Power > Pretty Little Liars
Bonjour à toi !

Bienvenu sur le forum Legends of Xena, tu pourras y découvrir l'actualité concernant la série Xena, Charmed et Legend of the Seeker ! Ce forum est également un lieu de partage et de découverte. N'hésite pas à t'inscrire !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au-delà du réel...[TERMINEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Jeu 27 Jan 2011 - 10:39

Il est 21h00. Nous sommes un vendredi. Le forum XI organise comme d’habitude une soirée autour de notre série préférée. À travers la fenêtre du chat on regarde une vidéo, que l’on commente ensemble, entre membres. Vient ensuite le quizz, tant attendu pour certains, redoutés pour d’autres. La reine du quizz Kmé Whip pose des questions redoutables et la lutte s’annonçait acharnée.
Il y a certaines membres qui gagnent beaucoup et qui ont de ce fait, une grande réputation et sont les représentantes des colles UHU. (LOL) Tellement collées au clavier qu’elles écrivent plus vite que leur ombre. Ce sont des guerrières redoutables ! Il y en a d’autres, qui depuis 20h30, délirent et s’imaginent une vie. Un monde virtuel à part. Mais la reine Kmé a sorti son fouet. Dans un élan de frayeur, certaines prennent une douche froide et arrête les câlins, quand d’autres préfèrent le masochisme et continuent à travers petit clin d’oeil interposés.
Tout a commencé ainsi...

Il est 20h30, je me connecte sur le forum, mon identifiant, Maritza. Tout de suite je vais sur le chat, je suis la première, comme à peu près à chaque fois les vendredi.
Puis vient ma grande amie, celle que j’ai réconforté quelques temps plus tôt, Gabby la barde ! On commence à parler de tout et de rien comme des folles, puis vient pour un court instant, Potidaya. Une autre fille avec qui je m’entends super bien ! Elle ne va pas rester longtemps mais elle entre dans le délire pour cinq petite minutes. On s’imagine un canapé, et on se fait un câlin collectif ! C’est tellement mignon !
Puis arrive Schild, une nouvelle ! Elle est sur le forum que depuis quelques temps et c’est sa première soirée. On se promet de s’entraider. Elle se met sur le canapé, discute avec nous et nous câline avec beaucoup de joie et d’entrain.
Puis vient la Reine Kmé avec ses soldats redoutables !
–Il faut faire front..dis-je à mes amies câlines.
Pour gagner la récompense ultime qu’est le “fouet sacré” on décide de s’unir. Enfin la dernière du groupe canapé, Loulou !
Grande déesse du dessin et du topic “qu’est-ce que vous écoutez”.
Elle s’allie avec nous, ça y est la bande est presque au complet.
L’épisode défile, les questions fusent, et les câlins et sous-entendus pervers s’intensifient.
La Reine Kmé sort son fouet et nous lance des avertissements.
Mais nous sommes masochistes ! Nous continuons !
Il y a comme dans toutes les histoires d’amour, des jalousies, des ruptures, des câlins, des réconciliations sur le canapé, des partages et échanges. Grandiose. Mais au fil du temps, la seau d’eau froide nous tombe dessus. La Reine Kmé a gagné. On va devoir continuer les câlins en privé...
* * *
Il est 23h35. Je vais me coucher après un quizz plein de suspens et de rebondissement ! J’ai réussit à avoir pas mal de point, je m’améliore mais j’ai du m’incliner devant la prêtresse Basilou qui gagna le fouet et promit d'en prendre grand soin.
Je laisse ma Loulou et ma Schild sur le chat. Gabby et Potidaya sont parties tôt.
Avant de dormir, je parle seule. J’évoque ce qui s’est produit sur le chat, déclarant que ce serait bien si ce monde virtuel pouvait rejoindre celui où vivent Xena, Gabrielle et leurs univers.

+++(changement de point de vue)
Loulou, Schild, Gabby, Potidaya et Maritza s’endorment sous un ciel étoilé. À 02h30, une étoile filante passa dans le ciel, réalisant les vœux les plus chers.
+++

Un chant d’oiseau, une brise légère et l’odeur de la nature.
Je me réveilla et fut surprise de ne pas me trouver dans mon lit, dans mon appartement. Je me leva en sursaut, tourna autour de moi-même, regarda au loin. Un paysage idyllique.
–Où suis-je ?
Je me regarda et vit que j’étais toujours en petite nuisette bordeaux, pieds nus. J’entendis un bruit, derrière moi.
–AHHHH !
Un canapé quatre places pur cuir était posé là, sur l’herbe au milieu de la nature ! Dessus, dormaient paisiblement mes amies du forum.
J’hurla si fort que j’en réveilla Loulou et Schild.
–Mais qu’est-ce qui se passe ? Déclara tout doucement Loulou qui s’étira.
Schild, quant à elle, elle se pinça pour vérifier qu’elle ne rêvait pas.
–Qui êtes-vous ? Demanda Schild.
Je reconnu Loulou, j’avais vu sa photo, mais Schild je ne l’avais jamais vu. Elle était très mignonne. Schild était de taille moyenne environ 1m65, (je fais 1m64), elle était brune aux yeux marrons habillée d’un pyjama bleu marine. Portant d’ordinaire des lunettes qu’elle avait posé sur sa table de nuit, elle ne voyait pas grand chose.

–Je m’appelle Maritza ! Du forum !
Loulou et Schild n’en revenaient pas. Au départ, elles ont cru à une blague, et se sont baladées autour du canapé, m’ont dévisagé puis elles en ont convenus que si c’était une farce ou un rêve, il était très bien réalisé.
–Et qui sont-elles ? Demanda Loulou en montrant Gabby et Potidaya.
M: –Je ne sais pas qui est qui. Il y a certainement Gabby la barde et Potidaya mais je n’ai jamais vu une seule photo.
S: –Où on est ? Que faisons-nous ici ?
M: –Je ne sais pas.
Loulou observa de plus près les alentours: –On dirait les paysages de Nouvelle-Zélande, là où on a tourné les épisodes de Xena.
S: –Tu n’as pas tort, ça y ressemble beaucoup.
L: –Imaginez que par miracle notre souhait de rencontrer nos deux héroïnes dans leur monde se soit réalisé ?
M: –Cela voudrait dire..
S: –C’est génial !!!!!
Schild se mit à danser et à hurler de partout, (pauvre tympans) ce qui eut pour effet de réveiller les deux dernières filles.
Je me précipita vers elle afin de les connaître:
–Qui est Gabby et qui est Potidaya ?
Elles se regardèrent, ne comprenant pas non plus ce qu’elles faisaient ici. Gabby se touchait pour vérifier qu'elle ne rêvait pas. Potidaya songeait qu’elle avait été enlevé par un groupe terroriste amateur de croissant chocolat-banane qui voulait lui piquer sa recette.
Potidaya était brune, grande et avait de magnifiques yeux.
Gabby était châtain, mesurant 1m65 et était en tee-shirt avec un petit short.
Avec Loulou, on a mit dix bonnes minutes pour les convaincre qu’on était dans un monde, irréel ou non, on ne savait pas. On devait être en Nouvelle-Zélande. Mais aucune habitation aux alentours, personne à qui demander le chemin.
On s’assit toutes sur le canapé, se serrant puisqu’il n’y a que quatre places.
On réfléchit. Loulou propose de partir explorer. Potidaya avait peur et préférait ne pas bouger. Schild avait faim et Gabby s’inquiétait de la vie qu’elle avait laissé dans l’autre monde. J’étais neutre. J’avais froid parce qu’habillée chaudement, je n’avais pas très faim mais je rejoignais Loulou dans l’idée d’explorer. Après tout, qu’avons-nous à perdre ?
On commença à marcher en direction d’une colline, devant nous. J’aidais Schild a éviter les obstacles, ne voyant rien.
La brise légère s’arrêta laissant la place à une chaleur accablante.
En haut de la colline, on avait une vue privilégiée sur une grande vallée. Il y avait en contre-bas un village, des paysans et des marchands. Il y avait une rivière plus au nord, une forêt à l’ouest et des terres vierges.
L: –On y va ? Il y a une auberge à côté de l’herboristerie !
S: –Comment t’arrives à voir jusque là ?
M: –Hum...je le vois aussi t’en fais pas ma schild on va tenter de trouver un opticien dans le coin.
Gabby ne put s’empêcher de rire.
P: –Au moins on pourra manger, tu seras satisfaite !
Schild soupira. Même si elle avait très faim, ne pas voir grand chose l’handicapait.

Suite N°2:


On descendit toutes les cinq de la colline d’un pas décidé mais on fut vite rattrapé par la réalité. Les paysans eux, étaient d’époque. Nous, avec des habits on sortait tout droit...du futur !
Gabby lança l’idée d’assommer quelques personnes et de récupérer leurs habits. Loulou doutait mais on avait pas trop le choix si on ne voulait pas se faire remarquer. Schild ne voyait pas plus loin que le bout de son nez, alors elle acquiesça l’idée. Quant à Potidaya elle se demandait qu’elle heure il pouvait bien être.
M:–Bon va pour la violence, mais restons discrètes et essayons de trouver des personnes qui font à peu près les mêmes tailles que nous !
G: –Tu crois qu’elles se sont lavée récemment au moins ?
L: –C’est toi qui a proposé l’idée !
G: –Tu en avais peut-être une autre ?
Potidaya vit le ton monté entre les deux filles et s’interposa afin qu’elles se ressaisissent et qu’elles s’entendent.
Loulou partit devant et Gabby lui tira la langue. Je rigolais intérieurement mais j’étais stressée à me demander ce qu’il allait se passer.
S: –J’ai peut-être une question bête à poser, mais comment on est arrivé là ?
P: –Je n’en ai aucune idée.
M: –Moi non plus.
L: –Il y a le canapé, c’est en rapport avec notre délire de la veille je pense.
G: –Loulou et l’intelligence.
P:–Gabby, ne recommence pas.
G: –Je n’ai rien dit, n’empêche je suis partie trop tôt, j’aimerai bien savoir qui a eut le droit à des câlins supplémentaires.
Je pris Gabby dans mes bras: –C’est toi.

On se cacha derrière d’immenses buissons à l’affût de toute personne qui passerait par ici.
Il y en avait pour tous les goûts, du macho pervers au petit timide boutonneux, en passant par la femme de quarante ans qui en fait quatre-vingt ou la jeune fille de quinze ans encore innocente qui ne connaît rien de la vie.
Au bout de plusieurs minutes, deux jeunes femmes plutôt bien habillée discutaient tout en balançant leur panier de provision. Elle allait sortir du village afin d’entamer une longue marche jusqu’à la forteresse d’un certain Roi qui aurait promit asile et nourriture en échange de travail.
Personne d’autres aux alentours, Gabby et Loulou sautèrent sur les deux jeunes filles, les assommèrent et les dévêtirent partiellement.
G: –C’est ma taille ! Cria Gabby, folle de joie à l’idée de se déguiser.
Loulou était plus nonchalante bien que les habits de l’Antiquité lui allaient comme un gant.
Pour Schild et Potidaya, ce fut également assez simple, mais le pire a été pour moi. N’étant pas dans les standards d’habillement j’ai du les faire attendre une bonne heure. Le ventre de Schild a failli provoquer un tremblement de terre, Potidaya s’est endormit, Gabby me réconfortait et Loulou personnalisait ses nouveaux fringues.
Je me changeais enfin, et c’était plutôt une bonne nouvelle, j’ai moins froid tout d’un coup !
S:– Bon c’est pas tout, mais j’ai vraiment faim là.
G: –Tiens, on avait pas remarqué.
Petit éclat de rire. Mais chacune d’entre nous était inquiète.
On se dirigea vers l’Auberge Chevaleresque du Centaure.
On y entra avec le plus de discrétion possible, ce qui aurait été vraiment possible si l’estomac de Schild n’était pas dans ses orteils.
La maîtresse de cette auberge, derrière le comptoir hurlait sur les pauvres fous qui tentaient de la toucher ou de partir sans payer.
M: –Sous ? On a pas de sous !
G: –C’est pas grave.
L: –Tu comptes assommer toute l’auberge ?
P: –Temps mort, on mange et avise après.
S: –Je suis bien d’accord, j’ai faim !
M: –Bon ok, installons-nous à une table.
Un homme derrière le comptoir était affairé à tailler les viandes, vider les poulets, servir du vin et supporter son horrible et froide femme.
On commanda ce qu’il y avait. La maîtresse de l’auberge a fait mine de ne rien comprendre, mais on allait pas lui demander un hamburger frite ou une salade niçoise et encore moins une alouette sans tête ou des pizzas.
Finalement, on a eu du poulet et pleins de légumes.
Je déteste les légumes. Fort heureusement, je suis la seule. Toutes ont mangé avec appétit, et dois-je préciser laquelle a finit son assiette en premier ?
S: –C’était délicieux.
G: –Et maintenant on fait quoi ?
M: –Il faudrait essayer de trouver un genre d’opticien antique pour Schild.
L: –Ouai pourquoi pas mais où ? Et on ne peut pas payer non plus.
Un homme, vêtu d’un long manteau noir et cachant son visage approcha à notre table, posa une bourse et nous déclara:
–Je connais quelqu’un qui pourra vous aider pour votre amie.
L: –Qui ? Et où ?
–La maison bleue, à trois pâté de maison d’ici. Mais faites attention.
Sa voix était rauque, cassé. L’homme disparut aussi vite qu’il était venu nous laissant dans le noir complet.
P: –On fait quoi alors ?
G: –On paye et on y va.
L: –Attends, tu as entendu ce qu’il a dit ?
M: –“Faites attention”. Loulou a raison, on doit être prudente, ce n’est pas notre époque et si on est bien dans l’univers de la guerrière, il faut s’attendre à tout.
S: –On va voir Xena et Gabrielle ouiiiiiiiii.
Schild avait besoin d’urgence d’un bavoir...et d’une paire de lunette.
On sortit de l’auberge et après avoir suivit l’itinéraire de l’inconnu, on se retrouva devant une grande porte en chêne massif avec des inscriptions en grecs.
G: –Est-ce que quelqu’un parle grec ?
M: –J’ai déjà du mal avec l’anglais alors on oublie.
L: –Nada.
P: –Aucune chance. Et toi Schild ? Schild ?
On avait perdu Schild. Enfin pas comme vous l’imaginez...
Elle courait partout, en criant, en bousculant plus d’une personne parce qu’elle n’y voyait rien en demandant si quelqu’un avait croisé la princesse de la guerre Xena et sa barde Gabrielle... Malheureusement pour elle, aucune personne ne semblait les connaître.
L: –Maritza, tu n’étais pas censée t’en occupée ?
M: –Excuse-moi mais elle ne tient pas en place ! Je ne vais pas l’enchaîner non plus.
L: –Tu devrais, elle va nous attirer des ennuis.
Loulou alla récupérer Schild pendant que Gabby prenait ma défense:
– Tu n’avais qu’à la garder si tu n’es pas contente.
Potidaya tentait toujours d’apaiser les esprits pendant qu’on ramenait Schild à la raison. Non, Xena et Gabrielle n’était pas là, et oui il fallait qu’elle se taise.
On frappa finalement à la grande porte et une vieille femme nous ouvrit et nous hurla dessus, pensant qu’on demandait la charité.
M: –Notre amie ne voit pas grand chose, elle aurait besoin d’une paire de lunette ou quelque chose pour mieux voir.
La vieille femme nous invita à entrer.
Loulou, toujours méfiante, hésita dès le premier pas. La maison était petite, une seule pièce ou deux, un rideau cachait le fond de la pièce et elle nous interdisait d’y aller. Une fenêtre, une cheminée, des fioles, un chaudron, des potions et des petits sujets en bois.
G: –Vous êtes une...sorte de sorcière ?
–Pas vraiment mais je connais quelque truc.
Elle se mit à marcher dans tous les sens, rassemblant pattes de crapaud, aile de chauve-souris, poudre de corne de licorne, belladone...
L: –C’est pour quoi faire tout ça ?
–Et bien, pour que votre amie recouvre la vue.
Elle nous disait ça avec un grand sourire malicieux, tout comme Loulou, je commençais à me méfier. Ses dents étaient noires et son haleine était pire que du maroilles.
–Et enfin, du basilic pour parfumer.
Gabby me chuchota à l’oreille:
–Si seulement ça pouvait aussi l’a parfumer.
Je décrocha un sourire mais cela m’étonna qu’elle ne nous demandait pas d’où l’on venait, qu’est-ce qu’on faisait ici. Cela se voyait qu’on ne venait pas du coin.
M: –Comment s’appelle ce village ?
–Vous êtes à Loutraki. Le cimetière des centaures.
L: –Pourquoi le cimetière ?
–Il y a assez longtemps, vivaient ici, les centaures. Ils étaient des milliers et puis, du jour au lendemain plus rien.
S:–Oui c’est le fils de Borias là comment il s’appelait déjà, celui qui a tué tout le monde ?
G: –Chut !
–Et bien, aujourd’hui il n’y a plus personne, les restes des centaures ont été ensevelis sous la terre et cette ville a de nouveau reprit vie.
Elle avait terminé sa potion. Elle mit le liquide dans une fiole et l’a tendit à Schild:
–Bois ça petite et voit devant toi.
Schild but et sa vision s’éclaircit:
–Je vois, ah c’est génial ce truc plus besoin de porter mes vieilles lunettes toutes pourries.
–Pardon ? S’exclama la vieille femme qui ne comprenait pas son langage.
P: –Rien du tout, elle vous remercie beaucoup.
L: –Combien on vous doit ?
–Voyons, vous êtes tellement aimables que je vous en fais cadeau.
S: –Merci c’est très gentil, bon maintenant si on partait ?
M: –Attendez, on a une dette envers vous ?
–Mais non, allez en paix mes petites.
Elle s’empressa de les mettre à la porte.
On continua notre route en direction de la rivière, il y avait un chemin tout tracé.
Schild n’arrêtait pas de décrypter le paysage, maintenant qu’elle voyait on avait encore plus de mal à la tenir en laisse. Elle partait devant en courant et ne s’arrêtait plus. Gabby restait à côté de moi tout comme Potidaya qui respirait l’air pur de la nature. Quant à Loulou, elle resta muette de cette rencontre.
M: –Qu’est-ce que tu as ? Tu ne parles plus depuis qu’on a rencontré cette..sorcière.
L: –Je m’inquiète. Rappelez-vous que dans la série, un service en appelle un autre, on a une dette envers cette femme. Plus exactement, Schild a une dette envers elle.
G: –Tu es toujours aussi rabat-joie ?
Schild nous avait entendu: –Comme la badoit ?
L: –Ah ah très drôle, je suis morte de rire.
M: –Je suis d’accord avec Loulou. Il faut faire attention.
L: –Merci.
G: –Et je te soutiens moi.
M: –Gabby, pour cette fois-là, je reconnais qu’elle a raison.
Je fis un gros câlin à Potidaya, Gabby et Loulou et on continua notre route, ou plutôt on continua de suivre Schild...

Suite N°3:

Après avoir traversé la rivière, et récupérer de l’eau douce dans des petites gourdes que Loulou avait prit soin d’acheter, on décida de s’aventurer dans la forêt. Schild restait à côté de nous et restait plus discrète ( Grin ).
On croisait certaines personnes mais aucune ne voulait nous approcher ou nous parler. On restait seule et on suivait un sentier sans savoir où on allait.
Au bout d’une bonne heure de marche, on était toutes épuisées. La lune était sortie. Dans moins d’une heure la nuit tombera.
On décida de se réfugier dans une petite clairière à l’abri du vent.
Sans couverture, le sommeil s’annonçait morose et la nuit tourmentée.
Schild et Gabby restèrent en retrait avec Potidaya pendant que Loulou et moi essayons d’allumer un feu...antique.
J’observais plus que j’agissais.
L: –Je ne savais pas que c’était aussi dur.
M: –De souvenir, on a jamais vu Xena ou Gabrielle allumé un feu non ?
L: –Je ne crois pas.
M: –Ben y’avait Arès dans l’épisode des souvenirs mais à moins que tu connaisses le numéro personnel d’un Dieu... on va devoir se contenter des pierres.
Après quelques efforts, le feu s’alluma enfin et les trois filles vinrent nous rejoindre. On avait rien à se mettre sous la dent. Du coup, Schild tentait tant bien que mal de contenir les bruits de son estomac. Pour les autres et moi-même ça allait, pour l’instant.
Loulou décréta qu’il fallait faire des rondes la nuit. Elle proposa à Schild de faire la première pour qu’elle puisse se reposer correctement, étant la plus jeune. Ensuite, ce sera à Gabby, puis à moi, à Potidaya, et on finira par Loulou.
On arrêtait pas de discuter autour du feu mais les premiers bâillements apparurent vite.
On en apprenait plus sur chacune d’entre nous. C’était assez comique comme situation de se dire qu’il y a moins de 24heures on était derrière nos écrans d’ordinateurs et qu’à l’instant où on se parle on se voit pour de vrai et que l’on se touche.
Je vis que Schild se rapprochait de Gabby. Après tout, pourquoi pas. Cela ne me dérangeait pas plus que ça, je parlais croissant chocolat avec Potidaya et dessin avec la grande déesse.
On décida de se coucher tout autour du feu. Schild commença sa ronde.
******************* (changement d’endroit)
Autour d’un feu, non loin de là, discutaient Xena et Gabrielle.
G: –Tu crois que ce que Varia a dit..était vrai ?
X: –Je ne sais pas mais pour l’instant il faut dormir. On en reparlera demain.
Elle se coucha tout près de Gabrielle lui tenant la main.
–Bonne nuit Xena.
–A toi aussi.
*******************(changement d’endroit =) et de point de vue )
Schild commençait à dormir, relayant le flambeau à Gabby. Elles discutèrent un peu et puis Schild s’endormit.
Gabby resta assez longtemps bien éveillée et entendit des bruits venant de loin. Des loups, ou peut-être tout simplement le vent. Il faut faire attention.
Deux heures plus tard, elle réveilla Maritza. C’était à son tour.
******************* changement de point de vue (j’aime ça!)
J’avais mal partout, les muscles engourdis et je frotta mes yeux. C’était Gabby qui me réveilla.
G: –A toi !
M: –D’accord. Merci. Bonne nuit Gabby, fais de beaux rêves !
G: –Merci.
Gabby se rendormit presque aussitôt, près de Schild. Elles étaient mignonnes toutes les deux.
Je voyais que Loulou avait froid et c’est horrible cette sensation de ne pouvoir rien faire.
Au bout d’une heure de garde, mes paupières se firent de plus en plus lourdes. J’avais peur de ne pas tenir. D’habitude, chez moi j’ai du mal à m’endormir mais là.
Et puis un craquement au loin. Mes yeux s’écarquillèrent et cherchaient si quelqu’un s’approchait du “campement”. J’entendis un hurlement de loup, ou d’une meute de loups plutôt. Ce n’était pas la pleine lune. Happy. Il n’y aura pas de loups-garous ce soir. Néanmoins j’avais sommeil..terriblement sommeil...

Le lendemain matin:
L: –Maritza, réveilles-toi !!
Loulou me donnait des coups afin de me sortir plus rapidement de mes songes.
M: –Quoi, qu’est-ce qu’il y a ? C’est quoi ce bazar ?
Loulou m’aida à me réveiller et en ouvrant les yeux je m’aperçus que c’était le jour, que Schild me regardait avec des yeux noirs de colère et de fureur, que Gabby tournait en rond et que Potidaya...
–Potidaya ? Où est Potidaya ?
S: –Ben c’est justement ce qu’on aimerait que tu nous dises !
M: –?
L: –Cette nuit, durant ta garde, tu l’as réveillée ?
M: –Oui, heu non enfin je ne sais plus !
S: –Comment ça tu ne sais plus ?
G: –Doucement Schild. Tu t’es endormie ?
M: –Je pense oui.
L: –C’est pas notre vaine...Potidaya a disparut. On ne sait pas où elle est, je suis déjà allée jusqu’au village, mais rien.
G: –Tu oublies de mentionner que tu as croisée la vieille folle d’hier.
M: –La vieille folle ?
S: –Celle qui m’a rendue la vue.
L: –Elle m’a dit qu’on courait un grand danger si on ne respectait pas les règles.
M: –Quelles règles ?
S: –Aucune idée.
G: –Maintenant on fait quoi ?
Mais on avait pas le temps de trop réfléchir. Un hurlement de guerriers se fit entendre. De la densité de la forêt sortirent un groupe de bandit armé jusqu’aux dents, qu’ils avaient pourries d’ailleurs. (Very Happy)
G: –On fait quoi là ?
L: –Vous vouliez être dans la série non ? Bon ben maintenant on combat !
M: –Sauf qu’on a pas de sais ou de chakram.
L: –Encore moins d’épée mais ce n’est pas grave...vous avez déjà combattu avant non ?
M: –Avec ma petite sœur ?
S: –En primaire peut-être.
G: –Oui, j’ai déjà fait quelques combats.
Ils étaient une bonne douzaine. Loulou et Gabby foncèrent dans le tas tandis que Schild et moi tentions de les assommer comme on pouvait...avec ce qu’on trouvait.


