Power > Pretty Little Liars
Bonjour à toi !

Bienvenu sur le forum Legends of Xena, tu pourras y découvrir l'actualité concernant la série Xena, Charmed et Legend of the Seeker ! Ce forum est également un lieu de partage et de découverte. N'hésite pas à t'inscrire !



 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lucy et Renée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Lucy et Renée   Dim 23 Jan 2011 - 20:06

Disclaimer : les personnages de la série Xéna sont la propriété de Renaissance Picture et Universal

Violence : Léger

Sexe : Non

Humour : Un peu


Lucy et Renée

Lucy prenait son poste au commissariat d’Amphipolis, elle avait 23 ans les cheveux noirs corbeaux, des yeux d’un bleu hypnotique.

Dès qu’il la vit, son boss Robert lui demanda de venir à son bureau.

RO - Lucy on a un gros problème, deux gosses sont morts d’overdoses ça fait 10 morts en une semaine. Le proc est sur mon dos, j’ai décidé de te donner le dossier, choisis les coéquipiers que tu veux.

Lucy sortit du bureau de son chef, alla s’asseoir à son bureau et examina le dossier d’une dizaine de policiers, trois sortirent du lot :

Ted 23 ans un petit génie en informatique, un vrai geek.

Jennifer 23 ans qui manie les arts martiaux comme Bruce Lee.

Danielle 26 ans qui parle couramment 5 langues et a grandi dans un ghetto.

Le groupe enfin réuni la mission pouvait commencer.

RO - Bon le chef de ce gang s’appelle Kevin il a 27 ans. Il a une couverture officiel de représentant à l’ONU, alors pas de gaffe les enfants c’est compris, on n’a droit qu’a un seul essai.

T - Est-ce qu’il a un casier judiciaire ?.

RO - Non il est blanc comme neige.

J - Il a combien de cadavres supposés à son actif ?

RO - Je ne sais pas, mais il y en une que je connaissais personnellement, il s’agit de l’officier Rebekah Mercer qui à enquêté sur Kevin. Tout ce que vous allez lire vient des renseignements qu’elle a pu récolter avant de mourir.

D - Est-ce que quelqu’un d’autre que nous connaît le véritable visage de cet homme ?.

RO - Non Danielle, nous sommes les seuls à connaître la vérité, je préfère taire mes découvertes.

L - Ok chef, on fera attention à ce que rien ne filtre hors de notre équipe.

RO - Allez à la boite de nuit l’Olympe des dieux, plusieurs hommes de mains de Kévin y vont très régulièrement.

Les quatre policiers partirent en direction de la boite de nuit non sans s’être changé. La fête bâtait sont plein dans la boite de nuit. Lucy remarqua très vite le manège de trois personnes vendant des produits illicites.

Elle attendit qu’ils sortent sortis fumer une clope, pour s’occuper d’eux.

L - Alors les gars, on revend de la blanche ce n’est pas bien tss pas bien du tout.

« C’est qui c’est gonzesse ? Apprenons-lui les bonnes manières les amis».

Elle réussit avec peu d’efforts à mettre les 3 malfrats à terre, lorsque soudain elle reçut un coup sur la tête.

« Dites les gars, vous devriez faire un peu plus attention à vous, je ne serais pas toujours derrière vous. Bon qu’avons-nous là Lucy 23 ans, poulet ah il fallait bien que tu es un défaut ».

Un des gars braqua son arme sur la tempe de la fliquette avec l’idée de tirer, mais fut stopper par la personne qui venait de leur sauver la vie.

« Ne la tue pas idiot ou tous les flics du coin vont rappliquer ici comme des mouches. Et je ne crois pas que Kev soit heureux de leur visites ».

Bien que sonnée, Lucy ne perdit pas une miette de la conversation, la voix de son mystérieux agresseur était indéniablement celle d’une femme. Elle put entendre l’un des hommes appeler la femme Renée.

Mais elle n’arrivait pas à ouvrir les yeux, pour pouvoir l’identifier. Dix minutes plus tard Ted, Jen et Daniel retrouvèrent Lucy derrière la boite de nuit, toujours à demi-insonsciente.

J - Lucy !! Lucy réponds !! Lulu ça va ? Que s’est t’il passé ?.

L - C’est bon… Ouch… J’ai bien dérouillée, mais elle ne perd rien pour attendre.

Ils retournèrent au poste faire leurs rapports.

RO - Lucy bon sang !! Qu’est ce qui t’ès arrivé ? T’as l’arrière de la tête ensanglanté qui t’a fais ça ?.

L - J’aimerais bien le savoir, moi aussi, elle m’a prise par derrière la lâche.

RO - Tu as pu voir comment elle était ?.

L - Non mais je suis quasiment sur que nos chemins vont se recroisés, car elle a l’air de connaître Kevin.

Quelques jours plus tard, une perquisition dans les locaux d’un immeuble appartenant officieusement à Kévin fut approuvée.

Lucy fouinait dans les différentes pièces, tandis que Ted essayait de craquer un ordi.

Une femme environ 1m 65, les cheveux blonds, des yeux verts émeraudes entra dans la pièce et se présenta comme l’avocate du groupe incriminé.

« Bonjour Maître Raya Andresson, l’avocate de Xena institut,
j’aimerais voir le chef des opérations s’il vous plaît ».

L - C’est moi Maître Andresson, nous avons reçu des appels nous indiquant que cet endroit cachait un arsenal militaire.

« Un arsenal militaire, vous devez vous tromper Officier, cet endroit est un lieu paisible dont le seul but est d’aider les gens dans le besoin ».

L - J’aimerais vous poser quelques questions Maître. Depuis combien de temps cet institut est ouvert et qui sont les gens qui y viennent ?.

« Je… Cet institut a ouvert il y a 3 ans et les gens qui y viennent sont les personnes que tout le monde préfère oublier si vous voyez ce que je veux dire. Si vous souhaitez je peux aller vous cherchez la liste complète des inscrits ».

L - Oui cela m’aiderait, je pourrais plus rapidement les interroger.

L’avocate partit chercher les papiers, qui se trouvaient 2 étages plus bas.

L - Alors Ted tu t’en sors avec cet ordinateur ?.

T - Oui dans quelques minutes tu auras toutes les vidéos de cet institut. Eh mais que se passe-t-il je suis en train de perdre toutes les infos qui sont sur le pc.

L - Arrête tu dis ça pour blaguer Ted !! Qui pourrait faire ca, on a quadrillé le bâtiment ?!!.

T - Lucy je…désolé mais j’ai tout perdu, la seule chose que je peux te dire, c’est que la personne qui a fait ça est dans le coin.

Un policier approcha de Lucy et lui tendit une enveloppe :

« Tenez l’avocate m’a demandé de vous donner cette enveloppe ».

L - Ah on n’a pas tout perdu heureusement.

Elle l’ouvrit et poussa une gueulante phénoménale.

L - La sale chienne c’était elle, dire que je l’avais devant moi, la prochaine fois que je la rencontre je lui explose la tête.

D - Houla calmos Lucy y a quoi dans cette enveloppe ?.

L - Tu veux savoir, écoute bien :

Officier, j’espère que vous ne tiendrez pas rigueur du coup que je vous ai donné sur le parking arrière de la boite de nuit…fin de citation !!.

L - Bon le point positif est que je pourrais la reconnaître n’importe où maintenant. Allons retrouver Jen, elle a dû retrouver des armes j’en suis sûre.

Ils arrivèrent dans la pièce où se trouvaient Jen et plusieurs policiers. Et à sa grande stupéfaction elle découvrit tous les policiers menottés et Jen attachée et bâillonnée à une chaise.

L - Jen !! Dis-moi ce qui s’est passé ici ?.

J - Une femme, elle est entré et à mis ko tout le monde, ensuite elle a pris toutes les armes que nous avions trouvées et après elle s’est éclipsée.

L - Je suppose qu’elle était blonde et pas très grande?.

J - Tout à fait, comment tu le sais ?.

L - Oh j’ai deviné quelle surprise !! Bon rentrons au commissariat avant que je pique une crise de nef.

L - Chef on a un sacré problème sur les bras. La femme qui ma frappée à l’Olympe des dieux et mouillée dans notre enquête.

RO - Raconte moi ça Lucy je t’écoute.

L - Elle a réussi à rendre obsolètes les infos que nous aurions pu avoir sur le pc et en plus elle a aussi réussi à nous rependre les armes.

RO - Tu as pu enfin voir son visage ?.

L - Oui je vais de ce pas faire son portrait robot et j’en profiterais pour voir si elle a un casier judiciaire.

L - Me revoilà, alors elle ne s’appelle pas Raya mais Renée elle à 21 ans et un casier judiciaire aussi long que mon bras et bien évidement elle est inconnue de l’ordre des avocats !!. Vol à l’étalage, rébellion à un agent de la force de l’ordre, possession de stupéfiants. Tapages nocturnes et j’en passe.

J - Eh bien c’est un sacré numéro cette femme.

L - J’allais oublier elle a fait deux ans de taule, quand elle était mineure alors faites attention elle est très dangereuse.

Pendant ce temps dans la maison de Kévin :

K - Tu as fait des merveilles Renée, j’aurais voulu être là quand la flic a lu ton petit mot.

R - Hi j’ai un énorme sens de l’humeur que veux-tu.

K - J’ai une cargaison qui va arriver, je voudrais que tu sois là, je serais rassuré de te savoir présente.

R - Ok mais n’oublie pas ma petite enveloppe, j’ai besoin de faire des emplettes.

K - Ne t’inquiète pas je sais être généreux avec ceux qui m’aident.

La cargaison était là, avec Renée aussi elle sentait que quelque chose clochait :

R - Dis mon gars t’aurait pas moufté aux flics par hasard, je trouve que ça sent le poulet à 5 kilomètres !!.

« Non je… qu’est ce qui… »

Soudain des policiers entourèrent le hangar.

R - Tss ce n’est pas beau de mentir mon petit, bon les gars il est l’heure de dire au revoir aux gentils flics.

Elle regarda un de ses hommes de main, lui fit un signe et tout d’un coup une armada de journalistes firent leurs entrées.

L - Mais non de dieu c’est quoi ce foutoir, ils sortent d’où ses sangsues ?.

Tout ce bazar donna le temps qu’il fallait à Renée et les sbires de Kevin pour s’enfuir tranquillement.

Lucy bouillonnait de rage, elle s’approcha d’un des journalistes et lui demanda ce qu’il foutait là.

« Nous avons été prévenus qu’un groupe de policiers se réunirait ici et qu’ils y retrouvaient des gangs avec lesquels ils trafiquent pour revendre de la dope».

L - Je vois !!!, Et bien je vous félicite, vous venez de bousiller une tentative de flag contre un gang dangereux.

RO - Bon j’ai réussi à faire interdire tout écrit sur ce qui c’est passé à l’entrepôt. Maintenant je veux que vous mettiez tous vos efforts pour mettre HS Kevin et sa troupe.

J - Il faudrait choper cette Renée mais elle est imprévisible et introuvable.

L - Oui je suis sûre que si on la chope le reste sera facile.

Cinq jours étaient passés sans aucune nouvelle de Kevin ou de Renée.

L - Ah enfin le week end et bien je vous laisse, je vais faire un tour au nouveau salons de beauté, il déchire plus de 50 000 mètre carrés dédiés au bien être !!.

Lucy était allongée, se faisant tranquillement masser les pieds, elle était au paradis, détendue mais soudain des cris stridents sortirent notre flic de sa transe.

L - C’est quoi ce bruit ?? Merde, on ne peut pas se reposer un peu ?.

« Je suis désolée mademoiselle, je ne sais pas du tout ce qui se passe ».

« Au feu, au secours, il y a le feu, mon dieu on va tous mourir !!!».

Lucy se rhabilla au plus vite et se précipita en direction des cris.

L - Où est le feu ?? Il y a-t-il des blessées ? Des morts ?.

Aucune réponse, elle décida d’aller le plus près possible de la fumée. Plusieurs magasins, cabines brulaient.

L - Y a quelqu’un ? Répondez.

Elle avait du mal à voir à plus de 10 mètre tellement les flammes étaient denses. Des vitres se brisaient, les gens se marchaient dessus pour sortir de cette fournaise. Soudain elle vit une petite fillette en sang à terre que personne ne semblait avoir remarquée.

Elle se précipita à sa rencontre mais fut éjectée violement par la force de la déflagration. Elle reprit conscience quelques minutes plus tard, la petite à ses cotés elle était terrorisée.

« Ah on se réveille enfin la marmotte !! Quelle surprise de te rencontrer ici fliquette, tu es du genre fille manucurée et compagnie ?».

L - Tu... oh… Super, tu es en état d’arrestation Renée, je…

R - Je suis rien pour le moment, ok, le plus important est de sortir d’ici vivantes tu ne crois pas ?.

L - Ok mais tu ne perds rien pour attendre, je te mettrais aux arrêts dès que possible.

R - Bien tu me feras tout ce que tu veux après, mais là pour l’instant il faudrait trouver un moyen de sortir de ce bordel. Tu t’appelles comment petite fille ?.

« Je m’appelle Holly, j’ai peur, je veux ma maman bouuuuu ».

R - Chut tout vas bien se passer, regarde la dame qui est avec nous appartient à la police, elle va nous aider tu vas voir.

L - Tu sais ce qui est arrivé ?.

R - Non poulette, je nageais, et c’est là que j’ai entendu des cris.

L - Ah... en fait je croyais que c’était toi qui avais le feu.

R - Non je ne suis pas pyromane désolée beauté fatale, j’ai beaucoup de cordes à mon arc mais pas celle là. Holly tu vas rester avec la dame, je vais chercher quelque chose et je reviens tout de suite.

L - Eh tu crois quoi ? Tu vas rester avec nous.

Lucy ne put finir sa phrase que Renée était déjà partie, comme ça.

« J’ai peur madame, on va mourir, je veux ma maman !!.»

Les minutes semblèrent interminables avant que Renée ne réapparaisse avec des serviettes mouillées. Elle en enroula une autour de la petite, tendit l’autre à Lucy et garda la dernière pour elle-même.

R - Je n’ai pas été trop longue madame la flic ??.

Elle souriait d’un air taquin à Lucy. Les trois filles courèrent aussi vite qu’elles le purent pour échapper aux flammes. Elles étaient presque parvenues à sortir du bâtiment lorsqu’une exposition secoua les fondations. Lucy n’ouvrit les yeux que deux heures plus tard, elle était à l’hopital.

L - Holly, Renée, où êtes-vous ?.

« Mademoiselle tout va bien, vous êtes à l’hôpital, vous avez quelques éraflures et brulures mais rien de grave. Une petite fille est à coté, elle voudrait vous voir ».

« Vous allez bien mademoiselle la policière ?.

L - Oui ma puce, tu sais ce qui est arrivé à la jeune femme qui était avec nous ? ».

« Elle va bien, elle vous a sauvé la vie, mais elle à dû partir, mais elle m’a dit de vous dire à la prochaine. Je dois partir ma maman m’attend, au revoir ».

RO - Lucy oh mon dieu j’ai eu la peur de ma vie, que s’est-il passé ?.

L - Je me faisais bichonner lorsqu’un feu a pris je ne sais où. Et par un hasard incroyable j’ai fait la rencontre de Renée.

RO - Renée ?? … La Renée de Kevin ?!!.

L - Cella là même, oui j’étais avec une petite fille nommée Holly, Renée m’a sauvé la vie je ne comprends pas pourquoi elle a fait ça !!.

RO - Je ne sais pas. Mais je suis content que tu sois en vie.

L - Bon ce n’est pas tout ça mais je me tire quand de cet l’hospice??

RO - Faut voir le médecin.

Lucy appuya sur le bouton d’appel des infirmières. Deux minutes plus tard une infirmière fit son apparition.

« Oui que se passe-t-il ? ».

L - Je voudrais savoir combien de temps encore je vais rester cloitrée ici ?

« Je ne peux pas vous répondre pas ? Je vais chercher le médecin qui s’est occupé de vous ».

L - Ca ne fais que quelques minutes que je suis réveillée, mais je veux partir d’ici aussi vite que possible.

RO - Tu n’aimes pas rester comme ça, à ne rien faire.

L - Exactement !!

Le médecin arriva et salua Lucy et l’homme à ses côtés.

« L’infirmière m’a informé que vous vouliez savoir quand vous pourriez sortir ».

L - Je vous écoute dites-moi que je peux partir maintenant pitié !!.

« Mademoiselle allons vous ne pouvez pas sortir tout de suite. Je vous garde au moins minimum 2 3 jours ».

L - QUOI !! Mais ça ne va pas la tête, trois jours ici. Je vais devenir folle. Donner moi une décharge, je vous là signe et je me barre.

« Normalement nous acceptons de faire signer une décharge de sortie mais dans votre cas, je refuse ».

L - Ah oui et pourquoi ça dites-moi ?

« Pourquoi !!! Mais parce que si cette femme n’avait pas agit avec rapidité vous seriez morte à l’heure qu’il est. Vous aviez respiré une quantité trop importante de fumées toxiques alors je préfère vous garder en observation ».

L - Ok je capitule.

RO - Bien je te laisse Lucy.

L - Eh t’a rien à me refiler pour faire passer le temps ??.

RO - Je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête mais oui. J’ai quelque chose pour toi.

« Pardonnez-moi mais il n’est pas très recomm… ».

L - Doc s’il vous plaît !!.

RO - N’ayez aucune crainte docteur, ce ne sont que des dossiers à lire c’est tout.

« Bien dans ce cas j’accepte, bon je vous laisse mais attention pas d’expédition nocturne mademoiselle.

L - Promis doc, je vais rester tranquillement ici à lire.

Le médecin partit, Robert remit un gros dossier à Lucy.

RO - Voila c’est tout le dossier sur Kevin. Bon je sais que l’as déjà lu des centaines de fois mais on ne sait jamais à tête reposée tu trouveras peut être quelque chose d’utile.

L - Ok je m’y mets de suite. Tu dis aux autres que je ne veux aucune visite, je n’ai pas envie de voir tout le commissariat défiler dans ma chambre.

RO - Ok t’inquiète je passerai le message, allez au revoir.

L - Bye big boss.

Lucy relisait un par un chacun des documents. Elle s’arrêta sur le portait robot de Renée.

Elle le prit et dit « Je te coffrerai bientôt la blonde et… tu … Pourquoi tu m’as sauvé la vie je ne comprends pas si tu avais laissé le gars me tirer dessus je ne serais plus là. Tu n’aurais plus eu à t’inquiéter que je t’attrape ».

Elle reprit la lecture des dossiers mais elle conserva sans en avoir conscience le portrait dans une main.

Deux jours étaient déjà passés. Lucy se sentait comme un rat en cage.

L - Enfin, il ne me reste plus qu’une nuit dans ce fichu hôpital.

02h00 Lucy dormait profondément, quand la porte de sa chambre s’ouvrit sans un bruit, un homme se faufila, le visage dissimulé sous une cagoule. Il s’approcha de Lucy une seringue à la main et commença à lui injecter le contenu de la seringue dans le tuyau de la perf.

Une seconde personne entra en silence dans la chambre et observa la scène, profitant de l’obscurité qui le masquait totalement. L’homme ne l’avait pas remarquée ni même entendue, continua à injecter le sédatif puis retira l’aiguille du tuyau de la perf. Il tira l’oreiller de dessous la tête de Lucy, ce qui eut pour effet de la réveiller en sursaut. Mais Lucy ne put bouger, le produit administré faisant déjà son effet. Groggy, Lucy vit avec effroi l’oreiller s’approcher lentement de son visage.

« Adieu sale flic !!! ».

Lucy avait l’air hagard, elle ne comprenait pas ce qui ce passait. Un inconnu allait la tuer là sur son lit d’hôpital et elle était incapable de bouger, et de crier, comme paralysée !!

C’est le moment que choisit la personne dans l’ombre pour se manifester. Et heureusement pour Lucy, cette personne non identifiée frappa sur l’épaule l’homme penché sur le lit. Celui-ci surpris se retourna pour venir rencontrer un direct du gauche percutant !!

Lucy fit de son mieux pour résister aux effets de la drogue qui l’engourdissait inexorablement, elle lutait dans l’espoir de distinguer le visage son sauveur mais finalement elle sombra dans le sommeil.

L’inconnu sortit un briquet de sa poche de blouson, l’alluma et l’agita vers le haut juste sous le détecteur de fumée. Deux secondes plus tard, l’alarme incendie se déclenche alors que de l’eau jaillissait de la chambre de Lucy. L’inconnu sortit comme de rien était, se cacha pour n’être vu de personne et attendit que quelqu’un vienne voir ce qui se passait.

Deux infirmières rentrèrent dans la chambre et allumèrent la lumière. Elles aperçurent un homme gisant par terre, le visage masquer par une cagoule.

L’une des infirmières arrêta le système d’alarme incendie pendant que l’autre alla chercher la sécurité.

L’infirmière restée dans la chambre s’approcha de Lucy et essaya de la réveiller, mais rien n’y fait. Elle prit son pouls, heureusement il battait.

Elle examina la perfusion et remarqua que la couleur était légèrement différente de ce qu’elle devait être, comprenant qu’une drogue avait dû être ajoutée elle débrancha rapidement la perfusion.

Elle appuya sur le bouton d’appel en même temps que l’autre infirmière et un agent de sécurité entraient dans la chambre.

L’agent de sécurité s’accroupit près de l’homme masqué

« Monsieur ? vous m’entendez ?? ». L’homme ne bougea pas et n’émit aucun son. L’infirmière prit son pouls

« il est juste inconscient!!. Mais ce que je ne m’explique pas c’est pourquoi il porte une cagoule ?? ».

L’agent de sécurité prit son téléphone et composa le numéro de téléphone de la police.

« Commissariat d’Amphipolis j’écoute !! ».

« Je vous appelle de l’hôpital Thessale, je suis l’agent de Sécurité Marc Jonsthon, je suis dans la chambre de l’officier de police Lucy Lorne, nous avons trouvé un homme inconscient portant une cagoule ».

« Bon ne bougez pas je vous envoie des renforts. Est-ce que vous avez touché l’homme ?? »

« Moi non mais une infirmière lui à tâté son pouls pour vérifier s’il était encore en vie.»

« Ok, alors ne le touchez plus, surveillez là jusqu'à l’arrivée des policiers ».

Une infirmière et le médecin de Lucy entrèrent dans la chambre suite à l’appel fait par l’autre infirmière.

Docteur " Que se passe-t-il ?? Pourquoi l’alarme à sonné et que fait cet homme à terre" ? .

Agent de Sécurité « Je ne sais pas pourquoi l’alarme incendie s’est déclenchée. Pour l’homme j’ai appelé la police, ils vont arriver. Quand nous sommes entrés, l’homme était déjà là inconscient. Il n’y avait personne d’autre !! ».

« Docteur c’est moi qui est appuyé sur le bouton d’appel, je… Il ya quelque chose qui ne va pas avec la perfusion de la patiente, je pense que quelqu’un y a été touché, la couleur n’était pas celle qu’elle devrait être, il doit s’agir d’une tentative de meurtre !!. »

Docteur « Mon dieu !!! Comment va-t-elle ? ».

« Elle va bien, le rythme cardiaque est fort et régulier, j’en déduis que l’homme lui à injecter une dose suffisante pour l’endormir pensant certainement ensuite la tuer plus facilement ».

Docteur « Ouf… Bon préparer lui une dose pour contrecarrer le produit mais ne lui injecter pas tout de suite attendez les policiers. Je ne voudrais pas qu’ils nous accusent de détruire des preuves ». Surveillez la je ne voudrais pas non plus qu’ils disent qu’on la laissé mourir sans lui porter secours. Vous aussi Mr Jonsthon restez, on ne sait jamais il y a peut être d’autres personnes encore cachées dans l’hôpital. »

L’inconnu voyant que du monde s’occupait de Lucy, quitta l’hôpital, déguisée en infirmière. De plus près on pouvait aisément reconnaitre son visage, c’était Renée.

Dix minutes plus tard, deux policiers, un expert et Robert firent leur appariation dans la chambre de Lucy.

RO - Comment va-t-elle ?

Agent de Sécurité « Elle va bien monsieur, nous n’avons quasiment rien touché, une des infirmières a juste pris le pouls des deux personnes pour s’assurer qu’ils étaient bien vivants.

On pense que cet homme a touché la perfusion pour administrer le produit, alors je vous précise tout de suite que l’infirmière ici présente à retiré la perfusion, il est donc logique que vous retrouviez ses empreintes dessus».

RO - Vous savez de quel produit il peut s’agir ?

« Je suis l’infirmière qui a retiré la perfusion, il s’agit très probablement d’un puissant sédatif, mais pour le moment je ne peux pas cous en donner le nom ».

RO - Elle ne s’est pas encore réveillez ? Ce n’est pas bon signe ?.

« N’ayez aucune crainte monsieur, nous avons surveillé ses constantes depuis que nos l’avons découverte dans cet état ».

RO - Bon l’expert, l’homme est à toi, fais parler tes instruments.

« Ok chef !! ».

L’expert mit des gants et retira la cagoule de l’homme.

RO - Eh mais c’est le salaud qui a tenter de dézinguer Lucy l’autre soir dans la boite de nuit.

« Vous connaissez le l’agresseur, chef !!! Bon je fais quand même les recherches d’empreintes et tout le toutime ».

Le médecin arriva ayant été prévenu de l’arrivée des policiers.

Docteur « Ah monsieur, je… »

RO - Tout va bien doc, ce n’est pas de votre faute !!. Bon racontez moi tout depuis le début.

L’agent de Sécurité « Alors… »

RO - Je vois, ne vous inquiéter pas, c’est pour moi une vengeance personnelle du type par terre. Mais apparemment il a été interrompu par quelqu’un !! Vous n’auriez pas remarqué une personne trempée et pressée de partir ??

L’agent de sécurité « Non, navré de ne pas pouvoir vous aider à identifier la deuxième personne ».

RO - Je me demande bien qui ça peut être !! Pourquoi n’a t-il pas appelé les infirmières directement avec la sonnette de la chambre ?

Pourquoi n’est-il pas resté les attendre et expliquer ce qui s’était passée ? Selon moi c’est lui qui à fait déclenché l’alarma incendie.

L’agent de sécurité « Pourquoi aurai-il fait ça ??

RO - Pour alerter les infirmières et le service de sécurité, pour que quelqu’un vienne dans la chambre de Lucy, la secourir si besoin et rester près d’elle.

L’agent de sécurité « Je comprends mais pourquoi ne nous a-t-il pas attendu ?».

RO - Ca je l’ignore, mais dès que je l’aurais en face de moi je le lui demanderai. Vous deux allez faire le tour de l’hôpital.

« Voila j’ai fini mon boulot sur lui, j’ai trouvé la seringue qu’il a utilisé pour droguer Lucy, je prends aussi la perfusion pour analyse.

RO - Ok vas-y !! Moi je vais m’occuper de ramener notre ami au commissariat.

Les deux policiers et l’expert quittèrent la chambre.

Docteur « Excusez-moi monsieur, je… Nous avons préférée ne pas toucher la patiente pour votre enquête. Pouvons-nous maintenant lui administrer un stimulant pour effacer l’effet du produit ».

RO - Oui c’est bon vous pouvez. Elle ne va pas avoir de séquelle au moins ?

Docteur « Non pour moi elle n’aura pas de séquelle, je suis certain que le produit n’est pas nocif».

RO - Je… Je reviens dès que j’aurais un peu causé avec lui. Si elle se réveille racontez-lui ce qui s’est passée.

Docteur « Bien Monsieur, nous le ferons. »

Une heure plus tard Lucy ouvrit enfin les yeux. Elle se remémorait ce qu’il lui était arrivé avant de tomber dans les vapes. Elle prit peur se souvenant de l’oreiller qui s’approchait dangereusement d’elle. Elle regardera les alentours et reconnut sa satanée chambre d’hôpital.

L - J’ai dû faire un cauchemar la vache !!. Je suis complètement HS.

Une infirmière rentra dans la chambre.

« Ah vous êtes réveillée, je vais prévenir le médecin ».

Docteur « Mademoiselle Lorne je… Il s’est passé quelque chose, il… Vous avez été victime d une tentative de meurtre».

L - Hein ?! C’est quoi cette mauvaise blague que vous me racontez là doc !!.

Docteur « C’est la stricte vérité hélas, un homme s’est introduit dans votre chambre, vous as injecté un puissant somnifère et à faillit vous tuer ».

L - Putain alors ce n’était pas un cauchemar alors, l’oreiller a bien essayé de me tuer. Eh mais qu’est-ce que je raconte moi ?!. Eh attendez une minute, comment se fait-il que je sois encore vivante ?!.

Docteur « En fait, nous ne savons pas précisément ce qui s’est passée !! .

L - Comment ça vous ne savez pas !! Bon écoutez Doc ma patience à des limites et là vous vous en approchez dangereusment !!.

Docteur « Calmez-vous s’il vous plaît !! . L’alarme incendie de votre chambre s’est déclenchée en, pleine nuit, deux infirmières sont donc intervenues. C’est alors qu’elles sont découvert un inconnu cagoulé inconscient à terre près de votre lit.

Une des infirmières est allée chercher l’agent de sécurité supérieur à la rescousse. Celui-ci a appelé la police et votre supérieur s’est déplacé personnellement. D’après lui, une autre personne serait intervenue, empêchant votre agresseur de finir son travail. Il pense aussi que cette personne a utilisé l’alarme incendie pour faire venir du monde!!.

Il ma demandé de vous expliquer ce que nous savions et de vous dire qu’il connait l’homme qui à essayé de vous assassiner et que vous aussi le connaissez».

L - Bon et alors c’est qui ce type ??

Docteur « Il ne m’a pas donné de nom mais il m’a dit de vous dire, qu’il avait déjà tenté de vous tuer dans une boite de nuit ».

L - Ah !! C’est lui ahh. Mon petit gars ça fait deux fois que tu essaies de me tuer, mais tu te plantes à chaque fois. C’est quoi qu’il m’a injecté ?.

Docteur « Rien de bien dangereux mademoiselle, juste un produit pour vous faire dormir. »

L - Je préfère ça !! Vous n’avez pas une idée de qui m’a sauvée la vie ? Comment se fait-il que personne n’ai rien vu, pourtant il ou elle devait être mouillé après le déclenchement de l’alarme incendie.

Docteur « Je suis de votre avis cette personne devait être trempée. Mais personne n’a remarqué qui que se soit pressée ou même juste mouillée».

L - Mouais c’est bizarre que cette personne ne soit pas restée à mes cotés, pour s’assurer de ma sécurité.

Docteur « Votre patron pense que cette personne aurait fait exprès de déclencher l’alarme pour que quelqu’un vienne voir ce qui se passe dans votre chambre ».

L - Oui, c’est possible, mais j’aurais bien aimé savoir qui c’est.
Docteur « Il ou elle ne voulait peut être pas que les projecteurs soient braquées sur lui ou elle. Le plus important est que vous êtes sain et sauve !!.

Vous avez de la chance tout le monde ne peux se vanter d’avoir un ange gardien qui en plus prenne autant à cœur ses devoir de citoyen. La plupart du temps le témoin d’une agression regarde mais n’intervient quasiment jamais.

Au fait votre supérieur va revenir dès qu’il aura interrogé l’homme ».

L - Bien merci pour les infos, vous avez vu les dossiers que mon patron m’a laissé ?.

Docteur « Attendez je vais regarder … Ah les voila sur la chaise, tenez ».

L -Merci doc.

Lucy se remis à l’étude des dossiers, encore plus déterminée à mettre hors d’état de nuire cette organisation.

L - Bon il ne manque rien, on dirait.

Soudain elle s’aperçu qu’une feuille n’était plus vraiment comme elle se souvenait l’avoir rangée. Il s’agissait du portrait robot de Renée. Il y avait désormais un petit mot en bas.

« Alors toujours dans les bras de Morphée, je suis photogénique vous ne trouvez pas ?. Bon je vous laisse bye Renée xxxxx ».

L - NONN !!! Je …. Qu’est-ce qu’elle me veut cette … Pourquoi elle m’a encore sauvé la vie ?. Calme toi Lucy , inspire, expire. Tu joues avec mes nerfs c’est ça sale chieuse.

Tu veux que je m’énerve et que je fasse une erreur. Ne comptes pas dessus, quand je t’aurais attrapé tu … OUUhh. Tu passeras un sale quart heure. Je n’aurais aucune pitié pour toi, et je sourirais le jour où tu iras en taule pour longtemps.

Pendant ce temps au commissariat Robert interrogeait l’homme.

RO - Tu vas parler !!!

« JE NE DIRAIS RIEN. »

RO - Tu es sûr de toi, car deux tentatives de meurtres sur un officier de police, ça coute très cher !!.

« Je n’ai rien fait de tout ça ».

RO - Mais bien sûr, je vais te croire ordure ! Parle maintenant.

« Je ne dirais plus rien sans la présence d’un avocat ».

RO - Ok tu vas l’avoir ton avocat, mais si j’étais toi je me ferais petit ici, car c’est là que bosse le flic que tu as essayé de buter sans résultat.

Robert sortit de la salle d’interrogatoire et alla en direction de Danielle.

RO - Danielle tu vas t’occuper de l’interrogatoire, avant il faut appeler un avocat commis d’office pour le coco à côté. Je vais voir Lucy.

D - Ok chef, saluez la de ma part.

Retour à l’hôpital une demie heure plus tard. Robert entra dans la chambre de Lucy.

RO - Salut la revenante !!

L - Hello chef, j’ai appris qu’on a encore tenté de me tuer. Je vais faire les comptes à la fin de cette enquête je suis sûre de gagner contre les autres flics.

RO - Rigole pas avec ça Lucy, tu aurais pu vraiment mourir si l’inconnu ne t’avait pas sauvé la vie.

L - Ce n’est plus un inconnu pour moi !!.

RO- Tu… Tu sais qui t’a secourue ?

L - Oui elle m’a même laissé un message.

RO - Un message mais on a rien trouvé.

L - Sur l’un des dossiers que tu m’as donné.

RO - Les dossiers tu es sûre de toi, il y a un message ?

L - Oui et je sais qu’il n’y était pas avant. Alors la gagnante est Renée !!.

RO - ??? Ren… Renée c’est elle qui t’a sauvée, non tu déconnes là !!.

L - Regarde par toi-même !!.

Robert regarda le portrait robot et lut le message.

L - Quand je l’aurais chopé, je lui demanderais pourquoi elle m’a sauvé la vie trois fois en plus !!.

RO - Elle t’aime bien peut être ??

L - Si elle m’aimait comme tu le dis, elle viendrait se rendre au lieu de jouer au chat et à la souris avec moi.

RO - Allez Lucy je te connais, tu aimes bien ce jeu avec elle. Tu n’as pas souvent la chance d’avoir affaire à quelqu’un de coriace et d’intelligent à la fois. Ca t’excites j’en suis sûr.

L - Bon c’est légèrement vrai mais elle est dangereuse il faut l’arrêter le plus vite possible.

RO - A ce que j’ai pu lire sur elle, elle n’a commis aucun meurtre.

L - C’est vrai mais il y a un début à tout. Alors son petit jeu malsain avec moi doit finir. Vu ce qu’elle a fait à l’institut Xena, elle peut faire beaucoup de mal et TUER des gens.

RO - Je suis d’accord avec toi. Fais bien attention à toi, je ne voudrais pas te retrouver en petits morceaux.

L - Pas de soucis, je ne ferais pas l’erreur de la sous-estimer avec son petit air angélique, toute douce et gentille. Je l’aurais !!. Dis tu peux parler pour que je sorte ce soir.

RO - Je vais essayer mais vu ce qui t’est arrivé, ton doc va sûrement refuser.

L - Tu n’as qu’à lui dire, que je suis en danger, si je reste ici, car ils savent où me trouver maintenant.

RO - Pas bête la petite

L - Je ne suis pas flic pour rien ne l’oublie pas.

Robert alla parler avec le doc qui accepta de laisser sortir la patiente, il lui remit une décharge pour qu’elle la signe.

RO - Regarde ce que je t’apporte !!.

L - Oui t’as réussi t’es le meilleur grand chef, je peux partir quand ?.

RO - Une infirmière va passer te faire 2-3 examens et après tu es libre comme l’air.

Pendant ce temps au bureau de Kevin.

K - Mais ce n’est pas possible, on ne peut pas vous laisser une journée tout seule sans que vous fassiez des conneries. Bon il est où ce crétin qui a tenté de tuer la flic ?.

R - Au commissariat où travaille la fliquette.

K - De mieux en mieux, j’espère pour lui qu’il va se la fermer sinon je le bute.

R - T’inquiète je vais le sortir de là sans coup de feu ni blessé.

K - Ah oui ? Tu penses réussir à le faire sortir comme ça.

R - Bien sûre par la grande porte en plus et pour ça j’aurais besoin de 2 de tes malabars, bien habillés et coiffés correctement.

Je leur expliquerai ce que j’attends d’eux en route. De mon côté je vais préparer les papiers et voir avec Jojo pour l’aspect électronique.

K - Hum te connaissant ça doit bien cogiter dans ta petite tête. Je me demande ce que tu va manigancer. Tu me raconteras ça quand tu seras de retour ici avec l’abruti.

Renée et les deux malabars arrivèrent devant le commissariat. Ils y entrèrent et allèrent en direction du poste d’accueil.

R -Bonjour je suis l’agent Jenna Stone du FBI, nous sommes là pour prendre un gugusse du nom de Jeffrey Jones.

Officier de police « Jeffrey Jones mais, je ne suis pas au courant que des agents fédéraux allaient venir le chercher. Montrez-moi votre carte d’identité et les papiers pour l’extraction de Mr Jones.

Renée lui remit sa carte et la paperasse.

Officier de police « Je vais appeler mon commandant pour être sûr qu’il est au courant ».

Une minute plus tard, le policier composa le numéro du commandant. Il attendit en vain que le commandant décroche et tomba finalement sur la messagerie.

Ce qui était tout à fait normal puisque le commandant était à l’hôpital au chevet de Lucy et qu’il est interdit de laisser les portables allumés. Le policier lui laissa un message.
-
R Alors c’est bon ? Je n’ai pas que ça à faire !!.

« Calme toi Jenna, ce policier ne t’a rien fait, laisse moi m’occuper de ça ok ?.

R - Va-y si tu te crois meilleur que moi macho !!.

« Excusez-là elle doit avoir ses règles, bon alors on en était où ? ».

Officier de police « Je n’arrive pas à joindre mon supérieur. Je vais appeler l’office du FBI pour voir s’ils sont au courant ».

R - Vas-y appelle le FBI !!.

Cet ordre de Renée n’était pas destiné à l’officier de police, mais a Jojo avec qui elle était en contact permanent via une oreillette. Elle lui indiquait que c’était le moment de pirater la ligne du commissariat.

« Antenne du FBI de Quantico, bonjour ».

Officier de police « Euh… Bonjour je suis l’officier de Police Spencer Marty du commissariat de police d’Amphipolis. Je vous appelle pour avoir la confirmation de l’extraction de Mr Jeffrey Jones ».

« Donner moi le numéro du dossier s’il vous plaît. »

Officier de police « Alors c’est 29-06-79 ».

« Mh ahh ! Le voila, houla tentative de meurtre sur un officier de l’ordre public. Trafic de drogues et ça n’en finit pas. Alors oui il y a une demande d’extraction. Normalement trois agents doivent venir vous voir pour l’emmener».

Officier de police « Vous avez le nom des agents fédéraux qui vont venir ?.

« Attendez que je regarde… Voila alors, les agents du FBI sont M. SCOTT, M. JAMES et Mme STONE ». Il vous faut d’autres infos ?. »

Officier de police « Non ça va allez, merci, au revoir. Bon j’ai eu la confirmation je vais demander à quelqu’un de vous amener Mr Jones.

« Tu vois Jenna faut pas énerver comme ça, le policier fais juste son travail ».

Cinq minutes plus tard Jeffrey Jones se trouvaient devant les 3 personnes.

Officier de police « Veuillez s’il vous plaît signer l’acte d’extraction agent Stone ».

R -Donnez moi un stylo s’il vous…

" Eh attends une minute, tu crois quoi !! C’est moi qui ai fait tout le boulot, toi tu as simplement poussé une gueulante alors c’est moi qui signe ».

R- Mais va-y je t’en pris.

Sitôt signer les deux malabars, Renée et Jeffrey quittèrent le commissariat. Deux cent mètres plus loin Renée s’exclama :

R - Le chef n’est pas très content que tu es tenté de flinguer un flic Jeffrey.

J - Quoi ?? Mais qui êtes vous ?

R - Sois patient, je ne peux pas me changer tout de suite, mais tu va voir. Une fois installés dans une voiture Renée put enfin retirer sa perruque et ses lentilles de contact.

J - Renée c’est …C’est toi la vache je ne t’avais pas reconnu.

R - Il valait mieux car si un des flics m’avait reconnu je serais menottée et mise au frais à l’heure qu’il est.

J - je… Le chef est furax ?.

R - Oh que oui, mais n’ai pas peur, je vais lui rendre sa bonne humeur en lui racontant comment j’ai berné la police avec un postiche et des lentilles de contact.

J - Faites que ça marche sinon…

R - Sinon il va te tuer et là contrairement à toi avec la flic, il ne va pas te louper.

Trois heures plus tard Lucy était de retour au commissariat avec Robert.

T - Eh te revoilà, alors comment on se sent après avoir survécu à une tentative de meurtre.

L - Ca ira mieux quand tout ce petit monde croupira en taule pour des années.

R - Bon j’e retourne voir ton meurtrier Lucy tu veux venir ?.

L - Oh que oui chef !!.

R - Ted va nous chercher notre homme s’il te plaît.

Dix minutes plus tard, toujours personne, Lucy s’impatientait.

L - Il fait quoi là Ted !!.

RO - Ah le voila, mais il est où le …

L - Je ne le sens pas bien chef.

T - Chef…. Euh… Je…

RO - Quoi ?? Que ce passe-t-il ? Ne me dis pas qu’il a réussi à s’enfuir ?.

T - Non pas à s’enfuir mais tout simplement à partir…

L - QUOI !!!! Comment il a pu partir sans qu’aucun agent ne le stoppe ?!.

T - L’officier de l’accueil m’a expliqué ce qui est arrivé….

L - C’est elle j’en suis sûre !! Elle s’est déguisée pour que personne ne la reconnaisse.

RO - Elle a tout préparé minutieusement pour qu’il n’y ait aucun accro. Bon Ted va dire à l’officier qu’il ne craint rien, il a fait son travail en suivant le protocole, ce n’est pas de sa faute.

T - Mais comment ils ont fait pour faire croire au policier qu’il appelait le FBI ??.

RO - Elle s’est surement faite aider par un pro de l’électronique, qui a pirater notre ligne téléphonique.

L - Super, j’imagine qu’on va avoir droit à une enquête interne maintenant !!.

RO - Ca c’est certain Lucy, mais tout le monde a fait ce qu’il fallait.

L - Tant qu’ils nous mettent pas des bâtons dans les roues.

RO - Ne pense pas à eux, je m’en occupe, toi arrête moi cette anguille de Renée.

L - La prochaine fois que je la vois je la menotte illico et direction le commissariat.

RO - Je crois que ça va être dur, elle est intelligente la bougresse.

L - Oui mais elle va avoir à faire à moi !!.

RO - Eh fais gaffe, reste dans le cadre de la loi, les cocos de l’inspection te choperaient sans aucun scrupule.

L - T’inquiète, je vais pas y aller franco, je vais déjà commencer par essayer de comprendre comment elle pense, me mettre dans sa tête.

RO - Tu veux jouer les profileurs ??

L - Si on réussi à la coffrer, le reste sera du gâteau. Elle est une pièce importante de l’organisation de Kevin.

Au QG de Kevin, Renée et Jeffrey se tenaient devant Kevin, elle lui racontait comment s’était passé l’extraction.

K - Tu as réussi ton coup Renée tu es incroyable !!.

R - Ouaip !! Mais faut pas me demander la lune, je ne suis pas infaillible. Si le commandant était revenu de l’hôpital, tout ceci n’aurait pas marché.

K - Tu as entendu Jef, plus d’incartade de ta part sinon je te tue illico!!.

J - Oui… Je….Promis je ne ferais plus rien sans t’en parler avant.

K - Je l’espère pour toi. Tu vas faire de ton mieux pour aider Renée quand cela sera nécessaire.

J - Oui chef, je lui obéirais, je sais que je lui dois ma libération et ma vie.

K - Ne l’oublie pas. Plus d’embuscade pour tuer des flics. Je ne veux pas qu’ils aient la moindre excuse pour me coffrer. Bon maintenant fiche le camp, je dois parler avec ta sauveuse.

R - què passa chef ?

K - Je voudrais que tu t’occupes d’un petit problème pour moi.

R - C’est quoi le problème ?

K - Oh un crétin qui se croit au dessus de tout. Il me doit de l’argent, bottes-tu les fesses.

R - Gentiment ou de façon plus rude ?

K - Je te laisse le choix des armes ma belle !.

Renée alla voir la personne et n’eu besoin que de lui tirer les oreilles, tellement le coco avait peur. Il lui remit l’argent en s’excusant du retard, il s’était même pissé dessus de peur.

R - Voila c’est fait, Kevin ton gugusse est un trouillard.

K - Ahh !!! Avec toi comme relanceuse tous les gars qui me doivent du fric vont flipper.

R - Je suis si affreuse que ça, moi qu’il me croyait irrésistible et sexy.

K - Oh mais tu l’es, tu es très belle Renée, si tu ne travaillais pas pour moi je te draguerais bien volontiers.

K - Bon tu as mérité un peu de vacances, je te laisse quartier libre quelques jours.

R - Ca c’est sympa, mh, qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire pendant mes mini vacances ?. Bye chef

K - Au revoir et amuses-toi bien.

La nuit fut parsemée de rêves pour Lucy tous concernaient l’arrestation de Renée.




Dernière édition par labulle le Lun 24 Jan 2011 - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lucy et Renée   Lun 24 Jan 2011 - 11:02

ouaou^^ ça fait bizarre... une scène normal de tous les jours voyons sauf que là il s'agit de LL et Roc I love you un gang, une arrestation tout ça en Grèce ^^ Very Happy géniall
j'adooore !!! la suite la suite la suite !! bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lucy et Renée   Mar 25 Jan 2011 - 21:39

09h00 Commissariat d’Amphipolis

RO - Bon les amis, c’est l’heure de faire notre petit jeu annuel. J’ai écrit vos noms sur les papiers, il me faut une main innocente pour piocher.

J - Aller je m’y colle !!

RO - Ok Je, viens décider de qui va s’amuser pendant que nous allons bosser sevère !.

J - Purée, c’est Lucy, elle va être fumasse.

RO - Eh bien, moi je pense que ça lui fera le plus grand bien au contraire, dès qu’elle arrive vous me l’amenez.

Cinq minutes plus tard, Lucy se trouvait devant le bureau du chef.

L - Vous m’avez fait demander ?!.

RO - Oui euh… J’ai une nouvelle pour toi !.

L - Vous avez arrêté Renée !!.

RO - Mais arrête un peu avec Renée, tu pense qu’à elle ou quoi ?! !! Non tu… Tu as été sorti du chapeau.

L - Le chape… Ah non pas ça. J’ai un boulot monstre alors trouve quelqu’un d’autre pour ça.

RO - Non Lucy, c’est toi un point c’est tout. C’est la même règle pour tous !! Je les ai déjà prévenu, ils t’attendent.

L - Génial, et une journée de gâcher.

RO - Non dit pas ça Lucy, tu peux donner une journée de ton temps quand même !!. Aller va-y et maintenant. Eh n’oublie pas que c’est toute la journée.

Lucy arrivée à destination, se présenta à l’accueil. L’hôtesse lui indiqua comment se rendre dans la salle où elle devait allez. Alors qu’elle déambulait en direction de la salle elle se retrouva nez à nez avec la directrice de l’établissement.

« Mademoiselle Lorne, je présume ?? ».

L - Tout juste.

« Suivez-moi. Vous avez de la chance, vous ne serez pas toute seule pour faire l’animation aux petits aujourd’hui. Une bénévole est arrivée se matin pour redonner un peu le sourire à ses bouts de chou si gravement malades.

Notre hôpital investi sans compter dans des appareils dernier cri mais ne donne que le strict minimum pour le bien être de nos petits pensionnaires ».

L - Je dois faire quoi exactement ?.

« Parler de vous, dite leur quel travail vous faites. N’ayez pas peur, ils ne mordent pas ».

Lucy entra dans la pièce, il y avait une trentaine d’enfants qui regardaient un clown faire le pitre.

Le clown « Oh Oh Oh. On a de la visite les enfants!!. Qui va là? ».

L - Lucy je…

Le clown « Les enfants dites bonjour a Lucy »

Les enfants « Bonjour Lucyyyy !! ».

L -Euh… Bonjour les enfants.

Le clown « Où en étais-je ? Ah oui, vous vouliez que je fasse un chien avec ce ballon. Bon alors c’est parti. Sch, ta, prouu. Tada
Les enfants « Ouiiiiii ! ».

Le clown « Et vous Mademoiselle Lucy, vous voulez quoi ?.

L - Une girafe !!.

Le clown « Oh la demoiselle veut me tester pour voir si j’arrive à faire une girafe, pari tenu !! ».

Moins d’une minute plus tard, une girafe sortait des mains du clown.

Le clown « Tenez vous pouvez la garder Lucy !! . Qui veut jongler avec des balles ?. Quoi ? Personne ! Allez faut pas avoir peur, personne ne se moquera de vous. Allez Lucy montrez nous vos talents de jongleuse ».

L - Sans façon le clown !!.

Les enfants « Lucy, Lucyyy, Lucyyyyyyy ! ».

L - Bon d’accord, donnez moi vos balles.

Les enfants« Youpiiiiiiiii ».

Lucy pris les balles et jongla avec pendant plusieurs minutes sans qu’aucune balle ne tombe.

Le clown « Bravo Lucy, vous avez une âme de troubadour ».

A midi, le repas arriva, les enfants partirent manger, ils étaient pressés que 14h00 arrive pour retrouver le clown et Lucy.

Le clown « Vous rendez souvent visite aux enfants malades pour leur rendre le sourire ? ».

L - Non en vérité c’est la première fois que je fais ça. Je travaille dans la police et…

Le clown « Arrêtez-moi, je suis une criminelle recherche activement ».

L - Je ne suis pas flic avant 17h00.

Le clown « Je suis sauvée alors mademoiselle la flic ». J’ai cru ma dernière heure arriver quand vous m’avez dis que vous étiez policier ».

Les deux femmes parlèrent pendant deux heures de tout et de rien. Soudain les enfants refirent leurs apparitions.

Le clown « Ah mais revoilà notre public, hein Lucy !!. Les enfants vous voulez jouer à quoi ? ».

Un des enfants « Vous faites quoi comme travail Mademoiselle Lucy ? ».

L - Je suis officier de police au commissariat d’Amphipolis. J’arrête et je mets en prison les méchantes personnes.

Un des enfants « C’est cool et vous le clown comment vous appelez-vous et vous faites quoi comme métier ? ».

Le clown « Je m’appelle Mégane et je suis hôtesse d’accueil. Bon les enfants je vais faire un tour de magie vous êtes d’accord ? ».

Les enfants « Oui un tour, un tour !! ».

Le clown « Pour ça j’aurais besoin d’une assistante. Lucy ?!!».

L - Présente !!. Bon ok je suis votre assistante Mégane.

Le clown « Bon les enfants, je vais devant vos yeux ébahis faire disparaitre cette pièce de monnaie de mes mains et la faire réapparaître dans la poche de mon assistance Lucy. Assistante veuillez montrer aux enfants votre poche pour prouver qu’il n’y a pas de triche de ma part.

Lucy s’exécuta et montra sa poche vide de tout objet. Mégane fit de grands gestes tout en parlant aux enfants. Elle tournait autour de Lucy quand tout à coup la pièce disparut des mains de Mégane.

Les enfants « Ohhhhh !!! La pièce, la pièce !! ».

Le clown « Mais où est cette pièce les enfants ? »

Les enfants " C’est Lucy qui la !! ».

Le clown « Vous êtes sûres de vous les enfants, c’est Lucy qui a la pièce ?. »

Les enfants « OUI !!».

Le clown « Bien, bien bon Lucy, faites moi voir votre poche s’il vous plaît ?. »

Lucy retourna sa poche et on entendit le cliquetis de la pièce qui tombait par terre.

Le clown « Rooh !! Lucy c’est donc vous qui avez pris ma pièce, petite coquine va !! ».

Une dizaine de tours de magie plus tard il était 17h00. La porte s’ouvra faisant place à la directrice de l’hôpital.

« Bon les enfants il est l’heure du goûter et de retourner dans vos chambres pour les traitements, dite au revoir au clown et à Lucy. »

Les enfant « Au revoir Lucy !! Au revoir Mégane !! ».

L - Au revoir les enfants à bientôt !!.

Le clown « Au revoir les petits à la prochaine. Au revoir Lucy, madame la directrice ».

Mégane repartie chez elle, tandis que Lucy retournait au commissariat.

RO - Alors cette journée, tu ne t’es pas trop fait chier ?.

L - Non pas une minute, si tu veux savoir.

RO - Je suis bien heureux pour toi Lucy. Tu as du boulot qui t’attends, va voir la pile de dossiers sur ton bureau.

Une heure plus tard, alors que Lucy épluchait le 3ème dossier, un colis fut livré pour elle.

L - Qu’est-ce que ça peux être, eh mais c’est l’adresse de l’hôpital où j’ai passé la journée.

Lucy ouvrit le colis, il s’agissait d’une lettre qui disait :
« Lucy, j’ai passé une journée magnifique avec vous, les enfants étaient mignons vous ne trouvez pas ?. Je suis sûre qu’on va se revoir très prochainement car vous avez gardé ma pièce ouh la voleuse !!.

Bon je vous laisse car vous avez sûrement du travail. Signée Mégane Alias Renée pour vous desservir ». PS Vous n’êtes pas terrible en flic alors si vous pensez à changer de carrière vous pouvez toujours devenir jongleuse.

Lucy se leva de sa chaise de colère…de rage.

L -Oh la sale… Elle veut me rendre chèvre, la prochaine fois que je la vois, je la tue c’est aussi simple.

RO - Eh Lucy calme toi que se passe t-il ?. Qu’est-ce qui te mets dans cet état ?.

L Je déteste les clowns c’est dit !!.

RO - Clowns, quels clowns ?.

L - Celui de l’hôpital !!.

RO - Pourquoi qu’est-ce qu’il t’a fait ?.

L - Elle… Ce qu’elle m’a fait !!.

RO - Et alors quelle horreur t-a-t’elle fait ? Elle t’a barbouillé, elle t’a tourné en ridicule?

L - C’est la deuxième chef, la deuxième fois qu’elle se fout ouvertement de ma gueule. Si j’avais su que c’était elle je…Je vais te manger toute crue Renée au OUI !.

RO - Oh pétard le clown c’était Renée !! Ahhh !!

L - Tu trouves ça drôle, moi non, elle se fout de moi, elle me suit où quoi ?. Elle a une dent contre moi ?

RO - Ahhhh !!

L - Chef c’est bon, je suis très énerver alors pas la peine d’en rajouter, s’il vous plaît.

RO - Ok ah ça fait du bien de rigoler un peu. Je crains pour sa vie à la Renée, elle joue avec le feu à te titiller comme ça !!.

L - j’espère que la chance va me sourire, que je vais retomber sur elle par hasard, la reconnaitre et l’alpaguer. Tiens chef mets ça sur son dossier, c’est un petit mot de sa part pour moi.

RO - C’est le monde à l’envers Lucy d’habitude c’est le flic qui traque le criminel et pas l’inverse.

L - C’est à elle qu’il faut dire ça !!. Bon je rentre chez moi je suis trop sur les nerfs pour bosser avec efficacité.

RO - Ok à demain, elle tache d’oublier cette journée.

L - Cette nuit-là, Lucy ne fit pas de rêve mais des cauchemars de Renée déguisée en clown.

Le jour suivant arriva, Lucy n’avait pas beaucoup dormi.

RO - Tu as une de ces têtes Lucy, tu as mal dormi ?.

L - j’ai fait des cauchemars concernant Renée.

RO - Elle te colle à la peau cette fille c’est pas possible !!. Décompresse sinon tu me péter à la gueule.

L - Je te ferais mon plus beau sourire quand toute l’organisation sera sous les verrous.

RO - Bon j’ai quand même une bonne nouvelle. L’inspection a fait son rapport sur les 2 soucis que nous avons eû et ils ne retiennent aucune charge contre nous. Selon eux nous étions en sous-effectif, ce que d’ailleurs je n’arrête pas de dire depuis des années.

Un appel sur le portable de Lucy la mit de meilleure humeur.

RO - Ah c’est mieux, qui c’était au téléphone ?.

L - Un indic, et ses infos sont très intéressantes.

RO - Bah voila allez au taf !!.

Lucy et une quarantaine de policiers entrèrent dans l’entrepôt indiqué par l’indic de Lucy. Ils devaient y trouver un important trafic de drogues.

L - Bon les gars pas de gaffe sinon c’est la circulation pour tout le monde.

Les policiers avançaient sans bruit, leurs à la main.

L - Police personne ne bouge !!!!

Aucun trafiquants n’eut le temps de s’échapper ou de sortir son arme tant les policiers étaient nombreux et bien organisés. En un temps record, tout ce petit monde se retrouva menottes aux poignets.

Lucy était doublement contente car premièrement elle avait réussi avec ses collègues des arrestations sans un coup de feu et aucune goutte de sang. Et deuxièmement elle mettait un coup de pied dans l’organisation de Kevin car les gugusses arrêtés travaillaient pour lui.

RO - Génial Lucy, joli coup de filet !! Remercie ton informateur pour moi.

L - Je le ferais. Y a quelque chose d’étrange quand même.

RO - Qui qu’est-ce qui est étrange Lucy ?.

L 6 Si comme Kevin j’avais une pro comme Renée, elle superviserait toutes mes affaires. Alors pourquoi je n’ai pas vu le bout de son nez là-bas.

RO - Renée !!! Mais tu n’as que son nom là à la bouche. Elle t’obsède tant que ça ?.

L - Je…Je veux simplement la choper cette Renée.

RO - Mouais, j’en doute, tu n’es pas comme ça avec les autres criminels à qui tu as eu ou a encore à faire !!.

L - Je ne trouve pas chef, je suis seulement très concentrée sur cette affaire.

RO - Passons !! Bon je suis heureux que cette fois ci c’est nous qui gagnons contre Kevin.

L - Moi aussi, je commençais à perdre le moral tellement on se faisait ridiculiser par lui et ses sbires.

La fin de journée passa sans problème lorsque soudain Lucy reçu un appel de l’officier de l’accueil.

L - Ouais !!.

« J’ai quelqu’un qui veux vous parler ».

L - Allo ?.

« Officier Lorne ? ».

L - Oui qui est en ligne ?.

« Tu n’as pas à le savoir, flic de ... !!. Je t’appelle pour te prévenir que tu risques d’avoir de mauvaises nouvelles ».

L - Que voulez-vous ?. Qui êtes-vous ?.

« Je suis personne, je t’informe qu’on va s’en prendre à quelqu’un de ta famille c’est tout. Tu croyais quoi en t’attaquant à nous, vous n’auriez jamais dû mettre les pieds dans notre entrepôt. Tic Tac dépêchez-vous de prévenir toute votre famille éloignée ou proche. »

Lucy raccrocha, elle était terrifiée. Sa famille était en danger de mort. Elle se précipita au bureau de son chef.

L - Chef….

RO - Eh Lucy tu es livide que se passe-t-il ?.

L - J’ai reçu un appel, je…Ma famille est en danger. Ces salopards d’hommes de main de Kevin vont tuer quelqu’un de ma famille.

RO - Mon dieu !!! Mais comment ont-ils pu avoir les adresses de…

L - Ils ont du interroger des gens ou fouiller pour les trouver. Chef je… J’ai peur.

RO - Appelle toute ta famille explique leurs bien ce qui se passe. Dis leurs de n’ouvrir la porte à personne, sauf aux policiers de leurs circonscriptions. Je vais appeler tous les commissariats où se trouve ta famille, de tes parents à tes cousins.

Lucy avait appelé les trois quarts de sa famille, mais certains hélas ne répondaient pas.

RO - C’est fait tous les commissariats ont été prévenus, ils vont se rendre dans chaque maison. J’ai fait aussi un appel général ici on se sait jamais s’ils s’en prenaient à toi.

L - Merci chef, si il arrivait…

RO - Chut. Viens là.

Robert prit Lucy dans ses bras quelques minutes pour la réconforter.

Lucy et Robert sortirent ensuite du bureau, l’information de la menace avait été transmises à tous les policiers qui étaient désormais au courant de ce qui se passait.

« On est avec toi Lucy, ça va bien se finir, j’en suis sûr ! ».

Pendant ce temps Renée écoutait sur sa radio piratée les messages envoyés aux différents commissariats. Elle était maintenant au courant de la menace faite à Lucy.

R - Ce n’est pas vrai Kevin ne peut pas avoir donné cet ordre, je ne peux pas les laisser faire ça. Bon réfléchis ma belle qui a pu organiser cette opération ?. Virgil ?, Hower ?, Draco ?. Allez Renée la vie de quelqu’un dépend de toi !!.

Arès c’est lui j’en mettrais ma main à couper, c’est son style de menacer les gens. Oui et maintenant je sais qui il vise en particulier « les enfants ». Le problème maintenant est de trouver dans sa famille ceux qui ont des enfants et ensuite de trouver les adresses. Bon je crois qu’il faut que je l’appelle pour avoir ces infos au plus vite.

Renée alla dans un placard, déplaça tout le gourbi et enleva une plaque du sol. Elle prit le petit portable et composa un numéro.

« Allo ? ».

R - C’est Gabrielle, j’ai besoin d’infos sur un officier de police « Lucy Lorne ».

« Salut Gabrielle, ça faisait longtemps, bon que veux tu exactement sur elle ? ».

R - Tout ce qui concerne sa famille, dis moi combien il y a d’enfants dans sa famille toutes générations confondues !!

« Ok, comment tu vas ? »

R - Ca pourrais aller mieux et toi ?.

« Oh tu sais le boulot d’informaticien à la police c’est plan-plan ».

R - Ah tu as donc réussi le concours bravo !!.

« Et oui tu as un pro de l’informatique au téléphone, ah voila alors il y en a cinq qui ont des gamins ».

R - Bon maintenant dis moi combien ont des filles.

« Mh…Deux ».

R - Donne moi celle qui est la plus proche de la maison de Lucy.

« 1 allée Xenite Street à bardeville ».

R - Merci et cet appel n’a jamais eu lieu, tu ne me connais pas et silence radio sur Lucy quoi que tu entendes ou vois à la télé ou ailleurs sur elle !!.

« Je ne sais rien c’est ok .Bye la blondasse ».

R - Bye le flic informaticien.

Renée s’arma lourdement, s’empara de plusieurs déguisements et fila en direction de Bardeville. Elle arriva à temps car à côté de la maison se trouvaient plusieurs hommes bien cachés et ce n’étaient pas des policiers. Soudain elle vit une petite fille sortir de la maison une corde à sauter à la main

R - Génial !! Tu ne pouvais pas rester tranquillement à la maison.
Renée choisit deux pistolets, se déguisa pour ne pas être reconnue par les hommes dont elle en connaissait certains et commença son avancée.

La petite fille s’amusait avec sa corde à sauter lorsque les hommes firent leur apparition près d’elle.

« Coucou petite tu va venir avec nous »

Petite fille « Ma maman m’as dit de ne pas parler avec les inconnus ».

R - Ta mère a bien raison !!.

Les hommes se retournèrent surpris de la présence de cette personne. Renée donna un coup de pied circulaire qui mit à terre deux hommes. Un des hommes encore debout braqua son arme sur Renée mais il fut arrêté par un des siens.

« Tu es malade ou quoi, si tu tires ça va grouiller de monde, regarde elle est toute seule et nous, nous sommes une dizaine ».

R - Tsttt Dix contre un ce n’est pas réglo les mecs, je vais rétablir l’équilibre si cela ne vous dérange pas.

Deux minutes plus tard 6 des hommes gisaient par terre battus par Renée.

R - Alors les gars, on n’arrive pas à m’arrêter, vous êtes vraiment des taches.

Soudain excédé un des hommes brandi son arme sur Renée et allait appuyer sur la gâchette. Heureusement Renée le vit arriver de loin, elle prit la corde à sauter et l’utilisa sur la main de l’homme.

Le coup parti sans grand danger, mais maintenant les hommes se fichaient bien de faire du bruit ils pouvaient tuer cette femme et l’enfant.

Renée pris la fille dans ses bras et courut le plus vite possible. Le bruit alerta le voisinage qui commençait à sortir de chez eux pour voir ce qui se passait.

Les parents de la petite fille sortirent et virent des hommes armés et surtout leur fille qui s’éloignait emporter par une inconnue.

« HOPE !!! Ma chérie mais que ce passe-t-il ? ».

Les hommes pris au dépourvu commencèrent à courser la femme et la petite fille.

« On t’aura, tu ne perds rien pour attende, on va te retrouver et de tuer ».

La sirène de police retentit.

« Zut les bleus !! On fait quoi Arès ? ».

AR - La moitié d’entre vous s’occupe des poulets et l’autre de la femme et de la gamine ».

Renée courait sans arrêter, la petite pleurait de peur. Elle s’arrêta une minute pour reprendre son souffle.

R - Ecoute-moi petite, les hommes devant chez toi veulent te faire du mal. Mais je suis là pour te protéger d’eux, n’ai pas peur de moi. Comment tu t’appelles ?.

H - Je…

R - A oui c’est vrai ta maman t’as dit de pas parler aux inconnus. Bon je m’appelle Renée et je suis ton garde du corps OK ?.

H - je m’appelle Hope, je…

R - C’est mignon ça veux dire espoir, je crois.

H - Oui.

R - Allez il faut repartir les méchants hommes ne vont pas nous laisser tranquille.

Elles couraient toutes les deux, Renée se retournait très souvent pour voir où en étaient ses poursuivants. Rien, elle ne voyait personne c’était plutôt bon signe mais soudain elle entendit un bruit de coup de feu.

Elle se mit derrière Hope pour recevoir la balle au cas où le viseur aurait malheureusement bien visé. La balle se logea sur un lampadaire à quelques mètres de Renée.

R - C’était juste la vache.

La chance ou la malchance poursuivait Renée car elle vit une voiture arriver en trombe, la tête de Lucy dépassait de la fenêtre avant de la voiture.

L - Hope, c’est moi ma chérie, c’est LUCY !!.

Renée reprit la petite dans ses bras et redoubla de vitesse. Lucy sortit de la voiture et essuya le feu des hommes d’Arès.

R - Oui c’est bien battez-vous entre vous.

H - C’est ma tante, c’est Lucy, laisser moi aller la voir.

R - Ce n’est pas possible c’est trop dangereux, ma petite.

H - Elle est flic elle va tous les battre.

R - je l’espère bien pour elle qu’elle va les massacrer ces zigotos.
Elles zigzaguaient de rues en endroits sombres. Elles rentrèrent dans un vieil entrepôt et se cachèrent.

R - Chut tu ne dois pas faire de bruit Hope.

H - Mais j’ai peur madame.

Renée la prit dans ses bras pour la réconforter. Elle lui embrasa sa tête.

Dix minutes plus tard, Renée décida que le coin était tranquille. Elle relâcha sa prise sur Hope.

R - Tu as été très courageuse Hope c’est bien ma petite.

H - C’est vrai ?

R - Oui tu as…

Renée s’arrêta ayant entendu du bruit, elle posa son doigt sur ses lèvres pour faire comprendre à Hope de ne pas faire de bruit.

Une ombre passa tout près de l’endroit où elles se trouvaient.
Renée fit le tour pour appréhender facilement l’intrus.

L’inconnu aperçue Hope, lui souri et s’approcha d’elle.

« Oh ma petite Hope !! ».

H - Tata !! C’est toi ».

La petite se jeta dans les bras de Lucy et lui fit un câlin.

R - Tu vois ta tante s’en est sortie. Tu as de la chance Lucy que je ne t’ai pas tué. Tu aurais du t’identifier quand tu es entrée j’aurais pu...

Lucy se retourna son arme à la main.

L - Qui que tu sois tu aurais dû me tuer dès que tu en as eu l’occasion !! Maintenant donne-moi ton arme sinon …

H - Non tata laisse la, elle est gentille, elle m’a sauvé la vie, c’est mon garde du corps.

L - Ton garde du corps c’est quoi cette histoire ?.

R - Eh mouais je suis le garde du corps de Miss Hope alors je garde mon arme, beauté fatale.

Lucy fut interloquée car elle avait déjà entendue quelqu’un l’appeler comme ça.

R - Mm… Je suis déçue la jongleuse que tu ne me reconnaisses pas.
Bon c’est vrai je suis déguisée, attends je retire tout ça.

L - Renée !!.

R - Présente officier Lorne. Tu as une magnifique nièce dis-moi, elle tient beaucoup de sa tante cela dit !!.

L - Ne t’approche pas d’elle tu m’entends !!.

H - Mais Lucy, Renée m’a sauvé, quand les messieurs sont apparus devant la maison.

L - C’est vrai ma puce ?

H - Oui ils nous tiraient dessus et Renée c’est interposée pour que je ne sois pas blessée tout à l’heure quand un des méchants a tiré de loin sur moi.

L - Pourquoi es tu là Renée tu … tu me veux quoi ? Pourquoi tu me suis partout.

R - Je suis là car j’ai appris qu’ils allaient sans prendre à quelqu’un de ta famille. Je suis peut être une hors-la-loi mais je ne fais pas de mal aux enfants.

Je ne te veux rien beauté fatale et je ne te suis pas partout. Je ne savais pas que tu serais à l’hôpital, j’ai même eu peur que tu me reconnaisses.

L - Tu as bien du te marrer hein ?.

R - Non j’ai trouvé que tu t’occupais bien des petits, pourquoi je…Ah tu n’as pas apprécié la petite note que je t’ai fait envoyer.

Ce n’était pas méchant de ma part je voulais te faire un coucou mais cette fois ci de ma part à moi et pas de la part de Mégane.

Un autre bruit mit les deux femmes sur leurs gardes.

R - Hope va te cacher !!.

Lucy regarda Renée, elle était étonnée de l’attention qu’elle avait pour sa nièce.

L - Renée à raison tu te caches et tu ne fais aucun bruit.

R - On travaille en équipe fliquette ?.

L - Je crois que je suis bien obligée.

R - Bon donne moi une minute que je remette mon déguisement, je ne voudrais pas qu’ils me reconnaissent

L - Personne ne sait que tu es là ?.

R - Non personne alors il vaut mieux que ça reste entre nous.

Les bruits devenaient de plus en plus proches. Lucy se mit à côté d’un gros carton. Renée, elle n’était pas très loin d’elle au cas où il faudrait la protéger.

Pan, une balle siffla tout près des oreilles de Renée.

« On vous a retrouvé les filles … Rends toi tu es toute seule ».

R - Rêve pas mon gros, va falloir que tu m’attrapes.

Pan, pan ça tirait à tout va autant du côté des hommes que de Lucy et Renée. Lucy fit mouche touchant la jambe d’un des sbires. Renée, elle se cachait ayant vu une ombre pas très loin.

Elle prit le cou d’un des hommes et l’étrangla jusqu'à qu’il tombe dans les pommes ne voulant pas le tuer. La balance était égalisée il restait deux hommes d’un côté et Lucy et Renée de l’autre. Arès se trouva face à face avec Renée tandis que Lucy avait à faire à Draco.

A - Tu as de la chance petite je n’ai plus de munition.

R - Je ne voudrais pas tricher alors ça se fera à mains nues.

Le combat faisait rage entre Arès et Renée, ils se rendaient coups pour coups. Pendant ce temps Lucy maitrisait son adversaire Draco, qui n’était pas très malin.

Mais soudain il fonça sur Lucy, celle-ci perdit l’équilibre et se cogna fortement sur un des murs. Draco se releva pris son arme et la braqua sur Lucy.

D - Dis adieux à la vie la flic !!.

Pan le coup était parti, Lucy avait fermé les yeux. Ne ressentant aucune douleur elle les rouvrit pour voir que Draco avait la lâché son arme, on pouvait voir sa chemise changer de couleurs passant lentement du blanc au rouge. Lucy regarda et vit que c’était Renée qui avait en fait tiré et non Draco.

A - Merci de l’avoir tué c’était plus une gène qu’autre chose.
Arès donna un coup violent à l’arrière de la tête de Renée et s’échappas de l’entrepôt.

R - Aie…Ou. Il aurait pu cogner moins fort, j’ai la tête dure mais quand même. Hope tu peux sortir de ta cachette. Ca va Lucy pas trop sonnée ?.

L - Non tout va bien, j’ai la tête solide moi aussi.

H - Tata j’ai entendu des coups de feu, j’ai eu peur que tu sois morte.

R - T’inquiètes Hope ta tata est une superflic.

L - Ah je ne suis plus une jongleuse maintenant !!.

Renée lui fit un léger sourire.

R - Bon on fait quoi là ? Tu essayes de m’arrêter et on se bat ou tu me laisses m’enfuir.

H - Tatie, tu ne vas pas lui faire de mal !! Elle…

L - File avant que je ne change d’avis le clown.

R - Bye et à très bientôt Lucy !

L - Bon je te ramène à tes parents ma puce.

H - Elle est super belle Renée tu ne trouves pas !! Tu ne vas pas lui faire du mal ?.

L - Ecoute moi, Renée est dangereuse, la prochaine fois que je la vois, je devrais l’arrêter.

H - Mais pourquoi tu ne l’as pas arrêté maintenant ?.

L -Elle t’a sauvé la vie, je ne pouvais pas … Allez à la maison !!.

Sitôt la petite chez elle, Lucy prit son portable.

L -Chef, c’est bon ma nièce est saine et sauve, il… Il faut qu’on parle, il y a quelque chose qui cloche.

RO -Quoi ?

L - Pas au téléphone, j’arrive.

Lucy dit au revoir à sa famille et retourna au commissariat.

RO - Alors de quoi tu voulais me parler ?.

L - De Renée et ne prend pas ton air…

RO - Renée qui s’est cette Renée…

L - Chef je suis sérieuse, je… C’est très bizarre, étrange.

RO - Qu’est-ce qui est étrange Lucy ?.

L - Ca reste entre nous chef, mais si ma nièce est vivante c’est grâce à elle, grâce à Renée.

RO - Comment cela est-il possible ?.

L - Elle a appris ce qui se passait et elle est venue porter secours à Hope ma petite nièce, et c’est là que c’est bizarre. Je ne connais aucun criminel qui viendrait porter secours à quelqu’un surtout si ce quelqu’un a un lien avec le flic qui la pourchasse.

RO - Je… Je te l’ai dit, elle doit bien t’aimer c’est tout !.

L - Peut être, peut être pas !!. Mais je vais creuser là-dessus, je vais faire plus attention à tout ce qu’elle va faire. Elle n’a pas l’air aussi dangereuse que son cv le dit.

RO - Je ne suis pas d’accord avec toi Lucy, surtout vu la façon qu’elle a de se moquer de nous.

L - C’est rien ça, elle n’a pas commis de meurtre et elle aurait pu me tuer plus d’une fois mais elle ne l’a pas fait. Dis-moi pourquoi ?

RO - Comment je pourrais le savoir bon sang !!Je ne suis pas dans sa tête, mais fais attention Lucy, c’est peut être un jeu de sa part. Elle t’asticote et hop tu es ferrée et dans la seconde suivante t’es morte.

L - Je ferais attention mais je garderais un œil sur ses réactions.

RO - Bien mais imagine un instant que c’est elle qui à ordonné la mort de ta nièce. Comment a-t-elle su où elle habitait ?.

L - J’y est pensé et c’est là que je doute, alors je vais jouer les observatrices pour avoir des certitudes sur Renée.

RO - Et quoi ? Qu’est-ce que ça va changer ?.

L - Je ne sais pas, on lui fait peut être du chantage, on a peut être enlevé quelqu’un de sa famille et on l’oblige a faire partie du gang de Kevin.

RO - Je ne crois pas à cette hypothèse vue la façon dont elle se comporte envers nous.

L - Elle fait peut être de son mieux pour qu’il n’arrive rien à sa famille kidnapper.

RO - Peut être, tu n’a pas que ce mot dans la bouche Lucy avec des peut être tu risques de le regretter et de mourir. Ce n’est pas avec des peut être qu’on enquête, je t’ai connu plus sérieuse.

L - Bon je te promets de faire attention à ma personne, mais il y a anguille sous roche, je le sens.

Au même moment dans le local officiel de Kevin.

R - Salut je suis de retour, c’est quoi le dernière nouvelles?.

K - Les nouvelles sont mauvaises, je… Je n’aurais jamais dû l’écouter cet abruti.

R - Raconte moi ce qui se passe.

K - Arès a voulu s’en prendre à la famille de la flicquette.

R -Ce n’est pas malin, surtout que ça a dû capoter vu que tu n’es pas de bonne humeur et la nana à dû mal le prendre et va s’acharner encore plus sur toi.

K - J’en ai bien peur, et pour finir de me chagriner c’est qu’ils sont arrêter un bon nombre de mes hommes de mains.

R - Je suis désolée, j’aurais dû rester pour…

K - Non si tu avais été là, tu m’aurais conseillée de ne pas faire ça et tu aurais eu raison.

R - Cette fois ci je ne bouge pas le petit doigt, ils doivent m’attendre de pied ferme les fliqueux.

K - Je suis d’accord avec toi, tu te fais oublier. Je ne veux pas te voir derrière les barreaux, j’ai besoin de toi.

R - Pour Arès tu décides quoi ?. Je sais que c’est un de tes meilleurs éléments mais il est imprévisible. Je pensais que l’histoire avec Jeffrey lui aurait mis du plomb dans la tête.

K - Hélas non !! Enfin je ne suis pas mieux, je n’aurais pas dû accepter son idée. Je vais l’envoyer loin d’ici avant qu’il puisse donner d’autres idées idiotes à quiconque, il sera un simple ouvrier dans un de mes entrepôts.

R - Le connaissant il va faire la gueule le petit.

K - Je m’en fiche totalement de son avis. Tu as bien fait de revenir.

R C’est mon instinct féminin qui m’a dit de revenir le plus vite possible.

K - Bon comme Draco est HS et Arès hors jeu, tu vas commander tous mes hommes.

R - Woua ça c’est une promotion.

K - Je sais que tu vas parfaitement t’en sortir. Bon tu vas commencer par relancer certaines personnes qui ont dû oublier de me rembourser leurs dettes.

R - Je n’ai qu’une condition à poser Kevin.

K - Vas-y je t’écoute.

R - Je travaille à ma façon, aucun commentaire ou remarque sur mon travail.

K - Pas d’objection au contraire, avec ta façon de faire il n’y aura plus de mauvaise surprise et pas d’effusion de sang.

R - J’aime travailler comme ça, sans cri, sans sang et sans embrouille par la suite.

K - Tu a toutes les clés de tout Renée je en toi une confiance aveugle. Tu m’as toujours bien obéi et servi sans aucun couac. Ce qui n’est pas le cas de mes hommes hélas.

Renée menait d’une main de fer ses nouvelles fonctions, toutes les marchandises arrivaient et repartaient sans aucun flic derrière eux.

RO - Alors Lucy ta Renée n’est pas aussi gentille que tu le dis, c’est un gros bonnet maintenant.

L - Je ne vois rien encore qui me dit que c’est une criminelle.

RO - Tu plaisantes ou quoi, c’est le big boss maintenant, ne me dit pas que tu ne l’as pas remarqué. Alors ton hypothèse sur un chantage tombe à l’eau.

L - Non chef, il ne s’agit peut être pas d’un chantage, mais il y a quelque de louche la concernant. Certes c’est elle le chef maintenant mais elle n’a pas encore commis d’actes répréhensibles.

RO - Ah oui et la drogue qu’elle achemine c’est quoi ?.

L - Pour ma part ce n’est pas elle qui force les gens à en acheter, elle fait seulement la distribution c’est tout.

RO - Va dire ça aux familles dont un ou plusieurs membres sont dépendants ou morts

L - Chef allons c’est une petite main par rapport à Kevin qui lui a les mains couvertes de sangs et je ne dis pas ça parce qu’il vend de la dope, lui il a commis des meurtres.

RO - C’est vrai elle ne fait que suivre les ordres mais elle risque de dépasser les limites d’une simple ouvrière si tu vois ce que je veux dire maintenant qu’elle est montée de grade.

L -Non elle est plus maligne que ça chef.

R - Tu n’a plus du tout l’air de vouloir l’étrangler ou même de vouloir l’arrêter Lucy.

L - J’attends de voir ce qui va se passer et je ferais mon devoir.

R - Bon j’ai reçu un message des douanes de Pinchville il y a une cargaison qui va arriver.

L - Laisse moi deviner elle appartient à ce cher Kevin.

R - Oui et mon petit doigt me dit que ta blonde y sera vu que la cargaison est très importante.

L - Bon je vais préparer une souricière pour leur faire l’accueil qui se doit.

Tout le monde était prêt. Lucy, scrutait l’horizon attendant le bateau. Une heure s’était écoulée sans que rien ne se passe, pas de bateau en vue.

« Lucy on fait quoi ? ».

L - On attend ils ont peut être eu un problème sur le bateau.

Une autre heure après toujours rien en vue, Lucy commençait à s’impatienter lorsque qu’un marin s’approcha d’elle.

« Pardonnez-moi vous êtes le chef des opérations ?».

L - Oui pourquoi ?.

« J’ai quelqu’un qui voudrait vous parler, tenez prenez le portable c’est celui de la compagnie qui s’occupe des bateaux ».

L - Oui allo ?

R - Bonsoir beauté fatale !!.

L - Bonsoir le clown. Que me vaut cet appel ?.

R - Je ne voulais pas que tu poirotes trop longtemps pour rien, je ne me pardonnerais pas si tu attrapais froid.

L - Je vois tu ne va pas venir me faire un petit coucou alors !!.

R - Non désolée je suis en train de décharger la marchandise.

L - Comment tu as su ?.

R - C’est facile, je me suis mis à ta place mon cœur, et je me suis dit mhh une grande cargaison, il faut préparer une souricière pour attraper ces vermines.

L - Tu aurais pu m’appeler plus tôt. Je suis déçue tu sais, tu ne veux plus me voir ?.

R - Oh c’est qu’elle est mignonne la petite euh… Non pas la petite tu es immense c’est impressionnant. Je me sens riquiqui par rapport à toi. Bon je vais te laisse même si ça me fend le cœur de t’abandonner mais j’ai du travail et toi aussi, si je ne me trompe !!.

L - Bon les gars on remballe tout et on rentre.

« Quoi !! Mais la cargaison ? ».

L - La cargaison. Elle est arrivée à bon port mais hélas pas ici. On s’est fait avoir comme des bleus.

« Ahh. Désolé chef, on l’aura un autre jour ».

Lucy était de retour au commissariat, et elle faisait son rapport à Robert

RO -Pêche infructueuse alors !

L - Oui elle se doutait qu’on trouverait dans quel entrepôt elle allait amarrer le bateau.

RO - Dis-moi tu veux la coffrer ou la mettre dans ton lit Lucy ?

L - Chef !!!

RO - Je déconne. Les politiques sont sur les dents, ils veulent la mettre à l’ombre alors il va falloir mettre les bouchées doubles.

L - La prochaine fois que je la vois, je lui montrerai mon joli joujou devant sa tête.


RO - Ne la tue pas, elle pourrait nous donner des infos très intéressantes contre une remise de peine.

L - Elle peut se la carrer au cul sa remise de peine, je veux qu’elle y reste toute sa vie en prison.

RO - Au fait, tu ne devais pas prendre quelques jours pour faire du camping avec ta nièce ?

L - Oui mais j’ai annulé, je veux mettre la main sur le gang.

RO - La petite va être déçue de ne pas pouvoir faire de camping !!

L - Non ça va aller mes parents y vont avec elle.

Loin de là la famille de lucy avait fini de préparer le campement près de la rivière Amazona.

H - Papa je vais pécher du poisson.

Papa de Hope « D’accord mais fait attention ».

Une demi-heure après Hope avait réussi à pécher 4 poissons. Elle rentrait lorsque soudain deux hommes firent irruption devant elle.

Un des hommes « Coucou Hope tu va nous suivre bien gentiment ».

Hope prit peur.

H - Non je ne vous connais pas !!

Un des hommes « Nous non plus mais on connait ta marraine et elle on ne l’aime pas.

Pendant ce temps au campement

« Bonjour madame monsieur, je me suis perdue je devais aller au camping des amazones mais je me suis perdu et j’ai aussi perdue toutes mes affaires. Est-ce que vous auriez quelque chose à manger ? ».

Maman de Hope « Bien sûr mademoiselle asseyez vous ma fille devrait être revenue d’ici quelques minutes avec du poisson.Vous vous appelez comment ? ».

« Gabrielle !! J’ai une faim de loup. Je peux préparer les couverts si vous voulez ».

Papa de Hope « Ca va allez reposez-vous un peu ».

« Je vais marcher un peu, où se trouve votre fille je vais l’aider à porter les poissons ? ».

Papa de Hope « Marcher dans cette direction une dizaine de minutes et vous là trouverez ».

Gabrielle marchait doucement jusqu'à ce que les parents de Hope ne puissent plus la voir et piqua un sprint en direction du lieu où devait se trouver Hope.

Un des hommes « Ecoute petite, ne fais pas d’histoire sinon je… »
H Lucy va venir et elle va vous arrêter.

L’autre homme « Ta fichue marraine n’est pas là alors, tu te tais sinon

« Que se passe t-il ici ? ».

H - Madame vous pouvez m’aider à porter mes poissons, ces messieurs ne veulent pas le faire.

« Ce n’est pas gentil, vous n’êtes pas des gentilshommes, bien ma petite donne-moi deux de tes poissons ».

Un des hommes « C’est bon donnez-moi ces poissons et allez vous-en Mademoiselle »

« Trop tard, monsieur, je vais m’occuper de la petite, vous pouvez continuer votre route. Dépêchez-vous car ils risquent de bloquer la circulation ».

L’autre homme « Bloquer la circulation ?? Qui ?? ».

« La police ils avaient l’air sur les dents ».

Un des hommes « Viens on dégage, je ne veux pas rester bloquer plus longtemps dans ce bled pourri ».

L’autre homme « Attends, les flics sont loin d’ici mademoiselle ? ».

« Euh une dizaine de minutes moins même ».

L’autre homme « On dégage "

Sitôt les hommes partis l’inconnue se retourna vers Hope.

« Allez donne moi deux de tes poissons »

H - Je… Ma maman m’a

« Je sais mais on se connait Hope ».

H - Je ne crois pas, je ne me souviens pas de votre visage.

« C’est notre deuxième rencontre ma puce, la première fois tu essayais de fuir de méchants hommes ».

H - Renée !!!

R - Ouaip, tu es aussi intelligente que ta tata.

Hope fis une câlin à Renée.

R - Je ne crois pas que Lucy apprécierait que tu me fasses un câlin.

H - Elle n’est pas là alors je peux sauf si ça te dérange

R Ca ne me dérange pas du tout.

Disant cela Renée fit un bisou sur le front d’Hope.

R - Hope écoute j’ai raconté à tes parents que je me suis perdue alors tu fais comme-si tu ne me connaissais pas ok !!

H - A vos ordres commandant !! Tu vas rester un peu avec nous ?

R - Oui !!

H - Alors la c’est génial, cool de chez cool.

Renée et Hope se retrouvaient devant les parents d’Hope.

H - Maman, Papa, j’ai rencontré cette dame, elle m’a dit que vous l’aviez invitée à manger avec nous c’est vrai ?

Maman de Hope « Oui mon trésor, vous resterez bien quelques jours avec nous Gabrielle » ?.

R - Avec plaisir, je vous remercie de votre accueil chaleureux.

Papa de Hope « C’est normal vous n’avez plus rien à vous mettre et plus rien à manger, nous allons vous bichonner ».

R - Merci beaucoup. « Lucy si tu voyais ça je ne crois pas que tu serais de bonne humeur ahhh, en tout cas ta famille est très gentille »

Maman de Hope « Allez à table le repas est prêt ».

R - C’était délicieux chapeau pour la pêcheuse et la cuisinière. OUu je suis fatiguée, je vais aller me coucher.

Papa de Hope « Prenez cette tente, nous trois ne prendrons l’autre ».

H - Oh je peux dormir avec elle s’il te plaît, pitié.

Maman de Hope « D’accord, mais ne l’embête pas compris !!

H - Promis je serais sage comme une image.

Renée et Hope étaient seules dans la tente.

H - Dis moi pourquoi ma marraine veux t’arrêter ?

R - Je ne suis pas quelqu’un de bien tu sais !!

H - Ce n’est pas vrai tu m’as sauvé la vie deux fois

R - Oui mais je fais des choses moins bien

H - Bah alors arrête de les faire ces choses pas bien.

R - Tu es adorable petite Hope j’espère te revoir quand tout sera fini.

H Moi aussi je t’aime bien !!.

R - Oula ne le dit pas à Lucy sinon elle ne serait pas contente.

H - Motus et bouche cousue ihhhhhhhh !!

R - Bonne nuit et fait de beau rêve ma petite puce !

H - A toi aussi eh… Je dois t’appeler Renée ou Gabrielle ?

R - Gabrielle, c’est mon vrai prénom mais chut ne le dis pas à ta marraine. Gabrielle fit un bisous sur le front d’Hope.

Retour au commissariat

RO - C’est bizarre ça fait deux semaines qu’on n’a pas vu Renée pointer le bout de son nez

L - Elle tente peut être de trouver une solution pour…

RO - Pour quoi !!! Ecoute Lucy, cette femme est dangereuse alors arrête avec ton idée qu’elle fait ça sous la contrainte.

L - On verra bien à la fin de l’enquête.

RO - Oui tu verras que tu t’es lourdement trompée Lucy.

T - Désolée de vous déranger mais j’ai cracké un message très important. Une grosse cargaison de drogue va arriver dans quatre heures au quai numéro 5 à Gaya Street.

L - Ok Ted, je prépare l’équipe et on y va.

Trois heures cinquante neuf minutes plus tard.

L - Mhm on les tient les cocos !! Est-ce que vous voyez Renée.

T - Non !!

Policiers en faction « Non Lucy pas de Renée de ce côté».

L - Où est-ce que tu es ?

Pendant ce temps loin de là

R - Je vous remercie de m’avoir accueillie.

H - On va se revoir Gabrielle ?

R - Je l’espère Hope, je me suis beaucoup amusé avec toi.

H - Oui comme ça j’entendrai d’autres histoires.

R - Au revoir et à bientôt.

Hope et ses parents « Au revoir Gabrielle !! ».

Gabrielle se retrouva devant un Kevin stressé

R - Que se passe t-il chef ?

K - Que des incompétents !!!

R - Qui ??

K - Mes hommes, ils sont perdu une importante cargaison et la moitié a été arrêté par cette fliquette.

R - Je vois c’est mauvais !!

K - Tu as réussi à aller au camp, pour trouver de la main d’œuvre?

R - Non j’ai été coincée, il y avait une paralysie totale de transport désolée.

K - Ce n’est pas de ta faute, tu as fait quoi pour patienter ?

R - Lecture, farniente et discussions avec des gens.

K - Bon alors tu vas t’occuper de la prochaine cargaison, pendant ce temps plusieurs de mes hommes vont s’occuper de la flic gênante.

R - Ok, j’espère qu’ils vont lui faire bouffer son badge par les trous de nez.

K - Ouais, j’ai tenté d’enlever sa nièce mais les gars sont de vraies brelles.

R - Attends je croyais que tu n’enlevais pas les enfants !!.

K - C’est vrai mais je dois museler la flic.

R - Ne me demande pas de la kidnapper, car je ne fais pas ce genre de chose Kevin, je suis contre.

K - C’est noté, je veux que tu ailles chercher le fric que des gens me doivent après tu t’occuperas de la cargaison.

R - Quand aura lieu cette livraison ?

K - Dans une semaine.

Renée avait rapidement récupéré l’argent auprès des mauvais payeurs.

R - Voila l’argent Kevin, tu as encore besoin de moi ?

K - Non tu as quartier libre jusqu’au jour j.

R - Génial, j’ai des emplettes vestimentaires à faire !!

K - Mhh j’aimerai bien être une petite souris et pouvoir la regarder se déshabiller dans la cabine.

Renée était chez elle, elle remplissait un sac de sport de vêtement et de tout le tremblement nécessaire pour ne pas être reconnue.
Pendant ce temps dans une boite de nuit.

L - Ah j’ai eu une bonne idée de venir me changer les idées ici
D -Oui, tu as besoin de vider ton esprit de l’enquête.

La nuit battait son plein Lucy avait repoussé une dizaine de prétendants.

D - Je vois que tu as toujours la côte Lucy, bon je vais aller me pieuter à tout à l’heure.

L - Bye.

Lucy était dehors quand tout à coup trois hommes lui tombèrent dessus.

« Salut la belle, tu vas nous suivre bien gentiment ».

L - Désolée les gars, mais vous n’êtes pas mon genre, je préfère une belle poitrine si vous voyez ce que je veux dire.

« Ce n’était pas une proposition mais un ordre Mamzelle la flic ».

Lucy recula de quelques pas.

L - Qui est vous ??

« Notre chef aimerait te voir ».

L - Moi aussi mais moi j’aimerai le voir derrière les barreaux.
Deux des hommes essayèrent de l’attraper mais en vain Lucy donna un coup de pied à un des hommes et un coup de boule à l’autre.

Soudain elle sentit quelque chose de froid sur sa nuque.

« Bouge et tu es morte ».

Lucy leva les mains.

L - C’est bon vous avez gagné amener moi avec votre chef Kevin.

« Pour ça c’est sûr mais avant on va s’amuser avec toi, avance ».

Quinze minutes plus tard, ils se retrouvèrent dans un vieil entrepôt désaffecté.

« Bâillonne la je ne veux pas l’entendre gémir de douleur ».

Sitôt fait les coups commencèrent à pleuvoir. Lucy souffrait les gars y allaient de bon cœur les salauds.

« Bien on va jouer aux chirurgiens maintenant ».

Lucy regardait le couteau qui s’approchait de son visage, elle était terrorisée. Soudain une ombre apparut.

« Tss ce n’est pas gentil de s’en prendre à une magnifique femme sans défense les gars. »

« T’es qui toi ?? ».

« Mh je ne sais pas… La justicière de la nuit, non trop commun ».

« Les gars allez lui fermer son clapet à cette folle ».

Trois minutes plus tard deux des malfrats étaient à terre.

« Pas terrible dites-moi !!!. »

« Je vais m’occuper personnellement de toi !! ».

« Mhh je t’attends mon petit, on va bien s’amuser tous les deux ».

Le combat était acharné, mais la justicière fit un double salto triple piquer et réussi à mettre hors circuit le dernier malfrat. La justicière s’approcha de Lucy et lui enleva le bâillon.

« Ils n’y sont pas allé avec le dos de la cuillère avec vous ma petite dame ».

L - Je… Je suis officier de police appelez les secours.

« Non ma belle flic, je ne peux pas sinon ils vont me coffrer et m’ôter ce masque pour voir mon splendide et séduisant visage ».

L - Ecoutez, j’ai mal, alors si vous ne voulez pas être arrêtée pour non-assistance à personne en danger appelez les !!.

« Je vais m’occuper de vous, je suis une justicière mais aussi une infirmière, j’ai toujours une trousse de premiers soins. Bien je vais vous détacher alors pas de bêtise ?.

L - Je ne suis pas en état, regarder je ne peux pas …. aieee

La justicière libéra doucement Lucy des cordes pour ne pas lui faire plus de mal dans son été. Elle sorti de son sac des pansements et tout le nécessaire pour la soigner.

« Je vois que je n’ai pas à faire à une douillette, c’est bien !!.».

L - Ce n’est pas mon genre, qui êtes-vous ?

« La justicière de la nuit ça vous plaît ? ».

L - Non, ce que je voudrai c’est votre nom.

« Ah mais ça c’est top secret mademoiselle l’officier de police, sinon pourquoi je porterai ce masque. Bon j’ai fait ce que j’ai pu, ça va un peu mieux ? ».

L - Un peu mieux, vous allez faire quoi de moi maintenant ?.

« Je suis la justicière de la nuit, je protège les gens, je ne vous ferai aucun mal fliquette »


L - Ca ne répond pas à ma question, vous n’allez pas me laisser ici, je ne suis pas encore en état de repartir par mes propres moyens.

« Ok, vous allez vous appuyez sur mon épaule, mais attention pas de coups bas, sinon je vous laisse ici sans prévenir les renforts ».

L - Promis !!.

Lucy s’appuya donc sur l’épaule de la justicière, elles réussirent non sans peine à sortir de l’entrepôt.

« On a le choix entre la voiture de votre fan club qui agonise à côter ou une moto ».

L - La moto, comme ça je pourrai essayer de vous ôter votre masque.

« On ne perd pas le nord à ce que je vois ma bonne dame. Allez en route mauvais fille ».

Une heure après Lucy et la justicière retrouvaient la civilisation.

« Voila je vais vous abandonner maintenant mauvaise graine ».

L - Déjà !!! Dommage, est-ce qu’on va se revoir justicière ?

« C’est très probable, n’oubliez pas que je protège les innocents ».

L - Et vous l’êtes-vous ?

« Bonne question !!! Hélas je n’ai pas le temps de vous répondre on m’attend quelque part.

Lucy après avoir réussi à avoir un taxi, se retrouva au commissariat.

L - Hello chef !!.

RO Lucy où étais-tu ? Qui t’as mise dans cet état ?.

L - Dans un vieil entrepôt, des hommes de mains de Kevin. J’ai été sauvée par la justicière masquée,tu en as déjà entendu parler ?.

RO - La justicière masquée…Non cela ne me dit rien.

L - En tous cas elle est arrivée à temps sinon j’aurai servie de cobaye pour visage.

RO - Je vais envoyer une patrouille là bas pour arrêter les malfrats.

L - Non laisse les !! Ils vont devoir faire leur rapport à Kevin et je veux qu’il soit en colère que son petit stratagème est foiré.

RO - Ok mais toi tu vas aller voir l’infirmière pour te faire soigner.

Pendant ce temps.

R - Vous voila je n’aime pas les gens en retard sachez le !! Donnez-moi la cargaison et cassez-vous.

Renée repartit illico voir Kevin.

R - Désolée pour le retard Kevin mais les postiers n’avaient pas de montre.

K - Pas de souci Renée, les gars m’ont prévenu que tu avais bien réceptionné la marchandise et que tu l’as remise au destinataire.

R - Oui et toi de ton côté avec la fliquette ?.

K - De mon côté ça s’est mal passé, les gars qui devaient l’appréhender ce sont fait mener par le bout du nez par une inconnue qui se fait appeler la justicière masquée.

R - La justicière masquée !!! C’est qui cette donzelle ??

K - Je ne sais pas, mais elle a mis ko les gars et a par la même occasion sauvé les fesses de la flic. Il y a quoi dans ton sac de sport Renée ?.

R - Des affaires de sport, j’ai changé d’avis je n’ai pas fait les emplettes prévues, à la place je suis plutôt allé à la salle de sport.

K - Je vois ça tu as un beau coquard sur ton visage. Comment-t’es tu fais cela ?.

R - Combat au corps à corps avec plusieurs personnes.

K - Je suppose que tu à gagné.

R - Bien sûr, en fait ils ne s’attendaient à pas me voir ni à rencontrer une telle résistance de ma part.

K - Bien tu peux rentrer je n’ai plus besoin de toi aujourd’hui, va te reposer.

R - Merci chef à demain.

Renée venait d’arriver chez elle et déballa son sac de sport sur son lit. Il contenait une trousse de secours, une tenue noire, un masque et pour finir divers vêtements sans importance.

R - Je crois beauté fatale que tu vas avoir besoin d’un garde du corps.

Toc Toc Toc quelqu’un frappait à la porte de Lucy.

L - Oui j’arrive !!!

Maman de Hope « Salut Lucy tu … Oh mon dieu tu es blessée !!. »

L - Tout va bien t’inquiète, eh mais regardez qui va là !!.

H - Salut Marraine !! C’est qui qui t’a fait du mal ?.

L - Des méchantes personnes, mais ils ont perdu ma puce. Alors comment s’est passé le camping ??.

Maman de Hope « Très bien, nous avons fait la connaissance de quelqu’un »

H - OUIII elle s’appelle Gabrielle et elle était super sympa !!.

L - Vous n’avez pas été embêtés ou quoi que ce soit ??

Maman de Hope « Non pourquoi tu …. Attends c’est à propos des hommes qui ont essayé d’enlever Hope ?.

L - Oui vous n’avez rencontré personne.

H - Seulement Gabrielle, je me suis beaucoup amusée avec elle, elle est très drôle et très très très gentille.

L - Ah je vois et elle était gentille ? Ahhhhh

H - Marraine !!! Tu te moques de moi hein coquine.

L - Oui ma puce, allez viens me faire un big câlin.

H - Maman c’est très bientôt noël on peut rester ici pour le fêter avec Lucy ?

Maman de Hope « Si Lucy veux bien, je suis d’accord !! ».

L - Mhh je ne sais pas tu as été sage au moins Hope ?.

H - Oui j’ai été sage alorsssssssssss ????

L - Oui ma puce, vous pouvez rester ici on va fêter noël dans une semaine, je vous invite à les passer avec moi.

Papa de Hope « Heureusement ta maison est assez grande pour nous accueillir Lucy ».

H - Je pourrai dormir avec toi Lucy ??
L - Tu ne vas pas pouvoir faire autrement car je n’ai que deux lits.

H - YOUPIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!! C’est Noel avant l’heure.

L - Bon il est tard tu devrais te coucher Hope.

H - D’accord, mais tu veux bien me raconter une histoire ??.

L - Oui et après dodo, moi aussi après je me coucherai, j’ai besoin de me reposer.

Du côté de Renée

R - Allez la belle c’est bientôt noël, garde espoir que tout se termine le plus rapidement et le plus doucement possible.

Elle se prépara un bol de soupe, un coca et un dessert. Elle dormait depuis trois heures lorsque soudain son portable sonna.

R - Oui Allo ??.

K - Renée, c’est Kevin, désolée de te réveiller si tard, mais un de mes hommes a réussi à attraper un poulet. Je voudrai que tu sois là pour t’occuper de ça.

R - J’arrive.

Renée appuya sur le champignon, elle mit une demi-heure pour arriver à destination.

R - Alors c’est qui le flic qui est tombé dans nos filets ??.

Homme de main « Il s’appelle Ted, il a 23 ans ».

R - Je vois que vous avez fait connaissance !!! Je croyais vous avoir ordonné de ne rien faire sans mon ORDRE !!!.

Homme de main « Je leur est rappelé mais ils n’en on fait qu’a leur tête ».

R - Bien alors comme vous ne savez pas obéir, je veux que tout le monde sorte.

Un autre homme de main « Eh mais je veux rester !!! ».

R - Tu veux rester, mais tu ne le mérites pas !! Tu ne sais pas obéir aux ordres. Bon toi qui as compris et obéis à mes ordres je veux que tu les surveilles pendant qu’ils font le tour de la ville à pieds.

Homme de main « A vos ordres !! Allez vous autres, bouge-vous les fesses, car ça va être très long et très dur ».

Renée était enfin seule avec Ted le collègue de Lucy.

R - Alors le flic tu t’es fait pincé par mes hommes.

T - Tu… Tu vas me tuer ??

R - Te tuer mh c’est une idée.

Ted devint tout blanc.

R - Non !! Je ne vais pas te tuer, mais je vais me servir de toi, mon petit.

La porte s’ouvrit laissant apparaître Kevin en personne.

K - Je vois que tu à envoyé les hommes faire de la marche.

R - Oui je n’aime pas qu’on ne m’obéis pas !!.

K - Tu as bien fait comme ça ils ne recommenceront pas de sitôt. Bon tu vas faire quoi de notre prise ?.

R - La libérer !!.

K - QUOI !!!! Tu plaisantes !!??

R - Non Kevin, il va devenir notre indic.

K - Mhh tu as toujours de bonnes idées ma belle, bien alors libère le.

Kevin partit de la cellule non sans un rire de sadique.

R - Bien mon coco, tu ne vas rien dire de ce qui s’est passé sinon…. Et tu vas être un brave poulet et me donner toutes les infos dont j’aurai besoin.

T - Si… Si je ne vous obéis pas vous allez me tuer ?

R - Pire encore !! Le tartare est de la gnognotte par rapport à moi.

T - Je…ne peux pas leur faire ça à mes collègues, je ne veux pas les trahir.

R - Je ne te demande pas de tuer quelqu’un mais de me donner des infos c’est tout. Bon si tu veux je peux rappeler mes hommes de mains et ils continueront ce qu’ils ont commencé avec toi.

T - Non pas eux pitié !!.Je vous donnerai tous les renseignements que vous voudrez.

R - C’est bien, mieux comme ça, tout le monde est gagnant. Bon pour qu’aucun de tes collègues ne soupçonne quelque chose tu vas leur dire que tu as reçu ces coups en voulant protéger une femme qui se faisait agresser. Masi hélas tu n’as pas tenu longtemps contre eux et tu n’as pas pu voir leurs visages.

T - D’accord je leur dirai ça, mais ne me faites pas de mal.

R - Compris tant que tu seras un poulet qui me donnera des infos.

Renée libera Ted, et l’escorta jusqu'à une sortie de service.

R - Au revoir mon indic et à très bientôt.

Le jour suivant Ted poussait la porte du commissariat.

Un policier « Eh qui t’as frappé Ted ? »

T - J’ai…

RO - Salut les gars TED ta tête !!

T - Oui je disais qu’une femme s’est fait agresser hier soir je me suis interposer mais hélas je n’ai pas tenu une minute. Ils étaient trop nombreux.

RO - Tu as pu voir à quoi ils ressemblaient ?

T - Non ça a été trop vite, quand je me suis réveiller ils étaient partis tout comme la femme.

Un policier « Mon pauvre, ils ne t’ont pas raté !! ».

RO - Bien, tu veux qu’on essaye quand même un portrait robot Ted ?.

T - Non, cela ne servirait à rien, je ne vais même pas déposer une main courante car on ne les retrouvera pas vu que l’on n’a aucun indice.

RO - Je suis désolé Ted, si tu te sens mal rentre chez toi ok ?

T - Oui chef merci, mais je préfère aller travailler pour ne plus y penser.

RO - Salut Lucy.

L - Hello chef, j’ai appris pour Ted, ils sont eu de la chance car si ça avait été moi, ils auraient agonisé sur le trottoir.

RO - Ta chérie ne montre plus sa tête, tu lui as fait peur ou quoi.

L - Ma chérie ????

RO - Bah oui Renée !!

L - CHEFFFF !!! Renée n’est pas ma chérie ok !!!!

RO - Oui Oui bien sûr. Les politiciens veulent tout le gang en prison avant la fin de l’année.

L - Avant la fin de l’année mais ils ont mangé des
champignons ??.

RO - Je sais mais ils m’ont dit que si cela n’est pas fait ils enverront tout les policiers qui sont sur cette enquête à la circulation, moi inclus.

L - Je ne suis pas la mère Noel non mais !!. Moi aussi je rêve de les coffrer mais pas en deux semaines c’est humainement impossible.

RO - Il va le falloir Lucy, on va tendre un piège à Kevin et à sa cours.

L - Je suis toute ouïe !!

RO - Je convaincu un ami policier commandant d’un commissariat voisin de libérer un trafiquant pour manque de preuve. Mon ami a fait courir le mot qu’une importante cargaison de drogue devait arriver dans une semaine. Tu vois la suite !!

L - Oui !! Tu aurais pu me prévenir de ton coup.

RO - Désolé je ne savais pas si mon ami allait être d’accord. Je vais faire une réunion tout de suite pour prévenir tout le personnel.

L - Tiens toi prête Renée, tu vas bientôt entendre le bruit des barreaux derrière toi.

La réunion terminée Ted sorti et composa un numéro de téléphone.

T - Allo je…

R - Salut mon caqueteur de poulet que me vaut ton appel ??.

T - Je… Mon commandant vient de m’informer d’un piège pour vous attraper.

R - Je t’écoute dis-moi tout ce que tu sais mon petit.

Ted lui raconta la totalité de ce qui c’était dit lors de la réunion.

R - Merci je pense que tu ne vas pas regretter d’avoir trahi tes collègues tu verras ça plus tard.

R - Kevin j’ai eu des infos de notre indic.

K - Ah je t’écoute !!.

R - Il m’a informé qu’une cargaison de drogue allait arriver.

K - Oui je suis au courant Renée.

R - Ce que tu ne sais pas c’est que c’est un piège !!.

K - Un piège, comment osent-ils essayer de me piéger ??.

R - Je ne sais pas mais je vais m’occuper personnellement de tout.

K - Oui il vaut mieux que ce soit toi sinon ça va mal se finir pour nous.

R - Je ne veux pas de sales coups pendant ce temps chef. Genre kidnapping d’enfant ou de flics.

K - Ok je ne vais rien tenter j’ai assez fait de bêtises.

Appartement de Lucy

L - Coucou je suis de retour.

H - Marraine !!! On peut aller se promener toutes les deux.

Maman de Hope « Laisse la rentrer déjà ma chérie ».

H - Oui pardon je suis désolée.

L - Avant d’aller ce promené je dois te dire que je risque de ne pas pouvoir fêter noël avec vous.

H - Oh NONNNNNN !! Pourquoi ???!!

L - Mon travail ma puce, je suis sur le point d’arrêter un grand nombre de personnes.

H - Ah d’accord, j’espère que ça ira vite pour que tu reviennes rapidement.

L - Moi aussi ma chérie, moi aussi. Allez on va la faire cette promenade.

H - Je prends ma veste et on y va.

Lucy et Hope regardaient les vitrines sans remarquer que quelqu’un les suivait de loin.

H - Oh regarde, c’es le père Noel !!.

L - On dirait bien ma puce, viens on va lui demander une photo.

H - Bonsoir Monsieur le père Noel on peut faire une photo avec vous ?

Père Noel « Oh Oh Oh Mais bien sûr mon enfant !! ».

Sitôt la photo prise Lucy et Hope repartirent à la rencontre de nouvelles et belles vitrines. Elles arrivèrent dans un coin un peu sombre lorsque soudain trois personnes les encerclèrent par l’avant et trois autres par derrière.

Un des hommes sortit un couteau.

L - Hope reste près de moi.

H - J’ai peur !!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lucy et Renée   Mer 26 Jan 2011 - 9:54

aaa c'est trop drôle ^^ l'idée du clown, du père noël et l'ambiance ^^ oui c\'est ça
c'est vraiment très original et très bien !!! 10 merci !!!!!!!!!!!!!!!!!!!
la suite ^^ bounce
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lucy et Renée   Mer 26 Jan 2011 - 13:05

oui c\'est ça oui c\'est ça 10 merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lucy et Renée   Mer 26 Jan 2011 - 21:08


Un autre des hommes « Salut la flic on veut s’amuser avec toi ».

R - Je peux m’amuser aussi les gars !! .

Tout le monde regarda qui avait parlé.

R - Salut les petits, ce n’est pas bien d’effrayer un enfant.

Lucy reconnu immédiatement l’inconnue.

L - Salut la justicière, tu arrives juste à temps.

R - Je vous en prie mamzelle la policière sexy.

Un des hommes « Barre toi si tu veux vivre ».

R - Non je ne vais pas me barrer mais vous botter les fesses

L - Moi aussi, on travaille en équipe la justicière ?.

R - Je suis ta partenaire de bottage de fesse ».

Il ne fallut que quelques minutes pour faire déguerpir les sales gars

L - Tu as un sacré coup de pied tu sais.

R - Et toi une sacrée droite !!!.

H - Vous êtes qui ??.

R - Je suis la justicière masquée mon enfant.

H - Je ne vous connais pas

R - Alors pourquoi ces personnes s’en sont prises à vous ?.

L - Ils ne me portent pas dans leur cœur.

R - Vous devriez faire attention, je ne voudrai pas qu’il vous arrive quelque chose.

L - Si vous nous accompagniez jusqu'à chez moi je serai plus sereine.

R - Je ne suis pas vraiment habillée pour passer inaperçue vous savez.

H - Ce n’est pas grave ne faites pas attention aux gens c’est tout.

R - Bien ok, je vous accompagne.

L - Vous allez fêter noël en famille ?

R - Je ne sais pas, j’ai un travail à faire.

H - Oh c’est triste !! Moi j’espère que Lucy sera là pour qu’on le fête ensemble.

R - Vous aussi vous avez du travail ?.

L - Hélas trois fois hélas oui, je vais coffrer un gang très dangereux.

R - Bonne chance !!.

L - Elle sera bonne si vous souhaitez y participer.

R - Je vous promets que si je peux je le ferai très volontiers.

L - Bien nous sommes arrivées merci de nous avoir accompagnées justicière.

R - De rien !! A très bientôt j’espère.

L - J’espère qu’on va se revoir.

L - Bon Hope tu ne dis rien sur ce qui s’est passé tout à l’heure.

H - Oui Lucy, bouche cousue.

Maman de Hope « Ah vous revoilà alors cette promenade ? ».

H - Génial, les vitrines sont super belles

L - Oui et le paysage aussi.

Papa de Hope « Bien vous devez avoir faim les filles !! ».

H et L OUIIIIII !!!

L - Mhm le repas était très bon merci au cuistot.

L - Bon je vais faire dodo qui m’aime me suive !!.

H - Moi, moi, je viens avec toi !!.

Lucy et Hope étaient au lit, elles avaient mit leur pyjama, une grenouille pour Hope et Wonder Woman pour Lucy.

H - Lucy tu peux me raconter une histoire.

L - Tu veux quoi comme histoire ??.

H - Une avec renéeee !!.

L - Ma puce ce n’est pas…

H - S’il te plaît !!!.

L - Bon ok je vais te raconter notre première rencontre.

Une heure après.

H - Tu ne dois pas beaucoup l’aimer.

L - Pas trop !!!. Aller maintenant dodo la grenouille !!!

H Dodo Wonder Woman !!.

La semaine passa très vite. Robert et les officiers de police étaient prêts pour la souricière, Kevin et ses hommes aussi enfin surtout ses hommes car lui s’était enfui le plus loin possible.

L - Regardez les voila, j’ai les mains qui me démangent.

R - Sois patiente Lucy !!.

Deux minutes plus tard un des hommes de mains de Kevin, regarda la cargaison, qui était bien sûr vide.

R - Police ne bougez plus !!.

Tous les hommes de Kevin sortirent leurs armes et firent feux sur les policiers.

L - Attention mettez vous à couvert !!.

Un des policiers reçu la balle en pleine tête, mais bizarrement il ne s’écroula pas. Il avait seulement une tâche verte sur son visage.

RO - Qu’est-ce ça veut dire que tout ça ??

Le policier à la tête verte « Je ne suis pas mort ce n’était pas une balle mais un projectile de peinture verte ».

Lucy s’avança devant les hommes de Kevin qui lui tirèrent une cinquantaines de coups de feu.

L - Chef il n’y a rien à craindre !!.

Tout les policiers sortirent de leurs cachettes et mirent en joue leurs ennemis.

RO - Lâchez vos armes !!! Vous êtes en état d’arrestation.

Tous les hommes de mains lâchèrent leurs armes inoffensives et se mirent à terre.

L - Je n’ai jamais eu une arrestation aussi simple.

RO - Moi non plus Lucy !!! Merci ma petite !!!!

Deux heures après tous les membres du gang étaient en cellule dans différents commissariats.

L - On a réussi c’est incroyable !! Bon il y a deux hic, on n’a attrapé ni Kevin ni Renée.

RO - On les aura Lucy ne t’inquiète pas.

Quatre jours plus tard

K - Je n’ai plus rien !!! Saleté de flics comment ont-il réussi à mettre hors d’état de nuire mon équipe toute entière.

R - Oh grâce à un coup de bol !.

K - Qui est ahh c’est toi Renée, j’ai eu tellement peur !!.

R - Tu as une sale tête !!!

K - Oui je vais devoir tout recommencer à zéro.

R - Non je ne pense pas !!.

Renée s’approcha langoureusement de Kevin. Le même Kevin se dit qu’il va passer un sacré bon moment.

K - Je croyais que tu ne voulais pas !!.

R - On peut se tromper mon petit. Je… J’aurai une petite demande à te faire.

K Laquelle ?

R - Je peux te mettre des menottes, j’aime le sexe physique.

Renée s’approcha de Kevin, mais au lieu de faire mumuse avec lui elle lui envoya un coup de poing.

K - Je ne te savais pas comme ça, j’adore !!.

R - Je ne crois pas que tu vas aimer le reste.

Deux secondes plus tard, Kevin fut assommé par Renée la tigresse.

Jour de Noel

T - La poste a reçu un énorme colis pour vous chef !.

RO - Bah ils ne peuvent pas nous l’envoyer ??.

T - Non car il y a un mot qui indique de prévenir le commandant d’un commissariat de police le notre avec votre nom.

RO - Bon je vais appeler le directeur de la poste pour qu’il me l’envoi.

Quatre heures plus tard le colis arriva devant le commissariat.
Il fallut deux policiers pour le porter jusqu'à la salle d’accueil.

RO - Bon les gars faites attention je vais l’ouvrir.

L - Attends il y a peut être une bombe dedans.

RO - Non c’est bon le directeur de la poste a fait son travail.

Robert ouvrit le colis et eu la surprise d’y trouver un Kevin inconscient.

RO - Mais c’est vraiment Noel maintenant !!.

Lucy s’approcha de Kevin et le gifla pour le réveiller.

K - Eh ça ne vas pas !!

RO - Salut Kevin comment ça va ?.

K - Robert !!! Mais qu’est-ce que je fais ici ?.

RO - Kevin je t’arrête !! Bon je vois que tu as déjà les menottes. Allez les gars mettez le au frais.

Le portable de Robert sonna.

RO - Allo !!

« Bon Noel mon oncle ».

RO - Bon Noel à toi et merci du cadeau que tu m’as fait ma petite !!.

« Je connais tes goûts et je me suis dis allez fonce et offre lui ».

RO - Il me plaît énormément encore merci

« Bye ».

RO - Bye.

L - C’était qui ??

RO - Ma merveilleuse nièce !!.

L - Il faudrait que je lui parle car je ne sais jamais quoi t’acheter comme cadeau.

RO - Tu risques de la rencontrer très bientôt je pense.


L - Bon il n’y plus qu’a chopper Renée et l’enquête sera vraiment fini.

RO Dis-moi ma femme va voir sa famille à l’étranger ça te dirait de venir fêter noël avec moi.

L - J’ai ma nièce et ses parents.

RO - Pas de souci, je les invite aussi et je crois que tu vas pouvoir voir ma nièce.

L Ah alors j’accepte bien volontiers, je préviens ma famille, ils n’ont pas encore préparé le repas.

RO - Bien à ce soir.

La journée passa très rapidement.

Lucy et sa famille se trouvaient devant la porte de Robert.

L - C’est la police ouvrez vous êtes cernés !!.

La porte s’ouvrit.

RO - Je me rends mademoiselle l’officier de police. Oh mais voila la plus belle, bonsoir Hope.

H Bonsoir !!

RO - Aller rentrez.

L’apéritif était fini.

L - Alors elle va venir ta nièce.

RO - Elle ne devrait plus tarder.

Toc , Toc, Toc

RO Quand on parle du loup.

Robert poussa la porte pour voir sa jolie nièce

RO - Salut ma toute belle !!. Laisse-moi te regarder.

G - Bonsoir Robbie !!

RO - Tu n’as pas changé… je… j’ai eu …

G - Chut viens me faire un gros calinou d’amour.

RO - Viens je vais te présenter à des gens.

RO - Et voila ma magnifique nièce !!.

H - Bonsoir mademoiselle !!

Maman et papa de Hope « Enchantés ».

Lucy regarda la nièce de son chef. Plutôt petite, les cheveux roux, des yeux d’un vert hypnotisant.

L - Bonsoir Mademoiselle !!.

H - Comment vous appelez-vous ??

G - Gabrielle !!.

Le repas commença

Maman de Hope « Vous travaillez dans quoi Gabrielle ? ».

G - Je vais entrer dans la police.

H - Comme Lucy, elle est aussi officier de police.

G - J’ai fini mes études et j’ai passé haut la main les concours de police.

L - Félicitation Gabrielle, dites-moi on ne se serait pas déjà rencontrés.

G - C’est très possible Lucy.

Robert rigolait intérieurement.

G - Alors Hope tu aimes la police ??.

H Oui !!.

Le portable de Gabrielle sonna.

G - Désolée, je vais m’éloigner pour réponse afin de ne pas vous déranger. Allo !!

G Maman oh je suis contente de t’entendre !!. Oui, je ne sais pas, j’essaierai, oui Robbie t’a dis que tu pouvais maintenant ne t’inquiète pas.

H - C’est sa maman hi hi

RO - Oui elle doit être contente de pourvoir lui parler car Gabrielle était très occupée ces derniers temps.

L - Robert, ta nièce ne serait pas déjà passée au commissariat ?.

RO - Oui une fois !!

L - Ah c’est donc là que j’ai du la voir.

RO - Pas au commissariat Lucy mais ailleurs et plusieurs fois.

G - Pardon du désagrément

L - Pas de problème Gabrielle tout es toute excusée.

RO Bien j’ai une tradition de noël, si vous voulez bien la faire avec moi. Avant de manger le dessert je sors avec ma famille et nous chantons de chants de noël.

Maman et Papa de Hope « Nous venons avec vous ».

H - Moi aussi

RO Gabrielle tu veux bien garder la maison et toi Lucy tu peux rester pour que ma nièce ne soit pas seule.

G - OK

L - Ok pour moi aussi.

L - Voila on est seules, ils nous ont abandonnées.

G - Mon oncle a fait ça pour que je puisse te parler sans être dérangée.

L - Comment ça ?

G - Je…. Par ou commencer je… j’espère que tu ne vas pas m’en vouloir

L - Pourquoi je t’en voudrai on ne se connaît pas.

G - Ecoute-moi beauté fatale !!.

L - Que… Comment tu m’as… Renée !!!

G - Oui, enfin Renée est un nom d’emprunt. Mon vrai prénom est Gabrielle et je suis vraiment la nièce de Robert.

L - Non ce n’est pas vrai !!! Tu mens

G - Hélas non Lucy je… Je… Pardon je ne voulais pas … Je ne pensais...

L - Tu es vraiment policier ??

G - Oui

L - Comment ??

G - Je vais tout te raconter !!.

L - Pourquoi je devrais t’écouter ?? Tu… t’es joué de moi !!.

G - Je ne te connaissais pas quand j’ai décidé de travailler en sous-marin. Si j’avais su j’aurai travaillé en équipe avec toi pour arrêter Kevin.

L - En sous-marin ?

G - Laisse-moi te parler après tu pourras me détester et m’arrêter si tu veux.

L - Je t’écoute sale traitresse !!.

G - Je m’appelle Gabrielle j’ai 21 ans et … j’ai perdu …

Gabrielle se mit à pleurer. Lucy ne fit rien pour la réconforter.

L - Tu ne vas pas pleurer toutes les deux minutes j’espère !!.

G - Je… J’ai perdu mon meilleur ami.

L - Oh comme c’est triste. Allez une petite minute de silence.

G - Il est mort devant mes yeux d’une vingtaine de balles de revolvers.

Lucy se maudit d’avoir parlé de cette façon.

L - Pourquoi on lui a tiré dessus ?.

G - Il aidait les gens qui étaient dans le besoin et qui n’avaient personne dans leur vie. Il s’occupait d’aider les gens qui voulaient arrêter de prendre de la drogue. Hélas cela n’a pas plut aux trafiquants alors ils ont mis un contrat sur sa tête.

L - Et le chef des trafiquants s’avéra être Kevin je suppose.

G - Robert a fait une enquête officieuse car l’officielle a conclu que la mort de mon ami était un dommage collatéral qu’il n’était visé.

L - Et c’est là que tu as décidé de travailler en sous-marin !!.

G - Officieusement car seulement une personne était au courant, Robert mon oncle.

L - Quoi tu veux dire que tu as décidé d’infiltrer le gang sans protection.

G - Je ne voulais pas que ma véritable identité soit éventée. Robert m’a crée un casier judiciaire assez impressionnant.

L - Mais on aurait du pouvoir découvrir ta véritable identité.

G - Non car je portais toujours des gants.

L - Et si Kevin avait été au courant il t’aurait tué.

G - J’ai pesé le pour et le contre, mon oncle n’a pas voulu de mon idée.

L - Je le comprends c’était fou et dangereux !!.

G - Oui je sais alors j’ai trouvé un moyen pour qu’il l’accepte.

Je lui ai dit que si je n’entrais pas dans son gang, je ferais tellement de bruit dans les journaux pour décréditer Kevin.

L - Je comprends maintenant pourquoi je n’arrivais pas à te coffrer. Ton oncle t’informait de tout.

G - Non Lucy !!

L - C’est pour ça que tu es venue à mon secours à chaque fois que j’étais en danger.

G - Je n’allais pas te laisser mourir Lucy !!.

L - C’est toi qui à commandité le kidnapping d’Hope ??

G - Je n’aurai jamais osé m’en prendre à un enfant Lucy !!.

L - Mais alors comment as-tu su qu’elle était en danger.

G - J’espionnais, j’écoutais et quand j’ai appris ce qui se tramait j’ai remué ciel et terre pour savoir à quel membre de ta famille ils allaient sans prendre.

L - Et tu à risquer ta vie pour sauver Hope !!.

G - Je le referai s’il le fallait, elle est tellement mignonne tout sa marraine.

L - Mais ils auraient pu te reconnaitre !!.

G - Heureusement je suis une pro du déguisement.

L - Merci de l’avoir sauvée et de m’avoir sauvée.

G - Je le referai autant que je peux Lucy. Dis, tu sais pêcher ???.

L - Pêcher ?? Oui pourquoi cette question ??.

G - Parce qu’Hope pêche comme une pro.

L - Comment sais tu ça ??

G - J’étais avec elle et ses parents lors du campinig.

L - Que ... C’est toi la Gabrielle dont Hope m’a parlée !!.

G - Oui j’ai tendu l’oreille et j’ai entendu qu’il allait l’enlever, j’ai réussi à trouver où était ta nièce. J’ai encore quelque chose à te dire.

L - Je t’écoute Gabrielle.

G - Je… J’ai une autre identité.

L - Laquelle ??.

Gabrielle s’approcha de Lucy et lui chuchota à l’oreille.

G - La justicière masquée.

L - Pourquoi cela ne m’étonne même pas !!.

g - Tu ne m’en veux pas ?!.

L - Plus maintenant Gabrielle. Tu n’as jamais tenté de me tuer ou de me faire du mal. Bien au contraire, beaucoup de chose sont plus clairs maintenant.

G - Lesquelles ?

L - Je ne vais pas tout te dévoiler d’un coup tts un peu de mystère Gabrielle.

G - Je dois te dire quand même que j’ai eu de l’aide d’une personne pour le coup final.

L - Ah Vas-y, je t’écoute ma petite délinquante !!.

G - Au début ça s’est mal passé, mais j’ai réussi à retourner le problème en avantage. Ted.

L - Ted ??

G - Mes hommes de mains ont réussi à l’attraper et l’ont amené au repère de Kevin.

L - Tu l’as frappé ??

G - Non je n’aurai jamais osé porter la main sur lui. J’avais donné des ordres pour ne rien faire sans mon ordre, mais ils sont passés outre. J’ai réussi à berner Kevin en lui disant que Ted nous servirait d’indic.

L - Je vois Ted t’as prévenue pour le piège.

G - Oui, je…. je m’en veux terriblement de lui avoir fait si peur, il ne le méritait pas.

L - Je crois qu’il va s’en remettre et de plus grâce à lui aucun policier n’a été blessé.

G - Oui il faudra lui dire… Il faudra aussi que je parle à tous les policiers du commissariat de mon oncle.

L - Je serais là ne t’inquiète pas Gabrielle.

G - Tu ne me détestes pas ? Tu ne veux pas m’étrangler ?.

L - Non mais je veux faire quelque chose depuis un certain temps.

G - Quoi ??

Lucy s’approcha de Gabrielle, lui caressa sa joue et approcha ses lèvres de la bouche de Gabrielle. Elle s’arrêta juste à quelques centimètres de celles de Gabrielle pour lui faire comprendre qu’elle pouvait si elle voulait refuser le baiser.

Gabrielle fit les quelques centimètres qui les séparaient.

Le baiser fut doux et long, soudain elles se séparèrent à regrets quand elles entendirent le cliquet des clés sur la porte.

L - Plus tard ma belle malfrat !!.

G - J’y compte bien ma beauté fatale !!.



Fin
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lucy et Renée   Jeu 27 Jan 2011 - 10:29

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa elle est trop... la fin j'adoooore joyeux noël ^^ gros bisous et puis les deux dernières phrases ouauaouaoauaouao pour toi merci oui c\'est ça oui c\'est ça oui c\'est ça oui c\'est ça oui c\'est ça oui c\'est ça oui c\'est ça 10 10 10 10 10 10 10 10 10 j'ai adoooooré =) j'étais projetée avec lucy et gabby ^^ =)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lucy et Renée   Jeu 27 Jan 2011 - 18:57

j'adore merci merci elle est trop... elle est trop... LOVE LOVE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lucy et Renée   Ven 28 Jan 2011 - 16:00

Belle intrigue et belle fin, à bientôt pour une nouvelle histoire Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Lucy et Renée   Sam 13 Juil 2013 - 20:52

Super !!! tu rédiges vraiment de belles fics Labulle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lucy et Renée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lucy et Renée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les enfants de Reneé O'Connor
» [Barjavel, René] Le grand secret
» Les autres livres de Lucy Maud Montgomery
» [auteur] Commandant René
» René Peron

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Power > Pretty Little Liars :: Le Flood :: Des Fics-
Sauter vers: