en les décalant le plus possible afin de laisser le tapis qui se trouvait devant la cheminée vide, elle positionnait les meubles tout atour du tapis afin de crée une barrière, qui démarrait d'un coté de la cheminée en faisant un cercle pour se finir de l'autre coté en laissant simplement un petit passage sur le coté droit de la cheminée afin de pouvoir circulé aisément. Ensuite les deux table de salons elle les mirent, devant un canapé et un fauteuil bien collé, puis elle partir dans leur chambre et pris trois grosse couverture bien épaisse en plus de plusieurs coussin et oreiller qu'elle plaça sur le tapis bien en face du feux pour qu'une fois assise elles ne sentirent la dureté du sol, elle plaça les cousin et oreiller un petit peu partout afin d'avoir encore plus de confort.

Elle regarda son travail et fut particulièrement satisfaite du résulta, elle regarda dehors et vit que la nuit commençait à tomber, alors elle alla dans la cuisine et prit une des dix boite de bougie que sa compagne avait acheter, en voyant le nombre de boite cela la fit rire. Elle avait vraiment peur de se retrouver dans le noir complet. Se dit elle amusé. Elle prit deux chandelier qu'elle mit chacun sur les tables de salons, elle posa les bougie dans leur emplacement, ensuite elle prit quatre autre bougie qu'elle posa sur le rebord de la cheminée et attendit avant de les allumées, le peu de jour qu'il restait lui permettait malgré tout de voir et de lui laisser le temps de finir. Elle se dirigea donc dans la cuisine et sorti du frigo deux plats où l'on trouvait des petits toast qu'elle avait préparé avec divers ingrédients qu'elle avait trouvé, elle les mit sur les deux tables de salon avant de retourné dans la cuisine pour y sortir des assiette, composé de saumon fumé, accompagné de quelques légumes qu'elle avaient soigneusement préparé avec une sauce a base de crème fraiche et moutarde a l'ancienne accompagner de basilique, on pouvait également trouver des morceau de poissons qu'elle avait soigneusement recouvert de sauce au citron ainsi que des feuilles de salade soutenant la nourriture.

Elle sorti également deux bol de calibre moyen avec des olives noir légèrement piquante qu'elle posa en plus des assiettes sur le tapis prêt du feu, ensuite elle sorti deux autres bol où l'on pouvait trouvé des fraises bien mur, en plus de fruit des bois, qu'elle disposition également sur le tapis avec un récipient qui contenait du miel pour accompagné les fraises, et pour finir elle sorti une bouteille de champagne qu'elle mit dans un seau à glace avant de les posé devant le feu avec deux flûtes et c'est quand elle fini son installation qu'elle remarqua enfin que la nuit était vraiment tombé, elle se mit à allumer toute les bougies de la pièce et c'est quand elle fini qu'elle entendit sa compagne sortir de la salle de bain, immédiatement elle sorti rapidement du salon pour aller dans la cuisine.

Olivia sorti bien et réchauffer de la salle de bain, ses cheveux étaient légèrement humide, elle était habillé d'une chemise blanche et d'un jean noir, descendit de l'étage pour aller rejoindre sa compagne, dans le salon, tout en marchant dans les escaliers elle sentait que quelque chose n'allait pas ou n'était comme d'habitude, elle n'entendit pas sa compagne, seul le fruit du crépitement du feu retentait dans la maison, quand elle arriva en bas elle regarda autour d'elle me ne vit pas une âme qui vive la maison était plongé dans l'obscurité la plus total, la seul lumière qui perçait était dans le salon, alors elle se dirigea un peu nerveusement car elle ne sentait pas la présence de sa compagne, une fois arrivé dans le lieu, elle s'arrêta net quand elle vit le décor sous ses yeux, les bougies, les plateaux, ainsi que le feu rendait l'endroit magique, doucement elle fit voyager son regard sur le petit cocon protecteur que sa compagne avait crée.

Julia de sa cachette regarda sa compagne et doucement elle sorti de l'ombre et s'approcha doucement de sa belle. C'est a ce moment là que Olivia senti enfin la présence de son amante et se tourna pour la voir arrivé et resta bouche bée devant la beauté de cette dernière. Julia avait prit rapidement une douche dans la salle de bain du bas et s'était habillé d'une magnifique robe verte qui possédait un beau décolleté qui laissa apparaître la naissance de ses seins avec de fine bretelles, l'habille était fait d'un tissus qui brillait merveilleusement bien à la lumière du feu et des bougies, elle avait également mit le collier que lui avait offert quelque heures plutôt sa compagne qui brillait lui aussi à la lumière de l'astre, elle avait mit des boucle d'oreille pendante en or blanc. Elle s'était légèrement maquillé faisant ressortir encore plus ses yeux et sa beauté.

La petite blonde s'approcha doucement de sa compagne, le cœur de cette dernière manqua un battement quand Julia s'arrêta devant elle, là où elle pouvait la voir parfaitement bien. Olivia était complètement hypnotisé par Julia.

« Tu es belle. » Ce fut les seuls mots qu'elle put sortir tellement ce qu'elle ressentait pour sa compagne fut si fort.

La petite blonde ne dit rien, souris sincèrement en rougissant légèrement, chose qui la rendit encore plus belle avec la lumière.

« Viens. » Dit cette dernière en attrapant la mains de sa douce pour l'entrainer dans le petit cocon qu'elle avait crée.

La grande femme se laissa faire et s'assit sur l'un des cousins qui étais posé au sol, et fut particulièrement surprise quand elle ne senti aucunement le sol sous elle, puis elle leva les yeux sur sa compagne et la regarda servir le champagne dans les deux coupe avant de lui en tendre une et venir s'assoir prêt d'elle.

« Je te souhaite un joyeux noël mon amour. » Dit elle dans un magnifique sourire avec une voix si douce qui enveloppa Olivia d'un amour puissant.

« Je te souhaite également un joyeux noël. » Répondit sa compagne de la même manière.

Elle trinquèrent toute les deux avant de boire une gorgé du liquide précieux. Puis la petite blonde prit un des plateau de toast qu'elle présenta a la grande femme qui en prit un avec bonheur et fut réellement surprise du goût, qui était un mélange de saumon, olive et basilique, et trouva vraiment très bon.

« J'ai fais ce que j'ai put avec ce que je pouvais. » Dit un peu peiné Julia.

« Ne t'inquiète pas sa c'est Francis tout craché, il ne supporte pas le gaz donc il est uniquement à l'électricité et quand il y a des pannes de courant et bien tu vois on peux pas cuisiné, mais rassure toi c'est très bon ce que tu as fais. » Dit sincèrement Olivia.

Le plateau repas qu'avait fait Julia se passa dans la joie et la bonne humeur, toutes deux était dans le bonheur le plus total. Tout ce qu'avait fait Julia, Olivia l'avait manger avec bonheur et trouvait cela vraiment très bon. Elles parlèrent de tout et de rien. Julia rapprocha les fruit ainsi que le bol de miel et les posa devant elle deux. Puis doucement elle sorti de derrière elle un petit paquet qu'elle posa devant Olivia qui la regarda bouche bée. Cette dernière regarda le petit paquet qui était mit devant elle et d'un geste lent elle le prit dans sa mains et le regarda sous toute se forme.

Elle attrapa le papier cadeau qu'elle retira avec douceur pour laisser apparaître une petite boite de couleur noir, elle l'ouvrit délicatement pour laisser apparaître un magnifique pendentif qui représentait un loup hurlant a la pleine lune en or blanc parsemé de pierre précieuse avec un beau saphir qui représentait la lune ainsi que des petit diamant qui faisait office d'étoiles.

Elle leva ses yeux et les posèrent sur Julia, cette dernière la regarda intensément et était un peu nerveuse, elle savait pas si le cadeau allais lui plaire, mais le regard brillant de sa compagne la rassura que si. Les saphirs brillaient de mille feux avec un léger voile humide ce qui les rendait sublime avec la lumière du feu.

« Olivia je te souhaite un joyeux noël, ce loup représente ce que tu vaux à mes yeux, la force la loyauté. » Expliqua la petite blonde.

Puis doucement elle s'approcha de sa douce et prit le bijoux dans sa main et passa derrière elle afin de la lui mettre. Olivia se laissa faire tellement elle était touché par ce fabuleux cadeau, puis elle tourna la tête pour regarder sa compagne qui se mit la fixé également. Cette dernière abaissa sa tête afin de déposé ses lèvres sur celle de sa belle, qui posa sa main gauche sur la nuque de Julia et c'est dans de doux va et vient que le baisé s'approfondit, doucement la grande femme tira sur sa compagne qui se laissa tomber. Cette dernière se retrouva coucher sur les jambes d'Olivia et passa son bras autour du cou afin d'approfondir le baisé, puis doucement elle se redressa en forçant la grande femme a se mettre un peu droite. Elle rompit le baisé chose qui fit sortir un soupir de frustration à Olivia. Chose qui fait sourire la petite blonde.

« Attend ne bouge pas. » Dit elle dans un souffle.

Puis elle prit les fraises le miel et les fruit des bois et les posa tout atour d'elles deux, ensuite elle s'installa sur la grande femme en se mettant en face d'elle laissant ses jambes posé de chaque coté du corps. Olivia imita la position de sa compagne et captura les lèvres de sa douce une fois celle ci a porté de main. Julia répondit immédiatement dans un baisé doux, puis doucement le baisé de rompit et la jeune femme prit un fraise qu'elle approcha des lèvres de sa douce, et avec le bout de celui ci elle les caressa tendrement, puis quand elles s'ouvrirent doucement elle introduisit la moitié avant que des dent blanches sectionne le fruit pour laisser explosé le goût sucré.

Julia mit l'autre moitié dans sa propre bouche avant d'en prendre une deuxième au qu'elle, elle incorpora du miel, tout en regardant sa compagne dans les yeux elle approcha le fruit de la bouche de cette dernière qui l'ouvrit et à la grande surprise de la jeune femme ne referma pas complètement les dents mais la coinça simplement, cette dernière ayant comprit l'action approcha doucement ses lèvres de celle de sa douce et avec lenteur attrapa la moitié de la fraise entre ses dents et la coupa dans un tendre baisé remplit de goût de fruit.

Elle reprit une fraise et la replongea encore dans le miel pour l'approché de la bouche de la grande femme qui cette fois ci attrapa la fraise en entière tout en laissant trainer ses lèvres sur les doigt de sa compagne, qui était parsemé de frissons. Le cœur de Julia manqua un battement quand les yeux bleu s'ouvrit pour la regarder avec un désir incomparable, la lumière du feux et des bougies les rendait pratiquement noir.

Olivia cette fois ci attrapa une fraise et la plongea dans le miel et l'approcha de la bouche de Julia qui l'ouvrit afin de laisser passé la fraise qu'il lui fut mit également entièrement, quand elle ferma ses lèvres sur les doigt de la grande femme elle senti un peu de miel dessus et doucement elle approcha sa langue des doigt et enleva d'un geste délicat le liquide sucré.

Le corps de la grande femme se parcourut de frisson devant l'action de la jeune femme et son cœur manqua également un battement quand les doux émeraudes remplit de désire la regardèrent. Elle prit une autre fraise qu'elle trempa encore une fois dans le miel et l'approcha des lèvres de la petite blonde qui les ouvrit afin de capturé le fruit mais sans le sectionner, Olivia approcha doucement sa tête de celle de sa compagne et prit la moitié de la fraise et la trancha avant de partir dans un baisé tendre, elle rompit doucement le baisé et remarqua qu'une goute de miel était tomber sur le bras de sa douce et c'est avec sensualité qu'elle enleva le liquide sous les yeux tendre de sa douce, puis doucement elle remonta le long du bras dans des baisés tendre, elle passa sur l'épaule chose qui fit frissonner Julia avant de venir capturé le cou tendre entre ses lèvres pour de doux baisé langoureux.

Sous l'action la petite blonde laissa tombé sa tête en arrière afin de sentir d'avantage les lèvres sur sa peau. Doucement Olivia approcha sa main droite et la posa l'épaule de sa compagne en laissant ses doigt passer sous la bretelle de la robe, et dans un geste délicat elle fit glissé le bout de tissus le long de l'épaule afin de le laisser pendre, puis ses lèvres remplacèrent sa mains et laissa trainer sa langue sous la peau soyeuse. Elle releva sa tête pour plonger ses yeux dans ce de sa compagne qui la regardait avec beaucoup d'amour, sa mains gauche monta elle aussi afin de se posé sur la deuxième épaules pour faire la même chose, avant de venir embrassé également l'endroit convoité, puis doucement elle releva une nouvelle fois la tête et regarda sa compagne de tout son amour avant que cette dernière lui capture ses lèvres pour un baisé sensuel et passionné.

Elles rompirent le baisé en même temps, et Olivia attrapa les deux bretelle de la robe, et les fait descendre complètement afin de laisser apparaitre la poitrine généreuse de sa compagne. Cette dernière lutta de toute ses forces pour ne pas bouger afin de la laisser, faire. Olivia attrapa un fraise qu'elle baigna dans le miel avant de l'approcher de la poitrine de Julia en la laissant glisser entre ses seins avant de mettre la moitié du fruit dans la bouche pour l'apporter a cette dernière afin qu'elle prenne l'autre. Quand le baisé fruité fut arrêter, la grande femme abaissa sa tête et enleva le miel avec tendresse et sensualité. Le corps de Julia était en transe la langue d'Olivia lui envoya des décharge au qu'elle elle ne résistait pratiquement plus. La grande femme passa sa main droite sur le dos de sa douce en appuyant légèrement afin de sentir d'avantage la peau sous sa bouche puis dans un geste rapide elle l'a fit monter sur ses jambes tout en restant dans la même position.

Doucement elle quitta la poitrine de sa douce et attrapa le bas de sa robe et le fit monter afin de faire passer cette dernière par dessus la tête de sa compagne pour la retiré délicatement, puis elle laissa ses yeux voyager sur le corps, avant de les posés sur les émeraudes qui la regardait avec encore plus de désir.

Julia attrapa les boutons de la chemise d'Olivia et les défis un par un avec douceur, puis quand l'habille fut complètement ouvert elle passa ses mains à l'intérieur au niveau des épaules et fit la fit descendre, pour l'enlever complètement, ensuite elle abaissa sa tête et vint à son tour capturé les seins de sa douce entre ses lèvres et les embrassait de baisé langoureux tendre et remplit de passion. Olivia sous l'effet des baisé exquis de sa douce, tout son corps réagissait. Julia remonta sa tête afin de venir capturé les lèvres de sa compagne pour un baisé soyeux, doucement cette dernière sans interrompre le baisé se pencha en avant tout en tenant sa compagne dans ses bras afin de les allongé toute les deux sur les couvertures, une fois ceci fait elle se décala un petite peu et laissa ses mains caressé lentement le corps de la jeune femme. Cette dernière réagis également et laissa ses mains voyagé sur la peau qui se trouvait sur elle, doucement elle s'approcha d'un dernier barrage qui cachait le trésors tans convoité, et c'est avec douceur qu'elle caressa ce qu'elle voulait à travers le sous vêtement, chose qui rendit Olivia complètement folle.

Cette dernière, se rendit elle aussi à l'objet convoité et reproduisit également les même geste que sa compagne, qui elle aussi devenait de plus en plus instable. Doucement la main de la grande femme passa à l'intérieur du sous-vêtement et commença a caressé l'extérieur du trésor sans entrée dedans. Cette effet rendant Julia complètement incontrôlable. Cette dernière répliqua immédiatement en faisant la même chose.

« Tu triche. » Dit Olivia en souriant dans un souffle.

« Tu as chercher. » Répondit Julia de la même façon.

Leur corps était à la limite de la rupture leur caresse ne faisait que frôler le trésors de l'autre.

« C'est toi qui à commencer. » Chuchota la grande femme dans ses soupir en embrassant le cou de sa compagne.

« Je sais. » Répondit la petite blonde entre ses soupirs. « viens » finit-elle. En laissant sa main aller complètement sur le trésors de sa compagne avant de capturé les lèvres de sa douce.

Olivia répondit immédiatement et laissa aussi sa main partir, immédiatement leur corps répondirent, leur baisé étaient passionné, remplit de tendresse et d'amour, laissant leur soupir et gémissements sortirent au travers. Leur caresse étaient sensuelle et remplis d'amour, la cadence de leur geste devenait de plus en plus rythmé, leur corps se mirent a suivre le mouvement imposé. Le point du non retour allait arrivé. Julia rompit le baisé quand elle le senti venir.

« Regarde moi. » Dit elle entre ses soupirs. « Je veux te voir. »

Olivia se mit à la regarder avec tout son amour, les deux filles avaient vraiment du mal a garder leur yeux ouvert, et d'un coup le corps se raidirent et c'est dans une explosion exotique que leur amour se libéra. Olivia s'effondra sur le corps tremblant de son amour, tremblante également et sans force. Julia la récupéra et c'est dans une sérénité la plus complète que les deux femme reprirent doucement leur capacité. Olivia se mit sur le dos avec la petite blonde coucher sur elle, et elle se mit a regarder le plafond en repensant à tout ce qu'elle avait vécu depuis qu'elle avait connu Julia, jamais elle n'avait vécu autant de choses avec autant d'émotion, oui son cœur et son âme a beaucoup souffert et on été mit à de rude épreuves, mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se dire que tout ceci en valait la peine, car toutes ses étapes l'on emmener a vivre une fabuleuse histoire avec sa fiancée. Oui elle pouvait le dire c'était SA fiancée et personne ne pourra jamais les séparés.

« À quoi tu pense ? » Demanda Julia voyant sa compagne partie ailleurs.

Olivia sursauta au son de la voix de sa compagne et réalisa enfin qu'elle c'était perdu dans ses pensées.

« Oh désolée, je repensais à nous et tout ce que nous avons vécu jusqu'à maintenant. » Répondit la grande femme un peu gêné.

« Oui, nous en avons passé des étapes toi et moi pour en arrivé à là. » Dit Julia en souriant.

« Oui et tu vois je n'avais jamais eu autant de chose avant. » Dit elle en regardant sa belle qui c'était redresser sur son coude. « Ce que je veux dire avant avec mes relations sa toujours été monotone et simple, les filles arrivait et sa se faisait rapidement, je n'avais jamais connu quelque chose comme avec toi, où j'ai du me battre bec et ongles pour te montrer et t'avouer mes sentiments ainsi que te garder près de moi. »

« Hé bien tu vois, je suis vraiment fière que tu es fais sa, car je vois que je ne me suis pas battu seul afin de faire la même chose. » Dit Julia pensivement en faisant des cercle sur le ventre de sa compagne.

« Quelque chose ne vas pas ? » Demanda Olivia sentant un truc.

« Si ça va, mais je... » Commença la petite blonde nerveusement.

« Julia qu'est ce qu'il y a ? » Demanda la grande femme en se redressant sur ses deux coudes.

« Hé bien voilà, cette après-midi quand tu es parti faire des courses, j'ai eu un appel de la police de Charlotte. »

Olivia se raidit à cette annonce et le sentait mal mais ne dis rien et laissa sa compagne continuer.

« Je vois aller la semaine prochaine là-bas pour le procès du gars qui a mit le feu. » Dit la jeune femme tristement.

« Et le procès doit durée combien de temps ? » Demanda la grande femme un peu froidement.

« Une journée, mais je dois y rester pour le testament et tout sorte de papier et d'après ce qu'il ont dit, je dois y rester minimum une semaine. » Répondit Julia encore plus tristement.

Olivia senti son cœur se serrer a cette annonce.

« Une semaine... minimum une semaine. » Dit elle tristement elle aussi.

« Oui, je... ça va être long. » Dit Julia en se mettant assise. Déjà que je ne peux pas passer une journée sans toi alors qu'est ce que sa va être une semaine si ce n'est pas plus et en je ne peux pas de te... » Elle s'interrompit quand une vague d'émotion commença à la submergé.

« On est pas Obligé de passé cette semaine loin de l'un et de l'autre. » Dit Olivia tranquillement.

Julia sursauta devant cette phrase et se mit a regarder sa compagne avec étonnement.

« Quoi tu veux dire que... »

« Mais bien sur tu crois que je vais te laisser aller toute seule là bas et passé une semaine minimum loin de toi, jamais de la vie. »

« Oui mais et ton travail ? »

« Raison familial urgente, au pire je prend un congé sans solde et niveau argent je peux te dire que je n'ai pas vraiment besoin de travaillé. » Répondit Olivia. « Donc m'accepte tu avec toi pour ce petit voyage ? »

La seule réponse que Julia donna fut un baisé remplit d'amour auquel la grande femme répondit avec passion et bonheur.

Julia qui était toujours accouder se laissa tomber sur sa compagne la forçant à s'allonger, puis doucement elle rompit le baiser et laissa sa bouche naviguer sur le base du cou avant de descendre au niveau de la naissance des seins laissant des traces brulante sur son passage. Doucement elle vint sur la poitrine de sa belle et les embrassa langoureusement sur les chaque centimètre de peau qu'il se trouvait sous ses lèvres.

« Julia... » Le corps d'Olivia était remplis de frissons.

La petite blonde redressa la tête et plongea son regard dans celui de sa compagne.

« Je ne suis jamais rassasier et laisse moi te faire plaisir pour ce soir de Noël ». Dit elle simplement avant de capturé les lèvres de sa douce dans un pure baisé.

Puis doucement elle rompit le baisé et reprit sa dégustation, elle arrêta les mains de sa compagne qui était entrain de commencer à la caresser.

« Non, ne fais rien laisse toi faire. » Dit elle doucement.

Elle retourna à la poitrine qu'elle mangea avec appétit, avant de descendre au niveau du ventre laissant une trace de baisé sur son passage. Olivia commençait à être en transe et ne pas pouvoir toucher sa compagne la dévorait. Julia sentait bien l'état de sa douce et savais que c'était dure pour elle ne pas la touché, elle devait l'admettre pour elle aussi c'était dure de ne pas avoir les mains de sa douce sur elle mais elle voulais vraiment tout donner a Olivia. Arriver à la limite du trésor elle se redressa et laissa sa mains faire le mouvement qu'avait précédé sa bouche, tout en laissant sa main douce vadrouillé sur le corps soyeux de la grande femme, elle plongea son regard dans les saphir, puis doucement elle remonta au niveau du visage de sa compagne tout en laissant sa jambe passer sur le trésors, chose qui envoya des décharges. Elle s'appuya sur ses deux mains posé de chaque coté de la tête de la brune et la regarda intensément, tout en laissant ton corps bougé légèrement pour que le contact du trésor et sa jambe sois toujours fait.

Ce léger frottement commença a rendre folle Olivia, qui luttai pour ne pas toucher sa compagne tout en essayant de contrôlé ses soupirs, suite au mouvement du corps de sa douce elle monta sa jambe afin que le contact de celle ci ce fasse contre le trésors de sa compagne. Quand la rencontre se fit Julia laissa sortir un petit gémissement.

« Tu...tu triche. » Dit Julia dans un soupir sentant son corps réagir.

« Tu m'a dit de ne pas utilisé mes mains. » Répondit Olivia de la même manière.

Olivia se redressa légèrement afin de capturé la poitrine qui se trouvait juste au dessus d'elle.

Le mouvement de va et vient que faisait Julia avec son corps les rendait complètement incontrôlable, la petite blonde, s'arrêta et captura les lèvres de sa compagne, et une fois celui ci interrompu elle commença a descendre en direction du trésor.

« Non tu n'a pas le droit. » Protesta gentiment la grande femme.

« Au moins comme sa je suis sur que tu l'aura avant moi. » Répondit la petite blonde fièrement.

Une fois arriver là où elle voulait, Julia s'installa confortablement avant de venir se restauré, au contact de la bouche, le corps d'Olivia sursauta, le geste de la petite blonde était sensuel et délicat, donnant beaucoup de plaisir a sa compagne, elle passa dans le moindre recoin, puis doucement elle approcha sa mains et la laissa entré dans le trésor tout en se ressourçant, ses gestes devinrent un tout petit peu plus rapide, le corps de la grande femme se cala au mouvement imposé par la petite blonde, qui augmenta de plus en plus sa cadence. Olivia était envoyer dans un monde que seule sa compagne pouvait le faire, le plaisir qu'elle lui procurait était inégalable avec ce qu'elle avait connu avant, sont corps tout entier répondait au assaut lancer par la main et la bouche de la jeune femme, qui augmentait encore plus sa cadence, forçant les soupir et gémissement d'Olivia de sortir. Puis d'un coup le corps entier de la grande femme se raidit et c'est dans un explosion de passion que son amour s'échappa dans le nom de sa bien aimée avant de retomber tremblante et sans force sur les couvertures.

Julia quitta son lieu et rejoignit sa compagne pour la bercer afin de l'aider a reprendre ses forces. Quand elle reprit un peu de force, Olivia retourna d'un coup sa belle et s'allongea sur elle.

« Maintenant à moi de m'amuser. » Dit-elle le sourire au lèvres.

Julia se fit d'un coup toute petite et ne répliqua pas une seule seconde.

Olivia, caressa doucement le corps de sa douce et laissa sa bouche faire le même chemin, elle passa doucement sur la poitrine qu'elle enviait depuis le début et se restaura avec bonheur en faisant frissonner le petit corps, afin de punir un peu la petite blonde elle décida de s'amuser un peu avec elle, elle se s'appuya sur ses genoux et bras gauche, afin d'avoir le visage et les yeux de sa belle en face d'elle, puis doucement elle fait descendre sa main gauche et comme pour la première fois elle caressa le trésor mais au extrémité.

Julia commençait a tremblé, et c** corps demandait plus. Olivia le senti mais n'exauça pas pour autant son souhait elle continua à la caresser au l'extérieur tout en laissant de temps a autre sa mains passer a l'intérieur en frôlant le point sensible.

« Tu es... » Essaya de dire Julia tellement la sensation était insupportable.

Olivia sourire simplement et laissa un doit passer et continua à frôler le point.

La petite blonde n'arrivait plus a réagir ou réfléchir, elle en pouvait plus son corps était incontrôlable.

« Je...je suis dé...désolée je...je te promet de...de ne plus re...recommencé. » Réussit à dire la petite blonde entre ses gémissement.

« Hé bien voilà. » Dit Olivia satisfaite.

Puis ne voulant plus torturé d'avantage sa compagne elle alla à son tour festoyer le trésor tant convoité, elle se cala bien et commença sa restauration, avec des geste tendre, elle fouilla dans le moindre recoin avant de laisser sa mains l'accompagner. Immédiatement le corps de Julia répondit et bougea au rythme imposé, plus la cadence augmentait plus la petite blonde était envoyer dans un autre monde, ou seule sa compagne pouvait l'envoyer, tout son corps n'était que gémissement et soupir, les geste d'Olivia augmenta de plus en plus. Le corps bougeai a la même vitesse quand d'un coup il se raidit dans une éruption de passion exotique sous le nom de sa compagne avant de se laisser tomber tremblant et sans force. C'est quand la petite blonde reprit un peu le contrôle qu'elle remarqua qu'elle était dans les bras de sa compagne qui la berçait.

« Tu...tu va me le payer pour le coup de se soir. » Dit elle la voix fatigué.

Et avant même qu'elle ne se rende compte de rien, elle s'endormit dans les bras de sa douce qui prit une des couvertures pour les recouvrir. Olivia regarda amoureusement et avec douceur sa compagne dormir.

« Tu as beaucoup fait ce soir, grâce a toi j'ai passer le plus merveilleux des Noël et je t'en remercierai jamais assez, tu es entrer dans ma vie comme une tempête et tu la totalement chambouler, mais sans toi je n'aurai jamais put connaître un tel amour et partager autant de bonheur. Je t'en remercie beaucoup et je te souhaite un joyeux Noël mon amour. »

« Hein ? Qu'est ce que tu as dis ? » Lui demanda Julia dans son sommeil.

Olivia se mit a sourire et embrassa délicatement le front de sa douce.

« Rien, bonne nuit à toi mon amour, je t'aime. » Répondit Olivia amusée avec beaucoup de douceur dans la voix.

« Moi aussi je t'aime et joyeux Noël à toi aussi. » Répondit Julia en se calant plus confortablement contre la grande femme.

Cette dernière referma ses mains autour du petit corps et rejoignit sa bien aimée au pays de Morphée avec un sourire serin sur les lèvres.



























Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: LE PONTON [ TERMINEE]   Dim 18 Nov 2012 - 10:07


CHAPITRE 19


Toute la petite famille était de retour à Los Angeles, la fête de Noël a été faite dans la joie et la bonne humeur, Christine Mathilda et Francis étaient retournés dans le chalet sur les coups des dix heures, les deux filles c'étaient levées assez tôt pour tout ranger afin que la soirée qu'elles avaient passé reste secret, pendant le déjeuner les cadeaux avaient été échangés au grand bonheur de tout le monde. Olivia et Julia inconsciemment avaient eu la même idée niveau cadeau a offrir à l'autre. Olivia offrit à Julia une petite croisière pour deux personnes à bord d'un bateau afin de découvrir les îles grec, et Julia offrit à sa compagne un voyage aux l'île des galàpagos pour également deux personnes. Quand elles découvrirent le cadeaux, tout le monde éclata de rire tellement l'action était hilarante. Et c'est le jour d'après que tout ce petit monde rentrèrent chez eux pour se préparer pour la rentrée.

Julia était rentrée chez elle afin de se détendre un peu, à peine arrivée, elle senti un manque, elle remit son blouson et sorti de chez elle afin d'aller sur le grand ponton en bois. Cela faisait un peu plus d'une semaine qu'elle ne c'était pas recueillit dessus et cela lui manquait énormément. Aujourd'hui la mer était calme, il faisait beau. Elle se rendit sur le grand ponton en bois. Une fois arrivée au bout elle mit sa tête en arrière en fermant les yeux afin de se laisser embaumer par l'air marin qui lui avait tant manqué. Le stresse s'évanouit lentement pour laisser entrer un bien être que seul l'océan était capable de le lui donner. Doucement elle ouvrit ses paupières, et regarda l'horizon qu'elle trouvait toujours aussi beau.

« Papa, maman, petite sœur, je suis vraiment heureuse, depuis la veille de Noël je suis fiancée à une personne vraiment extraordinaire, jamais je n'avais connu un tel bonheur. Avec elle tout est vraiment merveilleux, chaque jour est un jour nouveau, les problèmes sont si facile à résoudre. Je ne vois plus du tout la vie de la même façon qu'avant. Grâce à elle votre disparition est beaucoup plus facile à gérer et j'arrive à vivre dans la joie malgré ce drame. J'ai uni mon âme avec la sienne afin de la retrouver dans les prochaines vies pour ne jamais être séparé d'elle. Mais malgré tout ce bonheur, je ressent une pointe de tristesse, j'aurai tellement aimée partager cela avec vous. J'aurai voulu vous la faire rencontrer officiellement afin que vous puissiez voir par vous même le bonheur qu'elle me donne et de voir enfin votre fille heureuse le visage radieux. »

Elle se tut afin de laisser ses paroles partir dans la petite brise fraiche qui venait de se lever pour les guider dans l'au-delà. Puis d'un coup elle senti quelque chose sur son épaule ce qui la fit sursauter, elle se tourna d'un coup afin de voir qui lui avait touché l'épaules, elle se figea quand elle vit trois personnes qu'elle connaissait parfaitement bien. Elle laissa ses larmes couler sans vouloir les retenir.

« Bonjour ma chérie. » Lui dit l'une des personnes avec une voix aussi douce que du velours.

« Maman, papa, Flora. » Dit elle la voix remplit de larmes en voyant ses parents et sa sœur se tenir devant elle le sourire au lèvres.

« Nous t'avons entendu. Depuis notre mort nous t'entendons nous parler, tout ce que tu a dit jusqu'à aujourd'hui nous a très touché. Je suis vraiment désolée ma chérie de t'avoir abandonné. » Lui expliqua sa mère.

Julia secoua la tête. « Non ce n'est pas de votre faute. »

« Nous aurions tellement voulu que tout ceci se passe autrement. Tu as énormément souffert de notre absence, ainsi que de notre mort. Je suis également peiné que tu es tout vu. » Lui dit tristement son père en posant sa main sur la joue de sa fille. « J'aurai tellement voulu t'épargner cela. » Finit-il en caressant doucement la peau.

« Non tu n'as pas à te sentir coupable. La vie et surtout un petit c** en a décidé autrement. Je ne vous en veux pas, même si j'ai dis des choses méchante cet été. »

« Non c'est ta colère et ta tristesse qui t'avais fait parler et nous n'en tenons pas rigueur, car je sais que tu nous aimes et que tu penses beaucoup à nous. » Lui dit Flora.

« Je voulais te remercier petite sœur tu m'a sauvé deux fois la vie, je ne l'oublierai pas. »

« J'ai fais simplement ce que je devait faire Julia, ton heure n'était pas venu et de plus si je t'avais laisser, tu n'aurais pas pu connaître un tel amour. » Répond gentiment sa sœur.

« Oui c'est vrai ma grande, ta copine est vraiment quelqu'un de bien, elle t'a aidée dans le moment le plus horrible de ta vie et a porté sur ses épaules ton malheur sans jamais ce plaindre. » Lui dit son père.

« Je sais et je m'en veux un peux pour ça. Je lui est mit sur ses épaules un lourd fardeau à porter alors qu'elle a aussi ses propres problèmes. » Répondit la petite blonde en baissant la tête de honte.

« Non ma fille. » Intervint sa mère en lui attrapant le visage en la forçant à le relever. « Elle ne l'a pas portée par obligation, mais parce qu'elle l'a bien voulu. Son amour envers toi est sans égale de se que nous avons tous connu, il est encore plus fort que celui que j'ai envers ton père ou lui envers moi. »

« Que veux tu dire ? » Demanda Julia ne comprenant pas ce que voulait dire sa mère.

« Elle veut dire que toi et Olivia êtes des âmes sœur et ça depuis votre naissance. Votre destin était de vous rencontrer afin de passer votre vie actuel et futur ensemble. » Continua son père.

« Tu veux dire que tout ceci, tout ce que j'ai traversé, c'était dans le but qu'elle et moi nous nous rencontrions ?! » Demanda la jeune femme incrédule.

« Tout non, mais une bonne partie oui, je t'explique. » Continua Flora. « Notre mort ainsi que certaine mauvaise chose qu'il te sont arrivée n'était pas écrit, mais la rencontre avec le dauphin, le sorcier sur l'ile et ce ponton, fait partie de ce que tu devait accomplir pour votre union. » Expliqua Flora.

« Tu étais destinée à venir vivre à Los-Angeles, que nous soyons en vie ou non, tu serais venu un jour ou l'autre. » Continua sa mère.

« Simplement notre mort a simplement fait accélérer les choses. » Fini son père.

Julia écoutait très attentivement ce que sa famille disait, et commençait petit-à-petit à comprendre le sens de tout ceci.

« Mais j'aurais tellement voulu que tout ceci ce passe autrement. Même si cela est ma destinée, votre mort ne devait pas en faire parti. » Dit elle en laissant ses larmes prendre le dessus.

« Ma chérie, je suis sincèrement désolée, et crois nous Olivia nous l'apprécions beaucoup pour ce qu'elle te fait, c'est vraiment quelqu'un de très bien et de là où nous sommes, nous le voyons parfaitement bien et tu n'as pas besoin de présentation officiel pour nous monter que ton bonheur, l'amour que vous vous portez est sincère et fort. » Expliqua le père.

C'est à ce moment là que les parents et la sœur commencèrent à disparaître doucement.

« Non ! Ne partez pas ! J'ai encore besoin de vous parlez ! » Paniqua Julia.

« Nous sommes désolés ma chérie mais nous ne pouvons pas rester, nous sommes simplement venu te dire ta destinée et te montrer que nous t'aimons toujours. »
En un clin d'œil ils se retrouvèrent devant la fin du ponton au dessus de la mer.

« Non ne partez pas ! J'ai encore besoin de vous ! » Hurla la jeune femme.

La famille commencèrent à s'éloigner du ponton, c'est alors que la petite blonde se mit à courir pour essayer de les rattraper, mais son pied se raccrocha à quelque chose et tomba lourdement sur le ponton de ton son long. Elle se releva avec difficulté tellement son corps tremblait de larmes, elle se mit à genoux les mains posé sur le sol en laissant son corps entier exprimer sa douleur de voir ses parents l'abandonner une deuxième fois. Elle senti une main se posé sur son épaules et su immédiatement à qui ce membre appartenait et se jeta dans les bras de la propriétaire qui n'était autre que sa compagne en laissa l'orage de sanglot sortir contre le corps sécurisant d'Olivia qui la berçait avec douceur. Cette dernière resserra plus fortement son étreinte autour de la petite blonde pour l'aider à se vider. De sa mains droite elle caressa doucement les cheveux couleur blé en déposant de doux baisés sur le haut de sa tête. Et c'est sans un mot avec le cœur gros qu'elle attendit patiemment que sa douce parle.

Cette dernière se calma petit-à-petit, puis une fois plus posé commença à parler.

« J'ai vu mes parents. Je leur est parlée et ils sont de nouveau parti. » Dit-elle.

« Je suis sincèrement désolée pour toi qu'il t'ai encore abandonné. Mais cela ne doit pas être facile pour eux non plus de devoir te laisser seule. » Dit la grande femme d'une voix douce.

« C'est si dure. Je sais que ce n'est pas facile pour eux non plus, mais j'aimerai tellement partager ce pur bonheur que j'ai avec toi. » Répondit la petite blonde tristement.

« Il le voient de là où ils sont. Ils sont toujours à tes cotés. Je sais ce n'est pas évident, mais sache que tout comme moi il t'aime du plus profond de leur cœur. »

Julia s'écarta légèrement des bras de sa compagne et la regarda droit dans les yeux.

« Je sais qu'il m'aime tout comme toi et tu as raison, c'est aussi dure pour eux. Je te demande pardon, mais le faite de les avoir revue m'a fait rouvrir les douleurs du passé. » Expliqua Julia.

« Non tu n'as pas à t'excuser, j'avais agis de la même manière quand j'ai revu mon père. » Répondit Olivia.

Je te demande aussi pardon pour tout ce poids que je t'ai fais porter, alors que tu avais aussi tes propres problèmes. Depuis le début je me suis trop appuyer sur toi. »

« Julia écoute moi, tu n'as pas à t'excuser. Si je l'ai fais, c'est que j'avais envie de le faire, pas parce que je me sentais obliger, mais parce que c'était mon devoir de te protéger, t'écouter et autre. Mes problèmes comparé au tien, ne sont pas aussi gros et je peux les gérer car j'ai ma mère en soutenir à se niveau là, alors que toi tu n'as personne. »

Elle laissa sa main se posé sur la joue de sa compagne et du pousse essuya la dernière larme qui coulait.

« Enfin jusqu'à ce que nous nous rencontrions, tu n'avais personne. Tu vois même si j'ai ma mère pour m'écouter m'épauler et me soutenir, je me suis toujours senti seule avec un grand vide en moi. Depuis que j'ai posé mes yeux sur toi sur se ponton, ce vide c'est comblé, tu es ma destinée. »

À ses mots Julia sursauta et regarda sa compagne avec des yeux remplis de question.

« Oui j'ai entendu tout ce qu'ils ont dit j'étais là. Je ne sais pas comment cela à ce produire ou peut-être cela est dut à la réunification des âmes, mais quand je suis arrivée sur ce ponton, je t'ai vue, toi et tes parents discuté, je sais maintenant que je peux voir ce que toi tu vois et je te demande pardon si j'ai été indiscrète en écoutant votre conversation. »

« Non, ne le sois pas au contraire. » Répondit la petite blonde le sourire au lèvres avant de blottir contre sa compagne. « Je suis heureuse que tu puisse les voir toi aussi. » Dit-elle simplement.

Olivia resserra son étreinte autour du petit corps, et posa sa joue sur le haut de la chevelure blonde et ferma les yeux afin d'apprécier ce simple contact qui lui fit tant de bien. Elle senti le tremblement de sa compagne et resta silencieuse quand elle comprit que cette dernière laissa échapper les dernière larmes de douleur qu'elle avait garder en elle. Tout doucement elle se mit à lui caresser les cheveux en la berçant avec tendresse, tout en s'asseyant sur le sol en appuie sur la balustrade.

« Toi et moi pour toujours. » Dit elle tout simplement.

La petite blonde serra encore plus ses bras autour d'Olivia.

« Ne m'abandonne pas, ne part pas. » Sa voix était remplis de supplice.

« Mais je n'ai l'intention d'aller nul pas mon cœur, je reste avec toi pour toujours. »

Julia se dégagea de l'étreinte de son amante en se mettant à quatre pattes devant elle et se mit à la regarder fortement, puis doucement elle approcha son visage et tendrement elle posa ses lèvres sur celles de sa compagne. Doucement elle ouvrit ses lèvres de façon à ce qu'elles soient collé à celle de sa douce. Cette dernière répondit immédiatement de la même façon avec autant de tendresse, puis leurs lèvres ce serra et resserra dans des geste doux, puis avec délicatesse. Elles ouvrirent leur bouche un peu plus pour laisser passé légèrement leur langues, pour des caresse tendre et délicate, en entrelaçant leurs langues tout en les faisant doucement tourner l'une contre l'autre, avant de les retirer pour refaire de doux mouvement de lèvres pour repartir une autre fois dans un balais remplit d'amour.

Doucement Julia passa sa main gauche sur la nuque de sa compagne afin d'approfondir ce moment si tendre. Cette dernière l'attira et la blotti contre elle afin de crée un barrière, qu'aucune personne ne pouvait briser. Le baisé ce cessait tranquillement. La petite blonde regarda tendrement sa compagne et lui caressa le visage avec douceur.

« Si, nous devions nous mariée, je voudrais échanger mes vœux avec toi sur ce ponton. » Dit-elle avec une voix remplit d'amour.

« Oui, sur ce ponton, lui qui est le symbole de notre amour, de notre rencontre,de notre joie, et peine. » Répondit Olivia avec tendresse.

« Oui, et pour moi il sera toujours précieux à mes yeux, car c'est ici même que j'ai trouver ma vie. » Dit Julia avant d'attirer sa compagne pour un autre baisé tendre.

« C'est ici aussi que j'ai trouvé la mienne. » Répondit Olivia avant de retourner au baisé.

Pendant un long moment après le baisé, elles restèrent dans les bras de l'une et de l'autre sur le ponton à regarder la mer dans un grand silence, où baignait leur amour le plus sincère. Mais la réalité les rattrapèrent vite quand le téléphone de Julia ce mit à sonner.

La petite blonde décrocha et parla avec la personne au bout du fil, Olivia remarqua que sa compagne commençait à devenir un peu sombre et commença à se poser des questions, sur le correspondant. Une fois la conversation fini elle n'attendait pas pour poser la question.

« C'était qui ? » Demanda-t-elle un peu nerveusement.

« C'était le procureur. Le jugement à été avancé et c'est jeudi. » Répondit Julia un peu embêté.

« Quoi tu veux dire dans trois jour ?! » Demanda la grande femme surprise.

« Oui, d'après ce qu'il à dit, il ne pouvait pas faire autrement, donc... »

« Il faut que l'on parte grand maximum demain matin. » Fini Olivia.

« Exact, soit on part aujourd'hui où demain. » Répondit de nouveau la jeune femme.

Olivia fit un peu la moue car cela n'était pas prévu au programme et ce qu'elle avait prévu pour sa compagne tombait à l'eau. Elle ce mit à réfléchir un moment et regarda l'heure sur sa montre.

« Bon il est 11h30 disons que si nous partons aujourd'hui vers les midi cela va nous faire arriver... »

« Mercredi a deux heure du matin. » Finit Julia pour elle.

« Et elle est à qu'elle l'heure l'audience ? » Demanda la grande femme.

« Elle est à quatorze heure. »

« Oui nous n'avons pas le choix de partir aujourd'hui, pour que tu puisse avoir le temps de te préparer et repérer l'endroit où ce situe le tribunal. »

Les deux filles se turent un moment et se mirent à réfléchir, mais quoi qu'elles essayaient de trouver, si elles voulaient partir en voiture comme elles l'avaient décidées la veille, elles devaient impérativement partir aujourd'hui et c'est dans un bel ensemble qu'elles se mirent à soupiré de frustration. Cette action eu pour effet de les faire ce regarder et partirent dans un bel éclat de rire.

« Allez viens, allons prendre quelques affaires et prévenir ma mère, plus vite se sera fait et plus vite on sera revenu. » Dit Olivia en tirant sur sa compagne pour l'aider à se relever. Cette dernière acquiesça de la tête et c'est bras dessus et bras dessous qu'elles partirent dans leur habitacle respective afin de prendre le strict nécessaire. Ce fut à midi juste, quand elles prirent la route avec Olivia au volant pour commencer. Elles avaient prit la voiture de Julia sachant que la grande femme ne possédait qu'une moto.

Cela faisait une demi journée, que la voiture ce dirigea vers les terres de la Caroline du Nord. Julia avait pris le relais. À l'intérieur du véhicule tout était silencieux, Olivia c'était endormi, seul le son de la radio résonnait d'un son calme afin de garder cette tranquillité. Pendant la conduite Julia repensait au jugement en se demandant qu'elle sentence la cours allait donner au meurtrier. Intérieurement elle voulait que l'homme paye pour la mort de ses parents et des autres occupant de l'habita, mais d'un autre coté son cœur lui disait de ne pas vouloir de mal à cet personne. Elle était réellement partager entre deux sentiments et ne savait pas comment régir, et de plus elle ignorait de sa propre réaction une fois le meurtrier devant elle. Sachant que la peine de mort était appliquer dans cette état. Cela la travaillait beaucoup, car oui dans un sens il le méritait avec les morts qu'il avait causé, mais retirer la vie malgré cela était contre sa nature. Intérieurement deux forces s'opposait, la colère et le pardon, menait un combat sans merci, car aucun des deux ne voulait céder.

Doucement elle senti une main douce se poser sur la sienne qui était appuyer sur la boite de vitesse.

« Ne t'inquiète pas tu sera prendre la bonne décision. »

La petite blonde surprise des mots tourna la tête vers sa compagne qui avait la tête poser contre la vite et qui la fixait.

« Je ne sais pas, j'ai tellement envie qu'il paye, mais j'ai pas envie qu'il meure non plus. »

« C'est normal que tu réagisse comme cela, tu as le cœur pure et que tu ne pourra jamais souhaiter la mort de quelqu'un. Ce que je vais te dire cela va peut-être te sembler cruel, mais cette homme n'a pas seulement tuer ta famille, il en a détruite plusieurs, et malheureusement tu ne sera pas la seul à cet audience. »

« Je le sais, mais le voir mourir je ne le pourrais pas, qu'il prenne de la prison à vie, oui je peux l'accepter chose qui sera tout à fait normal, mais sa... Non je ne peux pas. » Expliqua la jeune femme peiné.

« Julia, il y a des choses que même toi ou moi ne pourrons pas décider à la place des jury, mais sache une chose c'est que rien qu'en voyant ton regard quand tu le pose sur lui, cet homme sera immédiatement ce que tu ressens. »

« Que veux tu dire ? »

« Ton regard exprime tout le temps ce que tu as sur le cœur. Même si tu ne dis pas ce que tu as au fond de toi, ton regard le fait à ta place. Que tu sois triste, heureuse ou autre. Quand il posera ses yeux sur toi il verra et ressentira et que peut être qu'à se moment l,à de la culpabilité s'installera dans son cœur et que le pardon pourra commencer à lui être accordé. »

La jeune femme ne dit pas un mot et écouta très attentivement ce que son amante lui disait. Le reste de la route se passa autour du sujet de l'audience, qui approchait rapidement.

Il était deux heures trente du matin quand elles arrivèrent le mercredi à Charlotte. Elles firent un peu le tour de la ville afin d'essayer de trouver une chambre d'hôtel, chose qu'elles trouvèrent une demi heure plus tard, sans perdre de temps elles montèrent leur affaires et se couchèrent afin de ne pas se lever trop tard le lendemain.

Il était 8h00 quand elles se réveillèrent, elles prirent leur douche et une fois prête, elles descendirent dans le restaurant afin de prendre leur petit déjeuner, contre toute attente, Julia ne prit pas grand chose en aliment, juste un croissant et une tasse de café, chose qui étonna grandement Olivia.

« Tu es malade ? » Demanda-t-elle en plaisantant.

Chose qui fait rire sa compagne.

« Je n'ai pas très faim. » Répondit Julia angoissé.

« Tu t'inquiète pour le procès ? » Demanda la grande femme tout-en s'asseyant à la table choisit.

« Oui, j'ai peur de ce qu'il va ce dire. » Répondit la petite blonde nerveusement.

« Ne t'inquiète pas, tu sais très bien que sa ira en votre faveur. » Dit Olivia en l'a rassurant.

« Oui je sais bien, mais c'est pas de sa dont j'ai peur mais de ce que je vais apprendre, sur les motifs du geste du type. » Expliqua la jeune femme en tournant son café d'un geste lent.

La grande femme ne répondit pas mais regardait le visage de sa compagne qui était sombre et triste, son regard était plonger dans le café sans trop regarder ce qu'elle faisait, elle savait elle aussi, que ce qu'il allait sortir de cet audience fera beaucoup de mal à sa belle ainsi qu'aux autres personnes qui on été victime de ce feu. Elle soupira et attrapa la main de Julia.

« Mon cœur regarde moi. » Dit elle d'une voix douce, quand la petite blonde leva la tête et plongea ses yeux dans les siens elle continua. « Je sais que cela va être une dure épreuve pour vous tous, mais sache une chose, c'est qu'aujourd'hui vous aller enfin découvrir la vérité et la raison de son geste. Je sais aussi que ce qui va ce dire dans cette pièce va faire beaucoup de mal aux victimes dont toi, mais sache une chose, c'est qu'après le jugement vous serez tous enfin libre de cet enfer et vous pourrez enfin tourner la page sur cette histoire. Je sais aussi que rien n'y personne et encore moins ce procès vous ramènera les personnes que vous avez perdu, mais une chose est sur c'est qu'ils pourront tous reposer en paix. »

Julia ne dit rien et écouta attentivement ce que sa belle lui disait, sans le savoir les mots qui sortait étaient si vrai que sa la rassura, elle était consciente que ce qui allait sortir de ce fou furieux allait faire beaucoup de mal, mais ce que Olivia lui disait était la strict vérité, à la sortie de l'audience tout le monde pourra enfin faire son deuil à sa façon.

« Et n'oublie pas une chose. » Continua la grande femme en serrant un peu plus son étreinte de la main. « Je suis là et je restera avec toi pour te soutenir, et que je ne partirai pas. »

Julia se leva de sa chaise et se pencha en avant afin de venir capturé les lèvres de sa douce pour toute réponse.

« Je sais et je ne l'oublie pas. Je te remercie pour ce que tu fais pour moi, c'est énorme et je ne l'oublierai jamais. » Dit elle en se rasseyant doucement.

Cette fois ci c'est Olivia qui se leva de sa chaise mais au lieu de se penché elle fit le tour de la table et se positionna au coté de sa bien aimer en s'agenouillant.

« Julia, si je fais ça c'est parce que je t'aime, rien n'y personne ne me force à le faire. Je veux te soutenir le plus possible dans cet épreuve qui ta énormément détruite. Tu n'as pas à me remercié. Pour moi c'est tout à fais naturel de le faire et comme tu le sais je donnerai ma vie pour toi. » Dit elle avant de venir prendre les lèvres de sa douce dans un baisé tendre. « Nous devrions y aller avant d'arriver en retard. » Dit-elle dans un chuchotement.

La jeune femme acquiesça et se leva de sa chaise en prenant la mains de sa compagne qui lui était chaleureusement tendu dans la sienne. C'est mains dans la mains qu'elles partirent à pied en direction du tribunal pour le jugement tant attendu.

La salle était bondé, entre les visiteurs témoins, victimes survivante, juge et jurés en plus des avocats et de l'accusé. L'audience était ouvert au public, Julia et Olivia était placées juste derrière les avocats sur le banc des témoins et victimes. Elle pouvait apercevoir que l'assassin n'était pas encore arrivé. La petite blonde commença à devenir de plus en plus nerveuse tout comme les autres personnes qui avaien