Suite n°4:

Puis, au bout de quelques minutes, d’un peu de sang répandu sur le sol et de beaucoup de fureur, les quelques bandits encore conscients partirent. Les autres restaient étalés sur le sol.
L: –Bon, on en réveille un et on l’interroge ?
G: –Je veux le faire.
Gabby, d’un geste brutal, empoigna l’un des hommes, le gifla et lui demanda où était Potidaya:
–Je.. Je ne sais pas.
Gabby lui redonna une nouvelle paire de claques.
–Tu ne sais toujours rien ?
–Arrêtez ! Elles nous ont payé pour le faire, on a juste suivit les ordres c’est tout !
L: –Quels ordres ? Elles ? Qui ?
Schild et moi se rapprochions doucement. J’aimais pas trop voir le sang et sentir la puanteur de ces bandits.
–Vous...vous êtes sur leur territoire..
Il n’a pas pu en dire plus, une flèche d’amazone lui transperça le coeur.
Elle venait de nul part.
M: –C’était quoi ça ?
Loulou retira la flèche, elle vérifia la provenance, c’était bien une flèche d’amazone:
–On doit être sur le territoire des amazones.
S: –Bon d’accord mais pourquoi elles l’ont tué alors qu’apparemment on est sur leur territoire.
G: –C’est vrai que si elles les ont envoyé ce n’est pas logique.
M: –Peut-être que ce sont les amazones qui ont Potidaya.
S: –On verra peut-être Gabrielle ! Peut-être qu’elle est encore là !
L: –Pour l’instant, l’important c’est de retrouver Potidaya. (Elle échangea un regard avec moi). Très bien, on continue notre route, on va forcément les trouver. Elles ne nous laisseront jamais traversés..
G: –En vie ?
Personne ne répondit.
**************(changement d’endroit)
Elles observaient ce qu’il se passait à travers la végétation:
–Je ne comprends pas. Tu crois que ce sont les amazones ou même ces bandits qui ont capturé cette jeune fille ?
–Je ne sais pas, Gabrielle. Mais une chose est sûre, elles ont décidé de violer le territoire des amazones pour une raison encore trouble, on doit les empêcher d’avancer.
–Mais elles sont peut-être juste perdues. C’est l’une de leur amie qui a été enlevée !
–Ta naïveté te perdra un jour.
–Xena, je regrette mais..
–Mais quoi ? Tu veux rester là à attendre pendant qu’elles entrent chez les amazones et qu’elles y font un carnage ?
–Non, ce n’est pas ce que j’ai voulu dire.
–Alors viens avec moi.
Elles partirent. Xena était déterminée mais Gabrielle était envahie par le doute.
**************(changement d’endroit)
Loulou et Gabby étaient devant. Elles couvraient Schild et moi si on peut dire. Après tout, aucune de nous deux sait se battre donc tant qu’à faire on s’en remet à elles. Pour l’instant.
G: –Je commence à m’impatienter.
L: –Attends un peu. Tu entends ?
M: –Je n’entends rien, moi.
G: –Qu’est-ce que tu veux dire Loulou ?
L: –Vous ne trouvez pas ça bizarre ? On est dans une forêt, bon même si elle est antique on devrait entendre des chants d’oiseaux, voir des cerfs, des lapins enfin des animaux sauvages ou des écureuils ou des ratons-laveurs..
G: (d’un ton ironique) –Et des loups affamés ?
L: –Très drôle. Sérieusement.
S: –Elle n’a peut-être pas tort.
Gabby avança d’un pied et nous fit toutes tombées dans un piège...très profond.
L: –Génial. Merci Gabby.
G: –Tu n’avais qu’à avancer !
M: –Taisez-vous, de toute façon personne ne l’avait vu, on y serait forcément tombée !
S: –Je n’aimerai pas vous inquiéter mais ... comment on fait pour remonter ?
La peur et l’incompréhension apparurent petit à petit sur nos visages. On tournait en rond, on tentait de se faire la courte échelle. Rien à faire. Il faudrait une aide extérieure.
Au bout de quelques minutes, alors que nous étions fatiguées et énervées de ne pas trouver une solution, on entendit des pas venir vers nous.
Le soleil dans le ciel se voilait.
Et une tête apparut au-dessus de nous:
–Bonjour !
S: –Gab..Gabby ?
G: –Je crois que c’est bien elle..
On restait toute abasourdie par le fait...de voir Gabrielle, la vraie Gabrielle avec un grand sourire aux lèvres.
Ga: –Comment vous savez comment je m’appelle ?
L: –Si tu savais.. Mais tu vas bien ? Tu es..
Gabrielle ne comprit pas et restait là, à attendre.
M: –Peux-tu nous aider ?
X: –Non, elle ne peut pas.
L’a voir faisait toujours un effet incroyable. Un frisson dans le corps. Xena se tenait là, à côté de Gabrielle à quelques mètres au-dessus de nos têtes, qui étaient...à voir sans modération ( Razz).
L: –C’est vous qui avez construit ce piège ?
X: –En effet ! Vous êtes sur le territoire des amazones, vous n’avez rien à faire ici.
G: –On cherche notre amie, Potidaya, elle a disparut cette nuit.
Gabrielle chuchota à Xena: –Je te l’avais dit.
Xena restait méfiante: –D’où venez-vous ? Je ne vous ai jamais vu par ici.
L: –Ben..
M: –On vient d’un village très loin..
G: –Oui, c’est ça. Plus loin que la Grèce..
On essayait toutes de se justifier quand Schild sortit:
–Gabrielle tu es magnifique ! ( :df )
On regardait toutes Schild, d’un regard plus amusé qu’énervé.
X: –Bon ok on s’en va.
M: –Non ! Attendez, vous ne pouvez pas nous laisser là ?
X: –Et pourquoi pas ? On verra bien ce que Varia ou les animaux de la forêt vous réserveront comme accueil !
Xena entraîna Gabrielle qui voulait rester.
–Xena, attends.
Sa voix était douce, posée, et son regard semblait transpercé l’âme de la guerrière.
–Ecoute, Gabrielle..
–Non, toi, écoute-moi ! Regarde-les ! Je ne pense pas qu’elles feraient du mal à qui que ce soit.
Xena se pinça la lèvre et devait bien reconnaître que quand la barde parlait, elle l’écoutait comme si elle était la sagesse suprême.
–Pourtant, tu as entendu ce qu’à dit Varia.
–Oui. Mais mon instinct me dit de leur faire confiance et jusqu’à présent, je ne me suis jamais trompée.
Xena regarda le trou dans lequel nous étions. Elle fit un sourire à Gabrielle:
–D’accord. On les sort de là. Mais restons prudente, nous ne savons rien d’elle.
Alors qu’on se remettait difficilement de cette rencontre éclair, un bout de corde atterrit parterre, l’autre étant accroché à un arbre.
X: –Allez, montez !
Gabby passe la première, suivit de Schild et moi. J’étais pas très douée pour monter à la corde, alors Loulou m’a aidé.
Une fois “à terre” nous étions pétrifiée devant la guerrière et la barde qui étaient..si réelles mais en même temps on pensait à un rêve.
G: –Oh ! Gabrielle laisse-moi te toucher, juste une seconde.
On leur tournait autour comme des vautours et tandis que Gabrielle se laissait faire, Xena nous repoussait.
X: –Si vous pensez nous attendrir, c’est raté.
L: –Non en faites, on..a du mal à croire que vous existez vraiment ,ou plutôt qu’on est dans ce monde.
X: –Ah oui je vois, Gabrielle on s’en va ! Elles sont folles !
L: –Non attendez ! Savez-vous où est notre amie, Potidaya ?
Ga: –Celle qui a disparut c’est ça ?
M: –Oui, nous ne savons où elle est.
Gabrielle échangea un regard vers Xena, qui hocha la tête.
L: –Les bandits qui nous ont attaqué tout à l’heure nous ont parlé, enfin évoqué les amazones. Nous sommes sur leur territoire, et on pense qu’elles auraient pu..
Ga: –Non, c’est ridicule, les amazones ne feraient pas..
Gabrielle fut prise de doute.
G: –Quoi ? Le bandit qu'on interrogeait tout à l'heure a été abattu d'une flèche amazone en pleine poitrine !
X: –Ce n'est pas possible. Varia nous a parlé de vous, elle nous a dit de nous méfier, de ne pas vous faire confiance... car vous aviez tué l’une des leurs...


Dernière édition par Maritzacoco71 le Dim 30 Jan 2011 - 16:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Jeu 27 Jan 2011 - 10:41

la suite n°5 :

L: –Non.. Ce n’est pas vrai ! Aucune de nous n’a fait une chose pareille !
M: –On est ici depuis une journée à peine..Enfin dans la région je veux dire. (Tentant de rattraper ma gaffe).
X: –Varia nous a dit que vous étiez passé au village, Loutraki et que vous aviez empoisonné une amazone qui a agonisé parmi ses sœurs.
Ga: –Varia nous a demandé de tout faire pour vous éloigner de cet endroit.
L: –Nous n’avons rien fait ! Croyez-nous !
G: –Vous ne nous connaissez pas, mais on peut vous assurer que nous n’avons rien fait.
X: –Comment le prouver ?
L: –Vous étiez là, n’est-ce-pas quand les bandits nous ont attaqué ?
X: –C’est exact.
L: –Vous avez du voir qu’on ne savait pas beaucoup se battre.
G: –A part moi.
Loulou échangea un regard avec Gabby qui lui tira la langue.
Ga: –Je vous crois. Mais cela n’explique pas tout.
Xena regarda Gabrielle, impuissante face au jugement de la barde.
L: –Vous pourriez nous emmener voir Varia ? Peut-être que nous pouvons nous expliquer.
X: –Très bien mais je vous ai à l’oeil !
S: (chuchotant): –Oh oui surveille-nous ! C’est génial ! On va voir les amazones !
On leur cacha qu’effectivement on venait de Loutraki...pour l’instant il valait mieux se taire.

Au bout de quelques kilomètres de marche, nous sommes arrivées à l’entrée du camp des amazones.
Leurs chants nous transperçaient nos âmes. Elles étaient comme nous l’avions imaginé, belles, fortes et impitoyables...
On s’aperçut vite que nous n’étions pas les bienvenues.
Gabrielle tentait de les rassurer mais les amazones nous entouraient.
Puis arriva, Varia, mécontente:
–Je pensais vous avoir dit de les éloigner ! Et non pas de les amener ici !
X: –Nous devons te parler, Varia.
V: (nous fixant d’un regard noir remplis de colère) –Comment osez-vous profaner cet endroit ?
L: –Nous n’avons rien ! Que pouvez-vous nous reprocher ?
Varia fit un signe à d’autres amazones qui ramenèrent Potidaya. Elle avait été torturé, elle avait des plaies sur le visage et les bras. Elle avait les mains attachées dans le dos et implorait la pitié.
G: –Relâchez-là !
X: –Varia ! Tu avais dit que tu n’interviendrais pas !
V: –Elle a tué une amazone !
M: –C’est faux !
G: –Nous n’avons tué personne !
L: –Attendez une minute ! Comment est-elle morte ?
Varia eut un moment de réflexion: –Elle s’est écroulée parterre juste après nous avoir dit qu’elle avait rencontré à Loutraki un groupe de cinq jeunes filles qui n’étaient pas du village ni de la région. L’une d’elle, dont la description correspond à celle-ci (elle montra Potidaya).
X: –Varia, je t’avais demandé de ne pas intervenir ! Tu m’avais promis de le faire !
V: –Xena, je ne pouvais pas laisser un assassin en liberté. (elle leva le bras et déclara) Amazones, nous devons l’a tuer !
L: –Attendez ! Qui vous dit que c’est elle ? Enfin nous ? C’est impossible, avant vous, nous n’avons croisé aucune amazone.
Gabrielle nous regarda et acquiesça: –Varia, je les crois.
X: –On devrait reprendre tout depuis le début.
L: –D’accord.
On alla s’installer dans la salle du conseil:
S (en chuchotant): –Oua ! La dernière fois on l’a vu à travers un écran ,c’était l’épisode avec Eve ?
M (à voix basse): –Il y avait Arès aussi.
On s’installa. Potidaya avait été autorisé à rester à côté de nous mais nous n’avions pas le droit de la toucher, et encore moins de soigner ces blessures.
Xena ouvrit les “hostilités”:
–Bien, si j’ai bien compris, Varia, tu ne les as pas vu, tu supposes que c’est elle !
V: –A t’entendre, on dirait que tu les défends !
Ga: –Varia, elle a raison ! Si tu ne l’as pas vu l’a tuer, comment peux-tu être sûre ?
V: –D’où viennent-elles, nous ne le savons pas ! Mais on sait qu’elles étaient à Loutraki quand Leïla y était.
L: –Qui est Leïla ?
V: –L’amazone que vous avez tué !
L: –Non ce n’est pas nous ! Xena c’est une machination tout ça !
G: –Arès y est peut-être mêlé...
Xena sembla troublée à l’annonce de ce nom: –Non, ce n’est pas Arès, il ne se met plus en travers de ma route.
M: –Ah ? ...dommage..
L: –Chut ! Maritza !
J’aurai bien vu Arès moi (slurp).
Ga: –Que faisait-elle au village ?
V: –Elle était partie pour rembourser une ancienne dette qu’elle devait à Solaris.
X: –Solaris ?
V: –C’est une vieille femme..
L: –Qui habite à quelques pâté de maison de l’auberge chevaleresque du centaure ?
V: –Vous voyez qu’elles connaissent !
G: –On y a mangé. C’est tout !
L: –Cette vieille femme, nous l’avons vu également, pour Schild (elle montra du doigt Schild) elle ne voyait plus rien à cause de...heu de la poussière.
Information qui jeta un froid. Personne n’y croyait.
S: –Oui c’est ça, de la poussière et du coup on est allé voir la gentille sorc..enfin la vieille dame qui nous a gentiment aidé..
X: –Avant de condamner et de tuer une personne, Varia, tu sais mieux que quiconque qu’il faut vérifier sa culpabilité.
V: –La mort de Leïla ne sera pas vengée tant qu’elle sera en vie !!
Ga: –Elle a le droit de se défendre..tout comme Eve, il y a quelques mois.
J’étais spectatrice d’une scène qui me paraissait iréelle.
J’attendais des “coupés”, “on l’a refait,” “cinq minutes de pause...”
Mais non. On était dans un monde, dans la fiction mais c’était réel. Les blessures et les souffrances de Potidaya, étaient réelles. C’était incompréhensible. Mais on avait d’autres préoccupations. Potidaya était innocente, on le savait toutes. Mais comment le prouver ?
On vient du futur, ou d’un autre monde, je ne sais pas.
L: –Il faut que l’on découvre ce qui est arrivé à Leïla..
G: –Vous avez toujours son corps ou il a été brûlé selon le rituel des amazones ?
Xena, Gabrielle et Varia furent surprises.
Ga: –Comment connaissez-vous notre rituel ?
V: –Je vous l’avais dit, elles nous ont observé !
M: –Non ! Nous.. Nous sommes documentés en fait.
G: –Heu oui, les histoires de Gabrielle, ses parchemins ont fait le tour de la Grèce, de France aussi heu enfin du monde.
X: –Très bien, Varia pourquoi as-tu demandé à des bandits d’enlever l’une des filles ?
V: –J’avais peur qu’elles tuent d’autres de mes soeurs.
L: –Et si tout cela était un simple malentendu ? Nous avons bien rencontré la vielle femme, tout comme Leïla mais ... elle avait une dette envers elle c’est ça ? Vous ne pensez pas que la mort de Leïla soit liée avec cette femme ?
X: –Elle a peut-être raison.
G: –Ce n’est pas bête, en effet.
Ga: –Nous devrions aller voir cette vieille femme et lui demander ce qu’il en est vraiment.
X: –Je suis d’accord, elle est la clé de voûte de toute l’histoire.
Varia accepta mais à une seule condition, que Potidaya reste là.
Nous n’avions pas trop le choix.
On quitta le territoire des amazones et au moment de sortir de la forêt, j’eus une drôle sensation. J’entendis un hurlement de loup. J’en ai parlé à Schild mais elle m’a dit que je divaguais sûrement. On était en pleine journée, et les autres, elles, n’avaient rien entendu.
À l’écart, Loulou m’évoqua son inquiétude vis à vis de la dette de Schild:
–Je m’inquiète pour elle. Elle a également une dette envers la vieille femme. Imagine..qu’elle aussi meurt.

Suite n°6:
M: –Schild ne mourra pas. On sera là pour empêcher qui ne lui arrive quoi que ce soit.
Je ne quittai pas Xena et Gabrielle des yeux, c’était étrange et fascinant de se retrouver face à deux femmes qu’on avait vu il y a quelques heures à travers un écran, et que l’on voyait à côté de nous, en ce moment. On les a idéalisé, on en a rêvé, et aujourd’hui on pouvait être à leurs côtés. C’était magnifique. Sublime..Intemporel. Comme notre arrivée.
Gabby n’hésitait pas à foncer et à poser des tas de questions à la barde et à la guerrière. Elle posait parfois des questions très personnelles que Gabrielle s’empressait de passer à la trappe. On ne savait pas si “elles étaient ensemble” mais cela les gênaient d’en parler. Elles se lançaient quelques regards bien affectueux. Schild, Loulou et moi restions en retrait, Varia était derrière nous et observait le moindre de nos gestes.
J’aurai aimé avoir mon portable ou un appareil photo. J’aime pas Varia. Par-contre Xena et Gabby étaient vraiment très belles Smile .
On arriva au village. On retrouva sans aucune difficulté la maison de la vieille femme. Xena frappa d’un poing sec et fort.
Personne. Personne nous ouvrit.
Xena n’étant pas très patiente, enfonça la porte.
La grande porte imposante fut fracassée au sol, elle tomba en plusieurs gros morceaux bien tranchants.
Xena passa avec Loulou dans la maison. Il n’y avait personne. Loulou se dirigea vers le grand rideau, pensant qu’il y avait une pièce cachée, mais non, c’était juste un placard avec des étagères vides et poussiéreuses. Il y avait des parchemins vierges, des fioles tombées parterre.
La vieille femme était partit précipitamment.
L: –Je ne comprends pas. Elle était là, encore hier !
V: –Xena c’est une ruse! Vous voyez bien !
G: –Hé ! On ne se paye vos têtes arrêtez !
M: –Elle a raison, hier nous l’avons rencontré en fin de matinée, elle a donné quelque chose à Schild et après...on est parti !
V: –Non ! Je vais vous dire ce qu’il s’est passé (elle se mit en colère et hurla) Vous avez tué Leïla !
L: –Pourquoi on l’aurait tuée ?
V: –Je ne sais pas encore ! Mais je vais le deviner ! Vous cachez quelque chose, j’en suis sûre et vous n’êtes pas d’ici.
G: –Et blablabla et blablabla allez vas-y continue..
Ce ton ironique ne passait pas pour Varia. Elle nous jeta un regard noir, tandis que Gabrielle aida Xena et Loulou à sortir de la maison en évitant les gros morceaux de la porte bien tranchants. Jusqu’à ce que j’interpelle Loulou. Sur la table qui prônait au milieu de la pièce, il y avait un papier que Xena et Loulou n’avaient visiblement pas vu lors de leur passage.
Loulou se précipita à l’intérieur, et lut à haute voix:
–Ce sont des règles: règle numéro une: ne jamais faire confiance à un inconnu. Règle numéro deux: encore moins si c’est une vieille femme, règle numéro trois...
Elle s’arrêta.
Ga: –Qu’y-a-t-il à la règle numéro trois ?
L: –Je ne sais pas, le papier a été comme...brûlé.
X: –Cela ne nous dit pas où est cette vieille femme, ça ne sert à rien ! Allez viens (elle tendit sa main à Loulou) on revient au camp.
L: –Mais...hé notre amie Potidaya ?
V: –Votre amie va mourir pour le meurtre de Leïla.
M: –Mais puisqu’on vous dit que l’on a rien fait !
X: –On en reparlera au camp !
Gabby voulait dire quelque chose mais Gabrielle lui fit signe de ne pas insister. Étais-je la seule à avoir mal au pied dans l’histoire ?
Non mais c’est vrai que bon le campement des amazones n’était pas à un kilomètre non plus... bon OK je me tais. Grin
Sur la route, Gabby et Schild se tenaient la main discrètement. Je leur posa la question et fut interloquée quand j’ai su, que dans la vraie vie, celle qu’on avait quitté, elles étaient ensembles. Je n’en savais rien.
Je leur ai dis qu’elles ne devaient pas se cacher, ça permettrait peut-être à notre couple préféré X/G de se dévoiler au grand jour. Mais non, elles préféraient vivres cacher. Loulou ne les avait même pas remarqué. Et que dire de Varia qui était plus préoccupée à affûter son couteau que de nous observer. Xena parla à Gabrielle sur tout le trajet afin de savoir quoi faire.
Gabrielle chuchotait tendrement à Xena qu’elle se liait petit à petit d’amitié avec nous et que ce serait triste s’il nous arrivait malheur. Xena n’était pas de cet avis, elle se méfiait de nous, à juste titre.. Si elle savait ce qu’on savait sur elle.
La journée avait plutôt bien démarré. Le soleil tapait fort, j’avais chaud, faim soif et mal au pied. J’étais pas la seule, Schild se recroquevillait à mesure que les kilomètres défilaient sous nos pieds pendant que Gabby tentait de la retenir et que Loulou se confectionnait un foulard avec un bout de tissu que Gabrielle lui avait prêté.
Arrivées au camp des amazones, on a courut aller voir Potidaya. Varia accepta qu’on l’a soigne mais elle ne voulait pas qu’on l’a détache. Xena était partit chercher de la nourriture et Gabrielle nous posait des questions sur notre arrivée, notre méthode de combat assez moderne et sur la façon qu’on avait de parler..comme si on les connaissait. ^^
Loulou faisait tout pour éviter le sujet épineux.
Gabrielle nous fit part de ses inquiétudes. Elle pensait, savait que Varia allait certainement tuer Potidaya.
L: –Il y a forcément une autre solution !
Ga: –Je ne vois pas laquelle ! Varia est persuadée qu’elle a été tuée par votre amie et selon la loi amazone, elle doit mourir.
G: –C’est une femme, il ne pourrait y avoir une exception ?
M: –Vous savez je l’a verrai bien en amazone..
*****************(changement d’endroit)
Xena était en train de bander son arc pour abattre un cerf.
Elle ressentit une légère brise dans la nuque, ce qui l’a déconcentrée, et la flèche atterrit dans un arbre.
Xena pestait contre sa pitoyable performance.
Elle jeta l’arc et les flèches parterre quand une voix l’appela:
–Xena ? Xena ?
Xena tourna autour d’elle-même regarda en face, derrière, à part quelques animaux sauvages habitant la forêt, rien n’y personne.
Jusqu’à ce qu’elle apparut devant elle.
Habillée comme une amazone, les longs cheveux auburns qui ont tournés aux bruns avec le poids des années.
Xena, perturbée par cette visite impromptue:
–Qui es-tu ?
–C’est moi ! Leïla ! Je ne suis pas vraiment morte ! Xena il faut que tu m’aides !
–Mais je..
–Je t’en prie ! Tu es la seule à pouvoir me rendre mon corps, je ne suis qu’un spectre entre deux mondes. Ce n’était pas mon heure je ne peux pas m’en aller au paradis des amazones !
Xena s’approcha et vit, qu’effectivement, en passant la main à travers ce “fantôme”, Leïla, ou plutôt l’esprit de Leïla était là, mais pas son corps.
–Leïla ! Il faut que tu ailles le dire à Varia ! Elle a arrêté une jeune fille ce matin et l’a accusée de t’avoir tué ! Il faut que tu apparaisses à Varia afin qu’elle revoie son jugement !
–Je ne peux pas ! Je n’ai pas beaucoup de temps ! Varia ne peut m'aider. Il n'y a que toi..
–Mais elle va mourir !
–Non ! Non, Xena. Écoute-moi...
Xena l’écouta attentivement et prit la direction opposée au campement des amazones.
X: –J’espère que tu dis vrai, Leïla.
*****************(changement d’endroit)
Au campement, Varia s’approcha de nous et de Potidaya en criant que c’était l’heure. Le soleil commençait sa descente à l’ouest. On avait rien mangé, ce qui fut l’argument numéro un de Gabrielle pour retarder l’exécution, Xena n’étant pas revenue, mais Varia ne voulait rien entendre. Ni les sœurs amazones qui demandaient la justice et la mort...
Alors qu’on voulait empêcher les amazones d’approcher Potidaya, Varia et d’autres amazones nous frappèrent, nous firent tomber au sol et emportèrent notre pauvre amie qui saignait toujours.
Potidaya fut accrochée à un poteau au centre du campement.
Gabrielle nous aida à nous relever. Gabby et elle s’échangèrent un regard, et c’était comme si une illumination transperçait l’âme de Gabby.
G: –Je sais ce qu’il faut faire !
Gabby courut vers Varia, dehors, bouscula quelques amazones qui commençaient à chanter. Je l’a rattrapa avec Schild et Loulou tout en évitant que mon sang ne tombe parterre. Varia m’avait bien entaillée la lèvre. Elle avait frappé Schild aux jambes, cogné le nez de Loulou, avait tenté de tordre le bras de Gabby..enfin bref on a évité l’hécatombe.
Gabby se dressa devant Varia, comme si elle n’avait plus aucune peur en elle. Un cercle se forma autour des deux femmes.
V: –Qu’est-ce que tu viens faire ici ? Tu veux mourir comme ton amie qui a tué l’une de nos sœurs ?
G: –Non, Varia. (Elle s’exprima devant tout le monde) Selon vos lois amazones, j’ai le droit de défier la Reine.
Un coup de massue résonna dans nos cœurs.
–Je te défie Varia.
Elle lui brisa son bâton.

Suite n°7:
J’hurla à Gabby de renoncer mais il était trop tard.
Tout comme Gabrielle pour sauver Ève il y a moins d’un an, les amazones entouraient les deux combattantes qui serraient les poings et tournaient l’une autour de l’autre, sans se lâcher du regard.
Les yeux de Gabby étaient rivés sur son adversaire, elle observait ses moindres pas, apprenait à se concentrer sur Varia et à s’abstenir des bruits parasites.
Varia lâcha son cri de guerrière. Gabby fit de même en nous lançant un clin d’oeil très discret. Elle était confiante. Varia commença à l’a frapper au visage, Gabby se protégeait en plaçant ses mains pour éviter les coups. Varia avançait pendant que Gabby reculait. On avait toutes peur qu’il arrive quelque chose à Gabby.
Gabrielle était près de nous et nous demandait si on avait vu Xena.
Ah oui c’est vrai ! Où était-elle ? On en savait rien...
*******************(changement d’endroit ^^)
La densité de la forêt ne laissait pénétrer qu’un tout petit filament de lumière.
Xena était assise contre un arbre. Elle attendait. Un courant d’air frais venait lui chatouiller le visage et élevait quelques mèches de cheveux.
Puis, Leïla apparut devant elle:
–Tu es prête ? Lui demanda Xena.
Leïla acquiesça et disparut entourée de mille et une étoile.
Xena sourit et déclara:
–Tu y seras en sécurité. J’ai confiance.
Elle se releva, récupéra son épée qu’elle avait posé près d’elle, regarda une dernière fois l’endroit qui était magnifique, mais un peu sombre et reprit la route en direction du camp des amazones...
*******************(changement d’endroit ^^ 2)
Gabby était à terre, comme si elle attendait une intervention divine ou la pitié de Varia. En fait, tout cela faisait partie de son plan. Elle attendit à terre, que Varia s’exclame de ses performances devant ses soeurs. Discrètement elle se releva, Varia étant trop occupée à rire de sa future victoire qui allait lui être volée.
Gabby fonça sur Varia, qui ne s’attendait pas à ça. La fureur dans les gestes et le regard de Gabby étaient exorbitants.
On restait là, pétrifiée. Je ne savais pas qu’elle avait cette force en elle. Je ne l’a soupçonnais pas. Ni Schild d’ailleurs, qui était impressionnée, dans le bon sens du terme. (Yeux doux).
Gabby frappa Varia. Le sang coulait au niveau de son visage mais cela ne l’arrêtait pas. Gabby avait des plaies ouvertes et fit subir le même châtiment à son adversaire. Coups de pieds, de main, de coudes. Varia en prenait et encaissait tout. Elle semblait trop fatiguée, et peut-être étonnée, de voir la force qu’avait cette jeune femme.
Gabby lui donna le coup de grâce, un crochet du droit en plein visage et Varia tomba à terre. Dans une petite flaque de sang.
Gabby se nettoya avec ses mains et ses bras, le sang qu’elle avait sur le visage afin que son adversaire implore sa pitié.
Gabby força Varia à l’a regarder dans les yeux. Elle était essoufflée et pourtant son regard était fixe.
J’aurai pas aimé être à la place de Varia.
Varia ne pouvait pas se relever:
–J’abandonne. Dit-elle avec grande difficulté.
Gabby leva les bras au ciel et on l’applaudit.
Gabrielle vint aider Varia à se relever. Aucun mot ne sortit de sa bouche, à part des félicitations pour Gabby.
Schild courut faire un gros câlin à Gabby pendant que j’allais détacher Potidaya. Varia ne disait plus rien.
Gabrielle s’approcha de Gabby en lui déclarant qu’elle était la nouvelle reine amazone mais Gabby refusa le titre:
–C’est un titre très honorifique mais..le fait que Potidaya soit libre et innocentée m’importe plus que d’être votre reine.
Varia baissa la tête. Elle resterait reine, mais Gabby lui fit comprendre qu’il valait mieux que leurs chemins ne se croisent plus.
Une amazone vint m’aider à transporter Potidaya. Elle m’indiqua sa maison. Elle vivait seule, cela ne l’a dérangeait pas d’avoir une invité à soigner.
Potidaya pouvait marcher mais difficilement, elle se reposa sur mon épaule.
Arrivée dans la maison, l’amazone prit deux couvertures qu’elle posa au sol pour que Potidaya soit installée confortablement.
Je déposa la blessée parterre et on commença à l’a soigner.
On lui retira quelques habits et l’amazone m’apporta de l’eau claire et froide. Potidaya avait froid. Je récupéra encore plus de couvertures et demanda à l’amazone comment elle s’appelait..ce sera plus simple de l’appeler par son prénom que par “l’amazone” ou encore “toi là...”
–Je m’appelle Malvinas.
Un petit sourire apparut sur mon visage:
–Moi c’est Maritza.
Elle fut intriguée par le sourire que je lui portais:
–Qu’est-ce qu’il y a ?
–J’ai connu une Malvinas dans...ma région où j’étais avant.
–Ah ! Varia m’a dit que vous n’étiez pas d’ici.
–En effet. Nous venons de très loin.
Loulou débarqua –plutôt au bon moment– afin de me demander si je savais où était Xena:
–Gabrielle l’a cherche partout.
–Je ne suis pas inquiète, tu sais bien qu’elle...sait se débrouiller toute seule.
Loulou me regarda. On se comprenait bien.

Quelques heures plus tard...
Gabby et Schild nous avaient rejoint dans la petite maison de Malvinas afin de manger un morceau de lapins qu’avait ramené Xena.
Elle était revenue depuis peu de temps. Elle nous avait expliqué qu’elle avait été très occupée. Sans nous en dire plus.
Elle était assise à côté de nous, parlant avec Gabrielle.
La nuit venait de tomber..
J’entendis toujours ce hurlement de loups. Comme si un magnéto avait prit place dans mes tympans...
*******************(changement d’endroit ^^)
Une ombre apparût près du camp des amazones.
C’était visiblement une femme, aux longs cheveux bruns, grande, environ 1m70, qui avait des dents extrêmement blanches, qui se tenait debout:
–Si mon intuition est bonne, celle que l’on recherche est ici.. Elle répond au nom de Louise...

Suite n°8:
C’était la nuit et je n’arrivais pas à dormir. J’avais chaud, trop chaud. Je sortis de la couverture sous laquelle étaient entassées Loulou, Schild et Gabby, Potidaya qui se remettait doucement, Malvinas.. Et Sous une autre couverture en face, il y avait Xena et Gabrielle.
Je ne sais pas pourquoi je repensais aux règles que l’on avait trouvé chez la vieille femme. Il ne fallait pas lui faire confiance. Ça je pense, qu’on avait toutes devinées. Mais il manquait une règle, la numéro 3.
Je suis finalement sortie de la maison afin de prendre un bon bol d’air frais.
J’ai croisé une bonne dizaine d’amazones qui faisaient le guet.
Je me suis assise sur un tronc d’arbre et j’ai eu la drôle de sensation de quelqu’un me regardait, et soudain plus rien.
L: –T’arrives pas à dormir ?
Je me retournai et je vis Loulou, que j’avais probablement réveillé:
–Oui. J’avais trop chaud.
Loulou s’assit parterre à côté de moi, scruta l’horizon et les paysages magnifiques:
–Maintenant qu’on est de nouveau toutes les cinq réunies, on fait quoi ?
–Et bien, pour des xénites qui voulaient découvrir Xena et Gabrielle, qui voulaient savoir et comprendre ce qu’elles faisaient.. On est servis. Il n’y a qu’à demander !
–Tu penses qu’on devrait les suivre ?
–Pourquoi pas ?
Ma réponse étonna Loulou, elle me regarda, j’haussa les sourcils l’air de ne pas comprendre.
–C’est juste que... je m’inquiète.
–Ne t’inquiète pas ! Il ne peut rien nous arriver !
Loulou n’était pas du même avis. Elle avait peut-être raison. J’étais toujours dans la folie et le rêve. Le fait que Potidaya aurait pu perdre la vie me restait sur le coeur, mais j’avais l’impression de vivre un rêve. Peut-être, que même si Varia l’avait tué, elle serait toujours en vie dans la vraie vie.
Ce n’était pas facile. Allions-nous mourir dans ce monde ? Aucune idée.
Loulou et moi, après une longue discussion sous le ciel étoilé, partîmes en direction de la maison. Je me posais plein de questions. Loulou avait tenté de me rassurer mais c’est vrai...et s’il nous arrivait un malheur ici ?
****************(changement d’endroit)
Elles ne m’ont pas vu, même pas remarqué. Louise était bien là. Ce sera bientôt à son tour.
La jeune femme repartit en déclarant: –Chère reine, j’ai repéré une nouvelle recrue pour vous...
Malgré la nuit noire, on distingua à l’autre bout de la vallée un cri strident faisant penser à une chauve-souris...

****************(changement d’endroit)
C’était le matin. À mon réveil, Xena n’était pas là, Gabrielle dormait encore tout comme les quatre autres...
Je me leva, regarda vite fait les amazones en train de vaquer à leurs occupations habituelles. Je vis Xena revenir au bout de quelques minutes, avec son cheval, la fille d’Argo, et du gibier pour le petit déjeuner. Enfin sans moi, parce que le gibier au petit déjeuner...
Je n’essayai même pas de lui parler, l’a voir me suffisait. Cette princesse guerrière était encore mieux qu’on pouvait l’imaginer. Tellement sexy, tellement méfiante et tellement sympathique...
Loulou se réveilla quasiment en même temps que le retour de la guerrière. Suivit par Gabby qui demanda à Xena où on pouvait se laver. Ah oui.. Il n’y a pas de douche dans l’Antiquité. Je suivis Xena, Gabby et Loulou pour aller me laver. Xena nous montra, à la lisière de la forêt amazone, une petite rivière où l’eau était très claire et douce. Gabby demanda à Xena si elle venait se laver avec nous, mais elle déclina gentiment l’invitation en déclarant qu’elle s’était déjà lavée. Vrai ou pas, ce lavage nous fit du bien.
On discuta beaucoup de ce qu’il nous arrivait mais également de Xena et de Gabrielle. L’occasion rêvée pour des subbers comme nous... bon on avait pas d’appareils photos pour les immortaliser mais les voir nous suffisait. Loulou sortit l’idée, au cours d’une conversation de suivre nos deux héroïnes.
–Comme ça, on s’ennuierait pas et on pourrait en apprendre beaucoup.
Je rajouta: –Et puis, il ne peut rien nous arriver avec elles.
C’est ce que je crois, vraiment.
Gabby accepta avec un grand sourire ! Elle adorait l’idée !
Restait à convaincre Potidaya –qui avait dois-je le rappeler ? Failli mourir à cause des amazones– et Schild.
De retour chez les amazones, Gabrielle était en train de parler avec Xena qui astiquait convenablement son épée, tandis que Schild changeait les pansements antiques de Potidaya. Elle se remettait bien.
Gabby demanda l’avis de Schild quant à notre future –peut-être–expédition, Potidaya était déjà d’accord. Schild aussi. Il ne restait finalement, qu’à en parler aux deux principales intéressées, nos deux héroïnes !
Ce sont Gabby et Loulou qui s’en sont chargées.
Gabby s’assit à côté de Gabrielle, Loulou à côté de Xena. Elles se retrouvèrent entourées.
L: –Nous aimerions vous demander quelque chose..
G: –Loulou, on va pas tourner autour du pot hein ? (Elle regarda Gabrielle avec des yeux brillants) Peut-on venir avec vous ? Voyager avec vous ?
Xena lâcha d’un coup son épée, pendant que Gabrielle fut prise d’un rire...nerveux.
X: –Vous rigolez là ?
L: –Non ! Nous aimerions vraiment vous suivre ! On ne vous embêtera pas...
G: –Enfin pas beaucoup..
Xena se leva, Gabrielle l’a rattrapa en lui indiquant que ce n’était pas une si mauvaise idée.
Xena tourna sur elle-même une bonne dizaine de fois avant de lâcher qu’elle était d’accord, mais à une seule condition, qu’on ne se fourre pas dans ses pattes !

Après le repas de midi, on était en route. On fit un gros câlin d’au revoir à Malvinas, qu’on espérait revoir.
On marchait toutes à pied, Xena tenant les rênes de son cheval, Gabrielle à côté de Gabby, qui était fascinée par la barde, Schild les suivant de près, moi et Loulou en arrière, aidant Potidaya à marcher.
Gabby demanda à Xena où on allait. Xena lui répondit qu’elle verrait bien..
Sur la route, une question me traversa l’esprit: Mais au fait comment Xena a-t-elle été ressuscitée ?
Je l’a posa à Loulou, en chuchotant et c’est vrai que le sujet n’avait pas été encore abordé.
Suite n°9:
Loulou me regarda d’un air troublé. J’étais perturbée également. Aucune d’entre nous n’avait évoqué la question. La question m’est venue d’un coup. Je n’ai pas regardé la fin de la série, mais je sais, d’après ce qu’on m’a dit, en plus qu’elle est terrible émotionnellement et que ce n’était pas vraiment une fin pour les subbers, Xena mourrait.
Or, j’en suis témoin, elle est bien vivante, là, devant nous.
Potidaya essayait de parler, elle cherchait des explications. Peut-être que Xena n’était pas encore partie en Chine, peut-être que finalement Gabrielle avait trouvé un moyen de l’aider.
Finalement, Gabby entendit nos chuchotements sur la question et, comme à son habitude, lança la question:
–Au fait...vous êtes déjà allées en Chine, récemment ?
Gabrielle baissa la tête, visiblement gênée par la question et s’arrêta brusquement. Xena, continuait de marcher, elle lança un regard attendrit vers Gabrielle qui répondit:
–Oui.. Ce n’était pas vraiment un voyage de tout repos.
Gabby, qui connaît par cœur la série se lança dans le série des deux derniers épisodes et évoqua la “mort de Xena”.
Ga: –Comment sais-tu tout ça ? Je ne l’ai pas encore raconté dans mes parchemins.
Question discrétion c’était mort. C’est Loulou qui rattrapa le coup, me lançant transporter Potidaya toute seule:
L: –Et bien..en fait c’est une déduction logique. Voilà, Xena, d’après tes parchemins, a beaucoup de fois frôlé la mort..ou est morte. Donc bon un voyage signifie presque forcément ça, enfin tu vois ?
Gabrielle fit un sourire à Loulou, comme si elle se doutait de la vérité.
Elle continua:
–Alors, tu as raison..
Elle voulait continuer sa phrase, mais Xena, elle, n’était pas du tout de cet avis. Elle restait méfiante à notre égard et ne voulait pas que Gabrielle s’étale dans des détails !
X: –Si tu es aussi logique que tu le dis, tu devrais deviner toute seule ce qu’il s’est déroulé là-bas ?
M: –On a dit logique pas divination.
...Blague de très mauvais goût (I am sorry, paix à mon âme ! tongue)
Xena me lança un regard noir.
Gabrielle, tentant de calmer le jeu: –Xena est bien morte en effet, mais grâce à ... un ami si on peut dire, elle est revenue vers moi, en pleine santé.
X: – Ça c’était avant que vous veniez.
G: –C’est Eli qui vous a aidé ?
Ga: –Vous connaissez Eli ?
L: –De nom.. Juste de nom en fait, il est légendaire, ce qu’il a fait, enfin le chemin qu’il propose est connu de tous..même de là d’où on vient.
X: –Non ce n’est pas lui.. J’étais en Enfers, il ne pouvait rien pour moi là-bas.
G: –Mais alors si ce ne sont pas les anges..ce serait Lucifer ?
Gabrielle rit:
–Non.. Non Lucifer déteste Xena depuis longtemps vous savez.
L: –Oh oui, on sait !
La conversation fut arrêté prématurément parce qu’on entendit au loin, deux jeunes gens appeler au secours.
Xena nous demanda de rester caché, ce que je fis en protégeant Potidaya et Schild. Mais Loulou, Gabrielle et Gabby préférait rester bien en avant, sur leurs positions.
En quelques secondes, on aperçut les deux jeunes gens, deux garçons, paysans d’après leurs habits qui couraient devant quatre cavaliers armés de poignard et d’arcs.
Ils s’arrêtèrent devant Xena, l’a suppliant de les aider.
En trois secondes, Cronos en main (LOL), Xena lâcha son cri de guerrière et fonça sur deux cavaliers, les faisant basculer hors de selle. Gabrielle et Gabby s’attaquèrent aux deux autres. Tandis que Loulou rapatria les deux garçons à l’arrière et leur demanda leurs prénoms et leur âge:
–Je m’appelle Tony, j’ai 14 ans.
–Et moi c’est Xélore

Malgré la poussière et la saleté qui masquaient la moitié de leurs visages, ils étaient beaux et visiblement perdus.
Reprenons à Xena et son combat. Oui, son combat. Parce que Gabrielle et Gabby avait été épaulé par Xena, deux secondes avant. Xena s’étant octroyée de les affaiblir avant de les faire passer à l’étape 2: passage obligé par Gabrielle et Gabby afin de mourir, d’être assommer décemment.
Au bout de 10 minutes, le combat était terminé, les cavaliers à terre, les deux jeunes gens rassurés. Gabrielle leur donna de l’eau et Gabby ne put s’empêcher de leur demander ce qu’ils faisaient là, dans une telle situation. Ce qui agaça Xena, qui voulait poser la même question.
Xélore répondit: –On était en train de prier la déesse de l’amour..
X: –Aphrodite ?
Xé: –Oui ! Quand nous avons été attaqué à l’intérieur même du temple par ces bandits qui nous ont accusé de les avoir voler à la taverne !
T: –Alors que c’est faux ! Totalement faux ! On n’est jamais allé à la taverne.
X: –Tu mens comme tu respires.
T: –Bon d’accord mais c’était juste pour boire une pinte! Rien qu’une. On ne leur a rien volé !
Ga: –Ils paraissent sincères.
G: –Et pourquoi priez-vous Aphrodite ?
Xé: –Pour trouver l’amour.
M: –Je crois que plus personne ne croyait en dieux...
Xena, haussant le ton visiblement bien troublée par ma question:
–Il reste deux Dieux, et pas les moindres. Certains, comme eux, se rattachent à ce qu’ils connaissent.
Ga: –Finalement, vous avez trouvé l’amour ?
T: –Non. J’ai cru entendre Aphrodite une minute avant que ces bandits ne débarquent..
Xé: –Mais après on s’est enfuit..
X: –Ne vous inquiétez pas ! Regardez il y a cinq filles ici, rien que pour vous..
Ensemble: –Heu non en fait...
G: –On aime pas toutes les garçons et puis, ils sont pas assez mignons..
M: –Je suis prise de toute façon.
L: –Moi aussi.
S: –Que dire de moi alors ? Pas disponible.
G: –Idem.
P: –J’ai quelqu’un aussi que j’aime beaucoup.
Xena sourit, reprit les rênes de son cheval et déclara que d’ici 15 min on devrait s’arrêter pour la nuit. Les garçons avaient déclarés que leur village était à 25 min à l’est, mais ils ne préféraient pas y retourner. Ils voulaient retourner au temple d’Aphrodite d’abord. Xena promit de les emmener s’ils chassaient pour le dîner et rapportait le petit déjeuner demain matin.

__Suite n°10:
La nuit tomba.
Xena et Gabrielle allèrent dormir de l’autre côté du feu, comme à leurs habitudes. Je ne pense pas qu’elle veuille faire ami-ami avec nous. Après tout, on a débarqué il y a peu de temps. Et puis cela doit faire peur d’être avec des personnes qui savent tout de notre vie.
Donc, de l’autre côté, on retrouvait Potidaya, près du feu car c’était la plus fragile vu ses blessures. Ensuite, il y avait moi et Loulou qui nous occupions toujours de la malade. Schild et Gabby restaient l’une à côté de l’autre, elles se tenaient chauds. Quand aux deux garçons, ils s’étaient un peu éloignés de ce groupe –imposant–de filles.
Xena, juste avant de se coucher demanda à Xélore de faire le guet pour une heure ou deux. Il n’avait pas à s’inquiéter de savoir, de comprendre combien de temps faisaient deux heures, Xena se réveillera toute seule. Superbe horloge biologique.
De mon côté, je n’arrivais pas à dormir, même au bout, je dirais d’une bonne demi-heure. Tout le monde s’était endormit, à part Xélore et moi.
Il ne me remarqua pas tout de suite. J’étais pétrifiée sous les couvertures, très proche de Potidaya. J’avais peur. Je tremblais. J’entendis encore ce hurlement de loup. C’était terrifiant.
Je sortis des couvertures en sursaut, et je vins m’installer près de Xélore, qui ouvrit de grands yeux:
–Je ne pensais pas que tu étais réveillée.
–Désolé si je t’ai fait peur, mais j’ai entendis un loup.
–Un loup ?
Il me rit au nez.
–Pourquoi rigoles-tu ? Je t’assure ! Et ce n’est pas la première fois !
–Il n’y a pas de loups dans cette région ! Des cerfs, des lapins, des animaux sauvages vivant dans la forêt oui mais pour les loups, il faut aller plus au Nord, à au moins deux jours de marche pour espérer en croiser un.
–Mais je ne veux pas en croiser un.. J’ai juste entendu leurs hurlements, leurs cris de ralliement.
–Tu as dû rêver..
–Sûrement...
Un silence s’installa.
Je repris la conversation en lui demandant pourquoi à son âge, il n’avait pas trouvé quelqu’un pour l’aimer tendrement ? Pourquoi était-il obligé de passer par une déesse ?
–Je pensais qu’elle aurait pu me donner un lieu où l’a trouvé.
–Il n’y avait personne dans ton village ? Aucune fille qui te plaisait ?
–Non, dans mon village, tout le monde se déteste, il y a des filles mais elles sont hideuses et méchantes. Elles cherchent un mari juste parce qu’il le faut pour leurs parents, mais en fait, dès qu’elles sont mariées, elles badinent, quittent le foyer avec l’argent du travail et on ne les revoit plus.
–Je vois. Tu pensais donc qu’en quittant ton village, et qu’en t’adressant à Aphrodite, tu aurais une réponse.
(Il se leva et se mit en colère:) –Bien-sûr que j’aurai une réponse ! Pourquoi crois-tu que je n’en aurai pas ?
–Je n’ai pas dit ça.
Avec le nombre de décibels qui avait considérablement augmenté, le réveil de Xena fut...chamboulé et prématuré...TRÈS prématuré.
Xena se leva, les cheveux ébouriffés par la courte nuit, le regard de guerrière tueuse..
S’il y avait eu des buissons, je me serai cachée... avec Xélore bien-sûr Smile.
Xena ne dit rien.
Elle borda Gabrielle, vérifia que tous les autres dormaient et s’assit à côté du feu. Xélore me confia qu’il allait dormir. Génial. J’allais me retrouver toute seule face à Xena. ^^’.

Je pris mon courage à deux mains (et à deux pieds pour l’occasion) et je m’assis à côté d’elle, sur un tronc d’arbre, à côté du feu. J’étais à 3m d’elle. Elle ne parlait pas, elle regardait intensément le feu.
Au bout de quelques minutes, elle déclencha la conversation:
–Tu n’arrives pas à dormir ?
–Oui. Désolé de t’avoir..réveillée.
–Ce n’est pas grave, de toute façon je n’aime pas dormir. (Elle me regarda, me fixa, et je baissa la tête) Tu as entendu des hurlements de loups c’est ça ?
Elle m’avait écouté. Ça y est, je ne savais pas quoi faire, ni quoi dire. Xélore ne m’avait pas cru, pensant que c’était mon imagination. Personne ne semble me croire. Alors Xena...
–Oui, mais d’un seul loup, je sais que ce n’est pas possible, les loups se déplacent en meute, et ils ne sont pas ici, ils sont plus au Nord..
J’essayais de me défendre avant même qu’elle m’est accusée.
Elle regarda le ciel, sourit et dit:
–Ici, rien n’est impossible.
Et puis point. Elle ne dit rien d’autre. Du coup, passant du coq à l’âne, je lui demanda ce qu’elle a fait, après son voyage de Chine, espérant aussi
en apprendre plus sur sa mort.
X: –Je n’ai pas été réincarnée en Chine, mais en Grèce. Gabrielle m’a attendu trois jours.
M: –Seulement trois jours ? C’est bien court pour faire la Chine à la Grèce..
Xena ne répondit pas. Je bailla.
Elle me conseilla d’aller dormir.
Je me suis couchée et je ne me suis pas réveillée avant le lendemain matin...

Le lendemain matin...
À mon réveil, Gabrielle, Schild et Potidaya dormaient encore.
Xena n’était pas là, Gabby et Loulou déjeunaient ce qu’avaient préparé Xélore et Tony.
Une grande omelette faite maison. ^^
Je me suis levée, fit un câlin à Gabby et Loulou, et mangeai.
L: –J’irai bien me laver à la rivière, à deux kilomètres là-bas.
G: –Vas-y, j’attendrai ce soir pour moi.
M: –Ça ne me dérangerai pas, Xélore et Tony vous venez ?
Visiblement gênés par ma question, je les rassura en leur confiant qu’on ne serait pas nues, on fait juste une petite toilette.
Gabrielle se leva presque aussitôt après, elle décida de rester attendre le retour de Xena, et surveiller les filles qui dormaient.
Quand à nous autres, on est parti à la rivière.
C’était long, très long. Mais le soleil restait voilé, et le vent se levait.
On s’adaptait bien au climat. Pendant tout le trajet, et même dans l’eau, Gabby ne pouvait s’empêcher, de continuer à foncer dans le tas en posant aux jeunes gens pleins de questions personnelles.
Ce qui faisaient rire, Loulou et moi.
À la rivière, on a eut la –bonne–surprise de croiser Xena, qui y était passée, visiblement pour se laver et laver la fille d’Argo.
Elle nous fit un signe de tête mais c’est tout.
Gabby décida de se laver tout le corps, habillée bien-sûr ^^.
Mais au moment où elle a immergée sa tête, le ciel s’est totalement voilé, le soleil n’était plus et la pluie s’annonçait. Je m’inquiétais de ne plus voir Gabby sortir de l’eau...
***********************(changement de point de vue)
Le ruissellement de l’eau sur le visage était doux. C’était une sensation étrange.
J’avais l’impression de contrôler la fluidité de l’eau. J’entendis la voix de Maritza qui m’appelait. Je ne sais pas cela fait combien de temps que j’ai la tête immergée mais je me sens bien.
J’allais sortir de l’eau au moment où je vis des petites étoiles à côté de moi. J’ai cru distinguer un visage...
**********************(changement de point de vue)
Enfin, elle sortait de l’eau.
M: –Gabby, tu vas bien ?
G: –Oui, oui c’est bon ! Arrête de me coller.
Elle m’écarta et sortit de l’eau.
L: –Tu es restée bien 10 minutes sous l’eau ! Tu as un bonne apnée...
G: –Et alors ?
Gabby récupéra ses quelques affaires qu’elle avait déposé et repartir en direction du campement. Tony m’aida à sortir de l’eau et me réconforta, ainsi que Xélore et Loulou en me déclarant que Gabby avait du se lever du pied gauche. Je n’étais pas convaincu.
Je l’ai rattrapé en courant et je lui demanda ce qu’il s’était passé.
Curieusement, elle ne se rappelait déjà plus:
–Quoi ? Non, enfin jamais je ne t’aurai parlé comme ça. Tu es sûre que tu vas bien ?
Elle repartit. Loulou me rattrapa à son tour, avec les deux jeunes gens.
L: –Alors ?
M: –Elle n’est pas dans son état normal... C’est comme si, quelqu’un parlait à travers elle.
_______________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Jeu 27 Jan 2011 - 10:44

Suite N°11:
Gabby rentra au campement comme si de rien n’était... elle ne dit même pas bonjour à Schild. Ce qui m’étonna beaucoup. Elle regarda à peine Potidaya qui venait juste d’ouvrir les yeux.
Elle croisa Gabrielle, mais rien. Elle semblait déconnectée.
Cela ne semblait pas déranger Xena, qui sellait son cheval.
Je fis part de mes inquiétudes à Loulou qui pensait que je me faisais trop de soucis pour rien.
L:- Ne t'inquiètes pas.
Schild, aussi me disait de ne pas m'inquiéter.
Après avoir rassemblées nos affaires, nous partîmes, reprenant le chemin pour le temple d’Aphrodite. Gabby était toujours devant, mais Xena et Gabrielle avait du mal à tenir le rythme. Quelque chose n’allait pas.
Potidaya arrivait mieux à marcher. Loulou et moi pouvions avancer normalement tout en assurant sa sécurité. Schild était devant nous, avec les deux garçons.
Ils parlaient de tout mais surtout de leur quotidien. Quotidien que l’on ne connaissait pas. Schild était un peu perdue mais elle savait retenir, enregistrer les informations pour pouvoir leur répondre comme si on venait de chez eux. Elle était habile avec les mots.
*****************(changement d’endroit et de point de vue)
Dans une caverne sombre, on entendait les cris d’un homme. Il était attaqué. Quelques torches éclairaient l’obscurité dans laquelle la fosse était plongée jour et nuit.
L’homme n’était plus. C’est alors qu’on aperçoit les visages de ses ravisseurs. Ce sont des femmes et un homme, qui étaient encagoulés pour cacher leurs actes de cannibalisme.
À présent, ils retirèrent leurs capes. Le sang de leur victime coulait entre leurs dents pointues et leurs doigts si fins.
L’une des femmes, était celle qui avait été aperçue près du campement des amazones.
Elle se prosterna devant une personne ou une chose. L’éclairage si faible de la pièce ne permettait pas de voir à qui elle s’adressait.
–Est-ce que tout est prêt ?
–Chère Reine, notre prochaine victime marche en ce moment vers l’Ouest, près du temple de la déesse grecque Aphrodite.
–Bien. Dans trois nuits, nous l’a récupérerons...
–Oui. Elle nous dessinera la voie.
Elle termina sa révérence et repartit.. le corps de l'homme fut brûlé...
*****************(changement d’endroit et de point de vue)
Nous arrivâmes vers le temple d’Aphrodite.
Il y avait bien quelques bandits sur notre chemin et près du temple mais Xena, Gabrielle, Gabby, Loulou et les deux garçons se sont montrés plus que braves. De vrais combattants.
En entrant dans le temple, Tony et Xélore s’esclaffait de leur combat et tentait de déterminer lequel des deux en avait le plus tué.
Xé: –Je suis sûr d’en avoir assommé et tué au moins 3..
T: –J’en ai tué 5 sans compter celui que tu m’as prit..
X: –Arrêtez donc de vous disputer vous avez assommés le même et n’avez pas été capable de le tuer..
Gabrielle rigola et les rassura:
–Parfois il ne faut pas tuer. Vous avez été très courageux.
Xena s’approcha de l’autel d’Aphrodite et demanda à Potidaya, Schild et moi de tout remettre en ordre. Les bandits avaient tout saccagés.
Gabrielle appela Aphrodite mais cette dernière n’apparut pas.
Gabby était assise parterre et semblait heureuse..euphorique même.
On entendit la voix d’Aphrodite qui déclarait avoir été trahie par Gabrielle.
X: –Aphrodite ! Montres-toi ! Qu’est-ce que cela veut dire ?
Ga: –Je ne t’ai pas trahie ! Aphrodite !
Gabby se releva, fut entourée de milles étoiles et se transforma..
Ses cheveux étaient plus longs, ses yeux pétillaient..elle était vêtue d’une longue robe blanche.
S: –Gabby...ça va ?
Schild s’inquiéta beaucoup...comme nous toutes. Mais ce qui était le plus étrange, c’est que Xélore et Tony étaient comme abasourdis, hypnotisés par elle.
Même Xena ne savait pas quoi faire. Elle s’approcha mais Gabby l’a bascula, l’a poussa contre le mur. Gabrielle essaya d’intervenir mais Gabby l’empêchait d’avancer. Schild tenta sa chance et Gabby, plutôt que de l’a repousser, lui envoya des petits cœurs en pétales de roses rouges.
Loulou tenta de l’a raisonner mais rien. Elle lui envoya également des pétales de roses, mais blanche, tout comme à moi et Potidaya.
Elle leva la main, et disparut..tout comme Xélore et Tony.

voici la suiiiiiiiite n°12 :
J’étais tellement choquée et abasourdie que je mis un certain temps à revenir à mes esprits.
Xélore et Tony avaient disparut, Gabby s’était transformée en quelque chose de bizarre, elle semblait donner de l’amour partout mais ne plus avoir sa tête.
Xena se leva avec un horrible mal de tête à cause de son vol plané et Gabrielle continuait à appeler Aphrodite...toujours en vain.
Schild avait fait le tour du temple pour vérifier que Gabby ne traînait pas autour. Rien. On ne savait pas où elle était partie.
S: –Je ne comprends pas ce qu’il s’est passé.
L: –Moi non plus, Schild.
M: –Je vous avais dit que Gabby n’était pas dans son état normal.
Schild se frotta les yeux:
–Ah j’ai une poussière dans l’oeil elle me fait mal.
M: –Ça va aller Schild ?
S: –Oui oui.
Elle continua de se frotter les yeux.
Xena, de son côté, demanda à Gabrielle d’arrêter d’appeler Aphrodite cela ne servirait à rien. Elle s’en alla du temple, seule.
Ga: –Xena, mais où vas-tu ?
X: –Essayer de comprendre ce qu’il se passe.
L: –En quittant le temple ? Ce n’est pas logique, c’est ici qu’elle a ... enfin qu’elle s’est transformée !
X: –Je connais quelqu’un qui peut m’aider.
Elle tourna les talons. Nous laissant à nos réflexions.
M: –Gabrielle, tu sais où elle va ?
Gabrielle sourit et s’assit sur une des marches près de l’autel tout rose bonbon: –Je crois que oui. Elle va revenir vite ne vous en faites pas.
**********************(changement d’endroit ^^)
Pour garder un suspens imparable et insupportable ^^ (moi sadique ? Non!) Je vous donne juste le dialogue et aucune description..
I=inconnu
X: –J’ai besoin de ton aide.
I: –En ce moment, j’ai bien l’impression que tu en as beaucoup besoin.
X: –En effet. Écoute, je soupçonne Aphrodite d’avoir jeter un sort à l’une des jeunes filles avec qui je voyage. Es-tu au courant ?
**********************(changement d’endroit ^^)
Gabrielle tournait en rond. Schild sentait l’odeur des différentes fleurs éparpillées dans le temple. Potidaya cicatrisait très bien et on retrouvait son beau visage. Loulou et moi discutions de nos amours respectifs:
–C’est bizarre, non ? Qu’ils s’appellent pareils ?
–Oui. Mais je te rassure ils n’ont pas le même caractère du tout !
–J’espère qu’entre vous, tout se passera mieux. Quand on prend le temps de discuter tout s’arrange.
Gabrielle écouta notre conversation et fut surprise:
–Tu as raison, Maritza. La parole est un le meilleur moyen qu’il existe pour régler les conflits ou les malentendus.
La conversation fut écourtée, Xena revint:
–Allez, tout le monde debout on part pour Anthropos, un village plus au Nord !
L: –Pourquoi ?
X: –Mon ami m’a dit qu’on pourrait y trouver votre amie. Elle est au jardin central du village, près d’une cascade d’eau en train de rendre tout le monde fou amoureux d’elle.
M: –Comment sais-tu cela ?
X: –Pas de questions, en route !
Potidaya, me chuchotant à l’oreille: –Je trouve Xena bizarre en ce moment.
J’acquiesça ses paroles et me tourna vers Schild, très angoissée à l’idée qu’il arrive quelque chose à Gabby. Je l’a rassura mais Loulou vint nous presser de partir. Le temps était précieux.

Sur la route...
Ga: –Xena, que t’as-t-il dit ?
Xena parla moins fort afin que Gabrielle soit la seule à l’entendre:
–C’est bien Aphrodite qui a jeté un sort à leur amie. Par-contre pour quelles raisons ? Ça, il l’ignore. Tout comme nous. Elle a été transformée en déesse des plaisirs de l’amour. À chaque fois que quelqu’un l’a croise, il en tombe amoureux.
Ga: –Mais s’il y a trop d’amour, l’équilibre n’existera plus.
X: –Non. Aphrodite le sait bien. Je ne sais pas pourquoi elle fait ça mais on va bientôt le découvrir.
Loulou entendit que Gabrielle et Xena parlaient moins fort:
–C’est étrange. Quand elles parlent comme ça, c’est forcément qu’il y a un problème.
M: –Je leur fais confiance. Rappelle-toi de la série. Elles nous aideront coûte que coûte.
L: –Sauf qu’on est pas dans une fiction, Mari. Regarde ce qui est arrivé à Potidaya.
M: –Je sais ! Et je m’en veux énormément ! Mais aucune d’entre nous ne laissera quelqu’un faire du mal à Gabby !
S: –Ma pauvre Gabby...

Arrivées à Anthropos..
En effet, on se croyait dans l’épisode Gloire à Eros..
Sauf que là...tout le monde parlait de Gabby. C’était une divinité, les paysans étaient tous à son service. Le boulanger préparait du pain pour elle, le poissonnier partait à la pêche pour elle..
L: –Comment allons-nous faire pour l’a retrouver ?
Ga: –Il a dit le jardin c’est ça ?
X: –Il suffit de suivre ces paysans (elle montra un couple de paysans avec des coupelles de fruits qui avaient l’air hypnotisés) et le tour est joué.
On suivit les paysans zombies et en effet ils nous conduisirent directement à Gabby... qui était au bords de la fontaine habillée de manière ultra sexy en toge blanche qui mangeait des framboises et qui se faisaient masser.
P: –Elle mène la belle vie...
Gabby était entourée de femmes qui se mettaient en quatre pour elle pendant que les hommes s’extasiaient devant sa beauté.
L: –Xélore ! Tony !
On retrouva sans trop de mal, nos deux mâles (fallait absolument que je l’a fasse celle-là^^) qui étaient allongés près de la cascade en train d’admirer la nouvelle divinité. Ils avaient oublié Aphrodite.
Je m’approcha d’eux avec Potidaya, fit des mouvements de mains..
–Ils sont aussi hypnotisés on dirait.
C’est alors que Potidaya eut la malchance de croiser le regard de Gabby..
Ses pupilles se dilatèrent et elle se mit à se prosterner devant elle.
Xena ne savait pas quoi faire.

Suite n°13:
L’amour remplissait l’atmosphère. Tout ceux qui avaient croisé le regard de Gabby se prosternaient devant elle.
Je faisais tout pour ne pas l’a regarder. Xélore m’agrippa et me força à avancer jusqu’à elle.
Gabrielle tournait en rond et s’énervait sur elle-même tandis que Xena réfléchissait. Loulou tenta de parler à Gabby, de l’a raisonner. Mais rien n’y faisait. Loulou se retrouva hypnotisée à son tour.
Je donna un violent coup de poing dans le ventre de Xélore pour me défaire de son emprise et courut vers Schild.
Elle était émerveillée que Gabby donnait tant d’amour, mais elle savait au fond d’elle-même, que ce n’était pas Gabby, juste un pantin d’Aphrodite.
C’est alors que mes oreilles se bouchèrent, sans aucune raison. Je m’y mes mains dessus, je n’entendais plus rien. Je voyais les choses et les matières au ralentit. Je gardais la main et le bras de Schild, afin qu’elle ne tombe pas sous l’emprise de Gabby.
Et puis d’un coup le son revint, une voix m’évoqua la troisième règle et me donna le tournis...
Je regarda dans les yeux Schild et avant de m’évanouir je lui dis:
–Toujours garder un œil fermé ! Sauve Gabby !
Mes paupières se sont renfermées et mes muscles se raidirent.
*****************(changement de point de vue puisque je suis out)
–Maritza ! Xena ! Gabrielle venez m’aider !
Les disciples de Gabby approchaient dangereusement.
Xena vint voir mon amie qui venait de s’évanouir sans aucune raison.
Xena: –Elle t’a dit quelque chose ?
–Non..Enfin, si ! La troisième règle ! “garder un œil fermé !”
Ga: –Oui ! C’est la solution !
Je me releva, plaça une main sur mon visage cachant mon œil gauche et je m’avança jusqu’à Gabby. Je ne sais pas quoi faire après, j’aviserai.
Sauf que je n’ai jamais prit d’initiative. Je ne suis pas comme ça d’habitude.
Xena voulait faire pareil mais elle n’avait plus la force d’avancer. Elle resta bloquée devant le spectacle qui s’annonçait époustouflant et renversant. Gabby jeta des cœurs sur moi mais l’astuce de Maritza marchait ! Je n’allais pas abandonner ma Gabby, je l’aime trop pour l’a laisser ainsi ! Je veux retrouver celle que je connais.
Xélore et Tony essayèrent de me ralentir, s’accrochant à mes bras et mes jambes mais je résistais. Je ne devais penser qu’à Gabby.
J’arrivai bientôt à elle mais je ne voyais plus grand chose ! Il y avait tellement de cœurs, de brume rose bonbon et d’odeurs de roses..
Il ne fallait pas que je me laisse emporter. J’entendais la voix de Xena qui m’encourageais derrière moi. Mais que ferais-je devant Gabby ?
****************(changement d’endroit et de point de vue)
Dans une grande salle de trône d’un Château flambant neuf, construit sur une immense colline. Sur le trône, une femme vêtue d’un sari jaune et bleu avec un corset rouge. Des cheveux châtains clairs courts (j’espère ne pas m’être trompée Very Happy ), et...des rires !
Cette femme rigolait avec deux autres:
–Donc nous en étions à G, je commence:
G comme Guillotiner
Enterrée dans Legacy
Sur le billot dans mon Ami Goliath
Pas loin de perdre la tête pour ma jolie Gaby
Prise de tête les diablotines non mais!!!! Evil or Very Mad Twisted Evil
Et le doublon d'Or Sleep ...où il veut! drunken
La deuxième se leva et s’exclama:
–H comme humour, rimant avec amour, je gagne deux points !
La troisième, un peu endormie:
–R ? Heu r comme remparts !
Les deux premières se mirent à rire:
–Ah ! Si la prêtresse était là, tu aurais goûté de son fouet ! Tu ne connais donc point l’alphabet ?
–Je me suis trompée. Reprenons.
Elles furent interrompues dans leur jeu par un garde apportant un parchemin tout humide: (tendancieux tout ça!)
–Chère Seigneuresse, un éclaireur nous a fait part qu’une bande de cinq jeunes filles, non loin d’ici semaient la pagaille et la zizanie.
–Tiens pagaille pour P, zizanie pour Z !
–Déjà dit !
Le garde les regardait et résistait pour ne pas rire. A vrai dire il ne comprenait rien l’idiot.
La reine prit le parchemin, le lut et déclara:
–Et bien attendons ici. Si elles se dirigent vers l’Ouest elles passeront obligatoirement par ici.
–Bien.
Le garde partit.
–Reprenons, nous en sommes à I !
****************(changement d’endroit et de point de vue)
Je m’avança vers Gabby. L’oeil gauche fermé l’oeil droit l’a regardant avec affection et tristesse:
–Gabby ! Écoute-moi ! Reviens à nous !
Une pensée me traversa l’esprit. Et si... et si tout comme dans la série, pour sortir le mal d’elle.. Oui bien-sûr !
J’étais sûre de moi.
J’approchai de son visage, elle me lançait des milliers de cœurs. Je lui caressa les cheveux et déposa un petit baiser au coin de ses lèvres...

Suite n°14:
Gabby ferma les yeux et je ressentis un frisson qui parcourut tout mon corps.
Un moment d’exception, magique.
Puis je décolla lentement mes lèvres, Gabby rouvrit les yeux. Il n’y avait plus de petits cœurs rose bonbons et elle avait retrouvé ses habits de la veille.
Elle me sourit et me prit dans les bras.
–Merci beaucoup ma Schild.
Après ce profond et sincère moment de tendresse, on s’éloigna de la cascade. Plus personne n’était hypnotisé. Aucun souvenir.
Xélore et Tony s’approchèrent de moi, me demandant ce qu’ils faisaient là et pourquoi on avait quitté le temple d’Aphrodite.
S: –Gabby.. Avait envie de se rafraîchir !
Gabby me sourit. J’étais très heureuse de l’a retrouver.
Potidaya et Loulou ne se rappelaient de rien mais je leur expliquai ce qu’il s’est passé rapidement. Loulou courut tout de suite voir pourquoi Maritza s’était évanouie. Xena et Gabrielle étaient restées près d’elle.
********************(changement de point de vue)
Je sentie qu’on me tapotait la joue doucement. J’ouvris les yeux. C’était Loulou, qui me parlait rapidement comme s’il s’était passé quelque chose de grave. Je me releva. Je ne savais plus pourquoi j’étais tombée. Je me rappelai juste de la phrase. La fameuse 3ème règle. Je vis que Gabby était redevenue normale. J’étais contente ! La Gabby d’avant m’avait manqué.
Xena cherchait toujours à comprendre ce qu’il s’était passé.
Gabrielle évoqua l’idée de retourner au temple d’Aphrodite. Vu que Gabby était sortie de son emprise, elle serait peut-être plus apte à leur expliquer la situation.
X: –J’entrerai dans le temple seule, je n’ai pas envie qu’elle se retrouve transformée en déesse...du plaisir de l’amour.
G: –J’étais bien contente pourtant. Je recevais tant d’amour et j’en donnais tellement !
S: –Mais tu n’étais pas toi-même.
Les yeux de Schild pétillèrent.
Ga: –Tu ne peux pas y aller seule, Xena. Je viens.
Xé: –Et nous ? Non, on ne reste pas là ! Surtout qu’on pas vu Aphrodite ! On vous a préparé deux repas, j’ai fait le guet toute une nuit ! J’exige en retour voir Aphrodite.
Xena se mit à rire. Si seulement il se rappelait de ce qu’il s’était passé et comment il admirait la nouvelle déesse !
T: –On vient avec vous.
L: –Nous aussi.
Loulou s’adressa à notre groupe. On lui avait donné un nom bien précis, le groupe canapé ^^. C’était assez tendancieux mais c’était pour se rappeler tous les bons délires qui étaient virtuels autrefois, et aujourd’hui que l’on vit chaque jour.
On se dirigea une nouvelle fois vers le temple d’Aphrodite. Sur la route, la joie était au rendez-vous, les rires. Et puis on se disait qu’il faudrait en écrire une fiction un jour que l’on posterait sur le forum. Pour que tout le monde sache à quel point cette aventure est fantastique à vivre.
Au temple d’Aphrodite, je restai en retrait avec Potidaya et Loulou. On avait pas besoin d’aller voir Aphrodite. Schild s’était avancée avec Gabby, Xélore et Tony récupéraient les pétales de roses tombés par-terre et les lancèrent en l’air comme des enfants. Xena et Gabrielle s’approchèrent de l’autel central. Gabrielle appela Aphrodite.
Cette fois-ci, la déesse apparut dans son éternel et célèbre ensemble rose bonbon au beau milieu de milles cœurs de toutes les couleurs.
Ap: –Oh ! Gabrielle !
Toute heureuse de revoir sa Gabrielle, la déesse l’a prit dans ces bras.
X: –Écoute, Aphrodite, on aimerait de parler sérieusement d’un problème qu’on a eut à régler.
Aphrodite avec toutes ses mimiques disait qu’elle ne savait rien, et rejetait la faute sur son frère.
X: –Le soucis, c’est que la jeune femme que tu vois là-bas n’a pas été ensorcelée par un dieu de la guerre assoiffé de sang et de pouvoir, mais plus par une déesse de l’amour...
Ap: –Non ! Voyons je ne vois pas de quoi tu parles.
Ga: –Aphrodite ! Ton frère n’utilise pas de cœurs et n’hypnotise pas les gens pour qui l’aime et l’adule. C’est toi qui fait ça.
Aphrodite fit la moue: –Bon j’ai peut-être fait deux ou trois petites choses mais c’était légitime !
X: –Où est la légitimité Aphrodite ? Pourquoi as-tu fait ça ? Tu ne l’as connais même pas ?
Ap: –Pour ensorceler le parchemin de Gabrielle je n’avais pas eu besoin de l’a connaître. Mais heu ! Cette fille à le même prénom que ma Gabrielle je ne voulais pas moi.
Xena se mit à sourire: –Tu étais jalouse ?
Ap:(la voix bien aiguë) –Un petit peu..
Ga: –Allons ! Aphrodite ! Je serai toujours ton amie ! Pourquoi ne m’en as-tu pas parlé plutôt que d’agir à ta guise..
X: –Sans réfléchir..
G: –Ça ne me dérangeait pas moi ! J’aimerai bien redevenir comme j’étais mais pas à un point aussi extrême, c’est possible ?
Ap: –Nan ! Et puis tu n’étais pas ma plus belle réussite.
Ga: –Aphrodite !
Ap: –Bon d’accord ! Tu étais merveilleuse en déesse et.
X: –Continue..
Ap: –Je regrette ce que j’ai fait ! C’est bon ?
Gabrielle l’a reprit dans ses bras: –Aphrodite ! Tu mériterai de connaître Gabby, tu sais elle est très intelligente, elle a une bonne force de caractère.
Ap: –Si tu le dis.
Xé: –Et.. On aimerait pas vous déranger mais on a quelque chose à demander à la déesse. ( )
Xélore et Tony étaient subjugués..mais cette fois par la bonne déesse !
Ap: –Vous voulez quoi ? Que je fasse tout pour que vous tombiez amoureux l’un de l’autre ?
T & Xé: –Ah non ! Berk non ! Pas ça !
X: –Ils aimeraient trouver l’amour...
Ap: –Ah ! Ça je peux faire !!! Elle leur lança des cœurs et leur montra l’image de leur âme sœur.
C’est alors que j’eu une idée...
M: –Et si... on demandait toute à Aphrodite..de nous montrer l’image de notre âme sœur ?

♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️

Suite n°15:
On semblait toutes contentes du résultat. Xena et Gabrielle ne l’avaient pas fait. Dans leur regard, on remarquait toutes qu’elles savaient déjà qu’elles étaient faites l’une pour l’autre. Elles sont liées à jamais.
Xélore et Tony nous quittèrent à la sortir du temple. Ils nous annoncèrent qu’ils retourneraient dans leur village natal. Ce serait là-bas qu’ils trouveraient ce qu’ils rechercheraient.
Nos adieux fut marqués par quelques émotions même si on ne les connaissait pas beaucoup. On ne pouvait pas s’empêcher de penser à nos Xélore et Tony du forum. C’était d’ailleurs certainement eux qui avaient été happés dans ce monde tout comme nous. Mais on ne le sera peut-être jamais...
L: –Maintenant où allons-nous ? Demanda-t-elle à Xena.
X: –Direction l’Ouest !
M: –C’est reparti !
La joie et la bonheur emplirent nos âmes et nos cœurs, on était toute sur un petit nuage.
Et pourtant... comment avais-je fait pour découvrir la règle numéro 3 ?
Visiblement, personne ne s’en rappelait. Ou alors l’euphorie de la situation leur empêchait de réfléchir à ça.
La vie n’a rien de tendre. Et si Schild n’avait pas sauvé Gabby ? Finalement je n’étais pas la seule à me poser des questions, Loulou vit que j’étais effacée et que je réfléchissais. Xena restait aussi bien concentrée pendant que la barde combattante parlait avec son homonyme.
*********************(changement d’endroit)
–P comme Phasmia..
–Tu es sûre ?
–Oui, sûre.
–Tant que la prêtresse n’est pas là, on va dire accepté !
Un garde rentra, troublant de nouveau le jeu de la Reine et ses courtisanes.
–Qu’y-a-t-il encore ?
–Un éclaireur nous a apprit il y a moins d’une minute que le groupe d’étrangère était accompagné de la princesse guerrière Xena et Gabrielle, l’information est vérifiée.
–Xena va venirrrrrrr alors vraiment ??
–Oui, il faut croire, Nikotine, reste calme !
–Mais c’est géniallllllllllll, elle, elle pourrait remplacer notre prêtresse !
–C’est vrai qu’elle est vraiment un boulet celle-là (I am Sorry Kmé)
–Hé ho ! On parle pas comme ça s’il vous plaît. Elle s’adressa au garde Bien, dès qu’elles se dirigeront vers la colline, amenez-les moi ici, mais doucement !
–Très bien.
*********************(changement d’endroit)
Le regard de Xena se fixa sur la colline en face de nous.
Ga: –Que se passe-t-il ?
X: –Il y a un village au-dessus de la colline, et également un Château qui est très imposant.
L: –On va devoir se battre ?
X: –Oui.
Ga: –Non ! On peut peut-être parler à ce seigneur. Il accepta peut-être de nous accueillir pour la nuit !
L: –Ça fait beaucoup de “peut-être”.
Xena avança tenant toujours les rênes de son cheval, Gabrielle expliqua à Xena que la violence ne résoudrait rien. Xena finit par accepter.
La colline fut horrible à monter ! Elle n’était pas si haute mais avec des chaussures crampons on aurait pas glisser tous les 5 mètres !
Arrivées en haut de la colline, on découvrit un village où les gens riaient.. Tout le temps !
Xena se méfiait. Elle pensait que les gens étaient..soit sous l’emprise d’un maléfice soit... (ils devaient être profondément atteints LOL)
Gabrielle s’approcha d’eux, et leur demande pourquoi ils rigolaient tellement.
Ils répondirent tous qu’ils étaient heureux de vivre ici.
X: –Je me méfie, Gabrielle reste près de moi !
Ga: –Ils sont juste heureux et l’affichent. Il n’y a pas de mal à ça.
L: –Au cours de vos voyages, vous aviez déjà vu ça ? Non, je ne crois pas.
X: –Non, jamais autant d’hilarité en un seul endroit.
Ga: –Les batailles de tarte à la crème étaient pas mal..
Xena dévisagea Gabrielle. Oui elle se rappelait très bien !
Soudain, des gardes non armés vinrent nous trouver:
–Vous êtes bien des étrangères, et vous la princesse guerrière avec sa barde ?
X: –Oui, vous n’êtes pas armé ?
Un garde: –D’habitude oui, mais ici, elles ne servent pas à grande chose.
X: –Il y a vraiment quelque chose de louche ici. Vous pouvez nous emmener à votre seigneur ? On aimerait savoir s’il pouvait nous accueillir pour la nuit. On est très fatiguée et on a pas d’argent pour payer un logis.
Un garde: –Ne vous inquiétez surtout pas ! Suivez-nous !
Ils affichaient tous un grand sourire.
M: –Vraiment bizarre.
L: –Je suis claquée. Tant qu’ils nous fichent pas dans un cachot humide sans nourriture, il n’y a pas de quoi s’inquiéter.
M: –C’est toi qui dit ça, maintenant ?
Je rigolai. D’habitude, Loulou était la voix de la sagesse et de la raison.
La salle du trône..
Il y avait une table dressée en plein milieu, ce qui paraissait étrange vu l’endroit, avec plein de nourriture. Un buffet à volonté !
–Bienvenue !
Une femme s’approcha, nous dit bonjour.
X: –Bonjour ! On aimerait voir le seigneur de ces terres, le maître des lieux.
La femme rigola: –C’est moi ! Je suis la seigneuresse et barde qui règne sur ces terres. Je m’appelle Ilyx. Et voici mes plus fidèles amis et compagnes de jeux, Najara et Nikotine.
Najara ne ressemblait pas à Najara, Xena le vit bien. ^^
–Nous sommes enchantées de vous connaître !
Najara approcha Xena et l’a toucha:
–Nous avons créer un jeu avec notre prêtresse à propos de vos aventures avec Gabrielle..
Ga: – Ça, je dois dire que c’est étrange...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Jeu 27 Jan 2011 - 10:46

La suite n°16:
I: –Vous nous feriez un grand honneur si vous acceptiez de rester cette nuit et de festoyer avec nous !
Xena restait méfiante, elle regarda autour d’elle, puis regarda Gabrielle.
X: –Vous me paraissez bizarre en fait, alors je ne sais pas...
Ilyx fit les yeux doux à Gabrielle qui ne put résister.
Ga: –Xena, on est toutes fatiguées, alors pourquoi pas ? Que risque-t-on ?
S (chuchotant): –Une mort atroce en plein sommeil ?
Xena lui sourit.
M: –Je suis d’accord.
X: –Très bien. On reste pour la nuit.
I: –Festoyer ! Toute cette nourriture est pour vous.
Xena resta méfiante et préféra attendre que Gabby goûte les plats.
Non, elle ne tombait pas parterre. C’est bon, c’était comestible.
Najara approcha Xena: –Je m’appelle Najara, nous sommes toutes des fans de vos aventures avec Gabrielle, on en a crée un jeu.
I: –C’est la prêtresse de ce lieu qui a crée ce jeu, et elle dirige les règles. Elle s’appelle Kmé.
Ni: –Et d’un fouet qu’elle fait claquée pour faire respecter ces paroles.
X: –Oh ! Très bien..
C’était bien ironique. Elle avait l’air de se ficher totalement de ce qu’Ilyx disait ou Najara et Nikotine.
Néanmoins, on s’installa à table et on mangea, plus qu’à notre faim.
Durant le repas, Ilyx ne put s’empêcher de parler et de rire, ce qui mit tout le monde bien à l’aise. Elle écrivit tout ce que Xena et Gabrielle lui racontaient. Leurs aventures en détails, ou pas, car il y a certaines scènes que Xena ne souhaitait pas engager dans la conversation.
Potidaya, à présent, remise de ces blessures mangeait du fromage avec appétit. Elle m’évoqua la nostalgie qu’elle avait du monde d’avant.
Elle se sentait seule. Je devais bien avouer que moi aussi. Nos amours respectifs nous manquaient. Loulou nous rejoignit dans nos lamentations. Mais Schild était là pour nous redonner le sourire;
–Profitez les filles ! C’est bien toi, Maritza qui nous dit toujours que ta devise est carpe diem ! Alors arrêtez de faire des têtes d’enterrement ! Nous sommes en vie, nous mangeons des mets délicieux et nous sommes en Antiquité avec nos héroïnes préférées !!
M: –Tu as probablement raison.
L: –Et s’il nous arrive encore un malheur ? Est-ce que chacune d’entre nous va risquer sa vie ?
P: –On fera tout pour pas que cela arrive.
Ilyx nous entendit parler et s’installa à côté de nous.
I: –Vous venez d’où ?
L: –D’une région plus au Nord.. Loin, plus loin que la Grèce...
I: –Je vois !
Elle nous tira un grand sourire. Je faisais tout pour m’empêcher de rire. Mais elle respirait une joie de vivre très contagieuse.
L: –Vous avez crée un alphabet alors ?
I: –Oui, chaque lettre correspond un mot en rapport avec les aventures de Xena.
S: chuchotant: Comme sur le forum...
L: –Et votre prêtresse, Kmé, où est-elle ?
I: –Elle se balade avec sa soeur dans le grand parc derrière le château, vous l’a verrez peut-être tout à l’heure, ou demain.
Elle empoigna une cuisse de poulet qu’elle ingurgita.
G: –Vous avez une salle de bain ?
I: –Heu.. Un bain vous souhaitez ? Oui bien-sûr, Nikotine va vous montrer après le repas. (Elle marqua un temps de pause) Vous aimez dessiner ?
Je laissa Loulou s’exprimer, c’est elle la déesse du dessin.
L: –Je dessine plutôt bien...
M: –Plutôt bien ? Arrête avec ta modestie ! (je m’adressa à Ilyx) Elle dessine super bien ! Vous verriez ces dessins ! Ils sont magnifiques !
Loulou se mit à rougir.
I: –Vous me feriez un très grand honneur si vous dessiniez quelque chose pour moi.
Elle partit vers une seconde salle, et revint avec une toile et des crayons.
L: –La feuille est très grande !
I: –Dessinez ce que vous voulez !
Loulou avait déjà une idée en tête.
Une fois le repas fini, Nikotine nous emmena dans la cour du Château, privée, encerclée de rideaux multicolores, où se trouvait un grand bain de source chaude. La vapeur nous envahissait au loin.
Ni: –On a construit ce grand bain sur une source d’eau chaude qui traverse le Château.
Il y avait des petites marches et quelques meubles de bains. Najara nous apporta des serviettes, nacrées et repartit avec Nikotine.
Xena et Gabrielle étaient restées près d’Ilyx dans la salle du trône.
Loulou commença à se dévêtir, elle souhaitait se dépêcher de se laver, afin de pouvoir avoir du temps pour dessiner pour Ilyx.
Schild et Gabby attendaient à côté.
Elles souhaitaient se laver ensemble. Du coup, je décida de me laver avec Loulou. Potidaya se lavera dans la deuxième mi-temps, j’avais décidé de l’attendre.
L: –Bon allez ! Retournez-vous !
G: –On ne peut pas regarder un petit peu ? Dit Gabby en rigolant...
L: –Non !
G: –Pudique ?
L: –Ah Ah ! Très drôle ! Allez !
On se retourna, comme promis, même si on mourrait d’envie, la curiosité est un vilain défaut, même dans l’Antiquité...
On rigolait toute, l’ambiance était bonne. Mais je ressentais toujours un mal être au fond de moi. J’entendis, à la tombée de la nuit, lorsque la lune croissante était haute, le hurlement du loup que j’entendais, trop souvent.
Loulou se baigna. Elle s’amusa à nous éclabousser .
Puis ce fut à mon tour, et celui de Potidaya. Loulou commença son esquisse. Elle ne nous regardait plus, elle avait ses crayons. Son imagination sembla infinie. Elle restait déconnectée et continuait à dessiner.
**********************(changement d’endroit)
–Est-ce que tout est prêt ?
–Oui. Je l’a vois d’ici, elle commence son dessin.
–Parfait.
–Vous ne voulez pas qu’on intervienne tout de suite ?
–Non, laissons-la un peu encore avec les autres. Elle profitera de son éternité plus tard.
******************(changement d’endroit).
Après mon bain, je m’approcha de Loulou qui était en train de terminer.
M: –C’est magnifique, cela représente ...
Je resta pétrifiée. Une grande peur m’envahit. Ce n’était pas son dessin qui me faisait peur, c’est ce qu’il dégageait.
L: –Un vampire. Une femme vampire en fait. Je l’a trouve trop belle...
Suite N°17:
M: –C’est un peu glauque comme dessin, non ?
Loulou regarda attentivement les moindres détails de ces coups de crayons:
–Non. C’est juste mon côté sombre qui ressort. Je trouve ça magnifique.
–Ah mais je n’ai pas dit que c’était moche ! T’en fais pas !
Gabby et Schild approchèrent: –Vous pouvez nous laisser ?
Potidaya venait juste de terminer de se sécher.
Loulou prit sa toile et ses crayons et nous partîmes nous balader dans le Château, à la recherche de Najara ou de Nikotine, ou même d’Ilyx, pour savoir où on allait dormir.
Loulou, même en marchant, continuait son dessin, elle trouvait toujours quelque chose à retoucher. Elle restait insatisfaite malgré les remarques très positives de Potidaya et moi.
Dans le dédale des salles et des longs couloirs, on retrouva Najara avec une domestique. Elle semblait jeune. Brune aux cheveux mi-longs avec des yeux de couleurs clairs.
Na: –Je vous présente Solan-Angel. La plus jeune domestique du Château. Elle s’occupera de vous durant la durée de votre séjour ici.
Najara repartit et nous laissa seule avec cette jeune fille qui ne parlait pas.
P: –Et bien, emmène-nous à notre chambre.
La jeune fille s’étonna de la douceur avec laquelle on s’exprimait.
On l’a suivit. Au bout d’un couloir très éclairé à l’aide de nombreuses bougies, une porte en chêne massif sur lequel était inscrit la lettre C.
La jeune fille fit un signe à Loulou.
L: –C’est ma chambre ?
Elle acquiesça.
Solan-Angel ouvrit la porte. La chambre était petite, mais bien entretenue, une fenêtre qui donnait sur la basse-cour, de grands rideaux couleurs bordeaux, un grand lit, une armoire et une petite coiffeuse.
Il y avait aussi dans le coin de la pièce, le bonheur pour tous les dessinateurs. Une grande table sur laquelle Loulou pourrait dessiner.
P: –Cette chambre est faite pour toi, Loulou !
Mais Loulou ne répondit rien. Elle nous laissa sur le palier de la porte.
Solan-Angel nous fit à nouveau signe de l’a suivre. À quelques mètres de là, deux portes qui se faisaient face, celle de droit était pour moi, celle de gauche était pour Potidaya. Je n’eus pas le temps de voir sa chambre, elle semblait aussi pressée que Loulou de se retrouver seule.
Néanmoins, je n’étais pas pressée et au moment d’entrer dans ma chambre, je demanda à Solan-Angel pourquoi elle ne parlait pas.
Elle referma la porte derrière elle et me fit comprendre à travers des signes qu’elle ne pouvait pas.
M: –Tu es muette ? Plus de langue ? ( tongue )
S-A: –Non ! Je n’ai pas le droit. Je dois vous laisser.
J’empoignai son bras afin qu’elle reste un peu avec moi. Je n’aimais pas me sentir seule dans cette chambre...sombre et froide. Elle était moins accueillante que celle de Loulou.
M: –Reste un peu ! J’aimerai en savoir plus sur toi!
S-A: –Mais je n’ai pas le droit ! Si une des courtisanes d’Ilyx m’entends, ce sera la fin pour moi !
M: –Mais je pensais que dans ce village, c’étaient les rires et la bonne humeur qui forment votre quotidien ?
S-A: –Oui.. Cela fait longtemps que c’est comme ça depuis que..
Elle s’arrêta de parler. Elle me regarda et je sentis la peur dans son regard.
Elle partit, en claquant la porte et en lâchant un timide: “Bonne nuit.”
J’essayai de l’a rattraper, mais au bout d’un couloir je me retrouva face à un mur.
M: –Elle n’a pas pu traverser le mur et encore moins le monter ! Où est-elle ?
Personne. Tant pis. Je retourna dans ma chambre.
************************(changement d’endroit et de point de vue)
G: –Ma Schild, il est temps de sortir, je commence à avoir froid !
Schild m’écouta et sortit du bain, s’enroulant le corps dans une grande serviette blanche.
Je sortis à mon tour. Elle me passa une serviette et on se sécha mutuellement.
Sauf que ce petit moment de tendresse fut interrompu par une courtisane d’Ilyx, Najara qui vint nous demander d’aller dormir.
On se rhabilla et on l’a suivit jusqu’au grand couloir de l’aile Est qui menait aux chambres. Elle nous présenta une domestique, une jeune femme d’environ 25 ans je dirais.
–Je vous présente Ionneal. Elle vous indiquera votre chambre.
G: –Notre chambre ?
Je resta perplexe mais heureuse à l’idée de passer la nuit dans la même chambre que Schild.
S: –Les autres aussi étaient à deux ou trois ?
Na: –Non, c’est juste l’un de vos privilèges.
G: –Pourquoi ?
Na: –Ne vous posez donc pas tant de questions. Ionneal, conduis-les et n’enfreint pas les règles.
G: – ?
Najara sourit et repartit. Quelles règles ? Celles de la vieille sorcière ? Dont la troisième est revenue à Maritza pour me sauver ? Ou autre chose ?
Ionneal ne parlait pas. J’essayai bien de lui arracher les mots de la bouche mais rien. Elle restait impassible. Un masque.
Elle nous indiqua notre chambre. Quand la porte s’ouvrit, j’avais l’impression de rêver. Elle était très grande, il y avait un grand paravent qui cachait un autre bain de source chaude. Il y avait des roses dans des vases un peu partout.
S: –C’est magnifique !
G: –J’espère que les autres ont eu le même privilège que nous ! Où sont-elles ? Dans la même aile que nous ?
Ionneal nous fit un “non” de la tête et referma la porte.
G: –C’est bizarre non ?
Schild sauta sur le lit: –De quoi ?
G: –Les autres ne sont pas dans la même aile que nous !
S: –Ce n’est pas grave ! On est ensemble il ne peut rien nous arriver.
Je l’a prit dans mes bras, me sentant en sécurité.
************************(changement d’endroit et de point de vue)
Je pris Gabrielle par le bras et lui demanda de me suivre jusqu’au balcon:
Ga: –Mais enfin, Xena, qu’est-ce qu’il y a ?
X: –Tu ne trouves pas ça bizarre que les filles ne soient pas revenues ?
Ga: –Elles étaient ensemble ! Tu n’as pas à t’inquiéter ! Nous aussi, on a déjà prit des bains qui semblaient durer une éternité.
X: –Gabrielle je..
Mais Ilyx débarqua et interrompit la conversation:
–Qu’y-a-t-il Xena ?
Ga: –Rien, elle.. Elle se faisait du soucis pour nos amies, celles qui font la route avec nous.
I: –Oh ! Non ne vous inquiétez pas.
Najara entra dans la salle, vit que l’on était sur le balcon et nous déclara:
–Mes domestiques leur ont indiqué leurs chambres, elles doivent se reposer après cette longue route.
I: –Vous devriez faire de même.
Ga: –Très bonne idée..
X:– Non! Attendez ! Je veux m’assurer qu’elles vont bien !
Ga: –Mais enfin ! Xena, puisqu’on te dit que tout va bien !
I: –Faites-nous confiance !
Je scruta leurs visages: –Non, je ne vous fais pas confiance. Où sont-elles ?
Je me retournai et sentit une piqûre, une douleur insurmontable à ma nuque..
Je m’effondrai parterre...

Suite N°18:
***********************(changement de point de vue)
Xena était à terre, Gabrielle aussi, frappées, empoisonnées par une flèche dont Ilyx détenait le secret de fabrication.
I: –Enfermez-les au sous-sol, dans le cachot 23.
Na: –Bien. L’heure approche.
I: –Je sais. L’engrenage ne pourra pas s’arrêter. Et on ne reverra plus ses étrangères ici.
***********************(changement de point de vue et d’endroit)
Arf. Je n’arrivais pas à dormir. J’avais beau me retourner dans tous les sens, rien.
Tant pis. J’essayai de trouver le chemin jusqu’aux rideaux pour laisser l’intensité lunaire pénétrer ma chambre. Je me sentais seule.
J’avais envie d’aller retrouver Loulou, ou Poti, je pense que Schild et Gabby aimeraient être tranquilles. Mais où sont Xena et Gabrielle ? Après le repas je ne les ai pas revus. Et je ne sais pas quelle heure il est.
J’ouvris la fenêtre. Pas un bruit dehors. Pas de vent. Soudain, à l’horizon, je distingua une ombre, un animal. J’entendis son cri qui me fit frémir une nouvelle fois. Je referma la fenêtre.
M: –Ce loup...Pourquoi il hurle après moi ?
Je me rhabilla, mit mes bottes et sortit de la chambre. Le couloir, il y a une heure ou deux, qui était éclairé, était à présent plongé dans le noir.
M: –Génial. J’aime pas le noir, je sais où je vais, c’est super.
Je pestais contre moi-même. Je touchai les rebords des pierres et sursautait à la moindre poussière que je pensais être une bête de type insecte à huit pattes.
J’essayai d’ouvrir la porte en face de ma chambre. Celle de Poti, fermée. Je n’avais pas de clé dans ma chambre... pourquoi s’est-elle enfermée ?
Je frappa à la porte. Aucune réponse.
M: –Elle dort certainement.
Tant pis, je continua ma route. Les portes étaient toutes fermées.
J’appelai Loulou. Mais rien. J’entendis des hurlements venir de derrière moi. Des hurlements de femmes cette fois. Trop peureuse que je suis je courus, en avant !
***********************(changement de point de vue et d’endroit)
Je me frottai les yeux. J’avais mal. Je les ouvris. Gabby était à côté de moi, elle rêvait. Je l’entendis parler dans son rêve, d’amour, de femmes.
Je me leva du lit. J’ai vraiment très mal aux yeux. Je les frottai encore et encore.
S: –C’est comme si, j’avais une grosse poussière dans l’oeil.
J’entendis une voix murmurer:
Règle numéro quatre... Ne jamais regarder son reflet dans le miroir...
S: –Quoi ? Qui a dit ça ? Gabby !!
J’essayai de l’a réveiller, mais rien. Je lui ai verser un verre d’eau que j’ai trouvé sur la table de chevet, mais elle ne se réveilla pas !
Je me tournai vers le miroir de la coiffeuse. J’hurlai.
S: –Ce n’est pas possible ! Ce n’est pas moi !
Je ne me reconnaissais pas ! Elle était petite et laide, elle n’avait pas les mêmes cheveux que moi. Non ce n’était pas mon reflet.
Ma vision se troubla de plus en plus.
J’avais trop mal. J’avais envi de m’arracher les yeux. Ils me brûlaient.
J’entendis le crissement de la porte. On ouvrait la porte de ma chambre. Mais qui c’était ? Je ne voyais plus rien:
–Qui est là ? Répondez !
–Tu me dois quelque chose..
S: –AHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!
***********************(changement de point de vue et d’endroit)
Je continuai à espérer. À espérer trouver la porte de la chambre de Loulou.
J’entendis des pas, dans une cadence quasi-militaire approcher.
Je me cacha contre le mur. Si on peut appeler ça cacher. Mais c’était dans le noir, on ne me verrait pas. Les pas s’arrêtèrent et frappèrent à une porte. Comment pouvaient-ils voir dans le noir ?

–Bonsoir !
C’était la voix de Loulou ! Mais à qui disait-elle bonsoir ?
La lumière de sa chambre me laissai entrevoir qu’il y avait deux personnes, avec de longues capes noires visiblement. Leurs visages étaient cachés.
Une fois la porte de sa chambre refermée je ne pus m’empêcher d’aller écouter:
–Je vous attendais. Déclara Loulou.
–Je vois que le sort a bien fonctionné. Approche ! Que je te regarde ! Pendant que ma sœur de sang, inspecte le dessin.
Dans le trou de la serrure, je vis que le visage de Loulou paraissait bien pale et quand elle ouvrit la bouche.. J’hurlai intérieurement. J’étais pétrifiée. Elle avait des dents...comme sur son dessin ! Non ce n’était pas possible ! Pourquoi Loulou est-elle devenue une vampire ? C’est ce Château, ces personnes avec elle, il faut que je rentre. Non. Je ne sais pas.
–Chère Louise, je m’appelle Labulle, servante de notre très chère reine. Elle mords d’envie...de te voir !
–Moi aussi. Et toi comment t’appelles-tu ? Demanda-t-elle à l’autre..vampire.
–XGFlo. Mais tu pourras m’appeler sœur une fois ton baptême du sang passé.
Un quoi ? Oh lala ! Dans quelle catastrophe on s’est encore fourrée !
Il faut que je prévienne les autres ! Xena, elle, sera quoi faire!
Oui mais elle est où ?
Labulle tira les rideaux et ouvrit la fenêtre. La lune était cachée avec des épais nuages.
La: –Viens ! Suis-nous !
L: –Comment faire ?
Flo: –Concentre-toi ! Dis-toi que tu es aussi légère qu’une plume..
La peur m’envahit. Loulou se transforma en chauve-souris, tout comme les deux autres.
C’était une vampire. En partant, elles prirent le dessin.
Quant à moi, je suis restée derrière cette porte sans pouvoir y faire grand chose.
J’étais triste, je m’inquiétais pour Loulou...
***********************(changement de point de vue et d’endroit)
Dans la caverne sombre, le repère des vampires:
Loulou se re-transforma en humaine, comme Labulle et Xgflo.
Loulou fut emmenée devant la Reine des vampires.
Elle était grande, blonde...:
La: –Chère Reine, voici notre nouvelle victime, et notre prochaine sœur: Louise.
Loulou fit une révérence devant la Reine, qui s’approcha d’elle:
–Elle est encore si jeune, si appétissante..
–Chère Reine, demanda Loulou, comment puis-je vous appeler ?
–Pour toi, ce sera Tata Calli...

A suivre ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Jeu 27 Jan 2011 - 13:16

Laughing Laughing Laughing J'aime beaucoup ton histoire ma petite Maritza tous les Xénites les plus déjantés apparaissent dans ta fabuleuse fic Laughing Laughing Laughing ......... 10 10 oui c\'est ça oui c\'est ça oui c\'est ça .......J'adore surtout la fin (La: –Chère Reine, voici notre nouvelle victime, et notre prochaine sœur: Louise.
Loulou fit une révérence devant la Reine, qui s’approcha d’elle:
–Elle est encore si jeune, si appétissante..
–Chère Reine, demanda Loulou, comment puis-je vous appeler ?
–Pour toi, ce sera Tata Calli...
) Laughing Laughing Twisted Evil Twisted Evil ......Merci de me mettre dans ta fic sa me fait plaisir Wink ..........En tout cas continue parce qu'elle super bien je l'ai dévoré jusqu’à la fin et je n'aurais qu'un mot à dire......

LA SUITE a l\'attaque cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Jeu 27 Jan 2011 - 14:39

Merci beaucoup Calli !!

La suite N°19:

Labulle encaissa le coup, mais elle était vexée que la petite nouvelle puisse appeler la reine ainsi, alors qu’elle, après 5 années à son service, elle devait toujours se plier au protocole.
La: –Chère Reine, nous devrions préparer le baptême de sang de Louise.
Tata Calli: –Tu as raison ! Flo ! Rassemble mes fils et filles ! Ce soir se déroulera le baptême de celle qui nous montrera la voie..
En se baissant, Loulou put apercevoir une cicatrice au niveau de la jugulaire.
L: –Comment ça ?
La: –Viens avec moi, je vais t’expliquer.
Tata Calli fit un signe à Labulle, elle ne devra pas tout dire. Juste ce qu’il faut.
Labulle entraîna Loulou dans une autre cavité. L’humidité se manifestait par les stalactites qui fondaient au-dessus de leurs têtes.
L: –Que dois-je faire ?
La: –Tu dessines très bien, Loulou. C’est grâce à ton dessin, dont la toile était ensorcelée, que tu es devenue vampire, sans que l’on ai eu besoin de te mordre.
L: –Ce n’est pas croyable !
La: –Je te l’ai dis, tu as un don inné.
L:– En quoi peut vous servir ce don ?
Labulle marcha et toucha les parois humides: –Il y a très longtemps, le peuple de notre Reine était prospère et nous ne manquions de rien ! C’est Flo qui me l’a raconté. Mais un jour, les Dieux s’en sont prit à nous. Parce qu’on transformait trop de mortels et que l’on était pas assez discret. C’est à partir de ce jour, que l’on a craint la lumière..
L: –Comment ça ? Je pensais que les vampires ne pouvait pas sortir le jour...depuis toujours ?
La: –Non, en fait, Zeus a fabriqué une arme avec Héphaïstos. Une dague emprisonnant un rayon de lumière. Avec cette arme, il blessa la Reine, ce qui a eut pour conséquence de nous infecter tous. C’est pour ça qu’on ne peut plus sortir le jour. Sauf que grâce à Xena et à sa fille, le crépuscule des Dieux est arrivé et on peut à présent se venger !
L: –Je ne comprends pas.
La: –C’est pourtant simple. Nous ne savons pas où est la dague, mais nous savons que si on l’a plonge dans une bassine de sang remplie par la Reine, le sort s’inversera. Et on pourra ressortir le jour ! Comme avant..
L: –Et mon rôle dans tout ça ?
La: –Tu détiens un pouvoir très particulier qu’on appelle projection.
Si tu dessines une personne jusque dans les moindres détails, elle va apparaître devant toi...donc..
L: –Si je dessines, ou j’essaye d’imaginer l’endroit où la dague pourrait être..
La: –Si tu l’a dessines dans les moindres détails..
L: –Elle apparaîtra devant nous !
La: –Et notre vengeance sera totale !
***********************(changement de point de vue et d’endroit)
J’étais toujours dans le noir à la recherche de quelqu’un ! N’importe qui mais quelqu’un viiiite !!
J’entendis des pas.
M: –Qui est là ?
Personne ne me répondit. Du coup je courus droit devant et tomba..
En touchant un peu la personne je remarquai qu’il s’agissait de la domestique Solan-Angel.
M: –Tu aurais pu me répondre !
S-A: (elle me chuchota) Je ne pouvais pas.
M: –Que fais-tu ici ?
S-A: –J’étais venue vous prévenir !
M: –C’est trop tard ! Mon amie, Loulou est partie !
S-A: –Ça recommence alors..
Même dans le noir, je sentais qu’elle savait quelque chose:
–Qu’est-ce qu’il recommence ? Où est-elle partie ?
J’entendis des pas venir de derrière nous.
S-A: –Venez !
Elle me prit le bras et m’obligea à la suivre:
–Où m’emmène-tu ?
–Dans l’aile est, là où Ionneal a logé vos deux autres amies !
Je l’arrêta dans sa course:
–Attends ! Et Poti ? Elle était dans la chambre en face de la mienne.
Elle ne voulait pas que j’y retourne.
S-A: –C’est trop tard pour elle sans doute.
–Comment ça ?
S-A: –Les vampires l’ont sûrement déjà emmené dans leurs repères pour en faire une des leurs.
–Comment tu sais tout ça ?
–Ma mère est une vampire, enfin était. Je vous raconterai tout après, pour l’instant il faut que vous quittiez le Château !
Il y avait de la lumière dans l’aile est. Mais une drôle d’odeur.
Solan-Angel m’emmena jusqu’à une grande porte. Je vis son visage empli de peur. Elle frappa. Personne.
M: –Au fait, pendant que j’y penses, sais-tu où sont Xena et Gabrielle ?
S-A: –Au cachot sans doute.
M: –Quoi ?
Je ne comprenais plus rien.
Elle ouvrit la porte et je me précipita à l’intérieur. Enfin c’était vite dit. Il y avait pleins de pétales de roses parterre, la fenêtre était ouverte et gelait l’intérieur de la grande chambre. Je courus vers le lit, Gabby était endormie. Je touchai son cou et l’inspecta, pas de traces suspectes, elle respirait encore. Oui elle est bien endormie.
M: –Où est Schild ? Et pourquoi tous ces pétales ?
S-A m’aida à la chercher elle ne répondait pas. Je regardai à la fenêtre, on ne sait jamais, mais personne. Elle avait elle aussi disparut.
Je m’effondrai sur le lit en pleurs.
S-A: –Ne vous inquiétez pas ! On les retrouvera.
M: –Peut-être...Mais dans quel état ?
Avec tout le bruit que je faisais, Gabby se réveilla.
Les pétales de roses disparurent.
G: –Mari.. Qu’est-ce que tu fais là ?
Je séchai mes larmes mais elle avait sentie ma tristesse: –Loulou est une vampire, elle est partie avec d’autres vampires. Et Schild a disparut, je ne sais pas où sont Xena et Gabrielle et aucune idée si Potidaya est toujours saine et sauve.
Gabby se leva sur les fesses d’un seul coup et courut partout dans la chambre, cherchant Schild.
Elle s’arracha les cheveux et vint me réconforter:
–On va les retrouver. Bon! Je vais voir Ilyx.. Elle pourra peut-être nous aider.
S-A: –Non ! Ne faites pas ça, c’est Ilyx qui est derrière tout ça !
G: –Tu veux dire que..
M: –On a été piégée. Je pars à la recherche de Potidaya.
G: –Je vais retrouver Ilyx et ses deux..courtisanes et je vais les faire parler.
J’arrêtai Gabby:
–Non ! Tu ne pourras pas !
G: –Douterais-tu de mes compétences ? Je te rappelle que c’est moi qui est vaincu Varia !
M: –Gabby ! Ilyx est plus forte que nous toutes ! Elle doit se douter qu’on va venir la voir !
Mais Gabby ne voulait rien entendre. Elle prit un bougeoir de cinq bougies et s’enfonça dans les couloirs..
Je ne savais pas quoi faire. Il fallait que je l’aide. D’une manière ou d’une autre.
–Solan-Angel !
–Oui ?
–Ramène-moi à la chambre de Potidaya, je vais voir si elle y est toujours et après...tu me fais descendre aux cachots. Il faut que je vois Xena.
La jeune fille acquiesça.
************************(changement d’endroit et de point de vue)
Mon coeur était remplis de haine. Je m’inquiétait pour ma Schild et les autres. Je ne dois pas les décevoir.
J’arrivai à la grande salle. La table immense du repas avait été retiré. Najara et Nikotine se présentèrent à moi. Sans dire un mot je posai mon bougeoir et les frappai de toute ma force.
Elles tentèrent de me résister mais j’étais plus forte qu’elle.
Je posai mon pied sur leur cou et en vainqueur leur demandai:
–À présent, dites-moi où est Ilyx ? Où sont Schild et Loulou ? Et où sont Xena et Gabrielle ?
Ilyx était derrière moi. J’entendis ces pas se rapprocher doucement mais elle ne m’aura pas.
Je retirai doucement mon pied du cou de Najara et je me retournai pour sauter sur Ilyx...
G: –AAAAAAAAAAAA (cri de guerrière)^^
G: –Mais où est-ce qu’elle est ?
Ilyx n’était pas derrière moi.
–Aïe.
J’ai mal à la nuque. Je passai ma main, et découvrit une flèche avec une plume. J’eus le temps de distinguer la couleur de la plume, noir...
************************(changement d’endroit et de point de vue)
–Allez ! Plus vite Solan-Angel ! Plus vite !
J’étais en sueur, j’arrivai à ma chambre. En face, Potidaya. Je l’espérais.
Solan-Angel ouvrit la porte et je courus au lit.
Je tirai la couverture...

Suite n°20:
...et j’eus l’agréable surprise de trouver Potidaya en train de dormir.
Je m’approchai brusquement et je l’a secouai afin de l’a réveiller.
Quand elle ouvrit les yeux, elle n’eut même pas envie de me frapper ou de s’énerver après moi. Elle demeurait d’un calme olympien.
P: –Qu’est-ce qu’il se passe ? Pourquoi hurles-tu ?
M: –Si tu savais comme je suis contente de te revoir !
Je l’a serra très fort dans mes bras.
P: –Mari, Tu vas m’étouffer ! (elle regarda à travers le rideaux qui n’était pas totalement tiré) Mais il fait encore nuit !
M: –Je sais ! Je suis désolée de t’avoir réveillée de cette façon mais il faut absolument qu’on quitte ce Château !
J’expliquai à Potidaya ce qu’il s’était passé pendant qu’elle dormait et lui demandai pourquoi elle avait fermé et après rouvert sa porte.
P: –Je ne me suis jamais enfermée !
M: –C’est impossible ! Je te jure que quand j’ai essayé il y a environ une heure d’ouvrir, c’était fermé ! Et quand Solan-Angel a voulu ouvrir, elle n’as pas eut de problème, la porte n’étant plus fermée à clé.
P: –Je t’assure, Mari, que je ne me suis jamais enfermée ! Ça ne me ressemble pas.
M: –D’accord. J’ai du rêver.
S-A: –Vous devez partir.
Potidaya se rhabilla et on sortit de la chambre.
P: –Où allons-nous ?
M: –Il faut retrouver Gabby, Schild, Loulou et Xena et Gabrielle.
Cela faisait un programme chargé.
Tout d’abord, il fallait retrouver Gabby, elle était allée voir Ilyx, donc on allait commencer par ça. Ensuite, Xena et Gabrielle, et enfin Schild et Loulou.
***************************(changement d’endroit et de point de vue)
Je n’arrivais toujours pas à y voir quoi que ce soit. J’entendais sa voix, c’était la vieille femme qui m’avait rendu, si on peut dire, la vue. Mais pourquoi m’a-t-elle kidnappée ? Où suis-je ? Je tremble de peur.
La vieille bique: –Tu t’appelles Schild c’est ça ? Oh ! Ne t’inquiète pas.. Pour l’instant, je n’ai pas l’intention de te faire quoi que ce soit.
S: –Je vous en prie ! Je ne comprends pas ! Vous m’aviez dit que je ne vous devais rien !
LVB: –Tu m’as cru ? Pauvre petite naïve !
S: –Qu’est-ce que vous allez me faire ?
LVB: –Comme l’amazone..comment elle s’appelait déjà ?
Je commençai à comprendre: –Leïla ?
LVB: –Ah oui... Leïla ! Quel beau prénom, quel doux visage elle avait, et quelle fin !
Elle se mit à rire. Ce n’était pas drôle pour moi. Je ne savais pas où j’étais, je ne voyais rien. J’espère que les autres vont s’apercevoir de mon absence avant le levée du jour..Gabby ! Ma Gabby ! J’espère qu’à toi, il ne t’ai rien arrivé....
***************************(changement d’endroit et de point de vue)
Ma Schild..je ne sais pas où tu es mais j’espère qu’il ne t’arrive rien.
J’étais dans un cachot, une prison toute petite où je ne voyais pas grand chose. J’entendis la voix de Gabrielle qui m’appelait pour comprendre ce qu’il se passait mais j’étais trop dans les vapes pour lui répondre.
Elle devait être au cachot voisin avec Xena. J’entendis la voix de la guerrière qui tentait par tous les moyens de sortir.
***************************(changement d’endroit et de point de vue)
On courut dans les couloirs et on arriva enfin à la grande salle. Point de Gabby.
P: –Où peut-elle être ?
M: –Je ne sais pas mais j’ai comme un mauvais pressentiment.
Je m’approchai du trône et vit un parchemin écrit de la main d’Ilyx. (Elle avait signé).
M: –Poti ! Solan-Angel ! Venez voir ça !
P: –C’est écrit en grec ancien, je ne connais pas cette langue !
M: –Moi non plus ! Déjà que le latin au collège c’était trop dur pour moi alors là.. Solan-Angel, tu serais lire ?
S-A: –Non. Je ne sais pas bien lire.
Je roula le parchemin et le cacha dans une poche.
M: –Emmène-nous aux cachots s’il te plaît !
I: –Pas si vite.
Ilyx se tenait devant nous trois. On se retourna et nous vîmes Najara et Nikotine nous ouvrant les bras.
P: –Et maintenant on fait quoi ?
M: –Je réfléchis...je réfléchis scratch
Je regarda au plafond et vit l’image du loup...
M: –On attrape tout ce qu’on peut trouver et on frappe avec.
Potidaya me regarda avec de grands yeux: –Tu te fiches de moi là ?
M (avec un grand sourire): –Non ! Je prends Ilyx, toi Najara, et toi Nikotine.
I: –Attrapez-les !
J’empoigna un chandelier, Poti un bougeoir qui traînait parterre et S-A un pain rassis..
M: –Tiens ! ( frappant Ilyx) Elle ne ressentait rien.
Elle sortit de sa poche trois flèches et je compris qu’elle voulait nous viser.
M: –Oups. Couchez-vous !
Les flèches furent lancées ! Elle avait loupé son cou et commença à nous frapper.
On ne savait pas nous battre et on s’écrasa parterre.
“Schild, Loulou, Gabby, Xena et Gabrielle...”
M: –Non ! Poti relèves-toi ! On ne va pas les laisser s’en sortir !
Potidaya se releva tout comme Solan-Angel et nous réussîmes à renverser le combat en notre faveur.
Du sang coulait, des larmes, de la sueur et des coups.
Au bout d’un bon quart d’heure de combat, elles étaient à terre.
Ilyx nous supplia d’arrêter.
I: –Vous ne comprenez pas !
P: –Que devrait-on comprendre ?
I: –Si j’ai fais ça, c’est pour nous protéger tous !
M: –Je ne l’a crois pas ! Allons-nous en ! Il faut descendre !
Ilyx tenta de s’agripper à nos chevilles:
–Laissez la Reine le faire ! Laissez-la !
P: –De quoi elle parle ?
M: –Je ne sais pas !
I: –Règle numéro cinq, les filles: “ne jamais perdre son sang froid.”
Je me retournai une dernière fois face à elle:
–Quelle est la règle numéro quatre ?
I: –Je ne l’a connais pas. Seule, celle qui a survécut pourra te le dire. Vous ne pourrez pas les sauver toutes les deux...
Elle s’évanouit.
P: –Je ne comprends pas.
M: –Moi non plus, mais on s’en fiche.
On descendit aux cachots, et on trouva Gabby, ainsi que Xena et Gabrielle.
X: –Ah ! Bah enfin ! On a failli attendre ! Qu’est-ce que vous fichiez ?
P: –On a été retardé par Ilyx et les autres.
Solan-Angel nous aida à trouver les clés et ouvrit les deux portes. Cachots 22 et 23.
Je m’empressa d’aller voir Gabby et de lui demander comment ça allait. Elle était toujours un peu dans les vapes.
X: –Où sont les deux autres ?
P: –Loulou et Schild ? On ne sait pas.
M: –Ilyx nous a juste dit qu’on ne pourrait pas les sauver toutes les deux.
Ga: –Ah ! Cette Ilyx..il faut absolument que je lui parle ! Elle n’avait pas l’air aussi méchante.
X: –Ce n’est pas parce qu’elle n’avait pas la tête de la méchante, qu’elle ne l’était pas ! Je me méfiais d’elle, à juste titre.
M: –Loulou est devenue une vampire et elle est partie par sa fenêtre.
X: –Où donnait sa fenêtre ?
M: –Je ne sais pas, sur le donjon je crois.
X: –En direction de l’ouest alors...
Ga: –Et votre amie Schild ?
M: –Je ne sais pas.
X: –Je sais où elle est.. Avec la vieille femme à Loutraki.
M: – ?
Je ne savais pas quoi dire, Potidaya non plus. C’était à trois jours de marche.
P: –Ce n’est pas possible ! En deux heures elles n’auraient pas eu le temps.
X: –Je pense savoir qui est derrière tout ça.
P: –Arès ?
Ga: –Non. Arès ne nous ferait plus ça.
M: –Pourquoi ?
Ma question fit mouche. Ou pas. Elles semblaient gênées par ma question et préféraient parler d’autre chose:
–Sortons d’ici. J’ai une idée.
Xena avait une idée. Presque machinalement j’étais heureuse parce qu’on lui faisait toute confiance.
Arrivées dehors, elle nous expliqua que ce serait trop difficile. On ne pourra pas les sauver en même temps.
Ga: –On pourrait se séparer ?
P: –Mais comment faire ? Loutraki est trop loin et on ne sait pas où Loulou est.
Gabby, qui sortait tout doucement des vapes: –Alors on vote ?
Ga: –Comment ?
M: –Non ! Gabby !
G: –Je vais sauver Schild ! C’est la plus jeune et la plus fragile.
Ga: –Je suis d’accord avec elle.
M: –Je veux sauver les deux ! Je ne peux pas choisir.
G: –Pourtant il le faut bien.
M: –Alors, Loulou. Parce qu’il y a son baptême du sang ce soir même.
G: –Et Schild pourrait mourir ! Alors que Loulou devint au pire un vampire !
On s’énerva. La bonne humeur n’était plus.
G: –Poti ?
P: –Je suis désolée, Gabby, je vais avec Maritza.
Il ne restait plus que Xena pour trancher.
X: –Vous me mettez dans une situation embarrassante.
...........................roulement de tambours !!!
X: –Je vais avec Gabrielle.
J’étais déçue.
G: –La majorité l’emporte, on va sauver Schild.
M: –Et on revient dans 6 jours pour sauver Loulou ? Non ! Pas question !
Gabrielle lança un regard complice vers Xena:
–Non, on ne mettra pas tout ce temps. N’est-ce pas Xena ?
–En effet. N’oublions pas qu’il existe encore deux divinités grecques.
M: –Avec leurs pouvoirs, vous pourriez vous déplacer plus vite.
G: –On demandera à Aphrodite alors.
X: –C’était l’idée.
Je scruta l’horizon: –On arrivera trop tard pour Loulou. Le Soleil ne va tarder à se lever.
Ga: –On doit avoir deux heures devant nous.
M: –Non c’est trop ! Je ne partirai pas avec vous.
Potidaya mit sa main sur mon épaule.
X: –Il y a bien deux Dieux...
Mes yeux s’écarquillèrent quand j’entendis sa phrase..
Revenir en haut Aller en bas
Mango
The Dark Harpy ¤ Le Créateur
avatar

- Scripts : 10082
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans un monde pure sans problèmes
Points : 10677
Image :

MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Jeu 27 Jan 2011 - 16:42

J'adore j'adore et j'adore cheers cheers cheers merci merci félicitation félicitation bravooo bravooo félicitation exellent !!! I love you oui c\'est ça oui c\'est ça elle est trop... elle est trop... trop beau

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
http://legends-xena.forumgratuit.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Jeu 27 Jan 2011 - 18:10

I love that ! You're the best of the best !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Jeu 27 Jan 2011 - 18:51

merci merci merci merci oui c\'est ça oui c\'est ça oui c\'est ça
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Ven 28 Jan 2011 - 11:17

Merci Xélore, Tony et Prue !!!

Suite N°21:
Depuis le début de notre aventure, nous n’avions pas encore rencontrés celui devant qui je bavais; le dieu de la guerre.
Alors évidemment quand Xena a dit sa phrase j’étais aux anges.
Xena demanda à Gabrielle d’appeler Aphrodite tandis qu’elle nous sollicita, à moi et Potidaya de l’a suivre.
On s’éloigna du village, tout en restant sur la colline et Xena appela Arès.

Arès apparut devant elle, tout content qu’on pense à lui.
A: – Ça faisait longtemps que tu ne m’avais pas demandé mon aide, Xena.
L’ironie de sa phrase ne surprit pas Xena, bien au contraire.
X: –Je vais encore mettre ton engagement à l’épreuve.
De quel engagement parlait-t-elle ? Je ne savais pas.
Arès fit un grand sourire: –Tu veux quoi exactement ?
X: –Que tu t’occupes de mes amies, elles vont avoir besoin de toi.
Arès l’a dévisagea, il s’attendait à pire:
–C’est tout ?
X: –C’est plus dangereux que tu ne crois, elles doivent retrouver une de leur amie qui deviendra une vampire...si on intervient pas, et une autre de leur amie est à Loutraki alors c’est Aphrodite qui va s’en charger avec nous.
A: –Hé ! Les vampires c’est super ! (il s’adressa à nous) Vous êtes vampirophobes ?
X: –Bon les filles je vous laisse avec lui, surveillez-le bien !
A: –Merci ! Amuse-toi bien surtout...
Il faisait la tête.
P: –Il y a quelque chose qui a changé non ?
Potidaya s’approcha du Dieu de la guerre, qui ne bougeait pas. Elle le toucha pour vérifier qu’il était bien vivant.
–Bou!
On sursauta toutes les deux.
–Ça m’a toujours fait rire ! Bon j’ai pas beaucoup de temps, elle s’appelle comment votre amie ?
M: –Loulou.
A: –C’est un prénom ça ? Jamais entendu par ici.
P: –On est pas d’ici.
A: –Des étrangères en plus.
Il regarda le ciel cinq secondes.
M: –Alors ?
A: –C’est bon je sais où elle est, bon je vous y transporte et puis c’est fini !
Il s’apprêtait à nous envoyer au lieu où Loulou était jusqu’à ce que Potidaya l’en empêche:
–Attends ! Nous ne savons pas comment faire pour l’a récupérer, inverser le sort, et si y a des vampires qui se mettent sur notre chemin ?
A: –Et bien vous fuyez.. ( Laughing )
M: –Très drôle..
A: –Bon très bien.
Il nous lança une poussière bleue sur le corps et on se retrouva face à une caverne.
P: –Qu’est-ce qu’il a fait ?
M: –Aucune idée mais je suis super heureuse de l’avoir vu..
P: –Ah oui j’avais presque oublié que tu en es fan !
M: –Rah ! Arrêtes ! Il est très attachant malgré tout.
Potidaya inspecta les horizons:
–On dirait une sorte de grotte.
–On avance ?
–Oui. En espérant que l’on ne croise pas de chauve-souris assoiffée de sang.
**************************(changement d’endroit et de point de vue)
Ap: –Prêtes les filles ?
Ga: –Quand tu veux, Aphrodite.
Elle claqua des doigts et les trois filles se retrouvèrent devant la porte de la vieille femme à Loutraki.
Leur apparition avait un peu attiré les regards des passants.
Gabby frappa à la porte, avant même que Xena ne se prononce sur son plan.
X: –Attends !
Trop tard.
La vieille femme ouvrit la porte, comme si de rien n’était:
–Qu’est-ce que vous voulez ?
Mais Gabby n’attendit aucune réponse, elle l’a bouscula et rentra de force.
Xena tenta de l’a retenir en vain et Gabrielle se pliait à milles excuses.
Gabby fouilla partout, mais il n’y avait rien ni personne. Elle frappa les murs, le sol. Rien.
Ga: –J’avais une question, il y a environ quatre jours, nous sommes passées chez vous, vous n’y étiez pas et il y avait un bazar monstre ici.
LVB: –Oui en effet, j’avais eu quelques problèmes mais tout est réglé à présent.
Gabby s’agrippa à la vieille bique, l’a plaqua contre le mur et l’a menaça avec une fiole qu’elle avait cassé afin qu’elle soit bien coupante:
–Où est Schild ?
La vieille bique ne pouvait plus respirer.
Xena tenta de l’arrêter:
–Gabby ! Arrêtes ! Regarde ce que tu fais !
–Je veux savoir où elle est !
–Elle ne répondra pas comme ça !
Gabby lâcha la vieille femme qui tomba presque inconsciente parterre.
Gabrielle alla chercher de l’eau qu’elle lui renversa “délicatement” sur le corps pendant que Xena tentait son propre interrogatoire.
G: –Tu ne peux pas lui faire ton pinch là ? En 30 secondes elle est capable de dire ce qu’on veut.
X: (lui chuchotant –Elle est plus coriace qu’elle en a l’air.
Ga: –Xena, il faut se dépêcher, l’heure tourne.
LVB: –Vous ne pourrez pas vous en sortir !
Gabby l’a gifla: –Pourquoi vous dites ça ! Où est Schild ?
–En moi ! Ahahahahahahahahahah
Gabby voulut lui sauter dessus mais elle fut projetée contre le mur.
Gabrielle courut voir si elle allait bien. Elle était sonnée mais pouvait se relever sans trop de mal.
X: –Tu vas me payer ça.
Xena commença à se battre contre elle mais la vieille femme avait une force bien supérieure à ce qu’elle voulait nous faire croire.
Elle projeta également Xena contre le mur et reprit sa véritable apparence...
Ga: –...Alti ?
**************************(changement d’endroit et de point de vue)
On avançait tout doucement, dans le noir, à tâtons. On était face à un dilemme; deux galeries.
P: (me chuchotant) –Droite ou gauche ?
J’entendis une nouvelle fois le hurlement du loup dans mes oreilles:
–Droite.
On s’enfonça dans la cavité de droite, et au fur et à mesure de la marche, on entendait des bruits, des rires, de la colère, et on vit de la lumière.
On faisait de plus en plus attention.
On vit Loulou, habillée en robe rouge échancrée au niveau de la cuisse gauche en-dessous d’un magnifique décolleté.
P: –C’est bien elle.
M: –Aucun doute. Mais comment faire ? Ils sont au moins 4 autour.
Potidaya regarda au plafond et se mit à crisser des dents:
–Mari...Mari..
M: –Chut !
Elle me tira l’épaule et je regarda au-dessus de ma tête: –AHHHHHHH
Pour la discrétion c’était mort.
On courut version chemin inverse mais les milliers de chauve-souris nous rattrapèrent !
P: –Pourquoi as-tu hurlé ? C’est fichu !
M: –J’ai été surprise ! Je ne pensais pas qu’il y en avait autant !!!
Mais au moment de sortir au niveau où les galeries se divisent, deux vampires nous bloquèrent le chemin:
La: –Pas si vite...
XGflo: –Je crois que notre dîner est servis !
Elles s’en léchaient les babines...

Suite n°22:
P: –Laissez-nous passer !
La: –Attendez..laissez-moi réfléchir. Elle se lécha le bout du doigtNon.
Xgflo ordonna aux chauves-souris de redevenir humaines et elles nous amenèrent de force dans l’antre de la Reine.. Là où était Loulou.
On ne savait plus quoi dire. Devant la Reine, je me rappelai qu’on avait pas encore abattu la carte du Dieu censé nous protéger mais j’hésitai.
Loulou n’avait pas l’air de nous reconnaître.
M: –Loulou ! C’est nous ! Potidaya et Maritza ! Le forum ! La série tu te rappelles ?
Labulle nous interrompit: –Ses souvenirs sont en train de s’effacer.
La Reine Tata Calli s’approcha de nous et nous sentit: –Hum ! Razz la bonne odeur de chair fraîche !
Elle avait une drôle d’odeur et je vis que ces cheveux tenaient grâce à un serre-tête orné de plumes noires. (Si vous avez bien suivit vous devez faire un lien évident!)
Je vis aussi que Loulou était en train de dessiner quelque chose, ça ressemblait à un couteau sur un autel. Le couteau s’illuminait.
L: –Tata Calli, le dessin est bientôt prêt.
P: –Quel dessin ?
Tata Calli: –Celui qui va nous apporter la lumière ! Après cela, ma chère Louise, on pourra se balader ensemble..
Labulle afficha clairement sa déception et sa jalousie, mais fut retenue par Flo.
**************************(changement d’endroit et de point de vue)
Ga: –Alti ! Mais que fais-tu ici ?
Xena se releva, tenant sa tête qui lui faisait mal:
–Tu n’as pas changé Alti, tu es toujours aussi misérable !
Al: –Oh ! Je t’en prie Xena ! Tu me fends le coeur ! Quand tu étais morte, je pensais que tu allais m’appeler pour que je t’aide...
X: –Et puis quoi encore ? Tu voulais que je t’envois des fleurs ?
Al: –Oh ! Ça je sais qu’il n’y a que Gabrielle qui en aurait le droit.
X: –Je me suis tournée vers la seule personne qui était capable de me ressuscitée sans aspirer à me faire du mal.
Al: –Oh ! C’est nouveau ça ! Maintenant le Dieu de la Guerre serait devenu gentil comme un agneau...
X: –Loin de là je te rassure.
Elle sauta en avant et combattit Alti qui se déplaçait bien trop vite pour elle.
Gabby essaya de lui sauter dessus et Gabrielle de l’a frapper avec ses sais. Mais Alti avait juste a bougé le doigt pour projeter nos trois combattantes or de son cercle vital.
Al: –Tu ne pourras rien faire contre moi Xena... Par-contre moi, je peux.
Elle claqua des doigts et fit apparaître une dague qui s’éclairait toute seule.
X: –Qu’est-ce que c’est que... ?
Al: –La dague de la lumière, celle que convoite..un certain groupe de vampires mais comme tu le vois je viens de les devancer.
Ga: –Quoi ?
Al: –Ce qui veut dire, que vous ne pourrez sauver aucune de vos amies.
AHAHAHAHAHAHHA !
Elle disparut.
X: –Non ce n’est pas possible !
Mais au moment où on pensait qu’Alti avait disparut, elle réapparut agrippée à quelqu’un qui faisait tout pour pas qu’elle parte !
Ga: –Qui est-ce ?
Le brouillard entre les deux combattantes, une fois dissipé, laissa entrevoir Alti, la dague en main qui se battait contre une femme habillée en amazone.
X: –Leïla !
Ga & G: –Leïla ? L’amazone qui est morte ?
Alti réussit à se défaire de Leïla qui atterrit dans les bras de Gabrielle.
Alti s’aperçut qu’elle ne pouvait plus s’évaporer:
–Quoi ? Qu’est-ce qu’il se passe ?
Leïla se releva: –Disons que la personne en qui Xena a eut confiance m’a donné un petit coup de pouce pour t’empêcher de repartir.
X: –Maintenant, Alti. Tu es face à moi.
Al: –J’ai encore quelques pouvoirs, Xena.
X: –Oui mais moi j’ai plus que des pouvoirs, j’ai un coeur.
Cri de guerrière sautant sur Alti: hiha !
**************************(changement d’endroit et de point de vue)
Labulle préparait le baptême. Loulou devra mordre l’une de nous deux. Réjouissant.
Tata Calli: –Choisis celle que tu vas mordre Loulou. Mords-la et tu seras l’une des nôtres. Tu pourras terminer ton dessin et notre vengeance sera accomplie !
Loulou tourna autour de nous comme un vautour le ferait autour d’une proie dans le désert.
Elle choisit Potidaya. J’essaya de l’a retenir mais Flo me frappa à coup de pierres pour pas que j’interromps son “repas”.
Tata Calli: –Mords mon enfant...
Loulou caressa le cou de Potidaya et y enfonça ses dents...
Après le cri strident de douleur, Poti s’effondra parterre.
La: –Vous allez assister à sa transformation.
Mais rien ne se passa.
Tata Calli: –Que se passe-t-il ?
Loulou restait la même, Potidaya se releva, toujours humaine.
L: –Je ne comprends pas.
La: –Moi non plus.
Tata Calli: –Tant pis essaye l’autre. On va tuer celle-ci (montrant Potidaya).
Je ne savais pas me battre, ça se voyait. J’essayai de me défaire des deux vampires qui me tenaient, mais rien à faire. Je n’avais pas assez de force.
Loulou approcha avec ses crocs et je ressentis une paralysie de mes muscles et puis une délivrance. Rien ne se produit non plus.
Potidaya allait être tuée...et moi aussi.

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Mango
The Dark Harpy ¤ Le Créateur
avatar

- Scripts : 10082
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans un monde pure sans problèmes
Points : 10677
Image :

MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Ven 28 Jan 2011 - 16:23

Un seul mot "J'adore" I love you I love you I love you LOVE Je t\'aime elle est trop... trop beau

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
http://legends-xena.forumgratuit.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Ven 28 Jan 2011 - 21:40

J'adore ta suiiiiiiiiiiiiite trop beau trop beau !!!!!!!! Surtout quand tu écris que Labulle et jalouse de Flo hihihihi I love you ........ Sois pas jalouse bubulle tu sais très bien que tu es ma préférée gros bisous .........

Juste un mot Very Happy .........

LA SUITE

trop beau trop beau trop beau trop beau trop beau trop beau trop beau trop beau trop beau
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Ven 28 Jan 2011 - 21:40

j'adore elle est trop... elle est trop... elle est trop... LOVE LOVE elle est trop... trop beau
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Dim 30 Jan 2011 - 16:54

Suite n°23:
Finalement, Loulou arrêta l’acte. Je respirais et sortis un “ouf” de soulagement. Mais en fait elle chuchota un mot à la Reine, je n’entendis pas ce qu’elle disait.
La: –Chère Reine, pourquoi ces messes basses ?
Tata Calli: –Ma nouvelle amie, Louise, vient de faire une requête, somme toute intéressante. La dague de lumière peut nous redonner la vie que l’on avait avant, mais si...si on poignarde ces deux jeunes filles.. Elles mourront.
XgFlo: –Comment vous pouvez en être sûres ?
L: –Parce que la dague est une arme divine. Un sortilège divin semble les protéger.. Mais plus pour longtemps.
Un sortilège divin...finalement Arès aura tenu sa promesse..d’une certaine façon.
Tata Calli: –Louise, finit ton dessin.
Loulou se remit au travail. Mais Labulle semblait jalouse d’elle. Elle en fit part à la Reine qui lui assura que son coeur lui appartenait.
Mais Labulle n’y croyait plus..
**********************(changement d’endroit et de point de vue)
Xena venait de mettre Alti à terre. Elles n’en pouvaient plus. Elles avaient énormément combattues.
Alti avait lâché la dague, que Xena récupéra immédiatement.
Xena regarda la lumière qu’émanait de la lame..
Al: –Que vas-tu faire Xena ? Tu ne pourras pas les sauver toutes les deux.
X: –Combien tu paries ?
Elle lui enfonça la dague en plein coeur. La lumière éblouit tout le monde.
Alti hurlait de douleurs, Gabby pleurait ..et Schild ? Alti avait évoqué qu’elle était à l’intérieur d’elle et Xena venait de la poignarder..
Au bout de quelques minutes, la lumière se dissipa, la dague était parterre. Pas une seule goutte de sang. Comme si tout avait disparut.
G: –Schild ? Où est-elle ! Tu l’as tuée !
Elle bouscula Xena qui tentait de la calmer:
–Ne t’inquiète pas ! Je sais qu’elle va bien !
Leïla approcha de Gabby: –Tu dois faire confiance à Xena, elle m’a bien aidé.
Gabrielle, s’interrogeant: –D’ailleurs, Xena tu me dois des explications pour Leïla..
X: –Je te raconterai tout plus tard.
Gabby ne se calmait pas: –Mais arrêtez avec vos bavardages inutiles !! Schild n’est pas là !
X: –Tu te trompes, Gabby. Crois en elle.
Gabby cligna des yeux et elle eut la surprise de voir Schild, allongée parterre. Bousculée, mais sauve.
G: –Oh ! Ma Schild !
Schild rouvrit les yeux, et à présent elle pouvait y voir clair.
(Scène intense de retrouvailles)
Schild embrassa Gabby 🇬🇧 .
Malheureusement le premier rayon de soleil leur rappela un autre objectif, loin d’être atteint.
Ga: –Xena..Le soleil se lève.
La panique envahit Schild qui venait d’apprendre toute l’histoire pendant que Xena et Gabrielle tentaient par tous les moyens d’appeler Aphrodite qui avait décider de faire la sourde oreille.
Soudain apparut Arès...qui n’était pas invité mais tant pis 😁
X: –Ce n’est pas toi que j’ai appelé.
A: –Aphrodite est occupée pour le moment.
X: –Dis plutôt que tu t’es arrangée pour venir.
A: –Passons à l’acte II tu veux bien ?
Xena lui lança le poignard qu’il rattrapa au vol.
X: –Tu sais ce que tu dois faire.
A: –Tu veux venir ?
X: –Non, je vais rester un peu ici. Je sais que tu t’en sortiras très bien tout seul.
Arès disparut et Xena fit un câlin de soulagement à Gabrielle.
Ga: –Tu ne m’as toujours pas expliqué comment as-tu su qu’il fallait que tu poignardes Alti ?
X: –Dans la lame, j’ai vu la règle numéro 4: “Crois en toi.”
Ga: –Et ton instinct te disait de le faire.
Leïla: –Schild est sauvée, il ne reste plus qu’à espérer qu’il n’est pas trop tard pour les autres.
X: –Non je crois que ça ira.
Ga: –Je ne t’ai jamais vu aussi détendue..mais Leïla comment es-tu revenue ?
Leïla: –J’ai été ressuscitée. Seule Xena pouvait m’aider. En retour, je l’ai aidé ce matin.
Schild, qui n’avait pas perdu un mot de la conversation: –Qu’est-ce qui a fait changé Arès à ce point ?
Ga: –Je te rassure tout de suite, il n’a pas changé !
X: –Disons que nous avons un arrangement.
G: –De quel genre ?
Gabrielle rit et Xena lui lança un regard affectueux et pleins de tendresses.
***********************(changement d’endroit et de point de vue)
Loulou avait terminé son dessin. Les vampires étaient impatients et se tenaient tous prêts. Rien.
La: –Pourquoi il ne se passe rien ?
L: –Je ne sais pas, pourtant j’ai dessiné ce que la Reine m’avait indiqué.
La: –Tu n’es peut-être pas celle qu’il nous faut.
Tata Calli: –Labulle ! Arrête immédiatement.
Tata Calli ferma les yeux pendant une minute et les rouvrit, surprise:
–La dague n’est plus sur l’Olympe dans l’antre de Zeus. Alti l’avait, mais Xena l’a récupéré.
L: –Il me suffit de l’a dessiner.
Tata Calli: –Non attends.. elle referma les yeux ..Je sens quelque chose de bizarre, une odeur nauséabonde.
Elle ouvrit les yeux et apparut devant nous un certain dieu de la guerre, horrifié une fois de plus qu’on l’accuse de sentir mauvais:
–Vous devriez changer de disque parfois, ça vous ferait moins de rides !
Tata Calli: –Tu viens te fourrer dans la gueule de la chauve-souris.
A: –Pas vraiment. En fait, j’aimerai passer un accord avec vous...
Tata Calli: –Quel genre d’accord ?
A: –Le genre qui ne se refuse pas.

La suite n°23:
La: –Ne l’écoutez pas ma Reine, c’est un piège.
Tata Calli: –Cela suffit, Labulle.
Je restai spectatrice d’une scène qui me surprenait encore.
La: –Ma Reine, je vous en prie.
Tata Calli: –Quand dis-tu Louise ?
Loulou tourna autour du dieu et s’exprima: –Je pense qu’on peut lui faire confiance.
Tata Calli: –Alors ? Que nous proposez-vous ?
A: –J’accepte de vous rendre la dague si vous laissez partir les deux demi-portions (nous visant, Potidaya et moi).
La: –C’est très simple.
Tata Calli: –Labulle ! Rappelez-moi chères fils et fils de la punir après notre vengeance !
Tata Calli approcha d’Arès, elle fit signe aux vampires qui nous tenaient de nous lâcher et elle tendit sa main droite afin de récupérer l’arme: –Donne la moi.
Arès s’approcha et la poignarda en plein ventre: –Marché conclu.
Labulle courut prendre la Reine dans ses bras avant qu’elle ne tombe parterre: –Non ! Traître !
A: –Et ! Elle m’a demandé de la lui donné non ? C’est ce que j’ai fait ! 😁
Mais Arès avait l’air étonné, tout comme nous et les vampires, que Tata Calli ne meurent pas. Ses canines disparurent. Tout comme celles des autres vampires. Ils redevinrent humains.
Tata Calli: –Non ! C’est impossible !
La: –Ma Reine..
La Reine se releva et frappa Arès, en vain, de toutes ses forces et puis s’effondra en pleurs dans les bras de Labulle.
Le sortilège ayant prit fin, Loulou retrouva ses esprits et nous demanda ce qu’elle faisait là.
Arès nous confia, qu’il valait mieux sortir avant que ça finisse mal, avant de disparaître. À part Labulle et Tata Calli, tous les autres même XGFlo avait perdu la mémoire.
Ils coururent tous vers la sortie.
Labulle aida Tata Calli à sortir mais elles étaient trop sonnés pour se rendre vraiment compte qu’elles n’étaient plus vampires, plus immortelles..
Dehors..
M: –Je ne comprends pas ce qu’il s’est passé.
P: –Moi non plus !
Loulou avait gardé ses dessins: –Pourquoi ai-je dessiné ça ?
M: –C’est une longue histoire.
Labulle et Tata Calli sortirent les dernières.
Tata Calli nous accusa. Comme si on y était pour quelque chose.
Soudain, Ilyx arriva avec ses courtisanes, Najara et Nikotine.
Loulou serra les poings et se plaça devant Poti et moi.
Mais Ilyx fit un signe de tête. Elle nous remercia:
–Merci d’avoir sauvé ma fille.
L&P&M: – ??????????
Ilyx: –Le “C” sur la porte signifie Calli. C’est ma fille.
Tata Calli avait l’air tellement perdu que mère ou pas, elle a fondu dans les bras d’Ilyx.
M: –Je ne comprends pas ! Pourquoi avoir essayé de nous tuer ?
I: –Je n’ai jamais voulu vous tuer ! Mais je savais que si je vous disais la vérité, vous ne m’auriez pas cru !
P: –Xena vous aurait cru ! Vous avez mit nos vies en danger.
M: –Loulou a failli y rester et..Schild !
L: –Quoi Schild ?
P: –Elle avait disparut elle-aussi.
Mais Ilyx nous rassura. Elle affirma que Xena, avec l’aide de l’amazone, Leïla avait vaincu la vieille bique qui n’était autre qu’Alti et que d’une minute à l’autre, elles allaient réapparaître.
Ilyx nous expliqua qu’elle était vampire avant, c’était elle la Reine avant Tata Calli. En fait, la légende était faussée. Zeus a voulu protéger les mortels des vampires. Il ne les a pas tué, il les a rendu humain. Mais Ilyx lui avait demandé d’épargner sa fille. Elle lui avait promit qu’elle ferait tout pour pas qu’elle fasse du mal autour d’elle. Mais elle avait échoué.
Dans son enfance, la petite Calli avait du être abandonné par sa mère, laissée dans cette grotte car trop dangereuse pour la population.
I: –Rappelez-vous de la règle numéro 5..
P: –Ne jamais perdre son sang froid..ça veut dire quoi ?
I: –Le sang des vampires...et des immortelles est plus souvent froid que chaud.
P: –J’ai toujours pas compris.
M: –Les amis sont parfois très utiles. Loulou tu avais le sang froid, il ne fallait pas te perdre. Tout comme Arès..qui nous a aidé. Ça veut dire qu’il faut toujours entretenir une amitié coûte que coûte, il ne faut jamais laisser tomber une amie.
Ilyx acquiesça.
L: –Tu m’épates sur ce coup.
Je baissa la tête, je n’avais pas l’habitude des compliments.
*********************Quelques heures plus tard ^^
Xena était revenue avec Gabrielle, Gabby et Schild. Elle nous raconta l’histoire de Leïla. Elle a du repartir chez les amazones mais elle avait été très courageuse. C’était grâce à elle que Schild avait été sauvé et d’un certain côté, Loulou aussi.
Ilyx savait qu’on était pas d’ici:
–Vous devriez retourner chez vous, vous allez vous attirer des ennuis. Les rumeurs vont courir vite.
G: –On leur fera un croche-patte avant qu’elles n’atteignent qui que ce soit.
😁
On se mit à rires. Mais on espérait toutes rentrer chez nous.
I: –Vous devriez continuer votre route, à dix kilomètres environs, il y a un village, Vancouver.
Spoiler:
 
M: –Comme une ville au..
Loulou me fit signe de me taire. Le Canada, ils connaissent pas...encore !
I: –Il y a une cartographe là-bas, vous n’avez qu’à lui dire que vous venez de ma part. Elle pourra vous aider à rentrer chez vous.
On afficha toute une grand sourire. Rentrer chez nous. Après tout ce qu’on venait de vivre c’est la première chose à laquelle on pensait.

Suite n°24:
Deux jours plus tard, nous partîmes en direction de Vancouver. Labulle était restée avec Tata Calli.. On espérait toute qu’elles seraient heureuse ensemble et que les morsures resteront superficielles et...intimes ? Very Happy
Avec l’autorisation de Xena, nous montâmes chacune notre tour sur Argo II, jusqu’à être arrivées au village.
Nous ne voulions pas partir sans avoir fait ça. Et puis il y eut beaucoup de moments de complicité. Même si on était déçue de ne jamais avoir pu prendre un bain avec Xena et Gabrielle. J’entendais toujours le hurlement du loup la nuit. Mais j’avais appris à m’y faire.
Arrivées à Vancouver au petit matin...
Le village était calme, malgré le marché aux fruits, légumes et épices qui était installé sur la grande place.
Xena attacha Argo II près d’une auberge. On vit la pancarte du cartographe mais on fut perturbée par une drôle de musique.
Il y a avait une masse de monde qui entourait trois personnes; il y avait une musicienne dont l’oreille musicale ne faisait aucun doute, elle jouait de la lyre. Il y avait un homme qui récitait un poème d’une beauté inégalée, et une femme qui dansait avec la grâce d’une étoile.
On s’approcha, intriguée par cette musique, ce texte et la danse qui vivaient en parfaite harmonie.
On écoutait le poème: “Je murmure a la lune , et lui raconte mon amertume
Je lui murmure ce qui me détruit ,
tout ce que je ne peux normalement pas dire ...
Je lui dis que j'aime dans un silence le plus total ...
J'aime d'un amour inconditionnel...
Cet amour me brûle , me consume....
Je t'aime , Toi qui ne le sais pas ....
Toi que je regarde avec admiration....
Toi qui dans un secret est ma plus grand passion ...
Oh ma lune ... Aide moi ....
Murmures moi des mots ....
Oh ma lune entends moi ...
ce soir je viendrai a tes coté....
Ce soir je mourrai...
Je m'envolerai pour m'endormir dans tes bras, si paisible ..
Pour te rejoindre oh ma bien aimée ...
Oh toi mon plus beau secret ...."

Tout le monde applaudit et Xena s’approcha du groupe: –C’était vraiment très bien.
Gabrielle était encore toute retournée: –Comment vous appelez-vous ?
L’auteur du poème se leva: –Je m’appelle Zeka. Voici Achéron (montrant la jeune fille jouant de la lyre avec perfection) et voici notre danseuse, Armarice.
Ga: –Quel est le titre que tu as donné à ton poème ?
–Mon secret de Lune.
Ga: –C’est très beau. Puis-je te parler ? Je suis barde et j’écris aussi..
Gabrielle et Zeka partirent de leur côté tandis que Xena nous rappela pourquoi nous étions ici.
Armarice et Achéron parlèrent un peu avec nous. Nous étions ébahie par la beauté d’Armarice. Que ce soit quand elle danse ou dans sa manière de parler. Si douce, si posée. Achéron était la plus jeune de la troupe mais elle maniait les instruments mieux que quiconque.
Schild, Potidaya et moi restâmes avec elles.
Xena partit avec Gabby chez le cartographe.
*********************(changement de point de vue)
Une fois la porte passée, j’eus la surprise, à mon avis comme Xena de voir que le cartographe était en fait...une femme !
–Des clientes ! Ça faisait longtemps !
Xena, étonnée: –C’est vous qui tenez cette boutique ?
– Ça vous pose un problème ?
G: –Au contraire ! C’est juste que c’est étrange ! Mais dans le bon sens hein !
X: –C’est ce que je voulais dire.. Dit-elle d’un ton ironique parce que Gabby lui avait coupé la parole.
–Je suis cartographe depuis longtemps, je m’appelle Kaori ! J’adorais les puzzles petites alors j’ai décidé de reprendre ce boulot !
X: –Des puzzles ?
G: –Oh oui! Tu prends une carte, tu l’as découpe en mille morceaux, tu mélanges et il faut que tu l’a refasses.
X: –Où est l’intérêt ? Si c’est déjà découpé la carte ne peut plus être lut correctement.
Kao: –C’est un amusement..
X: –Bon, on a pas beaucoup de temps nous venons de la part d’Ilyx..
Kao: –Ilyx ??
Elle sortit une épée, cachée sous le comptoir et menaça les deux femmes.
G: –Vous ne portez pas Ilyx dans votre coeur ?
Kao: –Non..elle..
X: –Oui ?
Kao: –Elle n’a jamais voulu goûter au gâteau que j’avais fait spécialement pour elle !

A suivre...

Suite n°25:
*************************(changement de point de vue)
X: –C’est une plaisanterie ?
Kao: –Non.
X: –Baisse ton épée..nous voulons juste..
Elle baissa son épée, partit sans dire un mot dans l’arrière-boutique et sortit un énorme gâteau au chocolat surmonté de framboises.
Kao: –Vous venez pour le goûter ???
G: –Je ne dis pas non.
X: –Et..
G: –Quoi ? J’adore le chocolat et les framboises.
Kaori posa le gâteau sur le comptoir et coupa trois parts. Gabby engloutit la part pendant que Xena y allait petit bout par petit bout, en sortant bien la langue ! 🇬🇧
Kao: –Alors ?
Gabby fit mine d’aimer mais elle avala tout rond.
X: –C’est délicieux ! Délicieux !!
Kao: –Oh mais j’y penses ! Vous n’allez sans doute par rester cette nuit ! Il faut que je vous l’emballe !
Pendant qu’elle alla chercher un sac de toile, Xena et Gabby crachèrent dans un coin de la boutique...
G: –C’était dégueulasse !
X: –Dégueulasse. Tiens j’aurai apprit un nouveau mot.
Kaori revint, mit le gâteau dans un sac qu’elle tendit à Gabby.
X: –Nous venons pour une carte.
G: –Nous ne sommes pas d’ici et nous aimerions rentrer chez nous.
Kao: –Je vois.
Elle sortit une carte, presque au hasard et l’a déroula.
Xena reconnut l’endroit, il s’agissait de la plaine qu’elle avait entrevu à la sortie du village, au Nord: –Il n’y a qu’une plaine dessinée.
Kao: –Et une phrase, en-dessous.
Gabby lut la phrase: –Règle numéro six: Ceux que tu as croisé sur ton chemin, tu n’oublieras pas... J’en ai marre de cette histoire de règle.
X: –C’est pourtant simple à comprendre. Nous devons aller dans la plaine et réunir tout ceux que vous avez croisé depuis que vous êtes arrivées ici.
G: –Mais comment ? Par intervention divine ? Et après ?
X: –Une fois que tout le monde est réunit, que se passera-t-il ?
Kao: –Je ne sais pas. À vous de le deviner.
Elle repartit dans l’arrière-boutique. Xena aurait bien voulu lui arracher le coeur et le cou avec ces devinettes sans queue ni tête.
Finalement, elles quittèrent la cartographe en prenant la carte qui ne leur serait pas très utile mais bon. Ah et j’oubliais, sans compter le gâteau..que Gabby s’empressa d’aller offrir à Loulou comme cadeau très personnel.
Loulou ne le prit pas mal et c’est bien ce que voulait Gabby. Tenter de s’amuser dans un monde qui n’était pas prêt de nous accepter.
Loulou se baladait au marché, elle n’avait pas d’argent, mais elle flânait.
**************************(changement de point de vue)
Xena vint nous chercher et rappela Gabrielle. Elle récupéra Argo II et nous annonça qu’il fallait marcher jusqu’à la grande plaine, au-delà des maisons..
C’était parti.
Arrivées sur la plaine, on s’assîmes sur un tronc d’arbre mort. Personne n’osait parler. Gabby nous raconta ce qu’il s’était passé chez la cartographe. Xena et Gabrielle parlaient ensemble.
On se croyait à l’abri de tout, jusqu’à ce que trois cavaliers, ou plutôt devrais-je dire cavalières approchèrent de nous.
Elles étaient sur de magnifiques chevaux de robes noires ou blanches.
Leur assiette était parfaite. Je les enviais.
La première commença à parler, elle s’adressait à nous, les étrangères:
–Je m’appelle Whiti, seigneuresse de Melas, voici Lulanne, chef de guerre d’Entrechats, et Anaïs, ma plus grande et efficace guerrière.
X: –Que voulez-vous ?
W: –Ce n’est pas à toi que je m’adresse, Xena.
X:–Comment vous..?
Lulanne: –Votre réputation, tout comme celle de Gabrielle, est légendaire.
Anaïs: –Assez discuté, nous venions vous prévenir que nos deux armées vont arriver.
Ga: –Et alors ?
W: –Elles viennent pour les tuer, elles !
J’eus un horrible pincement au coeur. Non ce n’était que le début de la fin.
On devra se battre, une ultime fois. À la fin, la mort nous y attendra certainement.

A suivre...

Suite n°26:
Les trois cavalières partirent en direction de l’horizon, rejoindre leurs troupes, prêtes à charger sur cinq pauvres jeunes femmes.
Gabby ne comprenait pas. Si les trois cavalières voulaient nous tuer, pourquoi elles ne l’ont pas fait ? Nous ne savons pas nous battre.
On tournait en rond. Xena ne savait pas quoi faire et les cavaliers s’apprêtaient à charger.
L: –Nous pourrions fuir ?
X: –Non, Kaori nous a guidé ici pour une bonne raison.
G: –“Ceux que tu as croisé sur ton chemin, tu n’oublieras pas...”
S: –Il faut rappeler tout ceux qu’on a croisé.
G: –C’est ce que Xena avait dit. Mais c’est impossible. On mettrait trop de temps.
Ga: –Nous n’avons qu’a demandé à Aphrodite et Arès. En quelques minutes, ils seraient capable de ramener tout ce beau monde !
P: –Alors c’est parti ! Rappelons-nous ceux que l’on a croisé.
M: –En premier, on est arrivée à Loutraki.
G: –Nous avons rencontré Alti, qui avait tué une amazone.
S: –Leïla.
G: –Oui, Leïla.
L: –Je vais chercher Kaori, Armarice, Achéron et Zeka, ils sont encore au village.
Ga: –Aphrodite !
À l’appel de Gabrielle, Aphrodite apparut devant nous, une noix de coco en main rempli de jus de fruit.
G: –Qu’est-ce que tu fais avec ça ? Les déesses ne boivent pas !
Ap: –C’est pour le style, Gabby.
Ga: –Il faudrait que tu nous ramènes quelqu’un..
M: –Des personnes plutôt, profitons-en pour ramener toutes les amazones qui nous ont aidé !
Ap: –Je vous écoute ! Mais vous allez me faire rater ma manucure.
P: –Leïla, Malvinas, Melo.
Ga: –Dépêches-toi Aphrodite !
Elle disparut aussitôt.
X: –On passe à Arès..
G: –Je t’en prie.
Xena l’appela et il apparût, toujours le sourire aux lèvres.
A: –Quoi ? J’entends que vous avez encore besoin de moi ?
X: –On a pas beaucoup de temps, alors épargne-nous tes phrases égocentriques.
M: –Il faudrait aller chercher, Xélore et Tony !
A: –C’est quoi ça ?
X: –Qui ! Imbécile. Ceux dont je t’ai parlé quand Gabby avait perdu la raison.
A: –Ah ! Fallait le dire tout de suite !
X: –Attends ! Ramène aussi Ilyx, Najara, Nikotine, Xgflo, Tata Calli et Labulle.
A: –La commande est terminée ?
X: –Oui, allez dépêches.
Au moment où Arès disparut, Aphrodite revint, avec les trois amazones, armées, prêtes à nous aider. Gabrielle confia une nouvelle mission à Aphrodite, ramenez Solan-Angel et Ionneal.
Les cavaliers commençaient à charger.
Xena nous demanda de reculer. Ceux qui savaient combattre en première ligne, et les autres en arrière.
Ils étaient un millier. Nous n’avons aucune chance. À la lisière de la forêt, à ma gauche, j’entendis une nouvelle fois son cri, et cette fois-ci je vis l’animal. Un magnifique loup, blanc comme la neige, avec un oeil vert pomme et l’autre bleu océan. C’est comme si, il était notre guide. Depuis le début je l’avais vu. Comme si, lui aussi avait envie de nous aider.
Loulou revint avec Kaori, Achéron, Armarice et Zeka. Ils s’installèrent à l’arrière sauf Kaori qui attendait avec impatience cet instant. Elle voulait en faire un puzzle pour ne jamais oublier.
Arès arriva à son tour, et nous eûmes la surprise de découvrir Xélore, avec une petite fille aux longs cheveux châtain. Il était en train de s’engueuler avec elle.
Xena remercia Arès et lui communiqua quelque chose, mais j’étais trop loin pour entendre.
M: –Xélore ! Qui est-ce ?
Xé: –C’est ma petite soeur, Gomez. Elle est trop chiante, elle voulait pas que je l’a laisse à la maison.
S: –C’est trop mignon.
Xé: –Non pas mignon du tout !
Ga: –C’est une enfant ! Elle ne peut pas rester là !
Gomez: –Je ne suis pas une enfant !
Ga: –Ecoute, petite, tu..
Gomez: –JE NE SUIS PAS PETITE !!!!
Elle hurla si fort que j’en ressentis des frissons.
Gabrielle respira un bon coup: –D’accord ! Très bien ! Reste !
Elle alla voir Xena, espérant qu’elle allait l’a soutenir.
Ga: –Xena..tu..
Xena se mit face à Gabrielle, posa sa main sur son visage:
–Gabrielle, je crois que c’est la meilleure solution. Fais-moi confiance.
–Je te ferais toujours confiance, Xena.
Elle prit Gabrielle dans ses bras :df:
C’est bon... tout le monde est là...
Les cavaliers chargent. Gabrielle sortit ses sais de ses bottes, Xena son épée, les amazones armaient leurs arcs.
Je fus surprise de voir Tata Calli, si proche de Labulle. Quand elles parlaient, j’entrevis leurs bouches et je revis les mêmes canines, qui avaient pourtant disparut.. Qu’est-ce que cela voulait dire ?
Je réfléchis et je pensais avoir comprit... Nous n’avions jamais vérifié si Ilyx était vraiment humaine. Et si elle les avait remordue ? C’était l’explication la plus plausible.
Le loup s’approcha de nous. J’étais la seule à le voir.
La terre trembla, je commençais à entendre les hennissements des chevaux.
Ils étaient trop nombreux. Xena et Gabrielle combattirent ensembles, elles s’en sortaient bien. Mais ils se rapprochaient de nous, un peu trop rapidement...
Je reculai encore, et encore !
Peut-être un peu trop. Potidaya était restée en première ligne, épée en main qu’elle avait piqué à un guerrier. Elle commença un véritable carnage.
–Poti reviens !!!!!
Le temps était comme suspendu, l’action au ralentit..
Un guerrier à cheval approcha de Potidaya et sans aucune compassion ou hésitation, lui trancha la tête...

A suivre...

Suite n°27:
–Non !! Poti !!
Je n’entendais plus les cris, ni les pleurs des autres. Mon coeur se pinça. J’ai voulu récupérer la tête de Poti, l’horreur me prit aux tripes. Mais son corps, et sa tête disparurent. Je l’a cherchai sur le sol, je retournai la terre. Elle n’était plus là. Je m’effondrai en pleurs et ne vit pas, que j’étais aussi en danger. Loulou sauta sur le guerrier voulant me tuer, mais il l’a repoussa et lui enfonça son épée dans le ventre. Le sang coulait au niveau de son bassine et sortait de sa bouche.
Il retira son épée, ensanglantée et hurla comme s’il avait gagné la bataille.
Loulou tomba, je m’approchai d’elle mais c’était trop tard. Elle me regarda dans les yeux. Je vis une larme coulée le long de son visage. Elle n’avait pas peur, elle semblait soulagée. Le dernier souffle de sa vie partit. Et elle disparut. Je ne cherchai pas à comprendre mais je voulais que cette tuerie cesse.
Je pris l’épée que Potidaya avait laissé tomber parterre. Je l’a brandis, hurlant de toutes mes entrailles.
À ma droite, Gabby était en grande difficulté, elle protégeait Schild mais quatre guerrières l’entouraient. Elle savait se battre. Mais elle commençait à fatiguer. Je ne savais pas comment on se servait d’une épée, surtout qu’elle était lourde. Tant pis, je m’avançai vers Gabby, l’épée tenue par ma main gauche et je me découvris une nouvelle vocation.
Les cris fusaient de part et d’autre. Mais le temps semblait toujours au ralenti.
Je vis Xélore et Tony frapper les quelques hommes qui s’approchaient d’eux. Zeka utilisait des branches d’arbres, Armarice les foulards avec lesquels elle dansait, Achéron explosa sa lyre..
Je vis les bacchantes en pleine action. Tata Calli mordait les hommes, les un après les autres, mais ils ne devenaient pas bacchants, ils mourraient.
Ilyx était la seule qui ne combattait pas. Elle observait, tout comme Kaori.
Arriva le moment où Lulanne, Anaïs, et Whiti chargèrent sur nous.
Xena et Gabrielle étaient trop occupées de leur côté pour nous protéger. On devra se débrouiller sans aide.
Je fonçai, tête baissée sur Whiti, Gabby fonça sur Lulanne et Xélore fonça sur Anaïs...
Whiti brandissait son épée afin de me trancher la gorge mais je fus basculée sur le côté..
Lulanne cabra son cheval devant Gabby, l’a faisant tomber à terre et la piétina jusqu’à ce que son corps disparaisse comme les autres...
Anaïs assomma Xélore, mais ne le tua pas et chargea sur Schild, que plus personne ne protégeait.
Je me relevai et vit que c’était le loup qui m’avait sauvé la vie..
Je courus protéger Schild mais Whiti descendit de cheval et me bloqua la route. La rage remplit mon coeur et mon âme. Je tua Whiti lui enfonçant mon épée en plein coeur. Mais j’arriva trop tard pour Schild...
–Schild !!
Je réalisa un carnage en tuant Anaïs et Lulanne et avant que Schild ne rendit son dernier souffle, elle déclara:
–Merci. La dernière règle est “pour que ton monde s’ouvre devant toi.”
–Non, Schild ! Je t’en prie reste avec moi.
Trop tard. Ses yeux se refermèrent. Et elle disparut.
Le loup se replaça devant moi. Comme s’il attendait quelque chose.
–Qu’est-ce que tu veux ??
Je m’effondrai devant lui. Il vient me lécher la main..
Je me rappelai les règles six et sept: “Ceux que tu as croisé sur ton chemin, tu n’oublieras pas...pour que ton monde s’ouvre devant toi..” J’ai oublié quelqu’un.
Le loup fit un signe de tête. Je regardai ses yeux qui me transperçaient:
–Aska ! C’était toi, Aska !
Le loup disparut et j’hurla au ciel que j’avais compris..et qu’à présent tous ceux que j’avais croisé, qui nous avaient aidés, étaient présents, aujourd’hui, sur le champ de bataille..
Je ferma les yeux et ressentis une douleur au ventre. On venait de me tuer...


*************************
Samedi midi. Le lendemain du Xena Show.
Gabby se réveilla, elle s’assit sur les fesses et vit que ses mains renfermaient des coeurs en pétales de roses.
Schild se réveilla assez tôt, elle s’étira, se leva et mit ses lunettes sur le nez. Mais elle ne voyait plus rien. Elle les retira et s’aperçut que sa vue était devenue parfaite. Elle voyait très bien.
Potidaya ouvrit les yeux devant sa charmante moitié. Elle avait beaucoup d’amour a donné et ressentait une force l’envahir. Elle découvrit sur sa table, un arc et des flèches comme les amazones.
Loulou se réveilla, son amour à côté d’elle. Elle découvrit qu’elle avait dormi avec l’un de ses dessins. C’était décidé, pour elle. Il fallait qu’elle dévoile son talent au monde entier.
Je me réveilla et me leva, presque instantanément. Sous la couette, je découvris une épée et redécouvrit le sens de ma devise: Carpe Diem.

FIN.
Grand Merci à tous les xénites de Xena immortal que j'ai remercié sur XI, et aux xénites d'ici, Labulle, Calli, Xélore, Prue, Miss Tagada ^^ pour votre soutien et vos encouragements, merci !

Arf: je viens de m'apercevoir que j'avais deux suites n°23 ^^ bon tant pis ^^ =) on va dire que le dernier chapitre est l'épilogue !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Dim 30 Jan 2011 - 16:59

I love you Je t\'aime LOVE gros bisous je t\'aime meuhh trop beau elle est trop... elle est trop... elle est trop... elle est trop...

J'ai adorée oh magnifique barde.

Gabrielle la barde combattante à du mauvais sang à se faire, tu la surpasse de beaucoup sur les fics et les combats Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Dim 30 Jan 2011 - 17:05

N'exagérons rien Labulle ^^ Razz C'était ma première fic ^^ j'attaque en ce moment la prochaine ^^ =) qui va réserver plus d'une surprise =) merci pour tes compliments !!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Dim 30 Jan 2011 - 17:08

Tout comme ma bubulle j'aiiiiiiiiime ta première fanfic cheers cheers trop beau trop beau !!!!!!!!!! Tu as beaucoup de talent il faut l'avouer sinon qui le fera Je t\'aime Very Happy !!!!!!!!!!!!!!!!..........
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Dim 30 Jan 2011 - 17:09

Sache que je n'exagère pas. Je dis ce que je pense c'est tout ma belle I love you
Revenir en haut Aller en bas
Mango
The Dark Harpy ¤ Le Créateur
avatar

- Scripts : 10082
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 06/11/2010
Localisation : Dans un monde pure sans problèmes
Points : 10677
Image :

MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Dim 30 Jan 2011 - 17:22

J'adore super ta fic !!!! bravooo bravooo félicitation félicitation félicitation félicitation félicitation félicitation félicitation félicitation félicitation 10 10 oui c\'est ça oui c\'est ça

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



Revenir en haut Aller en bas
http://legends-xena.forumgratuit.org
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   Dim 30 Jan 2011 - 17:28

ouaou tout ces compliments !! Shocked Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed Shocked
j'ai jamais reçu autant de compliment qu'avec vous, deuxième famille. mes chers xénites je vous fais de gros bisous !!!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au-delà du réel...[TERMINEE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Au-delà du réel...[TERMINEE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Stevens, Shane] Au-delà du mal
» [Lovecraft, H.P.] Par-delà le mur du sommeil
» Titanic, au delà d'une malédiction
» MAMMUTH Réalisé par Gustave Kervern, Benoît Delépine
» Au-delà (de Clint Eastwood)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Power > Pretty Little Liars :: Le Flood :: Des Fics-
Sauter vers: